Navigation – Plan du site
Archiver le rituel

Montrer l’ordre et enregistrer le désordre dans la France d’Ancien Régime

Showing Order and Recording Disorder during the Ancien Régime in France
Fanny Cosandey

Résumés

Cet article propose d’interroger les usages des sources du cérémonial selon la nature des écrits, imprimés ou manuscrits. Car si les savants du rang mobilisent les deux pour établir l’ordre des rituels, ils ne s’y réfèrent cependant pas de la même manière. À côté des relations officielles, publiées avec l’assentiment royal, qui sont prescriptives autant que descriptives, existe toute une documentation conservée dans les cabinets d’érudits et qui informent davantage sur les querelles de préséance liées à ces événements monarchiques. La distinction matérielle des pièces justificatives permet alors de réfléchir sur les temporalités de la célébration du pouvoir et, au-delà, sur la manière dont les archives sont mobilisées par les acteurs eux-mêmes pour défendre des prérogatives ou justifier des places. Derrière la mise en forme du dispositif apparaissent donc différents niveaux politiques où se jouent rapports de force et compromis, mais ceux-ci ne sont perceptibles qu’à condition de comprendre, aussi, la répartition des ressources cérémonielles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il y aurait beaucoup à dire sur les usages de la publication, sur ce qui mérite d’être montré et su (...)

1Dans le registre du cérémonial monarchique, dont on peut considérer sans trop de risques qu’il participe de la culture de cour, les relations imprimées livrent au royaume et à la postérité le sentiment d’un ordre parfaitement maîtrisé. Les sources manuscrites, en revanche, en conservant les traces des conflits pour le rang, témoignent que ce bel ordre ne s’est pas fait sans heurts et que la puissance monarchique est aussi le produit de sourdes négociations. C’est alors la question de la grandeur du roi confrontée à la résistance des sujets qui est posée à travers la dichotomie entre la publication et les archives du rang. Diviser les écrits en deux catégories qui n’ont ni les mêmes fonctions, ni les mêmes destinataires, revient à interroger l’articulation entre public et privé, entre souveraineté et intérêts particuliers, entre espace domestique et scène monarchique, à travers un fonctionnement cérémoniel qui fait de ces types de sources des usages différents. La présente contribution entend donc prendre en charge la dimension matérielle des ressources à la disposition de l’historien afin d’intégrer dans les procédures du rituel les desseins relatifs aux formes de conservation et de publications, entendues ici comme publicisation de l’événement1.

  • 2 Sternberg 2014 a de jolies pages sur le sujet, voir en particulier le chapitre i.
  • 3 Il ne sera pas question ici de ce que Duindam 2003 appelle les sources « semi-littéraires », à savo (...)
  • 4 Les pages qui suivent étant une réflexion menée à partir d’un travail sur le rang à l’époque modern (...)

2Il va de soi qu’une stricte opposition des ressources scripturales n’a pas vraiment de sens : certains documents sont des copies manuelles de pièces imprimées, quand d’autres s’avèrent des brouillons destinés à passer sous la presse ; de plus, les relations finalement imprimées peuvent être le résultat de négociations dont seules les traces manuscrites nous livrent l’existence2, et, dans l’ensemble, la production liée aux rituels, qu’il s’agisse de la cour ou de grands événements, contribue à la mise en ordre sociale et politique3. Pour autant, marquer une frontière quant à la nature de la documentation conserve une valeur heuristique qui, dans le cas du cérémonial, contribue à expliquer à la fois les modalités de mises en œuvre, les enjeux en présence et, finalement, les mécanismes hiérarchiques en eux-mêmes4.

Les sources, composition et usage

3Partons donc de l’idée que, pour établir le cérémonial, à savoir à la fois l’ordre du dispositif mais aussi les gestes, symboles et phases de déroulement qui forgent le rituel dans sa dimension répétitive et structurante, il existe bien deux types de sources : d’une part les relations de cérémonies et autres écrits sur le sujet publiés avec l’accréditation des autorités et en cela contrôlés par la monarchie, et d’autre part les archives, manuscrites, constituées d’informations patiemment rassemblées afin de déterminer les droits aux rangs.

  • 5 Voir Godefroy 1619 et 1649.
  • 6 La relation du couronnement d’Henri II en 1547 se retrouve sous la plume de Foigny 1575, à l’occasi (...)

4Pour ce qui est du cérémonial proprement dit, la très grande majorité des œuvres imprimées, en termes de volume autant que de visibilité, consiste en des comptes rendus officiels généralement désignés sous le titre de « Relations… ». Il est possible, à partir des œuvres imprimées des Godefroy père et fils, de dresser une typologie des différentes cérémonies concernées5. Ainsi le sacre, les entrées, les funérailles, lorsqu’ils donnent lieu à de vastes manifestations publiques, sont systématiquement diffusés par écrit. Certains de ceux-ci sont même à ce point normatifs qu’il suffit de changer le nom du roi pour actualiser l’opération, sans autres modifications substantielles du texte. C’est le cas du sacre, qui dit moins ce qui s’est passé (raconté ailleurs, dans les Mémoires des contemporains par exemple) que ce qui doit être, de toute éternité6. D’autres, plus personnalisés, soit parce qu’ils se déroulent en tenant compte des identités de chacune des personnes royales célébrées (les entrées par exemple, ou les funérailles), soit parce qu’ils sont moins systématiques (tels les Te Deum, les lits de justice, etc.), ou encore parce qu’ils font l’objet d’une festivité particulièrement développée (mariages, baptêmes…), sont davantage historicisés. Mais ils ne reflètent jamais toute l’affaire (depuis la conception jusqu’à la réalisation finale) et s’en tiennent aux résultats que la royauté entend diffuser.

  • 7 Bibliothèque de l’Institut, Ms. God. 478, fo 79. Cette décision semble reprendre une interdiction d (...)
  • 8 Autorisation demandée par le libraire Prudhomme en 1722, Affaires Étrangères, M&D France, 205, fos  (...)

5Aux descriptions, panégyriques et autres « trésors des harangues » qui prolongent l’événement dans le temps et dans l’espace, s’ajoutent des documents annexes soumis à vérifications. Sous Louis XIII, la « défense de ne rien publier sur les questions de cérémonial sans autorisation préalable7 » souligne la volonté de contrôler les marges de l’écrit. En 1711 par exemple, des « observations sur l’édit de 1711 concernant les duchés et pairies » ne reçoivent pas l’approbation et se voient refuser la publication, le rapporteur jugeant que « l’auteur ne connaît point du tout les matières qu’il veut traiter8 ». A contrario, l’abbé Georgel obtient, dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, la validation souhaitée, les examinateurs, avant de signer selon leurs qualités, ayant précisé :

  • 9 Fait à Paris le 12 novembre 1771, et publié à Paris, Le Breton, 1771, p. 226 (voir aussi BNF, Ms. F (...)

Après avoir vérifié exactement tous les passages rapportés dans ledit sommaire, nous avons reconnu qu’ils sont conformes aux sources d’où ils sont tirés, tant livres imprimés que manuscrits, titres originaux ou copies collationnées sur les originaux, lesquels ont été paraphés par l’un de nous en notre présence9.

  • 10 Lui-même bien introduit dans le milieu de la censure royale, voir Birn 2007, p. 103 et 142.
  • 11 En riposte à un écrit de Griffet 1769, Gibert 1771 fait paraître un Mémoire ; et c’est en prenant l (...)

6La question est d’autant plus importante ici que Georgel, défenseur des Rohan à la suite de Griffet, est engagé dans une polémique qui l’oppose à Joseph Balthasar Gibert10 sur le titre à donner à cette maison ducale et la valeur des preuves qui viennent appuyer la démonstration11. Quoi qu’il en soit, l’évolution vers une vérification tatillonne des écrits en la matière correspond à l’inflation du cérémonial qu’accompagne le nombre exponentiel de querelles et, subséquemment, de mémoires pour défendre les rangs. Il reste que, dès le début du xviie siècle au moins, la monarchie se préoccupe de maîtriser la production imprimée. Car cette « mise en scène » du pouvoir, discours politique s’il en est, sert ensuite les juristes, les historiographes et même les historiens de nos jours à théoriser les valeurs monarchiques en insistant sur la dimension symbolique de la légitimité.

  • 12 BNF, Ms. Clairambault 719.
  • 13 Ibid., p. 101.
  • 14 Ibid., p. 103.
  • 15 Ibid., p. 111.
  • 16 Ibid., p. 121.
  • 17 Ibid., p. 165.
  • 18 Ibid., p. 167.
  • 19 Ibid., p. 171.
  • 20 Ibid., p. 189.
  • 21 Ibid., p. 201.

7Les sources manuscrites sont d’un autre ordre. Collectées par des érudits qui disposent ainsi d’un certain nombre de matériaux permettant de prouver ou contester les places assignées, elles sont conservées dans les cabinets de ces savants du rang. Ce sont pour l’essentiel des pièces copiées et reliées dans d’importants volumes de plusieurs centaines de pages. Il arrive que ces volumes soient écrits d’une seule plume ; mais ils sont généralement le produit de plusieurs mains. Les pièces elles-mêmes sont de toutes sortes : mémoires complets ou partiels pour justifier d’un rang, extraits de cérémonies, témoignages divers, notes historiques relatives à la date de création d’un corps ou d’une dignité, chroniques, anecdotes, événements singuliers et listes des qualités attachées à un titre – tout ce qui est passible d’apporter l’éclairage nécessaire à ce que chacun estime être l’ordre est réuni pêle-mêle. Il n’est pas rare non plus de croiser, au fil des pages, des feuilles imprimées restituant une décision royale, un factum, une gravure. L’ensemble est loin d’être homogène, même s’il s’agit parfois de registres thématiques, tel ce « Recueil concernant les ducs et pairs et autres grands du royaume, jusques à compris 171512 ». Ce dernier présente, à titre d’illustration, une énumération des « personnes qui portent présentement à Paris des manteaux à leurs armes sans en avoir le rang13 », un « mémoire » (sans autre précision, ni d’auteur ni de date)14, la « prétention de Mr le duc de Talmont15 », des « observations de Mr l’abbé de Caumartin16 », le « brevet pour conserver à Madame la duchesse du Mayne son rang de princesse du sang » (en parchemin)17, un « réglement pour le rang des enfants de M. le duc du Mayne18 » ; plus loin, une lettre d’apanage19, un « mémoire sur la préséance des princesses de la famille royale et du sang royal20 » ou bien un « extrait du 2e t. du ceremonial françois » concernant le baptême du Dauphin21 et, p. 593, le « plan géometral de la Grande Chambre du parlement de Paris » lors du lit de justice de Louis XV à son avènement. Ce n’est là, bien entendu, qu’une sélection arbitraire des documents conservés dans ce volume du fonds Clairambault, visant à donner un aperçu de la diversité des sources et des ressources dont disposaient tous ceux qui s’attachaient aux rangs.

8Les livres des cérémonialistes pouvaient tout aussi bien présenter des collections sans thèmes. Dans le Mss. NAF 7236 de la BNF se côtoient un « Mémoire pour les rangs des princes et grands », le petit traité de Villeroy, un développement sur les « habits royaux et pièces de la royauté », un autre sur la place de la femme du premier président, un règlement pour les séances au Conseil du roi, une série d’exemples montrant que « les présidents du parlement ne sont pas nommés les premiers aux commissions comme ils le prétendent », le rang de la dame d’honneur, un « débat de preseance entre les religieux de Saint-Martin-des-Champs et ceux de Saint-Germain » extrait des registres du parlement, un autre entre l’évêque de Paris et le gouverneur de la ville, un récit non référencé sur « le différent [sic] qui en l’an 1434 survint au concile de Basle pour la presceance entre les ducs de Bourgoigne et de Bretagne », et bien d’autres encore.

  • 22 BNF, Ms. Clairambault 721, p. 407.

9Nombre de ces pièces se trouvent copiées ailleurs, intégralement ou sous forme d’extraits, quelquefois même insérées en plusieurs exemplaires dans un registre, pas nécessairement d’une graphie différente, comme si l’une d’entre elles devait être communiquée, puis finalement conservée et plus tard reliée avec d’autres papiers. Car les érudits qui se forgent leurs propres instruments de travail se fournissent à l’occasion dans d’autres cabinets, ou livrent sur demande des informations qui manquent à un collègue. À partir de la seconde moitié du xviie siècle apparaissent en effet, en même temps que se multiplient les mémoires pour une préséance, des spécialistes auxquels peuvent s’adresser ceux qui ont besoin d’un travail savant pour étayer leurs revendications. Ces officines, dont l’organisation est encore mal connue, surgissent au détour d’une archive mentionnant, là un clerc, ailleurs un service demandé ou rendu. Elles sont constituées d’un ou de plusieurs copistes et tenues par des praticiens qui sont rémunérés sur commande ou pensionnés, tel Le Laboureur chargé par les pairs en 1664 de recueillir « tout ce qui concerne la dignité en général et l’histoire particulière des pairs » et « tenir un registre de tout ce qui se passe afin d’y avoir recours quand il sera besoin », contre 1 000 écus d’appointement par an22.

  • 23 Nguyen 1999.

10À côté de ces antiquaires et généalogistes, les maîtres des cérémonies mettent également leur science au service de quelques particuliers. Leurs fonds sont d’autant plus précieux que la collation d’informations fait partie de leurs fonctions et qu’elle est nécessaire à l’exercice de leur charge23. En cela, la dynamique d’accumulation favorisée par la transmission patrimoniale des offices renforce la compétence de ces professionnels du rituel. Si ces collections sont potentiellement plus importantes parce que rassemblées sur plusieurs générations, elles ne diffèrent pas fondamentalement de celles des cabinets d’érudits. Elles sont constituées d’une même compilation hétéroclite de sources aux origines diverses, et connaissent des tentatives similaires d’organisation par la rédaction de tables qui peuvent à elles seules remplir plusieurs volumes. Ailleurs, des notations en marge des documents facilitent le repérage des sujets traités et, ainsi, l’exploitation des données pour leur réemploi dans d’autres perspectives, sur d’autres fronts. Un mémoire pour défendre le rang des présidents au parlement par exemple peut recéler des informations relatives à quelques grands principes ou à un corps annexe, et il en est de même de toutes sortes d’extraits. Le réemploi, qu’il faut ici comprendre dans son sens matériel selon une pratique mieux connue dans le bâtiment, consiste à bâtir du neuf avec du vieux, de sorte que les origines des matériaux se perdent et se confondent. Les sources n’étant que rarement référencées (le plus souvent d’ailleurs elles ne sont attribuées que quand l’auteur fait autorité), le plagiat est d’un usage courant. Cette pratique, pas plus que la technique de notifier en marge, n’est propre aux manuscrits : l’une et l’autre se rencontrent dans les textes imprimés et pour les mêmes raisons de commodité.

11La présentation des ressources personnelles qui servent à établir les droits aux rangs permet de comprendre comment travaillent les érudits, à quelles logiques ils se réfèrent, sur quelles bases ils rédigent les mémoires qui, à leur tour, livrent de précieux indices concernant le cérémonial monarchique. À bien des égards, l’historien d’aujourd’hui adopte une approche sensiblement comparable lorsqu’il tente de donner une cohérence aux désordres endémiques et d’identifier les règles qui président à l’attribution des places. Car il se fonde, comme autrefois, sur les exemples collationnés, sur l’ordre enregistré, sur la résolution des conflits et, finalement, sur les principes sous-jacents à toute la composante. Les sources sont identiques, faites de précédents et de cas spécifiques mis en situation, de titres et possessions ou d’histoires singulières susceptibles d’apporter des éclairages nouveaux sur les ressorts du rang.

  • 24 Né en 1580 et mort en 1649, il est célèbre pour avoir publié en deux volumes une compilation de rel (...)
  • 25 Bibliothèque de l’Institut, Ms. God. 481, notes et brouillons de Théodore Godefroy pour son Cérémon (...)

12Au début du xviie siècle, l’antiquaire Théodore Godefroy24 avait tenté, à partir de ses propres observations tirées des archives du cérémonial qu’il avait lui-même réunies, de formuler les règles d’assignation en une très longue liste d’entrées en matière qui abordait tantôt un point particulier (par exemple « marcher a costé, mais un peu moins advancé »), tantôt un sujet spécifique (« les couleurs observées en faict de ceremonies et comme elles sont diversifiees »), tantôt un caractère fondamental exprimé sous forme de précepte (« le milieu est plus honorable entre trois qui marchent ensemble »)25. Mais ce travail fut vain et Godefroy n’a jamais publié le traité auquel il aspirait, se contentant d’imprimer les relations des diverses cérémonies royales groupées thématiquement et guère davantage. L’énorme effort théorique produit par ce grand érudit n’a pas porté ses fruits et l’échec de l’entreprise traduit assez bien la volonté royale de ne rien éditer qui puisse figer les rangs.

  • 26 1656, cote BNF Fol Li24-3, petit opuscule destiné à annoncer le troisième volume du Cérémonial de F (...)
  • 27 Sur toute cette question, voir Fogel 1989, 2e partie, chap. ii.

13Cette question renvoie directement à la division entre la fixation par l’écrit et la trace manuscrite. Denys Godefroy, dans le prolongement de l’œuvre de son père, poursuit les recherches sur le cérémonial et, après une seconde édition, dûment complétée, du Cérémonial de France, fait paraître un « dessein de l’impression du cérémonial de France26 ». À la toute fin de cet opuscule, il justifie « la nécessité de faire un recueil des rangs, et séances entre les grands seigneurs, et autres notables du royaume de France » en s’appuyant sur des revendications très anciennes qui prennent la forme de pièces officielles. Face à la proposition du roi Henri III de tenir « registres authentiques des rangs et seances », l’assemblée de Saint-Germain demande qu’« il plaise à S.M. commander qu’on luy recueille un mémoire bien ample de toutes les disputes ». Par ce rappel historique, Denys Godefroy inscrit ses ambitions dans la continuité d’une requête ancestrale qui reste à satisfaire27. Il s’agit bien de la question de la fixation des rangs qu’abordent les Godefroy père et fils par la formulation de règles clarifiées, comme en écho aux demandes répétées que les sujets adressent à leur souverain.

  • 28 Jean Du Tillet rédige ainsi un « Recueil des rangs des grands de France » qui n’est publié pour la (...)
  • 29 Du Haillan s.d. L’auteur meurt en 1610 ; son traité des préséances se situe au tournant du siècle, (...)
  • 30 Sans certitudes malgré tout ; il n’est pas impossible que ce soit Du Haillan qui ait repris Villero (...)
  • 31 Nicolas de Neufville de Villeroy, Curiosités historiques, 1759, vol. 1.
  • 32 On le retrouve encore dans certaines bibliothèques étrangères, telle la bibliothèque Marciana de Ve (...)
  • 33 Godefroy s.d. [1656].

14Ainsi, pour résumer, les traces des conflits restent manuscrites, et aucun traité des rangs n’est commandé, ni publié, après celui de Du Tillet de 1560, qui fait suite aux demandes d’Henri de faire les recherches nécessaires à l’établissement du cérémonial28, puis celui de l’historiographe Bernard du Haillan qui s’inspire très largement de son prédécesseur, jusqu’à en copier des passages entiers29. Dans cette lignée, le seul traité qui soit rédigé et connu pour les xviie et xviiie siècles est celui de Nicolas de Neufville de Villeroy, lequel, étant chargé d’organiser les festivités du baptême du Dauphin Louis en 1606, compose la même année un opuscule qui reprend à son tour de très longs passages de Bernard du Haillan30. Édité seulement un siècle et demi plus tard31, il est lui-même copié à foison puisqu’il se trouve, sous des titres très divers, dans une foule de recueils manuscrits, sans être toujours ni attribué ni daté32. Ces archives sont les fruits d’érudits au service des particuliers, ou encore de maîtres des cérémonies. Elles sont conservées dans le secret des cabinets, secret d’autant mieux gardé que les rivalités pour le rang entraînent aussi une forme de concurrence entre les antiquaires mobilisés pour écrire les mémoires. Face à cela, les textes imprimés consistent en relations qui, par « l’ordre qui paroist es choses exterieures et publiques [est] un grand indice de la disposition des plus particuliers33 ».

Les ordres du discours

  • 34 BNF, Ms. Clairambault 445, fo 46.
  • 35 Il s’agit très probablement de Jean Le Laboureur (1621-1675), qui est l’auteur de plusieurs travaux (...)
  • 36 Voir supra.
  • 37 BNF, Ms. Clairambault 445, fo 46.

15Il y a bien un hiatus entre la publication d’une cérémonie qui donne à voir un monde bien ordonné, sans querelles ni contestations, et des archives du cérémonial qui consistent à enregistrer et fonder en droit les revendications. À l’accréditation de l’ordre répond l’enregistrement du désordre. Or, si le roi n’entend pas laisser paraître de tels disfonctionnements, il confie à ses maîtres des cérémonies la tâche d’en conserver la trace. Pourquoi ne fixe-t-il pas les rangs s’il veut qu’en tout lieu tout paraisse bien rangé ? Il en est de même chez les sujets, mais à front renversé : pourquoi investissent-ils des fonds considérables qui servent à contester quand ils réclament au roi une fixation des rangs que les publications permettraient d’obtenir ? À suivre les aspirations de chacune des parties, la stabilisation par l’enregistrement monarchique serait la solution, car par ce moyen « les archives de S.M. deviendront les archives publiques des maisons nobles du royaume avec le temps on y aura recours pour les preuves34 ». Cette « Proposition utile et aventageuse au roy et a son Estat pour le reglement de la noblesse et pour empescher qu’on ne la puisse usurper a l’advenir », datée de 1665, est l’œuvre de Le Laboureur35, probablement celui qui reçoit une commission des ducs et pairs pour travailler à leur prééminence36. Savant sur les questions héraldiques et généalogiques, Jean Le Laboureur présente un projet de conservation des sources du rang qui engage, plus généralement, une réflexion sur la fixation de l’ordre et la certification des sources, de telle sorte que « [Sa Majesté] pourra savoir ce qu’elle a de noblesse en chaque province pour s’en servir dans les occasions37 ». L’intention d’une telle requête tient à la recherche d’une validation des preuves mobilisées par les érudits, en particulier pour les blasons dont la question est abordée assez longuement dans le mémoire. Les ambitions vont cependant au-delà, et c’est la raison pour laquelle il n’est pas donné suite. Car une telle mesure suppose une rigidité dont tous se gardent bien. Le rapport de l’imprimé aux fonds manuscrits doit alors être compris à travers le double impératif de stabilité et de mobilité, l’une rendant compte des acquis identitaires et de la force de proposition royale, l’autre permettant aux dispositifs hiérarchiques de s’adapter aux transformations politiques et sociales. Pour saisir la complexité de ces rapports, il convient de dégager les qualités propres à chacune de ces sources. Car ces dernières participent d’objectifs différents qui se traduisent par des intérêts, des temporalités et des espaces distincts. Partant de là, il est possible de comprendre ce qui se joue dans l’enregistrement des désordres et ce qui s’opère dans leur transposition vers l’ordre.

16L’un des principaux aspects qu’il convient de prendre en considération se rapporte à la chronologie des événements. Trois étapes président à la fixation de l’ordre et dans chacune d’elles le support de l’écrit a son importance. Le premier temps est un prélude au cérémonial en lui-même. Informés des places à tenir, les acteurs, qui le plus souvent se soumettent, peuvent contester le rang. C’est à ce moment-là qu’ils se mobilisent par la rédaction de mémoires adressés au roi afin de justifier leur prééminence ; et les sources manuscrites, ici, prennent toute leur valeur : non seulement les mémoires restent écrits à la main et ne passent que rarement au stade de l’imprimé, mais ils s’appuient de plus sur des archives patiemment rassemblées par des plumes expertes en des compilations à usage privé. Le deuxième temps concerne le déroulement de la cérémonie, qui dévoile aux participants – spectateurs et acteurs – l’attribution des rangs en un tableau complet qui donne ainsi à voir l’ordre monarchique. Tout est alors joué, sauf à provoquer un scandale qui présente de gros risques, tant pour le monarque publiquement désavoué dans sa capacité à ordonner, que pour les acteurs qui ont dépassé le stade de la négociation et passent à l’affrontement. Personne n’a donc intérêt à perturber les festivités, d’autant qu’un déroulement sans heurts fournit ensuite la matière aux revendications en alimentant l’appareil de preuves. Si la mémoire vive d’un témoin prestigieux est parfois invoquée, c’est surtout sur les relations officielles que s’appuient les plaignants : l’institution d’un ordre approuvé, validé par les faits, est un gage de bon droit puisqu’il est le produit d’une volonté royale fondée sur la justice. Cette accréditation gagne encore en puissance dans la troisième étape qui, elle, est postérieure aux faits. Débarrassé de toute trace de désordre, la publication agrémentée du privilège royal garantie l’authenticité d’un ordre qui est aussi la marque d’une autorité sans faille. Archives privées et éditions de textes s’enrichissent mutuellement dans un mouvement tout à la fois fermé sur lui-même et dynamique. Mais cette complémentarité repose sur une répartition des rôles : aux manuscrits de préparer l’acceptation des rangs en livrant les arguments des revendications. Ces dernières, portées au roi (dans une version orale d’abord, puis, au xviie siècle, sous la forme de mémoires rédigés), attendent un arbitrage qui doit intervenir avant l’ouverture des réjouissances publiques. Pour le monarque, c’est l’occasion d’imposer son autorité, exprimée par ailleurs dans le bel ordonnancement des rituels. Aux imprimés, ensuite, de laisser dans l’Histoire le récit d’événements à la gloire du régime. Si les querelles puisent dans les livrets royaux les exemples du passé pour exiger une place, les maîtres des cérémonies prennent acte des conflits consignés dans leurs propres archives afin de contourner les difficultés et s’en tenir ainsi à l’ordre le plus juste. Les débats sont contrés, autant que faire se peut, grâce aux fonds manuscrits qui servent à prévenir de potentiels débordements. Ainsi le cérémonial concentre et redéploie, au moment où il se réalise, trois temporalités : il absorbe le passé sur lequel se fonde le dispositif puisque celui-ci est établi sur la base des précédents ; il engage le futur en délivrant un schème prescriptif, modèle à reproduire tel qu’il est à l’œuvre dans la situation présente ; il joue ainsi, dans l’instant, l’héritage et la transmission. Le conflit, pour sa part, entretient le passé qui fait son fonds de commerce. Il se réfère chaque fois à ce qui a été, comme modalité de justification, en une chronologie parfois très longue lorsqu’il est le produit de vieilles rancunes ou de rivalités tenaces (entre lignages, entre corps et communautés). Mais il intègre tout autant des considérations beaucoup plus actuelles liées à l’évolution du paysage social et institutionnel. C’est pourquoi les cabinets d’érudits accumulent, en couches successives, des éléments chaque fois retravaillés, de sorte que l’historicité des épisodes retenus peut être perdue sans que jamais leur caractère d’antériorité ne soit oblitéré : un extrait de récit, dépourvu de date, n’est pas destiné à reconstituer une phase de l’histoire mais plutôt à inscrire les revendications dans la continuité d’une longue possession en toutes circonstances. Les preuves sont kaléidoscopiques, en d’infinies combinaisons toujours rattachées à ce qui a eu lieu. Les implications du conflit sont cependant essentielles dans la mesure où l’issue du procès engage la distribution des places, lesquelles déterminent les suivantes, en d’autres occasions. Cet avenir, proche ou lointain, est directement investi par la publication qui prolonge l’événement en avance sur les faits puisque cette fixation est prescriptive en ce qu’elle prépare les cérémonies qui s’annoncent selon le principe d’une répétition du même. Le mouvement a quelque chose de circulaire sans être totalement figé ; et c’est bien en fonction des caractéristiques propres aux différentes sources que le dynamisme parvient à exister dans une régularité qui définit le rituel.

  • 38 Voir le conflit entre Nicolas II Sainctot et Blainville à a fin du xviie siècle, lorsque Sainctot, (...)

17Un autre registre marquant la distinction entre la plume et l’imprimé concerne les échelles prises en compte et, en cela, l’espace social à l’œuvre. Destinés à accompagner les contestations, les fonds manuscrits conservent un caractère fragmentaire et ne livrent jamais une vision complète d’un épisode cérémoniel. Ils ne rassemblent que des bribes susceptibles d’éclairer un aspect spécifique. Les querelles sont circonstanciées, liées à une situation ou un type de rituel, en un lieu donné, et s’engagent entre deux parties rivales. En cela, les compilations qui s’offrent en support ont davantage besoin de multiplier les exemples que de restituer l’ensemble d’un processus qui donne son sens au projet monarchique. À l’inverse, les relations publiées et autres écrits sur le cérémonial s’appliquent à rendre compte d’un tableau cohérent où signes, symboles et ordres doivent être conjugués pour livrer au public toute la profondeur d’un message très élaboré. Dissociés, désarticulés, ces récits perdent de leur substance et échappent au but poursuivi. Quelles qu’elles soient, les ressources du rang sont bien les indices d’un ordre recherché. Mais les sources manuscrites se destinent aux querelles entre particuliers en une conception fragmentaire d’intérêts personnels ou corporatifs, quand les publications s’adressent à un large public embrassant le royaume, dépassant les frontières, gagnant la postérité. L’extension illimitée du cérémonial imprimé s’oppose radicalement à l’enfermement des disputes menées terme à terme et sans autre finalité que de consolider des biens patrimoniaux. De tous ces documents, les uns sont partiels, souvent tronqués, n’offrant que des extraits à l’image des procès qui ne concernent chaque fois qu’une infime partie des contributeurs ; les autres se veulent complets, narrant le rituel du début à la fin, et s’étendent au-delà des acteurs concernés grâce à la diffusion que permet l’imprimerie. De la même façon que les archives elles-mêmes ont un caractère patrimonial (y compris celles des maîtres des cérémonies, comme le montre Sainctot estimant ne pas avoir à céder ses livres en même temps que sa charge38), elles sont avant tout destinées à défendre des places entendues comme des biens détenus de longue date. Les imprimés, pour leur part, font du cérémonial une affaire d’État et sont, par leur nature même, un bien partagé. La distinction ne porte pas sur la longueur des documents : certains, restés manuscrits, comportent des dizaines de pages, et d’autres, publiés, ne comptent que quelques feuillets. Dans le premier cas pourtant il n’est jamais question que d’un aspect ciblé, qu’il s’agisse d’un mémoire pour défendre les princesses du sang contre les prétentions des arrière-petites-filles de rois, une pièce justificative ou une notation sur une prééminence qui peut être un simple signe de distinction. Dans le second cas, la brièveté n’empêche nullement d’exposer l’ensemble de l’événement : les cérémonies, dans leurs relations officielles, parlent du royaume au royaume ; l’agencement hiérarchique répond à des règles qui s’appliquent partout et la mainmise du roi dépasse le cadre restreint de la célébration.

18Le dernier des registres qui permettent d’instituer une séparation des genres scripturaires peut apparaître comme une synthèse des précédents. Distinguer les objectifs qui servent les différents supports textuels conduit, une fois encore, à marquer leurs spécificités. Le poids d’une publication tient aussi à la certification d’un ordre sur lequel s’appuyer, en cas d’affrontement autant que d’organisation des cérémonies programmées. Les labels, décernés ou refusés, cautionnent le déroulement des rituels. Pour le roi, l’édition procure ainsi un deuxième niveau dans l’affirmation de l’ordre. Après les faits, l’impression du récit diffuse, sur tout le territoire, l’image d’une société parfaitement contrôlée dont tout dysfonctionnement est effacé. À travers la capacité monarchique à organiser son État, c’est tout à la fois la hiérarchie et l’autorité qui sont de la sorte publicisées. Les tensions sont ailleurs, censément non publiques, réglées en dehors du cérémonial par des procédures d’arbitrage qui permettent de les tenir à l’écart du résultat final. Ainsi, quand le roi tranche en accordant une place « pour cette fois seulement », la mention est notée mais reste dans les archives. Cette suspension de toute décision définitive n’apparaît pas dans les relations imprimées et, a fortiori, dans les figures soigneusement reproduites d’un cortège, d’un lit de justice, d’un Te Deum, etc. Les tableaux et gravures sont des instantanés qui fixent pourtant les rangs. Ils se retrouvent évoqués dans certaines querelles, tel le tableau de Rubens reproduisant le sacre de Marie de Médicis qui apporte la preuve du nombre de rangs de fleurs de lys brodées que portent les princesses lors de cet événement, ou encore les gravures glissées entre les feuilles dans les volumes reliés des cérémonialistes.

19En ce sens, les archives permettent de nuancer le poids de l’imprimé. Elles sont précieuses aux acteurs qui tiennent le compte des arbitrages royaux dans leurs moindres détails ; elles s’avèrent nécessaires à l’exercice d’une souveraineté aux valeurs immuables que traduit un ordre fondé sur la répétition du même mais qui doit prendre en compte les transformations sociales et politiques. Le roi peut alors ajuster à sa marge la construction hiérarchique en intégrant les nouvelles donnes sans les laisser paraître, et conserver par là la fiction d’un monde immobile, régi par des lois naturelles – et en cela divines –, transcription en images des fondements monarchiques que célèbrent par ailleurs les thèses absolutistes. La souveraineté s’exerce autant dans le règlement du conflit, qui implique la reconnaissance d’un pouvoir sans appel, que dans l’affichage d’un univers rigoureusement maîtrisé.

Conclusion

20L’étude du cérémonial passe par l’examen d’une multitude d’aspects, depuis les discours tenus par les contemporains jusqu’aux figures créées pour l’occasion, en passant par la gestuelle et les symboles mobilisés. La prise en compte de la nature des données livrées à la postérité permet d’identifier les différents niveaux de la politique en la matière. Aux sources imprimées revient la fonction de proclamer l’ordre. Vitrine de la royauté, manifeste royal, les relations de cérémonies telles qu’elles sont publiées tiennent, pour ce qui est des rangs, un discours normatif et prescriptif. Envers du décor, les manuscrits alimentent une vaste machine sans cesse en mouvement qui se caractérise par la production d’arrangements politiques tout aussi nécessaires qu’un cadre bien dessiné. L’une et l’autre source n’entraînent pas les mêmes perspectives et, dans le cas du cérémonial, portent sur des objets et des desseins différents. La conservation, dans les cabinets d’érudits, de matériaux au service des conflits qui sont aussi une mise en forme des nouvelles donnes sociales et politiques souligne la volonté de taire les tractations pour ne révéler au grand jour que la performativité du rituel, lequel s’impose par la répétition des gestes, paroles et ordres. À ne regarder qu’un côté du miroir, la compréhension des enjeux cérémoniels dans l’ensemble du fonctionnement monarchique reste partielle et risque fort de reproduire ce que la royauté s’est donné tant de mal à transmettre en un triomphe posthume de la propagande souveraine.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Curiosités historiques ou Recueil de pieces utiles à l’histoire de France et qui n’ont jamais paru, 1759, Amsterdam, vol. 1.

David Pierre, 1654, Ceremonies pratiquées au sacre, Paris.

Du Haillan Bernard de Girard, s.d., Traicté des presseances des maisons les plus illustres de France, s.l.

Du Tillet Jean, 1580, « Recueil des rangs des grands de France », dans Recueil des roys de France, leurs couronne et Maison, ensemble les rangs des grands de France, par Jean du Tillet, sieur de la Bussiere, protenotaire et secretaire du roy, greffier en son parlement, plus une chronique abbregee contenant tout ce qui est advenu, tant en fait de guerre, qu’autrement, entre les roys et princes, republiques et potentats estrangers, par M. J. du Tillet, évesque de Meaux, freres, Paris, chez Jacques du Puys.

Foigny Jean de, 1575, Le sacre et couronnement des roys de France, Reims, G. de Foigny.

Georgel Jean-François, 1771, Réponse à un écrit anonyme intitulé « Mémoire sur les rangs et les honneurs de la cour », Paris, Le Breton.

Gibert Joseph Balthasar, 1771, Mémoire sur les rangs et les honneurs de la cour, pour servir de réponse aux trois derniers chapitres du « Traité des preuves qui servent à établir la vérité de l’histoire », par le P. Henri Griffet, s.l.

Godefroy Denys, s.d. [1656], Dessein de l’impression du « Cérémonial de France », s.l.

Godefroy Théodore, 1619, Le ceremonial de France, ou Description des ceremonies, rangs, et seances observées aux couronnements, entrées, et enterremens des roys et roynes de France, et autres actes et assemblées solemneles. Recueilly des Memoires de plusieurs secretaires du roy, herauts d’armes, et autres. Par Theodore Godefroy, advocat au parlement de Paris, Paris, chez Abraham Pacard.

Godefroy Théodore et Denys, 1649, Le cérémonial françois, contenant les cérémonies observées en France aux mariages et festins, naissances et baptesmes, majoritez de roys, estats generaux et particuliers, assemblées des notables, licts de justice, hommages, sermens de fidelité, receptions et entreveuës, sermens pour l’observation des traitez, processions et Te Deum. Recueilly par Theodore Godefroy, conseiller du roy en ses Conseils. Et mis en lumiere par Denys Godefroy, advocat en parlement et historiographe du roy, Paris, chez Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy.

Griffet Henri, 1769, Traité des différentes sortes de preuves qui servent à établir la vérité de l’histoire, Liège, Bassompierre.

Le Laboureur Claude, 1658, Discours de l’origine des armes, et des termes receus et usités pour l’explication de la science héraldique. Orné et enrichy des blasons des roys, princes et autres maisons illustres de la chrestienté, Lyon, impr. Guillaume Barbier.

Le Laboureur Claude, 1660, Épistre apologétique pour le « Discours de l’origine des armes », contre quelques lettres de Me C.F. Ménestrier, cy-devant professeur d’éloquence, et maintenant estudiant en theologie à Lyon, Valence.

Études

Birn Raymond, 2007, La censure royale des livres dans la France des Lumières, Paris, Odile Jacob.

Brown Elizabeth A.R., 1992, « Franks, Burgundians, and Aquitanians » and the Royal Coronation Ceremony in France, Philadelphie, American Philosophical Society.

Cosandey Fanny, 2016, Le rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles : The Courts of Europe’s Dynastic Rivals (1550-1780), Cambridge, Cambridge University Press.

Fogel Michèle, 1989, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Fogel Michèle, 1996, « Penser les règles du cérémonial dans la première moitié du xviie siècle : les incertitudes de l’érudit Théodore Godefroy », dans Déloye Yves, Haroche Claudine et Ihl Olivier (dir.), Le protocole ou La mise en forme de l’ordre politique, actes du colloque (Paris, Association française de science politique, 7-9 juin 1995), Paris, L’Harmattan, p. 155-170.

GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire), 2016, Écriture et action (xviie-xixe siècle) : une enquête collective, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Jouhaud Christian et Viala Alain (dir.), 2002, De la publication : entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard.

Leferme-Falguières Frédérique, 2007, Les courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France.

Molho Antony et Cavaillé Jean-Pierre (dir.), 2009, Dissidence et dissimulation, « Les dossiers du Grihl », <https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/3665>.

Nguyen Marie-Lan, 1999, Les grands maîtres des cérémonies et le service des Cérémonies à l’époque moderne (1585-1792), mémoire de maîtrise sous la direction de Lucien Bély, université de Paris-IV-Sorbonne.

Regnault, 1722, Histoire des sacres et couronnements de nos rois, faits à Reims, à commencer par Clovis jusqu’à Louis XV, Reims.

Sherman Caroline R., 2008, The Genealogy of Knowledge : The Godefroy Family, Erudition, and Legal-Historical Service to the State, thèse de philosophie à l’université de Princeton.

Sternberg Giora, 2014, Status Interaction during the Reign of Louis XIV, Oxford, Oxford University Press.

Stollberg-Rilinger Barbara, 2013, Les vieux habits de l’empereur : une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire à l’époque moderne, préface et traduction de Christophe Duhamelle, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Haut de page

Notes

1 Il y aurait beaucoup à dire sur les usages de la publication, sur ce qui mérite d’être montré et sur ce qui doit être dissimulé ; sur le sens, aussi, de ce qui est délivré au plus grand nombre, voir Jouhaud et Viala 2002 ; Molho et Cavaillé (dir.) 2009 ; GRIHL 2016 ; et plus généralement l’ensemble des travaux du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (GRIHL, CRH).

2 Sternberg 2014 a de jolies pages sur le sujet, voir en particulier le chapitre i.

3 Il ne sera pas question ici de ce que Duindam 2003 appelle les sources « semi-littéraires », à savoir les Mémoires autobiographiques des contemporains, lesquels fournissent également une mine d’informations mais sont fort peu mobilisés par les professionnels des questions cérémonielles, ce qui en soit mérite d’être interrogé. Cet ouvrage reste une référence essentielle pour l’étude des cours européennes, ainsi que Stollberg-Rilinger 2013. Voir aussi Leferme-Falguières 2007.

4 Les pages qui suivent étant une réflexion menée à partir d’un travail sur le rang à l’époque moderne, je me permets de renvoyer pour la bibliographie sur le cérémonial à Cosandey 2016.

5 Voir Godefroy 1619 et 1649.

6 La relation du couronnement d’Henri II en 1547 se retrouve sous la plume de Foigny 1575, à l’occasion du sacre d’Henri III, puis encore sous celle de David 1654, l’année du sacre de Louis XIV, et le chanoine Regnault 1722 reproduit encore ce texte au moment où Louis XV est à son tour sacré.

7 Bibliothèque de l’Institut, Ms. God. 478, fo 79. Cette décision semble reprendre une interdiction de 1610.

8 Autorisation demandée par le libraire Prudhomme en 1722, Affaires Étrangères, M&D France, 205, fos 14-15.

9 Fait à Paris le 12 novembre 1771, et publié à Paris, Le Breton, 1771, p. 226 (voir aussi BNF, Ms. Fr. 20824). Ce certificat est signé par Duclos, secrétaire perpétuel de l’Académie française, historiographe de France ; Capperonier, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris, et garde de la Bibliothèque du roi ; De Brequigny, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de Paris ; Chérin, commissaire du roi pour les preuves de noblesse ; De Gevigney, généalogiste de la Maison de Mgr le comte de Provence.

10 Lui-même bien introduit dans le milieu de la censure royale, voir Birn 2007, p. 103 et 142.

11 En riposte à un écrit de Griffet 1769, Gibert 1771 fait paraître un Mémoire ; et c’est en prenant la suite de Griffet que Georgel 1771 publie sa Réponse. La préparation de cette réponse se trouve dans le BNF, Ms. Fr. 20822.

12 BNF, Ms. Clairambault 719.

13 Ibid., p. 101.

14 Ibid., p. 103.

15 Ibid., p. 111.

16 Ibid., p. 121.

17 Ibid., p. 165.

18 Ibid., p. 167.

19 Ibid., p. 171.

20 Ibid., p. 189.

21 Ibid., p. 201.

22 BNF, Ms. Clairambault 721, p. 407.

23 Nguyen 1999.

24 Né en 1580 et mort en 1649, il est célèbre pour avoir publié en deux volumes une compilation de relations de cérémonies (Godefroy 1619). Son fils Denys entreprend une réédition augmentée et actualisée, en deux volumes (Godefroy 1649). Pour la trajectoire sociale des Godefroy, voir Sherman 2008.

25 Bibliothèque de l’Institut, Ms. God. 481, notes et brouillons de Théodore Godefroy pour son Cérémonial de France. Sur ce dossier, Fogel 1996.

26 1656, cote BNF Fol Li24-3, petit opuscule destiné à annoncer le troisième volume du Cérémonial de France concernant le clergé.

27 Sur toute cette question, voir Fogel 1989, 2e partie, chap. ii.

28 Jean Du Tillet rédige ainsi un « Recueil des rangs des grands de France » qui n’est publié pour la première fois qu’en 1580, par le soin de ses fils, et inséré dans le Recueil des roys de France (Du Tillet 1580). Sur le travail de Du Tillet, voir les publications de Brown, et en particulier Brown 1992.

29 Du Haillan s.d. L’auteur meurt en 1610 ; son traité des préséances se situe au tournant du siècle, sans qu’il soit aisé d’en donner une date précise.

30 Sans certitudes malgré tout ; il n’est pas impossible que ce soit Du Haillan qui ait repris Villeroy, même si, au regard des deux textes, c’est assez peu probable ; voir Cosandey 2016.

31 Nicolas de Neufville de Villeroy, Curiosités historiques, 1759, vol. 1.

32 On le retrouve encore dans certaines bibliothèques étrangères, telle la bibliothèque Marciana de Venise (traduit en italien), ITAL VI 296 (5846), référence communiquée par Monique Chatenet que je remercie chaleureusement. Le titre de ce petit traité est très variable, il peut être par exemple « Discours des rangs et preseances de France », dans le BNF, Ms. Fr. 18139, fo 1, ou bien, parfois, n’avoir même aucun titre.

33 Godefroy s.d. [1656].

34 BNF, Ms. Clairambault 445, fo 46.

35 Il s’agit très probablement de Jean Le Laboureur (1621-1675), qui est l’auteur de plusieurs travaux historiques et généalogiques, dont une histoire de la pairie et du parlement de Paris. Il est connu pour son importante bibliothèque manuscrite, laquelle se retrouve par legs dans le fonds Clairambault. Mais il n’est pas totalement impossible que soit impliqué ici son cousin, Claude Le Laboureur (v. 1601-168 ?), engagé dans une querelle l’opposant à Claude-François Menestrier. Ce dernier ayant attaqué l’ouvrage de Claude Le Laboureur intitulé Discours de l’origine des armes (Le Laboureur 1658), l’auteur répond par une Épistre apologétique (Le Laboureur 1660).

36 Voir supra.

37 BNF, Ms. Clairambault 445, fo 46.

38 Voir le conflit entre Nicolas II Sainctot et Blainville à a fin du xviie siècle, lorsque Sainctot, quittant sa charge de maître des cérémonies, refuse de remettre ses archives à Blainville ; cf. BNF, Ms. Clairambault 805.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Cosandey, « Montrer l’ordre et enregistrer le désordre dans la France d’Ancien Régime », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17333

Haut de page

Auteur

Fanny Cosandey

Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), rattachée au Centre de recherches historiques (CRH). Ses travaux portent sur la monarchie française d’Ancien Régime, en croisant les études sur la famille royale, le domaine capétien et les institutions.
Fanny Cosandey is a historian, director of studies at EHESS and a member of the Centre de Recherches Historiques. Her research works focus on the monarchy of the Ancien Régime, combining studies on the royal family, the Capetian domain and institutions. Publications : La reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècle (Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2000) ; Monarchies française et espagnole, xvie-xviie siècle (en collaboration avec Isabelle Poutrin ; Neuilly-sur-Seine, Atlande, 2001) ; L’absolutisme en France : histoire et historiographie (en collaboration avec Robert Descimon ; Paris, Seuil, 2002) ; Le rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime (Paris, Gallimard, 2016) ; F. Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime (Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005), À la croisée des temps : approches d’histoire politique, juridique et sociale (en collaboration avec Pierre Bonin, Élie Haddad et Anne Rousselet-Pimont ; Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016).
cosandey@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals