Navigation – Plan du site

L’antipathie et la science politique de la xénophobie

La fabrique ambiguë de l’étranger dans le premier xviie siècle (1614-1660)
Antipathy and the Political Science of Xenophobia : The Ambiguous Production of the Foreigner in the Early Seventeenth Century (1614–1660)
Yann Rodier

Résumés

Cet article s’intéresse à la fabrique de la figure de l’étranger dans la littérature polémique, de la régence de Marie de Médicis à la fin de la monarchie ministérielle. Ce demi-siècle voit l’émergence d’un (res)sentiment national polarisé à la fois autour de l’amour de la patrie et de la xénophobie. Relayée par le discours misologique des libelles contre l’étranger, la xénophobie traduit moins l’essentialisation de l’altérité honnie que l’usage de stratégies politiques opportunes, celle des princes contre le gouvernement italien de la régente puis celle des ministres contre les ennemis d’État espagnols. Au service du pouvoir royal, des théoriciens – le jésuite François Loryot, le docteur Carlos García et François La Mothe Le Vayer – vont tantôt infirmer, tantôt justifier la thèse d’une antipathie naturelle contre l’étranger, faisant de la xénophobie une véritable science politique de l’antipathie. Les vecteurs médiatiques auxquels recourent Richelieu et Mazarin durant la guerre de Trente Ans l’utilisent pour entériner leur diplomatie. Au-delà de la mythologisation de l’étranger, opposé au Français naturel, la catégorisation juridique de l’étranger justifie son exclusion de la sphère politique et publique. Défini comme un sujet naturellement porté à aimer son unique patrie, l’étranger, même naturalisé, ne saurait servir le royaume qui l’accueille malgré un espace curial beaucoup plus ouvert à l’étranger. Un décalage s’observe entre la définition politique, juridique et sociale de l’Étranger. En ce sens, par le recours à la médiatisation d’une passion d’État xénophobe, l’État du premier xviie siècle entre pleinement dans la modernité politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loryot 1614b, p. 802.

La resolution naturelle, l’amour de la patrie, & la dyspathie d’humeurs et de mœurs, peuvent empescher l’estime, qu’on pourroit faire es Estrangers1.

  • 2 Loryot 1614a.
  • 3 Loryot 1614b, p. 800-806.

1Dans Les Fleurs des secretz moraux…, un ouvrage faisant suite au traité des passions du jésuite François Loryot (1571-1642)2, ce dernier s’intéresse à la question de savoir « Pourquoy l’estranger est si mal receu de quelques Nations3 ? » La publication de cet ouvrage se fait dans le contexte d’un relent de xénophobie politique diffusée par les princes contre la régente italienne, Marie de Médicis (1610-1614). Le jésuite explique que la perception négative de l’étranger, qu’il nomme dyspathie, résulte en partie du contexte socioculturel. Par ce concept, il tente de décrypter les causes de la xénophobie. Quelques années plus tard, le médecin espagnol Carlos García (1581-1630) étudie à son tour les origines de l’antipathie franco-espagnole dans un remarquable opuscule politique, L’opposition et la conjonction des deux grands luminaires du monde, publié dans une version bilingue en 1617. Il fut abrégé ultérieurement sous le titre de Lantipathie des Français et des Espagnols puis plagié par François de La Mothe Le Vayer (1588-1672), dans le contexte de la guerre de Trente Ans. La présence des étrangers à la Cour – de la régence de Marie de Médicis au ministériat de Mazarin (1602-1661) en passant par la régence d’Anne d’Autriche – nourrit une abondante réflexion autour de l’étranger.

  • 4 Camus 1614.
  • 5 Le Guay 1625, p. 1-2.
  • 6 Reddy 2001.
  • 7 Miernowski 2014, p. 7-18.
  • 8 Loryot 1614b, p. 793.

2À l’heure où triomphent les sciences des passions avec la publication du premier traité publié à ce sujet en 1614 par Jean-Pierre Camus (1584-1652)4, xénophobie et xénophilie font l’objet d’une science politique, mise au service du pouvoir. De la « dyspathie » de Loryot à la théorie de « l’antipathie naturelle » entre la France et l’Espagne, l’étranger se définit tantôt comme un alter ego, tantôt comme un ennemi d’État. Plumitif de Richelieu, le père G. Le Guay plaide pour une « haine iuste & parfaicte5 » contre l’étranger espagnol. Le conflit terminé, Philippe IV et Louis XIV jurent sur les évangiles, le 6 juin 1660, de respecter les clauses du traité de paix des Pyrénées et de se promettre une « amitié éternelle ». Ce « régime émotionnel6 » politique entre souvent en contradiction avec une culture de Cour plutôt xénophile dans ses pratiques mais xénophobe lorsque les desseins stratégico-politiques l’imposent. Le discours misologique7 des libelles contribua à fixer la figure fantasmée et haïe de l’étranger dans la psyché collective. Plus grave, au-delà de la mythologisation et de la pétrification de l’étranger dans des stéréotypes nationaux, la xénophobie de papier parvint à judiciariser la xénophobie. D’affective, elle devient effective par son institutionnalisation. Opposé au « François naturel8 », l’étranger renforça malgré lui l’expression d’un (res)sentiment national. Le rythme des régimes émotionnels de l’odieux est finalement dicté par les impératifs de la politique extérieure et intérieure. En ce sens, la xénophobie interroge davantage les stratégies politiques circonstanciées pour faire haïr l’étranger qu’une haine curiale essentialiste.

3À l’argument avancé par les libellistes d’une haine naturelle contre l’étranger, se pose d’abord la question de sa naturalisation, par l’usage de plus en plus systématique du libelle xénophobe, puis de sa légalisation. La naissance d’une science politique de l’antipathie, tantôt favorable aux étrangers puis utilisée contre eux, sous la monarchie ministérielle, trahit cette culture politique opportuniste en décalage avec la culture de Cour. Amour de la patrie et passion xénophobe constituent les deux pôles magnétiques du sentiment national auquel le pouvoir recourt volontiers pour justifier une politique extérieure impopulaire. Ce n’est donc pas tant la question de la raison que celle de la passion d’État qui mérite ici d’être posée.

La xénophobie politique : haine naturelle ou naturalisée ?

Le libelle et la fabrique de l’étranger

  • 9 Heller 2003 ; Brunet 2007 ; Dubost 1997, p. 312-317.

4Les libelles du parti du prince de Condé, défavorables à la politique de la double alliance matrimoniale conclue en 1615 entre Anne d’Autriche et Louis XIII d’une part, le prince des Asturies et Élisabeth de France d’autre part, servirent de déclencheur au regain de l’anti-hispanisme politique. Les polémiques de 1612-1615 orchestrées par les princes tablent sur l’efficacité antipathique des stéréotypes nationaux, diffusés par la propagande politique contre les Italiens dans les années 1560-1570, puis contre les Espagnols dans les années 15909. Le machiavélisme politique des guerres de Religion et l’ingérence espagnole sous la Ligue nourrirent une xénophobie contre l’influence politique des étrangers. L’amplification de l’imprimé polémique dans l’espace public atteint l’édition de 400 libelles pour la seule année 1615.

  • 10 Le resveil de Henri le Grand… s. d., p. 13.
  • 11 Dubost 2007, p. 91.

5Les libelles condéens jettent ainsi le discrédit sur le favori italien, Concino Concini (vers 1575-1617), en recourant à l’argument xénophobe qui permet d’attaquer indirectement le gouvernement d’une régente d’origine italienne. Auprès des protestants, le souvenir de la propagande anti-italienne du parti huguenot aux lendemains de la Saint-Barthélemy, réactive d’anciennes craintes. La figure de l’étranger devient un bouc-émissaire facile sur laquelle converge la responsabilité des guerres civiles et du régicide d’Henri IV. Les libelles n’hésitent pas à inciter à venger la mort du feu roi et à détruire « les ennemis de l’État à main armée10 ». D’outre-tombe, Henri IV met en garde son peuple contre les machinations des étrangers : « Considerez les trames & machines Espagnoles & Italiennes, lesquels me portoient en mon vivant un faux masque ». Si la xénophobie ne suffit pas à créer l’identité nationale, elle la conforte et la justifie. Jean-François Dubost a mis l’accent sur l’importance des stéréotypes nationaux dans les libelles de 1615, moyen infaillible pour « gommer l’aspect pluriel des éléments constitutifs de l’identité nationale et pour en valoriser la singularité11 ». L’identité nationale des princes s’érige de la sorte à contre-courant de celle valorisée par la régente.

  • 12 Tallon 2002.
  • 13 Anderson 2002, p. 18-19.
  • 14 Richet 1982.
  • 15 Hugon 2004, p. 55-62.

6Le thème du sentiment national a fait l’objet de travaux historiographiques porteurs12. Benedict Anderson définit la nation comme une « communauté politique imaginaire et imaginée », fondée sur des « artefacts culturels »13. La figure de l’étranger ne constitua pas seulement un argument persuasif parmi d’autres – Denis Richet le relégua même au second plan14 – mais un argument émotionnel. Les libellistes, d’un parti ou de l’autre, dénoncent la pratique misologique du « rendre odieux ». La xénophobie constitua un puissant auxiliaire ou catalyseur religieux – les guerres de Religion l’ont montré – mais aussi politique et national. Les princes rebellés vécurent pour beaucoup ces guerres et surent exploiter une longue tradition xénophobe, depuis les prétentions des Habsbourg au trône de France sous la Ligue jusqu’aux conspirations espagnoles contre le roi et Marie de Médicis. Entre-temps, des incidents diplomatiques ou des guerres commerciales avaient émaillé les relations franco-espagnoles : début d’une guerre économique en 1602, affaire du « soldat français » en 1603 et affaire d’espionnage diplomatique de l’Hoste qui implique un commis de Villeroy, secrétaire des Affaires étrangères en 1604. La correspondance diplomatique contient d’ailleurs de nombreuses expressions de cette xénophobie observée à l’égard des Italiens et des Espagnols15. Ferdinand Ier de Médicis (1549-1609), l’oncle de la régente, inaugura la tradition qui tendit à faire de la souveraine d’origine étrangère l’agent plus ou moins voilé des intérêts de sa patrie d’origine. S’ajoute à cela le souvenir vivace de Catherine de Médicis et des Italiens pendant les guerres de Religion. L’attribution de la Saint-Barthélemy au machiavélisme de cette dernière – influencée par des conseillers italiens rompus aux arts divinatoires et imbus du lait doctrinal de Machiavel – fit réapparaître le soupçon que les Italiens souhaitaient établir en France un pouvoir tyrannique. La diplomatie de pacification de Marie de Médicis, en se rapprochant de l’Espagne, traduit surtout, dans les faits, sa stratégie de survie politique dans un contexte de régence. Un anti-hispanisme exacerbé de la part de la régente n’eût pas manqué de la fragiliser et de faire ressurgir l’hypothèse de sa propre illégitimité que les complots espagnols avaient entretenue.

  • 16 Mercure françois 1615, t. VII, p. 22-23.
  • 17 Duccini 2003, p. 177.
  • 18 Pelorson 1969.
  • 19 La Cassandre françoise s. d., p. 19.
  • 20 Ibid., p. 3.
  • 21 García 1615, p. 5 ; Mercure françois 1615, t. VII, p. 22-23.
  • 22 Rodier 2017.

7Le Mercure françois permet de restituer une portion de l’engrenage polémique suscité par le manifeste du prince de Condé publié le 19 février 1615 contre les alliances franco-espagnoles16. De 1614 à 1616, le réseau condéen, que le Mercure nomme les « Mal-contents du mariage », publia vingt-quatre libelles contre cent quatre pour le réseau médicéen17. Parmi les plumitifs de la régente, García, médecin espagnol proche de Concini, était arrivé à Paris au début de l’été 1613 puis avait été introduit à la Cour. Il appartient à cette communauté hispano-portugaise installée à Paris18. L’Espagnol françois de García répond à un libelle condéen, La Cassandre française qui connut un vif succès. Ce libelle xénophobe réagit lui-même à la représentation du Ballet de Madame, dansé le 19 mars 1615 par la sœur du roi (dans le rôle de Minerve), avant son départ pour l’Espagne. Le libelliste met en garde contre le danger des étrangers « qui de diverses natures couvent dans leurs corps français une âme espagnole […] ne sont nés qu’à votre ruine […] créatures de l’étranger [ils] ne vous poussent qu’à ce qui leur profite19 ». La Cassandre française, libelle condamné par le Parlement le 23 mai 1615, condense la plupart des motifs xénophobes déjà évoqués en ajoutant l’ombre de la Sainte Ligue que les projets d’alliances espagnoles font ressurgir. Jouant sur l’émotion publique favorable au feu roi, la mémoire d’Henri IV est convoquée. N’avait-il pas montré de son vivant quelle amitié rechercher avec l’Espagne : « estre ennemy de leurs amis, & amy de leurs ennemis20 » ? L’Espagnol françois condamne cette interprétation négative d’une incompatibilité entre la France et l’Espagne : « Accorder ainsi deux peuples du tout ennemis ; Plustost l’eau & le feu se mesleront ensemble, & meslez produiront leurs effects, que le François puisse compatir avec l’Espagnol. C’estoit leur opinion21. » Il renverse la perspective en développant la thèse d’une antipathie certes naturelle mais complémentaire entre les deux nations. Une thèse pour déconstruire l’imaginaire xénophobe que García théorise avec brio en 1617, dans le contexte tragique de l’éviction de la régente du pouvoir par le coup d’État royal de Louis XIII contre Concini22.

De la haine politique à la légalisation de la xénophobie

8Le Parlement finit par relayer la campagne de libelles des princes en authentifiant la xénophobie par sa légalisation juridique. Son soutien aux princes s’explique par l’affaiblissement de son autorité, consécutif à la convocation des États généraux et de son rappel à l’ordre, formulé par le Conseil du roi, contre l’arrêt du 28 mars en faveur des princes. Condé, l’autre grand perdant des États généraux, profita de cette situation de mécontentement pour faire cause commune avec un Parlement conciliant. Il considéra de son ressort de préserver la monarchie de toute aliénation étrangère et légiféra en ce sens. Le Parlement fit alors sien les motifs d’accusation contre les étrangers et les présenta au roi sous forme de Remonstrances… le 21 mai 1615. Le Mercure françois en reproduisit le contenu in extenso.

  • 23 Remonstrances présentées au roy… 1615, p. 31-32.
  • 24 Dubost 2009, p. 127-132. Marie de Médicis continua à s’habiller à l’italienne jusqu’en novembre 160 (...)

9Une grande fresque historique de la royauté retrace l’ensemble des actions parlementaires en faveur de la Couronne pour museler toute domination étrangère dans le royaume, jugée contraire aux lois fondamentales du royaume. Les articles publiés dans les Remonstrances… doivent permettre d’assurer la sécurité intérieure et extérieure du royaume : défense à toute personne de qualité de recevoir des appointements d’un prince étranger, sous peine de crime de lèse-majesté ; interdiction de la vénalité des offices pour éviter que des places frontières ne soient acquises par des étrangers ; contrôle de l’octroi des places fortes, des gouvernements et des dignités militaires à des personnes connues et affectionnées à leurs majestés ; répression des intelligences, conseils, secrets et communications que les sujets établissent avec les ambassadeurs des princes étrangers23. Cette obsession de l’espionnite aiguë à l’égard des ambassadeurs et des étrangers, présents dans les suites des maisons de la reine, était une crainte récurrente. En 1600, à l’arrivée de Marie de Médicis en France, Henri IV introduisit à cet effet une règle contre les princesses étrangères mariées au roi de France. Elles devaient renoncer à leur identité étrangère et à tout ce qui la rappelait, de leurs serviteurs à leur habillement, mais Marie de Médicis le comprit tardivement24.

10Légalisée en 1615 par le Parlement, la xénophobie est aussi relayée par les prêches. Les homélies des États généraux, prêchées en 1615 par Camus, étayent aussi cette idée de l’étranger traître :

  • 25 Camus 1970, p. 231.

Quelle grande et vaste porte est ouverte à l’estranger, pour achepter s’il peut, et s’il veut, cette Monarchie. Qui l’empeschera de se glisser avec son or dans les cœurs, d’acquerir un monde de creats et d’officiers, de là s’insinuer dans les places et se rendre insensiblement maistre de nostre Maistre et ravisseur de nostre liberté25.

  • 26 Asséo 2009.
  • 27 Asséo 2000, p. 117-119.

11L’attitude ambiguë du prélat à l’égard de l’Espagne dans son œuvre souligne cette oscillation permanente entre fascination et répulsion pour l’étranger. La distorsion entre la culture de Cour et les pratiques politiques mises en œuvre contre les étrangers est observable dans d’autres contextes. Henriette Asséo a repéré un « moment égyptien » dans la culture de Cour européenne, fascinée par la figure de la belle Bohémienne, alors que se renforce au xviie siècle un arsenal législatif de plus en plus répressif contre les troupes de Bohémiens26. Les princes continuent à recruter des capitaines bohémiens dans leurs compagnies militaires malgré les interdictions réitérées des édits royaux27.

  • 28 Moracchini 2009.

12De fait, le monde ecclésial est aussi touché par la francisation législative du Parlement puisque les grandes dignités et prélatures de l’Église doivent être préservées de toute ingérence étrangère, menace potentielle contre le gallicanisme politique ou ecclésial. L’ingérence jésuite et romaine constitua le cœur de polémiques théologico-politiques récurrentes et légitima de telles dispositions. Il fut donc demandé que la multiplication des ordres religieux nouveaux dans le royaume soit tempérée et réglée par la loi. Les premiers Carmes, un ordre d’origine espagnole, venus de Rome après la mort du roi, se heurtèrent ainsi à de nombreuses hostilités. La suspicion principale était qu’ils soient des espions à la solde de Rome ou de Madrid. L’ordre des Cordeliers se divise à ce sujet, les Conventuels accusant les Observantins de servir l’Espagne28.

13La légalisation de la xénophobie d’État encouragea son expression et son amplification dans l’espace public. Des contre-feux furent toutefois allumés pour déconstruire cette haine publique, exprimée de manière spectaculaire lors du carnaval populaire sanglant contre le cadavre de Concini dans les rues de Paris en avril 1617. Loryot et García élaborèrent l’un et l’autre une science politique de l’antipathie pour défendre la politique extérieure de Marie de Médicis.

Dyspathie et Antipathie : une science politique xénophile

Loryot et les causes de la xénophobie

14Le danger de l’efficacité pathique et xénophobe du libelle sur la psyché collective a été souligné par le jésuite Loryot. Ancien aumônier de la reine Marguerite de Valois (1553-1615), il lui dédicace ses Secretz moraux. Véritable traité théorique des passions du cœur humain, il y adjoignit un second traité, Les Fleurs des secretz moraux, sous la forme d’une casuistique pratique pour tenter d’analyser le rôle des passions dans les relations humaines. La publication de ces deux ouvrages en février et en août 1614, pendant la révolte des princes, cherche à déconstruire l’imaginaire xénophobe et rappelle que la charité doit être au fondement de toute relation humaine, en particulier avec les étrangers.

  • 29 Loryot 1614a, questions XXXVIII et XXXIX, p. 789-806.
  • 30 Ibid., p. 593 [entre la page 792 et 794].
  • 31 Ibid., p. 796.

15Évitant le prisme politique, Loryot s’interroge de manière générique pour savoir : « Pourquoy l’estranger est-il si bien accueilly de quelques nations ? » et inversement : « Pourquoy l’estranger est si mal receu de quelques Nations ? »29. De la confrontation à l’étranger naissent de funestes passions, vanité, jalousie, envie et haine qui mettent en péril la nation. S’ils acquièrent une gloire croissante, allusion à Concini, l’envie se répand au moyen de « la puante haleine de la calomnie » partout présente30. À la passion de haine xénophobe, il propose de substituer la compassion de l’étranger que le bon chrétien doit éprouver. Les bonnes passions à observer pour accueillir les étrangers seraient donc la confiance, la mansuétude et la charité, lesquelles ôtent « toute desfiance, que les esprits bas ont communement de tous Estrangers, comme de gens qu’ils ne cognoissent pas, & dont, pour ce regard ils se craignent31 ? ». Selon lui, les causes principales du rejet de l’étranger passent par l’arrogance, la sottise, le refus de savoir, de reconnaître en autrui l’excellence d’une perfection, la dispathie d’humeurs et l’amour de la patrie.

  • 32 Sahlins 2004.
  • 33 Remonstrances présentées au roy… 1615, p. 31-32.
  • 34 Sur l’amour de la patrie, voir l’analyse de Kantorowicz 1984.
  • 35 Loryot 1614b, p. 803.

16Loryot s’interroge sur cette idée selon laquelle « l’Estranger n’a ny l’amour ny la reverence au Prince ny à ses Estats, qu’ont les naturels Citoyens ». Une idée répandue que Condé exprime dans les Remonstrances… en 1615, par exemple, lorsqu’il se rapproche du Parlement après l’échec des États généraux. Il rappelle la divergence affective entre un étranger et un naturel françois pour sa patrie. Peter Sahlins a bien montré comment la monarchie a construit la catégorie juridique du Français non-naturel par opposition au « citoyen » naturel. Autorisé à acquérir un droit de naturalité, l’étranger devient même dans ce cas un « citoyen étranger » car la naturalisation est conçue comme une fiction juridique qui ne modifie pas réellement sa nature32. Une distinction qui justifie dans l’esprit commun le fait que places fortes, citadelles et places frontières ne doivent être « commises es mains d’étrangers qui n’auroient la mesme affection naturelle & interest à la conservation de vostre Estat, que les naturels François, n’estant raisonnable de confier les clefs de vostre royaume au hazard de leur volonté33 ». Loryot identifie cette attitude à l’expression de « l’amour de la patrie » qui expliquerait en partie la haine contre l’étranger34. Le chrétien doit « assécher par un travail continuel » ce tempérament, « lequel ne manqueroit de luy distiller insensiblement ses humeurs, desquelles nous ne nous despouïllons pas au depart de la patrie. Ils naissent avec nous, ils y croissent, & souvent ne meurent qu’en nostre mort, si nous ne les avons asseichees par un travail continuel, à fin de les réduire en un meilleur temperament35 ». Seule la perfection de la charité chrétienne dispensée à tous sans exception doit primer.

  • 36 Ibid., p. 885.
  • 37 Ibid., p. 805-806.
  • 38 Deux mois auparavant, le Parlement avait édicté en juin 1614 un arrêt contre la Defensio fidei du j (...)

17Loryot rappelle que la charité devrait embrasser tout le monde, domestiques et étrangers, et si la raison s’aligne sur elle « nous ne verrions pas tant de nations opposees en humeurs, ny si desdaigneuses du choix, que leurs voisins font des personnes Estrangeres36 ». L’identité de l’homme chrétien, la charité, ne peut pas se polariser sur l’identité nationale : « il n’y a ny climat ny Region, ny esloignement de demeure ou varieté de mœurs, qui puissent dipenser personne d’aimer son prochain comme soy mesme : puis que tous sont enfans de Dieu, & capables de la felicité eternelle37 ». Il refuse l’argument rebattu d’une antipathie naturelle en montrant qu’elle est culturelle et construite. Lui-même jésuite et assimilé à un ordre accusé d’être affidé à Rome et à Madrid depuis le régicide, il cherche à saper les racines de cette xénophobie. Son chapitre préliminaire constitue un plaidoyer sur le temporel des rois qui désavoue les théories monarchomaques, promues sous la Ligue38. Cette crise théologico-politique avait été ravivée avec le régicide puis amplifiée par la réaction gallicane contre les théories tyrannicides dont les Jésuites furent accusés d’être les promoteurs.

García et les vertus politiques de l’Antipathie

  • 39 Hormis les auteurs des passions, d’autres exposèrent cette théorie de l’antipathie naturelle : Mont (...)
  • 40 La première édition de 1617 à Paris chez Huby est suivie de rééditions à Rouen chez J. Cailloué en (...)

18García tente aussi de désamorcer dans son traité sur l’Antipathie (1617) l’idée rebattue qu’une haine naturelle justifie l’opposition entre la France et l’Espagne39. Attaché au parti de la régente, il tenta de justifier la politique extérieure de Marie de Médicis, frappée de damnatio memoriae après le coup d’État royal contre Concini. L’Antipatia de Franceses y Españoles, ouvrage bilingue de García, promis à une grande fortune éditoriale, répond aux libelles xénophobes produits par les princes40. Se définissant comme un médecin espagnol, il y justifie la diplomatie pacificatrice de la régente en s’appuyant sur une science des passions et une psychologie des nations, jugées rationnelles. Il s’intéresse dans cet ouvrage à la question de la réception, de la représentation et des causes de l’antipathie entre la France et l’Espagne. Il place les deux nations à égalité et les compare aux deux luminaires célestes, la lune et le soleil. L’opposition entre ces deux nations doit se comprendre en termes de différenciation complémentaire et non d’opposition. Il consacre plusieurs chapitres à dresser une taxinomie de toutes les contrariétés et antipathies physiques, humorales, vestimentaires, gestuelles, gastronomiques, preuves d’une antipathie naturelle évidente entre les deux nations. Mais, précise-t-il, ces contrariétés d’humeurs ont été voulues par Dieu comme antidote au déséquilibre du monde et vise à la conjonction des deux plus grandes puissances.

  • 41 Girard 1982, p. 34-35.
  • 42 Ibid., p. 51.

19De la différence ou de la contrariété, voulue par Dieu, naît le principe de l’équilibre entre les deux puissances. René Girard a fait observer que peu de cultures pensent la différence comme outil de légitimation parce qu’elles la conçoivent, non comme une autre norme, mais comme l’anormalité : « l’infirme se fait difforme ; l’étranger devient l’apatride41 ». Dans ces circonstances, « l’étranger devient mythologique pour le meilleur et pour le pire42 ». García démontre justement que cette contrariété naturelle entre les deux nations a été métamorphosée en antipathie, à l’origine de conflits permanents. L’une des causes provient, d’après lui, du diable :

  • 43 García 1979, chap. IX, p. 195.

Il [le diable] fit de necessité vertu & tascha d’empescher ce bien, se servant de ses meilleures armes, à sçavoir la hayne & l’inimitié, & les ficha si avant dans les cœurs de ces deux nations que son artifice fut converty en nature, leur demeurant pour héritage & en partage de s’entrehaïr & persécuter sans qu’il y soit demeuré aucune trace ou apparence de paix, union & amitié […] le nuage de l’inimitié & hayne mortelle que le Diable a semé entre les François & les Espagnols a obscurcy le lustre & la splendeur de ces deux nations43.

  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid., p. 197.
  • 46 Ibid.

20Il ne conteste pas l’existence d’une antipathie naturelle, liée à l’influence des astres et du climat, et à la géomancie et la physiognomonie, mais sa corruption sous l’influence du diable la transforma en une « hayne mortelle » bien que sa cause ultime n’explique pas les actes « qui dépendent immédiatement de l’empire absolu de la volonté comme sont l’amour & la hayne44 ». La modification de ces humeurs justifie « qu’un François ne semble pas homme aux yeux d’un Espagnol, & l’Espagnol semble un diable aux yeux d’un François45 ». Les causes polymorphes de la haine à l’origine des antipathies entre les deux nations oscillent entre une naturalité divine de la haine et une naturalisation de la haine que les polémiques suscitent selon García. Cette inimitié surnaturelle est devenue naturelle et culturelle sous l’effet de la haine qui se transmet, tel un legs de père en fils « la faisant descouler de race en race, des pères aux enfans & de ceux-cy aux nepveux, comme un autre péché originel46 ». Produit culturel, la haine se manifeste dans l’espace public au grand jour et devient un élément identitaire de chacune des nations.

21Espagnol d’origine, García illustre cette haine publique par son vécu quotidien dans les rues de Paris : crachats, moqueries, jets d’ordures et insultes. Une anecdote très instructive, quoique trop parfaite pour être authentique, conforte la thèse de cette aversion nourrie dans la psyché collective par l’environnement socioculturel. Sur une place publique à Paris, un aveugle fit de l’hispanophobie son gagne-pain. Sur un air de vielle, il demande à son chien ce qu’il souhaite faire pour le roi de France : il se met alors à sauter et gambader. Il réitère la question pour le roi d’Espagne et le chien montre alors les dents, dresse les oreilles et aboie furieusement à chaque fois que le mot « d’Espagne » est prononcé, au point que son corps semble possédé :

  • 47 Ibid., chap. X, p. 219.

Je me retiray tout ennuyé, fasché que l’inimitié & la haine d’entre ces deux nations fussent si grandes que l’on les publiast par les rues, & peussent servir aux aveugles d’instrument pour gaigner leur vie, & lors je me résolus de changer d’habit et m’accomoder à la françoise afin de me délivrer d’une continuelle persécution47.

  • 48 Bourdieu 2003, p. 242.
  • 49 Ibid., p. 243.
  • 50 García 1979, chap. XVIII, p. 283.

22La valeur parabolique de cette anecdote est très instructive. L’expression de la haine se manifeste ici à travers un animal privé de raison qui réagit de manière mécanique. Tel un automate monté sur ressorts, il exécute l’ordre de son maître qui réussit à faire coïncider le mot « Espagne » à celui d’une peur et d’un danger irrationnels. Au sens pascalien du terme, l’automate est le produit d’un ensemble de dispositions, préparées dans un contexte socioculturel à une reconnaissance pratique au point de devenir un réflexe48. Pierre Bourdieu a montré que l’ordre donné est une forme de pouvoir qui s’exerce directement sur les corps, et comme par magie, en dehors de toute contrainte physique49. À n’en pas douter, García illustre ici par ses observations sociologiques un exemple de psychologie des foules. Le comportement canin décrit en réalité celui du peuple, dressé à son insu pour reproduire cet automatisme anti-espagnol que les libelles ressassent. Or, dans l’anecdote rapportée, le maître aveugle ne symbolise-t-il pas le libelliste, comparé par García à un cyclope car « l’antipathie aveugle [aussi] les yeux des passionez50 » ? Le libelliste-cyclope joue de la vielle sur la place publique, autour de laquelle se forme un attroupement de badauds, pour diffuser ce ressentiment national. Enfin, comme l’aveugle jouant de la vielle à des fins pécuniaires, le libelliste n’est qu’une plume à gage pour mettre en scène et nourrir cette antipathie populaire.

  • 51 Ibid., p. 221.

23Si le narrateur ne manqua pas d’être d’abord amusé, il constate que « telle racine avoit la haine au cœur des Français envers les Espagnols » mais espère que les alliances royales y mettront un terme51. Une idée déjà défendue dans son libelle L’Espagnol françois. Il y dénonce vertement les princes qui soutiennent

  • 52 García 1615, p. 13.

leurs meschantes intentions par la seule passion qui les aveugle & qui est fortifiee du secours que le diable leur donne, vomissant du haut des monts Pirenées une hayne & mortelle anthipathie sur ces deux nations, à fin que par le moyen de ceste zizanie il empesche la maturité du fruict salutaire & desiré que l’on attend des deux tres fertilles champs de ceste trionfante & divine Alliance52.

  • 53 Le bon ange de la France… 1616, p. 9.

24Les deux derniers chapitres sont consacrés à une apologie des alliances espagnoles, gage d’une paix durable. Une idée largement diffusée dans les libelles médicéens. Le bon ange de la France… n’hésite pas à représenter une reine thaumaturge capable de modifier les mouvements de l’âme par le toucher des esprits qu’elle dispense aux scrofuleux passionnés : « l’amitié nouvelle qui succede à une vieille hayne à telles forces sur les esprits qu’elle y fait des miracles non prevus ny attendus : i’en obmets les exemples pour ce que chacun les sçait53 ».

  • 54 Franceschi 2014, p. 17-33.

25L’antipathie constitue la clef d’une science morale incontournable des relations internationales que la diplomatie moderne prend peu à peu en compte. Sa capacité à restaurer la paix en favorisant la conjonction ou l’équilibre entre les deux puissances justifie le rapprochement franco-espagnol voulu par la régente. Encore peu étudiée, la science morale dans la diplomatie du premier xviie siècle moderne joua un rôle essentiel54.

La monarchie ministérielle et la science morale de l’Antipathie

Les ennemis de l’État et le ressentiment national

  • 55 Gauchet 1994, p. 226 ; Sawyer 1984, p. 10.

26Marcel Gauchet a remarqué que l’État de la raison d’État s’est emparé « du monopole de la cohésion collective », constitué par les libelles autour de cette « sphère largement accessible de communications publiques de tournure politique », identifiée par Jeffrey K. Sawyer pour les années 1614-161755. À défaut de rentrer ici dans le débat complexe de l’existence d’une opinion publique, s’esquisse ici la volonté d’impulser et de publiciser une haine publique stratégique, non pas machiavélique au sens dévot d’une raison d’enfer, mais néostoïcienne pour (r)établir l’équilibre des passions. Cette raison de l’odieux suppose, pour être déployée dans l’espace public, l’expression d’un pôle contraire. Les libelles hispanophobes, de la régence médicéenne aux ministériats cardinaux, encouragèrent ce magnétisme affectif autour du pôle négatif d’une haine répulsive contre l’ennemi d’État et d’un pôle positif centré sur un amour national propulsif.

  • 56 Jouhaud 1979, p273-295. Auteur d’une huitaine de mazarinades, il milita sous la Fronde en faveur (...)

27Cette stratégie de la haine politique s’exprime, par exemple, dans l’ouvrage du père Le Guay56, Alliances du Roy avec le Turc, et autres… publié en 1625 au moment où Richelieu (1585-1642) entra au Conseil. Auteur d’un poème en 1615 sur la louange des alliances espagnoles et d’un appel à la croisade contre l’engeance turque, il composa dix ans plus tard ce libelle, défense énergique de la politique anti-espagnole de Richelieu et du renouvellement des capitulations avec les Ottomans. Richelieu fit paraître au même moment dans le Mercure une réponse véhémente sur la duplicité des Espagnols alliés aux Turcs. Réponse à un texte hispanophile factice que le père Joseph avait rédigé pour permettre à Richelieu de faire paraître son texte et justifier sa politique anti-espagnole avec plus de légitimité. La dédicace de ce dernier au cardinal de Richelieu introduisit la justification d’une haine de défense contre la haine brutale des Espagnols :

  • 57 Le Guay 1625, p. 1-2.

En vain chercheroit-on d’autres raisons pourquoy les François haïssent les Espagnols, sinon que les Espagnols les haïssent. […] Mais il n’est pas tant besoin de chercher pourquoy nous avons tant d’occasions de haïr d’une haine iuste & parfaicte les Espagnols, que de chercher pourquoy ils nous haïssent, & quels motifs ils ont pour rendre mesme complices de leur haine quelque mauvais François57.

  • 58 Coëffeteau 1625, p. 191.
  • 59 Rodier 2016, p. 137-150.

28Fil rouge de sa réflexion géopolitique, la haine constitua un véritable outil de justification politique de l’étranger espagnol que l’auteur récupéra plus tard lors de la Fronde. Dans son traité des passions, republié en 1625, Nicolas Coëffeteau affirme qu’il peut y avoir des « haines pleines de justice comme celles qui nous font avoir en horreur les pestes publiques, les perturbateurs du repos de l’Estat, les ennemis de la patrie, les hommes desesperément meschans & vicieux, & les ennemis de Dieu & de la Pieté. Voire mesme cette Haine des meschans est une marque d’une bonne ame58… » Haine de préservation, la xénophobie politique se conçoit comme une thérapie du corps social, un corps gangrené par les humeurs déséquilibrées que les étrangers introduisent. La question n’est pas tant de connaître l’adhésion ou non à ces théories mais de considérer les justifications apportées contre l’hostilité des dévots au sens restreint et politique du terme, aux alliances politiques non catholiques. Ces derniers maintinrent une définition de l’étranger, ennemi de Dieu, là où les politiques firent primer une définition politique de l’étranger, ennemi de l’État. Avec le système monarchique de la faveur royale, Richelieu comprend l’importance de remporter la guerre psychologique pour justifier sa politique extérieure. L’entrée de la France dans la guerre de Trente Ans est accompagnée d’une abondante publicisation anti-hispanique que Richelieu puis Mazarin nourrirent dans les années 1640-165059.

Le Vayer : pour une théorie modernisée de l’antipathie naturelle

  • 60 La Mothe Le Vayer 1647, p. 28.
  • 61 Boccalini 1635, « Au lecteur ».

29Richelieu sollicita Le Vayer dès l’entrée en guerre contre l’Espagne puis Mazarin fit de même en 1658. Non seulement il reprit la politique de son prédécesseur mais recourut aux mêmes moyens de propagande. Le Discours de la contrariété d’humeurs… (1636) expose la théorie de l’antipathie naturelle qui oppose la France à l’Espagne60. Se présentant comme la traduction française d’un auteur italien, Fabricio Campolini, Le Vayer fait croire à une narration externe impartiale. L’année précédente, un libelle italien de Traiano Boccalini, la Pierre de touche ou satyres du temps contre l’ambition des Espagnols, fut traduit et publié pour faire voir le parfait jugement des Italiens à l’égard de la monarchie universelle espagnole61. Dans son Discours, Le Vayer plagie l’ouvrage de García, réimprimé dans les années 1630, mais en inverse la démonstration. Il s’agit donc de déconstruire le chef-d’œuvre justificatif des alliances espagnoles contractées sous la Régence.

  • 62 Cavaillé 2002, p. 143.
  • 63 Discours sur la bataille de Lutzen, s. l., s. n., s. d. ; Mercure françois, 1633, t. VIII, p. 706-7 (...)
  • 64 Salazar 2000, p. 102-116.
  • 65 La Mothe Le Vayer, François de, Dialogue traitant de la politique sceptiquement, 1633, cité dans Ca (...)

30Guy Patin souligna la duplicité de Le Vayer, partagé entre l’homme pyrrhonien et le courtisan acharné. Plumitif de Richelieu et précepteur du duc d’Anjou, le courtisan carriériste justifie l’anti-hispanisme politique, auquel il n’adhérait probablement pas, pour servir le ministre d’État62. Il écrivit deux autres libelles anti-espagnols diffusés par le Mercure françois63. Philippe-Joseph Salazar interprète cet ouvrage atypique dans la production philosophique dudit auteur en démontrant sa subtilité ironique et son double langage. Loin de souscrire à la théorie antipathique, il en dénoncerait les fantaisies de manière subtile dans un ouvrage duplice au sens philosophique crypté, conformément à sa « geste sceptique64 ». La question porte pourtant moins sur son adhésion philosophique à la théorie de l’antipathie que sur la réception de cet ouvrage de commande. Publié sous un pseudonyme et à la demande de Richelieu, il est peu probable que cet ouvrage politique ait fait l’objet d’une lecture duplice. Le contexte de lecture ne peut pas être celui de sa pensée philosophique mais celui de l’histoire politique : la défaite retentissante de Corbie contre l’Espagne et la posture fragilisée de Richelieu. Dans ce contexte dramatique, l’intentionnalité de cet ouvrage était l’adhésion du lectorat aux thèses d’une physique de la politique : l’antipathie naturelle entre la France et l’Espagne. Dans un dialogue publié au même moment, Le Vayer exprime son scepticisme à l’égard de la science politique que son personnage, Télamon, assimile à une « fastueuse montre [qui] ne peut tromper qu’un peuple ignorant65 ». Ce traité-libelle sur l’antipathie naturelle confirme la spécificité de ces écrits politiques, publiés pour modeler l’imaginaire, et non philosophiques pour exprimer une opinion personnelle.

31Sa démonstration débute par les lieux communs de Pline l’Ancien sur l’antipathie, observable à l’état naturel entre les animaux et les végétaux. À cet état naturel, s’ajoute le tempérament français et espagnol qui dépend des influences extérieures liées à la topographie, au climat, à la géomancie et aux particularités corporelles. Il plagie García en reprenant les principales antithèses qui marquent l’opposition entre Français et Espagnols.

  • 66 La Mothe Le Vayer 1647, p. 15 et 33.

Qui ne dira, faisant reflexion sur toutes ces antitheses & plusieurs autres qu’on pourroit faire suivre, qu’un François ne peut estre mieux defini, qu’en disant qu’il est un Espagnol renversé ? […] C’est une raison Physique & Morale, qui nous fait voir assez clairement, à mon advis, que ce puissant instinct de repugnance entre le François & l’Espagnol est si naturel, qu’aprés Dieu, il n’y a que la cessation de la cause que nous avons touchée qui puisse empescher un tel effet66.

  • 67 Ibid., p. 40-112.
  • 68 Ibid., p. 112.

32Même dans la pratique de la religion, Le Vayer souligne leur opposition. Preuves historiques à l’appui, il démontre que la piété espagnole se fonde, d’après lui, sur la raison d’État et la violence. Il égrène l’effroyable bilan des victimes du zélantisme espagnol contre les Morisques, les Indiens, les Juifs et les protestants67. Argument central que Le Vayer reprit et approfondit en 1658, à l’initiative probable de Mazarin, dans un opuscule intitulé : En quoy la piété des Français diffère de celle des Espagnols dans une profession de même religion. Il répond aux polémistes espagnols qui avaient dénoncé les alliances du royaume de France avec l’Angleterre de Cromwell. Deux chapitres établissent enfin que la France avait davantage soutenu le Saint-Siège que l’Espagne et que les alliances protestantes sont légitimes. Conscient de l’impopularité de la guerre, Le Vayer condamne la guerre propre aux bêtes sauvages, « celles-là [les guerres] ont la haine de tout le monde, qu’on void avoir tousiours les armes au poing, comme les Tigres & les Lyons, Odimus accipitrem, quia vivit semper in armis. Et nous pouvons dire que le soldat est la terreur & la haine de tout le genre humain68 ». Il conclut que l’objectif est bien celui de la réconciliation des puissances chrétiennes mais que seul Dieu peut modérer cette antipathie.

La diplomatie de l’équilibre

  • 69 Bacon 1634.
  • 70 Rohan 1638.
  • 71 Richelieu 1921, p. 292-293.
  • 72 Álvarez López 2008, p. 68.

33La théorie de l’antipathie naturelle devient le fondement de la politique extérieure sous les ministériats cardinaux pour justifier une diplomatie, moins fondée sur l’identité confessionnelle d’une République chrétienne que sur l’équilibre entre les puissances. La diplomatie cardinale prétend restaurer cette diplomatie d’équilibre contre l’Espagne. Une conception diplomatique apparue chez Jean Bodin (vers 1529-1596) dans La République (1576) pendant les guerres de Religion et approfondie pendant la guerre de Trente Ans. Le philosophe et grand chancelier d’Angleterre Francis Bacon (1561-1626) théorisa un système d’équilibre multipolaire entre les puissances temporelles, au nom d’une sécurité collective de l’Europe. Il condamne le modèle d’une puissance hégémonique, sorte d’absolutisme diplomatique, de même qu’il défend l’idée d’un pouvoir politique non absolu, tempéré par le Parlement69. Henri de Rohan (1579-1638) soutint aussi cette idée d’équilibre entre les États de la chrétienté dans un manuscrit qui circula dès 1628 avant d’être imprimé en 163870. Richelieu fit sienne cette diplomatie d’équilibre entre puissances temporelles71. Dès son arrivée au pouvoir en 1624, il fit par conséquent de la théorie de l’antipathie naturelle entre la France et l’Espagne, le fondement de sa politique extérieure72. Cette éthique politique de la haine naturelle d’un ennemi d’État fit l’objet de théorisations depuis Le Vayer, à l’initiative de Richelieu en 1636, de Mazarin en 1658 jusqu’à Pierre Duval en 1660, après la paix des Pyrénées.

  • 73 Binville 1635-1639, « Advertissement », p. 3.
  • 74 Ibid., p. 5.
  • 75 Livet 1976 ; Malettke 1998, p. 47-57.

34Dans Les Véritez françoises opposées aux calomnies espagnolles… Claude-Barthélemy de Binville, un gentilhomme normand, réfute la Déclaration succincte du cardinal-infant publiée après l’entrée en guerre de la France contre l’Espagne en 1635. Il prétend avoir reçu avis « de plusieurs lieux, qu’elle avoit faict de fortes impressions sur l’esprit de beaucoup de François, & que mesme elle avoit esbranlé parmy nos Alliez quelques particuliers, qui n’ont pas assez de cognoissance des artifices d’Espagne73 ». Cette réponse de 800 pages publiée en trois volumes entre 1635 et 1639 prétend asséner des vérités contre les esprits espagnolisés des Français et leur « hayne secrette qui les engage dans l’admiration de tout ce que font les Roys & les nations ennemies de leur Pays74 ». L’âge d’or de la puissance espagnole explique aussi les craintes européennes que cette monarchia universalis ne mette en péril la conception traditionnelle de la diplomatie d’équilibre symbolisée à la fin du xve siècle par la bascule à balance75. Dans le premier xviie siècle européen, l’équilibre est pensé de manière abstraite comme un contrepoids empêchant la domination d’une seule puissance.

  • 76 Cioranescu 1983 ; Zuber 1991, p. 219-228.
  • 77 Schaub 2003, p. 22-23.

35La théorie de l’antipathie naturelle justifie l’usage d’une polémique anti-hispanique pour justifier la politique extérieure d’autant que le milieu curial est marqué par une forte hispanophilie. L’influence de la spiritualité espagnole, la vigueur des ordres religieux espagnols implantés dans le royaume de France, la diffusion et la traduction des romans picaresques, l’apprentissage de la langue espagnole et la publication de grammaires indiquent cet engouement pour la culture et la piété hispaniques76. Le discours de l’odieux contre l’Espagne est une posture politique qui ne dit rien, ni de sa réception ni d’une passion collective, mais de l’intentionnalité politique. Ce discours de l’anti- s’épanouit concomitamment à celui du pro- dans un paysage affectif oscillant entre amour et haine, idéalisation et démonisation, à l’égard de l’Espagne. Jean-Frédéric Schaub a bien montré l’impossibilité de bâtir une typologie à deux colonnes opposant contempteurs et admirateurs du monde hispanique. La notion d’ambivalence est sans doute préférable pour souligner l’imbrication complexe de ces res(sentiments)77. Le philosophe dominicain Tommaso Campanella (1568-1639) l’illustre quand il justifie dans La monarchie espagnole (1598) qu’elle était destinée à assumer la monarchie universelle. Trente années plus tard, dans La monarchie de France (1634) et dans ses Aforismi politici per le presenti necessita di Francia nel 1635, il en confie la charge à la Couronne de France.

36Le Vayer dissocie quant à lui hispanophobie, haine contre l’Espagne en tant que civilisation, et anti-hispanisme, haine politique contre l’État espagnol :

  • 78 La Mothe Le Vayer 1658, p. 37.

Ie proteste que ie suis fort esloigné de toute animosité contr’eux, quand i’escris cecy ; Ie reconnois qu’ils ont de bonnes qualitez, dont celle d’estre tres affectionnez à leur Roy & à leur patrie n’est pas des moindres. Et ie les aime chez eux, & au-delà des Pyrenées aussi franchement & aussi Chrestiennement que Dieu & les loix de l’humanité nous y obligent. Mais i’avouë aussi que je ne les puis voir que tres-mal volontiers gourmander les autres Nations, disposer du fer d’Allemagne à leur fantaisie, prendre tous nos dehors pour mous mettre à leur mercy, & sur tout se servir du pretexte de la Religion pour couvrir leur avarice, & leur ambition comme s’ils ne commettoient le mal mesme que pour l’amour de Dieu78.

  • 79 Haran 1997, p. 317.

37Une mystique catholique fondée sur l’interprétation de présages célestes fait de Louis XIII le monarque désigné pour libérer l’Europe de la tyrannie espagnole79. La problématique posée dans la guerre des libelles est donc celle de savoir s’il fallait être hostile à l’Espagne pour être bon Français ou s’il est possible de rester bon catholique en vouant l’Espagne aux gémonies. Au-delà de ces postures dévotes et politiques, les libelles ne rendent pas compte des phénomènes d’adhésion et de contamination idéologique culturelle de la psyché collective. Ils traduisent en revanche la pensée que la passion publique résulte d’une perspective socio-constructiviste au sens où elle dépend étroitement du contexte socio-politique.

Conclusion

  • 80 Dubost 2001, p. 48 ; Hugon 2004, p. 54-62.
  • 81 Richelieu 1921, p. 292-293 ; Hildesheimer 2000, p 31-54.
  • 82 Yardeni 1971.

38À défaut d’être purement spéculative, l’expression de la xénophobie dans les polémiques révèle moins une intolérance contre les étrangers qu’une stratégie émotionnelle, que l’on peut nommer la passion d’État. Le régime émotionnel de la xénophobie est lié aux orientations stratégiques de la politique extérieure. Le discours misologique des libelles est toutefois relayé par la mise en place progressive d’un arsenal législatif contre l’influence de l’étranger à la Cour et dans la vie politique : fermeture des Cours européennes aux étrangers, pratiques progressives de la francisation de l’entourage des reines de France, diminution du nombre d’étrangers dans leurs Maisons, nationalisation du politique et expression diplomatique de haines nationales80. Accusé de tentatives régicides, de crimes de lèse-majesté, de mettre l’État à l’encan, de menacer l’ordre politique du royaume, l’étranger apparaît tel un maître diviseur. Richelieu et Mazarin justifièrent et publicisèrent cette haine publique naturelle, ou plutôt naturalisée, contre l’étranger en vertu de la « sécurité collective » de l’Europe menacée par l’hégémonie espagnole81. Fondée sur la théorie galénique, la science politique de l’antipathie contribua à alimenter le ressentiment national, nourri par l’usage stratégique des vecteurs médiatiques. En miroir se construisent le sentiment national voire l’amour de la patrie et la haine de l’étranger qui justifient et légitiment la guerre. La politisation de la conscience nationale, déjà naissante à l’âge des guerres de Religion82, est renforcée par cette figure de plus en plus suspecte et stéréotypée de l’Étranger aux identités sans cesse changeantes.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Anticoton, ou Réfutation de la lettre déclaratoire du P.Coton, livre où il est prouvé que les jésuites sont coupables et autheurs du parricide exécrable commis en la personne du roy très-chrétien Henri IV d’heureuse mémoire, 1610, s. l., s. n.

Bacon Francis, 1634, Considérations politiques pour entreprendre la guerre contre l’Espagne, Paris, Sébastien Cramoisy.

Binville Claude-Barthélemy de, 1635-1639, Les véritez françoises opposées aux calomnies espagnolles, ou Réfutation des impostures contenuës en la déclaration imprimée à Bruxelles sous le nom du cardinal infant par un gentilhomme de Picardie, Beauvais, s. n., 3 parties en 3 vol. 

Boccalini Trajano, 1635, Pierre de touche ou satyres du temps contre l’ambition des Espagnols, Paris, J. Villery.

Camus Jean-Pierre, 1614, Diversitez. Livre XXXI traittant des passions de l’ame. A la royne. Tome neuviesme, Paris, C. Chappelet.

Camus Jean-Pierre, 1970, Homélies des États généraux (1614-1615), éd. J. Descrains, Genève/Paris, Droz/Minard.

Coeffeteau Nicolas, 1625 [1620], Tableau des passions humaines, de leurs causes et de leurs effets, Paris, Sébastien Cramoisy.

Condé, prince de, 1615, Déclaration faite par M. le prince de Condé à tous les ordres et compagnies de la France, des causes qui le meuvent à demander la réformation de l’État et changement des mauvais conseillers, s. l., s. n.

Cureau de la Chambre Marin, 1659a [1640], Les charactères des passions, vol. 4 : Où il est traitté de la nature & des effets de la haine et de la douleur, Amsterdam, A. Michel.

Cureau de la Chambre Marin, 1659b, L’art de connoistre les hommes. Première partie : où sont contenus les discours préliminaires qui servent d’introduction à cette science, Paris, P. Rocolet.

Dissertation historique et politique sur l’antipathie qui se trouve entre les François et les Espagnols, 1688, s. l., s. n.

Double de la responce de la royne regente mere du roy, a la lettre escrite a sa Majesté, par monseigneur le prince de Condé le 19 février 1614, 1614, Paris, P. Chevalier.

Duval Pierre, 1660 [1659], Le parallèle de France et d’Espagne, Paris, F. Muguet.

García Carlos, 1615, L’Espagnol françois, s. l., s. n.

García Carlos, 1979 [1617], La oposición y conjunción de los dos grandes luminares de la Tierra. La antipatía de Franceses y Españoles (1617), avec trad. française, éd. M. Bareau, Edmonton, Alta Press.

La Cassandre françoise, s. d. [1615], s. l., s. n.

La Mothe Le Vayer François de, 1647 [1636], Discours de la contrariété d’humeurs qui se trouve entre certaines nations, et singulièrement entre la françoise et l’espagnole, trad. de l’italien par F. Campolini, Paris, A. Courbé.

La Mothe Le Vayer François de, 1658, En quoi la piété des Français diffère de celle des Espagnols dans une profession de même religion, Paris, A. Courbé.

Loryot François, 1614a, Les secretz moraux concernants les passions du cœur humain, Paris, J. Cottereau.

Loryot François, 1614b, Les fleurs des secretz moraux, sur les passions du cœur humain, divisez en six livres, Paris, C. Desmarquets.

Le bon ange de la France, addressé à la royne, mere du roi, contre les perturbateurs de son repos, 1616, Paris, J. Huguet.

Le Guay G., 1625, Alliances du roy avec le Turc, et autres : justifiées contre les calomnies des Espagnols et de leurs partisans, Paris, T. Du Bray.

Le resveil de Henri le Grand se complaignant à tous les princes, peuples de ce royaume, et à tous les potentats ses alliez durant son regne, s. d. [1615], s. l., s. n.

Lettres patentes du roy portant commandement à tous Juifs et autres faisans profession et exercice de judaïsme de vuider le royaume […]. Vérifiée en Parlement le 18 may 1615, 1615, Paris, Mettayer.

Menantel François de, 1612, Congratulation au peuple françois, sur l’heureuse alliance de France et d’Espagne, Paris, R. Bretet.

Mercure françois, 1610-1643, Paris, Jean Richer, t. I à XXIV, fac-similé numérique, disponible sur le site du Grihl : http://mercurefrancois.ehess.fr.

Montluc Adrien de, 1655, Les illustres proverbes historiques, Paris, P. David.

Remonstrances présentées au roy par Nosseigneurs du Parlement le vingt-uniesme may, 1615, s. l., s. n.

Richelieu Armand Jean du Plessis, 1921, Mémoires du cardinal Richelieu, t. V, Paris, Société de l’histoire de France.

Rohan Henri de, 1638, De l’interest des princes et Estats de la Chrestienté, Paris, Jean Houzé.

Rosset François de, 1612, Le romant des chevaliers de la gloire […] qui parurent aux courses faictes à la place Royale pour la feste des alliances de France et d’Espagne, Paris, Vve P. Bertaud.

Senault Jean-François, 1641, De l’usage des passions, Paris, Vve J. Camusat.

Études

Álvarez López Ana, 2008, La fabricación de un imaginario : los embajadores de Luis XIV y España, Madrid, Catédra.

Anderson Benedict, 2002, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Asséo Henriette, 2000, « Visibilité et identité flottante : les Bohémiens ou Égyptiens (Tsiganes) dans la France de l’Ancien Régime », Historein, numéro spécial, Benveniste H. et Gaganakis C. (dir.), Heterodoxies : Construction of Identities and Otherness in Medieval and Early Modern Europe, vol. 2, p. 117-119.

Asséo Henriette, 2009, « Travestissement et divertissement. Bohémiens et Égyptiens à l’époque moderne », Les Dossiers du Grihl, Dissidence et Dissimulation, 2009-02, en ligne : http://dossiersgrihl.revues.org/3680.

Bedos-Rezak Brigitte, 1985, « Tolérance et raison d’État : le problème juif », dans Méchoulan H. (dir.), L’État baroque : regards sur la pensée politique de la France du premier xviie siècle, Paris, J. Vrin, p. 245-287.

Bourdieu Pierre, 2003 [1997], Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Brunet Serge, 2007, « De l’Espagnol dedans le ventre ! » : les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, H. Champion.

Cavaillé Jean-Pierre, 2002, Dissimulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto : religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, H. Champion.

Cioranescu Alexandre, 1983, Le masque et le visage : du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz.

Dubost Jean-François, 1997, La France italienne xvie-xviie siècle, Paris, Aubier.

Dubost Jean-François, 2001, « Les étrangers à la cour de France : de la polémique à l’évaluation numérique, 1515-1630 », dans Grell C. et Malettke K. (dir.), Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie siècles), Münster, Lit Verlag, p. 55-66.

Dubost Jean-François, 2007, « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique : Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615 », dans Tallon A. (dir.), Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles, Madrid, Casa de Velázquez, vol. 97, p. 91-122.

Dubost Jean-François, 2009, Marie de Médicis : la reine dévoilée, Paris, Payot.

Duccini Hélène, 2003, Faire voir, faire croire : l’opinion publique sous Louis XIII, Seyssel, Champ Vallon.

Franceschi Sylvio Hermann de, 2009, La crise théologico-politique du premier âge baroque : antiromanisme doctrinal, pouvoir pastoral et raison du prince : le Saint-Siège face au prisme français (1607-1627), Rome, École française de Rome.

Franceschi Sylvio Hermann de, 2014, « La négociation à l’épreuve des mœurs, de la moralité et des caractères. Jalons pour une étude de la science morale des diplomates à l’époque moderne », Histoire, économie et société, XXXIII/2, p. 17-33.

Gauchet Marcel, 1994, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Zarka Y. C. (dir.), Raison et déraison d’État, Paris, PUF, p. 193-244.

Girard René, 1982, Le bouc émissaire, Paris, Grasset.

Haran Alexandre Y., 1997, « L’Espagne dans l’imaginaire français du xviie siècle : entre idéalisation et démonisation », Dix-septième siècle, no 195, p. 305-323.

Heller Henry, 2003, Anti-Italianism in Sixteenth-Century France, Toronto, University of Toronto Press.

Hildesheimer Françoise, 2000, « Guerre et paix selon Richelieu », dans Bély L., L’Europe des traités de Westphalie : esprit de la diplomatie et diplomatie de l’esprit, Paris, PUF, p. 31-54.

Hugon Alain, 2004, Au service du roi catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions ». Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, Casa de Velázquez.

Jouhaud Christian, 1979, « Geoffroy Gay : une lecture de la Fronde bordelaise », Annales du Midi, t. 91, no 143, p. 273-295.

Jouhaud Christian, 2009, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier.

Kantorowicz Ernst, 1984, Mourir pour la patrie, Paris, PUF.

Livet Georges, 1976, L’équilibre européen de la fin du xve à la fin du xviiie siècle, Paris, PUF.

Malettke Klaus, 1998, « L’“équilibre” européen face à la “monarchia universalis” : les réactions européennes aux ambitions hégémoniques », dans Bély L. (dir.), L’invention de la diplomatie, actes de la table ronde (Paris, 9-10 février 1996), Paris, PUF, p. 47-57.

Miernowski Jan, 2014, La beauté de la haine. Essais de misologie littéraire, Genève, Droz.

Moracchini Pierre, 2009, « “Il y a deux sortes de cordeliers en France…” Une requête de Guillaume d’Hugues, ministre général des conventuels, auprès du roi Henri IV (ca. 1609-1610) », Études franciscaines, nouvelle série, t. 2, p. 375-402.

Pelorson Jean-Marc, 1969, « Le docteur Carlos García et la colonie hispano-portugaise de Paris (1613-1619) », Bulletin hispanique, t. 71, no 3-4, p. 518-576.

Reddy William M., 2001, The Navigation of Feeling, Cambridge, Cambridge University Press.

Richet Denis, 1982, « La polémique politique en France de 1612 à 1615 », dans Chartier R. et Richet D. (dir.), Représentation et vouloir politiques autour des États généraux de 1614, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 151-194.

Rodier Yann, 2016, « Hay Du Châtelet et Matthieu de Morgues : deux stratèges de l’odieux pour une entrée en guerre polémique (1635) », dans Bouhaïk-Gironès M., Debbagi Baranova T. et Szczech N. (dir.), Usages et stratégies polémiques en Europe (xive-premier xviie siècle), Bruxelles, Peter Lang, p. 137-150.

Rodier Yann, 2017, « Les libelles et la fabrique de l’odieux (1615-1617) : l’imaginaire de la haine publique et le coup d’État de Louis XIII », Dix-septième siècle, vol. 276, no 3, p. 442-453.

Sahlins Peter, 2004, Unnaturally French : Foreign Citizens in the Old Regime and after, Ithaca/Londres, Cornell University Press.

Salazar Philippe-Joseph, 2000, « La Divine Sceptique ». Éthique et rhétorique au xviie siècle : autour de La Mothe Le Vayer, Tübingen, G. Narr Verlag.

Sawyer Jeffrey K., 1984, Printed Poison : Pamphlet Propaganda, Faction Politics, and the Public Sphere in Early Seventeenth-Century France, Berkeley/Los Angeles/Oxford, University of California Press.

Schaub Jean-Frédéric, 2003, La France espagnole : les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Éditions du Seuil.

Tallon Alain, 2002, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle, Paris, PUF.

Yardeni Myriam, 1971, La conscience nationale en France pendant les guerres de religion (1559-1598), Paris/Louvain, Nauwelaerts.

Zuber Roger, 1991, « Guez de Balzac et l’Espagne », dans Mazouer C. (dir.), L’âge d’or de l’influence espagnole : la France et l’Espagne à l’époque d’Anne d’Autriche (1615-1666), actes du 20e colloque (Bordeaux, 25-28 janvier 1990), Mont-de-Marsan, Éd. interuniversitaires.

Haut de page

Notes

1 Loryot 1614b, p. 802.

2 Loryot 1614a.

3 Loryot 1614b, p. 800-806.

4 Camus 1614.

5 Le Guay 1625, p. 1-2.

6 Reddy 2001.

7 Miernowski 2014, p. 7-18.

8 Loryot 1614b, p. 793.

9 Heller 2003 ; Brunet 2007 ; Dubost 1997, p. 312-317.

10 Le resveil de Henri le Grand… s. d., p. 13.

11 Dubost 2007, p. 91.

12 Tallon 2002.

13 Anderson 2002, p. 18-19.

14 Richet 1982.

15 Hugon 2004, p. 55-62.

16 Mercure françois 1615, t. VII, p. 22-23.

17 Duccini 2003, p. 177.

18 Pelorson 1969.

19 La Cassandre françoise s. d., p. 19.

20 Ibid., p. 3.

21 García 1615, p. 5 ; Mercure françois 1615, t. VII, p. 22-23.

22 Rodier 2017.

23 Remonstrances présentées au roy… 1615, p. 31-32.

24 Dubost 2009, p. 127-132. Marie de Médicis continua à s’habiller à l’italienne jusqu’en novembre 1601 et se coiffa à l’italienne jusqu’à son veuvage (les cheveux relevés sur la tête et le front épilé).

25 Camus 1970, p. 231.

26 Asséo 2009.

27 Asséo 2000, p. 117-119.

28 Moracchini 2009.

29 Loryot 1614a, questions XXXVIII et XXXIX, p. 789-806.

30 Ibid., p. 593 [entre la page 792 et 794].

31 Ibid., p. 796.

32 Sahlins 2004.

33 Remonstrances présentées au roy… 1615, p. 31-32.

34 Sur l’amour de la patrie, voir l’analyse de Kantorowicz 1984.

35 Loryot 1614b, p. 803.

36 Ibid., p. 885.

37 Ibid., p. 805-806.

38 Deux mois auparavant, le Parlement avait édicté en juin 1614 un arrêt contre la Defensio fidei du jésuite espagnol Francisco Suárez, une riposte en réalité à l’absolutisme théorique de Jacques Ier.

39 Hormis les auteurs des passions, d’autres exposèrent cette théorie de l’antipathie naturelle : Montluc 1655, t. I, p. 7-14 ; Duval, 1660 ; Dissertation historique et politique sur l’antipathie… 1688.

40 La première édition de 1617 à Paris chez Huby est suivie de rééditions à Rouen chez J. Cailloué en 1622, 1627, 1630, 1638, 1640 ; à Cambrai en 1622 ; à Gand chez Serfanders en 1645 ; traduit en italien à Venise chez Grisei en 1639, 1651, 1658, 1660 et chez Cristoforo en 1640 ; à Milan en 1639 et à Bologne en 1640 ; en allemand en 1645 et 1676 ; en anglais en 1641 à Londres.

41 Girard 1982, p. 34-35.

42 Ibid., p. 51.

43 García 1979, chap. IX, p. 195.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 197.

46 Ibid.

47 Ibid., chap. X, p. 219.

48 Bourdieu 2003, p. 242.

49 Ibid., p. 243.

50 García 1979, chap. XVIII, p. 283.

51 Ibid., p. 221.

52 García 1615, p. 13.

53 Le bon ange de la France… 1616, p. 9.

54 Franceschi 2014, p. 17-33.

55 Gauchet 1994, p. 226 ; Sawyer 1984, p. 10.

56 Jouhaud 1979, p273-295. Auteur d’une huitaine de mazarinades, il milita sous la Fronde en faveur de l’Ormée bordelaise et rejeta la « tyrannie mazarine » de l’étranger, traître à leur cause.

57 Le Guay 1625, p. 1-2.

58 Coëffeteau 1625, p. 191.

59 Rodier 2016, p. 137-150.

60 La Mothe Le Vayer 1647, p. 28.

61 Boccalini 1635, « Au lecteur ».

62 Cavaillé 2002, p. 143.

63 Discours sur la bataille de Lutzen, s. l., s. n., s. d. ; Mercure françois, 1633, t. VIII, p. 706-722 ; et le Discours sur la proposition de trêve aux Pays-Bas, s. l., s. n., s. d. ; Mercure françois, 1633, p. 224-239.

64 Salazar 2000, p. 102-116.

65 La Mothe Le Vayer, François de, Dialogue traitant de la politique sceptiquement, 1633, cité dans Cavaillé 2002, p. 188.

66 La Mothe Le Vayer 1647, p. 15 et 33.

67 Ibid., p. 40-112.

68 Ibid., p. 112.

69 Bacon 1634.

70 Rohan 1638.

71 Richelieu 1921, p. 292-293.

72 Álvarez López 2008, p. 68.

73 Binville 1635-1639, « Advertissement », p. 3.

74 Ibid., p. 5.

75 Livet 1976 ; Malettke 1998, p. 47-57.

76 Cioranescu 1983 ; Zuber 1991, p. 219-228.

77 Schaub 2003, p. 22-23.

78 La Mothe Le Vayer 1658, p. 37.

79 Haran 1997, p. 317.

80 Dubost 2001, p. 48 ; Hugon 2004, p. 54-62.

81 Richelieu 1921, p. 292-293 ; Hildesheimer 2000, p 31-54.

82 Yardeni 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Rodier, « L’antipathie et la science politique de la xénophobie », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/16144 ; DOI : 10.4000/crcv.16144

Haut de page

Auteur

Yann Rodier

Agrégé et docteur en histoire, Yann Rodier est assistant professor et directeur du département d’histoire à l’université Sorbonne Abu Dhabi. Sa thèse sera publiée sous le titre suivant : Les raisons de la haine. Histoire d’une passion dans la France du premier xviie siècle (1610-1659). Ce travail porte sur l’histoire des sciences des passions, l’histoire des émotions – en particulier la xénophobie – et l’histoire des stéréotypes et des préjugés. Ses recherches postdoctorales visent à élargir ses perspectives en étudiant les minorités tsiganes en Europe. Une autre recherche en cours aux Émirats est orientée sur la diplomatie française dans le Golfe (Perse, sultanat d’Oman, Yémen) aux xviie et xviiie siècles. Yann Rodier is Assistant Professor and Head of the History Department at the Sorbonne University Abu Dhabi. His thesis was published under the title Les raisons de la haine. Histoire d’une passion dans la France du premier XVIIe siècle (1610-1659). This research focused on the scientific history of passions, the history of emotions – especially xenophobia – and the history of prejudices and stereotypes. His postdoctoral research is aimed at widening his perspectives by studying Europe’s Gypsy minorities. In the Emirates he is researching seventeenth- and eighteenth-century French diplomacy in the Gulf (Persia, Sultanate of Oman, Yemen). yann.rodier@psuad.ac.ae

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals