Navigation – Plan du site
Foyers d'archivage : les mises en ordre locales et concurrentes de la mémoire de la cour

Vénalité, capitalisme de cour et pratiques d’écriture (xviie-xviiie siècle) : réflexions préliminaires

Venality, Court Capitalism and Writing Practices, in the Seventeenth and Eighteenth Centuries: Preliminary Reflections
Oded Rabinovitch

Résumés

Tandis que des travaux récents ont mis en évidence le rôle de la cour dans l’émergence de l’État bureaucratique, cet article cherche à montrer l’articulation entre les pratiques documentaires associées à ce processus et les pratiques informelles d’archivage des élites parisiennes composant la bureaucratie royale. En se concentrant sur trois études de cas relatives à la vénalité des offices – a priori, l’exemple même d’une transaction encadrée et donnant lieu à des actes formalisés –, cette étude replace les documents officiels dans le contexte des Mémoires et des collections documentaires particulières que constituèrent les familles des Perrault, des Ormesson et des Lamoignon. En analysant les pratiques documentaires privées de ces familles comme partie prenante du phénomène plus large qu’était le « capitalisme de cour », cet article met donc en lumière les relations entre procédures formelles et procedures informelles d’archivage de la cour. Les rapports de pouvoir qu’elles nouaient avec la cour étant à la base de l’action des élites urbaines, leurs pratiques documentaires doivent enrichir notre comprehension du large éventail de pratiques d’archivage que suscitait une cour devenue l’un des objets d’attention des élites françaises.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie chaleureusement ma collègue Sylvie Honigman d’avoir relu ce texte sur le plan stylistique. J’ai eu le grand plaisir de lire plusieurs des sources citées ici avec Netta Green, Rony Shapira et Yoni Yedidia. Enfin, je remercie la Fondation israélienne pour la science du soutien apporté à ce travail.

1En septembre 1671, Louis XIV doit choisir un nouveau secrétaire d’État pour remplacer Lionne, récemment décédé. Le 27 de ce mois, le roi adresse à Jean-Baptiste Colbert la lettre suivante :

Il me reste à vous faire sçavoir que j’ay déclaré Pomponne secrétaire d’Estat et que je ne désire plus que Berny en fasse de fonctions [sic].

Dites-luy de ma part, et que je luy ordonne d’envoyer tous les chiffres à Louvois, à qui j’ay commandé de faire la charge jusqu’à l’arrivée de Pomponne, aussy bien que tous les autres papiers dont il aura besoin pour son instruction. S’il y en a quelqu’un sous le scellé, vous le lèverez [sic] avec les précautions que vous jugerez nécessaires pour vostre décharge, et le remettrez pour les autres papiers qui seront de conséquence jusqu’à l’arrivée de Pomponne, ou jusqu’à tant que j’en ordonne autrement.

  • 1 Colbert 1861-1873, vol. 6, p. 286.

Faites sçavoir à madame de Pomponne la grâce que je fais à son mary, avec les circonstances que vous sçavez, qui sont la charge de premier écuyer de la grande écurie pour 300 000 livres que je donne pour faire partie du prix, de sorte que Pomponne n’aura plus à donner que les 500 000 livres restant, dont je luy donneray un brevet de retenue, en attendant que j’aye fait quelque chose pour luy qui le dégage des dettes qu’il sera obligé de faire pour cet achat1.

2De par les pratiques documentaires qu’elle atteste, cette brève missive de Louis XIV offre l’image d’une monarchie à double face. D’un côté, en désignant, comme nouveau secrétaire, Pomponne plutôt que Berny, le fils de l’ancien titulaire de l’office, c’est bien le critère de mérite qui semble guider le choix de Louis XIV et non celui du lignage. La relève ministérielle s’accompagne en outre d’une procédure bien ordonnée de transmission des documents importants ainsi que des chiffres codés utilisés pour la correspondance secrète, et le roi prend même soin d’indiquer à Colbert comment procéder, durant la transition ministérielle, quant aux documents sous scellés. En somme, on a là, bien visibles, toutes les marques d’une monarchie en voie de bureaucratisation, où le mérite et le contrôle formel, exercé au travers de documents écrits, remplacent le lignage et le charisme personnel comme critères fondamentaux.

3De l’autre, toutefois, le dernier paragraphe laisse entrevoir la face cachée de ce processus de bureaucratisation : on y découvre, en effet, que l’épouse de Pomponne a joué le rôle d’intermédiaire privilégiée entre le roi et son nouveau ministre, et l’octroi de l’office y est présenté comme une insigne distinction personnelle. En outre, bien que la vénalité des offices ait lentement commencé à s’établir, depuis le début du xvie siècle, comme un expédient efficace permettant de remplir les coffres, toujours trop vides, de la monarchie, la transaction que révèle la lettre est loin de l’image que l’on se fait habituellement d’un marché des offices qui par son énorme volume aurait défini les rapports entre la monarchie et ses élites administratives jusqu’à la Révolution française. En effet, le prix formel de l’office y apparaît en soi, somme toute, comme négligeable au regard des 300 000 livres offertes par Louis XIV comme subvention d’achat et, en outre, de sa promesse à s’employer à trouver des moyens supplémentaires pour couvrir les dettes encourues par Pomponne. En accordant plus d’importance à la capacité de l’homme choisi à remplir son rôle ministériel qu’au profit pécuniaire, le roi subvertit ici la logique du marché et de la maximisation du profit.

  • 2 Soll 2009 ; Rule et Trotter 2014 ; Sarmant et Stoll 2010, p. 355-398.

4L’hypothèse que j’avancerai, dans le cadre de cet article, est que non seulement ces deux faces de la monarchie coexistaient bel et bien, mais elles étaient même étroitement dépendantes l’une de l’autre. Dans ce but, je m’appuierai, en les étendant, sur les approches récentes qui ont renouvelé l’étude de la bureaucratie louis-quatorzienne, en mettant de nouveau l’accent sur l’usage des papiers et des documents dans les rouages administratifs de la monarchie2. L’idée que je défendrai est qu’il convient de replacer l’histoire de l’usage de documents à la cour dans le contexte plus large des rapports de force ainsi que des pratiques d’écriture informelle qui avaient cours au sein de l’élite des « grands serviteurs d’État ».

  • 3 Cassan 1684, p. 331-341.

5Dans le prolongement de l’exemple de la nomination de Pomponne, le thème sur lequel je choisirai de me concentrer ici est celui de la vénalité des offices. De prime abord, ce type de transaction devait s’effectuer selon des critères bureaucratiques bien définis : la création de nouveaux offices était minutieusement documentée par la monarchie, et des notaires enregistraient les actes de vente ou d’achat d’offices entre particuliers, en indiquant soigneusement les prix payés. Le parfait notaire, le manuel publié par Jean Cassan en 1684, fournit ainsi des exemples de ce type de contrats3.

6Ce sont ces mêmes documents notariaux ou de chancellerie qui sont, précisément, à la base de la recherche en ce domaine, et sur lesquels se fonde, avant tout, notre compréhension des carrières des acteurs qui étaient actifs dans ce marché. Pour prendre un exemple, certes extrême, du travail d’une éminente autorité sur le sujet, voici la description que livre Roland Mousnier de la carrière d’André d’Ormesson :

  • 4 Mousnier 2005, p. 720.

Maître des requêtes, il reçoit en avril 1615 le brevet du conseiller d’État qui lui permettait d’entrer dans les Conseils pour y faire les rapports qui lui étaient demandés, mais n’en faisait pas un conseiller d’État effectif. Après avoir été intendant en Champagne, il siège effectivement au Conseil (Conseil d’État et des Finances, Conseil privé ou des Parties) comme quadrimestre depuis janvier 1626. Après avoir été commissaire aux états de Bretagne, il est fait semestre en janvier 1633. Un brevet le fait entrer ensuite au Conseil des Finances. Le chancelier le fait siéger comme ordinaire à partir de juillet 1634 et, en avril 1636, il reçoit son brevet d’ordinaire4.

  • 5  Mousnier 1971 ; Doyle 1996.

7Cette analyse suppose donc l’existence d’un rapport étroit entre émission de documents, occupation d’office, et corps formel dans lequel sert l’officier. Même dans les cas moins extrêmes, c’est encore aux documents de chancellerie et aux contrats notariés qu’il est fait principalement appel pour étayer l’idée de l’importance du marché des offices dans la France du xviie et du xviiie siècle5.

  • 6 Rabinovitch 2018, p. 41. Cette démarche s’inscrit dans le cadre plus large d’une historiographie qu (...)

8Or, dans plusieurs cas, l’analyse minutieuse de la carrière de l’officier permet de penser qu’il serait plus pertinent d’appréhender ce marché comme une forme de « capitalisme de cour », c’est-à-dire un marché où faveur personnelle et patronage ont autant d’influence que le strict calcul pécuniaire. Ce sont les relations dont ils disposent à la cour, autant que le désir d’investir dans l’achat d’office, qui déterminent le sort des ambitieux. Autrement dit, le dynamisme engendré par le capitalisme de cour, qui décide du prix des offices et de l’identité de ceux qui les occupent, ne se réduit ni aux seuls rapports personnels de patronage, ni aux seules fluctuations de l’offre et de la demande du marché ; pour comprendre le fonctionnement de la vénalité, il est nécessaire de tenir compte de ces deux éléments à la fois6. Il apparaît donc que les registres officiels de la monarchie elle-même comme de ses notaires ne dévoilent qu’une partie de l’histoire de la vénalité.

9Le présent article se propose d’analyser trois cas de vénalité et d’occupation d’office : celui de Charles Perrault, homme de lettres et intermédiaire culturel auprès de Jean-Baptiste Colbert ; celui du magistrat Olivier Lefèvre d’Ormesson, célèbre pour son rôle de rapporteur dans le procès de Nicolas Fouquet ; enfin, celui de Guillaume de Lamoignon, premier président du parlement de Paris. Je tiens en outre à préciser que je m’appuie ici sur ce qui ne constitue encore que des recherches préliminaires, sans donc aucune prétention à l’exhaustivité. Toutefois, même à ce stade, les sources – ainsi que le montre l’exemple de Pomponne – suggèrent plusieurs hypothèses qui, me semble-t-il, méritent discussion dans le cadre d’un examen des pratiques documentaires qui se développaient à la cour.

  • 7 Jouhaud, Ribard et Schapira 2009, chap. i.
  • 8 Je prolonge ici l’argumentation que j’ai développée dans Rabinovitch 2018.

10Tout d’abord, dans la mesure où, comme on le verra, le prix d’un office était avant tout fonction des relations dont disposait l’acheteur à la cour, il s’ensuit que les documents formels décrivant la vente d’office masquent des éléments cruciaux de la transaction. Pour mieux comprendre ce mécanisme de fixation des prix, c’est vers le corpus hétéroclite et complexe7 des Mémoires et des biographies d’époque qu’il faut se tourner. Deuxièmement, il apparaît que les Mémoires en eux-mêmes remplissaient un rôle actif dans la stratégie familiale des différents acteurs, en tant qu’ils faisaient autant office de recueils de faits historiques que d’indices virtuels des archives familiales, ces dernières servant à leur tour à établir ou à défendre la renommée familiale. Troisièmement, les pratiques documentaires de la cour jouaient aussi un rôle dans la production documentaire privée, qui pouvait amplifier, interpréter, ou contester la version officielle. De manière générale, on peut dire que le contexte d’écriture et d’utilisation des documents auliques débordait largement la seule cour pour englober également le monde des notables parisiens, soit l’espace urbain de diffusion des écrits, que ces derniers aient circulé sous forme manuscrite ou imprimée. Autrement dit, la cour était archivée par toute une gamme d’acteurs, dont une minorité seulement avait la cour pour principale sphère d’activité ou pour horizon, et dont la plupart agissaient pour des raisons qui leur étaient propres8.

Comment s’achète un office ? Sociopolitique et archivage

11L’achat d’un office prestigieux s’avérait être un processus complexe, impliquant aussi bien d’enquêter sur les offices à vendre ou les prix demandés, que de faire jouer l’influence de patrons, dont le rôle était d’assurer la ratification de l’échange aux échelons supérieurs de la monarchie. Certes, les Mémoires et les « Vies » des acteurs donnent de ces derniers une image infiniment plus complexe que la documentation officielle. Cependant, plutôt que de nous arrêter à cette constatation quelque peu banale, nous nous intéresserons au type d’informations que les acteurs jugeaient pertinent de consigner dans leurs Mémoires, ceux-ci devenant la clé d’une forme d’archivage qui servira finalement leurs maisons et leurs descendants. Cela nous permettra de comprendre la place et l’importance de la vénalité d’office dans les documents qui en traitent, et ce, parfois assez longuement.

  • 9 Descimon 1994, p. 31-34 ; Lemoine 2000.
  • 10 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. iv.

12Guillaume de Lamoignon (1617-1677) naît ainsi dans une famille distinguée de la robe parisienne9. Son grand-père, Charles de Lamoignon, était maître des requêtes et conseiller d’État ; son père, Chrétien, devint président à mortier dans le parlement de Paris durant le ministériat de Richelieu. Quant à son oncle, Pierre, c’était un célèbre enfant prodige qui, « consumé par l’étude et le travail, mourut de vieillesse à vingt-neuf ans10 ». Guillaume, bien entendu, était destiné à faire carrière dans la haute magistrature et à hériter de la fonction de président à mortier de son père. Or, le déroulement effectif de sa carrière jusqu’à sa nomination à la présidence apparaît comme beaucoup plus mouvementé qu’on aurait pu s’y attendre, et révèle bien la manière dont s’entremêlent stratégie familiale, politique aulique, documentation et archivage.

  • 11 Ibid., p. xiv.

13À la mort de Chrétien de Lamoignon, en 1636, Guillaume est encore trop jeune pour servir comme président. La famille se résout donc à ce que M. de Nesmond, beau-frère de Guillaume et fils du premier président du parlement de Bordeaux, reprenne l’office, étant entendu que Nesmond aurait à le transmettre à Guillaume à un moment convenu, sans doute au moment où Guillaume serait en âge de l’exercer. M. de Bullion, surintendant des Finances, est le seul membre de la famille à émettre des objections à cet arrangement, soit qu’il ait craint que des manœuvres politiques à la cour n’empêchent de mettre ce projet en œuvre, soit qu’il ait redouté que Nesmond, une fois l’office en main, ne soit plus disposé à y renoncer. De fait, le moment de l’échange venu, Nesmond s’y refuse. Or, il s’agit bien là d’une véritable affaire de famille : l’auteur de la Vie de Lamoignon s’empresse, en effet, de préciser que la mère de Guillaume de Lamoignon était déjà morte, car, si elle avait été encore en vie, elle aurait pu jouer de son autorité pour intervenir dans cette situation délicate11.

  • 12 Ibid., p. xv-xvii.

14Ce n’est que grâce à ses relations à la cour que Guillaume de Lamoignon obtient finalement le poste. Il dut toutefois, pour cela, attendre la fin de la Fronde, car il ne bénéficiait au préalable d’aucun contact avec Mazarin. En effet, Lamoignon avait d’abord pris part aux machinations parlementaires des débuts de la Fronde parisienne, ce qui lui avait valu d’être choisi, en tant que « l’homme le plus sûr et le plus secret de toute la compagnie », pour tenir un document d’entraide mutuelle signé par tous les maîtres des requêtes. Au fur et à mesure du mouvement, cependant, Lamoignon avait découvert les risques présentés par une populace dont la « tyrannie [est] plus extravagante et plus insupportable aux gens de bien ». À partir de ce moment, il se met à rendre d’importants services à la monarchie, services qui ne sont malheureusement pas reconnus comme tels. Finalement, il arrête son choix : « Enfin, la nécessité de mes affaires, et le besoin que j’eus à la cour, m’obligèrent à commencer de devenir courtisan. » C’est ainsi qu’il établit des rapports avec Michel Le Tellier, secrétaire d’État de la Guerre. En parallèle, Nicolas Fouquet, le surintendant des Finances, lui adresse un message, par l’intermédiaire de Mme du Plessis-Guénégaud, pour lui offrir sa protection ainsi que son aide dans ses démêlés avec Nesmond12.

  • 13 Ibid., p. xvii-xviii.

15Toutefois, la prudence était de mise du point de vue de Lamoignon, car Le Tellier était connu pour être l’ennemi de Fouquet. Il hésite donc, ne sachant trop s’il doit accepter l’offre du surintendant, considéré comme « le plus vigoureux acteur qui fût à la cour : sa haine étoit à craindre, son amitié n’étoit pas sans danger ». Finalement, il choisit de faire part à Fouquet de son amitié avec Le Tellier et, en parallèle, de discuter ouvertement de sa nouvelle relation avec le ministre. Lamoignon s’emploie ainsi à rassurer les deux hommes sur le fait que ses liens d’amitié avec l’un ne pâtiront en rien de ses relations avec l’autre, tout en leur certifiant à l’un et à l’autre que ces mêmes liens d’amitié n’interféreront en rien avec la façon dont il exécutera ses tâches. Chacun de son côté, tous trois décident de tenir secrète la relation de Lamoignon avec Fouquet, y compris Le Tellier, qui aurait pourtant pu tirer parti de cette information pour nuire à la réputation du surintendant. C’est vers cette période également que Louis XIV et Mazarin remarquent Lamoignon, en raison de la clarté dont font preuve les rapports qu’il adresse au Conseil13.

  • 14 Ibid., p. xvii-xx.

16La mort du premier président Pomponne II de Bellièvre, en 1657, permet opportunément de résoudre le différend opposant Lamoignon et son beau-frère Nesmond. En effet, le premier président était nommé directement par le roi, l’office n’étant pas vénal, ce qui impliquait, si le nouveau détenteur du poste était choisi parmi les présidents à mortier du parlement, qu’il vende son office. Donc, des deux beaux-frères, Lamoignon et Nesmond, l’un pouvait détenir l’office appartenant à la famille, tandis que l’autre pouvait racheter son office au nouveau premier président. De fait, Le Tellier comme Fouquet tentent d’influer sur les événements en ce sens, chacun pour ses raisons propres. Pour sa part, Le Tellier souhaite voir choisir Nesmond comme premier président afin de permettre à Lamoignon d’obtenir son office de président à mortier. Quant à Fouquet, ses visées sont en fait plus larges : tout en encourageant les espoirs de tous les ambitieux briguant l’office en leur laissant croire que son influence aura un rôle déterminant dans son obtention, il s’emploie en fait à obtenir la présidence pour Lamoignon, avec dans l’idée que, dans la mesure où les chances objectives de ce dernier de l’emporter étaient minces, il ne s’en montrerait que plus reconnaissant et plus redevable envers son protecteur. En outre, comme Fouquet désirait la position de chancelier pour lui-même, il était tout à son avantage d’avoir comme premier président au parlement de Paris quelqu’un ne risquant en rien de constituer un obstacle pour lui. Fouquet s’arrange aussi pour influer sur l’avis de Mazarin dans cette affaire, en usant de Colbert comme porte-parole. Aussi, quand Lamoignon approche Mazarin pour discuter d’une solution possible de son différend avec Nesmond, le cardinal lui fait-il savoir qu’il prendra son parti14.

  • 15 Ibid., p. xx-xxii.

17Soucieux, toutefois, de se faire par avance une idée du comportement qui pourrait être celui de Lamoignon une fois devenu premier président, Mazarin se décide à aborder directement avec ce dernier la question de ses rapports avec Fouquet. Conscient du caractère délicat du sujet, Lamoignon fait entendre à Mazarin, en guise de réponse, qu’il se sent plus redevable de l’amitié de Le Tellier que de celle de Fouquet. À la suite de quoi Mazarin rassure Lamoignon au sujet de la présidence, ajoutant même qu’au vu de sa modération il souhaiterait le voir premier président. Cependant, comme, à l’été 1658, le roi quitte Paris pour la campagne, le choix formel du président dut attendre son retour. Dans l’intervalle, Nesmond et Lamoignon se voient remettre chacun son brevet d’office de président à mortier, tandis que les autres aspirants à la première présidence maintiennent néanmoins toujours leurs espoirs. C’est seulement au retour du roi à Paris que Mazarin convoque Lamoignon, pour l’informer qu’il a été choisi comme premier président, et ce, malgré les offres exorbitantes reçues d’autres candidats, dont l’une allait jusqu’à 120 000 pistoles. Lamoignon devient donc premier président du parlement en octobre 1658. Quant à Nesmond, il se voit accorder la survivance pour l’un de ses fils, avec en outre la promesse d’un évêché pour un autre15.

18De prime abord, les enjeux de la vénalité ne ressortent pas clairement de ce cas d’étude, dans la mesure où la première présidence n’était précisément pas vénale. Toutefois, comme le montre tout le déroulement de l’affaire, celle-ci est profondément imbriquée dans le capitalisme de cour, dans la mesure où c’est l’office de président à mortier qui est à la source du conflit entre Lamoignon et son beau-frère, et que le roi renonce à une somme conséquente en choisissant de nommer un premier président sur les aptitudes et la loyauté duquel il pourra compter.

  • 16 Solnon 1992, p. 118.

19Ce même mélange d’ambition, de relations personnelles et de froid calcul économique se retrouve à nouveau dans le cas d’Olivier Lefèvre d’Ormesson (1616-1686), qui, soit dit en passant, était ami de Lamoignon16. Tout comme ce dernier, d’Ormesson appartient à une famille bien enracinée dans le milieu judiciaire parisien. Comme le montre le passage de Roland Mousnier, déjà cité, où la carrière d’André d’Ormesson est prise comme exemple typique de celle d’un maître des requêtes, le père d’Olivier fait ses débuts au parlement de Paris, puis rachète l’office d’un maître des requêtes, et devient conseiller d’État en 1616. Olivier lui-même suit la voie de son père, mais, après son début parlementaire, il fait face à un dilemme : rester au parlement, ou viser plus haut en s’investissant dans l’achat d’un office de maître des requêtes.

20Olivier d’Ormesson rapporte avec moult détails, dans ses Mémoires, les machinations afférentes au marché des offices. Il y souligne l’importance de facteurs qui nous sont familiers grâce à l’économie classique, comme le rapport entre l’offre et la demande, ou l’importance de la capacité à anticiper les variations de prix. Cela dit, ces Mémoires révèlent également à la fois l’ancrage profond de ce marché dans la société de robe parisienne et les rapports de cette dernière avec la cour.

  • 17 Ormesson 1860, t. I, p. 2-3.

21André, le père, se montre plus résolu, voire, peut-être, plus téméraire que son fils, en pressant Olivier d’acheter le premier office disponible, quel qu’en soit le prix. Or, au début de novembre 1642, un maître des requêtes du nom de Jean Fabry, fraîchement nommé par Richelieu au Conseil d’État, entreprend de revendre sa charge. Contacté par André, Fabry lui fait comprendre qu’il n’en attend pas une somme supérieure à 60 000 écus. Le père, croyant à une conclusion rapide de l’affaire, en offre 59 000. Sur quoi Fabry réplique que « c’estoit plus qu’il ne pouvoit espérer, mais qu’il falloit qu’il vist M. le chancelier ». André, ayant, de son côté, obtenu une entrevue avec le chancelier, discute lui aussi l’affaire avec ce dernier. En définitive, la transaction tourne court : « Le soir, M. Fabry vint voir mon père comme pour s’excuser, disant qu’il n’estoit pas libre. Le lendemain, il dit à mon père au conseil que M. le chancelier luy avoit offert soixante mille escus pour un autre. » Au cours d’une nouvelle entrevue avec le chancelier, André se voit pourtant assurer que Fabry est entièrement libre de disposer de sa charge à sa guise. « M. Fabry, sçachant cette reponse, disoit qu’on le forçoit de préférer M. Yvon-Laleu de La Rochelle, parce qu’il estoit porté par deux domestiques de M. le chancelier. » Ce n’est que plus tard que les Ormesson apprendront que Fabry ne cherchait pas un faux-fuyant, mais disait bien la vérité17.

  • 18 Ibid., t. I, p. 3-4.

22Une semaine plus tard, en décembre 1642, Richelieu rend l’âme. Face aux rumeurs de réformes et donc d’une baisse prochaine du prix des offices qui se mettent alors à courir, Olivier d’Ormesson se prend à escompter quelque 4 000 ou 5 000 écus d’économie sur l’achat de l’office tant désiré. Or il lui revient aux oreilles, grâce à des nouvelles rapportées par le premier président Mathieu Molé, que son principal adversaire, M. Yvon, n’est désormais plus intéressé par l’office de Fabry, car il craint que le chancelier soit bientôt remplacé. Olivier d’Ormesson découvre en outre que lui-même et Yvon avaient été les seuls à faire des offres concrètes à Fabry. Quand, donc, Fabry lui fait parvenir un message l’informant qu’il est toujours prêt à traiter selon les conditions proposées, Olivier d’Ormesson, se croyant seul acheteur en lice, envoie une réponse négative, jugeant que, s’il tient ferme, l’office finirait par lui revenir à un prix inférieur18.

  • 19 Ibid., t. I, p. 5.

23C’est alors qu’entrent en scène deux autres vendeurs potentiels : Jean-Antoine de Mesmes, seigneur d’Irval, qui vient de prendre place au Conseil, fait dire à Olivier d’Ormesson que sa charge de maître des requêtes sera bientôt à vendre pour 60 000 écus. Cependant, Olivier d’Ormesson s’abstient de lui faire une offre. Au même moment, nous raconte d’Ormesson, Gédéon Tallemant « me fit dire qu’il seroit ravi de traiter avec moi et que le prix nous arresteroit point ». Mais l’affaire complexe que trame Tallemant ne se conclut finalement pas, faute de permission royale autant qu’en raison des manœuvres du chancelier. Sur ces entrefaites, surgit un troisième vendeur : Jacques Amelot, sieur de Beaulieu, dont d’Ormesson anticipe que, pressé de s’acquitter du paiement d’une autre charge, il sera prêt à vendre sa charge de maître des requêtes au rabais ; tandis qu’aucun acheteur potentiel – lui-même y compris – ne sera disposé à débourser une grosse somme, dans la mesure où la charge d’Amelot correspondait au quartier de juillet, tandis que les acheteurs avaient tendance à préférer les charges du quartier de janvier ou de celui d’avril19.

  • 20 Ibid., t. I, p. 5.

24Vendeurs et acheteurs, chaque partie de son côté, avancent leurs pions de façon concertée : tandis que les premiers sont bien décidés à ne pas conclure leur affaire à moins de 60 000 écus, les acheteurs se promettent de ne pas débourser plus que 54 000 ou 55 000 écus. Au terme d’une semaine d’impasse, c’est finalement Charles Maignard, sieur de Bernières, qui cède le premier : il achète la charge de M. d’Irval, au prix demandé. D’Ormesson, dans ses Mémoires, postule même que Maignard avait été pressé de traiter par son beau-frère, Amelot. Les possibilités de choix désormais évanouies, d’Ormesson se résout à conclure avec Fabry au prix du vendeur. Quant à la morale qu’il tire de l’affaire, consignée dans ses Mémoires avec les détails concernant l’achat d’office : « Ainsi toute ma prudence et conduite se trouva trompée, et j’ay trouvé qu’il n’en falloit point avoir pour les charges20. »

25Par rapport aux écrits de Lamoignon et d’Ormesson, les Mémoires de Charles Perrault sont malheureusement moins diserts sur les circonstances qui entourent l’obtention de son office. Néanmoins, ce qu’ils nous laissent entrevoir des conditions de sa vente est assez conforme à l’image qu’en dépeignent les deux autres textes. Né d’un père avocat au parlement de Paris, Charles Perrault est ainsi issu d’une famille du milieu judiciaire plus modeste que celles de nos deux personnages précédents ; dans son cas, l’obtention d’un office constituait un pas important sur la voie de l’ascension sociale. Dans un premier temps, Perrault acquiert une renommée littéraire, ce qui lui permet de devenir commis de Colbert. C’est ainsi qu’au cours des années 1660 il reçoit sa charge de contrôleur des Bâtiments, puis celle de contrôleur général.

  • 21 Perrault 1993, p. 232-233.
  • 22 Huygens 1888-1950, vol. 7, p. 153.

26Dans ses Mémoires, Perrault s’étend moins sur les circonstances de l’acquisition de sa charge que sur celles de sa revente en 1683, pour se plaindre de n’en avoir tiré que 22 000 livres, alors que l’office (dont la valeur réelle était peut-être d’environ 75 000 livres) avait été monnayé pour 66 000. En fait, le montant de la transaction s’est trouvé partagé en trois : outre Perrault, Charles Le Brun et André Le Nôtre en reçoivent chacun une part d’environ 20 000 livres21. La somme que Perrault avait dû payer pour sa charge reste inconnue, et il n’est pas impossible qu’il l’ait reçue gratuitement. C’était là du moins l’avis de Christiaan Huygens, le savant néerlandais et proche ami des Perrault : dans une lettre rédigée peu après sa prise de fonction aux Bâtiments du roi par Perrault, Huygens prétend que son ami n’a rien payé22. De fait, aussi bien la remarque de Huygens que le partage du montant de la vente suggèrent que la charge était non pas la propriété de Perrault au sens strict, mais un don que Colbert aurait fait aux trois hommes, ses proches conseillers en matière d’art.

27Ainsi, mémorialistes et biographes contemporains nous livrent de précieux témoignages sur les intrigues complexes qui entouraient le marché des offices. Loin de s’intéresser aux seuls aspects économiques, comme les prix ou l’offre sur le marché, ils nous renseignent aussi sur un éventail de données : modalités de la transaction financière, identité des concurrents, rôle joué par des médiateurs ou des patrons dans la procédure d’achat, ou encore façon dont l’office s’accorde avec une stratégie familiale plus large. C’est pour éclairer ce dernier aspect qu’il convient, à ce stade de l’argumentation, de replacer ces textes dans le contexte des collections d’archives de ces familles.

Mémoires et dépôts familiaux : la formation et l’usage d’archives informelles

  • 23 Pour les références, je me permets de renvoyer à Rabinovitch 2018, p. 147.

28Dans la France du xviie siècle, individus et familles ont recours à différents moyens pour enregistrer les événements marquants de la vie : ils rédigent des Mémoires, maintiennent des livres de raison, ou produisent des généalogies (tantôt réelles, tantôt fabuleuses) censées établir l’origine de leurs maisons respectives23. Comme nous le verrons, ces documents s’inséraient dans des collections d’archives plus larges, que ces familles utilisaient à des fins variées. J’aimerais montrer que c’est là le contexte dans lequel il convient de replacer les récits d’achat d’offices, car il nous permet de saisir le rapport entre ces derniers et l’usage qui pouvait être ultérieurement fait de cette documentation.

  • 24 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. xi-xii.

29La biographie de Lamoignon cite à maintes reprises des documents rédigés par le premier président, en les replaçant dans le contexte d’autres documents tenus par la famille. De fait, par tradition familiale, les enfants de la famille rédigeaient la biographie de leurs parents et consacraient leurs vertus par des monuments domestiques ou familiaux. Le premier président, Guillaume, écrit ainsi la vie de son père, Chrétien de Lamoignon ; la vie du premier président est à son tour rédigée par son fils, le président Chrétien-François de Lamoignon, et par sa fille, Anne de Lamoignon, religieuse à la Visitation du faubourg Saint-Jacques ; c’est à son deuxième fils, le chancelier de Lamoignon, que l’on doit non seulement la vie de Chrétien-François, mais aussi l’épithète latine inscrite en son honneur dans l’église de Saint-Leu, touchante manifestation de piété filiale24.

  • 25 Ibid., p. ii (terres) ; x (testament) ; x, xii, xxiii-xiv, xxx, xxxvii, xl (documents) ; xlvi (pest (...)

30La famille conservait encore d’autres documents : les preuves de leurs possessions terriennes, d’autres documents notariaux (le testament de Guillaume est ainsi explicitement cité dans la biographie) et des Mémoires portant sur des sujets variés, rédigés par divers membres de la famille. Ainsi, la biographie de Guillaume fait mention des divers Mémoires écrits par ses soins et traitant de sa nomination comme premier président, de l’arrestation et du procès de Fouquet, de projets de justice, comme des réformes judiciaires ou le problème des duels et, enfin, d’un rendez-vous avec le nonce. La biographie de Guillaume fait même mention de documents traitant des actions notables de ses parents, comme les efforts déployés par eux pour arrêter une irruption de la peste entre Soissons et Paris25.

  • 26 Ibid., p. xlv-xlvi.

31Tout comme celle de l’argent, la sauvegarde des documents faisait donc partie intégrante de la renommée familiale, ce que reconnaissait Louis XIV lui-même. Ainsi, au cours des dernières décennies du siècle, « des personnes considérables, dont le nom n’a pas été connu de la famille, confièrent à M. de Lamoignon [Chrétien-François] un dépôt important de papiers ». Quand cette information filtre à la cour, un secrétaire d’État écrit à Lamoignon pour l’informer du désir du roi de connaître le contenu de ce dépôt. Lamoignon ayant répliqué que « Je n’ai point de dépôt, et si j’en avois un, l’honneur exigerait que ma réponse fût la même », il est convoqué à la cour pour une audience avec le roi, en présence du secrétaire d’État. Demandant alors à être entendu en particulier, Lamoignon concède au roi l’existence du dépôt, mais « l’assura qu’il n’en seroit jamais chargé, si ces papiers eussent contenu quelque chose de contraire à son service et au bien de l’État ». Satisfait de cette réponse, le roi réprimande le secrétaire d’État, quand ce dernier les rejoint : « “Vous me faites là, dit le roi, une belle proposition, d’obliger un homme d’honneur de manquer à sa parole.” Puis, se tournant vers M. de Lamoignon : “Monsieur, dit-il, ne vous désaisissez [sic] de ces papiers, que suivant la loi qui vous a été imposée par le dépôt”26. »

  • 27 Perrault 1993, p. 133.
  • 28 Ibid., p. 201.

32Comme ceux de Lamoignon, les Mémoires de Perrault contiennent de multiples références aux sources manuscrites conservées par la famille. En ce sens, ils font, de facto, office d’index d’une collection manuscrite : en plusieurs occasions, Perrault y guide véritablement son lecteur vers d’autres documents intéressant les sujets abordés. Par exemple, alors qu’il relate le rôle qu’il a joué dans la création des devises pour les tapisseries royales, il ajoute : « La vérité est que j’ai eu du talent pour faire les devises, et je crois en avoir fait moi seul pendant quinze ou seize années, autant que tous les autres ensemble. Il y en a un recueil que l’on trouvera parmi mes papiers en suite d’un discours sur les devises27. » De même, faisant état des corrections qu’il avait suggérées aux dessins d’un arc de triomphe effectués par son frère Claude, il explique : « J’ai ces deux desseins dans des bordures dorées que je garde comme deux pièces curieuses28. »

  • 29 Ibid., p. 113-114.
  • 30 Ibid., p. 133 et 174-175.
  • 31 Ibid., p. 148, 186, 188, 201 et 210. Des dessins architecturaux dus à Claude Perrault étaient conse (...)
  • 32 Perrault 1993, p. 201.
  • 33 Ibid., p. 162-163.
  • 34 Ibid., p. 186 et 232.

33Au total, ces renvois permettent une reconstitution partielle de ses archives familiales : manuscrits et ouvrages rédigés par les membres de la famille, posés sur une « tablette29 » ; papiers « personnels », y compris les devises des tapisseries royales et des notes sur l’architecture romaine, sans doute à mettre en relation avec sa fonction de secrétaire de la « Petite Académie30 » ; dessins d’architecture et notes théoriques sur l’architecture de son frère Claude31 ; dessins de Charles et, enfin, quelques estampes32. Perrault avait aussi réussi à se procurer une copie manuscrite du Journal de Chantelou, qui avait accompagné le Bernin durant le séjour de l’Italien en France, document qui lui permet d’enrichir sa relation des querelles suscitées par les travaux du Louvre33. Par contre, Perrault s’était vu contraint de rendre certains papiers relatifs à sa charge de commis des Bâtiments, même si l’on peut supposer qu’il aurait été désireux de les garder34.

  • 35 Antoine et Lanhers 1960.

34Dans la mesure où les documents conservés par les d’Ormesson ont déjà fait l’objet d’une description détaillée35, il est inutile d’en fournir ici un inventaire complet pour le xviie siècle. Contentons-nous de remarquer que ces documents comprenaient aussi bien des Mémoires, des documents notariaux tels que contrats de mariage, testaments ou inventaires après décès, que des documents relatifs à leurs activités politiques, allant du rôle d’Olivier d’Ormesson dans le procès de Nicolas Fouquet jusqu’aux activités de son fils, André, comme intendant du Lyonnais.

  • 36 Cité dans Ormesson 1860, t. I, p. xxxiv ; voir aussi Solnon 1992, par exemple p. 166-167.

35Les familles de l’élite urbaine avaient diverses raisons de cultiver ce que l’on doit bien considérer comme de véritables archives. Tout d’abord, ces Mémoires présentaient une utilité d’ordre personnel, comme expression de piété filiale, ou comme support d’autoréflexion. André d’Ormesson, par exemple, lit et relit ses Mémoires tout au long d’une période de six mois, afin de les corriger ou d’y ajouter des détails36. De toute évidence, ces formes d’écriture et de lecture du for privé assurent leur place aux individus dans la constellation familiale et participent à la construction de leur identité.

36Au-delà de cette dimension privée, ces Mémoires étaient aussi rédigés pour l’action : ils fournissent des récits clairs sur des épisodes clés et, comme l’illustre le cas de Perrault analysé plus haut, servent d’index aux autres documents détenus par la famille. De ce fait, les Mémoires constituent la base matérielle de traditions familiales qui pouvaient s’avérer précieuses pour protéger la renommée lignagère. Il me semble que c’est précisément pour cette raison que ces Mémoires se soucient de replacer l’office dans son contexte plus large : dans ce milieu social, l’office sert de point d’appui aux carrières, aux relations, voire à la renommée de la famille.

  • 37 Moréri 1759, s.v. « Fevre (Le) d’Ormesson ».

37Le rôle clé des épisodes dans lesquels fut impliqué Olivier d’Ormesson alors qu’il était maître des requêtes ressort de façon évidente de l’importance qu’il leur accorde dans ses Mémoires. Ces derniers, divisés en deux parties, traitent pour l’essentiel de ses activités comme maître des requêtes durant les années 1640 ainsi que de son rôle dans le procès de Nicolas Fouquet au début des années 1660. Assurément, le fait qu’il ait négligé une décennie entière, les années 1650, prouve assez que d’Ormesson n’avait pas conçu ses Mémoires comme un outil de réflexion sur ses exploits passés. Les événements sur lesquels il s’étend, en revanche, sont son entrée dans le monde des maîtres des requêtes (en passant sous silence ses premières années au parlement de Paris) et son rôle de rapporteur dans le procès de Fouquet. C’est précisément parce que le rôle qu’il a joué dans ce procès a été déterminant sur la suite de sa carrière, contribuant à la briser, qu’il lui consacre de longues pages détaillées. En effet, dans ce procès essentiellement politique, et au milieu des pressions exercées par la cour poussant à l’exécution de l’accusé, d’Ormesson avait rempli son rôle avec droiture et probité, et c’est peut-être grâce à lui que Fouquet avait eu la vie sauve. Aux lendemains du procès, cependant, au lieu de poursuivre une brillante carrière, d’Ormesson s’était retrouvé à passer sa vie à la campagne. Le dictionnaire biographique de Moréri – qui se réfère ici au « journal manuscrit qu’il [d’Ormesson] a laissé du procès de M. Fouquet » – indique en effet que d’Ormesson aurait vu lui échapper la charge de chancelier, qui lui aurait été promise en cas de condamnation de Fouquet. Ce n’est que bien plus tard que Louis XIV devait reconnaître la probité d’Olivier d’Ormesson ; alors que le petit-fils du magistrat lui était présenté, il l’aurait exhorté à être aussi honnête que son grand-père, le rapporteur du procès de Fouquet37.

  • 38 Dans la version imprimée : Saint-Simon 1879-1931, vol. 13, p. 135-140. Boislisle, qui a consacré un (...)
  • 39 La Place 1781, p. 220-222.

38La biographie de Lamoignon illustre bien comment la renommée et le statut découlant du rôle d’officier, enjeux de première importance, étaient soutenus par la tradition familiale, elle-même établie au travers des Mémoires de ses membres respectifs. En 1781, l’homme de lettres Pierre-Antoine de La Place édite une collection de documents historiques à sensation. Il avait bénéficié pour ce faire de l’accès aux Mémoires de Saint-Simon, toujours inédits à cette date, et en tire une anecdote particulièrement malveillante à l’égard de Guillaume de Lamoignon38, selon laquelle Louis XIV aurait demandé au premier président de trouver un prétexte pour faire exécuter Balthazar de Fargues, un gentilhomme qui avait agi contre le roi pendant la Fronde. En récompense, Lamoignon aurait bénéficié des terres confisquées au défunt, parmi lesquelles une seigneurie sise à Curson. Faisant preuve d’une continuelle hostilité envers la noblesse de robe, Saint-Simon dépeint Lamoignon ainsi que les autres magistrats comme des courtisans soucieux seulement de plaire et de tirer profit de leurs agissements corrompus39.

  • 40 Journal des sçavans, mai 1781, p. 259-279.

39Face à cette attaque, les Lamoignon réagissent rapidement, sans doute grâce au fait qu’un membre éminent de la famille, Malesherbes (qui, pour mémoire, est appelé Chrétien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, 1721-1794), se trouvait être alors premier président à la Cour des aides, célèbre directeur de la Librairie, et ancien ministre de Louis XVI. S’il était d’une importance capitale pour lui de maintenir sa renommée en tant qu’homme de justice et de parer à des attaques contre la renommée familiale, il se pourrait bien qu’il y ait aussi eu à cela des raisons d’ordre éditorial. Toujours est-il que plusieurs revues parisiennes, dont la plus éminente était le Journal des sçavans, s’empressent de publier des réfutations de l’anecdote40.

  • 41 Ibid., p. 265-270.

40La réfutation détaillée parue dans le Journal des sçavans fait usage aussi bien d’imprimés que de documents manuscrits, ce qui indique que son auteur a eu accès aux papiers familiaux de Lamoignon. S’y trouve ainsi publié le texte même de la sentence contre de Fargues datant de mars 1665, qui établit que ce dernier a été jugé par l’intendant Louis de Machault, dont la dureté était notoire, et non par Lamoignon, et que de Fargues a été exécuté pour escroquerie dans un envoi d’approvisionnement en matériel de guerre, et non pour un meurtre fabriqué. La réfutation comprend en outre la copie d’un manuscrit notarié signé de Lamoignon ainsi que d’autres seigneurs concernant les terres confisquées à de Fargues, qui prouve que la terre de Curson est détenue en possession légitime, comme le confirme le décret de Louis XIV41.

  • 42 Recueil des arrêtés du premier président de Lamoignon 1783.

41Ces réfutations participent en outre d’une campagne plus générale, aux visées apparemment éditoriales. En effet, en 1783, voit le jour une nouvelle édition corrigée des sentences choisies prononcées par Lamoignon, dont le succès dépendait de la renommée de probité et d’intégrité impeccables de leur auteur ; or, cette dernière avait apparemment été sapée par l’anecdote éditée par de La Place. Afin de rétablir la renommée de Lamoignon, la nouvelle édition comprend une préface élogieuse, qui cite des autorités telles que le chancelier d’Aguesseau, et ajoute une lettre adressée par Barthélemy Auzanet (1591-1673), avocat au parlement de Paris, vantant le rôle de Lamoignon dans les réformes de justice des années 166042.

  • 43 Gaillard 1805.

42De fait, alors que la biographie de Lamoignon avait été écrite pour être incluse dans cette édition, on doit sans doute voir dans sa publication indépendante, en 1781, une volonté de réponse à Pierre-Antoine de La Place. Si la biographie voit le jour anonymement, elle est vraisemblablement rédigée de la main de Gabriel-Henri Gaillard, un homme de lettres proche des Lamoignon. Quand, en 1805, Gaillard publie une biographie de Malesherbes, il lui adjoint celle de Lamoignon, publiée quelque vingt ans plus tôt43. Ces liens personnels rendent crédible l’hypothèse selon laquelle l’auteur de la biographie de Lamoignon a bel et bien utilisé, pour sa rédaction, des manuscrits originaux écrits par les membres de la famille. En ce sens, on peut dire que la biographie rend publique une tradition familiale jusque-là restée manuscrite.

  • 44 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. ii.

43La publication de la biographie de Lamoignon répondait à plusieurs préoccupations à la fois. Dans l’immédiat, il s’agissait de contrer des attaques visant sa bonne réputation, but atteint par la production des pièces authentiques détenues par la famille, ainsi que par les réfutations parues dans des revues. Les lecteurs de ces dernières y étaient renvoyés aux « pièces authentiques, qui démontrent la fausseté de l’anecdote, […] déposées à la Bibliothèque du roi44 ». En outre, la biographie apportait d’autres mises au point, concernant soit la carrière judiciaire de Lamoignon, comme son rôle dans le procès de Fouquet, soit les tensions entre lui-même et Colbert liées aux réformes judiciaires des années 1660 et du fait que Colbert avait, prétendument du moins, essayé de corrompre le premier président en lui proposant l’énorme somme de 200 000 livres. Ces réponses conjuguées visaient à rétablir la renommée de Lamoignon comme magistrat d’honneur, digne héritier d’une famille établie du monde de l’office.

  • 45 Je résume ici Rabinovitch 2018, p. 146-149.

44Soucieux, lui aussi, d’assurer la bonne réputation de sa famille, Perrault met à profit, outre ses Mémoires, sa qualité même d’auteur pour soutenir ses frères de diverses manières45. Il cultive leur gloire, tout d’abord, en mentionnant leurs théories dans ses écrits et en traitant leurs travaux comme des ouvrages de référence faisant autorité. Dans Parallèle des Anciens et des Modernes, ouvrage visant à démontrer la supériorité des arts et des savoirs modernes sur les anciens, Charles renvoie ainsi le lecteur aux travaux de Claude traitant des avantages de la musique moderne :

  • 46 Perrault 1688-1697, vol. 4, p. 265. Dans le même texte, Charles renvoie aussi ses lecteurs au trava (...)

Il est constant que la musique des Anciens ne consistoit que dans un chant seul, et qu’elle n’a jamais connu ce que c’est qu’une basse, qu’une taille et qu’une haute contre. Si vous en doutez, vous n’avez qu’à lire le traité que Mr. Perrault de l’Academie des sciences a composé sur ce sujet, et vous en serez pleinement persuadé. Ce traitté est à la fin du premier tome de ses Essays de physique ; et a pour titre De la musique des Anciens46.

  • 47 Voir le privilège dans Perrault 1700.

45Charles s’occupe en outre de l’édition des travaux inédits de ses frères. Ainsi, trois ans avant sa mort, à l’âge de soixante-douze ans (et sans doute alors même qu’il rédige ses mémoires), écrit-il la préface du Recueil de plusieurs machines de nouvelle invention, ouvrage posthume de M. Perrault, de son frère Claude, dans laquelle l’écrivain plaide ouvertement pour obtenir la protection de l’Académie des sciences pour l’ouvrage, soulignant les mérites de ses membres, l’appartenance de Claude lui-même à l’Académie, ainsi que le rôle personnel qu’il (Charles) a joué dans sa fondation. Il est probable que Charles prend soin de ce que l’ouvrage soit édité chez J.-B. Coignard, le libraire de l’Académie française, qui avait auparavant imprimé plusieurs des ouvrages de Charles et de Claude Perrault47.

  • 48 Pour la lettre de Boileau, voir Arnauld 1727, vol. 7, p. 503-509. Perrault revient ailleurs aussi s (...)
  • 49 Perrault 1993, p. 119-120.

46Enfin, là où la paternité même de ses frères sur un ouvrage est en cause, Perrault s’emploie à la réaffirmer haut et fort, et il fait de même pour les ouvrages présentant un fort enjeu symbolique. C’est ainsi qu’il consacre un tiers de ses Mémoires environ aux intrigues entourant les travaux du Louvre, en particulier ceux de la façade est. À l’en croire, alors qu’une querelle éclate en 1693 autour de la question de savoir qui était l’auteur du dessin de cette dernière comme de ceux d’un certain nombre d’autres monuments (querelle attestée par une lettre du poète Nicolas Boileau), ces dessins ne sauraient être que de la main de Claude48. De même, Charles prétend que c’est une idée de Nicolas Perrault qui serait à l’origine des Lettres provinciales, considérées comme l’un des ouvrages à l’éloquence la plus élégante du xviie siècle français49.

47Sur un autre registre, Charles insiste sur les aptitudes personnelles reconnues de ses frères et des siennes propres, comme pour signifier que cela garantissait la qualité même de leurs œuvres. Retraçant ses années passées au collège, il souligne ainsi les talents qui étaient les siens dans les disputes ou dans l’écriture de vers et qu’il présente comme talents naturels :

  • 50 Ibid., p. 110.

J’aimois mieux faire des vers que de la prose, et les faisois quelquefois si bons que mes régens me demandoient souvent qui me les avoit faits. J’ai remarqué que ceux de mes compagnons qui en faisoient bien ont continué d’en faire, tant il est vrai que ce talent est naturel et se déclare dès l’enfance50.

  • 51 Ibid., p. 138.

48Ailleurs, Charles défend la nomination de Claude à l’Académie des sciences nonobstant le fait que ce dernier ne jouissait encore d’aucune reconnaissance dans le milieu scientifique parisien ; il présente les hésitations de son frère à accepter le poste comme preuve de modestie, ajoutant que Claude « eût lui seul les talents de dix autres51 ».

  • 52 Ibid., p. 217-223.

49Troisième volet de ce souci de défendre la réputation familiale, Charles donne sa propre explication de la disgrâce de son frère Pierre, le receveur général. Alors que d’aucuns auraient pu être tentés de rapporter la disgrâce de Pierre à une question de corruption, Charles la présente comme la conséquence malheureuse d’une conjoncture unique : rémission imprévue de dettes par le roi, sévérité de Colbert durant ses premières années comme surintendant, position désavantageuse de Pierre face à un intendant des Finances qui avait tendance à favoriser ses propres parents52.

  • 53 Ibid., p. 116.

50Quatrième volet, Charles livre une interprétation très particulière des rapports de Nicolas avec le jansénisme au cours des années 1650. Bien que les jansénistes aient professé leur soumission à l’Église catholique sur le plan doctrinaire, certaines de leurs pratiques, telles que celle de mener une vie dévote en dehors des institutions reconnues ou la pratique de l’enseignement par des laïcs, pouvaient constituer un défi à l’ordre politique. C’est pour cette raison, à mon sens, que Charles insiste sur le fait que les rapports de Nicolas au jansénisme étaient de nature strictement intellectuelle et non sociale ou politique. Selon Charles, contrairement à ce que la défense d’Arnauld en Sorbonne pouvait faussement laisser croire, non seulement il n’y avait pas de liens étroits entre ce dernier et Nicolas, mais les deux hommes ne s’étaient même jamais parlé ; Nicolas, en effet, désirait que ses opinions soient inspirées directement par Dieu, sans truchement humain53.

Conclusion

51Comme on a pu le voir, dans chacun des trois cas analysés, les Mémoires informels rédigés par chacun des acteurs concernés s’avèrent être une mine de renseignements aussi bien sur les rapports existant entre la cour et les élites qui la servaient que sur la manière dont ces acteurs avaient pu créer des traditions familiales en se fondant sur des collections privées de manuscrits. Or, l’existence de telles collections vient compliquer les hypothèses existantes sur le processus de bureaucratisation de la monarchie française et les rapports que l’on a pu relever entre organisation rationnelle des archives, formation d’une bureaucratie formelle et naissance de l’État moderne, dans la mesure où elle prouve à quel point la dimension patrimoniale de l’office était partie prenante de la construction de la « figure de l’administrateur ». Or, ces aspects patrimoniaux ressortent de la constitution même de collections patrimoniales de documents. Ces collections étaient bel et bien rassemblées à des fins pratiques, et comme le montrent les cas de Lamoignon et de Perrault, parents et alliés pouvaient effectivement, le cas échéant, y avoir recours pour défendre le statut de la famille. De fait, si la cour occupait une place importante dans la vie des élites urbaines, elle n’en constituait pas pour autant le cadre unique de leur vie sociale. Ces familles affirmaient leurs revendications sociales au travers de plusieurs espaces différents : ceux de la cour, de la ville, mais aussi celui de l’imprimé. Dès le moment où, à partir du xviie siècle, la cour commença à mobiliser une grande partie de leur attention, ces élites entreprirent de consigner par écrit les rapports qu’elles entretenaient avec elle, relatant avec plus ou moins force détails comment ces rapports promouvaient ou entravaient les carrières. C’est ainsi que, mues par des préoccupations d’ordre patrimonial somme toute pragmatiques, ces élites se mettent à archiver la cour, pour ainsi dire. Ces documents personnels sont tout aussi indispensables que les documents de chancellerie, les documents notariaux, ou les mémoires des courtisans qui résidaient à Versailles. Étant donné l’éclairage singulier et unique qu’ils jettent sur les réalités sociales de la cour et de la ville, nous ne pouvons décidément pas nous permettre de les ignorer.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Arnauld Antoine, 1727, Lettres de M. Antoine Arnauld, éd. par Jacques Fouilloux, Nancy, Nicolai.

Blondel Jacques-François, 1752-1756, Architecture françoise, Paris, Jombert.

Cassan Jean, 1684, Le nouveau et parfait notaire françois…, Paris, Loyson.

Colbert Jean-Baptiste, 1861-1873, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, éd. par Pierre Clément, Paris, Imprimerie impériale, 7 vol.

Gaillard Gabriel-Henri, 1805, Vie ou Éloge historique de M. de Malesherbes, suivie de la vie du premier président de Lamoignon, son bisaïeul, Paris, Xhrouet.

Huygens Christiaan, 1888-1950, Œuvres complètes, La Haye, Nijhoff, 23 vol.

Journal des sçavans, mai 1781.

La Place Pierre-Antoine de, 1781, Pièces intéressantes et peu connues…, Bruxelles.

Moréri Louis, 1759, Le grand dictionnaire historique…, Paris, Les Libraires associés.

Ormesson Olivier Lefèvre d’, 1860, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson, t. I : 1643-1656, éd. par M. Chéruel, Paris, Imprimerie impériale.

Perrault Charles, 1688-1697, Parallèle des Anciens et des Modernes, Paris, Coignard, 4 vol.

Perrault Charles, 1690, Le cabinet des beaux-arts, ou Recueil d’estampes gravées d’après les tableaux d’un plafond où les beaux-arts sont représentés, Paris, Edelinck.

Perrault Charles, 1993, Mémoires de ma vie, précédé d’un essai d’Antoine Picon, éd. par Paul Bonnefon, Paris, Macula.

Perrault Claude, 1700, Recueil de plusieurs machines de nouvelle invention, ouvrage posthume de M. Perrault, Paris, Coignard.

Recueil des arrêtés du premier président de Lamoignon, 1783, Paris, Nyon, 2 vol.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1931, Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au « Journal » de Dangeau, éd. par A. de Boislisle, Paris, Hachette, 45 vol.

Vie de M. le premier président de Lamoignon, 1781, Paris, Nyon.

Études

Antoine Michel et Lanhers Yvonne, 1960, Les archives d’Ormesson : inventaire, Paris, Imprimerie nationale.

Crowston Clare, 2013, Credit, Fashion, Sex : Economies of Regard in Old Regime France, Durham, Duke University Press.

Descimon Robert, 1994, « Les ducs de Nevers au temps de Blaise de Vigenère ou la puissance de faire des hommes puissants », dans Blaise de Vigenère, poète et mythographe au temps de Henri III, actes du colloque (Paris, Centre V.L. Saulnier, 18 mars 1993), Paris, Presses de l’École normale supérieure, p. 13-37.

Doyle William, 1996, Venality : The Sale of Offices in Eighteenth-Century France, Oxford, Clarendon Press.

Guerreau Alain, 2001, « Avant le marché, les marchés : en Europe, xiiie-xviiie siècle (note critique) », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 56, no 6, p. 1129-1175.

Haddad Élie, 2010, « Le crédit nobiliaire en France au xviie siècle : usages de la rente constituée chez les Belin et les Crevant d’Humières », Histoire et mesure, vol. 25, no 2, p. 25-54.

Jouhaud Christian, Ribard Dinah et Schapira Nicolas, 2009, Histoire, littérature, témoignage, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Lemoine Yves, 2000, La grande robe, le mariage et l’argent : histoire d’une grande famille parlementaire (1560-1660), Paris, Éd. Michel de Maule.

Mousnier Roland, 1971, La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, Presses universitaires de France, 2e éd.

Mousnier Roland, 2005, Les institutions de la France sous la monarchie absolue (1598-1789), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige ».

Rabinovitch Oded, 2018, The Perraults : A Family of Letters in Early Modern France, Ithaca, Cornell University Press.

Rule John C. et Trotter Ben S., 2014, A World of Paper : Louis XIV, Colbert de Torcy, and the Rise of the Information State, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Sarmant Thierry et Stoll Mathieu, 2010, Régner et gouverner : Louis XIV et ses ministres, Paris, Perrin.

Soll Jacob, 2009, The Information Master : Jean-Baptiste Colbert’s Secret State Intelligence System, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Solnon Jean-François, 1992, Les Ormesson au plaisir de l’État, Paris, Fayard.

Haut de page

Notes

1 Colbert 1861-1873, vol. 6, p. 286.

2 Soll 2009 ; Rule et Trotter 2014 ; Sarmant et Stoll 2010, p. 355-398.

3 Cassan 1684, p. 331-341.

4 Mousnier 2005, p. 720.

5  Mousnier 1971 ; Doyle 1996.

6 Rabinovitch 2018, p. 41. Cette démarche s’inscrit dans le cadre plus large d’une historiographie qui vise à mettre au jour les mécanismes de la vie économique des élites dans la France moderne en s’affranchissant des canons de la théorie économique « classique » : citons par exemple les approches de Guerreau 2001, Haddad 2010 ou Crowston 2013.

7 Jouhaud, Ribard et Schapira 2009, chap. i.

8 Je prolonge ici l’argumentation que j’ai développée dans Rabinovitch 2018.

9 Descimon 1994, p. 31-34 ; Lemoine 2000.

10 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. iv.

11 Ibid., p. xiv.

12 Ibid., p. xv-xvii.

13 Ibid., p. xvii-xviii.

14 Ibid., p. xvii-xx.

15 Ibid., p. xx-xxii.

16 Solnon 1992, p. 118.

17 Ormesson 1860, t. I, p. 2-3.

18 Ibid., t. I, p. 3-4.

19 Ibid., t. I, p. 5.

20 Ibid., t. I, p. 5.

21 Perrault 1993, p. 232-233.

22 Huygens 1888-1950, vol. 7, p. 153.

23 Pour les références, je me permets de renvoyer à Rabinovitch 2018, p. 147.

24 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. xi-xii.

25 Ibid., p. ii (terres) ; x (testament) ; x, xii, xxiii-xiv, xxx, xxxvii, xl (documents) ; xlvi (peste à Soissons).

26 Ibid., p. xlv-xlvi.

27 Perrault 1993, p. 133.

28 Ibid., p. 201.

29 Ibid., p. 113-114.

30 Ibid., p. 133 et 174-175.

31 Ibid., p. 148, 186, 188, 201 et 210. Des dessins architecturaux dus à Claude Perrault étaient conservés à la Bibliothèque du Roi, où l’architecte Jacques-François Blondel put encore les voir au xviiie siècle : Blondel 1752-1756, vol. 4, p. 4-5 et 57.

32 Perrault 1993, p. 201.

33 Ibid., p. 162-163.

34 Ibid., p. 186 et 232.

35 Antoine et Lanhers 1960.

36 Cité dans Ormesson 1860, t. I, p. xxxiv ; voir aussi Solnon 1992, par exemple p. 166-167.

37 Moréri 1759, s.v. « Fevre (Le) d’Ormesson ».

38 Dans la version imprimée : Saint-Simon 1879-1931, vol. 13, p. 135-140. Boislisle, qui a consacré une étude détaillée à cet épisode, ajoute ses propres réfutations, p. 603-606.

39 La Place 1781, p. 220-222.

40 Journal des sçavans, mai 1781, p. 259-279.

41 Ibid., p. 265-270.

42 Recueil des arrêtés du premier président de Lamoignon 1783.

43 Gaillard 1805.

44 Vie de M. le premier président de Lamoignon 1781, p. ii.

45 Je résume ici Rabinovitch 2018, p. 146-149.

46 Perrault 1688-1697, vol. 4, p. 265. Dans le même texte, Charles renvoie aussi ses lecteurs au travail architectural de Claude sans le nommer (vol. 1, p. 152).

47 Voir le privilège dans Perrault 1700.

48 Pour la lettre de Boileau, voir Arnauld 1727, vol. 7, p. 503-509. Perrault revient ailleurs aussi sur le fait que ces monuments doivent bien être attribués à son frère : dans Le cabinet des beaux-arts, ou Recueil d’estampes gravées d’après les tableaux d’un plafond où les beaux-arts sont représentés, il les fait figurer dans les gravures représentant l’optique et les mathématiques (Perrault 1690, p. 26).

49 Perrault 1993, p. 119-120.

50 Ibid., p. 110.

51 Ibid., p. 138.

52 Ibid., p. 217-223.

53 Ibid., p. 116.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oded Rabinovitch, « Vénalité, capitalisme de cour et pratiques d’écriture (xviie-xviiie siècle) : réflexions préliminaires », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17487 ; DOI : 10.4000/crcv.17487

Haut de page

Auteur

Oded Rabinovitch

Oded Rabinovitch enseigne l’histoire moderne à l’université de Tel-Aviv. Ses recherches explorent les rapports entre littérature, science et configurations sociales dans la France du xviie siècle. Il a récemment publié un ouvrage tiré de sa thèse de doctorat, The Perraults : A Family of Letters in Early Modern France aux Presses de l’université Cornell.
Oded Rabinovitch teaches early modern history at Tel Aviv University. His work explores the links between literature, science, and social institutions in seventeenth-century France. His book, The Perraults: A Family of Letters in Early Modern France was recently published by Cornell University Press. odedra@post.tau.ac.il

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals