Navigation – Plan du site
Foyers d'archivage : les mises en ordre locales et concurrentes de la mémoire de la cour

Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et l’archivage de la cour

The Journalist Courtier and the Scholar at Versailles: The Dangeau Brothers and the Archiving of the Court
Maxime Martignon

Résumés

À partir d’une réflexion sur les pratiques d’archivage des frères Dangeau, cet article a pour objectif de réinterroger la place des intermédiaires à la cour et d’analyser la capacité d’action de ces individus à partir des pratiques d’écriture. Le marquis de Dangeau, diariste, fournissait des informations à son frère, l’abbé de Dangeau, un érudit parisien. Transformées en ressource, avec d’autres informations extraites des imprimés du temps ou des cercles nouvellistes, elles permettaient à son frère de devenir central par la connaissance des carrières curiales à Versailles. Il avait en outre fabriqué une archive pour le roi afin de montrer leur savoir-faire familial, et l’avait intitulée Journal des bienfaits du roi. L’article s’appuie en outre sur les Mémoires du duc de Saint-Simon, les lettres de Mme de Sévigné et la correspondance de Mme de Maintenon afin de montrer comment le marquis de Dangeau était advenu comme informateur, non seulement de la plupart des courtisans, mais du roi même dont il était le messager.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son analyse générale des « Mémoires », Pierre Nora remarque à l’époque louis-quatorzienne

  • 1 Nora 1986, p. 372.

un renversement […] complet avec la tradition […]. Non plus des Mémoires contre le pouvoir et l’État, mais des Mémoires du pouvoir et de l’État. […] Le phénomène de cour et la pratique des Mémoires sont consubstantiels ; la cour appelle la mémoire, mais pas la même : une mémoire essentiellement enregistreuse et descriptive1.

  • 2 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 279.
  • 3 Ibid.
  • 4 Bokobza-Kahan 2015, p. 636.
  • 5 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 279.
  • 6 Formel-Levavasseur 2008.
  • 7 Jouhaud, Ribard et Schapira 2009.

2Comment ne pas souscrire à ce constat face à la décevante lecture du Journal de Dangeau, massif textuel de 37 volumes in-folio où a été consignée la vie de la cour de Louis XIV au jour le jour, dans ses détails les plus insignifiants, certes utile aux historiens adeptes de la chronologie, mais qui semble révéler si peu le secret du pouvoir ? Ce serait ainsi le signe, enregistré par la forme même de l’écriture, que la cour se confond désormais pleinement avec l’État, qu’elle en est même une de ses institutions routinières, et que toute opposition en son sein ne peut plus être qu’une réponse à ce flot ininterrompu d’écrits administratifs et courtisans. Et pourtant, sous la plume de ses continuateurs – mémorialistes ou historiens –, Dangeau semble être le Janus déjà produit par Saint-Simon qui, en une seule page, est capable de le dépeindre tantôt « partial » et « politique2 » par sa description du spectacle de la cour qu’il consigne tel un amoureux de « ses dieux3 », Louis XIV et Mme de Maintenon, tantôt le « témoin instrumentaire4 » de l’ordonnancement de la cour grâce à son Journal dont « il fût bien à souhaiter que […] on en eût de pareils de tous les règnes », parce que Dangeau « dictait toutes sèches […] les plus fades nouvelles de la journée5 ». Plus encore, Dangeau a pu devenir la matrice de toute production historique sur la cour du fait que ses éditeurs successifs n’ont eu de cesse de le présenter dans un rapport d’opposition ou de complémentarité aux autres récits de courtisans, forçant ainsi la comparaison d’un objet peu commun avec les autres6. Dès lors, le Journal de Dangeau a pu être considéré aussi bien comme le témoignage d’une cour servile et policée autour du monarque que comme celui d’un système politique où la conflictualité était visible dans les moindres gestes. Ces deux interprétations contradictoires sont rendues possibles par une écriture qui à aucun moment ne se situe du côté de la littérature, ni ne livre son interprétation du spectacle auquel elle assiste7.

  • 8 La notice de « la vie de Dangeau » reste la plus complète à ce jour : Dangeau 1854-1860, t. I, p. x (...)
  • 9 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF) Manuscrits Français (désormais Ms. Fr.) 225 (...)
  • 10 Jouhaud et Viala (dir.) 2002 ; GRIHL 2016.
  • 11 Rabinovitch 2014.
  • 12 Kilani 2012, p. 287-296.
  • 13 Brétéché 2015 ; Brétéché et Ribard 2016. Sur le nouvelliste en littérature, voir Schuwey 2017.

3Paradoxalement, le marquis de Dangeau n’a guère été étudié pour lui-même au xxe siècle. Si son inscription sociale est connue depuis longtemps8, la dimension familiale de ses pratiques d’écriture reste sous-évaluée dans l’historiographie malgré sa proximité avec son frère, l’abbé de Dangeau, dont les archives demeurent sous-exploitées9. Or, mettre les écrits du marquis de Dangeau en rapport avec ceux de son frère, et avec les autres activités assurant leur place à tous deux à la cour, permet en conséquence de penser différemment le Journal de Dangeau. Le marquis n’est alors plus un témoin isolé, volontaire ou involontaire, bienveillant, instrumentaire ou oculaire, mais un acteur dans une société où écrire et publier l’engagent10, ainsi que sa famille11. Cela permet de le penser aussi bien comme un informateur pour l’historien que comme un « nouvelliste » pour ses contemporains. L’informateur donne en effet une forme aux données recueillies, et son influence – les anthropologues le savent bien12 – est non négligeable sur le savoir qui peut ensuite être construit par les auteurs d’histoire ou de sciences sociales. La figure du « nouvelliste », qui fait l’objet d'études récentes13, se caractérise par un type de comportement qui l’engage à utiliser l’actualité comme ressource pour raisonner, écrire et agir dans un espace de publicité tourné vers le pouvoir.

4Le travail d’écriture comme travail familial permet en effet d’aborder la figure de Dangeau différemment. En communication permanente avec son frère, l’abbé de Dangeau, à Paris, le Journal de Dangeau apparaît comme un outil de travail parmi d’autres qui érige les carrières curiales en objet de savoir spécifique. Ce savoir est réinvesti par des usages familiaux et curiaux. Ainsi de la production du Journal des bienfaits du roi par l’abbé de Dangeau, livre manuscrit qu’il tend périodiquement au monarque pour révéler la générosité de ce dernier et les prébendes de ses courtisans. C’est alors que peut se mesurer l’étendue des pratiques courtisanes rendues possibles par la tenue d’un Journal dans l’espace de la cour et par la fabrication d’une documentation spécialisée à Paris : les Dangeau transforment la faveur royale en écriture afin de se constituer en informateurs privilégiés aussi bien du monarque que des autres courtisans ou d’autres nouvellistes. Ce travail les a rendus indispensables à la cour.

Les frères Dangeau : deux carrières associées entre cour et ville

Les frères Dangeau et la valeur de l’écrit publié

  • 14 Elias 1985, p. 93.
  • 15 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 708.
  • 16 Ibid., p. 707. Il place ainsi à tort l’acquisition du gouvernement de la Touraine en 1670, exagère (...)
  • 17 Le Roy Ladurie et Fitou 1997.
  • 18 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 706.
  • 19 Ibid., p. 709.
  • 20 Ibid., p. 711.
  • 21 Sévigné 1972-1978, t. II, p. 351.
  • 22 BNF Arsenal, Bastille 10360 ne porte que la trace du passage de Dangeau sans plus de mention de l’a (...)
  • 23 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 713.
  • 24 Fontenelle 1722, p. 117.
  • 25 Ibid., p. 118.

5Interprétées par une anthropologie historique de la cour, les anecdotes colportées sur la carrière du marquis de Dangeau (1638-1720) signalent l’existence d’une faveur royale ininterrompue du temps de Louis XIV14. Saint-Simon décrit le marquis de Dangeau comme un aventurier, huguenot récemment converti et ayant réussi dans « les plaies que le ministère de Mazarin a faites et laissées à la France15 ». Les résultats politiques reçoivent leur traduction sociale car il devient un beau parti en pleine ascension comme le prouvent ses deux mariages successifs, d’abord avec une riche héritière, Anne-Françoise Morin, ensuite avec la descendante d’une famille très prestigieuse, Sophia Maria Wilhelmina von Löwenstein-Wertheim. Gouverneur de Touraine en 1666, il entre à l’Académie française en 1668, et devient, entre autres honneurs, chevalier du Saint-Esprit en 1688 et finalement académicien des sciences en 1704. Il accède en outre aux charges qui lui permettent de vivre dans la proximité des souverains : menin du Dauphin en 1680, chevalier d’honneur de la Dauphine de Bavière en 1685 puis de la duchesse de Bourgogne en 1696. À chaque fois, Saint-Simon explique l’acquisition de ces positions par des dépenses effectuées par le marquis coupable à ses yeux de s’élever trop rapidement, même si le duc se trompe sur la chronologie16, grossit le prix des charges ou confond le marquis de Dangeau avec son frère. Nous retrouverions sans peine les explications que fournit « l’idéologie de Saint-Simon17 » à de pareilles erreurs loin d’être innocentes : ascension trop rapide pour une trop basse naissance18, ambition démesurée jusqu’à singer le roi19, soutien aux bâtards et opposition au duc d’Orléans20. Il fait davantage encore figure de Barry Lyndon dans la correspondance de Mme de Sévigné qui remarque qu’à la table de jeux « il ne songe qu’à son affaire et gagne où les autres perdent21 ». Il n’hésite pas à provoquer en duel ceux qui lui doivent de l’argent, jusqu’à faire un très court séjour à la Bastille durant l’été 167722. Calculateur, sa fortune vient du jeu, de l’argent qu’il y gagne et de sa compagnie amicale, bien que Saint-Simon le décrive d’une intelligence « au-dessous du médiocre23 ». Au contraire, pour Fontenelle, qui dresse son éloge académique, Dangeau a « une tête naturellement algébrique24 » ; et il ajoute que « sa poésie lui valut encore une autre aventure, précieuse pour un courtisan qui sait que dans le lieu où il vit, rien n’est bagatelle25 ». Il aurait en effet écrit les lettres d’amour du roi et les réponses de sa maîtresse, Louise de La Vallière. De même, le courtisan fait preuve d’astuce en composant des vers rapidement et flatteurs pour le souverain jusqu’à obtenir un logement à Versailles.

  • 26 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 280.

6Comment ce rapport à l’écrit et à sa publicité pouvait-il être perçu ? Saint-Simon signale que Dangeau ne se cache pas d’écrire et le soupçonne d’insérer volontairement des « faussetés » « datées et circonstanciées26 ». Le développement le plus conséquent sur le Journal du marquis de Dangeau se trouve en effet, non pas à sa mort où il brosse le portrait moral du courtisan, ni au moment de son arrivée à la cour, mais dans une digression au cœur du récit sur le conflit entre les princes du sang et les bâtards royaux durant l’année 1717. Saint-Simon se persuade en effet que le marquis de Dangeau, vieillissant, a été manipulé en inscrivant un élément favorable au duc du Maine. Il raisonne alors sur les usages qui peuvent être faits d’un tel écrit :

  • 27 Ibid., p. 281.

Reste à voir si c’est une fausseté qu’il [Dangeau] ait fait[e] exprès, et qu’à faute de mieux le duc du Maine ait désirée pour qu’il restât au moins quelque part, et quelque part qui, bien que sans plus d’autorité que les gazettes, serait un jour comme elles entre les mains de tout le monde, pour qu’il restât, dis-je, un témoignage qu’il avait conservé son prétendu droit aussi authentiquement qu’il avait pu le faire, et qu’il l’avait mis de la sorte à couvert contre tout jugement selon lui incompétent, par un acte si solennel et qui n’avait reçu ni condamnation ni contradiction ; en effet elle était bien à couvert, puisque jamais elle n’a été faite ; et après prétendre que, ne se trouvant pas dans les registres du parlement, elle en aura été ou omise par ordre exprès du Régent, ou tirée par la même autorité de ces registres si elle y avait été d’abord mise27.

  • 28 Dangeau 1854-1860, t. XVII, p. 113.
  • 29 Voir également Saint-Simon 1879-1931, t. XXXI, p. 257 ; 1982-1987, t. VI, p. 1157 note 7.
  • 30 Le Mercure galant, avril 1686, p. 187-199.
  • 31 Maurepas et Clairambault 1879, t. II, p. 306.

7Ce passage distingue deux catégories d’écrits : ceux qui sont « entre les mains de tout le monde » et ceux qui sont produits dans le lieu même du pouvoir et contrôlés par le pouvoir – ici les registres du parlement. Manifestement, les premiers, imprimés ou manuscrits, n’ont pas de valeur proprement juridique dans une querelle de préséance ; cependant, ils peuvent faire « témoignage », c’est-à-dire être utilisés pour prouver à distance l’existence d’un fait : le Journal de Dangeau appartient à ce type de texte. Inversement, les écrits qui sont supposés avoir une valeur juridique – authentiques – sont toujours suspects de manipulation – ici « l’ordre exprès du Régent » – comme étant produits dans le lieu secret du pouvoir où, précisément, ces manipulations sont possibles et souhaitables. Dans les Additions au « Journal » de Dangeau, le danger lié à la première catégorie d’écrits est encore plus clairement exprimé par Saint-Simon : « Personne n’ignorait que Dangeau n’écrivît chaque jour ce qui se passait à la cour et dans le monde […] il en montrait quelque fois à ses amis pour rechercher des dates ou autres choses […] Sa probité était d’ailleurs si connue, qu’on pouvait espérer que ce qu’il écrivait serait cru28. » Ce faisant, Saint-Simon, dont le texte appartient aussi à la première catégorie d’écrits, n’a d’autre choix que de produire un contre-témoignage, lequel a entraîné une cascade de vérifications de ceux qui ont eu accès aux Mémoires du duc et en ont envisagé la continuation. Par exemple Charles Pinot Duclos, qui a eu accès au manuscrit de Saint-Simon, y ajoute de sa main : « le fait rapporté par Dangeau est vrai, je viens de le vérifier sur le journal du parlement29 ». Le marquis de Dangeau semble bien au fait de ces enjeux historiographiques qui ont aussi une valeur sociale : il a fait publier une noblesse très imaginaire dans Le Mercure galant30 et, lorsque l’auteur d’une satire présente dans le Recueil Clairambault-Maurepas31 lui reproche ce type de comportement, ce dernier commet à son tour une action contre Dangeau. Toutes ces actions, non seulement commises en public mais surtout commises avec de l’écrit, révèlent que le marquis de Dangeau était fortement protégé, intime parmi les intimes du roi, et que, s’il dictait des nouvelles sèches, ce n’était sans doute pas parce qu’il n’avait rien de mieux à dire.

  • 32 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.
  • 33 Boulay de La Meurthe 1919.
  • 34 Paris, Archives nationales (désormais AN), MC/XCVI/96, dépôt d’une donation le 23 avril 1671.
  • 35 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.
  • 36 Maurepas et Clairambault 1879, t. II, p. 305.

8La trajectoire du frère cadet du marquis, lequel est souvent qualifié d’érudit, Louis de Courcillon abbé de Dangeau (1643-1723), paraît tout à fait associée à celle de son frère, et Saint-Simon l’avait du reste bien remarqué32. Alors que le marquis est employé à plusieurs reprises comme ambassadeur, son frère lui sert de secrétaire particulier lors de l’ambassade du Palatinat en 1672-1673. L’abbé obtient à son tour une place à l’Académie française en 1682. Il aurait fait paraître un traité géographique – aujourd’hui introuvable – de la Touraine, province dont son frère est le gouverneur33. Enfin, avec de l’argent prêté par le marquis, l’abbé de Dangeau acquiert la charge curiale de lecteur de la Chambre du roi, qu’il a exercée entre 1671 et 168534. Dans les sources curiales, l’abbé de Dangeau n’a pas très bonne réputation : Saint-Simon le trouve peu assidu dans sa charge de lecteur du roi et le suspecte même d’être encore huguenot35, tandis qu’il est décrit comme pédant dans le Recueil Clairambault-Maurepas36. Après avoir vendu sa charge de lecteur du roi en 1685, il se lance dans l’écriture du Journal des bienfaits du roi lequel recense toutes les grâces royales envers les particuliers et notamment les courtisans. Seul d’Alembert se fait l’écho de cette pratique d’écriture et de publication, au sein de son histoire de l’Académie, à l’occasion d’un éloge de Dangeau. Il insiste sur les inimitiés que l’écriture de ce livre périodique valait à l’académicien.

  • 37 Alembert 1821, p. 552.

La haine qu’on lui portait avait pour cause un ouvrage très louable, mais très dangereux, dont il avait eu le courage et la probité de se charger ; ouvrage qui n’était à la vérité que manuscrit, mais qu’il composait tous les ans par ordre du roi, et qu’il lui mettait sous les yeux à la fin de chaque année. C’était un état de toutes les grâces que le prince accordait à ceux qui l’entouraient. Ce tableau, détaillé avec la vérité la plus scrupuleuse, était disposé de la manière la plus frappante et la plus claire pour faire voir d’un coup d’œil les déprédations et les abus. Le monarque fut un peu étonné d’apprendre qu’il y avait tel homme à sa cour qui avait reçu de lui près de deux millions ; on peut croire que ceux qui levaient ces scandaleuses contributions sur le prince, ou plutôt sur l’État, ne surent pas gré à l’abbé de Dangeau d’avoir éclairé le roi sur ce qu’ils avaient tant d’intérêt à cacher37.

  • 38 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.
  • 39 Fontenelle 1722, p. 119.
  • 40 Kettering 1993.

9Ces remarques de d’Alembert, qui travaille à ce sujet dans les années 1770, contrastent singulièrement avec la réputation d’érudit occupé aux « bagatelles de l’orthographe38 ». Dans cette anecdote, il devient un héros de la lutte contre la corruption à la cour et fait apparaître en creux l’impuissance du roi à contrôler ses dépenses politiques. Cela résonne avec les remarques de Fontenelle à propos du marquis de Dangeau qui le signalent comme « fort instruit dans l’histoire, surtout dans la moderne, dans les généalogies des grandes maisons, dans les intérêts des princes, enfin dans toutes les sciences d’un homme de cour39 ». Deux lectures critiques sont alors possibles : ou bien le roi, incapable de contrôler les dépenses de sa Maison, est instrumentalisé par les Dangeau qui profitent indûment de leur faveur, ou bien la confiance que le roi a dans les Dangeau leur a valu d’être chargés d’un enregistrement – redondant par rapport à la Maison du roi – de l’activité curiale entendue comme distribution des prébendes de l’État entre les groupes de courtisans40. Il demeure que la trajectoire sociale des deux frères implique une compétence d’écriture – la tenue d’une correspondance diplomatique, des activités de littérateur de cour, des travaux historiques, géographiques et académiques en rapport avec d’autres positions politiques dans l’entourage du souverain. Plus encore, leur raison sociale est un double travail d’enregistrement de l’activité curiale : le Journal du marquis de Dangeau, le Journal des bienfaits du roi par l’abbé de Dangeau.

La circulation familiale du Journal du marquis de Dangeau

  • 41 Dangeau 1854-1860, t. I, p. iv. Nous n’avons pas consulté l’original du Journal de Dangeau qui, sem (...)
  • 42 Ibid., p. 90-100.
  • 43 Ibid., p. 25.

10Nous l’avons remarqué : le Journal du marquis de Dangeau est d’abord dicté et conservé à la cour, ce qui implique donc au moins un secrétaire. La description matérielle qui en est faite par les éditeurs du Journal signale les hésitations à propos du projet d’écriture imaginé par le marquis41. En 1684, il s’agit d’un cahier de notes sur le prix des charges et l’ancienneté des régiments de gendarmes, abandonné et recommencé au revers par le journal proprement dit42. À la conclusion de cette année, Dangeau signale l’emploi du temps quasi immuable du roi et de sa cour comme pour donner la trame invisible permettant à ses remarques de prendre sens dans un quotidien. Le cahier pour l’année 1685 comprend, outre le Journal, des « bons mots », mais ceux-ci n’ont pas été édités au xixe siècle. L’année 1686 commence comme se conclut l’année 1684, par des remarques d’ordre général sur l’emploi du temps. D’après les éditeurs, le travail d’écriture est de plus en plus régulier, des pages sont préparées à l’avance et de nombreuses mains tiennent la plume successivement : le Journal trouve son rythme de croisière pour ne plus guère s’interrompre qu’en de rares occasions. Paradoxalement, le travail d’édition fait une place moindre à Dangeau que celle qu’il avait au départ. Ainsi, à la date du 16 février 1687, c’est dans l’édition, par une note de bas de page, que le marquis précise : « J’allais à Paris pour faire les remèdes nécessaires avant la grande opération que je me fis faire en huit jours43. » La présence du témoin est ainsi proprement marginalisée sans qu’on puisse dire aujourd’hui s’il s’agit d’un choix de Dangeau, de ses éditeurs ou de ses copistes. Face à l’impossibilité d’accéder aux intentions d’écriture de Dangeau, la poursuite de l’analyse nous conduit donc logiquement à observer des usages du Journal.

  • 44 BNF Ms. Fr. 22715-22796. De plus, le Ms. Fr. 7516 semble être issu de la même série mais être indép (...)
  • 45 BNF Ms. Fr. 22818-22821.

11À partir des archives de l’abbé de Dangeau, notamment de ses volumes intitulés « annales44 » et de sa correspondance45, il est possible de repérer des usages familiaux au Journal. Le marquis faisait en effet envoyer des copies de ce dernier régulièrement à son frère, comme le montre le verso d’une lettre dont le recto est la copie exacte du Journal pour la date du 29 juin 1695 :

  • 46 BNF Ms Fr. 22821, fo 370 et suiv. ; les volumes d’annales contiennent des extraits du Journal du ma (...)

Voila tout ce qui est sur le livre de Monsieur le Marquis je luy demandé hier au soir si il ne savoit point de nouvelle il me dit que non quil ny en avoit d’aucun pays que je vous mandasse seulement que le roy fut au bal chez luy et qui fut fort beau. Monsieur le marquis vous prie Monsieur de venir coucher aujourd’hui chez luy il ira a paris apres disné. Ce mercredi matin46.

  • 47 AN Marine G 176. Clairambault conservait aussi des lettres extraites du Journal de l’abbé de Dangea (...)

12Dans cet extrait, le Journal, appelé « livre », est copié afin de transmettre les informations connues à Versailles. Le terme de « pays » montre que Versailles était aussi un lieu où des nouvelles pouvaient arriver prioritairement par rapport à Paris. En outre, le marquis désigne lui-même à son secrétaire des informations supplémentaires – la qualité du bal – d’apparence anodine mais qui apparemment méritent d’être couchées sur le papier. Il y a un fort caractère d’urgence : les nouvelles du jour ne pouvaient apparemment pas attendre l’après-midi pour être reçues à Paris. Dans d’autres fonds d’archives, les traces de ces envois réguliers adressés généralement à l’abbé de Dangeau peuvent être retrouvées, indiquant davantage encore la complexité d’une circulation épistolaire des articles du Journal47. Finalement, dans les registres de l’abbé de Dangeau, ces lettres étaient copiées sur des pages au format in-folio dont une moitié était laissée blanche, pour des annotations ultérieures. Il y a donc deux usages au moins du Journal du marquis de Dangeau par son frère : un usage pris dans l’actualité, entraînant une circulation de papier entre Paris et Versailles, et des usages inscrits dans une temporalité plus longue de conservation des informations.

Le travail de l’érudit dans la distance : connaître la cour et la publier au roi

Accumuler du papier et travail d’érudition sur la cour

  • 48 Terme employé dans l’inventaire après décès : AN MC/XCI/690, daté du 19 janvier 1723.
  • 49 BNF Ms. Fr. 22623, fo 71.
  • 50 BNF Ms. Fr. 22678 fos 49-65 et 22679 fos 192-270.
  • 51 BNF Ms. Fr. 22670, fo 360.

13La conservation des informations sur le temps long entraîne un travail considérable qui s’apparente à de l’érudition. En effet, le parcours des informations extraites du Journal du marquis de Dangeau se poursuit dans les annales de l’abbé de Dangeau : elles étaient alors à nouveau recopiées pour enrichir un classement mensuel défini par des pages préparées à l’avance selon de grandes catégories thématiques permettant de retrouver rapidement de l’information : « le roi », « famille royale », « nouvelles etrangeres », « avec les etrangers », « guerre », « dedans du royaume », « eglise », « belles lettres », « mariages », « morts », « particuliers ». Le Journal était une base de travail mais, pour obtenir davantage d’informations sur les courtisans, les imprimés périodiques étaient également dépouillés. Ainsi, les initiales de La Gazette, du Mercure galant de Donneau de Visé et des Lettres historiques de Basnage de Beauval indiquent la provenance de la plupart des informations qui n’ont pas pour origine le Journal du marquis de Dangeau. Ces annales, mises en volume au xixe siècle, étaient rangées chez l’abbé de Dangeau dans des « portefeuilles48 », et ces copies d’informations étaient complétées d’un mélange hétéroclite de documents – lettres, nouvelles à la main… Dangeau faisait parfois appel à d’autres experts sur un sujet précis – ainsi Esprit Cabart de Villermont produit-il un mémoire sur les différents intendants employés outre-mer49 – ou bien à des acteurs impliqués dans des événements – ainsi se trouve le journal des campagnes d’un militaire pour les années 1688-169450. Cependant, la majeure partie du travail consiste en un recollement des informations à partir des sources imprimées. Un des secrétaires de l’abbé de Dangeau a laissé son nom dans le volume de 1684 dans un « mémoire des ouvrages faits par Champagne51 », probablement afin de rendre compte du travail qu’il a effectué aux autres secrétaires. En 1715, il travaille aux annales de 1685, en précisant toutes les étapes de sa mise au propre :

  • 52 Ibid.

J’ai mis les M[aît]tres des req[uê]tes en papillotes le 18 [novembre]. J’ai écrit sur du papier à 3 rayes les colonels d’infanterie de 1684 achevé le 19 nov. Monsieur l’abé avoit tiré et mis en papillotes les noms qui se trouvent dans les extraits des Gazetes de France et me les a données à couper et a ranger par première letre. Ces Extraits sont de lanée 1715 […] J’ai adjouté tous les Presidans Conseillers et autres oficiers du Parlemant, de la Chambre des Contes du Grand Conseil et de la cour des aides de 1687 a ceus que javois déjà écrit de l’État de la France de 1684, achevé le 2 decembre 1715, mis en papillote et coupés le même jour52.

  • 53 L’état de la France, par Nicolas Besongne, Paris, Guillain, 1684, 2 vol.
  • 54 Blair 2010.

14Dans cet extrait où Champagne respecte l’orthographe réformée de l’abbé de Dangeau, deux sources imprimées servent à un travail qui s’apparente à la construction d’une base de données sur les personnes : La Gazette de France et L’état de la France53. L’abbé met lui-même la main à la plume en copiant les gazettes. Le secrétaire est chargé d’ordonner, de couper, de mettre en papillotes. Ce sont autant de techniques qu’il était possible de repérer dans la constitution des recueils humanistes de florilèges54, mais il s’agit ici de magistrats et de militaires. Grâce à la note de Champagne, la quantité de travail peut être estimée : le secrétaire passe des mois entiers sur ces tâches de collation et de copie d’informations. De plus, le travail est rétrospectif : la note est datée de 1715 et le secrétaire travaille avec un livre de 1684 sur les années 1685-1687. L’abbé cherche donc à produire et actualiser un classement chronologique pour reconstituer les carrières des individus, ainsi que les successions dans les charges, offices et bénéfices. Le dernier volume d’annales indique la date à laquelle ce travail s’est arrêté : en 1720 à la mort du marquis de Dangeau. Il faut donc penser que l’utilité de ces portefeuilles avait partie liée avec l’existence du marquis.

Un usage du travail de collecte : le Journal des bienfaits du roi

15Toutefois, cette érudition pouvait aussi servir de point de départ à la fabrication de beaux objets de cour et notamment à la fabrication du Journal des bienfaits du roi. Formé aujourd’hui de 17 volumes, il a été rédigé sur une quinzaine d’années entre 1684 et 1687 puis entre 1696 et 1702. Ses pages de titre sont particulièrement soignées, avec l’utilisation d’une gravure sur cuivre de F. Erlinger dont la plaque a été conservée par l’abbé de Dangeau jusqu’à son décès. De bonne main, le scribe a pris soin de copier les noms propres à l’encre rouge orientant vers eux le regard du lecteur.

  • 55 BNF Ms. Fr. 7651, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539154>.
  • 56 Marin 1981, p. 57.
  • 57 BNF Ms. Fr. 7651, fo 162.
  • 58 Sabatier 1999, p. 322.
  • 59 BNF Ms. Nouvelles Acquisitions Françaises 1496-1499.

16Le premier volume, intitulé Journal des bienfaits du roi qui comprend depuis 1661 jusqu’en 167055, est une production historique tout à fait classique du règne de Louis XIV. Il reprend les hauts faits de l’historiographie de Pellisson pour ne s’en écarter que par sa forme journalière56. En effet, il adopte une organisation chronologique (mensuelle) puis thématique (« Journal du roi », « Bienfaits du roi », « Affaires des étrangers et des particuliers »). Le récit fait référence à d’autres entreprises historiographiques, citant57, par exemple, la médaille gravée par Varin58 pour célébrer l’achèvement du canal des Deux-Mers. Ses contenus cartographiques le distinguent des volumes suivants : les plans des sièges de la guerre de Dévolution et de certains voyages du roi sont présents. Terminé en 1687, rien n’indique que ce livre ait connu un second volume pour les années postérieures à 1670. Les trois volumes suivants abandonnent cette organisation pour s’intéresser à l’ensemble des nominations de Louis XIV : cardinaux, abbaye, charges de robe et, sans doute, intendances, régiments et grades dans l’armée et la marine. Dans ce second temps, Dangeau ne s’est plus attaché qu’à l’ordre des nominations du roi en remontant chronologiquement les années de 1686 à 1696. Les quatre parties thématiques se trouvent cette fois au cœur de chacun des volumes. En 1696, il achève ainsi de relever toutes les nominations pour s’attacher à l’année en cours, œuvre qu’il semble continuer jusqu’en 1702. Pour donner une vue d’ensemble, il compose au format rouleau, sur parchemin, des tableaux synoptiques59 permettant à chaque fois de retrouver d’un coup d’œil le détenteur d’un des bénéfices. Notons enfin que dès 1687 l’abbé de Dangeau s’est attaché à dresser un index des noms propres et qu’il a continué cela jusqu’en 1696. Il donne ainsi à lire au roi une version soignée de ses informations sur les courtisans qui ne fonctionne que dans deux sens : il peut observer la succession chronologique des « bienfaits » et il peut aussi connaître le parcours de l’individu qu’il souhaite suivre. En revanche, il est impossible, surtout après 1696, d’avoir la liste des détenteurs d’une charge ou d’un office à l’image de ce que propose L’état de la France. Le Journal des bienfaits vise donc les courtisans et non les fonctions.

  • 60 Cénat 2011, p. 46-50.
  • 61 BNF mss. Fr. 7653, fo 129, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539171/f146.image> (consulté le 24 janvier 2019).
  • 62 BNF mss. Fr. 7658, fo 237, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539226/f247.image> (consulté le 24 janvier 2019).

17Ce type de bel objet peut-il être rapproché de la production historiographique courtisane de Louis XIV ? L’abbé de Dangeau est en effet loin d’être le seul à offrir un « Journal » à Louis XIV pour plaire au monarque. Le Journal du roi, par exemple, fabriqué par Chamlay et La Prée qui couvre les années 1675 et 1678, également un ouvrage de cour avec des cartes et richement illustré, porte improprement le nom de « Journal60 » : il s’agit bien d’un récit continu des actions du monarque mais il n’est pas organisé au jour le jour. Le Journal des bienfaits du roi est bien plus morcelé puisqu’il s’agit dans chaque article de rappeler le lien entre le roi et un particulier. De plus, si le roi est bien à l’origine de toutes les nominations et les actions en son royaume, il est totalement invisible sur les pages destinées à servir d’aide-mémoire au sujet de l’étranger. Fidèle à la sécheresse des informations collectées, Dangeau n’ajoute que très peu de récits aux nouvelles des gazettes, ce qui laisse de vastes espaces blancs sur les belles pages in-folio. Quelques indications biographiques permettent, çà et là, d’identifier un individu, de retracer sa carrière ou de comprendre les raisons pour lesquelles il a obtenu une grâce royale. Enfin, parmi les volumes de nomination, certains semblent avoir été faits dans des occasions particulières, comme le volume sur les chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, « achevé a la fin de mai 1686 a l’occasion de la promotion faite par le roi le jour de la Pentecôte61 », alors que d’autres présentent l’ouvrage selon un objectif général. Ainsi se trouve copié un ancien règlement à la dernière page d’un de ces volumes, datant de Philippe VI62 et par lequel l’abbé de Dangeau procède à une mise en parallèle de l’écriture du Journal des bienfaits du roi avec celle de la fabrication des outils administratifs des premiers Valois. Il s’agit de faire authentique. Tout à la fois occasionnelle et historique, censée montrer les actions de grâce de Louis XIV et lui fournir un aide-mémoire, lui être « utile » tout en poursuivant la louange, l’archive produite par l’abbé de Dangeau, certes royale, est un projet démesuré. Logiquement, à partir de 1686, il ne s’agit plus d’écrire l’histoire du roi en parallèle de celle des sujets qui bénéficient de sa générosité, mais uniquement de répertorier ces derniers de façon chronologique. Il y a donc eu une inflexion du projet, qui, peut-être, entrait en concurrence avec le Journal du marquis de Dangeau.

  • 63 AN MC/XCI/690, 7 janvier 1723, testament de l’abbé de Dangeau.
  • 64 Métivier 1998, p. 131-177.
  • 65 Delisle 1868, p. 419.
  • 66 Alembert 1821.

18« Jai travaille a tous ces ouvrages pour le feu roi Louis le Grand63 », couchait sur son testament l’abbé de Dangeau. Cependant, le Journal des bienfaits du roi n’a probablement pas constitué une ressource à l’usage personnel du roi. D’une part, s’il a été relié aux armes de Louis XIV, avec les caractéristiques des roulettes à fleur de lis et palmette correspondant à celles des relieurs de la Bibliothèque royale au moment même de leur production64, le Journal des bienfaits du roi n’est entré dans les collections qu’en même temps que le reste des papiers de l’abbé de Dangeau, c’est-à-dire après la mort du garde des Sceaux Chauvelin en 176265. D’autre part, le témoignage de d’Alembert à propos de ce livre laisse entendre que l’abbé le « mettait sous les yeux du roi66 », et non qu’il lui offrait pour le ranger dans sa Bibliothèque royale ou personnelle. Tout se passe donc comme si l’abbé de Dangeau produisait un livre pour le roi, allant jusqu’à le décorer pour le faire entrer à la Bibliothèque royale, mais le conservait finalement. Une dernière possibilité, dont nous n’avons pas plus de trace que la précédente, serait que les volumes, s’ils avaient été présents à Versailles jusqu’à la mort de Louis XIV, aient été ensuite rendus à l’abbé de Dangeau. Entre les deux moments de son écriture, le projet de l’'abbé s’est transformé. Il a abandonné son histoire journalière du règne, « mauvais genre » voué à l’échec du fait de sa forme même, pour produire, dans un second temps, une archive royale, année après année, ayant l’apparence du registre et s’appuyant, sans le dire, sur d’autres publications.

  • 67 Sternberg 2013.
  • 68 Thénard 1964 ; GRIHL 2016, p. 232.
  • 69 BNF Fr. 7666, fo 81, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53153930q/f167.image> (consulté le 24 janvier 2019).
  • 70 Cosandey 2016, p. 212-239.

19Un tel objet, s’il attire la méfiance des autres courtisans, laisse le soupçon planer sur l’abbé de Dangeau d’en tirer bénéfice67. Le cas du mariage de son frère avec la duchesse de Löwenstein, qui a entraîné un conflit d’onomastique avec Anne de Bavière, permet de mesurer les possibilités d’un tel objet68. Anne de Bavière, princesse Palatine, reproche en effet à la duchesse de Löwenstein d’avoir usurpé le titre de la maison de Bavière lors de son mariage avec le marquis de Dangeau en mars 1686. En colère, Anne de Bavière fait déchirer la page du registre paroissial. L’acte est réécrit, la duchesse de Löwenstein n’a pas signé « de Bavière ». Il semble donc que le marquis de Dangeau et sa femme soient les perdants d’une décision qui n’appartient qu’au roi. Dans le Journal des bienfaits, en 1702, l’évocation de cette querelle apparaît de façon inattendue à l’occasion du don d’une abbaye par le roi au comte de Löwenstein. Ce bénéfice est octroyé seize années après le mariage ayant occasionné tant de troubles. L’abbé de Dangeau fournit à cette occasion apparemment innocente un argumentaire très écrit et fondé sur la connaissance de la coutume et de l’histoire allemandes et françaises69. En suivant son raisonnement, Anne de Bavière elle-même n’est censée porter le titre de « maison de Bavière » que comme un surnom – au même titre donc que les Löwenstein. L’abbé de Dangeau se comporte ainsi comme les érudits spécialistes de préséance mais dans un lieu tout autre que les mémoires spécifiquement adressés pour régler une querelle puisqu’il s’agit cette fois de le mettre dans une archive destinée au roi70. Les auteurs de ces mémoires doivent généralement justifier le crédit accordé à leurs sources, scrupuleusement vérifiées par les adversaires : il semblerait que les Dangeau cherchent, par ce type d’inscription, à faire valoir leur intérêt familial dans un livre approuvé par le roi et que nul ne pourrait plus contester, c’est-à-dire une archive authentifiée. Les inquiétudes de Saint-Simon sur le statut du Journal du marquis semblent ainsi fondées au regard de la disponibilité du Journal des bienfaits. Le risque est alors de donner trop de crédit à un courtisan qui est aussi un informateur.

Devenir informateur et le rester

20S’informer et informer les autres nécessitent une expertise et un travail avec sa propre réputation pour faire connaître son offre de service. Or, la réputation des Dangeau comme nouvellistes n’est pas vraiment à faire à l’époque de la cour de Louis XIV – l’enjeu étant plutôt de continuer à passer pour un informateur après celle-ci, lorsque se tarit la source de la faveur et qu’il ne demeure, comme ressource pour exister, qu’une activité d’écriture.

Dangeau avant la mort de Louis XIV : le courtisan bien informé et informateur

  • 71 Feyel 2000, p. 446.
  • 72 Sévigné 1972-1978, t. III, p. 484.

21Les frères Dangeau semblent posséder une habileté particulière pour travailler avec l’actualité. Déjà durant l’année 1680, l’abbé de Dangeau avait des vues sur le monopole de La Gazette et il avait fallu que le prince de Conti et Eusèbe Renaudot interviennent auprès du roi pour empêcher qu’il ne fasse main basse dessus71. La réputation du marquis de Dangeau n’est pas moins traversée par les caractéristiques du nouvelliste qui diffuse ses nouvelles à son entourage et au-delà. Mme de Sévigné, en janvier 1689, écrit à Mme de Grignan que le chevalier de Grignan « doit bien vous mander des nouvelles, car il a vu Dangeau, qui en sait beaucoup72 ». Dans ce cas et le contexte général de cette lettre, les nouvelles ne semblent pas être seulement celles de l’entourage direct de Mme de Sévigné : il s’agit d’informations sur les courtisans et les lieux où sont envoyés les militaires. Saint-Simon, nous l’avons déjà remarqué, soulignait que Dangeau montrait son Journal à ses amis et ne se cachait pas pour l’écrire. L’abbé de Choisy, proche depuis longtemps de l’abbé de Dangeau, ne dissimule pas ses emprunts au marquis pour écrire ses propres Mémoires. Plus encore, cette réputation est affirmée dans un livre imprimé. En 1709, dans une épître dédicatoire qui est adressée au marquis de Dangeau, Pierre Vallemond Le Lorrain souligne que son soin de s’informer ne concerne pas que les affaires locales qui intéressent la cour à Versailles ou son gouvernement de Touraine, mais bien de tout le royaume :

  • 73 Vallemont 1705, épître n.p.

Je me souviens, que dans la dernière disette de blés, il ne se passait point de jour où vous ne vous informassiez plusieurs fois, si le soin que la cour prenait, pour subvenir à la nécessité des provinces, avait tout le succès qu’on en espérait73.

  • 74 Maintenon 2009-2017, t. V, p. 432.

22La disette du Grand Hiver est prétexte à montrer que Dangeau est informé des mesures qui sont prises par la cour pour contrer ses effets. Dangeau fait ainsi partie de ceux qui se chargent de rendre efficace la politique royale sur le terrain, relayant ainsi la volonté royale et la rapportant aux responsables. Autrement dit, Dangeau est un intermédiaire pour accéder au roi. De même, la confrontation des lettres de Mme de Maintenon avec le Journal du marquis de Dangeau montre en plusieurs endroits comment le marquis de Dangeau devient un relais d’information de l’entourage du roi, indiquant la hiérarchie de l’information. Ainsi, le 21 mai 1712, Mme de Maintenon écrit à la femme du marquis de Dangeau : « Ne serait-il pas temps de vous dire un mot sur la paix ? M. de Dangeau ne s’en flatte-t-il pas, et que ce sera bientôt74 ?» Le marquis, quoique présent aux côtés du roi, apparaît ainsi comme le messager de la paix, dont les négociations au congrès d’Utrecht ont commencé en janvier. Dans son Journal, aux dates du 22 et du 23 mai, il insiste sur les lettres qu’il reçoit de Flandres et se permet des déductions sur le congrès à partir des nouvelles d’Angleterre :

  • 75 Dangeau 1854-1860, t. XIV, p. 151.

Par les lettres qu’on reçoit d’Angleterre, il parait que personne n’y doute de la paix, mais on est persuadé comme ici qu’elle ne sera pas déclarée avant la fin du mois qui vient et qu’en attendant la reine de Grande Bretagne a envoyé ordre au duc d’Ormont, son général en Flandre, de ne point entrer en action75.

23Dans cet extrait, il se comporte en nouvelliste averti de l’actualité politique, capable de l’analyser à la manière des auteurs de Mercures politiques. Or, entre la lettre de Mme de Maintenon et cet enregistrement de nouvelles, tout se passe comme si l’épouse morganatique de Louis XIV encourageait Dangeau à annoncer la paix aux autres courtisans – ce qui est redoublé par le fait de l’évoquer dans la lettre à Mme de Dangeau. Ainsi le marquis est-il non seulement un informateur privilégié de ce qui se dit, mais aussi de ce qu’on lui signifie de dire dans l’entourage du monarque. Parce qu’il est proche de ce dernier, il peut obtenir ces correspondances qui arrivent à la cour et en faire bénéficier son entourage ; parce qu’il les envoie à son frère, il peut en faire un usage efficace ; précisément parce qu’il fait ces opérations, il est utile pour le roi et Mme de Maintenon.

Dangeau après la mort de Louis XIV : continuer après la faveur

  • 76 Bokobza-Kahan 2015.
  • 77 Lefèvre de Fontenay 1715.
  • 78 Saint-Simon 1879-1931, t. XXVII, p. 335-337.
  • 79 Saint-Simon 1982-1987, t. V, p. 618.
  • 80 Maintenon 2009-2017, t. VI, p. 351 et 372.

24Preuve que cette faveur était centrale dans le système Dangeau, à la mort du roi le sentiment jaillit dans l’écriture jusque-là mécanique du marquis76 et imprègne le récit de la mort du roi produit par l’auteur du Nouveau Mercure galant, Lefèvre de Fontenay, dans un ouvrage publié séparément77 et effectivement composé à partir d’un mémoire du marquis de Dangeau. Ce mémoire, ainsi que l’a relevé Boislisle, a connu plusieurs copies et a donc circulé dans des mains tantôt averties de son auteur, tantôt qui ne l’étaient pas78. Saint-Simon remarque avec cruauté, et à distance temporelle, la peine qu’éprouvait Dangeau à la mort du roi79, tandis que Mme de Maintenon semble persuadée, dans le moment de l’action, que le marquis va mourir du vide laissé par la disparition du roi80. Dangeau n’a donc pas eu de mal à faire penser aux autres que sa santé dépendait de celle du roi. L’usage instrumental du sentiment permettait ainsi à Dangeau de feindre un retrait des affaires.

  • 81 AN MC/XCI/690, testament du 7 janvier 1723.
  • 82 Maintenon 2009-2017, t. VI, p. 715-716.
  • 83 Ibid., p. 486.
  • 84 Ibid., p. 488.
  • 85 Ibid., p. 703.

25Cela est utilisé par Saint-Simon pour discréditer le marquis dans l’affaire des princes précédemment évoquée. Le point de départ de son argumentation tient à ce qu’après la mort de Louis XIV Dangeau était le sujet d’une manipulation : « solitaire chez lui », « [il] ne voyait plus que des restes d’épluchures ». Or, s’il était présent chez lui, il était surtout avec son frère l’abbé de Dangeau, lui-même entouré de plusieurs secrétaires, lesquels sont encore mentionnés dans son testament de janvier 172381. L’argument de Saint-Simon peut même être lu de façon totalement renversée : durant toute l’année 1717, la santé du marquis de Dangeau est réputée très mauvaise. Cela n’empêche nullement le Journal de continuer à s’avancer avec un niveau de détail tout à fait comparable aux années précédentes. Mme de Maintenon écrit même à sa femme : « M. de Dangeau ne s’accommode pas de la solitude, il s’intéresse aux affaires générales : elles paraissent dans un état violent ; je crois vos amis trop sages pour vous en informer par leurs lettres82. » Depuis la mort de Louis XIV, le travail de collecte d’informations n’a pas été interrompu et les remarques de Saint-Simon n’ont d’autre but que de discréditer une réputation solidement fondée du temps du roi et qui peut, à bien des égards, correspondre à l’espace de publication d’une coterie représentée par les anciens courtisans réunis autour de la figure de Mme de Maintenon. En effet, cette dernière maintient les liens avec les Dangeau. Plus encore, elle se fait envoyer le Journal des années où elle était à la cour, en fait prendre des extraits83 et en assure l’autorité84. Que faut-il penser enfin du manuscrit du Journal de l’année 1689, un temps égaré sur le trajet entre Saint-Cyr et l’hôtel de Dangeau et qui s’est retrouvé chez M. Mauduit, l’intendant de Saint-Cyr85 ? Dans l’entourage de Mme de Maintenon, il était apparemment possible que le Journal circule de façon tout à fait informelle et incontrôlée, que des copies puissent être prises et réalisent ainsi la crainte de Saint-Simon de voir le Journal accéder au rang de source historique connue de tous. Les Dangeau ont continué à être des informateurs et ont maintenu, malgré la disparition du roi et le risque de devenir des dupes, une activité d’écriture qu’ils avaient entreprise ensemble au moment où la faveur était tout ce qu’ils avaient.

Conclusion

  • 86 Voltaire 1957, p. 904.
  • 87 Griffet 1769, p. 189.

26En traversant le xviiie siècle, Dangeau a connu deux réceptions majeures : celle de Voltaire, qui reprochait au Journal en 1738 de ne pas être « un monument précieux86 », et celle de Saint-Simon. La première expulsait de l’espace légitime un texte qui ne pouvait être confondu avec la littérature telle que les auteurs des Lumières étaient en train de la conformer. La seconde, on l’a vu, plaçait Dangeau en témoin parmi d’autres et obscurcissait sa fonction sociale d’informateur. En conséquence, d’autres au cours du xviiie siècle n’ont eu de cesse de le réhabiliter comme source historique : Mme de Genlis, le jésuite Henri Griffet87… Dès cette époque, les termes du problème étaient là, concentrés sur le Journal, ce que l’érudition contemporaine n’a fait qu’approfondir. Il demeure que, dans le temps de sa rédaction, le Journal n’était qu’une partie, importante certes, d’un travail bien plus considérable qui impliquait Dangeau et sa famille. Dès lors, le Journal ne peut plus être tenu pour un témoignage d’un temps où l’État écrasait les courtisans. Il s’agit d’une opération d’écriture puis d’enregistrement qui nous montre comment un courtisan adroit et bien placé dans la proximité du souverain pouvait transformer cette seule ressource en écriture et advenir comme informateur. Il produisait en cela des archives prêtes à servir pour son frère et pour d’autres. Avec les archives de l’abbé de Dangeau, ce n’est pas au récit du spectacle du pouvoir que nous assistons mais à la démonstration que la connaissance du détail des individus et des groupes était ce qui donnait du pouvoir à cette écriture. La publication, bien ciblée dans le Journal des bienfaits du roi grâce au crédit obtenu par la tenue du Journal, était une arme potentielle aussi bien pour consolider la position de leurs auteurs que pour affaiblir leurs adversaires. L’efficacité discursive du Journal des bienfaits du roi reposait sur le fait de se présenter comme une pratique d’enregistrement, c’est-à-dire comme une archive authentique, alors qu’il dépendait d’un copieux travail et d’archives personnelles composées de documents épars. Cette opération a peut-être échoué sur le long terme car le Journal des bienfaits du roi n’est plus guère consulté. À la mort du roi, les alliés des Dangeau, Mme de Maintenon en tête, ont préféré faire connaître largement l’existence du Journal du marquis pour le transformer en témoignage indépassable, reléguant dans l’ombre le Dangeau nouvelliste et son frère.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Alembert Jean Le Rond d’, 1821, Œuvres de d’Alembert, Paris, Belin, 5 vol.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, Paris, Firmin Didot, 19 vol.

Fontenelle Bernard Le Bouyer de, 1722, « Éloge de M. le marquis de Dangeau », dans Id., Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1720, p. 115-121 (les volumes ne sont pas numérotés). On peut consulter l'exemplaire ici : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5426245n?rk=21459;2).

Griffet Henri, 1769, Traité des différentes sortes de preuves qui servent à établir la vérité de l’histoire, Liège, Bassompierre.

Lefèvre de Fontenay Hardouin, 1715, Journal historique de tout ce qui s’est passé, depuis les premiers jours de la maladie de Louis XIV, jusqu’au jour de son service à Saint-Denis, Paris, Jollet & Lamesle.

Maurepas Jean-Frédéric et Clairambault Pierre, 1879, Recueil Clairambault-Maurepas : chansonnier historique du xviiie siècle, Paris, Quantin, 2 vol.

Maintenon Françoise d’Aubigné, marquise de, 2009-2017, Lettres de Madame de Maintenon, éd. par Hans Bots et al., Paris, Champion, 10 vol. parus.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1931, Mémoires de Saint-Simon : nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des Additions de Saint-Simon au « Journal » de Dangeau, éd. par A. de Boislisle, Paris, Hachette, 45 vol.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1982-1987, Mémoires, suivi d’Additions au « Journal » de Dangeau, éd. par Yves Coirault, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Vallemont Pierre Le Lorrain de, 1705, Curiositez de la nature et de l’art sur la végétation, ou L’agriculture et le jardinage dans leur perfection, Paris, Cellier.

Voltaire, 1957, Œuvres historiques, éd. par René Pomeau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Études

Blair Ann M., 2010, Too Much to Know : Managing Scholarly Information before the Modern Age, New Haven, Yale University Press.

Bokobza-Kahan Michèle, 2015, « L’écriture du deuil dans le Journal de Dangeau », Dix-septième siècle, no 269, p. 633-644.

Boulay de La Meurthe comte, 1919, Pierre Carreau et les travaux sur l’histoire de Tourraine jusqu’à Chalmel, Tours, Pericat, coll. « Mémoires de la Société archéologique de Touraine », vol. 50.

Brétéché Marion, 2015, Les compagnons de Mercure : journalisme et politique dans l’Europe de Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Brétéché Marion et Ribard Dinah, 2016, « Qu’est-ce que les mercures au temps du Mercure galant ? », Dix-septième siècle, no 270, p. 9-22.

Cénat Jean-Philippe, 2011, Chamlay : le stratège secret de Louis XIV, Paris, Belin.

Cosandey Fanny, 2016, Le rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

Delisle Léopold, 1868, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale, Paris, Imprimerie impériale.

Elias Norbert, 1985, La société de cour, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer et Jeanne Étoré-Lortholary, Paris, Flammarion.

Feyel Gilles, 2000, L’annonce et la nouvelle : la presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1630-1788), Oxford, Voltaire Foundation.

Formel-Levavasseur François, 2008, « Le duc, le marquis et le grand prévôt : parallèle de trois témoins du roi Bourbon », Cahiers Saint-Simon, vol. 36, no 1, p. 67-78.

Grihl (Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire), 2016, Écriture et action (xviie-xixe siècle) : une enquête collective, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Jouhaud Christian et Viala Alain (dir.), 2002, De la publication : entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard.

Jouhaud Christian, Ribard Dinah et Schapira Nicolas, 2009, Histoire, littérature, témoignage : écrire les malheurs du temps, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Kettering Sharon, 1993, « Brokerage at the Court of Louis XIV », The Historical Journal, 1993, vol. 36, no 1, p. 69-87.

Kilani Mondher, 2012, Anthropologie : du local au global, Paris, Armand Colin.

Le Roy Ladurie Emmanuel et Fitou Jean-François, 1997, Saint-Simon ou Le système de la cour, Paris, Fayard.

Marin Louis, 1981, Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit.

Merlet Lucien, 1856, « La famille de Courcillon de Dangeau », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français (1852-1865), 1856, vol. 5, no 1, p. 72-78.

Métivier Jeanne-Marie, 1998, « La reliure à la Bibliothèque du roi de 1672 à 1786 », dans Blasselle Bruno et Portes Laurent (dir.), Mélanges autour de l’histoire des livres imprimés et périodiques, Paris, Bibliothèque nationale de France, p. 131-177.

Nora Pierre, 1986, « Les Mémoires d’État : de Commynes à de Gaulle », dans Id. (dir.), Les lieux de mémoire, t. II : La nation, Paris, Gallimard, vol. 2, p. 355-400.

Rabinovitch Oded, 2014, « Stratégies familiales, carrières littéraires et capitalisme de cour dans la famille Perrault », Dix-septième siècle, no 264, p. 403-415.

Sabatier Gérard, 1999, Versailles ou La figure du roi, Paris, Albin Michel.

Schuwey Christophe, 2017, « Naissance d’une figure déviante : la genèse des “nouvellistes” », dans Desjardins Lucie, Pioffet Marie-Christine et Roy Roxanne (dir.), L’Errance au xviie siècle, actes du 45e colloque de la North American Society for Seventeenth-Century French Literature (Québec, musée de la Civilisation, 4-6 juin 2015), Tübingen, Narr Francke Attempto, p. 303-319.

Sévigné Marie de Rabutin-Chantal, marquise de, 1972-1978, Correspondance, éd. par Roger Duchêne, Paris, Gallimard, 3 vol.

Sternberg Giora, 2013, « Manipulating Information in the Ancien Régime : Ceremonial Records, Aristocratic Strategies, and the Limits of the State Perspective », The Journal of Modern History, vol. 85, no 2, p. 239-279.

Thénard F., 1964, « Le mariage de Dangeau », Mémoires de la Société des sciences morales, des lettres et des arts de Seine-et-Oise, no 18, p. 85-91.

Haut de page

Notes

1 Nora 1986, p. 372.

2 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 279.

3 Ibid.

4 Bokobza-Kahan 2015, p. 636.

5 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 279.

6 Formel-Levavasseur 2008.

7 Jouhaud, Ribard et Schapira 2009.

8 La notice de « la vie de Dangeau » reste la plus complète à ce jour : Dangeau 1854-1860, t. I, p. xii-xcvi ; voir aussi Merlet 1856.

9 Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF) Manuscrits Français (désormais Ms. Fr.) 22593-22822. Il faut en outre ajouter Ms. Fr. 7516, entré indépendamment dans les collections du roi.

10 Jouhaud et Viala (dir.) 2002 ; GRIHL 2016.

11 Rabinovitch 2014.

12 Kilani 2012, p. 287-296.

13 Brétéché 2015 ; Brétéché et Ribard 2016. Sur le nouvelliste en littérature, voir Schuwey 2017.

14 Elias 1985, p. 93.

15 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 708.

16 Ibid., p. 707. Il place ainsi à tort l’acquisition du gouvernement de la Touraine en 1670, exagère le prix de la transaction et attribue l’acquisition de la charge de lecteur du roi au marquis de Dangeau et non à son frère.

17 Le Roy Ladurie et Fitou 1997.

18 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 706.

19 Ibid., p. 709.

20 Ibid., p. 711.

21 Sévigné 1972-1978, t. II, p. 351.

22 BNF Arsenal, Bastille 10360 ne porte que la trace du passage de Dangeau sans plus de mention de l’affaire. Sévigné 1972-1978, t. II, p. 507.

23 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 713.

24 Fontenelle 1722, p. 117.

25 Ibid., p. 118.

26 Saint-Simon 1982-1987, t. VI, p. 280.

27 Ibid., p. 281.

28 Dangeau 1854-1860, t. XVII, p. 113.

29 Voir également Saint-Simon 1879-1931, t. XXXI, p. 257 ; 1982-1987, t. VI, p. 1157 note 7.

30 Le Mercure galant, avril 1686, p. 187-199.

31 Maurepas et Clairambault 1879, t. II, p. 306.

32 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.

33 Boulay de La Meurthe 1919.

34 Paris, Archives nationales (désormais AN), MC/XCVI/96, dépôt d’une donation le 23 avril 1671.

35 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.

36 Maurepas et Clairambault 1879, t. II, p. 305.

37 Alembert 1821, p. 552.

38 Saint-Simon 1982-1987, t. VII, p. 714.

39 Fontenelle 1722, p. 119.

40 Kettering 1993.

41 Dangeau 1854-1860, t. I, p. iv. Nous n’avons pas consulté l’original du Journal de Dangeau qui, semble-t-il, est encore conservé au château de Dampierre.

42 Ibid., p. 90-100.

43 Ibid., p. 25.

44 BNF Ms. Fr. 22715-22796. De plus, le Ms. Fr. 7516 semble être issu de la même série mais être indépendamment entré dans les collections du roi.

45 BNF Ms. Fr. 22818-22821.

46 BNF Ms Fr. 22821, fo 370 et suiv. ; les volumes d’annales contiennent des extraits du Journal du marquis de Dangeau de la même main : Fr. 22685 fos 268-283.

47 AN Marine G 176. Clairambault conservait aussi des lettres extraites du Journal de l’abbé de Dangeau au début de l’année 1690 mais l’enveloppe n’a pas été gardée : BNF Ms. Clairambault 491 fos 67-80.

48 Terme employé dans l’inventaire après décès : AN MC/XCI/690, daté du 19 janvier 1723.

49 BNF Ms. Fr. 22623, fo 71.

50 BNF Ms. Fr. 22678 fos 49-65 et 22679 fos 192-270.

51 BNF Ms. Fr. 22670, fo 360.

52 Ibid.

53 L’état de la France, par Nicolas Besongne, Paris, Guillain, 1684, 2 vol.

54 Blair 2010.

55 BNF Ms. Fr. 7651, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539154>.

56 Marin 1981, p. 57.

57 BNF Ms. Fr. 7651, fo 162.

58 Sabatier 1999, p. 322.

59 BNF Ms. Nouvelles Acquisitions Françaises 1496-1499.

60 Cénat 2011, p. 46-50.

61 BNF mss. Fr. 7653, fo 129, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539171/f146.image> (consulté le 24 janvier 2019).

62 BNF mss. Fr. 7658, fo 237, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531539226/f247.image> (consulté le 24 janvier 2019).

63 AN MC/XCI/690, 7 janvier 1723, testament de l’abbé de Dangeau.

64 Métivier 1998, p. 131-177.

65 Delisle 1868, p. 419.

66 Alembert 1821.

67 Sternberg 2013.

68 Thénard 1964 ; GRIHL 2016, p. 232.

69 BNF Fr. 7666, fo 81, <http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53153930q/f167.image> (consulté le 24 janvier 2019).

70 Cosandey 2016, p. 212-239.

71 Feyel 2000, p. 446.

72 Sévigné 1972-1978, t. III, p. 484.

73 Vallemont 1705, épître n.p.

74 Maintenon 2009-2017, t. V, p. 432.

75 Dangeau 1854-1860, t. XIV, p. 151.

76 Bokobza-Kahan 2015.

77 Lefèvre de Fontenay 1715.

78 Saint-Simon 1879-1931, t. XXVII, p. 335-337.

79 Saint-Simon 1982-1987, t. V, p. 618.

80 Maintenon 2009-2017, t. VI, p. 351 et 372.

81 AN MC/XCI/690, testament du 7 janvier 1723.

82 Maintenon 2009-2017, t. VI, p. 715-716.

83 Ibid., p. 486.

84 Ibid., p. 488.

85 Ibid., p. 703.

86 Voltaire 1957, p. 904.

87 Griffet 1769, p. 189.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Martignon, « Le courtisan nouvelliste et l’érudit à Versailles : les frères Dangeau et l’archivage de la cour », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17579 ; DOI : 10.4000/crcv.17579

Haut de page

Auteur

Maxime Martignon

Doctorant à ACP UPEM ; ATER au CHISCO Paris-Nanterre. Maxime Martignon est engagé dans une thèse intitulée Publier le lointain à l’époque de Louis XIV. Il travaille sur les pratiques d’information, d’archivage et de publication des écrits venus des différents horizons extra-européens dans l’espace parisien. Il a publié les premiers résultats de ses recherches en 2018 dans le Temps des médias, no 30. Il est en outre membre du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire.
Maxime Martignon is writing a thesis the title of which translates to “Publishing the remote during the era of Louis XIV”. He works on information, archiving and publication practices of non-European writers working in the Parisian area. He published the early results of his research in 2018 in Temps des Médias, no. 30. He is a member of the Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire.
maxime.martignon@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals