Navigation – Plan du site
De l'administration à l'archivage de la cour

Les registres de comptes comme archives de la cour pontificale d’Avignon dans la première moitié du xive siècle

Account Books as Archives of the Papal Court of Avignon in the First Half of the Fourteenth Century
Valérie Theis

Résumés

Au début du xive siècle, la cour pontificale d’Avignon connaît un important développement de ses services et des pratiques d’archivage développées par ces derniers. Parmi ces archives, les livres de comptes permettent d’avoir une meilleure connaissance des services et des officiers de la cour, mais aussi des aperçus sur la vie quotidienne de celle-ci. En confrontant la structure d’organisation de ces comptes avec la réalité des dépenses, on voit cependant apparaître un écart important entre la manière dont les officiers qui tenaient les comptes se représentaient la cour, c’est-à-dire comme un hôtel princier, et la dimension de plus en plus étatique de l’institution pontificale. Mais c’est aussi ce retard dans la prise de conscience de ce qu’était alors devenue la papauté qui permet de donner une telle visibilité à la cour, les comptes se focalisant sur le contrôle des officiers et sur l’enregistrement des épisodes marquants de la vie curiale. La prise en compte de la manière dont les archives de la Chambre apostolique furent reclassées sous le pontificat d’Innocent VI permet en outre d’apercevoir l’identification par les acteurs d’un espace de la cour constitué de différents services et leur tendance à confondre en un même ensemble la gestion de la cour et celle de la ville d’Avignon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anheim 2014.

1« Archiver la cour », cette expression pose d’abord la question de savoir si la cour pontificale d’Avignon s’inscrit bien dans le cadre général du développement des sociétés de cour à la fin du Moyen Âge. Pour y répondre, on peut s’appuyer sur l’article d’Étienne Anheim « La curie pontificale d’Avignon, une société de cour ? », dont je me bornerai à rappeler en quelques mots les lignes directrices1. Non seulement la cour pontificale est bien une société de cour, mais elle en est à bien des égards le paradigme, ce dont des sociologues comme Werner Sombart et Norbert Elias étaient parfaitement conscients lorsqu’ils ont travaillé sur cette question, Sombart étant notamment cité par Elias pour l’idée selon laquelle les princes de l’Église avaient fait figure de pionniers et de modèles dans le processus de naissance des grandes cours princières :

  • 2 Sombart cité dans Elias 1985, p. 14.

La naissance des grandes cours princières, au sens que nous donnons aujourd’hui à ce terme, est une conséquence importante mais en même temps une des causes déterminantes des transformations que subissent à la fin du Moyen Âge la constitution des États et les affaires militaires. Dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, ce sont les princes de l’Église qui font figure de pionniers et de modèles. Il se peut que la première « cour » moderne fût la cour d’Avignon2.

  • 3 Voir par exemple Theis 2007.

2La cour pontificale, polarisée sur la personne du souverain pontife, est un espace social hiérarchisé qui obéit à des règles particulières par rapport à celles qui organisent l’ensemble du fonctionnement de l’Église. C’est un espace de concurrence mais aussi d’articulation entre trois univers de références hiérarchiques qui sont celui des dignitaires ecclésiastiques, celui des officiers de la cour et celui des familiers, un même individu pouvant occuper une place dans l’un ou dans tous ces systèmes hiérarchiques de la cour3. C’est enfin un espace de représentation qui s’organise à partir de textes de référence, les cérémonials, qui se trouvent au point de rencontre entre les usages liturgiques anciens de l’Église et l’élaboration progressive de rituels de réception, de fêtes et de déplacements propres à la vie curiale. Pour que ces quatre dimensions (la polarisation par le souverain, la mise en place de règles spécifiques, les phénomènes de hiérarchisation et de concurrence, et la mise en place d’un espace de représentation) puissent exprimer pleinement toutes leurs potentialités, la sédentarisation de la cour en un lieu ou en un ensemble réduit de lieux est également fondamentale.

  • 4 Dykmans 1977, 1981, 1983, 1985 et Schimmelpfennig 1973.

3Pour les périodes les plus anciennes, les cours médiévales ne nous sont pas connues par le biais d’archives qui auraient été produites ou conservées par des personnes qui y exerçaient une fonction. Ce sont les récits de voyageurs, de chroniqueurs, les correspondances, notamment celles des ambassadeurs, mais aussi celles de toutes les personnes qui étaient en relation avec les cours, des lettrés aux marchands, qui nous donnent les premiers éclairages sur leur mode de fonctionnement. Il faut en effet d’abord qu’émergent des offices curiaux ou, plus tard encore, des services curiaux, pour que ceux-ci commencent à s’appuyer sur des écrits qui viennent s’ajouter à ceux qui continuent à être produits par tous ceux qui fréquentaient une cour. Le cérémonial pontifical, qui faisait partie des livres liturgiques fondamentaux de la cour pontificale, est ainsi l’un des plus anciens textes dont on pourrait qualifier la production d’interne à la cour et qui permet de connaître les règles et les grands moments récurrents de cette vie de cour4. Cependant, cette source très précieuse présente un certain nombre de limites. La première, la plus évidente, est l’importance que les cérémonials accordent aux événements exceptionnels, ce qui ne donne accès que partiellement à la vie de cour, même si, à la cour pontificale, l’ordonnancement de l’année liturgique y occupait une grande place, laissant ainsi apparaître des formes de ritualisation plus ordinaires. La seconde est que ce type de documents se trouve à la charnière entre une démarche d’enregistrement et une démarche normative. Le cérémonial était en général établi à partir d’événements modèles qui étaient, de ce fait, archivés par l’institution, mais il était ensuite utilisé en tant que texte normatif. Il fixait un cadre, plus ou moins suivi selon les moments, pour l’organisation des cérémonies suivantes, il les informait en amont, et ce n’est qu’au fur et à mesure de ses réélaborations que les transformations de la vie de cour venaient s’archiver en son sein, parce que les pratiques sociales et les transformations du cadre matériel des rituels imposaient, au fil du temps, un certain nombre d’aménagements. En se situant à mi-chemin entre un texte normatif et un texte rendant compte de pratiques sociales, le cérémonial peut ainsi être considéré comme une première manière pour la cour de construire ses propres archives.

4Cependant, si l’on veut prendre au sérieux l’expression « archiver la cour », il faut aller au-delà, et s’intéresser à des phénomènes d’enregistrement, de classement et de conservation de ce qui constituait la vie de la cour, qu’il s’agisse de son organisation sociale, des événements réguliers ou exceptionnels qui s’y déroulaient ou encore des crises et des conflits qui la traversaient. Il faut aussi prendre en compte la différence de nature qui existe entre les archives constituées par des acteurs présents à la cour, qui renferment des éléments cruciaux pour faire l’histoire de la cour (à Avignon, on peut penser aux correspondances des marchands, comme celle de la compagnie Datini, ou aux archives constituées par certains curialistes), et les pratiques d’archivage que les officiers et services de la cour commencent, le plus souvent tardivement par rapport à d’autres acteurs, à développer. C’est à ces pratiques d’archivage prises en charge par l’institution elle-même que nous souhaiterions nous intéresser ici. Nous avons donc écarté de notre horizon les textes narratifs ou les archives constituées par d’autres acteurs et institutions qui contribuaient à créer une mémoire de la cour, et qui permettent aujourd’hui d’en faire l’histoire, mais qui, d’un point de vue structurel, se distinguent d’archives qui ont été conçues dès l’origine comme une partie du patrimoine de la cour pontificale, qu’elles aient été produites ou reçues par elle.

  • 5 Clanchy 2013, p. 147.
  • 6 Frutaz 1979.
  • 7 Denifle 1886. Pour la situation antérieure, voir Blumenthal 1988 et Delivré 2008.
  • 8 Ehrle 1885, p. 21-41, pour l’inventaire de Boniface VIII, et, pour une approche plus générale, Ehrl (...)

5Traditionnellement, le xive siècle est considéré comme un moment fondamental pour l’élaboration de séries documentaires qui enregistraient la structure sociale, mais aussi les grands événements qui prenaient place dans les cours européennes. De ce point de vue, la cour pontificale ne fait pas exception à la règle. La notion d’archivage étant indissociable de celle de conservation, il faut en effet bien distinguer le moment où l’on a commencé à mettre par écrit, à enregistrer, certains états et pratiques de la cour, du moment où l’on s’est mis à considérer que de tels textes méritaient d’être conservés sur le long terme, voire classés5. En effet, s’il s’agit seulement de la mise par écrit, il n’est pas douteux que ces pratiques puissent remonter fort loin dans le temps, mais nous n’en avons connaissance à la cour pontificale qu’à partir du xiiie siècle, puisque c’est pour cette époque que l’on a conservé les plus anciens états de la Maison du pape6. Le fait que ces textes ne nous soient parvenus qu’à l’état de fragments, hors du cadre de séries documentaires constituées, indique qu’ils n’avaient pas forcément vocation à être conservés dans le temps long. En ce sens, ils ne se différenciaient guère du reste des documents de gestion de la papauté qui occupaient jusqu’au xive siècle une place très secondaire au sein du patrimoine écrit de l’institution : alors que l’enregistrement et la conservation des lettres des papes commençaient à être effectués avec plus de rigueur et de soin dès le début du xiiie siècle7, que les livres commençaient à être inventoriés et protégés dans le cours de ce même siècle8, les archives durent attendre un siècle de plus pour connaître le même traitement, les chartes étant cependant reconnues plus précocement que les documents de gestion comme des archives précieuses.

6Mais il convient alors de se demander quels étaient ces textes qui contribuèrent à partir du xive siècle à créer, à l’usage de l’institution elle-même, des archives de la vie de la cour. Lorsqu’on pose cette question, on constate que le type de source qui s’impose de la manière la plus précoce est celui des livres de comptes établis à la cour, auxquels vinrent s’adjoindre, à partir du milieu du siècle, d’autres types de documents, mais qui prenaient tous place au sein des archives de gestion de la Chambre apostolique. Pour entrer dans le détail de la question, on se propose donc de procéder par étapes. Il s’agira d’abord d’essayer de montrer que les comptes de la papauté commencèrent par archiver la mise en place d’une vie de cour, puis de voir de quelle manière ils participèrent dans leur contenu même à donner une première forme à cette vie de cour, avant d’essayer de montrer comment les modes de classement de ces documents révèlent également l’émergence progressive d’un espace social et institutionnel de cour identifié par les acteurs de l’époque.

Les comptes et l’archivage du développement de la cour

  • 9 Theis 2006.
  • 10 Pour Boniface VIII, voir Schmidt 1984, et, pour Clément V, voir Guillemain 1978.

7Les premiers fragments de livres de comptes pontificaux qui nous sont parvenus avant la réforme de la Chambre apostolique, correspondant au début du pontificat de Jean XXII (1316-1334)9, sont d’une assez grande pauvreté10. Pourtant, dès l’époque de Boniface VIII, alors même que les dépenses de la Chambre étaient encore sous le contrôle des trois grandes familles de banquiers qui se succédaient pour en assurer la gestion hebdomadaire, les comptes contenaient déjà de manière récurrente des informations limitées sur la vie de cour. Les dépenses de chaque semaine figuraient toujours selon la même séquence graphique : d’abord, en titre central, le nom de la banque italienne qui avait géré la semaine (à tour de rôle, Spini, Chiarenti, Mozi), puis les dépenses totales (sans aucun détail) des quatre offices domestiques (cuisine, paneterie, bouteillerie, maréchalerie). Venait ensuite la rubrique du mandatum, qui enregistrait les sommes attribuées pour diverses tâches et dépenses, souvent récurrentes : aumônes, dons aux familiers, chancellerie, cire, torches, cahiers, eau, courriers, etc., sans que soit encore faite la distinction entre les achats et les gages du personnel. Sous Clément V (1305-1314), la seule chose qui changea est que la Chambre apostolique récupéra la gestion directe du trésor, en faisant l’économie de l’intermédiaire des banquiers, mais la présentation des comptes et leur contenu restèrent les mêmes.

  • 11 Voir Theis 2006 et Theis 2012, p. 56-60 et 62-68.
  • 12 Anheim 2006.
  • 13 En plus de l’indication des rubriques dans les registres de comptes, on a conservé une liste de ces (...)

8Il faut attendre 1316 pour que l’arrivée au pouvoir de Jean XXII s’accompagne de la remise de la Chambre apostolique entre les mains de personnages qui faisaient partie de son entourage avant son élection. Celui que l’on connaît le mieux, à savoir le trésorier Adémar Ameilh, avait été formé dans les milieux épiscopaux du Midi. Il était au départ clavaire de l’évêché de Fréjus quand Jacques Duèse (le futur Jean XXII) en était l’évêque11. Ces hommes importèrent à la cour des techniques d’enregistrement comptable beaucoup plus complexes que celles qui existaient autrefois. Elles se caractérisaient d’abord par une importante stratification des documents élaborés par les officiers de la cour, qui étaient rassemblés par la Chambre apostolique, et synthétisés pour aboutir à la réalisation d’un grand livre de comptes annuels qui regroupait toutes les recettes et les dépenses de la Chambre. Leur seconde caractéristique était de présenter un niveau très élevé de détail pour chacune des mentions comptables, même au sein des livres annuels synthétiques12. Ces registres constituaient le stade d’élaboration ultime des comptes. Il y avait deux comptes définitifs « officiels », approuvés l’un par le trésorier, l’autre par le camérier, mais il existait pour certaines années plusieurs autres copies. Ces livres de comptes étaient organisés en 15 à 18 rubriques relativement stables, à l’intérieur desquelles les paiements étaient enregistrés chronologiquement, l’année comptable partant de la date anniversaire du couronnement du pontife13. L’ordre des rubriques était toujours le même : on commençait par le compte des cuisines, puis venaient la bouteillerie, la paneterie et la maréchalerie, c’est-à-dire les offices domestiques, la rubrique des vêtements et des fourrures, les ornements, les écritures et les livres, les comptes de construction, les bulles et lettres, les gages extraordinaires, les dépenses extraordinaires et de cire, les gages ordinaires des familiers, parfois une rubrique pour les loyers des hôtels occupés par des services de la cour, les achats de possessions immobilières quand il y en avait, et enfin les aumônes pour les pauvres et les aumônes secrètes.

  • 14 Pour les recettes, Göller 1910, 1920, Mohler 1931 et Hoberg 1955-1972. Pour les dépenses, Schäfer 1 (...)

9Depuis que ces comptes ont fait l’objet d’éditions partielles, accompagnées de bilans financiers complets, à partir du début du xxe siècle sous l’égide de la Görres Gesellschaft14, les historiens ont eu l’occasion de constater que l’extrême précision de cette nouvelle forme comptable ne tenait en rien à une volonté des acteurs pontificaux d’optimiser l’usage des ressources ou d’appliquer une forme de prévision et de limitation des dépenses en fonction du niveau de recettes attendu. Les comptes n’ont en effet jamais servi d’instruments pour contenir les dépenses ou leur donner une certaine forme de régularité d’année en année. Pour les historiens, ces comptes, et les bilans chiffrés qui en ont été réalisés par leurs éditeurs, permettent en revanche d’abord d’observer dans quels secteurs s’effectuaient préférentiellement les dépenses sous chacun des quatre premiers papes d’Avignon.

10Sous le pontificat de Jean XXII (fig. 1), on observe que les dépenses de la cour sont encore embryonnaires, les plus importantes étant celles dites « pour la cire et dépenses extraordinaires », rubrique dans laquelle on enregistrait les dépenses militaires qui étaient alors consacrées à la tentative de reconquête des domaines italiens du pape.

Fig. 1 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Jean XXII en florins.

Fig. 1 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Jean XXII en florins.
  • 15 Theis 2018.
  • 16 Sur la construction du palais, voir Piola Caselli 1981, Vingtain 1998 et Vingtain (dir.) 2002.

11Le seul poste important qui commençait à émerger à la cour était celui des gages des curialistes, mais il restait d’un niveau inférieur à celui qu’il atteignit sous le pontificat de Benoît XII (fig. 2). Ce pape renonça largement aux investissements militaires du côté italien pour privilégier un autre programme : celui consistant à commencer à construire un lieu adéquat pour accueillir durablement la cour pontificale. À partir de 1336, sa priorité fut de doter l’institution d’un véritable palais pontifical, alors qu’elle était jusque-là accueillie dans le palais de l’évêque d’Avignon, agrandi pour les besoins du pape15. Benoît XII fit le choix de construire à l’emplacement de ce palais épiscopal un palais ex nihilo, qui devint vite le « Palais-Vieux », soit la moitié de l’actuel palais des Papes, l’autre partie, le « Palais-Neuf », ayant été construite à l’initiative de Clément VI16. Sous Benoît XII, les comptes nous font voir des dépenses de cour qui concernent d’abord les hommes qui la composent et, secondairement, la construction et les réceptions.

Fig. 2 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Benoît XII en florins.

Fig. 2 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Benoît XII en florins.

12Sous Clément VI (fig. 3), la partie proprement curiale des dépenses prend une tout autre dimension. Alors que les gages et les dépenses de construction augmentent légèrement, les dépenses de cuisine et les achats de vêtements s’envolent (sachant que ces dépenses ne concernent pas seulement le pape, mais aussi les curialistes, qui se voient fournir des vêtements par la Chambre apostolique). Les dépenses pour les ornements augmentent également, sans oublier que la représentation passe aussi par la charité du pape qui connaît une brusque poussée.

Fig. 3 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Clément VI en florins.

Fig. 3 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Clément VI en florins.

13Contrairement à ce qu’on pourrait penser, cette envolée des coûts de la charité n’est pas liée à la conjoncture de la peste car, dès 1346-1347, les dépenses augmentent considérablement. Elles continuent à grimper en 1347-1348, avant de tomber à des niveaux très bas à partir de 1348-1349, sans doute à cause de la désorganisation des structures et du nombre très important de décès. Cette vie de cour désormais très brillante n’a cependant été que brièvement interrompue par la peste pour reprendre de plus belle ensuite : en 1350, on dépense 6 322 florins pour les ornements contre 3 823 juste avant la peste, en 1347-1348, et 22 686 florins pour la cuisine, contre 15 417 en 1347-1348 (tableau ci-dessous).

Dépenses annuelles de quelques rubriques sous Clément VI en florins.

Années

Dépenses de cuisine

Dépenses d’ornements

Dépenses pour les aumônes

1342-1343

13800

2584

18190

1343-1344

11277

3099

23798

1344-1345

14583

9034

23791

1345-1346

15562

1698

19910

1346-1347

11969

1544

46583

1347-1348

15417

3823

52336

1348-1349

19820

373

18972

1349-1350

17498

1461

24428

1350-1351

22686

6322

20519

1351-1352

19468

6443

23422

1352

12738

3192

15072

14Elle s’accompagne en outre d’une relance des opérations militaires en Italie, le pape désirant être présent sur tous les fronts. Sous Innocent VI (fig. 4), le double contexte d’une reprise plus importante des opérations militaires en Italie et de la nécessité de défendre Avignon provoque une brusque remontée des dépenses de guerre, qui sont désormais enregistrées dans des rubriques séparées dans les comptes.

Fig. 4 : Répartition des dépenses sous le pontificat d’Innocent VI en florins.

Fig. 4 : Répartition des dépenses sous le pontificat d’Innocent VI en florins.
  • 17 Partner 1972, p. 339-355.

15Si l’on veut comparer les niveaux de dépense entre les différents pontificats qui ont eu des durées très différentes, il convient à présent de faire une moyenne des dépenses par an pour chaque rubrique (fig. 5), ce qui est d’un grand intérêt pour voir par quelles étapes se met en place une vie de cour à Avignon, et comment elle peut se désagréger en partie lorsque le contexte change. Les dépenses de guerre ont été réintégrées dans la rubrique « Cera et extraordinaria », dont elles sont en réalité séparées sous le pontificat d’Innocent VI. On constate alors qu’en dehors des dépenses militaires, sous Innocent VI, toutes les dépenses diminuent de manière considérable, car une grande partie des ressources est désormais dirigée vers les entreprises de reconquête menées en Italie par Gil Alvarez de Albornoz qui sont, pour la première fois depuis longtemps, un succès17. Les dépenses pour les gages sont parmi les seules à résister, ce qui traduit la stabilisation d’un personnel curial dont il est désormais impossible de se passer.

Fig. 5 : Comparaison des dépenses moyennes annuelles dans chaque rubrique en florins.

Fig. 5 : Comparaison des dépenses moyennes annuelles dans chaque rubrique en florins.

16En revanche, comme on le constate encore plus clairement sur un graphique faisant abstraction des dépenses militaires (fig. 6), les dépenses liées à la vie de cour et à la représentation sont, dans ce contexte, très largement sacrifiées, les aumônes étant l’un des rares secteurs qui, comme les gages, se maintiennent à un niveau de dépense élevé. Cependant, même si la baisse du train de vie de la cour est patente, ce graphique aurait tendance à l’accentuer si on ne prêtait garde à un important changement au sein des pratiques curiales. On remarque en effet que, sur la figure 7, il n’y a plus de dépenses pour les vêtements à l’époque d’Innocent VI. Cette disparition de la rubrique comptable ne correspond cependant pas à une disparition de ces dépenses : à partir de décembre 1347, la Chambre apostolique fait le choix de verser des sommes d’argent au lieu d’acheter elle-même étoffes et vêtements et de procéder à des distributions de vêtements en faveur des curialistes et des pauvres. Les dépenses de vêtements ne sont donc pas réduites à néant, elles sont seulement reportées ou maintenues dans d’autres rubriques : celle des ornements pour le pape, des gages pour les curialistes, et des aumônes pour les vêtements distribués aux personnes les plus humbles.

Fig. 6 : Dépenses hors de la rubrique des dépenses extraordinaires en florins.

Fig. 6 : Dépenses hors de la rubrique des dépenses extraordinaires en florins.

17De ce rapide tour d’horizon, il ressort que la première chose que les comptes archivent est la progressive mise en place d’une véritable vie de cour. Ils mettent en outre en évidence les piliers sur lesquels celle-ci repose, au premier rang desquels se trouve le personnel curial. Celui-ci est en effet abondant et créateur de dépenses dès le début du xive siècle, avant même que les papes n’investissent progressivement le domaine de la représentation selon des modalités différentes sous Benoît XII, qui privilégie l’alliance entre construction et charité, et sous Clément VI, qui ajoute à ces deux impératifs, non remis en cause, une vie de cour fastueuse dans ses réceptions et dans son usage des vêtements et ornements. Les comptes permettent également de confirmer l’hypothèse du rôle joué par la sédentarisation dans le développement de la vie de cour. Au-delà de cette approche quantitative, on peut maintenant s’interroger sur la manière dont les comptes donnent forme à la vie de cour dans leur structure et leur contenu.

La cour dans les comptes

  • 18 Sur ce point, voir par exemple Mattéoni 2007 ; pour Avignon, Bernardi et al. 2001, Jamme 2007 et Th (...)
  • 19 Jamme (dir.) 2014 et, pour le registre de présence des officiers, Cité du Vatican, ASV, Collect. 45 (...)

18Le constat selon lequel les comptes de la Chambre apostolique n’ont jamais été des instruments de régulation des dépenses invite à explorer d’autres pistes concernant leurs usages, et celle qui s’impose en premier est le rôle qu’ils ont pu jouer en tant qu’instrument de contrôle des officiers curiaux. Obliger ces derniers à rendre leurs propres comptes qui étaient ensuite vérifiés et synthétisés afin d’être intégrés dans les Grands Livres de la Chambre, gérer avec attention les quittances, opérer des retenues sur les paiements en cas de litige avec les fournisseurs de la cour ou en cas d’absence des officiers gagés permettait de faire sentir à chacun le poids de la surveillance de l’institution qui pesait sur lui18. En effet, il faut à la cour pontificale attendre le règne de Clément VI (1342-1352) pour disposer du premier livre enregistrant les dates des prestations de serment des officiers à leur entrée en charge, et le pontificat suivant, celui d’Innocent VI (1352-1362), pour entrapercevoir un des registres de présence qui a été conservé en étant relié à ce premier livre des officiers19. S’il n’est pas douteux que de tels documents existaient avant la date de ceux qui nous sont parvenus et qui fournissaient la base des décomptes généraux de jours des Grands Livres de la Chambre, ils n’étaient a priori pas destinés à être archivés. Les comptes étaient donc les seuls documents fournissant un organigramme détaillé du personnel de cour, actualisé année après année. Les listes de gages peuvent en outre être complétées par les informations données dans chacune des mentions comptables, qui dessinent un monde de la cour allant bien au-delà du personnel gagé : de nombreuses mentions faisaient ainsi état de missions ponctuelles confiées à des curialistes qui n’étaient pas des officiers de la cour. Un tel usage des comptes, qui fournissent à l’historien des éléments très détaillés sur les personnes présentes à la cour et sur les montants des gages correspondant à chaque niveau hiérarchique, est cependant loin d’en épuiser la portée.

  • 20 Cité du Vatican, ASV, Cam. Ap. 277, fos 202-210vo.

19Le contrôle des hommes n’est en effet pas la seule façon dont on peut lire les comptes pour comprendre comment la vie de cour s’y archivait. J’essaierai ici de le montrer de deux manières. La première consiste à rappeler que, si les comptes du xive siècle enregistrent de manière très précise la nature et l’importance des dépenses de la cour, ceux-ci constituent également, par leur organisation, un filtre qui doit être analysé avec attention afin de bien distinguer un contenu comptable, qui archive fidèlement la vie de cour, d’une structure comptable qui, elle, aurait plutôt tendance à l’obscurcir ou, si l’on préfère, qui archiverait moins une réalité économique et sociale qu’un état particulier des représentations des acteurs. Si l’on compare le niveau des dépenses, le choix des noms de rubrique et la taille de ces rubriques en nombre de folios dans les Grands Livres de la Chambre, on constate qu’aucune mise en correspondance de ces trois dimensions ne peut être effectuée. Tous les paiements pour les guerres, les légations diverses ou les financements d’expéditions sont des dépenses spécifiquement étatiques, qu’on ne savait à l’origine où enregistrer, et qui commencèrent donc par se retrouver mélangées aux simples achats de cire dans la rubrique des dépenses extraordinaires. Mais, comme on l’a vu, ces dépenses représentaient l’essentiel des dépenses de la curie, environ les deux tiers. Une telle inadéquation entre la structure comptable et la réalité des dépenses montre bien que, tout en remplissant alors un certain nombre de fonctions étatiques, en l’occurrence militaires, contrôlées au niveau central et pas seulement au niveau local, celui des recteurs, la papauté n’assumait pas encore pleinement cette dimension de son action. Sa comptabilité fut d’abord conçue comme celle d’un hôtel dès l’époque de Boniface VIII, puis d’une véritable cour à partir de Jean XXII, mais, même à l’époque de cet aggiornamento complet des formes comptables, l’intégration des fonctions étatiques centralisées n’avait pas été envisagée lorsqu’il s’était agi de construire la nouvelle structure de l’enregistrement comptable. Cela montre bien que la dimension proprement étatique de la cour pontificale était alors encore en partie invisible à ceux-là mêmes qui en assuraient le fonctionnement : c’est la catégorie d’État elle-même qui faisait ici défaut. La répartition des dépenses en rubriques ne rend donc pas compte de manière transparente de ce qu’était l’organisation réelle des services pontificaux. Elle n’est pas non plus liée à l’importance d’un certain type de dépenses, mais elle rend d’abord compte de la représentation que les responsables de la Chambre apostolique se faisaient, à une époque donnée, de la cour pontificale, une cour qui n’assuma d’être au centre de l’organisation et du financement d’un dispositif militaire qu’à partir du pontificat d’Innocent VI. On a déjà mentionné qu’on assista alors à la création d’une rubrique « Pro guerra » consacrée aux dépenses de la politique italienne du pape, mais c’est aussi à cette époque que l’on vit apparaître une rubrique pour les frais de défense de la ville d’Avignon20. Comme souvent, on observe ici que les représentations que les acteurs se faisaient de leur action retardaient sur la réalité des formes prises par cette action. L’archaïsme de la cour ne tenait donc pas tant à ses pratiques qu’à la manière dont ses acteurs se la représentaient. C’est donc dans un sens tout à fait idéologique qu’on peut interpréter l’ouverture des comptes annuels par les quatre offices domestiques, qui inscrivaient le compte dans une tradition, celle de la comptabilité d’un hôtel princier – même si les sommes dépensées faisaient que cette structuration n’avait quasiment plus aucun sens du point de vue économique à partir de l’époque de Jean XXII.

20La seconde manière d’analyser les comptes qui permet de dépasser la simple question du contrôle des hommes renvoie à leur rôle déterminant dans la fixation et la transmission d’une mémoire institutionnelle de la cour, à l’époque où aucune autre source ne peut fournir une description équivalente, par la mise par écrit et la conservation sur le long terme. Les comptes enregistraient en effet un certain nombre de détails sur la vie de cour que rien dans leur usage financier ne venait justifier. On s’en rend particulièrement compte avec les mentions d’enregistrement de dépenses dans la rubrique de la cuisine ou dans celle des dépenses extraordinaires. Dans les comptes de cuisine, au milieu de mentions très répétitives pour des achats de viande et de poisson se trouvent régulièrement, lorsque des hôtes importants étaient présents à la cour, des mentions d’une autre nature, qui forment des petits récits. On peut le voir par exemple dans cette mention du 14 mai 1323 qui ne se contente pas d’énumérer les dépenses de nourriture suscitées par le mariage de la fille de Pierre de Via, neveu du pape, mais les remet dans le contexte en précisant le nom des époux ou le lieu de la fête :

  • 21 Schäfer 1914, p. 76 : « auditis expensis factis pro festo, quod ratione matrimonii sive nuptiarum c (...)

Ayant été entendues les dépenses faites par les personnes écrites ci-dessous pour la fête qui, à l’occasion du mariage ou des noces entre le noble homme Raymond Jean, damoiseau de notre seigneur le pape, et la noble dame Bernarde, fille du noble seigneur Pierre de Via, chevalier, neveu de notre seigneur le pape, a été célébrée ou solennisée le mois d’avril précédent au château de Bédarrides, à savoir pour 7 bœufs de différents prix achetés par ces personnes 42 livres 3 sous et 5 deniers viennois, 2 porcs 5 livres, 65 moutons 83 livres 2 sous et 6 deniers, 59 chevreaux 25 livres 13 sous21

21On pourrait cependant se dire que ces détails servaient encore à justifier l’ampleur des frais réalisés, mais si on compare avec cette autre mention, relative à la visite de Robert de Naples, enregistrée dans les dépenses extraordinaires le 3 novembre 1321, on ne peut se tenir à cette position :

  • 22 Cité du Vatican, ASV, Cam. Ap., Introitus et Exitus (Intr. et Ex.) 41, fo 159vo : « Die iii mensis (...)

Le 3 du mois de novembre, lesdits Guillaume Martin et Bernard de Podio Doano ont compté les dépenses qui suivent, faites à Pont-de-Sorgues, les avant-dernier et dernier jours du mois d’octobre pour le seigneur Robert, roi de Sicile, et pour le seigneur Jean, son frère, et pour la reine, qui sont allés avec leurs convives et avec de nombreux autres nobles voir les édifices du palais du pape de ce lieu. Et d’abord, ils ont dit qu’ils avaient dépensé pour le pain 25 livres 2 sous 6 deniers et une obole de viennois, pour le vin 18 livres 18 sous et 9 deniers, etc.22

22La justification des dépenses n’obligeait en effet pas à préciser le motif de la visite à Pont-de-Sorgues, et l’on observe donc ici une volonté manifeste d’utiliser le compte comme un journal des événements importants qui se sont déroulés à la cour. On retrouve ce même souhait de fixer la mémoire de la vie de cour pour des événements moins heureux, comme la mention dans les comptes de la paneterie d’un incendie lors de la visite des rois d’Aragon et de Majorque accompagnés du comte d’Ampurias lors de la semaine du 14 au 21 novembre 1339 :

  • 23 Schäfer 1914, p. 92 : « comederunt cum papa semel omnes domini cardinales et bis reges Aragonum et (...)

Ont mangé avec le pape tous les cardinaux et les deux rois d’Aragon et de Majorque, le comte d’Ampurias, deux prélats et plusieurs barons et nobles et également de nombreux et divers hommes qui ont travaillé dans le palais apostolique en portant de l’eau et en faisant d’autres choses en raison de l’incendie qui s’est déclenché par accident dans le palais23

  • 24 Pour les manuels de cuisine, on en a un exemple avec le Collectoriae 448, voir Schäfer 1914, p. 62- (...)

23Dans ces mentions, la justification des frais engagés était toujours présente, mais elle aurait très bien pu se contenter de la précision d’un nombre d’invités, d’autant que ces livres annuels étaient des livres de synthèse, dont la réalisation s’appuyait sur des livres plus détaillés, les « manuels » rendus par les officiers24. Pourtant, même si les rédacteurs des Grands Livres éliminaient de nombreux détails sur les réceptions les plus ordinaires, ils prenaient toujours soin de conserver une trace détaillée de celles qui leur semblaient les plus importantes en précisant les noms et titres des hôtes et les raisons de l’organisation du banquet ou de la fête. Ce souci de conserver la mémoire ne touchait d’ailleurs pas que les domaines les plus attendus comme les réceptions. Si on regarde la rubrique des dépenses pour les livres et les écritures, on constate par exemple que dès que l’achat d’un parchemin ou le paiement d’un notaire renvoyait à la réalisation d’un acte d’importance, la teneur de cet acte était précisée dans la mention comptable avec un niveau de détail qui, là encore, dépassait les exigences de la justification de la dépense ou de la simple identification de l’acte au sein de ceux qui avaient été commandés durant une même année, comme on peut le voir par exemple dans cette mention du 19 mars 1321 :

  • 25 Schäfer 1914, rubrique « Pro cera et quibusdam extraordinariis », p. 416 : « pro factura 4 instrume (...)

pour la réalisation de quatre instruments publics confectionnés sur la donation et la cession des biens ou revenus qu’avaient autrefois les hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dans le Comtat Venaissin, faite en faveur de l’Église romaine par les maîtres et les hospitaliers de cet hôpital, et sur la vente faite par eux à l’Église romaine des maisons et des revenus qui étaient autrefois ceux du Temple dans la ville de Cahors, nous avons payé à Jacques Audeberti, notaire d’Aubagne dans le diocèse de Marseille, 10 florins25.

24Ce souci du détail faisait donc des livres de comptes, jusqu’à leur niveau le plus synthétique, les principales archives de la cour durant la première moitié du xive siècle. Cependant, au tournant du siècle, on constate non seulement que les types de documents destinés à être conservés et qui enregistraient des données relatives à la cour se diversifient, ce qui est bien connu, mais aussi, ce qui l’est moins, que ces documents en viennent à être identifiés comme des séries cohérentes entretenant des liens entre elles à l’intérieur même du classement des archives de la Chambre apostolique.

La formalisation d’un espace de la cour dans l’espace des archives ?

  • 26 Cité du Vatican, Instrumenta Miscellanea 5833. Son édition et son commentaire sont au cœur d’un tra (...)
  • 27 Cité du Vatican, ASV, Instr. Misc. 5833 : le processus de distinction des sous-rubriques est d’abor (...)

25Si le lien entre le développement d’une vie de cour à Avignon et les modes d’archivage n’a jamais été mis en valeur, c’est parce qu’il n’est connu que par un seul document, qui n’avait jusque-là pas été étudié26. Ce carnet, dont l’usage a duré jusqu’au milieu du pontificat d’Innocent VI, rend compte à la fois de la manière dont une partie difficile à évaluer, mais sans doute conséquente, des archives de la Chambre apostolique était classée à la fin du pontificat du pape Clément VI et d’un projet de reclassement des mêmes fonds sous le pontificat d’Innocent VI. Alors que le classement des fonds tel qu’il se présentait à la fin du pontificat de Clément VI relevait d’un phénomène de sédimentation progressive des thématiques, sans aucun lien logique entre les différentes catégories et les différents espaces de rangement des archives, les étapes du reclassement des fonds sous Innocent VI montrent un souci de regrouper des thématiques proches dans une même partie du classement. Le but étant d’obtenir à la fois un classement plus cohérent et un nombre plus réduit de catégories, les agents de la Chambre commencèrent par décomposer les thématiques présentes en un grand nombre de thématiques plus précises, afin d’identifier les massifs documentaires les plus importants, avant d’opérer des regroupements en un nombre plus restreint de catégories. Si l’on compare les états successifs du classement, on s’aperçoit d’abord que les catégories relatives à la cour étaient d’abord, du fait de leur dispersion, très peu visibles dans le premier système de classement datant de l’époque de Clément VI. Mais le ou les hommes qui ont procédé à ce projet de reclassement se sont livrés à un regroupement et à une « décomposition » de ce qu’étaient alors les « archives d’Avignon », ce qui nous permet d’avoir un accès furtif aux différentes catégories qui les constituaient, avant que celles-ci ne soient finalement rassemblées dans la dernière étape du classement dans une catégorie très opaque d’« Avignon », coincée entre le Comtat Venaissin et les comptes des clavaires du diocèse d’Avignon27.

  • 28 Ibid., fo 82ro.
  • 29 Theis 2012, p. 563-591.
  • 30 Sur cette institution, voir Girard 1909, Chiffoleau 1980, Hayez, Williman et Corsano 1999.
  • 31 Jamme 2007b.

26Que regroupent ces archives d’Avignon ? Les dépenses pour le palais, les comptes du clavaire (ou comptable) de la cour séculière, les comptes du clavaire de l’official d’Avignon, les comptes du trésorier de la cour du maréchal, les recettes du sceau de l’auditeur, les comptes des écuries, les comptes de l’aumône, les listes des biens des clercs décédés en curie, les comptes des clavaires du diocèse, et les bénéfices reçus à la cour. Dans le dernier classement, celui du folio 58vo, seuls les comptes des clavaires du diocèse sont extraits de cet ensemble, tout le reste étant probablement englobé dans la grande catégorie d’Avignon28. Que nous apprend cette décomposition temporaire des catégories ? Tout d’abord le fait que, aux yeux de la Chambre apostolique, archiver la cour consistait d’abord et avant tout à archiver des livres de comptes. On constate ensuite que les archives avignonnaises composaient à leurs yeux un ensemble, quels que soient le service et le type de personnes concernées par la documentation conservée. En effet, les comptes rassemblés dans la catégorie d’Avignon ne concernaient qu’en partie seulement les curialistes. Les comptes de l’official renvoyaient à la justice de l’évêque d’Avignon, dont la présence ici s’explique par le fait que, pendant une grande partie du xive siècle, le pape s’était réservé la charge d’évêque d’Avignon29. Les comptes du clavaire de la cour séculière ou temporelle renvoyaient quant à eux aux recettes issues des procès concernant des habitants d’Avignon non curialistes, ce qui se justifiait par le fait que, depuis 1348, la papauté avait acheté la ville d’Avignon et que le pape avait donc toute la juridiction sur ses habitants30. Seuls les comptes de la cour du maréchal de justice renvoyaient aux recettes de la justice exercée sur les curialistes qui, comme l’a montré Armand Jamme dans une étude très détaillée, ne chômait pas à cette époque, car le curialiste était souvent du genre remuant31.

  • 32 Hayez 1992, p. 93-130 ; Hayez 1993, p. 15-57 ; Hayez 1994, p. 33-89.
  • 33 Theis 2004.
  • 34 Jamme 2007b.
  • 35 Ibid., p. 354, Trexler 1966 et Guillemain 1962, p. 653-695.
  • 36 Carru 2004.
  • 37 Theis 2012, p. 206-208.

27Le fait que ces comptes soient associés dans le classement à d’autres documents qui concernaient à proprement parler la cour comme ceux relatifs aux dépenses pour le palais, à l’aumône ou à la gestion des bénéfices, pourrait à première vue laisser penser que la cour, entendue comme un espace social propre, n’existait alors pas clairement aux yeux des personnes qui élaborèrent ce classement. Mais on peut aussi défendre l’idée qu’ils avaient au contraire une conception très extensive de la cour, celle-ci se confondant en partie avec la ville d’Avignon, comme la politique de réquisition des livrées pontificales a tendance à le montrer d’une autre manière32. Sous Clément VI, cette vision extensive de la cour se prolongeait des deux côtés du Rhône puisque Clément VI avait fait construire un complexe palatial entouré de palais cardinalices à Villeneuve-lès-Avignon et que la vie de cour s’organisait de manière pendulaire entre les deux côtés du Rhône en fonction des moments de l’année33. Armand Jamme a enfin montré qu’une grande partie des efforts de la cour du maréchal de justice consistait à tenter de s’emparer d’affaires qui auraient dû concerner la cour séculière d’Avignon34. Ce n’est qu’en 1371 que fut établie la première liste officielle des curialistes, pour tenter de mettre fin aux conflits de juridiction incessants35. Si on ajoute à cela le fait que l’essentiel de la croissance démographique et matérielle de la ville d’Avignon s’était faite au xive siècle autour des pôles palatiaux que constituaient les livrées cardinalices et que toute la politique des papes avait, depuis le pontificat de Jean XXII, commencé par reposer sur l’achat d’immeubles et de terrains pour augmenter leur zone de contrôle autour du palais36, avant de culminer dans l’achat de la ville elle-même en 134837, il semble plutôt qu’à l’époque qui nous intéresse la papauté voyait la ville d’Avignon et ses habitants comme une extension de la cour. Ainsi, ce que tend à montrer le reclassement des archives c’est à la fois l’identification par les agents de la Chambre d’un massif de séries documentaires qui méritaient d’être rassemblées, car elles relevaient à leurs yeux de la cour avignonnaise, et le fait que cette cour avait prétention à englober l’ensemble de la vie urbaine, avec l’idée, qui était alors loin d’être absurde, que le calme de la cour ou sa prospérité économique dépendaient directement de l’ordre et de la prospérité qui régnaient à Avignon.

28Au fil de ce rapide panorama, on a tenté de mettre en valeur le fait que les comptes constituaient, au début du xive siècle, les documents les plus précis au sein desquels était archivée de manière régulière la vie de cour, mais, à l’issue de ce parcours, on s’aperçoit que les archives contribuèrent peut-être aussi, dans la manière même dont elles furent reclassées au milieu du xive siècle, sinon à faire de cet espace de la cour, alors largement confondu avec celui de la ville, un espace spécifique, du moins à rendre visible pour les historiens le fait qu’il était désormais identifié comme tel par les acteurs de l’époque. Après un demi-siècle de présence pontificale, Avignon était devenue, dans son ensemble, un espace social particulier polarisé par la cour pontificale.

Haut de page

Bibliographie

Anheim Étienne, 2014, « La curie pontificale d’Avignon, une société de cour ? », dans Barralis Christine, Boudet Jean-Patrice, Delivré Fabrice et al. (dir.), Église et État, Église ou État ? : les clercs et la genèse de l’État moderne, Paris, Publications de la Sorbonne / Rome, École française de Rome, p. 189-198.

Anheim Étienne, 2006, « La normalisation des procédures d’enregistrement comptable sous Jean XXII et Benoît XII (1316-1342) : une approche philologique », Mélanges de l’École française de Rome : Moyen Âge, vol. 118, no 2, p. 183-201.

Bernardi Philippe, Dautrey Philippe et Mignon Jean-Marc, 2001, « Jean de Louvres : un maître des œuvres du palais des Papes d’Avignon (1342-1358) », dans Chapelot Odette (dir.), Du projet au chantier : maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre aux xive-xvie siècles, actes du colloque (Vincennes, 1er-3 octobre 1998), Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 37-58.

Blumenthal Uta-Renate, 1988, « Papal Registers in the Twelfth Century », dans Linehan Peter (dir.), Proceedings of the Seventh International Congress of Medieval Canon Law (Cambridge, 23-27 juillet 1984), Cité du Vatican, Bibliothèque apostolique vaticane, p. 137-151.

Carru Dominique, 2004, « Le palais des Papes d’Avignon : essai de morphogenèse », dans Boucheron Patrick et Chiffoleau Jacques (dir.), Les palais dans la ville : espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, table ronde (Avignon, 3-5 décembre 1999), Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 189-212.

Chiffoleau Jacques, 1980, « La violence au quotidien : Avignon au xive siècle d’après les registres de la Cour temporelle », Mélanges de l’École française de Rome : Moyen Âge, Temps modernes, vol. 92, no 2, p. 325-371.

Clanchy Michael T., 2013 [1re éd. 1993], From Memory to Written Record : England (1066-1307), [s.l.], Wiley-Blackwell.

Delivré Fabrice, 2008, « Les registres pontificaux du xiie siècle : l’apport des Libri de primatu Toletane ecclesie », Mélanges de l’École française de Rome : Moyen Âge, vol. 120, no 1, p. 105-138.

Denifle Heinrich, 1886, « Die päpstlichen Registerbände des 13. Jhs. und das Inventar derselben vom J. 1339 », Archiv für Litteratur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, vol. 2, p. 1-105.

Dykmans Marc, 1977, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. I : Le cérémonial papal du xiiie siècle, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome.

Dykmans Marc, 1981, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. II : De Rome en Avignon ou Le cérémonial de Jacques Stefaneschi, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome.

Dykmans Marc, 1983, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. III : Les textes avignonnais jusqu’à la fin du Grand Schisme d’Occident, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome.

Dykmans Marc, 1985, Le cérémonial papal de la fin du Moyen Âge à la Renaissance, t. IV : Le retour à Rome ou Le cérémonial du patriarche Pierre Ameil, Bruxelles et Rome, Institut historique belge de Rome.

Ehrle Franz, 1885, « Zur Geschichte des Schatzes, der Bibliothek und des Archivs der Päpste im vierzehnten Jahrhundert », Archiv für Literatur- und Kirchengeschichte des Mittelalters, vol. 1, p. 1-48 et 228-364.

Ehrle Franz, 1890, Historia bibliothecae romanorum pontificum tum Bonifatianae tum Avenionensis enarrata et antiquis earum indicibus aliisque documentis illustrata a Francisco Ehrle, Rome, Typis Vaticanis, t. I.

Elias Norbert, 1985 [1re éd. 1969, 1re trad. 1974], La société de cour, Paris, Flammarion.

Frutaz Amato Pietro, 1979, « La famiglia pontificia in un documento dell’inizio del sec. XIV », Palaeographica diplomatica et archivistica : studi in onore di Giulio Battelli, Rome, Ed. di Storia e Letteratura, t. II, p. 277-323.

Girard Joseph, 1909, La Cour temporelle d’Avignon aux xive et xve siècles : contribution à l’étude des institutions judiciaires, administratives et économiques de la ville d’Avignon au Moyen Âge, Paris, Champion.

Göller Emil (éd.), 1910, Die Einnahmen der Apostolischen Kammer unter Johann XXII., Paderborn, Schöningh.

Göller Emil (éd.), 1920, Die Einnahmen der Apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Paderborn, Schöningh.

Guillemain Bernard, 1962, La cour pontificale d’Avignon (1309-1376) : étude d’une société, Paris, De Boccard.

Guillemain Bernard, 1978, Les recettes et les dépenses de la Chambre apostolique pour la quatrième année du pontificat de Clément V (1308-1309) (Introitus et Exitus 75), Rome, École française de Rome.

Hayez Anne-Marie, 1992-1994, « Les livrées avignonnaises de la période pontificale », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 1992 (p. 93-130), 1993 (p. 15-57) et 1994 (p. 33-89).

Hayez Anne-Marie, Williman Daniel et Corsano Karen, 1999, « Les statuts de la Cour temporelle d’Avignon en 1375 », Mémoires de l’Académie de Vaucluse, vol. 8, p. 9-27.

Hoberg Hermann (éd.), 1955-1972, Die Einnahmen der Apostolischen Kammer unter Innozenz VI., Paderborn, Schöningh, 2 vol.

Jamme Armand, 2007a, « De la banque à la Chambre ? Naissance et mutations d’une culture comptable dans les provinces papales entre xiiie et xve siècle », dans Jamme Armand et Poncet Olivier (dir.), Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècle), actes de deux rencontres internationales (Paris, 25-26 septembre 2003, et Avignon, 21-23 octobre 2004), Rome, École française de Rome, p. 97-251.

Jamme Armand, 2007b, « Formes dissociées ou polyvalence de l’office curial ? La cité du pape et le maréchal du siège apostolique (xiiie-xve siècle) », dans Jamme Armand et Poncet Olivier (dir.), Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècle), actes de deux rencontres internationales (Paris, 25-26 septembre 2003, et Avignon, 21-23 octobre 2004), Rome, École française de Rome, p. 313-392.

Jamme Armand (dir.), 2014, Le souverain, l’office et le codex : gouvernement de la cour et techniques documentaires à travers les libri officiariorum des papes d’Avignon (xive-xve siècle), Rome, École française de Rome.

Mattéoni Olivier, 2007, « Vérifier, corriger, juger : les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, no 641, p. 31-70.

Mohler Ludwig (éd.), 1931, Die Einnahmen der Apostolischen Kammer unter Klemens VI., Paderborn, Schöningh.

Partner Peter, 1972, The Lands of St. Peter : The Papal State in the Middle Ages and the Early Renaissance, Berkeley, University of California Press.

Piola Caselli Fausto, 1981, La costruzione del Palazzo dei papi di Avignone (1316-1367), Milan, Giuffrè.

Schäfer Karl-Heinrich, 1911, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Johann XXII., nebst den Jahresbilanzen von 1316-1375, mit darstellender Einleitung heraugegeben von K. H. Schäfer, Paderborn, F. Schöningh.

Schäfer Karl-Heinrich, 1914, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter Benedikt XII., Klemens VI. und Innocenz VI. (1335-1362.) Bearbeitet von K. H. Schäfer, Paderborn, F. Schöningh.

Schäfer Karl-Heinrich, 1937, Die Ausgaben der apostolischen Kammer unter den Päpsten Urban V und Gregor XI (1362-1378) nebst Nachträgen und einem Glossar für alle 3 Ausgabenbände, Paderborn, F. Schöningh.

Schimmelpfennig Bernhard, 1973, Die Zeremonienbücher der römischen Kurie im Mittelalter, Tübingen, Niemeyer.

Schmidt Tilmann, 1984, Libri rationum camerae Bonifatii Papae VIII : archivum secretum Vaticanum, Collect. 446 necnon Intr. et ex. 5, Cité du Vatican, Scuola Vaticana di Paleografia, Diplomatica e Archivistica.

Sombart Werner, 1921-1928, Der moderne Kapitalismus : historisch-systematische Darstellung des gesamteuropäischen Wirtschaftslebens von seinen Anfängen bis zur Gegenwart, vol. 1, Munich, Duncker & Humblot.

Theis Valérie, 2004, « Les stratégies d’implantation palatiale dans la région d’Avignon de Jean XXII à Clément VI (1316-1352) », dans Boucheron Patrick et Chiffoleau Jacques (dir.), Les palais dans la ville : espaces urbains et lieux de la puissance publique dans la Méditerranée médiévale, table ronde (Avignon, 3-5 décembre 1999), Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 165-187.

Theis Valérie, 2006, « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du xive siècle », Mélanges de l’École française de Rome : Moyen Âge, vol. 118, no 2, p. 169-182.

Theis Valérie, 2007, « Décrire le chantier ou écrire le chantier ? Titres et offices dans les comptes de construction pontificaux de la première moitié du xive siècle », dans Jamme Armand et Poncet Olivier (dir.), Offices, écrit et papauté (xiiie-xviie siècle), actes de deux rencontres internationales (Paris, 25-26 septembre 2003, et Avignon, 21-23 octobre 2004), Rome, École française de Rome, p. 643-666.

Theis Valérie, 2012, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (vers 1270-vers 1350), Rome, École française de Rome.

Theis Valérie, 2018, « A New Seat for the Papacy : Benedict XII, Avignon and the Comtat Venaissin », dans Bueno Irene (dir.), Pope Benedict XII (1334-1342) : The Guardian of Orthodoxy, Amsterdam, Amsterdam University Press, p. 107-129.

Trexler Richard C., 1966, « A Medieval Census : The Liber Divisionis of 1371 », Medievalia et Humanistica, vol. 17, p. 82-85.

Vingtain Dominique, 1998, Avignon, le palais des Papes, Saint-Léger-Vauban, Zodiaque.

Vingtain Dominique (dir.), 2002, Monument de l’histoire : construire, reconstruire le palais des Papes (xive-xxe siècle), Avignon, RMG-palais des Papes.

Haut de page

Notes

1 Anheim 2014.

2 Sombart cité dans Elias 1985, p. 14.

3 Voir par exemple Theis 2007.

4 Dykmans 1977, 1981, 1983, 1985 et Schimmelpfennig 1973.

5 Clanchy 2013, p. 147.

6 Frutaz 1979.

7 Denifle 1886. Pour la situation antérieure, voir Blumenthal 1988 et Delivré 2008.

8 Ehrle 1885, p. 21-41, pour l’inventaire de Boniface VIII, et, pour une approche plus générale, Ehrle 1890.

9 Theis 2006.

10 Pour Boniface VIII, voir Schmidt 1984, et, pour Clément V, voir Guillemain 1978.

11 Voir Theis 2006 et Theis 2012, p. 56-60 et 62-68.

12 Anheim 2006.

13 En plus de l’indication des rubriques dans les registres de comptes, on a conservé une liste de ces rubriques pour le pontificat de Jean XXII, Cité du Vatican, Archivio Segreto Vaticano (ASV), Camera Apostolica (Cam. Ap.), Collectoriae (Collect.) 381, fo 14ro.

14 Pour les recettes, Göller 1910, 1920, Mohler 1931 et Hoberg 1955-1972. Pour les dépenses, Schäfer 1911, 1914, 1937.

15 Theis 2018.

16 Sur la construction du palais, voir Piola Caselli 1981, Vingtain 1998 et Vingtain (dir.) 2002.

17 Partner 1972, p. 339-355.

18 Sur ce point, voir par exemple Mattéoni 2007 ; pour Avignon, Bernardi et al. 2001, Jamme 2007 et Theis 2007.

19 Jamme (dir.) 2014 et, pour le registre de présence des officiers, Cité du Vatican, ASV, Collect. 456, fos 207-266.

20 Cité du Vatican, ASV, Cam. Ap. 277, fos 202-210vo.

21 Schäfer 1914, p. 76 : « auditis expensis factis pro festo, quod ratione matrimonii sive nuptiarum coniunctarum inter nobilem virum Raimundum Iohannis, dominicellum domini nostri pape, et nobilem mulierem Bernardam, filiam nobilis domini Petri de Via, militis, nepotis ipsius domini nostri, fuerat antea celebratum sive sollemnisatum de mense Aprilis prox. preterito in castro Biturrite, a personis infrascriptis videlicet pro 7 bobus diversis pretiis emptis per eundem 42 l. 3 s. 5 d. vien., 2 porcis 5 l., 65 mutonibus 83 l. 2 s. 6 d., 59 caprellis 25 l. 13 s.… »

22 Cité du Vatican, ASV, Cam. Ap., Introitus et Exitus (Intr. et Ex.) 41, fo 159vo : « Die iii mensis novembris dictis Guilhemus Martini et Bernardis de Podio Doano computaverunt de expensis que sequuntur, factis in Ponte Sorgie die penultima et ultima mensis octobris pro domino Roberto rege Sicilie et pro domino Johanne fratre suo et pro regina, qui iverunt cum comitivis suis una cum multis aliis nobilibus ad videndum edifficia palacii papalis dicti loci. Primo dixerunt se expendisse in pane xxv l. ii s. vi d. ob. vien., in vino xviii l. xviii s. ix d.… »

23 Schäfer 1914, p. 92 : « comederunt cum papa semel omnes domini cardinales et bis reges Aragonum et Maiorcarum, comes Empuriarum, 2 prelatis et plures barones et nobiles et etiam multi et diversi homines, qui laboraverunt in palatio apostolico aquam portando et alia faciendo propter incendium quod casualiter in palatio accidit… »

24 Pour les manuels de cuisine, on en a un exemple avec le Collectoriae 448, voir Schäfer 1914, p. 62-65.

25 Schäfer 1914, rubrique « Pro cera et quibusdam extraordinariis », p. 416 : « pro factura 4 instrumentorum publicorum confectorum super donatione et cessione facta ecclesie Romane de bonis sive redditibus, que olim habuit hospitale s. Iohannis Iherosolitani in comitatu Venaycini per magistrum et hospitalarios dicti hospitalis et super venditione facta per eosdem dicte Romane ecclesie de domibus et redditibus, que quondam fuerunt ordinis Templi in civitate Caturci, solvimus Iacobo Audeberti, notario de Albane, Massil. Dioc. 10 flor. »

26 Cité du Vatican, Instrumenta Miscellanea 5833. Son édition et son commentaire sont au cœur d’un travail encore inédit : Le monde de la Chambre apostolique (xie-xive siècle) : ordonner les archives, penser l’espace, construire l’institution, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, soutenu le 30 novembre 2016 à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines sous la garantie de Pierre Chastang.

27 Cité du Vatican, ASV, Instr. Misc. 5833 : le processus de distinction des sous-rubriques est d’abord visible dans une version très brouillonne et raturée fo 36ro avant d’être repris au propre fo 58vo.

28 Ibid., fo 82ro.

29 Theis 2012, p. 563-591.

30 Sur cette institution, voir Girard 1909, Chiffoleau 1980, Hayez, Williman et Corsano 1999.

31 Jamme 2007b.

32 Hayez 1992, p. 93-130 ; Hayez 1993, p. 15-57 ; Hayez 1994, p. 33-89.

33 Theis 2004.

34 Jamme 2007b.

35 Ibid., p. 354, Trexler 1966 et Guillemain 1962, p. 653-695.

36 Carru 2004.

37 Theis 2012, p. 206-208.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Jean XXII en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Benoît XII en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 3 : Répartition des dépenses sous le pontificat de Clément VI en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 4 : Répartition des dépenses sous le pontificat d’Innocent VI en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 5 : Comparaison des dépenses moyennes annuelles dans chaque rubrique en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Fig. 6 : Dépenses hors de la rubrique des dépenses extraordinaires en florins.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17058/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Theis, « Les registres de comptes comme archives de la cour pontificale d’Avignon dans la première moitié du xive siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17058

Haut de page

Auteur

Valérie Theis

Valérie Theis est professeure d’histoire du Moyen Âge à l’École normale supérieure de Paris, IMHC (UMR 8066). Elle travaille sur les pratiques de gouvernement de la papauté médiévale (Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (vers 1270-vers 1350), Rome, École française de Rome, 2012) en faisant porter l’accent sur le rôle que les nouveaux usages de l’écrit jouent dans ces pratiques.
Valérie Theis is professor in medieval history at the École Normale Supérieure of Paris, IMHC (UMR 8066). Her work deals with the history of the medieval papacy, its governmental practices, and the part literacy and written culture played in them. valerie.theis@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals