Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Béatrice Sarrazin

Résumés

L’introduction souligne l’articulation entre l’exposition, « Charles de La Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur », et le colloque « Charles de La Fosse et les arts en France autour de 1700 ». Cette première exposition monographique consacrée à l’artiste s’est tenue en 2015 au château de Versailles et au musée des beaux-arts de Nantes. Quarante peintures et une trentaine de dessins ainsi que les œuvres in situ, témoignages époustouflants de la verve créatrice du peintre, permettaient de montrer la richesse de sa carrière et la variété de son talent. En complément de l’exposition, le colloque fut l’occasion d’enrichir le corpus de l’artiste, de creuser des pistes, de cerner davantage son entourage et de lui redonner sa place dans les changements stylistiques de l’époque.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte fait partie des actes du colloque « Charles de La Fosse et les arts en France autour de 1700 », publiés sous la direction de Béatrice Sarrazin et Olivier Bonfait.

Texte intégral

Que soient remerciées les personnalités qui ont accepté de présider les séances : Clémentine Gustin-Gomez, docteur en histoire de l’art, Thomas Kirchner, directeur, Centre allemand d’histoire de l’art de Paris, Nicolas Milovanovic, conservateur en chef, département des Peintures, musée du Louvre, Paris, Pierre Rosenberg, de l’Académie française, président-directeur honoraire, musée du Louvre, Paris, Margret Stuffmann, conservateur émérite, Städel Museum, Francfort-sur-le-Main. Nos remerciements vont également à Claire Bonnotte et à Alice Tronche pour leurs relectures attentives des textes ainsi qu’à Alexandra Pioch pour son suivi éditorial.

  • 1 Stuffmann 1964.
  • 2 Gustin-Gomez 2006.
  • 3 Maisonnier 2018.

1En 2015, le château de Versailles avait organisé une exposition des peintures et des dessins de Charles de La Fosse. À la suite de la manifestation versaillaise, le musée des Beaux-arts de Nantes développa un aspect de son œuvre, en rassemblant, dans la chapelle de l’Oratoire, sa production mythologique. L’exposition de Versailles offrit donc l’occasion d’un colloque international, organisé grâce au Centre de recherche du château de Versailles, qui permit d’enrichir notre connaissance de l’œuvre de Charles de La Fosse et de son entourage artistique. Pourtant, le peintre ne faisait pas partie des artistes que l’histoire de l’art a négligés. Ainsi, il lui a été rendu un hommage discret mais constant au cours du xviiie siècle et du xixe siècle. Surtout, La Fosse a bénéficié de travaux fondamentaux, comme, en 1964, l’article de Margret Stuffmann qui établissait le premier corpus des peintures et des dessins1. Et c’est en 2006 que la monographie de Clémentine Gustin-Gomez a rendu compte de la richesse de la production de La Fosse en le plaçant parmi les grands peintres du règne de Louis XIV2. Depuis la tenue de l’exposition en 2015, le corpus de l’œuvre s’est beaucoup enrichi, point sur lequel nous ne reviendrons pas, sauf à mentionner l’acquisition par le château de Versailles d’une étude d’ange pour la Chapelle royale3, et la redécouverte de deux peintures en mains privées qui font ici l’objet d’un article.

Une exposition

  • 4 Le salon d’Apollon a été restauré à l’occasion de l’exposition.
  • 5 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7256.
  • 6 Paris, musée du Louvre, département des Peintures, M.L. 4527.

2L’exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » a retracé la carrière de l’artiste, à travers une sélection d’œuvres, à Versailles même qui lui doit certaines de ses meilleures inventions. En effet, le peintre est de tous les chantiers versaillais, dans le Grand Appartement du Roi4, sans doute à l’escalier des Ambassadeurs, à Trianon, à la chapelle royale mais aussi dans les « satellites » du château, à Marly, voire à Meudon ou à Choisy. Ainsi, sur une période de trente années, il y a façonné son style mais aussi imposé sa manière. Pensons à l’éclatante et lumineuse Clytie changé en tournesol5 de 1688-1689, ou bien au Moise sauvé des eaux6 qui remplace en 1701 celui de Nicolas Poussin dans le cabinet du Billard du Petit Appartement du Roi, ce qui marque un profond changement d’esprit et un bouleversement du goût de Louis XIV. Malgré les transformations que les décors du château ont pu connaître, La Fosse y demeure bien présent. Ces témoignages de décors peints sont d’autant plus précieux que bon nombre ont ailleurs disparu.

3L’exposition présentait quarante peintures et une trentaine de dessins. Avant même de connaître les espaces retenus, les commissaires avaient choisi de montrer le meilleur de la production de l’artiste comprenant des grandes compositions comme des petits formats. Pour une meilleure compréhension du processus de création, ils souhaitaient favoriser le rapprochement entre les dessins préparatoires et les œuvres achevées. L’attribution des appartements de Mme de Maintenon, agrandis de la loggia et de la salle des gardes du Roi, offrait une suite d’espaces intimes s’ouvrant sur un dernier espace spacieux dont il fallait tirer parti. D’une contrainte, il s’agissait de faire une force, de provoquer l’admiration tant pour les grandes compositions que pour les œuvres intimes et, surtout, de mettre en valeur la somptueuse palette de ce maître du coloris. D’où l’accrochage à hauteur des yeux, encore plus bas qu’habituellement, qui favorisait une proximité avec les œuvres la plupart in situ inatteignables comme les dessus-de-porte de Trianon, les lunettes du musée de Grenoble (fig. 1) ou le Portrait du duc de Richelieu du musée des beaux-arts de Tours (fig. 2), accroché, en son musée, dans la cage d’escalier. Le visiteur pouvait ainsi savourer le moindre détail, apprécier la palette du peintre – en particulier des effets de cangianti –, et plonger dans la matière. Il convenait aussi, tout en faisant des entorses à la chronologie, de donner à sentir l’évolution de son style. Artiste de transition dans le sens positif du terme, La Fosse est un « passeur d’idées » accompagnant un monde qui change. Sa relation avec Watteau tenait d’ailleurs une place privilégiée dans l’exposition comme dans le colloque.

Fig. 1 : Lunettes du musée de Grenoble. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Les commandes pour la cour et pour l’église »), 2015.

Fig. 1 : Lunettes du musée de Grenoble. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Les commandes pour la cour et pour l’église »), 2015.

© EPV / Didier Saulnier

Fig. 2 : Portrait du duc de Richelieu du musée des beaux-arts de Tours. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Le triomphe de la couleur. Aux sources vénitiennes et flamandes »), 2015.

Fig. 2 : Portrait du duc de Richelieu du musée des beaux-arts de Tours. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Le triomphe de la couleur. Aux sources vénitiennes et flamandes »), 2015.

© EPV / Didier Saulnier

Un colloque

4Comme tous les colloques organisés en lien avec une exposition, ce colloque visait à apporter des éclairages nouveaux en remédiant aux absences inhérentes à l’exposition elle-même tout en approfondissant notre champ de connaissance sur l’artiste et sur son époque, en faisant surgir de nouvelles questions. Un colloque est toujours un état des lieux offert par les chercheurs jeunes ou confirmés.

5Creusant la carrière du peintre à partir des œuvres exposées, certaines des communications du colloque en sont l’illustration, suggérant de nouvelles interprétations comme pour le Bacchus et Ariane du musée des beaux-arts de Dijon ou le modello des Invalides.

6Ce fut aussi l’occasion d’élargir le propos aux autres artistes de la génération du peintre étudié. Dans le cas présent, le titre choisi, Charles de La Fosse et les arts autour de 1700 donne le ton. Même si le parcours dans le château permettait déjà d’apprécier les autres peintres, Gabriel Blanchard, René-Antoine Houasse, Claude II Audran, Noël Coypel, Jean-Baptiste Jouvenet, le colloque repoussait les limites du genre monographique, allait plus loin dans la connaissance de certains qui ont œuvré au décor versaillais en même temps que Charles de La Fosse. Si tous font leurs armes dans l’effervescence du chantier versaillais, devenu une sorte de laboratoire d’idées, Jacques Rousseau et Jean-Baptiste Monnoyer se retrouvent à ses côtés sur d’autres chantiers en France ou en Angleterre, à Londres.

7On y aborda également les enjeux artistiques du tournant des xviie-xviiie siècles tout autant que les enjeux théologiques et philosophiques, en l’occurrence en redonnant une place à la question du style et aux débats théoriques sur la grâce, sur la couleur et le dessin.

8Enfin, l’exposition a ses contraintes spatiales et matérielles que le colloque permet de contourner. Il fut alors possible de laisser une place à la tapisserie, moyen de diffusion et de connaissance de l’œuvre du peintre, ou de recomposer en toute liberté son œuvre disparue : les décors peints.

  • 7 Clémentine Gustin-Gomez, « Charles de La Fosse, dix ans après » ; Nicolas Milovanovic, « Le royaume (...)
  • 8 Franck Devedjian, « Deux tableaux retrouvés de Charles de La Fosse : Jésus et la Samaritaine et L’A (...)

9La sélection des intervenants du colloque a eu lieu après un appel à candidature, suscitant un intérêt international qui nous a conduits à retenir deux propositions provenant des États-Unis parmi d’autres. Cette publication rassemble la majorité des communications. Cependant, le sommaire diffère légèrement du programme initial, certaines études n’y figurant pas, dont, à notre grand regret, celle de Clémentine Gustin-Gomez7, d’autres ayant été ajoutées8.

Haut de page

Bibliographie

Gustin-Gomez Clémentine, 2006, Charles de La Fosse (1636-1716), Dijon, Faton.

Maisonnier Élisabeth, 2018, « Enrichissement des acquisitions de l’année 2016 », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 21, p. 18-19.

Stuffmann Margret, 1964, « Charles de La Fosse et sa position dans la peinture française à la fin du xviie siècle », Gazette des beaux-arts, juillet-août, vol. LXIV, p. 1-121.

Haut de page

Notes

1 Stuffmann 1964.

2 Gustin-Gomez 2006.

3 Maisonnier 2018.

4 Le salon d’Apollon a été restauré à l’occasion de l’exposition.

5 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7256.

6 Paris, musée du Louvre, département des Peintures, M.L. 4527.

7 Clémentine Gustin-Gomez, « Charles de La Fosse, dix ans après » ; Nicolas Milovanovic, « Le royaume des dieux : la représentation de l’Olympe dans les grands décors de Charles de La Fosse » ; Valentine Toutain-Quittelier, « Charles de La Fosse et Venise : regards croisés au xviiie siècle » ; Stéphanie Trouvé, « Vendanges de Malapeire, le décor de la chapelle du Mont-Carmel à Toulouse et sa description ».

8 Franck Devedjian, « Deux tableaux retrouvés de Charles de La Fosse : Jésus et la Samaritaine et L’Adieu d’Hector et d’Andromaque » ; Claudia Salvi, « Jean-Baptiste Monnoyer (Lille, 1636-Londres, 1699) et le motif de la guirlande ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Lunettes du musée de Grenoble. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Les commandes pour la cour et pour l’église »), 2015.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16093/img-1.jpg
Fichier image/, 16M
Titre Fig. 2 : Portrait du duc de Richelieu du musée des beaux-arts de Tours. Exposition « Charles de la Fosse (1636-1716) : le triomphe de la couleur » (salle « Le triomphe de la couleur. Aux sources vénitiennes et flamandes »), 2015.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16093/img-2.jpg
Fichier image/, 15M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Sarrazin, « Introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2018, mis en ligne le 22 février 2019, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/16093 ; DOI : 10.4000/crcv.16093

Haut de page

Auteur

Béatrice Sarrazin

Béatrice Sarrazin est conservateur général du patrimoine, en charge des peintures des xvie et xviie siècles au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon. Elle a été commissaire de plusieurs expositions dont « Charles de La Fosse (1636-1716). Le triomphe de la couleur » (château de Versailles, 2015), « Charles de La Fosse. Les amours de dieux » (Nantes, musée des beaux-arts, chapelle de l’oratoire, 2015) ; co-commissaire des expositions « Le goût de la parure. Portraits du château de Versailles » (Angers, Logis royal du château d’Angers, 2016-2017), et « Jean Cotelle. Des jardins et des dieux » (château de Versailles, Grand Trianon, 2018).
Béatrice Sarrazin is the heritage curator in charge of sixteenth- and seventeenth-century paintings at the Musée National des Châteaux de Versailles et de Trianon. She has curated several exhibitions, including “Charles de La Fosse (1636–1716): The Triumph of Colour” (Château de Versailles, 2015) and “Charles de La Fosse. Les amours de dieux” (Nantes, Musée des Beaux-Arts, Chapelle de l’Oratoire, 2015); was co-curator of the exhibitions “The Taste for Jewellery: From Versailles to the Tuileries” (Angers, Logis royal du château d’Angers, 2016–2017) and “Jean Cotelle: Gardens and Gods” (Château de Versailles, Grand Trianon, 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals