Navigation – Plan du site
Foyers d'archivage : les mises en ordre locales et concurrentes de la mémoire de la cour

De la cour au « Monde » : la mise en scène de leur influence sociale par les princes d’Orléans au xxe siècle comme substitut d’une vie curiale disparue

From the Court to High Society: The Staging of their Social Influence by the Princes of Orléans in the Twentieth Century as a Substitute for a Vanished Court Life
Bruno Goyet

Résumés

Cette étude des succédanés de la vie de cour autour des princes d’Orléans en exil permet d’analyser l’archivage des pratiques curiales à rebours : quand il n’y a plus de réalité consistante mais plus qu’une référence symbolique à une pratique disparue, comment les archives publiques ou privées peuvent-elles garder des traces de cette référence symbolique et comment les prétendants au trône vont-ils tenter de les instrumentaliser pour maintenir une illusion de vie curiale ? 1o Les archives diplomatiques traitent les princes comme des individus hors du commun, ce qui leur permet d’arguer de la persistance de leur exceptionnalité même en république ; d’autant que celle-ci ne peut négliger leurs relations avec les cours européennes encore en exercice. 2o Les archives privées des Orléans déposées aux Archives nationales sous l’appellation de « maison de France » sont le lien symbolique le plus fort qui les rattache au pouvoir perdu, à toutes ses prétentions et aux réalités financières entraînées par le statut du prétendant impossible à réduire à un simple particulier. 3o Les carnets mondains de la presse conservatrice comme les listes des visiteurs venus rendre un hommage formel aux princes dans le respect des pratiques mondaines matérialisent des réseaux de révérence sociale envers la symbolique princière ; les princes comme le monde lui-même font toujours référence à la vie de cour quand ils décrivent cet usage de la présentation et de la reconnaissance mutuelle. Toutes ces archives fabriquent une illusoire continuité avec les grands rituels curiaux de la monarchie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour tous les détails concernant la prétendance des Orléans entre les deux guerres, voir ma propre (...)
  • 2 Louis-Philippe d’Orléans, 1838-1894, petit-fils de Louis-Philippe, prétendant au trône de France..
  • 3 Ministère des Affaires étrangères, dépôt de Nantes (désormais MAEN), Correspondance politique et co (...)
  • 4 Bürger se traduit aussi bien par « bourgeois » que par « citoyen ».

1La loi d’exil des princes aînés des dynasties ayant régné sur la France est votée par la Chambre le 22 juin 18861. Son prétexte est la réception privée, c’est-à-dire sans invitation des milieux gouvernementaux ou diplomatiques, organisée par le comte de Paris2 à l’occasion des fiançailles de sa fille Amélie avec l’infant du Portugal, réception qui va drainer le Tout-Paris à l’hôtel Galliera, actuel hôtel Matignon, au détriment d’une réception organisée le même jour à l’Élysée. Le prince, prudemment, avait demandé à la presse conservatrice de ne pas faire de battage autour de l’événement, mais il ne fut pas suivi, ce qui n’était pas fondamentalement pour lui déplaire. Ces noces suivaient de peu un autre mariage qui avait inquiété le gouvernement français, celui d’une de ses nièces avec le prince Waldemar de Danemark en octobre 1885, occasionnant des fêtes somptueuses à Chantilly auxquelles assistèrent vingt-huit princes de cours régnantes, Danemark, Grande-Bretagne (dont le prince de Galles), Russie, Saxe-Cobourg. Toutes les légations françaises concernées avaient fait des rapports à leur ministre pour évaluer l’importance de la délégation de chacune de ces cours3. L’aspect politique de ces mariages, les liens que les Orléans gardent avec les cours européennes et l’intérêt diplomatique pour la France d’une alliance matrimoniale étaient ainsi soulignés. L’épisode révèle l’importance qu’a pour le prétendant d’avoir une vie privée hors du commun par ses aspects curiaux, d’autant plus que la réalité du pouvoir lui échappe. Par-delà ses ambitions et ses menées politiques, la lignée royale déchue a une obsession ardente et immédiate, échapper à sa réduction au statut commun de la citoyenneté, de l’embourgeoisement selon la terminologie allemande4. Elle ne peut accepter de se cantonner à une existence privée et se réclame plutôt du « particulier », à mi-chemin de l’existence privée et du rôle public, sur un modèle curial, ou en tout cas selon l’image que l’on pouvait s’en faire alors. Or, non seulement ces princes sont définitivement éloignés de toute espérance politique concrète après 1873, mais plus encore ils sont désormais exilés du territoire français, ce qui leur pose un redoutable problème de gestion de leur capital social et politique et en même temps les conforte dans le symbolisme de leur personne, puisque la République les met à part de la communauté nationale.

2Quand il n’y a plus de cour, mais seulement une idée de cour, et qu’il ne peut plus être question d’archiver la cour, on va chercher, en sens inverse, à « curialiser » les archives. C’est-à-dire que l’on va assister à un effort constant de la part des princes de l’ex-famille régnante pour préserver leur statut hors du droit commun en recourant à des simulacres de vie curiale, en l’absence de toute détention d’autorité publique et malgré la raréfaction des rétributions à distribuer, toutes choses qui assuraient la circulation du pouvoir dans une formation curiale et la cohésion de cette formation sociale. La gageure est maintenant de transformer des relations sociales inscrites dans une société démocratique et libérale en succédané de vie de cour, donc de les surinvestir de sens, ce qui valorise la trace écrite de ces pratiques menacées de tomber dans l’anodin en permanence. Un autre défi est de publier le privé des princes pour le faire partager comme destinée commune au corps national, transformer leur privé en affaire publique.

  • 5 Henri d’Orléans (1908-1999), prétendant de 1940 à 1999.
  • 6 Inventaire des archives de la maison de France, fonds AP 300, publié par Suzanne d’Huart, Archives (...)

3Pour compenser l’irréalité d’un système curial autour de leur personne et de leur résidence, les Orléans ont cherché à matérialiser leur appartenance au monde des cours européennes avec lesquelles ils cousinent, ce qui a laissé d’innombrables traces dans les correspondances diplomatiques françaises. Mais, de ces archives, ils ne sont pas les maîtres. En revanche, ils sont très attentifs à leurs propres archives, auxquelles ils consacrent un budget conséquent car c’est par elles qu’ils peuvent matérialiser leur statut particulier, qui en fait des fétiches de distinction pour les élites sociales, et leur lien direct avec le modèle patrimonial d’Ancien Régime. Lorsque le comte de Paris5 dépose ces archives aux Archives nationales en 1969, il obtient qu’elles soient qualifiées d’archives de la maison de France et non de la maison d’Orléans, indiquant bien par là la prétention de ces princes à être considérés comme seuls représentants du principe monarchique légitime, alors que, depuis Louis-Philippe, il avait été toujours question des biens et des archives des Orléans dans tous les actes6. Et il signe aussi d’une certaine façon son acte d’abdication, en abandonnant les papiers qui matérialisaient son statut dynastique. Enfin, les Orléans essaient d’instrumentaliser leur « particulier » en codifiant et publiant l’affluence aux cérémonies familiales, mariages, baptêmes et deuils ; les listes mondaines des journaux bourgeois sont redoublées par les reportages de la presse monarchiste, surtout quand ce sont les princes eux-mêmes qui la publient. En soulignant aussi leur « générosité » domestique qui les distinguerait de l’économe train de vie bourgeois auquel ils sont de plus en plus réduits. Les princes ne pouvaient se priver de toute référence curiale comme gage de leur exceptionnalité ; ce qui a valorisé encore plus les traces archivistiques de leur train de vie princier, qui ont fini par être la seule réalité de cette vie de cour devenue irréelle.

Une existence problématique des princes dans les archives diplomatiques

  • 7 Almanach de Gotha : annuaire généalogique, diplomatique et statistique, chez Justus Perthes, à Goth (...)

4L’Almanach de Gotha7 est un bon sismographe des destinées des maisons régnantes. L’enjeu est d’être placé dans la première partie de l’almanach, celle des familles souveraines, mais surtout d’y être répertorié sous son nom régnant, « maison de France » en l’occurrence, et non comme simple branche cadette de la maison de Bourbon, et encore moins sous l’appellation « Espagne » où règnent encore des Bourbons. La dignité de papier doit être préservée, à défaut de celle du pouvoir. Mais le Gotha a peu d’état d’âme face aux changements de régimes et aux révolutions ; le principe de légitimité n’y est pas privilégié par rapport à la marche de l’histoire. Ainsi, en 1849, l’article « France » disparaît bien entendu et les Orléans sont relégués comme simples cadets des Bourbons à la suite d’« Espagne ». Le Second Empire entraîne la réapparition de l’article « France » avec les napoléonides et, plus surprenant, la réapparition de l’ancienne maison de France, Bourbons et Orléans confondus à leur suite. 1871 entraîne à nouveau la disparition de l’article « France » après celle d’« Espagne » depuis 1869, tous deux remplacés par la « maison royale de Bourbon » sans plus d’attache nationale.

  • 8 Louis-Philippe d’Orléans (1869-1926), prétendant de 1894 à 1926.
  • 9 Lettre publiée dans Le Matin du 10 octobre 1915. La mère de Ferdinand de Bulgarie est la princesse (...)
  • 10 Archives nationales (désormais AN), F7 13194, rapport de la préfecture de police du 11 octobre 1915

5Quand, en 1915, la Bulgarie entre en guerre contre la France, le duc de Montpensier, frère cadet du duc d’Orléans8, prétendant d’alors, envoie et fait publier une lettre de reproches au tsar au nom de la solidarité familiale qu’il aurait bafouée en déclarant la guerre au pays de ses aïeux, lettre qu’il a la maladresse de signer « Orléans9 », ce qui lui attire une vive réprimande du prétendant : « Avant d’écrire, apprends à signer ton nom », c’est-à-dire « de France » comme il est d’usage pour les frères et sœurs du roi10. Et il fait publier lui-même sa propre lettre au tsar sur un ton protocolaire respectant les usages des cours d’Ancien Régime.

6Par leur cousinage européen, les princes comptent encore dans la diplomatie française. Leur présence dans les papiers diplomatiques est notable et particulière. Au Quai d’Orsay, ils ne sont jamais répertoriés dans les fonds « Français à l’étranger », ce qui en dit long sur l’exceptionnalité de leur statut, pourtant nié officiellement ; en revanche, leurs traces sont conservées dans les cartons « Questions dynastiques » qui débutent les séries de chacune des chancelleries. Et, sur place, ils sont attentivement suivis par les légations dans la « Correspondance politique et commerciale » des chefs de poste avec le ministre, en particulier au sujet de l’accueil que les différentes cours leur accordent, l’obsession étant d’empêcher que cet accueil soit transformé en reconnaissance politique par les Orléans.

  • 11 Romano 1988, p. 535 ; Soutou 1994 ; Braun 1990.
  • 12 Il s’agit du mariage des princes héritiers des royaumes de Serbie, Grèce, Roumanie et Bulgarie pour (...)

7Encore dans l’entre-deux-guerres, le monde diplomatique européen reste figé sur les valeurs nobiliaires du fait de l’origine d’une grande partie de ses membres11. Les princes sont une carte à jouer dans l’équilibre européen en reconstruction et les canaux curiaux sont empruntés à l’occasion par la diplomatie républicaine. Lors des mariages des princes héritiers balkaniques dans les années 1920, Aristide Briand approche les princes d’Orléans pour qu’ils mettent au service de la diplomatie leurs relations de cour12. Henri Cambon, en poste à Sofia, lui écrit :

  • 13 Ministère des Affaires étrangères, dépôt de La Courneuve (désormais MAE), Europe Z 18/40, Bulgarie, (...)

En ce qui concerne la maison de France, il faudrait évidemment mieux que le roi Boris ne ramenât pas une fille du duc de Guise, ce qui créerait pour nous une situation un peu fausse. Par contre, une fille du duc de Vendôme n’offrirait que des avantages, si l’âge et d’autres conditions ne s’y opposaient13.

  • 14 Jean d’Orléans, prétendant de 1926 à 1940.

8Dès lors que Guise14 a accédé à la charge de prétendant, il est délicat pour le gouvernement de la République de servir ses intérêts et il se rabat sur une branche cadette qui ne pose pas ce problème.

9La prétendance n’est pas fondée sur une proximité réelle du pouvoir en France, elle joue sur une proximité éclatée et plus ou moins réelle à l’échelle des cours européennes. Rappeler lors de toutes les cérémonies familiales la présence de la reine Amélie de Portugal ou encore d’Hélène duchesse d’Aoste, princesse italienne, autre sœur du duc d’Orléans, c’est souligner la vraisemblance toujours actuelle de la monarchie. Par le duc de Vendôme, qui a épousé Henriette de Belgique, le prétendant touche de près une cour importante pour lui, puisqu’il réside à Bruxelles, même si cela ne va pas sans problème étant donné l’influence et la réputation des Vendôme, dans les milieux diplomatiques et politiques européens, qui éclipsent le prétendant en titre. La reine Amélie elle-même est une grande figure des cours européennes : tous les ans, elle va résider chez sa sœur la duchesse d’Aoste au château de Capodimonte ; elle est reçue régulièrement à Buckingham dans l’intimité de la famille royale anglaise.

  • 15 AN, AP 300 III 718, 3 novembre 1927.

10Lorsque la princesse Anne, fille du duc de Guise, épouse à nouveau un prince d’Aoste, en 1927, c’est l’occasion de ressortir la parure de saphirs de Marie-Antoinette et le diamant Penthièvre et, pour la reine Amélie, de porter le grand cordon de Malte et les crachats de « nos ordres » au milieu de toute la théorie des rois et princes en exercice ; cortège en landau, livrées et perruques, enfilade des salons de réception du palais royal de Naples, tout est fait pour nourrir la nostalgie de la vie de cour15. Le consul de France rend compte de l’ambiance de la cérémonie :

  • 16 MAE, Europe Z 18/40, Italie, carton 10 : « Questions dynastiques », télégramme de 9 octobre 1927.

L’enthousiasme de la population napolitaine, massée dans les rues au passage des berlines amenant le cortège de la résidence de Capodimonte jusqu’au palais royal pour contempler le défilé des princes, des maréchaux, des dignitaires […] Des acclamations sans nombre ont successivement accueilli après la cérémonie l’apparition au grand balcon du palais du duc et de la nouvelle duchesse des Pouilles16.

  • 17 Marquis de Lagergren, membre du service d’honneur du souverain pontife, lettre au maréchal Lyautey, (...)

11C’est à cette aune que les princes vivent les soubresauts politiques de l’entre-deux-guerres ; pour eux, la chute de la monarchie espagnole en 1931 est avant tout un problème patrimonial et un pas de plus dans leur éloignement des réalités curiales. Aussi, dans les premiers rangs du cortège nuptial du comte et de la comtesse de Paris en 1931, seuls les princes italiens et danois participent encore au pouvoir et aux charges curiales, tout le reste du cortège est formé des débris de l’Europe dynastique. Ainsi peu à peu les archives diplomatiques vont-elles abandonner les princes d’Orléans malgré qu’ils en aient, à l’instar de la curie romaine qui voit l’affluence à la loge royale de Saint-Pierre se réduire aux « débris de l’Europe noire17 ».

Des papiers d’affaires comme base d’un statut hors du commun

  • 18 Antonetti 1994, p. 498 et suiv.
  • 19 Cité par Schmitt 1972 [1927].

12Le train de vie des princes doit refléter la majesté héritée et désirée. Un prince ne peut vivre en bourgeois car la réduction à cet état le livrerait aux obligations budgétaires communes, sa caisse privée n’étant pas assurée par l’impôt. Les Orléans se sont prémunis de tout embarras financier par la reconstitution de leur colossale fortune privée. À peine rentré en France en 1814, le futur Louis-Philippe obtenait de Louis XVIII, en même temps que la restitution de ses biens, celle de 190 cartons d’archives concernant sa lignée18. Dépossédés à nouveau en 1848, les Orléans obtiennent la restitution de leurs biens patrimoniaux d’une Assemblée nationale à majorité monarchiste en 1871. La Troisième République est alors dans des dispositions favorables envers « ses » princes, elle leur assure les moyens d’une vie dynastique, comme le fait plus tard la république de Weimar envers les Hohenzollern, « car nous sommes d’avis que ces problèmes ne relèvent pas du droit civil et sont exclusivement politiques19 ».

  • 20 AN, AP 300 III 465, « Papiers d’affaires du comte de Paris », 1886.
  • 21 AN, AP 300 III 931-932, lettre du 2 juillet 1921.

13La veuve de Louis-Philippe, la reine Marie-Amélie, constitua par son testament une rente destinée à permettre au chef de la maison de conserver et gérer les archives comme « base des droits et revendications de la maison20 ». C’est pourquoi en 1921, lorsqu’une maladie fit craindre pour la vie du prétendant, Vendôme écrit à Guise au sujet des archives : « On va signer une pièce qui t’instituera dépositaire responsable [des archives] au cas où […] il y aurait “transmission prématurée”21. » Cette transmission est symboliquement forte, elle est la première marche vers la prétendance et une manifestation tangible de la cohésion dynastique.

  • 22 Ibid., « Exposé sur la situation des trusts fait par le duc de Vendôme » le 15 septembre 1910.
  • 23 AN, AP 300 III 894, fo 38.

14L’année 1926 est un bon repère pour l’étude des moyens employés par les Orléans pour préserver le mode dynastique de gestion d’une fortune sur laquelle asseoir un reste de vie curiale, puisque c’est l’année de la succession de la prétendance des mains du duc d’Orléans à celles du duc de Guise. Les princes d’Orléans sont tous sacrifiés au maintien d’une sorte de majorat officieux qui affecte les revenus des biens de la maison au seul prétendant afin qu’il puisse tenir son rang. C’est encore une fois l’ex-reine Marie-Amélie qui a partagé les fonds patrimoniaux entre ses héritiers en les confiant à des trustees en 1859 chez Coutts à Londres afin d’assurer le versement de rentes aux différents princes tout en préservant l’indivision du patrimoine22. En devenant prétendant en 1926, Guise est ainsi à la tête d’un ensemble de trusts dont les rentes s’ajoutent aux revenus de ses biens propres. Pour s’y retrouver, la banque Coutts tient un recueil des settlements, actes successoraux et financiers des princes23. Il y a quatre fonds principaux : Orléans, Guise et Aumale 1 et 2, dont les revenus abondent le compte du duc ; et quelques fonds secondaires pour le versement de rentes particulières (duchesse d’Orléans, etc.). C’est cette même banque qui garde dans ses coffres le diamant Penthièvre et les saphirs de Marie-Antoinette, sortis à l’occasion des mariages des prétendants sans quitter la famille car la nue-propriété leur en échappe. Pour gérer ses biens, le prétendant dispose de deux banques principales, Mallet à Paris, vieille banque protestante liée aux Orléans depuis 1830, pour gérer les revenus des domaines, et Coutts à Londres, spécialisée dans la gestion des fortunes royales et princières européennes, pour gérer trusts et valeurs mobilières.

  • 24 Environ 120 millions d’euros. Bravard 2013, p. 116.
  • 25 « Instead, they had become rentiers, maintaining a style of life that was still landed in its mode (...)

15Les revenus du prétendant sont sans commune mesure avec ceux des autres princes de la famille malgré une forte érosion : en 1896, le duc d’Orléans était à la tête d’un capital de 35 millions de francs 1914, ce qui le plaçait parmi les plus grandes fortunes françaises, la moyenne des fortunes mondaines tournant vers 1900 autour de 2 millions24. En 1926, le duc de Guise n’hérite plus que d’une fortune de 3 millions et demi de francs 1914, ce qui le ramène dans la moyenne des fortunes mondaines. Mais cette chute du niveau de fortune vient essentiellement de la vente des domaines opérée par le duc d’Orléans, le système des trusts de la prétendance résistant assez bien quant à lui. Coutts gère la fortune des Orléans selon le modèle – et avec les mêmes déboires lors de la crise des années 1930 – qu’elle applique aux grands aristocrates anglais. On y constate un hiatus croissant entre des trains de vie patrimoniaux et des revenus capitalistes : « Ils étaient en fait devenus des rentiers qui maintenaient un style de vie de propriétaires fonciers par leur dépenses mais dont les sources de revenus étaient de plus en plus ploutocratiques25 ». Comment le prétendant va-t-il ménager les devoirs de sa charge politiques et symboliques avec des revenus soumis aux fluctuations d’une gestion financière plus aléatoire ?

  • 26 En 1926, sur environ 5 millions de francs de dépenses, les rentes et pensions s’élèvent à plus de 1 (...)

16Deux institutions gèrent collectivement les biens de la maison : la « Caisse centrale de l’administration des biens et des affaires de la maison d’Orléans » mise sur pied par Louis-Philippe pour gérer les restes de ses apanages ; et la « Société civile des domaines de Dreux » créée en 1886 à la suite de la loi d’exil pour gérer les biens indivis de cette même maison. Les dépenses qui résistent le mieux à l’érosion de leurs revenus sont celles qui dépendent le plus étroitement de leur statut et de leur charge symbolique. Ainsi des rentes et pensions et de toutes les dépenses sociales qu’ils versent à leurs familiers et aux serviteurs de la maison et qui garantissent sa cohésion. Plus fragiles sont les dépenses du « service d’honneur », pâle successeur de la « Maison du roi », chargé du service des audiences et de la représentation du prétendant dans les cérémonies26. Ce service repose essentiellement sur la gratuité, l’honneur de la charge étant son propre salaire ; seules sont assurées par le prétendant les dépenses occasionnées par la charge. Ce sont là les dépenses les plus symboliques de la prétendance, héritières directes de la courtisanerie.

  • 27 Monti de Rezé 1930.
  • 28 Bravard 2013, p. 278.

17La structure des dépenses personnelles du duc de Guise est significative d’un train de vie princier, cosmopolite et rythmé par les grands événements dynastiques instrumentalisés : en 1927, le mariage de la princesse Anne avec le duc d’Aoste à Naples se déroule avec tout le faste d’une cour encore régnante et explique le gonflement des versements faits au duc pour assurer sa participation à cette cérémonie essentielle pour manifester son appartenance au monde des cours européennes ; en 1931, ces dépenses explosent pour assurer le faste nécessaire au mariage du comte de Paris à Palerme, ainsi que la réception de l’hommage des Parisiens à l’hôtel Lambert, propriété de parents de la future comtesse de Paris. En revanche, au manoir d’Anjou, bâtisse sans prestige ni grâce de la banlieue de Bruxelles où le prétendant réside depuis les dilapidations du duc d’Orléans, il est plus difficile aux princes d’assurer un décorum qui puisse rappeler de près ou de loin une ambiance curiale, malgré l’emploi de dix-huit domestiques, dont la moitié en habit à la française. Un simple train de vie de grand bourgeois. On est désormais bien loin du train du comte de Chambord à Frohsdorf qui faisait belle illusion avec sa quarantaine de domestiques en livrée, son nombreux service d’honneur en habit de cour, le grand écuyer comte Maxence de Damas et l’aumônier du prince dans les années 188027. Mais aussi du train de maison d’autres grandes familles aristocratiques, comme les Greffulhe qui emploient encore une centaine de domestiques dans les années 193028.

  • 29 AN, AP 300 III 611, « Travaux à Palerme, 1877-1940 », et 669, « Comptes et budgets généraux des dom (...)
  • 30 Mellet 1931 et Mourey 1931. La publicité de ce dernier livre est insérée dans le premier.

18Les « fêtes de la vie et de la mort » de la famille princière sont l’occasion de cérémonies. Les princes ont dans les pratiques curiales un modèle de bon usage des événements familiaux, de l’instrumentalisation de leur « particulier ». Chaque cérémonie a son budget : en 1926, la cérémonie funèbre pour la mort du duc d’Orléans à Notre-Dame de Paris et les cérémonies qui la suivent coûtent plus de 60 000 francs versés à la société Borniol, qui joue le rôle qui était dévolu sous la monarchie aux « Menus Plaisirs » et au « Garde-Meuble » ; son chef du protocole a la responsabilité du respect des formes et des préséances que le prétendant ne peut plus assumer. En 1931, en plus des 150 000 francs versés pour les noces du comte de Paris, les comptes généraux du domaine de Sicile assurent d’importantes dépenses pour préparer le palais de Palerme à la cérémonie29. À cette occasion, la filiation avec les cérémonies de l’ancienne monarchie devient explicite : la Librairie de France, qui édite un luxueux livre illustré sur le mariage du comte de Paris, publie en même temps dans le même format et avec la même qualité d’illustration un ouvrage sur les « entrées » royales et les autres fêtes monarchiques, dont le dernier chapitre va de 1848 à 1930, laissant le lecteur aux rives des noces de Palerme30.

Livres de visites et carnets mondains ou la présentation au prince

  • 31 AN, AP 300 III 936 à 942.
  • 32 Barrière 1933, p. 54-55.

19Les papiers du duc de Guise conservent sept volumes de signatures des personnes passées en « visite » à l’hôtel des princes à Paris, rue de Miromesnil, de 1901 à 1940, en particulier au Nouvel An31. À partir du moment où il devient prétendant, les visites du Nouvel An se stabilisent à environ quatre cents noms par an jusqu’à la guerre. En revanche, de 1930 à 1934, les visites dans le courant de l’année explosent, passant de quelques dizaines à quelques centaines au fil des événements familiaux, fiançailles puis mariage du comte de Paris, naissances du « dauphin32 » et des autres princes. Le titre de « dauphin » avait été repris par le duc d’Orléans, alors qu’il ne l’avait pas été depuis la Restauration. « La camarilla des ducs, Luynes, Uzès et La Rochefoucauld, lui imposait d’oublier qu’il était un Orléans pour qu’il retînt et montrât uniquement sa qualité de Bourbon. » Ces visites sont un bon témoignage de l’instrumentalisation de leur « particulier » par les princes.

  • 33 Lilti 2002.

20La pratique éminemment mondaine de la visite, réelle ou simplement par dépôt d’une carte cornée, est complètement détachée de toute réalité ici puisque les princes ne résident pas à Paris. Des copies de ces listes de « visiteurs » sont envoyées au manoir d’Anjou, montrant l’intérêt que porte le duc de Guise à ces visites, toutes formelles qu’elles fussent. C’est un pur échange de révérence et de reconnaissance sociales, loin de toute recherche d’un contact réel ou personnel ou du monnayage d’une relation. C’est ce qui nous permet d’y voir un mode dégradé de vie curiale. Ce rite de la « visite » est parfaitement intégré dans la sociabilité mondaine, « Faubourgs » et « Tout-Paris » le pratiquent naturellement et dans une relation avec la maison de France qui, quoique inégale, comporte une certaine réciprocité, ne serait-ce que dans la reconnaissance par les princes d’un côté et, de l’autre, dans celle du prince en tant que fétiche de prestige par les élites sociales. Les visites aux princes sont une cristallisation d’une révérence quand même singulière, puisqu’elle ne peut échapper à la référence curiale. C’est un leitmotiv des contemporains eux-mêmes que d’affirmer la filiation entre la cour disparue et les grands salons mondains33. La gestuelle mondaine singe les mœurs curiales et cette référence fait partie des actes posés par le « Monde » pour valoriser son capital symbolique.

  • 34 AN, AP 300 III 933, lettre de Lyautey du 23 novembre 1927, et « Papiers Lyautey », AN, 475 AP 289, (...)

21Mais il est une différence fondamentale entre salons et cour : celle-ci allait au roi, désormais c’est le prétendant qui va aux salons. La relation est inversée, le pouvoir de coercition des princes et leur capacité de rétribution ont disparu, ou presque. Cela étant, les princes ne sont pas sans armes pour séduire des « compétences » et les utiliser au service de leur maison quand celles-ci sont déçues par la République. Ainsi l’éducation du jeune Henri est-elle confiée à Charles Benoist, membre influent de la Fédération républicaine, professeur d’histoire constitutionnelle à Sciences Po, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, ambassadeur à La Haye après la guerre, mais mis à pied par le Cartel des gauches en 1924. Le comte de Saint-Aulaire, diplomate, de l’entourage proche de Lyautey, démis de son ambassade à Londres en 1923, demande au maréchal de le présenter aux princes, en devient un « visiteur » régulier et les sert dans leur tentative de contrôle du Figaro après l’éviction de Coty en 1933 afin de réinsérer le journal dans les cercles mondains de l’entourage des Orléans34. Le général de Gondrecourt, ancien directeur de Saumur, attaché militaire à Rome, chargé de commandement en Bulgarie, entre au service d’honneur du prétendant et devient le gouverneur militaire du comte de Paris après sa mise à la retraite en 1927, en même temps que l’abbé de Dartein, qui était alors lui aussi à Rome comme chapelain de Saint-Louis-des-Français, poste prestigieux soumis au choix de l’ambassadeur près le Vatican, devenait le précepteur du comte.

  • 35 AN, 475 AP 259, lettre de Lyautey au marquis de Juigné, 12 avril 1929.
  • 36 AN, 475 AP 259, lettre de Lyautey au marquis de Juigné, 12 avril 1929, et AN, AP 300 III 957, lettr (...)
  • 37 AN, 475 AP 287, lettre du 6 avril 1922.

22À l’Académie française, les princes peuvent compter sur la révérence du « parti des ducs ». Mais là aussi leur influence a des limites : en 1929, le maréchal Lyautey veut organiser un dîner avec Henry Bordeaux, Pierre de Nolhac, les marquis de La Ferronnays et de Flers, le duc de La Force et le comte de Saint-Aulaire, en majorité des « visiteurs » du prince35 ; mais la date retenue pose un problème car c’est celle de la réception de Louis Madelin, et le dîner est reporté36. Dans le jeu de la haute sociabilité, les princes sont désormais en position de concurrence, non plus de monopole. Une réception à l’Académie les balance, ils se heurtent à des positions fortes, à des stratégies sociales qui les ignorent ou les contournent. Ne pouvant distribuer des gratifications capables de rivaliser avec celles que la République et les instances sociales dominantes procurent, il leur faut composer, même s’ils ne sont pas complètement démunis dans cet échange par un jeu de courtoisie réciproque. Lorsqu’il rend compte des soutiens déclarés à sa candidature au siège de Denys Cochin, Georges Goyau, un familier des livres de visite, énumère huit noms dont cinq sont des « visiteurs » fidèles du prince37.

23Si le « Monde » n’a pas la même unité de lieu comme la cour dans le palais royal, il n’empêche qu’il a une structure spatiale assez précise qui introduit une certaine proximité géographique, en plus d’être sociale, entre ses membres. D’abord, les visites se font souvent par hôtels ou immeubles des beaux quartiers, voisinage qui parfois est celui d’un lignage. Même quand un lignage est dispersé géographiquement, il arrive qu’il fasse une visite commune. Les structures familiales et résidentielles jouent donc un rôle structurant dans les visites aux princes, ce n’est pas une sociabilité de rencontre ou individuelle qui s’y exprime.

  • 38 Saint-Martin 1993, p. 65-91.

24Plus largement, il y a une forte cohésion spatiale des « visiteurs » selon les arrondissements parisiens et l’on pourrait affirmer sans trop de paradoxe que les nobles faubourgs jouent le rôle de palais royal. Les trois quarts des « visiteurs » viennent de ces quartiers, 28 % du VIIe (faubourg Saint-Germain), 25 % du VIIIe (faubourg Saint-Honoré) et 22 % du plus récent XVIe arrondissement. Et si l’on rapporte le pourcentage des « visiteurs » à celui que ces arrondissements représentent dans la population totale de Paris, on voit que la lisibilité sociale des « visiteurs » des princes est deux fois plus faible dans le XVIe que dans le VIIe et surtout le VIIIe. Les « visiteurs » de princes ne sont pas sensibles au glissement vers l’ouest parisien des élites sociales, ce qui rejoint les constatations de Monique de Saint-Martin dans l’analyse de l’espace de la noblesse parisienne où rejouent en permanence les antiques divisions de cet ordre dans la gestion de son capital symbolique et culturel38. La visite rituelle aux princes n’est pas le partage du Tout-Paris, mais celui de ses franges les plus archaïques, celles qui sont restées fixées dans les anciennes résidences aristocratiques et où la référence curiale fonctionne encore.

25Pour passer aux catégories sociales et non plus simplement résidentielles, il faut croiser l’autoreprésentation des individus avec la représentation qu’en ont les princes, étant donné que dans les listes de visites plus des deux tiers portent particule et plus de la moitié sont titrés, ce qui est déjà peu sélectif, d’autant que bien des « roturiers » participent plus sûrement du « Monde » que nombre de petits et récents « particulés ». Ce qui nous intéresse ici, c’est de définir les « plus nobles » au sens des « plus connus » des princes. Un premier critère de cette notabilité est l’appartenance à un bottin mondain, comme le Tout-Paris que les Orléans achetaient tous les ans, simple extension de leur propre carnet d’adresses. On peut y ajouter le Bottin mondain (Didot-Bottin), Le Livre d’or des salons (E. Bender et T. Rousseau), précieux pour la noblesse des provinces, et enfin l’Annuaire international des cercles (Club-Almanach) (chez Hinrichsen) pour les listes des membres de grands clubs. Avoir un hôtel particulier dans les quartiers des faubourgs, appartenir à un des grands clubs parisiens (Jockey Club, Cercle de la rue Royale, Cercle agricole et Cercle de l’Union) et le port d’un des grands noms de la société et de l’histoire, ces critères sont ceux qui fondent la reconnaissance par les princes, ce que nous appellerons le « Faubourg », par opposition au simple « Monde ». Le dernier cercle social de l’influence princière est celui de la « noblesse d’apparence », les porteurs de particule non répertoriés dans les différents annuaires.

  • 39 Elias 1985a, p. 94.
  • 40 Ses statuts sont conservés dans les archives du duc de Guise, AN, AP 300 III, 935.

26Plus de 80 % des « visiteurs » des princes appartiennent à ces catégories qui nous semblent complètement déconnectées des réalités sociales de leur époque, l’optique des princes vis-à-vis de leurs fidèles étant déformée par leurs propres intérêts sociaux : « Chaque société établit toujours dans la sphère qu’elle tient pour essentielle les différenciations les plus subtiles et les plus approfondies39. » C’est dans le « Faubourg » que le prétendant recrute son service d’honneur, resté fidèle au duc de Guise après l’avoir été au duc d’Orléans, et « L’œillet blanc », ses adhérents : fondé en 1896 par des membres parmi les plus mondains du « Faubourg » à la suite du mariage du duc d’Orléans avec l’archiduchesse Marie-Dorothée de Habsbourg dans un but de « propagande artistique et mondaine » sous les ordres du duc de La Loge d’Ausson, on y retrouve les mêmes noms. Ils participent aux cérémonies et aux manifestations royalistes40.

27Si les « visiteurs » du Nouvel An sont très rarement occasionnels (moins de 20 % sont des « visiteurs » uniques) et si les princes peuvent y reconnaître une formation sociale qui les « courtise », en revanche les assistants occasionnels aux messes annuelles du 21 janvier en mémoire de Louis XVI sont toujours plus de 30 %. Il y a a priori quelque chose de contradictoire à constater qu’un rite ancien, fixé depuis plus de cent ans, selon un cérémonial funèbre lui-même des plus antiques, soit célébré par une assemblée plus volatile que l’affluence à l’hôtel des princes, dans le simple respect de ce que l’on pourrait prendre pour une simple pratique mondaine peu engageante. Mais c’est justement oublier que la « visite » est en fait un acte contraignant, hérité directement des pratiques de la société de cour, qu’elle est donc, elle aussi, un acte rituel au plus haut point, à l’antiquité vénérable. Elle est mieux articulée à la sociabilité des élites et des princes, elle a un sens fort qui explique l’attention qu’y apporte le prétendant. Si les deux rites sont centrés sur la symbolique de la prétendance, c’est cependant par des angles d’attaque différents : à Saint-Germain, ce n’est pas du prince que l’on cherche à être reconnu mais de ses pairs, l’hommage au roi martyr est bien inscrit dans l’habitus aristocratique. Dans les visites à la rue de Miromesnil, la relation s’inverse dans un rapport plus direct avec les princes. Nous pouvons donc parler d’un système rituel qui insère les élites sociales parisiennes dans ses mailles.

  • 41 AN, 300 AP III 922.
  • 42 Archives de la Compagnie de Jésus, Vanves, province de France, fonds Yves de La Brière, carton 4, j (...)

28L’année 1926 offre une occasion d’observation du système rituel de la prétendance et de son emprise, ou tout au moins de sa tentative d’emprise, sur le « Monde » parisien ; à quelques mois d’intervalle se succèdent les listes de « visiteurs » du 1er janvier (environ un millier), celles de la cérémonie du 21 janvier en souvenir de la mort de Louis XVI à Saint-Germain-l’Auxerrois publiées dans la presse conservatrice (environ un millier là aussi) et celles des funérailles du duc à Notre-Dame de Paris en avril (environ 4 000), listes recueillies sur des feuilles de condoléances41. Les « visiteurs » sont logiquement issus à 30 % du « Faubourg » et à 40-50 % du « Monde », quand les fidèles du 21 janvier sont à 10 % du « Faubourg » et à 30 % du « Monde », et les assistants à la cérémonie de Notre-Dame à 4 % du « Faubourg » et à 16 % du « Monde ». La composition des « visiteurs » rend bien compte de la particularité du rite, de son exclusive mondaine, alors que les autres cérémonies font entrer en jeu d’autres logiques, en particulier militantes. Cela étant, même dans une cérémonie aussi peu articulée aux élites sociales en apparence que la messe de Notre-Dame pour le duc d’Orléans, celles-ci gardent leurs droits car les princes ont envoyé les invitations aux places distribuées selon leur proximité de l’autel en respectant les préséances (des violettes, les plus huppées, jusqu’aux cartes « debout ») : sur les 100 premiers feuillets de condoléances, plus de 40 % des signatures sont des « visiteurs » des princes, 20 % des membres du « Faubourg » et 28 % du « Monde », alors que sur l’ensemble des 400 feuillets les proportions sont respectivement de 26 %, 13 % et 22 %. On retrouve ces distinctions, atténuées, à Saint-Germain tous les 21 janvier : plus de la moitié des premiers rangs sont du « Faubourg » et du « Monde », et plus de 40 % en sont des « visiteurs ». Ce qui nourrit encore une fois la référence à la cour à propos de ces cérémonies, comme dans le journal du père La Brière, un familier des princes, qui parle de « toute la ville et toute la cour » à son propos42.

  • 43 AN, F7 13199, rapports des 15 et 16 mai 1931.
  • 44 Marchou 1937, p. 44.

29Pour les noces du comte de Paris à Palerme en 1931, les données sociales des livres de visites sont modifiées à cause de l’éloignement de la cérémonie. Quelques jours plus tôt, pour célébrer les fiançailles, la duchesse de Guise reçoit avec la future comtesse de Paris l’hommage des Parisiens à l’hôtel Lambert. Un détail matériel indique le redoublement de cet hommage avec celui, classique, de la rue de Miromesnil : pour cette année-là, il y a deux livres de visites, l’un pour l’île Saint-Louis, l’autre pour l’hôtel des princes. Les mêmes noms s’y rencontrent fréquemment, le même jour ou à un jour d’intervalle. Bien entendu, la préfecture de police a surveillé ces rassemblements, notant 3 250 « visiteurs » le 15 mars, 3 800 le lendemain43. Et la référence à la cour de fonctionner de nouveau : « Aux trois révérences de cour de la grande dame, succédaient le timide plongeon du trottin et la poignée de main rude mais combien fervente de l’ouvrier. […] Les tenants de l’armorial mis à part – car ceux-là accomplissaient un devoir de famille […]44 » Cette cérémonie est en fait la matérialisation des habituelles visites in absentia. Elle constitue le même échange de reconnaissance symbolique et les différentes sortes de salut décrites montrent l’éloignement ou la proximité de chacun par rapport aux princesses. Deux mondes voisinent ici, sans se recouper. Nous touchons à l’une des limites de l’action sociale des princes, la concurrence d’une utilisation partisane qui trouble l’entre-soi des élites.

  • 45 Tous deux analysés par Bravard 2013.

30L’archivage de la fréquentation de la « cour » se trouve aussi dans la presse et ses carnets mondains, essentiellement au Figaro et au Gaulois45. Toute réception mondaine fait l’objet d’un compte rendu réduit pour l’essentiel à l’énumération précise de ses assistants et de leurs titres, car cela seul compte, comme une forme de présentation à la cour si ce n’est qu’il n’y a plus là de souverain. De 1926 à 1931, ce sont entre 50 000 et 70 000 francs qui sont versés à des journaux « bien-pensants » par le prétendant. Bien sûr pour des raisons avant tout de propagande politique, qui ne nous intéressent pas ici. Mais la presse est aussi une caisse de résonance de la vie des princes et, en ce sens, elle permet la diffusion de l’image dynastique et curiale de la maison de France.

31Le premier comte de Paris puis le duc d’Orléans disposaient d’un organe de presse propre, La Correspondance nationale, de 1877 à 1914. Plus qu’un véritable journal, c’était une double feuille servie en abonnement aux journaux favorables à la cause, comme Le Soleil, La Gazette de France ou encore Le Gaulois (en tout 37 journaux départementaux et 6 parisiens). Elle était divisée en trois parties : une partie officielle, formée essentiellement des nominations dans les cadres monarchiques et des messages princiers ; une partie rédactionnelle, divisée en rubriques de politique intérieure, extérieure et sociale ; et une dernière qui nous intéresse ici, une partie mondaine rendant compte des déplacements des princes et de leurs événements familiaux. Quand, en 1935, le comte de Paris lance son plus ambitieux organe de presse, Le Courrier royal, il garde une place essentielle à ce « carnet mondain » au milieu de pages plus proprement politiques. La photographie est largement utilisée pour cette mise en scène.

  • 46 Dans le VIIe, comtesse de Rohan-Chabot et duchesse de Ravèse, duchesse de Bisaccia, Lord Crewe amba (...)
  • 47 Il est conservé dans trois cartons, AN, AP 300 III 717 à 719.
  • 48 Brelot 1994, p. 346.
  • 49 Voir l’analyse du salon d’Oriane de Guermantes par Bidou-Zachariasen 1990.

32Par les académiciens de leurs parages, les princes touchent à la presse conservatrice, si importante pour rendre réelle leur influence et diffuser une image conforme du prétendant et des siens. Elle assure leur propagande mondaine grâce au carnet du même nom qui permet de dresser la carte des salons fréquentés par les princesses lors de leurs séjours en France et la qualité de l’assistance à ces soirées ; la liste fleure bon la cour d’Ancien Régime46. La reine Amélie, de son côté, relève tous les soirs dans son Journal les personnes rencontrées dans ces soirées, redoublant les listes publiées47. Elle fréquente très régulièrement quatre salons ; leur composition peut nous donner une idée de la façon dont se partagent les différents cercles de la connaissance des princes et dont fonctionne la « fusion des élites », c’est-à-dire l’articulation du politique et de la modernité avec les traditions de l’exclusivité aristocratique48. Les salons des princes ne sont pas aussi sélectifs que ceux des hôtesses les plus exclusives, et c’est en cela que leur usage de la mondanité pourrait aussi se rapprocher des usages curiaux ; ils ne cherchent pas tant à assurer une position mondaine, ce qui dans leur cas est inutile étant donné leur prééminence, qu’à faire venir à eux les élites montantes. Une société mélangée caractérise le monde des princes et ils peuvent ménager ces deux aspects de respect des hiérarchies traditionnelles et de l’accueil des nouveaux venus en jouant des différents salons qui forment le « Monde » parisien49. Ainsi voyons-nous que la reine Amélie est aux confins de deux cercles de sociabilité mondaine : d’une part, dans les salons les plus aristocratiques (Rohan-Chabot et Aubry-Vitet, tous deux dans le VIIe arrondissement), les représentants du « Faubourg » et du « Monde » y sont majoritaires (61 et 46 %), les trois quarts sont des « visiteurs » des princes ; en revanche, dans les salons moins inscrits dans ces logiques (Bouriat et Lesieur, tous deux dans le XVIe), les milieux mondains sont autour de 20 à 25 %, alors que les hommes politiques sont majoritaires (45-50 %) et les intellectuels y ont une place notable (environ 10 %) – et naturellement, les « visiteurs » ne forment plus qu’un gros tiers. La reine reçoit elle-même en son château du Chesnay, près de Versailles, sous deux formes, des soupers relativement restreints et de plus vastes réceptions ; dans ce cas, ce sont les réceptions qui sont les plus mondaines et articulées aux rites de la maison de France, tandis que les simples repas ont, eux, une proportion double d’hommes politiques et triples pour les intellectuels. La conquête de nouveaux cercles plus ou moins éloignés de l’habitus monarcho-mondain emprunte les degrés de l’intimité et ménage pudeurs sociales et prudences relationnelles.

  • 50 Elias 1985b, p. 25.
  • 51 AN, 475 AP 300, lettre du 13 avril 1926.

33L’analyse des rites de la prétendance en termes mêmes de rites permet de comprendre comment fonctionnent les fidélités anciennes envers elle. Ces gestes sont en même temps pérennes et fragiles, ils ne peuvent pas servir plus que ce pour quoi ils sont faits : une révérence héritée. Leur agencement en un système rituel montre que la prétendance est un nœud complexe de différentes formes de fidélité au croisement de divers habitus aussi bien sociaux que partisans. Par leur travail de mise à part, ces rites donnent une grande importance à l’espace, aux questions de répartition, de proximité et d’éloignement. La géographie rituelle contraint celle des réseaux ébranlés et des couches sociales mobilisées. Leur lisibilité spatiale dans certains quartiers parisiens, la présence physique des cérémonials, de leur décorum et de leur théâtre, tout pousse à analyser cette sociabilité en termes curiaux. Au point que l’on va retrouver dans cette cour jouée un même travers que dans les cours bien réelles de l’Ancien Régime : la médisance et le complot. La pratique du commérage malveillant est une affirmation de la proximité sociale et résidentielle, favorisée par l’ancienneté du groupe, la force de ses solidarités et de ses réseaux familiaux50. Le prétendant est tout autant construit par la révérence que par la médisance de ses fidèles. « Après Jean Ier le Posthume et Jean II le Bon, je crains que le troisième Jean ne se distingue par un qualificatif qui fera peu d’honneur à la maison de France. […] Une lignée si éclatante, de si grands rois, de si grands hommes, finir dans ces pauvres hères… c’est à pleurer », écrit Wladimir d’Ormesson au maréchal Lyautey, fidèle d’entre les fidèles des Guise51.

  • 52 Cannadine 2006.

34« Curialiser » les archives n’était pas qu’un jeu de mots. Une cour de papier, c’est peut-être tout ce qui reste des réalités curiales d’Ancien Régime pour les princes d’Orléans durant leur exil. Ce n’est que dans le discours, qu’il soit diplomatique, politique, social ou pécuniaire, que les prétendants au trône de France peuvent espérer retrouver le lustre curial. Leur nostalgie des formes curiales anciennes est d’autant plus forte que l’époque est à la réaffirmation de ces traditions, voire à leur invention dans les monarchies installées, que ce soit en Angleterre, en Allemagne ou en Russie52. Les cours européennes développent des formes de rituels surabondants censés remonter à la plus haute Antiquité, alors qu’au début du xixe siècle elles avaient connu un fort déclin. On assiste à une codification de pratiques naguère plus fluides. Dans une situation plus dramatique pour eux, puisqu’ils ont dû d’abord faire face, lors des Restaurations, à la solution de continuité des pratiques curiales lors des épisodes révolutionnaires, et ensuite parce qu’ils ont été éloignés définitivement de l’exercice du pouvoir sous la Troisième République, les Orléans jouent un même jeu de recours à des rituels réputés antiques. Une cour étant le lieu particulier de l’articulation des aspects publics et privés de la personne du prince, les Orléans sont dans une tentative désespérée de maintenir une illusion de vie curiale pour éviter d’être réduits au simple statut de la citoyenneté.

35L’intérêt éventuel d’étudier la survivance de pratiques curiales autour des princes d’Orléans en exil à la suite des analyses de cours en exercice dans les sociétés monarchiques est de fournir un contre-exemple au problème de l’archivage de ces pratiques. Qu’archiver quand concrètement il n’y a plus de cour autour des princes, si ce n’est de pâles succédanés ? Nous ne pouvons bien sûr que constater la progressive atrophie des archives sous la main et l’autorité des princes, signe indiscutable de leur réduction au statut commun. Mais, étonnamment, nous assistons parallèlement à leur substitution par des archives extérieures et indépendantes de leur autorité, que ce soit celles de l’État avec le Quai d’Orsay ou celles de l’Almanach de Gotha ; celles des institutions mondaines à travers une entreprise en charge des cérémonies, comme la maison Borniol, ou les bottins mondains de la presse conservatrice, comme Le Gaulois et Le Figaro ; ou encore celles des institutions financières qui assurent le financement du mode de vie des princes comme la banque Coutts de Londres. Les pratiques d’archivage échappent ainsi aux princes et cependant elles se perpétuent au-delà de la disparition des réalités de la vie de cour, à l’image des Archives diplomatiques qui conserveront longtemps leur classement traditionnel qui voulait que, pour chaque pays, les premiers cartons fussent ceux consacrés à la cour et à la famille souveraine, alors que la marche du monde en avait déjà marginalisé l’importance historique. Si l’on connaît bien le caractère conservateur de la pratique archivistique qui rechigne à refermer une catégorie anciennement ouverte, nous pouvons aussi analyser ce phénomène de survivance comme celle de formations sociales devenues des fétiches sociaux qui continuent d’irriguer l’imaginaire social au-delà de leur disparition.

Haut de page

Bibliographie

Antonetti Guy, 1994, Louis-Philippe, Paris, Fayard.

Barrière Marcel, 1933, Les princes d’Orléans, Paris, Gallimard.

Bidou-Zachariasen Catherine, 1990, « Le “jet d’eau d’Hubert Robert” ou Proust analyste de la mobilité sociale », Ethnologie française, vol. 20, no 1, janvier-mars, p. 34-41.

Braun Rudolf, 1990, « Konzeptionelle Bemerkungen zum Obenbleiben Adel im 19. Jahrhundert », dans Wehler Hans-Ulrich (dir.), Europäischer Adel (1750-1950), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, p. 87-95.

Bravard Alice, 2013, Le grand monde parisien (1900-1939) : la persistance du modèle aristocratique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Brelot Claude-Isabelle, 1994, « Entre nationalisme et cosmopolitisme : les engagements multiples de la noblesse », dans Birnbaum Pierre (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Paris, Gallimard, p. 339-361.

Cannadine David, 1994, Aspects of Aristocraty : Grandeur and Decline in Modern Britain, New Haven, Yale University Press.

Cannadine David, 2006 [1983], « Contexte, performance et signification d’un rituel : le cas de la monarchie britannique (1820-1877) », dans Hobsbawm Eric et Ranger Terence (dir.), L’invention de la tradition, trad. de l’anglais par Christine Vivier, Paris, Éd. Amsterdam, p. 117-175.

Elias Norbert, 1985a [1969], La société de cour, trad. de l’allemand par Pierre Kamnitzer et par Jeanne Étoré-Lortholary, Paris, Flammarion.

Elias Norbert, 1985b, « Remarques sur le commérage », Actes de la recherche en sciences sociales, no 60, novembre, p. 23-29.

Goyet Bruno, 2001, Henri d’Orléans, comte de Paris (1908-1999) : le prince impossible, Paris, Odile Jacob.

Goyet Bruno, 2007, « “Entre le Louvre et la Bastille” : The Topology, Sociology and Mythology of Paris in the Works of Charles Maurras », dans Wardhaugh Jessica (dir.), Paris and the Right in the Twentieth Century, actes du colloque (Oxford, Maison française d’Oxford, 8-9 juillet 2005), Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, p. 148-168.

Lilti Antoine, 2002, « Les salons d’autrefois : xviie ou xviiie siècle ? », Cahiers du Centre de recherches historiques, nos 28-29 : « Quelques “xviie siècle” : fabrications, usages et réemplois », p. 153-166.

Marchou Gaston, 1937, Le comte de Paris, Paris, Plon.

Mellet Alain, 1931, Mariage de S.A.R. le prince Henri de France, comte de Paris, avec S.A.I. la princesse d’Orléans-Bragance, Paris, Librairie de France.

Monti de Rezé René de, 1930, Souvenirs sur le comte de Chambord, Paris, Émile-Paul.

Mourey Gabriel, 1931, Le livre des fêtes françaises, Paris, Librairie de France.

Romano Sergio, 1988, « Le nobiltà, lo Stato e le relazioni internazionali », dans Les noblesses européennes au xixe siècle, actes du colloque (Rome, École française de Rome et université de Milan, 21-23 novembre 1985), Rome, École française de Rome, p. 529-540.

Saint-Martin Monique de, 1993, L’espace de la noblesse, Paris, Métailié.

Schmitt Carl, 1972 [1927], La notion de politique, trad. de l’allemand par Marie-Louise Steinhauser, Paris, Calmann-Lévy.

Soutou Georges-Henri, 1994, « Les élites diplomatiques françaises et allemandes au xxe siècle », dans Hudemann Rainer et Soutou Georges-Henri (dir.), Eliten in Deutschland und Frankreich im 19. und 20. Jahrhundert, t. I : Strukturen und Beziehungen, Munich, Oldenbourg, p. 303-314.

Haut de page

Notes

1 Pour tous les détails concernant la prétendance des Orléans entre les deux guerres, voir ma propre thèse soutenue à Sciences Po Paris en janvier 1996 sous la dir. du Pr Serge Berstein, Un rôle en politique : Henri d’Orléans, comte de Paris (1908-1940) ; version publiée Goyet 2001.

2 Louis-Philippe d’Orléans, 1838-1894, petit-fils de Louis-Philippe, prétendant au trône de France..

3 Ministère des Affaires étrangères, dépôt de Nantes (désormais MAEN), Correspondance politique et commerciale, nouvelle série, 1897-1914, Grande-Bretagne, 378PO/CH/103, 10 octobre 1885 ; Vienne, 730PO/1/332, 13 octobre 1885.

4 Bürger se traduit aussi bien par « bourgeois » que par « citoyen ».

5 Henri d’Orléans (1908-1999), prétendant de 1940 à 1999.

6 Inventaire des archives de la maison de France, fonds AP 300, publié par Suzanne d’Huart, Archives nationales, 3 vol., 1976 à 1980.

7 Almanach de Gotha : annuaire généalogique, diplomatique et statistique, chez Justus Perthes, à Gotha.

8 Louis-Philippe d’Orléans (1869-1926), prétendant de 1894 à 1926.

9 Lettre publiée dans Le Matin du 10 octobre 1915. La mère de Ferdinand de Bulgarie est la princesse Clémentine d’Orléans, fille du roi Louis-Philippe.

10 Archives nationales (désormais AN), F7 13194, rapport de la préfecture de police du 11 octobre 1915.

11 Romano 1988, p. 535 ; Soutou 1994 ; Braun 1990.

12 Il s’agit du mariage des princes héritiers des royaumes de Serbie, Grèce, Roumanie et Bulgarie pour lesquels les filles du duc de Guise, devenu prétendant en titre, sont en compétition.

13 Ministère des Affaires étrangères, dépôt de La Courneuve (désormais MAE), Europe Z 18/40, Bulgarie, vol. 4, « Questions dynastiques », 27 juin 1927.

14 Jean d’Orléans, prétendant de 1926 à 1940.

15 AN, AP 300 III 718, 3 novembre 1927.

16 MAE, Europe Z 18/40, Italie, carton 10 : « Questions dynastiques », télégramme de 9 octobre 1927.

17 Marquis de Lagergren, membre du service d’honneur du souverain pontife, lettre au maréchal Lyautey, AN, AP 475, Papiers Lyautey, lettre du 24 juin 1923.

18 Antonetti 1994, p. 498 et suiv.

19 Cité par Schmitt 1972 [1927].

20 AN, AP 300 III 465, « Papiers d’affaires du comte de Paris », 1886.

21 AN, AP 300 III 931-932, lettre du 2 juillet 1921.

22 Ibid., « Exposé sur la situation des trusts fait par le duc de Vendôme » le 15 septembre 1910.

23 AN, AP 300 III 894, fo 38.

24 Environ 120 millions d’euros. Bravard 2013, p. 116.

25 « Instead, they had become rentiers, maintaining a style of life that was still landed in its mode of expenditure, but increaslingy plutocratic in its source of income» (Cannadine 1994, p. 180).

26 En 1926, sur environ 5 millions de francs de dépenses, les rentes et pensions s’élèvent à plus de 1 million, le service d’honneur à 150 000 francs.

27 Monti de Rezé 1930.

28 Bravard 2013, p. 278.

29 AN, AP 300 III 611, « Travaux à Palerme, 1877-1940 », et 669, « Comptes et budgets généraux des domaines de Sicile ».

30 Mellet 1931 et Mourey 1931. La publicité de ce dernier livre est insérée dans le premier.

31 AN, AP 300 III 936 à 942.

32 Barrière 1933, p. 54-55.

33 Lilti 2002.

34 AN, AP 300 III 933, lettre de Lyautey du 23 novembre 1927, et « Papiers Lyautey », AN, 475 AP 289, lettre de Saint-Aulaire à Lyautey, 13 octobre 1933.

35 AN, 475 AP 259, lettre de Lyautey au marquis de Juigné, 12 avril 1929.

36 AN, 475 AP 259, lettre de Lyautey au marquis de Juigné, 12 avril 1929, et AN, AP 300 III 957, lettre de Lyautey à la duchesse, 19 novembre 1929.

37 AN, 475 AP 287, lettre du 6 avril 1922.

38 Saint-Martin 1993, p. 65-91.

39 Elias 1985a, p. 94.

40 Ses statuts sont conservés dans les archives du duc de Guise, AN, AP 300 III, 935.

41 AN, 300 AP III 922.

42 Archives de la Compagnie de Jésus, Vanves, province de France, fonds Yves de La Brière, carton 4, journal, 15 mai 1926.

43 AN, F7 13199, rapports des 15 et 16 mai 1931.

44 Marchou 1937, p. 44.

45 Tous deux analysés par Bravard 2013.

46 Dans le VIIe, comtesse de Rohan-Chabot et duchesse de Ravèse, duchesse de Bisaccia, Lord Crewe ambassadeur de Grande-Bretagne, comtesse Louis d’Harcourt, princesse de Ligne, Mme Eugène Aubry-Vitet ; dans le VIIIe, comtesse Louis de Rohan-Chabot et Mme Eugène Schneider ; dans le XVIe, comtesse Adhéaume de Chevigné, duc de Montmorency, Mme Bouriat-Randal, Mme Lesieur ; à Dampierre, duchesse de Luynes.

47 Il est conservé dans trois cartons, AN, AP 300 III 717 à 719.

48 Brelot 1994, p. 346.

49 Voir l’analyse du salon d’Oriane de Guermantes par Bidou-Zachariasen 1990.

50 Elias 1985b, p. 25.

51 AN, 475 AP 300, lettre du 13 avril 1926.

52 Cannadine 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Goyet, « De la cour au « Monde » : la mise en scène de leur influence sociale par les princes d’Orléans au xxe siècle comme substitut d’une vie curiale disparue », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17621

Haut de page

Auteur

Bruno Goyet

Bruno Goyet, agrégé et docteur en histoire, est l’auteur d’une thèse (Sciences Po Paris, 1996) sur le rôle politique du comte de Paris de 1908 à 1940 dans une perspective d’histoire sociale. Il a poursuivi ses recherches sur les milieux monarchistes français et sur l’œuvre de Charles Maurras dans la même approche d’histoire sociale.
Bruno Goyet’s doctoral thesis at Sciences Po Paris (1996) was on the political role of the Count of Paris from 1908 to 1940 from the perspective of social history. His research interests include French monarchist circles and the work of Charles Maurras, taking the same social history approach.
Publications récentes/latest publications : « Les mondes intellectuels dans la tourmente des conflits » dans La vie intellectuelle en France (Éd. du Seuil, 2016) (en collaboration/with avec Philippe Olivera), « Le “grand récit de France”, récit idéologique de l’extrême droite française », dans La consistance des crises : autour de Michel Dobry (Presses universitaires de Rennes, 2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals