Navigation – Plan du site
Généralités

Jardins historiques : de l’archéologie à la restauration, définition des protocoles

Historic Gardens: From Archaeology to Restoration, Defining Protocols
Anne Allimant-Verdillon

Résumés

À la lumière des fouilles archéologiques menées depuis 1993 en France, le jardin dévoile sa vraie nature : celle d’un espace artificiel, véritable architecture de terre et d’eau, pensé et conçu en fonction du terrain qu’il occupe, doté de « fondations » et d’aménagements complexes destinés à assurer sa pérennité. Appréhender de tels concepts ne peut cependant se faire sans la mise au point de processus spécifiques. L’archéologie des jardins, de par les matériaux qu’elle traite – de la terre dans de la terre –, mise en œuvre autour d’un patrimoine vivant, inscrite au sein de protocoles dont l’étendue va du diagnostic jusqu’à la restauration, fait partie de ces domaines de recherche pour lesquels il a fallu dépasser les prérogatives de la seule discipline archéologique. Car, à la différence des fouilles préventives, effectuées préalablement à la destruction totale ou partielle des sites, l’archéologie appliquée à un projet de restauration de jardin revêt un aspect inversement constructif. Pour cela, l’archéologue se doit de fournir des contenus susceptibles non seulement de faire progresser la recherche, mais aussi d’aider les restaurateurs dans leur future intervention.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jashemski 1979 et 1987.
  • 2 Malek 2013, Malek 1997, Malek 1994 ; Jacques 1993, p. 60-63. Brown 1991.

1Au-delà des premières recherches menées à Pompéi et à Williamsburg (Virginie, USA) dans les années 1920, ou de celles réalisées autour de la restauration du jardin de Chiswick House dans les années 1950, on peut considérer à juste titre les travaux novateurs menés par Wilhelmina Jashemski dans le sud de l’Italie dans les années 1960-1980 comme étant à l’origine de l’archéologie des jardins1. Ces fouilles, menées dans un contexte très spécifique – celui des sites recouverts par des débris volcaniques lors de l’éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C. –, ont permis la mise au point d’un certain nombre de protocoles d’études (fig. 1). Le domaine connut ensuite un essor considérable dans les années 1980-1990, sous l’égide de personnalités telles que Kathryn L. Gleason, Naomi F. Miller ou encore Brian Dix, dont les travaux menés dans le Privy Garden du palais d’Hampton Court ont marqué les esprits2 (fig. 2). En s’appropriant des domaines jusqu’alors réservés aux sciences « dures » ou aux laboratoires, ces archéologues ont également contribué au développement de l’archéologie dite « environnementale », largement adoptée depuis par l’ensemble de la profession.

Fig. 1 : Fouille du jardin de la maison des Chastes Amants, Pompéi (Italie).

Fig. 1 : Fouille du jardin de la maison des Chastes Amants, Pompéi (Italie).

© Antonio Varone

Fig. 2 : Vue aérienne de la fouille archéologique du Privy Garden du palais d’Hampton Court (Angleterre).

Fig. 2 : Vue aérienne de la fouille archéologique du Privy Garden du palais d’Hampton Court (Angleterre).

© Brian Dix

2L’aspect « technique » de la mise en œuvre des jardins historiques n’a cependant été abordé qu’à partir de 1993, en France, au travers de recherches menées dans le cadre de projets de restauration. À la lumière de ces travaux, le jardin a dévoilé sa vraie nature : celle d’un espace artificiel, véritable architecture de terre et d’eau, pensé et conçu en fonction du terrain qu’il occupe, doté de « fondations » et d’aménagements complexes destinés à assurer sa pérennité. Bien que chronologiquement et géographiquement différents, les parcs et jardins du xive au xviiie siècle, étudiés par le biais de cette approche archéologique particulière, présentent en effet des caractéristiques communes. Pensés et conçus techniquement en fonction du milieu qu’ils occupent, ces lieux ont été adaptés à leurs sites d’accueil.

3Appréhender de tels concepts ne peut cependant se faire sans la mise au point de processus spécifiques. L’archéologie des jardins, de par les matériaux qu’elle traite – de la terre dans de la terre –, mise en œuvre autour d’un patrimoine vivant, inscrite au sein de protocoles dont l’étendue va du diagnostic jusqu’à la restauration, fait partie de ces domaines de recherche pour lesquels il a fallu dépasser les prérogatives de la seule discipline archéologique. Car, à la différence des fouilles préventives, effectuées préalablement à la destruction totale ou partielle des sites, l’archéologie appliquée à un projet de restauration de jardin revêt un aspect inversement constructif. Pour cela, l’archéologue se doit de fournir des contenus susceptibles non seulement de faire progresser la recherche, mais aussi d’aider les restaurateurs dans leur future intervention.

4Aussi, depuis plus de vingt-cinq ans, nous nous efforçons de mettre en place des protocoles pluridisciplinaires, inscrits dans une vision morpho-dynamique globale et transversale, sur une échelle allant du grand paysage à la micro-stratigraphie.

Les recherches préliminaires et connexes

5Au titre des recherches préliminaires à la fouille d’un jardin, existent un certain nombre d’approches non destructrices.

6La plus récente, et probablement la plus intéressante, la télédétection par laser, ou LIDAR, appliquée à l’échelle du jardin et de son environnement, se révèle un outil fascinant pour comprendre les techniques anciennes de topographie et de terrassements.

7Si les crédits alloués à l’étude ne permettent pas de financer ce type de recherche, on peut également, à partir d’un relevé de géomètre, établir une carte micro-topographique de tout ou partie d’un jardin, ce qui permet de repérer certaines micro-dénivellations, invisibles à l’œil nu : pendage du site, anciennes structures en creux, allées, présences de structures enfouies… C’est ainsi, par exemple, qu’en 2011, au château de Joviac (Rochemaure, Ardèche), il nous a été possible d’identifier plus précisément le profil du barrage qui alimentait le jardin en eau au xviiie siècle et d’appréhender plus finement les principes de sédimentations qui ont engendré son comblement progressif (fig. 3).

Fig. 3 : Reconnaissance de la pente d’origine du terrain et du sens de dépose des sédiments par le biais de la micro-topographie, plan et coupe du barrage du château de Joviac, Rochemaure (Ardèche).

Fig. 3 : Reconnaissance de la pente d’origine du terrain et du sens de dépose des sédiments par le biais de la micro-topographie, plan et coupe du barrage du château de Joviac, Rochemaure (Ardèche).

Base de plan : © Guy Lemoine – Plan et coupe : © A. Allimant-Verdillon

8L’étude des photographies aériennes contribue également à la reconnaissance des structures enfouies. Sur certains clichés du domaine du Pradel (Mirabel, Ardèche), on observe ainsi clairement l’emprise de l’ancienne « mère des fontaines » (sorte de réservoir souterrain qui récupère l’ensemble des eaux de drainage du site) mise en place au xvie siècle par Olivier de Serres (fig. 4). Dans d’autres cas, parterres, fosses de plantation et autres allées peuvent apparaître plus ou moins clairement, au gré des saisons, de l’humidité des sols, ou marqués par une végétation différenciée (fig. 5).

Fig. 4 : Photographie aérienne du domaine du Pradel, Mirabel (Ardèche).

Fig. 4 : Photographie aérienne du domaine du Pradel, Mirabel (Ardèche).

Emprise de la « mère des fontaines » mise en place au xvie siècle par Olivier de Serres.

© Géoportail. Cliché IGN. 1977 – Interprétation : Anne Allimant-Verdillon

Fig. 5 : Reconnaissance des anciennes broderies des parterres par le biais de la photographie aérienne, parc du château de Hopetoun House (Écosse), 1984.

Fig. 5 : Reconnaissance des anciennes broderies des parterres par le biais de la photographie aérienne, parc du château de Hopetoun House (Écosse), 1984.

© RCAHMS

9Les prospections géophysiques (magnétométrie, résistivité électrique des sols) peuvent également être utilisées dans le jardin pour repérer la présence de réseaux, drainages ou autres architectures enfouies telles que les fontaines, bassins, murs de terrasses ou escaliers. Bien que fournissant de précieuses informations, ces prospections ne peuvent remplacer une fouille : les techniques actuelles ne permettent pas, en effet, d’appréhender les structures de terre, véritables « fondations » du jardin, telles que les pendages artificiels ou guidages de nappe phréatique.

10Pour cette dernière raison, mais aussi parce que de grands pans de l’histoire des jardins restent encore à défricher, il convient de pouvoir réaliser, conjointement à l’étude archéologique, une relecture contextuelle des données historiques et généalogiques connues sur le site, sous forme d’un enregistrement informatique systématique des données brutes (bibliographie, archives privées et publiques, états civils…). Les sources ainsi replacées dans leurs contextes étendus, des origines à nos jours, mises à plat, sans filtre historiographique, dévoilent alors l’histoire du jardin dans toutes ses dimensions, aussi bien humaines que techniques, végétales qu’historiques.

  • 3 Allimant-Verdillon 2015.

11C’est ainsi que dans le cadre de l’étude des jardins du palais des Papes (Avignon, Vaucluse), nous avons retranscrit et traduit du latin en français l’ensemble des comptes du xive siècle relatifs aux jardins. Ce premier état des lieux a par la suite été complété au fil des problématiques rencontrées : acquisitions de terrain, gestion de l’eau, techniques de construction, comptes des cuisines, données climatiques… L’ensemble ainsi réuni sur un même plan a permis d’établir des calendriers précis de travaux, ce qui n’avait pas été possible jusqu’alors. Et de comprendre comment les jardins avaient été insérés progressivement au sein du projet de construction du palais, conjointement à la mise en place du réseau hydraulique d’alimentation en eau de l’édifice3 (fig. 6-7).

Fig. 6 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).

Fig. 6 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).

© Anne Allimant-Verdillon

Fig. 7 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, jardin du Griffon, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).

Fig. 7 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, jardin du Griffon, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).

© Anne Allimant-Verdillon

12Les relevés d’état-civil, souvent considérés comme réservés aux seuls généalogistes, peuvent, quant à eux, se révéler de précieuses sources de renseignements pour comprendre l’organisation des chantiers. C’est ainsi qu’à Montbard, en l’absence de données d’archives notariales, il nous a été possible de reconstituer avec précision les constellations ouvrières mises en place autour des chantiers des jardins de Buffon en dépouillant l’ensemble des registres paroissiaux du xviiie siècle.

13Une fois informatisées, ces données ouvertes, sorte d’« open data » du jardin, sont transmises aux services d’archives concernés et aux propriétaires des lieux. Elles sont ainsi susceptibles d’être augmentées au fil de nouvelles recherches, relues à la lumière d’autres regards, voire utilisées dans le cadre d’autres problématiques.

  • 4 Allimant 2003.

14De manière évidente, le végétal tient également une grande place au sein de ces études. Dès 1993, à la Bâtie d’Urfé (Loire), premier jardin fouillé en France selon une approche environnementale, il m’avait paru intéressant de croiser le regard de l’archéologue avec celui du botaniste. Un catalogue des espèces présentes dans le jardin avait ainsi été établi, révélant la présence de plantes anciennes, témoins vivants et persistants de la palette végétale des anciens jardins. J’ai par la suite fait appel, dans le cadre d’autres chantiers, à l’ethnobotaniste Stéphane Crozat, responsable du Centre de ressources de botanique appliquée (CRBA). Le croisement de nos méthodologies a fait ses preuves ; sur un site comme celui du Coscro (Morbihan), il fut ainsi possible d’établir une véritable cartographie historique végétale du domaine, du xve siècle à nos jours4 (fig. 8).

Fig. 8 : Jardin du château du Coscro, hypothèse de restitution du domaine d’après l’aveu de 1663, Lignol (Morbihan).

Fig. 8 : Jardin du château du Coscro, hypothèse de restitution du domaine d’après l’aveu de 1663, Lignol (Morbihan).

© Anne Allimant-Verdillon et Stéphane Crozat

15Ponctuellement, sur certains sites, lorsque cela était possible, à l’issue de la fouille, les sondages archéologiques sont laissés ouverts, afin d’observer d’éventuelles repousses. C’est ainsi que dans le jardin d’Olivier de Serres au Pradel, de nombreuses espèces fruitières et potagères ont fait leur réapparition à l’emplacement des fosses de plantation. Aussi étonnante fut la pousse, sur les tas de terres issues de la fouille du jardin de l’hôtel de Gadagne, à Lyon, d’un véritable champ de Papaver somniferum L., ou autrement dit, un champ d’opium ! Les essais menés sur les terres des jardins médiévaux du Palais des papes n’ont en revanche rien donné, le site ayant subi de trop nombreuses altérations et pollutions au fil des siècles.

16Alliées sans conteste de ces disciplines de terrain, architecture et ingénierie permettent, quant à elles, d’appréhender les matériaux, la métrologie ou encore l’hydraulique, et démontrent à quel point bâti et jardin sont liés, aussi bien du point de vue du commanditaire que du concepteur. C’est pourquoi, lors de chaque étude de jardin, il convient d’effectuer une visite détaillée des édifices qui lui sont associés, « de la cave au grenier ». Ceci pour relever les données métriques utilisées sur les lieux au fil du temps, ou encore répertorier d’éventuels indices reliant le monument au jardin (points et axes de vue, lien entre jardin et cuisine, graffiti, représentation de végétaux, etc.). C’est ainsi, sur la simple observation des clous fichés dans les joints du mur nord de la terrasse du bord de l’eau des Tuileries, que nous avons pu reconstituer le système de palissage « à la loque » installé vers 1776 en lieu et place de la haie d’ifs de Le Nôtre (fig. 9). À Vallery, c’est en analysant l’architecture de la petite maison située dans l’un des angles du jardin que nous nous sommes rendu compte qu’il s’agissait d’un reliquat de l’ancien pavillon édifié au milieu du xvie siècle par Lescot (fig. 10).

Fig. 9 : Reconnaissance des palissages mis en place vers 1776 le long du mur nord de la terrasse du bord de l’eau d’après les clous encore fichés dans la maçonnerie, jardin des Tuileries, Paris.

Fig. 9 : Reconnaissance des palissages mis en place vers 1776 le long du mur nord de la terrasse du bord de l’eau d’après les clous encore fichés dans la maçonnerie, jardin des Tuileries, Paris.

© Anne Allimant-Verdillon

Fig. 10 : Hypothèse de restitution de la façade est du pavillon nord du jardin de Vallery d’après les dessin et gravure d’Androuet Du Cerceau (Londres, British Museum, 1972,U.827) ainsi que les éléments architecturaux encore en place.

Fig. 10 : Hypothèse de restitution de la façade est du pavillon nord du jardin de Vallery d’après les dessin et gravure d’Androuet Du Cerceau (Londres, British Museum, 1972,U.827) ainsi que les éléments architecturaux encore en place.

Dessin : © The Trustees of the British Museum – Restitution et photo : © Anne Allimant-Verdillon

17Dans le prolongement de cette approche technique architecturale s’inscrivent parallèlement dans le jardin les disciplines géographiques, topographiques, cartographiques, climatologiques et l’ensemble de leurs applications ; ainsi que celle du paysagiste, sous l’œil duquel fonds et formes dévoilent d’autres aspects plus sensibles, de la création du lieu à l’écologie.

18L’étude de la symbolique et de la philosophie du temps, au regard de l’histoire des représentations, contribue enfin à la compréhension intime de ces jardins historiques. Confrontée aux données de la « petite histoire », elle autorise l’historien au déchiffrage prosopographique des acteurs du jardin, du simple exécutant aux commanditaires. Et, par là même, de concevoir autrement le geste du jardinier, la pensée du concepteur, et leur vision commune ou différenciée du chantier.

Les protocoles de recherches archéologiques

19La fouille archéologique d’un jardin, telle que nous l’avons mise au point en France depuis 1993, s’effectue dans un premier temps sous forme de sondages creusés à l’aide d’engins mécaniques dotés de godets lisses, la profondeur des tranchées variant en fonction de celle du substrat naturel du site. Les coupes réalisées sont nettoyées puis étudiées en totalité par le biais de la micro-stratigraphie, en utilisant des critères d’identification des terres aussi bien micro-morphologiques et pédologiques qu’archéologiques. Ponctuellement, à l’identique de la recherche effectuée dans le jardin d’Olivier de Serres au Pradel, le terrain peut être décapé de façon à laisser apparaître le plan des lieux (trous de plantations, allées…) (fig. 11). L’ensemble est ensuite relevé sur papier millimétré à l’échelle 1/20e.

20En termes d’archives, nous avons réduit l’enregistrement des données à la seule minute de chantier. Sur cette dernière, mise en couleur au fil des interprétations, figurent tout aussi bien le relevé stratigraphique, les numéros d’unités stratigraphiques que les hypothèses émises en cours de chantier (fig. 12). Ceci afin de faciliter le travail d’enregistrement des données, d’éviter la multiplication des supports d’archives, souvent génératrices de pertes d’informations au fil du temps, mais aussi de montrer clairement le processus évolutif de réflexion mené autour des différents éléments mis au jour.

Fig. 11 : Relevé des traces de plantations mises au jour lors de la fouille archéologique, jardin d’Olivier de Serres au Pradel, Mirabel (Ardèche), 2000.

Fig. 11 : Relevé des traces de plantations mises au jour lors de la fouille archéologique, jardin d’Olivier de Serres au Pradel, Mirabel (Ardèche), 2000.

© Anne Allimant-Verdillon

Fig. 12 : Relevé du sondage 6 en cours de chantier, fouille archéologique des jardins du palais des Papes, minutes de chantier, 2014.

Fig. 12 : Relevé du sondage 6 en cours de chantier, fouille archéologique des jardins du palais des Papes, minutes de chantier, 2014.

© Anne Allimant-Verdillon et Marianne Altit-Morvillez

21De nombreuses techniques de laboratoire peuvent également être mises au service de l’étude archéologique des jardins : la dendrochronologie (datation des bois), l’anthracologie (l’étude des charbons), la palynologie (l’étude des pollens), la carpologie (l’identification des espèces végétales à partir des graines recueillies sur le site), ou encore la malacologie (l’étude des mollusques). Comme nous en avons fait le constat en 1998 dans le jardin du cloître de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), les mollusques fournissent de précieux renseignements sur les espaces qu’ils ont occupés (humides, secs, ombragés, ensoleillés, etc.). Ils permettent parfois également l’identification des espèces végétales auprès desquelles ils se sont développés. Certaines recherches ont également été développées autour de la structure cellulaire du bois et des phytolithes (dépôts siliceux piégés dans le système racinaire des graminées et des céréales). La luminescence thermale permet, quant à elle, de donner des indications sur des dates de comblements de structures en creux (fossés, étangs, etc.).

22La micro-morphologie, méthode d’étude des matériaux meubles, s’effectue en analysant au microscope polarisant des lames minces fabriquées à partir de prélèvements de sédiments non perturbés, préalablement imprégnés de résines synthétiques. Elle permet de déterminer la nature, l’origine et les conditions de mise en place des sédiments, ainsi que d’identifier les modifications anthropiques et naturelles subies postérieurement par le dépôt. Elle débouche sur la reconstitution détaillée de l’histoire de chaque niveau archéologique et contribue à l’interprétation stratigraphique et paléo-ethnographique du site.

23Au titre des recherches encore inexploitées, on pourrait également envisager de faire des prélèvements au sein des anciennes fosses de plantation pour étudier l’association symbiotique entre champignons et racines des plantes, ou mycorhize. Ce qui pourrait permettre d’identifier avec précision la nature des espèces plantées.

Par nature ou par art. Reconnaissance des techniques de mise en œuvre des jardins du xive au xviiie siècle

24L’application de l’ensemble de ces protocoles dans le cadre des fouilles archéologiques de jardins s’est révélée très rapidement un véritable atout pour comprendre la technicité de ces lieux si particuliers et a permis d’ouvrir des champs de recherche jusqu’alors inexplorés.

25Car, bien que chronologiquement et géographiquement différents, les jardins étudiés depuis 1993 présentent en effet des caractéristiques communes. Pensés et conçus techniquement en fonction du milieu qu’ils occupent, ces jardins ont été adaptés à leurs sites d’accueil. En fonction des sites, par nature, le concepteur du jardin s’adapte, se conforme. Et par art, s’il le faut, il transforme.

Par nature. Adaptation au terrain

  • 5 Allimant 1996 et 2000a.

26À la fin du xvie siècle, pour concevoir son jardin, Olivier de Serres n’a pas besoin d’engager de grands travaux : il se contente d’aplanir le terrain qui se trouve au-devant de sa bastide du Pradel (fig. 13). Là où sa connaissance des sols s’affirme en revanche de manière flagrante, c’est dans ses choix de fumure. En enrichissant par du sable basaltique les limons argilo-calcaires de son jardin, il fournit de manière empirique à ses plantations les sels minéraux et oligo-éléments nécessaires pour que ces dernières puissent faire face aux périodes climatiques défavorables de ce coin sec de l’Ardèche5.

Fig. 13 : Hypothèse d’identification des structures et zones de plantation mises au jour dans le jardin lors des fouilles de 1998 et 2000, jardin d’Olivier de Serres au Pradel (Mirabel, Ardèche).

Fig. 13 : Hypothèse d’identification des structures et zones de plantation mises au jour dans le jardin lors des fouilles de 1998 et 2000, jardin d’Olivier de Serres au Pradel (Mirabel, Ardèche).

© Anne Allimant-Verdillon et Xavier Verdillon

  • 6 Legendre 1652, Allimant 1994.

27C’est inversement pour drainer son terrain des Granges de Port-Royal (Yvelines) qu’Arnaud d’Andilly, au milieu du xviie siècle, remplit les fosses de fondation des murs de son verger et le fond de ses trous de plantation avec du plâtre cuit ; usage qu’il préconise d’ailleurs dans son traité sur La Manière de cultiver les arbres fruitiers en 16526.

  • 7 Le mathématicien et physicien Antoine Deparcieux (1703-1768) a estimé cette hauteur à 8,80 mètres g (...)
  • 8 Le niveau zéro de référence actuel de l’échelle hydrométrique du pont d’Austerlitz s’élève à 25,90 (...)
  • 9 Allimant-Verdillon 2013.

28André le Nôtre utilise fréquemment ce même plâtre aux Tuileries pour des raisons équivalentes, mais aussi pour stabiliser les gazons, y empêcher l’enfouissement des bulbes et stabiliser le niveau supérieur des fosses de plantations d’arbres. Il va également l’employer dans les années 1664-1669 pour élever une digue artificielle au sein du jardin. Cette structure invisible à l’œil se présente sous la forme d’une butte souterraine, dont le niveau supérieur affleure à quelques centimètres seulement sous le niveau de sol de son jardin (32,56 mètres NGF). Mise en place quelques années après l’inondation de 1658, la plus haute jamais connue à Paris (8,80 mètres, soit 34,70 mètres NGF)7, cette digue répond à une problématique concrète (fig. 14-15). Elle permet de limiter, en cas d’inondation, la progression de la montée des eaux dans le jardin8. Un système ingénieux que Le Nôtre va doubler par la création de la terrasse du bord de l’eau, dont le vide central permettait d’évacuer le trop-plein des eaux en cas de crue9. La mise en place de ces deux structures permettra au jardin d’être épargné lors de l’épisode de 1740 (8,05 mètres soit 33,95 mètres NGF) (fig. 16).

Fig. 14 : Étendue de l’inondation de 1658 théorisée par Eugène Belgrand au milieu du xixe siècle et reportée sur Nicolas La Mare et Antoine Coquart, Septième plan de la ville de Paris, son acroissement et ses embelissemens sous Henry II et Louis XIII depuis 1589 jusqu'en 1643, 1705 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, CPL GE DD 2987 [807]).

Fig. 14 : Étendue de l’inondation de 1658 théorisée par Eugène Belgrand au milieu du xixe siècle et reportée sur Nicolas La Mare et Antoine Coquart, Septième plan de la ville de Paris, son acroissement et ses embelissemens sous Henry II et Louis XIII depuis 1589 jusqu'en 1643, 1705 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, CPL GE DD 2987 [807]).

Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b77106992

Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – © Michel Silland – Neftis

Fig. 15 : A.S., Veüe des Marests de Grenelle et du Cours la Reine durant l'Inondation de dessus le chemin de granelle, dessin, 2 février 1658. Bibliothèque nationale de France, Estampes et Photographie, RESERVE FOL-VE-53 (F).

Fig. 15 : A.S., Veüe des Marests de Grenelle et du Cours la Reine durant l'Inondation de dessus le chemin de granelle, dessin, 2 février 1658. Bibliothèque nationale de France, Estampes et Photographie, RESERVE FOL-VE-53 (F).

Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b103031109

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 16 : Philippe Buache (cartographe) et F. Desbrulins (graveur), Plan du cours de la Seine dans la traversée de Paris relatif aux observations faites par Ph. Buache, [s. n.], Paris, 1741. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, GE D-13572.

Fig. 16 : Philippe Buache (cartographe) et F. Desbrulins (graveur), Plan du cours de la Seine dans la traversée de Paris relatif aux observations faites par Ph. Buache, [s. n.], Paris, 1741. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, GE D-13572.

Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b84907370

Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – © Michel Silland – Neftis

  • 10 Allimant 2000b.

29Plus prosaïquement, lorsque le jardin s’élève en terrasses, il faut édifier des murs de soutènement, les stabiliser, prévoir des barbacanes, drainer les remblais qui en composent le comblement. Faute de quoi, l’eau nécessaire aux jardins risque, à terme, de provoquer un déchaussement des fondations, des affaissements différentiels, voire un effondrement des maçonneries. À Gadagne, à Lyon (Rhône), au xvie siècle, la maison située en contrebas du jardin est ainsi préservée par une galerie drainante souterraine placée sous le jardin10. Au Coscro, en Bretagne, au xviie siècle, c’est un drain empierré qui récupère l’ensemble des eaux de ruissellement du jardin au point le plus bas du site.

  • 11 Allimant 1998.

30À l’identique de ce que l’on fait souvent pour les fondations d’allées, on peut également, comme ce fut le cas à la Bâtie d’Urfé au xvie siècle, renforcer certaines zones du jardin par un apport de grosses poches d’argile battue (fig. 17). C’est ainsi que la digue-chaussée de Vallery (xvie siècle)11, mais aussi les fondations du temple, du pont et de la galerie de la Bâtie d’Urfé, ont été préservées des eaux des nappes aquifères artificielles qui leur sont associées.

Fig. 17 : Schéma de circulation des eaux souterraines et aériennes mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Bâtie d’Urfé, Saint-Étienne-le-Molard (Loire).

Fig. 17 : Schéma de circulation des eaux souterraines et aériennes mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Bâtie d’Urfé, Saint-Étienne-le-Molard (Loire).

© Anne Allimant-Verdillon

31Le mortier de tuileau, hérité des temps anciens, peut également être utile à cet usage. Pierre Lescot, l’architecte à qui l’on doit les jardins de Vallery, conforte ainsi la digue chaussée et la galerie du jardin par des enduits étanches contenant de la tuile pilée.

  • 12 Allimant 1996.

32Dans le jardin du xviiie siècle d’Albertas à Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône)12, le terrain n’est repris que ponctuellement, au niveau des zones plus humides, afin de préserver les maçonneries des terrasses.

  • 13 Allimant-Verdillon 2015.

33À Avignon, au xive siècle, dans les jardins du palais des Papes13, ces terres humides intéressent les jardiniers à d’autres titres : utilisées en tant que terre à jardin, elles sont prélevées par plaques en bord de Rhône, puis déposées à l’envers sur les remblais des terrasses, terre au-dessus et végétation en dessous. Le gazon y repousse ainsi sans mauvaises herbes, de manière fine et uniforme. Ces mêmes limons argileux vont également servir à remplir les fosses de plantations des arbres fruitiers et ornementaux destinés à orner les jardins (fig. 18). Très riches en nutriments, ces alluvions retiennent plus naturellement l’eau que les terres à jardin « classiques », ce qui dans un climat comme celui d’Avignon, est un atout non négligeable.

Fig. 18 : Fouille archéologique du verger d’Urbain V, palais des Papes, Avignon (Vaucluse), 2014.

Fig. 18 : Fouille archéologique du verger d’Urbain V, palais des Papes, Avignon (Vaucluse), 2014.

Sondage 15, remplissage d’une fosse de plantation (U.S. 659) par des limons argileux, xivsiècle.

© Anne Allimant-Verdillon

34Sur ce point, dans un autre type de climat, l’abbé Legendre préconise quant à lui la réutilisation des terres de bord de chemin. Enrichies par le crottin des animaux de passage, elles constituent d’excellents apports pour les cultures du jardin dont elles forment les sols.

  • 14 Allimant 1994a.

35En termes de sols, on peut aussi inverser ou surhausser. Au xve siècle, dans le jardin du château du Rivau, en Indre-et-Loire, afin d’assurer l’assise des murs de fortification du château, les déblais provenant du creusement des douves sèches, à l’est, sont utilisés pour remblayer le vallon situé en contrebas de l’édifice, à l’ouest14 (fig. 19-20). Ce même principe de récupération des matériaux est à nouveau employé au xviie siècle, lors de la création du jardin : cette fois-ci, le coteau ouest est arasé pour combler à nouveau le fond du vallon et assurer l’assise régulière des différents niveaux des terrasses.

Fig. 19 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire), du xive au xixe siècle, coupes.

Fig. 19 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire), du xive au xixe siècle, coupes.

© Anne Allimant-Verdillon

Fig. 20 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire) du xive au xixe siècle, plan.

Fig. 20 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire) du xive au xixe siècle, plan.

© Anne Allimant-Verdillon

  • 15 Allimant 1995b.
  • 16 Allimant 2011.

36À l’hôtel d’Espagnet à Aix-en-Provence15, ce sont les anciennes lices de l’enceinte médiévale qui sont recouvertes par du remblai, afin de laisser place aux petits jardins des hôtels particuliers. Au musée Calvet à Avignon16, le remblaiement de la zone dévolue au jardin permet, au milieu du xviiie siècle, d’uniformiser le site le long de l’ancien rempart médiéval de la ville. Issus apparemment d’une seule provenance, ces remblais sont triés en fonction de la qualité de terre désirée : les plus caillouteux au fond, les plus fins au-dessus.

37De manière générale, l’ensemble de ces travaux est réalisé selon un principe bien connu des architectes, celui de l’économie ; le potentiel hydrogéologique du site constituant la première source d’approvisionnement du chantier : les argiles sont réutilisées pour étancher bassins et canaux, les remblais les plus grossiers ou déchets de taille déposés au plus profond des structures à remplir, et les plus fins ou les plus riches, utilisés comme terre à jardin. On privilégie les matériaux locaux, en limitant les apports extérieurs. Les eaux sont guidées, dirigées selon des principes dynamiques gravitationnels relevant le plus souvent du bon sens.

Par art. Transformation du terrain

38Sous l’Ancien Régime, les jardins des grands de ce monde, conçus comme des lieux de pouvoir, révèlent la volonté démonstratrice de mainmise de leurs propriétaires sur le territoire.

39La technologie utilisée lors de leur création doit alors être à la hauteur des ambitions de leurs propriétaires. Ce qui explique, entre autres, pourquoi nombre de jardins prestigieux sont installés volontairement sur des sites a priori hostiles à leur bon développement.

40Les travaux mis en œuvre dans ce cadre sont alors titanesques, générant une modification en profondeur, voire une restructuration complète des sous-sols des sites choisis.

  • 17 Allimant 1993-1998, 1996 et 1993-1998.

41C’est ainsi que lors de la création du jardin renaissant de la Bâtie d’Urfé (Loire), la zone dévolue au futur jardin, sans doute alors très marécageuse, est entièrement décapée. L’argile naturelle formant le substrat de base du site ainsi mise à nu est ensuite retaillée en forme d’amphithéâtre, servant par là même de guide aux eaux de la nappe phréatique (fig. 17)17. Il en est de même à Vallery (Yonne) où, au xvie siècle, un système judicieux de pentes taillées dans l’argile naturelle permet à l’eau de la rivière de l’Orvanne d’assurer un arrosage quasi « naturel » du jardin par capillarité (fig. 21-22).

Fig. 21 : Superposition du cadastre actuel avec le plan d’Androuet Du Cerceau (vers 1570), inclusion des jardins au sein du lit majeur de la rivière de l’Orvanne, Vallery (Yonne).

Fig. 21 : Superposition du cadastre actuel avec le plan d’Androuet Du Cerceau (vers 1570), inclusion des jardins au sein du lit majeur de la rivière de l’Orvanne, Vallery (Yonne).

© Anne Allimant-Verdillon

Fig. 22 : Schéma de circulation des eaux aériennes et souterraines mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Vallery (Yonne).

Fig. 22 : Schéma de circulation des eaux aériennes et souterraines mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Vallery (Yonne).

© Anne Allimant-Verdillon

  • 18 Allimant 1995.

42Au xviie siècle, à l’hôtel de Sambucy, à Millau (Aveyron), le terrain argileux choisi pour implanter le futur jardin est, quant à lui, décaissé jusqu’au niveau de la terrasse caillouteuse du Tarn, puis recouvert par les déchets de taille provenant de la construction de l’hôtel. Une fois la terre du jardin rapportée sur les remblais, l’ensemble ainsi drainé permet aux plantes de bénéficier en profondeur d’un apport d’eau constant issu de la nappe aquifère du Tarn. Ce même principe de restructuration profonde est appliqué à la Freudière (Loire-Atlantique), au xviiie siècle18.

  • 19 Allimant 1995c.

43À Méréville (Essonne), dès 1785, ce sont 30 hectares de marécages qui sont assainis par une mise à nu du substrat tourbeux qui en forme le fond. La tourbe est ensuite aplanie et lardée de petits canaux qui permettront de récupérer les eaux de ruissellement en provenance des parties hautes de la vallée de la Juine et du plateau qui la domine. Une couche uniforme de calcaire concassé drainant, issu des coteaux environnants, est ensuite déposée sur la tourbe aplanie. Parallèlement à ces travaux, la rivière est détournée et l’on crée des lacs artificiels, sortes de poches de rétention, bordées par de gros cordons d’argile19. Ce n’est qu’à l’issue de ces travaux que la tourbe prélevée en début de chantier est rapportée dans le jardin et épandue sur ces sous-sols aménagés. Elle va servir de base aux futures plantations. Une fois rivière et étangs remis en eau, les eaux de la Juine, dont le niveau est contrôlé par un moulin situé en amont, vont se répandre en profondeur sur le substrat tourbeux aplani. Alimentées par cette nappe aquifère artificielle, les plantes du jardin vont pouvoir se développer harmonieusement sans que l’on ait jamais besoin de les arroser (fig. 23).

Fig. 23 : Les jardins de Méréville avant et après leur transformation en parc anglo-chinois, in Laborde 1803-1815.

Fig. 23 : Les jardins de Méréville avant et après leur transformation en parc anglo-chinois, in Laborde 1803-1815.

Permalien : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/​idurl/​1/​9072

© INHA

44Les mises en œuvre technologiques nécessaires à la création de ces jardins en modifient structurellement le statut : sortes de micro-paysages littéralement « fondés » dans le territoire qu’ils occupent, ils sont adaptés aux milieux qui les accueillent au point d’en devenir une composante à part entière.

45Restaurer un jardin ne peut donc se faire sans avoir au préalable compris ces enjeux. Pour en reconnaître la nature et l’art, il faut en saisir la forme, le fond et les fondations. En cela, l’archéologue de jardin, s’il veut appréhender correctement son sujet, se doit de dépasser le cadre de ses seules prérogatives : se remettre dans les pas des créateurs de ces jardins demande de s’inscrire dans une problématique de recherche globale, dont les tenants et les aboutissants sont définis au cas par cas, dans une approche adaptée à chaque site, en fonction des questions posées par les lieux étudiés. Confrontée aux structures actuelles de la recherche, cette démarche protéiforme, encore peu enseignée, demeure à ce jour encore marginale.

46Se pose alors une question gênante : quelles disciplines, pour quels restaurateurs ? Car Mérimée, en développant l’attention envers les monuments historiques, a malheureusement oublié les jardins. Quelques heures consacrées à l’enseignement de leur histoire dans le cadre de la formation des architectes du patrimoine ou au sein des écoles de paysagistes suffisent-elles à former des restaurateurs ? Une pratique exclusive de terrain enseignée aux jardiniers ou autres ingénieurs horticoles est-elle suffisante pour aborder la complexité des lieux qu’ils auront ensuite à gérer, voire à restaurer ? Au-delà de la seule démarche intellectuelle, on se prend alors à rêver d’une école idéale. Un lieu d’application en connexion avec le terrain, où seraient enseignées toutes les disciplines du jardin. Entre histoire et modernité, savoir-faire et chantiers.

47Reste donc encore, dans le domaine des jardins, à mettre en culture le champ des possibles…

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Legendre Antoine (curé d’Hénouville), 1652, La manière de cultiver les arbres fruitiers, Paris, Antoine Vitré.

Études

Allimant Anne, 1993-1998, La fouille des jardins de la Bâtie d’Urfé, rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes.

Allimant Anne, 1994a, La fouille des jardins du château du Rivau (Indre-et-Loire), rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Centre.

Allimant Anne, 1994b, La fouille du verger des Granges de Port-Royal, rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Île-de-France.

Allimant Anne, 1995a, La fouille du jardin du château de La Freudière, rapport de fouille inédit, CRMH, Service régional de l’archéologie et Inventaire Pays-de-Loire.

Allimant Anne, 1995b, Le jardin de l’Hôtel d’Espagnet (Aix-en-Provence), rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Allimant Anne, 1995c, Le parc de Méréville, rapport de prospection/diagnostic inédit, Service régional de l’archéologie Île-de-France.

Allimant Anne, 1996, Le jardin d’Albertas, rapport de sondages/diagnostic inédit, Service régional de l’archéologie Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Allimant Anne, 1998, La fouille des jardins de Vallery, rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie de Bourgogne. En ligne : https://www.academia.edu/8195015/ALLIMANT_Anne_Etude_historique_et_arch%C3%A9ologique_des_jardins_de_Vallery_1999.

Allimant Anne, 2000a, La fouille du jardin d’Olivier de Serres au Pradel, rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes.

Allimant Anne, 2000b, Les jardins du Musée Gadagne, rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Rhône-Alpes.

Allimant Anne, 2003, Le jardin du château du Coscro, rapport historique et archéologique inédit, Service régional de l’archéologie de Bretagne. En ligne : https://www.academia.edu/34471636/Allimant-Verdillon_Anne_Le_jardin_du_ch%C3%A2teau_du_Coscro._Etude_arch%C3%A9ologique_rapport_tapuscrit_Service_R%C3%A9gional_de_lArch%C3%A9ologie_de_Bretagne_2002.

Allimant Anne, 2011, Le jardin du Musée Calvet (Avignon), rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Provence-Alpes-Côte d’Azur. En ligne : https://www.academia.edu/30839213/ALLIMANT-VERDILLON_Anne_Le_jardin_du_Mus%C3%A9e_Calvet_Avignon_Vaucluse_Service_R%C3%A9gional_de_lArch%C3%A9ologie_Provence-Alpes-C%C3%B4te_dAzur_rapport_tapuscrit_2010.

Allimant-Verdillon Anne, 2013, Le jardin des Tuileries (Paris), rapport de fouille inédit, Service régional de l’archéologie Île-de-France. En ligne : https://www.academia.edu/29059028/ALLIMANT-VERDILLON_Anne_Jardin_des_Tuileries._Etude_arch%C3%A9ologique_Service_R%C3%A9gional_de_lArch%C3%A9ologie_Ile-de-France_2012.

Allimant-Verdillon Anne, 2015, Les jardins du palais des Papes (Avignon), étude historique et archéologique, rapport inédit, Service régional de l’archéologie Provence-Alpes-Côte d’Azur. En ligne : https://www.academia.edu/22265096/ALLIMANT-VERDILLON_Anne_Etude_historique_et_arch%C3%A9ologique_des_jardins_du_Palais_des_Papes_Avignon_Service_R%C3%A9gional_de_lArch%C3%A9ologie_Provence_Alpes_C%C3%B4te_dAzur_2015.

Brown Anthony Ernest, 1991, Garden Archaeology (Papers presented to a conference at Knuston Hall, Northamptonshire, April 1988), CBA Research Report, no 78.

Jacques David, 1993, « Archéologie des jardins et restauration », Monumental, p. 60-63.

Jacques David (dir.), 1997, « The techniques and uses of garden archaeology », Journal of Garden History, vol. 17, no 1, janvier-mars.

Jashemski Wilhelmina Feemster, 1979, The gardens of Pompeii, Herculanum and the villas destroyed by Vesuvius, New Chapelle (NY), Aristide D Caratzas Pub.

Jashemski Wilhelmina Feemster, 1987, « Recently excavated gardens and cultivated land of the villas at Boscoreale and Oplontis », dans Blair MacDougall Elisabeth (dir.), Ancient Roman Villa Gardens. Dumbarton Oaks colloquium on the history of landscape architecture, Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection, p. 31-76.

Laborde Alexandre de, 1803-1815, Description des nouveaux jardins de la France et de ses anciens châteaux, Paris, Imprimerie de Delance.

Lacour-Veyranne Charlotte, 2000, « Les inondations (xvie-xxe siècles) », dans De Andia Béatrice, La Seine et Paris, Paris, Action artistique de la ville de Paris, p. 127-132.

Malek Amina-Aïcha (dir.), 2013, Sourcebook for Garden Archaeology : Methods, Techniques, Interpretations and Fields Examples, Berne, Peter Lang AG.

Miller Naomi F., Gleason Kathryn L. (dir.), 1994, The Archaeology of Garden and Field, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Haut de page

Notes

1 Jashemski 1979 et 1987.

2 Malek 2013, Malek 1997, Malek 1994 ; Jacques 1993, p. 60-63. Brown 1991.

3 Allimant-Verdillon 2015.

4 Allimant 2003.

5 Allimant 1996 et 2000a.

6 Legendre 1652, Allimant 1994.

7 Le mathématicien et physicien Antoine Deparcieux (1703-1768) a estimé cette hauteur à 8,80 mètres grâce à une plaquette de marbre figurant la limite de cette crue retrouvée au couvent des Célestins. Voir Lacour-Veyranne 2000.

8 Le niveau zéro de référence actuel de l’échelle hydrométrique du pont d’Austerlitz s’élève à 25,90 mètres NGF (Nivellement général de la France). Le niveau supérieur de la micro-digue de Le Nôtre s’élève donc à 6,66 mètres au-dessus de ce niveau de référence. Actuellement, les niveaux d’alerte actuels définis par Vigicrues sont : 6 mètres (alerte rouge, déclenchement si nécessaire du plan Neptune) ; 6,10 mètres (fermeture complète des berges) ; 6,60 mètres (la RATP prend la décision de construire, ou non, des murs de protection du métro) ; 7,20 mètres (l’eau atteint les stations de métro si elles ne sont pas protégées).

9 Allimant-Verdillon 2013.

10 Allimant 2000b.

11 Allimant 1998.

12 Allimant 1996.

13 Allimant-Verdillon 2015.

14 Allimant 1994a.

15 Allimant 1995b.

16 Allimant 2011.

17 Allimant 1993-1998, 1996 et 1993-1998.

18 Allimant 1995.

19 Allimant 1995c.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Fouille du jardin de la maison des Chastes Amants, Pompéi (Italie).
Crédits © Antonio Varone
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 2 : Vue aérienne de la fouille archéologique du Privy Garden du palais d’Hampton Court (Angleterre).
Crédits © Brian Dix
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3 : Reconnaissance de la pente d’origine du terrain et du sens de dépose des sédiments par le biais de la micro-topographie, plan et coupe du barrage du château de Joviac, Rochemaure (Ardèche).
Crédits Base de plan : © Guy Lemoine – Plan et coupe : © A. Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 4 : Photographie aérienne du domaine du Pradel, Mirabel (Ardèche).
Légende Emprise de la « mère des fontaines » mise en place au xvie siècle par Olivier de Serres.
Crédits © Géoportail. Cliché IGN. 1977 – Interprétation : Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Fig. 5 : Reconnaissance des anciennes broderies des parterres par le biais de la photographie aérienne, parc du château de Hopetoun House (Écosse), 1984.
Crédits © RCAHMS
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 896k
Titre Fig. 6 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 7 : Schéma de circulation de l’eau dans le jardin haut du palais des Papes en 1345, jardin du Griffon, palais des Papes, Avignon (Vaucluse).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 : Jardin du château du Coscro, hypothèse de restitution du domaine d’après l’aveu de 1663, Lignol (Morbihan).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon et Stéphane Crozat
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 9 : Reconnaissance des palissages mis en place vers 1776 le long du mur nord de la terrasse du bord de l’eau d’après les clous encore fichés dans la maçonnerie, jardin des Tuileries, Paris.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 10 : Hypothèse de restitution de la façade est du pavillon nord du jardin de Vallery d’après les dessin et gravure d’Androuet Du Cerceau (Londres, British Museum, 1972,U.827) ainsi que les éléments architecturaux encore en place.
Crédits Dessin : © The Trustees of the British Museum – Restitution et photo : © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig. 11 : Relevé des traces de plantations mises au jour lors de la fouille archéologique, jardin d’Olivier de Serres au Pradel, Mirabel (Ardèche), 2000.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 12 : Relevé du sondage 6 en cours de chantier, fouille archéologique des jardins du palais des Papes, minutes de chantier, 2014.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon et Marianne Altit-Morvillez
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Fig. 13 : Hypothèse d’identification des structures et zones de plantation mises au jour dans le jardin lors des fouilles de 1998 et 2000, jardin d’Olivier de Serres au Pradel (Mirabel, Ardèche).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon et Xavier Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 14 : Étendue de l’inondation de 1658 théorisée par Eugène Belgrand au milieu du xixe siècle et reportée sur Nicolas La Mare et Antoine Coquart, Septième plan de la ville de Paris, son acroissement et ses embelissemens sous Henry II et Louis XIII depuis 1589 jusqu'en 1643, 1705 (Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, CPL GE DD 2987 [807]).
Légende Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b77106992
Crédits Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – © Michel Silland – Neftis
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 15 : A.S., Veüe des Marests de Grenelle et du Cours la Reine durant l'Inondation de dessus le chemin de granelle, dessin, 2 février 1658. Bibliothèque nationale de France, Estampes et Photographie, RESERVE FOL-VE-53 (F).
Légende Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b103031109
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 16 : Philippe Buache (cartographe) et F. Desbrulins (graveur), Plan du cours de la Seine dans la traversée de Paris relatif aux observations faites par Ph. Buache, [s. n.], Paris, 1741. Paris, Bibliothèque nationale de France, Cartes et Plans, GE D-13572.
Légende Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b84907370
Crédits Plan : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – © Michel Silland – Neftis
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 17 : Schéma de circulation des eaux souterraines et aériennes mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Bâtie d’Urfé, Saint-Étienne-le-Molard (Loire).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 18 : Fouille archéologique du verger d’Urbain V, palais des Papes, Avignon (Vaucluse), 2014.
Légende Sondage 15, remplissage d’une fosse de plantation (U.S. 659) par des limons argileux, xivsiècle.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 19 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire), du xive au xixe siècle, coupes.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 20 : Évolution de la topographie autour du château du Rivau, Lémeré (Indre-et-Loire) du xive au xixe siècle, plan.
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 21 : Superposition du cadastre actuel avec le plan d’Androuet Du Cerceau (vers 1570), inclusion des jardins au sein du lit majeur de la rivière de l’Orvanne, Vallery (Yonne).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 22 : Schéma de circulation des eaux aériennes et souterraines mis en place au milieu du xvie siècle dans les jardins, Vallery (Yonne).
Crédits © Anne Allimant-Verdillon
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. 23 : Les jardins de Méréville avant et après leur transformation en parc anglo-chinois, in Laborde 1803-1815.
Légende Permalien : http://bibliotheque-numerique.inha.fr/​idurl/​1/​9072
Crédits © INHA
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15334/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Allimant-Verdillon, « Jardins historiques : de l’archéologie à la restauration, définition des protocoles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 21 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/15334 ; DOI : 10.4000/crcv.15334

Haut de page

Auteur

Anne Allimant-Verdillon

Historienne et archéologue spécialisée en jardins historiques, conseil en stratégie de restauration de jardins historiques, chercheur associé au CRBA (Centre de ressources de botanique appliquée). A historian and archaeologist specializing in historic gardens, Anne Allimant-Verdillon is a consultant in restoration strategies and an associate researcher at the CRBA (Centre de Ressources de Botanique Appliquée).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals