Navigation – Plan du site
De l'administration à l'archivage de la cour

Quête et enquête documentaires : les traces de l’histoire curiale (1814-1848)

Documentary Research and Investigation: Looking for Court Papers (1814–1848)
Thibaut Trétout

Résumés

Créées le 3 août 1824 à l’extrême fin du règne de Louis XVIII, en prévision des versements que devait entraîner la mort imminente du souverain, et donc l’avènement au trône de son frère le comte d’Artois, les archives de la Couronne visaient à réunir tous les « titres, actes et pièces » relatifs non seulement aux domaines de l’État, mais aussi au domaine privé du roi et aux archives du ministère de sa Maison. Installées au Louvre à partir de 1825, ces archives demeurent relativement méconnues : produit de pérégrinations antérieures, cet « arsenal de l’administration » curiale, perpétué et transformé sous la monarchie de Juillet, fut le dépositaire de la plupart des archives répertoriées après 1903 sous les cotes O. Cet article a pour but d’en retracer la genèse et d’en comprendre les logiques de fonctionnement, en prenant appui notamment sur un document jusqu’ici peu exploité : « Travaux d’archives : tableau figuratif des salles des anciennes Archives ». Réalisée en 1832, cette série de plans permet d’apporter une contribution au vaste chantier d’archéologie administrative ouvert par Pierre Jugie. Réceptacle de masses documentaires recueillies et produites par des monarchies de plus en plus bureaucratiques, les archives de la Couronne mettent au jour une certaine réalité des métiers d’archives dans la France du premier xixe siècle, et jette un éclairage nouveau sur une période trop souvent considérée encore, dans l’histoire des fonds, comme peu « glorieuse ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (désormais AN), O4 241, rapport de l’archiviste de la Co (...)
  • 2 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2843, intendance générale de la Liste civile.
  • 3 Pierrefitte-sur-Seine, AN, 335 Archives privées (désormais AP) 4, Papiers Vavin, « Compte définitif (...)

1Raison politique et nécessité budgétaire oblige, la cessation de la liste civile de Charles X prit effet le 31 juillet 1830. Le 13 août, trois jours avant l’embarquement à Cherbourg de l’ex-famille royale1, quatre seulement après sa reconnaissance par les Chambres en tant que « roi des Français », Louis-Philippe promulguait l’ordonnance confiant à trois commissaires choisis parmi ses entours – Prosper Duvergier de Hauranne, le comte Camille de Montalivet et le baron Auguste de Schonen – le soin de sa liquidation2. Souhaitée rapide par le nouveau pouvoir, la procédure traîna en longueur : il fallut attendre le mois d’avril 1834 pour établir ne serait-ce que son compte définitif, et donc créer dans l’intervalle, par la loi du 28 juin 1833, une Commission de la caisse de vétérance chargée de verser aux « plus nécessiteux » des pensionnaires de l’ancienne liste civile3 des secours individuels.

2Le travail de cette Commission devait se révéler presque aussi laborieux que la liquidation elle-même, l’admission aux secours étant subordonnée à la production, par leurs bénéficiaires éventuels – soit toute personne ayant pu servir dans une maison antérieure, royale, princière ou impériale –, d’états de service non seulement authentiques, mais complets, majoritairement conservés dans les archives de la Couronne. Reconduit à la présidence de la Commission le 29 juin 1835, le duc de Bassano se plaignit à de multiples reprises de la lenteur et de l’inexactitude des expéditions qu’il ne cessait de réclamer d’un service hérité de la Restauration, maintenu après la révolution de 1830 au Louvre et sous la tutelle de l’intendance générale de la Liste civile. Les récriminations du duc lui valurent, de la part de Montalivet, alors intendant général, cette réponse, pieusement consignée dans un registre ferré par l’un de ceux dont elle assurait la défense et justification :

  • 4 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre de Montalivet à Maret, juillet 1835.

L’archiviste de la Couronne n’a, sous ses ordres, pour satisfaire à toutes les recherches qui lui sont demandées, que trois employés, qui par leur zèle et leur activité tâchent de suppléer à ce petit nombre ; s’ils suffisent au travail habituel, les prédécesseurs de l’archiviste actuel qui n’avaient pas un personnel plus nombreux, ont dû se trouver souvent bien surchargés ; ils méritent indulgence pour de rares erreurs commises dans les 1 500 certificats, environ, fournis par eux : ces certificats ont été délivrés sur des pièces déposées aux archives sans ordre, sans inventaire, brouettées comme de vieux chiffons destinés au pilon ; il serait donc peu juste de s’étonner de ce qu’un tel désordre ait causé quelques erreurs que je déplore, mais qu’il était humainement impossible d’éviter4.

  • 5 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, état du personnel des archives de la Couronne, 23 décembre 1832.
  • 6 Revue de Paris, t. 56, 1833, p. 66.
  • 7 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport du ministre de Sa Maison à Sa Majesté Charles X, 24 jui (...)
  • 8 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre à l’intendant général, 10 avril 1839.
  • 9 Voir le Bulletin des lois 1824 (juillet-septembre), no 17 768, ordonnance du roi portant création d (...)

3Outre l’irritation, teintée de ce mépris à l’encontre de Maret dont Talleyrand n’eût pas renié l’expression, le propos de Montalivet laisse transparaître aussi un désir de justification. Ce dernier tient en partie à ce que le prédécesseur de Paul-Émile Mariton, « l’archiviste actuel », était semble-t-il proche de l’intendant général : « venu de la maison d’Orléans5 », premier archiviste de la Couronne sous la monarchie de Juillet, Amand Guillaume est en effet décédé brutalement en 18336. La lettre de Montalivet n’est pas seulement l’écho, rare dans une correspondance officielle, d’une affection sincère : elle se définit comme un plaidoyer qui reproduit, presque littéralement, le discours tenu par Guillaume lui-même sur la conservation et le classement des pièces à partir desquelles ont dû être établis les états indispensables à l’authentification des services ou droits présumés des pensionnaires de l’ancienne liste civile. La noirceur du tableau n’est d’ailleurs pas nouvelle, et procède en réalité d’une stratégie des chefs de service consistant à obtenir pour eux un « caractère public7 », mais aussi un « surcroît de local8 » et davantage de moyens, tant pour le personnel que pour le matériel, stratégie constante depuis la création des archives de la Couronne par l’ordonnance royale du 3 août 18249.

  • 10 La Restauration se voit ici encore attribuer, par contraste avec la monarchie de Juillet, le qualif (...)
  • 11 Rousseau et Souchon 2008.
  • 12 L’expression est employée en 1959 par Charles Braibant, directeur des Archives nationales de France (...)
  • 13 Duchein 1997, p. 63.
  • 14 « État général des fonds des Archives nationales (Paris). Mise à jour 2010 », p. 2, en ligne.

4Mal connu, au point d’avoir été parfois méconnu10, ce service fut constitué dans une optique centralisatrice11 impulsée par le ministère de la Maison du roi à l’approche d’un changement de règne prévisible, qui devait entraîner et la liquidation de la liste civile de Louis XVIII, et le versement au Louvre des « titres, actes et pièces » relatifs notamment au comte d’Artois. Conçues comme un « arsenal de l’administration12 » domaniale et ministérielle, les archives de la Couronne devaient en même temps fournir à la liste civile les preuves documentaires requises pour assurer le fonctionnement et la liquidation de ses avatars historiques, mais aussi préserver « l’honneur des familles13 », au premier rang desquelles, en raison de la charge polémique que revêt pour elle l’émigration, la dynastie des Bourbons restaurés. Le service devint ainsi, par sédimentation, le principal dépositaire des fonds qui, au gré d’enrichissements et de réagencements successifs, correspondent actuellement aux archives « produites par les maisons des souverains depuis l’Ancien Régime jusqu’à la monarchie de Juillet14 », autrement dit les archives des sous-séries O1 à O4, qui certes ne sont pas toutes les archives de la Cour, mais en constituent la plus importante partie émergée.

  • 15 Jugie 2013, p. 59.
  • 16 Jugie 2010, p. 16.
  • 17 Boucheron 2018, p. 86.

5Sur la fabrique de ces séries, dont Pierre Jugie, dans un essai pionnier d’« archéologie administrative15 », a rappelé combien, eu égard à leurs « pérégrinations16 », il était difficile d’écrire l’histoire, le bonheur documentaire matérialisé par des plans de Léon Laya, dressés en 1832, offre la possibilité d’une enquête complémentaire. Partir en quête, afin d’en restituer les logiques de constitution, des archives curiales produites en France par les monarchies postrévolutionnaires, au premier rang desquelles la Restauration, ne pouvait que s’apparenter à une enquête sur et dans des cartons dont le contenu n’a acquis que progressivement, et de façon problématique, son caractère d’historicité. L’authentification par l’archive, principe documentaire de l’instauration monarchique, de la restauration royale et des liquidations successives, depuis la révolution de 1789, d’un certain nombre des institutions qui leur étaient liées, justifiait logiquement d’entreprendre au moins une authentification des archives de la Couronne depuis 1824, au gré d’une investigation dans celles qui renseignent le plus certainement a priori sur des « émergences documentaires17 » et des pratiques d’archivage dont l’histoire informe l’appréhension même du phénomène curial. À rebours de la chronologie, cette investigation interrogera d’abord l’état des archives léguées par la Restauration à la monarchie de Juillet, à partir duquel esquisser la genèse du service, mesurer l’inflation documentaire qui accompagne le règne de Charles X et qui justifie sa perpétuation sous Louis-Philippe, approcher enfin le métier des travailleurs du papier curial dans la France du premier xixe siècle.

Le « Tableau figuratif des salles des anciennes Archives » : une datation précisée

  • 18 Voir <https://francearchives.fr/fr/facomponent/2a9cff13c2befcbe390b01f10ba1376c975bd342>.
  • 19 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2201, « Bon » pour achat de matériel, « ministère de la Maison du roi (...)

6Les Archives nationales conservent, dans le carton coté O3 2230, essentiellement consacré à la Restauration, mais qui comprend aussi quelques documents produits sous la monarchie de Juillet, une liasse de six feuillets, rangés l’un dans l’autre et chacun plié en deux, rassemblés sous le descriptif « Tableau figuratif des salles des anciennes Archives », s.d. [vers 1827 (?)]18. Les feuillets, en effet sans date apparente, sont du type utilisé habituellement par les services des Maisons, et du format « moyen19 » qui sert le plus souvent, dans les bureaux de l’administration, à former chemise pour conserver une ou plusieurs lettres, ou de brouillon aux propositions de réponse à leur donner. Une fois dépliés, ces feuillets révèlent une succession de plans, numérotés chacun de 1 à 6 (fig. 1, 2, 3, 4, 5 et 6) : bien que n’indiquant aucune échelle, et donc de façon figurative, ces plans donnent à voir, pièce par pièce, section par section et travée par travée, la disposition des Archives au moment de leur exécution. Le plan de chacune des six pièces indique aussi, référencé par un numéro propre, l’emplacement de différents rayonnages, ainsi que leur objet, à tout le moins principal, les mentions de contenu pouvant aller du simple générique – « Sénatoreries » – au détail plus spécifique – « 56 cartons contenant les minutes, rapports, décisions et pièces se rattachant à l’ordonnance des différents services de la Maison civile de 1814 à 1824 ».

Fig. 1 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 1. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 1 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 1. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

Fig. 2 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 2. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 2 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 2. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

Fig. 3 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 3. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 3 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 3. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

Fig. 4 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 4 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

Fig. 5 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 5 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

Fig. 6 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 6. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

Fig. 6 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 6. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.

© Thibaut Trétout

  • 20 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1149145.pdf>.
  • 21 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, état de paiement des gratifications des employés des archives, 2 (...)
  • 22 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*.

7L’ensemble, exceptionnel, offre un instantané de l’état des Archives, dont l’exploitation suppose au préalable la datation précise de ces feuillets. Deux d’entre eux fournissent en la matière des indications précieuses : le numéro 6 de la sixième salle, où s’intercale, entre les rayons 8 et 9, au niveau de la porte, la mention « Service de l’hôtel – 1814 à 1830 », soit une année terminale de trois ans postérieure à la datation présumée des feuillets, inférée sans doute du rayon de la deuxième salle longeant le numéro 11, autrement dit la « Comptabilité générale du ministère, an 1827 » ; le numéro 1, surtout, où figurent, sur le recto, à la fois le titre exhaustif donné au document, « Travaux d’archives : tableau figuratif des salles des anciennes Archives », et le nom de Léon Laya. Dramaturge à succès, dans un registre beaucoup moins conséquent que celui exploré au théâtre durant la Révolution ou mis en œuvre par son père depuis sa nomination, en 1817, à la place de censeur royal, Léon Laya est notamment l’auteur, avec Amelot, d’une comédie en deux actes, Le Dandy, « représentée pour la première fois au théâtre du Vaudeville le 15 octobre 183220 ». Il est reporté, de surcroît, comme commis rédacteur, à l’image d’Amand Guillaume « venu de la maison d’Orléans », sur un état de paiement des gratifications du personnel des archives de la Couronne en date du 23 décembre 183221, puis comme « garçon de bureau de 4e classe22 », avant son admission à jouir d’un congé de six mois sans traitement, peut-être sollicité par lui en vertu de sa notoriété naissante. Il y a donc toutes les raisons de croire, même sans connaître la date de son entrée au service des Orléans ou celle de son arrivée aux archives de la Couronne, qu’il est bien l’auteur du « Tableau figuratif ».

  • 23 Ibid., lettre de l’archiviste à l’intendant général de la Liste civile.
  • 24 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, rapport de l’archiviste de la Couronne à l’intendant général de (...)
  • 25 Ibid.

8Reste encore à déterminer à quelle occasion et à l’initiative de qui Léon Laya prit la peine, avec tant de méthode et d’application, de lever ces plans. Il est perceptible au travers de leur titre exhaustif que les feuillets ont été réalisés à un moment correspondant pour les archives de la Couronne de la monarchie de Juillet à un triple changement : l’adoption par la Chambre des pairs, le 4 mars 1832, de la liste civile du roi des Français, qui consacre la fondation de sa Maison, et donc la pérennité du service ; l’évacuation de la galerie du Louvre des « archives du Conseil d’État » et sa prise « de possession23 », le 12 juillet 1832, par les Archives, soit un surcroît de local atteignant désormais « dix-huit grandes pièces24 » ; le versement par la Commission de liquidation des « états d’appointement de tous les services de l’ancienne Maison du roi, du 1er janvier 1828 au 31 juillet 1830 », dont le baron de Schonen réclame accusé de réception le 1725.

  • 26 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 1909, « Devis de la dépense à faire pour l’ameublement des bureaux et (...)

9Selon toute vraisemblance, le « Tableau figuratif » ne daterait donc pas de 1827, mais de l’été 1832, sa réalisation ayant vocation à archiver un état matériel du classement des archives de la Couronne juste avant les travaux d’agrandissement, effectués enfin pour tenter de répondre aux entrées nouvelles et, surtout, en prévision des versements à venir. Destinés en premier lieu à conserver une trace écrite de l’agencement des Archives « dans la galerie du Louvre, côté du musée26 », les plans de Laya ne comprennent ni la levée de l’entresol, où une première pièce était destinée à un garçon faisant fonction d’huissier, ni celle du premier étage, où se situaient quatre bureaux, dont trois pour l’archiviste, son adjoint et deux employés, le dernier paraissant ne pas avoir de destination fixe. Ils permettent, cependant, de reconstituer avec une certaine précision, si ce n’est leurs dimensions exactes, la disposition des lieux, mais aussi, par recoupement, la composition, le volume, les logiques du classement et la provenance d’une partie des fonds qui constituaient, au tournant de leur transformation par la monarchie de Juillet, les archives de la Couronne léguées par la Restauration.

Les archives de la Couronne en 1832 : un état des lieux

10À défaut d’une échelle indiquée par Léon Laya, et d’un plan des « salles » levé par un architecte, le calcul de leurs dimensions court le risque de s’avérer hasardeux, sauf à considérer que les cinq tables de décharge identifiées en 1832 sont celles acquises en 1825 à l’initiative de Pierre-Arsène-Denis Husson en même temps que douze chaises en frêne, invisibles sur les feuillets, ce qui est aussi le cas d’une sixième et dernière table. Le devis dressé par le Garde-Meuble en vue de leur acquisition précise en effet que ces tables mesurent chacune 2,6 mètres de long pour 1 de large. Bien qu’à l’évidence aucune de celles figurées par Laya ne soit identique l’une à l’autre, la table de la salle 6 présente la particularité de former un rectangle d’une longueur de 8 centimètres sur 3 de large, soit presque exactement les proportions de l’objet réel, ce qui signifie que l’échelle adoptée serait à peu près équivalente à 1/33. En extrapolant cette dernière à la dimension des salles, chacune prise individuellement devait occuper une superficie de 90 à 100 mètres carrés, et l’ensemble des archives de la Couronne devait offrir, en 1832, un espace de stockage au sol de l’ordre de 600 mètres carrés.

  • 27 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O241, rapport à l’intendant général de la Liste civile, 12 juillet 183 (...)

11La nécessité, pour « l’ordre et la tenue » de ces fonds, d’une « échelle de bibliothèque, sur roulettes27 », autorise à spéculer sur la hauteur sous plafond de salles qui, situées dans la galerie du Louvre et réclamant chauffage, devaient raisonnablement atteindre une hauteur d’au moins 4 mètres, voire 5, ce qui équivaudrait à un volume virtuel de stockage d’au moins 2 400 mètres cubes. Tout aussi virtuellement, dans la mesure où la minorité de rayons vides sur les plans de Laya ne préjuge en rien du volume écrit ou matériel renfermé dans les pleins numérotés et les rayons parallèles, les archives de la Couronne auraient pu conserver, debout car à la française, 24 kilomètres linéaires, d’un poids total atteignant 1,2 tonne, et contenant possiblement plus de 150 millions de feuillets.

  • 28 Voir <https://francearchives.fr/fr/agent/18580600>.
  • 29 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 12 fé (...)
  • 30 Id., rapport d’Husson au duc de Doudeauville, 1er septembre 1827.
  • 31 Sur ce point, voir notamment Dreyfus 2000.
  • 32 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, « Plan et division de l’inventorié des titres et papiers de S.A (...)

12Propres à donner le vertige, ces projections arithmétiques paraissent correspondre à une capacité d’accueil impressionnante, mais dont l’augmentation, aussi régulière que spectaculaire, des « masses » évaluées, ne serait-ce que sous la Restauration, par les archivistes et leurs adjoints, rappelle surtout que ces locaux sont presque toujours au bord de la saturation. À la veille de la création des archives de la Couronne, son futur « employé principal », Antoine-Joseph Raup de Baptestin de Moulières28, évaluait déjà cette masse à « environ quinze cents cartons et liasses, et […] autant de registres » ; en 1825, l’emménagement au Louvre occasionnait le transport, par sept hommes de peine, de 2 000 cartons29 ; après nouveaux versements, en 1826 puis 1827, de 3 500 cartons et de « 1 500 registres ou volumes manuscrits », les fonds entreposés dans la galerie avoisinaient les 6 000 cartons, et 3 000 registres supplémentaires au bas mot30. L’inflation galopante du nombre et du volume de ces archives, symptomatique d’une bureaucratisation croissante et accélérée, dans l’Europe moderne, des institutions du pouvoir, en particulier étatiques31, interroge nécessairement les logiques lisibles de l’archivage, au moins jusqu’en 1832, à travers la disposition matérielle des contenus dont Laya retranscrit, de manière fidèle, l’intitulé des « Titres et papiers32 » constitutifs d’un inventaire ordonné selon une diplomatique pragmatique.

  • 33 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport d’Husson au ministre, 1er septembre 1827.

13L’agencement des salles, pour commencer, répond à un modèle presque uniforme, inspiré par leur identité architecturale et les contraintes de l’accès aux documents conservés par les archives de la Couronne : de dimensions comparables, elles s’ordonnent autour d’un rectangle central, réduction de la pièce entière, laissé en partie inoccupé afin de permettre les déplacements des archivistes le long de rayons parallèles aux trois murs sans fenêtre, dont deux percés d’une porte. Outre les 79 rayons principaux, dont le nombre varie entre 12 et 13 selon les salles, celles-ci comprennent encore 34 travées parallèles, auxquelles s’ajoutent, pour cinq des pièces, une table de décharge. Cette quasi-uniformité traduit une volonté de rationalisation du classement, mais révèle surtout la nécessité, pour le Service des archives, d’optimiser, tant bien que mal, l’emploi d’un local « si resserré, en raison de la quantité des papiers, qu’une grande partie des rayons contient double rang de cartons ou liasses33 ».

  • 34 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 11 m (...)

14La disposition de ces rayons en 1832 témoigne d’une même volonté d’« aménagement méthodique34 » des archives, constituées en séries dont la cohérence demeure cependant relative, résultant de versements et déménagements successifs qui hypothèquent partiellement la mise en œuvre du principe de continuité linéaire et chronologique privilégié en particulier pour les pièces de « Comptabilité », majoritaires dans les salles 1 à 4, où les exercices se succèdent à peu près régulièrement de « l’an 13 » à 1827, mais où figurent aussi, pêle-mêle, des « Mémoires de fournisseurs » ainsi que des papiers relatifs à la « Maison militaire du roi » (salle 2), à l’« Hôpital militaire » (salle 3) et à l’« Administration générale de la Maison du roi, de 1759 à 1792 ». Un même constat s’impose dans les deux autres pièces : la cinquième salle abrite, à côté des séries continues que sont les « Plans » (sections 4 à 6), la « Maison de Madame la comtesse de Provence » (7 et 8) et les « Gardes du corps » (9 à 11), des agrégats isolés, à l’image des papiers provenant du « Service de la grande aumônerie », sur la table de décharge, ou encore ceux relatifs à la comptabilité des « Bâtiments du roi » pour les années 1643 à 1793 ; la sixième, enfin, voit coexister l’impressionnante série intitulée « Maison de Monsieur » (sections 1 à 12), interrompue en 9 par les « Registres terriers du domaine de Meudon (1548) », et les « Sénatoreries », domaines étrangers compris pour l’année 1810, présentes à la fois sur la table de décharge et trois rayons parallèles. Le relatif disparate des séries et, plus particulièrement pour celles de l’Ancien Régime ou des services de la Maison du roi, leur éparpillement entre les salles, procèdent d’une entreprise de classement qui se heurte, dans la pratique, à l’adjonction de fonds nouveaux qu’il s’agit d’ordonner, eux aussi, en fonction de leur propre contenu et des emplacements disponibles au moment de leur versement.

Versements et bouleversement institutionnel (1814-1825)

  • 35 De façon inexpliquée, et selon les termes de leur inventaire, « les articles O3 2225, 2226, 2227 n’ (...)
  • 36 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du préfet de la Seine au ministre secrétaire d’État de l (...)

15La concordance entre certains des intitulés retranscrits par Laya en 1832 et les versements constatés durant la Restauration offre l’occasion d’identifier la provenance, la composition et le mode de classement de douze des fonds dont hérite la monarchie de Juillet. Quatre d’entre eux sont identifiables grâce au carton coté O3 2224, les huit autres grâce au carton coté O3 223035. Le premier versement enregistré, double, intervient peu de temps avant les Cent-Jours, au mois de janvier 1815 : il est assorti d’un « état sommaire » des archives établi par la préfecture de la Seine à la demande de Blacas, qui en exige la livraison le 12 décembre 1814, fait assurer leur transport par le marquis de Vernon et dresser leur inventaire. Ce versement comprend, d’une part, 149 cartons « provenant de l’ancien ministère de la Maison du roi et autres », répartis notamment, jusqu’en 1832, sous les intitulés « Bons du roi », « Administration générale de la Maison du roi, de 1752 à 1792 » ou « Dépenses de divers services de 1773 à 1789 », et d’autre part des « papiers provenant des ci-devant dames de France, tantes du roi36 », classés dans le quatrième rayon de la salle numéro 6, dont le volume n’excède pas les quelques liasses.

  • 37 Id., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 fév (...)
  • 38 Id., « Copie d’une lettre adressée le 9 juillet 1815 à M. le duc de Richelieu ».
  • 39 Id., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 fév (...)

16Ces cartons ne comprenant semble-t-il « aucun document sur les dépenses de la Maison du roi37 », le comte de Pradel, soucieux d’établir une intendance exacte du ministère, mandate à deux reprises le responsable du « bureau des archives », Louis-François Bary, afin de retrouver des papiers qui lui permettent d’authentifier le montant des dépenses de personnel et de matériel des années 1780 à 1792, en particulier les comptes de la cassette et ceux de la liste civile. Transfuge de l’Empire, exilé de Paris durant les Cent-Jours pour avoir communiqué à Blacas « quelques pièces extraites, pour le service du roi, des archives du cabinet de Bonaparte », Bary, dont le salut fut assuré par le « manteau d’inviolabilité » de la députation « de l’arrondissement de Saint-Paul, département du Pas-de-Calais38 », se transporte ainsi, en 1816 puis en 1817, « à la Cour des comptes et aux Archives de la liquidation, où tous les papiers intéressants, soit le Trésor public, soit les individus, [avaient] été versés dans le temps, pour apurement de comptes et pour liquidation39 ».

17Conservés par la Cour des comptes pour raison juridique et financière, réclamés par ordonnance du roi pour raison politique et administrative, les comptes de la cassette et de la liste civile « de juillet 1790 au mois d’août 1792 » sont versés au ministère le 2 avril 1816 ; l’année suivante, Bary se félicite de pouvoir transmettre au comte de Pradel, en provenance cette fois des Archives de la liquidation, d’accès « plus facile », six registres dont « cinq donnent la liste des officiers de la Maison du roi, avec les gages attachés à chaque officier […], et le 6e intitulé Chambre aux deniers donne des détails […] intéressants sur les dépenses de matériel ».

  • 40 Ibid., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 f (...)
  • 41 Id.

18Soucieux de complaire au secrétaire général, Bary lui suggère de surcroît de solliciter du roi une ordonnance afin de dessaisir la Cour des « comptes de la gestion de M. de Breteuil en 1785 et 1790, rendus par M. Randon de La Tour », et surtout des « comptes des payeurs des gages de la Maison du roi », dont il précise qu’ils doivent contenir, sur la matière qui occupe Pradel, « les renseignements les plus complets40 ». Sa lettre précise, enfin, que Bary a profité de sa visite « dans la maison des petits Pères, place victoire [sic] », pour inviter le nouvel archiviste de la liquidation générale, M. Tardif, à reprendre l’opération de versement « d’une assez grande quantité de papiers concernant la liste civile et les maisons des princes et princesses de la famille royale », et sa décision d’envoyer un « employé intelligent » extraire des registres des liquidations opérées « un nombre suffisant pour connaître ce que chaque office produisait à son titulaire41 ».

19La quête de pièces authentiques susceptibles de renseigner avec précision, voire exhaustivité, sur l’administration aulique et les rémunérations en vigueur aux alentours des années 1780, référent premier d’une Cour destinée à renouer la chaîne des temps, finit par donner lieu, de la part de Bary, à une véritable enquête archivistique pouvant aboutir, pour les documents jugés utiles au ministère, soit à la saisie pure et simple, il est vrai par ordonnance du roi, soit au versement à l’amiable, ou, faute de mieux, à copie certifiée conforme. À la recherche d’une Cour perdue, Bary assume en 1817 un rôle actif dans la réunion au dépôt ministériel de papiers provenant principalement « de l’ancienne Maison du roi », et comme tels indispensables à la nouvelle : une partie au moins doit avoir été réunie à l’« administration générale de la Maison du roi, de 1752 à 1792 », conservée en salle 4.

  • 42 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre de Laîné au comte de Pradel, 15 avril 1817.
  • 43 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières ministre secrétaire d’État de la Maison (...)

20La réunion peut, toutefois, procéder de la simple nécessité légale et administrative, et certains versements ne pas être motivés d’abord par la pulsion mimétique qui anime la Restauration curiale : en 1817 toujours, avant même clôture le 30 avril des activités de la Commission de liquidation des biens du Sénat et des anciennes sénatoreries, « les archives de l’ancienne secrétairerie d’État [sont] réunies à celles de la Maison du roi42 », conservées jusqu’en 1832 dans la salle numéro 6, en nombre et volume suffisants pour occuper une table entière de décharge et trois rayons parallèles. L’exemple le plus spectaculaire de réunion volontaire dictée par le sens ministériel de l’utilité reste toutefois celui des quelque 200 « registres des dépenses des Bâtiments du roi », déposés jusqu’en 1823 dans la « bibliothèque de Sa Majesté aux galeries du Louvre43 », formant avec les autres une série d’au moins 250 registres couvrant la période « 1643 à 1793 » et répartis jusqu’en 1832 dans les salles 2 à 5 sur un total de sept rayons parallèles. Cette adjonction des « Bâtiments » devait fournir au service des archives du ministère l’un des principaux arguments justifiant leur transformation statutaire et leur installation au Louvre.

  • 44 Ibid.
  • 45 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 12 fé (...)

21Les années 1823-1825 constituent en effet, dans l’histoire curiale des archives, une séquence matricielle, qui voit la création des archives de la Couronne et leur emménagement dans les six salles situées au deuxième étage, au-dessus du logement du gouverneur du palais. La décision de créer ce service procède du besoin premier de placer les archives du ministère « dans un local qui puisse recevoir non seulement tous les cartons et registres dont elles sont actuellement composées, mais aussi les envois annuels des divisions du ministère44 ». Promulguée le 3 août 1824, l’ordonnance de création de ce service inédit visait à « réunir et conserver tous les titres, actes et pièces concernant la propriété des immeubles qui composent la dotation de la Couronne », réunis aux titres de propriété du domaine privé du roi et aux archives du ministère. Une fois résolue la question de leur emplacement – la solution du Louvre s’avérant moins coûteuse que celle du petit hôtel Molé, rue Saint-Dominique –, les archives de la Couronne furent transférées dans leur nouveau local au commencement de l’année 1825, et 2 000 cartons environ transportés du ministère au palais, l’opération requérant six voitures et le travail, trois jours durant, de sept hommes de peine, dûment rémunérés « en raison du travail excessif dont ils ont été chargés, et de l’intelligence et du soin qu’ils y ont apportés45 ».

Le raz-de-marée documentaire (1825-1830)

  • 46 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, formule du serment prêté entre les mains du duc de Doudeauville

22Le service fut placé sous la direction d’un archiviste de la Couronne, qui resta, de sa prestation de serment le 5 octobre 1824 jusqu’à sa mise à la réforme le 1er septembre 1830, Pierre-Arsène-Denis Husson. Transfuge des administrations révolutionnaire et impériale, où il occupa les fonctions de secrétaire général de la Liquidation de la dette publique entre 1791 et 1810, Husson prit la suite de Bary à la tête des archives dites du Ministère ou de la Maison du roi, et fut l’un des principaux instigateurs de la création des archives de la Couronne. La formule de son serment, prêté entre les mains du duc de Doudeauville, l’engageait à « veiller soigneusement à la conservation des titres et pièces dont la garde [lui était] confiée, de [s’]occuper avec activité de la recherche et du recouvrement des titres et pièces concernant les biens de la Couronne, qui pourraient être possédés illégalement par des tiers, enfin de faire dans [ses] fonctions tout ce qu’un bon et fidèle sujet et serviteur doit faire pour son souverain46 ». La nomination d’Husson prouve la volonté de privilégier l’expérience d’un administrateur aux compétences éprouvées, jouissant d’un traitement annuel de 8 000 francs, équivalent à lui seul à plus d’un tiers du budget total du service, en moyenne de 23 500 francs.

  • 47 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62160262>.
  • 48 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, état du personnel des archives de la Couronne, août 1824.

23Les archives de la Couronne comprenaient en outre cinq autres places et emplois : un archiviste adjoint, un employé principal, un vérificateur, un secrétaire et un garçon de bureau dont l’identité, en 1824, revêt pour certains un caractère politique. Ce n’est pas le cas semble-t-il du garçon de bureau, Pierre Delaurier, signalé comme « déjà attaché aux archives du Ministère » ; c’est bien celui, en revanche, de l’adjoint, Anatole Fouquet, « ancien archiviste de la Maison de Monsieur », de l’employé principal, de Moulières, très ancien (de 1768 à 1774) secrétaire de la compagnie des Cent-Suisses et auteur d’un plus qu’apologétique Le Roi martyr, ou Esquisse du portrait de Louis XVI47, dédié en 1816 au duc d’Aumont, premier gentilhomme de la Chambre, mais aussi du secrétaire, « M. de Canevot de Courcenon », d’une famille reconnue et d’« opinions personnelles » jugées irréprochables, dans une moindre mesure du vérificateur, le marquis Hyacinthe de Flers, « directeur des Postes militaires à Santona48 » au cours de la guerre d’Espagne puis aide de camp du fort royaliste et bien en cour maréchal Oudinot.

  • 49 Mansel 1982, p. 406.
  • 50 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre du surintendant de l’ancienne Maison de Monsieur à Fouqu (...)

24Ces choix ne sont évidemment pas neutres : un mois environ avant la mort de Louis XVIII, la création des archives de la Couronne s’inscrit de façon claire dans la perspective imminente du changement de règne et illustre le mot en vogue à Paris depuis l’élection de la « Chambre retrouvée » et toujours en vigueur au moment de la naissance du service : « Le roi a virtuellement abdiqué ; il va voir de son vivant ce qui se serait passé après49. » Le changement de règne devait entraîner, en effet, la promotion des entours du comte d’Artois et une politisation plus marquée encore de la Maison du roi. Le vif devant ici saisir le mort, les archives de Monsieur et de la comtesse d’Artois devinrent, dès l’avènement de Charles X, celles de l’État monarchique, et donnèrent donc lieu à un septième versement identifiable, celui des « registres, sommiers, journaux, doubles de comptes des trésoriers, états, papiers et pièces de renseignements concernant l’ancienne administration des finances et les Maisons50 » de l’ancien couple princier.

  • 51 Id., « Inventaire général des titres et papiers appartenant à S.A.R. Monsieur », 1er juin 1816.
  • 52 Id., lettre de Daunou au chancelier du comte d’Artois, 3 avril 1815.
  • 53 Id., rapport au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 15 juin 1819.
  • 54 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre du surintendant de l’ancienne Maison de Monsieur à Fouqu (...)

25L’ensemble, conservé jusqu’en 1832 dans la sixième salle des Archives, occupait à cette date onze rayons principaux et une travée parallèle : l’inventaire en porte le nombre des cartons à 294, auxquels s’ajoutaient, « au nombre de 10651 », des cartes, plans et dessins détaillés, majoritairement des domaines apanagés du comte d’Artois. Remis, entre les mois d’avril 1814 et février 1815, à M. de Ballainvilliers, chancelier de la Maison de Monsieur, certains de ces fonds avaient été placés sous séquestre durant les Cent-Jours, afin de « réintégrer dans les archives de l’Empire52 » ceux qui en avaient été distraits au cours de la première Restauration. Ils furent ensuite restitués, le 1er juin 1816, au comte d’Artois, mais de façon partielle, « [le] roi faisant des pensions à d’anciens serviteurs53 » de feu la comtesse. La plupart de ces papiers provenaient des « dépôts de la Cour des comptes », où ils avaient été versés après saisie en 1797, parce que contenant des « renseignements relatifs à la comptabilité nationale54 » devenus inutiles au directeur des Domaines du département de la Seine, qui les conservait depuis 1794.

  • 55 Id., récépissé de l’agent des affaires de la Liste civile au greffier de la Cour des comptes, 28 no (...)

26L’inventaire de ces fonds fut dressé dès 1804 par Daunou, garde des Archives de l’Empire, à partir d’un récolement général du 21 prairial an II : son imposant « Plan et division de l’inventorié des titres et papiers de S.A.R. Monsieur le comte d’Artois », divisé en 13 titres et 121 chapitres, faisait état pour le tout de 273 pièces et 2 065 cotes. La réunion fut réalisée matériellement du 26 au 28 avril 1825, requérant cette fois le travail de trois hommes de peine employés aux chargement et déchargement des voitures. En comparaison, le versement aux archives de la Couronne, le 28 novembre 1825, des « pièces et documents provenant de la chancellerie de Monsieur comte de Provence et de Madame », remis temporairement par la Cour des comptes pour en permettre la copie, avec « vingt-neuf registres des décisions de Monsieur » et « six liasses de contrat et autres pièces55 » relatives au prince de Conti, paraît dérisoire : ils n’occupent d’ailleurs, dans la salle 5 levée par Laya en 1832, que deux rayons (7 et 8) dans leur totalité, et une partie sans doute mineure de la travée parallèle à leur pied.

  • 56 Id., lettre du ministère à l’archiviste de la Couronne, 1er octobre 1825.
  • 57 Id., « Note sur le mode de classement des pièces dans les cartons renfermant les demandes de places (...)

27Moins volumineuses encore que les archives relatives au comte et à la comtesse de Provence, les « Demandes de places 1814 à 1820 », indiquées par Laya dans la troisième salle, rayon numéro 11, en provenance directe du ministère56, présentent la particularité d’être assorties d’une brève description de leurs contenu et agencement. Figurant au dos d’un état de paiement – signé – des employés du service des Archives pour le mois de décembre 1825, elle est intitulée « Note sur le mode de classement des pièces dans les cartons renfermant les demandes de places, de 1814 à 182057 », et permet d’appréhender la manière dont le ministère de la Maison du roi archivait lui-même ses productions documentaires avant de s’en dessaisir. Sans grande surprise, les six cartons renfermant ces demandes de places font apparaître trois principes élémentaires de classement, qui semblent toutefois n’avoir pas été systématiquement appliqués dans les bureaux ministériels : par années, « par services » ou « selon l’ordre alphabétique des noms des pétitionnaires ». Certaines liasses contenues dans ces cartons, « non classées par services », le sont pourtant « selon l’ordre », et dans ce cas « marquées des lettres » de l’alphabet correspondant au patronyme des demandeurs.

  • 58 Id., rapport de l’archiviste de la Couronne au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 11 m (...)
  • 59 Ibid.
  • 60 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre de Montalivet à Maret, juillet 1835.
  • 61 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du préfet de la Seine au ministre secrétaire d’État de l (...)
  • 62 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières au ministre secrétaire d’État de la Mai (...)

28Archives déjà archivées par le ministère, mais de manière inégalement aboutie selon les liasses, ces demandes de places firent donc l’objet d’un deuxième archivage, opéré cette fois par les employés du service de la Couronne au moyen de fournitures spécifiques (fig. 7). Ce ré-archivage nécessitait successivement dépouillement, formation d’un répertoire, au moins sommaire, des pièces à archiver, systématisation du classement, « triage58 » et, selon les termes de l’ordonnance du 3 août 1824, soumission au ministre du travail effectué par le service, celui-ci ayant seul pouvoir pour « statuer sur le mode de destruction des papiers jugés inutiles ». La remise en archives impliquait par conséquent, sans qu’il soit possible d’en déterminer l’ampleur ou les modalités, un archivicide partiel et sélectif, dicté d’abord et avant tout par les nécessités du « service courant59 » d’archives qui sont bien celles de la Couronne, mais aussi, et manifestement surtout, sous la Restauration comme sous la monarchie de Juillet, celles du ministère de la Maison du roi ou, après 1827, de l’intendance générale de la Liste civile : ces destructions, dont il y a tout lieu de croire qu’elles étaient opérées « au pilon60 », ne sont évidemment pas étrangères à la prévalence, dans la sous-série O3, des archives produites par « l’administration centrale61 », au premier rang desquelles « l’envoi annuel de comptabilité », estimé par de Moulières à « environ cinquante cartons62 ».

Fig. 7 : Ministère de la Maison du roi, « Bon pour achat de matériel », 18 février 1817. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2201.

Fig. 7 : Ministère de la Maison du roi, « Bon pour achat de matériel », 18 février 1817. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2201.

© Thibaut Trétout

29Les trois derniers versements identifiables, sans conteste les plus volumineux réunis aux archives de la Couronne sous la Restauration, furent la réunion à ces dernières, en 1825 toujours, des « archives du Ministère », embrassant « la quantité de 2 000 cartons environ, et de 1 500 registres ou volumes manuscrits », l’année suivante « des pièces de comptabilité du trésor de la Couronne depuis les ans 13 et 14 et 1806, jusques et y compris l’année 1821 », renfermées dans 64 caisses et 1 500 cartons, ainsi que des envois annuels de comptabilité pour les années 1822 à 1827. La réception des dépôts de comptabilité, préalablement classés par les bureaux du ministère ou l’intendance, ne paraît pas avoir nécessité de ré-archivage, le principal problème posé par ce tsunami de papiers étant son caractère « spatiophage », que traduit sans conteste le « Tableau figuratif » de Laya. La seule « Comptabilité » des exercices « de l’an 13 » à 1821 occupait ainsi, en 1832, si ce n’est la totalité, du moins la majorité des rayons principaux de trois des six salles des archives de la Couronne. Les exercices 1822 à 1827 représentaient pour leur part une dizaine de rayons principaux et de travées parallèles, soit, pour la comptabilité, plus du tiers de la capacité totale de stockage du service des Archives, ce qui suffit à expliquer l’omniprésence, dans la sous-série O3, des états de paiement, dressés mois par mois service par service, des devis et mémoires de fournisseurs, des rapports relatifs aux questions budgétaires et des registres de dépenses.

  • 63 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport d’Husson au ministre, 11 mai 1826.

30Le versement le plus problématique fut cependant celui des « archives du Ministère », au sujet desquelles Husson rapporta qu’il n’en « existait aucune nomenclature, ni aucun inventaire » et, pour les « pièces concernant les temps antérieurs à 1792 », que « tout [y] était à classer ». Le travail opéré sur cette masse d’archives imposa le recours à « un employé auxiliaire, uniquement occupé du soin de ranger les pièces, d’étiqueter les cartons, de former les liasses, de classer les volumes, et de dresser le répertoire63 », et se prolongea du mois de novembre 1825 au mois de février 1826, aboutissant au triage et classement de pièces « contenues en mille cartons, avec les étiquettes convenables » et « le placement de 1 500 registres ».

De l’administration avant toute chose : des papiers et des hommes

  • 64 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du ministre secrétaire d’État au chef de la Comptabilité (...)

31Le secret de la méthode adoptée pour le classement de telles masses de papiers, estimées en 1827 à « six mille cartons », tint à la capacité du service des Archives et de ses membres à concilier les principes élémentaires de la diplomatique théorique avec les aléas pratiques de la réunion, à leur dépôt, de fonds hétérogènes issus de producteurs extérieurs. S’il impliquait, au gré des versements successifs, une faculté certaine d’adaptation, voire d’improvisation des chefs et des employés du service, le ré-archivage des pièces s’efforçait aussi d’obéir à un certain nombre de règles tendant à « faciliter les recherches qui pourraient en être faites64 ».

  • 65 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2847.
  • 66 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5604357h.texteImage>.

32Une note d’Edmond Blanc, troisième archiviste de la Couronne de la monarchie de Juillet après les décès prématurés d’Amand Guillaume en 1833, puis d’Émile Mariton en 1839, rédigée sans doute peu de temps après son entrée en fonctions, le 17 juin, consigne quelques-unes des références bibliographiques (fig. 8) et mentionne certains des diplomatistes (fig. 9) qui ont dû vraisemblablement jouer un rôle comparable pour ses prédécesseurs65. Parmi les ouvrages avérés figurent, de Pierre-Camille Le Moine, la Diplomatique pratique, ou Traité de l’arrangement des archives et trésors des Chartes, parue en 1765, et, de Joseph Batteney, L’archiviste français, ou Méthode sûre pour apprendre à arranger les archives et déchiffrer les anciennes écritures, paru en 1775 ; il semble en revanche que Blanc se trompe dans le titre du troisième ouvrage indiqué, la référence probable étant le Dictionnaire raisonné de diplomatique, contenant les règles principales et essentielles pour servir à déchiffrer les anciens titres, diplômes et monuments, ainsi qu’à justifier de leur date et de leur authenticité, œuvre du bénédictin Jean-François de Vaines, effectivement en deux volumes in-8o, mais parus en 177466.

Fig. 8 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.

Fig. 8 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.

© Thibaut Trétout

Fig. 9 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.

Fig. 9 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.

© Thibaut Trétout

  • 67 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54969220>.
  • 68 Delatour 2009.

33Le métier d’archiviste s’inscrivait ainsi dans un corpus théorique de manuels pratiques, et dans une histoire de laquelle émerge la figure de quelques illustres devanciers français, pris par Edmond Blanc dans le premier volume du Dictionnaire raisonné de bibliologie67 de Gabriel Peignot, publié à Paris en 1802. Ce panthéon ne rassemble que des diplomatistes d’Ancien Régime : les frères Pierre et Jacques Dupuy68, Charles Dufresne, sieur du Cange, les Godefroy père (Théodore) et fils (Denys), David Blondel, le jésuite Philippe Labbe et le bénédictin Dom Edmond Martène. La préférence du nouvel archiviste de Louis-Philippe allait en tout cas à Étienne Baluze, le seul à être aussi signalé comme « archiviste distingué », pour son rôle, sous le règne de Louis XIV, dans la « création du dépôt de la guerre » (1688) ou de celui du « vieux Louvre » (1716).

  • 69 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O525, ordonnance portant réforme des « Entrées », 1er novembre 1820.
  • 70 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O885.
  • 71 Voir le Bulletin des lois 1824 (juillet-septembre), no 17768, ordonnance du roi portant création de (...)

34Tout aussi pénétré de la dignité et de l’antiquité de sa fonction d’archiviste, en voie de devenir, avec la création en 1821 de l’École des chartes, une profession à part entière, Husson, à peine nommé, s’employa à obtenir son élévation au rang d’officier de service de la Maison du roi. Il obtint gain de cause et fut assimilé, à partir du 24 juin 1825, aux officiers de service de première classe, ce qui lui conférait, outre le caractère public qu’il estimait indispensable à son emploi, un uniforme distinctif et la jouissance des entrées de la salle du Trône69 : son adjoint, Anatole Fouquet, assimilé aux officiers de seconde classe, après force protestations contre cette discrimination par le rang, que sa qualité d’ancien archiviste de Monsieur lui rendait insupportable, fut à son tour élevé à la première classe par une décision du 22 janvier 182670. Cette double promotion consacrait l’institutionnalisation du service des archives de la Couronne et, bien que de façon toute relative, l’intégration de ses chefs dans la hiérarchie aulique et domestique. Elle avait aussi pour but de faciliter le travail de l’archiviste de la Couronne dans ses rapports avec les dépositaires des pièces qu’il avait autorisation, avec plus d’autorité par conséquent, de requérir, y compris, selon les termes de l’ordonnance du 3 août, en intentant « les actions nécessaires pour obtenir, en cas de refus de la part de tiers, la remise des titres dont il s’agit71 ».

  • 72 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O2230.
  • 73 Voir supra, ordonnance du 3 août 1824, article 7.
  • 74 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport d’Husson au ministre secrétaire d’État de la Maison du  (...)
  • 75 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières au ministre, 31 décembre 1823.

35Collecteurs, ordonnateurs et gardiens des archives, Husson et ses successeurs se devaient d’abord d’en assurer la conservation, par exemple en faisant réparer les cartons72, mais aussi d’en délivrer, uniquement « sous l’autorisation expresse73 » du ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, puis de l’intendant général de la Liste civile, des copies collationnées ou des extraits, chacun devant recevoir signature, avant communication à des tiers, du secrétaire général du Ministère ou de l’Intendance. Par exception, l’archiviste pouvait également être amené à se dessaisir de certains papiers, à l’image des « pièces concernant les nominations des chevaliers de Saint-Louis, pendant l’émigration74 », cédées au mois de décembre 1825 au ministère de la Guerre, et préalablement conservées, au même titre que les « papiers et registres concernant l’armée de Condé, les emprunts des princes, les émigrés », « sous clef75 », en raison de leur caractère politiquement polémique et donc possiblement compromettant.

  • 76 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, lettre de Guillaume à Montalivet, 14 janvier 1833.
  • 77 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, lettre de Guillaume au chef du bureau des Pensions de l’ancienne (...)
  • 78 Ibid.

36Enquêteurs et experts, consacrant le plus clair de leur activité au classement et reclassement d’archives archivées, les archivistes de la Couronne et les employés du service étaient semble-t-il les seuls, sous la Restauration, à pouvoir accéder à et consulter des papiers dont la conservation relevait en même temps du secret d’État, garanti par le monopole du Ministère et de l’Intendance sur leur communication. La recherche de pièces pour authentification et l’archivage de leur réclamation s’imposaient, au quotidien, comme le second pan de l’activité documentaire : les demandes en émanaient principalement d’institutions, mais aussi de particuliers, le plus souvent pour se procurer les preuves de leur emploi ou de celui d’un parent dans une Maison ou une autre, ou bien pour réclamer contre des décisions susceptibles de soulever « un point de droit76 » en matière de calcul ou de versement de pensions. Il n’était pas rare, à l’issue des recherches effectuées, de devoir opposer à ces demandes de pièces une fin de non-recevoir, soit par refus de l’autorité responsable d’en autoriser la communication, soit par constat de leur absence pure et simple, assorti du rituel : « Les archives n’offrent aucun renseignement sur cet objet. » La production de certificats complets et authentiques se heurtait en effet à l’incomplétude des fonds, à « l’inexactitude des registres matricules » ou au fait que les états d’émargement ne mentionnent « ni les dates de naissance, ni les prénoms des agents77 » : déplorée sous la monarchie de Juillet par Amand Guillaume, cette situation s’appliqua logiquement sous la Restauration, contraignant les archivistes de la Couronne à reconnaître d’eux-mêmes les limites de leur faculté de certification, « n’ayant aux archives aucune pièce propre à établir certainement les prénoms et dates de naissance des employés78 ».

  • 79 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre de Bichet à Husson, 3 juillet 1828.
  • 80 Id., lettre d’Husson à Bichet, 13 mars 1829.
  • 81 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du duc de Doudeauville à Husson, 26 avril 1827.

37Les archives de la Couronne pouvaient aussi être sollicitées pour réclamer copies de pièces regardant une histoire familiale, dont les originaux n’étaient plus en possession des demandeurs. Prié par l’intendant honoraire et garde des archives du duc d’Orléans, Bichet, de procurer « à S.A.R. » les « pièces relatives à différents membres de son auguste famille79 », Husson obtint de l’intendant général l’autorisation de faire réaliser, en 1829, la copie de 301 rôles concernant « les naissances, mariages et décès de plusieurs princes et princesses » de la maison princière, dont l’exécution fut confiée, au tarif d’un franc la pièce, « au sieur [Émile ?] Littré80 ». Par contraste avec les activités de reclassement et d’enregistrement des demandes et délivrances d’actes, les travaux d’intérêt historique demeurèrent, sous la Restauration, marginaux : ils pouvaient cependant donner lieu, à titre exceptionnel, au prêt d’archives, privilège qui fut consenti notamment, avec expédition payée par lui, à Prosper de Barante, et de façon moins surprenante à de Moulières. Au décès de celui-ci, survenu le 8 avril 1827 à l’âge de quatre-vingts ans, le duc de Doudeauville intima à Husson et Fouquet de se présenter à la levée des scellés « pour réclamer et obtenir la remise des papiers appartenant aux archives de la Couronne » dont l’employé principal avait obtenu, par tolérance, l’extraction, pour servir de « matériaux à l’histoire de la maison de Bourbon, qu’il se proposait d’écrire81 ».

  • 82 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, rapport à l’intendant général de la Liste civile, 6 avril 1839
  • 83 Id., lettre d’Edmond Blanc à l’intendant général de la Liste civile, 16 janvier 1840.

38Créées dans le seul « intérêt de l’État », les archives de la Couronne ne tinrent compte que tardivement de celui des documents qu’elles conservaient « sous le rapport historique », dont la première occurrence apparaît en 1834 sous la plume de Mariton dans un rapport à Montalivet destiné à obtenir la remise, par la direction du Mobilier, « de papiers et de registres, relatifs à l’administration de l’ancienne Maison du roi, et particulièrement au service de la Chambre, depuis le commencement du règne de Louis XV jusqu’à nos jours ». Ce tournant historiciste ne signifia pas, pour autant, le libre accès des fonds aux historiens : bien que mandaté par le ministre de l’Instruction publique pour diriger la rédaction d’une histoire du tiers état, Augustin Thierry se vit d’abord refuser l’exploration des archives de la Couronne par « MM. les élèves de l’École des chartes » ses collaborateurs, au motif qu’elles ne « [possédaient] d’autres pièces d’une date antérieure à la fin du xviiie siècle que celles qui sont relatives à l’administration et à la comptabilité des divers services de la Maison du roi82 ». Le décès de Mariton, et surtout l’insistance d’Augustin Thierry, finirent par avoir raison des réticences de l’archiviste : le 16 janvier 1840, après dix mois de sollicitations réitérées, un chartiste reçut enfin l’autorisation de pénétrer le saint des saints pour y rechercher des documents se rapportant « soit directement soit indirectement à l’histoire des communes et des corporations d’arts et métiers83 ».

Conclusion

  • 84 Angoulême 1858, p. 125-126.

39Après l’errance archivistique de la cour de France en exil, réduite en 1797 à déposer le seul exemplaire du contrat de mariage du duc et de la duchesse d’Angoulême au Sénat russe84, chambre d’enregistrement des actes engageant la signature du tsar Paul Ier, la Restauration se signala en France par la quête des pièces indispensables pour « renouer la chaîne des temps » et ressusciter des institutions auliques aux mémoires devenues presque évanescentes. Institution cardinale de la restauration curiale, le ministère de la Maison du roi s’imposa dès 1814 comme l’acteur principal de cette entreprise documentaire et le premier producteur des archives de la Cour, réunies à partir de 1824 dans un service ad hoc, sur les pratiques duquel le « Tableau figuratif » de Léon Laya permet de jeter un éclairage inédit. Plus qu’à la recherche de titres disparus, cependant, les archives de la Couronne se consacraient d’abord et avant tout au triage et classement des pièces, en particulier comptables, qui informaient la marche courante de l’administration curiale et occupaient, en 1832, l’immense majorité des rayons disponibles dans les six salles de la galerie du Louvre avant leur agrandissement. Outre l’archivage de cet océan perpétuellement grossissant d’archives, qui représentait à la fin de la Restauration 6 000 cartons et 3 000 registres, le service devait aussi satisfaire les demandes de pièces émanant soit des institutions curiales, soit de particuliers, le plus souvent à des fins d’authentification par l’écrit, conçu à la fois comme preuve et témoignage, en dépit des difficultés qu’opposait à ces recherches l’état, lacunaire ou incomplet, des archives de la Couronne. Réceptacle privilégié des masses documentaires recueillies et produites par une monarchie bureaucratique, ces Archives obéissaient à une diplomatique pragmatique plus soucieuse d’efficacité administrative que d’intérêt pour l’historicité des papiers conservés.

  • 85 Voir notamment Beugnot 1866, t. II, p. 222-223.
  • 86 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 76*, registre de la correspondance du grand maître de France, préfacé (...)
  • 87 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2205, état récapitulatif, avec 4 521 numéros enregistrés, des lettres (...)
  • 88 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2206, lettre de Barbier au ministre secrétaire d’État de la Maison du (...)

40Dépôt capital, dont l’histoire permet de reconstituer partiellement la provenance et la composition de la série O, mais aussi les logiques et la matérialité des pratiques de classement mises en œuvre par les archivistes de la Restauration, les archives de la Couronne ne furent cependant que l’une des instances d’archivage de la Cour, aux côtés des autres services de la Maison du roi, à l’image de ceux des Cérémonies85 ou du grand maître de France86, et, de façon plus flagrante encore, du service des Bibliothèques. Lui aussi producteur d’archives87, ce service se porta notamment acquéreur en 1821, auprès du marquis de La Boulaye, pour la somme de 800 francs (fig. 10), des « Mémoires manuscrits du baron de Breteuil concernant la charge et les fonctions d’introducteur des ambassadeurs depuis sa nomination à cette place jusqu’en 1715 inclusivement88 », aujourd’hui conservés à la bibliothèque de l’Arsenal sous la cote MS 3859, dont la valeur signale à elle seule la nécessité d’élargir l’enquête ici esquissée sur les traces de l’histoire curiale de la Restauration à l’ensemble des services de la Maison du roi et de tous les types d’écrits à partir desquels s’origine, par les archives, une histoire de la Cour.

Fig. 10 : Ministère de la Maison du Roi, service des Bibliothèques, Bon pour achat, 30 mars 1821. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O32206.

Fig. 10 : Ministère de la Maison du Roi, service des Bibliothèques, Bon pour achat, 30 mars 1821. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O32206.

© Thibaut Trétout

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Angoulême Marie-Thérèse de France, duchesse d’, 1858, Mémoires de Marie-Thérèse, duchesse d’Angoulême : nouvelle édition revue, annotée et augmentée de pièces justificatives par M. de Barghon-Fortrion, Paris, Au bureau de la Mode nouvelle.

Beugnot Jacques-Claude, comte, 1866, Mémoires, Paris, Dentu, vol. 2.

Études

Babelon Jean-Pierre, 2008, Les Archives : mémoire de la France, Paris, Gallimard.

Boucheron Patrick, 2018, Faire profession d’historien, Paris, Éd. Points.

Delatour Jérôme, 2009, « Pierre et Jacques Dupuy, gardes de la Bibliothèque de 1645 à 1656 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, no 31, p. 66-73, en ligne <https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2009-1-page-66.htm>.

Dreyfus Françoise, 2000, L’invention de la bureaucratie : servir l’État en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (xviiie-xxe siècle), Paris, La Découverte.

Duchein Michel, 1997, « L’accès aux Archives en France de messidor an II à janvier 1979 : libéralisme et frilosités », dans Histoires d’archives : recueil d’articles offert à Lucie Favier par ses collègues et amis, Paris, Société des amis des Archives de France, Paris, p. 59-69.

Hildesheimer Françoise, 1991, « Des triages au respect des fonds : les Archives en France sous la monarchie de Juillet », Revue historique, vol. 286, no 2, Paris, Presses universitaires de France, p. 295-312.

Jugie Pierre, 2010, « Les fonds de la Maison du roi (O1) et les archives des Menus Plaisirs aux Archives nationales », dans La Gorce Jérôme de et Jugie Pierre (dir.), Dans l’atelier des Menus Plaisirs du roi : spectacles, fêtes et cérémonies aux xviie et xviiie siècles, cat. exp. (Paris, Archives nationales, 19 janvier-24 avril 2011), Paris, Archives nationales / Versailles, Artlys, p. 14-20.

Jugie Pierre, 2013, « Le fonds des Menus Plaisirs : des archives de la Couronne aux Archives nationales (1re moitié du xixe siècle », dans Jugie Pierre et La Gorce Jérôme de (dir.), Les Menus Plaisirs du roi (xviie-xviiie siècle), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, p. 59-69.

Mansel Philip, 1982, Louis XVIII, trad. de l’anglais par Denise Meunier, Paris, Pygmalion.

Pomian Krzysztof, 1997, « Les archives : du Trésor des chartes au Caran », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », vol. 3, p. 3999-4067.

Rousseau Emmanuel et Souchon Cécile, 2008, « 1808-1835, une révolution silencieuse : la centralisation des archives », dans Béchu Claire (dir.), Les Archives nationales, des lieux pour l’histoire de France : bicentenaire d’une installation (1808-2008), Paris, Archives nationales / Somogy, p. 38-46.

Haut de page

Notes

1 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (désormais AN), O4 241, rapport de l’archiviste de la Couronne à l’intendant général de la Liste civile, 14 janvier 1833.

2 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2843, intendance générale de la Liste civile.

3 Pierrefitte-sur-Seine, AN, 335 Archives privées (désormais AP) 4, Papiers Vavin, « Compte définitif de la liquidation de l’ancienne liste civile de Charles X (exécution de l’article 5 de la loi du 8 avril 1834) ».

4 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre de Montalivet à Maret, juillet 1835.

5 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, état du personnel des archives de la Couronne, 23 décembre 1832.

6 Revue de Paris, t. 56, 1833, p. 66.

7 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport du ministre de Sa Maison à Sa Majesté Charles X, 24 juin 1825.

8 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre à l’intendant général, 10 avril 1839.

9 Voir le Bulletin des lois 1824 (juillet-septembre), no 17 768, ordonnance du roi portant création des archives de la Couronne, au château de Saint-Cloud, le 3 août 1824, p. 238-240.

10 La Restauration se voit ici encore attribuer, par contraste avec la monarchie de Juillet, le qualificatif de période « pas glorieuse ». Voir Hildesheimer 1991, p. 297.

11 Rousseau et Souchon 2008.

12 L’expression est employée en 1959 par Charles Braibant, directeur des Archives nationales de France, cité par Babelon 2008, p. 39.

13 Duchein 1997, p. 63.

14 « État général des fonds des Archives nationales (Paris). Mise à jour 2010 », p. 2, en ligne.

15 Jugie 2013, p. 59.

16 Jugie 2010, p. 16.

17 Boucheron 2018, p. 86.

18 Voir <https://francearchives.fr/fr/facomponent/2a9cff13c2befcbe390b01f10ba1376c975bd342>.

19 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2201, « Bon » pour achat de matériel, « ministère de la Maison du roi. Archives », 18 février 1817.

20 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1149145.pdf>.

21 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, état de paiement des gratifications des employés des archives, 23 décembre 1832.

22 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*.

23 Ibid., lettre de l’archiviste à l’intendant général de la Liste civile.

24 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, rapport de l’archiviste de la Couronne à l’intendant général de la Liste civile, 19 janvier 1833.

25 Ibid.

26 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 1909, « Devis de la dépense à faire pour l’ameublement des bureaux et salles destinées aux archives de la Couronne dans la galerie du Louvre, côté du musée », intendance du garde-meuble de la Couronne, 7 février 1825.

27 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O241, rapport à l’intendant général de la Liste civile, 12 juillet 1832.

28 Voir <https://francearchives.fr/fr/agent/18580600>.

29 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 12 février 1825.

30 Id., rapport d’Husson au duc de Doudeauville, 1er septembre 1827.

31 Sur ce point, voir notamment Dreyfus 2000.

32 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, « Plan et division de l’inventorié des titres et papiers de S.A.R. Monsieur le comte d’Artois », 21 prairial an II.

33 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport d’Husson au ministre, 1er septembre 1827.

34 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 11 mai 1826.

35 De façon inexpliquée, et selon les termes de leur inventaire, « les articles O3 2225, 2226, 2227 n’existent pas ».

36 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du préfet de la Seine au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 7 janvier 1815.

37 Id., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 février 1817.

38 Id., « Copie d’une lettre adressée le 9 juillet 1815 à M. le duc de Richelieu ».

39 Id., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 février 1817.

40 Ibid., lettre de Bary au comte de Pradel, secrétaire général du ministère de la Maison du roi, 13 février 1817.

41 Id.

42 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre de Laîné au comte de Pradel, 15 avril 1817.

43 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 31 décembre 1823.

44 Ibid.

45 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 12 février 1825.

46 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, formule du serment prêté entre les mains du duc de Doudeauville.

47 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62160262>.

48 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, état du personnel des archives de la Couronne, août 1824.

49 Mansel 1982, p. 406.

50 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre du surintendant de l’ancienne Maison de Monsieur à Fouquet, 25 janvier 1825.

51 Id., « Inventaire général des titres et papiers appartenant à S.A.R. Monsieur », 1er juin 1816.

52 Id., lettre de Daunou au chancelier du comte d’Artois, 3 avril 1815.

53 Id., rapport au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 15 juin 1819.

54 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre du surintendant de l’ancienne Maison de Monsieur à Fouquet, 25 janvier 1825.

55 Id., récépissé de l’agent des affaires de la Liste civile au greffier de la Cour des comptes, 28 novembre 1825.

56 Id., lettre du ministère à l’archiviste de la Couronne, 1er octobre 1825.

57 Id., « Note sur le mode de classement des pièces dans les cartons renfermant les demandes de places, de 1814 à 1820 », décembre 1825 [?].

58 Id., rapport de l’archiviste de la Couronne au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 11 mai 1826.

59 Ibid.

60 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, lettre de Montalivet à Maret, juillet 1835.

61 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du préfet de la Seine au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 7 janvier 1815.

62 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 31 décembre 1823.

63 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport d’Husson au ministre, 11 mai 1826.

64 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du ministre secrétaire d’État au chef de la Comptabilité générale du ministère, janvier 1827.

65 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2847.

66 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5604357h.texteImage>.

67 Voir <https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54969220>.

68 Delatour 2009.

69 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O525, ordonnance portant réforme des « Entrées », 1er novembre 1820.

70 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O885.

71 Voir le Bulletin des lois 1824 (juillet-septembre), no 17768, ordonnance du roi portant création des archives de la Couronne, au château de Saint-Cloud, le 3 août 1824, articles 5 et 6.

72 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O2230.

73 Voir supra, ordonnance du 3 août 1824, article 7.

74 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, rapport d’Husson au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, décembre 1825.

75 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, rapport de de Moulières au ministre, 31 décembre 1823.

76 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, lettre de Guillaume à Montalivet, 14 janvier 1833.

77 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 241, lettre de Guillaume au chef du bureau des Pensions de l’ancienne liste civile, 28 septembre 1832.

78 Ibid.

79 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230, lettre de Bichet à Husson, 3 juillet 1828.

80 Id., lettre d’Husson à Bichet, 13 mars 1829.

81 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2224, lettre du duc de Doudeauville à Husson, 26 avril 1827.

82 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O4 2576*, rapport à l’intendant général de la Liste civile, 6 avril 1839.

83 Id., lettre d’Edmond Blanc à l’intendant général de la Liste civile, 16 janvier 1840.

84 Angoulême 1858, p. 125-126.

85 Voir notamment Beugnot 1866, t. II, p. 222-223.

86 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 76*, registre de la correspondance du grand maître de France, préfacé par Pierre-Guillaume Agasse : « Le roi est arrivé à Paris le trois mai mil huit cent quatorze. Le prince de Condé l’accompagnait. Le quatre je me suis rendu chez le prince pour lui présenter mon respect et lui dire que j’avais à sa disposition tous les papiers et registres relatifs à la charge de grand maître de France. S.A.S. a eu la bonté de me dire de les garder et m’a nommé son secrétaire des commandements. »

87 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2205, état récapitulatif, avec 4 521 numéros enregistrés, des lettres et actes émanant du service des Bibliothèques, 1820.

88 Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2206, lettre de Barbier au ministre secrétaire d’État de la Maison du roi, 30 mars 1821.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 1. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-1.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 2 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 2. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-2.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 3 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 3. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-3.jpg
Fichier image/, 2,1M
Titre Fig. 4 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-4.jpg
Fichier image/, 1,8M
Titre Fig. 5 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 4. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-5.jpg
Fichier image/, 1,9M
Titre Fig. 6 : Léon Laya, « Tableau figuratif des salles des anciennes archives », 1832, salle 6. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2230.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-6.jpg
Fichier image/, 1,8M
Titre Fig. 7 : Ministère de la Maison du roi, « Bon pour achat de matériel », 18 février 1817. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O3 2201.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-7.jpg
Fichier image/, 4,8M
Titre Fig. 8 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-8.jpg
Fichier image/, 2,2M
Titre Fig. 9 : Edmond Blanc, Note, 1840, recto. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O42847.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-9.jpg
Fichier image/, 2,5M
Titre Fig. 10 : Ministère de la Maison du Roi, service des Bibliothèques, Bon pour achat, 30 mars 1821. Pierrefitte-sur-Seine, AN, O32206.
Crédits © Thibaut Trétout
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17198/img-10.jpg
Fichier image/, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaut Trétout, « Quête et enquête documentaires : les traces de l’histoire curiale (1814-1848) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17198 ; DOI : 10.4000/crcv.17198

Haut de page

Auteur

Thibaut Trétout

Chercheur associé au CRH XIX (Centre d’histoire du xixe siècle), ancien élève de l’École normale supérieure de Cachan, Thibaut Trétout est agrégé d’histoire, enseignant dans le secondaire et docteur de l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, où il a soutenu en 2016 une thèse intitulée Société curiale et monarchie restaurée en France (1814-1830) : la « nation des courtisans ». Ses travaux portent sur les résurgences et mutations du phénomène curial dans l’Europe du xixe siècle, dans une optique comparative et globale incluant notamment les dimensions administrative, cérémonielle et politique de l’histoire aulique.
A graduate of the École Normale Supérieure de Cachan, Thibaut Trétout is a lecturer in history and secondary school teacher, with a PhD from the Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, where he submitted his thesis, titled “Société curiale et monarchie restaurée en France (1814-1830). La “nation des courtisans” in 2016. His work focuses on the resurgence and mutations of the court phenomenon in nineteenth-century Europe, from a comparative and global perspective, including administrative, ceremonial and political aspects of Aulic history.
Thibaut.Tretout@ac-versailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals