Navigation – Plan du site
Périodiques et journalistes : raconter et archiver la cour

Des journalistes à la cour

Journalists at Court
Dinah Ribard

Résumés

Cet article porte sur un certain nombre d’écrits d’actualité des années 1660, dont certains sont devenus des archives, d’autres ont été fabriqués pour être publiés, certains conservés puis publiés, éventuellement comme de la littérature. Ces écrits, qui parlent de la cour et peuvent se présenter comme ayant été écrits à la cour, forment un dispositif politique, dont l’un des principes est la différenciation entre écrits d’action et écrits d’information ou de littérature ; le fait de déclarer qu’on publie des documents d’action, ou qu’on pourrait le faire, c’est paraître se tenir hors de l’action. L’article revient sur ce principe fondateur du système informationnel de la monarchie absolue, et sur la place de la cour dans ce système.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Dictionnaire des journalistes (1600-1789), paru en 1976, puis en 1999 sous la direction de Jean (...)

1Il n’est pas d’usage de voir figurer un des écrits attribués à Mme de La Fayette, comme ce sera le cas ici, dans un travail sur l’histoire du journalisme à l’époque moderne. L’auteur de La Princesse de Clèves apparaît dans le Dictionnaire des journalistes, mais seulement pour caractériser (comme mondaines) les fréquentations de deux journalistes eux dûment répertoriés, Guilleragues, responsable de La Gazette entre 1674 et 1678, et Claude Fraguier, l’un des rédacteurs du Journal des savants au début du xviiie siècle1. Pas de notice non plus, dans ce riche Dictionnaire, pour le poète Jacques Carpentier de Marigny, dont il va également être question dans cet article. Il me semble en effet que ses écrits d’après la Fronde, centrés sur la cour, méritent, comme l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, d’être rapprochés de ceux de journalistes identifiés, Jean Loret ou Adrien Perdou de Subligny, deux auteurs de gazettes en vers, respectivement La Muse historique et La Muse dauphine.

  • 2 Rothschild (éd.) 1881-1899 ; Pütz 1993 ; Brétéché et Ribard 2016. Loret avait commencé à faire impr (...)

2Le développement, de la sortie de la guerre civile aux années 1660, de ces gazettes en vers autorisées (et même privilégiées) parmi lesquelles on peut aussi citer La Muse héroïque de Charles Robinet de Saint-Jean, d’abord collaborateur de La Gazette dont il aurait longtemps rédigé les Extraordinaires, est un fait connu des spécialistes de la presse2. On sait que ces feuilles périodiques littérarisent fortement l’innovation définie par Théophraste Renaudot, en 1632, dans un rapport complexe à l’écriture de l’histoire. La citation est célèbre :

  • 3 La citation provient de la préface d’un des suppléments de La Gazette parus en 1632, la Relation de (...)

L’histoire est le récit des choses advenues : La Gazette seulement le bruit qui en court. La première est tenue de dire toujours la vérité. La seconde fait assez si elle empêche de mentir. Et elle ne ment pas, même quand elle rapporte quelque nouvelle fausse qui lui a été donnée pour véritable3.

3Ce n’est pas parce que les nouvelles y sont mises en vers, ni parce qu’il y est beaucoup question de spectacles, de théâtre, de l’actualité des parutions, des faits et gestes des auteurs, que La Muse historique ou héroïque (plus tard royale) ou dauphine littérarise la gazette. Hebdomadaires comme leur modèle, ces Muses font du « bruit qui court », ostensiblement, un matériau d’écriture virtuose plus encore qu’une information. Dans La Muse dauphine du vendredi 17 décembre 1666, on lit par exemple :

  • 4 Subligny 1667, p. 280. Je cite ici d’après un volume fabriqué par le libraire Claude Barbin qui rep (...)

On publie un édit du roi
Pour la réforme de la ville ;
Mais de grâce éclaircissez-moi,
D’un bruit à croire difficile ;
On dit que tous les habitants,
Tant roturiers que gentilshommes,
Chargés de dix ou douze enfants,
Auront par an certaines sommes.
Si le GRAND ROI qui nous est cher
A résolu cette entreprise,
C’est le vrai moyen d’empêcher
Que les femmes, la nuit, ne cousent leur chemise4.

  • 5 « Notre bonne ville de Paris étant la capitale de nos états, et le lieu de notre séjour ordinaire, (...)
  • 6 Sur la publication des décisions royales, voir Fogel 1989 ; sur les processus de publication, GRIHL (...)
  • 7 Voir notamment la lettre à l’intendant de Poitiers, René de Marillac, du 15 décembre 1679 : « Peut- (...)
  • 8 Voir Viala 2009.
  • 9 Voir Jouhaud 2000.

4Le traitement des deux édits mentionnés dans ces vers dans l’ordre chronologique inverse de leur émission, celui de décembre 1666 portant règlement pour la sûreté publique dans la ville de Paris, et celui de novembre 1666 dit « des mariages », est significatif. Le premier, prélude à la fameuse création de la lieutenance générale de police par un autre édit (mars 1667) dont le préambule confirme en effet l’intention réformatrice de cette succession de décisions5, n’est qu’annoncé, sans commentaire. Seule précision, le fait qu’il a été publié ; il est donc sérieusement annoncé, et sa publication redoublée par la Muse6. Le second a été révoqué en 1683, mais, bien avant cette suppression, il était présenté par Colbert comme n’étant pas en réalité destiné à être appliqué, autrement dit désactivé7. Il donne lieu ici à une interprétation littéraire – galante, au sens grivois du terme8 – de l’intention du roi, c’est-à-dire de l’esprit de la loi, qui en atténue la portée. Cette réécriture très précocement en cohérence avec l’action du ministère face aux possibilités ouvertes par une de ses propres innovations législatives, déploie les pouvoirs dépolitisants de la littérature sur le principe de vérité des fausses nouvelles, dès lors qu’elles sont rapportées par la gazette pour empêcher les gens de mentir par eux-mêmes, pour ainsi dire9. Ce dispositif est loin de n’avoir été mis en œuvre que par les continuateurs de Loret. C’est l’objet de cet article que de montrer sa virulence politique dans une petite série d’écrits sur la cour des années 1660. Ces écrits, on le verra, forment un dispositif qui rapproche, et même lie intimement, publication et archivage.

*

  • 10 Recueil des gazettes de l’année 1631… 1632, préface, p. 6.

5Dans la préface « servant à l’intelligence des choses qui y sont contenues » du Recueil des gazettes de l’année 1631, dédié au roi, Théophraste Renaudot fait entrer les « mystères de la cour » parmi les sujets de son histoire hebdomadaire, c’est-à-dire rédigée au jour le jour (« si la crainte de déplaire à leur siècle a empêché plusieurs bons auteurs de toucher à l’histoire de leur âge, quelle doit être la difficulté d’écrire celle de la semaine, voire du jour même auquel elle est publiée ? »). Il les inclut en effet, avec les « batailles », les « sièges levés », les « villes prises » (qui intéressent les « capitaines ») ou les « arrêts en pareil cas » (souhaités des « plaideurs »), dans ce qu’il présente comme une liste des attentes impossibles à toutes satisfaire de ses lecteurs : « Ceux qui n’entendent rien aux mystères de la cour, les y voudraient trouver en grosse lettre10. » Au cœur du dispositif informationnel de la monarchie absolue dès sa mise en place, il y a le fait que la gazette est conçue comme une forme d’histoire. Une forme d’histoire seulement, puisqu’elle n’est pas « récit », présentation ordonnée, digérée disait-on à l’époque, des « choses advenues » dans leur sens et leur vérité. Sa vertu est d’être instantanée, d’être un enregistrement de la défaite infligée au mensonge, immédiatement et non devant le tribunal de la postérité, par l’éclat des actions du souverain et de son ministre, comme l’affirme l’épître dédicatoire du même recueil à Louis XIII. Cette épître évoque les mérites que chacun reconnaîtrait désormais au monarque, puis précise :

  • 11 Ibid., épître dédicatoire, p. 4.

Ce sont les louanges que la vérité tire aujourd’hui des bouches autrefois les plus venimeuses, que les pères racontent à leurs enfants, et dont les compagnies s’entretiennent pour en conserver la mémoire. Mais, SIRE, la mémoire des hommes est trop labile pour lui fier toutes les merveilles dont Votre Majesté va remplir le Septentrion, et ensuite tout le continent. Il la faut désormais soulager par des écrits qui volent comme en un instant du Nord au Midi, voire par tous les coins de la terre. C’est ce que je fais maintenant, SIRE, d’autant plus hardiment que la bonté de V. M. ne dédaigne pas la lecture de ces feuilles. Aussi n’ont-elles rien de petit que leur volume et mon style. C’est au reste le journal des rois et des puissances de la terre11.

  • 12 Sur ce point, voir GRIHL 2016, « Dans l’événement », p. 61-96.

6Instantanée, cette histoire est néanmoins distincte, parce qu’elle est histoire, des actions qu’elle enregistre de manière plus durable que la mémoire des hommes. Ce que Renaudot a posé d’emblée, c’est ainsi l’écart entre la presse d’information et tous les autres écrits mis en circulation pendant ou dans la proximité des événements, dans le cadre de l’action « des rois et des puissances de la terre », ou pour s’opposer à cette action, l’infléchir, l’utiliser à autre chose que son propre cours. Cette prise de distance ne peut pas être confondue avec un geste d’indépendance ; au contraire, il s’agit de donner, et plus encore de dire au pouvoir qu’on donne plus de publicité encore à ses « merveilles ». L’efficace de cette publicisation se loge dans l’élaboration d’une autre distance, à tout ce qui constitue les choses qui adviennent, y compris ce qui, dans l’événement, est fait du même matériau que la gazette, l’écrit – les rumeurs produites, contrôlées, manipulées, les interprétations autorisées (ou se donnant pour telles) des faits en train de se dérouler, les manifestes, les décisions et ordres rendus publics, les leurres divers, et bien d’autres choses encore qui se font par écrit12. Distance, écart : la place du journalisme apparaît, se dessine, se définit grâce à un travail conceptuel et scripturaire sur un ensemble d’objets plus ou moins circulants auquel le journal d’information appartient en réalité. Tout ce qui fait événement, villes prises comme mystères de la cour, Renaudot le dit par prétérition, est de son ressort. Et de fait, La Gazette a d’emblée donné des nouvelles de la cour et de ses mystères (décès, présence ou absence des personnages en vue à tel ou tel dîner, cérémonies, santé de la famille royale, etc.), même si les événements étrangers y ont continûment dominé.

  • 13 Sur Le Mercure français, voir Cerdeira 2017 ; sur les mercures francophones de la seconde moitié du (...)
  • 14 Le tome 25 et dernier n’est en outre pas dû à Renaudot. Dans La Bibliothèque française, Sorel, qui (...)

7À partir de 1638, Théophraste Renaudot a été amené à prendre également en charge Le Mercure français, cette publication d’un volume annuel donnant à lire un montage de documents déjà parus – qui deviennent dans l’opération des documents sur ce qui s’est passé pendant l’année écoulée – lancée par les libraires Jean et Estienne Richer en 161113. Bien qu’il n’ait pas accompli cette tâche avec une grande assiduité, le tome 22 consacré à l’année 1637 n’étant imprimé qu’en 1646, peu de temps avant la disparition définitive du Mercure français (164814), il ne s’en est pas moins saisi de l’occasion pour réaffirmer son rôle, son « office » :

étant comme chacun sait destiné pour recevoir dans cet œil du monde les récits des actions et choses mémorables qui se passent par tout l’univers (office dont le temps fera reconnaître le mérite, et duquel je ferai juge la postérité, si les préoccupations du siècle et l’intérêt des particuliers de ce temps me les rendent moins équitables), il arrive souvent que les mémoires ne m’en sont rendus sinon après le temps que l’usage a prescrit à mes éphémérides, les privant de leur effet sitôt qu’elles ont passé huit ou quinze jours […] Tellement que sans user de quelque autre moyen je ne puis éviter l’un de ces deux blâmes, ou d’être injurieux à la mémoire des belles actions pour la conservation desquelles l’Histoire a été inventée, ou de vous donner de vieilles nouvelles, par conséquent rebutées, bien qu’ordinairement les plus véritables, comme ayant été contrôlées par le temps.

8« Œil du monde », la formule est remarquable, le journal est fait d’un matériau écrit (les « mémoires ») qui lui vient du monde. Il peut se présenter sous différentes formes, celle de la mince gazette hebdomadaire comme celle du gros volume annuel du Mercure, mais c’est bien toujours d’un même objet, d’un même organe qu’il s’agit. Simplement, explique Renaudot, la brièveté de La Gazette

  • 15 Vingt-deuxième tome du « Mercure français » 1646, avant-propos p. 1-6 pour l’ensemble des citations

ne saurait suffire à la description particulière des choses mémorables dont l’histoire doit être composée. C’est pourquoi le principal but de l’historien étant d’être utile à son lecteur et lui faire remporter quelque fruit, lequel se recueille des seules particularités et circonstances et non du gros des affaires : il [lui] a fallu chercher un champ plus spacieux que les précédents pour rendre [s]a lecture plus profitable15.

9De là l’adjonction du Mercure français à l’hebdomadaire et à ses suppléments extraordinaires. Malgré les apparences, selon Renaudot, il n’y a donc pas de différence, sinon de taille et, à l’avantage du Mercure, de fiabilité, entre les nouvelles issues des « mémoires » qu’il a reçus et données à lire dans l’un ou dans l’autre. Ce qui continue de compter est l’affirmation que ces nouvelles sont une historiographie, hors de l’événement, et non une écriture d’action, dans l’événement. Cela, alors même que les mémoires édités dans Le Mercure français ne sont rien d’autre que des écrits d’action, et leur montage une autre action : le déni est plus patent encore que dans le cas de La Gazette. Le journalisme naissant, ainsi, travaille au fond à séparer événement et écriture, événement et archive, à purifier l’événement.

  • 16 Christian Jouhaud cite une mazarinade anti-Renaudot, Le Commerce des nouvelles rétabli, ou le Courr (...)
  • 17 Le Mercure galant… 1982, « Le libraire au lecteur », p. 8-10. Il s’agit aussi, pour Donneau de Visé (...)
  • 18 Sur Le Mercure galant comme livre et entreprise de littérature, voir Schuwey 2015 et Schuwey 2016. (...)

10Ce travail s’est révélé de longue portée. Dans les années 1660 cependant, peu de choses pouvaient sembler acquises. La guerre civile du début du règne de Louis XIV, où l’écrit avait joué un rôle majeur dans le modelage de l’événement en cours, avait aussi démontré que la distinction entre information et écriture d’action était bien fragile. On avait vu La Gazette se mêler au flot des mazarinades, être lue et moquée comme pamphlet pro-Mazarin par des pamphlets anti-Mazarin, se dédoubler pour accompagner l’action de la Fronde parisienne aussi bien que celle du gouvernement, être imitée ici et là16. L’écriture de ceux qui se proclamaient historiens de l’événement en cours, simples colporteurs des nouvelles du temps, simples informateurs, s’était incrustée, en quelque sorte, dans l’actualité. Elle crevait les yeux. Les Muses évoquées plus haut, me semble-t-il, prennent en charge cette visibilité de l’écriture journaliste, la soulignent, réélaborent son innocuité politique entachée. On ne peut que constater que les « mystères de la cour », les bruits sur les dames et leurs amours, le spectacle des fêtes et des passions, de la grandeur, de la faveur et de la défaveur, largement dominants dans ces publications, sont le matériau privilégié de ce travail. J’emploierai à nouveau ici le terme efficace pour désigner la capacité de cette écriture de la cour à prendre comme une sauce prend. Cette efficace se donne notamment à voir dans la protection accordée par le pouvoir au nouveau type de Mercure lancé en 1672 par Jean Donneau de Visé, Le Mercure galant mensuel. Le premier « Avis du libraire au lecteur » de ce nouveau Mercure affirme vouloir offrir à ceux « qui n’aiment que les romans […] des histoires divertissantes », apprendre aux « curieux des nouvelles », « provinciaux » et « étrangers qui n’ont aucune connaissance de personnes d’une grande naissance, ou d’un grand mérite, dont ils entendent souvent parler », par où ces personnes « sont recommandables, et ce qui les fait estimer », et faire en sorte que tous, à terme, puissent savoir « qu’il n’arrive rien de nouveau dans le monde dont il ne parle dans ses lettres », y compris à propos « des provinces, et des cours étrangères ». La fin de l’« Avis » est plus nette encore : « l’on ne parle ici que d’histoires amoureuses, et que du mérite de personnes qui en ont beaucoup17 ». La fusion de la nouvelle et de la littérature est avérée, posée en principe et en règle de lecture d’un nouveau périodique reconnu, soutenu, privilégié par le pouvoir ; l’écriture est mise en avant, et ses effets dépolitisants proclamés au cœur même d’un projet de communication en temps réel, pour ainsi dire, des organigrammes politiques18.

*

  • 19 Voir le compte rendu de Geneviève Mouligneau sur l’édition de la Vie de la princesse d’Angleterre p (...)

11L’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre semble un objet tout différent des Muses contemporaines des événements de cour dont elle parle, situés dans les années 1660, avant le lancement du Mercure galant – ce Mercure galant qui contribua à la fortune de La Princesse de Clèves par la publication, dès avril 1678, d’une « Question galante » sur l’aveu de Mme de Clèves à son mari. On sait par ailleurs que, comme dans le cas de toutes les œuvres ayant pour auteur Mme de La Fayette, il y a un flottement, une incertitude sur cette Histoire publiée sous son nom en 1720, et qui pourrait ne pas être ou ne pas être totalement d’elle, bien que les spécialistes préfèrent généralement penser qu’elle est bien d’elle19. La question de l’attribution n’est pas de mon propos ; ce qui m’intéresse ici est l’élaboration de l’écriture de la cour par d’autres que par les journalistes identifiés, la production dans le cadre de cette écriture d’un objet susceptible d’être imprimé, bien plus tard, sous un nom d’auteur devenu entre-temps célèbre.

  • 20 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, préface non paginée. Sauf exception signalée, tout (...)

12La préface de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre désigne avec netteté comme point d’origine du récit le moment de la mise en forme de la nouvelle de cour, entre l’événement et sa publication, c’est-à-dire en réalité au moment où sa publication est en train d’avoir lieu, fait événement et demande contrôle : « Je n’avais aucune part à sa confidence sur de certaines affaires ; mais, quand elles étaient passées, et presque rendues publiques, elle prenait plaisir à me les raconter. » « Elle », c’est « Madame », Henriette d’Angleterre, sujet de l’ouvrage. « Je », la narratrice, dit au début de la préface être la belle-sœur de Louise de La Fayette, supérieure du couvent de la Visitation Sainte-Marie de Chaillot, « retraite ordinaire » d’Henriette de France, la femme puis la veuve (en 1649) du roi Charles Ier, et en effet lieu d’éducation de leur fille, la jeune princesse d’Angleterre, avant son entrée à la cour et son mariage avec le frère de Louis XIV (1661)20.

  • 21 Mme de La Fayette était née en 1634.

13« Je » dit donc être Mme de La Fayette, tout en se trompant lourdement sur la situation de la date du mariage de Mme de La Fayette (1655) par rapport à celle de la profession religieuse de la « mère Angélique » (1637)21. La narratrice raconte en effet ainsi sa rencontre avec Henriette d’Angleterre, après avoir évoqué les amours vite interrompues de Louis XIII et de Louise de La Fayette :

Le roi conserva pour elle beaucoup d’amitié, et lui donna sa confiance ; ainsi, quoique religieuse, elle était très considérée, et elle le méritait : j’épousai son frère quelques années avant sa profession ; et comme j’allais souvent dans son cloître, j’y vis la jeune princesse d’Angleterre, dont l’esprit et le mérite me charmèrent.

  • 22 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 1.

14La phrase a pour principal effet de brouiller les dates, et notamment de faire disparaître du récit préfaciel sur l’écriture de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre la période de la régence d’Anne d’Autriche, en passant de « l’amitié » encore manifestée par Louis XIII à Louise de La Fayette après sa profession et des effets sociaux de cette faveur royale maintenue à la présence commune dans le couvent de Chaillot de « je », de la reine d’Angleterre et de la princesse sa fille, arrivées en France respectivement en 1644 et en 1646. Ce n’est pas l’enfant de deux ans venue rejoindre sa mère qu’évoquent l’« esprit » et le « mérite » appréciés par Mme de La Fayette, et rien ne signale dans ce récit que la maison de Chaillot avait été ouverte en 1651, à l’initiative d’Henriette de France. Louise de La Fayette en était devenue la supérieure en 1655 seulement. Proche en réalité de la période couverte par l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, qui s’ouvre sur la paix « faite entre la France et l’Espagne » et la conclusion du mariage de Louis XIV (juin 1660) « après beaucoup de difficultés », ce temps de Chaillot est mis à distance, et aussi dépolitisé par le dispositif de présentation de l’écriture22.

15Amie de couvent de la jeune Madame, ce qui lui « donna depuis l’honneur de sa familiarité », sans place assignée dans sa maison, Mme de La Fayette peut devenir la destinataire privilégiée d’une version racontée, dans le moment crucial où l’événement se transforme en nouvelle, de faits de cour auxquels elle n’a pris part en aucune manière. Familière mais non confidente, elle n’a pas agi, même par le conseil : elle est extérieure à ce que Madame lui raconte. Le dispositif est encore précisé par un petit récit :

L’année 1664, le comte de Guiche fut exilé. Un jour qu’elle me faisait le récit de quelques circonstances extraordinaires de sa passion pour elle : « Ne trouvez-vous pas, me dit-elle, que, si tout ce qui m’est arrivé et les choses qui y ont relation était écrit, cela composerait une jolie histoire ? Vous écrivez bien, ajouta-t-elle ; écrivez, je vous fournirai de bons Mémoires. » J’entrai avec plaisir dans cette pensée, et nous fîmes ce plan de notre histoire telle qu’on la trouvera ici.

16Une mission d’historiographe a été donnée à Mme de La Fayette, explicitement chargée d’écrire pour son talent à le faire (bien connu au moment où l’Histoire paraît), chargée d’agencer et de mettre en forme de déjà « bons Mémoires » pour composer un récit. Le choix du terme « Mémoires » est d’autant plus fort qu’il sert ici à désigner une parole, celle de Madame. Cette historiographie a d’autres spécificités : elle doit être « jolie », et elle naît du récit d’une « passion ». L’écriture de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre se produit ainsi dans un écart significatif par rapport à l’écriture d’histoire que le récit préfaciel lui donne avec une apparente légèreté pour modèle, dans le cadre d’une pensée très proche de celle qu’on a vu entrer dans la fabrication du journalisme. Précisons cet écart.

  • 23 « Elle me conta la suite des choses qu’elle avait commencé à me dire, je me remis à les écrire, je (...)

17D’abord, l’objet du récit d’histoire, le grand personnage dont il parle et autour duquel il organise la relation des choses racontées (« tout ce qui m’est arrivé et les choses qui y ont relation »), est en plus, ici, la source de ce récit. Celui (celle) qui rédige n’est pas seulement le meilleur témoin des hauts faits qu’elle rapporte grâce à sa proximité avec le héros (l’héroïne) ; elle écrit directement ce qu’on lui donne à écrire, non sans difficulté parfois. Il est ainsi question de passages délicats à rédiger pour « tourner la vérité […] d’une manière qui la fît connaître, et qui ne fût pas néanmoins offensante ni désagréable à la princesse », laquelle en plaisante ouvertement avec la narratrice23. Cette historiographie immédiate du prince, c’est bien la gazette : il s’agit d’inscrire les bruits qui courent d’une manière adéquate – d’une manière qui doit être adéquate. C’est la gazette installée à la cour, comme les Muses contemporaines des événements racontés. Plus installée que ces Muses, puisque « notre histoire » est bien davantage que le résultat de conversations badines, libres, plaisantes : une coproduction. L’évocation des « audiences » accordées par le roi à la Muse dans l’« Avis du libraire au lecteur » de La Muse dauphine n’est, elle, que discrètement suggestive ; on peut noter au passage que cet « Avis » de 1667 qualifie cette gazette en vers de « nouveau Mercure » :

  • 24 Subligny 1667, « Le libraire au lecteur », n.p.

La Muse dauphine est si connue sous le nom de Muse de la cour, qu’il est inutile de vous entretenir […] des raisons qui l’ont obligée de changer de nom ; puisque chacun sait que tel a été le plaisir du roi, et qu’il la considère assez pour lui donner une audience favorable toutes les semaines. Mais comme j’ai remarqué que Paris n’avait pas moins d’estime pour elle que le Louvre ; j’ai pris soin pour satisfaire à la curiosité des uns et des autres, d’en faire un petit recueil, qui pourra être augmenté tous les jeudis de deux feuilles, que je vendrai ensemble et séparément, tant pour la commodité de ceux qui veulent porter ces ouvrages, que pour les envoyer avec plus de facilité dans les pays étrangers. Chaque année fournira un volume ; et je ne doute pas que ce nouveau Mercure ne soit bien reçu, puisqu’il n’est pas moins profitable que divertissant. Aussi celui qui en est l’auteur, a un talent tout particulier pour cette sorte de poésie ; et on peut dire que ses louanges sont dans la bouche de tous ceux qui lisent ses ouvrages. Au reste, ceux qui voudront lui envoyer des mémoires qui méritent qu’on en fasse part au public toutes les semaines, s’adresseront s’il leur plaît à moi, je leur dirai où on le pourra trouver24.

  • 25 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 199 : « On a cru faire plaisir au Lecteur d’ajo (...)
  • 26 Sur la chasse aux exemplaires de l’Histoire amoureuse des Gaules et de l’Histoire galante de Monsie (...)
  • 27 Mémoires du maréchal de Gramont… 1716 ; Mémoires du comte de Guiche… 1716.

18Dans la préface de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, l’écriture journaliste de la cour vient se fondre dans le divertissement princier. Elle se fait avec son objet, et s’interrompt dès qu’on change d’idée, dès que Madame ne prend plus plaisir à raconter ces choses et à les voir transformer en écriture. Il n’est d’ailleurs question que d’inscrire, pas d’imprimer ; pas de faire circuler, pas de publier. Lorsque Madame est morte (1670), dit la préface pour terminer, tout plaisir a disparu : l’écriture n’avait plus lieu d’être. Reste ce qui a été écrit, devenu trace précieuse, lors de sa publication, d’un moment de l’histoire de la cour, d’un état d’esprit presque. Reste aussi, en supplément, un récit de la mort d’Henriette d’Angleterre, « dont je fus le témoin » : un récit qui ne peut pas relever du dispositif de coproduction dont l’Histoire est présentée comme le résultat, mais qui en tire tout son sens. Dans le livre publié en 1720, l’histoire de Madame est suivie d’un ensemble de lettres de l’ambassadeur d’Angleterre à Paris à son roi et à un ministre de celui-ci, avec les réponses de ce ministre et une de ses lettres à un autre ambassadeur, toutes consacrées à la mort de la princesse. Appelées « pièces » dans un court chapeau d’éditeur25, ces lettres, qui évoquent les rumeurs d’empoisonnement, la position difficile de Louis XIV face à l’Angleterre, les soupçons sur le rôle de Philippe d’Orléans dans la disparition brutale de sa femme, donnent à voir à quel environnement scripturaire – politique – s’opposait l’information adéquatement écrite. Ce coup d’œil est sélectif : rien n’est en revanche montré des écrits diversement obscènes consacrés aux aventures du comte de Guiche avec Madame et d’autres dames de la cour qui se vendaient en Europe et en France à la fin des années 1660, qui occasionnèrent d’importantes opérations policières, et auxquels l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre propose une réponse dont on ne sait pas si elle a circulé avant la publication imprimée de 172026. Peu avant cette parution en tout cas, celle des Mémoires du maréchal de Gramont sous un double titre, Mémoires du maréchal de Gramont et Mémoires du comte de Guiche, le nom de son fils27, avait redonné de l’actualité, sur la scène de l’imprimé, à ce moment de l’histoire de la cour dont l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre donne à lire une mise en écriture adéquate.

  • 28 Notons ici le début de l’Histoire galante : « La prise de Vardes, l’éloignement du comte de Guiche (...)
  • 29 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 79.

19C’est sans doute parce qu’elle répond à des pamphlets politiques en forme d’histoires galantes qui ne sont qu’indirectement évoqués – lorsqu’il est question des « affaires » qui sont « presque rendues publiques28 » – mais dont Mme de La Fayette et son entourage, auquel appartenait Bussy-Rabutin dont l’Histoire amoureuse des Gaules, imprimée en 1665, était lue et copiée dès 1663-1664, avaient assurément connaissance, que cette Histoire de Madame Henriette d’Angleterre est de la littérature. Elle se définit comme « une jolie histoire » sur une « passion » : une histoire amoureuse de la cour dans l’après-Fronde, mais différente de l’Histoire amoureuse. On voit par contraste avec l’écrit de Bussy-Rabutin le travail du récit des fautes, des malheurs, des écarts de l’amour à la cour pour en faire « une jolie histoire » : un travail du même matériau que celui de l’Histoire amoureuse des Gaules selon une autre « clé » pour ainsi dire – une autre clé galante. Ces fautes amoureuses sont inscrites dans une intelligibilité morale, d’une manière explicitement démonstrative de la force d’un talent stylistique. C’est le sens du badinage autour des « endroits » où il était « assez difficile […] de tourner la vérité d’une manière qui la fît connaître et qui ne fût pas néanmoins offensante ni désagréable à la princesse ». On trouve même, cela est connu, une allusion dans l’Histoire d’Henriette d’Angleterre à un écrit précédent qui porte lui aussi dans l’histoire littéraire le nom de Mme de La Fayette, La Princesse de Montpensier (1662). Le « personnage de Chabannes », un des héros de cette autre histoire amoureuse située, elle, dans le passé, est en effet permis par Madame au soupirant concurrent du comte de Guiche, Vardes29. Le clin d’œil suggère une réception réussie de La Princesse de Montpensier à la cour, une présence devenue comme naturelle d’une nouvelle historique venue du même lieu d’écriture que l’histoire d’Henriette d’Angleterre. Il produit quelque chose comme un faisceau d’écrits qui vont ensemble, qui traitent de manières différentes mais proches de la même matière, parmi lesquels un roman.

20Tout cela, dans un livre publié au xviiie siècle sous le nom de l’auteur de La Princesse de Clèves, est effectivement devenu, à l’évidence, de la littérature. Ce qui a été fait par, avec, autour de Mme de La Fayette a pris. Et on peut penser que même si l’Histoire de Madame d’Henriette d’Angleterre n’a pas eu la fortune de La Princesse de Clèves, néanmoins cette réussite a contribué à entourer La Princesse de Clèves de l’aura de la vérité, à faire d’un roman historique situé au xvie siècle une œuvre qui contiendrait un rapport vrai à l’expérience vécue à la cour dans la seconde moitié du xviie siècle.

  • 30 Ibid., p. 7-8.

21Dans la galerie de portraits qui constitue le cœur de la première partie de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, afin de « faire mieux comprendre l’état de la cour après la mort du cardinal Mazarin et la suite des choses dont nous avons à parler », à un moment où « beaucoup de gens espéraient quelque part aux affaires ; et beaucoup de dames, par des raisons à peu près semblables, espéraient beaucoup de part aux bonnes grâces du roi », parce qu’« il ne pouvait tomber dans leur imagination qu’un homme [le jeune Louis XIV] pût être si dissemblable de lui-même, et, qu’ayant toujours laissé l’autorité de roi entre les mains de son premier ministre, il voulût reprendre à la fois et l’autorité du roi et les fonctions de premier ministre30 », le portrait de Louis XIV vient après ceux d’Anne d’Autriche, de Marie-Thérèse, de Monsieur, son frère, et de Mme de Thianges. Cet ordre est significatif, car il s’agit d’un portrait par prétérition, pour ainsi dire :

  • 31 Ibid., p. 14-15.

Il semble qu’en voulant décrire la maison royale je devais commencer par celui qui en est le chef ; mais on ne saurait le dépeindre que par ses actions ; et celles que nous avons vues jusqu’au temps dont nous venons de parler étaient si éloignées de celles que nous avons vues depuis, qu’elles ne pourraient guère servir à le faire connaître. On en pourra juger par ce que nous avons à dire ; on le trouvera sans doute un des plus grands rois qui aient jamais été, un des plus honnêtes hommes de son royaume, et l’on pourrait dire le plus parfait, s’il n’était point si avare de l’esprit que le Ciel lui a donné, et qu’il voulût le laisser paraître tout entier, sans le renfermer si fort dans la majesté de son rang31.

22« On ne saurait le dépendre que par ses actions » : c’est précisément là ce qu’écrit Racine au moment où il est engagé dans l’historiographie du règne de Louis XIV, ce qu’écrit avant lui Pellisson dans la célèbre lettre à Colbert de 1670 qui contient un projet d’histoire du roi. Citons le premier, dans sa réponse de 1685 aux discours de réception de Thomas Corneille et de Bergeret à l’Académie française :

  • 32 Racine 1966, p. 350.

Dans l’histoire du roi, tout vit, tout marche, tout est en action ; il ne faut que le suivre, si l’on peut, et le bien étudier lui seul. C’est un enchaînement continuel de faits merveilleux que lui-même commence, que lui-même achève, aussi clairs, aussi intelligibles quand ils sont exécutés, qu’impénétrables avant l’exécution : en un mot, le miracle suit de près un autre miracle32.

23L’historiographie du roi ne saurait être faite que d’actions, des actions qui l’ont fait connaître et n’ont cessé de le faire connaître par la suite, alors qu’en tant que roi il était caché, invisible, dissimulé par lui-même, en quelque sorte, avant le grand changement qui est une des choses que raconte l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, le changement que l’histoire appelle « la prise de pouvoir de Louis XIV ». Ce scénario fait partie de la célébration historiographique de Louis XIV, mais il est aussi présent, très tôt, dès 1661, dans le moment même de ce changement, dans des objets que les historiens traitent comme des sources, et non comme des écritures de propagande, de célébration : par exemple, je reprends ici l’analyse de Nicolas Schapira, ce qu’on appelle les « mémoriaux du Conseil », tenus par Brienne le jeune, Louis-Henri de Loménie de Brienne, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères. Il s’agit d’un relevé (tenu sur ordre) des décisions prises lors de chaque réunion du Conseil du roi, avec des notations postérieures sur l’exécution de ces décisions : un relevé qui montre que le roi est bien au travail, qu’il décide et contrôle ce qui advient après qu’il a décidé. Brienne rédigeait aussi un aide-mémoire pour lui-même : il y enregistre la prise de pouvoir comme un événement immédiatement perçu comme tel, déjà dans l’histoire en quelque sorte. Il écrivait également des lettres, par exemple de Fontainebleau, en 1659, une lettre à son père qu’on va dire privée. Il y évoque sa propre mélancolie, puis continue :

  • 33 Voir Schapira 2011.

Si l’on osait parler de celle du roi l’on dirait que ces lieux écartés du monde et du bruit flattent beaucoup sa rêverie et qu’ils entretiennent plutôt la peine qu’il a de l’absence de ce qu’il aime qu’ils ne la guérissent. Il donne une application entière aux affaires et je m’assure que si vous étiez ici vous croiriez le règne d’Henri IV revenu33.

  • 34 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre 1720, p. 37.

24À côté du jeune Brienne, tout près de lui, il y avait des gens comme Mme de La Fayette et ceux qui écrivaient autour d’elle. Ils ont repris cette historiographie en train de se faire dans de multiples écrits, des écrits qui n’ont pas été publiés à ce moment-là, et qui pour cela montrent d’autant plus fortement ce que c’est que travailler à l’écriture adéquate de l’événement. On ne sait pas de quand date l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre ; on ne sait pas si elle n’a pas été retravaillée alors que, par exemple, Pellisson ou Racine œuvrait à l’histoire du roi. Au début de sa deuxième partie, on voit en tout cas ce roi « s’appliquer à prendre une connaissance exacte des affaires » et organiser le mariage de Marie Mancini avec le connétable Colonne34.

25Avec Mme de La Fayette, l’auteur de La Princesse de Clèves, l’histoire du journalisme croise l’histoire du fait littéraire. En regardant autour d’elle, on voit des gens qui sont des lecteurs avertis (Bussy-Rabutin, Brienne le jeune) mobiliser l’écriture des passions amoureuses à la cour pour agir. On voit aussi que la littérature – l’institution littéraire – a archivé certaines de ces actions.

*

  • 35 Correspondance Condé, 1651, archives de Chantilly, P. XVII, fo 551, 30 septembre 1657.
  • 36 Voir Retz 1998, p. 396 : « Je mis Marigny en œuvre, entre dix et onze, et il fit ce fameux couplet, (...)
  • 37 Marigny 1674.

26Carpentier de Marigny est le poète frondeur par excellence. On le voit dans les lettres envoyées au prince de Condé, son patron, dans les années 1650, alors qu’il lui sert d’espion partout en Europe. Dans l’une d’elles, écrites de Francfort en 1657, il se présente ainsi : « Marigny qu’on considère toujours comme le père des trioles, ballades, et satires, que l’homme sage doit éviter puisque toute sa vertu n’efface pas les marques et les impressions qu’elles laissent35. » Des années après la Fronde, Marigny est toujours l’homme des triolets – de ces triolets en effet célèbres dont Retz met en scène dans ses Mémoires, à plusieurs reprises, la composition par celui qui était à son service avant de passer à celui de Condé36. Il peut l’affirmer avec vraisemblance en tout cas. Dans les mêmes années 1650, pas mal de ses poèmes et le nom qui va avec, et ce que ce nom signifie donc toujours, sont publiés dans les recueils collectifs de poésie dits de Sercy. Et plusieurs années plus tard (1674), sous le privilège des recueils de Sercy, c’est-à-dire sous le privilège des deux séries à succès de recueils imprimées dans les années 1650 par le libraire Charles de Sercy, les recueils de poésie et les recueils de prose, dans la même série donc, comme si c’était la même ressource éditoriale, ses « œuvres » sont publiées37. Ces « œuvres » reprennent certains de ses poèmes, certaines des lettres mêlées de prose et de vers qu’il avait publiées en 1655 à La Haye, mais pas toutes – pas la lettre à Gaston d’Orléans qui ouvre ce premier recueil –, et la Relation des fêtes de Versailles (1664). Cette Relation des divertissements que le roi a donnés aux reines dans le parc de Versailles, écrite à un gentilhomme qui est présentement hors de France, commence et finit par deux passages qui constituent la démonstration, là encore, d’un travail, ou plus exactement d’une excellence dans un type de travail : le « père des trioles » est encore, est désormais le meilleur pour écrire ce qui doit être écrit. La cour est le matériau de cette démonstration.

27Voici le début. À son retour de Versailles, « Je » dit avoir trouvé une lettre de son correspondant qui lui demande des nouvelles pour le divertir agréablement pendant un voyage. Il y répond ainsi :

Il est certain, Monsieur, que les plus belles et les plus importantes que l’on pourrait vous écrire, se font au lieu d’où je viens ; mais comme à force de ne rien faire, l’on devient paresseux, dispensez-moi, de grâce, d’un emploi qui n’est pas propre à un fainéant, comme je suis, et contentez-vous, que je vous adresse à des gens que vous connaissez, qui s’en acquitteront le mieux du monde, pour peu qu’ils aient envie de vous complaire. N’est-il pas vrai, que si Monsieur Colbert voulait, il pourrait vous faire part de ses salutaires avis qu’il donne au roi, pour réformer les abus, qui s’étaient glissés dans l’administration des Finances, et des sages résolutions que prend Sa Majesté, pour y rétablir un ordre aussi nécessaire pour le bien de ses affaires, qu’il est avantageux pour le soulagement de ses sujets ? Si Monsieur Le Tellier se voulait donner la peine de vous écrire le détail des affaires qui lui passent par les mains, ne seriez-vous pas beaucoup mieux instruit du secret de tous les mouvements que font les troupes du royaume, que ceux mêmes qui les commandent ? Et s’il plaisait à Monsieur de Lyonne de vous donner quelque connaissance des affaires étrangères, n’en apprendriez-vous pas beaucoup plus par un seul ordinaire, que n’en ont appris pour leur argent les ministres des princes étrangers qui achetaient les faux extraits de ce misérable copiste, qui expliqua, il y a quelque temps, ses dernières volontés en Grève ?

Hé bien, Monsieur, vous voyez ce me semble, que je vous donne d’assez bons expédients pour vous instruire des plus fines nouvelles de la cour. Car ne croyez pas que depuis que vous êtes parti, il y ait eu quelque changement au ministère, et que le roi ait ajouté quelque nouvelle roue à la machine de l’État, afin de la faire mouvoir plus aisément. Il a cru jusqu’ici que le nombre de trois était le nombre de perfection, et se servant de ces trois ministres, comme Dieu se sert des causes secondes, il les honore seuls autant qu’il lui plaît du secret de ses affaires. Ils ont seuls la connaissance qu’il veut leur donner de ce qui se passe dans le cabinet ; le reste de la cour, pour ne point demeurer dans l’oisiveté, a la liberté de méditer sur ce qui se passe au-dehors.

  • 38 Relation des divertissements que le roi a donnés aux reines dans le parc de Versailles, écrite à un (...)

Vous voilà maintenant aussi bien informé que vous le pouvez être par un homme comme moi, et je pense que je pourrais honnêtement fermer mon paquet, en y ajoutant les imprimés que je vous envoie des divertissements que le roi a donnés aux reines, pendant quelques jours ; si je n’appréhendais pas quelque reproche de ne vous avoir pas dit mon sentiment sur une fête aussi galante que magnifique, puisque j’ai été assez heureux d’être du nombre des spectateurs38.

  • 39 Ibid., p. 78.

28Voici maintenant la fin de ce texte signé « de Marigny, de Paris, 14 mai 1664 ». Elle est centrée sur le roi qui est toujours l’âme de tout, dans les divertissements comme dans les affaires, qu’il n’oublie pas dans le divertissement. Ce « grand et maître ressort qui fait mouvoir la machine » est impénétrable quand il le veut à ceux qui l’approchent ; il est impossible de s’acquitter mieux que lui des « devoirs d’un roi, politique, jeune, puissant et fortuné39 » :

En vérité l’on peut bien dire qu’heureux est celui qui trouvera quelque occasion de servir un monarque si parfait ; plus heureux qui le sert, et plus heureux encore qui l’a toujours servi. Je vous connais, Monsieur, et je suis assuré que ce n’est pas la curiosité de voir des marmousets de l’Antiquité ; et quelques vieux hiéroglyphes gravés sur des pyramides à demi rompues, qui vous a fait entreprendre le voyage où vous êtes embarqué, mais le désir d’observer attentivement les cours étrangères. Voyez-en tant qu’il vous plaira, examinez avec soin la prudence et la conduite des autres princes, je suis très assuré qu’à votre retour vous serez de mon avis, et que vous direz avec moi

  • 40 Ibid., p. 78-80.

Que l’on propose sur la Terre
Un prix à disputer entre les potentats
Qui savent mieux gouverner des États
Et dans la paix, et dans la guerre.
Que par des charmes inouïs
Une troupe de rois s’assemble,
Je gage pour le seul LOUIS
Contre tous les autres ensemble40.

*

29La cour des années 1660 est un lieu d’écriture : un lieu d’où l’on écrit, un lieu dont on écrit. Un lieu pour produire des écrits d’actualité politiquement adéquats, dont certains sont devenus des archives, d’autres ont été fabriqués pour être publiés, certains conservés puis publiés. Le dispositif qu’ils forment fonctionne à la différenciation entre écrits d’action et écrits d’information ou de littérature. Il repose sur le fait que déclarer qu’on publie des documents d’action, ou qu’on pourrait le faire, c’est paraître se tenir hors de l’action ; c’est opposer archives et publications, alors même que c’est la publication qui archive.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Histoire de Madame Henriette d’Angleterre, première femme de Philippe de France, duc d’Orléans, 1720, par dame Marie de La Vergne, comtesse de La Fayette, Amsterdam, M.-C. Le Cène.

Histoire galante de Monsieur le comte de Guiche et Madame, 1667, Paris.

Marigny Jacques Carpentier de, 1674, Les œuvres en vers et en prose de Monsieur de Marigny, Paris, Charles de Sercy.

Mémoires du comte de Guiche, contenant plusieurs particularités arrivées sous le règne de Louis le Grand, 1716, La Haye, Adrian Moetjens.

Mémoires du maréchal de Gramont, duc et pair de France, […] donnés au public par le duc de Gramont, son fils, 1716, Paris, M. David.

Le Mercure galant, contenant plusieurs histoires véritables, et tout ce qui s’est passé depuis le premier janvier 1672 jusques au départ du roi, vol. 1 : 1672-1674, 1982, Genève, Slatkine Reprints.

Recueil des gazettes de l’année 1631, dédié au roi, avec une préface servant à l’intelligence des choses qui y sont contenues et une table alphabétique des matières, 1632, Paris, Bureau d’adresse.

Retz Jean-François-Paul de Gondi, cardinal de, 1998, Mémoires, éd. par Simone Bertière, Paris, Garnier.

Subligny Adrien Perdou de, 1667, La Muse dauphine adressée à Monseigneur le Dauphin, par le sieur de Subligny, Paris, Claude Barbin.

Vingt-deuxième tome du « Mercure français », ou Suite de l’histoire de notre temps, sous le règne du très chrétien et très auguste roi de France et de Navarre Louis XIII en l’année 1638, 1646, Paris, Olivier de Varennes.

Études

Brétéché Marion, 2015, Les compagnons de Mercure : journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Brétéché Marion et Ribard Dinah, 2016, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-septième siècle, no 270, p. 9-22.

Cerdeira Virginie, 2017, « Le Mercure françois » : écrire et publier l’histoire du temps présent (1611-1648), thèse sous la direction de Guy Le Thiec et Isabelle Luciani, université Aix-Marseille.

Dubois François-Ronan, 2012, « La construction d’une posture féministe a posteriori : le cas Madame de Lafayette », Postures, dossier « En territoire féministe : regards et relectures », no 15, <http://revuepostures.com/fr/articles/dubois-15> (consulté le 20/04/2018).

Dubois François-Ronan, 2016, « L’attribution de La Princesse de Clèves », Contagions, <https://contagions.hypotheses.org/881>.

Duranton Henri et Rétat Pierre (dir.), 1999, Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, actes du colloque (Lyon, 5-7 juin 1997), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

Duranton Henri, Labrosse Claude et Rétat Pierre (dir.), 1992, Les gazettes européennes de langue française (xviie-xviiie siècle), table ronde internationale (Saint-Étienne, 21-23 mai 1992), Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

Feyel Gilles, 2000, L’annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation.

Feyel Gilles, 2003, « Aux origines de l’éthique des journalistes : Théophraste Renaudot et ses premiers discours éditoriaux (1631-1633) », Le Temps des médias, no 1, p. 175-189.

Fogel Michèle, 1989, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au milieu du xviiie siècle, Paris, Fayard.

GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire), 2002, De la publication : entre Renaissance et Lumières, études réunies par Christian Jouhaud et Alain Viala, Paris, Fayard.

GRIHL, 2016, Écriture et action, xviie-xixe siècle : une enquête collective, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Haffemayer Stéphane, 2002, L’information dans la France du xviie siècle : « La Gazette » de Renaudot, de 1647 à 1663, Paris, Champion.

Jouhaud Christian, 2000, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard.

Jouhaud Christian, 2009, Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, nouv. éd.

Martin Henri-Jean, 1999, Livre, pouvoirs et société à Paris au xviie siècle (1598-1701), rééd. Genève, Droz, 2 vol.

Mouligneau Geneviève, 1969, compte rendu sur Mme de La Fayette, Vie de la princesse d’Angleterre, texte établi d’après un manuscrit contemporain inédit, avec une introduction et des notes par Marie-Thérèse Hipp (Genève, Droz / Paris, Minard, 1967), Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 47, no 1, p. 118-125.

Mouligneau Geneviève, 1980, Madame de La Fayette, romancière ?, Bruxelles, Éd. de l’université de Bruxelles.

Moureau François, s.d., « Du Mercure galant au Mercure de France : structure et évolution éditoriales (1672-1724) », <https://www.academia.edu/18998583/_Du_Mercure_galant_au_Mercure_de_France_structure_et_%C3%A9volution_%C3%A9ditoriales_1672-1724_>.

Pütz Fernand, 1993, « Jean Loret et les gazettes en vers burlesques », Littératures classiques, no 18, p. 185-196.

Racine Jean, 1966, Œuvres complètes, t. II : Prose, éd. par Raymond Picard, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Reynaud Denis et Thomas Chantal (dir.), 1999, La suite à l’ordinaire prochain : la représentation du monde dans les gazettes, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Robin Coralie, 2006, « L’Histoire amoureuse des Gaules de Bussy-Rabutin : cantique de la médisance ou machine de guerre ? », Littératures classiques, no 59, p. 265-282.

Rothschild James de (éd.), 1881-1899, Les continuateurs de Loret : lettres en vers de La Gravette de Mayolas, Robinet, Boursault, Perdou de Subligny, Laurent et autres (1665-1689), Paris, D. Morgand & C. Fatout.

Schapira Nicolas, 2011, « Les histoires d’un secrétaire d’État : Loménie de Brienne (1636-1698), un écrivain au Conseil secret », Histoire et civilisation du livre. Revue internationale, vol. 7, numéro d’hommage à Daniel Roche.

Schuwey Christophe, 2015, « Le Mercure galant : un recueil interactif », Cahiers du dix-septième : An Interdisciplinary Journal, vol. 16, no 1, p. 48-62, <http://www.academia.edu/15282233/Le_Mercure_galant_un_recueil_interactif>.

Schuwey Christophe, 2016, Jean Donneau de Visé, « fripier du Parnasse » : pratiques et stratégies d’un entrepreneur des lettres au xviie siècle, thèse sous la direction de Claude Bourqui et Georges Forestier, université Paris-Sorbonne.

Viala Alain, 2009, « “Si Peau d’Âne m’était conté…” ou les frontières de la galanterie », Littératures classiques, no 69, p. 79-88.

Vidoni Nicolas, 2009, « Les “officiers de police” à Paris (milieu xviie-xviiie siècle) : distribution territoriale et compétences », Rives méditerranéennes, p. 97-118, <http://journals.openedition.org/rives/3962>.

Haut de page

Notes

1 Le Dictionnaire des journalistes (1600-1789), paru en 1976, puis en 1999 sous la direction de Jean Sgard, est désormais disponible en ligne dans une version revue, corrigée et augmentée : <http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/>.

2 Rothschild (éd.) 1881-1899 ; Pütz 1993 ; Brétéché et Ribard 2016. Loret avait commencé à faire imprimer – en prétendant que cela se faisait contre son gré – sa gazette en vers pendant la Fronde, sous le titre de Gazette du temps, en vers burlesques. S’il n’a obtenu que très tardivement un privilège protégeant son travail de rédacteur d’une Muse hebdomadaire, les deux recueils parus en 1656 puis en 1658-1659 se voient en quelque sorte validés globalement par le privilège qui couvre les feuilles hebdomadaires que ces recueils donnent à lire, y compris celles qui sont datées de 1652-1653. À partir de 1658, La Gravette de Mayolas devient rédacteur de La Muse historique. La parution de La Muse héroïque de Robinet de Saint-Jean débute en 1654.

3 La citation provient de la préface d’un des suppléments de La Gazette parus en 1632, la Relation des nouvelles du monde reçues tout le mois de mars 1632, étudiée avec d’autres discours préfaciels de Renaudot par Gilles Feyel (Feyel 2003). Sur La Gazette et les gazettes, voir Duranton, Labrosse et Rétat (dir.) 1992 ; Duranton et Rétat (dir.) 1999 ; Reynaud et Thomas (dir.) 1999 ; Haffemayer 2002 ; plus généralement Feyel 2000. Pour une présentation rapide et limpide du sens politique de cette innovation, Jouhaud 2009, p. 24-26.

4 Subligny 1667, p. 280. Je cite ici d’après un volume fabriqué par le libraire Claude Barbin qui reprend les gazettes en vers publiées par Subligny en 1666 sous le titre en fait adopté en 1667, en remplacement d’un premier titre, La Muse de cour puis de la cour, utilisé en 1665-1666, lorsqu’elles étaient imprimées par un autre libraire, Alexandre Lesselin.

5 « Notre bonne ville de Paris étant la capitale de nos états, et le lieu de notre séjour ordinaire, qui doit servir d’exemple à toutes les autres villes de notre royaume : Nous avons estimé que rien n’étoit plus digne de nos soins, que d’y bien régler la justice et la police ; et Nous avons donné notre application à ces deux choses. Elle a été suivie de tant de succez, et plusieurs défauts de la police ont déjà été si heureusement corrigez, que chacun excité par les commoditez qu’il en reçoit, concourt et prête volontiers la main pour la perfection d’un si grand ouvrage : mais il est nécessaire que la réformation que Nous y apportons soit soutenue par des magistrats » (je cite d’après la transcription de l’édit du 15 mars 1667, reproduit notamment dans le Traité de la police de Delamare, par Vincent Denis : <https://criminocorpus.org/fr/reperes/legislation/textes-juridiques-lois-decre/textes-relatifs-a-lorganisati/edit-de-creation-de-loffice-d/>). Sur le travail du pouvoir sur la police avant et après mars 1667, voir Vidoni 2009.

6 Sur la publication des décisions royales, voir Fogel 1989 ; sur les processus de publication, GRIHL 2002.

7 Voir notamment la lettre à l’intendant de Poitiers, René de Marillac, du 15 décembre 1679 : « Peut-estre trouverez-vous que ce qui vous a esté dit sur ce sujet n’est pas véritable, parce qu’il y a plus de sept ou huit ans que j’ay expliqué aux principaux officiers de la Cour des aydes que l’intention du roi n’estoit pas que cette déclaration fust exécutée » (Lettres, instructions et mémoires de Colbert, publiées par Pierre Clément, 1863, t. II, 1re partie, pièce 73, p. 119).

8 Voir Viala 2009.

9 Voir Jouhaud 2000.

10 Recueil des gazettes de l’année 1631… 1632, préface, p. 6.

11 Ibid., épître dédicatoire, p. 4.

12 Sur ce point, voir GRIHL 2016, « Dans l’événement », p. 61-96.

13 Sur Le Mercure français, voir Cerdeira 2017 ; sur les mercures francophones de la seconde moitié du xviie siècle, Brétéché 2015.

14 Le tome 25 et dernier n’est en outre pas dû à Renaudot. Dans La Bibliothèque française, Sorel, qui ne nomme pas Renaudot, attribue à Claude Malingre les derniers volumes.

15 Vingt-deuxième tome du « Mercure français » 1646, avant-propos p. 1-6 pour l’ensemble des citations.

16 Christian Jouhaud cite une mazarinade anti-Renaudot, Le Commerce des nouvelles rétabli, ou le Courrier arrêté par la Gazette (1649), qui déclare notamment : « Ne sont-ce pas là de belles nouvelles à mettre dans l’Histoire ? N’y sommes-nous pas bien gras et satisfaits d’acheter des contes que nous savons devant qu’on ait songé à les imprimer ? » (Jouhaud 2009, p. 26). Sur les Courriers bordelais et de Guienne, deux gazettes qui s’affrontent en 1652 sur les événements de la Fronde bordelaise, voir les pages 198-201.

17 Le Mercure galant… 1982, « Le libraire au lecteur », p. 8-10. Il s’agit aussi, pour Donneau de Visé, de distinguer le nouveau journal de l’autre pièce nouvelle du système informationnel du règne de Louis XIV, le Journal des savants (1665), qui « ne parle que des livres de sciences qu’on imprime » (p. 9). Sur les débuts du Mercure galant, voir Moureau s.d. La périodicité mensuelle est acquise au bout de quelque temps.

18 Sur Le Mercure galant comme livre et entreprise de littérature, voir Schuwey 2015 et Schuwey 2016. Sur les feuilles d’un autre journaliste, François Colletet, et notamment son Mercure guerrier de 1674, Brétéché et Ribard 2016.

19 Voir le compte rendu de Geneviève Mouligneau sur l’édition de la Vie de la princesse d’Angleterre par Marie-Thérèse Hipp : Mouligneau 1969 ; plus largement, Mouligneau 1980 ; Dubois 2012 ; du même, un billet plus récent consacré à la même question (Dubois 2016).

20 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, préface non paginée. Sauf exception signalée, toutes les citations qui suivent proviennent de cette préface.

21 Mme de La Fayette était née en 1634.

22 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 1.

23 « Elle me conta la suite des choses qu’elle avait commencé à me dire, je me remis à les écrire, je lui montrais le matin ce que j’avais fait sur ce qu’elle m’avait dit le soir ; elle en était très contente, c’était un ouvrage assez difficile que de tourner la vérité en certains endroits d’une manière qui la fît connaître, et qui ne fût pas néanmoins offensante ni désagréable à la princesse. Elle badinait avec moi sur les endroits qui me donnaient le plus de peine, et elle prit tant de goût à ce que j’écrivais, que pendant un voyage de deux jours, que je fis à Paris, elle écrivit elle-même ce que j’ai marqué pour être de sa main, et que j’ai encore. »

24 Subligny 1667, « Le libraire au lecteur », n.p.

25 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 199 : « On a cru faire plaisir au Lecteur d’ajouter à cette Histoire les pièces suivantes. »

26 Sur la chasse aux exemplaires de l’Histoire amoureuse des Gaules et de l’Histoire galante de Monsieur le comte de Guiche et Madame et les arrestations de ceux qui faisaient commerce de ces pièces, voir Martin 1999, vol. 2, p. 665-666. Bussy-Rabutin, lui, est embastillé en 1665.

27 Mémoires du maréchal de Gramont… 1716 ; Mémoires du comte de Guiche… 1716.

28 Notons ici le début de l’Histoire galante : « La prise de Vardes, l’éloignement du comte de Guiche et de [sic] celui de la comtesse de Soissons, ne laissent pas à douter, que l’amour, l’aversion, la jalousie et la haine n’eussent produit d’étranges effets entre quelques personnes des plus élevées du royaume, on en parle [sic] diversement à la cour, et chacun raisonnait selon son caprice assurant les conjectures sur ce qui avait éclaté et faisant des histoires, des intrigues, des commerces, des récits et des aventures, qui n’étaient que des choses imaginaires, sur des fondements mal assurés, cependant assez de gens s’empressaient de persuader aux autres qu’ils savaient la vérité de tout cela, et pour paraître mieux instruit[s], ils forgeaient des particularités vraisemblables, et joignaient l’effronterie au mensonge, ils débitaient leurs visions d’une manière si audacieuse, qu’on ne pouvait presque [s’]empêcher de leur donner quelque foi ; mais quelle apparence y avait-il, que ces actions particulières fussent connues de tout le monde, tandis qu’on avait tant d’intérêt pour le cacher ? À de tels mystères il ne se pouvait avoir de solitude assez profonde, les intéressés n’avaient garde d’en révéler le secret, et si l’amour, qui avait tout commencé, n’eût tout dit, on n’aurait eu de cette histoire que de[s] lumières imparfaites » (Histoire galante de Monsieur le comte de Guiche et Madame 1667, p. 3-4). L’Histoire galante est étroitement liée à l’Histoire amoureuse des Gaules. Un épisode dont les personnages sont dans l’Histoire amoureuse des Gaules – le comte de Guiche (Trimalet) et Mme d’Olonne (Ardélise) – se retrouve dans l’Histoire galante, avec pour protagonistes le comte de Guiche et Madame ; voir Robin 2006.

29 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre… 1720, p. 79.

30 Ibid., p. 7-8.

31 Ibid., p. 14-15.

32 Racine 1966, p. 350.

33 Voir Schapira 2011.

34 Histoire de Madame Henriette d’Angleterre 1720, p. 37.

35 Correspondance Condé, 1651, archives de Chantilly, P. XVII, fo 551, 30 septembre 1657.

36 Voir Retz 1998, p. 396 : « Je mis Marigny en œuvre, entre dix et onze, et il fit ce fameux couplet, l’original de tous les triolets : Monsieur d’Elbeuf et ses enfants, que vous avez tant ouï chanter à Caumartin. » La première apparition de Marigny dans les Mémoires est tout aussi significative : « L’on peut dire avec fondement que les ennemis de ce ministre [Mazarin] avaient un avantage contre lui très rare, et que l’on n’a presque jamais contre les gens qui sont dans sa place. Leur pouvoir fait, pour l’ordinaire, qu’ils ne sont pas susceptibles de la teinture du ridicule ; elle prenait sur le cardinal, parce qu’il disait des sottises […]. Je lui attachai Marigny, qui revenait tout à propos de Suède, et qui s’était comme donné à moi. Le cardinal avait demandé à Bouqueval […] si il ne croirait pas être obligé d’obéir au roi, en cas que le roi lui commandât de ne point porter de glands à son collet […] Marigny paraphrasa ce mot, en prose et en vers […] et l’effet que fit cette paraphrase est inconcevable » (p. 380-381).

37 Marigny 1674.

38 Relation des divertissements que le roi a donnés aux reines dans le parc de Versailles, écrite à un gentilhomme qui est présentement hors de France, dans Marigny 1674, p. 35-40 (pagination séparée). Lettres, instructions et mémoires de Colbert, 1863, t. II, 1re partie : « Finances, impôts, monnaies », Paris, Imprimerie impériale.

39 Ibid., p. 78.

40 Ibid., p. 78-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dinah Ribard, « Des journalistes à la cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 18 avril 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17391 ; DOI : 10.4000/crcv.17391

Haut de page

Auteur

Dinah Ribard

Directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), membre du Centre de recherches historiques (CRH) / Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (GRIHL).
Dinah Ribard is a director of studies at EHESS and a member of the Centre de recherches historiques (CRH) / Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (GRIHL). Publications : Écriture et action, xviie-xixe siècle : une enquête collective (Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016) ; 1969 : Michel Foucault et la question de l’auteur. « Qu’est-ce qu’un auteur ? » Texte, présentation et commentaire (Paris, Champion, 2019) ; « Événement, événementialité, traces », Recherches de science religieuse, no 1, 2014, p. 63-77 (avec Christian Jouhaud) ; « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-septième siècle, no 270, 2016, p. 9-22 (avec Marion Brétéché) ; « Guerre et chansons », Les Dossiers du GRIHL, « Agir au futur. Attitudes d’attente et actions expectatives », Albert Schirrmeister (dir.), http://dossiersgrihl.revues.org/6588.
ribard@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals