Navigation – Plan du site

Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775)

Un prince allemand francophile, « protecteur des arts » et collectionneur à Paris
Christian IV, Duke of Deux-Ponts (1722–1775): A Francophile German Prince, “Protector of the Arts” and Collector in Paris
Patrick Michel

Résumés

Tout au long du xviiie siècle, nombreux furent les Allemands qui séjournèrent en France ou s’y établirent. Au sein de cette diaspora, un personnage se détache particulièrement, le duc des Deux-Ponts, Christian IV (1722-1775). Cette relation privilégiée constitue l’un des épisodes les plus significatifs mais également les plus mal connus des rapports culturels franco-allemands au XVIIIe siècle. Dans la présente contribution, l’accent sera mis sur l’étude de ses relations avec le milieu des intellectuels et surtout des artistes parisiens et sur son activité de collectionneur en envisageant principalement ses commandes et acquisitions sur le marché parisien. Nous aborderons dans un premier point la question de la singularité politique du petit État de Deux-Ponts, puis la personnalité de Christian IV, avant de nous intéresser au rôle qu’il joua comme médiateur et acteur sur la scène artistique parisienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dubost 1993, p. 88.
  • 2 Mathies 2004.
  • 3 Il a été traduit pour la première fois en français par Lung, Dunskus et Lung-Faivre 2012.
  • 4 Humboldt 2001. Voir Espagne 2016, et plus particulièrement Beyer 2016.
  • 5 Grosser 1992. Cette présence croisée a été étudiée plus récemment et sur une période plus large par (...)
  • 6 Grosser 1992, p. 212. Sur les achats de la cour de Munich à Paris, voir Stürmer 1982 ainsi que Till (...)
  • 7 Voir « Que faire de Louis Réau ? », journée d’études, Paris, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, 8 (...)
  • 8 Réau 1928. Voir sur la question de la francophilie des princes allemands Schlobach 1990.

1Tout au long du xviiie siècle, nombreux furent les Allemands qui s’établirent en France et s’y illustrèrent, comme l’a rappelé Jean-François Dubost, « dans tous les domaines, marquant à la fois la puissance du rayonnement de la civilisation française dans leur patrie d’origine et la vitalité démographique retrouvée de l’Allemagne1 ». Mais il y a également ceux qui voyagèrent en France et y effectuèrent des séjours plus ou moins longs, dans le cadre du Kavalierstour pour les jeunes aristocrates, de la pegrinatio academica pour les étudiants, de voyages d’étude pour les savants, d’affaires pour les marchands, ou, et de façon plus prolongée, diplomatiques pour les représentants des différents États allemands. Sans oublier les souverains ou futurs souverains tels que, au début du siècle, Auguste-Guillaume de Brunswick-Lunebourg, le prince héritier Frédéric, en 1750, grand amateur d’œuvres de Jean-Baptiste Oudry, Caroline margravine de Bade, en 1771, ou bien encore Frédéric-François, futur premier grand-duc de Meckelembourg, qui séjourna à Paris en 1782 avec son épouse, la duchesse Louise, princesse de Saxe-Gotha-Roda, et qui profita de ce séjour pour passer d’importantes commandes à Jean-Antoine Houdon2. Citons aussi Sophie von La Roche, dont le journal de voyage constitue un témoignage exceptionnel sur la France de 17853, ou Guillaume de Humboldt, et son Journal parisien de 1797-17994. L’histoire de cette présence allemande a été étudiée notamment par Thomas Grosser dans les actes du colloque Allemands en France, Français en Allemagne, 1715-1789. Les voyageurs allemands en France5. Celui-ci souligne comment, « en y cultivant leur goût et leur penchant francophiles qui s’étaient développés à l’étranger, ils renforçaient dans les Cours allemandes et dans leur environnement la demande de biens de luxe et des produits culturels français6 », contribuant à cette expansion de l’art français à laquelle Louis Réau a consacré jadis une étude qui, bien que datée et jugée trop partisane7, demeure fondamentale par le panorama qu’elle livre et les jalons qu’elle pose8.

  • 9 Sur la famille de Deux-Ponts et le duc Christian IV, voir Nouveau dictionnaire… 1986, no 7, p. 634- (...)
  • 10 Le milieu des années 1980 vit la naissance de la recherche sur les transferts culturels à l’initiat (...)

2Au sein de cette diaspora, un personnage se détache tout particulièrement par les liens étroits et durables qu’il entretint avec la France, et plus particulièrement avec la Cour, le duc des Deux-Ponts, Christian IV (1722-1775)9 (fig. 1). Cette relation privilégiée constitue un des épisodes les plus significatifs mais également l’un des plus mal connus des rapports culturels franco-allemands au xviiie siècle, pourtant aujourd’hui bien étudiés10. Dans la présente contribution, l’accent sera mis sur l’étude de ses relations avec le milieu des artistes parisiens et sur son activité de collectionneur en envisageant principalement ses commandes et acquisitions sur le marché parisien. Nous aborderons dans un premier point la question de la singularité politique du petit État de Deux-Ponts, puis la personnalité de Christian IV, avant de nous intéresser au rôle qu’il joua comme médiateur et acteur sur la scène artistique parisienne.

Fig. 1 : Louis Tocqué, Le Duc Christian IV de Deux-Ponts, huile sur toile, 54 × 43 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3868.

Fig. 1 : Louis Tocqué, Le Duc Christian IV de Deux-Ponts, huile sur toile, 54 × 43 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3868.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Le duché de Deux-Ponts : un « petit État » entre la France et l’Empire

  • 11 Paris, Archives nationales (désormais AN), T 309, papiers de Marianne, comtesse de Forbach, veuve d (...)
  • 12 Sur ce personnage également duc de Bavière et prince de Birkenfeld et sa famille, on consultera le (...)

3La documentation dont nous disposons pour étudier ce personnage est en effet malheureusement très lacunaire, les archives du duché de Deux-Ponts ayant été dispersées au début du xixe siècle entre Munich (Staatsarchiv München et Bayerisches Hauptstaatarchiv) et Spire (Landesarchiv), et aux Archives du Ministère des affaires étrangères à La Courneuve (correspondance politique Palatinat-Deux-Ponts). Par ailleurs, quelques papiers provenant Marianne Camasse, comtesse de Forbach, veuve de Christian IV, sont conservés aux Archives nationales, à Paris11. Ces différentes sources nous permettent tout au plus d’esquisser le portrait de celui qui fut l’un des grands francophiles de son temps et un agent actif des transferts culturels entre la France et l’aire germanique, Christian IV von Pfalz-Zweibrücken, duc régnant des Deux-Ponts12. Il importe en premier lieu de situer le personnage. Christian IV était issu d’une branche cadette de la maison de Wittelsbach, les ducs des Deux-Ponts-Birkenfeld, à laquelle le titre était échu lorsque Charles XII, dernier duc des Deux-Ponts, était devenu, au début du xviiie siècle, l’héritier du trône de Suède. Cette branche était traditionnellement francophile. Notons, en outre, que le duché des Deux-Ponts bénéficiait de longue date de la protection française. Rappelons que le premier duc des Deux-Ponts de la branche Birkenfeld-Bischweiler-Rappolstein, Christian III (1674-1735), père de notre personnage, était non seulement apparenté aux Rohan par sa mère, mais il avait également servi dans l’armée française avec le grade de maréchal de camp.

  • 13 À titre de comparaison, le duché de Saxe-Gotha, autre petit État, était peuplé de 82 500 habitants (...)

4Situé entre le sud de l’Alsace et la partie nord du pays de Moselle, le duché des Deux-Ponts comptait à cette époque une population d’environ 60 000 habitants13 (fig. 2).

Fig. 2 : Vue de la ville de Deux-Ponts, gravure, 1re moitié du xixe siècle. Paris, collection privée.

Fig. 2 : Vue de la ville de Deux-Ponts, gravure, 1re moitié du xixe siècle. Paris, collection privée.

© Patrick Michel

  • 14 Les princes des Deux-Ponts sont princes palatins, seigneurs de Ribeaupierre et de Ribeauvillé, élec (...)
  • 15 Mannlich 1989, I, introd. p. IX.
  • 16 Selon Hans Ottomeyer (2009, p. 282) : « Louis XV avait fait preuve d’une grande habileté diplomatiq (...)
  • 17 Il s’agit du traité d’amitié signé le 30 mars 1751 et qui fut renouvelé en 1756, 1764, 1766, puis, (...)

5Sur le plan politique, le statut de ce « petit État » était complexe car il relevait à la fois du royaume de France et du Saint Empire romain germanique. Or, au milieu du xviiie siècle, Christian IV était devenu l’héritier présomptif des deux électorats du Palatinat et de la Bavière14. À la différence d’autres petits États allemands, considérés sur le plan politique comme négligeables dans un système international aux contours mouvants, le duché des Deux-Ponts pouvait donc prétendre à jouer un rôle actif sur la scène internationale, ce qui le mettait dans une situation intéressante aux yeux de la politique française et contribue à expliquer l’accueil privilégié et la protection dont il bénéficia toujours à la cour de France. Christian IV, bien qu’étant le souverain d’un petit État, « était néanmoins un personnage politique d’importance européenne15 ». Louis XV avait pressenti l’enjeu politique et diplomatique que représentait cet « état-tampon » entre son royaume et le siège des Habsbourg en Autriche16. Des traités conclus à partir de 175117 entre les deux États avaient rapporté au duc des Deux-Ponts près de 300 000 livres par an ! Revenus qui s’avérèrent néanmoins insuffisants pour soutenir la représentation coûteuse de celui-ci à Paris. Le premier acte de ses relations étroites avec la cour de France remonte à l’année 1740. Le duc des Deux-Ponts, dont le règne commença cette année-là, alors qu’il avait 18 ans, fut invité pour une visite officielle à la cour de France. Il noua en cette occasion des liens d’amitié avec Louis XV. Christian IV avait épousé, lorsqu’il était très jeune, une princesse de Nassau-Weilburg, puis se maria morganatiquement (par amour) pour la seconde fois (le premier mariage n’ayant pas été reconnu valide), le 3 septembre 1757, avec Maria-Anna Fontvieux, plus connue sous le nom de Marianne Camasse (1734-1807), une danseuse de l’opéra de Mannheim issue d’une famille strasbourgeoise qui devint comtesse de Forbach du fait de l’achat de la seigneurie du lieu le 1er octobre 1756. L’histoire du duc et de sa danseuse est rappelée dans un livre d’Adalbert, prince de Bavière, publié en 1766 sous le titre évocateur de Der Herzog und die Tänzerin (Le Comte et la Danseuse). Comme on peut s’en douter, une telle alliance n’allait pas dans le sens des visées familiales. Elle devait susciter des contestations à la mort du duc. De cette union légitimée naquirent quatre enfants : Christian, le cinquième du nom, Guillaume, Caroline et Élisabeth-Frédérique.

  • 18 Taddei 2012, p. 13
  • 19 Sur ce régiment formé en 1757 par le duc Christian IV du Palatinat et qui participa à la guerre d’I (...)
  • 20 La famille ducale de Deux-Ponts, branche de la maison palatine, détenait en effet de multiples poss (...)
  • 21 Notons que l’influence de Paris y resta toujours prépondérante au cours du xviiie siècle, de nombre (...)
  • 22 Jusqu’en 1771, les Birkenfield, héritiers des Ribeaupierre, étaient propriétaires de l’hôtel de Rib (...)
  • 23 Cet hôtel situé entre la rue Brûlée et la promenade de Broglie avait été construit par Marie-Joseph (...)
  • 24 C’est le prince Maximilien des Deux-Ponts qui restera le seul propriétaire de cet hôtel devenu en 1 (...)
  • 25 Sur cette question, voir Livet et Rapp 1981, plus particulièrement le livre V (L. Chatellier, B. Vo (...)

6Christian IV, qui se convertit à la religion catholique en 1755, appartient à une famille très ancienne, celle des Zweibrücken, ou des Deux-Ponts, à la titulature impressionnante. Ils étaient non seulement princes de Deux-Ponts, mais princes palatins, seigneurs de Ribeaupierre et de Ribeauvillé, électeurs de Bavière pour désigner l’empereur du Saint Empire romain germanique, princes de Wittelsbach. Christian IV avait fondé en 1757, pour son usage personnel, un régiment au service de la France, le Royal-Deux-Ponts, dont il était le propriétaire18. Il lui revenait donc le recrutement, la nomination des officiers et, bien sûr, le paiement de la solde19. La famille de Zweibrücken étant une famille possessionnée d’Alsace20, c’est-à-dire ayant des biens en Alsace, avait été tenue par un édit de Louis XIV de se faire construire une résidence à Strasbourg21. Leur première résidence, un hôtel au Finckwiller22, ayant brûlé en partie, le prince Christian IV acheta en 1770 l’hôtel Gayot23, rue Brûlée, dans le faubourg Saint-Germain de cette époque, qui prit dès lors le nom d’hôtel des Deux-Ponts. En réalité, le duc ne l’avait pas acheté pour lui mais pour ses neveux, Maximilien et Charles-Gustave24. De fait, bien que la culture française fût dominante dans la vie strasbourgeoise à l’époque de Christian IV25, c’est vers Paris qu’il tourna plus volontiers son regard.

  • 26 De la branche Birkenfeld-Bischwiller seront issus les rois de Bavière, à partir de Maximilien-Josep (...)
  • 27 Du Colombier 1930, p. 115
  • 28 Molitor 1885, cité par Du Colombier, 1930, p. 115.
  • 29 Voir sur la question du théâtre et l’adaptation de la production culturelle française l’étude de Ma (...)
  • 30 Ou Gazette universelle de littérature, aux Deux-Ponts, dont le titre résume clairement les objectif (...)

7Évoquant la famille dont était issu le duc des Deux-Ponts, Pierre Du Colombier écrit : « Mais pouvait-on être plus Français que les Birkenfeld-Bischwiller26 qui héritèrent le duché en 173127. » Christian IV fut à coup sûr l’un des plus francophiles et le plus parisien des princes allemands de son temps. Ce qu’atteste ce jugement du duc de Zuckmantel : « Le duc de Deux-Ponts est aussi Français que s’il se trouvait à la cour de Versailles28. » Dans leur jeunesse, le futur duc et son frère, Frédéric-Michel, avaient été envoyés par leur mère, la duchesse Caroline, étudier à l’université de Leyde et, à leur retour, avaient séjourné près d’un an à Paris. À cette occasion, ils étaient entrés en relation avec certains artistes français, dont le portraitiste Louis Tocqué, qui réalisa le portrait de Frédéric-Michel (aujourd’hui à l’Alte Pinakothek de Munich). Par ses séjours réguliers et prolongés dans la capitale, par son amour des arts et de la culture française, Christian IV devint un puissant vecteur de celle-ci ; Deux-Ponts, la capitale de son petit État, était d’ailleurs surnommé le « Petit Paris ». Dans cette principauté d’opérette, on parlait et jouait la comédie en français29, et le duc avait été le promoteur, en 1770, d’un journal, également rédigé en français, la Gazette des Deux-Ponts, l’un des plus importants périodiques européens vers la fin du xviiie siècle30 et qui joua un rôle non négligeable dans l’histoire des transferts culturels.

  • 31 Édités pour la première fois partiellement en allemand à Berlin en 1910 sous le titre Ein deutscher (...)

8Outre les archives susmentionnées, les Mémoires du peintre Johann Christian von Mannlich (1741-1822), qui fut le protégé du duc et qui deviendra plus tard son premier peintre et le gardien de ses collections31, sont notre meilleure source d’information en ce qui concerne ce dernier et ses séjours parisiens. Dans ces Mémoires rédigés en français, et qui constituent une source passionnante pour l’histoire des relations entre la France et l’Allemagne et pour la vie tant artistique qu’intellectuelle parisienne du temps, Mannlich relate sa première rencontre avec le duc, rencontre placée sous le régime des « peurs enfantines ». Il exprime en ces termes la crainte que lui inspirait le personnage :

  • 32 Mannlich 1948, p. 23-24. Pour cet aspect de l’activité du personnage, nous renvoyons à Roland, « Jo (...)

C’est à peu près vers cette époque que le duc Christian vint voir mon père qu’il aimait et estimait beaucoup. Dès que ce prince mit le pied dans notre maison, je me sauvai de peur d’être obligé de me trouver en sa présence. J’avais vu exécuter des criminels et je savais que ce prince avait signé leur sentence de mort. J’avais aussi vu ce même prince assister quelquefois au concert dans l’île de son jardin. Tous ceux qui l’entouraient se tenaient à une certaine distance de lui, dans une attitude raide et gênée ; tous les serviteurs se mettaient en mouvement au moindre signe qu’il faisait, comme s’ils eussent été saisis de frayeur. Toute l’assistance gardait un profond silence et demeurait à l’écart tête nue… Je ne pouvais concilier les sentiments d’abnégation qu’on m’avait inspirés pour le monde terrestre avec le faste dont s’entourait ce prince, ni les idées de justice, de liberté et d’indépendance que je portais dans mon cœur, avec mes sentiments pour un homme qui disposait de la vie de ses semblables et les tenait dans une crainte et une sujétion continuelles. À mon retour mon père me gronda pour ma sotte frayeur et me dit que le duc avait remarqué deux de mes petits tableaux et les dessins que mon père, pour m’encourager, avait fait mettre sous verre. Il ajouta que ce prince avait demandé à me voir et qu’on m’avait cherché en vain par toute la ville. Je louai Dieu, à part moi, d’en avoir été quitte à si bon compte32.

  • 33 Mannlich 1948, p. 88.
  • 34 Celle-ci allait de la rue Neuve-des-Petits-Champs à la rue Thérèse.
  • 35 Dans ses Mémoires, Mannlich (1948, p. 190) écrit : « Pendant les six mois de notre absence, on avai (...)
  • 36 Munich, Geheimes Staatsarchiv München (désormais GSM), Kasten blau, no 440/11. « Contrat de vente d (...)
  • 37 Munich, GSM, Kasten blau, no 440/11.
  • 38 Mannlich 1989, t. II, p. 54.

9Bien plus tard, c’est un tout autre portrait de ce personnage que nous livrera le jeune Mannlich – qui, entre-temps, était devenu son protégé –, celui d’un « prince vraiment digne de ce nom, souverain dans toute la force du terme, juste, généreux, bon, ferme et sévère quand il le fallait33… ». Le duc des Deux-Ponts est à Paris comme chez lui ; il y séjourne plusieurs mois par an et y vit sur un grand pied. Il réside tout d’abord dans un hôtel de la rue Royale34 portant le nom d’hôtel de Deux-Ponts, qu’il avait fait agrandir35, avant de faire une acquisition de prestige en 1767, achetant pour la somme importante de 470 000 livres l’hôtel du duc de La Vallière, le « cy devant Hôtel Conti », de la rue Neuve-Saint-Augustin, paroisse de Saint-Roch, ainsi que les « meubles et effets mobiliers » le garnissant36. L’acte de vente précise en effet que le duc de La Vallière avait « fait mettre au goût du jour l’hôtel en l’enrichissant de lambris sculptés, de pieds de tables en console très riches en sculpture37 ». Figuraient également dans cette transaction « deux groupes d’Enfants sur des piédestaux de pierre » ainsi qu’une figure couchée à l’extrémité de la pièce d’eau du jardin, « grand et très beau jardin qui donnait sur les boulevard »38. Le duc des Deux-Ponts confia le réaménagement de sa nouvelle résidence parisienne à son architecte, Pierre Patte (1723-1814), l’un des promoteurs du « goût grec » en France, qui y réalisa notamment une chambre de parade connue par une gravure intégrée au Cours d’architecture de J.-F. Blondel. L’auteur des Monuments élevés à la gloire de Louis XV, Patte, se gratifie d’ailleurs au frontispice de ses ouvrages du titre d’« Architecte de S.A.S. Monseigneur le prince Palatin, duc régnant de Deux-Ponts ».

Un « ami des arts » et un mécène sur la scène parisienne

  • 39 N’oublions pas qu’il avait épousé morganatiquement une actrice, Mlle Camasse, une danseuse de l’opé (...)
  • 40 Voir Espagne 1999, chap. IX, p. 179-195 ; Decultot 2009.
  • 41 Wille 1857, t. 1, p. 130.
  • 42 Mannlich 1948, p. 56.
  • 43 Ministre de Christian IV, celui-ci était issu d’une famille patricienne connue en Bohême. Mannlich (...)
  • 44 Munich, GSM, Kasten Blau no 433/3, no 21, le 23 novembre 1769.
  • 45 Mannlich 1948, p. 55.
  • 46 Ibid., p. 61-62.
  • 47 Ibid., p. 62, précise : « Pour ne laisser personne en doute sur le donateur, on y avait écrit en gr (...)
  • 48 Ibid., p. 62. « Toutes les portes m’étaient ouvertes au nom du duc de Deux-Ponts que chacun connais (...)
  • 49 Ibid., p. 161.
  • 50 Ibid., p. 62.
  • 51 Kalrsrhue, Landesarchiv, Familienarchiv, correspondance de Caroline de Bade, 5A no 40, Paris, le 20 (...)
  • 52 Pompadour 1878, p. 80, 28 mars 1751, lettre à Monsieur de Vandières : « À propos, vous ne m’avez pa (...)
  • 53 Ibid., p. 108, lettre à Mme de Lutzelberg, 1er avril 1751 : « Nous avons ici depuis trois semaines (...)
  • 54 Logement qui n’est pas bien identifié par Newton 2000, p. 528.
  • 55 Mannlich 1948, p. 274.
  • 56 Le duc de Luynes écrit à propos du duc qu’il « ne vient à Versailles que pour les jours de chasse e (...)
  • 57 Mannlich 1989, I, introd., p. X
  • 58 Mannlich 1948, p. 66.

10Lors de ses séjours prolongés dans la capitale, le duc des Deux-Ponts était en contact étroit avec les principaux acteurs de la vie culturelle et artistique. L’hôtel de Deux-Ponts devint un haut lieu de la sociabilité parisienne ; le duc y recevait des actrices, telles Sophie Arnould et Mlle Clairon39, des peintres, comme Carle Vanloo et François Boucher, des écrivains, comme Diderot ou le publiciste et critique littéraire Élie Fréron (1718-1776), fondateur de L’Année littéraire, journal qui servit de tribune au duc des Deux-Ponts pour lancer les artistes allemands, ou bien encore François-André Danican, dit Philidor, compositeur français et célèbre joueur d’échecs (1727-1797). On y croisait surtout d’éminents membres de la diaspora allemande, véritables médiateurs entre les deux cultures, tels que Frédéric Melchior Grimm, le rédacteur de la Correspondance littéraire, et le graveur Johann Georg Wille (1715-1808), acteur majeur des échanges transculturels franco-allemands40 qui note dans son Journal à la date du 24 février 1760 : « J’ai été rendre visite au duc régnant de Deux-Ponts. Il me reçut le mieux du monde et me montra diverses choses. Je restai plus d’une heure avec S.A.S.41 », soit deux ambassadeurs de la culture allemande à Paris. Le duc des Deux-Ponts, en véritable mécène, patronne les artistes de sa principauté. Lors de son premier séjour à Paris, le peintre Mannlich raconte que le duc « avait amené avec lui deux musiciens célèbres de Mannheim pour les faire connaître à Paris » : le flûtiste et compositeur Wendling, musicien de la cour de Mannheim, et le violoniste Carlo Giuseppe Toëschi42, contribuant ainsi à l’introduction de la musique allemande, via ses représentants de l’école de Mannheim dans la capitale française. Tout ce petit monde, à vrai dire assez turbulent, avait table ouverte et logement assuré à l’hôtel de Deux-Ponts, ce qui n’était pas sans présenter quelques désagréments. C’est ainsi qu’en 1769 Georg Wilhelm von Pachelbel, diplomate qui occupe les fonctions de « ministre du duc à la Cour de France » et de chargé des affaires du duc à Paris43, informe celui-ci du fait que son hôtel est très mal gardé car, dit-il, « au lieu de se lever dans la nuit et de voir ceux qui sonnent pour entrer dans l’hôtel, il [le nouveau concierge] reste couché et ouvre la porte au moïen d’une corde attachée à son lit. La maison est donc très mal gardée ». Et il conclut par ces mots : « Un Savetier à la Porte d’un Souverain me paraît déplacé à tous égards44. » Lorsque le duc n’y réside pas, son hôtel est l’auberge des Allemands à Paris ; il héberge artistes et musiciens. Le compositeur Christoph Willibald Glück (1714-1787), que le duc des Deux-Ponts, médiateur entre la musique allemande et la musique française, s’efforça d’imposer sur la scène parisienne, y résida en famille en 1774, ainsi que le comte russe Golowkin et des peintres comme Frey, Jean-Henri Hesse, Georg-Friedrich Meyer, élève de Casanova, et surtout Johann-Christian von Mannlich. Protégés et pensionnés par le duc, ils y séjournèrent plus ou moins longuement, formant à Paris une véritable colonie artistique allemande. Le duc des Deux-Ponts, ami des arts, fut pour Mannlich un véritable mentor, l’introduisant dans les cercles parisiens en lui disant : « il faut que vous fassiez connaissance avec les célébrités de ce pays. On n’a qu’à gagner dans leur société et il reste toujours quelque chose de cette fréquentation dans l’esprit d’un jeune homme sage45 ». Il le mit en relation avec Diderot et lui ouvrit la porte des artistes alors les plus célèbres, notamment Carle Vanloo, et le présenta à Mlle Clairon (1723-1803), célèbre actrice de la Comédie-Française, ce qui lui permit de confronter l’original avec le célèbre Portrait de Mlle Clairon en Médée peint par Carle Vanloo46. Le modèle ne manquant pas de lui faire remarquer que « c’est le Roi qui [lui] a fait présent de la bordure ; [et qu’]elle est […] fort belle47. » Il l’introduisit également dans le monde du spectacle, qu’il s’agisse de l’Opéra, où le duc avait une loge à l’année, ou du Théâtre-Français. Surtout, le nom du duc des Deux-Ponts agit comme un sésame ; il ouvre à Mannlich les portes des cabinets des collectionneurs les plus prestigieux et les plus fermés48. Dans ses Mémoires, il raconte comment : « J’employais toutes mes matinées à l’étude et à la recherche de ce que Paris renfermait de plus beau en objets d’art » et rappelle comment « les amateurs Watelet, La Bourdonnois, Gaigny, de la Live, etc. [le] reçurent toujours avec politesse et bonté49 ». Familier des salons, des ateliers d’artistes, comme des ventes publiques et des boutiques de marchands, Christian IV l’est tout autant sinon davantage de la Cour. Mannlich nous rapporte en effet que « ce prince passait la plus grande partie de son temps à Versailles, chez le roi, son ami50 ». Fleischmann, l’envoyé de Caroline de Bade à Paris, l’informe, en mars 1751, que « Mgr le Duc de Deux-Ponts est à Paris depuis quelques semaines. Ce seigneur s’y amuse beaucoup. Il va souvent à Versailles pour faire sa Cour au Roi, et être de ses parties de chasse51 ». Très apprécié de Louis XV, il était de surcroît lié au cercle de la marquise de Pompadour, qu’il avait rencontrée en mars 175152, comme le rappelle la favorite royale dans une lettre à son amie Mme de Lutzelberg en avril de la même année53. En tant que souverain régnant, Christian IV dispose d’un appartement permanent à Versailles54. Même si nous sommes assez mal renseignés sur le détail de ces séjours répétés à la Cour, nous savons par Mannlich que « Monseigneur ne venait que de temps en temps à Paris et chassait alors tous les jours avec le roi à Rambouillet et autres lieux55… » et qu’il participait aux soirées intimes de la Cour à Versailles et au Trianon56. Une fête fut même donnée en son honneur, avec opéra et comédie, dont la marquise de Pompadour était l’une des actrices57. De fait, le duc est à Versailles comme chez lui. Mannlich peut en témoigner car c’est une fois encore la recommandation du duc qui lui permit d’assister en « bonne place » au « grand couvert du roi », alors que d’autres courtisans étaient refoulés, faute de place58. Le duc des Deux-Ponts fut également un proche de Dufort de Cheverny, l’introducteur des ambassadeurs, qui, dans ses Mémoires, rappelle :

  • 59 Dufort de Cheverny 1909, I, p. 400
  • 60 Ibid., p. 403

J’étais fort lié avec le prince souverain duc des Deux-Ponts, qui logeait dans la rue Neuve-Saint-Augustin. J’étais même sur le point de me rendre à son invitation pour me laisser nommer, comme il le désirait, envoyé aux Deux-Ponts, place qui nous aurait d’autant moins gênés ma femme et moi, que c’était tous les ans un voyage de trois mois chez le plus charmant prince possible. Lui et la comtesse de Forbach, qu’il avait épousée de la main gauche et dont il avait deux enfants légitimés, auraient fait pour nous la plus aimable des sociétés. J’arrivai donc chez lui à sept heures du soir ; il n’y avait en visite que le maréchal de Soubise. Un courrier arriva qui jeta le trouble dans le salon, en nous annonçant que le Roi avait la petite vérole59 […] J’allais tous les jours chez le duc des Deux-Ponts ; on y recevait des nouvelles, car lorsqu’il n’allait pas à Versailles, il recevait des courriers d’heure en heure. Il arriva le jour de la mort avec la tristesse peinte sur le visage, car il était attaché au Roi. Il nous dit qu’on l’avait mis sur un lit de camp proche la fenêtre, que la petite vérole était rentrée, qu’il n’avait plus figure humaine ; que la violence des convulsions le faisait porter son corps, tantôt en travers, tantôt au pied du lit ; que l’infection était abominable, et qu’il ne comptait plus le revoir60.

Les commandes et achats sur le marché parisien

  • 61 Ottomeyer 2009, p. 283.
  • 62 Sur les achats de Max-Emmanuel, électeur de Bavière, à Paris, voir Stürmer 1979, p. 265-279 ; Tillm (...)
  • 63 Herda-Mousseaux 2018, p. 9. Parmi l’abondante production consacrée aux marchands merciers et d’une (...)
  • 64 Jägersburg est un district de Homburg dans le district de Sarre-Palatinat. Nous renvoyons à l’étude (...)
  • 65 L’histoire de ce chantier a été retracée par Cachau 2012. Comme le souligne cet auteur (p. 136) : « (...)
  • 66 Situé dans l’arrondissement de Kusel, en Rhénanie-Palatinat, dans l’ouest de l’Allemagne.
  • 67 Ottomeyer 2009.
  • 68 Munich, GSM, Bayer, Gesandtschaft, Paris 216, lettres de S.A.R. le duc de Deux-Ponts, de Deux-Ponts (...)
  • 69 Voir notamment sur cette question Forray-Carlier 2014. Parmi les commandes les plus importantes pas (...)
  • 70 Munich, Staatsarchiv, Gesandtchaft 220, 17 août 1760
  • 71 Munich, GSM, Kasten blau, no 433/3, « État de ce qui reste à payer à Paris de la part de S.A.S. Mgr (...)
  • 72 Ibid., année 1771, « État de ce qui est à payer pour 1771 », et Kasten blau 433/6. « Correspondance (...)
  • 73 Munich, GSM, Bayer, Gesandtschaft Paris no 435. Dossier concernant des « achats de livres pour la B (...)
  • 74 D’après une lettre du 6 février 1764 (Munich, Staatsarchiv, Gesandtschhaft 221, année 1764).
  • 75 Munich, GSM, Kasten blau no 433/3. no 9A, Paris, le 14 octobre 1769.

11Grand amateur d’art, Christian IV passe d’importantes commandes d’objets et de meubles à Paris. Il avait, comme l’a souligné Hans Ottomeyer, « une prédilection particulière pour la civilisation française et les luxueuses importations de France61 ». En cela, il ne faisait que suivre une longue tradition qui remontait à Max-Emmanuel de Bavière et à Auguste le Fort, dont les acquisitions d’œuvres d’art et d’objets d’ameublement dans la capitale française sont aujourd’hui bien connues62, ainsi que le rôle de premier plan que jouèrent les marchands merciers « incontournables dans la diffusion de l’art “français” et du luxe, ou du demi-luxe63… ». Les achats du duc des Deux-Ponts étaient quant à eux principalement destinés à son monumental château du duché des Deux-Ponts, qui avait été construit en 1720, ou pour meubler ses résidences de chasse de Jägersburg64, près de Homburg (Saxe), dont il avait demandé les plans à Mansart de Sagonne sur la recommandation de son ami le marquis Marc-René de Voyer d’Argenson (1722-1782), dont les travaux débutèrent à l’été 175265, et de Pettersheim66, ainsi que le Petit Château, qui devait revenir en héritage à la comtesse de Forbach. Situé dans le parc du château de Deux-Ponts, cette résidence, sorte de Trianon, abritait la collection du duc. Les commandes de mobilier passées à Paris par le duc des Deux-Ponts et son successeur ont été étudiées par Hans Ottomeyer67. Toutefois, il est surtout question, dans cette étude, des commandes de Charles II Auguste Christian de Deux-Ponts, qui succéda à Christian IV en 1775, destinées principalement au château de Karlsberg, situé sur les hauteurs de Homburg et surplombant la Sarre. Les premières mentions de commandes de Christian IV à Paris remontent à 1741, date à laquelle on lui envoie des cheminées de marbre qu’il estime « très belles et fort au goût de [s]a mère ». « On travaille en force à mon cabinet68 », ajoute-t-il. Suivent, en 1742, « trois petits Télescopes » et une « Tabatiere d’écaille, ovale à la Maubois doublée et garnie d’or ». Il charge également son agent à Paris, Pachelbel, de lui fournir des « desseins de Gondoles : voitures dont on se sert pour la chasse », la capitale française étant devenue l’une des principales places en Europe pour la fabrication et le décor des voitures hippomobiles69. En 1757, c’est le Sieur Dilson, de la manufacture des Gobelins, qui l’informe que « l’ouvrage que V.A.S. a commandé est entièrement fini ». La même année, Pachelbel annonce au duc que les « fauteuils de V.A.S. sont entièrement finis et qu’il les enverra prochainement à Deux-Ponts ». En 1760, le même Pachelbel informe le duc qu’il a vu « ces jours-ci une pendule d’une construction tout à fait singulière et selon [lui] unique dans son genre », dont il lui adresse la description70. En 1769 enfin, parmi les mémoires des fournisseurs, nous rencontrons les noms de Poussin, tapissier, des frères Bourjot, « Mds de soye », du bijoutier Drais et de l’orfèvre Doucet71. Ces achats d’objets d’art sont le plus souvent effectués par l’intermédiaire du marchand de soie parisien Jacques Bourjot72. De même, Christian IV achète de nombreux livres pour sa bibliothèque73 chez les libraires parisiens, Guérin et La Tour, rue Saint-Jacques, et il est abonné à de nombreux journaux, Le Mercure, L’Année littéraire, L’Avant-coureur et la Gazette de France74. Il se fait envoyer également les « brochures qui ont paru au sujet du Sallon de Peintures » en 176975, ce qui témoigne de son intérêt pour l’art français contemporain, aussi attesté par certaines de ses acquisitions ou commandes.

Un collectionneur très actif

  • 76 Voir Michel 2007.
  • 77 Article traduit par les soins de mes amis Pierre (†) et Geneviève Cimaz.
  • 78 Dans ses Mémoires, Mannlich (1948, p. 171) relate ses visites « dans les cabinets des particuliers (...)
  • 79 Munich, GSM, Gesandtschaft 221, lettres de M. de Pachelbel au duc des Deux-Ponts, Paris, 21 décembr (...)
  • 80 Sur Pierre Rémy, voir Michel 2001, Darroussat 2002 et Marandet 2003.
  • 81 Munich, GSM, Kasten blau no 433/3, lettres de Pachelbel, no 25, « Pachelbel à Christian IV, A Paris (...)
  • 82 Munich, GSM, Kasten blau, no 433/3, lettre de Pachelbel au duc, Paris, 15 mars 1767 : « J’ai paié a (...)

12Protecteur des artistes, le duc des Deux-Ponts fut également un collectionneur très actif sur le marché parisien, alors l’une des principales places d’Europe pour le commerce du tableau76. Toutefois, ses acquisitions documentées sur ce marché portent aussi bien sur des œuvres de maîtres anciens que sur celles de peintres modernes. Au cours de la seule année 1760, il fit l’acquisition, la plupart du temps à Paris, de trente tableaux, presque tous dus à des peintres hollandais alors les plus appréciés par les collectionneurs de toute l’Europe, pour environ 5 000 florins77. Il fréquenta tout particulièrement les boutiques de François Joullain et d’Augustin Ménageot78, par l’entremise duquel il acquiert, en 1761, un tableau du hollandais Paul Potter, artiste dont les œuvres étaient alors très recherchées79. Toutefois, le marchand avec lequel il entretient les liens les plus étroits est Pierre Rémy, célèbre expert-organisateur des ventes publiques les plus prestigieuses80, qui lui adresse régulièrement les catalogues des ventes à venir81 et à l’ordre duquel il effectue deux paiements pour la fourniture de tableaux, en 1767 et 176982. Mannlich rappelle en effet dans ses Mémoires comment S.A.S. le duc des Deux-Ponts le

  • 83 Mannlich 1948, p. 274-275. Il s’agit sans doute du no 5 du catalogue de la vente de 1778.

fit monter en voiture avec Elle pour aller chez M. Rémy, fameux marchand qui venait de recevoir de Hollande un lot considérable de tableaux. Il y avait une pièce de van de Velde et un Téniers de la plus grande beauté que le duc acheta ; le premier est encore aujourd’hui l’ornement de la Galerie Royale de Munich, et se trouve décrit dans le Catalogue sous le no 1132. Le second, ayant été placé à la Galerie du petit château, échut en partage à Mme la Douairière après la mort du duc, et fut vendu par la suite à Paris83.

  • 84 En 1760, le peintre Frey est chargé d’assister à une vente dans laquelle se trouvait un tableau de (...)
  • 85 Vraisemblablement François-Bernardin Frey, maître-peintre. Cet artiste, pensionné par le duc, résid (...)
  • 86 Munich, Alte Pinakothek, en dépôt au château de Schleissheim, huile sur toile, 97,5 ×131,5 cm.
  • 87 La Fosse a abordé plusieurs fois ce thème. Voir Gustin Gomez 2006, II, cat. P. 115, Gemaldegalerie (...)

13Pour ses achats effectués en boutique, de même qu’à l’occasion de certaines ventes publiques84, le duc des Deux-Ponts se faisait parfois représenter par le peintre portraitiste Frey85. C’est cependant l’expert Pierre Rémy qui fut son acheteur habituel dans les ventes parisiennes, où son nom apparaît régulièrement mentionné entre 1760 et 1770. Nous le voyons se faire adjuger « pour le prince de deux Ponts », à la vente Chuberé, en 1760, une Adoration des bergers de Poussin (fig. 3)86, un Loth et ses filles de Charles de La Fosse87 et un tableau de David II Teniers.

Fig. 3 : Nicolas Poussin, Adoration des bergers, huile sur toile, 97,5 × 131,5 cm. Munich, Alte Pinakothek, en dépôt au château de Schleissheim, inv. 1166.

Fig. 3 : Nicolas Poussin, Adoration des bergers, huile sur toile, 97,5 × 131,5 cm. Munich, Alte Pinakothek, en dépôt au château de Schleissheim, inv. 1166.

Permalien : https://www.sammlung.pinakothek.de/​de/​artist/​nicolas-poussin/​anbetung-der-hirten

Domaine public

  • 88 Rémy 1760 : lundi 21 janvier 1760 ; lots nos 1 (2 123 livres), 3 (260 livres 1 sol), 14 (1 160 livr (...)
  • 89 Rémy 1760 [vente en 1761], lot no 86. Selon une annotation portée sur un exemplaire de ce catalogue (...)
  • 90 Rémy 1761, lots nos 9 et 28. Le tableau de Lairesse n’est pas localisé aujourd’hui. Voir Roy 1992, (...)
  • 91 Karlsruhe, Generallandesarchiv Karlsruhe (désormais GAK), Familien-Archiv, papiers de Caroline de B (...)
  • 92 Jean-Henri Eberts, ancien banquier devenu commissionnaire, collectionneur, marchand et éditeur d’es (...)
  • 93 Karlsrhue, GAK, Familien-Archiv, 5A 42, lettre d’Eberts à Caroline de Bade, Paris, 6 février 1767.
  • 94 Rémy 1768, lot no 11. On pourrait y voir une œuvre d’Orazio Grevenbroeck, actif à Paris vers 1730. (...)
  • 95 Rémy 1769 ; lot no 49. Les tableaux sont aujourd’hui perdus. D’après Lefrançois 1994, p. 228, cat.  (...)
  • 96 Rémy 1770, lot no 61. Avec mention manuscrite « Le Duc de Deux Ponts » sur l’exemplaire de catalogu (...)
  • 97 Agrée à l’Académie royale de peinture en 1707, il y fut reçu en 1709. Sa carrière est mal connue au (...)

14Dans la même vente, un autre marchand, Boileau, achète également pour le duc un Paysage enrichi de figures et d’animaux de Nicolas Berchem, un artiste alors très apprécié des collectionneurs88. À la vente du comte de Vence, au début de l’année 1761, Rémy se porte acquéreur pour lui d’un tableau de Gabriel Metsu décrit comme « Une Femme assise, ayant sur elle un plat & tenant en broche un Chapon… », qui avait été gravé par J. G. Wille, pour 1 224 livres 4 sols89 ; à la vente du trésorier général de la marine de Selle, en 1762, d’une riche Architecture palatiale du bolonais Ferdinando Galli, dit Bibiena, agrémentée d’une scène représentant Didon sur le bûcher par le Liégeois Bertholet Flemalle, pour 522 livres, ainsi que d’une Iphigénie en Tauride, de Gérard de Lairesse, pour 1 681 livres90. Nous avons la confirmation de l’importance de ces achats sur le marché parisien par une lettre de Palm, l’un des agents de Caroline de Bade, qui lui signale que le duc des Deux-Ponts, son rival, « vient d’acheter pour 12 000 francs [sic] de tableaux flamands91 ». En 1767, le banquier Eberts92 informe Caroline de Bade du fait que la concurrence sera forte à l’occasion de la dispersion des collections de Jean de Jullienne et que « le sérénissime duc de Deux-Ponts y fera certainement aussi quelques emplettes93 ». En 1769, à la vente Gaignat, Rémy se fait adjuger pour le duc un Paysage urbain d’un énigmatique « Grondonc » pour 502 livres94. À la vente Prousteau, en 1769, le duc acquiert, pour 1 808 livres, un tableau de Charles Coypel, Iphigénie proche de l’autel, et son pendant, L’Évanouissement d’Armide, peints par l’artiste en 173395. Enfin, en 1770 lors de la dispersion de la collection de l’introducteur des ambassadeurs La Live de Jully, il se porte acquéreur d’une Vendange de Baptiste Ferret96, un artiste peu connu aujourd’hui mais dont le nom se rencontre fréquemment dans les catalogues de vente du xviiie siècle97. Ces achats répétés témoignent du dynamisme des acquisitions du duc des Deux-Ponts sur le marché parisien.

  • 98 Munich, GSM, Gesandtschaft 221, années 1768-1769, n° 10, Paris, Pachelbel au duc des Deux-Ponts, [P (...)
  • 99 Mannlich 1948, p. 91.
  • 100 Voir Michel 2009.
  • 101 Mannlich 1948, p. 263. Lettre du duc des Deux-Ponts à Mannlich, Deux-Ponts, le 1er décembre 1765. I (...)
  • 102 Lagrange 1864, p. 367, no 154. Il s’agit de Pierre Camasse de Fontenet, frère de la comtesse de For (...)
  • 103 Lagrange 1864, p. 177-178.
  • 104 Voir Helge Siefert, dans cat. exp. Munich 1997.
  • 105 Mannlich 1948, p. 263-264. Lettre du duc des Deux-Ponts à Mannlich, de Deux-Ponts, le 1er décembre (...)
  • 106 Cat. exp. Paris-New York-Detroit 1986, p. 263.

15Le duc, également grand amateur de peinture contemporaine, passe des commandes à certains artistes, recourant parfois à des intermédiaires tel le baron de Besenval, en 1769, pour un tableau dont l’auteur n’est malheureusement pas précisé98. Grand admirateur de Joseph Vernet, il obtient une première œuvre de cet artiste, représentant un « Calme », c’est-à-dire une mer par temps calme, en 1765. Nous savons que ce tableau venait d’Avignon et que le duc l’acheta 100 louis au marchand Jérôme de Vigneux99, un gentilhomme français installé à Mannheim qui s’était lancé dans le commerce des tableaux grâce au soutien de Christian IV100. Il s’agit vraisemblablement d’un tableau acquis auprès d’un collectionneur101. C’est en effet seulement deux ans plus tard que le duc passa des commandes à Joseph Vernet, à l’occasion de l’un de ses séjours à Paris. Le peintre reçoit le paiement d’un premier tableau, soit 60 louis, en 1771, des mains de M. de Fontenet102. Il dut en peindre un second, car on voit le neveu de Vernet, sculpteur, fournir deux bordures pour le duc des Deux-Ponts103. Certains de ces tableaux sont aujourd’hui à la Alte Pinakothek de Munich104. Le duc était surtout un proche de François Boucher, dont il contribua à enrichir le cabinet d’histoire naturelle en lui procurant des raretés minéralogiques de son duché. Les relations privilégiées de Christian IV avec l’artiste expliquent vraisemblablement le fait qu’il ait obtenu du peintre qu’il prît comme élève l’un de ses protégés, Johann Christian von Mannlich. Le duc passa d’ailleurs d’importantes commandes à Boucher, bien qu’il émît, au dire de Mannlich, quelques réserves concernant la « manière » du peintre. S’adressant à Mannlich, il porte en effet ce jugement sur Boucher : « Il excelle dans des compositions agréables ; mais son coloris et son dessein ne sont pas des meilleurs105. » Parmi les œuvres les plus célèbres de cet artiste qui appartinrent à Christian IV, figurait l’Odalisque blonde, aujourd’hui à Munich (fig. 4), qui, de l’avis de certains historiens, serait une réplique autographe106 ainsi qu’un Portrait de Mme de Pompadour, réplique probable du célèbre portrait de Munich.

Fig. 4 : François Boucher, L’Odalisque blonde, 59 × 73 cm, huile sur toile, signé et daté 1752. Munich, Alte Pinacothek, inv. 1166.

Fig. 4 : François Boucher, L’Odalisque blonde, 59 × 73 cm, huile sur toile, signé et daté 1752. Munich, Alte Pinacothek, inv. 1166.

Notice : https://www.sammlung.pinakothek.de/​de/​artist/​franois-boucher/​ruhendes-maedchen

Domaine public

  • 107 J. Ch. Von Mannlich, Marianne comtesse de Forbach et ses fils Christian et Willhelm, huile sur toil (...)
  • 108 Mannlich 1948, p. 121. Le peintre fait allusion à une lettre du duc en date du 27 janvier 1764. Le (...)
  • 109 Mannlich 1948, p. 121.
  • 110 Haug G. et Haug H. 1948, p. 149-157. Voir Versailles-Munich-Londres 2002, p. 512, cat. 221.

16Dans une lettre où il fait allusion à l’arrivée de ce tableau à Deux-Ponts, en 1764, le duc demande en effet à Mannlich de s’inspirer de l’« attitude de la marquise…[…] seule chose qui, dit-il, lui plaisoit dans ce tableau », pour réaliser le portrait de sa femme, la comtesse de Forbach107, en cours d’exécution108. À son arrivée à Deux-Ponts, le portrait de la Pompadour connut un véritable succès de curiosité : « tout le monde était curieux de voir le portrait de cette femme célèbre, qu’il fallut apporter et présenter à l’Électeur et à l’Électrice ; ensuite ce fut le tour de toutes les dames de la Cour, ainsi que de beaucoup d’autres de la ville qui vinrent chez moi pour la voir. Pendant quelques jours, ce fut une procession à n’en plus finir109… » Le portrait de la favorite royale devint ainsi une source d’inspiration directe pour celui de la comtesse de Forbach avec ses enfants (fig. 5)110. La genèse de celui-ci nous est rapportée par le peintre, en ces termes, dans ses Mémoires :

  • 111 Mannlich 1948, p. 109. Ce portrait a été présenté à l’exposition Madame de Pompadour et les arts en (...)

À son premier voyage en ville, Mgr le duc m’ordonna de lui peindre un tableau de famille qui devait représenter Mme la comtesse de Forbach avec les jeunes comtes, le vieux baron de Stein et le sieur Henri, concierge du château de Mme la comtesse, qui devait tenir le portrait du duc comme s’il voulait le suspendre au mur. J’en fis une esquisse qui, à quelque chose près, fut approuvée. Pour pouvoir prolonger mon séjour en ville, je commençai par faire le portrait de M. de Stein. Le dimanche suivant, j’obtins une séance de Mme la comtesse et de suite, de dimanche en dimanche, j’ébauchai les têtes de mes personnages, sans oublier M. Henri, que j’avais tous les jours à ma disposition. Mon tableau eut l’approbation du duc : il voulait m’y voir travailler111

Fig. 5 : Johann Christian von Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, conservé, 1763-1764, huile sur toile, 90 × 120 cm. Paris, collection privée.

Fig. 5 : Johann Christian von Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, conservé, 1763-1764, huile sur toile, 90 × 120 cm. Paris, collection privée.

© R. Cholet

  • 112 Guiffrey 1869-1872, t. XVIII, Salon de 1775, p. 12, no 21.
  • 113 La mort de leur commanditaire étant intervenue avant la livraison des tableaux, les artistes inquie (...)

17Nous savons que le duc passa aussi commande au peintre d’histoire et de scènes de genre Nicolas-Bernard Lépicié (1735-1784) d’un Atelier de menuisier (fig. 6), dont le véritable sujet était en fait « le premier aveu d’amour d’un jeune homme à une jeune fille », thème éminemment greuzien. Exposé au salon de 1775, le tableau y rencontra un certain succès112. Il commanda également à Élisabeth Vigée-Lebrun un tableau représentant une Dame espagnole chantant assise sur un sopha, [avec] un jeune espagnol [qui] l’accompagne à la guitare, œuvre aujourd’hui non localisée. Le duc ne devait toutefois jamais recevoir ces tableaux car il décéda entre-temps113.

Fig. 6 : Nicolas-Bernard Lépicié, L’Atelier de menuisier, 1774-1775, huile sur toile, 64 × 81 cm. New York, collection privée.

Fig. 6 : Nicolas-Bernard Lépicié, L’Atelier de menuisier, 1774-1775, huile sur toile, 64 × 81 cm. New York, collection privée.

© Droits réservés

Une disparition précoce et une succession difficile

  • 114 Gazette des Deux-Ponts, année 1775, no 90, du jeudi 9 novembre, p. [717], Deux-Ponts, du 6 novembre (...)
  • 115 Ibid., no 91, p. [724], du lundi 13 novembre, Deux-Ponts, du 10 novembre.
  • 116 Ibid., no 93, du lundi 20 novembre, p. [741] : Paris, du 13 novembre.

18Le 6 novembre 1775, la Gazette des Deux-Ponts annonçait en effet la disparition du duc par ce simple avis : « S.A.S. Monseigneur le Prince Palatin, Duc régnant des Deux Ponts, est mort d’une fluxion de poitrine, dimanche dernier à deux heures & demie du matin dans son château de Pétersheim. Ce Prince était âgé de 53 ans & deux mois, étant né le 6 septembre 1722. Les larmes de ses sujets font son éloge114. » Le 13 novembre suivant, la Gazette des Deux-Ponts relatait par le détail l’ordre suivi aux funérailles du duc que l’on déposa « dans le tombeau de ses Pères » à Deux-Ponts, et concluait en ces termes : « La tristesse profonde qui régnait dans cette cérémonie lugubre, prouve suffisamment combien on regrette le plus juste des Princes & le plus aimable115. » Le 12 novembre, la cour de France rendait à son tour un hommage au duc : « La Cour a pris hier le deuil à l’occasion de la mort de feue S.A.S. Monseigneur le Duc des Deux-Ponts ; ce Prince aimable & juste emporte le regret général, qui n’est pas moins vif ici & à la Cour que dans ses propres États116. »

  • 117 Les papiers relatifs à sa succession sont conservés à Munich, GSM, dépôt des Freihernn von Gravenre (...)
  • 118 Un autre membre de cette famille, Maximilien-Joseph, dit le prince Max, fils de Frédéric-Michel et (...)
  • 119 La procuration rédigée par la comtesse de Forbach en vue de la vente de cet hôtel est datée du 6 ma (...)
  • 120 Paris, AN, MC, ET, XLVII, 299, 4 août 1778. Procès-verbaux d’enchères, de publication et d’adjudica (...)
  • 121 D’après une note portée sur l’exemplaire du catalogue de cette vente conservé à la Bibliothèque nat (...)
  • 122 Qui pourrait être identifié avec le tableau conservé aujourd’hui à Cambridge (Massachusetts, Fogg A (...)
  • 123 Lot no 60. Le Nain, « Un vieillard dormant dans un fauteuil, & une femme assise près d’un tonneau s (...)
  • 124 Lefrançois 1994, p. 228-231, cat. P. 112
  • 125 Ces tableaux sont dessinés par Gabriel de Saint-Aubin en marge de son exemplaire du catalogue de la (...)
  • 126 Bielefeld, collection particulière.
  • 127 Lot no 71. Vendu 433 livres. Un exemplaire de ce tableau se trouve aujourd’hui à New Orleans, The M (...)
  • 128 Cat. exp. Paris-New York-Détroit 1986, p. 292-293, nos 73 et 74.
  • 129 Georg-Friedrich Meyer, peintre et graveur (Mannheim, 1735-1809), membre de l’académie de Mannheim.
  • 130 Michel 2008, p. 237-238.
  • 131 L’exemplaire du catalogue de cette vente illustré de 84 croquis de Gabriel de Saint-Aubin appartien (...)
  • 132 Le duc avait épousé morganatiquement le 3 septembre 1757, une actrice, Marianne Camasse, qui devint (...)
  • 133 Rémy 1778, lots nos 3, 21, 68 et 7.
  • 134 Mannlich 1948, p. 274. Cet auteur rappelle d’une part la provenance du tableau et d’autre part qu’i (...)
  • 135 Huile sur toile, 1,23 × 0,96 m. Vente Londres, Christie’s, 29 novembre 1974, localisation actuelle (...)

19Précocement disparu, le duc des Deux-Ponts laissait une succession difficile ; en raison de sa mésalliance, ses enfants furent écartés de la succession au duché, celui-ci revenant à son neveu Charles-Auguste, qui contesta à Marianne Camasse le titre de veuve du duc des Deux-Ponts, ne reconnaissant pas les mariages antérieurs et donc les légitimations intervenues. La comtesse se retira en terre française, à Forbach, et réunit dans son château éponyme, à partir de 1775, une petite cour. L’époque française de Deux-Ponts était close. Christian IV laissait également une succession grevée de lourdes dettes qui occasionna un conflit entre ses héritiers117. On estima alors les seuls mémoires de marchands non acquittés à plus de 100 000 livres et le solde des travaux pour son hôtel parisien à 8 000 livres118. Après avoir loué, dans un premier temps, l’hôtel parisien du duc à Milord Stormont, ambassadeur extraordinaire d’Angleterre auprès de la cour de France, on prit, en février 1778, la décision de mettre en vente le fort coûteux hôtel des Deux-Ponts119. Dans la mesure où le roi avait décidé, par lettres patentes du 8 avril 1778, le « percement d’une nouvelle rue sous le nom de rue de la Michodière », sur « l’emplacement des bâtiments, cours et jardins de l’hôtel des Deux Ponts, on décida que celui-ci serait adjugé par lots120 ». Ce qui donna lieu à un volumineux dossier et nous vaut une description précise des lieux due à l’architecte Nicolas Ducret. L’hôtel se composait de « trois écuries pour dix-huit chevaux », de trois remises et, dans le bâtiment principal, à l’étage noble, de deux appartements se composant chacun d’une antichambre, d’un salon de compagnie, d’une chambre à coucher, d’un cabinet de toilette à garde-robe, et d’un troisième appartement composé de six pièces. Ce procès-verbal précise que « tous lesdits appartements sont très richement décorés en glace, menuiserie, marbres et dorures ». On procéda également, pour les mêmes raisons, à la mise en vente d’une partie de la très importante collection de tableaux réunie par le duc, dont certains demeuraient impayés. Cette vente, dirigée par Pierre Rémy, un familier du duc, comme nous l’avons dit, eut lieu à l’hôtel d’Aligre, le 6 avril 1778121. Elle se composait de quatre-vingt-deux lots de tableaux, dont trois de l’école italienne (deux Guido Reni, une Lucrèce et une Cléopâtre, et une architecture palatiale de Bibiena), quarante tableaux de l’école des Pays-Bas, parmi lesquels pas moins de cinq Teniers, dont un gravé par Daullé – ce qui donne la dimension de la collection rassemblée par le duc des Deux-Ponts –, ainsi que des œuvres de Philipps Wouverman, Van der Heyden, Adrian Van de Velde, Gérard de Lairesse, B. Breenberg, Jan Both, Gillis Van Tillborch, et Roeland Savery. Quant aux Français, il y en avait vingt-huit, parmi lesquels des œuvres de Poussin (une Vierge à l’Enfant avec saint Jean, sainte Élisabeth et saint Joseph, vendu 2 951 livres122), Le Nain123, Le Brun (Notre Seigneur bénissant le pain qui lui est présenté par un ange), Patel le père, La Fosse (Loth et ses filles), Louis de Boulogne, Jean Raoux (les Quatre âges de la vie vendus 6 461 livres), Alexis Grimou, deux œuvres importantes de Charles Coypel (Iphigénie proche de l’autel et Renaud et Armide), modèles destinés à la réalisation de tapisseries aux Gobelins124, de François Lemoyne (deux tableaux ovales, un berger et une bergère avec des moutons125), de Carle Vanloo (Une femme turque jouant du luth), Joseph Vernet (deux tableaux), et surtout onze tableaux de Boucher représentant les différentes facettes de sa production, dont le Paysage avec une ruine au lointain (Indianapolis Museum of Art), le Paysage avec un barrage126, et l’une des versions de La Surprise127. Cette forte représentation de l’artiste témoigne des liens privilégiés qui avaient uni le duc et le « peintre des Grâces128 ». Ajoutons à ceux-ci quatorze tableaux « divers », deux lots de tableaux, et, ce qui ne nous surprendra guère, vingt-trois tableaux de peintres allemands. La plupart d’entre eux étaient dus à des artistes pensionnés par Christian IV : Schutz, le paysagiste de Francfort, Brandt, Meyer129 – un peintre qu’il semble avoir particulièrement apprécié puisque, dans cette vente, ne figuraient pas moins de neuf tableaux de cet artiste – et, surtout, Mannlich, dont le duc possédait, outre les tableaux demeurés à Deux-Ponts, quatre tableaux, un Vertumne et Pomone, un Salmacis et Hermaphrodite et deux tableaux d’arabesques, sans doute des toiles décoratives. Nous avons eu l’occasion de dire ailleurs combien la vente après décès des tableaux du duc constitue un excellent indicateur du marché de la peinture allemande contemporaine sur le marché parisien130. Ces peintures, dont la plupart nous sont connues par des croquis de Gabriel de Saint-Aubin en marge de son exemplaire de ce catalogue appartenant aujourd’hui aux collections de la Bibliothèque nationale de France131 (fig. 7), provenaient, au dire des auteurs du catalogue, du Kleines Palais ou Schlösschen des Deux-Ponts (la galerie du Petit Château), qui, après la mort du duc, était revenu à la comtesse de Forbach, son épouse morganatique132. Il ne s’agissait donc que d’une partie des collections réunies par Christian IV, d’autres tableaux étant demeurés à Deux-Ponts, tels que le tableau d’Adrian Van de Velde (Berger et Troupeau) conservé aujourd’hui à la pinacothèque de Munich. Bien que nous n’ayons pas l’assurance que la composition de la collection mise en vente reflétait dans leur ensemble les achats effectués par le duc à Paris, nous y retrouvons cependant une partie des acquisitions faites dans les ventes parisiennes des années 1760-1769, dont il a été question ci-dessus, en particulier l’Architecture palatiale de Ferdinando Galli dit Bibiena, l’Iphigénie en Tauride de Gérard de Lairesse, le Loth et ses filles de Charles de La Fosse, les deux Coypel (Iphigénie proche de l’autel et Un sujet de Renaud et Armide), et l’énigmatique Grondonc représentant une Foire dans une grande place publique avec de nombreux personnages, tableau rangé parmi l’école des Pays-Bas133, ainsi que le Teniers acheté dans la boutique de Pierre Rémy134. En revanche, les deux Vernet qui figuraient dans cette vente sont dits avoir été « peints à Rome en 1749 », ce qui exclut leur identification avec la commande de 1767. Signalons parmi les autres tableaux dont l’achat n’est pas documenté Une femme turque jouant du luth de Carle Vanloo135, artiste auquel le duc était très lié. Ce tableau réapparu en vente publique à Londres en novembre 1974 chez Christie’s n’est pas localisé aujourd’hui.

Fig. 7 : Gabriel de Saint-Aubin, croquis en marge du catalogue de la vente du duc des Deux-Ponts, Paris, 1778. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE 8-YD-5342.

Fig. 7 : Gabriel de Saint-Aubin, croquis en marge du catalogue de la vente du duc des Deux-Ponts, Paris, 1778. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE 8-YD-5342.

https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10315552c

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 136 Voir Michel 2010, p. 153-369.
  • 137 Lebrun 1783. Cité dans Lefrançois 1994, p. 230.

20Par sa composition, la collection mise en vente était conforme aux grandes orientations du temps en matière de collection136, avec une place limitée de la peinture italienne, une dominante des peintres « flamands » et la présence d’œuvres des principaux représentants de l’école française. Certaines, parmi ces dernières, étaient considérées à cette époque comme des œuvres importantes dans la carrière de leur auteur, telles que les Quatre âges de la vie de Jean Raoux, le Sacrifice d’Iphigénie de Charles Coypel, à propos duquel l’expert Le Brun écrivit plus tard qu’il « n’exist[ait] gueres de Tableaux qui puissent faire une impression plus profonde que celui-ci137 », ou bien encore quelques-unes de François Boucher. La seule particularité au sein de cette collection étant la place accordée aux peintres allemands contemporains de Christian IV et dont il fut le protecteur. Notons que le choix de la place de Paris pour cette dispersion constitue une preuve supplémentaire de l’attraction du marché parisien ainsi qu’un témoignage des relations étroites que le duc avait toujours entretenues avec la capitale française. De même, le choix de l’expert Pierre Rémy pour diriger cette vente peut être interprété comme un témoignage des liens d’affaires qui existaient entre les deux hommes.

  • 138 Rappelons que ce terme s’est imposé vers 1770 et que, d’un point de vue chronologique, l’Aufklärung(...)
  • 139 Voir Schlobach 1990. On se souviendra ici des mots de Montesquieu (Montesquieu, Voyage de Gratz à L (...)
  • 140 Voir Coquery 1998 et 2011. Voir également Castelluccio 2009.
  • 141 Bender 1979, p. 22 et suiv., cité dans Mannlich 1989, I, introd., p. XI.
  • 142 Schmidt 2012, p. 179.

21On le voit par ces différents éclairages, si le duc des Deux-Ponts, souverain d’un petit État, ne peut passer pour l’un des principaux acteurs des échanges culturels entre la France des Lumières et l’Aufklärung138 et s’il ne fut pas un cas unique – Versailles et Paris exerçant alors une véritable fascination sur tous les princes des États allemands, grands ou petits139 –, il n’en fut pas moins un passeur non négligeable dans les transferts culturels entre la France et l’espace germanique, par son admiration pour l’architecture française dont témoigne la commande à Mansart de Sagonne de sa résidence de Jägersburg, par le soutien qu’il apporta à la formation de certains artistes allemands en France et à la promotion de leurs œuvres à Paris, par ses appels répétés au commerce du luxe et aux artistes français140, comme médiateur entre musique allemande et musique française et par le rôle qu’il joua dans la propagation des écrits français en Allemagne par l’entremise de la Gazette des Deux-Ponts. S’il est un jugement éloquent qui témoigne de la place éminente qu’il occupa dans ces transferts, c’est bien celui de Voltaire, qui le considérait ainsi : « C’est un prince avec lequel on devrait passer sa vie ; le type idéal du prince éclairé ; un personnage bien établi à Versailles et à Paris, dans la résidence royale et dans la capitale culturelle de la France141. » Christian IV constitue la parfaite illustration du « prince éclairé », en tension entre deux modèles culturels : les États allemands et la France des Lumières. Sa culture et ses intérêts intellectuels et artistiques sont à l’échelle et à l’image d’un « petit État » d’entre-deux, le micro duché de Deux-Ponts, c’est-à-dire entre prestige dynastique et culturel. Il est toutefois incontestable que, par son action, Christian IV contribua à améliorer l’image de son petit duché, dont les échanges avec la France étaient déjà intenses avant lui, sur les plans politique, militaire, culturel et linguistique. Et même si les résultats ne sont pas comparables à ceux obtenus par la cour de Weimar – il est vrai, un peu plus tardivement, à l’ère napoléonienne, et dans un contexte différent –, qui réussit à « restaurer l’image d’un petit État où régnait la paix, qui se consacrait en priorité au développement des arts et des sciences142 », Christian IV était parvenu à mettre en place dans son duché fortement imprégné du modèle français un « capital d’artistes et d’intellectuels », qu’il légua à son successeur.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Dufort de Cheverny Jean-Nicolas, 1909, Mémoires du comte Dufort de Cheverny, Paris, Plon, 2 vol.

Le Brun, abbé, 1776, Almanach historique et raisonné des architectes, peintres, sculpteurs, graveurs et cizeleurs […] Dédié aux amateurs des arts, Paris, Delalain, Le Jay, Vve Duchesne et Esprit.

Lebrun J. B. P., 1783, Catalogue de la vente Le Bœuf, [Paris, J.B.P. Le Brun].

La Roche Sophie von, 2012, Sophie von La Roche, journal d’un voyage à travers la France (1785), trad. et éd. Michel Lung, Thomas Dunskus et Anne Lung-Faivre, Saint-Quentin-de-Baron, Éditions de l’Entre-deux-Mers.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1863, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1753-1758), éd. Louis Dussieux et Eudore Soulié, t. XI, Paris, Firmin Didot frères.

Mannlich Johann Christian von, 1948, Mémoires du chevalier Christian de Mannlich (1740-1822), Paris, Calmann-Lévy.

Mannlich Johann Christian von, 1989, Histoire de ma vie. Mémoires de Johann Christian von Mannlich (1741-1822), éd. Karl Heinz Bender et Hermann Kleber, Trier, Spee, 2 vol. 

Rémy Pierre, 1760 (vente repoussée en 1761), Catalogue raisonné des tableaux, desseins originaux et estampes de feu M. le comte de Vence, Paris, 9-17 février 1761.

Rémy Pierre, 1760, Catalogue des tableaux des maîtres des trois écoles qui composent le cabinet de feu M. Chuberé, conseiller au Parlement…, Paris, lundi 21 janvier 1760.

Rémy Pierre, 1761, Catalogue des effets curieux du Cabinet de feu M. de Selle, trésorier général de la Marine, Paris, 1761.

Rémy Pierre, 1768, Catalogue raisonné des tableaux, groupes et figures de bronze qui composent le cabinet de feu monsieur Gaignat, ancien secrétaire du roi…, Paris, 14 février 1768.

Rémy Pierre, 1769, Catalogue de tableaux originaux des trois écoles du cabinet de M. Prousteau, Paris, 5 juin 1769.

Rémy Pierre, 1770, Catalogue raisonné des tableaux des différentes écoles […] qui composent le cabinet de M. de La Live de Jully, Paris, 5 mars 1770.

Rémy Pierre, 1778, Catalogue de tableaux originaux des grands maîtres des trois écoles, qui ornaient un des palais de feu son Altesse Monseigneur Christient, duc des Deux Ponts, Paris, 6 avril 1778.

Wille Johann Georg, 1857, Mémoires et journal de J. G. Wille, graveur du roi, éd. G. Duplessis, Paris, J. Renouard, 2 vol.

Études

Baumann Kurt, 1938, « Herzog Christian IV von Pfalz-Zweibrücken 1722-1775 », Deutscher Westen-deutsches Reich. Saarpfälzische Lebensbilder, I, p. 103-117.

Bender Karl-Heinz, 1979, « Vom Duodezfürstentum zur publizistischen Grosmachj, Pfalfz-Zweibruken in Historiographie und Korrespondenz Voltaires », Trierer Beiträge. Aus Forschung und Lehre an der Universität Trier, VI/juin, p. 19-24.

Berthold Roland, 1980, « Johann Christian von Mannlich und die Kunstsammlungen des Hauses Wittelsbach », dans Munich 1980, t. III/2, p. 356-365.

Beyer Élisabeth, 2016, « Le journal parisien 1797-1799 de Wilhelm von Humboldt ou la mise à l’épreuve de son projet d’anthropologie comparée », dans Espagne M. (dir.), La sociabilité européenne des frères Humboldt, Paris, Éditions de la rue d’Ulm, p. 13-26.

Bordeaux Jean-Luc, 1985, François Le Moyne and His Generation, 1688-1737, Paris, Arthena.

Braun Guido, 2008, « Deutsche Präsenz in Frankreich, Französische Präsenz in Deutschland von 1648 bis 1789. Uberblick und Probleme der Forschung », Francia, n35, p. 381-430.

Cachau Philippe, 2012, « Le château de Christian IV, duc des Deux-Ponts, à Jägersburg : un château français en Allemagne (1752-1756) », Francia, no 39, p. 135-165.

Castelluccio Stéphane (dir.), 2009, Le commerce du luxe à Paris aux xviie et xviiie siècles : échanges nationaux et internationaux, Berne, Peter Lang.

Castelluccio Stéphane, 2014, Le prince et le marchand : le commerce du luxe chez les marchands merciers parisiens pendant le règne de Louis XIV, Paris, Éditions SPM.

Cools Hans, Keblusek Marika et Noldus Badeloch (dir.), 2006, Your Humble Servant : Agents in Early Modern Europe, Hilversum, Uitgeverij Verloren.

Coquery Natacha, 1998, L’hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Coquery Natacha, 2000, « French Court Society and Advertising Art : The Reputation of Parisian Merchants at the End of the Eighteenth Century », dans Wischermann C. et Shore E. (dir.), Advertising and the European City : Historical Perspectives, Aldershot, Ashgate, p. 96-112.

Coquery Natacha, 2011, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle : luxe et demi-luxe, Paris, CTHS.

Dainat Holger et Vosskamp Wilhelm (dir.), 1999, Aufklärungforschung in Deutschland, Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter.

Darroussat Séverine, 2002, « Recherches autour de l’expert et marchand Pierre Rémy (1715-1797) », Bulletin de la société de l’histoire de l’art français, 2001, p. 103-123.

Décultot Élisabeth, 2009, « Wille et les livres : choix et stratégies d’un importateur d’ouvrages allemands en France », dans Décultot É., Espagne M. et Martin F.-R. (dir.), Johann Georg Wille (1715-1808) et son milieu : un réseau européen de l’art au xviiie siècle, actes du colloque (Paris, École du Louvre, 19-20 janvier 2007), Paris, École du Louvre, p. 109-123.

Dmitrieva Katia et Espagne Michel (dir.), 1996, Philologiques, t. IV : transferts culturels triangulaires France-Allemagne-Russie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Dubost Jean-François, 1993, Les étrangers en France : xvie siècle-1789, Paris, Archives nationales.

Du Colombier Pierre, 1930, L’art français dans les cours rhénanes, Paris, la Renaissance du livre.

Espagne Michel, 1999, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF.

Espagne Michel (dir.), 2005, Russie, France, Allemagne, Italie : transferts quadrangulaires du néoclassicisme aux avant-gardes, Tusson, Du Lérot.

Espagne Michel (dir.), 2006, Le prisme du Nord : pays du Nord, France, Allemagne, 1750- 1920, Tusson, Du Lérot.

Espagne Michel (dir.), 2016, La sociabilité européenne des frères Humboldt, Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Espagne Michel et Werner Michael (dir.), 1988, Transferts : les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie -xixe siècles), Paris, Recherche sur les civilisations.

Forray-Carlier Anne, 2014, « Une spécialité des Martin : la berline », dans Paris 2014, p. 183-211.

Glorieux Guillaume, 2002, À l’enseigne de Gersaint : Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame, 1694-1750, Seyssel, Champ Vallon.

Grosser Thomas, 1992, « Les voyageurs allemands en France : étude de cas et perspectives d’analyse », dans Mondot, Valentin et Voss 1992, p. 209-237.

Guiffrey Jean-Jules (éd.), 1869-1872, Collection de livrets des anciennes expositions depuis 1673 jusqu’en 1800, Paris, Liepmannssohn et Dufour, 42 vol.

Gustin Gomez Clémentine, 2006, Charles de La Fosse 1636-1716. Catalogue raisonné, Dijon, Faton, 2 vol.

Haug Geneviève et Haug Hans, 1948, Le portrait de la comtesse de Forbach par Christian de Mannlich, Strasbourg, Archives alsaciennes d’histoire de l’art / Paris, Istra (tiré à part de Trois siècles d’art alsacien, 1648-1948), p. 149-157.

Henrion Lucien, 1990, « Le Royal Deux-Ponts et les comtes de Forbach », académie nationale de Metz, p. 69-85, en ligne : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/34484.

Herda-Mousseaux Rose-Marie, 2018, « La fabrique du luxe : le paradoxe des marchands merciers parisiens », dans Paris 2018, p. 9-18.

Humboldt Wilhelm von, 2001, Journal parisien 1797-1799, trad. d’É. Beyer, Arles, Solin/Actes Sud.

Lagrange Léon, 1864, Les Vernet : Joseph Vernet et la peinture au xviiie siècle, Paris, Didier.

Lefrançois Thierry, 1994, Charles Coypel, 1694-1752, Paris, Arthena.

Levallet-Haug Geneviève, 1968, « L’hôtel des Deux-Ponts à Strasbourg », Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, XIII, p. 145-181.

Livet Georges et RAPP Francis (dir.), 1981, Histoire de Strasbourg des origines à nos jours, t. III : Strasbourg de la guerre de Trente ans à Napoléon, 1618-1815, Toulouse, Privat / Strasbourg, Dernières Nouvelles d’Alsace.

Marandet François, 2003, « Pierre Rémy (1715-1797). The Parisian Art Market in the Mid-Eighteenth-Century, » Apollo, août, p. 32-42.

Markovits Rahul, 2014, Civiliser l’Europe : politiques du théâtre français au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Mathies Ulrike D., 2004, « Houdon et les cours allemandes : au service des princes francophiles », dans Versailles 2004, p. 39-47.

Mérot Alain, 2011, Poussin, Paris, Hazan.

Meyer Jean, 1992, « Négociants allemands en France et négociants français en Allemagne au xviiie siècle », dans Mondot, Valentin et Voss 1992, p. 103-119.

Michel Patrick, 2001, « Pierre Rémy “Peintre et négociant en tableaux, et autres curiosités. Bon connoisseur” : esquisse d’un portrait », dans Mélanges en hommage à Pierre Rosenberg. Peintures et dessins en France et en Italie xviie-xviiie siècles, Paris, RMN, p. 328-336.

Michel Patrick 2007, Le commerce du tableau à Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Michel Patrick (dir), 2008a, Art français et art allemand au xviiie siècle : regards croisés, actes du colloque (Paris, École du Louvre, 6-7 juin 2005), Paris, École du Louvre.

Michel Patrick, 2008b, « Peinture allemande et goût français au xviiie siècle », dans P. Michel (dir.), Art français et art allemand au xviiie siècle : regards croisés, actes du colloque (Paris, École du Louvre, 6-7 juin 2005), Paris, École du Louvre, p. 237-238.

Michel Patrick, 2009, « Quelques marchés du tableau marginaux et périphériques dans l’Europe du xviiie siècle : Mannheim, Berne, Genève, dans Il collezionismo locale : adhesioni e rifiuti. Quaderni degli Annali dell’Università di Ferrara, Sezione Storia 7, Ferrare, La Lettere, p. 299-317.

Michel Patrick, 2010, Peinture et plaisir : les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au xviiie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Moeder Gustave, 1933, « Les princes palatins de Birkenfeld et de Deux-Ponts en Alsace », La Vie en Alsace, no 4, avril, p. 73-82.

Molitor Ludwig, 1885, Geschichte einer deutschen Fürstenstadt, Zweibrücken, Ruppert.

Mondot Jean, Valentin Jean-Marie et Voss Jürgen (dir.), 1992, Deutsche in Frankreich, Franzosen in Deutschland 1715-1789 : Institutionelle Verbindungen, soziale Gruppen, Stätten des Austausches / Allemands en France. Français en Allemagne 1715-1789. Contacts institutionnels, groupes sociaux, lieux d’échanges, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag.

Newton William Ritchey, 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles (1682-1789), Paris, Fayard.

Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, 1986, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace.

Ottomeyer Hans, 2009, « Les achats d’œuvres d’art des ducs de Deux-Ponts à Paris », dans Castelluccio 2009, p. 281-304.

Pompadour marquise de, 1878, Correspondance de Mme de Pompadour avec son père, M. Poisson et son frère, M. de Vandières, suivie de lettres de cette dame à la comtesse de Lutzelbourg, à Paris Duverney, au duc d’Aiguillon, etc., et accompagnée de notes et de pièces annexes, éd. A. Poulet-Malassis, Paris, J. Baur.

Raulet Gérard, 1995, Aufklärung : les Lumières allemandes, Paris, Garnier-Flammarion.

Réau Louis, 1928, Histoire de l’expansion de l’art français : Belgique, Hollande, Suisse, Allemagne et Autriche, Bohême et Hongrie, Paris, H. Laurens.

Roland Berthold, « Johann Christian von Mannlich und die Kunstsammlungen des Hauses Wittelsbach », dans Munich 1980, t. III/2, p. 356-365.

Roy Alain, 1992, Gérard de Lairesse (1640-1711), Paris, Arthena.

Sargentson Carolyn, 1996, Merchants and Luxury Markets : The Marchands Merciers of Eighteenth-Century Paris, Londres, Victoria and Albert Museum.

Sargentson Carolyn, 1998, « The Manufacture and Marketing of Luxury Goods : The Marchands Merciers of Late 17th-and 18th-Century Paris », dans Fox R. et Turner A. (dir.), Luxury Trades and Consumerism in Ancien Régime Paris, Aldershot, Ashgate, p. 99-137.

Schlobach Jochen, 1990, « Französische Aufklärung und Deutsche Fürsten », Zeitschrift für historische Forschung, 17, no 3, p. 327-349.

Schmidt Alexander, 2012, « Du pouvoir des “muses” : politiques des “petits États”, prestige dynastique et culturel à l’époque napoléonienne », Francia, no 39, p. 167-191.

Sgard Jean (dir.), 1991, Dictionnaire des journaux 1600-1789, Paris, Universitas / Oxford, Voltaire Foundation, 2 vol.

Stürmer Michael, 1979, « Höfische Kultur und frühmoderne Unternehmer zur Ökonomie des Luxus im 18. Jahrundert », Historische Zeitschrift, 229, p. 265-279.

Stürmer Michael, 1982, Handwerk und höfische Kultur : Europäische Möbelkunst im 18. Jahrhundert, Munich, C. H. Beck Verlag.

Syndram Dirk, 2009, « “Shopping à Paris” à la demande d’Auguste le Fort », dans Castelluccio 2009, p. 267-279.

Taddei Camille, 2012, L’hôtel Guyot de Deux-Ponts : visite au palais du gouverneur militaire de Strasbourg, Strasbourg, Éditions du Signe.

Tillmann Max, 2009, « Les achats d’objets d’art par l’électeur de Bavière pendant son séjour en France (1708-1715), dans Castelluccio 2009, p. 249-266.

Verlet Pierre, 1958, « Le commerce des objets d’art et les marchands merciers à Paris au xviiie siècle », Annales, économies, sociétés, civilisations, no 1, p. 10-29.

Willk-Brocard Nicole, 1998, « Augustin Ménageot (ca. 1700-1784), marchand de tableaux : quelques jalons », Gazette des beaux-arts, avril, p. 161-181.

Wischermann Clemens et Shore Elliott (dir.), 2000, Advertising and the European City : Historical Perspectives, Aldershot, Ashgate.

Catalogues d’expositions

Chambéry 2015 : Rois et mécènes, la cour de Savoie et les formes du rococo. Turin 1730-1750, cat. exp. (Chambéry, musée des Beaux-Arts, 3 avr.-24 août 2015), Milan, Silvana editoriale.

Kaiserslautern 1972 : Weber Wilhelm, 1972, Johann Christian von Mannlich. Maler, Architekt, Galeriedirektor und Schriftsteller, cat. exp. (Kaiserslautern, Pfalzgalerie Kaiserslautern), Zweibrücken, Stadtmuseum.

Munich 1980 : Wittelsbach und Bayern. Krone und Verfassung. König Max I. Joseph und der neue Staat, cat. exp. (Munich, 15 juin-5 oct. 1980), Munich, Hirmer Verlag, 3 vol.

Munich 1997 : Siefert Helge, 1997, Claude-Joseph Vernet 1714-1789, cat. exp. (Munich, Neue Pinakothek, 10 avr.-6 juill. 1997), Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen.

Orléans 2018 : Mesqui Viviane (dir.), De Vouet à Boucher, au cœur de la collection Motais de Narbonne : peintures françaises et italiennes des xviie et xviiie siècles, cat. exp. (musée des Beaux-Arts d’Orléans, 15 sept. 2018-13 janv. 2019), Gand, Snoeck.

Paris 2014 : Les secrets de la laque française : le vernis Martin, cat. exp. (Paris, musée des Arts décoratifs, 13 févr.-8 juin 2014), Paris, Les Arts décoratifs.

Paris 2018 : Herda-Mousseaux Rose-Marie (dir.), 2018, La fabrique du luxe : les marchands merciers parisiens au xviiie siècle, cat. exp. (Paris, musée Cognacq-Jay, 29 sept. 2018-27 janv. 2019), Paris, musée Cognacq-Jay.

Paris-New York-Detroit 1986 : François Boucher 1703-1770, cat. exp. (Paris, Grand Palais ; New-York, Metropolitan Museum of Art ; Détroit, Detroit Institute of Art, janv. 1986-janv. 1987), Paris, RMN.

Versailles 2004 : Arizzoli-Clémentel Pierre et al., 2004, Houdon 1741-1828, sculpteur des Lumières, cat. exp. (musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 1er mars -31 mai 2004), Paris, RMN.

Versailles-Munich-Londres 2002 : Salmon Xavier, (dir.), 2002, Madame de Pompadour et les arts, cat. exp. (musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ; Munich, Kunsthalle des Hypo-Kulturstifung ; Londres, National Gallery, 14 févr. 2002-12 janv. 2003), Paris, RMN.

Haut de page

Notes

1 Dubost 1993, p. 88.

2 Mathies 2004.

3 Il a été traduit pour la première fois en français par Lung, Dunskus et Lung-Faivre 2012.

4 Humboldt 2001. Voir Espagne 2016, et plus particulièrement Beyer 2016.

5 Grosser 1992. Cette présence croisée a été étudiée plus récemment et sur une période plus large par Braun 2008. Voir également Meyer 1992.

6 Grosser 1992, p. 212. Sur les achats de la cour de Munich à Paris, voir Stürmer 1982 ainsi que Tillman 2009.

7 Voir « Que faire de Louis Réau ? », journée d’études, Paris, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, 8 mars 2018.

8 Réau 1928. Voir sur la question de la francophilie des princes allemands Schlobach 1990.

9 Sur la famille de Deux-Ponts et le duc Christian IV, voir Nouveau dictionnaire… 1986, no 7, p. 634-636 (notice par Jean-Laurent Vonau) ; Baumann 1938, p. 103-117.

10 Le milieu des années 1980 vit la naissance de la recherche sur les transferts culturels à l’initiative de Michel Espagne et de Michael Werner dans le cadre d’un groupe de chercheurs du CNRS implanté à l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. M. Espagne (1999, p. 1) donne du terme « transfert culturel » la définition suivante : « Le terme de transfert culturel marque un souci de parler simultanément de plusieurs espaces nationaux, de leurs éléments communs, sans pour autant juxtaposer les considérations sur l’un et l’autre pour les confronter, les comparer ou simplement les cumuler. Il signale le désir de mettre en évidence des formes de métissage souvent négligées au profit de la recherche d’identités, d’une recherche qui vise naturellement à occulter ces métissages lorsque les identités en résultent. » Voir notamment Espagne et Werner 1988 ; Mondot, Valentin et Voss 1992 ; Espagne 1999 ; Espagne 2005 ; Espagne 2006 ; Dmitrieva et Espagne 1996. Nous renvoyons également à Michel 2008a.

11 Paris, Archives nationales (désormais AN), T 309, papiers de Marianne, comtesse de Forbach, veuve de Christian IV duc des Deux-Ponts. Mais il s’agit surtout de contrats concernant l’administration de biens fonciers de la haute Alsace et d’arrêtés de compte entre la comtesse et son fils Guillaume des Deux-Ponts ainsi que des mémoires pour fournitures datant de la période postérieure au décès du duc des Deux-Ponts. Il est question dans un arrêté de compte du 2 janvier 1780 d’une dépense de 24,19 livres pour « transport de tableaux ».

12 Sur ce personnage également duc de Bavière et prince de Birkenfeld et sa famille, on consultera le cat. exp. Munich 1980, t. III/2, et plus particulièrement p. 66-67. Il existe deux portraits du duc qui étaient présentés dans cette exposition (nos 105 et 106 du catalogue), le premier, qui le représente en chasseur, fut peint en 1757 par Johann Georg Ziesenis (Darmstadt, Schlossmuseum) ; le second, peint par J. Chr. von Mannlich, le représente avec sa femme, la comtesse de Forbach, et ses enfants (Paris, collection privée).

13 À titre de comparaison, le duché de Saxe-Gotha, autre petit État, était peuplé de 82 500 habitants en 1806 et le duché de Saxe-Weimar d’environ 120 000. Ces chiffres sont tirés de Schmidt 2012, p. 168.

14 Les princes des Deux-Ponts sont princes palatins, seigneurs de Ribeaupierre et de Ribeauvillé, électeurs de Bavière pour désigner l’empereur du Saint Empire romain germanique et princes de Wittelsbach (d’après Taddei 2012, p. 14).

15 Mannlich 1989, I, introd. p. IX.

16 Selon Hans Ottomeyer (2009, p. 282) : « Louis XV avait fait preuve d’une grande habileté diplomatique et investi beaucoup d’argent pour gagner à la France les ducs des Deux-Ponts. Il avait l’intention d’établir un royaume intermédiaire bien disposé envers la France, qui constituerait une sorte de zone tampon entre son royaume et le siège des Habsbourg en Autriche. »

17 Il s’agit du traité d’amitié signé le 30 mars 1751 et qui fut renouvelé en 1756, 1764, 1766, puis, avec le neveu du duc, en 1774 et 1776.

18 Taddei 2012, p. 13

19 Sur ce régiment formé en 1757 par le duc Christian IV du Palatinat et qui participa à la guerre d’Indépendance américaine en 1780, voir l’étude de Henrion 1990.

20 La famille ducale de Deux-Ponts, branche de la maison palatine, détenait en effet de multiples possessions en Alsace. Les princes possessionnés, chefs militaires, sont à la tête de cette société alsacienne. Ils tirent leurs revenus de leurs domaines rhénans et de leurs possessions alsaciennes. Voir Moeder 1933.

21 Notons que l’influence de Paris y resta toujours prépondérante au cours du xviiie siècle, de nombreux membres de la noblesse et de la haute bourgeoisie strasbourgeoise y possédant soit un appartement, soit un hôtel (Livet et Rapp 1981, p. 362).

22 Jusqu’en 1771, les Birkenfield, héritiers des Ribeaupierre, étaient propriétaires de l’hôtel de Ribeaupierre au quai Finckwiller.

23 Cet hôtel situé entre la rue Brûlée et la promenade de Broglie avait été construit par Marie-Joseph de Gayot de Bellombre en 1754, sur les plans de l’architecte Massol. Voir Levallet-Haug 1968, p. 145-181 et Taddei 2012.

24 C’est le prince Maximilien des Deux-Ponts qui restera le seul propriétaire de cet hôtel devenu en 1804 le palais du gouverneur.

25 Sur cette question, voir Livet et Rapp 1981, plus particulièrement le livre V (L. Chatellier, B. Vogler et M. Thomann, « Cultures, religions, sociétés : l’esprit européen ») et le livre VI (J.-D. Ludmann, « La vie artistique et l’urbanisme à Strasbourg au xviiie siècle »).

26 De la branche Birkenfeld-Bischwiller seront issus les rois de Bavière, à partir de Maximilien-Joseph, roi de Bavière de 1806 à 1825.

27 Du Colombier 1930, p. 115

28 Molitor 1885, cité par Du Colombier, 1930, p. 115.

29 Voir sur la question du théâtre et l’adaptation de la production culturelle française l’étude de Markovits 2014.

30 Ou Gazette universelle de littérature, aux Deux-Ponts, dont le titre résume clairement les objectifs et le contenu. D’après la préface du no 1 de l’année 1770 (p. 2), cette gazette avait pour ambition de dresser un « catalogue général et raisonné des productions nouvelles » parues en France et à l’étranger et ambitionnait de devenir « en quelque sorte, le dépôt commun de l’Europe savante et réunir les membres de la République des Lettres en réunissant leurs travaux ». Publiée sous ce titre entre 1770 et 1777, elle devint en 1778 la Gazette ou journal universel de littérature et son correspondant à Paris était Lacombe qui était « chargé, en tant que conseiller et imprimeur du Duc, de recueillir envois et abonnements ». D’après Sgard 1991, vol. 1, p. 507.

31 Édités pour la première fois partiellement en allemand à Berlin en 1910 sous le titre Ein deutscher Maler und Hofmann. Lebenserinnerungen des Joh. Christian v. Mannlich 1741-1822, ils furent traduits en français pour la première fois en 1948 (Mémoires du chevalier Christian de Mannlich, 1740-1822, publiés par Joseph Delage, Paris, 1948) et réédités en 1989 et 1993. Toutefois la meilleure édition reste celle de Karl-Heinz Bender et Hermann Kleber (Trier, Spee-Verlag, 1989) en deux volumes. Sur Mannlich voir Weber 1972. Mannlich occupera de 1799 à 1822 la charge de « Directeur de toutes les galeries de peintures, cabinets et collections de gravures » du Palatinat-Bavière. À ce titre, il organisera la réunion des galeries de Munich, Mannheim, Deux-Ponts, Karlsberg et Düsselforf. Selon lui, ces quelques 5 000 tableaux ne devaient plus être disposés chronologiquement par écoles et nations ; il prônait d’accrocher plutôt « les chefs-d’œuvre de toutes les écoles et époques » afin de privilégier une démonstration de la perfection en peinture.

32 Mannlich 1948, p. 23-24. Pour cet aspect de l’activité du personnage, nous renvoyons à Roland, « Johann Christian von Mannlich und die Kunstsammlungen des Hauses Wittelsbach », dans cat. exp. Munich 1980, t. III/2, p. 356-365.

33 Mannlich 1948, p. 88.

34 Celle-ci allait de la rue Neuve-des-Petits-Champs à la rue Thérèse.

35 Dans ses Mémoires, Mannlich (1948, p. 190) écrit : « Pendant les six mois de notre absence, on avait embelli et agrandi l’hôtel en surajoutant un étage à l’aile qui donnait d’un côté sur la rue Royale et, par son autre bout, dans la traversière ».

36 Munich, Geheimes Staatsarchiv München (désormais GSM), Kasten blau, no 440/11. « Contrat de vente de meubles par Mr le Duc de La Vallière à S.A.S. Monseigneur le duc régnant de Deux Ponts du 27 mars 1767. » Cet hôtel, devenu hôtel des Deux-Ponts, était situé dans l’actuel quartier de l’Opéra, dans une petite rue qui allait de la rue des Petits-Champs à la rue Thérèse. Notons qu’il existe à Spire, au Landesarchiv (V78/29), un dossier intitulé : « Hôtel Deux-Ponts à Paris » signalé par Cachau 2012, p. 138, n. 16.

37 Munich, GSM, Kasten blau, no 440/11.

38 Mannlich 1989, t. II, p. 54.

39 N’oublions pas qu’il avait épousé morganatiquement une actrice, Mlle Camasse, une danseuse de l’opéra de Mannheim.

40 Voir Espagne 1999, chap. IX, p. 179-195 ; Decultot 2009.

41 Wille 1857, t. 1, p. 130.

42 Mannlich 1948, p. 56.

43 Ministre de Christian IV, celui-ci était issu d’une famille patricienne connue en Bohême. Mannlich le qualifie dans ses Mémoires « d’austère ministre » (Mannlich 1948, p. 196). Toutes les cours étrangères avaient un représentant à Paris qui avait notamment pour fonction de passer des commandes et de rechercher des œuvres d’art. Le duché de Saxe-Gotha avait ainsi comme représentant à Paris le baron Grimm ; Caroline de Bade Fleishmann et occasionnellement Eberts ; Frédéric II s’adressait pour ses achats à Mettra. Depuis quelques années, des études ont mis en évidence le rôle et la fonction de ces agents dans les échanges interculturels. Voir notamment Cools, Keblusek et Noldus 2006.

44 Munich, GSM, Kasten Blau no 433/3, no 21, le 23 novembre 1769.

45 Mannlich 1948, p. 55.

46 Ibid., p. 61-62.

47 Ibid., p. 62, précise : « Pour ne laisser personne en doute sur le donateur, on y avait écrit en grandes lettres : “Bordure donnée par le roi à mademoiselle Clairon”. »

48 Ibid., p. 62. « Toutes les portes m’étaient ouvertes au nom du duc de Deux-Ponts que chacun connaissait, aimait et respectait. »

49 Ibid., p. 161.

50 Ibid., p. 62.

51 Kalrsrhue, Landesarchiv, Familienarchiv, correspondance de Caroline de Bade, 5A no 40, Paris, le 20 mars 1751.

52 Pompadour 1878, p. 80, 28 mars 1751, lettre à Monsieur de Vandières : « À propos, vous ne m’avez pas mandé avoir vu le prince de Deux-Ponts à Rome. Son frère régnant est ici : il a soupé chez moi en arrivant, il est aimable. »

53 Ibid., p. 108, lettre à Mme de Lutzelberg, 1er avril 1751 : « Nous avons ici depuis trois semaines le duc de Deux-Ponts ; il est on ne peut plus aimable. »

54 Logement qui n’est pas bien identifié par Newton 2000, p. 528.

55 Mannlich 1948, p. 274.

56 Le duc de Luynes écrit à propos du duc qu’il « ne vient à Versailles que pour les jours de chasse et pour souper dans les cabinets ». D’après Dussieux et Soulié 1863, t. XI, p. 152.

57 Mannlich 1989, I, introd., p. X

58 Mannlich 1948, p. 66.

59 Dufort de Cheverny 1909, I, p. 400

60 Ibid., p. 403

61 Ottomeyer 2009, p. 283.

62 Sur les achats de Max-Emmanuel, électeur de Bavière, à Paris, voir Stürmer 1979, p. 265-279 ; Tillmann 2009, p. 249-266. Pour Auguste le Fort, voir Syndram 2009, p. 267-279. En ce qui concerne cette consommation du luxe parisien par les cours étrangères, la situation de la petite cour de Deux-Ponts est comparable à celle d’autres cours d’« entre-deux » telles que Munich, Lunéville ou Turin. Pour cette dernière, nous renvoyons au catalogue de la récente exposition Rois et mécènes (voir cat. exp. Chambéry 2015). On mentionnera également le récent colloque Noblesses et villes de cour en Europe (xviie-xviiie siècles). La résidence princière, observatoire des identités nobiliaires à l’époque moderne, château de Lunéville, 3-4 mai 2018.

63 Herda-Mousseaux 2018, p. 9. Parmi l’abondante production consacrée aux marchands merciers et d’une manière plus générale au commerce du luxe, nous renvoyons à Verlet 1958, Sargentson 1996 et 1998, Coquery 2000, Glorieux 2002, Coquery 2011, Castelluccio 2014.

64 Jägersburg est un district de Homburg dans le district de Sarre-Palatinat. Nous renvoyons à l’étude très riche de Cachau 2012.

65 L’histoire de ce chantier a été retracée par Cachau 2012. Comme le souligne cet auteur (p. 136) : « Du fait de leur situation géographique, les principautés rhénanes, telle Deux-Ponts, étaient en effet plus réceptives aux modèles français que les principautés du sud ou de l’est, plus proches de l’Autriche et de l’Italie. »

66 Situé dans l’arrondissement de Kusel, en Rhénanie-Palatinat, dans l’ouest de l’Allemagne.

67 Ottomeyer 2009.

68 Munich, GSM, Bayer, Gesandtschaft, Paris 216, lettres de S.A.R. le duc de Deux-Ponts, de Deux-Ponts, le 8 mai 1741.

69 Voir notamment sur cette question Forray-Carlier 2014. Parmi les commandes les plus importantes passées à Paris par des cours étrangères figure celle de Jean V du Portugal, en 1727, de vingt-quatre berlines.

70 Munich, Staatsarchiv, Gesandtchaft 220, 17 août 1760

71 Munich, GSM, Kasten blau, no 433/3, « État de ce qui reste à payer à Paris de la part de S.A.S. Mgr le Duc de Deux Ponts, du 23 septembre 1769. »

72 Ibid., année 1771, « État de ce qui est à payer pour 1771 », et Kasten blau 433/6. « Correspondance de Mr de Pachelbel », Paris, 25 novembre 1775. Concerne des paiements par les héritiers du duc. Il existe également à Munich, GSM, Kasten blau 440/11, Gesandtchaft Paris no 191, un dossier concernant le fournisseur Bourjot.

73 Munich, GSM, Bayer, Gesandtschaft Paris no 435. Dossier concernant des « achats de livres pour la Bibliothèque de S.A.S. à Deux-Ponts ». Une copie du catalogue de cette bibliothèque très fournie en livres français est conservée à Spire, Landesbibliothek, 2a 6474 ; il est intitulé « Bibliothèque Française de Son Altesse Serenissime Monseigneur Christian IV Duc Regnant des Deux-Ponts, 1756 ».

74 D’après une lettre du 6 février 1764 (Munich, Staatsarchiv, Gesandtschhaft 221, année 1764).

75 Munich, GSM, Kasten blau no 433/3. no 9A, Paris, le 14 octobre 1769.

76 Voir Michel 2007.

77 Article traduit par les soins de mes amis Pierre (†) et Geneviève Cimaz.

78 Dans ses Mémoires, Mannlich (1948, p. 171) relate ses visites « dans les cabinets des particuliers et des brocanteurs dont MM. Rémy et Ménageot étaient les plus célèbres et les mieux fournis ». Sur les Joullain voir Michel 2007, p. 79-82 et sur Ménageot, Willk-Brocard 1998.

79 Munich, GSM, Gesandtschaft 221, lettres de M. de Pachelbel au duc des Deux-Ponts, Paris, 21 décembre 1761.

80 Sur Pierre Rémy, voir Michel 2001, Darroussat 2002 et Marandet 2003.

81 Munich, GSM, Kasten blau no 433/3, lettres de Pachelbel, no 25, « Pachelbel à Christian IV, A Paris, ce 18 octobre 1766 » : « Le Sr Remy doit avoir envoié à Votre altesse Sérenissime un Catalogue raisonné des Tableaux et autres effets qui composent le Cabinet defunt Sr Aved Peintre du Roi et de son Académie. La vente de cette collection se fera le 24 novembre prochain. »

82 Munich, GSM, Kasten blau, no 433/3, lettre de Pachelbel au duc, Paris, 15 mars 1767 : « J’ai paié au Sr Remy la Somme que Votre Altesse Sérenissime lui devoit pour emplette de tableaux » ; et Gesandtschaft 221, année 1769, le duc des Deux-Ponts à Pachelbel, de Mannheim, le 14 février 1769, avec au dos : « Je dois au Sr Remy les 1 800 livres qu’il réclame, c’est le prix d’un tableau qu’il m’a envoyé, remboursés le plustost que vous pourrez, sa demeure est rue Poupée. »

83 Mannlich 1948, p. 274-275. Il s’agit sans doute du no 5 du catalogue de la vente de 1778.

84 En 1760, le peintre Frey est chargé d’assister à une vente dans laquelle se trouvait un tableau de Wouwerman que le duc désirait obtenir et de « le pousser jusqu’à un certain prix » (Munich, GSM, Gesandtschaft 220, année 1760, Pachelbel au duc des Deux-Ponts, Paris, 15 mai 1760). À cette date, il s’agissait vraisemblablement de la vente du comte de Vence.

85 Vraisemblablement François-Bernardin Frey, maître-peintre. Cet artiste, pensionné par le duc, résidait, selon l’Almanach de l’abbé Le Brun pour l’année 1776 (p. 135), « à l’hôtel de Deux-Ponts ». Ainsi, en 1760, Pachelbel charge-t-il Frey de se rendre dans la boutique de François Joullain pour y voir certains tableaux que le duc désirait acquérir avec la consigne « de les voir et marchander comme si c’étoit pour lui » (Munich, GSM, Gesandtschaft 220, année 1760, Pachelbel au duc des Deux-Ponts, Paris, 8 mai 1760).

86 Munich, Alte Pinakothek, en dépôt au château de Schleissheim, huile sur toile, 97,5 ×131,5 cm.

87 La Fosse a abordé plusieurs fois ce thème. Voir Gustin Gomez 2006, II, cat. P. 115, Gemaldegalerie de Cassel et p. 116, Londres, coll. particulière. Sans doute le lot no 63 de la vente de 1778).

88 Rémy 1760 : lundi 21 janvier 1760 ; lots nos 1 (2 123 livres), 3 (260 livres 1 sol), 14 (1 160 livres 14 sols) et 12 (811 livres).

89 Rémy 1760 [vente en 1761], lot no 86. Selon une annotation portée sur un exemplaire de ce catalogue conservé à La Haye (RKD), ce tableau aurait été adjugé au duc de Choiseul.

90 Rémy 1761, lots nos 9 et 28. Le tableau de Lairesse n’est pas localisé aujourd’hui. Voir Roy 1992, p. 493, M. 159.

91 Karlsruhe, Generallandesarchiv Karlsruhe (désormais GAK), Familien-Archiv, papiers de Caroline de Bade, 5A no 13, lettre de Palm à Caroline de Bade, 18 avril 1762.

92 Jean-Henri Eberts, ancien banquier devenu commissionnaire, collectionneur, marchand et éditeur d’estampes. Il est, avec le graveur Wille, l’un des rouages du commerce de l’art mettant en relation la capitale avec les pays germaniques. Voir Michel 2007, p. 115.

93 Karlsrhue, GAK, Familien-Archiv, 5A 42, lettre d’Eberts à Caroline de Bade, Paris, 6 février 1767.

94 Rémy 1768, lot no 11. On pourrait y voir une œuvre d’Orazio Grevenbroeck, actif à Paris vers 1730. Dans le catalogue de la vente après décès des tableaux du duc des Deux-Ponts, en 1778, le tableau est présenté sous le nom de « Grondonc » (lot no 7).

95 Rémy 1769 ; lot no 49. Les tableaux sont aujourd’hui perdus. D’après Lefrançois 1994, p. 228, cat. P. 111 et p. 269, cat. P. 150. Le premier de ces tableaux serait le modèle peint en (ou avant) 1730, destiné à la manufacture des Gobelins.

96 Rémy 1770, lot no 61. Avec mention manuscrite « Le Duc de Deux Ponts » sur l’exemplaire de catalogue appartenant à la bibliothèque de l’INHA-collections Jacques Doucet.

97 Agrée à l’Académie royale de peinture en 1707, il y fut reçu en 1709. Sa carrière est mal connue aujourd’hui, et, malgré les fréquentes mentions de ses tableaux, seuls neuf sont identifiés, dont l’insolite Enlèvement d’Europe de la collection Motais de Narbonne. Voir Mesqui 2018, p. 228-229, cat 97 (notice de Hugo Coulais).

98 Munich, GSM, Gesandtschaft 221, années 1768-1769, n° 10, Paris, Pachelbel au duc des Deux-Ponts, [Paris], 1er février 1769 : « Le Baron de Besenval m’a dit hier à Versailles que le tableau qu’il avait commandé pour Votre Altesse Serenissime était fait, et qu’il le garderait jusqu’à son arrivée ici. »

99 Mannlich 1948, p. 91.

100 Voir Michel 2009.

101 Mannlich 1948, p. 263. Lettre du duc des Deux-Ponts à Mannlich, Deux-Ponts, le 1er décembre 1765. Il lui annonce que le marchand Vigneux vient de lui apporter ce tableau d’Avignon.

102 Lagrange 1864, p. 367, no 154. Il s’agit de Pierre Camasse de Fontenet, frère de la comtesse de Forbach, premier musicien à la Cour et attaché à la personne de Christian IV (d’après Mannlich 1948, p. 49, n. 1).

103 Lagrange 1864, p. 177-178.

104 Voir Helge Siefert, dans cat. exp. Munich 1997.

105 Mannlich 1948, p. 263-264. Lettre du duc des Deux-Ponts à Mannlich, de Deux-Ponts, le 1er décembre 1765.

106 Cat. exp. Paris-New York-Detroit 1986, p. 263.

107 J. Ch. Von Mannlich, Marianne comtesse de Forbach et ses fils Christian et Willhelm, huile sur toile, 90 × 120 cm, Paris, collection privée.

108 Mannlich 1948, p. 121. Le peintre fait allusion à une lettre du duc en date du 27 janvier 1764. Le portrait de sa femme dont il est question ici correspond en fait au Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants conservé aujourd’hui à Paris dans une collection privée. Ce tableau est reproduit dans le cat. exp. Munich 1980, III/2, p. 68, no 106. La pose de la comtesse y est, en effet, directement empruntée à celle de la marquise de Pompadour dans le tableau de Boucher.

109 Mannlich 1948, p. 121.

110 Haug G. et Haug H. 1948, p. 149-157. Voir Versailles-Munich-Londres 2002, p. 512, cat. 221.

111 Mannlich 1948, p. 109. Ce portrait a été présenté à l’exposition Madame de Pompadour et les arts en 2002 (voir cat. exp. Versailles-Munich-Londres 2002).

112 Guiffrey 1869-1872, t. XVIII, Salon de 1775, p. 12, no 21.

113 La mort de leur commanditaire étant intervenue avant la livraison des tableaux, les artistes inquiets confièrent alors la défense de leurs intérêts à Joseph Vernet, très lié avec le défunt duc, afin qu’il intercède auprès de l’héritier du duché. Nous apprenons par cette lettre que Lépicié demandait 100 louis pour son tableau, et Élisabeth Vigée-Lebrun 50 louis pour le sien. (Munich, GSM, Kasten Blau, 433/6. Correspondance de Pachelbel, 1775-1776 : lettre de Vernet à Pachelbel, du 1er juin 1775 et du même, Paris, 24 mai 1776, accompagnée des mémoires détaillés de N.-B. Lépicié et de « Mlle Vigée »). Ces faits sont rapportés dans Michel 2007, p. 159.

114 Gazette des Deux-Ponts, année 1775, no 90, du jeudi 9 novembre, p. [717], Deux-Ponts, du 6 novembre.

115 Ibid., no 91, p. [724], du lundi 13 novembre, Deux-Ponts, du 10 novembre.

116 Ibid., no 93, du lundi 20 novembre, p. [741] : Paris, du 13 novembre.

117 Les papiers relatifs à sa succession sont conservés à Munich, GSM, dépôt des Freihernn von Gravenreuth. Il y est dit que, à la suite de son décès, il s’est élevé « plusieurs differents et contestations entre son successeur Charles II, Prince Palatin du Rhin, duc de Bavière, Juliers et Bergue, Prince de Meurs etc, et sa mère et ses autres enfants ».

118 Un autre membre de cette famille, Maximilien-Joseph, dit le prince Max, fils de Frédéric-Michel et petit-fils de Christian III de Birkenfeld-Bischwiller, duc des Deux-Ponts, soldat et bâtisseur, était de l’avis de Mme d’Oberkirch un « bourreau d’argent » et laissa de nombreuses dettes. Il se distingua par ses dépenses énormes, notamment en matière d’ameublement, de costumes, de services de table acquis pour partie à Paris ou fabriqués à Strasbourg. D’après Livet et Rapp 1981, p. 311.

119 La procuration rédigée par la comtesse de Forbach en vue de la vente de cet hôtel est datée du 6 mars 1778 (Paris, AN, MC, ET, XLVII, 301).

120 Paris, AN, MC, ET, XLVII, 299, 4 août 1778. Procès-verbaux d’enchères, de publication et d’adjudications de l’hôtel des Deux-Ponts.

121 D’après une note portée sur l’exemplaire du catalogue de cette vente conservé à la Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), département des Imprimés (8°V36), la vente se monta à la somme de « 50 587 livres 17 sols ». Dans un « Arrêté de compte du 2 janvier 1780 » (AN, T 309) entre la comtesse de Forbach et son fils Guillaume des Deux-Ponts, il est dit : « Il ne sera fait ici mention que pour mémoire du produit de la Vente faite à Paris des tableaux appartenant à S.A.S. Monseigneur Christian IV et à MM. les Ctes Christian et Guillaume de Deux Ponts attendu que cet objet fait partie de la recette du Compte à rendre par Me Paulmier Notaire. Mémoire. » Dans un autre acte du 11 avril 1778 (MC, ET, XLVII, 301 : « Procuration par Mme de Forbach à M. Meynier »), elle donne procuration à Meynier avocat au Parlement « de pour elle et en son nom entendre débattre et clore et arrêter le compte de l’huissier priseur qui a fait la vente des tableaux appartenant à Madame Douairière de Deux-Ponts… ».

122 Qui pourrait être identifié avec le tableau conservé aujourd’hui à Cambridge (Massachusetts, Fogg Art Museum), huile sur toile : 98 × 129,5 cm. Voir Mérot 2011, p. 260, no 48.

123 Lot no 60. Le Nain, « Un vieillard dormant dans un fauteuil, & une femme assise près d’un tonneau sur lequel est un pot & une serviette ; cette femme fait signe d’un doigt à deux enfants de ne pas troubler le repos de leur père… », tableau qualifié « d’une touche merveilleuse & d’une bonne couleur… ».

124 Lefrançois 1994, p. 228-231, cat. P. 112

125 Ces tableaux sont dessinés par Gabriel de Saint-Aubin en marge de son exemplaire du catalogue de la vente du duc des Deux-Ponts conservé à la BNF (Yd. 5342-Rés-8°). Il s’agit en fait de Daphnis découvrant Chloé endormie et de la Rencontre de Daphnis et Chloé, deux toiles de 1721. Dans Bordeaux 1985, cat. P. 31 et P. 32 (non localisés aujourd’hui). Ils passèrent ensuite dans la collection du comte de Vaudreuil (vente 26 novembre 1787, no 70).

126 Bielefeld, collection particulière.

127 Lot no 71. Vendu 433 livres. Un exemplaire de ce tableau se trouve aujourd’hui à New Orleans, The Museum of Art. Voir cat. exp. Paris-New York-Détroit 1986, p. 98-100, no 2.

128 Cat. exp. Paris-New York-Détroit 1986, p. 292-293, nos 73 et 74.

129 Georg-Friedrich Meyer, peintre et graveur (Mannheim, 1735-1809), membre de l’académie de Mannheim.

130 Michel 2008, p. 237-238.

131 L’exemplaire du catalogue de cette vente illustré de 84 croquis de Gabriel de Saint-Aubin appartient aux collections de la BNF, département des Estampes et de la Photographie (Yd. 5342-Rés-8°).

132 Le duc avait épousé morganatiquement le 3 septembre 1757, une actrice, Marianne Camasse, qui devint comtesse de Forbach. Le duc avait fait une donation entre vifs en faveur de sa femme par acte passé à Paris devant Me Lecousturier, le 1er juillet 1765 (Munich, GSM, dépôt des Freihernn von Gravenreuth).

133 Rémy 1778, lots nos 3, 21, 68 et 7.

134 Mannlich 1948, p. 274. Cet auteur rappelle d’une part la provenance du tableau et d’autre part qu’il fut vendu à Paris après la mort du duc.

135 Huile sur toile, 1,23 × 0,96 m. Vente Londres, Christie’s, 29 novembre 1974, localisation actuelle inconnue.

136 Voir Michel 2010, p. 153-369.

137 Lebrun 1783. Cité dans Lefrançois 1994, p. 230.

138 Rappelons que ce terme s’est imposé vers 1770 et que, d’un point de vue chronologique, l’Aufklärung correspond sensiblement aux Lumières françaises. Voir Dainat et Vosskamp 1999 et Raulet 1995.

139 Voir Schlobach 1990. On se souviendra ici des mots de Montesquieu (Montesquieu, Voyage de Gratz à La Haye. Œuvres complètes, Paris, La Pléiade, 1951, t. I, p. 822) : « Versailles a ruiné tous les princes d’Allemagne. »

140 Voir Coquery 1998 et 2011. Voir également Castelluccio 2009.

141 Bender 1979, p. 22 et suiv., cité dans Mannlich 1989, I, introd., p. XI.

142 Schmidt 2012, p. 179.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Louis Tocqué, Le Duc Christian IV de Deux-Ponts, huile sur toile, 54 × 43 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3868.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 : Vue de la ville de Deux-Ponts, gravure, 1re moitié du xixe siècle. Paris, collection privée.
Crédits © Patrick Michel
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 3 : Nicolas Poussin, Adoration des bergers, huile sur toile, 97,5 × 131,5 cm. Munich, Alte Pinakothek, en dépôt au château de Schleissheim, inv. 1166.
Légende Permalien : https://www.sammlung.pinakothek.de/​de/​artist/​nicolas-poussin/​anbetung-der-hirten
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 4 : François Boucher, L’Odalisque blonde, 59 × 73 cm, huile sur toile, signé et daté 1752. Munich, Alte Pinacothek, inv. 1166.
Légende Notice : https://www.sammlung.pinakothek.de/​de/​artist/​franois-boucher/​ruhendes-maedchen
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 5 : Johann Christian von Mannlich, Portrait du duc, de la comtesse de Forbach et de leurs enfants, conservé, 1763-1764, huile sur toile, 90 × 120 cm. Paris, collection privée.
Crédits © R. Cholet
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Fig. 6 : Nicolas-Bernard Lépicié, L’Atelier de menuisier, 1774-1775, huile sur toile, 64 × 81 cm. New York, collection privée.
Crédits © Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Fig. 7 : Gabriel de Saint-Aubin, croquis en marge du catalogue de la vente du duc des Deux-Ponts, Paris, 1778. Paris, Bibliothèque nationale de France, Estampes, RESERVE 8-YD-5342.
Légende https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b10315552c
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16148/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Michel, « Christian IV, duc des Deux-Ponts (1722-1775) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 04 mars 2019, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/16148

Haut de page

Auteur

Patrick Michel

Patrick Michel est depuis janvier 2005 professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Lille, enseignant-chercheur rattaché au laboratoire IRHIS et professeur à l’École du Louvre dans le cadre du master professionnel Marché de l’art depuis 2011. Spécialiste de l’histoire du marché de l’art et de l’histoire des collections aux XVIIe et XVIIIe siècles, des arts décoratifs des XVIIe et XVIIIe siècles et des échanges interculturels entre la France et les pays du nord de l’Europe, P. Michel a été chercheur invité à l’université de Neuchâtel en 2014 et Guest Scholar en 2018 au Getty Research Center à Los Angeles.
Patrick Michel has been professor of modern art history at the University of Lille since January 2005. A lecturer and researcher attached to the IRHIS laboratory, he has taught at the École du Louvre as part of the Master of Professional Art Market degree since 2011. A specialist in the history of the art market and the history of collections in the seventeenth and eighteenth centuries, and the decorative arts of that period, as well as intercultural exchanges between France and the countries of northern Europe, Patrick Michel was invited as a visiting researcher by the University of Neufchatel in 2014 and was Guest Scholar at the Getty Research Center in Los Angeles in 2018.
Publications : Mazarin prince des collectionneurs (RMN, 1999), Le commerce du tableau à Paris dans la seconde moitié du xviiie siècle (Presses du Septentrion, 2007), Peinture et plaisir. Les goûts picturaux des collectionneurs parisiens au xviiie siècle (Presses universitaires de Rennes, 2001), Journal de voyage d’un jeune noble savoyard à Paris en 1766-1767, Joseph-Henry Costa de Beauregard (Presses du Septentrion, 2013), Art allemand et art français au XVIIIe siècle. Regards croisés (École du Louvre, 2008), Connoisseurship. L’Œil, la raison et l’instrument (École du Louvre, 2014) ; Mazarin. Les Lettres et les arts (Bibliothèque Mazarine et Éditions Monelle Hayot, 2006). patrick.michel@univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals