Navigation – Plan du site
Foyers d'archivage : les mises en ordre locales et concurrentes de la mémoire de la cour

Raconter les fêtes de cour : publier, archiver, agir

Court Festival Descriptions: Publish, Archive, Act
Marine Roussillon

Résumés

Les récits des fêtes ont souvent été lus comme autant de traces d’événements disparus, d’archives d’une cour dominée par l’oralité et les divertissements éphémères. À partir du cas des Plaisirs de l’île enchantée, première fête organisée par Louis XIV à Versailles, il s’agit ici de déplacer l’intérêt vers une compréhension des opérations d’archivage qu’ils mettent en œuvre : comment ils se constituent en archives de la cour et comment ce statut est utilisé dans des actions. L’article étudie plus précisément deux des opérations d’archivage qui ont constitué la relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée : l’évocation dans le récit des pratiques d’écriture du duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la Chambre du roi, et l’insertion problématique des écrits de Molière produits pour les fêtes, La Princesse d’Élide et Le Tartuffe. Il montre qu’en décrivant la cour comme un lieu dominé par les plaisirs éphémères, les récits construisent leur propre valeur d’archive et se constituent en lieu de pouvoir. S’y inscrire, comme le font Saint-Aignan et Molière, est un moyen de publier une relation personnelle avec le roi et un rôle à la cour, de conserver une faveur éphémère et de pérenniser, voire d’institutionnaliser, des positions précaires. Loin de fournir un récit transparent de l’événement, ou même un éloge hyperbolique qu’il suffirait de corriger, le livre de fêtes apparaît comme le produit composite d’actions multiples, qu’il faut situer pour en saisir les enjeux.

Haut de page

Texte intégral

1Le 1er décembre 1664, Mme de Sévigné écrit à M. de Pomponne :

  • 1 Sévigné 1972-1978, vol. 1, p. 67.

Il faut que je vous conte une petite historiette, qui est très-vraie, et qui vous divertira. Le roi se mêle depuis peu de faire des vers ; MM. de Saint-Aignan et Angeau [Dangeau] lui apprennent comme il s’y faut prendre. Il fit l’autre jour un petit madrigal, que lui-même ne trouva pas trop joli. Un matin il dit au maréchal de Gramont : « Monsieur le maréchal, je vous prie, lisez ce petit madrigal, et voyez si vous en avez jamais vu un si impertinent. Parce qu’on sait que depuis peu j’aime les vers, on m’en apporte de toutes les façons. » Le maréchal, après avoir lu, dit au roi : « Sire, Votre Majesté juge divinement bien de toutes choses : il est vrai que voilà le plus sot et le plus ridicule madrigal que j’aie jamais lu. » Le roi se mit à rire, et lui dit : « N’est-il pas vrai que celui qui l’a fait est bien fat ? — Sire, il n’y a pas moyen de lui donner un autre nom. — Oh bien ! dit le roi, je suis ravi que vous m’en ayez parlé si bonnement ; c’est moi qui l’ai fait. — Ah ! Sire, quelle trahison ! Que Votre Majesté me le rende ; je l’ai lu brusquement. — Non, Monsieur le maréchal : les premiers sentiments sont toujours les plus naturels. » Le roi a fort ri de cette folie, et tout le monde trouve que voilà la plus cruelle petite chose que l’on puisse faire à un vieux courtisan. Pour moi, qui aime toujours à faire des réflexions, je voudrois que le roi en fît là-dessus, et qu’il jugeât par là combien il est loin de connoître jamais la vérité1.

  • 2 Voir Génetiot 1997.
  • 3 Voir Fumaroli 1992, repris dans Fumaroli 1994, p. 113-210. Voir aussi Hellegouarc’h (éd.) 1997 et C (...)

2La lettre offre à son lecteur une anecdote de la cour au début du règne de Louis XIV. On y voit un jeune roi souriant, qui cherche à s’amuser en faisant des vers et en se moquant des vieux courtisans. Une activité d’écriture est mentionnée – le roi apprend à écrire des vers et produit un madrigal – mais aucun écrit n’est reproduit. À la place du poème, la lettre donne à lire une conversation entre Louis XIV et le maréchal de Gramont, dans laquelle le lecteur peut admirer à la fois la flatterie du courtisan et l’esprit du roi. La lettre construit ainsi le spectacle d’une cour dominée par l’oralité. L’écrit y est désigné comme un divertissement éphémère, simple support de la conversation : le madrigal n’est pas reproduit, ni transmis ni conservé, sa lecture est rapide (« je l’ai lu brusquement ») et ne saurait être renouvelée. Cette image d’une « jeune cour » dominée par les divertissements et l’oralité a nourri l’historiographie et influencé durablement la perception des écrits produits à la cour : petits vers, récits de fêtes, lettres… sont le plus souvent étudiés comme les traces ou les restes de pratiques de « loisir mondain2 » essentiellement orales et éphémères, relevant d’une « esthétique de la conversation3 », et visant un plaisir gratuit ; comme des textes de circonstance qui, justement parce qu’ils sont étroitement attachés au lieu qui les a produits – la cour –, n’auraient pas vocation à en sortir, à circuler et à durer.

3Pourtant, la lettre de Sévigné désigne bien l’écriture du roi comme l’une des formes de son pouvoir. Dans l’anecdote, Louis XIV retourne ses mauvais vers en action de domination. La réflexion finale de Sévigné dénonce cet acte de domination, d’une part en le désignant comme cruel, et d’autre part en affirmant l’ignorance du roi, « loin de connoître jamais la vérité ». Mais cette dénonciation ne parvient pas à désamorcer la force de l’acte de pouvoir. Malgré elle, Sévigné reproduit un discours de l’autorité du jeune Louis XIV qui s’exerce dans des interactions orales mais se fonde sur des écrits, ou plutôt sur l’événement d’une écriture. Car si le madrigal n’est pas reproduit, l’activité d’écriture, elle, est archivée comme un événement digne de mémoire, et fonde une relation privilégiée avec certains courtisans – Saint-Aignan et Dangeau – pour lesquels faveur et pratiques d’écriture sont étroitement liées. La circulation des petits vers ne relève pas simplement du loisir mondain : elle est l’une des modalités de l’action politique à la cour.

  • 4 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague faite par le roy, à Versailles… 1664.
  • 5 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664 et 1673.
  • 6 Recueil des gazettes… pendant l’année 1664, 1665, p. 455-456, 478-480 et 481-496.
  • 7 Marigny 1664.
  • 8 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Manuscrits français 7834 et 16635.

4Cette articulation problématique entre d’une part l’image d’une cour dominée par l’oralité et les divertissements éphémères et d’autre part la prolifération d’écrits est particulièrement visible dans les récits des fêtes qui marquent le début du règne de Louis XIV. La première fête organisée à Versailles par le jeune roi en 1664, Les Plaisirs de l’île enchantée, construit la figure d’un roi danseur, amoureux et aimable, offrant à sa cour des plaisirs variés et éphémères. Ces plaisirs sont publiés dans une série d’écrits produits avant et après les fêtes par des acteurs divers. Ballard, l’imprimeur officiel du roi pour la musique, publie un livret destiné à être distribué aux spectateurs4, puis une relation officielle de la fête, rééditée une dizaine d’années plus tard par l’Imprimerie royale5. La Gazette en rend compte dans ses numéros ordinaires des 10 et 17 mai 1664 et lui consacre un numéro extraordinaire intitulé « Les particularités des divertissements pris à Versailles par Leurs Majestés » le 21 mai6. Mais elle fait aussi l’objet d’un compte rendu rédigé sous forme de lettre par un écrivain connu pour ses pamphlets contre Mazarin, Marigny7, ainsi que d’une série de manuscrits ornés offerts aux participants par un courtisan dont on ne connaît pas d’autre écrit, et qui signe « de Bizincourt8 ».

  • 9 Voir Sorkine 1993, p. 120-121.
  • 10 Voir Bolduc 2016.
  • 11 Voir notamment Jouhaud 2000 ; GRIHL 2016 ; Tsimbidy 2005 et Blanquie 2014.

5En l’absence d’un fonds d’archives ordonné permettant de rendre compte de l’organisation de l’événement9, ces publications imprimées ont été lues et utilisées par les historiens comme autant d’archives de la fête, portant trace de l’événement disparu. Récemment, les apports de l’histoire du livre ont mis en lumière la relative autonomie de ces ouvrages par rapport à l’événement dont ils rendent compte : ils ont ainsi pu être étudiés non plus comme les témoignages d’un événement disparu mais comme autant d’événements à part entière, de « fêtes de papier10 ». Dans cette perspective, et dans la continuité des travaux qui ont étudié l’écriture comme un mode d’action politique11, il s’agit ici de déplacer l’intérêt d’une étude des récits de fêtes comme archives des spectacles vers une compréhension des opérations de publication qu’ils mettent en œuvre et de leurs enjeux propres ; de prêter attention à la manière dont ces publications se construisent comme autant de traces de l’événement, voire comme autant de preuves susceptibles d’être mobilisées par les acteurs pour revendiquer leur appartenance à l’élite de la cour ou leur relation privilégiée avec le roi ; d’étudier donc ce qui se joue dans la constitution quasi immédiate de ces récits en archives de la cour.

6À partir du cas des Plaisirs de l’île enchantée, nous verrons comment, dans les récits de fêtes, la publication de la cour mobilise et met en jeu des représentations de l’écrit comme trace, visant à perpétuer la mémoire de l’événement ; avant d’étudier la manière dont ces publications se rendent aussi disponibles comme preuves – d’une présence, d’une appartenance à l’élite, d’une relation privilégiée avec le pouvoir – aussi bien pour un courtisan comme le duc de Saint-Aignan que pour un homme de théâtre comme Molière. À la fois trace et preuve, le récit de fête se constitue ainsi en archive de la cour. Dans cette opération, il apparaît comme un lieu de pouvoir et la capacité à s’y inscrire comme un enjeu de conflits.

Le récit de fête, archive de la « jeune cour »

7Les récits des Plaisirs de l’île enchantée apparaissent d’abord comme des opérations de publication : il s’agit de faire partager à un public plus large les divertissements offerts par le roi à une élite. Mais ces publications affichent aussi l’ambition de garder trace de l’événement, et se constituent ainsi en archives.

8Le livret distribué aux spectateurs est utilisé par les récits suivants comme une source pour l’écriture. Dans les manuscrits de Bizincourt, la description des fêtes reproduit intégralement le texte du livret. De même, La Gazette reproduit pour l’essentiel les informations imprimées dans le livret. Le récit qui s’en écarte le plus est la relation de Marigny, qui se présente comme une lettre accompagnant l’envoi du livret. Son objet est alors de compléter le document imprimé, et non de le répéter :

  • 12 Marigny 1664, p. 12-13.

Je pense que je pourrais honnêtement fermer mon paquet, en y ajoutant les imprimés que je vous envoie des divertissements que le roi a donnés aux reines pendant quelques jours, si je n’appréhendois quelque reproche de ne vous avoir pas dit mon sentiment sur une fête aussi galante que magnifique, puisque j’ai été assez heureux pour être du nombre des spectateurs. […]
N’attendez pas, Monsieur, que je vous décrive en détail la magnificence de leurs habits et de toute leur suite : qu’il vous suffise d’apprendre par cette relation quelques particularités que vous ne trouverez point dans les imprimés, et que l’on n’y avoit point voulu mettre, à dessein de surprendre plus agréablement l’assemblée12.

9Le livret est ainsi constitué en source privilégiée d’informations sur l’événement, en même temps qu’en témoignage de la participation de l’auteur à la fête, et donc de son appartenance à l’élite de la cour : à la fois trace et preuve, le livret est ainsi désigné comme une archive que le narrateur transmet à son destinataire comme un objet de collection. La lettre de Marigny produit ainsi dans un même mouvement une archive de la fête (le livret) et son insuffisance, que vient combler la lettre.

  • 13 Recueil des gazettes… pendant l’année 1664, 1665, p. 481.

10Si ce sont les usages du livret qui le transforment en trace de l’événement passé, les récits produits après la fête, eux, se constituent eux-mêmes en archives et affirment explicitement leur ambition mémorielle. Le numéro extraordinaire de La Gazette s’inscrit dans la perspective d’une écriture historique : « [Les divertissements de Versailles] ont esté trop eclatans et trop magnifiques, pour n’estre pas un sujet d’admiration à un chacun, en leur donnant pour théatre, tous les lieux où l’histoire journalière en peut transporter le spectacle13. » Dans la relation officielle publiée par Ballard, l’opération de publication – mettre en circulation le « spectacle » au-delà de son public premier – se double d’une volonté de conservation :

  • 14 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 91.

toute la cour se trouvant si satisfaite de ce qu’elle avoit veu, que chacun creust qu’on ne pouvoit se passer de le mettre par escrit, pour en donner connoissance à ceux qui n’avoient pu voir des festes si diversifiées et si agreables ; […] ce qu’on a vu ne sçauroit jamais se perdre dans la memoire des spectateurs, quand on n’auroit pas pris le soin de conserver par cet ecrit le souvenir de toutes ces merveilles14.

  • 15 Ibid., p. 4, 7, 19, 83, 4, 20, 5, 10.

11L’écrit publie et garde trace. Ce projet archivistique influence l’esthétique même du récit. L’emphase y voisine avec une grande précision : le texte est parsemé de chiffres – dénombrement des acteurs, mesures des décors et des machines – et de listes de noms. En comptant les convives (« le roi traita plus de six cens personnes »), les musiciens (ici « huit trompettes », là « trente quatre concertants », ailleurs « trente violons ») ou les bougies (« plus de quatre mille », et « deux cents flambeaux de cire blanche, tenus par autant de personnes vêtues en masques »), en mesurant les décors (« quatre portiques de trente-cinq pieds d’élévation et de vingt-deux en carré d’ouverture ») et les machines (« un char de dix huit pieds de haut, de vingt-quatre de long, et de quinze de large »), le récit archive la magnificence royale comme le feraient des comptes15. En nommant les courtisans dans des listes, il publie la composition de la cour, la met en ordre et inscrit cet ordre dans la longue durée de l’imprimé. La différence entre livret et relation est de ce point de vue significative. Le livret, pensé d’abord comme un guide à l’usage des spectateurs, indiquait les noms des danseurs et des musiciens. La relation, qui vise la postérité, omet ces noms et ne donne plus que deux longues listes : celle des courtisans participant à la course de bague et celle des convives du festin. La fin du récit énumère les principaux acteurs de ces fêtes

  • 16 Ibid., p. 91.

où les soins infatigables de Monsieur de Colbert s’employerent dans tous ces divertissemens, malgré ses importantes affaires ; où le duc de S. Aignan joignit l’action à l’invention du dessein, où les beaux vers du president de Perigny à la louange des reines furent si justement pensez, si agreablement tournez, et recitez avec tant d’art ; où ceux que Monsieur de Bensserade fit pour les chevaliers eurent une approbation generalle ; où la vigilance exacte de Monsieur Bontemps, et l’application de Monsieur de Launay, ne laisserent manquer d’aucune des choses necessaires16.

12Ces choix d’écriture désignent la relation comme une trace de l’événement et une source pour l’écriture historique : elle se constitue ainsi comme une archive de la cour, qui en enregistre la composition, l’ordre et la magnificence.

  • 17 Voir Meli, Rabinovitch, Ribard, Roussillon, Schapira et Viala 2016, p. 212-218.
  • 18 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 3.
  • 19 Marigny 1664, p. 9.

13Le récit lie étroitement sa propre valeur au caractère à la fois éphémère et élitiste de l’événement. S’il y a besoin d’un écrit, c’est parce que peu de personnes ont pu assister aux fêtes : non seulement les divertissements sont éphémères, mais ils sont réservés à une minorité et se déroulent loin des regards du public. Le récit donne à son lecteur la possibilité de s’intégrer à l’élite de la cour en participant, à distance, à ses divertissements. Le traitement du lieu des fêtes – le domaine de Versailles – est caractéristique de cette tension entre affirmation d’une distance et effacement de cette distance, entre plaisirs éphémères et longue durée de l’archive17. Versailles est en effet d’emblée présenté comme un lieu difficilement accessible ou visible : une « maison de campagne… à quatre lieues de Paris18 ». Cette affirmation de distance sert de support à une revendication d’appartenance à une élite : Marigny affirme que son destinataire connaît déjà « toutes les beautés » de Versailles19 et se réclame ainsi d’une société réduite de privilégiés. En décrivant précisément le domaine, voire en en proposant une véritable visite, menant de la « maison » au « rond d’eau » en passant par une « grande allée », la relation des fêtes propose à son lecteur d’intégrer cette élite. L’écriture crée ainsi Versailles, dans un même mouvement, comme un lieu écarté et comme un objet offert à la vue par les textes. Les textes construisent de manière parallèle la valeur de Versailles – lieu des plaisirs d’une élite – et la valeur de leur propre action, qui permet au lecteur de participer à ces plaisirs et de s’intégrer à cette élite. On le voit, l’image d’une « jeune cour » dominée par les divertissements éphémères et l’oralité, largement utilisée par l’historiographie, n’entre pas en contradiction avec la prolifération des écrits : au contraire, cette image est construite par les écrits pour fonder leur propre valeur. La « jeune cour », celle des plaisirs éphémères, suscite et légitime l’écriture : c’est parce qu’elle est éphémère qu’elle a besoin d’être archivée et que les écrits qui en rendent compte prennent de la valeur.

  • 20 Sur le Cabinet du roi, voir Sauvy 1973, Goldstein 2003 et Bolduc 2013.

14La construction du récit de fête non seulement comme publication mais aussi comme archive de la cour, et plus précisément de cette « jeune cour », dominée par les divertissements éphémères et incarnée par le lieu Versailles, se poursuit en 1673, avec la réédition de la relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée par l’Imprimerie royale. Cette réédition insère le récit des Plaisirs de l’île enchantée dans une série de volumes d’estampes désignée comme le « Cabinet des planches gravées du roi » ou plus simplement le « Cabinet du roi20 ». Près de dix ans après sa première publication, la relation est ainsi ressaisie et intégrée à un projet de célébration du pouvoir de Louis XIV par le livre gravé. Cette opération renforce le caractère mémoriel de l’ouvrage : livre de collection – issu du « Cabinet » du roi et offert au lecteur comme l’un des éléments d’une série d’images du souverain à collectionner –, il est présenté comme une archive de la magnificence royale. L’ambition mémorielle du « Cabinet du roi » est décrite par Félibien dans l’avertissement de l’un des premiers ouvrages de la série, le recueil des devises pour les tapisseries du roi :

  • 21 Félibien 1670, n.p.

Sa Majesté […] fait mettre au jour des recueils pareils à celui-ci, où la beauté des caractères, jointe à celle des figures, ne laisse rien à désirer, afin qu’ils soient de précieux monumens de tout ce qui se fait aujourd’hui, et que ceux qui viendront après nous soient en quelque sorte spectateurs des merveilles dont nous sommes témoins21.

  • 22 Perrault 1670.
  • 23 Félibien 1676 et 1679.

15La cohérence de la collection est construite autour de la figure du roi, de sa magnificence, et du partage de ses plaisirs. Dans cette collection, le récit des Plaisirs de l’île enchantée côtoie d’autres récits de fêtes : celui du carrousel de 1662, l’un des tous premiers ouvrages de la collection, publié pour la première fois par l’Imprimerie royale en 167022, ainsi que ceux des fêtes versaillaises de 1668 et 1674, intégrés à la collection respectivement en 1679 et 167623. L’opération d’archivage sélectionne, dans le corpus des fêtes et des écrits qu’elles ont suscités, un ensemble dont elle construit la cohérence. Elle constitue ainsi un corpus de « fêtes versaillaises » et exhibe Versailles comme lieu privilégié des divertissements royaux. La réédition de la relation des Plaisirs de l’île enchantée dans la collection du « Cabinet du roi » prolonge et renforce la constitution du récit en archive d’une « jeune cour » dominée par les plaisirs éphémères et inscrite dans le lieu de Versailles.

16Les récits de fêtes publient la cour – son lieu, son ordre – tout en prétendant en garder la trace, en transmettre la mémoire : ils se constituent ainsi en archives de la « jeune cour ». Ces opérations d’archivage émanent d’acteurs institutionnels (Ballard, les Menus Plaisirs) ou non (Bizincourt, Marigny), se succèdent dans le temps, s’inscrivent dans des contextes divers et utilisent l’événement des fêtes dans des actions variées : le projet de la réédition de 1673, la promotion de la Petite Académie comme institution centrale dans la production de l’image du roi, diffère ainsi de celui de la première édition de 1664. Ces actions convergent cependant pour produire d’une part une image de la cour associant Versailles, la magnificence et les plaisirs ; et d’autre part une promotion des écrits comme traces de ces plaisirs disparus, susceptibles de les faire partager au-delà de leurs premiers destinataires.

Archiver la faveur : autour des écrits du duc de Saint-Aignan

17La relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée publiée par Ballard en 1664 fait une large place à l’écriture. Elle reproduit ou évoque de nombreux écrits ayant circulé avant ou pendant les fêtes : les devises des courtisans participant à la course de bague, les vers de Benserade qui les accompagnent et les vers du président de Périgny à la louange de la reine prononcés par diverses allégories et personnages mythologiques, ainsi que les textes des pièces de Molière jouées pendant les fêtes et notamment celui de La Princesse d’Élide, intégralement reproduit, et celui du premier Tartuffe, simplement évoqué. Parmi ces écrits, on doit distinguer ceux qui sont attribués au duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la Chambre du roi. Celui-ci n’est pas, contrairement aux autres personnes citées, un homme de lettres, mais un courtisan puissant : devenu duc et pair quelques mois plus tôt en récompense de sa fidélité au roi pendant la Fronde, il est premier gentilhomme de la Chambre du roi en année (en remplacement du duc de Créqui, alors en ambassade à Rome) et, à ce titre, en charge des Menus Plaisirs. Pourtant, la relation met en scène ses activités d’écriture, les publie et les inscrit dans la longue durée de l’imprimé. Ainsi insérées dans le récit de la fête, elles apparaissent comme autant de preuves de la relation privilégiée qui le lie au roi, de sa faveur et donc de son pouvoir. Là encore, le récit de fêtes ne procède pas seulement à une publication – de la faveur de Saint-Aignan – mais bien à un archivage : en intégrant le récit de cette faveur dans la trace de la fête, il le rend disponible pour des usages futurs comme preuve de la légitimité d’un pouvoir ou d’un rang.

18Dès les premières pages du récit, le duc est désigné comme l’inventeur du « dessein » des fêtes et de plusieurs sujets de ballets :

  • 24 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 4.

Le roi commanda au duc de Saint-Aignan, qui se trouva lors en fonction de premier gentilhomme de sa chambre, et qui avoit déjà donné plusieurs sujets de ballet fort agréables, de faire un dessein où elles fussent toutes comprises avec liaison et avec ordre, de sorte qu’elles ne pouvaient manquer de bien réussir. Il prit pour sujet le palais d’Alcine, qui donna lieu au titre des Plaisirs de l’île enchantée24.

  • 25 Ibid., p. 90.

19Puis la relation rapporte que, le lendemain du dernier jour des fêtes, le duc de Saint-Aignan et le marquis de Soyecourt se défient à la course de bague. Elle mentionne alors un cartel adressé à Soyecourt, « lequel pour n’estre qu’en prose, on n’a point mis en ce discours25 ». La mention du cartel est suivie de la citation de quelques vers de Saint-Aignan :

  • 26 Ibid.

Le duc de S. Aignan avoit aussi fait voir à quelques uns de ses amis, comme un heureux presage de sa victoire, ces quatre vers :
Aux dames
Belles, vous direz en ce jour,
Si vos sentimens sont les nostres,
Qu’estre vainqueur du grand Soyecourt
C’est estre vainqueur de dix autres.
Faisant toujours allusion à son nom de Guidon le Sauvage, que l’aventure de l’isle perilleuse rendit vainqueur de dix chevaliers26.

  • 27 Ibid., p. 91.

20Enfin, le rôle du duc dans « l’invention » comme dans « l’action » des fêtes est rappelé par les dernières lignes de la relation, dans une énumération où Saint-Aignan suit immédiatement Colbert et précède les poètes Périgny et Benserade, le premier valet de chambre Bontemps et l’intendant de Launay27. La relation mentionne donc trois activités d’écriture du duc : l’invention du dessein des fêtes, le cartel de défi et l’écriture de vers adressés aux dames, qui sont les seuls écrits reproduits.

  • 28 Sur cet imaginaire, voir Roussillon 2009.

21Pour autant, Saint-Aignan n’est jamais désigné comme un auteur : il « invente » ou « fait voir ». Son écriture relève d’une volonté galante de se rendre « agréable » – aux dames ou au roi – et est étroitement associée à son rôle de courtisan : c’est en tant que premier gentilhomme de la Chambre qu’il se voit chargé du sujet des fêtes, puis c’est dans le cadre d’une pratique ludique aristocratique mettant en scène sa valeur militaire – la course de bague – qu’il produit le cartel et les vers. Dans les trois cas, son écriture mobilise un imaginaire chevaleresque qui associe étroitement bravoure guerrière et désir galant de plaire28. Dans les fêtes, Saint-Aignan joue le rôle du chevalier Guidon le Sauvage, personnage du Roland furieux de l’Arioste connu pour avoir vaincu dix guerriers au combat avant de servir de mari à dix pucelles en une nuit. Il continue à s’identifier à ce personnage dans le cartel comme dans les vers adressés aux dames.

  • 29 Lettre du 31 juillet 1661 : Loret 1857-1891, vol. 3, p. 384.
  • 30 BNF, Manuscrit français 6046, fos 121-126. Voir aussi Tallemant des Réaux 1994, p. 345.
  • 31 Nouveau recueil de plusieurs et diverses pièces galantes de ce temps 1665, vol. 1, p. 1-10.
  • 32 Voir Lagrange 1876, p. 61.

22Ces écrits ne sont pas isolés. Le début de la relation évoque « plusieurs sujets de ballets fort agréables », « donnés » par Saint-Aignan. En juin 1661, La Muze historique de Loret attribuait en effet à Saint-Aignan l’invention du Ballet des Saisons, dont les vers sont de Benserade et les airs de Lully29. En octobre 1663, il est sans doute encore l’inventeur du ballet Les Noces de village. Il est aussi l’auteur d’une Lettre burlesque aux reines sur le voyage de la cour en Bretagne, qui circule alors de manière manuscrite30 et sera imprimée en 1665 dans un recueil galant31. On sait par ailleurs que, quelques mois avant les fêtes, il offrait au roi la représentation d’une pièce de son invention, La Bradamante ridicule, jouée au théâtre du Palais-Royal par la troupe de Molière32. Il mettait ainsi à l’épreuve à la fois le sujet des fêtes – le titre de la pièce indique qu’elle était inspirée du Roland furieux, comme Les Plaisirs de l’île enchantée – et les comédiens à qui il comptait confier l’essentiel des divertissements de Versailles. On le voit, l’activité d’écriture du duc de Saint-Aignan est étroitement liée à la cour et à ses divertissements. Elle vise à susciter un plaisir éphémère – celui du roi ou des reines – mais ne fait pas l’objet d’une publication large et ne s’inscrit que rarement dans la longue durée de l’imprimé.

23Lorsque l’écriture de Saint-Aignan est évoquée dans des textes imprimés, c’est pour faire l’éloge de la gloire du courtisan. Loret mentionne fréquemment dans ses lettres en vers les ballets inventés par le duc : les qualités qu’il lui attribue alors ne sont pas simplement celles de l’esprit mais relèvent plus généralement de la gloire. Ainsi dans sa lettre du 31 juillet 1661, à propos du Ballet des Saisons :

  • 33 Loret 1857-1891, vol. 3, p. 384.

Ce rare divertissement,
Que Saint-Aignan, illustre comte,
Dont la France cent biens raconte,
A très agréablement inventé
Par ordre de Sa Majesté33.

  • 34 Desjardins 2002 [1664], p. 104.

24La mention de l’« ordre » royal et du succès du duc, qui a su se rendre « agréable », manifeste la relation privilégiée qui unit Saint-Aignan et Louis XIV. Quelques années plus tard, en décembre 1663, lorsque Marie-Catherine Desjardins dédie sa pièce Nitétis à Saint-Aignan, la mention de l’écriture du duc s’inscrit dans les mêmes enjeux : éloge de la gloire et portrait en intermédiaire privilégié de la faveur royale. La dédicace mentionne une lettre de Saint-Aignan à l’autrice : « La lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire m’a paru si obligeante que j’ai cru ne pouvoir y répondre que par un poème tout entier34. » Cet écrit n’est pas reproduit, mais il sert de prétexte à l’éloge du duc :

  • 35 Ibid.

comme je sais que, quelque illustres que soient vos ancêtres, vous les surpassez infiniment, [Nitétis] ne parlera ni de la noblesse de votre race, ni de la dignité de vos emplois ; vous êtes mieux connu par vos actions que par les louanges d’une épître dédicatoire, et je trouverais NITÉTIS trop audacieuse, si elle entreprenait d’ajouter quelque chose à la gloire que vous possédez35.

25Le bel esprit n’est qu’un élément de l’éloge du mérite personnel du duc, qui se traduit dans ses « actions » et dans ses « emplois ». Plus loin, Desjardins fait le portrait de Saint-Aignan en protecteur des gens de lettres, et en intermédiaire privilégié de la faveur royale :

Monseigneur, je suis votre très humble et très obéissante servante, Des Jardins.
À ce nom, poursuivez, de grâce :

Ce n’est ni placet pour le roi,

Ni vers nouveaux, ni dédicace,

  • 36 Desjardins 2002 [1664], p. 105-106.

Ni rien de ce qui peut regarder votre emploi. […]
En effet, Monseigneur, ceci n’est qu’un très humble remerciement des bontés que vous me témoignâtes à Versailles, et une protestation sincère que j’en ai une reconnaissance infinie et que je ferai tous mes efforts pour m’en rendre digne36.

26Avant 1664, le duc de Saint-Aignan a déjà une pratique d’écriture régulière, étroitement liée aux divertissements de la cour, et comme eux éphémère et destinée à un cercle réduit. Cette pratique d’écriture est cependant évoquée par d’autres écrits, dédicaces ou éloges, qui s’inscrivent dans une relation de service et qui font l’objet, eux, d’une publication imprimée. Ces textes utilisent l’écriture du duc pour construire son portrait d’une part en favori du roi (son écriture plaît à Louis XIV) et d’autre part en protecteur des gens de lettres. Mentionner l’écriture de Saint-Aignan contribue ainsi à faire de lui un intermédiaire privilégié du mécénat royal. En ce sens, les pratiques d’écriture du duc et leur publication dans ces textes d’éloge viennent renforcer les positions institutionnelles qu’il occupe, voire leur donner sens. En tant que premier gentilhomme de la Chambre du roi, Saint-Aignan a la charge des Menus Plaisirs quand il est en année : son écriture et la manière dont elle est relayée dans des publications imprimées lui permettent d’investir pleinement cette charge et d’en faire un lieu de pouvoir.

  • 37 Voir Meli, Rabinovitch, Ribard, Roussillon, Schapira et Viala 2016, p. 218-220.

27La relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée s’inscrit dans la continuité de ces textes qui publient l’écriture du duc. L’écriture y apparaît une fois encore comme un support de l’éloge du courtisan et figure la relation privilégiée qui le lie au roi. En écrivant, Saint-Aignan se soumet aux ordres du roi – qui lui a « commandé » le dessein des fêtes – et il parvient à lui plaire, comme il plaît aux dames et à la cour. Insérer les pratiques d’écriture du duc dans la relation officielle des fêtes, c’est inscrire son mérite personnel et la faveur dont il jouit dans la longue durée de l’archive : à la fois les publier et les pérenniser. Dans la relation, l’écriture du duc occupe cependant une place nouvelle. Il ne s’agit plus seulement de mentionner son statut d’inventeur, ou d’évoquer l’un de ses écrits : le texte accumule les références à cette activité d’écriture, jusqu’à reproduire quelques vers. L’affirmation répétée qui fait de Saint-Aignan l’auteur du dessein des fêtes conduit même le lecteur à reconnaître dans le duc le principal responsable de la relation, en l’absence d’autre auteur mentionné. Parce que la relation se présente comme l’archive de plaisirs éphémères, des activités d’écriture peuvent y être revendiquées sans pour autant perdre leur statut de divertissements éphémères et sans faire de celui qui les revendique un auteur. La revendication réitérée de l’écriture de Saint-Aignan dit la spécificité de la « jeune cour » : la production de divertissements n’y est pas simplement l’affaire de professionnels des lettres ou du spectacle s’acquittant d’une commande. Elle est un acte politique qui peut être publié et archivé, pour fonder un pouvoir37.

28En inscrivant ses propres pratiques d’écriture dans la relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée, dont il supervise très probablement la rédaction, Saint-Aignan s’approprie l’opération d’archivage du pouvoir : il profite de l’efficacité de la relation officielle publiée par l’imprimeur du roi pour archiver son propre mérite et la faveur dont il jouit. Le récit devient ainsi une preuve des services et du pouvoir du duc, disponible pour des usages futurs. Cette opération a une efficacité certaine. Elle construit un portrait de Saint-Aignan en organisateur des plaisirs de la cour que l’on retrouve ensuite aussi bien dans les éloges du duc que dans des textes satiriques et dans l’historiographie et qui distingue Saint-Aignan des autres premiers gentilshommes de la Chambre, pourtant eux aussi responsables des Menus Plaisirs. Elle met ainsi en lumière un pouvoir d’archiver : Saint-Aignan, parce qu’il supervise la rédaction de la relation, peut l’utiliser pour fabriquer des preuves de ses services et de la faveur royale qui les récompense, et ainsi inscrire une faveur éphémère dans la longue durée de l’écrit.

Pouvoir d’archiver et conflits d’archivage : autour des écrits de Molière

29Ce qui apparaît dans le récit de la fête est inscrit dans un lien étroit avec le pouvoir royal : la sélection de ce que la relation archive et de ce qu’elle omet est un choix politique et polémique. Le traitement réservé aux écrits de Molière, et particulièrement aux deux pièces qu’il a rédigées pour les fêtes de 1664, La Princesse d’Élide et Le Tartuffe, est un exemple éclairant de ces enjeux politiques de l’opération d’archivage.

30Molière et sa troupe sont omniprésents dans Les Plaisirs de l’île enchantée. Alors que Benserade, le poète officiel du roi, ne fournit que quelques vers pour la course de bague, Molière, qui n’est encore que le chef de la troupe de Monsieur, se voit commander deux nouvelles pièces – La Princesse d’Élide, comédie-ballet créée pendant la deuxième journée, et Le Tartuffe, présenté à la cour à la fin des fêtes – et fait jouer deux autres de ses comédies-ballets, Les Fâcheux et Le Mariage forcé. Les comédiens de sa troupe endossent en outre les rôles de divers personnages et allégories tout au long des divertissements, et évincent complètement la troupe officielle du roi, celle de l’hôtel de Bourgogne. Les récits des fêtes rendent compte diversement de cette présence. Les premiers récits officiels des fêtes – le livret et les numéros ordinaires et extraordinaires de La Gazette – ne mentionnent jamais l’activité d’écriture de Molière. Le livret nomme les comédiens engagés dans les différents divertissements, mais pas l’auteur des pièces. Les noms de Molière et des autres comédiens de sa troupe sont entièrement absents de La Gazette. Marigny, au contraire, insiste sur le rôle de Molière et de sa troupe. Il évoque la rivalité qui les oppose à la troupe de l’hôtel de Bourgogne et remarque la rapidité avec laquelle Molière a dû composer La Princesse d’Élide, dont la versification est restée inachevée :

  • 38 Marigny 1664, p. 34.

En attendant que vous la voyiez imprimée, si Molière, qui en est l’auteur, la veut donner au public, vous saurez qu’il avoit eu si peu de temps pour la composer, qu’il n’y avoit qu’un acte et demi en vers, et le reste étoit en prose38.

  • 39 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 25.
  • 40 Ibid., p. 89.
  • 41 Ibid., p. 90.
  • 42 Ibid., p. 91.

31La relation publiée par Ballard se distingue des autres récits officiels en donnant une place importante à l’écriture de Molière. Il est explicitement désigné comme l’auteur des quatre pièces données pendant les fêtes : La Princesse d’Élide (« le sieur de Molière, excellent acteur, de l’invention duquel estoient les vers et toute la piece39 »), « la comédie des Fâcheux faite par le sieur de Molière, mêlée d’entrées de ballet, et fort ingénieuse40 », « une comédie nommée Tartuffe, que le sieur de Molière avoit faite contre les hypocrites41 » et « la comédie du Mariage forcé, encore de la façon du même sieur de Molière, mêlée d’entrées de ballets et de récits42 ». Le récit donne une place particulière à La Princesse d’Élide, dont le texte est intégralement reproduit.

  • 43 C’est le cas de l’argument de l’acte II, qui mentionne une scène absente du texte, et de la scène i (...)
  • 44 Voir Forestier, Bourqui et Piéjus 2010, p. 1402-1404.

32S’il est normal que Ballard, seul imprimeur du roi pour la musique, édite les intermèdes chantés de la pièce, le choix de faire figurer aussi dans la relation le texte des parties parlées n’a rien d’évident. La présentation même du texte semble indiquer une hésitation sur cette publication. Le texte de la pièce, divisé en actes et en scènes, est entrecoupé de passages narratifs : en début d’acte ou de scène, ils résument l’action à venir ; avant ou après un intermède, ils décrivent les danses et les jeux de scène. Ces passages ne sont pas distribués de manière régulière dans le texte – on en trouve au début des trois premières scènes, puis au début de chaque acte – et sont parfois en désaccord avec ce texte43. Ils semblent témoigner d’un état antérieur de la relation, dans lequel seuls les intermèdes auraient été imprimés, et où ces arguments auraient remplacé les parties parlées, au lieu de les introduire44. La publication de l’intégralité du texte de la pièce dans la relation est d’autant plus étonnante que ce texte est présenté comme inachevé. En vers jusqu’à la première scène de l’acte II, il est ensuite en prose. À la fin de la partie versifiée, quelques lignes commentent cet inachèvement en mettant en scène l’activité d’écriture de Molière :

  • 45 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 45.

Advis. Le dessein de l’auteur estoit de traiter ainsi toute la comédie ; mais un commandement du roi qui pressa cette affaire, l’obligea d’achever tout le reste en prose, et de passer legerement sur plusieurs scenes, qu’il auroit etendues d’avantage, s’il avoit eu plus de loisir45.

  • 46 Voir Lacroix 1875, p. 48.
  • 47 Voir Caldicott 1998.

33Le texte imprimé, conservé et transmis par la relation est ainsi présenté comme un texte imparfait. Considérée dans la perspective de la construction de l’œuvre du « grand auteur » qu’est Molière, cette publication apparaît comme un « raté ». Paul Lacroix va jusqu’à faire l’hypothèse que Molière se serait opposé à la publication de sa pièce dans la relation46. Alors que la carrière de Molière est marquée par ses tentatives de contrôler lui-même la publication de ses œuvres47, l’édition de La Princesse d’Élide par Ballard lui fait perdre la propriété de la pièce au profit de l’imprimeur, puis du cartel de libraires avec lequel celui-ci s’associe. Cette édition apparaît alors comme un échec que Molière corrigera par la suite, en ne laissant plus à Ballard que les intermèdes et en assurant à ses pièces des éditions autonomes.

  • 48 Voir Roussillon 2017.

34Dans le contexte des années 1660, l’édition de la pièce au sein de la relation peut cependant avoir d’autres enjeux48. En obtenant que sa pièce soit insérée dans le récit des divertissements de la cour et imprimée par l’imprimeur officiel du roi, Molière publie une relation privilégiée avec le pouvoir royal. Ce n’est pas la première fois qu’il utilise l’imprimé pour s’inscrire dans une relation personnelle avec Louis XIV. En 1662, la dédicace de la première édition des Fâcheux, la première comédie-ballet de Molière représentée devant la cour, relatait déjà une anecdote mettant en relation Molière et Louis XIV :

  • 49 Molière 2010, vol. 1, p. 147.

Je le dois, Sire, ce succès qui a passé mon attente, non seulement à cette glorieuse approbation dont Votre Majesté honora d’abord la pièce, et qui a entraîné si hautement celle de tout le monde, mais encore à l’ordre qu’Elle me donna d’y ajouter un caractère de fâcheux, dont elle eut la bonté de m’ouvrir les idées Elle-même, et qui a été trouvé partout le plus beau morceau de l’ouvrage49.

  • 50 Voir Roussillon 2014.

35L’anecdote ainsi transmise à la postérité construit de toutes pièces une relation entre l’auteur et le roi. Les Fâcheux a en effet été commandée non par Louis XIV, mais par le surintendant Fouquet, à l’occasion de la fête de Vaux. Le récit proposé par la dédicace déplace la commande : Molière affiche sa soumission aux ordres du roi, qui devient le véritable auteur de la pièce. L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée agit de la même manière : elle construit une relation privilégiée au pouvoir royal. L’inachèvement même de la pièce, sur lequel l’« avis » qui interrompt l’acte II insiste, est une manifestation de cette relation. Il dit la soumission de Molière aux ordres du roi, sa promptitude à obéir. Or, cette relation n’a encore aucune réalité institutionnelle. Au moment des Plaisirs de l’île enchantée, Molière et sa troupe sont protégés par Monsieur, pas par Louis XIV. Avec La Princesse d’Élide, Molière s’inscrit dans une rivalité avec les formes institutionnalisées du divertissement royal : le genre du ballet de cour, la troupe royale de l’hôtel de Bourgogne, le poète du roi Isaac de Benserade50. Dans le cadre de ces concurrences, l’édition de la pièce chez Ballard est le lieu d’une forme d’appropriation de la pièce, et avec elle de Molière et de sa troupe, par le roi, à travers son imprimeur. Avec cette édition, Molière, qui n’est ni comédien du roi ni poète du roi, publie néanmoins que sa pièce appartient au roi. Avant l’adoption officielle de la troupe par le roi, avant la pension versée à Molière, la relation imprimée des fêtes met en scène l’appartenance de Molière et de sa troupe au roi : elle publie une relation qui n’existe pas encore, et contribue ainsi à la créer. Loin d’être un « raté », elle apparaît comme un coup de force. Inscrire cette opération de publication dans un écrit à vocation mémorielle lui donne une force particulière : il ne s’agit pas seulement de faire croire à cette relation privilégiée entre Molière et le pouvoir royal, mais d’en fabriquer une preuve, disponible pour des usages futurs – notamment dans le cadre de querelles qui opposeraient Molière à ses rivaux.

36Cependant, cette opération d’archivage de la faveur du roi pour Molière est mise en danger, dans la suite de la relation, par le récit de la création du Tartuffe. Le texte de cette comédie, loin d’être reproduit dans la relation, fait l’objet d’une censure rapportée en quelques lignes à la fin du récit :

  • 51 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 90.

Le soir, Sa Majesté fit jouer une comédie nommée Tartuffe, que le sieur de Molière avoit faite contre les hypocrites ; mais quoiqu’elle eût été trouvée fort divertissante, le roi connut tant de conformité entre ceux qu’une véritable dévotion met dans le chemin du Ciel et ceux qu’une vaine ostentation des bonnes œuvres n’empêche pas d’en commettre de mauvaises, que son extrême délicatesse pour les choses de la religion ne put souffrir cette ressemblance du vice avec la vertu, qui pouvoient être prises l’une pour l’autre ; et quoiqu’on ne doutât point des bonnes intentions de l’auteur, il la défendit pourtant en public, et se priva soi-même de ce plaisir, pour n’en pas laisser abuser à d’autres, moins capables d’en faire un juste discernement51.

  • 52 Sur cette querelle et ses enjeux, voir Roussillon 2019 [à paraître].

37Le récit de l’interdiction de la pièce apparaît comme un risque pour la position de Molière dans l’archive, risque compensé par les affirmations répétées du « plaisir » du roi et des « bonnes intentions » de l’auteur. Le récit préserve donc autant que possible la relation privilégiée construite par la publication de La Princesse d’Élide. Cet équilibre entre la revendication de la faveur de Molière et la condamnation de la pièce est le résultat d’un conflit qui voit s’opposer plusieurs versions de l’événement. À ces débuts, « l’affaire Tartuffe » n’est pas tant une querelle littéraire – seul un petit nombre de courtisans connaît le contenu réel de la pièce – qu’un conflit d’archivage52 : quelle place Molière et sa troupe doivent-ils avoir dans l’archive de la cour ?

  • 53 Voir Rey 2007.

38La représentation du Tartuffe a lieu après la fin des fêtes à proprement parler. Les divertissements des Plaisirs de l’île enchantée une fois achevés, le roi continue à offrir à sa cour des comédies, des courses et d’autres plaisirs, sans cohérence thématique, jusqu’à la fin de la semaine. C’est dans ce cadre que Le Tartuffe est créé, le 12 mai. La pièce n’est donc mentionnée ni dans le livret, ni dans La Gazette du 10 mai. On a vu que La Gazette ne fait en général aucune place à Molière dans son récit : Le Tartuffe n’apparaît donc pas non plus dans les quelques lignes que l’ordinaire du 17 mai consacre aux fêtes, pas plus que dans le numéro extraordinaire du 21 mai. Marigny, qui insiste sur la faveur de Molière, n’évoque pas non plus la création du Tartuffe. Il donne pourtant un récit de l’ensemble des divertissements, jusqu’à la loterie qui a immédiatement précédé la création de la pièce. Son récit construit ainsi une image univoque de la relation qui unit le roi et Molière. L’interdiction du Tartuffe est mentionnée pour la première fois dans La Gazette du 17 mai, mais pas dans le récit des fêtes de la cour : dans un passage relatant les actions menées par Louis XIV contre les jansénistes et faisant l’éloge de la piété du monarque53. Molière n’est pas nommé, sa pièce est fermement condamnée et son interdiction est interprétée comme une manifestation de la piété du roi.

  • 54 Recueil des gazettes… 1665, p. 480.

Cet édit […] montre combien ce grand monarque est soigneux de retrancher toutes semences de division dans l’Église, et qu’aucun de ses prédécesseurs n’en porta jamais plus glorieusement le titre de Fils aîné, qu’il le soutient par cette délicatesse qu’il témoigne pour tout ce qui la regarde, comme il le fit encore voir naguère par ses défenses de représenter une pièce de théâtre intitulée L’Hypocrite, que Sa Majesté, pleinement éclairée de toutes choses, jugea absolument injurieuse à la religion et capable de produire de très dangereux effets54.

  • 55 Voir Loret 1857-1891, vol. 4, p. 203.
  • 56 Molière 2010, vol. 2, p. 191.

39Cette interprétation du jugement du roi est immédiatement contredite par Loret, dans sa lettre du 24 mai 166455. Loret, qui a pris régulièrement le parti de Molière dans les différentes querelles des années précédentes, insiste quant à lui sur le « mérite » de la pièce et sur le plaisir de la cour. Peu après l’interdiction, Molière lui-même en propose une interprétation dans le premier placet qu’il présente au roi. Il insiste alors sur le jugement favorable de Louis XIV : la « déclaration du plus grand roi du monde et du plus éclairé » qui ne « trouvait rien à dire » au Tartuffe56. Le plaisir du roi est convoqué comme une preuve de la qualité de la pièce et de la bonne foi de son auteur. L’interdiction de la pièce suscite une série de récits contradictoires qui donnent à voir un conflit sur ce qui doit être conservé et transmis : faveur ou condamnation ?

  • 57 Voir Forestier et Bourqui 2010, p. 1358-1361.

40La relation des Plaisirs de l’île enchantée met un terme (provisoire) à ce conflit en produisant une version officielle du récit et en l’inscrivant dans l’archive de la cour. Cette version réaffirme la faveur dont jouit Molière, tout en maintenant l’interdiction de la pièce. L’archive apparaît comme le résultat d’un compromis entre différents pouvoirs et différentes actions : d’un côté le nouvel archevêque de Paris, Hardouin de Péréfixe, qui a sans doute convaincu Louis XIV d’interdire la pièce pour des raisons de politique religieuse et à qui on peut attribuer le portrait de Louis XIV en roi pieux publié par La Gazette57 ; de l’autre Molière et sa troupe, sans doute soutenus par Saint-Aignan et par les Menus Plaisirs. Ce compromis est productif : pour concilier faveur et interdiction, le récit invente l’idée d’une équivocité de la pièce, dont on connaît la longue postérité critique.

  • 58 Lagrange 1876, p. 65. Sur l’invention du Tartuffe en trois actes dans le registre de Lagrange et le (...)

41Après 1664, la création du premier Tartuffe continue cependant à faire l’objet d’opérations d’archivage nombreuses et divergentes. La troupe de Molière produit ainsi sa propre archive : le registre tenu par le comédien Lagrange, dans lequel il enregistre déplacements, recettes et dépenses. À la date du 12 mai 1664, ce registre mentionne la création des « trois actes de Tartuffe qui étaient les trois premiers58 », expliquant ainsi l’interruption des représentations du Tartuffe par son inachèvement. Après la mort de Molière, les Œuvres complètes publiées en 1682 (sans doute avec le concours de Lagrange) inscrivent cette nouvelle version de l’événement dans la relation de la fête. Les Œuvres complètes contiennent une réédition de la relation officielle de 1664, légèrement modifiée. Le passage de la relation cité plus haut devient :

  • 59 Molière 1682, vol. 2. Cité par Forestier et Bourqui 2010, p. 1363. C’est moi qui souligne.

Le soir, Sa Majesté fit jouer les trois premiers actes d’une comédie nommée Tartuffe, que le sieur de Molière avoit faite contre les hypocrites ; mais quoiqu’elle eût été trouvée fort divertissante, le roi […] défendit cette comédie pour le public jusqu’à ce qu’elle fût entièrement achevée et examinée par des gens capables d’en juger […]59.

  • 60 Michelet 1876-1877, t. XV, p. 114 ; Cairncross 1956, p. 1-51, et 1963, p. 118-164, cités par Forest (...)
  • 61 Forestier et Bourqui 2010, p. 1361-1365.

42La version des faits ainsi transmise à la postérité occulte la condamnation de la pièce par le roi. L’inachèvement de la pièce présentée à la cour justifie un ajournement des représentations. Ainsi inscrite dans l’archive de la cour, la nouvelle version du récit de la création du Tartuffe devient une preuve de l’inachèvement de la pièce, fréquemment mobilisée par les historiens. C’est seulement à la fin du xixe siècle que Michelet fut le premier à affirmer que Le Tartuffe de 1664 était une pièce complète. Il fallut attendre les travaux de John Cairncross dans la seconde moitié du xxe siècle60 pour que cette thèse s’impose. Elle fait cependant encore l’objet de débats, comme en témoigne la longue démonstration que doit lui consacrer la dernière édition de référence des Œuvres de Molière61.

43Le récit des fêtes n’est pas un témoignage de l’événement. L’inscription dans ce récit des pièces de Molière, pourtant représentées pendant les fêtes, n’a rien d’évident : elle est l’objet de conflits et de compromis. Même dans le cas d’écrits produits par un homme de lettres et faisant l’objet d’une commande royale, l’inscription dans l’archive de la cour est un enjeu de pouvoir : il s’agit de publier, de pérenniser et de prouver la faveur royale. Si, dans le cas de Saint-Aignan, l’écriture et son archivage permettent d’investir pleinement une position institutionnelle, dans le cas de Molière l’archive crée une position nouvelle. Elle anticipe le processus d’institution qui débouchera sur l’adoption de la troupe de Molière par Louis XIV quelques mois plus tard, et même y contribue.

44La relation officielle des Plaisirs de l’île enchantée publiée par Ballard en 1664 apparaît ainsi comme le résultat d’opérations d’archivage diverses, convergentes ou conflictuelles. Loin de fournir un récit transparent de l’événement, ou même un éloge hyperbolique qu’il suffirait de corriger, le livre de fêtes est le produit composite d’actions multiples, qu’il faut situer pour en saisir les enjeux : non pas tant la trace d’un divertissement disparu qu’un écrit qui utilise ce divertissement, le lieu auquel il est attaché, la cour, et le pouvoir qu’il figure, pour agir. C’est particulièrement vrai de la relation des Plaisirs de l’île enchantée, produite au début du processus d’institution de la politique de la gloire. En 1664, les rôles respectifs des Menus Plaisirs et de la Petite Académie réunie par Colbert sont encore mal définis, Molière et sa troupe sont encore en concurrence avec Benserade et avec la troupe de l’hôtel de Bourgogne, la forme même de la fête galante est une innovation. Dans ce contexte, le contenu du récit de fête est un enjeu de conflits. En se constituant comme archive de la cour, le livre devient un lieu de pouvoir : s’y inscrire permet de publier une relation personnelle avec le roi et un rôle à la cour, de conserver la mémoire d’une faveur éphémère pour pouvoir ensuite la prouver et y fonder un pouvoir durable.

45Ce constat doit conduire à reconsidérer l’importance des écrits à la cour de Louis XIV et l’image d’une cour dominée par l’oralité et les divertissements éphémères. Plutôt que de traiter les récits de fêtes et plus largement les anecdotes de la « jeune cour » comme autant de témoignages, il s’agit de comprendre comment cette « jeune cour » est construite dans des écrits dès le début du règne de Louis XIV, et quels sont les enjeux de cette construction. Dans une cour où le plaisir est une figure du pouvoir, divertir le roi – notamment par l’écriture – devient un acte politique. L’écriture d’un courtisan comme le duc de Saint-Aignan ne saurait alors être réduite à un simple « loisir mondain », pas plus que celle d’un professionnel des lettres comme Molière ne peut être envisagée simplement du point de vue de la construction de son œuvre. Dans un cas comme dans l’autre, la pratique d’écriture a à voir avec la recherche du plaisir et de la faveur du roi, et sa publication et son archivage participent de la construction de pouvoirs.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Argenson René de Voyer d’, 1900, Annales de la compagnie du Saint-Sacrement, éd. par Henri Beauchet-Filleau, Marseille, impr. Saint-Léon.

Desjardins Marie-Catherine, dite de Villedieu, 2002 [1664], Nitétis, tragédie, dans Gethner Perry (éd.), Femmes dramaturges en France (1650-1750) : pièces choisies, Tübingen, Gunter Narr, vol. 2, p. 103-156.

Félibien André, 1670, Tapisseries du roi, où sont représentez les quatre élémens et les quatre saisons, Paris, Imprimerie royale.

Félibien André, 1676, Les divertissemens de Versailles donnez par le roy à toute sa cour, au retour de la conqueste de la Franche-Comté, en l’année M.DC.LXXIV, Paris, Imprimerie royale.

Félibien André, 1679, Relation de la feste de Versailles du 18. juillet mil six cens soixante-huit, Paris, Imprimerie royale.

Loret Jean, 1857-1891, La Muze historique, ou Recueil des lettres en vers contenant les nouvelles du temps, éd. par Jules Ravenel, Ed. V. de La Pelouze, Charles-Louis Livet et R. de Crèvecoeur, Paris, Jannet puis Daffis puis Champion.

Marigny Jacques Carpentier de, 1664, Relation des divertissements que le roi a donnés aux reines dans le parc de Versailles, écrite à un gentilhomme qui est présentement hors de France, Paris, Barbin.

Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague faite par le roy, à Versailles, le 6 may 1664, 1664, Paris, Ballard.

Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines, comedie meslée de danse et de musique, ballet du palais d’Alcine, feu d’artifice, et autres festes galantes et magnifiques, faites par le roy à Versailles, le 7. may 1664, et continuées plusieurs autres jours, 1664, Paris, Ballard.

Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines, comedie meslée de danse et de musique, ballet du palais d’Alcine, feu d’artifice, et autres festes galantes et magnifiques, faites par le roy à Versailles, le 7. may 1664, et continuées plusieurs autres jours, 1673, Paris, Imprimerie royale.

Recueil des gazettes, nouvelles ordinaires et extraordinaires, relations et autres récits des choses avenues tant en ce royaume qu’ailleurs, pendant l’année 1664, 1665, Paris, Bureau d’adresse.

Molière, 1682, Œuvres de Monsieur de Molière, revues, corrigées et augmentées, Paris, Denys Thierry.

Molière, 2010, Œuvres complètes, éd. par Claude Bourqui et Georges Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Nouveau recueil de plusieurs et diverses pièces galantes de ce temps, 1665, s.l.

Perrault Charles, 1670, Courses de testes et de bague faites par le roy et par les princes et seigneurs de la cour, en l’année 1662, 1662, Paris, Imprimerie royale.

Études

Blanquie Christophe, 2014, Saint-Simon ou La politique des « Mémoires », Paris, Classiques Garnier.

Bolduc Benoît, 2013, « La fête de papier (1549-1679) : des ateliers parisiens au Cabinet du roi », Dix-septième siècle, no 258, p. 11-21.

Bolduc Benoît, 2016, La fête imprimée : spectacles et cérémonies politiques (1549-1662), Paris, Classiques Garnier.

Cairncross John, 1956, New Light on Molière : Tartuffe, Élomire hypocondre, Genève, Droz.

Cairncross John, 1963, Molière bourgeois et libertin, Paris, Nizet.

Caldicott C.E.J., 1998, La carrière de Molière, entre protecteurs et éditeurs, Amsterdam, Rodopi.

Craveri Benedetta, 2002, L’âge de la conversation, trad. de l’italien par Éliane Deschamps-Pria, Paris, Gallimard.

Forestier Georges et Bourqui Claude, 2010, « Notice sur Le Tartuffe ou l’Imposteur », dans Molière, Œuvres complètes, éd. par Claude Bourqui et Georges Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », vol. 2, p. 1354-1389.

Forestier Georges, Bourqui Claude et Piéjus Anne, 2010, « Notice sur Les Plaisirs de l’île enchantée. La Princesse d’Élide », dans Molière, Œuvres complètes, éd. par Claude Bourqui et Georges Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », vol. 1, p. 1391-1406.

Fumaroli Marc, 1992, « La conversation », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, t. III : Les France, vol. 2 : Traditions, Paris, Gallimard, p. 678-743.

Fumaroli Marc, 1994, Trois institutions littéraires, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Génetiot Alain, 1997, Poétique du loisir mondain, de Voiture à La Fontaine, Paris, Champion.

Goldstein Claire, 2003, « Collecting Versailles : Scriptural Economies of the Cabinet du roi », Studies in the History of Gardens and Designed Landscapes, vol. 23, no 3, p. 258-266.

GRIHL (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire), 2016, Écriture et action (xviie-xixe siècle) : une enquête collective, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Hellegouarc’h Jacqueline (éd.), 1997, L’art de la conversation : anthologie, Paris, Dunod.

Jouhaud Christian, 2000, Les pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard.

Lacroix Paul, 1875, Bibliographie moliéresque, seconde édition revue, corrigée et considérablement augmentée, Paris, Fontaine.

Lagrange Charles Varlet, sieur de, 1876, Registre de La Grange (1658-1685), précédé d’une notice biographique, publié par les soins de la Comédie-Française, Paris, Claye.

Meli Cinthia, Rabinovitch Oded, Ribard Dinah, Roussillon Marine, Schapira Nicolas et Viala Alain, 2016, « Écrits de Versailles », dans GRIHL, Écriture et action (xviie-xixe siècle) : une enquête collective, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 211-236.

Michelet Jules, 1876-1877, Histoire de France, Paris, Lacroix, 19 tomes en 8 volumes.

Rey François, 2007, Molière et le roi : l’affaire « Tartuffe », Paris, Seuil.

Roussillon Marine, 2009, « Amour chevaleresque, amour galant et discours politiques de l’amour dans Les Plaisirs de l’île enchantée (1664) », Littératures classiques, vol. 69, no 2, SLC-Armand Colin, p. 65-78.

Roussillon Marine, 2014, « Théâtre et pouvoir avant l’institution : La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée », Revue d’histoire du théâtre, no 261 : dossier « Les théâtres institutionnels (1660-1848) : querelles, enjeux de pouvoir et production de valeurs », p. 15-24.

Roussillon Marine, 2017, « L’édition de La Princesse d’Élide dans la relation des Plaisirs de l’île enchantée : raté ou coup de force ? », Politiques du Grand-siècle [en ligne], mis en ligne le 29 juin 2017 <https://pogs.hypotheses.org/377> (consulté le 12/07/2018).

Roussillon Marine, 2019 [à paraître], « Tartuffe entre interdiction et création », dans J.-M. Hostiou et A. Tadié (dir.), Querelles et création, Paris, Garnier.

Sauvy Anne, 1973, « L’illustration d’un régime : le Cabinet du roi et les projets encyclopédiques de Colbert », dans Blanchot Raymond et al., L’art du livre à l’Imprimerie nationale, Paris, Imprimerie nationale, p. 103-127.

Sévigné Marie de Rabutin-Chantal, marquise de, 1972-1978, Correspondance, éd. par Roger Duchêne, Paris, Gallimard, 3 vol.

Sorkine Florence, 1993, Propagande et mécénat royal : les fêtes louis-quatorziennes à Versailles et leurs représentations (1661-1682), thèse de doctorat dirigée par Alain Viala, université Paris-III-Sorbonne-Nouvelle.

Tallemant des Réaux Gédéon, 1994, Le Manuscrit 673, éd. par Vincenette Maigne, Paris, Klincksieck.

Tsimbidy Myriam, 2005, Le cardinal de Retz polémiste, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne.

Haut de page

Notes

1 Sévigné 1972-1978, vol. 1, p. 67.

2 Voir Génetiot 1997.

3 Voir Fumaroli 1992, repris dans Fumaroli 1994, p. 113-210. Voir aussi Hellegouarc’h (éd.) 1997 et Craveri 2002.

4 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague faite par le roy, à Versailles… 1664.

5 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664 et 1673.

6 Recueil des gazettes… pendant l’année 1664, 1665, p. 455-456, 478-480 et 481-496.

7 Marigny 1664.

8 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Manuscrits français 7834 et 16635.

9 Voir Sorkine 1993, p. 120-121.

10 Voir Bolduc 2016.

11 Voir notamment Jouhaud 2000 ; GRIHL 2016 ; Tsimbidy 2005 et Blanquie 2014.

12 Marigny 1664, p. 12-13.

13 Recueil des gazettes… pendant l’année 1664, 1665, p. 481.

14 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 91.

15 Ibid., p. 4, 7, 19, 83, 4, 20, 5, 10.

16 Ibid., p. 91.

17 Voir Meli, Rabinovitch, Ribard, Roussillon, Schapira et Viala 2016, p. 212-218.

18 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 3.

19 Marigny 1664, p. 9.

20 Sur le Cabinet du roi, voir Sauvy 1973, Goldstein 2003 et Bolduc 2013.

21 Félibien 1670, n.p.

22 Perrault 1670.

23 Félibien 1676 et 1679.

24 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 4.

25 Ibid., p. 90.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 91.

28 Sur cet imaginaire, voir Roussillon 2009.

29 Lettre du 31 juillet 1661 : Loret 1857-1891, vol. 3, p. 384.

30 BNF, Manuscrit français 6046, fos 121-126. Voir aussi Tallemant des Réaux 1994, p. 345.

31 Nouveau recueil de plusieurs et diverses pièces galantes de ce temps 1665, vol. 1, p. 1-10.

32 Voir Lagrange 1876, p. 61.

33 Loret 1857-1891, vol. 3, p. 384.

34 Desjardins 2002 [1664], p. 104.

35 Ibid.

36 Desjardins 2002 [1664], p. 105-106.

37 Voir Meli, Rabinovitch, Ribard, Roussillon, Schapira et Viala 2016, p. 218-220.

38 Marigny 1664, p. 34.

39 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 25.

40 Ibid., p. 89.

41 Ibid., p. 90.

42 Ibid., p. 91.

43 C’est le cas de l’argument de l’acte II, qui mentionne une scène absente du texte, et de la scène iii de l’acte IV, résumée dans l’argument de l’acte V. Voir Molière 2010, vol. 1, p. 537, 579 et 583.

44 Voir Forestier, Bourqui et Piéjus 2010, p. 1402-1404.

45 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 45.

46 Voir Lacroix 1875, p. 48.

47 Voir Caldicott 1998.

48 Voir Roussillon 2017.

49 Molière 2010, vol. 1, p. 147.

50 Voir Roussillon 2014.

51 Les Plaisirs de l’isle enchantée : course de bague, collation ornée de machines… 1664, p. 90.

52 Sur cette querelle et ses enjeux, voir Roussillon 2019 [à paraître].

53 Voir Rey 2007.

54 Recueil des gazettes… 1665, p. 480.

55 Voir Loret 1857-1891, vol. 4, p. 203.

56 Molière 2010, vol. 2, p. 191.

57 Voir Forestier et Bourqui 2010, p. 1358-1361.

58 Lagrange 1876, p. 65. Sur l’invention du Tartuffe en trois actes dans le registre de Lagrange et les Œuvres de Molière de 1682, voir Forestier et Bourqui 2010, p. 1361-1365.

59 Molière 1682, vol. 2. Cité par Forestier et Bourqui 2010, p. 1363. C’est moi qui souligne.

60 Michelet 1876-1877, t. XV, p. 114 ; Cairncross 1956, p. 1-51, et 1963, p. 118-164, cités par Forestier et Bourqui 2010, p. 1362.

61 Forestier et Bourqui 2010, p. 1361-1365.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Roussillon, « Raconter les fêtes de cour : publier, archiver, agir », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 26 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17441

Haut de page

Auteur

Marine Roussillon

Centre de recherche Textes et Cultures, EA4028, université d’Artois. Marine Roussillon, ancienne élève de l’École normale supérieure (Paris) et agrégée de lettres modernes, a soutenu une thèse sur Plaisir et pouvoir : l’imaginaire chevaleresque de l’âge classique en 2011. Depuis, elle a dirigé des ouvrages collectifs et publié de nombreux articles sur les fêtes de cour, la galanterie et l’écriture noble. Maîtresse de conférences en littérature française à l’université d’Artois, elle mène des recherches sur les usages politiques des lettres et des arts, au xviie siècle et au-delà. Elle est responsable du projet « Merveilles de la cour » sur les divertissements de la cour de Louis XIV et anime le carnet de recherche « Politiques du Grand Siècle » sur la plate-forme « Hypothèses ».
Marine Roussillon, a graduate of École Normale Supérieure, Paris and lecturer in modern literature, submitted her thesis “Plaisir et pouvoir. L’imaginaire chevaleresque de l’âge Classique” in 2011. Since, she has edited collective works and published numerous articles on court festivities, gallantry and noble writing. A lecturer in French literature at Artois University, she conducts research on the political uses of literature and the arts in the seventeenth century and later. She is head of the Merveilles de la cour project on entertainment at Louis XIV’s court and coordinates the “Politiques du Grand-siècle” research journal on the Hypothèses platform.
marine.roussillon@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals