Navigation – Plan du site
Versailles et Trianon

Versailles et Trianon 1990-2015

Bilan de 25 années d’archéologie royale
Versailles and the Trianon 1990-2015 : Twenty-Five Years of Archaeology
Annick Heitzmann

Résumés

La première intervention archéologique a été entreprise à Versailles en 1990, après la tempête de février. Les opérations suivantes ont toutes été menées dans le parc, dans le cadre des études préalables à la replantation des bosquets. Elles mirent au jour de nombreuses structures disparues – bassins, aqueducs, pierrées, canalisations, fondations de treillages, etc. - qui illustrent et complètent les traités des théoriciens de l’aménagement des jardins, ainsi que des éléments du décor qui agrémentaient bassins et fontaines – rocaillage et margelles de marbre. L’archéologie aborda les cours du château en 2001, y découvrant les vestiges des premiers états du château, puis s’étendit aux jardins des Grand et Petit Trianons, à partir de 2006. Dix-huit sites ont été explorés en vingt-cinq années dans ces deux domaines, plus celui de Marly. La plupart de ces opérations ont concerné les parcs, de sorte que Versailles et ses satellites ont participé à l’émergence d’une branche particulière de l’archéologie appelée « archéologie des jardins », ainsi qu’à l’extension de la discipline aux périodes récentes.

Haut de page

Texte intégral

1L’archéologie commença à Versailles à la suite de la violente tempête de vent qui, le 3 février 1990, mit à terre une bonne partie des arbres du parc (fig. 1). En fait, ceux-ci étaient arrivés à obsolescence et les gestionnaires du parc avaient déjà pris conscience de la nécessité de renouveler le couvert forestier.

Fig. 1 : Après la tempête… Bosquets de l’Arc de Triomphe et des Trois-Fontaines.

Fig. 1 : Après la tempête… Bosquets de l’Arc de Triomphe et des Trois-Fontaines.

© Jean-Marc Manaï (EPV), 1991

  • 1 Allimant-Verdillon 2018.

2Dès les années 1980, en effet, le besoin s’était fait sentir de continuer le rythme séculaire des plantations du parc. Quelques opérations ponctuelles avaient été menées et les responsables se demandaient comment faire comprendre à la population locale, très attachée à son parc, la nécessité d’un abattage massif. La tempête a permis d’éviter les explications. En 1990, la « loi-programme » pour l’architecture s’achevait et l’intérêt pour les jardins historiques se développait en France, dans le sillage des autres pays européens, en Italie notamment1. Un effort important fut donc consenti pour les jardins, et un programme de replantation décidé pour Versailles en 1990. Il devait aborder les bosquets du Petit Parc l’un après l’autre et s’échelonner sur vingt années. Une gestion continue de la végétation arborée était prévue, pour éviter à l’avenir les abattages massifs. Dans cette opération, l’État prenait à sa charge la plantation des écrins forestiers des bosquets et laissait aux mécènes le financement de l’aménagement des salles de verdure centrales. À cette époque, la politique était de restituer l’état de perfection que présentaient les jardins à la mort de leur concepteur, André Le Nôtre (1613-1700). Cependant, les vingt années que devait prendre ce programme sont maintenant écoulées et la politique a évolué : les dirigeants et les moyens ne sont plus les mêmes. Depuis les années 2000, les restitutions ne sont plus systématiques : l’ancien Labyrinthe, devenu bosquet de la Reine sous Louis XVI, est en attente de replantation dans son état de la fin du xviiie siècle, voire du xixe siècle, pour respecter les nombreuses essences rares plantées au cours de ce siècle ; le bosquet du Rond-Vert reprit le nom du Théâtre d’eau conçu par Le Nôtre, mais devint un bosquet contemporain. Quel que soit l’état finalement choisi pour les bosquets, chaque opération a été précédée d’une étude préalable comprenant un volet documentaire et un volet archéologique, destiné à reconnaître les structures subsistant en sous-sol. C’est ainsi que l’archéologie s’est imposée à Versailles. Le programme de replantation générale fut lancé à Versailles en mai 1990 par Jack Lang, alors ministre de la Culture. Pour préparer cette cérémonie, un sondage archéologique avait été réalisé en avril par Bruno Bentz dans le bosquet de l’Encelade (fig. 2).

Fig. 2 : Premier sondage à l’Encelade.

Fig. 2 : Premier sondage à l’Encelade.

© Bruno Bentz, avril 1990

  • 2 Auscher 1903.
  • 3 Bonnet 1936.
  • 4 Service d’archives du château de Versailles, dossier 1979-26.

3Cependant, cette intervention n’était pas la première exhumation de vestiges anciens réalisée dans le domaine de Versailles. On peut citer quatre antécédents. La première eut lieu à la toute fin du xixe siècle : quelques tessons de faïence avaient été découverts dans les remblais de démolition du Trianon de porcelaine. Mais aucun rapport scientifique n’a été rédigé et seul un article mentionne ces travaux2. La deuxième intervention dont on garde le témoignage date de 1933. Sur l’initiative de l’architecte Patrice Bonnet, des sondages ont été réalisés à la tête du bras sud du Grand Canal, pour vérifier sur le terrain l’exactitude d’un plan datant du règne de Louis XIV. Ces travaux avaient été exécutés en vue de la restitution de cette partie du parc, défigurée à l’époque de Louis-Philippe, mais les sondages n’ont pas été suivis d’une fouille globale et c’est le plan qui a servi de base lors des travaux, réalisés en 19363. En 1955, un cimetière médiéval a été découvert inopportunément au cours de travaux de terrassement dans les pépinières Saint-Antoine. Il n’en reste que quelques photographies d’ossements entassés dans des cageots (fig. 3). Enfin, en 1979, un projet avorté de restitution du bosquet des Trois-Fontaines a été l’occasion de dégager les fondations de deux bassins de ce bosquet4.

Fig. 3 : Terrassement dans les pépinières Saint-Antoine. Archives du château de Versailles.

Fig. 3 : Terrassement dans les pépinières Saint-Antoine. Archives du château de Versailles.

© Petermin, 1955, archives du château de Versailles

Versailles, côté jardins : quelques exemples illustrant les techniques d’aménagement des jardins

4Avant la tempête de 1990, le parc de Versailles s’était déjà bien dégradé depuis la mort de Le Nôtre : certains bosquets, notamment le bosquet des Trois-Fontaines et celui du Rond-Vert (Théâtre d’eau), étaient devenus de véritables terrains vagues fermés au public, qui servaient de dépotoirs ou d’entrepôts pour les résidus végétaux et minéraux. D’autres bosquets, sans être aussi abîmés, avaient été dénaturés. Cette dégradation commença dès que Jules Hardouin-Mansart remplaça Le Nôtre à la direction des jardins. Mansart simplifia les bosquets en remplaçant des petits bassins rocaillés par de simples statues sur leur socle (au bosquet de l’Étoile), en élargissant les allées et en éventrant, par de nouvelles allées rectilignes, les écrins boisés qui préservaient la surprise des salles de verdures (à l’Étoile encore, ou au Théâtre d’eau). Et quand Louis XVI entreprit de replanter le parc, en 1774, s’il respecta globalement l’organisation des jardins conçue par son aïeul, il en transforma quelques bosquets qui étaient très onéreux à restaurer et passés de mode, notamment le bosquet du Labyrinthe, qui devint le bosquet de la Reine, et le Théâtre d’eau, qui devint le bosquet du Rond-Vert.

5La replantation suivante, qui s’étala sur vingt années entre 1860 et 1880, ne transforma aucun bosquet, mais modifia les alignements d’arbres et élargit certaines allées. À cette époque, il n’était pas question d’opérations archéologiques, alors que la troisième replantation, qui s’achève actuellement, s’est accompagnée de nombreuses campagnes de fouilles (fig. 4).

Fig. 4 : Localisation des principaux bosquets fouillés dans le Petit Parc de Versailles avec les dates d’intervention.

Fig. 4 : Localisation des principaux bosquets fouillés dans le Petit Parc de Versailles avec les dates d’intervention.

Fond de plan : © EPV

6À l’occasion de ces multiples chantiers, il a été maintes fois constaté qu’archives et vestiges étaient indissociables : les seconds complétant les premières, les confirmant ou, au contraire, les infirmant. Ce sont toujours les vestiges qui ont le dernier mot, car ils témoignent de l’état réalisé quand les archives ne reflètent parfois que des projets ou des vues de l’esprit. Par contre, les vestiges mis au jour au cours de toutes ces campagnes ne sont jamais en désaccord avec les traités, qu’ils illustrent souvent. Je vais en donner quelques exemples.

Les bassins

7L’un des principaux traités concernant les jardins conçus à l’époque moderne est celui d’Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, La théorie et la pratique du jardinage, dont l’édition de 1747 comporte un chapitre sur l’hydraulique. Il y est décrit trois manières de construire les bassins.

Les bassins à étanchéité de glaise

8Le bassin à étanchéité de glaise est la première technique décrite par Dezallier (fig. 5) et celle qui a été le plus couramment utilisée pour les bassins du parc de Versailles.

Fig. 5 : Dezallier d’Argenville, La théorie et la pratique du jardinage, édition de 1747.

Fig. 5 : Dezallier d’Argenville, La théorie et la pratique du jardinage, édition de 1747.

Domaine public

9L’étanchéité de ces bassins est assurée par une cuvette en glaise, maintenue latéralement par un « mur de douve » du côté de l’eau et un « contremur » du côté des terres. C’est dans le bosquet des Trois-Fontaines qu’on en trouve les plus beaux exemples. Ce bosquet s’étage le long de la pente en trois plateaux qui supportent des bassins de taille et de forme différentes (fig. 6).

Fig. 6 : Jean Cotelle, Le bosquet des Trois-Fontaines, peinture, 1688. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 769.

Fig. 6 : Jean Cotelle, Le bosquet des Trois-Fontaines, peinture, 1688. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 769.

© Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin

10Entre chacun d’eux se trouvait un système de cascades et de gradins engazonnés. Les deux cascades jumelles situées entre le plateau médian et le plateau du bas étaient construites selon cette technique (fig. 7).

Fig. 7 : Vue des deux cascades basses et détail du support d’une baguette métallique.

Fig. 7 : Vue des deux cascades basses et détail du support d’une baguette métallique.

© Jean-Marc Manaï (EPV), juin 2002

11Pour protéger et masquer le fond de glaise, celui-ci était tapissé de pavés reposant sur une couche de sable, dont il subsistait des reliquats. Ces pavés encadraient quelques dés de pierre, dans l’un desquels était encore encastrée une base en métal ferreux (fig. 7, détail). Ce dispositif est expliqué par un dessin conservé aux Archives nationales (fig. 8) ; il s’agit d’une coupe de la cascade, dessinée en 1789 dans le cadre d’un projet de restauration du bosquet, qui n’a, vu les circonstances, pas été réalisé.

Fig. 8 : Coupe des cascades basses [1789]. Paris, Archives nationales, O/1/1792/6 no 2.

Fig. 8 : Coupe des cascades basses [1789]. Paris, Archives nationales, O/1/1792/6 no 2.

© Jean-Marc Manaï

12On constate que l’un des rideaux d’eau constituant la cascade proprement dite était formé par une simple planche de bois, recouverte d’une feuille de plomb et soutenue par une baguette métallique. Vu sa fragilité, ce dispositif avait probablement disparu en 1789, mais la conformité de la coupe a été attestée en fouille par la découverte de ces dés ayant supporté les baguettes.

Les bassins à étanchéité de plomb

13Les bassins à étanchéité de plomb sont plus rares. Ils concernent généralement des structures de plus petite taille, bien que la cascade haute du bosquet des Trois-Fontaines constitue une exception notable. Cependant, cette cascade était très dégradée, tandis que deux beaux exemples subsistaient encore dans le parc de Versailles, l’un enfoui et l’autre non.

  • 5 À moins qu’elle n’ait été volée, car de tels vols sont couramment mentionnés dans les archives.

14Les fontaines du bosquet du Labyrinthe (remplacé aujourd’hui par le bosquet de la Reine) étaient de petites dimensions, ne dépassant pas quelques mètres d’envergure. Elles étaient disposées aux carrefours des allées contournées du bosquet (fig. 9). Parmi les sondages que nous y avons réalisés, celui de la fontaine du Loup et du Porc-Épic, qui était situé le plus en aval du terrain, a révélé les plus beaux vestiges, car ils étaient moins arasés par les ravinements. Hormis la feuille de plomb déposée pour récupération lors de la disparition du bosquet sous Louis XVI5, toutes les strates du radier étaient encore en place : une maçonnerie de moellons hourdés d’un mortier de chaux et de sable jaune et un lit de brique sur lequel reposait le plomb (fig. 10).

Fig. 9 : Superposition des plans du Labyrinthe et du bosquet de la Reine, avec indication des sondages réalisés.

Fig. 9 : Superposition des plans du Labyrinthe et du bosquet de la Reine, avec indication des sondages réalisés.

Plan actuel : © EPV – Gravure publiée par Van Eck en 1716 : © Archives du château de Versailles, B14

Fig. 10 : Radier de la fontaine du Loup et du Porc-Épic, avec détail de son épaisseur.

Fig. 10 : Radier de la fontaine du Loup et du Porc-Épic, avec détail de son épaisseur.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2008

15Un magnifique exemple de bassin de ce type était encore récemment visible à l’ouest du bosquet du Théâtre d’eau : le bassin des Enfants dorés (fig. 11), qui a été restauré en 2016, après que nous y avons réalisé une opération d’archéologie du bâti.

Fig. 11 : Le bassin des Enfants dorés avant restauration.

Fig. 11 : Le bassin des Enfants dorés avant restauration.

© Annick Heitzmann (CRCV), juin 2011

Les bassins à étanchéité de ciment

  • 6 Heitzmann 2018.

16La troisième technique de construction de bassin est celle de l’étanchéité de ciment. Le ciment est en fait un mortier hydraulique très dur, composé de chaux et de tuileau concassé qui lui donne une couleur rose. Connu depuis l’Antiquité, il durcit sous l’eau et devient très étanche. Il est appliqué en couche d’une dizaine de centimètres sur un radier de maçonnerie de moellons et mortier. Le plus bel exemple de ce type de bassin a été trouvé à Marly : il s’agit de la Rivière, cascade constituée d’une succession de bassins, qui a été décrite dans la communication sur Marly6.

  • 7 Heitzmann 2014a.

17On peut mentionner deux autres bassins à étanchéité de ciment dans les jardins du Grand Trianon : ils étaient situés près de l’aile de Trianon-sous-Bois et dataient de l’aménagement des jardins du Trianon de marbre, en 1687-1688. L’un a été détruit avant 1705 et l’autre au cours de la campagne de replantation sous Louis XVI, en 1775-1776. Les vestiges de ces bassins, situés dans une zone où passent de nombreux réseaux, étaient très endommagés, mais la quantité de morceaux de mortier hydraulique découverte parmi les gravats de leur démolition indique qu’ils étaient construits selon cette méthode7.

Les canalisations

  • 8 Sichet 2013.

18Les canalisations d’adduction d’eau posées pour l’alimentation des bassins du parc de Versailles aux xviie et xviiie siècles sont de deux types : les conduites de plomb et les conduites de fonte. Les premières canalisations installées dans le parc furent en bois, puis en céramique, mais celles-ci se révélant trop fragiles, le roi les fit rapidement remplacer par des conduites en plomb. Le fontainier François Francine améliora considérablement les techniques hydrauliques, et, soutenu par Colbert, il introduisit en 1672 dans le parc les conduites de fonte, procédé beaucoup plus économique et résistant que le plomb8. Versailles se trouvait ainsi à la pointe de l’innovation.

Les canalisations de plomb

19Les plus beaux spécimens de conduites en plomb trouvés au cours des différentes campagnes de fouille dans le parc de Versailles proviennent du bosquet de l’Encelade (fig. 12).

Fig. 12 : Canalisations en plomb du bosquet de l’Encelade, avec détails de soudure.

Fig. 12 : Canalisations en plomb du bosquet de l’Encelade, avec détails de soudure.

© Annick Heitzmann (EPV), 1995

20Sur l’un des côtés de l’octogone du bosquet, entre les massifs de fondation du berceau de treillage (cf. infra « Les fondations de treillage », § X), passaient les deux conduites d’alimentation des jets qui sortent de l’amoncellement de concrétions de grès, figurant le mont Olympe, sous lequel est engloutie la statue du géant Encelade. Ces conduites étaient essentiellement composées de tuyaux en plomb dont le plus gros mesurait 3 m de long pour un diamètre – aplati – de 33 cm et une épaisseur de 1 cm environ, et le plus petit 1,90 m pour 25 cm et 1,6 cm. Ces deux conduites étaient constituées de plaques de plomb arrondies sur des rondins, dont les bords ont été assemblés par des soudures « à la louche », c’est-à-dire avec du plomb écrasé à l’aide d’un fer chaud. Le gros tuyau avait une épaisse soudure côtelée en tresse, l’autre un trait à peine visible sur le côté. Les plaques ainsi roulées étaient reliées entre elles par des soudures en « côtes de melon ». Ces deux conduites avaient été tronquées et tordues du côté du bassin, probablement pour la dépose de la conduite circulaire alimentant les jets des petits rochers, refaite en 1966. À l’opposé, elles étaient enfoncées – avec un fort étrécissement pour la plus grosse – dans deux tronçons de conduites en fonte de 23 cm de diamètre chacun. Ces canalisations datent de l’aménagement du bosquet, en 1675.

Les canalisations de fonte

21Le plus bel exemple de conduite en fonte découvert en fouilles provient du même bosquet : deux côtés de l’octogone étaient traversés par une canalisation en fonte (fig. 13). Elle passait sur plusieurs massifs de fondation et est donc postérieure à la démolition du berceau et des vasques, en 1709.

Fig. 13 : Canalisation en fonte du bosquet de l’Encelade (1718), avec détails d’un tronçon et d’un boulon.

Fig. 13 : Canalisation en fonte du bosquet de l’Encelade (1718), avec détails d’un tronçon et d’un boulon.

© Jean-Marc Manaï et Annick Heitzmann (EPV), 1995

  • 9 Renseignements fournis par le Service des fontaines.
  • 10 « Toisé des conduites de tuyaux de fonte de fer […] posés de neuf par Pollard en la place des mauva (...)

22Cette canalisation était constituée d’éléments en fonte grise de 1,05 m de long, de 37 cm de diamètre extérieur pour une épaisseur de 2 cm en moyenne. Ils étaient coulés dans des moules en deux parties, dont on voyait les coutures sur les côtés, avec un noyau au centre. Les brides de jonction étaient pentagonales avec, à chaque angle, un boulon dextrogyre muni d’un écrou en forme de trapèze. La forme de ces écrous permettait de les bloquer contre le corps de la conduite pour un meilleur serrage. Une rondelle de plomb était prise entre chaque paire de plateaux. Elle formait un joint et permettait, par son épaisseur irrégulière, de donner une inflexion à la conduite qui décrivait une légère courbe sur toute la partie découverte. Les rondelles de cuir, habituellement utilisées dans ce type de bride, ne servaient que pour les parties droites9. La pose de cette canalisation est documentée, ce qui permet de connaître sa date : 1718-171910.

23Un modèle plus tardif nous a été fourni par le chantier de la parcelle ouest du jardin du Pavillon frais, construit en 1751 (cf. infra « Un petit jardin pour Louis XV : le Pavillon frais », § X). Dans la chambre de manœuvre du bassin, se trouvaient les morceaux de l’extrémité d’une conduite en fonte, dont le corps s’enfonçait encore sous l’arc découpé dans la paroi sud de la chambre (fig. 14). Cette canalisation mesurait 13 cm de diamètre extérieur. La bride était de forme carrée, arrondie aux angles, de 23 cm de côté. Elle était fixée par des boulons à chaque angle, serrés par un écrou trapézoïdal autobloquant. L’épaisseur de la fonte était de 1,5 cm, corrosion comprise. Une canalisation de plomb était probablement reliée à la dernière bride de fonte, selon la configuration trouvée à l’Encelade, ce qui expliquerait la brisure de la bride pour la récupération du plomb.

Fig. 14 : Canalisation en fonte du Pavillon frais de Trianon (1751) dans la chambre de décharge, avant et après restauration.

Fig. 14 : Canalisation en fonte du Pavillon frais de Trianon (1751) dans la chambre de décharge, avant et après restauration.

© Annick Heitzmann et Louis de Lisle (CRCV), octobre 2009

  • 11 La fonte douce est une fonte grise, grenue et légèrement malléable. Sa couleur est gris noirâtre qu (...)
  • 12 Parc des Deux Trianons [1840-1850], Archives nationales, F/21/3585 no 49 ter.

24Enfin, dans la même parcelle, une canalisation d’un tout autre modèle traversait le bassin (fig. 15). Elle était en fonte douce11 et composée de tronçons mesurant chacun 312 cm de long. Son diamètre extérieur était de 12 cm et son épaisseur de 11 mm. Les joints entre deux tronçons étaient constitués de plomb coulé et de filasse goudronnée. Ce type de conduite a été fabriqué sur une longue période, entre le milieu du xixe et le début du xxe siècle. Elle n’était plus en service et avait été oubliée par les fontainiers. Or, elle figure sur un plan conservé aux Archives nationales, qui peut être daté des années 184012. Elle a sans doute été posée à la disparition des bassins ovales, avant 1840, pour conduire l’eau jusqu’au bassin situé en aval.

Fig. 15 : Bassin ouest du Pavillon frais, avec canalisation en fonte postérieure.

Fig. 15 : Bassin ouest du Pavillon frais, avec canalisation en fonte postérieure.

© Annick Heitzmann (CRCV), octobre 2009

Aqueducs et pierrées

25Dans les écrits anciens, traités et mémoires de travaux, le vocabulaire n’est pas bien défini et la distinction entre ce que recouvre le mot « aqueduc » et ce que désigne celui de « pierrée » n’est pas claire. J’ai choisi de désigner par le terme d’« aqueducs » des couloirs souterrains voûtés, dans lesquels on peut circuler debout ou courbé, et par le terme de « pierrées », de petits caniveaux souterrains, généralement recouverts de dalles de pierre (fig. 16).

Fig. 16 : Un exemple de pierrée : celle du Rond-Vert. Orthophotoplan, vue et intérieur de la pierrée.

Fig. 16 : Un exemple de pierrée : celle du Rond-Vert. Orthophotoplan, vue et intérieur de la pierrée.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2014

Les aqueducs

26De nombreux aqueducs sont encore visitables dans le parc de Versailles, mais le seul qui a été dégagé par une opération archéologique se trouve dans le bosquet des Trois-Fontaines (fig. 17).

Fig. 17 : Chambre de décharge et aqueduc du bassin aval du bosquet des Trois-Fontaines.

Fig. 17 : Chambre de décharge et aqueduc du bassin aval du bosquet des Trois-Fontaines.

© Annick Heitzmann (EPV), 2001

27Les eaux étaient évacuées du bassin octogonal, le plus en aval des trois « fontaines » du bosquet, par un aqueduc souterrain. Avant de pénétrer dans l’aqueduc, elles étaient recueillies dans un espace plus large, appelé chambre de décharge. La chambre était de forme triangulaire, s’étrécissant du côté de l’aqueduc pour en rejoindre la largeur. Son fond était composé de larges pierres plates à joints bien nets et les murs latéraux de gros blocs de 40 cm d’épaisseur du côté du bassin. Ils se prolongeaient par des murs de moellons, de même épaisseur, en continuité avec les piédroits de l’aqueduc. La chambre était sans doute tapissée d’une feuille de plomb, comme la chambre de décharge de la France triomphante, encore en place dans le bosquet voisin.

  • 13 Mémoire des ouvrages de maçonnerie exécutés en 1902 au palais de Versailles d’après les ordres de M (...)

28Une conduite en grès, posée en 1902 pour l’évacuation des eaux pluviales13, traversait la chambre et débouchait dans l’aqueduc ; elle était prise dans un mur de maçonnerie contemporain, qui bouchait la partie voûtée de l’aqueduc, dont l’extrémité était sans doute effondrée à cette époque. Le fond de l’aqueduc, tapissé de moellons disjoints, permettait à l’eau de s’écouler tout en la drainant.

Les pierrées

  • 14 « Plan du Petit Parc de Versailles », 1868, Bibliothèque municipale de Versailles, cartes et plans  (...)

29Le bosquet de l’Étoile, parfois appelé « Montagne d’eau », renferme dans son sous-sol un important réseau de pierrées, qui assurait l’évacuation des nombreux bassins qu’André Le Nôtre y avait disposés. Trois sondages ont été réalisés dans ce bosquet ; l’un d’eux, qui a exploré la partie basse du bosquet, a révélé trois pierrées (fig. 18) : une pierrée périphérique (A et C), une pierrée radiale pour l’évacuation du bassin central (B) et une pierrée qui recueillait les eaux des deux pierrées précédentes et les conduisait hors du bosquet (D). Cette dernière contenait une conduite de fonte et se jetait dans la pierrée qui reliait le bassin de Flore au « troisième réservoir du Grand Parc » (ce réservoir, disparu, se trouvait à l’ouest des réservoirs des Jambettes)14.

Fig. 18 : Plan des jardins de Versailles vers 1680, détail. Paris, Archives nationales, N I Seine-et-Oise 36.

Fig. 18 : Plan des jardins de Versailles vers 1680, détail. Paris, Archives nationales, N I Seine-et-Oise 36.

Réseau de pierrées dans le bosquet de l’Étoile

Relevé et orthophotoplan : © Association Volutes, 2002

30La plus grande partie de ces pierrées avaient perdu leur couverture et parfois même leur fond, mais un tronçon de la pierrée périphérique avait encore un beau sol de pierre de taille. L’un des piédroits était aussi constitué de pierres de taille, dont un morceau de banc récupéré.

Les fondations de treillage

31C’est encore le bosquet de l’Encelade qui nous offre les plus beaux exemples de massifs de fondation de treillage. Ce bosquet était originellement entouré d’un berceau en treillage qui l’isolait du reste du parc. Son aspect apparaît clairement dans les documents figurés conservés dans les archives (fig. 19). Il délimitait une galerie périphérique, d’environ 3 m de largeur sur 4 m de hauteur, et entourait le bosquet selon un plan octogonal. Chacun des quatre côtés cardinaux était centré sur un pavillon de treillage.

Fig. 19 : Anonyme, « Plan de l’Ancelade », vers 1700. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 423 ft 4 t. 2.

Fig. 19 : Anonyme, « Plan de l’Ancelade », vers 1700. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 423 ft 4 t. 2.

© Jean-Marc Manaï

32Lors du sondage de 1990, nous n’avions dégagé que quelques massifs de fondation du berceau (voir fig. 2). Il a fallu ensuite attendre 1995 pour entreprendre la fouille générale du bosquet et mettre au jour la quasi-totalité des fondations du berceau (fig. 20).

Fig. 20 : Le bosquet de l’Encelade en chantier.

Fig. 20 : Le bosquet de l’Encelade en chantier.

© Jean-Marc Manaï (EPV), 1995

33Seuls sept des huit côtés ont été fouillés, car le pavillon, restitué en 1990 à titre de travée témoin, a été conservé et a empêché la fouille du côté ouest. Cette investigation n’aurait apporté aucun renseignement supplémentaire car le passage d’une pierrée, encore en usage, n’a pas permis la conservation des massifs. Deux tranchées parallèles ont été creusées dans lesquelles les enfilades de massifs de maçonnerie formaient deux octogones imbriqués centrés sur le bassin. Ces enfilades étaient composées de massifs en moellons hourdés au mortier de chaux et de sable, enserrant chacun un ou plusieurs dés, cubes de pierre calcaire, creusés d’un ou, parfois, deux trous. La disposition des massifs et des dés dans les deux tranchées de chacun des côtés de l’octogone permit d’en distinguer trois types. Les côtés sud-est, sud-ouest, nord-ouest et nord-est sont les côtés les plus simples. Ils correspondent aux côtés du berceau qui n’avaient pas de pavillon, mais disposaient sur l’arrière d’une niche en demi-lune. Les côtés sud et nord sont de structure plus complexe. Ils correspondent aux côtés du berceau centrés sur un pavillon avec, à l’arrière, une niche rectangulaire. Le côté est correspondait à l’entrée du bosquet, il était donc centré sur un pavillon comportant deux ouvertures (vers l’extérieur et vers l’intérieur), comme celui lui faisant face, à l’ouest, qui correspondait à la sortie, mais n’a pas été fouillé.

34Dans les trous des dés de pierre étaient calés les pieds des arcs et des poteaux métalliques, qui constituaient l’ossature du berceau de treillage. La base de la plupart des dés était encore en place, tandis que leur partie haute, autour du trou, avait éclaté lors de la dépose du berceau. Cependant, tous les morceaux ont été retrouvés dans les terres alentour et nous avons pu reconstituer les dés (fig. 21), et restituer ainsi exactement l’emplacement de chaque poteau ou montant d’arc métallique. Les trous mesuraient en moyenne 10 cm sur 9 cm de côté et 19,5 cm de profondeur. Dans les trous de certains dés, des pieds de métal étaient encore en place. Ils mesuraient environ 8 cm de côté et 25 cm de haut, dépassant généralement de la pierre. Ils étaient scellés au plomb, celui-ci recouvrant parfois la partie externe du pied, sans doute pour le protéger de l’eau stagnante (fig. 22). La surface de certains cubes de pierre était marquée de rainures, repères des tailleurs de pierre pour délimiter l’emprise du trou à creuser (fig. 23).

Fig. 21 : Remontage des dés de pierre.

Fig. 21 : Remontage des dés de pierre.

© Annick Heitzmann (EPV), 1995

Fig. 22 : Massif de fondation de treillage et base de poteau métallique.

Fig. 22 : Massif de fondation de treillage et base de poteau métallique.

© Photographies et dessin d’Annick Heitzmann (EPV), 1995

Fig. 23 : Dé et morceau de dé avec marquage pour la taille.

Fig. 23 : Dé et morceau de dé avec marquage pour la taille.

© Étude de Frédérique Trouslard (association Volutes), 1995

Terrasses et allées

35Le Rond-Vert cachait en son sous-sol quelques beaux vestiges des terrasses et des allées du Théâtre d’eau. Ceux-ci se trouvaient dans la partie basse du bosquet, puisque les hauteurs en avaient été arasées sous Louis XVI, quand on voulut aplanir le terrain pour l’aménagement du nouveau bosquet. Par contre, la partie basse du Théâtre d’eau, en particulier l’amphithéâtre qui était en renfoncement, était encore en bon état sous les remblais. Plusieurs des sondages réalisés en 2011 ont donc révélé les restes d’allées de l’ancien bosquet (fig. 24). La tranchée T6, par exemple, creusée pour rechercher l’allée périphérique en losange, a montré, dans sa stratigraphie, une triple couche jaune-blanc-gris qui correspond à l’aménagement du sol de l’allée d’origine. Cet aménagement, repéré à plusieurs endroits, est composé de trois couches superposées : une couche de sable jaune, une couche de calcaire concassé (la recoupe), pour stabiliser le sol, et une couche de sable gris sur le dessus, en finition de surface.

Fig. 24 : Chaufourier, Plan du Théâtre d’eau, 1720. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. Ms no 64.

Fig. 24 : Chaufourier, Plan du Théâtre d’eau, 1720. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. Ms no 64.

Avec localisation de deux sondages et encarts des allées qui y ont été découvertes

Photographie : © Annick Heitzmann (CRCV) – DAO : Anatoli Dovgopol (association Volutes), 2011 – Plan : @ RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski

36Dans l’angle est du losange, une série de sondages a été réalisée en décapage (dont le sondage D14), à la recherche de cette même allée périphérique. Ces décapages ont permis de délimiter la salle d’angle du bosquet.

Les banquettes de gazon

  • 15 « État de la dépense à faire pour rétablir la pièce du théâtre des eaux dans le jardin de Versaille (...)

37C’est encore au Rond-Vert / Théâtre d’eau qu’a été découvert le seul indice de la technique de construction des gradins gazonnés : la tranchée T4, taillée en travers de l’amphithéâtre, présente, dans sa stratigraphie, l’empreinte de deux petits poteaux (fig. 25). Cette découverte confirme la disposition décrite dans le devis de 175015 : les gradins étaient constitués de buttes de gazon soutenues par des planches de bois. Ces planches étaient maintenues en place par de courts poteaux de section quadrangulaire.

Fig. 25 : Anonyme, Plan du Théâtre d’eau avec implantation des empreintes de poteaux, 1750. Paris, Archives nationales, VA 26 no 101.

Fig. 25 : Anonyme, Plan du Théâtre d’eau avec implantation des empreintes de poteaux, 1750. Paris, Archives nationales, VA 26 no 101.

Plan : © Archives nationales – Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2011

Le décor

Le rocaillage

  • 16 Heitzmann 2016.
  • 17 Dupont 2016.

38Le décor des margelles des bassins et des massifs des fontaines fut d’abord constitué de ce que l’on appelle le rocaillage16. Cette technique, qui existe depuis l’Antiquité mais est surtout l’héritage des grottes ornées de la Renaissance italienne, visait, comme son nom l’indique, à imiter le rocher à l’aide de matériaux divers : roches et cailloux – parfois communs, comme les meulières ou les concrétions de grès appelées « gogottes », parfois plus rares, comme le quartz ou l’améthyste –, coquillages17, pâte de verre colorée… (fig. 26). Tous les bosquets ont connu un tel décor, de sorte que des éléments de ce rocaillage ont été retrouvés dans tous les bosquets qui ont été fouillés : Trois-Fontaines, Théâtre d’eau, Labyrinthe, Étoile.

Fig. 26 : Le Lièvre et la Tortue [fontaine du Labyrinthe], gravure de Sébastien Leclerc enluminée par Jacques Bailly, 1674. Paris, Petit Palais, Inv Dutuit 724.

Fig. 26 : Le Lièvre et la Tortue [fontaine du Labyrinthe], gravure de Sébastien Leclerc enluminée par Jacques Bailly, 1674. Paris, Petit Palais, Inv Dutuit 724.

Éléments de rocaillage : minéraux, pâtes de verre et coquillages.

Photographies : © Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)

39Ces objets étaient maintenus en place par différents procédés : sur les parties verticales ou en surplomb, ils étaient suspendus par des fils métalliques à des pitons ferreux plantés dans la maçonnerie. Soit des pitons isolés, comme sur les épaules des cascades des Trois-Fontaines, soit des pitons reliés par un fil auquel s’accrochaient les fils des différents éléments du décor, comme sur le mur du bassin central du bosquet du Théâtre d’eau (fig. 27). Cette technique avait l’avantage de rendre ce décor mouvant et bruissant. Sur les surfaces planes ou légèrement inclinées, le rocaillage était fixé avec du mortier de chaux et de sable, ou bien du mortier hydraulique en cas de contact avec l’eau.

Fig. 27 : Mode de fixation du rocaillage : pitons plantés dans la maçonnerie et fils métalliques (bosquet des Trois-Fontaines et Théâtre d’eau).

Fig. 27 : Mode de fixation du rocaillage : pitons plantés dans la maçonnerie et fils métalliques (bosquet des Trois-Fontaines et Théâtre d’eau).

Photographies : © Annick Heitzmann (EPV), 2002 et 2011. Piton après restauration par Arc’Antique.

40Dans le bosquet de la Reine ont été trouvés des objets exceptionnels, provenant du Labyrinthe et, plus spécifiquement, de la fontaine du Loup et du Porc-Épic : ce sont des éléments végétaux en alliage cuivreux, feuilles ou tiges de tôle enroulée (fig. 28). Ces tiges pouvaient figurer des joncs, mais aussi des épines du porc-épic. Le laboratoire Arc’Antique, qui a restauré ces objets, a détecté deux couches de peinture, ce qui suppose au moins une campagne d’entretien.

Fig. 28 : Éléments végétaux en métal cuivreux.

Fig. 28 : Éléments végétaux en métal cuivreux.

Photographies après restauration : © Arc’Antique

Le marbre

  • 18 Bazelaire 2016.

41À partir du milieu des années 1680, la constitution des margelles changea et le rocaillage fut remplacé par un matériau plus sobre et plus noble : le marbre. Deux margelles de marbre ont été retrouvées au cours des différents chantiers de fouille : celle, en marbre blanc, du bassin dit « du Faune », du bosquet du Dauphin, et celle, en marbre de Languedoc, du bassin est du jardin du Pavillon frais18 (fig. 29). De la première, datant de 1686, nous avons retrouvé de multiples morceaux qui nous permettent de comprendre la disposition de cette margelle, et, en partie, celle du bassin, mal documenté par les archives. De la seconde, datant de 1753, seuls quelques morceaux furent découverts dans le comblement du bassin, mais le côté interne et le côté externe de la margelle étant tous deux représentés, le profil exact en était connu quand il fallut restituer celle-ci pour la résurrection du bassin en 2010.

Fig. 29 : Deux morceaux de margelles en marbre.

Fig. 29 : Deux morceaux de margelles en marbre.

© Didier Saulnier (EPV)

Versailles côté cours

  • 19 Institut national de recherche en archéologie préventive.
  • 20 Centre de recherche du château de Versailles.

42L’archéologie versaillaise, commencée dans les jardins, gagna les cours du château en 2001, année où quelques sondages furent entrepris en prévision de la restitution de la Grille royale, détruite pendant la Révolution. Ils furent approfondis en 2006, par une fouille en amont de ces travaux. Cette même année, l’INRAP19 intervint dans la Cour royale et la cour du Grand Commun, puis, de 2012 à 2015, dans la cour des Princes et la terrasse du Midi, en plusieurs campagnes menées en collaboration avec le CRCV20, dans le cadre du « Schéma directeur » pour la rénovation des réseaux et la mise en sécurité du Corps central sud. Ces différentes opérations (fig. 30) mirent notamment au jour les vestiges des premiers états du château : celui construit par Philibert Le Roy pour Louis XIII et celui construit par Louis Le Vau pour Louis XIV.

Fig. 30 : Localisation des principaux chantiers dans les cours du château et du Grand Commun.

Fig. 30 : Localisation des principaux chantiers dans les cours du château et du Grand Commun.

Fond de plan : © EPV

Les vestiges du château de Philibert Le Roy

  • 21 Dufour et Le Guillou 2006 et 2008a.

43Des sondages archéologiques ont été menés en 2006 par Jean-Yves Dufour, de l’INRAP, dans la Cour royale du château de Versailles, en une longue tranchée imposée par le tracé d’une galerie technique. Ils ont mis au jour un chemin de la fin du Moyen Âge, des vestiges de l’enceinte de la basse-cour du château de Louis XIII et les fondations d’un bassin de la fin du xviie siècle21.

  • 22 Vignette des « Maisons royalles et remarquables aux environs de Paris », Bibliothèque nationale de (...)

44De l’époque de Louis XIII ont été retrouvées une courtine et une tour, ainsi qu’une parcelle des bâtiments des communs. Ces découvertes confirment l’exactitude de la gravure de Gomboust représentant le château en 165222 (fig. 31).

Fig. 31 : Les découvertes faites dans la Cour royale avec leur interprétation.

Fig. 31 : Les découvertes faites dans la Cour royale avec leur interprétation.

Photographie et schémas : © INRAP, 2006

Les vestiges du château de Le Vau

  • 23 Heitzmann et Vorenger 2011.

45Le chantier de la Grille royale a mis à nu, en 2006, toutes les fondations du mur-bahut de la grille que Jules Hardouin-Mansart avait intercalée entre la Cour royale et la cour d’Honneur23. Ces fondations devaient être rehaussées par une semelle de béton, pour leur faire retrouver le niveau qu’elles avaient avant l’abaissement des cours par Louis-Philippe. Elles avaient été reconnues par les sondages de 2001, et il était déjà établi que Mansart avait largement appuyé sa grille sur les murs de soutènement construits par son prédécesseur, Louis Le Vau, entre 1662 et 1664, pour ceindre l’esplanade du premier château de Louis XIV. Aussi, au cours de ces deux campagnes de travaux, plusieurs pans de ces murs furent-ils mis au jour (fig. 32 et 33). L’un des fossés qui encadraient l’entrée du château de Le Vau fut fouillé (fig. 34), révélant un important mobilier archéologique déposé pendant le court laps de temps où ce fossé fut ouvert, entre 1662 et 1664 (fig. 35).

Fig. 32 : Semelle de maçonnerie de la grille de Mansart s’appuyant sur le mur de Le Vau.

Fig. 32 : Semelle de maçonnerie de la grille de Mansart s’appuyant sur le mur de Le Vau.

Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006

Fig. 33 : Deux tronçons des murs construits par Le Vau.

Fig. 33 : Deux tronçons des murs construits par Le Vau.

Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006

Fig. 34 : Fouille d’un fossé de la grille de Louis Le Vau.

Fig. 34 : Fouille d’un fossé de la grille de Louis Le Vau.

Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006

Fig. 35 : Échantillons du mobilier archéologique trouvé dans la couche d’occupation du fossé nord de la grille de Louis Le Vau.

Fig. 35 : Échantillons du mobilier archéologique trouvé dans la couche d’occupation du fossé nord de la grille de Louis Le Vau.

Photographies : © Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)

46Une autre portion du mur de soutènement a été retrouvée en juin 2015 dans la cour des Princes (fig. 36), quand celle-ci fut décaissée pour des aménagements prévus en son sous-sol. Ce mur a été dégagé et put être conservé, coincé dans les cuisines d’un restaurant. Son briquetage est en très bon état, encore recouvert de son parement en enduit « fausse brique ». Cet enduit a fait l’objet d’analyses et a été nettoyé.

Fig. 36 : Le mur de Le Vau à l’entrée de la cour des Princes.

Fig. 36 : Le mur de Le Vau à l’entrée de la cour des Princes.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2015

La cour du Grand Commun

  • 24 Dufour 2013 et 2016.

47Quand l’hôpital militaire Dominique-Larrey eut quitté le Grand Commun, en 1995, celui-ci retourna dans le giron du domaine de Versailles, dont il avait été séparé pour cause d’aléas révolutionnaires. L’Établissement public de Versailles saisit cette opportunité pour transférer dans ce grand bâtiment ses différents services éparpillés dans tout le domaine, notamment dans la Vieille Aile, le pavillon Dufour et les Grandes Écuries. Cet aménagement nécessita des travaux importants, parmi lesquels le décaissement de la cour pour la réalisation de réserves pour le musée. Une opération d’archéologie préventive a donc été menée auparavant dans cette cour par l’INRAP, sous la direction de Jean-Yves Dufour, en 2006 et 2007 (fig. 37). Elle a livré des témoignages remontant au haut Moyen Âge, notamment cent neuf sépultures d’époque mérovingienne, qui dépendaient de l’église Saint-Julien, détruite pour la construction du bâtiment. Les fondations et le sol du jeu de paume de Louis XIII, la maison du paumier et les aménagements hydrauliques de la cour constituent les autres découvertes majeures de ces fouilles24.

Fig. 37 : La cour du Grand Commun en cours de fouille et tombes mérovingiennes.

Fig. 37 : La cour du Grand Commun en cours de fouille et tombes mérovingiennes.

© Annick Heitzmann (CRCV) et © INRAP, juin 2007

Trianon

48Les jardins de Trianon ne furent abordés que tardivement par l’archéologie : plus de quinze ans après ceux de Versailles, en 2006. Trois opérations y furent menées, en plusieurs campagnes (fig. 38).

Fig. 38 : Localisation des trois chantiers réalisés à Trianon.

Fig. 38 : Localisation des trois chantiers réalisés à Trianon.

Fond de plan : © EPV

Un petit jardin pour Louis XV : le Pavillon frais

  • 25 Heitzmann 2014a.
  • 26 The American Friends of Versailles.

49La fouille du jardin du Pavillon frais de Trianon, qui s’est déroulée sur plusieurs campagnes entre 2006 et 2009, est un chantier particulièrement abouti25. En effet, le mécène26 qui s’était engagé à en financer la restitution ayant éprouvé des difficultés à réunir les fonds nécessaires, les travaux ont tardé, de sorte que le temps n’a pas manqué pour les opérations archéologiques.

  • 27 Heitzmann 2007.
  • 28 Devis général des ouvrages à faire pour l’augmentation du jardin particulier du roi à Trianon par G (...)

50Ce jardin est une petite enclave du Jardin français aménagé par Louis XV au milieu du xviiie siècle et situé actuellement entre le Grand et le Petit Trianon. Le jardin du Pavillon frais, détruit au cours de la première moitié du xixe siècle27, n’était plus qu’un simple tapis de gazon, quand, dans les années 2000, on envisagea de le restituer pour compléter la restitution du pavillon lui-même, reconstruit au début des années 1980. L’aspect qu’il présentait à ses origines est bien connu par le devis28 et les dessins d’exécution (fig. 39), qu’en avait élaborés son architecte, Jacques-Ange Gabriel. En 2006, en amont des travaux, fut réalisée une recherche documentaire accompagnée de fouilles archéologiques qui ont reconnu les fondations subsistant en sous-sol. Une prospection géophysique, réalisée en 2006, avait révélé que les vestiges du jardin étaient encore en place, mais que le bassin de la parcelle ouest était probablement dégradé par le passage d’une canalisation postérieure. Aussi, le jardin étant symétrique, c’est la parcelle est qui fut d’abord fouillée.

Fig. 39 : Dernier projet pour le jardin du Pavillon frais, décembre 1751. Paris, Archives nationales, O/1/1887/1 nos 13 et 18.

Fig. 39 : Dernier projet pour le jardin du Pavillon frais, décembre 1751. Paris, Archives nationales, O/1/1887/1 nos 13 et 18.

© Jean-Marc Manaï

  • 29 Élévation cotée des châssis de fer et plan des pilastres pour les arcades du nouveau pavillon de tr (...)

51Les fouilles, menées en 2006 et 2007, ont livré les restes des fondations du portique de treillage et du bassin, avec ses pierrées d’évacuation et sa chambre de manœuvre. La qualité des maçonneries et le décor du bassin – encore partiellement en place – ont complété les données apportées par les archives (fig. 40). La découverte d’une bouteille marquée du chiffre de Louis-Philippe a précisé la date de transformation du jardin, vers 1840, alors que le pavillon et le portique avaient été détruits en 1810 et 1811. La disposition des fondations du portique (fig. 41), rapprochée du devis d’armatures métalliques pour ses arcades29, a permis d’élaborer une hypothèse de son mode de construction, qui laissait aux racines des tilleuls, insérés dans les pilastres de treillage, assez de place pour se développer (fig. 42).

Fig. 40 : Le bassin du Pavillon frais et deux objets trouvés dans son comblement.

Fig. 40 : Le bassin du Pavillon frais et deux objets trouvés dans son comblement.

© Annick Heitzmann (CRCV) et © Jean-Marc Manaï (EPV), 2006-2007

Fig. 41 : Vue des fondations du portique de treillage avec détails : la niche et la fosse de plantation qui l’entoure.

Fig. 41 : Vue des fondations du portique de treillage avec détails : la niche et la fosse de plantation qui l’entoure.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2006-2007

Fig. 42 : Hypothèse de mise en œuvre des treillages du portique d’après les vestiges et les archives.

Fig. 42 : Hypothèse de mise en œuvre des treillages du portique d’après les vestiges et les archives.

Schémas : © Association Volutes

52Une étude stratigraphique a été réalisée en mai 2009 avec l’aide de Cécile Travers, archéologue spécialiste des jardins historiques. Ses résultats retracèrent les transformations de la parcelle, de l’époque des paysans du village de Trianon jusqu’à la veille du chantier archéologique. Dix phases successives ont été identifiées (fig. 43). Cette opération fut accompagnée d’une étude palynologique, qui a décelé plusieurs espèces végétales, certaines déjà mentionnées par les archives, les autres non.

Fig. 43 : Étude stratigraphique en travers du jardin du Pavillon frais avec localisation des tranchées et interprétation.

Fig. 43 : Étude stratigraphique en travers du jardin du Pavillon frais avec localisation des tranchées et interprétation.

Dessins : © Annick Heitzmann (CRCV) et © Aassociation Volutes, mai 2009

53Juste en amont de la réalisation des travaux de restitution du jardin, qui démarrèrent enfin en octobre 2009, nous nous sommes intéressés à la parcelle ouest, dans laquelle ne furent fouillés que le bassin et ses structures annexes (fig. 44). Leur découverte permit d’enrichir les connaissances relatives à la circulation hydraulique dans le domaine de Trianon (fig. 45).

Fig. 44 : Orthophotoplan des structures découvertes dans le jardin du Pavillon frais de Trianon.

Fig. 44 : Orthophotoplan des structures découvertes dans le jardin du Pavillon frais de Trianon.

© Association Volutes, octobre 2009

Fig. 45 : Circuit de l’alimentation en eau d’après la configuration de la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.

Fig. 45 : Circuit de l’alimentation en eau d’après la configuration de la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.

Schéma : © Daniella Malnar (EPV) – Photographie : © Annick Heitzmann (CRCV), octobre 2009

  • 30 Heitzmann 2016b.

54D’autre part, la chambre de manœuvre du jet du bassin avait été comblée à la fin du xixe siècle par des objets datant du début du siècle, essentiellement du mobilier d’hygiène réformé des deux châteaux de Trianon et de leurs communs. Nous avons trouvé, par exemple, une série de pots de chambre fabriqués à Nevers, dont l’un est signé, sorti de l’atelier de Philéas et Remi Pitié, qui fut actif entre 1826 et 1846, ainsi que de nombreuses fontaines filtrantes en terre cuite ou en pierre, dont l’une était jadis localisée dans une garde-robe, au-dessus de l’appartement de Louis-Philippe au Grand Trianon30 (fig. 46). Ces renseignements sont fournis par les numéros d’inventaire que portent encore certains objets et qui ont pu être retrouvés dans les inventaires de Trianon.

Fig. 46 : Mobilier trouvé dans la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.

Fig. 46 : Mobilier trouvé dans la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.

© Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)

55La confrontation des sources d’archives concernant le jardin du Pavillon frais avec les sources archéologiques a permis une compréhension globale et affinée de ce jardin, de son aspect et de ses aménagements successifs. Outre la découverte des vestiges, l’intérêt majeur de cette opération vient de la connaissance très précise de l’histoire de cette parcelle, fournie par l’étude stratigraphique étayée par les données tirées de l’étude des archives.

Les jardins du Grand Trianon

  • 31 Heitzmann 2015.

56Dans le cadre d’un projet de replantation des jardins du Grand Trianon, une opération de sondages archéologiques a été réalisée en mai et juin 2014, afin de repérer les éventuels vestiges des aménagements disparus de ces jardins, notamment ceux conçus à la fin du xviie siècle par André Le Nôtre pour le Trianon de marbre (fig. 47). Trois secteurs étaient concernés31.

Fig. 47 : Plan du parterre haut des jardins de Trianon, vers 1705. Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes, Va 448f.

Fig. 47 : Plan du parterre haut des jardins de Trianon, vers 1705. Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes, Va 448f.

© BNF

57Le parterre haut, situé contre le château sitôt franchi le péristyle, est actuellement composé de deux parcelles symétriques, centrées sur un bassin rond et composées de compartiments de gazon bordés de plates-bandes. Cette disposition remonte à la replantation générale des parcs de Versailles et de Trianon, réalisée au début du règne de Louis XVI, en 1775. Avant, les bassins étaient entourés de broderies. Or, la superposition du plan actuel aux plans anciens montre un changement du positionnement des bassins. L’archéologie devait vérifier si ce décalage correspond à une imprécision des plans ou à un déplacement des bassins. Une large tranchée, creusée tangentiellement à l’ouest du bassin actuel, était destinée à répondre à cette problématique.

  • La terrasse de Trianon-sous-Bois, aujourd’hui vaste esplanade gravillonnée, fut une parcelle boisée du temps du Trianon de porcelaine. Elle fut creusée de deux bassins lors de la construction du Trianon de marbre : l’un, en vis-à-vis de l’arrière-corps de l’aile, disparut peu de temps après, et l’autre, dans l’alignement de la galerie des Cotelle, perdura jusqu’à la replantation de 1775. Deux sondages ont été ouverts à la recherche de ces bassins.

    • 32 Moulin 2017.

    Le jardin des Sources fut dessiné par André Le Nôtre à l’angle formé par les ailes de Trianon-sous-Bois et de la galerie des Cotelle, là où il y avait auparavant (du temps du Trianon de porcelaine) une prairie quadrangulaire encadrée d’alignements d’arbres. Il était composé de petits ruisseaux qui serpentaient et se croisaient en formant de petites îles. Les principaux carrefours des ruisselets s’agrémentaient de jets d’eau. Cet entrelacs était bordé, au nord et au sud, de longs canaux à gradins ponctués de jets d’eau. Au nord de cet aménagement, une large allée sablée aboutissait à un bassin, qui fut d’abord quadrilobé, puis circulaire. Ce jardin disparut en 1808, quand Napoléon souhaita réunir les jardins des Grand et Petit Trianons32. Il fut remplacé par une pelouse parsemée de bouquets d’arbres selon la mode des jardins à l’anglaise. Il est aujourd’hui recouvert d’un simple gazon planté de quelques arbres et traversé par une allée. Un dernier sondage y a été positionné de façon à appréhender l’ancien bassin, l’un des canaux latéraux et plusieurs branches des ruisselets.

58L’opération archéologique de 2014, bien que très partielle, a nettement amélioré la connaissance des anciens aménagements des jardins de Trianon. Quatre bassins ont été découverts :

  • Dans le Parterre haut, l’ancien bassin a été retrouvé, prouvant que les bassins avaient été refaits et déplacés lors du changement de la disposition des parterres sous Louis XVI. Le bassin construit pour le Trianon de porcelaine peut maintenant être localisé avec précision (fig. 48).

    • 33 Le mortier hydraulique – ou ciment romain – est un enduit étanche à base de chaux et de tuileau con (...)

    Les deux bassins proches de l’aile de Trianon-sous-Bois ont été repérés. Le plus éphémère est presque entièrement détruit, mais son emplacement put être repéré, ainsi que sa technique de construction : vu la quantité de mortier hydraulique33 trouvée dans les remblais, il en était sans doute tapissé. Quant à l’autre bassin, seul un angle en a été mis au jour.

  • Dans le jardin des Sources, le radier du bassin rond a été dégagé sur une assez grande surface pour en indiquer l’emplacement exact et la taille. Par contre, le bassin quadrilobé antérieur était indécelable.

Fig. 48 : Vue de la tranchée ouverte dans le Parterre haut du Grand Trianon avec schéma indiquant l’emplacement de l’ancien bassin dans le parterre actuel (d’après les vestiges).

Fig. 48 : Vue de la tranchée ouverte dans le Parterre haut du Grand Trianon avec schéma indiquant l’emplacement de l’ancien bassin dans le parterre actuel (d’après les vestiges).

Photographie et schéma : © Annick Heitzmann (CRCV), 2014

59D’autres structures ont été révélées, notamment des pierrées et quelques canalisations, inconnues auparavant. Cependant, si l’archéologie a répondu à certaines questions, elle en a posé d’autres : à quoi correspond la petite cuvette carrée de glaise, trouvée dans le jardin des Sources (fig. 49) et où sont passés les ruisselets et canaux du même jardin ?

Fig. 49 : La cuvette de glaise trouvée dans le jardin des Sources.

Fig. 49 : La cuvette de glaise trouvée dans le jardin des Sources.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2014

Le hameau, de la reine à l’impératrice

60Deux campagnes de sondages archéologiques ont été réalisées dans le hameau de la Reine, autour de la Grande Maison – composée de la maison de la Reine et du Billard –, en prévision de sa restauration.

61La première, en décembre 2013, visait à reconnaître les anciens niveaux de sol, afin de choisir un parti de restauration. Deux tranchées stratigraphiques ont donc été creusées dans les petits jardins, l’une à l’arrière du Billard et l’autre à l’arrière de la maison de la Reine. Il a pu en être déduit que le niveau originel des jardins était situé à une vingtaine de centimètres sous le niveau de 2013. Un troisième sondage, implanté à l’avant de la maison de la Reine, du côté du lac, découvrit la fondation d’un escalier disparu en 1810. Cet escalier fut détruit au cours des travaux entrepris par Napoléon Ier pour remettre le hameau en état à l’intention de l’impératrice Marie-Louise, petite-nièce de Marie-Antoinette. Peu représenté et jamais reconstruit, l’emplacement de cet escalier put donc être exactement connu, ainsi que le niveau du sol sur lequel il reposait.

62La seconde campagne, en juillet 2015, devait étudier les fondations de l’escalier hélicoïdal du Billard, qui, très délabré, était à reconstruire. L’escalier d’origine, de 1784, avait été détruit en 1810, puis reconstruit sur les fonds de la donation Rockefeller en 1933. Il a été vérifié que les fondations du xxe siècle, en béton et ciment gris, ont bien été implantées sur les fondations du xviiie siècle, hourdées au mortier de sable jaune (fig. 50).

Figure 50 : Les fondations de l’escalier hélicoïdal du Billard.

Figure 50 : Les fondations de l’escalier hélicoïdal du Billard.

© Annick Heitzmann (CRCV), 2015

  • 34 Par Mélie Louys.
  • 35 Salaün 2016.

63Les investigations ont été étendues aux fondations des bâtiments et des poteaux de bois qui soutenaient les appentis de l’étage de la maison de la Reine. Cela provoqua la découverte de murs constitués de moellons liés au mortier de sable jaune, s’ancrant à plus de 1,1 m dans le sol (fig. 51). Ce sont sans doute les fondations d’un bâtiment disparu, appentis à pans de bois à l’existence éphémère, comme on en dénote de multiples exemples dans l’histoire de la construction du hameau, entre 1783 et 1789. Près de la fondation du poteau qui se trouve à l’angle de ces murs, a été trouvée34 une petite galette de plomb, de 4 cm de diamètre, ornée d’armoiries sur une face35 (fig. 51). Ces armoiries sont celles de François Ier, empereur du Saint-Empire romain germanique et père de Marie-Antoinette. Il s’agit d’un scellé de plomb, qui garantissait les liens d’un coffre ou d’un sac expédié par l’empereur d’Autriche. La présence de cet objet est surprenante, puisque l’empereur est mort bien avant l’arrivée de Marie-Antoinette en France et n’a donc pu lui envoyer de colis au hameau. Cet objet n’a cependant pas été trouvé dans son contexte, puisqu’il était accolé à la fondation du poteau, celle-ci étant constituée d’un ciment gris caractéristique du début du xxe siècle. Il a donc échappé aux ouvriers qui ont restauré le hameau en 1933.

Fig. 51 : Les fondations de l’appentis éphémère sous le cabinet de Tric-trac de la maison de la Reine et scellé de plomb trouvé lors de leur dégagement.

Fig. 51 : Les fondations de l’appentis éphémère sous le cabinet de Tric-trac de la maison de la Reine et scellé de plomb trouvé lors de leur dégagement.

© Annick Heitzmann (CRCV) et © Christian Milet (EPV), 2015

Conclusion

  • 36 Jashemski 1979, cité par Allimant-Verdillon 2016.
  • 37 Allimant-Verdillon 2016 et 2018.

64Ainsi, les fouilles archéologiques de Versailles ont été lancées en 1990, puis, après une éclipse de quatre années, ont repris en 1994 dans les deux bosquets jumeaux de la Girandole et du Dauphin. Depuis, elles se sont étendues à Trianon et à Marly et, sur les dix-huit sites explorés dans ces trois domaines entre 1994 et 2015, douze concernent les parcs, soit une large majorité. Nous avons donc participé à l’essor d’une discipline intitulée « archéologie des jardins », qui a connu ses prémisses dans les années 1960 et 1970 avec les travaux de Wilhelmina Jashemski sur les jardins ensevelis de Pompéi et d’Herculanum36 et s’est implantée en France dans les années 1990, dans le cadre de restaurations de monuments historiques, alors qu’on réalisait enfin que les bâtiments étaient indissociables de leur environnement végétal. La méthodologie de cette discipline a été théorisée par Anne Allimant, qui réalisa ses premiers travaux à La Bâtie d’Urfé, dans la Loire, en 199337.

65Les chantiers qui relèvent de cette archéologie sont presque exclusivement des fouilles d’époque moderne. À Versailles et dans ses satellites, Trianon et Marly, ils concernent d’anciens aménagements de Louis XIV, plus rarement de ses successeurs, détruits ou abandonnés par la suite. Très rares sont les structures d’époque contemporaine trouvées au cours de ces chantiers et une seule opération concerne une époque antérieure : une prospection pédestre réalisée en 2012 à la recherche d’un site gallo-romain soupçonné dans les fins fonds du Grand Parc, près de la ferme de Gally.

  • 38 Bentz 1990.

66L’archéologie versaillaise s’inscrit ainsi dans l’extension de l’archéologie aux époques récentes, que Bruno Bentz avait remarquée dès 199038. Il devient en effet évident que l’abondance d’archives ne rend pas l’investigation archéologique superflue : au contraire, les deux sources se complètent et s’enrichissent mutuellement. D’autant plus que les archives négligent les ouvrages souterrains. Cependant, l’existence d’une documentation écrite et figurée – particulièrement abondante pour les anciens domaines royaux, devenus nationaux – rend les méthodes de l’archéologie moderne fondamentalement différentes de celles des périodes plus anciennes. Elles permettent dans un premier temps de prévoir les découvertes et, dans un second, de les dater et de les expliquer. L’identification des structures peut ensuite servir de référence pour les découvertes d’époques antérieures, peu documentées mais ayant eu recours aux mêmes techniques, celles-ci ayant peu évolué avant la révolution industrielle.

67Pour Versailles, Trianon et Marly, l’apport de ces fouilles est considérable :

  • elles étoffent la connaissance des techniques de construction, d’hydraulique et de jardinage ;

  • quand elles interviennent en amont de chantiers de restitution, elles localisent les structures disparues et renseignent sur les techniques utilisées, permettant une reconstruction plus précise ;

  • en cas de fouilles préventives, elles enregistrent la mémoire des vestiges condamnés ;

  • les artefacts qu’elles collectent constituent une réserve de matériaux de construction et d’objets de la vie quotidienne, qui commencent à circuler dans des expositions temporaires, en attendant qu’un espace leur soit dévolu de façon permanente.

68En dehors des grosses opérations, la présence d’une équipe archéologique locale, prête à intervenir à la demande, est un atout pour ces domaines : la maîtrise d’ouvrage de l’Établissement public de Versailles, les architectes, les fontainiers ou les jardiniers font de plus en plus fréquemment appel à elle en cas de découverte fortuite, ce qui enrichit la connaissance des sous-sols, notamment le repérage des réseaux de pierrées, largement méconnus.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Dezallier d’Argenville Antoine-Joseph, 1747, La théorie et la pratique du jardinage, avec [...] un traité d’hydraulique convenable aux jardins, Paris, chez Pierre-Jean Mariette.

Guiffrey Jules, 1881-1901, Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), Paris, Imprimerie nationale, 5 vol. 

Études

Allimant-Verdillon Anne, 2016, « Les jardins sous l’œil de l’archéologue », Dossiers d’archéologie, no 375, mai-juin, p. 12-13.

Allimant-Verdillon Anne, 2018, « Jardins historiques. De l’archéologie à la restauration, définition des protocoles », dans les actes du colloque « 25 années d’archéologie royale (1990-2015) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne] : https://journals.openedition.org/crcv/14090/XXXX.

Auscher E. S., 1903, « La céramique au château de Versailles pendant le règne de Louis XIV », Revue de l’histoire de Versailles, p. 85-97.

Bazelaire Hugues de, 2016, « Analyse technique de morceaux de marbre de fontaines trouvés à Versailles », dans Chopin et Heitzmann (2016), p. 21.

Bentz Bruno, 1990, « Les fouilles modernes et contemporaines », Ramage, no 8, p. 17-39.

Bonnet Patrice, 1936, « La restauration du bras sud du Grand Canal de Versailles », Monuments historiques, p. 22-32.

Chopin Géraldine et Heitzmann Annick (dir.), 2016, La vie retrouvée à Marly et à Versailles. 25 années d’archéologie royale, cat. exp. (Musée-Promenade de Marly-le-Roi / Louveciennes, 1er octobre 2016 - 5 février 2017), [Louveciennes], Musée-promenade Marly-le-Roi-Louveciennes.

Dufour Jean-Yves et Le Guillou Jean-Claude, 2008a, « L’enceinte du château de Louis XIII à Versailles », Bulletin monumental, vol. 166-4, p. 305-313.

Dufour Jean-Yves et Le Guillou Jean-Claude, 2008b, « The Enclosure Wall of Louis XIII’s Versailles Residence », Antiquity, vol. 82, no 315, mars, En ligne : http://www.antiquity.ac.uk/projgall/dufour315/.

Dupont Catherine, 2016, « Des coquilles décoratives pour le Labyrinthe et le Théâtre d’eau », dans Chopin et Heitzmann (2016), p. 20.

Heitzmann Annick, 2007, « Trianon : le Pavillon frais en son jardin », Versalia, no 10, p. 58-76.

Heitzmann Annick, 2014a, « Un exemple de méthodologie versaillaise : le jardin du Pavillon frais à Trianon », dans Archéologie des jardins : analyse des espaces et méthodes d’approche, Montagnac, Éd. Monique Mergoil, p. 81-91.

Heitzmann Annick, 2015, « Les bassins disparus de Trianon », Château de Versailles, no 17, avril-mai-juin, p. 28-29.

Heitzmann Annick, 2016a, « Le rocaillage des bassins de Versailles », dans Chopin et Heitzmann (2016), p. 19.

Heitzmann Annick, 2016b, « Les fontaines filtrantes du xixe siècle, trouvées dans le jardin du Pavillon frais de Trianon », dans Chopin et Heitzmann (2016), p. 32.

Heitzmann Annick, 2018, « Bilan de trois années de fouille programmée du château de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mis en ligne le 5 février 2018, <http://journals.openedition.org/crcv/14656>.

Heitzmann Annick et Vorenger Justine, 2011, « Fouilles archéologiques de la Grille royale du château de Versailles (2006). Les restes fauniques du fossé nord de Le Vau », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, mise en ligne le 7 mars 2011, <http://journals.openedition.org/crcv/10941>.

Jashemski Wilhelmina, 1979, The Gardens of Pompeii, Herculaneum and the Villas Destroyed by Vesuvius, New York, Aristide D. Caratzas.

Moulin Jacques, 2017, « Les jardins du Grand Trianon, de Michel Le Bouteux à Richard Mique », Bulletin monumental, vol. 175-2, p. 129-154.

Salaün Gildas, 2016, « Un plomb de scellé découvert au hameau de la Reine », dans Chopin et Heitzmann (2016), p. 38.

Sichet Fréderic, 2013, « L’hydraulique des jardins au temps d’André Le Nôtre », dans P. Bouchenot-Dechin et G. Farhat (dir.), André Le Nôtre en perspectives, cat. exp. (château de Versailles, 22 octobre 2013-23 février 2014), Paris, Hazan, p. 204-211.

Rapports de fouille et conférences (non publiés)

Dufour Jean-Yves et Le Guillou Jean-Claude, 2006, Versailles, château, Cour royale, l’enceinte du château Louis XIII, cour de l’Opéra, Saint-Denis, Inrap (rapport de fouille non publié).

Dufour Jean-Yves, 2013, Île-de-France, Yvelines, Versailles, château royal, cour du Grand Commun : nécropole mérovingienne et jeu de paume du roi Louis XIII, vol. 1 : Étude générale ; vol. 2 : Études spécialisées. Annexes. Inventaires, INRAP, centre Île-de-France (rapport de fouille non publié).

Dufour Jean-Yves, 2016, « Les découvertes archéologiques des xviie et xviiie siècles dans la cour du Grand Commun : jeu de paume du roi Louis XIII et vestiges hydrauliques », enregistrement audio du colloque « 25 années d’archéologie royale (1990-2015) » (château de Versailles, 6-8 octobre 2016), <https://archive.org/details/Archeologie_10JYD>.

Heitzmann Annick, 1994, Domaine national de Versailles, quinconces du Nord et du Midi. Rapport préliminaire de fouilles archéologiques effectuées dans les anciens bosquets du Dauphin et de la Girandole (juillet et septembre 1994).

Heitzmann Annick, 1995, Parc national de Versailles, bosquet de l’Encelade. Rapport de fouilles archéologiques (6 avril-11 août 1995).

Heitzmann Annick, 1999, Parc national de Versailles, bosquet des Trois-Fontaines. Rapport des sondages archéologiques (1er juin-6 août 1999).

Heitzmann Annick, 2001, Château de Versailles, Grille royale. Rapport des sondages archéologiques (5 juin-23 juillet 2001).

Heitzmann Annick, 2002a, Parc national de Versailles, bosquet de l’Étoile. Rapport des sondages archéologiques 2002.

Heitzmann Annick, 2002b, Parc national de Versailles, bosquet des Trois-Fontaines. Rapport des fouilles archéologiques 2001-2002.

Heitzmann Annick, 2004a, Château de Versailles, Corps de garde suisse. Rapport des sondages archéologiques 2004.

Heitzmann Annick, 2004b, Pavillon de la Lanterne, le bassin du Parterre. Rapport du sondage archéologique 2004.

Heitzmann Annick, 2006a, Château de Versailles, Grille royale. Étude historique et rapport de fouille archéologique préliminaire (12 avril-13 juillet 2006).

Heitzmann Annick, 2006b, Domaine de Trianon, jardin du Pavillon frais, t. 1 : Étude historique.

Heitzmann Annick, 2011, Domaine de Trianon, jardin du Pavillon frais, t. 2 : Parcelle est. Rapport des interventions archéologiques de 2006 et 2007, février.

Heitzmann Annick, 2008, Parc national de Versailles, bosquet de la Reine (ancien Labyrinthe). Rapport de fouille archéologique préliminaire 2008.

Heitzmann Annick, 2009, Domaine de Trianon, jardin du Pavillon frais, t. 3 : Étude stratigraphique, avec la collaboration de Cécile Travers. Rapport du sondage archéologique de mai et juin 2009, septembre.

Heitzmann Annick, 2010, Domaine de Trianon, jardin du Pavillon frais, t. 4 : Parcelle ouest. Rapport de l’intervention archéologique d’octobre 2009, octobre.

Heitzmann Annick, 2011, Parc national de Versailles, bosquet du Rond-Vert (ancien Théâtre d’eau). Rapport préliminaire de fouille archéologique programmée (avril-juin 2011), décembre.

Heitzmann Annick, 2013, Domaine national de Versailles, terrain des Mortemets. Rapport de fouille archéologique programmée (mars et juillet 2012), février.

Heitzmann Annick, 2014b, Jardins du Grand Trianon. Rapport de sondages archéologiques (6 mai-2 juillet 2014), novembre.

Haut de page

Notes

1 Allimant-Verdillon 2018.

2 Auscher 1903.

3 Bonnet 1936.

4 Service d’archives du château de Versailles, dossier 1979-26.

5 À moins qu’elle n’ait été volée, car de tels vols sont couramment mentionnés dans les archives.

6 Heitzmann 2018.

7 Heitzmann 2014a.

8 Sichet 2013.

9 Renseignements fournis par le Service des fontaines.

10 « Toisé des conduites de tuyaux de fonte de fer […] posés de neuf par Pollard en la place des mauvaises conduites de plomb […] depuis le 6e avril 1718 jusqu’au dernier juin 1719 », Archives nationales, O/1/1790/I.

11 La fonte douce est une fonte grise, grenue et légèrement malléable. Sa couleur est gris noirâtre quand ses grains sont très prononcés (renseignement fourni par Daniella Malnar, d’après Renaud (Léonce), Traité d’architecture, Paris, 1850).

12 Parc des Deux Trianons [1840-1850], Archives nationales, F/21/3585 no 49 ter.

13 Mémoire des ouvrages de maçonnerie exécutés en 1902 au palais de Versailles d’après les ordres de Marcel Lambert par Chapelle et Devillers, Archives du château de Versailles, DT1902.

14 « Plan du Petit Parc de Versailles », 1868, Bibliothèque municipale de Versailles, cartes et plans E6.

15 « État de la dépense à faire pour rétablir la pièce du théâtre des eaux dans le jardin de Versailles », Archives nationales, O/1/1790/2.

16 Heitzmann 2016.

17 Dupont 2016.

18 Bazelaire 2016.

19 Institut national de recherche en archéologie préventive.

20 Centre de recherche du château de Versailles.

21 Dufour et Le Guillou 2006 et 2008a.

22 Vignette des « Maisons royalles et remarquables aux environs de Paris », Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes.

23 Heitzmann et Vorenger 2011.

24 Dufour 2013 et 2016.

25 Heitzmann 2014a.

26 The American Friends of Versailles.

27 Heitzmann 2007.

28 Devis général des ouvrages à faire pour l’augmentation du jardin particulier du roi à Trianon par Gabriel, 11 septembre 1751, Archives nationales, O/1/1874 et plans en O/1/1887/1.

29 Élévation cotée des châssis de fer et plan des pilastres pour les arcades du nouveau pavillon de treillage, 31 décembre 1751, Archives nationales, O/1/1887/1 no 23.

30 Heitzmann 2016b.

31 Heitzmann 2015.

32 Moulin 2017.

33 Le mortier hydraulique – ou ciment romain – est un enduit étanche à base de chaux et de tuileau concassé qui lui confère une couleur rose.

34 Par Mélie Louys.

35 Salaün 2016.

36 Jashemski 1979, cité par Allimant-Verdillon 2016.

37 Allimant-Verdillon 2016 et 2018.

38 Bentz 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Après la tempête… Bosquets de l’Arc de Triomphe et des Trois-Fontaines.
Crédits © Jean-Marc Manaï (EPV), 1991
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 2 : Premier sondage à l’Encelade.
Crédits © Bruno Bentz, avril 1990
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 : Terrassement dans les pépinières Saint-Antoine. Archives du château de Versailles.
Crédits © Petermin, 1955, archives du château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 4 : Localisation des principaux bosquets fouillés dans le Petit Parc de Versailles avec les dates d’intervention.
Crédits Fond de plan : © EPV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 5 : Dezallier d’Argenville, La théorie et la pratique du jardinage, édition de 1747.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 6 : Jean Cotelle, Le bosquet des Trois-Fontaines, peinture, 1688. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 769.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 7 : Vue des deux cascades basses et détail du support d’une baguette métallique.
Crédits © Jean-Marc Manaï (EPV), juin 2002
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Titre Fig. 8 : Coupe des cascades basses [1789]. Paris, Archives nationales, O/1/1792/6 no 2.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 9 : Superposition des plans du Labyrinthe et du bosquet de la Reine, avec indication des sondages réalisés.
Crédits Plan actuel : © EPV – Gravure publiée par Van Eck en 1716 : © Archives du château de Versailles, B14
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 10 : Radier de la fontaine du Loup et du Porc-Épic, avec détail de son épaisseur.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2008
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 11 : Le bassin des Enfants dorés avant restauration.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), juin 2011
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 12 : Canalisations en plomb du bosquet de l’Encelade, avec détails de soudure.
Crédits © Annick Heitzmann (EPV), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Titre Fig. 13 : Canalisation en fonte du bosquet de l’Encelade (1718), avec détails d’un tronçon et d’un boulon.
Crédits © Jean-Marc Manaï et Annick Heitzmann (EPV), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 14 : Canalisation en fonte du Pavillon frais de Trianon (1751) dans la chambre de décharge, avant et après restauration.
Crédits © Annick Heitzmann et Louis de Lisle (CRCV), octobre 2009
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 15 : Bassin ouest du Pavillon frais, avec canalisation en fonte postérieure.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), octobre 2009
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 16 : Un exemple de pierrée : celle du Rond-Vert. Orthophotoplan, vue et intérieur de la pierrée.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2014
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 17 : Chambre de décharge et aqueduc du bassin aval du bosquet des Trois-Fontaines.
Crédits © Annick Heitzmann (EPV), 2001
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Fig. 18 : Plan des jardins de Versailles vers 1680, détail. Paris, Archives nationales, N I Seine-et-Oise 36.
Légende Réseau de pierrées dans le bosquet de l’Étoile
Crédits Relevé et orthophotoplan : © Association Volutes, 2002
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 19 : Anonyme, « Plan de l’Ancelade », vers 1700. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, Va 423 ft 4 t. 2.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 20 : Le bosquet de l’Encelade en chantier.
Crédits © Jean-Marc Manaï (EPV), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 21 : Remontage des dés de pierre.
Crédits © Annick Heitzmann (EPV), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 22 : Massif de fondation de treillage et base de poteau métallique.
Crédits © Photographies et dessin d’Annick Heitzmann (EPV), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 23 : Dé et morceau de dé avec marquage pour la taille.
Crédits © Étude de Frédérique Trouslard (association Volutes), 1995
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 24 : Chaufourier, Plan du Théâtre d’eau, 1720. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Inv. Ms no 64.
Légende Avec localisation de deux sondages et encarts des allées qui y ont été découvertes
Crédits Photographie : © Annick Heitzmann (CRCV) – DAO : Anatoli Dovgopol (association Volutes), 2011 – Plan : @ RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Hervé Lewandowski
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 25 : Anonyme, Plan du Théâtre d’eau avec implantation des empreintes de poteaux, 1750. Paris, Archives nationales, VA 26 no 101.
Crédits Plan : © Archives nationales – Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2011
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 26 : Le Lièvre et la Tortue [fontaine du Labyrinthe], gravure de Sébastien Leclerc enluminée par Jacques Bailly, 1674. Paris, Petit Palais, Inv Dutuit 724.
Légende Éléments de rocaillage : minéraux, pâtes de verre et coquillages.
Crédits Photographies : © Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 27 : Mode de fixation du rocaillage : pitons plantés dans la maçonnerie et fils métalliques (bosquet des Trois-Fontaines et Théâtre d’eau).
Crédits Photographies : © Annick Heitzmann (EPV), 2002 et 2011. Piton après restauration par Arc’Antique.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Fig. 28 : Éléments végétaux en métal cuivreux.
Crédits Photographies après restauration : © Arc’Antique
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Fig. 29 : Deux morceaux de margelles en marbre.
Crédits © Didier Saulnier (EPV)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 30 : Localisation des principaux chantiers dans les cours du château et du Grand Commun.
Crédits Fond de plan : © EPV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 31 : Les découvertes faites dans la Cour royale avec leur interprétation.
Crédits Photographie et schémas : © INRAP, 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 32 : Semelle de maçonnerie de la grille de Mansart s’appuyant sur le mur de Le Vau.
Crédits Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 33 : Deux tronçons des murs construits par Le Vau.
Crédits Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Fig. 34 : Fouille d’un fossé de la grille de Louis Le Vau.
Crédits Photographies : © Annick Heitzmann (CRCV), 2006
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Fig. 35 : Échantillons du mobilier archéologique trouvé dans la couche d’occupation du fossé nord de la grille de Louis Le Vau.
Crédits Photographies : © Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 976k
Titre Fig. 36 : Le mur de Le Vau à l’entrée de la cour des Princes.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 37 : La cour du Grand Commun en cours de fouille et tombes mérovingiennes.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV) et © INRAP, juin 2007
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 38 : Localisation des trois chantiers réalisés à Trianon.
Crédits Fond de plan : © EPV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 39 : Dernier projet pour le jardin du Pavillon frais, décembre 1751. Paris, Archives nationales, O/1/1887/1 nos 13 et 18.
Crédits © Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 40 : Le bassin du Pavillon frais et deux objets trouvés dans son comblement.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV) et © Jean-Marc Manaï (EPV), 2006-2007
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 41 : Vue des fondations du portique de treillage avec détails : la niche et la fosse de plantation qui l’entoure.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2006-2007
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 42 : Hypothèse de mise en œuvre des treillages du portique d’après les vestiges et les archives.
Crédits Schémas : © Association Volutes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 43 : Étude stratigraphique en travers du jardin du Pavillon frais avec localisation des tranchées et interprétation.
Crédits Dessins : © Annick Heitzmann (CRCV) et © Aassociation Volutes, mai 2009
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 44 : Orthophotoplan des structures découvertes dans le jardin du Pavillon frais de Trianon.
Crédits © Association Volutes, octobre 2009
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Fig. 45 : Circuit de l’alimentation en eau d’après la configuration de la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.
Crédits Schéma : © Daniella Malnar (EPV) – Photographie : © Annick Heitzmann (CRCV), octobre 2009
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 46 : Mobilier trouvé dans la chambre de manœuvre du bassin ouest du Pavillon frais.
Crédits © Christian Milet (EPV) et © Didier Saulnier (EPV)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Titre Fig. 47 : Plan du parterre haut des jardins de Trianon, vers 1705. Bibliothèque nationale de France, cabinet des Estampes, Va 448f.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 48 : Vue de la tranchée ouverte dans le Parterre haut du Grand Trianon avec schéma indiquant l’emplacement de l’ancien bassin dans le parterre actuel (d’après les vestiges).
Crédits Photographie et schéma : © Annick Heitzmann (CRCV), 2014
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 49 : La cuvette de glaise trouvée dans le jardin des Sources.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2014
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Figure 50 : Les fondations de l’escalier hélicoïdal du Billard.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV), 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 51 : Les fondations de l’appentis éphémère sous le cabinet de Tric-trac de la maison de la Reine et scellé de plomb trouvé lors de leur dégagement.
Crédits © Annick Heitzmann (CRCV) et © Christian Milet (EPV), 2015
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15273/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annick Heitzmann, « Versailles et Trianon 1990-2015 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 11 octobre 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/15273 ; DOI : 10.4000/crcv.15273

Haut de page

Auteur

Annick Heitzmann

Annick Heitzmann est chargée de recherches archéologiques au Centre de recherche du château de Versailles. Elle a étudié l’histoire, l’histoire de l’art et l’archéologie à l’université Paris IV-Sorbonne (master 2) et est diplômée de l’École du Louvre. Elle est spécialisée en archéologie de l’époque moderne et en archéologie des jardins. Elle dirige les chantiers de fouilles dans les domaines de Versailles, de Trianon et de Marly depuis 1994. Annick Heitzmann is archaeological researcher at the Centre de Recherche du Château de Versailles. She studied history and the history of art and archeology at the Université Paris IV-Sorbonne (Masters) and is a graduate of the École du Louvre. She specializes in archaeology of modern period and of gardens. She has been leading the excavation work in the Versailles, Trianon and Marly estates since 1994.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals