Navigation – Plan du site
2019

Alexandre Dufour (1759-1835), architecte de Versailles

Alexandre Dufour (1759-1835), architect of Versailles
Sandra Beaufils

Résumés

Alexandre Dufour (1759-1835) a donné son nom au pavillon qui fait pendant à l’aile Gabriel et qui a été réaménagé au cours de l’année 2015 pour accueillir les visiteurs du château de Versailles. Cet architecte est pourtant resté un quasi inconnu, les dictionnaires spécialisés ne le situant qu’en fonction de son lien avec Charles Percier et Pierre Fontaine. Après une première partie consacrée à l’éclaircissement de ses origines et à sa formation, cet article met en lumière le rôle déterminant de Fontaine dans le déroulement de la carrière de Dufour. L'article détaille les différentes fonctions qui furent les siennes. Débutant en tant que simple contrôleur des travaux sur les chantiers dont Fontaine avait la charge, Dufour fut ensuite attaché au domaine de Versailles à partir de 1808. Il y occupa successivement les postes d’inspecteur, d’architecte adjoint, et enfin d’architecte en chef, et se dévoua infatigablement durant vingt-quatre années à sa tâche, travaillant tour à tour pour l’Empereur, Louis XVIII, puis, très brièvement, Louis-Philippe. La dernière partie de cet article détaille les différents projets de l’architecte concernant le palais de Versailles pour l’Empereur, et surtout les étapes très contrariées de la construction, entre 1814 et 1829, de ce qui reste la trace la plus durable qu’il ait laissée à Versailles, à savoir le pavillon Dufour.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est issu du mémoire de 1re année de 2e cycle réalisé dans le cadre du groupe de recherche « Versailles » de l’École du Louvre en partenariat avec le Centre de recherche du château de Versailles et dirigé par Raphaël Masson et Karine Mc Grath (session 2014-2015).

Texte intégral

1Dufour est longtemps resté un nom sans visage, uniquement attaché à un pavillon de Versailles. Les travaux de modernisation réalisés en 2015 afin d’accueillir le public ont été l’occasion d’éclairer la vie et l’œuvre de celui qui fut le premier architecte de Versailles au début du xixe siècle, de résumer sa trajectoire avant son arrivée à ce poste à l’âge de quarante-neuf ans, et de définir le rôle de son ami Pierre-François-Léonard Fontaine dans sa carrière. Durant les vingt-quatre années de son activité à Versailles, Alexandre Dufour a patiemment gravi les échelons de l’administration des Bâtiments, passant du poste d’inspecteur à celui d’architecte adjoint puis d’architecte en chef, se mettant au service de l’Empereur puis du roi. De cette longue carrière, c’est la construction du pavillon Dufour, objet de bien des débats et de bien des projets, qui marque les mémoires. L’architecte avait proposé sept ébauches de transformation du palais à l’Empereur, dont cinq sont aujourd’hui conservées au service des archives de Versailles. Elles montrent un Versailles utopique et grandiloquent qui ne vit jamais le jour, mais surtout permettent de comprendre les difficultés rencontrées par Dufour devant les administrations successives. Louis XVIII, suivant les conseils de Fontaine et dans un souci d’économie, choisit finalement de terminer le Grand Projet de Gabriel : le pavillon fut détruit en 1814 et mit quinze ans à ressortir de terre, semblable en tout point à celui de l’aile Gabriel.

Une carrière tout entière marquée par l’amitié avec Pierre Fontaine

  • 1 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais AD76), 4E 02012 (1755-1759).
  • 2 Paris, Archives nationales (désormais AN), O/1/1918 (2), dans une lettre du 17 septembre 1785 adres (...)

2Alexandre Dufour est né à Rouen le lundi 17 septembre 17591 dans une famille de la bourgeoisie. Le 22 septembre, le nouveau-né est baptisé par le curé de la paroisse Saint-Denis. Son père, Georges Charles Dufour, appartenait à une famille de négociants de Rouen. Outre son métier, ce dernier occupait la charge d’administrateur de l’Hôtel-Dieu et celle de juge consul de la juridiction consulaire de la ville ; son ami Armand Thomas Hue de Miromesnil (1723-1796) précisait qu’il n’était pas riche et qu’il devait supporter le poids d’une famille très nombreuse. Il réussit pourtant à donner une « éducation convenable à des enfants nés dans une classe honnête de l’ordre de la bourgeoisie2 ».

De l’école gratuite de dessin de Rouen à l’Académie royale d’architecture à Paris

  • 3 Pelpel 1980, p. 18.
  • 4 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 39.
  • 5 AD76, L/1173, règlement de l’école de dessin imprimé vers 1750.
  • 6 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 43.
  • 7 Le Brument était un ancien élève de Jean-Baptiste Descamps.
  • 8 Morvan Becker 2010, p. 148.
  • 9 Ibid., p. 355. Il accueillera notamment Jean-Jacques Lequeu.
  • 10 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 43.
  • 11 Morvan Becker 2010, p. 356.

3Alexandre Dufour a suivi l’enseignement de l’école gratuite de dessin de Rouen3 fondée en 1744 par le peintre flamand Jean-Baptiste Descamps (1714-1791). Placée sous l’égide de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts, elle était située dans les locaux de l’hôtel de ville4. Outre les leçons de dessin, l’école dispensait chaque samedi des cours de géométrie pratique, d’architecture et de perspective5. M. Lecat enseignait l’anatomie, « science indispensable à celui qui se propose de manier le pinceau avec succès6 », et M. Bouin les mathématiques. Dans les années 1770, la classe d’architecture était confiée à Jean-Baptiste Le Brument7 (1736-1804), qui fut donc le professeur d’Alexandre Dufour8. Le Brument avait pour habitude d’accueillir certains de ses élèves dans son agence afin qu’ils y effectuent leur formation pratique9. L’enseignement dispensé avait en effet pour but de former des professionnels10 et pouvait s’assimiler à un apprentissage en alternance, système adopté également à Paris par Bachelier11.

  • 12 Ibid., p. 557. En note, il précise que le nom de Dufour a été mal retranscrit dans Gosseaume 1814-1 (...)
  • 13 Gosseaume 1814-1821, t. IV, p. 38-40.
  • 14 Morvan Becker 2010, p. 729.
  • 15 Ibid., p. 15.

4Alexandre Dufour suivit les leçons de l’école gratuite de dessin en même temps que Jean-Jacques Lequeu (1757-1826) et Guillaume Guillon-Lethière (1760-1832), et il semble avoir obtenu le prix d’architecture en 177712. Son camarade d’études Lequeu obtint des prix en 1772 et 1773 dans les classes de dessin et remporta le prix d’architecture en 1778. Guillon-Lethière, pour sa part, fut primé en 1776, 177713 et 177814. L’apprentissage du dessin et de l’architecture s’effectuait généralement entre douze et dix-huit ans15.

  • 16 Ibid., p. 729. Guillon-Lethière gagna ainsi la capitale en août 1778, où il devint l’élève de Gabri (...)
  • 17 Archives de l’Institut de France, A 24.
  • 18 Il était le neveu de Jacques-Germain Soufflot.
  • 19 Morvan Becker 2010, p. 558.

5Pour les élèves de Descamps, l’étape suivante était de se rendre à Paris pour y suivre les cours de l’Académie royale de peinture et de sculpture16 ou bien de l’Académie royale d’architecture. Lequeu est inscrit sur le registre de l’Académie en 1779 en tant qu’élève de Jacques-Germain Soufflot17 (1713-1780), mais on n’y trouve nulle trace d’Alexandre Dufour. Si l’on en croit Lequeu, son ancien camarade d’études aurait tenté, avec le soutien de leur professeur Jean-Baptiste Descamps, de se faire engager comme apprenti par François Soufflot le Romain18 sur le chantier de l’hôtel de Montholon, pour « y apprendre l’architecture et la construction19 » avant de partir pour Rome.

  • 20 Paris, AN, O/1/1918 (2), certificat daté du 12 septembre 1785. Malheureusement, le nom de son profe (...)
  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

6Une lettre du garde des Sceaux au comte d’Angiviller précise qu’il a travaillé « assez longtemps sous M. Descamps20 » avant de se rendre à Paris durant trois ans pour suivre les cours de l’Académie royale d’architecture. Jean-Baptiste Descamps joint à cette lettre un certificat dans lequel il déclare être informé par les maîtres de Dufour que le temps qu’il a employé à Paris, « tant au cabinet qu’à l’Académie21 », l’a toujours été au profit de ses études ; et que, ayant examiné ses dessins, il a remarqué des progrès tels qu’il estime que son élève peut maintenant se rendre à Rome pour y étudier les grands modèles22.

  • 23 Pelpel 1980, p. 63.
  • 24 Il était lui aussi un élève de l’école gratuite de dessin de Rouen et était en Italie en même temps (...)
  • 25 Hautecœur 1910, p. 147-165.

7Les élèves de l’Académie d’architecture, pour avoir la possibilité de se présenter au grand prix qui leur permettait d’aller à Rome, devaient être parrainés par un académicien. Celui-ci, en faisant travailler ses élèves dans son cabinet, leur apportait l’expérience pratique indispensable au complément d’une formation théorique. D’après le règlement pédagogique de l’Académie, les deux professeurs principaux devaient adopter chaque année trois élèves chacun, choisis parmi les auditeurs libres qui assistaient aux cours (qui étaient gratuits et ouverts à tous) en plus des élèves amenés par les académiciens23. Alexandre Herval24 et Alexandre Dufour se présentèrent en Italie comme « élèves de David Le Roy25 » ; on peut donc légitimement penser qu’ils faisaient partie des auditeurs de ce dernier.

  • 26 Procès-verbaux 1911-1929, p. 117. Pour des dessins d’ornements dans une frise corinthienne en 1783.
  • 27 Ibid., p. 157. Pour le dessin d’une grotte avec des cascades en 1785.
  • 28 Ibid., p. 158. En 1785, pour un édifice de caserne.
  • 29 Ibid., p. 92-95 et suiv.

8Durant les années où Dufour fut présent à l’Académie, on proposa différents programmes pour le prix d’émulation qui furent traités avec succès par Pierre-François-Léonard Fontaine26 (1762-1853), Charles Percier27 (1764-1838) ou encore Claude-Louis Bernier28 (1755-1830). Il faut noter que ces concours étaient considérés par beaucoup comme l’unique source de progrès dans les études et qu’ils pouvaient, pour certains élèves, être la seule marque de leur passage à l’Académie. En 1785, Pierre-François-Léonard Fontaine se voyait remettre un second prix pour « un monument sépulcral29 ».

Cinq années romaines avec Pierre Fontaine

  • 30 Fontaine 1987, t. II, p. 1 304.
  • 31 Henry-Gobet 2008, p. 150.
  • 32 Paris, AN, O/1/1918 (2).
  • 33 Morvan Becker 2010, p. 269.
  • 34 Henry-Gobet 2008, p. 146.

9Cette même année 1785, Guillaume Guillon-Lethière présenta son ancien camarade d’études, Alexandre Dufour, à Pierre-François-Léonard Fontaine, qui venait de remporter un second prix fort controversé. Fontaine avait senti qu’il était inutile d’espérer concourir l’année suivante pour le grand prix30 et demandé à son père une somme de 600 francs pour rejoindre l’Italie. Dufour, quant à lui, avec l’appui d’un ami de son père, le garde des Sceaux Armand Thomas Hue de Miromesnil31, avait demandé un brevet de pensionnaire du roi qui lui avait été refusé32, mais bénéficia probablement d’une aide sommaire de son père. Il faut noter ici que, parmi les quelque trois cents élèves33 ayant reçu l’enseignement de Jean-Baptiste Descamps, une quinzaine seulement se rendirent à Rome pour y compléter leur formation34.

  • 35 Claude Michallon venait d’obtenir le premier prix de sculpture de l’Académie.
  • 36 Biver 1964, p. 14.
  • 37 Garric 2012, p. 34.

10À l’automne, les deux jeunes gens prirent le coche d’Auxerre au port Saint-Paul à Paris en compagnie de Claude Michallon35 (1752-1799) et de quelques autres artistes36. Les voyageurs passèrent par Lyon, alternant par économie marche et transport fluvial, avant d’atteindre Marseille, où ils attendirent une semaine avant de pouvoir s’embarquer pour l’Italie à bord d’un petit navire marchand37.

11Les conditions climatiques forcèrent le navire à se replier à trois reprises : au port de La Ciotat, dans la rade de Toulon, puis au port de Porto Ercole. Là, Fontaine, Michallon et Dufour décidèrent de poursuivre leur voyage par voie de terre. Ils trouvèrent un guide et formèrent une petite caravane de six personnes. Le cortège traversa à gué le lac d’Orbetello, puis les forêts de Mont’Alto et la petite ville de Cornetto, passant par des chemins difficiles, rencontrant ravins et torrents. Au bout de quatre journées très éprouvantes, ils arrivèrent à Civitavecchia, où ils négocièrent le prix d’un voiturin qui les fit arriver à Rome deux jours plus tard.

  • 38 Claude Michallon étant, quant à lui, logé à l’Académie de France à Rome.
  • 39 Garric 2012, p. 35.
  • 40 Biver 1964, p. 15.

12Dans la Ville éternelle, les deux jeunes gens38 partagèrent l’étage supérieur d’une maison près de la porte Pinciana avec deux autres artistes français39. Leurs finances étant fort restreintes, Fontaine essaya de se créer quelques ressources en vendant des aquarelles de vues de Rome, et les deux amis tentèrent même leur chance à la loterie pontificale, où ils gagnèrent 20 piastres, c’est-à-dire une centaine de francs, une aubaine pour eux40 !

  • 41 Journal des artistes 1835, p. 121-122.
  • 42 Fontaine 1987, t. II, p. 1328.
  • 43 Hautecœur 1910, p. 152. L’Académie est fondée en 1757 par l’infant don Philippe, duc de Parme.
  • 44 Il semble difficile de croire les propos de Fontaine lorsqu’il écrit, dans une lettre destinée à fa (...)

13L’année suivante, Percier, Guillon-Lethière et Bernier les rejoignirent, et c’est dans un climat studieux que se noua une longue et fidèle amitié41. La même année, Fontaine devenait pensionnaire au palais de France, mais, « ne voulant pas abandonner Dufour, [il avait] conservé près de lui [s]on logement rue San Isidorio42 ». Les deux architectes étudièrent ensemble les monuments romains ; et en 1787, Alexandre Dufour, se présentant comme un élève de David Le Roy, participa au concours de l’Académie de Parme43 sans rencontrer plus de succès qu’à Paris44.

  • 45 Fouché 1904, p. 24.
  • 46 Biver 1964, p. 17.
  • 47 Garric 2012, p. 64.

14Après cinq années à Rome, Fontaine et Dufour durent rentrer à Paris. Le père de Fontaine, ruiné par la Révolution, réclamait le retour de son fils. Les deux compagnons, toujours par économie, partirent à pied à la fin de l’année 179045. Leurs chemins se séparèrent peu avant Paris, Fontaine rejoignant sa famille à Pontoise46 et Dufour regagnant la capitale, où il prit un logement rue Montmartre, près du passage du Saumon. C’est dans ce modeste appartement que Pierre Fontaine le rejoignit à la fin de l’année 1791, et ils reprirent leur cohabitation ; mais bientôt, Alexandre Dufour ayant décidé de s’embarquer pour Tobago, Fontaine offrit la place de colocataire à Percier, qui vécut dès lors avec lui47.

  • 48 Morvan Becker 2010, p. 729.

15La difficulté de commencer une carrière, les affres de la Révolution, ont peut-être motivé ce départ. On peut s’interroger sur la destination choisie par notre architecte. Peut-être est-ce son camarade de Rouen, Guillon-Lethière, né à Sainte-Anne de la Guadeloupe48, qui lui avait vanté les beautés et les agréments des Antilles.

À l’ombre de Pierre Fontaine (1801-1811)

  • 49 Les archives d’Outre-mer ne portent aucune mention de l’activité d’un Dufour durant cette période.
  • 50 Cela situe le retour de Dufour à Paris vers le mois de février 1801.
  • 51 Fontaine 1987, t. I, p. 34.
  • 52 Morvan Becker 2010, p. 55.

16On ne retrouve la mention de Dufour dans le journal de Fontaine qu’en 1801, soit dix ans plus tard, sans qu’il soit possible de savoir exactement ce qu’il fit durant cette période49. Les troubles révolutionnaires étaient passés. Le Consulat de Bonaparte se proposait d’unir les Français, qu’ils soient royalistes ou révolutionnaires, émigrés ou terroristes. Nombreux furent les exilés qui regagnèrent alors la France. Le 23 septembre 1801, Fontaine notait dans son journal que Dufour, qui était de retour de Londres depuis six mois50, était venu chercher auprès de lui « la vie qu’ils avaient passée en Italie51 ». Si l’on en croit Jean-Jacques Lequeu, Dufour aurait eu quelques activités de commerce à Londres, enseignant même à faire des armes à la française52. Cet exil de dix ans était peut-être le signe de son attachement à la monarchie ; mais, rentré auprès de son ami Fontaine, qui était devenu entre-temps l’architecte du Premier Consul, Dufour allait profiter de son soutien pour lancer sa carrière.

  • 53 Réunion des sociétés savantes des beaux-arts 1905, p. 585-586, l’article fait mention d’une date de (...)
  • 54 Outre les noms déjà cités, faisaient partie du duodi : Charles-François Callet (1755-1848), archite (...)

17Pour l’heure, ces retrouvailles enthousiasmèrent les deux amis qui, avec Percier, Bernier, Guillon-Lethière et d’autres camarades qui étaient tous en Italie durant la période 1785-1790, décidèrent de créer une société amicale, le groupe des duodi53. Les membres54 avaient l’habitude de se réunir chez un modeste traiteur parisien du boulevard Montparnasse du nom de Filard. Percier en avait dessiné l’établissement pour le frontispice d’un recueil de portraits qui fut offert à Guillon-Lethière lorsque celui-ci fut nommé directeur de l’Académie de France à Rome. À son départ, ses compagnons commandèrent leur portrait au peintre et graveur Louis-Léopold Boilly (1761-1845) et firent relier l’ensemble dans un album qui lui fut offert au dîner d’adieu du 2 juillet 1807. Y figure le portrait d’Alexandre Dufour (fig. 1), qui est probablement le seul jamais exécuté.

Fig. 1 : Louis-Léopold Boilly, Portrait d’Alexandre Dufour, gravure, in-folio. BNF, Est. NB-21-PET FOL, TESTA (Angelo), Gage d’amitié à Lethière partant pour Rome le 2 juillet 1807, portrait des douze membres du duodi.

Fig. 1 : Louis-Léopold Boilly, Portrait d’Alexandre Dufour, gravure, in-folio. BNF, Est. NB-21-PET FOL, TESTA (Angelo), Gage d’amitié à Lethière partant pour Rome le 2 juillet 1807, portrait des douze membres du duodi.

© Sandra Beaufils

  • 55 Fontaine 1987, t. I, p. 34.
  • 56 Ibid., p. 103.
  • 57 Ibid., p. 13.
  • 58 Ibid., p. 456.
  • 59 Anonyme 1905.
  • 60 Ibid., p. 740.

18Fontaine était sans doute le membre le plus influent de cette société par sa position auprès du Premier Consul, Napoléon Bonaparte, et il n’aida pas seulement Dufour. Il s’entoura de ses amis pour travailler : Bernier le seconda en tant qu’inspecteur sur les chantiers de Saint-Cloud55et du Louvre56 ; Thibault se vit accorder par Fontaine la commande des tableaux pour la Malmaison en 180057, et, en 1815, il fut nommé à l’Institut grâce à l’intervention de son ami, qui notait dans son journal qu’il y avait fallu « un peu d’intrigue58 ». Quant à Morel d’Arleux59, il aida Percier et Fontaine dans la publication des ouvrages qu’ils imprimèrent60. Dufour, on le sait, allait bénéficier de cette amitié dans son parcours professionnel.

  • 61 Fontaine 1987, t. I, p. 64.

19À partir de septembre 1801, Alexandre Dufour fut chargé par Fontaine de surveiller les travaux particuliers de sa clientèle privée, puis, à partir de 1803, il travailla sur le chantier des baraques du camp de Boulogne. En mai 1803, la paix d’Amiens étant rompue et la guerre contre l’Angleterre se préparant, les troupes françaises étaient réunies au camp de Boulogne. En juin, le Premier Consul commanda à Fontaine plusieurs baraques de bois portatives. Elles devaient le loger, lui et son état-major, sur les sites de Boulogne, d’Étaples et de Pont-de-Brique. En septembre, Fontaine présenta deux modèles en petit qui furent approuvés et rapidement exécutés en grand à Paris. Le principe semble avoir plu puisque le ministre de la Marine, Denis Decrès (1761-1820), en commanda deux autres61.

  • 62 Le fils de Jacques-François Blondel (1705-1774), professeur à l’Académie royale d’architecture en 1 (...)
  • 63 Fontaine 1987, t. I, p. 66-67.
  • 64 Elle sera désignée sous le nom de « baraque de l’Empereur » et sera détruite lors d’un incendie en (...)

20Dès la fin du mois de septembre, six baraques de bois portatives furent préparées, deux grandes de forme octogone et quatre de forme carrée. Elles furent apportées dans le jardin de Saint-Cloud, où le Premier Consul les inspecta et vit deux d’entre elles montées. Le 3 octobre 1803, elles furent chargées sur des voitures de roulage et partirent pour Boulogne. Dufour et Jean-Baptiste Blondel62 (1764-1825) étaient chargés d’aller les installer sur place. Malgré leur zèle et leur dévouement, elles ne furent montées – avec des peines infinies – que le 5 janvier 1804. « Ils ont tous été plusieurs fois sur le point d’abandonner l’entreprise63 », écrivait Fontaine ; les toitures de toile peinte étaient insuffisantes pour résister aux coups de vent, et il avait fallu les remplacer par une couverture de planches. Dufour et Blondel avaient dû batailler longtemps auprès des ingénieurs de la marine afin d’obtenir des bois supplémentaires ; mais, pire encore, la baraque du Premier Consul64, qui était située sur les hauteurs d’une falaise, était beaucoup trop exposée aux rafales venant de la mer. La construction menaçant d’être enlevée par les bourrasques, Dufour et Blondel avaient d’abord pris le parti de les amarrer par des cordes avant de les enterrer dans le sable jusqu’à hauteur des appuis de croisées. Napoléon put enfin y dormir sans danger.

  • 65 Fontaine 1987, t. I, p. 83, le 14 juillet 1804.
  • 66 Denecourt 1856, p. 28.
  • 67 Ibid., p. 87.
  • 68 Fontaine 1987, t. I, p. 229.

21Quelques mois plus tard, Napoléon Bonaparte devenait empereur et demandait à Fontaine de remettre en état le château de Fontainebleau, où une école militaire venait d’être installée, afin d’en faire une « habitation de campagne pour les jours d’automne65 ». Après la tempête révolutionnaire, le château avait été laissé à l’abandon et vidé de son riche mobilier. Il était dans un état très dégradé : les dorures et les peintures se décollaient et tombaient en lambeaux au contact de l’humidité tandis que l’eau pénétrait par la toiture trouée66. À la fin du mois de septembre 1804, apprenant que le pape devait venir à Paris pour y couronner l’Empereur, Fontaine faisait accélérer les travaux de restauration. Il se rendit sur place le 3 octobre en compagnie de Dufour, qui était invité à terminer la réfection des appartements afin qu’ils fussent en état d’être meublés. Certains marbres, comme ceux de la chapelle, qui avaient été transportés à Paris, étaient remis en place67. Dufour avait semble-il déjà travaillé sur les lieux ; Fontaine note en effet dans son journal qu’il avait été le premier inspecteur employé dans les rétablissements faits au palais de Fontainebleau pendant les années 1802-180468.

  • 69 Oudiette 1812, p. 402. Le château avait appartenu à Mme Du Barry.
  • 70 Fontaine 1987, t. I, p. 89.
  • 71 C’est-à-dire le 22 novembre 1804.
  • 72 Fontaine 1987, t. I, p. 91.

22Le 4 novembre, Fontaine reçut l’ordre de se rendre à Fontainebleau, où le maréchal Duroc devait le rejoindre, afin de visiter le palais et de constater l’avancement des réfections. Il alla de nuit au château de Saint-Vrain, près de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, où Dufour était occupé à des travaux chez M. Dumanoir, chambellan de l’Empereur69, et tous deux se précipitèrent à Fontainebleau pour y recevoir le grand maréchal du palais. Celui-ci reconnut que les appartements étaient en état d’être meublés et que, avec une somme de 100 000 francs supplémentaires, on pouvait terminer les décors pour y recevoir « dignement le pape70 ». Deux jours plus tard, l’Empereur, rassuré sur l’avancement des opérations, arrêtait la date du 4 frimaire pour s’y rendre afin d’y recevoir le souverain pontife. Fontaine et Dufour avaient dix-neuf jours pour meubler entièrement le château. Le 1er frimaire an XIII71, Napoléon et sa cour s’installaient à Fontainebleau ; 40 appartements de maîtres, 200 logements de suite et des écuries pour 400 chevaux avaient été préparés pour cet événement avec une promptitude qui avait été très appréciée72.

  • 73 Pierrefitte, AN, O/2/327, état nominatif des personnes employées dans les attributions de l’archite (...)

23Durant la période où il travailla sous les ordres de Fontaine, Alexandre Dufour fut employé comme inspecteur des bâtiments sur les divers chantiers où son ami, alors seul architecte de sa Majesté, intervenait : à Saint-Cloud, Boulogne-sur-Mer, Fontainebleau, mais aussi aux Tuileries73. Âgé de quarante-huit ans en 1807, il espérait obtenir un poste plus avantageux où il aurait pu véritablement exercer la fonction d’architecte. Une opportunité s’offrit à lui en septembre de la même année lorsque le Conseil des bâtiments civils s’occupa de faire nommer un nouvel architecte pour la ville de Marseille. Celui-ci devait réunir des qualités aussi bien morales que professionnelles et accepter de s’exiler loin de la capitale des arts. Le 28 septembre, le Conseil proposait au ministre de l’Intérieur une liste de cinq architectes considérés comme capables de réunir toutes les compétences requises.

  • 74 Pierrefitte, AN, F/21/2477, dossier no 267.
  • 75 Ibid.
  • 76 Pierrefitte, AN, F/13/1683, lettre manuscrite du 30 septembre 1807 de Fontaine au ministre de l’Int (...)

24Le nom de Dufour y figure en deuxième place après celui de l’architecte de la maison de Beaumarchais, Paul-Guillaume Lemoine le Romain. Le document précise que Dufour est allé à Rome et qu’il a été chargé pendant plusieurs années, « comme homme de confiance74 », de la direction des travaux du gouvernement. Les autres candidats sont Louis-Ambroise Dubut (1769-1846), auteur fort estimé de l’Architecture civile, parue en 1803, François-Victor Perrard de Montreuil (v. 1742-1821) et M. Colson, « architecte employé dans les domaines » (né en 1749). La décision du ministre qui devait faire son choix parmi cette liste75 fut probablement influencée par la lettre que Pierre Fontaine lui adressa deux jours plus tard. Celui-ci faisait valoir une amitié longue de vingt ans avec Dufour et soulignait que l’intendant général et le grand maréchal du palais lui avaient promis de l’attacher en qualité d’architecte au service de l’Empereur dès qu’un poste serait vacant. Fontaine termine en déclarant qu’il « ne conna[ît] personne qui soit plus digne d’occuper une place distinguée, tant par ses talents que par son mérite personnel76 ».

  • 77 Ibid., lettre manuscrite du 25 octobre 1807 de Dufour au ministre de l’Intérieur.

25Le 17 octobre, le ministre de l’Intérieur choisissait Alexandre Dufour, qui s’empressait de lui adresser ses remerciements, en se permettant toutefois de lui faire observer que Fontaine lui avait fait espérer pour ce poste un traitement de 6 000 francs et non pas de 4 000 francs, comme le ministre le lui annonçait. Il ajoutait d’ailleurs que cette somme ne faisait que suivre l’avis du Conseil des bâtiments, celui-ci estimant qu’il était difficile de trouver à moins un « artiste connu et capable qui se résolût à quitter toutes ses espérances dans la capitale pour aller occuper à deux cent lieues une place qui ne lui laisserait aucun autre espoir d’avancement ni de profit77 ».

  • 78 Il s’agit probablement du Lazaret d’Arenc, en fonction de 1663 à 1850.
  • 79 Pierrefitte, AN, F/13/1683, document émanant du bureau des bâtiments civils, daté du 21 janvier 180 (...)

26Les échanges se poursuivirent entre le maire de Marseille et le ministère de l’Intérieur, qui engageait la ville à trouver tous les moyens qu’elle jugerait nécessaires pour accorder à Dufour le traitement qu’il désirait. Le ministre de l’Intérieur consentit même à faire passer l’appointement de l’architecte de 4 000 à 5 000 francs en augmentant le budget de la ville. Dufour essaya par ailleurs d’obtenir la place d’architecte du Lazaret78 afin de compenser cette diminution, qui ne semblait pouvoir être davantage négociée. Finalement, la place n’étant pas vacante et Dufour devant se prononcer rapidement, il décida, en janvier 1808, de renoncer à cette place de premier architecte de la ville de Marseille et d’attendre une meilleure opportunité79.

Une carrière versaillaise sous la protection de Fontaine (1808-1832)

  • 80 Brault et Du Bois 1893, p. 12. Guillaume Trepsat était amputé d’une jambe depuis l’attentat du 3 ni (...)
  • 81 Fontaine 1987, t. I, p. 207.
  • 82 Ibid.

27Cette opportunité ne tarda pas à se présenter. Au mois de mars 1808, Pierre-François-Léonard Fontaine profita d’une visite de l’Empereur à Trianon pour suggérer au grand maréchal du palais de placer son ami Dufour auprès de l’architecte de Versailles, Guillaume Trepsat80(1743-1813). En effet, l’Empereur souhaitait que le palais de Trianon fût remis en état pour le mois d’août afin de pouvoir y séjourner. Doutant que Trepsat fût en état d’en diriger seul l’exécution, Dufour lui fut adjoint. Fontaine espérait lui faire obtenir enfin « l’état et le rang qu’il méritait81 » et pouvoir ainsi compter sur un collaborateur efficace et fidèle lui permettant de s’assurer une certaine autorité sur ce palais. Aussitôt la proposition acceptée, Fontaine mena Dufour sur les lieux pour y reconnaître tous les travaux qu’il serait nécessaire d’entreprendre. De retour à Paris, ils se rendirent auprès du maréchal Duroc pour en rendre compte ; et ce dernier officialisa l’accord verbal qu’il avait donné, en écrivant « sur-le-champ82 » à l’intendant général pour nommer Dufour. Pour autant, celui-ci était loin d’avoir obtenu une place équivalente à celle qu’il souhaitait en postulant à Marseille ; il n’était qu’inspecteur sous les ordres de l’architecte en titre des palais de Versailles et de Trianon. Mais il savait, tout comme Fontaine, que la situation pouvait évoluer ; Guillaume Trepsat était âgé de soixante-huit ans, et son état de santé semblait assez précaire.

  • 83 Ibid., p. 201.

28Le 31 mai 1808, l’Empereur accordait les fonds pour le rétablissement de Trianon en précisant que Dufour remplacerait l’architecte en chef si la santé de celui-ci venait à se dégrader. Fontaine regardait cet arrêté « comme une confirmation de la nomination de Dufour, qui est prêt à entrer en exercice83 », et tentait de ménager autant qu’il le pouvait la susceptibilité de Trepsat. Les deux hommes allaient devoir collaborer durant cinq ans, et Dufour s’employa avec diplomatie à atténuer les tensions qu’une telle situation ne pouvait manquer de provoquer.

  • 84 Fontaine 1987, t. I, p. 205.
  • 85 Ibid., p. 207.

29Durant cette période, l’essentiel de l’activité de Dufour se concentra sur la remise en état du palais de Trianon. Fontaine préconisait de réunir le Petit et le Grand Trianon dans un même enclos et de remettre le canal en état de recevoir les eaux84. L’Empereur souhaitait que les travaux fussent exécutés le plus promptement possible85.

  • 86 Pierrefitte, AN, O/2/158, dossiers nos 438 à 553.
  • 87 Pierrefitte, AN, O/2/159, dossiers nos 262 à 274.
  • 88 Service des archives du château de Versailles (désormais SACV), carton 1810-2.
  • 89 Ibid.

30Dufour vit sa situation évoluer assez rapidement puisqu’un décret impérial du 8 février 181086 le nommait architecte adjoint du palais de Versailles. Il progressait donc dans ses fonctions après deux ans d’un travail dévoué, même si son traitement demeurait inchangé puisqu’il ne recevait que les 4 000 francs d’un simple inspecteur87. Il devait probablement cet avancement à l’intervention de Fontaine, qui avait dû mettre en évidence les inconvénients que présentait pour les travaux de Versailles l’état physique de Trepsat. Le rapport de l’intendant général de la Maison de l’Empereur, M. Daru, daté du 7 février 181088, mentionnait en effet l’infirmité de celui-ci, qui le rendait incapable de visiter les ateliers établis sur les échafaudages. Il précisait que cette infirmité, qui le rendait « respectable89 », ne permettait pas de le réformer ; et que la solution qui s’imposait était de lui donner un adjoint afin que les travaux ordonnés par l’Empereur pussent être réalisés dans les meilleurs délais.

  • 90 Pierrefitte, AN, O/2/158, dossiers nos 438 à 553. Il est nommé par le même décret impérial que Dufo (...)
  • 91 Fontaine 1987, t. I, p. 252.
  • 92 Ibid., p. 255. Auguste Famin était affecté aux travaux du Grand Commun et de la Vénerie et Guillaum (...)

31Le rapport signale également que Dufour remplissait déjà cette fonction d’adjoint sous le titre d’inspecteur, mais qu’en cette qualité il ne pouvait contrôler ni arrêter la dépense. M. Costaz, tout juste nommé intendant des Bâtiments90 et qui ne pouvait qu’avoir été conseillé par Fontaine, avec lequel il s’était rendu à Versailles91, pensait aussi qu’il convenait de confier à M. Dufour la direction d’une partie des travaux. M. Daru entendait, en divisant les tâches entre Trepsat, Dufour et Auguste Famin92 (1776-1859), créer une sorte d’émulation entre les trois architectes qui aurait pour conséquence d’améliorer la qualité de leur service.

  • 93 Dufour estimait la dépense à 3 150 francs pour un total de 2 328 lampions. Le 30 mai, les entrepren (...)
  • 94 Pradel 1937, p. 89.
  • 95 Pierrefitte, AN, 0/2/327, devis pour les réparations des intérieurs des bâtiments sur la rue de la (...)
  • 96 Fontaine 1987, t. I, p. 266.

32L’activité de Dufour était soumise aux événements politiques. Ainsi, en avril 1811, il organisa l’illumination du palais pour le baptême du roi de Rome93 ; et quand l’Empereur décida de donner à son fils un logement digne de son rang, il dût réaménager le rez-de-chaussée de l’aile du Midi afin d’y accueillir les Enfants de France. Se voyant condamné à de simples réaménagements, il écrivit à l’intendant qu’il avait peine à croire que l’Empereur veuille entreprendre de nouveaux aménagements fort dispendieux alors qu’il restait tant de constructions importantes à faire au palais94. Il se mit pourtant à l’ouvrage, évaluant la dépense à 354 000 francs95. Fontaine note à ce sujet : « Le rétablissement de cette partie du palais ne finit pas, et ce qu’il aura coûté est inconcevable96. »

33La carrière d’Alexandre Dufour à Versailles fut définitivement scellée lorsque survint la mort de Guillaume Trepsat, le 6 novembre 1813. Un décret daté du 29 novembre de cette même année nomma Dufour architecte en chef du palais de Versailles. Le rapport de l’intendance générale de la Maison de l’Empereur soulignait que, dans les faits, il remplissait seul les fonctions d’architecte depuis le décret de 1810. L’intendant y faisait également son éloge :

  • 97 Pierrefitte, AN, O/2/262, dossiers nos 262 à 274.

Des talents distingués, un ordre extrêmement régulier dans sa comptabilité et une assiduité constante sont des qualités que l’intendant des Bâtiments de la Couronne atteste avoir reconnu dans le sieur Dufour et il le regarde, d’après l’avis des membres du Conseil des Bâtiments de la Couronne, comme l’homme le plus capable de remplir la place d’architecte de Versailles et de Trianon97.

  • 98 Paris, AN, 439 AP/1 (2), fonds Fontaine, lettre de Dufour datée du 21 mars 1832 adressée à Fontaine

34Architecte en chef de Versailles, il allait toucher un traitement de 6 000 francs annuels ; mais, bien des années plus tard, au moment de prendre sa retraite, il jugeait insuffisant ce salaire, auquel ne s’ajoutait pas de commission sur les travaux extraordinaires. Son traitement comprenait en effet la prise en charge de ses frais de bureau, le chauffage, et la rétribution d’un commis d’ordre, M. Pierre Claude Ménardy, qu’il employa à partir de cette époque. À la fin de sa carrière, et après vingt-trois ans de service au palais, il ne toucherait qu’une petite pension de 2 500 francs98.

  • 99 SACV, carton 1809-9, état général des appartements et logements des dépendances du château royal de (...)
  • 100 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 8 novembre 1813 adressée à l’intendant M. Costaz.

35Pourtant, sa nouvelle position lui apportait aussi quelques avantages. En tant qu’architecte en chef, il disposait d’un logement à l’hôtel de la Surintendance d’une superficie assez vaste puisqu’il comprenait une cuisine avec garde-manger, une pièce à armoire, une salle à manger, deux chambres à coucher avec un grand cabinet et, à l’entresol, trois chambres qui constituaient ses bureaux99. Il jouissait en outre d’un jardin anciennement attribué à son prédécesseur100.

  • 101 Biraud 2008, vol. 2. p. V. Dufour signe en tant qu’ami du marié.

36Alexandre Dufour allait désormais se consacrer entièrement aux travaux de Versailles, conservant sa place à travers les changements de régime. Il inaugurait ainsi une longue lignée d’architectes au service des Bâtiments de la Couronne, relevant d’une administration nouvelle dont le fonctionnement centralisé était particulièrement rigide et hiérarchisé. Cette nomination fut sans doute pour lui le point culminant de sa carrière. Ce n’est pas sans une certaine satisfaction qu’il signa, en 1818, comme témoin, l’acte de mariage de celui qui lui succédera quelques années plus tard, Frédéric Nepveu (1777-1862), d’un « Alex. Dufour, architecte du Roi101 ».

  • 102 Pierrefitte, AN, O/3/833, dossier no 84.
  • 103 Le prince de Poix était rentré en France avec Louis XVIII en 1814.
  • 104 Michaud 1843-1865, t. 33, p. 607 et 608. 
  • 105 Pierrefitte, AN, O/3/833, dossier no 84, lettre du 21 décembre 1816 du prince de Poix au comte de P (...)
  • 106 Fontaine 1987, t. I, p. 377.

37Alexandre Dufour fut nommé chevalier de la légion d’honneur, le 21 mai 1821102, mais on peut noter que Fontaine n’y a pas contribué. Dufour devait cet honneur au prince de Poix103 (1752-1819), qui occupait la fonction de gouverneur du château de Versailles depuis 1816104 et qui louait « son zèle, sa probité et son habileté105 », ainsi qu’au baron Mounier (1784-1843), intendant des Bâtiments depuis le 29 novembre 1813106. Les trois hommes se côtoyaient régulièrement dans le cadre des travaux du palais, et les supérieurs de Dufour ne tarissaient pas d’éloges sur ses qualités.

Les dernières années (1832-1835)

  • 107 Ibid., t. II, p. 925.
  • 108 Ibid.
  • 109 Paris, AN, 439 AP/1, fonds Fontaine, lettre de Dufour du 21 mars 1832.
  • 110 Ibid.

38Dufour consacra vingt-quatre ans au domaine de Versailles et aurait sans doute continué à s’y dévouer malgré son âge si l’administration des Bâtiments du roi n’avait subi une nouvelle réorganisation en 1832 initiée par la monarchie de Juillet. Il approchait des soixante-douze ans quand le roi décida de supprimer les postes d’architecte de Compiègne et de Fontainebleau et de les rattacher à ceux de Versailles et de Saint-Cloud. À cette occasion, Fontaine faisait remarquer que « [s]on ami Dufour, beaucoup trop âgé pour aller chaque jour de Versailles à Fontainebleau, serait mieux placé dans le Conseil de révision107 ». Le vieil architecte devait quitter son poste, mais c’était à regret108. Dufour écrivait le 21 mars 1832 à son ami qu’il ne souhaitait pas entrer au Conseil, laissant entendre que ce qui aurait pu être pris pour une distinction et un honneur ne l’était pas pour lui. Sa vue avait considérablement baissé, le forçant à utiliser une loupe en plus de ses lunettes afin de lire et d’écrire. Il ne souhaitait pas imposer son infirmité aux autres membres du comité. « Elle m’est plus supportable, disait-il, comme architecte travaillant presque toujours seul dans mon cabinet où je puis prendre mon temps et mes aises et où je puis à toute force bouloter encore un ou deux ans109. » Dufour terminait sa lettre en insistant sur le fait qu’il ne tenait pas à faire partie du Conseil : « Adieu mon ami, le papier me manque, point de Conseil des bâtiments si vous pouvez m’en débarrasser110. » Fontaine ne put lui épargner cet embarras.

  • 111 SACV, carton 1832-1, correspondance diverse 1832-1848, logements accordés par l’intendant, lettre d (...)
  • 112 Ibid., lettre du 13 novembre 1832 adressée à Nepveu.

39En 1832, lors de sa mise à la retraite, un nouveau logement lui fut attribué dans l’aile des Ministres. Dufour n’en fut guère satisfait car l’appartement était dans un état de dégradation et de malpropreté tel qu’il en était inhabitable et même dangereux. Frédéric Nepveu dut y entreprendre des travaux111 mais les deux ouvriers qui visitèrent la cave pour en constater l’état tombèrent dans la fosse d’aisance, la voûte s’étant enfoncée sous leurs pieds112.

  • 113 Ibid. Il parle d’une pension de retraite de 2 500 francs.
  • 114 , Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), acte de décès 1112525 daté du 1er février  (...)

40Les dernières années ne furent guère confortables car il était à demi-aveugle, devait se contenter d’une maigre pension de retraite113 et occuper un poste qu’il n’avait ni demandé ni souhaité. C’est au milieu de ses fonctions qu’il s’éteignit dans son petit logement, le 31 janvier 1835 ; célibataire, il avait soixante-quatorze ans. Son cousin Jean Vauquelin, ancien négociant, et son neveu Louis-Georges Levavasseur, jeune médecin de trente-cinq ans, qui vivaient tous deux à Paris, se rendirent dès le lendemain matin à Versailles pour signer son acte de décès114.

  • 115 ADY, 9Q 5402, acte de succession et d’absence pour l’année 1835.
  • 116 ADY, 3E 43/539, étude de maître Giroud-Mollier, actes de janvier à mars 1835.

41Dufour était resté proche de sa famille, faisant régulièrement des séjours à Rouen. Outre son cousin et son neveu, deux sœurs lui restaient à la fin de sa vie : Aimée Henriette Dufour, qui avait épousé Louis Levavasseur, un négociant de Rouen, et demeurait à Paris avec son fils médecin, et Sophie Dufour, célibataire comme lui, et qui vivait de ses rentes à Rouen. Elles étaient ses uniques héritières et ses biens leur revinrent. Après avoir vendu les meubles de son logement, les deux sœurs se partagèrent la succession qui s’élevait en mobilier, argent et rentes à 115 520 francs115. Maître Giroud-Mollier, qui liquida la succession, précise qu’aucun inventaire après décès n’avait été fait116 et que, le 10 février 1835, M. Léon Leclerc, clerc de notaire à Versailles, lui remit le testament qu’Alexandre Dufour avait déposé dans son cabinet le 18 juin 1834.

  • 117 Ibid.

42Ce document éclaire un peu mieux les dernières années de sa vie. Dufour avait à son service une veuve Dufriches, « femme de confiance117 », à laquelle il léguait une rente viagère de 500 francs sur sa propriété de Limours. Il lui laissait de surcroît tous les meubles de la chambre où elle logeait chez lui. Dufour employait également une bonne de service, Virginie Feuilleret, à laquelle il destinait la somme de 500 francs. Il prenait soin par ailleurs de faire remettre à son ancien commis d’ordre, Pierre Claude Ménardy, qui logeait à la Petite Venise, la somme de 1 000 francs. Enfin, il léguait la même somme à une dame, veuve Tricotel, en reconnaissance des soins qu’elle lui avait prodigués durant sa longue maladie. Ces différents legs devaient être payés par ses héritiers avec l’argent que l’on trouverait chez lui à son décès, ou bien avec les placements qu’il avait dans les fonds publics. Il souhaitait d’autre part que son enterrement fût organisé avec décence mais sans aucun luxe, et que la dépense n’excédât pas la somme de 500 francs. On peut voir ici que s’il s’était plaint de son traitement annuel de 6 000 francs, celui-ci lui avait tout de même permis d’acquérir une propriété et de faire quelques placements ; il restait ainsi dans cette classe de la bourgeoisie modeste mais de bonne tenue à laquelle avaient appartenu ses parents et sa famille.

Les travaux et les jours versaillais

  • 118 Pelpel 1980, p. 36.
  • 119 Ibid., p. 68.
  • 120 Gallet 1995, p. 338.

43La formation qu’avait suivie Alexandre Dufour lui permettait d’intégrer le poste d’architecte au sein des Bâtiments du roi. Cette fonction, après la Révolution comme sous l’Ancien Régime, impliquait l’abandon du droit d’entreprendre et imposait à l’architecte l’établissement de plans et de devis suffisamment détaillés pour établir un contrat ferme avant le début de la construction des bâtiments. La reconnaissance sociale était à la mesure de ces grandes responsabilités ; les architectes de l’Empereur ou du roi touchaient les gages les plus élevés, et ils étaient souvent logés aux frais de l’État118. Si les études d’architecture étaient d’un accès assez aisé, elles offraient peu de débouchés réels119. Certains, comme Jean-Jacques Lequeu, ne réussirent jamais à se créer une position libérale ; celui-ci dut se contenter d’une place de dessinateur du cadastre puis de cartographe, achevant sa carrière avec une modeste pension annuelle de 668 francs120. La plupart des élèves qui avaient suivi la formation de l’Académie royale d’architecture venaient ainsi gonfler les rangs d’une administration qui les employait assez peu. Le cas d’Alexandre Dufour est donc particulier ; c’est celui d’un homme qui, avec une ténacité remarquable, sut profiter des appuis qui s’offraient à lui pour construire sa carrière et obtenir l’un des plus hauts postes existant à cette époque dans sa profession.

  • 121 Qui comprend le compte des journées de travail, leur logement, le remplacement du personnel malade (...)
  • 122 SACV, carton 1809-3, procès-verbal du 13 août 1823 : remise de la maison Ripaille à M. André-Jules (...)
  • 123 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier, intendant des Bâtiments du 19 janvier 1814 ad (...)
  • 124 Ibid., lettre du baron Mounier du 23 mai 1814 adressée à Dufour, lui annonçant leur visite.
  • 125 Ibid., lettre du baron Mounier du 11 décembre 1815 adressée à Dufour.
  • 126 Ibid., lettre du baron Mounier du 20 décembre 1815 adressée à Dufour.
  • 127 SACV, carton 1818-1, lettre du 1er juin 1818 qui évoque des ouragans ayant causé des dégâts aux moi (...)
  • 128 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 10 mars 1815 adressée à l’intendant.
  • 129 Ce tableau représentait la famille du Grand Dauphin, fils de Louis XIV et était accroché dans le sa (...)
  • 130 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 10 janvier 1814 adressée à l’intendant.
  • 131 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 12 juin 1811 adressée à l’intendant.

44Les fonctions de Dufour en tant qu’architecte furent extrêmement variées au cours de ses vingt-trois années de carrière, et cela en raison de l’ampleur du domaine de Versailles. Outre la gestion du personnel121, il effectuait les procès-verbaux de mise en possession des bâtiments appartenant au domaine de Versailles122. Il veillait à leur sécurité en les prémunissant contre les incendies123 et avait aussi pour tâche de faire jouer les eaux de Versailles pour l’Empereur, le roi ou les princes et dignitaires qui venaient expressément au château dans ce but, comme lord et lady Castlereagh ou le prince Frédéric d’Orange124, mais aussi pour les habitants de la ville de Versailles, notamment à l’occasion de la fête du roi. Chaque hiver, en fonction des conditions climatiques, les glacières du domaine étaient remplies par ses soins125 ; et, à partir de 1815, il fut chargé de visiter les fermes et bâtiments ruraux situés dans la division de Versailles afin de dresser des devis de réparation126. Lorsqu’un ouragan frappait le château, et ils furent nombreux durant son service127, il dressait l’état des lieux et rédigeait les devis de réparation128. S’il avait connaissance d’un tableau de Rigaud129 ayant appartenu à la famille royale, il en informait immédiatement le baron Costaz, pensant qu’il serait agréable au roi d’entrer en sa possession130. Il s’occupa même de cygnes arrivés de Rambouillet sans être annoncés et sans que l’on sache qui en aurait la charge, donnant des ordres pour qu’on les nourrisse parce que, écrivit-il à l’intendant, « il faut qu’ils vivent en attendant votre décision131 ».

  • 132 Ibid., lettre de Dufour du 28 mai 1811 adressée à l’intendant.
  • 133 Fontaine 1987, p. 266.
  • 134 SACV, B 22. Note de Dufour : « Depuis 1810 jusqu’en 1814, on ne s’est occupé que de la restauration (...)
  • 135 Les peintures et les dorures furent restaurées.
  • 136 Pierrefitte, AN, O/3/1221. Un crédit spécial de 50 000 francs avait été alloué pour sa remise en ét (...)

45Une grande partie de son activité consista à restaurer et à remettre en état les jardins, le château et ses dépendances. Si l’Empereur avait fait réaliser des travaux d’aménagement à l’intérieur du château, supprimant le musée établi dans les grands appartements du palais132 et installant une maison d’éducation pour les princes de la famille impériale133, l’essentiel des interventions s’étaient concentrées sur l’extérieur des bâtiments134. C’est avec le retour du roi que l’aménagement et les décors des appartements furent entrepris. On restaura ainsi la galerie, les Grands Appartements135 et la chapelle136. La restauration des décors étaient particulièrement urgente, comme le souligne le peintre Jean-Louis Ducis (1775-1847) en évoquant le travail des peintres restaurateurs :

  • 137 Cazes et Noël 1910, p. 155.

Quand ils sont sur leurs échafauds, s’il leur arrive d’éternuer, de se moucher ou de tousser un peu fort, il leur tombe des Vénus, des Mars, des Renommées avec leurs trompettes, et toute la gloire de ce Grand Siècle de Louis XIV, obscurcie de poussière et enveloppée de toiles d’araignée137.

  • 138 Sa correspondance est presque journalière avec l’intendant.
  • 139 Pierrefitte, AN, O/3/1221, lettre de Dufour du 1er octobre 1811 adressée à l’intendant.

46Outre la supervision des travaux décidés par l’Empereur puis par le roi pour le domaine de Versailles et ses dépendances, l’une de ses principales fonctions était de proposer des éléments de budget, et notamment des devis, qui étaient ensuite soumis à l’intendant et au Conseil des bâtiments pour être révisés. Il s’en occupait d’ailleurs déjà en tant qu’architecte adjoint. Ainsi, à l’automne 1811, il avait adressé à l’intendant138 un document très détaillé pour le budget de 1812, justifiant chacune des dépenses, qu’il évaluait au plus juste. Le document comprenait une partie dédiée aux entretiens du château, parcs et jardins, et une autre concernant les travaux extraordinaires139.

  • 140 Ibid., lettre de Dufour du 14 mars 1812 adressée à l’intendant.
  • 141 Ibid., budgets accordés sous l’Empire pour les travaux du palais de Versailles entre 1810 et 1814.

47Mais ce n’étaient que des propositions. L’architecte n’était pas maître du budget qui lui était accordé ; et celui-ci une fois décidé, il devait se plier aux contraintes que les restrictions ne manquaient pas de provoquer. À propos de l’exercice 1812, Dufour avait écrit à l’intendant que le peu de fonds accordés pour la restauration du palais le forçait à choisir parmi les réparations les plus urgentes. En effet, sur les presque deux millions qu’il espérait, seuls 300 000 francs lui avaient été alloués140. Cette négociation reprenait chaque année ; car, sous l’Empire, les budgets accordés ne cessèrent de diminuer141.

L’arpenteur de Versailles

48Dès les premiers temps de son arrivée à Versailles, Alexandre Dufour s’était employé à réaliser les plans du château, de ses dépendances et des eaux des jardins et bâtiments, qui forment trois recueils aujourd’hui conservés par les archives du château de Versailles. L’initiative semble entièrement lui appartenir.

  • 142 SACV, B 22, recueil de tous les plans du château de Versailles et des ailes des Ministres faits par (...)
  • 143 Peintre, graveur, dessinateur et paysagiste. Jean Chaufourrier a collaboré avec Le Nôtre.
  • 144 SACV, B 15, recueil des plans des distributions du chasteau et jardins de Versailles Trianon et la (...)

49Le premier de ces recueils142 réunit tous les plans du château de Versailles et des ailes des Ministres qu’il a éxécutés entre 1809 et 1823, auxquels il joignait différents projets de restauration de la façade sur la ville. Quelques ouvrages avaient été édités avant cela : en 1716, Les plans, profils et élévations des villes et château de Versailles, puis, en 1720, un Recueil des plans des château et jardins de Versailles de Jean Chaufourrier143 (1679-1757) composé pour Louis-Antoine de Pardaillan, duc d’Antin, surintendant des Bâtiments du roi (1665-1736). Il existait en outre un Recueil des plans des distributions du château et jardins de Versailles Trianon et la Ménagerie réalisé en 1732 par Jacques Dubois144, géographe arpenteur du roi, et dont les premières pages étaient consacrées au château. Certains de ces plans, dont Dufour avait probablement connaissance, sont très proches de ceux qu’il a lui-même réalisés, les normes de représentation des dessins d’architecture n’ayant pas évolué. Mais ils n’étaient plus d’actualité depuis la construction de l’aile Gabriel, en 1771-1775. Le recueil de Dufour porte la mention de remises successives, en 1832 à Frédéric Nepveu, puis en 1848 à Émile Leblanc. L’architecte de Versailles se proposait de faire ici un historique des changements qui avaient eu lieu entre 1814 et 1815.

  • 145 Fils de Charles-Philippe de France, comte d’Artois (futur Charles X), et de Marie-Thérèse de Savoie
  • 146 SACV, B 22, nos 4, 5, 6, 7.
  • 147 De l’entresol à l’attique.
  • 148 SACV, B 22, nos 8 à 16.
  • 149 Ibid., nos 17 à 27.
  • 150 Ibid., nos 28 à 35.

50Les premiers feuillets du recueil concernent le plan du rez-de-chaussée du palais présenté dans ses trois états successifs : les anciennes distributions précédant la restauration de 1814, les distributions des appartements telles qu’elles avaient été arrêtées par le roi en 1814 (une inscription précisant que M. le duc de Berry145 (1778-1820) devait occuper l’ancien appartement de M. le comte d’Artois au premier étage de l’aile du Midi). Le dernier plan, réalisé en 1815, est annoté par l’architecte, qui fait état des changements les plus notables apportés pendant la restauration de 1814. Ils consistèrent dans l’ouverture d’un passage (marqué « A ») permettant de rejoindre directement la cour des Cerfs (fig. 2), dans l’agrandissement de la cour précédant celle-ci, et dans la suppression de petites constructions qui obscurcissaient l’ensemble. On avait également pratiqué l’ouverture d’une porte pour donner à Monsieur une entrée à couvert dans ses appartements. On avait supprimé les colonnes accouplées qui tombaient en ruine et on avait enfin procédé à la démolition du pavillon de la Vieille Aile, qui avait été remplacé par un pavillon semblable à celui de l’Aile neuve à droite. Les plans suivants146 répertorient chacun des niveaux147 du palais, de l’aile nord du château148, de l’aile du Midi149 ainsi que de l’aile des Ministres côté nord et côté midi150.

Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles, réalisé en 1815 après la restauration de 1814 (passage « A » vers la cour des Cerfs indiqué en rouge). Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 3.

Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles, réalisé en 1815 après la restauration de 1814 (passage « A » vers la cour des Cerfs indiqué en rouge). Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 3.

© SACV

  • 151 Ibid., no 38.
  • 152 Ibid., no 39.
  • 153 Ibid., no 40.
  • 154 Ibid., nos 36 et 37.
  • 155 Ibid., no 42.
  • 156 Ibid., nos 43 et 48.
  • 157 Ibid., no 44.
  • 158 Fontaine 1987, t. I, p. 179.

51Dans la dernière partie du recueil, Dufour insérait les projets présentés à l’Empereur : celui d’Ange-Jacques Gabriel151 (1698-1782), ainsi que ceux qui avaient été réalisés en 1780 à la demande de M. d’Angiviller, comme ceux de Pierre-Adrien Pâris152 (1745-1819) et ceux de Nicolas-Marie Potain153 (1723-1790). On y trouve également les projets de Jean-François Heurtier154 (1739-1822), avec les plans du rez-de-chaussée et du premier étage, de Jacques Gondoin155 (1737-1818), et trois projets de Fontaine : deux fondés sur celui de Gabriel, revu et corrigé par ses soins156, ainsi que le premier qu’il avait présenté à l’Empereur157. D’autres plans avaient été soumis à Bonaparte, comme ceux de MM. Peyre frères, Étienne-Louis Boullée (1728-1799), Jean-Jacques Huvé (1742-1808) et Charles François Darnaudin (1741-1805) ; huit de ces projets datant de 1780, qui figurent dans l’inventaire des pertes de Fontaine en 1848, ne se retrouvent pas dans le recueil composé par Dufour. De même, le projet proposé par Guillaume Trepsat en novembre 1807 en est absent158, alors qu’on ne compte pas moins de cinq plans de la main de Dufour.

  • 159 SACV, B 23, recueil des plans des dépendances du château de Versailles depuis 1811 jusqu’en 1830.

52Réalisé entre 1811 et 1830 sur le même principe que le recueil précédent, Dufour a réuni dans un second recueil tous les plans des bâtiments dépendant du domaine159. Il débutait par une vue générale de la ville de Versailles en 1811 (fig. 3) ; à la suite, une table énumérait tous les plans répertoriés. On trouvait le réservoir de l’aile du Nord avec les bâtiments qui y étaient adossés, le rez-de-chaussée du bâtiment des Roulettes et l’orangerie de Versailles ainsi qu’un ensemble de plans pour la Grande et la Petite Écurie.

Fig. 3 : Plan du Petit Parc et de la ville de Versailles (en 1811) sur lequel sont tracées les fermes de Satori, de la Ménagerie et de Gally, les propriétés de MM. Décubière, Féburier et de l’Hermitage, 1811-1830, 99 × 51 cm. Service des Archives du château de Versailles, B 23 n01.

Fig. 3 : Plan du Petit Parc et de la ville de Versailles (en 1811) sur lequel sont tracées les fermes de Satori, de la Ménagerie et de Gally, les propriétés de MM. Décubière, Féburier et de l’Hermitage, 1811-1830, 99 × 51 cm. Service des Archives du château de Versailles, B 23 no 01.

© EPV / Christophe Fouin

  • 160 SACV, inv. 1866 n3, recueil de plans relatifs aux eaux des jardins et bâtiments des châteaux de Ver (...)
  • 161 Garric 2012, p. 44.
  • 162 Ibid., p. 47.

53Dans le dernier recueil de plans160, réalisé entre 1809 et 1830, Dufour s’intéresse aux systèmes d’alimentation des eaux de Versailles. Pierre Fontaine, dont le père avait été fontainier, s’y intéressait lui-même beaucoup ; il s’était lancé pendant son séjour en Italie dans une enquête sur les eaux et les égouts de Rome161. Si l’on sait que Fontaine avait alors été aidé dans cette entreprise par Jacques Charles Bonnard (1765-1818), lauréat du prix de Rome en 1788162, il est permis d’imaginer qu’il avait également été secondé par son ami Dufour. Le recueil comprend quarante-six plans, parmi lesquels on trouve différents bosquets, bassins et réservoirs des jardins de Versailles. Comme son titre l’indique, ce recueil a pour but de détailler l’alimentation en eau des différents bassins du parc et des bâtiments. Dufour applique ici les principes de l’enseignement reçu à l’Académie royale d’architecture, en combinant des qualités d’architecte à celles d’ingénieur.

  • 163 Les bassins du Dragon, des Lézards, de Neptune, des Quatre-Saisons, de la Pyramide, de la Colonnade (...)

54Pour le bosquet des Bains d’Apollon (fig. 4) comme pour l’ensemble des autres plans163, l’architecte explique avec force précisions le système d’alimentation des effets hydrauliques à partir du réservoir de l’aile du Palais. Toute l’eau provenant des diverses chutes s’écoule dans un aqueduc menant au réservoir supérieur du clos des Jambettes. Des pierrées servent à vider l’eau dans l’aqueduc, alors qu’une autre conduite alimente le grand dégueulard et la langue placée derrière le groupe des chevaux à droite. De petites conduites servent à vider entièrement l’eau de la grotte dans l’aqueduc, tandis qu’une autre alimente la fontaine du petit escalier, la langue au pied des chevaux à gauche, la cuvette de la grande chute et la fontaine du grand escalier composant la cascade sur le côté droit de la grotte. Enfin, une autre canalisation, aplatie à son extrémité, sert à former la grande langue qui est la plus haute et la plus belle chute d’eau du rocher puisque cette eau tombe d’abord sur une bâche avant de retomber dans le bassin.

Fig. 4 : Coupe du bassin du bosquet des Bains d’Apollon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 39. 1809-1830.

Fig. 4 : Coupe du bassin du bosquet des Bains d’Apollon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 39. 1809-1830.

© SACV

  • 164 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 1er novembre 1811 à l’intendant.
  • 165 Un livre ayant appartenu à Dufour et traitant de ce sujet est conservé à la bibliothèque municipale (...)
  • 166 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 7 mai 1812 à l’intendant.

55On ne jouait jamais les eaux sans avoir des réparations à faire ; elles avaient été si souvent jouées en 1811 que Dufour notait alors avoir épuisé et même dépassé les 4 000 francs d’entretien qui avaient été alloués à ce poste164. Il avait particulièrement étudié les jeux d’eau du parc165 en y faisant diverses expériences avec son collègue Famin, et il en avait adressé un rapport détaillé au baron Costaz en mai 1812166. Dufour alertait l’intendant de l’état de dégradation avancé du réservoir de l’aile qui nécessitait des réparations indispensables. L’enquête avait également révélé une usure importante des différentes soupapes d’alimentation ; celle du bassin de Neptune avait provoqué une inondation du jardin lors des derniers jeux d’eau.

56Les jeux d’eau de Versailles faisaient depuis toujours la renommée du palais et demandaient un entretien permanent. L’Almanach des plaisirs de Paris et des communes environnantes, publié en 1815, évoque le spectacle des Grandes Eaux, qui faisait partie des distractions les plus prisées pendant l’été :

  • 167 L’Almanach… 1815, p. 148-149.

Les bosquets, enrichis de fabriques élégantes et pittoresques, sont encore une des curiosités de Versailles. Si l’on y ajoute le palais enchanteur du petit Trianon, le spectacle des grandes eaux, qui se renouvelle plusieurs fois pendant la belle saison, et celui du tapis vert, foulé tous les dimanches par un grand nombre de femmes jolies et élégantes, on conviendra que Versailles mérite, plus que tout autre endroit, d’attirer la foule des curieux167.

Au service de l’Empereur

  • 168 Bauchal 1887, p. 646.
  • 169 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 2 janvier 1811 à l’intendant.
  • 170 Ibid., lettre de Dufour du 18 mai 1811 à l’intendant.

57Il existe peu de publications témoignant de l’activité de Dufour à Versailles. Charles Bauchal, dans son Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, publié en 1887, rapporte que l’une de ses premières réalisations fut de prolonger le boulevard de l’Impératrice168. Ces travaux débutèrent en février 1810 par un projet de grille. Il s’agissait de fermer l’accès aux deux Trianon, qui avaient été réunis dans un même enclos, un arrêté en ayant interdit le passage aux charrettes et aux grosses voitures169. Le passage était mal commode pour les voitures, qui devaient tourner dans un espace trop resserré, et l’Empereur lui-même en avait fait la remarque lors de son dernier passage, où les huit chevaux de son équipage s’étaient enchevêtrés dans leurs harnais ; on avait dû s’arrêter pour prendre le virage170. La solution était de prolonger en ligne droite le boulevard de l’Impératrice jusqu’à la rencontre du chemin de Trianon puis jusqu’à la rue de Maurepas, ce qui permettait à l’Empereur d’arriver en droite ligne à Trianon sans emprunter le tournant trop raide de l’avenue Saint-Antoine.

  • 171 Fennebresque 1889, p. 77.
  • 172 Ibid., p. 87.
  • 173 Fontaine 1987, t. I, p. 202.

58Quant au canal du château de Versailles, il n’était plus en état de servir depuis 1788 déjà ; il avait besoin de réparations toujours remises à plus tard171. Durant la tourmente révolutionnaire, il avait été mis à sec, les herbes y avaient poussé, et les eaux de pluie l’avaient transformé en marécage172. Lorsque l’Empereur vint à Versailles le 11 mars 1808, il déclara que le plus important était de finir le Grand Canal ; car ni Versailles ni Trianon n’étaient agréables sans cet ornement : « Si l’on veut réparer Versailles, il faut faire comme dans tous les autres palais en commençant par s’y mettre. La première dépense sera de mettre de l’eau dans le Grand Canal173. »

  • 174 Ibid., p. 207.
  • 175 Ibid., p. 208.
  • 176 Ibid., p. 215.

59Le 24 mars, Fontaine, Gondoin et le grand maréchal du palais allèrent visiter le Grand Canal. Gondoin pensait que l’installation pouvait être remise en eau sans dépense ou à peu de frais, tandis que Fontaine considérait comme nécessaire de remettre d’abord le canal dans son état d’origine, ce qu’il estimait à au moins 800 000 francs. Il ne souhaitait pas laisser les abords dans l’état de dégradation où ils se trouvaient, de crainte que des partisans du pittoresque n’en vinssent à proposer de faire un canal à l’anglaise. Finalement, le peu de temps imparti aux travaux fit pencher en faveur du projet de Gondoin, alternative provisoire avant la restauration totale du canal. Nous étions en mars, et l’Empereur désirait habiter Trianon pour le mois de juin174. Le 8 avril, le Grand Canal commençait à se remplir175 ; durant l’été, l’Empereur put en parcourir les bords en calèche176.

  • 177 SACV, carton 1809-2, entretien des eaux de Versailles et dépendances pendant le 3e et le 4e trimest (...)
  • 178 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 23 février 1809 à l’intendant.
  • 179 Pradel 1937, p. 86.
  • 180 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 1er mars 1810 à l’intendant.
  • 181 Ibid., lettre de Dufour du 7 avril 1810 à l’intendant.

60En 1809 commencèrent de plus grands travaux, avec cette fois un budget de 20 000 francs. Dufour, qui n’était qu’inspecteur à cette époque, en supervisa le bon déroulement. On s’employa d’abord à faire curer et nettoyer le canal et son aqueduc177. L’année suivante, on s’occupait des plantations et de l’arrangement des avenues, l’Empereur ayant ordonné que des peupliers fussent plantés178 à la place des ormes de l’an IX, précisant qu’il voulait des plantations « absolument telles qu’elles étaient autrefois et qu’il ne [fallait] conséquemment proposer aucune innovation179 ». En 1810, Dufour, qui venait d’être nommé architecte adjoint, s’occupait du terrassement des allées, et envoyait à l’intendant un plan (fig. 5) où il indiquait en vert les allées existantes et, par la lettre A, celles qui étaient en place sous l’Ancien Régime. Il précisait qu’il avait étudié la question et qu’il apparaissait qu’on ne pouvait remplacer les allées d’ormes sans détruire le grand effet du canal. Il proposait donc de planter des peupliers entre les ormes, de doubler les allées ainsi qu’elles l’étaient autrefois et de semer du gazon alentour180. Il fallut refaire les voûtes des aqueducs qui coupaient les allées en formant de petits ponts en maçonnerie, le tout pour une somme de 7 740,95 francs181.

Fig. 5 : Plan du Grand Canal avec les nouvelles plantations, 1810, 65 × 42 cm, encre et aquarelle sur papier. Pierrefitte, Archives nationales, O/2/327.

Fig. 5 : Plan du Grand Canal avec les nouvelles plantations, 1810, 65 × 42 cm, encre et aquarelle sur papier. Pierrefitte, Archives nationales, O/2/327.

© Sandra Beaufils

  • 182 Ibid., lettre de Dufour du 8 juillet 1811 à l’intendant.
  • 183 Ibid., lettre de Dufour du 30 novembre 1811 à l’intendant.
  • 184 Ibid., lettre de Dufour du 20 janvier 1812 à l’intendant.

61En 1811, un crédit de 110 000 francs avait été affecté aux travaux des eaux et du parc. Il était prévu d’assécher le canal vers le milieu de janvier pour en terminer la restauration182 ; après quoi, les réparations de la branche du canal allant vers Trianon devaient commencer dès le mois de mars 1812. Dufour demandait que le Grand Canal fût mis en coule vers le 15 décembre afin d’avoir le temps de reconnaître l’état des murs à réparer183. En janvier 1812, il proposait d’enlever les buttes de terre qui entouraient depuis la Révolution la branche du canal aux abords de Trianon et de créer un large espace de terrain couvert de gazon allant vers les bords du canal en pente douce depuis la grande avenue d’ormes. C’était selon lui un arrangement simple, mais plein de grandeur184.

  • 185 Ibid., lettre de Dufour du 28 février 1812 à l’intendant.
  • 186 Ibid., projet de budget pour l’exercice de 1814, une somme de 680 163 francs est affectée aux trava (...)
  • 187 SACV, 1814/1815 bis, lettre du duc de Cadore du 24 mai 1815 à Dufour l’autorisant à continuer les t (...)
  • 188 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 18 décembre 1812 à l’intendant.
  • 189 Trois pieds correspondant à 91 cm.
  • 190 SACV, carton 1817-1, lettre du baron Mounier du 17 mars 1817 adressée à Dufour.

62Le fond du canal était alors assaini185 et remis en eau ; il pouvait accueillir la flotte de la Petite Venise pendant l’été. De nouveau asséché durant les hivers 1813, 1814186 et 1815187, on continua la restauration des murs188, qui avaient, précise Dufour sur le plan de son recueil (fig. 6), une épaisseur de trois pieds189. En mars 1817, le Grand Canal était empoissonné avec des carpes élevées dans le bassin d’Apollon190.

Fig. 6 : Plan du Grand Canal vers Trianon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 58.

Fig. 6 : Plan du Grand Canal vers Trianon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 58.

© SACV

Les nouveaux fastes de Versailles

  • 191 Fontaine 1987, t. I, p. 421.
  • 192 Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, avait épousé le fils aîné du co (...)
  • 193 Becquet 2012, p. 173-174

63Durant l’été 1814, les travaux de rétablissement du château de Versailles furent commencés, conformément aux ordres de Louis XVIII191. Parmi les dispositions prises pour le rendre habitable le plus rapidement possible, on trouvait l’aménagement de trois appartements situés dans le corps central du palais. Ils seraient attribués à Madame, à Son Altesse Royale la duchesse d’Angoulême (1778-1851), et à son époux192. Marie-Thérèse-Charlotte de France, de par son destin dramatique, était sans doute le personnage le plus connu de la famille royale au moment du retour des Bourbons en France ; chacune de ses apparitions déclenchait des mouvements de sympathie. Telle une « colombe de la paix193 », garante de prospérité, elle était véritablement l’emblème de la Restauration. Il allait de soi qu’elle devait disposer de ses propres appartements à Versailles.

  • 194 Fontaine 1987, t. I, p. 425.
  • 195 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.
  • 196 Fils de Charles-Philippe de France, comte d’Artois (futur Charles X), et de Marie-Thérèse de Savoie
  • 197 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.
  • 198 Becquet 2012, p. 173.
  • 199 Fontaine 1987, t. I, p. 437.
  • 200 On ne savait pas si la duchesse changerait d’appartement ou non.
  • 201 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant

64La duchesse se rendit à Versailles le 17 août pour visiter les lieux, acclamée par une foule nombreuse ; Fontaine, qui supervisait les travaux, regretta qu’elle n’eût rien dit sur les dispositions de son appartement194. Ils étaient situés au rez-de-chaussée, à gauche de la cour de Marbre195, et Dufour en avait entrepris la distribution en novembre 1814 d’après les quelques indications que lui avait données la duchesse lors de son dernier voyage à Versailles (fig. 7). On entreprenait en même temps des travaux pour les appartements de son époux Louis-Antoine de Bourbon, duc d’Angoulême196 (1775-1844), auxquels s’ajoutait la demande du couple, qui désirait disposer de deux entrées particulières197. Le 7 janvier 1815, « l’orpheline du Temple198 » se rendait de nouveau sur place, mais sans donner plus d’indications. Les deux architectes décidèrent donc de rétablir les intérieurs dans l’état où ils étaient autrefois, toute autre décision restant extrêmement « vague et douteuse199 ». Quant à la distribution définitive des trois appartements200, Dufour remarquait qu’on ne pouvait en changer que le nom, mais qu’il était nécessaire de les connaître pour en informer le Mobilier201.

  • 202 SACV, carton 1816-5.

65Les travaux reprirent après les Cent-Jours ; et en 1816, alors qu’un crédit de 30 000 francs avait été ouvert pour terminer les travaux entrepris à l’intérieur du château202, Dufour envoyait à l’administration les devis nécessaires pour achever et solder l’installation de l’appartement de la duchesse.

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles montrant les distributions des appartements telles qu’elles ont été arrêtées par le roi en 1814 (détail). Service des Archives du château de Versailles, B 22 n2.

Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles montrant les distributions des appartements telles qu’elles ont été arrêtées par le roi en 1814 (détail). Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 2.

A : Appartement du duc d’Angoulême. B : Appartement de Madame Royale. C : Entrée du duc d’Angoulême.

© SACV

  • 203 SACV, B 22 no 2.
  • 204 Cet état des distributions ne sera que peu modifié après les interventions de Fréderic Nepveu conce (...)

66Sur le plan de Dufour établit en 1823203, l’appartement de la duchesse d’Angoulême que l’architecte nomme encore Madame Royale occupe la partie gauche du bâtiment, donnant sur le parterre du Midi, avec une entrée par un vestibule depuis la Cour royale. La distribution comprend ensuite un passage d’entrée donnant accès à l’antichambre. Plus haut se trouve un premier salon donnant lui-même sur un grand salon. La chambre à coucher qui suit donne accès, à gauche, à une bibliothèque, et dans sa continuité, à un cabinet qui communique avec celui de son époux. Celui-ci avait, comme cela avait été expressément demandé à Dufour, une entrée privative depuis la cour de Marbre. Cette entrée donnait accès à une première antichambre puis, après un passage, à une seconde antichambre, donnant accès à un salon d’attente. Les trois dernières pièces donnaient sur le parterre d’eau et comprenaient deux salons puis la chambre à coucher. Le duc d’Angoulême disposait donc d’un plus grand nombre de pièces que son épouse mais leur distribution était sans doute moins commode204.

  • 205 Pierrefitte, AN, O/3/1221, état des montants des mémoires de travaux faits pour l’intérieur des app (...)
  • 206 SACV, carton 1817-7, lettre de la comptabilité du 10 février 1819 adressée à Dufour.

67Des travaux de poêlerie furent effectués dans la bibliothèque, les sculptures de la chambre à coucher furent restaurées, et on procéda à divers ouvrages de serrurerie. Les peintures des plafonds furent refaites et le pourtour des murs fut recouvert d’une couleur pierre. Dans la chambre à coucher, les cabinets et la salle des bains, les plafonds furent enduits de blanc tandis que les corniches et le pourtour des lambris étaient teintés de gris de lin205. En 1819, la comptabilité réglait la somme de 36 465,05 francs pour les travaux effectués en 1817 pour l’achèvement des travaux des appartements du duc et de la duchesse d’Angoulême206 qui comprenaient des ouvrages de maçonnerie, marbrerie, menuiserie, fumisterie, plomberie, vitrerie, serrurerie, peinture et dorure.

  • 207 Bauchal 1887, p. 646.
  • 208 Appelée aussi l’Île royale, réalisée par Le Nôtre en 1671.
  • 209 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 21 février 1816 à l’intendant.
  • 210 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour de juillet 1811 à l’intendant. Le comblement du Miroir r (...)
  • 211 Ibid., lettre de Dufour du 7 septembre 1811 à l’intendant.
  • 212 Ibid., lettre de Dufour du 31 mars 1813 à l’intendant.

68Le jardin du Roi fait partie des travaux qui furent précisément attribués à Dufour. Charles Bauchal mentionne le fait qu’il en donna les dessins en 1819207. En fait, le projet avait été proposé dès juillet 1811, l’Empereur ayant donné des ordres pour que l’île d’Amour208 soit comblée de terre en raison de son manque de salubrité. Ce n’était plus « qu’un marais infect répandant des odeurs fétides dans le parc et dans la ville209 », écrivait Dufour, qui avait d’abord eu l’idée de réunir les deux pièces d’eau et d’y créer un grand tapis de verdure propre à recevoir des fêtes publiques, comme cela avait été fait à Saint-Cloud. Comme cet aménagement eût nécessité le dérangement d’une partie des plantations, il préféra se borner à convertir les deux pièces d’eau en pièces de gazon. Il s’agissait, en vidant les deux bassins et en les remblayant, de réutiliser les gravats provenant des divers travaux effectués à cette époque. Dufour estimait la dépense totale à 23 685,12 francs pour la grande pièce d’eau, et à 7 445,25 francs pour la pièce du Miroir210. En septembre 1811, les travaux n’avaient pas commencé, l’administrateur des jardins s’opposant à priver le parc d’un de ses plus beaux ornements211 ; en 1813, rien n’était encore décidé212, si ce n’est que l’île d’Amour devait être vidée de ses eaux et remblayée. Elle servit donc de décharge publique et, en février 1816, elle était comblée aux trois quart.

  • 213 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 21 février 1816 à l’intendant.
  • 214 SACV, inv. 1866 n3, fol. 22, note manuscrite de Dufour inscrite sur le plan du jardin du Roi.
  • 215 Ibid., lettre de Dufour du 8 juillet 1817 à l’intendant.
  • 216 C’est une colonne de marbre du Languedoc de deux pieds de diamètre, soit 60 cm.
  • 217 SACV, carton 1817-1, mémoires des travaux faits pour le bosquet du Roi dans l’ancienne île d’Amour (...)
  • 218 Environ 1,50 m.
  • 219 SACV, carton 1817-1, lettre du comte de Pradel du 24 octobre 1817 à Dufour.

69Dufour proposait maintenant de démolir les murs, de transporter les matériaux et de former des pentes douces qui devaient descendre au tapis de verdure ; travaux qu’il estimait à 10 000 francs au plus213 pour la grande pièce d’eau, le Miroir étant conservé et restauré. Louis XVIII décida ces travaux durant l’hiver 1816 afin d’occuper les indigents de la ville de Versailles que le prix du pain, alors particulièrement élevé, risquait de réduire à la famine214. Cent soixante ouvriers travaillèrent chaque jour durant cette année. En juillet 1817, Dufour demandait que l’on ouvrît une percée dans le petit parc en face du bosquet du Roi et que l’on remplaçât le mur qui arrêtait la vue par un saut-de-loup215. Un crédit de 39 600 francs avait été affecté aux travaux pour l’exercice de 1817, qui comprenait des travaux de plomberie, de terrassement et de plantation ainsi que l’installation de treillages et de bancs. Des travaux de marbrerie furent également effectués pour l’installation d’un piédestal216 devant supporter la colonne provenant du musée des Monuments français et installée à Versailles en septembre 1817217. En effet, Dufour avait demandé une colonne au comte de Forbin (1777-1841), le directeur général des musées royaux, ainsi qu’une petite statue de bronze d’environ cinq pieds218 destinée à la surmonter et qu’il comptait placer au centre du demi-cercle terminant la pièce de gazon. Le 24 octobre, une Vénus en marbre de cinq pieds et demi de hauteur, dont le torse était antique et les extrémités modernes, était mise à sa disposition219.

  • 220 Ibid., mémoire des ouvrages faits pour le transport de trois figures prises à Paris au Musée royal (...)
  • 221 Nolhac 1913, p. 134. On y trouvait également l’Hercule Farnèse de Jean Cornu.
  • 222 SACV, carton 1818-3, ouvrages de marbrerie réalisés pour le bosquet du Roi.
  • 223 Le jardin de Hartwell était celui de la résidence que Louis XVIII occupa en Angleterre durant son e (...)
  • 224 Baridon 2003, p. 292.
  • 225 Dussieux 1881, t. II, p. 268.

70Les figures de Vertumne, Pomone et Flore, qui revenaient de l’atelier de restauration du Louvre220, furent placées sur des piédestaux dans les quatre salles rondes221 qui marquaient les angles du tapis de verdure, solidement goujonnées et fixées par M. Boichard222. Le jardin était planté d’arbres à fleurs et de fleurs annuelles ; Dufour eut à se défendre d’avoir ici copié le jardin anglais d’Hartwell223 (fig. 8). Avec sa pelouse aux ondulations douces, ses arbres exotiques et ses corbeilles de fleurs en forme de médaillon, le jardin du Roi offrait une image du compromis qui voyait le jour à cette époque entre le style paysager de la fin du xviiie siècle et les formes géométriques qui connaissaient un regain de faveur224. Lorsque le roi vint visiter le château et le parc le 26 juin 1817, il félicita Dufour pour son nouveau jardin, de même que le firent le duc et la duchesse d’Angoulême lors de leur visite du 3 juillet225.

Fig. 8 : Plan du jardin du Roi, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 22.

Fig. 8 : Plan du jardin du Roi, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 22.

© SACV

  • 226 Environ 91 cm.
  • 227 SACV, carton 1814/1815bis, lettre de l’intendant du 9 novembre 1815 à Dufour.
  • 228 On connaît déjà les plaintes de Diderot, dans le Salon de 1767, contre les « inscriptions infâmes d (...)
  • 229 SACV, carton 1818-1, lettre du baron de Barante (1782-1866) du 19 octobre 1818 à Dufour.

71L’essentiel de son activité, pour ce qui concerne les jardins de Versailles, consista cependant à en restaurer les bassins et à en conserver les statues. Dès 1815, il faisait entourer les statues de la Vénus à la coquille et du Gladiateur mourant placées sur des piédestaux hauts seulement de trois pieds226 d’une barrière de bois en défendant l’approche afin d’éviter qu’elles ne fussent exposées à des accidents227 ou intentionnellement endommagées228. Il prenait les mêmes précautions en 1818 à la demande du maréchal Amédée Louis de Cubière (1786-1853) et du comte de Forbin pour les statues de Cléopâtre, du faune du bosquet du Labyrinthe, du Ganymède, d’un groupe de satyres et de deux vases ornés de bas-reliefs, et examinait quelles étaient les statues qui devaient bénéficier d’une surélévation de leurs piédestaux ou de la mise en place d’un treillage229.

Un pavillon pour un architecte

72Le château de Versailles était divisé en plusieurs ailes qui formaient un ensemble composite ; il était fait d’ajouts successifs autour de l’ancien château de Louis XIII. De part et d’autre du corps central se trouvaient ainsi l’aile du Gouvernement et la Vieille Aile, construites en 1662 par Louis Le Vau (1612-1670), qui jusqu’en 1770 étaient restées identiques. Le pavillon de la Vieille Aile était occupé par des logements.

  • 230 Baulez 2007, p. 33.
  • 231 Saint-Simon 1958, p. 1005.
  • 232 Baulez 2007, p. 34.
  • 233 Ibid. L’aile avait été étayée en 1771, et, dès 1765-1766, on avait supprimé la terrasse par sécurit (...)
  • 234 Baulez 2007, p. 40.

73La critique se montrait assez vive à l’encontre de ce château dont certaines parties vite et mal construites donnaient déjà des signes de faiblesse230. Ainsi, le duc de Saint-Simon déplorait vers 1745 dans ses Mémoires que tout ait été bâti « l’un après l’autre, sans dessein général » ; ajoutant que « le beau et le vilain furent cousus ensemble », de même que « le vaste et l’étranglé »231. Ange-Jacques Gabriel (1698-1782) présenta son Grand Projet à Louis XV en 1770, proposant la mise en accord des façades, la création d’un grand escalier et, éventuellement, d’une salle de spectacle ou d’une galerie de peinture232, le pavillon central sur la cour centrale étant sommé d’un vaste dôme. L’architecte avait particulièrement soigné la façade des pavillons, qui prenaient des allures d’arcs de triomphe. En 1771, on commença les travaux par l’aile du Gouvernement, qui menaçait ruine233 et allait prendre le nom d’Aile neuve. L’élévation extérieure de l’aile restait en harmonie avec l’ancien style et prévoyait la reconstruction de la terrasse mais apportait certaines innovations, comme l’utilisation de refends pour le rez-de-chaussée. Les avant-corps des pavillons étaient scandés par quatre colonnes corinthiennes détachées supportant un grand entablement, au-dessus duquel se trouvaient un fronton ajouté au projet initial et deux autres colonnes qui s’effaçaient optiquement234.

  • 235 Ibid., p. 39.

74Le projet qui visait à reconstruire la façade du château donnant sur la ville dans le grand goût fut interrompu en raison de la mort de Louis XV et du manque de fonds235. La sculpture des façades ne fut réalisée que sous Louis XVIII, et le château conserva son asymétrie (fig. 9).

Fig. 9 : - Vue de l’aile du Gouvernement et de la Vieille Aile en 1784.

Fig. 9 : - Vue de l’aile du Gouvernement et de la Vieille Aile en 1784.

La montgolfière Marie-Antoinette. Deuxième expérience faite à Versailles dans la cour des Ministres par M. Pilâtre de Rozier le 23 juin 1784, estampe, eau-forte coloriée, 12,7 × 08,9 cm, éd. A.P.D.R. À Paris chez Vachez, quai de Gèvres. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8509320w

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

  • 236 Percier et Fontaine 1833, p. 120.
  • 237 Dussieux 1881, t. II, p. 54.
  • 238 Ibid., p. 64.
  • 239 Ibid., p. 65.

75Durant la Révolution, le château eut à subir les attaques du peuple venu s’emparer de la famille royale le 6 octobre 1789. Le mobilier fut vendu et « le château de Versailles, dépouillé de ses richesses, resta quinze ans abandonné, sans entretien, après avoir servi d’hôpital et de caserne236 ». Après le 10 août 1792, il fut question de vendre et de démolir ce symbole de la monarchie, mais les habitants de Versailles, comprenant que l’intérêt de leur ville était de conserver le château, formèrent un projet de musée qui fut adopté237. Dès 1801, sous le Consulat, quelques réparations urgentes furent entreprises238. En 1803, un arrêté fixait les dépenses de Versailles à 187 470 francs239. Affecté en 1804, de la même manière que les autres palais nationaux, à la Maison de l’Empereur, on se posa la question de savoir s’il deviendrait de nouveau une résidence de pouvoir.

Le rêve impérial

  • 240 Baulez 2006, p. 16.
  • 241 Fontaine 1987, t. I, p. 175.
  • 242 Baulez 2006, p. 18.
  • 243 Fontaine 1987, t. I, p. 179.

76Dès 1806, Napoléon, désireux de renouveler les fastes de l’Ancien Régime, avait demandé à l’architecte Jacques Gondoin un rapport sur les constructions et réparations à faire au château de Versailles qui fut remis à l’intendant général Daru le 7 octobre 1807240. Le rapport étant examiné à Fontainebleau par l’Empereur, Fontaine faisait remarquer à celui-ci que « l’étiquette de la Cour d’aujourd’hui, les habitudes et les besoins de l’Empereur exigeaient une marche toute différente à celle proposée241 ». Le 5 novembre 1807, Fontaine recevait tous les projets qui avaient été faits pour Versailles ; ceux de Gondoin, qui comprenaient 53 volumes de devis et 47 plans ou élévations242, celui de Trepsat ainsi que les projets de 1780. Fontaine était chargé d’en faire la synthèse pour présenter un nouveau projet à l’Empereur243.

  • 244 Fontaine 1987, t. I, p. 201
  • 245 Seconde époque : réparation des ailes des Ministres, des bâtiments de l’Intendance et de la Chancel (...)
  • 246 Fontaine 1987, t. I, p. 202.
  • 247 Benoît 2005, p. 21.

77En possession de tous ces documents anciens et nouveaux, il proposa en mars 1808 des transformations qui se limitaient volontairement au corps central du château afin de ne pas dépasser les six millions que l’Empereur pensait y consacrer mais qui avaient le désavantage de ne pas permettre une installation permanente de la Cour. Ce travail prenait en compte les demandes de Napoléon, et il était principalement basé sur le projet de Gondoin. L’Empereur précisait cependant que son intention n’était pas de « faire précéder [son] habitation à Versailles par de nouvelles bâtisses244 » et qu’il fallait étudier la possibilité de se passer du grand commun. Fontaine proposa de répéter l’Aile neuve bâtie sous Louis XV par Gabriel et d’y entreprendre des escaliers d’honneur pour les appartements de l’Empereur d’une part, et pour ceux de l’impératrice d’autre part. L’Empereur décida de répartir les travaux en quatre époques245, la première se concentrant sur l’aménagement intérieur des appartements et sur les réparations diverses qui devaient permettre d’habiter le château246. On peut constater dès cet instant une certaine incompréhension entre l’Empereur et ses architectes, l’un se donnant pour priorité de s’installer dans le château alors que les autres auraient voulu prendre le temps d’engager des travaux plus ambitieux247.

  • 248 Fontaine 1987, t. I, p. 252.
  • 249 Ibid.
  • 250 Ibid., p. 266.
  • 251 Ibid., p. 281.

78En 1809, un budget d’un million fut attribué aux réparations de l’ensemble du domaine, et les discussions se poursuivirent au sujet des constructions nouvelles à prévoir dans le corps central du château du côté de la ville. En janvier 1810, Versailles était l’objet de nouveaux débats et de « nouvelles incertitudes248 ». Il fallait le restaurer et le rendre habitable pour l’hiver suivant, sans dépasser la somme de six millions249. Le 30 juillet, tous les projets furent réexaminés, à commencer par celui de M. Gondoin ; mais après de nouveaux pourparlers, rien ne fut encore décidé250. Le 21 janvier 1811, nouvelle réunion. Sept plans différents furent présentés, dont ceux de Fontaine et de Dufour, mais sans plus de résultat251.

  • 252 Ibid., p. 297.
  • 253 Baulez 2007, p. 20.
  • 254 Fontaine 1987, t. I, p. 297.
  • 255 Ibid.
  • 256 Baulez 2007, p. 20.
  • 257 Fontaine 1987, t. I, p. 297.
  • 258 Ibid.
  • 259 Ibid.

79L’Empereur, qui jusqu’à présent avait imposé le chiffre contraignant de six millions, changea d’avis, sans doute en raison de la naissance du roi de Rome, en mars 1811 ; et en juillet, alors qu’il séjournait à Trianon, Fontaine et Dufour se rendirent avec l’intendant des Bâtiments dans la galerie252 pour lui présenter tous les projets de rétablissement, et notamment celui de Jean-François Heurtier, dont l’Empereur appréciait la façade avec son ordre colossal, établie au niveau de l’entrée des Grands Appartements253. La grande question était de trouver le moyen de faire du côté de Paris une façade aussi vaste et plus belle que celle des jardins. Napoléon voulait « une construction qui annonce le palais avec grandeur du côté de Paris254 ». Il demandait « de la magnificence et de la grandeur255 », et proposait de cacher derrière une façade postiche et un grand arc de triomphe tous les petits bâtiments du château de Louis XIII. L’estimation des travaux grimpait désormais à 10 200 000 francs, dont trois et demi avaient déjà été dépensés. Si l’on mettait à exécution le projet de Gabriel, on arrivait à douze millions256. Enfin, si on se contentait de terminer l’aile existante et de la doubler en face, il n’en coûterait que quatre millions. Tous les participants s’accordèrent sur le fait que l’effet de cette dernière solution serait critiqué ; et l’Empereur d’ajouter qu’il serait peut-être plus sage de conserver dans son état la cour de Marbre, quoique « gothique257 », et de retrouver l’esprit du xviie siècle en détruisant l’aile Gabriel, jugée de « mauvais goût258 ». Ce n’était pas « parce que Louis XV [avait] mal dépensé 1 500 000 francs, qu’il fallait en mal dépenser quatre259 ! »

  • 260 Benoît 2005, p. 24.
  • 261 Fontaine 1987, t. I, p. 314.
  • 262 Baulez 2007, p. 21.

80Aucun des projets ne satisfaisant l’Empereur, on nomma une commission. Duroc reçut l’ordre de réunir Costaz, Gondoin, Fontaine et Dufour le 14 juillet 1811 dans la chambre de Louis XIV. La discussion porta sur l’idée de restaurer le château dans son état premier ; mais, pensait-on, cette solution « serait désapprouvée par une partie du public260 ». De nouveau, les projets furent examinés sans que rien ne fût finalement décidé ; mais tout le monde reconnut que l’aile Gabriel contrariait la création de la vaste façade voulue par l’Empereur. Aussi sa destruction fut-elle longuement débattue. En janvier 1812, l’Empereur demandait la suppression du Grand Commun pour que la totalité du palais soit visible depuis la ville. Le projet de Dufour, qui prévoyait de détruire les ailes des Ministres, remporta la préférence de l’Empereur, qui y retrouvait ses idées de grandeur. Fontaine dissuada pourtant celui-ci de se lancer dans un tel projet, bien que Napoléon restât persuadé de ce qu’il ne fallait point faire preuve ici de mesquinerie : « Il s’agit du palais de l’Empereur, il doit être grand, c’est une chose à faire avec les siècles261. » Malgré le manque d’argent, il persistait dans ses ambitions en 1813 en déclarant : « Si je fais une façade du côté de Paris, je veux qu’elle soit de mon architecture et qu’elle ne s’accorde pas avec le reste262. »

  • 263 Pradel 1937, p. 88-89.
  • 264 Benoît 2005, p. 24.
  • 265 Pradel 1937, p. 89.
  • 266 Ibid.

81Dufour présenta sept projets, dont cinq sont conservés dans son recueil de plans. Ils ne sont malheureusement pas datés, mais on peut raisonnablement penser qu’ils ont été conçus entre 1810, date de sa nomination en tant qu’architecte adjoint, et 1812, où eut lieu la dernière réunion évoquée. Son premier projet daterait donc de 1810. L’architecte se proposait de démolir l’aile Gabriel et la Vieille Aile afin d’établir deux pavillons avancés terminés par une colonnade et munis d’un escalier d’apparat263 ; s’ajoutait un puissant avant-corps central pour loger la salle du Trône, qui obligeait à détruire la cour de Marbre264. De part et d’autre, en retrait, il plaçait au rez-de-chaussée deux salles de réception, et au premier étage les chambres à coucher de l’Empereur et de l’impératrice, qui étaient séparées par une salle surmontée d’un dôme. Pour faire pendant à la chapelle, il installait un théâtre qui reprenait le même plan semi-circulaire. Le 23 mai 1810, il demandait à l’intendant quelles étaient les intentions de l’Empereur ; et n’obtenant pas de réponse, il tenta en septembre d’obtenir une avance de 7 112 000 francs au titre de l’exercice de 1811 afin d’entreprendre la première tranche des travaux. Celle-ci aurait permis de « masquer le mauvais effet de la cour de marbre265 » et d’édifier l’escalier de l’Impératrice dans la nouvelle aile sud. Costaz envoya Gondoin sur place pour examiner les plans, et l’affaire fut oubliée266.

  • 267 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 7 novembre 1811 à l’intendant.

82Son second projet, que l’on peut dater de 1811, persiste dans la démolition des deux ailes et de la cour de Marbre pour laisser place à une vaste cour impériale rectangulaire. Une salle de spectacle est toujours prévue en pendant de la chapelle ; mais cette fois, Dufour renonce au plan semi-circulaire. Le corps central est doté d’un péristyle donnant sur la chambre à coucher de l’Empereur, qui se trouve au premier étage, au centre du palais, la salle du Trône se retrouvant exilée entre le salon de la Guerre et le salon des Princes. L’architecte propose ici une répartition beaucoup plus claire que celle qui existait alors. Les appartements impériaux, salons, cabinets et salle du déjeuner, sont répartis de part et d’autre de la chambre à coucher de l’Empereur au centre du palais alors que les appartements de l’impératrice occupent la partie sud (fig. 10). Le 7 novembre 1811, Dufour avertissait l’intendant que Fontaine ayant présenté son projet à l’Empereur alors que celui-ci était à Compiègne, le plan en avait été approuvé ; mais on lui avait demandé d’apporter plus de développement à la façade sur la ville en supprimant les ailes des Ministres. Il travaillait donc sur trois projets différents, cherchant à satisfaire les désirs de l’Empereur267.

Fig. 10 : Projet de M. Dufour, no 2. Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 46.

Fig. 10 : Projet de M. Dufour, no 2. Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 46.

© SACV

  • 268 L’aquarelle MV 9134, invdessins 1257 correspond probablement à ce projet.

83Un troisième projet, datant probablement de 1812, proposait de construire un pendant à l’aile Gabriel, qui était conservée, excepté son pavillon, d’entourer toute la cour d’une colonnade, la cour de Marbre étant toujours sacrifiée au profit d’une organisation plus symétrique et plus rigoureuse. Les ailes des Ministres étaient détruites et le Grand Commun ainsi que le château d’eau étaient enveloppés d’une façade similaire à celle du château268. Une salle de spectacle était toujours prévue symétriquement à la chapelle, mais incorporée dans une façade qui les cachait toutes deux. Deux cours intérieures carrées étaient ménagées de part et d’autre d’un dôme central surplombant le palais, et, pour terminer, le rez-de-chaussée comprenait une entrée d’apparat donnant accès à une vaste salle hypostyle.

  • 269 Dussieux 1881, t. II, p. 71.

84Un quatrième projet (fig. 11), sans doute celui qui fut adopté par l’Empereur en 1812, détruit comme les précédents tous les appartements de Louis XV, la salle du Conseil, la chambre de Louis XIV et le salon de l’Œil-de-bœuf. Il ne conserve que les Grands Appartements du Roi et ceux de la Reine, la Grande Galerie, avec ses deux salons, la chapelle et l’Opéra269. Les ailes des Ministres et le Grand Commun disparaissent eux aussi au profit d’une vaste avant-cour donnant sur la place d’Armes. Dufour conserve le principe des cours carrées et du dôme pour le corps central du bâtiment, et enveloppe le tout d’une vaste colonnade ayant pour but de magnifier l’ensemble de la façade sur la ville selon les vœux de l’Empereur.

Fig. 11 : Quatrième projet de Dufour. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 49.

Fig. 11 : Quatrième projet de Dufour. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 49.

Palais de Versailles. Plan du premier étage. Les ailes des Ministres, le Grand Commun et le château d’eau sont détruits pour mieux dégager toute la façade du palais.

© SACV

  • 270 Fontaine 1987, p. 297.
  • 271 MV 9133, invdessins 1256, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versaill (...)

85Malgré une divergence de points de vue, Fontaine trouvant qu’il était préférable de remettre Versailles, avec quelques améliorations intérieures, dans l’état exact où il était sous Louis XIV270, Fontaine et Dufour réalisèrent ensemble plusieurs aquarelles afin de présenter à l’Empereur les différents projets de reconstruction271. La première montre pour le corps central un premier niveau d’arcades scandé par des statues supportant une vaste colonnade qui n’est pas sans rappeler celle du Louvre, alors que l’attique est surmonté de statues acrotères. La façade en avancée est composée d’un premier niveau en appareillage simple, surmonté d’une frise ouvragée et percée d’arcades, tandis que le niveau supérieur reprend l’idée d’une colonnade, derrière laquelle on peut voir des niches habitées de statues surmontées de bas-reliefs.

  • 272 MV 9134, invdessins 1257, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versaill (...)
  • 273 MV 9135, invdessins 1258, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versaill (...)

86Une seconde aquarelle272 présente une vue plus éloignée avec une façade développée tout en longueur telle que la souhaitait l’Empereur, avec un premier niveau d’arcade plus unifié pour les ailes et le corps central, qui semblent se confondre dans une même vue englobante grâce à la colonnade d’ordre colossal et aux statues acrotères, le tout surplombé par le dôme central dont l’idée est reprise de Gabriel. Enfin le troisième projet d’élévation de la façade sur la ville273 offre une vue plus large avec les mêmes dispositions, où l’on peut voir le Grand Commun et le château d’eau enveloppés d’une façade similaire à celle du château (fig. 12).

Fig. 12 : Aquarelle no 3 de Fontaine et Dufour pour le Grand Projet, 1810-1812, aquarelle, encre noire, lavis gris, plume, 27 × 107 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9135, invdessins 1258.

Fig. 12 : Aquarelle no 3 de Fontaine et Dufour pour le Grand Projet, 1810-1812, aquarelle, encre noire, lavis gris, plume, 27 × 107 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9135, invdessins 1258.

Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrée. Dufour Alexandre, architecte P.F.L. Fontaine.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

  • 274 Peut-être peut-on le dater de 1813, date à laquelle les crédits commencèrent à baisser.

87Le dernier projet de Dufour, noté no 7 dans son recueil, revient à une solution sans doute plus économique274 puisqu’il conserve les ailes des Ministres et l’aile Gabriel et se contente de lui adjoindre un pendant en ayant soin d’installer un escalier monumental dans chacune des ailes. Il cache la cour de Marbre et ses constructions de l’époque de Louis XIII derrière un péristyle et une aile d’appartements parallèle à la galerie donnant sur le jardin. On trouve alors au premier étage, toujours placée au centre, la chambre de l’Empereur entourée de salons, d’un cabinet de toilette, d’une salle de déjeuner et d’une antichambre ; avec à l’arrière une bibliothèque, le cabinet de l’Empereur, les bains, et une pièce pour le valet de pied. Les appartements de l’Impératrice occupent toujours l’aile sud du château, entre le salon de la Paix et un vaste escalier remplaçant l’escalier de Marbre. Avec cette galerie en avant de la cour de Marbre, Dufour reprend ici l’idée que Fontaine avait proposée dans son premier projet.

88Finalement, on le sait, rien ne fut fait ; et Fontaine de noter que

  • 275 Benoît 2005, p. 25.

l’Empereur fatigué des nombreux obstacles qui se dressaient sur chaque point, découragé par le mauvais succès de ses premiers efforts, effrayé du montant des dépenses […] regretta, en le maudissant, que Louis XVI, dans cet amas d’incohérence, lui eût laissé son faste à utiliser et la Révolution ses excès à réparer275.

La tradition comme réalité

  • 276 Fontaine 1987, t. I, p. 421.
  • 277 SACV, B 22, no 2.

89Dès son retour en France, Louis XVIII voulut rétablir Versailles et lui redonner sa place aussi bien symbolique que fonctionnelle. Il souhaitait y fixer sa résidence comme au temps de sa jeunesse. Dès le 15 juin, le ministre de la Maison du roi, le comte Pierre de Blacas (1771-1839), visitait le domaine et demandait dans quels délais et à quel prix le château pourrait être mis en état de recevoir le roi. Fontaine et Dufour lui répondirent qu’il convenait avant tout d’arrêter un plan de rétablissement et d’indiquer les fonds dont ils pourraient disposer. Le 29 juin, ils étaient invités à se rendre chez le ministre munis des nombreux plans et projets qui avaient été envisagés pour la restauration du château. Finalement, le roi approuva la proposition de Fontaine de conserver l’aile Gabriel et de construire à neuf une aile à gauche de l’entrée du côté de Paris, conformément au plan adopté sous Louis XV. La restauration des bâtiments de Louis XIII serait traitée avec économie, puisqu’on envisageait de les démolir lorsqu’on terminerait l’ensemble de la façade nouvelle. Le roi ordonnait que les travaux fussent exécutés sur-le-champ et accordait à cet effet un crédit de six millions276. Un plan de Dufour montre la disposition des appartements telle qu’elle avait été arrêtée par le roi277.

  • 278 Fontaine 1987, t. I, p. 243.

90Un tel projet n’était pas sans susciter critiques et inquiétudes : l’intense activité qui régnait sur le chantier de restauration du château, écrit Fontaine dans son journal, l’empressement et l’insistance du roi à vouloir occuper cette résidence faisait craindre aux habitants de Paris que la Cour n’eût pour dessein d’abandonner la capitale et de se retirer à Versailles. Certains courtisans redoutaient le mauvais effet d’un tel choix, et les mauvais souvenirs qu’il ne manquerait pas de faire surgir ; nombreux étaient ceux qui considéraient la chose comme prématurée ou même impolitique. Afin de rassurer le peuple parisien, le roi donna des ordres pour que les travaux entrepris à Paris n’en soient pas moins continués278.

  • 279 Waresqueil et Yvert 2002, p. 78. Louis XVIII prit la décision en juillet 1814 de passer six mois de (...)
  • 280 Finalement ces célébrations auront lieu à Saint-Denis.
  • 281 Fontaine 1987, t. I, p. 433.

91En novembre, le comte de Blacas voulut encore hâter les opérations pour que le roi pût rétablir « d’une manière fixe sa résidence dans ce lieu que l’on [regardait] comme le véritable siège de la royauté279 ». La Cour, rapporte toujours Fontaine, sans cesse tournée vers d’anciens souvenirs, voulait célébrer à Versailles l’anniversaire du 21 janvier, date de la mort de Louis XVI280, fuyant ainsi la ville de Paris, à laquelle on continuait à reprocher l’assassinat du roi. « Ces mesures produisaient un très mauvais effet, en montrant que rien n’était encore oublié281 », commente l’architecte.

Un chantier laborieux

  • 282 Ibid., p. 421. Fontaine reste attaché à l’Empereur et se fait ainsi l’écho d’une partie de l’opinio (...)

92La restauration du château de Versailles avait été décidée en juin 1814, dès l’arrivée de Louis XVIII en France. Si un budget de six millions fut accordé pour cette entreprise, trois millions seulement furent versés d’emblée ; et l’on envisageait, s’il le fallait, d’accorder en outre 400 000 francs d’acompte par mois. Il avait aussi été décidé, pour gagner du temps, d’augmenter le nombre des ouvriers qui travailleraient sur le chantier. Un budget d’un million fut affecté à la construction du nouveau pavillon. Le 2 juillet, les travaux étaient déjà commencés, conformément aux ordres donnés le 29 juin ; Dufour et Fontaine étaient invités à tout entreprendre pour satisfaire aux ordres du roi282.

93Le 12 juillet, Dufour informait le baron Mounier que la démolition du pavillon de la Vieille Aile avait commencé ; le souvenir de cet événement nous est parvenu grâce à une peinture de Pierre Drahonet (fig. 13).

Fig. 13 : Pierre Drahonet, Démolition du pavillon de la vieille aile, gouache, 45,8 × 37,7 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 1080.

Fig. 13 : Pierre Drahonet, Démolition du pavillon de la vieille aile, gouache, 45,8 × 37,7 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 1080.

http://collections.chateauversailles.fr/​#939b50cf-382c-49cf-b585-8080b2ae0e1c

© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

  • 283 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier du 16 juillet 1814 adressée à Dufour.
  • 284 Ibid., lettre du baron Mounier du 19 juillet 1814 à Dufour.
  • 285 Ibid., lettre du baron Mounier du 24 août 1814 à Dufour.

94Les travaux, précisait le baron dans sa réponse, étaient placés sous la surveillance de Fontaine et devaient être poussés avec toute l’activité qu’il serait possible d’y mettre283. Ainsi, 1 800 ouvriers furent employés sur le vaste chantier de restauration284 – qui comprenait également le rétablissement du corps du château, des ailes du Nord et du Midi, des ailes des Ministres et la fourniture de glaces –, sans compter les 183 ouvriers qui travaillaient directement pour les entrepreneurs. Dufour, pour accélérer le rythme des travaux, fit travailler les ouvriers le dimanche. L’intendant, mis au courant par le ministre de la Maison du roi, rappela Dufour à l’ordre et lui demanda de ne plus commettre ce genre d’infraction285.

  • 286 Ibid., lettre du baron Mounier du 9 septembre 1814 à Dufour.
  • 287 Il faut noter ici que les terres provenant des fouilles du pavillon ont servi à remplir le bassin d (...)
  • 288 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 17 octobre 1814 à l’intendant.

95Les travaux continuèrent malgré une grève survenue en septembre ; les tailleurs de pierre réclamaient une augmentation de cinq francs par jour, mais la menace d’exclusion des chantiers des Bâtiments de la Couronne faite aux instigateurs de l’agitation permit un retour à l’ordre286. Malgré la saison qui avançait, Dufour faisait ce qu’il pouvait pour que les travaux de démolition puis d’élévation du pavillon de la Vieille Aile fussent achevés le plus rapidement possible. Quand il reçut la visite du roi et de son ministre, ceux-ci pensaient trouver les lieux dans un état de restauration plus avancé. L’architecte se justifia en faisant observer que la seule démolition de l’ancien pavillon avait demandé plus de six semaines, que la fouille des terres287 et la destruction des anciens murs des fossés construits sous Louis XIII avait pris un mois entier. Les travaux d’élévation des nouvelles fondations n’avaient commencé que depuis une quarantaine de jours. Celles-ci étant élevées en pierre de taille et requérant le plus grand soin, elles ne pouvaient se monter aussi rapidement que des constructions légères ; le repos des ouvriers durant les fêtes et les dimanches, insistait Dufour, entraînait une perte de temps dans l’avancement des travaux288.

  • 289 Ibid., lettre de Dufour du 20 novembre 1814 adressée à l’intendant, le baron Mounier.
  • 290 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier du 24 novembre 1814 à Dufour.
  • 291 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 13 mars 1815 à l’intendant.

96Le mois suivant, après une seconde visite du roi et de son ministre, Fontaine, envoyé sur le chantier, engagea son ami à augmenter le nombre d’ouvriers pour que le palais fût en état d’être habité pour la fin de janvier. Dufour estimait quant à lui la chose tout à fait irréalisable, et s’étonnait que Fontaine eût pu la promettre au ministre. Les jours diminuaient. La saison devenait mauvaise. Il était impossible de satisfaire à ce délai. Ayant annoncé dès le début que la restauration serait terminée vers la fin du mois de mai suivant, il espérait pouvoir s’y tenir mais regardait comme impossible de gagner quatre mois289. Malgré ses réticences, on lui demanda d’augmenter encore ses effectifs, l’intendant estimant que le nombre de 1 908 ouvriers était insuffisant290. Après l’hiver, on avait même pris du retard ; Dufour estima que le pavillon de l’Aile neuve ne pourrait être terminé qu’à la fin de l’année291.

  • 292 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du duc de Cadore du 29 mars 1815 à Dufour.
  • 293 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre du Dufour du 6 avril 1815 à l’intendant.
  • 294 Ibid., état de la situation des restaurations du château de Versailles au 1er avril 1815.
  • 295 Soit environ 2,74 m.
  • 296 Pierrefitte, AN, O/3/1222, état succinct de la restauration du château de Versailles au mois d’août (...)

97En mars 1815, le chantier était suspendu par le retour de l’Empereur. On demandait à Dufour de différer l’exécution des travaux extraordinaires jusqu’à ce que le budget fût arrêté292. Le nombre d’ouvriers passait de près de 2 000 à 400, répartis dans le château et ses dépendances, certains d’entre eux étant employés à terminer les travaux dont l’arrêt aurait porté préjudice à la conservation des bâtiments293. À la date du 1er avril 1815294, le pavillon de la Vieille Aile était élevé de neuf pieds295 hors de terre, c’est-à-dire jusqu’à la naissance des arcades du soubassement296 ; mais dès lors, il ne fut plus concerné par les travaux.

  • 297 SACV, carton 1816-5, achèvement de l’aile Gabriel.

98Après le retour du roi, la Restauration prenait à son compte les dettes de l’Empire et même celles des Cent-Jours ; mais il lui fallait, après l’invasion, l’occupation et le paiement d’indemnités aux Alliés, contracter des emprunts onéreux et redresser à tout prix les finances. Les travaux de Versailles en pâtirent, à commencer par ceux du nouveau pavillon, qui ne fut achevé qu’au bout de quinze ans. En 1815, on ne note aucune avancée. Pour le budget de l’année 1816, Dufour ne proposait au baron Mounier que l’achèvement de l’aile Gabriel. Il demandait pour ce faire 65 000 francs, mais n’obtint qu’un crédit spécial de 30 000 francs297.

  • 298 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 30 juillet 1816 au baron Mounier.
  • 299 Ibid.

99Le 30 juillet de la même année, il écrivit quelque peu désabusé qu’il ne croyait pas que l’on entreprît avant longtemps la totalité des travaux prévus ; « et je sais bien, disait-il, qu’en élevant le commencement d’une Aile neuve sur la gauche on n’a eu d’autre intention que de faire disparaître autant que possible l’effet désagréable des deux ailes qui présentaient sur la ville deux façades dissemblables298 ». S’il souhaitait voir un jour reprendre ce grand projet de restauration, il ne pensait plus voir de son vivant la totalité de la façade achevée d’après les plans de Gabriel299.

  • 300 Ibid., lettre de Dufour du 14 octobre 1816 au baron Mounier.

100Le 14 octobre 1816, il récapitulait les dépenses engagées pour la construction du nouveau pavillon : elles s’élevaient à 188 351,39 francs et comprenaient la fouille, la maçonnerie, la serrurerie et la charpente pour l’échafaud, les cintres et les planchers d’entresol qui avaient été taillés mais n’étaient pas encore posés. Dufour précisait avoir demandé un million pour l’entière et complète construction du pavillon, et qu’il l’exécuterait pour ce prix. Pour terminer les grosses constructions et le couvrir en 1817, il demandait 380 000 francs. Il espérait qu’ils lui fussent accordés car ils auraient permis de mettre la partie déjà élevée, c’est-à-dire les fondations et les caves (fig. 14), à l’abri des injures de l’air et de faire disparaître le vide qui existait entre le pavillon et la Vieille Aile, où les pluies et les neiges s’amassaient et nuisaient aux deux constructions. Il remettait à une autre année les ravalements, la sculpture et les détails extérieurs, de même que les planchers. Il notait enfin, s’attendant probablement qu’on ne lui accordât pas l’intégralité de la somme demandée, qu’il lui suffirait de 151 000 francs pour élever la maçonnerie jusqu’aux appuis des fenêtres du deuxième étage300.

Fig. 14 : Élévation du mur de refend du côté du Grand Escalier, vers 1814, 70 × 35 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 12, no 12.

Fig. 14 : Élévation du mur de refend du côté du Grand Escalier, vers 1814, 70 × 35 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 12, no 12.

Aile gauche, coupe sur la ligne E F G H marquée sur le plan des caves.

© EPV / Christophe Fouin

  • 301 Ibid., lettre de Dufour du 5 avril 1817 au baron Mounier.

101En 1817, la somme finalement versée pour ce poste fut de 100 000 francs ; elle ne lui permettait d’élever que dix assises, ce qui continuerait la construction jusqu’à la corniche du soubassement. Dufour précisait que lorsqu’on serait arrivé au-dessus de cette corniche, le même crédit permettrait d’élever un plus grand nombre d’assises, car les murs diminueraient d’épaisseur, et il n’y aurait plus de voûte à construire. En avril, après avoir posé la première et la deuxième assise, l’architecte finissait d’installer la troisième301.

  • 302 Ibid., mémoire supplémentaire des ouvrages de maçonnerie faits pour la continuation de la construct (...)

102En 1818, le crédit ouvert pour la continuation du pavillon ne fut que de 50 000 francs ; il permettait de réaliser le premier étage du bâtiment jusqu’à la fermeture des portes. Le socle en pierre de Saint-Nom fut installé au-dessous des bases de colonnes sur les trois faces du pavillon, et on tailla le parement de face, les feuillures, les embrasements et les moulures à partir de la troisième assise et jusqu’à la onzième. Le chantier resta ouvert d’avril à novembre puisque, du 16 au 28 avril, cinquante-six jours de terrassiers furent employés à découvrir la construction tandis que, du 11 au 30 novembre, soixante-dix-sept journées de bardeurs furent nécessaires pour la recouvrir et la protéger des intempéries. Durant l’année 1819, aucun crédit n’étant accordé, on continua les travaux sur l’exercice de 1820 ; les maçons terminèrent de poser la onzième assise au-dessus de la corniche du soubassement et firent des travaux de taille pour dégager la corniche du chambranle à droite et à gauche de la corniche302.

103L’année 1820 allait être plus propice. Un crédit spécial de 150 000 francs fut accordé à l’architecte de Versailles. Le travail consista, pour la maçonnerie, à reprendre les travaux depuis le dessus des frontons des croisées du premier étage jusqu’à l’entablement. Lemaire et Lefuel réalisaient les assouchements des frontons circulaires et triangulaires des croisées du premier étage, les voussoirs et les tambours des colonnes (fig. 15).

Fig. 15 : Plan de la treizième assise de l’Aile neuve, 1819, 70 × 50 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 104bis, no 56.

Fig. 15 : Plan de la treizième assise de l’Aile neuve, 1819, 70 × 50 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 104bis, no 56.

Construction de l’Aile neuve. 13e assise en Saint-Leu au-dessus de la corniche de soubassement.

© EPV / Christophe Fouin

  • 303 SACV, carton 1820-2, continuation du pavillon de l’Aile neuve pour l’exercice de 1820.

104Ils construisirent également la voûte du vestibule du Grand Escalier en pierre neuve de Saint-Leu. Les murs intérieurs du pavillon furent posés en moellons neufs de meulière tandis que les souches de cheminée du premier étage et des entresols étaient en brique de Bourgogne. En serrurerie, il s’agissait de chaîner, armaturer et cheviller la construction, et d’effectuer des travaux de plomberie pour la fosse d’aisance ; les travaux de menuiserie se bornaient quant à eux à fournir des queues-d’aronde et des goujons. On peignit de trois couches de gros rouge à l’huile les fers, armatures et chaînes, et l’on couvrit provisoirement la voûte du vestibule en tuile de pays. Les travaux de charpente consistèrent dans la pose de planchers, de cintres, d’un comble provisoire et d’un échafaud. La construction s’élevait maintenant jusqu’aux fenêtres du deuxième étage, et l’on commençait à tailler les demi-chapiteaux engagés et les tambours des colonnes de la façade303.

  • 304 Pierrefitte, AN, O/3/1221.
  • 305 SACV, carton 1821-1, lettre du 19 juin 1821 de l’intendance des Bâtiments de la Couronne à Dufour.
  • 306 SACV, carton 1821-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve (23 mémoire (...)

105Dufour précisait que la somme dépensée jusqu’alors était de 189 000 francs sur le million accordé en 1814. Les budgets de 1817, 1818 et de 1820 affectés à ces travaux étaient de 300 000 francs, soit un total de 489 000 francs. Il restait donc encore à employer 511 000 francs pour terminer le pavillon304. Aucun budget ne lui étant accordé en 1821, il se plaignit auprès de l’intendance des Bâtiments de la Couronne, qui fit droit à sa réclamation en lui consentant le 19 juin un crédit extraordinaire de 60 000 francs destiné à la couverture. De plus, un reliquat de 2 000 francs restant inemployé sur l’exercice de 1820, Dufour fut autorisé à l’affecter à ces mêmes travaux ou bien à la construction du fronton et des cymaises pour laquelle un crédit de 10 000 francs avait également été accordé305. Nanti de ce crédit de 70 000 francs, Dufour pouvait donc poursuivre les grosses constructions du pavillon de la Vieille Aile. Le pavage était refait au pourtour de l’aile par les sieurs Blanc et de La Porte. Dans les combles, dans l’escalier et à la grande lucarne située derrière le fronton, on posa les châssis de lanterne ; la jonction put s’effectuer entre le pavillon et la Vieille Aile. Le passage entre les deux constructions fut reconstruit et ravalé, puis fermé par deux portes pleines à deux vantaux en chêne livrées par M. Dupoty, qui fournissait en outre des croisées pour les combles et des marches pour l’escalier de la couverture. Des travaux de plomberie furent réalisés au niveau des combles, de la jonction entre les bâtiments et du fronton par les entrepreneurs Fontaine et Couture ; dans le même temps, les châssis des fenêtres, portes et poteaux furent peints en gris foncé à l’huile par le sieur Dubois. Lemaire et Lefuel posèrent des portes et des croisées au rez-de-chaussée du pavillon et réalisèrent différents ouvrages sur les paliers après la pose de l’escalier en chêne, crépissant et enduisant les murs des combles à la cave. Ils refirent à neuf le plafond, le dallage et la cloison d’un cabinet d’aisance dans une des pièces du rez-de-chaussée, et réalisèrent le socle de la balustrade, des parties d’acrotères et des tablettes de couronnement. L’échafaudage fut en partie démoli306.

  • 307 SACV, carton 1820-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve, mémoire de (...)
  • 308 SACV, carton 1821-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve (23 mémoire (...)

106Aucun crédit supplémentaire n’étant ouvert en 1822, on poursuivit cette année-là les travaux sur les budgets de 1820 et de 1821. Ainsi l’entrepreneur Brian réalisa des ouvrages de charpente ; on continua d’installer des marches pour l’escalier du pavillon et des solives et soliveaux de bois neuf sur les différents paliers307. Des ouvrages de serrurerie furent exécutés par le sieur Mignon et vinrent compléter l’assemblage de l’escalier. Le même artisan s’occupa de ferrer quatre portes et cinq croisées du rez-de-chaussée orientées vers la Cour royale et de fournir des espagnolettes en fer doux pour leur fermeture. L’entrepreneur Dupoty exécuta quant à lui les portes pleines en chêne à deux vantaux pour l’entrée de l’escalier du pavillon mais aussi celles de l’entrée principale, tandis que Dubois-Drahonet couvrait de couches de peinture grise à l’huile le noyau de l’escalier, les portes de la cave et les trois portes de l’entrée. L’entrepreneur Gasselier couvrit les paliers et les repos de grands carreaux neufs. Trois croisées et quatre portes neuves furent vitrées au rez-de-chaussée du pavillon pendant que les maçons Lemaire et Lefuel mettaient en place la balustrade et les parties d’acrotère au-dessus des socles en pierre et taillaient des moulures pour un montant de 1 842,69 francs308.

  • 309 Pierrefitte, AN, O/3/1221.
  • 310 SACV, carton 1821-2, 1823, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve.
  • 311 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour du 20 janvier 1823 adressée à l’intendant.
  • 312 Ibid., lettre de Dufour du 18 février 1823 à l’intendant.
  • 313 Ibid., lettre de Dufour du 6 octobre 1823 à l’intendant.

107Dufour avait demandé pour l’année 1823 une somme de 18 000 francs destinée à l’établissement de portes-fenêtres dans le pavillon de l’Aile neuve afin de garantir des intempéries les planchers qui y avaient été installés309. Il dut se contenter de poursuivre les travaux sur le crédit spécial de 70 000 francs ouvert en 1821 ; le premier et le second étage du pavillon furent particulièrement concernés. Trois portes et trois croisées y furent vitrées à neuf ; l’entreprise Dubois-Drahonet réalisa les peintures des croisées en gris à l’huile. Le sieur Mignon posa les fers des grandes croisées et l’entrepreneur Morel, nouvellement engagé, des portes croisées à glace en chêne à deux vantaux. Lemaire et Lefuel réalisèrent quant à eux des travaux de maçonnerie pour l’installation des portes croisées et des croisées de l’avant-corps310. Avec des crédits aussi limités, Dufour précise que les tâches n’étaient exécutées que peu à peu, et toujours après qu’il eut vérifié sur l’état de situation de ses comptes la possibilité de continuer sans dépasser le budget imposé311. Il avait également dû composer avec les aléas du marché. L’augmentation du prix du bois à Paris entre 1821 et 1822, en raison des nombreux chantiers qui rendaient le matériau plus rare, avait gonflé sa dépense lors des travaux pour réaliser le comble du pavillon312. En octobre 1823, il lui restait 2 968 francs à dépenser sur son crédit de 70 000 francs, qu’il se proposait d’employer pour exécuter quelques croisées au premier étage313.

  • 314 SACV, carton 1824-4, lettre de la comptabilité du 15 décembre 1826 adressée à Dufour.
  • 315 Ibid., mémoires de travaux pour la continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neu (...)
  • 316 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour à l’intendant du 22 février 1825.

108Un crédit spécial de 10 000 francs ouvert pour l’exercice de 1824 permit à l’architecte de poursuivre les grosses constructions du pavillon ; crédit insuffisant puisque Dufour le dépassait de 217 francs, ce qui lui valut une demande de régularisation de la part du service de la comptabilité des Bâtiments314. Durant l’année, on poursuivit l’intérieur du pavillon. L’entrepreneur Brian réalisa un petit escalier de vingt et une marches montant à l’entresol au-dessus du corps de garde, démolit une partie du plancher pour permettre l’emplacement de cet escalier et remplit des embrasements de croisées à l’entresol et au début du premier étage. Lemaire et Lefuel assurèrent le crépi et l’enduit des murs, des cheminées et des plafonds dans les différentes pièces des entresols, du rez-de-chaussée ainsi que dans tout le premier étage. Dans l’escalier et sur le palier, un ravalement fut effectué en roche de Butry ; le vestibule du rez-de-chaussée fut dallé, deux seuils et trois marches en roche neuve de Saint-Nom furent posés. Au deuxième étage, les mêmes artisans réalisèrent le ravalement en pierre de Saint-Leu des tableaux des trois baies, le tout pour un montant de 3 826,87 francs. L’entreprise de serrurerie du sieur Mignon s’employa à fournir différents éléments pour consolider les cheminées, des espagnolettes, des verrous et des rampes d’escalier pour un total de 1 986,74 francs. L’entrepreneur Morel, quant à lui, fournissait des portes de chêne, des cloisons en boiserie, des moulures formant chambranle, des portes de placard pour une somme de 1 675,03 francs. L’entreprise de vitriers Demonceaux-Montingy fut chargée des croisées du premier et du deuxième étage, tandis que l’entreprise Dubois-Drahonet effectuait les travaux de peinture sur les portes, croisées et chambranles qui furent couverts de trois couches de gris à l’huile. Enfin le sieur Gasselier carrela le rez-de-chaussée et l’entresol du corps de garde315. On notera au passage que les travaux effectués pour le corps de garde n’étaient pas initialement prévus dans le budget de Dufour ; le gouverneur du palais avait insisté pour que l’on terminât la pièce qui devait l’abriter dans le pavillon neuf, celle où on l’avait provisoirement installé dans la Vieille Aile étant trop délabrée316.

  • 317 SACV, carton 1825-1, continuation des constructions du pavillon de l’Aile neuve (16 mémoires).

109Pour l’année 1825, un crédit de 15 000 francs fut accordé à Dufour. Les mêmes entrepreneurs reparurent sur le chantier. Les ouvrages de serrurerie concernèrent les cuisines et cheminées ainsi que le ferrage des portes des différents étages. La porte donnant sur la cour des Princes était maintenant munie d’une serrure de sûreté et d’un bouton. Dans le logement du portier, également pourvu de verrous, on posa deux cheminées capucine en pierre de Saint-Leu puis on couvrit les plafonds de deux couches de blanc à la colle. La porte qui donnait sur la cour des Princes fut peinte en gris à l’huile ; et, au-dessus de celle-ci et de la croisée, on écrivit en lettres noires à l’huile le mot portier. Des travaux de soudure furent effectués dans les latrines ; le ravalement des murs en pierre de Saint-Leu fut réalisé sur l’ensemble des étages ; enfin, on continua d’élever entre le pavillon et la Vieille Aile des parties de mur en vieux moellon et en plâtre qu’on recouvrit de crépi et d’enduit. Quant au logement du deuxième étage, il bénéficia d’une cheminée en marbre royal doublée en pierre et d’un carrelage de marbre. Les logements des quatre étages furent munis de portes, châssis, cloisons, portes de placards, tablettes, plinthes, lambris et chambranles. Au dernier étage, cinq cheminées furent installées pour les différents logements qui allaient bientôt le composer. Des travaux de maçonnerie furent engagés sous les combles où l’on installait des cloisons légères pour distribuer l’étage. La même opération se répéta au troisième, qui fut séparé en trois pièces. Enfin, une chambre dans le grenier fut carrelée ainsi que l’entresol du logement du portier, une pièce du deuxième étage, le rez-de-chaussée du pavillon, le corps de garde et la pièce d’entrée317.

  • 318 SACV, carton 1826-1, état et montant des mémoires des travaux faits pour le ravalement du pavillon (...)
  • 319 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour du 30 mai 1827 à l’intendant.
  • 320 Ibid., lettre de Dufour du 8 mai 1827 à l’intendant.
  • 321 Ibid., lettre de Dufour du 5 février 1828 à l’intendant.

110En 1826 et 1827, les travaux se poursuivirent grâce à deux crédits de 20 000318 et 26 000 francs319 affectés au ravalement extérieur du pavillon. Dufour rappela à l’intendant que pour se débarrasser plus rapidement des échafaudages, il avait été convenu que toute la sculpture du ravalement serait faite en deux ans et payée en deux fois sur les années 1826 et 1827320. En 1826, on effectua tout ce qui se trouvait au-dessus du soubassement, et en 1827 tout le soubassement321. Lefuel se chargea du ravalement de la face principale du pavillon, de la cymaise couronnant le fronton et des parties latérales à droite et à gauche (fig. 16).

Fig. 16 : Élévation de la façade du pavillon de l’Aile neuve, 1830-1837, 70 × 45 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 13, no 05.

Fig. 16 : Élévation de la façade du pavillon de l’Aile neuve, 1830-1837, 70 × 45 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 13, no 05.

Élévation de la façade regardant vers la grille du château du pavillon Dufour. Verso : élévation de la croisée centrale avec détails de la mouluration.

© SACV

  • 322 SACV, carton 1827-2, mémoire de maçonnerie pour le ravalement extérieur du pavillon neuf.
  • 323 SACV, carton 1826-1, mémoires pour le ravalement extérieur du pavillon neuf.

111En 1827, ses ouvriers travaillèrent sur la partie inférieure du pavillon, s’occupant des socles des colonnes de l’avant-corps. On ravala les socles des bases de colonnes engagées sur la face latérale du pavillon et entre les croisées, les bases et la frise du soubassement. Les tailleurs de pierre réalisèrent les feuillures au pourtour des baies des portes et des croisées sur les trois faces du pavillon pour dégager les bossages322. Les sculpteurs Boichard et Thierry réalisèrent les sculptures de la corniche en pierre de Conflans et de Saint-Leu qui comprenaient 120 modillons d’ordre corinthien, 120 rosaces et 18 consoles. Cinq chapiteaux d’ordre corinthien furent également sculptés ainsi que les colonnes engagées323.

  • 324 SACV, carton 1827-2, continuation des constructions de l’Aile neuve (11 mémoires).

112Dans le même temps, les aménagements intérieurs se poursuivaient. Il y eut des travaux de carrelage et de maçonnerie pour la cuisine du logement du deuxième étage, où l’on posa un évier, mais aussi de ravalement intérieur pour une partie du premier étage. Les ouvrages de menuiserie étaient encore nombreux ; l’entrepreneur Morel se chargea de fournir des portes en chêne, des plinthes ou encore des chambranles afin de compléter l’aménagement des deux étages. Ceux de serrurerie consistèrent en ferrure et montage d’éléments pour les portes et en fourniture de renforcement pour les cheminées. Les travaux de peinture se portèrent sur le logement du comte Davangour au deuxième étage, qui fut ensuite vitré. On effectua également sur l’ensemble des étages des travaux de poêlerie324.

  • 325 SACV, carton, 1828-1, lettre de l’intendant du 26 mars 1828 à Dufour.
  • 326 SACV, carton, 1829-1, achèvement du pavillon de l’Aile neuve (9 mémoires).

113En mars 1828, il restait 4 000 francs sur le crédit de 1827 ; Dufour fut autorisé à l’employer pour continuer les arrangements intérieurs. L’intendant demanda cependant que les travaux fussent terminés rapidement afin que ne soit pas retardée la liquidation de l’exercice de 1827325. En 1829, au bout de quinze ans, on achevait enfin le pavillon de l’Aile neuve grâce à un dernier crédit spécial de 10 000 francs. L’entrepreneur Morel fournit des cloisons de séparation pour les logements du premier étage ainsi que des châssis de fenêtres, des chambranles et des lambris, tandis que les ouvriers de l’entreprise Dubois-Drahonet finissaient de peindre les plafonds dans l’escalier numéro douze, les murs en couleur pierre et les portes en gris à l’huile. Enfin, on vitra une porte neuve, une croisée, une cloison et les lieux d’aisance du quatrième étage, puis on posa des miroirs dans certains logements326.

114Si un crédit d’un million avait été accordé en 1814, la dépense réelle avait été bien inférieure. En effet, Dufour annonçait en 1816 avoir dépensé la somme de 188 351 francs. Ajoutée aux crédits ouverts entre 1817 et 1829, la dépense pour la construction et l’aménagement du pavillon se limite en tout et pour tout à 639 351 francs, soit un peu plus de la moitié de ce qui était initialement prévu. On peut mesurer ici à quel point Alexandre Dufour fut brimé dans les travaux qu’il avait entrepris par ce budget très restreint et mieux comprendre pourquoi ils furent à ce point ralentis. Avec un budget d’un million, il prévoyait en effet de terminer les travaux en un an ; avec ceux que lui accorda la Restauration, il lui aura fallu quinze ans pour venir à bout de cette construction monumentale.

Conclusion

  • 327 Cazes et Noël 1910, p. 154.

115Achevé, le pavillon Dufour allait accueillir des logements comme par le passé. Louis XVIII, pour sa part, avait finalement renoncé à loger au château de Versailles ; mais il y donna asile à un certain nombre de serviteurs et d’anciens émigrés327.

  • 328 Fontaine 1987, t. I, p. 741. Fontaine avait ainsi rédigé la notice biographique précédant l’ouvrage (...)
  • 329 Journal des artistes 1814, p. 121-122.
  • 330 Ibid.
  • 331 Ibid.
  • 332 SACV, carton 1835-7, mémoire de travaux de poêlerie et de menuiserie.
  • 333 SACV, 03 002/sans cote, rapports de Nepveu à Dubuc, vol. 2 (1837-1840), non paginé, 159e visite du (...)

116La dénomination actuelle du bâtiment n’était pas encore fixée du temps d’Alexandre Dufour. En 1835, quelques dizaines de jours après le décès de l’architecte, un article paraissait dans le Journal des artistes pour rendre hommage à son travail. L’auteur anonyme, mais qui pourrait bien être son vieil ami Fontaine328, rappelait que c’était sous la direction de Dufour qu’avaient eu lieu « les immenses travaux de restauration exécutés en ce vaste palais sous Napoléon, sous Louis XVIII et sous Louis-Philippe, depuis 1810 jusqu’en 1831329 ». Il soulignait en outre que c’était « à ses soins et à ses talents » que l’on devait l’exécution du pavillon de l’aile droite, marquant ainsi l’achèvement du « beau palais de Versailles330 ». Aussi, « pour tenir mémoire de cette circonstance, ajoutait l’auteur, le pavillon de droite, exécuté sur ses plans, a-t-il reçu le nom de pavillon Dufour, comme celui de gauche garde depuis son érection le nom de pavillon Gabriel, qui en fut l’architecte331 ». Dans les faits, cette appellation ne fut pas immédiate ; il fallut attendre 1838 pour la voir employée par l’inspecteur des travaux, M. Blondel332, et 1839 par le successeur de Dufour, Frédéric Nepveu333. Elle resta par la suite en usage.

  • 334 Fontaine 1987, t. I, p. 279.

117Dufour, en ce début de xixe siècle agité de passions politiques et de guerres, période peu encline aux nouvelles constructions, semble avoir été réduit au rôle secondaire de ces auxiliaires administratifs que l’on cantonnait « à des restaurations et à des ravaudages334 ». De sa réalisation la plus importante, le pavillon qui porte son nom, il n’est pas interdit de penser qu’il n’était dans le fond qu’une copie du pavillon de Gabriel. Le rôle de Dufour n’en fut pas moins capital pour la sauvegarde du château. Ayant trouvé le domaine dans un état d’abandon et de délabrement qui nécessitait des travaux de longue haleine, il opposa à l’incompréhension de ses intendants une patience qui finit par triompher de toutes les vexations budgétaires et consacra sa carrière à la protection de ce patrimoine unique.

  • 335 SACV, 03 002/sans cote, rapports de Nepveu à Dubuc, vol. 1 (1833-1836), non paginé, 26e visite du r (...)

118Frédéric Nepveu, qui avait travaillé sous sa direction avant de prendre sa succession, proposa, le 4 février 1835, lors d’une visite de Louis-Philippe à Versailles, de faire réaliser le portrait du vieil architecte disparu et de l’exposer en bonne place avec les portraits d’artistes qui s’étaient employés à la construction et à la décoration du palais et des jardins de Versailles. Dufour était à ses yeux un « homme de mérite, aussi bon architecte qu’administrateur335 » ; un modèle à suivre, sans doute, pour celui qui allait diriger les longs travaux destinés à transformer le château de Versailles en musée historique sous la monarchie de Juillet.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES MANUSCRITES ET FONDS D’ARCHIVES

Archives nationales de France, Paris

O/1/1918-2, correspondance des Beaux-Arts.

439/AP/1, fonds Fontaine, correspondance active et passive, 1790-1853.

Archives nationales de France, Pierrefitte

133AP, fonds Davout, domaine de Savigny-sur-Orge.

O/2 Maison de l’Empereur (Premier Empire)

O/2/158, 438 à 553, Bâtiments. Nomination de Dufour aux fonctions d’architecte adjoint pour les travaux de Versailles.

O/2/159, 262 à 274, Bâtiments. Remplacements, promotions et nominations d’employés, nomination de Dufour aux fonctions d’architecte en chef de Versailles et Trianon.

O/2/229, correspondance entre l’intendant général de la Couronne et l’intendant général des Bâtiments relative à la rédaction de plans des domaines impériaux 1810-1812.

O/2/327, Bâtiments, correspondance de Dufour avec l’intendant des Bâtiments impériaux.

O/2/241, Bâtiments, correspondance de Dufour avec l’intendant des Bâtiments impériaux. Décès de Trepsat, qui est remplacé par Dufour.

O/2/847, Bâtiments, dépenses occasionnées par le voyage de l’Empereur et la réception du pape à Fontainebleau, signé Fontaine.

F/13 Bâtiments civils

F/13/1683, nomination de l’architecte de la ville de Marseille.

F/21 Beaux-Arts

F/21/2477, dossier no 267, lettre du Conseil des bâtiments civils au ministre de l’Intérieur au sujet de la nomination d’un architecte à Marseille.

O/3 Maison du roi (Restauration)

O/3/1221, Bâtiments de Versailles, état de proposition de paiement, mémoires de travaux et proposition de dépenses de Dufour, 1814-1829.

O/3/833, dossier no 84, Dufour, architecte du roi. Versailles (Yvelines). Demande la Légion d’honneur. Nommé chevalier le 1er mai 1821.

O/3/1218, Bâtiments de Versailles, correspondance active et passive de Dufour avec l’intendant, 1823-1829.

O/3/1222, Bâtiments de Versailles, lettres de Dufour avec l’intendant (1814-1817) et propositions de dépenses (1816-1828).

O/4 Maison du roi (monarchie de Juillet)

O/4/1463, Budgets de la Maison du roi et de la Liste civile. 1830-1848. Année 1833, Intendance générale de la Liste civile, mandats de paiement.

O/4/1464, Budgets de la Maison du roi et de la Liste civile. 1830-1848. Année 1833, Intendance générale de la Liste civile, mandats de paiement.

O/4/1465, Budgets de la Maison du roi et de la Liste civile. 1830-1848. Année 1833, Intendance générale de la Liste civile, mandats de paiement.

O/4/1515, Budgets de la Maison du roi et de la Liste civile. 1830-1848. Année 1834, Intendance générale de la Liste civile, mandats de paiement.

Archives du château de Versailles

B22 : recueil réalisé par Dufour depuis 1809 de tous les plans du château de Versailles et qui y a joint différents projets de restauration de la façade sur la ville. 

B23 : recueil de plans des dépendances au château de Versailles depuis 1811 jusqu’en 1830 réalisé par Dufour.

Liasse 5 no 10 : plan général du palais de Versailles par Peyre le Jeune.

Liasse 12 : relevés de l’aile Gabriel ayant servi à la construction du pavillon Dufour.

Liasse 13 : plans du pavillon de l’Aile neuve.

Liasse 104 bis : plans du pavillon de l’Aile neuve.

Liasse 101 : prolongation du boulevard de l’Impératrice.

Cartons 1809-1 et 1809-2, activité de Dufour, inspecteur des bâtiments aux palais impériaux de Versailles et Trianon.

Carton 1809-3, état général des appartements et logements des dépendances du château royal de Versailles.

Carton 1810-1, extraits de budget, proposition de travaux à faire, dépenses en mémoire réglés, état de travaux faits en 1810.

Carton 1814/1815 bis, correspondance de l’intendant des Bâtiments avec l’architecte de Versailles.

Carton 1816-5, château de Versailles : devis et mémoires pour l’achèvement de l’aile Gabriel et les appartements de Madame la duchesse d’Angoulême.

Carton 1817-1, 109 lettres de l’intendance des Bâtiments, mémoires de travaux pour le bosquet du Roi dans l’ancienne île d’Amour.

Carton 1817-7, château de Versailles : mémoires de travaux pour l’achèvement des appartements du duc et de la duchesse d’Angoulême.

Carton 1817-12-1, attachements pour les travaux effectués au palais de Versailles pour le Pavillon neuf.

Carton 1818-1, 117 lettres de l’intendant des Bâtiments, devis et lettres relatives à la continuation de l’Aile neuve.

Carton 1818-2, mémoires de travaux pour la continuation de l’Aile neuve.

Carton 1818-3, mémoires de travaux pour l’ouverture et la plantation d’une avenue faisant suite à l’allée principale du bosquet du Roi.

Carton 1820-2, mémoires de travaux pour la continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1821-1, correspondance, jardins, divers.

Carton 1821-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve (23 mémoires).

Carton 1822-1, lettres de l’intendance des Bâtiments de la Couronne.

Carton 1823-1, correspondance, parc, divers.

Carton 1824-4, mémoire de travaux pour la continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1825-1, mémoire de travaux pour la continuation du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1826-1, mémoire de travaux pour le ravalement extérieur du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1827-1, correspondance, budget, mobilier.

Carton 1827-2, mémoire de travaux pour la continuation du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1828-1, correspondance envoyée par l’intendance des Bâtiments à Dufour.

Carton 1829-1, travaux divers et garde-meuble. Mémoire de travaux pour l’achèvement du pavillon de l’Aile neuve.

Carton 1830-3, entretien des bâtiments du château et des dépendances.

Carton 1831-2, entretien des bâtiments du château et des dépendances.

Carton 1832-1, comptabilité et correspondance de Dufour.

Carton 1835-7, arrangement du premier étage de la Vieille Aile, y compris le pavillon Dufour.

03 002/sans cote, rapports de Nepveu à Dubuc, vol. 1.

Bibliothèque municipale de Versailles

Ms P 27, plans des réservoirs et étangs qui sont aux environs de Versailles, xviie siècle ; ex-libris de Dufour, architecte du roi.

Ms F 462_fol 15, plan du rez-de-chaussée de l’aile à gauche au niveau des cours du château de Versailles.

Archives départementales des Yvelines

1112525, acte de décès d’Alexandre Dufour.

9Q 5402, acte de succession et d’absence pour l’année 1835.

3E 43/539, étude de maître Giroud-Mollier, actes de janvier à mars 1835.

Archives départementales de Seine-Maritime

4E 02012 (1755-1759), acte de baptême d’Alexandre Dufour.

4E 02012 (1751-1754), acte de baptême de Pierre Charles Dufour.

École nationale supérieure des beaux-arts

Registre 383, registres de l’Académie royale d’architecture.

SOURCES ICONOGRAPHIQUES

Musée national des domaines de Versailles et de Trianon

MV 9133, invdessins 1256. Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrées. Dufour Alexandre, architecte P.F.L. Fontaine. Aquarelle, 36 × 65 cm.

MV9134, invdessins 1257. Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrées. Dufour Alexandre, architecte P.F.L. Fontaine. Aquarelle, 32 × 91,5 cm.

MV 9135, invdessins 1258. Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrées. Dufour Alexandre, architecte P.F.L. Fontaine. Aquarelle, 27 × 107 cm.

MV8928 ; invdessins 1113. Projet d’élévation du château de Versailles du côté de la ville, par Jean-François Heurtier, vers 1780.

INV. DESS.1080. Démolition du pavillon du bout de l’aile vieille du château de Versailles en 1814, Pierre Drahonet, gouache.

Inv. 1866 n3. Recueil de plans relatifs aux eaux des jardins et bâtiments des châteaux de Versailles et de Trianon.

P3. Élévation du corps central du château, Grand Projet de Gabriel, 1771.

Bibliothèque nationale de France

La Montgolfière Marie Antoinette. Deuxième expérience faite à Versailles dans la cour des Ministres par M. Pilâtre de Rozier le 23 juin 1784, Estampe, éd. A.P.D.R. À Paris chez Vachez, quai de Gèvres. Eau-forte coloriée ; 12,7 × 08,9 cm.

NB-21-PET FOL, Testa (Angelo), gage d’amitié à Lethière partant pour Rome le 2 juillet 1807, portrait des douze membres du duodi, dont celui d’Alexandre Dufour par Boilly.

SOURCES IMPRIMÉES

Denecourt Claude-François, 1856, Le palais et la forêt de Fontainebleau, guide historique et descriptif, Fontainebleau, chez l’auteur.

Descamps Jean-Baptiste, 1767, Sur l’utilité des écoles gratuites de dessin en faveur des métiers, discours qui a remporté le prix au jugement de l’Académie française, en 1767, Paris, Regnard.

Diderot Denis, 1970, Œuvres complètes, t. VII, Paris, Club français du livre.

Fontaine Pierre-François-Léonard, 1987, Journal : 1799-1853, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts-Institut français d’architecture, 2 vol. 

Giornale delle belle arti e della incisione antiquaria, musica e poesia, 1786-1788, Rome, Casaletti.

Gosseaume Pierre-Laurent-Guillaume, 1814-1821, Précis analytique des travaux de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen, depuis sa fondation en 1744 jusqu’à l’époque de sa restauration, le 29 juin 1803, précédé de l’histoire de l’Académie, Rouen, Périaux, 5 vol.

Journal des artistes, 1835, 9e année, 1er vol. , no 8.

Journal des arts, des sciences et de la littérature, 1814, no 69.

L’Almanach des plaisirs de Paris et des communes environnantes pour l’année 1815, 1815, Paris, Mame frères.

Mémoires de Constant, premier valet de l’Empereur, sur la vie privée de Napoléon, sa famille et sa cour, 1830, t. I, Paris, Ladvocat.

Michel Christian, 1986, « Lettres adressées par Charles-Nicolas Cochin fils à Jean-Baptiste Descamps, 1757-1790 », dans Correspondances d’artistes des xviiie et xixe siècles, coll. « Archives de l’art français », Paris, Société de l’histoire de l’art français, nouv. période, t. XXVIII, p. 9-98.

Modèles de serrurerie choisis parmi ce que Paris offre de plus remarquable…, 1826, Paris, Bance aîné.

Oudiette Charles, 1812, Dictionnaire topographique des environs de Paris, Paris, J.G. Dentu.

Percier Charles et Fontaine Pierre-François-Léonard, 1833, Résidences de souverains : parallèle entre plusieurs résidences de souverains de France, d’Allemagne, de Suède, de Russie, d’Espagne, et d’Italie, Paris, chez les auteurs.

Procès-verbaux de l’Académie royale d’architecture, 1671-1693, 1911-1929, publiés par Henry Lemonnier, Société de l’histoire de l’art français, Paris, J. Schemit, 10 vol.

ÉTUDES

Anonyme, 1905, « Notice sur M. Morel d’Arleux », Réunion des sociétés des beaux-arts, Paris, Plon-Nourrit et Cie, session n° 29.

Baridon Michel, 2003, Histoire des jardins de Versailles, Arles, Actes Sud.

Bauchal Charles, 1887, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, A. Daly fils et Cie.

Baulez Christian, 1982, « Le grand Projet », dans Gallet M. et Bottineau Y., Les Gabriel, cat. exp. (Archives nationales, hôtel de Rohan, 15 avril-15 juin 1983), Paris, Picard, p. 182-193.

Baulez Christian, 2006, « Le Projet d’installation de Napoléon à Versailles : de Gondoin à Fontaine », Versalia, no 9, p. 14-22.

Baulez Christian, 2007, Versailles, deux siècles d’histoire de l’art, Versailles, Société des Amis de Versailles.

Bausset Louis-François-Joseph de, 1829, Mémoires anecdotiques sur l’intérieur du palais et sur quelques événements de l’Empire, depuis 1805 jusqu’en 1816, t. IV, Paris, A. Levasseur.

Benoit Jérémie, 2003, « Napoléon à Trianon », Revue du souvenir napoléonien, no 448, p. 13-24.

Benoit Jérémie, 2009, Le Grand Trianon : un palais privé à l’ombre de Versailles, de Louis XIV à Napoléon et de Louis-Philippe au général de Gaulle, Lathuile, Éditions du Gui.

Benoit Jérémie, 2005, Napoléon et Versailles, Paris, Réunion des musées nationaux.

Beyeler Christophe (dir.), 2004, Le pape et l’Empereur : la réception de Pie VII par Napoléon à Fontainebleau, 25-28 novembre 1804, cat. exp. (musée national du château de Fontainebleau, 25 nov. 2004-25 févr. 2005), Paris, Somogy.

Biraud Émilie, 2008, Frédéric Nepveu (1777-1862) : l’architecte et ses réalisations dans le corps central du château de Versailles, 1833-1848, mémoire de recherche, Paris, École du Louvre, sous la direction de Valérie Bajou, Karine McGrath, Jean Michel Leniaud, 2 vol. 

Biraud Émilie, 2009, « Frédéric Nepveu (1777-1862) : personnalité d’un architecte dans l’ombre du château de Versailles », Livraisons de l’histoire de l’architecture, 18 | 2009, mis en ligne le 10 décembre 2011. URL : http://journals.openedition.org/lha/221.

Biraud Émilie, 2010, « Frédéric Nepveu, architecte du château de Versailles sous la Monarchie de Juillet », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, no 92, p. 118-139.

Biraud Émilie, 2010, « Les projets de Jacques Gondoin : première réponse aux rêves versaillais de Napoléon », Bulletin du centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 septembre 2010. URL : http://journals.openedition.org/crcv/10336.

Biver Marie-Louise, 1964, Pierre Fontaine, premier architecte de l’Empereur, Paris, Plon.

Bottet Maurice, 1914, Napoléon aux camps de Boulogne : la côte de fer et les flottilles, Paris, Ambert.

Branda Pierre, 2011, Napoléon et ses hommes, la Maison de l’Empereur, 1804-1815, Paris, Fayard.

Brault Élie et Du Bois Alexandre, 1893, Les Architectes par leurs œuvres. Tome 3, Paris, Paris, H. Laurens.

Brière Gaston, 1907, Le château de Versailles : architecture et décoration, Paris, Librairie centrale des beaux-arts.

Carlier Yves, Droguet Vincent et Lefébure Amaury, 2003, Napoléon à Fontainebleau, Paris, Réunion des musées nationaux.

Cazes Émilien, 1913, « Napoléon à Versailles et à Trianon », Revue des études napoléoniennes, t. IV, p. 161-181.

Cazes Émilien et Noël Laurent, 1910, Le château de Versailles et ses dépendances, Versailles, L. Bernard.

Chatelle Albert, 1956, Napoléon et la légion d’honneur au camp de Boulogne, 1801-1805, Paris, Friedland.

Duboy Philippe, 1987, Jean Jacques Lequeu : une énigme, Paris, Hazan.

Dussieux Louis-Étienne, 1881, Le château de Versailles : histoire et description, Versailles, L. Bernard, 2 vol. 

Fennebresque Juste, 1889, La petite Venise, histoire d’une corporation nautique, Paris-Versailles, A. Picard et fils-L. Bernard.

Foucart Bruno, 1991, Guillaume Guillon Lethière : peintre d’histoire (1760-1832), Savigny-sur-Orge, Association des amis de Guillaume Guillon Lethière.

Fouché Maurice, 1904, Percier et Fontaine, Paris, H. Laurens.

Halévy Fromental, 1854, Notice historique sur la vie et les travaux de M. Fontaine, discours lu à la séance publique de l’Académie des beaux-arts le samedi 7 octobre 1854, Paris, impr. F. Didot et frères.

Gallet Michel, 1995, Les architectes parisiens du xviiie siècle, dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès.

Gallet-Guerne Danielle et Baulez Christian, 1983-1989, Versailles, Dessins d’architecture de la Direction générale des Bâtiments du roi, Paris, Archives Nationales, 2 vol. 

Garric Jean-Philippe, 2012, Percier et Fontaine : les architectes de Napoléon, Paris, Belin.

Peyceré David et Ragot Gilles (dir.), 1996, Archives d’architectes, état des fonds, xixe-xxe siècles, rééd. S. Gaubert et R. Cohu, Paris, Direction des Archives de France-La Documentation française.

Hautecœur Louis, 1910, « L’Académie de Parme et ses concours à la fin du xviiie siècle », Gazette des beaux-arts, no 638, p. 147-165.

Heng Michèle, 2011, « Un fonds inédit d’œuvres, archives et collections provenant de l’architecte Pierre-François-Léonard Fontaine (1762-1853) », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, p. 63-94.

Henry-Gobet Aude, 2008, « De la province de Normandie à la Ville éternelle, les élèves de l’École de dessin de Rouen à Rome au xviiie siècle », Studiolo, 6, p. 145-165.

Kaufmann Emil, 1978, Trois architectes révolutionnaires, Boullée, Ledoux, Lequeu, trad. de l’anglais par Françoise Revers, Paris, Éditions de la SADG.

Laborde Alexandre, 1839, Versailles ancien et moderne, Paris A. Éverat et Cie.

Lance Adolphe, 1872, Dictionnaire des architectes français, Tome premier (A-K), Paris, Vve A. Morel et Cie.

Le Roi Joseph-Adrien, 1868, Histoire de Versailles, de ses vues, places et avenues, depuis l’origine de cette ville jusqu’à nos jours, t. II, Versailles, P. Oswald.

Loyer François, 1999, Histoire de l’architecture française, vol. 3 : De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès-Éditions du Patrimoine.

Mangin Arthur, 1887, Histoire des jardins anciens et modernes, Tours, Alfred Mame et fils.

Maral Alexandre, 2011, « Hardouin-Mansart à Versailles : l’architecte et la sculpture », Versalia, no 14, p. 93-113.

Michaud Louis-Gabriel, 1843-1865, Biographie universelle ancienne et moderne, 2e éd., Paris, A. Thoisnier Desplaces, 45 vol.

Morvan Becker Frédéric, 2010, L’école gratuite de dessin de Rouen, ou la formation des techniciens au xviiie siècle, doctorat d’histoire sous la direction de Philippe Minard, université Paris VIII-Saint-Denis.

Newton William R., 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard, 2 vol. 

Nolhac Pierre de, 1913, Les jardins de Versailles, Paris, Goupil et Cie.

Pelpel Laurent (dir.), 1980, La formation architecturale au xviiie siècle en France, Paris, Fondation Royaumont.

Pinard Théodule, 1864, Histoire, archéologie, biographie du canton de Longjumeau, Paris, A. Durand.

Pradel Pierre, 1937, « Versailles sous le Premier Empire », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no2 (avril-juin), p. 83-94.

Quatre siècles du service des bâtiments : bâtiments du roi, palais impériaux, bâtiments civils et palais nationaux, 1538-1938, 1938, cat. exp. (Archives nationales, hôtel de Rohan-Strasbourg, 30 mai-15 juil. 1938), Paris, Archives nationales.

Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne… Section des beaux-arts. Vingt-neuvième session, 1905, Paris, E. Plon et Cie.

Saint-Simon Louis de Rouvroy de, 1958, Mémoires, éd. Gonzague Truc, t. IV, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Samoyault Verlet Colombe, 1969 « Les deux appartements du pape à Fontainebleau », Archives de l’art français, nouv. période, t. XXIV : Les arts à l’époque napoléonienne, p. 213-239.

Saule Béatrix,‎ 2005, Versailles : décor sculpté extérieur [en ligne], Versailles-Paris, Établissement public du musée et du domaine de Versailles-Réunion des musées nationaux. URL : http://www.sculpturesversailles.fr/.

Stryjeński Casimir, 1904, « Le château de Versailles et Napoléon Ier », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, no°2, p. 134-136.

Thierry Gilbert-Augustin, 1909, La mystérieuse affaire Donnadieu (1802), Paris, Plon-Nourrit.

Verlet Pierre, 2002, Le château de Versailles, Paris, Fayard.

Waresquiel Emmanuel de et Yvert Benoît, 2002, Histoire de la Restauration : 1814-1830. Naissance de la France moderne, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais AD76), 4E 02012 (1755-1759).

2 Paris, Archives nationales (désormais AN), O/1/1918 (2), dans une lettre du 17 septembre 1785 adressée au comte d’Angiviller.

3 Pelpel 1980, p. 18.

4 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 39.

5 AD76, L/1173, règlement de l’école de dessin imprimé vers 1750.

6 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 43.

7 Le Brument était un ancien élève de Jean-Baptiste Descamps.

8 Morvan Becker 2010, p. 148.

9 Ibid., p. 355. Il accueillera notamment Jean-Jacques Lequeu.

10 Gosseaume 1814-1821, t. I, p. 43.

11 Morvan Becker 2010, p. 356.

12 Ibid., p. 557. En note, il précise que le nom de Dufour a été mal retranscrit dans Gosseaume 1814-1821, t. IV, p. 47. En effet, le nom de Dufay correspond à celui d’un botaniste du xviie siècle dont on fait l’éloge dans le même ouvrage.

13 Gosseaume 1814-1821, t. IV, p. 38-40.

14 Morvan Becker 2010, p. 729.

15 Ibid., p. 15.

16 Ibid., p. 729. Guillon-Lethière gagna ainsi la capitale en août 1778, où il devint l’élève de Gabriel-François Doyen (1726-1806).

17 Archives de l’Institut de France, A 24.

18 Il était le neveu de Jacques-Germain Soufflot.

19 Morvan Becker 2010, p. 558.

20 Paris, AN, O/1/1918 (2), certificat daté du 12 septembre 1785. Malheureusement, le nom de son professeur n’y est pas mentionné.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Pelpel 1980, p. 63.

24 Il était lui aussi un élève de l’école gratuite de dessin de Rouen et était en Italie en même temps que Dufour.

25 Hautecœur 1910, p. 147-165.

26 Procès-verbaux 1911-1929, p. 117. Pour des dessins d’ornements dans une frise corinthienne en 1783.

27 Ibid., p. 157. Pour le dessin d’une grotte avec des cascades en 1785.

28 Ibid., p. 158. En 1785, pour un édifice de caserne.

29 Ibid., p. 92-95 et suiv.

30 Fontaine 1987, t. II, p. 1 304.

31 Henry-Gobet 2008, p. 150.

32 Paris, AN, O/1/1918 (2).

33 Morvan Becker 2010, p. 269.

34 Henry-Gobet 2008, p. 146.

35 Claude Michallon venait d’obtenir le premier prix de sculpture de l’Académie.

36 Biver 1964, p. 14.

37 Garric 2012, p. 34.

38 Claude Michallon étant, quant à lui, logé à l’Académie de France à Rome.

39 Garric 2012, p. 35.

40 Biver 1964, p. 15.

41 Journal des artistes 1835, p. 121-122.

42 Fontaine 1987, t. II, p. 1328.

43 Hautecœur 1910, p. 152. L’Académie est fondée en 1757 par l’infant don Philippe, duc de Parme.

44 Il semble difficile de croire les propos de Fontaine lorsqu’il écrit, dans une lettre destinée à favoriser la candidature de son ami le 30 septembre 1807 (Pierrefitte, AN, F/13/1683), qu’il obtint des prix en Italie.

45 Fouché 1904, p. 24.

46 Biver 1964, p. 17.

47 Garric 2012, p. 64.

48 Morvan Becker 2010, p. 729.

49 Les archives d’Outre-mer ne portent aucune mention de l’activité d’un Dufour durant cette période.

50 Cela situe le retour de Dufour à Paris vers le mois de février 1801.

51 Fontaine 1987, t. I, p. 34.

52 Morvan Becker 2010, p. 55.

53 Réunion des sociétés savantes des beaux-arts 1905, p. 585-586, l’article fait mention d’une date de création du groupe le 2 janvier 1801, ce qui ne correspond pas à la date de retour de Dufour ni au fait qu’il n’ait rencontré Fontaine qu’en septembre. Il semble plus prudent de dater la création du groupe de la fin de cette même année 1801. Dans le calendrier révolutionnaire, les mois étaient remplacés par trois décades. Le second jour de chaque décade se nommait un duodi. Le groupe a pris ce nom de duodi en souvenir de cette époque car les réunions avaient lieu le 2 de chaque mois.

54 Outre les noms déjà cités, faisaient partie du duodi : Charles-François Callet (1755-1848), architecte voyer, Louis-Marie-Joseph Morel d’Arleux (1755-1827), peintre conservateur des dessins du Louvre, Pierre-Jules Delespine (1756-1825), membre du jury de l’École royale d’architecture et du Conseil des bâtiments civils, Jean-Thomas Thibault (1757-1826), peintre et architecte, Hippolyte Lecomte, architecte, Jean-Joseph-Xavier Bidault (1758-1846), peintre, et enfin Augustin-Marie Bedot (1763-1832), architecte et entrepreneur.

55 Fontaine 1987, t. I, p. 34.

56 Ibid., p. 103.

57 Ibid., p. 13.

58 Ibid., p. 456.

59 Anonyme 1905.

60 Ibid., p. 740.

61 Fontaine 1987, t. I, p. 64.

62 Le fils de Jacques-François Blondel (1705-1774), professeur à l’Académie royale d’architecture en 1762.

63 Fontaine 1987, t. I, p. 66-67.

64 Elle sera désignée sous le nom de « baraque de l’Empereur » et sera détruite lors d’un incendie en 1820.

65 Fontaine 1987, t. I, p. 83, le 14 juillet 1804.

66 Denecourt 1856, p. 28.

67 Ibid., p. 87.

68 Fontaine 1987, t. I, p. 229.

69 Oudiette 1812, p. 402. Le château avait appartenu à Mme Du Barry.

70 Fontaine 1987, t. I, p. 89.

71 C’est-à-dire le 22 novembre 1804.

72 Fontaine 1987, t. I, p. 91.

73 Pierrefitte, AN, O/2/327, état nominatif des personnes employées dans les attributions de l’architecture du palais impérial de Versailles et susceptible d’obtenir une pension de retraite, daté du 9 septembre 1810.

74 Pierrefitte, AN, F/21/2477, dossier no 267.

75 Ibid.

76 Pierrefitte, AN, F/13/1683, lettre manuscrite du 30 septembre 1807 de Fontaine au ministre de l’Intérieur.

77 Ibid., lettre manuscrite du 25 octobre 1807 de Dufour au ministre de l’Intérieur.

78 Il s’agit probablement du Lazaret d’Arenc, en fonction de 1663 à 1850.

79 Pierrefitte, AN, F/13/1683, document émanant du bureau des bâtiments civils, daté du 21 janvier 1808.

80 Brault et Du Bois 1893, p. 12. Guillaume Trepsat était amputé d’une jambe depuis l’attentat du 3 nivôse et se portait très mal. Outre le domaine de Versailles, il supervisait les travaux des Invalides.

81 Fontaine 1987, t. I, p. 207.

82 Ibid.

83 Ibid., p. 201.

84 Fontaine 1987, t. I, p. 205.

85 Ibid., p. 207.

86 Pierrefitte, AN, O/2/158, dossiers nos 438 à 553.

87 Pierrefitte, AN, O/2/159, dossiers nos 262 à 274.

88 Service des archives du château de Versailles (désormais SACV), carton 1810-2.

89 Ibid.

90 Pierrefitte, AN, O/2/158, dossiers nos 438 à 553. Il est nommé par le même décret impérial que Dufour.

91 Fontaine 1987, t. I, p. 252.

92 Ibid., p. 255. Auguste Famin était affecté aux travaux du Grand Commun et de la Vénerie et Guillaume Trepsat aux travaux des Écuries et des Trianon.

93 Dufour estimait la dépense à 3 150 francs pour un total de 2 328 lampions. Le 30 mai, les entrepreneurs étaient déjà à l’ouvrage.

94 Pradel 1937, p. 89.

95 Pierrefitte, AN, 0/2/327, devis pour les réparations des intérieurs des bâtiments sur la rue de la surintendance et des bâtiments en retour sur les cours y compris les réparations des façades de ces mêmes bâtiments qui n’ont pu être achevés cette année, daté du 1er septembre 1811.

96 Fontaine 1987, t. I, p. 266.

97 Pierrefitte, AN, O/2/262, dossiers nos 262 à 274.

98 Paris, AN, 439 AP/1 (2), fonds Fontaine, lettre de Dufour datée du 21 mars 1832 adressée à Fontaine.

99 SACV, carton 1809-9, état général des appartements et logements des dépendances du château royal de Versailles, document sans date.

100 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 8 novembre 1813 adressée à l’intendant M. Costaz.

101 Biraud 2008, vol. 2. p. V. Dufour signe en tant qu’ami du marié.

102 Pierrefitte, AN, O/3/833, dossier no 84.

103 Le prince de Poix était rentré en France avec Louis XVIII en 1814.

104 Michaud 1843-1865, t. 33, p. 607 et 608. 

105 Pierrefitte, AN, O/3/833, dossier no 84, lettre du 21 décembre 1816 du prince de Poix au comte de Pradel.

106 Fontaine 1987, t. I, p. 377.

107 Ibid., t. II, p. 925.

108 Ibid.

109 Paris, AN, 439 AP/1, fonds Fontaine, lettre de Dufour du 21 mars 1832.

110 Ibid.

111 SACV, carton 1832-1, correspondance diverse 1832-1848, logements accordés par l’intendant, lettre du 20 juillet 1832 adressée à M. Nepveu.

112 Ibid., lettre du 13 novembre 1832 adressée à Nepveu.

113 Ibid. Il parle d’une pension de retraite de 2 500 francs.

114 , Archives départementales des Yvelines (désormais ADY), acte de décès 1112525 daté du 1er février 1835.

115 ADY, 9Q 5402, acte de succession et d’absence pour l’année 1835.

116 ADY, 3E 43/539, étude de maître Giroud-Mollier, actes de janvier à mars 1835.

117 Ibid.

118 Pelpel 1980, p. 36.

119 Ibid., p. 68.

120 Gallet 1995, p. 338.

121 Qui comprend le compte des journées de travail, leur logement, le remplacement du personnel malade ou décédé ou encore la gestion de conflits (1814).

122 SACV, carton 1809-3, procès-verbal du 13 août 1823 : remise de la maison Ripaille à M. André-Jules Audry de Soucy, avec un bail emphytéotique.

123 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier, intendant des Bâtiments du 19 janvier 1814 adressée à Dufour.

124 Ibid., lettre du baron Mounier du 23 mai 1814 adressée à Dufour, lui annonçant leur visite.

125 Ibid., lettre du baron Mounier du 11 décembre 1815 adressée à Dufour.

126 Ibid., lettre du baron Mounier du 20 décembre 1815 adressée à Dufour.

127 SACV, carton 1818-1, lettre du 1er juin 1818 qui évoque des ouragans ayant causé des dégâts aux mois de décembre 1817 et janvier, février et mars 1818.

128 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 10 mars 1815 adressée à l’intendant.

129 Ce tableau représentait la famille du Grand Dauphin, fils de Louis XIV et était accroché dans le salon de Mars. Il s’agit en fait du tableau de Pierre Mignard (1612-1695) réalisé en 1687. Le tableau vendu sous la Révolution sera bien racheté par Louis XVIII en 1815. Il est en dépôt au musée de Versailles depuis 1960 (MV 8135.)

130 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 10 janvier 1814 adressée à l’intendant.

131 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 12 juin 1811 adressée à l’intendant.

132 Ibid., lettre de Dufour du 28 mai 1811 adressée à l’intendant.

133 Fontaine 1987, p. 266.

134 SACV, B 22. Note de Dufour : « Depuis 1810 jusqu’en 1814, on ne s’est occupé que de la restauration des combles et des façades extérieures du château et de ses ailes. »

135 Les peintures et les dorures furent restaurées.

136 Pierrefitte, AN, O/3/1221. Un crédit spécial de 50 000 francs avait été alloué pour sa remise en état.

137 Cazes et Noël 1910, p. 155.

138 Sa correspondance est presque journalière avec l’intendant.

139 Pierrefitte, AN, O/3/1221, lettre de Dufour du 1er octobre 1811 adressée à l’intendant.

140 Ibid., lettre de Dufour du 14 mars 1812 adressée à l’intendant.

141 Ibid., budgets accordés sous l’Empire pour les travaux du palais de Versailles entre 1810 et 1814.

142 SACV, B 22, recueil de tous les plans du château de Versailles et des ailes des Ministres faits par Dufour, 1809-1823, et qui y a joint différents projets de restauration de la façade sur la ville.

143 Peintre, graveur, dessinateur et paysagiste. Jean Chaufourrier a collaboré avec Le Nôtre.

144 SACV, B 15, recueil des plans des distributions du chasteau et jardins de Versailles Trianon et la Ménagerie, par Jacques Dubois géographe arpenteur du Roy. Peintre dessinateur de ses jardins. L’an 1732.

145 Fils de Charles-Philippe de France, comte d’Artois (futur Charles X), et de Marie-Thérèse de Savoie.

146 SACV, B 22, nos 4, 5, 6, 7.

147 De l’entresol à l’attique.

148 SACV, B 22, nos 8 à 16.

149 Ibid., nos 17 à 27.

150 Ibid., nos 28 à 35.

151 Ibid., no 38.

152 Ibid., no 39.

153 Ibid., no 40.

154 Ibid., nos 36 et 37.

155 Ibid., no 42.

156 Ibid., nos 43 et 48.

157 Ibid., no 44.

158 Fontaine 1987, t. I, p. 179.

159 SACV, B 23, recueil des plans des dépendances du château de Versailles depuis 1811 jusqu’en 1830.

160 SACV, inv. 1866 n3, recueil de plans relatifs aux eaux des jardins et bâtiments des châteaux de Versailles et de Trianon.

161 Garric 2012, p. 44.

162 Ibid., p. 47.

163 Les bassins du Dragon, des Lézards, de Neptune, des Quatre-Saisons, de la Pyramide, de la Colonnade, des Dômes et de l’Encelade.

164 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 1er novembre 1811 à l’intendant.

165 Un livre ayant appartenu à Dufour et traitant de ce sujet est conservé à la bibliothèque municipale de Versailles : Plans des réservoirs et étangs qui sont aux environs de Versailles, xviie siècle ; ex-libris de Dufour, architecte du roi. Ms P 27.

166 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 7 mai 1812 à l’intendant.

167 L’Almanach… 1815, p. 148-149.

168 Bauchal 1887, p. 646.

169 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 2 janvier 1811 à l’intendant.

170 Ibid., lettre de Dufour du 18 mai 1811 à l’intendant.

171 Fennebresque 1889, p. 77.

172 Ibid., p. 87.

173 Fontaine 1987, t. I, p. 202.

174 Ibid., p. 207.

175 Ibid., p. 208.

176 Ibid., p. 215.

177 SACV, carton 1809-2, entretien des eaux de Versailles et dépendances pendant le 3e et le 4e trimestre 1809.

178 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 23 février 1809 à l’intendant.

179 Pradel 1937, p. 86.

180 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 1er mars 1810 à l’intendant.

181 Ibid., lettre de Dufour du 7 avril 1810 à l’intendant.

182 Ibid., lettre de Dufour du 8 juillet 1811 à l’intendant.

183 Ibid., lettre de Dufour du 30 novembre 1811 à l’intendant.

184 Ibid., lettre de Dufour du 20 janvier 1812 à l’intendant.

185 Ibid., lettre de Dufour du 28 février 1812 à l’intendant.

186 Ibid., projet de budget pour l’exercice de 1814, une somme de 680 163 francs est affectée aux travaux urgents, dont la continuation de la restauration des murs du canal.

187 SACV, 1814/1815 bis, lettre du duc de Cadore du 24 mai 1815 à Dufour l’autorisant à continuer les travaux du Grand Canal avec la somme de 100 000 francs.

188 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 18 décembre 1812 à l’intendant.

189 Trois pieds correspondant à 91 cm.

190 SACV, carton 1817-1, lettre du baron Mounier du 17 mars 1817 adressée à Dufour.

191 Fontaine 1987, t. I, p. 421.

192 Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, avait épousé le fils aîné du comte d’Artois, futur Charles X en 1799.

193 Becquet 2012, p. 173-174

194 Fontaine 1987, t. I, p. 425.

195 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.

196 Fils de Charles-Philippe de France, comte d’Artois (futur Charles X), et de Marie-Thérèse de Savoie.

197 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.

198 Becquet 2012, p. 173.

199 Fontaine 1987, t. I, p. 437.

200 On ne savait pas si la duchesse changerait d’appartement ou non.

201 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant

202 SACV, carton 1816-5.

203 SACV, B 22 no 2.

204 Cet état des distributions ne sera que peu modifié après les interventions de Fréderic Nepveu concernant les salles des Maréchaux, avec seulement une simplification des espaces, essentiellement dans les salles qui avaient été les salons d’attente du duc d’Angoulême et qui deviendront des salles contenant les vues des anciennes résidences royales. Voir le plan no 15 daté de 1879, présenté dans Dussieux 1881.

205 Pierrefitte, AN, O/3/1221, état des montants des mémoires de travaux faits pour l’intérieur des appartements du château de Versailles pour l’exercice de 1816.

206 SACV, carton 1817-7, lettre de la comptabilité du 10 février 1819 adressée à Dufour.

207 Bauchal 1887, p. 646.

208 Appelée aussi l’Île royale, réalisée par Le Nôtre en 1671.

209 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 21 février 1816 à l’intendant.

210 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour de juillet 1811 à l’intendant. Le comblement du Miroir représentait une dépense moindre que sa restauration, qui était estimée à 11 459,78 francs.

211 Ibid., lettre de Dufour du 7 septembre 1811 à l’intendant.

212 Ibid., lettre de Dufour du 31 mars 1813 à l’intendant.

213 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 21 février 1816 à l’intendant.

214 SACV, inv. 1866 n3, fol. 22, note manuscrite de Dufour inscrite sur le plan du jardin du Roi.

215 Ibid., lettre de Dufour du 8 juillet 1817 à l’intendant.

216 C’est une colonne de marbre du Languedoc de deux pieds de diamètre, soit 60 cm.

217 SACV, carton 1817-1, mémoires des travaux faits pour le bosquet du Roi dans l’ancienne île d’Amour pour l’exercice de 1817.

218 Environ 1,50 m.

219 SACV, carton 1817-1, lettre du comte de Pradel du 24 octobre 1817 à Dufour.

220 Ibid., mémoire des ouvrages faits pour le transport de trois figures prises à Paris au Musée royal pour y être conduites au château de Versailles. Le transport a eu lieu le 23 décembre 1817 pour la figure de Flore et le 8 janvier 1818 pour celles de Vertumne et Pomone. Le tout a coûté 180 francs.

221 Nolhac 1913, p. 134. On y trouvait également l’Hercule Farnèse de Jean Cornu.

222 SACV, carton 1818-3, ouvrages de marbrerie réalisés pour le bosquet du Roi.

223 Le jardin de Hartwell était celui de la résidence que Louis XVIII occupa en Angleterre durant son exil.

224 Baridon 2003, p. 292.

225 Dussieux 1881, t. II, p. 268.

226 Environ 91 cm.

227 SACV, carton 1814/1815bis, lettre de l’intendant du 9 novembre 1815 à Dufour.

228 On connaît déjà les plaintes de Diderot, dans le Salon de 1767, contre les « inscriptions infâmes dont la statue de la Vénus aux belles fesses est sans cesse barbouillée dans les bosquets de Versailles » (Diderot 1970, p. 228).

229 SACV, carton 1818-1, lettre du baron de Barante (1782-1866) du 19 octobre 1818 à Dufour.

230 Baulez 2007, p. 33.

231 Saint-Simon 1958, p. 1005.

232 Baulez 2007, p. 34.

233 Ibid. L’aile avait été étayée en 1771, et, dès 1765-1766, on avait supprimé la terrasse par sécurité.

234 Baulez 2007, p. 40.

235 Ibid., p. 39.

236 Percier et Fontaine 1833, p. 120.

237 Dussieux 1881, t. II, p. 54.

238 Ibid., p. 64.

239 Ibid., p. 65.

240 Baulez 2006, p. 16.

241 Fontaine 1987, t. I, p. 175.

242 Baulez 2006, p. 18.

243 Fontaine 1987, t. I, p. 179.

244 Fontaine 1987, t. I, p. 201

245 Seconde époque : réparation des ailes des Ministres, des bâtiments de l’Intendance et de la Chancellerie. Construire une petite salle de théâtre. Troisième époque : faire le Grand Escalier, abattre l’aile de Louis XIII et la remplacer par un autre projet. Quatrième époque : faire connaître ce qui reste à faire. Tout sera fini en mettant trois ans au plus pour chaque époque.

246 Fontaine 1987, t. I, p. 202.

247 Benoît 2005, p. 21.

248 Fontaine 1987, t. I, p. 252.

249 Ibid.

250 Ibid., p. 266.

251 Ibid., p. 281.

252 Ibid., p. 297.

253 Baulez 2007, p. 20.

254 Fontaine 1987, t. I, p. 297.

255 Ibid.

256 Baulez 2007, p. 20.

257 Fontaine 1987, t. I, p. 297.

258 Ibid.

259 Ibid.

260 Benoît 2005, p. 24.

261 Fontaine 1987, t. I, p. 314.

262 Baulez 2007, p. 21.

263 Pradel 1937, p. 88-89.

264 Benoît 2005, p. 24.

265 Pradel 1937, p. 89.

266 Ibid.

267 Pierrefitte, AN, O/2/327, lettre de Dufour du 7 novembre 1811 à l’intendant.

268 L’aquarelle MV 9134, invdessins 1257 correspond probablement à ce projet.

269 Dussieux 1881, t. II, p. 71.

270 Fontaine 1987, p. 297.

271 MV 9133, invdessins 1256, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrée. Dufour Alexandre, architecte Pierre-François-Léonard Fontaine.

272 MV 9134, invdessins 1257, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrées. Dufour Alexandre, architecte Pierre-François-Léonard Fontaine.

273 MV 9135, invdessins 1258, Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrées. Dufour Alexandre, architecte Pierre-François-Léonard Fontaine.

274 Peut-être peut-on le dater de 1813, date à laquelle les crédits commencèrent à baisser.

275 Benoît 2005, p. 25.

276 Fontaine 1987, t. I, p. 421.

277 SACV, B 22, no 2.

278 Fontaine 1987, t. I, p. 243.

279 Waresqueil et Yvert 2002, p. 78. Louis XVIII prit la décision en juillet 1814 de passer six mois de l’année à Versailles.

280 Finalement ces célébrations auront lieu à Saint-Denis.

281 Fontaine 1987, t. I, p. 433.

282 Ibid., p. 421. Fontaine reste attaché à l’Empereur et se fait ainsi l’écho d’une partie de l’opinion.

283 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier du 16 juillet 1814 adressée à Dufour.

284 Ibid., lettre du baron Mounier du 19 juillet 1814 à Dufour.

285 Ibid., lettre du baron Mounier du 24 août 1814 à Dufour.

286 Ibid., lettre du baron Mounier du 9 septembre 1814 à Dufour.

287 Il faut noter ici que les terres provenant des fouilles du pavillon ont servi à remplir le bassin de l’île d’Amour, qui deviendra le jardin du Roi.

288 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 17 octobre 1814 à l’intendant.

289 Ibid., lettre de Dufour du 20 novembre 1814 adressée à l’intendant, le baron Mounier.

290 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du baron Mounier du 24 novembre 1814 à Dufour.

291 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 13 mars 1815 à l’intendant.

292 SACV, carton 1814/1815 1bis, lettre du duc de Cadore du 29 mars 1815 à Dufour.

293 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre du Dufour du 6 avril 1815 à l’intendant.

294 Ibid., état de la situation des restaurations du château de Versailles au 1er avril 1815.

295 Soit environ 2,74 m.

296 Pierrefitte, AN, O/3/1222, état succinct de la restauration du château de Versailles au mois d’août 1815.

297 SACV, carton 1816-5, achèvement de l’aile Gabriel.

298 Pierrefitte, AN, O/3/1222, lettre de Dufour du 30 juillet 1816 au baron Mounier.

299 Ibid.

300 Ibid., lettre de Dufour du 14 octobre 1816 au baron Mounier.

301 Ibid., lettre de Dufour du 5 avril 1817 au baron Mounier.

302 Ibid., mémoire supplémentaire des ouvrages de maçonnerie faits pour la continuation de la construction de l’Aile neuve, les dits travaux exécutés dans le cours de l’année 1819 sur le crédit de 1818.

303 SACV, carton 1820-2, continuation du pavillon de l’Aile neuve pour l’exercice de 1820.

304 Pierrefitte, AN, O/3/1221.

305 SACV, carton 1821-1, lettre du 19 juin 1821 de l’intendance des Bâtiments de la Couronne à Dufour.

306 SACV, carton 1821-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve (23 mémoires).

307 SACV, carton 1820-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve, mémoire des ouvrages de charpentes exécutés dans le courant du premier trimestre 1822 sur l’exercice de 1821.

308 SACV, carton 1821-2, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve (23 mémoires).

309 Pierrefitte, AN, O/3/1221.

310 SACV, carton 1821-2, 1823, continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve.

311 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour du 20 janvier 1823 adressée à l’intendant.

312 Ibid., lettre de Dufour du 18 février 1823 à l’intendant.

313 Ibid., lettre de Dufour du 6 octobre 1823 à l’intendant.

314 SACV, carton 1824-4, lettre de la comptabilité du 15 décembre 1826 adressée à Dufour.

315 Ibid., mémoires de travaux pour la continuation des grosses constructions du pavillon de l’Aile neuve pour l’exercice de 1824.

316 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour à l’intendant du 22 février 1825.

317 SACV, carton 1825-1, continuation des constructions du pavillon de l’Aile neuve (16 mémoires).

318 SACV, carton 1826-1, état et montant des mémoires des travaux faits pour le ravalement du pavillon neuf.

319 Pierrefitte, AN, O/3/1218, lettre de Dufour du 30 mai 1827 à l’intendant.

320 Ibid., lettre de Dufour du 8 mai 1827 à l’intendant.

321 Ibid., lettre de Dufour du 5 février 1828 à l’intendant.

322 SACV, carton 1827-2, mémoire de maçonnerie pour le ravalement extérieur du pavillon neuf.

323 SACV, carton 1826-1, mémoires pour le ravalement extérieur du pavillon neuf.

324 SACV, carton 1827-2, continuation des constructions de l’Aile neuve (11 mémoires).

325 SACV, carton, 1828-1, lettre de l’intendant du 26 mars 1828 à Dufour.

326 SACV, carton, 1829-1, achèvement du pavillon de l’Aile neuve (9 mémoires).

327 Cazes et Noël 1910, p. 154.

328 Fontaine 1987, t. I, p. 741. Fontaine avait ainsi rédigé la notice biographique précédant l’ouvrage posthume de son ami Jean-Thomas Thibault sur la perspective.

329 Journal des artistes 1814, p. 121-122.

330 Ibid.

331 Ibid.

332 SACV, carton 1835-7, mémoire de travaux de poêlerie et de menuiserie.

333 SACV, 03 002/sans cote, rapports de Nepveu à Dubuc, vol. 2 (1837-1840), non paginé, 159e visite du roi, le 7 avril 1839, rapport du 8 avril 1839.

334 Fontaine 1987, t. I, p. 279.

335 SACV, 03 002/sans cote, rapports de Nepveu à Dubuc, vol. 1 (1833-1836), non paginé, 26e visite du roi, le 4 février 1835, rapport du 4 février 1835. Le portrait de Dufour ne fut jamais réalisé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Louis-Léopold Boilly, Portrait d’Alexandre Dufour, gravure, in-folio. BNF, Est. NB-21-PET FOL, TESTA (Angelo), Gage d’amitié à Lethière partant pour Rome le 2 juillet 1807, portrait des douze membres du duodi.
Crédits © Sandra Beaufils
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 2 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles, réalisé en 1815 après la restauration de 1814 (passage « A » vers la cour des Cerfs indiqué en rouge). Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 3.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 3 : Plan du Petit Parc et de la ville de Versailles (en 1811) sur lequel sont tracées les fermes de Satori, de la Ménagerie et de Gally, les propriétés de MM. Décubière, Féburier et de l’Hermitage, 1811-1830, 99 × 51 cm. Service des Archives du château de Versailles, B 23 n01.
Crédits © EPV / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Fig. 4 : Coupe du bassin du bosquet des Bains d’Apollon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 39. 1809-1830.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Titre Fig. 5 : Plan du Grand Canal avec les nouvelles plantations, 1810, 65 × 42 cm, encre et aquarelle sur papier. Pierrefitte, Archives nationales, O/2/327.
Crédits © Sandra Beaufils
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6 : Plan du Grand Canal vers Trianon. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 58.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 7 : Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles montrant les distributions des appartements telles qu’elles ont été arrêtées par le roi en 1814 (détail). Service des Archives du château de Versailles, B 22 n2.
Légende A : Appartement du duc d’Angoulême. B : Appartement de Madame Royale. C : Entrée du duc d’Angoulême.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8 : Plan du jardin du Roi, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, inv. 1866 n3. Fol. 22.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Fig. 9 : - Vue de l’aile du Gouvernement et de la Vieille Aile en 1784.
Légende La montgolfière Marie-Antoinette. Deuxième expérience faite à Versailles dans la cour des Ministres par M. Pilâtre de Rozier le 23 juin 1784, estampe, eau-forte coloriée, 12,7 × 08,9 cm, éd. A.P.D.R. À Paris chez Vachez, quai de Gèvres. https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b8509320w
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 10 : Projet de M. Dufour, no 2. Plan du rez-de-chaussée du palais de Versailles. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre et aquarelle sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 46.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 11 : Quatrième projet de Dufour. 1810-1812, 99 × 51 cm, encre sur papier. Service des Archives du château de Versailles, B 22 no 49.
Légende Palais de Versailles. Plan du premier étage. Les ailes des Ministres, le Grand Commun et le château d’eau sont détruits pour mieux dégager toute la façade du palais.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 12 : Aquarelle no 3 de Fontaine et Dufour pour le Grand Projet, 1810-1812, aquarelle, encre noire, lavis gris, plume, 27 × 107 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, MV 9135, invdessins 1258.
Légende Proposition pour le grand projet de reconstruction du château de Versailles, côté des cours d’entrée. Dufour Alexandre, architecte P.F.L. Fontaine.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 13 : Pierre Drahonet, Démolition du pavillon de la vieille aile, gouache, 45,8 × 37,7 cm. Châteaux de Versailles et de Trianon, invdessins 1080.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​#939b50cf-382c-49cf-b585-8080b2ae0e1c
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 14 : Élévation du mur de refend du côté du Grand Escalier, vers 1814, 70 × 35 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 12, no 12.
Légende Aile gauche, coupe sur la ligne E F G H marquée sur le plan des caves.
Crédits © EPV / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 15 : Plan de la treizième assise de l’Aile neuve, 1819, 70 × 50 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 104bis, no 56.
Légende Construction de l’Aile neuve. 13e assise en Saint-Leu au-dessus de la corniche de soubassement.
Crédits © EPV / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 16 : Élévation de la façade du pavillon de l’Aile neuve, 1830-1837, 70 × 45 cm, encre et lavis sur papier. Service des Archives du château de Versailles, liasse 13, no 05.
Légende Élévation de la façade regardant vers la grille du château du pavillon Dufour. Verso : élévation de la croisée centrale avec détails de la mouluration.
Crédits © SACV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/16208/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 5,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Beaufils, « Alexandre Dufour (1759-1835), architecte de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 18 février 2019, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/16208 ; DOI : 10.4000/crcv.16208

Haut de page

Auteur

Sandra Beaufils

Sandra Beaufils, ancienne étudiante de l’École du Louvre diplômée en Master 2 Médiation, est actuellement conférencière au Centre Pompidou. Sandra Beaufils, a former student at the École du Louvre where she graduated with a Master 2 degree in Mediation, is currently a lecturer at the Centre Pompidou. sandrabeaufils@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals