Navigation – Plan du site
Charles de La Fosse et son entourage

Jacques Rousseau et Charles de La Fosse chez le duc de Montagu à Londres

Jacques Rousseau and Charles de La Fosse at Montagu House in London
Virginie Bergeret

Résumés

Lors de son séjour à Londres, dans les années 1690, Charles de La Fosse élabora une série de décors pour Lord Montagu dans sa demeure de Montagu House dans le quartier Bloomsbury. Il travailla alors en collaboration avec deux artistes, Jacques Rousseau et Jean-Baptiste Monnoyer. Les récentes recherches menées sur Jacques Rousseau, peintre à Versailles, à Marly et dans des hôtels particuliers parisiens, ont permis de montrer l’importance de cet artiste qui fut particulièrement actif et présent lors de la décoration de Montagu House. Sans minimiser le rôle de Charles de La Fosse, cet article présente l’histoire de sa collaboration avec Jacques Rousseau. Celui-ci eut en effet une riche carrière française avant d’arriver à Londres, ce qui l’amena probablement à croiser Charles de La Fosse sur différents chantiers. L’étude des décors disparus de Montagu House est l’occasion de revenir sur la place respective des deux artistes dans cette campagne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie des actes du colloque « Charles de La Fosse et les arts en France autour de 1700 », publiés sous la direction de Béatrice Sarrazin et Olivier Bonfait.

Texte intégral

Je tiens à remercier M. Alexandre Gady, ainsi que Mme Béatrice Sarrazin et M. Olivier Bonfait de m’avoir permis de participer à ce colloque. Mes remerciements vont également à M. Antoine Maës pour son aide précieuse.

  • 1  Par exemple : Dussieux et al. 1854, t. II, p. 3, et Janneau 1965, p. 247.
  • 2 Bergeret 2014 ; mes recherches sont néanmoins tributaires de trois articles fondateurs pour l’étude (...)

1Au cours de ses déplacements dans les grandes capitales artistiques, Charles de La Fosse fut amené à travailler en collaboration avec plusieurs artistes. Ce fut notamment le cas lors de son séjour à Londres autour de 1690, où il fut en relation avec le peintre protestant Jacques Rousseau (1630-1693). Les deux artistes travaillèrent ensemble à la réalisation d’un somptueux décor à Montagu House, dans le quartier Bloomsbury de Londres. Si l’intervention de Jacques Rousseau dans cette demeure est connue, son importance en a été quelque peu éclipsée, car il a davantage été présenté comme un intervenant spécialisé dans les architectures et les paysages, et travaillant avec Charles de La Fosse1. Il convient donc ici de revenir sur l’importance du travail de Jacques Rousseau auprès de Lord Montagu, ainsi que sur ses rapports avec Charles de La Fosse, dans le cadre de cette campagne décorative. L’étude que j’ai menée sur la vie et la carrière de Jacques Rousseau offre en effet un nouveau regard sur ces décors, basé sur les archives, les sources imprimées (descriptions anciennes et biographies de l’Ancien Régime) et les quelques documents iconographiques dont nous disposons2. Ainsi, en revenant sur le contexte de la carrière de Jacques Rousseau et de ses possibles rencontres avec Charles de La Fosse, cet article propose un état de nos connaissances sur les décors disparus de Montagu House et revient sur la place respective des deux artistes dans l’élaboration de ce décor.

Contexte : la rencontre entre deux peintres du Grand Siècle

Le peintre Jacques Rousseau et sa carrière

  • 3 Paris, bibliothèque du Protestantisme français, Ms 66 fo 111, publié dans Haag 1846-1859, t. IX, 18 (...)
  • 4 Époux de sa sœur Suzanne ; voir Steland 2010.
  • 5 Son séjour est documenté entre 1654 et 1656, voir Bousquet 1980, p. 184.
  • 6 Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. I, 1875, p. 194-195, et Dezallier d’Argenville 1745-175 (...)

2Fils du menuisier Jacques Rousseau et de Marie Mesnart, elle-même fille du marbrier du roi Robert Mesnart, le peintre Jacques Rousseau naquit en 1630 à Paris, dans une famille d’artisans protestants parisiens3. Il fit notamment sa formation auprès de son beau-frère, le peintre hollandais Herman Van Swanevelt (1603/4-1655)4, avant d’effectuer un voyage à Rome au milieu des années 16505. À son retour à Paris, il fut reçu à l’Académie royale de peinture et de sculpture dès le 6 mai 1662, sur présentation d’un « grand paysage orné d’architecture6 ».

  • 7 Œuvres conservées in situ : Paysage avec Hercule et Antée, Paysage avec les bœufs de Géryon, Paysag (...)
  • 8 Voir note 19.
  • 9 Cette fresque, réalisée vers 1679, est connue par une gravure de Pérelle (Paris, Bibliothèque natio (...)
  • 10 Sur les fresques de Rousseau réalisées sur le pavillon de la Perspective à Marly, voir Bergeret 201 (...)
  • 11 Cette fresque, réalisée vers 1685, est connue par un dessin de Rousseau (Londres, Victoria and Albe (...)
  • 12 Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. II, 1878, p. 197-198.
  • 13 Ibid., t. II, 1878, p. 318-319.
  • 14 Il est sur la liste des personnes sorties du royaume pour cause de religion, datée du 16 février 16 (...)
  • 15 Ce séjour est cité dans les biographies, notamment Buckridge 1706, p. 461, et attesté par une lettr (...)

3Lors de sa carrière parisienne, Jacques Rousseau se fit d’abord connaître pour ses paysages classiques dans la tradition de Nicolas Poussin, comme ceux qu’il réalisa dans les années 1660, à l’hôtel Lambert sur le thème des travaux d’Hercule7 (fig. 1), ainsi qu’au palais des Tuileries8. Dans les années 1680, il s’illustra dans l’art des perspectives architecturales feintes, comme celles qu’il réalisa à l’hôtel Dangeau9, au château de Marly10 ou encore au château de Saint-Cloud11 (fig. 2). Mais, en tant que réformé, il fut exclu de l’Académie royale de peinture et de sculpture dès 168112. Il continua toutefois à travailler pour Louis XIV dans les années qui suivirent. Il finit par se convertir en 168613, afin de stabiliser sa position, avant d’y renoncer et de quitter la France en 168714, d’abord pour la Hollande15 puis pour Londres. C’est là qu’il travailla pour Lord Montagu, ainsi que pour le roi Guillaume III, avant son décès en 1693.

Fig. 1 : Jacques Rousseau, Paysage avec Hercule et Antée, années 1660, huile sur toile marouflée, 298 × 158 cm. Paris, hôtel Lambert.

Fig. 1 : Jacques Rousseau, Paysage avec Hercule et Antée, années 1660, huile sur toile marouflée, 298 × 158 cm. Paris, hôtel Lambert.

© Jean-Christophe Döerr

Fig. 2 : Jacques Rousseau (attribué à), Projet pour la perspective de l’orangerie de Saint-Cloud (avec retombes), vers 1685, encre et crayon sur papier, 23,02 x 141,29 cm. Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937.

Fig. 2 : Jacques Rousseau (attribué à), Projet pour la perspective de l’orangerie de Saint-Cloud (avec retombes), vers 1685, encre et crayon sur papier, 23,02 x 141,29 cm. Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937.

Notice : http://collections.vam.ac.uk/​item/​O1108328/​architectural-drawing-rousseau-jacques/​

© Victoria and Albert Museum, London

Les chantiers communs entre Jacques Rousseau et Charles de La Fosse

4Lors de cette carrière à la fois variée et mouvementée, Jacques Rousseau eut plusieurs fois l’occasion de rencontrer Charles de La Fosse. Toutefois, on ne peut affirmer qu’ils aient travaillé ensemble lors de campagnes décoratives françaises car, si certains chantiers sont communs à leur carrière, il semble qu’ils s’y soient peu croisés.

  • 16 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 33.
  • 17 Dezallier d’Argenville 1745-1752, t. III, 1752, p. 224.
  • 18 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 40.
  • 19 Paris, AN O1 1966, Inventaire des tableaux qui sont au pallais des Tuileries, par Antoine Paillet, (...)
  • 20 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 50-53, et Milovanovic 2005, p. 134-137.
  • 21 Paris, AN O1 2147 fo 108vo et O2149 fo 95vo, publiés dans les Comptes des Bâtiments du roi 1881-1 (...)
  • 22 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 60.
  • 23 Rousseau intervint au moment de l’agrandissement du domaine entre 1681 et 1703 (voir Gady 1998), ma (...)

5En effet, ils œuvrèrent tous deux pour Nicolas Lambert de Thorigny, dans son hôtel sur l’île de la Cité. Charles de La Fosse poursuivait alors sa formation auprès de Charles Le Brun et il aurait participé aux peintures de la voûte dans la galerie d’Hercule entre 1655 et 165816. De son côté, Jacques Rousseau réalisa des paysages pour cette même galerie, mais seulement dans les années 166017 (fig. 1). Quelques années plus tard, ils œuvrèrent tous deux au décor du palais des Tuileries, entre 1666 et 1669. Charles de La Fosse fut chargé des peintures du plafond à caissons de la galerie des Ambassadeurs au premier étage18. Jacques Rousseau réalisa, quant à lui, plusieurs toiles pour le cabinet du Dauphin au rez-de-chaussée : cinq paysages sur le thème de La Jérusalem délivrée et deux dessus-de-porte illustrant des métamorphoses antiques19. Ils travaillèrent ensuite, au même moment, aux décors du Grand Appartement du roi au château de Versailles. Charles de La Fosse œuvra notamment pour la voûte du salon d’Apollon20, entre 1671 et 1680, quand Jacques Rousseau peignit ses deux fameuses perspectives et deux statues en trompe-l’œil pour le salon de Vénus vers 1679-168021 (fig. 3 et 4). Ils participèrent également tous deux aux décors de la folie Titon, la demeure de Maximilien Titon, au faubourg Saint-Antoine, qui nous sont connus aujourd’hui grâce aux descriptions de Germain Brice. Charles de La Fosse fut en effet chargé de la peinture du plafond du salon et de plusieurs toiles, vers 167322. Jacques Rousseau exécuta, quant à lui, une perspective feinte sur le mur au fond du jardin, quelques années plus tard, entre 1684 et 168623.

Fig. 3 : Jacques Rousseau, Perspective de jardins, 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 300 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus (côté est), Inv. 1850.2155.

Fig. 3 : Jacques Rousseau, Perspective de jardins, 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 300 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus (côté est), Inv. 1850.2155.

© RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 4 : Jacques Rousseau, Méléagre (détail), 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 210 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus, Inv. 1850.9999.1.

Fig. 4 : Jacques Rousseau, Méléagre (détail), 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 210 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus, Inv. 1850.9999.1.

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

  • 24 Procès-verbaux de l’Académie…1875-1892, t. I, 1875, p. 194-195, et t. II, 1878, p. 149-150.
  • 25 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 45-47.
  • 26 Voir Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. II, 1878 : 9 février 1678 (p. 128), 24 septembre 1 (...)

6En réalité, Jacques Rousseau ne fréquenta donc pas directement Charles de La Fosse lors de ces campagnes décoratives. Ils purent éventuellement s’y croiser, particulièrement lors des chantiers du palais des Tuileries et du château de Versailles, où ils travaillèrent de manière contemporaine. Ils furent, par ailleurs, tous deux membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture. Jacques Rousseau fut, en effet, reçu en 1662 et nommé conseiller en 167924, alors que Charles de La Fosse fut reçu et nommé professeur en 167325. Grâce aux procès-verbaux de l’Académie, on compte ainsi pas moins de douze séances, entre 1678 et 1681, auxquelles ils participèrent tous deux26. Charles de La Fosse fut notamment présent lors du retour de Jacques Rousseau à l’Académie, après sa conversion temporaire, le 23 février 1686. Par conséquent, s’ils ne réalisèrent pas de décor en commun en France, Charles de La Fosse et Jacques Rousseau purent se fréquenter par le biais de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Contexte de la commande : Montagu House

  • 27 Cela correspond en partie à la fonction de garde-meuble du roi en France.
  • 28 Voir Murdoch 1992a, p. 33-43, et Murdoch 1992b.
  • 29 Voir Vincent-Rebichon 1948 ; une thèse consacrée à cet artiste a par ailleurs été soutenue par Clau (...)

7C’est donc à Londres, dans la demeure de Ralph Montagu, que les deux peintres eurent une réelle commande en commun. Ralph, 2e baron de Montagu, avant de devenir duc en 1705, fut ambassadeur en France pour Charles II et « master of the Wardrobe » du roi d’Angleterre27.Il connut ensuite une période de disgrâce et s’exila en France entre 1683 et 168628. À cette époque, Lord Montagu possédait une demeure dans le quartier Bloomsbury, au nord-est de Londres, construite en 1675 par Robert Hook et décorée par le peintre italien Antonio Verrio. Cet hôtel brûla pendant son exil, en 1686. Pour sa reconstruction et son décor, Ralph Montagu fit alors appel à des artistes français : Charles de La Fosse, Jacques Rousseau, mais aussi Jean-Baptiste Monnoyer, le peintre de fleurs qui avait travaillé pour Louis XIV au château de Versailles et à la manufacture des Gobelins29. Lord Montagu avait sans doute pu voir les œuvres de ces artistes lors de son séjour à Paris.

Les décors de Montagu House

  • 30 Des éléments de fresques ont été vendus pour des prix dérisoires : voir Chancellor 1908, p. 86.
  • 31 Anonyme 1814, p. 557-560.

8Montagu House vécut donc une période faste au temps de Lord Ralph Montagu mais, dès sa mort en 1709, son fils John Montagu délaissa la demeure pour finalement la vendre. Le gouvernement anglais en fit alors l’acquisition à partir de 1754 et elle fut utilisée pour présenter les collections d’histoire naturelle de Sir Hans Sloane, ouvertes au public dès 1759. Montagu House fut finalement détruite dans les années 1840, afin de construire l’actuel bâtiment néoclassique du British Museum, et, par conséquent, les décors furent malheureusement perdus30. On dispose toutefois de quelques documents iconographiques et de descriptions anciennes assez minces, dont la plus longue fut publiée par un architecte anonyme dans le Gentleman’s Magazine en juin 181431. Ces éléments permettent de se faire une assez bonne idée de ces décors réalisés en collaboration par Charles de La Fosse, Jacques Rousseau et Jean-Baptiste Monnoyer, notamment de ceux du grand salon et de l’escalier d’honneur.

Le grand salon

  • 32 Northampton, Northamptonshire Record Office, Montagu records, vol. 8 : lettre de Mme de Rit à son é (...)
  • 33 Anonyme 1814, p. 558-559, et Taylor 1809, vol. 5, col. 529.

9Lors des travaux de décoration de Montagu House, la première pièce achevée fut le grand salon, comme en témoigne Mme de Rit, une amie française de la famille Montagu, dans une lettre adressée à son mari en mai 1690 : « Nous avons bu ce matin à vostre santé avec Mr de la Fosse et Mr Rousseau ; ils ont presque achevé le salon et commenceront bientôt l’escalier32. » Aucun document iconographique n’est malheureusement connu pour cette salle mais les descriptions nous permettent assez bien de les imaginer33 (fig. 5).

Fig. 5 : Henry Flitcroft, Plan légendé du grand salon, détail du Plan of the Second State, 1725. Londres, Central Archives of the British Museum.

Fig. 5 : Henry Flitcroft, Plan légendé du grand salon, détail du Plan of the Second State, 1725. Londres, Central Archives of the British Museum.

Plan : © The Trustees of the British Museum – Montage : Virginie Bergeret, 2016

  • 34 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69, et t. II, p. 66-67.
  • 35 Anonyme 1814, p. 558 : « Two tier of windows, walls, and cieling, entirely painted, excepting the c (...)

10Le grand salon était couvert d’un plafond en calotte, peint par Charles de La Fosse, représentant une architecture, formée d’un entablement porté par des termes, ouvrant de manière circulaire sur le ciel. On pouvait voir sur ce fond céleste une assemblée de dieux présidée par Minerve, accompagnée des allégories de la Rébellion et de l’Hypocrisie34. Les murs de ce salon étaient également peints : « deux tiers des baies, des murs et de la voûte étaient entièrement peints, sauf le manteau de cheminée35 […] » Il y avait sur les parois des colonnes corinthiennes jumelées supportant une architrave avec une frise. Tous ces éléments sont décrits par l’adjectif anglais plain, que l’on pourrait traduire par « lisse ». On peut donc penser qu’il s’agissait de trompe-l’œil. On trouvait aussi des urnes fleuries avec des putti sur la corniche, sans doute dus à Jean-Baptiste Monnoyer. Ces éléments de description nous permettent de rapprocher ce décor de celui de la précédente demeure de Lord Montagu, dû à Antonio Verrio, et qui devait lui-même être assez proche de celui que l’artiste réalisa dans les années 1690, dans la chambre du Paradis à Burghley House (fig. 6). Néanmoins, la description ne suggère pas un tel débordement des figures et le décor du grand salon de Montagu House devait être beaucoup plus organisé et architecturé.

Fig. 6 : Chambre du Paradis, décor peint d’Antonio Verrio, vers 1697. Stamford, Burghley House.

Fig. 6 : Chambre du Paradis, décor peint d’Antonio Verrio, vers 1697. Stamford, Burghley House.

© The Burghley House Collection

  • 36 Anonyme 1814, p. 559.
  • 37 Jacques Rousseau semble avoir travaillé à partir de gravures représentant des antiques célèbres, no (...)
  • 38 Perrier 1638, pl. 53 et pl. 62.

11On peut attribuer à Jacques Rousseau les morceaux d’architecture feinte, tout comme d’autres détails cités dans la description. En face de la cheminée, il y avait notamment « a distant scenery of a corinthian interior36 », ce qui correspond probablement à une vue en perspective d’un intérieur avec des colonnes corinthiennes et des statues. Dans le Gentleman’s Magazine, on lit par ailleurs qu’en face des fenêtres se trouvaient des niches avec des statues d’Antinoüs et de Flore, probablement feintes également. Ces deux détails ne sont pas sans rappeler les peintures que Jacques Rousseau avait réalisées au château de Versailles pour le salon de Vénus (fig. 3 et 4). On y retrouve en effet les ordres d’architecture feints, l’intérieur à l’antique avec des statues et aussi les sculptures feintes, Atalante et Méléagre pour le château de Louis XIV. Ces trompe-l’œil furent réalisés d’après des antiques célèbres, le Méléagre Giustiniani et l’Atalante de la collection Della Valle, références que l’on retrouve souvent dans les peintures de Jacques Rousseau37. Les sculptures feintes du grand salon de Montagu House reproduisaient peut-être également des antiques célèbres comme l’Antinoüs du Belvédère et la Flore Farnèse38. La description évoque également des cadres ovales avec des sujets romains et des paysages probablement peints par Jacques Rousseau. Entre ces tableaux, il y avait des putti courant et une draperie feinte que l’on devait sans doute à Jean-Baptiste Monnoyer.

  • 39 Vertue 1933-1934, vol. III, p. 23-24. 

12Le grand salon de Montagu House était ainsi, selon l’artiste et chroniqueur George Vertue, la pièce la plus somptueuse et la plus réputée de la demeure et de la ville : « The Salone was the most Capital piece of Art allow’d to be done in London39. »

L’escalier d’honneur

  • 40 Northampton, Northamptonshire Record Office, Montagu records, vol. 8 : lettre de Mme de Rit à son é (...)
  • 41 Londres, British Museum : aquarelles de George Scharf, 1845, Inv. 1862,0614.631 et Inv. 1862,0614.6 (...)
  • 42 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69, et t. II, p. 65-66.

13L’escalier d’honneur fut décoré après le grand salon, sans doute dès l’été 169040. Cet ensemble est connu grâce à une aquatinte du début du xixe siècle et deux aquarelles de George Scharf l’ancien (1788-1860)41, réalisées peu de temps avant la destruction de l’hôtel (fig. 7). Comme pour le grand salon, la voûte de l’escalier fut peinte par Charles de La Fosse et représentait une balustrade feinte ouvrant sur un ciel dans lequel figurait Phaéton demandant à Apollon de conduire le char solaire42.

Fig. 7 : George Scharf l’ancien, L’Escalier de Montagu House, 1845, aquarelle sur papier, 36 × 28 cm. Londres, British Museum, 1862,0614.631.

Fig. 7 : George Scharf l’ancien, L’Escalier de Montagu House, 1845, aquarelle sur papier, 36 × 28 cm. Londres, British Museum, 1862,0614.631.

L’artiste a représenté l’escalier de Montagu House vers l’ouest, au premier étage. La demeure servait alors de lieu d’exposition pour les collections d’histoire naturelle de Sir Hans Sloane. Notice sur le site du British Museum.

© The Trustees of the British Museum

  • 43 Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937.

14À l’étage, sur le mur ouest (le mur du fond sur l’aquarelle), on trouvait deux panneaux de paysages réalisés par Jacques Rousseau. Ils étaient séparés par une colonne et flanqués de deux autres. La pièce étant rythmée de pilastres ioniques sculptés, on peut penser que la colonne séparant le paysage en deux sur l’aquarelle devait être en relief et faire partie du décor architectural de la pièce. Jacques Rousseau lui donna néanmoins plus de relief en la doublant de manière feinte et en répétant ce motif de part et d’autre des paysages, comme on peut le voir sur l’aquarelle. L’ensemble devait donner l’illusion que l’escalier ouvrait de ce côté sur une terrasse en portique, débouchant sur le jardin, avec un escalier sur la droite. Ce paysage avait donc un rôle similaire aux perspectives peintes par Jacques Rousseau au cours de sa carrière, à l’hôtel de Saint-Pouange ou encore à la folie Titon par exemple, c’est-à-dire ouvrir l’espace et l’agrandir. Cette composition était par ailleurs très proche de ce que Jacques Rousseau avait dû faire dans l’orangerie du château de Saint-Cloud, ce qui nous est connu par un dessin préparatoire conservé au Victoria and Albert Museum de Londres43 (fig. 2). Le paysage, visible à travers un portique feint, représentait, au centre, un palais dans le lointain, autour duquel s’étendait un parc aménagé d’arbres et de fontaines. À l’extrême droite du dessin, on retrouve également un escalier sous les frondaisons, comme à Montagu House.

  • 44 Mérot 2009, p. 611.

15Le mur nord de l’escalier d’honneur de Montagu House (le mur du côté droit sur l’aquarelle) comportait également une grande peinture de Jacques Rousseau, mais d’un style différent. Il s’agissait de Diane et ses nymphes se baignant dans une clairière et mettant en fuite le chasseur Actéon, sur un fond de nature. Cette œuvre était parfaitement représentative de la production de paysages historiques de Jacques Rousseau. En effet, la scène mythologique était ici le prétexte au paysage. De plus, les figures étaient concentrées au premier plan sur un fond de nature idéale et construite, qui jouait le rôle de décor à la scène mythologique. Ce paysage était par ailleurs représentatif des tentatives de Jacques Rousseau d’appliquer le principe de l’ekphrasis à la manière de Nicolas Poussin, tel que l’explique Alain Mérot, c’est-à-dire de rendre le paysage même, évocateur de la scène mythologique44. Les nuages étaient en effet nombreux et sombres, et évoquaient la colère de la déesse surprise au bain. Le grand arbre surplombant la scène faisait également écho au bras de la sœur d’Apollon braqué sur le jeune chasseur et à la terrible malédiction qu’elle était en train de lui lancer. Cette puissance évocatrice du paysage chez Jacques Rousseau est également très palpable dans son Paysage avec Hercule et Antée de l’hôtel Lambert par exemple, où la nature témoigne de la violence du combat à son paroxysme (fig. 1).

  • 45 Anonyme 1814, p. 558.
  • 46 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8214, en collaboration avec (...)

16À droite de cette toile, dans l’escalier de Montagu House, on trouvait une porte et, à gauche, en symétrie, l’emplacement d’une porte était marqué par le même décor sculpté mais une balustrade complétait celui-ci. Selon la description du Gentleman’s Magazine, l’emplacement de la porte était orné de « curtains in scenery45 », ce que l’on pourrait traduire par un décor de rideaux. Il s’agirait donc encore d’un trompe-l’œil, qui n’est pas visible sur l’aquarelle, mais qui pourrait également être de Jacques Rousseau. Ce décor devait se rapprocher de la peinture réalisée par Philippe Meusnier, l’élève de ce dernier, dans l’escalier de la Reine au château de Versailles46.

Jacques Rousseau au service de Lord Montagu

L’importance de Jacques Rousseau dans les travaux de Montagu House

17Ces descriptions et ces quelques documents iconographiques nous permettent, d’une part, d’imaginer ce qu’étaient les décors de Montagu House et, d’autre part, d’en concevoir la variété, issue de la collaboration de plusieurs artistes.

18Les similitudes existant entre les éléments du décor attribuables à Jacques Rousseau dans la demeure londonienne et son travail à Paris et dans les châteaux franciliens, laissent penser que Charles de La Fosse n’était pas l’auteur de l’intégralité des décors de ces pièces à Montagu House et que Jacques Rousseau n’avait pas le statut d’un simple exécutant, spécialisé dans les paysages et les architectures, mais qu’il prit réellement part à la création de l’ensemble décoratif, au moins pour les parties le concernant.

  • 47 Buckridge 1706, p. 461, et Dezallier d’Argenville 1745-1752, t. III, 1752, p. 225.
  • 48 Letters of Denization… 1911-1923, t. I, 1911, p. 213. Il reçut sa « denization » le 19 août : un st (...)
  • 49 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69.

19Quelques sources anciennes confirment cette importance et peuvent nous amener à reconsidérer l’implication de Jacques Rousseau dans ce chantier. D’abord, les biographes anciens, notamment Bainbrigge Buckridge et Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, s’accordent pour dire que ce fut Lord Montagu lui-même, et non pas Charles de La Fosse après avoir conçu les modèles du décor peint, qui fit appel à Jacques Rousseau et le fit venir en Angleterre47. Les archives montrent par ailleurs que celui-ci était à Londres au moins depuis l’été 1688, car il obtint sa « denization » en août de cette année48. Il était donc présent à Londres, et potentiellement en relation avec Lord Montagu, avant Charles de La Fosse, qui arriva à Londres durant l’été 168949.

  • 50 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.
  • 51 Notice lue par Lépicié, voir Gréder 1904.
  • 52 Il avait pour beau-frère l’architecte des Bâtiments du roi Jean du Ry (frère de Mathurin du Ry), ép (...)
  • 53 Jackson-Stops 1980.
  • 54 Il était notamment le parrain de l’une des sœurs de Daniel Marot, morte en bas âge : voir Haag 1846 (...)
  • 55 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.

20Les Notebooks de George Vertue, rédigés dans la première moitié du xviiie siècle, mettent encore davantage en avant le rôle de Jacques Rousseau. L’auteur le présente en effet comme « the assistant surveyor and designer for the building of this house50 », c’est-à-dire comme l’un des architectes de la demeure. Effectivement, Jacques Rousseau a sans doute reçu une formation en architecture, comme le suggèrent la notice de l’Académie de 174151 et son milieu familial52. Toutefois, il est peu probable que Rousseau ait conçu l’architecture de Montagu House, donnée par d’autres sources à un certain « Mr Bouget », qui serait, selon Gervase Jackson-Stops, un suiveur de Daniel Marot53. Jacques Rousseau étant lui-même un proche de la famille Marot54, il aurait donc pu être lié à l’architecte de Montagu House et éventuellement lui servir d’intermédiaire, d’une façon ou d’une autre, avec Lord Montagu, ce qui pourrait expliquer cette appellation donnée par George Vertue. À l’heure actuelle, aucun document prouvant cette hypothèse n’est néanmoins connu. Les peintures de Jacques Rousseau à Londres, mais déjà lorsqu’il était en France, étaient, de plus, très liées avec le décor architectural, voire avec la conception architecturale générale de l’édifice. À Montagu House, elles utilisaient et reproduisaient les colonnes engagées de l’escalier et agrandissaient l’espace. Cela n’aurait pas été possible sans une concertation avec l’architecte et une connaissance des principes d’architecture. Par ailleurs, George Vertue désigne Jacques Rousseau comme « the assistant surveyor » et explique que le peintre se serait chargé de payer les différents artistes intervenant à Montagu House55.

21Cependant, aucun document d’archives connu ne confirme réellement ces mots de George Vertue. Ils témoignent toutefois de la place non négligeable de Jacques Rousseau sur le chantier de Montagu House, voire de sa place privilégiée auprès du duc.

Les autres commandes anglaises de Jacques Rousseau

  • 56 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.
  • 57 Inventaire après décès de Ralph Montagu, 1709, publié dans Noble Households… 2006, p. 19 : « Roome (...)
  • 58 Buckridge 1706, p. 461 : « Many of his pictures may be seen at Hampton-Court over the doors ; but f (...)
  • 59 « Goods in Montagu House in 1707 », cité dans P. Masson, « The Picture Frames », dans Murdoch 1992a (...)
  • 60 Inventaire de Ditton en 1709 ; publié dans Noble Household… 2006, p. 79-85.

22L’importance de Jacques Rousseau dans cette campagne décorative est confirmée par les autres toiles qu’il réalisa pour Lord Montagu. George Vertue indique d’ailleurs que celui-ci donna 200 pounds par an à Jacques Rousseau jusqu’à sa mort, sans doute car celui-ci lui fournissait régulièrement des toiles56. L’inventaire après décès de Ralph Montagu en 1709 cite en effet six peintures de Jacques Rousseau dans une autre pièce du premier étage à Montagu House, ainsi que de nombreux dessus-de-porte et dessus-de-cheminée57. Bainbrigge Buckridge, dans son essai sur l’artiste au début du xviiie siècle, signalait en effet Montagu House comme le lieu où l’on trouvait des toiles de Rousseau en plus grand nombre58, et on en comptait en effet un peu moins d’une vingtaine59. Jacques Rousseau ainsi que Jean-Baptiste Monnoyer travaillèrent également pour le manoir de Ditton, demeure des Montagu dans le Buckinghamshire, décorée dans ces mêmes années 1690. Les inventaires signalent en effet des paysages de Jacques Rousseau en dessus-de-porte et dessus-de-cheminée, mais aussi un paysage dans la galerie de peinture, côtoyant des œuvres de grands maîtres du paysage classique, tels que Nicolas Poussin et Gaspard Dughet60.

  • 61  Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 179 à MH 182 et trois sans numéro ; je remercie Mrs Tessa Murdoch, c (...)
  • 62 Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 182.
  • 63 Paysage classique avec Énée à Délos, peint par Claude Gellée dit Le Lorrain en 1672 : Londres, Nati (...)

23On retrouve actuellement plusieurs paysages de Jacques Rousseau dans les collections du duc de Buccleuch, héritier des Montagu, notamment à Dalkeith Palace en Écosse61. On peut penser que ces œuvres proviennent de Londres ou de Ditton, ce qu’il reste à vérifier précisément dans les inventaires. Ces paysages, figurant des créatures mythologiques et des personnages de La Jérusalem délivrée, sont caractéristiques de la production de Jacques Rousseau. On y retrouve un souci de construction des paysages classiques à la manière de Nicolas Poussin. Ces œuvres témoignent également de l’influence de Claude Gellée dit le Lorrain, qui avait dû être le maître d’Herman Van Swanevelt, avec qui Jacques Rousseau fit son apprentissage. Les effets de lumière sont particulièrement travaillés : les ciels orangés évoquent à merveille un couché de soleil ou bien l’aube. Le Paysage classique avec un soldat rentrant retrouver sa femme et ses enfants62 semble même reprendre la composition d’une œuvre du Lorrain, actuellement conservée à la National Gallery de Londres63 (fig. 8), notamment les motifs du bâtiment à dôme et du porche à colonnes sur le côté droit de la toile.

Fig. 8 : Claude Gellée dit le Lorrain, Paysage avec Énée à Délos, 1672, huile sur toile, 99,6 ×134,3 cm. Londres, National Gallery, NG 1018.

Fig. 8 : Claude Gellée dit le Lorrain, Paysage avec Énée à Délos, 1672, huile sur toile, 99,6 ×134,3 cm. Londres, National Gallery, NG 1018.

Notice : https://www.nationalgallery.org.uk/​paintings/​claude-landscape-with-aeneas-at-delos

© National Gallery, London

  • 64 Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 180.
  • 65 Perrier 1638, pl. 53 et pl. 81 : sur ce tableau, la Vénus est dans le sens de la gravure alors que (...)

24Les paysages de la collection du duc de Buccleuch révèlent également le goût de Jacques Rousseau pour les références antiques, par les architectures, mais aussi par les sculptures. Dans le Paysage classique avec des nymphes se baignant aux pieds d’un escalier bordé de statues64 par exemple, Jacques Rousseau a peint de célèbres antiques : on reconnaît l’Antinoüs du Belvédère, qu’il avait également peint sur le pavillon de la perspective à Marly (fig. 9), ainsi que la Vénus Médicis65.

Fig. 9 : À gauche : Antinoüs du Belvédère, gravure de François Perrier, 1638, pl. 53 de Segmenta nobilium [...], Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, EST-502. À droite : version de Rousseau sur le pavillon de la Perspective à Marly (détail), Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 ft 4, [H186772]).

Fig. 9 : À gauche : Antinoüs du Belvédère, gravure de François Perrier, 1638, pl. 53 de Segmenta nobilium [...], Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, EST-502. À droite : version de Rousseau sur le pavillon de la Perspective à Marly (détail), Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 ft 4, [H186772]).

https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1519258b

À gauche : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – A droite : © Virginie Bergeret, 2016

  • 66 Basildon Park, The Hiffe Collection – The National Trust, Inv. 266412-L/BAS/P/6 et Inv. L/BAS/P/5-2 (...)

25Jacques Rousseau travailla ainsi pour Lord Montagu en gardant une esthétique proche de celle de ses œuvres parisiennes. Le nombre de toiles réalisées pour ce noble britannique révèle l’estime que celui-ci portait à cet artiste, alors qu’on ne connaît que deux autres toiles de Charles de La Fosse dans les collections de Lord Montagu66. Cela témoigne de l’importance que garda Jacques Rousseau auprès de Ralph Montagu, jusqu’à sa mort.

  • 67 Vertue 1933-1934, vol. III, p. 23-24 : « Ces trois grands maîtres ont heureusement uni leurs pensée (...)

26George Vertue, qui rédigea ses Notebooks plusieurs décennies après la mort de Jacques Rousseau, alla sans doute trop loin dans sa description des activités du peintre à Montagu House. Au regard de ses travaux parisiens, on ne peut, en effet, pas lui attribuer l’élaboration décorative et il nous faut laisser à Charles de La Fosse la pensée générale des décors peints de Montagu House. Cependant, il semble que les peintures aient réellement été pensées de concert entre ces différents artistes, chacun ayant pu mettre en avant ses spécificités. Citons à nouveau George Vertue, qui résume à merveille cette collaboration : « These three great masters have happily united their thoughts & skill to a great perfection67. »

  • 68 C. Huygens, 1876-1888, t. I, 1876, p. 365, 14 novembre 1690 : « He told me that one day we would go (...)
  • 69 Londres, Hampton Court, OM 466, 467, 469 et 470.

27Finalement, Jacques Rousseau tira un réel prestige de son travail pour Lord Montagu dans sa demeure de Bloomsbury, qui n’était pas celui d’un simple assistant de Charles de La Fosse. En effet, Guillaume III entendit parler de ce peintre de paysages et proposa à son ami le scientifique hollandais Constantijn Huygens le jeune de se rendre ensemble à Montagu House, afin de voir les œuvres de Jacques Rousseau68. Il lui commanda par la suite, dans les mêmes années 1690, quatre dessus-de-porte, sans doute pour son palais de Whitehall69 (fig. 10).

Fig. 10 : Jacques Rousseau, Paysage avec des figures à l’antique, v. 1688-1693, huile sur toile, 186,2 × 125,6 cm. Hampton Court Palace, RCIN 402930 (OM 469).

Fig. 10 : Jacques Rousseau, Paysage avec des figures à l’antique, v. 1688-1693, huile sur toile, 186,2 × 125,6 cm. Hampton Court Palace, RCIN 402930 (OM 469).

© Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II, 2018

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Anonyme, 1814, « Architectural Innovation no CLXXXIV : Progress of Architecture in England in the Reign of James II », dans Sylvanus Urban (dir.), The Gentleman’s Magazine and Historical Chronicle : from January to June 1814, vol. 84, Londres, J. Harris, et Hambourg, Perthes & Besser, p. 557-560.

Brice Germain, 1687, Description nouvelle de ce qu’il y a de plus remarquable dans la ville de Paris, Paris, N. Le Gras, 2e éd.

Buckridge Bainbrigge, 1706, « An Essay towards an English School of Painting », dans Roger de Piles, The Art of Painting and the Lives of the Painters, Londres, J. Nutt, p. 460-462.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. par J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Dezallier d’Argenville Antoine-Joseph, 1745-1752, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, Paris, De Bure l’aîné, 3 vol.

Huygens Christiaan (Ch.), 1888-1950, Œuvres complètes, éd. par la Société hollandaise des sciences, La Haye, M. Nijhoff, 23 vol.

Huygens Constantijn, le jeune (C.), 1876-1888, Journalen, Utrecht, Kemink et fils, 3 vol.

Letters of Denization and Acts of Naturalization for Aliens in England and Ireland (1603-1700), 1911-1923, éd. par W. Shaw pour la Huguenot Society of London, Lymington, C. T. King, 2 vol.

Noble Households : Eighteenth-Century Inventories of Great English Houses, 2006, éd. par T. Murdoch, Cambridge, John Adamson.

Perrier François, 1638, Segmenta nobilium signorum et statuarum [...], Paris, Vve Perrier.

Procès-verbaux de l’Académie royale de peinture et de sculpture (1648-1793), 1875-1892, éd. par A. de Montaiglon, Paris, J. Baur, 11 vol.

Vertue George, 1931-1932 et 1933-1934, Notebooks (5 vol.), dans The Volume of the Walpole Society, Oxford University Press : vol. II dans no 20 (1931-1932), et vol. III dans no 22 (1933-1934).

Études

Andia Béatrice de et Courtin Nicolas (dir.), 1997, L’île Saint-Louis, Paris, Action artistique de la ville de Paris.

Bergeret Virginie, 2013, Le pavillon de la Perspective à Marly, mémoire d’étude en histoire de l’art, sous la direction de Raphaël Masson et de Benjamin Ringot, Paris, École du Louvre, 3 vol.

Bergeret Virginie, 2014, Jacques Rousseau (1630-1693) : un peintre de paysages et de perspectives, mémoire de recherche en histoire de l’art, sous la direction d’Alexandre Gady, Paris, École du Louvre, 2 vol.

Bergeret Virginie, 2015, « Le décor sculpté feint du pavillon de la Perspective à Marly », Marly, art et patrimoine, no 9, p. 55-64.

Bouleau Cécile, 1993, « Jacques Rousseau (1630-1693) : un peintre de perspective aux Tuileries », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 49-59.

Bousquet Jacques, 1980, Recherches sur le séjour des peintres français à Rome au xviie siècle, Montpellier, ALPHA.

Chancellor Edwin Beresford, 1908, The Private Palaces of London : Past and Present, Londres, Kegan Paul, Trench, Trübner & Co.

Dussieux Louis, Soulié Eudore, Chennevières Philippe de, Mantz Paul et Montaiglon Anatole de, 1854, Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, Paris, J.-B. Dumoulin, 2 vol.

Evans Elspeth A., 1966, « A Rousseau Design in England », Country Life, vol. CXXXIX, no 3616, 23 juin, p. 1668-1673.

Evans Elspeth A., 1971, « Jacques Rousseau : A Huguenot Decorative Artist at the Courts of Louis XIV and William III », Huguenot Society Proceeding Lecture Read to the Society (20 January 1971), Proceedings of the Huguenot Society of London, vol. 22, p. 142-161.

Gady Alexandre, 1998, « La folie Titon », dans Jean-Baptiste Minnaert (dir.), Le faubourg Saint-Antoine : architecture et métiers d’art, Paris, Action artistique de la ville de Paris, p. 48-52.

Gréder Léon, 1904, « Un peintre parisien du xviie siècle : Jacques Rousseau (1631-1693) », Bulletin de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, no 31, p. 108-115.

Gustin-Gomez Clémentine, 2006, Charles de La Fosse (1636-1716) : le maître des Modernes, Dijon, Faton, 2 vol.

Haag Eugène et Émile, 1846-1859, La France protestante, ou Vies des protestants français qui se sont fait un nom dans l’histoire depuis les premiers temps de la réformation jusqu’à la reconnaissance du principe de la liberté des cultes par l’Assemblée nationale, Paris, Joël Cherbuliez, 10 vol.

Jackson-Stops Gervase, 1980, « Daniel Marot and the First Duke of Montagu », Nederlands Kunsthistorisch Jaarboek, vol. 31, p. 244-262.

Janneau Guillaume, 1965, La peinture française au xviie siècle, Genève, Pierre Cailler.

Mérot Alain, 2009, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, Gallimard.

Milovanovic Nicolas, 2005, Les grands appartements de Versailles sous Louis XIV : catalogue des décors peints, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux.

Murdoch Tessa (dir.), 1992a, Boughton House : The English Versailles, Londres, Faber & Faber.

Murdoch Tessa, 1992b, « The Dukes of Montagu as Patrons of the Huguenots », Proceedings of the Huguenot Society of Great Britain and Ireland, vol. 25, no 4, p. 340-355.

Schnapper Antoine, 1967, « Colonna et la quadratura en France à l’époque de Louis XIV », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, Paris, F. de Nobele, p. 65-97.

Steland Anne Charlotte, 2010, Herman Van Swanevelt (um 1603-1655) : Gemälde und Zeichnungen, Petersberg, Michael Imhof, 2 vol.

Stephens Richard, 2011, « Rousseau, Jacques (1630-93) », The Art World in Britain 1660 to 1735. En ligne : https://artworld.york.ac.uk/artworld/personView.action?personUrn=1.00575&dc=all&browseChar=R.

Taylor Charles (dir.), 1809, The Literary Panorama […], Londres, C. Taylor, vol. 5.

Vincent-Rebichon Marcelle, 1948, Recherches sur l’œuvre peint, dessiné et gravé de Jean-Baptiste Monnoyer, peintre de fleurs (1636-1699). Mémoire de recherche approfondie en Histoire de l’art, sous la direction de Bernard Dorival et Charles Mauricheau-Beaupré, Paris, École du Louvre, 2 parties.

Waterhouse Ellis, 1978, Painting in Britain : 1530 to 1790, Harmondsworth, Penguin, 4e éd.

Catalogue d’exposition

Versailles, 2015 : Sarrazin Béatrice, Collange-Perugi Adeline et Gustin-Gomez Clémentine (dir.), 2015, Charles de La Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur, cat. exp. (château de Versailles, 24 février-24 mai 2015 ; Nantes, musée des Beaux-Arts, 19 juin-20 septembre 2015), Paris, Somogy.

Haut de page

Notes

1  Par exemple : Dussieux et al. 1854, t. II, p. 3, et Janneau 1965, p. 247.

2 Bergeret 2014 ; mes recherches sont néanmoins tributaires de trois articles fondateurs pour l’étude de cet artiste : Gréder 1904, Schnapper 1967 et Evans 1971.

3 Paris, bibliothèque du Protestantisme français, Ms 66 fo 111, publié dans Haag 1846-1859, t. IX, 1859, p. 49 ; de nombreux actes de notaires sont par ailleurs conservés concernant cette famille : Paris, Archives nationales (désormais AN), Minutier central, particulièrement dans les études des notaires Jules Malingre (étude XIII) et Jérôme Cousinet (étude LI).

4 Époux de sa sœur Suzanne ; voir Steland 2010.

5 Son séjour est documenté entre 1654 et 1656, voir Bousquet 1980, p. 184.

6 Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. I, 1875, p. 194-195, et Dezallier d’Argenville 1745-1752, t. III, 1752, p. 225.

7 Œuvres conservées in situ : Paysage avec Hercule et Antée, Paysage avec les bœufs de Géryon, Paysage avec le sanglier d’Érymanthe, Paysage avec Hercule et Acheloüs et Paysage avec le repos d’Hercule.

8 Voir note 19.

9 Cette fresque, réalisée vers 1679, est connue par une gravure de Pérelle (Paris, Bibliothèque nationale de France – désormais BNF –, département des Manuscrits, Ms Rothschild 249, Veues des plus beaux lieux de France et d’Italie, fo 201).

10 Sur les fresques de Rousseau réalisées sur le pavillon de la Perspective à Marly, voir Bergeret 2013 et Bergeret 2015.

11 Cette fresque, réalisée vers 1685, est connue par un dessin de Rousseau (Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937), publié dans Evans 1966.

12 Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. II, 1878, p. 197-198.

13 Ibid., t. II, 1878, p. 318-319.

14 Il est sur la liste des personnes sorties du royaume pour cause de religion, datée du 16 février 1687 : Paris, BNF, département des Manuscrits, Manuscrit Français 7051, fo 323.

15 Ce séjour est cité dans les biographies, notamment Buckridge 1706, p. 461, et attesté par une lettre de Christiaan Huygens à son frère, datée du 1er septembre 1687, évoquant sa rencontre avec Rousseau à La Haye : lettre 281 dans Ch. Huygens 1888-1950, t. IX, 1901, p. 208-209 ; citée dans Stephens 2011.

16 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 33.

17 Dezallier d’Argenville 1745-1752, t. III, 1752, p. 224.

18 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 40.

19 Paris, AN O1 1966, Inventaire des tableaux qui sont au pallais des Tuileries, par Antoine Paillet, vers 1695, et O1 1970, Inventaire des tableaux du Roy, par Nicolas Bailly, 1709-1710. Trois de ces œuvres ont été redécouvertes par Cécile Bouleau au musée des Beaux-Arts de Nancy : Armide déguisant un cadavre avec les armes de Renaud (Inv. 299), Renaud et Armide sur l’île enchantée (Inv. 298) et Renaud retenant la main d’Armide (Inv. 466), voir Bouleau 1993 ; Renaud endormi, Paysage avec un homme en rouge, Apollon et Hyacinthe ainsi que Paysage avec un tournesol demeurent perdus.

20 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 50-53, et Milovanovic 2005, p. 134-137.

21 Paris, AN O1 2147 fo 108vo et O2149 fo 95vo, publiés dans les Comptes des Bâtiments du roi 1881-1901, t. I, col. 1156 et 1280.

22 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 60.

23 Rousseau intervint au moment de l’agrandissement du domaine entre 1681 et 1703 (voir Gady 1998), mais il n’est pas cité par Germain Brice dans la première édition de son ouvrage en 1684, ce qui laisse penser que son intervention est postérieure à celle-ci (voir Brice 1687, t. I, p. 213-214).

24 Procès-verbaux de l’Académie…1875-1892, t. I, 1875, p. 194-195, et t. II, 1878, p. 149-150.

25 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 45-47.

26 Voir Procès-verbaux de l’Académie… 1875-1892, t. II, 1878 : 9 février 1678 (p. 128), 24 septembre 1678 (p. 138), 2 décembre 1679 (p. 157), 30 décembre 1679 (p. 158), 13 février 1680 (p. 162), 24 février 1680 (p. 163), 30 mars 1680 (p. 164), 31 août 1680 (p. 171), décembre 1680 (p. 176), 25 janvier 1681 (p. 181), 5 juillet 1681 (p. 192), 1er août 1681 (p. 194), 23 février 1686 (p. 320).

27 Cela correspond en partie à la fonction de garde-meuble du roi en France.

28 Voir Murdoch 1992a, p. 33-43, et Murdoch 1992b.

29 Voir Vincent-Rebichon 1948 ; une thèse consacrée à cet artiste a par ailleurs été soutenue par Claudia Salvi à l’université Aix-Marseille, sous la direction d’Olivier Bonfait, en décembre 2016.

30 Des éléments de fresques ont été vendus pour des prix dérisoires : voir Chancellor 1908, p. 86.

31 Anonyme 1814, p. 557-560.

32 Northampton, Northamptonshire Record Office, Montagu records, vol. 8 : lettre de Mme de Rit à son époux Élias de Rit, 9 mai 1690.

33 Anonyme 1814, p. 558-559, et Taylor 1809, vol. 5, col. 529.

34 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69, et t. II, p. 66-67.

35 Anonyme 1814, p. 558 : « Two tier of windows, walls, and cieling, entirely painted, excepting the chimney-piece […] » (traduction V. Bergeret).

36 Anonyme 1814, p. 559.

37 Jacques Rousseau semble avoir travaillé à partir de gravures représentant des antiques célèbres, notamment celles figurant dans le recueil de François Perrier, Segmenta nobilium signorum et statuarum…, publié en 1638. On retrouve ce type de références à Marly ou encore à Saint-Cloud. Voir Bergeret 2015.

38 Perrier 1638, pl. 53 et pl. 62.

39 Vertue 1933-1934, vol. III, p. 23-24. 

40 Northampton, Northamptonshire Record Office, Montagu records, vol. 8 : lettre de Mme de Rit à son époux Élias de Rit, 9 mai 1690.

41 Londres, British Museum : aquarelles de George Scharf, 1845, Inv. 1862,0614.631 et Inv. 1862,0614.629, et aquatinte d’Ackermann, 1808, Inv. I,8.126.

42 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69, et t. II, p. 65-66.

43 Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937.

44 Mérot 2009, p. 611.

45 Anonyme 1814, p. 558.

46 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8214, en collaboration avec Jean-Baptiste Blain de Fontenay et Charles-François Poerson.

47 Buckridge 1706, p. 461, et Dezallier d’Argenville 1745-1752, t. III, 1752, p. 225.

48 Letters of Denization… 1911-1923, t. I, 1911, p. 213. Il reçut sa « denization » le 19 août : un statut qui offrait un certain nombre de droits pour un étranger à Londres, proches de ceux des citoyens londoniens.

49 Gustin-Gomez 2006, t. I, p. 69.

50 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.

51 Notice lue par Lépicié, voir Gréder 1904.

52 Il avait pour beau-frère l’architecte des Bâtiments du roi Jean du Ry (frère de Mathurin du Ry), époux de sa sœur Anne, qui put participer à sa formation dans ce domaine, tout comme l’avait fait son autre beau-frère, Herman Van Swanevelt, pour le domaine de la peinture.

53 Jackson-Stops 1980.

54 Il était notamment le parrain de l’une des sœurs de Daniel Marot, morte en bas âge : voir Haag 1846-1859, t. VII, 1857, p. 265.

55 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.

56 Vertue 1931-1932, vol. II, p. 85.

57 Inventaire après décès de Ralph Montagu, 1709, publié dans Noble Households… 2006, p. 19 : « Roome next ye Stone Hall West End belowe :[…] 6 pces by Reusau […]. »

58 Buckridge 1706, p. 461 : « Many of his pictures may be seen at Hampton-Court over the doors ; but far greater numbers are at the duke of Montague’s in Bloomsbury » (« Plusieurs de ses œuvres peuvent être vues à Hampton Court en dessus-de-porte, mais elles sont en bien plus grand nombre chez le duc de Montagu à Bloomsbury » ; traduction V. Bergeret).

59 « Goods in Montagu House in 1707 », cité dans P. Masson, « The Picture Frames », dans Murdoch 1992a, p. 92 ; voir aussi Waterhouse 1978, p. 128.

60 Inventaire de Ditton en 1709 ; publié dans Noble Household… 2006, p. 79-85.

61  Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 179 à MH 182 et trois sans numéro ; je remercie Mrs Tessa Murdoch, conservateur au Victoria and Albert Museum, de m’avoir signalé ces toiles. Malheureusement, les responsables de la collection Buccleuch n’ont pas autorisé la reproduction de ces œuvres dans cet article.

62 Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 182.

63 Paysage classique avec Énée à Délos, peint par Claude Gellée dit Le Lorrain en 1672 : Londres, National Gallery, NG 1018.

64 Dalkeith, Dalkeith Palace, MH 180.

65 Perrier 1638, pl. 53 et pl. 81 : sur ce tableau, la Vénus est dans le sens de la gravure alors que l’Antinoüs reprend le sens de l’antique même.

66 Basildon Park, The Hiffe Collection – The National Trust, Inv. 266412-L/BAS/P/6 et Inv. L/BAS/P/5-266411 ; publiés dans Gustin-Gomez 2006, t. II, p. 98-100, et cat. exp. Versailles 2015, p. 182-185.

67 Vertue 1933-1934, vol. III, p. 23-24 : « Ces trois grands maîtres ont heureusement uni leurs pensées et leurs talents pour atteindre une grande perfection » (traduction V. Bergeret).

68 C. Huygens, 1876-1888, t. I, 1876, p. 365, 14 novembre 1690 : « He told me that one day we would go to the house of Lord Montagu to see the paintings by the French painter Rousseau » (« Il [le roi] me dit qu’un jour nous irions en la maison de Lord Montagu pour voir les peintures du peintre français Rousseau » [traduction V. Bergeret]), et ibid., t. I, 1876, p. 366, visite du 17 novembre 1690 ; cité dans Stephens 2011.

69 Londres, Hampton Court, OM 466, 467, 469 et 470.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jacques Rousseau, Paysage avec Hercule et Antée, années 1660, huile sur toile marouflée, 298 × 158 cm. Paris, hôtel Lambert.
Crédits © Jean-Christophe Döerr
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 2 : Jacques Rousseau (attribué à), Projet pour la perspective de l’orangerie de Saint-Cloud (avec retombes), vers 1685, encre et crayon sur papier, 23,02 x 141,29 cm. Londres, Victoria and Albert Museum, E. 302-1937.
Légende Notice : http://collections.vam.ac.uk/​item/​O1108328/​architectural-drawing-rousseau-jacques/​
Crédits © Victoria and Albert Museum, London
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 3 : Jacques Rousseau, Perspective de jardins, 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 300 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus (côté est), Inv. 1850.2155.
Crédits © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 4 : Jacques Rousseau, Méléagre (détail), 1679-1680, huile sur toile marouflée, 400 × 210 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, salon de Vénus, Inv. 1850.9999.1.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 5 : Henry Flitcroft, Plan légendé du grand salon, détail du Plan of the Second State, 1725. Londres, Central Archives of the British Museum.
Crédits Plan : © The Trustees of the British Museum – Montage : Virginie Bergeret, 2016
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 6 : Chambre du Paradis, décor peint d’Antonio Verrio, vers 1697. Stamford, Burghley House.
Crédits © The Burghley House Collection
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 7 : George Scharf l’ancien, L’Escalier de Montagu House, 1845, aquarelle sur papier, 36 × 28 cm. Londres, British Museum, 1862,0614.631.
Légende L’artiste a représenté l’escalier de Montagu House vers l’ouest, au premier étage. La demeure servait alors de lieu d’exposition pour les collections d’histoire naturelle de Sir Hans Sloane. Notice sur le site du British Museum.
Crédits © The Trustees of the British Museum
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 8 : Claude Gellée dit le Lorrain, Paysage avec Énée à Délos, 1672, huile sur toile, 99,6 ×134,3 cm. Londres, National Gallery, NG 1018.
Légende Notice : https://www.nationalgallery.org.uk/​paintings/​claude-landscape-with-aeneas-at-delos
Crédits © National Gallery, London
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 9 : À gauche : Antinoüs du Belvédère, gravure de François Perrier, 1638, pl. 53 de Segmenta nobilium [...], Paris, Bibliothèque nationale de France, Arsenal, EST-502. À droite : version de Rousseau sur le pavillon de la Perspective à Marly (détail), Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., Va 425 ft 4, [H186772]).
Légende https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1519258b
Crédits À gauche : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France – A droite : © Virginie Bergeret, 2016
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 10 : Jacques Rousseau, Paysage avec des figures à l’antique, v. 1688-1693, huile sur toile, 186,2 × 125,6 cm. Hampton Court Palace, RCIN 402930 (OM 469).
Crédits © Royal Collection Trust / Her Majesty Queen Elizabeth II, 2018
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/15663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Bergeret, « Jacques Rousseau et Charles de La Fosse chez le duc de Montagu à Londres », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 22 février 2019, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/15663 ; DOI : 10.4000/crcv.15663

Haut de page

Auteur

Virginie Bergeret

Virginie Bergeret est historienne de l’art, diplômée du premier et du deuxième cycle de l’École du Louvre. Ses recherches ont d’abord porté sur le château de Marly, particulièrement sur le pavillon de la Perspective, sujet de son premier mémoire, dont certains résultats ont été publiés en 2014 (Bulletin du centre de recherche du château de Versailles, http://crcv.revues.org/12579) et en 2015 (« Le décor sculpté feint du pavillon de la Perspective à Marly », Marly, art et patrimoine, no 9, 2015). Dans cette continuité, son second mémoire portait sur le peintre de la perspective de Marly, Jacques Rousseau (1630-1693) (sous la direction d’Alexandre Gady, École du Louvre, 2015). Elle poursuit actuellement ses recherches et occupe par ailleurs un poste d’assistant de conservation au pôle Patrimoine de la bibliothèque municipale de Versailles.
Art historian Virginie Bergeret graduated from the École du Louvre in Paris. Her early research concentrated on the Château de Marly, in particular the Pavillon de la Perspective, the subject of her first master’s thesis (“Le pavillon de la Perspective à Marly : un bâtiment aux fonctions multiples”, Bulletin du centre de recherche du château de Versailles, 2014, http://crcv.revues.org/12579, and “Le décor sculpté feint du pavillon de la Perspective à Marly”, Marly, art et patrimoine, no. 9, 2015). She continued on this path, with her second master’s thesis focusing on the painter of the Marly perspective, Jacques Rousseau (1630-1693) (supervised by Alexandre Gady, École du Louvre, 2015). She is continuing her research and is assistant curator for the heritage department of the Versailles city library. vbergeret@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals