Navigation – Plan du site

Postface

Écrits de cour : usage des archives
Postface. Court Writings: The Use of Archives
Daniel Roche

Résumés

Considérant que les archives sont partie prenante des fonctionnements sociaux qu’affecte le développement d’une société de cour identifiable à l’échelle européenne, cette postface montre la manière dont les archives participent des moyens de communication mis en œuvre par des organisations curiales de plus en plus structurées. Elle souligne la manière dont les études de cas réunies dans ce dossier mettent en lumière les interactions que les archives tissent entre les cours et le monde extérieur, entre présent de l’action politique et longue durée monarchique, entre gestion pratique des réalités curiales et enjeux de la représentation princière.

Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, quand les archives sont publiques et doivent être accessibles à tous les citoyens, ceux-ci sont quelquefois amenés à défendre ce droit, à lutter pour son exercice acquis depuis la Révolution française et garanti par l’organisation administrative des archives. De ce point de vue, sans doute aucune politique ne saurait être trop exhaustive et par conséquent coûteuse. Lire les communications rassemblées par les historiens, que mobilisent écrits et témoignages consacrés à la vie des cours de la Renaissance au xxe siècle, peut aider à cette prise de conscience citoyenne comme contribuer aux interrogations des historiens de demain. On se doute qu’il ne s’agit pas de rétablir les acteurs principaux de cette histoire spécifique dans l’illusion de la toute-puissance des intentions individuelles réservée autrefois aux monarques et aux grands de ce monde. Il s’agit de comprendre plutôt comment la société de cour identifiable en Europe et ailleurs a pu créer des moyens et des besoins particuliers de communication. Les archives sont un élément des fonctionnements sociaux qu’entraîne l’évolution de l’organisation curiale jusqu’à sa remise en cause.

2Ce besoin de comprendre fonction et fonctionnement de la cour est ancien. Lavisse lui consacrait, à sa façon, des pages importantes, au tome VII de son Histoire de France quand il regarde, en 1685, « ce monde énorme, disposé en une hiérarchie », à travers ses acteurs principaux et la perception organisée de la vie de cour. Tristesse, corruption, engluement, incommodité, contrainte, spectacle ressortent des témoignages interrogés. Ce sont ceux-ci qui poussent à regarder les archives, soit, au sens strict, l’ensemble des documents produits, rassemblés, classés ou non, conservés, publiés. Archiver la cour, comme le souligne le titre du recueil ici présenté, vise à comprendre la construction des productions documentaires et surtout leurs effets actifs immédiats, visibles dans les tensions comme dans les relâchements pacifiés de la vie ordinaire qui les mobilisent et les produisent. C’est peut-être ce qu’essaie de faire La Bruyère dans son chapitre « De la cour » : « La cour ne rend pas content, elle empêche qu’on ne le soit ailleurs », et Les Caractères en rassemblent quelques règles nécessaires pour mener à bien ce qui peut apparaître « comme un jeu sérieux, mélancolique, qui applique ». Ce sont les composantes de cette organisation et le résultat d’un travail historiographique européen significatif mené depuis plus de trente ans qui sont interrogés. L’espace des cours est ouvert, il intéresse toute l’Europe, voire au-delà, et entraîne échanges et comparaisons aujourd’hui comme hier. C’est aussi un phénomène de longue durée qui s’impose sous sa forme dominante après la Renaissance et avec la croissance des absolutismes ; après leur mise en cause il ne disparaît pas, survivant sous des formes diverses dans les sociétés démocratiques ; l’esprit courtisan y survit à la cour. Enfin, l’orientation de la recherche bénéficie des problèmes soulevés par l’œuvre de Norbert Elias.

3Le processus de civilisation et La société de cour sont indissociablement liés. Ce dernier ouvrage ne peut être négligé ici. Pensé dans les années 1930, publié seulement en 1969, il est connu des historiens français dès 1974, mais il est diffusé et commenté surtout après 1985 et l’édition convaincante et précise de Roger Chartier. Dans son analyse on voit comment l’auteur invitait à comprendre la façon dont la cour avait pu organiser l’ensemble de la société d’Ancien Régime à partir de la formation sociale initiée par les princes et développée par les monarques absolus. Archiver la cour, c’est alors comprendre l’enchaînement intellectuel, pratique et théorique qui a mobilisé, du prince aux courtisans, des monarques à leurs ministres et à la société proche et éloignée, des logiques d’action spécifiques. Des souverains aux grands, des puissants aux peuples, c’est déjà la logique qu’interroge La Bruyère.

4Dans les monarchies absolues, une première revendication d’archive est apparue très tôt fondée sur le droit de propriété des souverains. Comme l’a rappelé Jean Favier, ils peuvent ainsi rassembler, comparer et peser l’action, avec les papiers que détiennent leurs agents en raison de leur fonction. La notion d’intérêt public supérieur va alors amplifier la lutte contre la dispersion privée, voire multiplier l’intervention pour la saisie préventive, le regroupement, sinon la centralisation qui arrive avec la fin des cours traditionnelles. Les recherches contemporaines ont partout bénéficié de cette transformation politique du statut des documents et que la Révolution avait partout accéléré. Le monde des cours a pu ainsi passer à un autre stade de questionnement que celui de l’interrogation administrative ou de la curiosité. On l’a constaté en Italie où la multiplicité curiale a incité les enquêtes des années 1970-1980, et les travaux d’Amedeo Quondam, Adriano Prosperi, Carlo Ossola, rassemblés par le Centro Studi Europa delle Corti. Le monde des cours, ses brassages humains, ses curiosités intellectuelles littéraires et savantes, ses modèles de consommation ont fait l’objet de nouvelles interrogations au-delà des curiosités nostalgiques qu’ils suscitaient. En France, le rôle important du Centre de recherche du château de Versailles qu’avait initié Béatrix Saule mérite d’être rappelé. Par ses publications, par sa collaboration aux expositions, par ses séminaires et ses colloques, de nombreux aspects de la société de cour française et européenne ont été mis en valeur. De grands événements de la vie de la cour, des études de fêtes, des analyses des actions et des engagements domestiques ou administratifs sont mieux connus et mieux comparés avec des modèles étrangers. Les différentes dimensions apparaissent ainsi dans Archiver la cour dans une perspective originale, qui ne sépare pas activités, fonctions et représentations, qui ne crée pas de rupture entre production documentaire, textuelle, voire images et usages pratiques ou analytiques, qui n’oppose pas activités des individus, réalité de la conscience, mode d’intériorisation des contraintes sociales et analyse des interdépendances, comme le conseille Norbert Elias au dernier chapitre de La société de cour. On peut le voir en distinguant les trois types de mobilisation des gens de cour, acteurs et spectateurs sous l’œil du roi : gérer et administrer les documents indispensables à l’organisation curiale et à son développement ; retrouver les règles qui organisent un mode de vie ordinaire et extraordinaire qui est celui du temps de la cour ; entretenir une communication intérieure et extérieure où publier construit un nouvel ordre que celui du privé et le rend public.

5À travers les textes, on peut relever les éléments d’une histoire de la bureaucratie dans les sociétés d’ordre et après leur adaptation aux mondes démocratiques. La cour, organisme exceptionnel par sa densité d’action, par son rôle culturel et par sa mobilisation politique, coûte. Avec les armées, c’est un des facteurs de l’accroissement des dépenses monarchiques, et en dénoncer l’accélération est un des motifs majeurs de la critique politique. On sait que Necker sera contraint de répondre à une attente d’économie et de contrôle pour faire de tardives économies. Dans son compte rendu comme dans son traité De l’administration des finances de la France, il pèse le poids de la dépense courtisane et s’interroge sur les moyens d’en freiner un facteur essentiel : les sollicitations des grands. Contrôler et prévoir n’ont pas toujours existé dans le modèle de gestion curiale, comme le montre la mise en place des archives à Avignon au xive siècle, rassemblant enregistrement des acteurs, calcul des dépenses et pièces de justification. Les comptes se font précis et organisés pour mieux contrôler recrutement et hiérarchie des personnels, progression des multiples dépenses spécialisées et extension de l’espace contrôlé dans une conception très extensive. La cour de France va livrer deux caractères essentiels d’un développement sans doute amorcé partout à partir des grandes capitales. Le premier relève de l’accumulation globale des actes rassemblés et déposés par une sédimentation pratique plus ou moins ordonnée. Le second relève les mécanismes des besoins entraînés par le fonctionnement des services et la demande croisée des comptables et des courtisans comme des personnels. L’analyse de la situation des archives avec la Restauration est convaincante.

6Rétablir l’ordre dans les archives de la cour est un besoin pour de multiples personnes et pour des nécessités légales et administratives. Les Archives de la couronne font face à un véritable raz-de-marée documentaire, grâce à un personnel compétent, grâce à une méthode systématique qui réussit à concilier classement, réarchivage des pièces d’origine chronologique variées, et accès aux recherches pour de multiples authentifications. Le métier d’archiviste y gagne ses galons et la reconnaissance des historiens qui fréquentent la série O encore aujourd’hui. Ils se souviendront que ce n’est qu’en 1840 que le premier chartiste a obtenu l’autorisation d’accès à ce saint des saints documentaire. Dans la vie de l’ancienne cour, les actes émanant du roi et des services des principaux offices domestiques pouvaient certainement, à la demande, après contrôle, être communicables en fonction des besoins précis. L’accès aux règlements, relatifs à l’étiquette et à l’organisation des services, pouvait se faire de façon interne, les actes se multipliant lors des menaces de réforme, ou de façon externe, conservation ou copie témoignant de la volonté du roi de s’affirmer comme maître de la cour, de la nécessité de renforcer son autorité en s’appuyant sur des textes anciens, de contrôler l’évolution des dépenses.

7Dans cette entreprise, permanente depuis le xvie siècle, la conservation et la diffusion renforcent l’autorité du roi. Entre 1650 et 1660, Colbert en a été le principal artisan, et son effort de compilation et de copie traduit la volonté de reconstituer une continuité pour justifier les moyens présents, faciliter le maintien d’une organisation ancienne, défendre des choix menacés par la politique absolutiste, fonder en ancienneté une discipline renforcée, retrouver dans la cour d’Henri III les modèles de la cour du Roi-Soleil. La cour n’échappe pas ainsi à un effort législatif général ; les courtisans expriment leur méfiance contre d’éventuelles remises en cause à un moment où le marché des offices curiaux se développe. Les documents familiaux, ceux des Perrault, des d’Ormesson ou des Lamoignon, révèlent l’autre côté de cette demande. Pour des choix que le roi gère à sa façon, les transactions se font selon des règles juridiques contrôlables, les notaires parisiens en font foi comme ceux de la chancellerie. Toutefois, le marché varie selon la faveur personnelle obtenue, les relations, et la capacité des familles à avoir des informations documentées. Correspondance des acteurs, collections familiales de manuscrits montrent comment s’établit un jeu d’information essentiel pour le rang à défendre, pour les conquêtes de pouvoir à gagner. La cour y trouve manière à concilier intérêt public et propriété, ce qui est au cœur même de la construction des archives publiques.

8Le développement des archives de cour et ce qu’il révèle par l’accroissement et la spécialisation des dépenses et des acteurs de la vie curiale participent d’un mouvement général dont les exemples rassemblés ont une valeur à l’échelle de l’Europe. À Avignon, bientôt à Rome, une organisation exemplaire est interrogée et présentée parfois en modèle. Montaigne, dans son récit de voyage, se fait l’écho de cette italianité influente des cours de la péninsule. À l’inverse, l’observatoire piémontais montre comment à partir de Turin la cour de Savoie, pour répondre à l’accroissement des cérémonies lié au développement de l’État et à son besoin d’affirmation, va faire appel à toutes les sources d’information possibles quant au déroulement des cérémonies et à leur écho, dans la consolidation des hiérarchies et des préséances. Archiver les célébrations locales révèle une volonté de créer des collections documentaires élargies, moyen d’affirmation des pouvoirs politiques, outil diplomatique, voire base d’une histoire dynastique.

9L’action normative de cette activité d’écho des cérémonials repose sur la défense d’une tradition continue et adaptée aux besoins de la dynastie régnante. À Versailles, la même vision politique se traduit dans une mise en ordre de la diversité documentaire. Les textes de la pratique, mémoires manuscrits, comptes rendus officieux, révèlent souvent les conflits, les enjeux de préséance, les ambitions. Leur tri, leur archivage, leur publication construisent un discours désorganisé, dont la copie peut se faire à la demande des familles qui les collectionnent. L’enjeu est d’envergure car il s’agit de la politique royale face aux rangs que la publication figerait et officialiserait. Les archives, celles des maîtres de cérémonie, celles des spécialistes, Clairambault, Geoffroy, sont du côté de l’instabilité, alors que l’imprimé confirme l’ordre et, là encore, le recours à la tradition. On peut l’observer dans l’enregistrement immédiat des événements par les témoins de fêtes et de la vie de cour et leur transcription, d’abord dans une écriture journalistique par Renaudot ou Loret, et possiblement dans une retranscription littéraire, romanesque.

10On peut lire, dans les différentes étapes de l’élaboration de l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre par Mme de La Fayette, une adaptation de la vérité, témoignage d’une expérience vécue de la cour du xviie siècle et réponse à des pamphlets politiques, des discussions postérieures aux événements. Transcrire l’observé est au cœur de la mobilisation des auteurs qui racontent les fêtes de cour, l’analyse des différentes structures de comptes rendus publiés à l’occasion des fêtes de 1664 révélant comment décrire et commenter un événement éphémère vise à donner une connaissance nourrie de ces composantes et à travers les publications diversifiées par leur accès seul. Les écrits d’un courtisan comme Saint-Aignan rassemblent autrement les archives de la fête et pour et par un acteur, ce qui établit le plaisir du roi. C’est le témoignage de la mise en route d’un nouveau règne. À cette occasion, l’enjeu s’élargit au monde de la littérature et, avec Molière, la façon dont les écrits rendent compte de sa présence et de ses exécutions montre comment se joue la faveur ou le désaveu, comme le suggère la querelle du Tartuffe. Présence des uns, manifestations des autres, silence de ceux-ci, commentaires de ceux-là, c’est tout un remue-ménage qui s’organise autour de l’image du roi et de sa promotion. On retiendra l’importante correction apportée ainsi à la figure historique du courtisan.

11Dans une analyse où trop souvent le témoignage de Saint-Simon l’emporte, on voit apparaître d’autres figures capables d’illustrer la variété des courtisans. La défense de la mémoire familiale entraîne la formation d’archives. À partir de celles-ci, on voit s’organiser mémoires, livres de raison, généalogies, documents notariés, bien connus des auteurs de monographies familiales et d’études sociales ; actes de naissance, contrats de mariage, testaments, inventaires ont livré déjà pour de nombreuses familles des repères collectifs pour se retrouver dans l’histoire sociale de la cour. Hommes de la cour après 1730, Preuves pour les pages, papiers de la Maison du roi et du prince ont rassemblé des informations collectives que recoupent les études de cas. Dans la défense des intérêts suscités par l’acquisition des charges et des offices, on voit ici la place qu’occupent les récits de vie familiaux. Ainsi, chez les Lamoignon, les enfants de la famille rédigent les biographies de leurs parents, témoignent de leur mérite et de leur capacité à bénéficier de la faveur du monarque. On se doute qu’elles sont mobilisables à d’autres fins que d’éclairer les marchés de l’office ; actions notables, services rendus, services de l’État, en font la richesse efficiente qui se révèle à travers les papiers des Perrault, des d’Ormesson ou des Dangeau. Les 37 volumes du Journal du marquis de Dangeau, ceux du Journal des bienfaits du roi par son frère l’abbé, montrent comment le travail d’information, pour eux-mêmes, pour le roi, pour les courtisans alliés, pour les nouvellistes à l’affût des affaires de la cour, a pu être essentiel à la cour et pour l’image qu’elle donne d’elle-même. Les usages familiaux du Journal du marquis sont repérables dans une circulation des papiers, des copies, des extraits, quasi épistolaire. Deux finalités apparaissent alors, un usage d’actualité entraînant l’échange entre Versailles et Paris, une volonté de conserver les informations pour témoigner à plus long terme. Les « annales » poursuivies par l’abbé de Dangeau après les relevés du Journal, rassemblant une documentation élargie, regroupée par thème, « le roi », « l’Église », « les morts », puisée ainsi dans la presse. Le Journal des bienfaits du roi vise les courtisans et non les fonctions, ce qui infléchit un projet qui entrait en concurrence avec celui du marquis. Dans cet exemple, on peut voir comment se noue la faveur et quelle place tient l’information dans le système de cour. C’est un gage à double sens, il est utile au roi pour démêler certaines obscurités de la vie de son entourage, il est essentiel pour obtenir les faveurs du monarque.

12Les deux mouvements qui contribuent à façonner la configuration sociale des cours d’Europe, les besoins d’un contrôle à finalité économique et utilitairement politique, les nécessités pour les pouvoirs princiers et monarchiques de rester fidèles à la traduction festive ou mémorielle de la vie de cour, confèrent aux pratiques de la mise en archive une valeur exceptionnelle. Celle-ci contribue de façon certaine à l’évolution de l’information de la curiosité comme à celle des interrogations politiques. Dans les sociétés anciennes, la vie de cour, son éclat, ses rituels fascinent avec leurs temps propres et leurs publics. Gilles Feyel l’a montré avec l’exemple de La Gazette pour donner une information périodisée et rationalisée. On retrouve dans la montée des acteurs rassemblés, à l’aune de la constitution d’archives documentaires, ces informateurs producteurs de nouvelles. Renaudot avait su diversifier ses cercles d’information autour de deux milieux particulièrement bien documentés et liés à la cour. Les contemporains étaient au courant de leurs rapports avec les d’Hozier, dès les années 1630, ainsi qu’avec Dubuisson-Aubenay, Bourdelot, Gaffarel d’une part et d’autre part avec le poète Chapelain lié au duc de Longueville, aux marquis de Montausier et de Gesvres parmi d’autres hommes de cour, et les écrivains parisiens.

13Les nouvelles de la cour s’organisent alors sur deux registres, l’information, par rapport à l’actualité, l’écho européen et régnicole de l’action du roi, et une forme de propagande que révèlent au public l’action des monarques et des grands, la valorisation de l’autorité et la justification de son éclat. Les Mercure, les gazettes périphériques, successeurs de Renaudot, conserveront ces objectifs mêlés dans l’art d’écrire les nouvelles. Gazetiers à la bouche et nouvellistes à la main, qui ont été étudiés par Robert Darnton, sont à l’affût de tout ce qui concerne la cour. Cette place reste à mesurer et l’histoire des nouvelles de cour à suivre des origines au temps de Renaudot à leur effacement au temps de Panckoucke. Les témoignages rassemblés mettent en valeur les principaux traits d’une exigence d’information, un désir de connaître les nouveautés et les goûts de l’indiscrétion, le désir de connaître les secrets et les affaires qui agitent les courtisans et la famille royale.

14Cette mobilisation apparaît très vite dans le rapport des cours à la ville, ainsi en Avignon conflits d’intérêts et rapports de protection s’établissent autour de la gestion des affaires en tous genres. Dans l’exemple parisien, la défense des privilèges exige l’information et pour le roi la maîtrise des attributions, le crédit et la faveur. La théâtralisation de la vie curiale entraîne la production des écrits dans des versions multiples. Dès le xvie siècle, on recense quelque 2 000 livrets populaires sur les événements festifs, qui se sont alimentés à des textes littéraires, à des chroniques, voire à des correspondances individuelles et familiales pour la seule cour de Savoie. Les textes cérémoniels traversent en tout cas les frontières, celles des États, comme celles des formules matérielles, des imprimés occasionnels aux manuscrits familiers. À l’époque de Louis XIV, on constate une interférence régulière entre ce qui doit être réservé par suite de la référence familiale et privilégiée et ce qui peut être rendu public. La publication adaptée des événements est un acte d’ordre, la copie et la diversité documentaire relèvent de la justification, le roi restant l’arbitre de l’équilibre à donner aux intéressés.

15Mercures et gazettes s’intéressent immédiatement aux mystères de la cour, confèrent à cette dualité de l’information une rapidité nouvelle et un espace de divulgation élargi. Cette célébration historiographique qui unit projet de communication et transformation littéraire permet une réécriture diversifiée. La littérature y est archivée, mais l’écriture des passions avec l’Histoire de Madame Henriette d’Angleterre célèbre ceux qui ont participé, avec le roi âme de tout, à une transformation du pouvoir. Raconter les fêtes de cour devient un acte politique dont un personnage éminent comme le duc de Saint-Aignan se fait l’animateur, immédiatement, pour la jeune cour. La republication du récit de 1664 en 1679, lors de présentations luxueuses et illustrées, élargit l’écho générationnel et le public. Saint-Aignan ne se fait pas journaliste mais c’est un informateur confirmé pour les gens de lettres et leurs lecteurs. Les frères Dangeau le sont encore plus nettement encore par leurs carrières associées, par la continuité de leur activité ; ils écrivent ce qu’il faut dire, témoins actifs, engagés, de la hiérarchie de l’information curiale. Ils en connaissent les relais, ils en suivent les thèmes majeurs d’intérêt, la guerre et la paix, la crise frumentaire et la recherche des remèdes à la nécessité.

16Repris par les nouvellistes jusqu’au xviiie siècle, ces multiples informations diffusent dans des publics élargis en curiosité, et les manières de vivre de la cour, et une image qu’amplifient le besoin, l’utilité et la singularité fascinante. On peut y retrouver l’origine d’une presse pour le peuple qui véhicule les stéréotypes les plus divers, les manières de vivre, les traits de mode jusqu’à l’art de la calomnie. La cour est l’un des pôles d’intérêt permanents jusqu’à la Révolution, car le roi et les grands sont en grande partie accessibles, ce qui n’est pas le cas à Vienne ou à Madrid. Pour les visiteurs, pour les privilégiés nouveaux venus, l’information sur l’organisation est nécessaire. Quand elle survit au xixe siècle, c’est dans les correspondances diplomatiques et privées, dans la presse attentive aux mouvements familiaux voire aux changements patrimoniaux, dans l’échange des sociabilités mondaines ou intellectuelles que les élites parisiennes retrouvent cette communication. Pour les prétendants de la famille d’Orléans et leurs partisans, elle structure une vie de cour sans réalité.

17Au dernier siècle de l’Ancien Régime politique et social, l’alliance entre l’utilité et la fascination, une demande portée par le besoin de connaître pour un large éventail d’activités, la défense des privilèges acquis, les marchés de consommation comme les exploitations et les moyens exigés pour comprendre les nominations, les décisions, au total, les réussites sociales entrevues sont perceptibles dans le développement des almanachs de cour. L’Almanach royal, publié d’abord comme calendrier, devient dès la fin du xviie siècle le modèle des publications d’information quant à l’organisation et au fonctionnement des cours européennes. Il s’inscrit dans le mouvement général qui unit l’essor de la production des publications qui informent population urbaine accrue et mondes des cours développés, afin de guider les lecteurs dans un espace administratif et social étranger. Il en ordonne les éléments constitutifs et en compose un portrait distinctif adapté aux lieux ; miroir des hiérarchies, susceptible de satisfaire les élites parisienne, étrangère, provinciale.

18Dans l’espace germanique, le succès obtenu par l’almanach de Vienne montre aussi la circulation du paradigme versaillais, du calendrier à l’annuaire, et son adaptation à la demande différenciée et multipliée dans l’Empire : 74 États ont publié un exemplaire en permanence ou par intermittence. Pour la cour des Habsbourg, il remplace les listes manuscrites d’usage interne et, par l’amplification de son contenu, sa maniabilité à l’instar de l’Almanach parisien, il rend visible et accessible de façon large ce qui était jusque-là caché aux profanes. Il en montre aussi l’évolution dans la titulature politique et l’importance de l’ordre hiérarchique des fonctions et des personnels selon l’affectation et l’accessibilité des services. La diffusion du modèle français et viennois ne s’oppose pas à la conservation des caractères locaux, ainsi dans les principautés ecclésiastiques. C’est, au total, l’intégralité des personnels curiaux et quelquefois les listes d’instances locales secondaires qui sont proposées aux lecteurs. Certains services peuvent, à l’instar des chambellans de la cour de Vienne, jouer un rôle clé, celui d’un groupe pléthorique et sans action réelle mais à l’importance sociale importante. C’est un exemple de la manière dont le statut de l’écrit administratif produit par la cour se modifie : il sert d’interface entre le public et la cour, il est l’instrument général d’une médiatisation diplomatique et mondaine des gouvernements de l’espace germanique, comme il l’est devenu à Versailles pour l’Europe.

19Les rois, les princes, les gouvernements, les ministres, les administrateurs de tout rang passent, les archives restent. Pendant plusieurs siècles, les cours ont été en Europe un modèle politique et social actif. Deux principes dynamiques sont à l’œuvre au fur et à mesure qu’elles conquièrent leur importance dans les sociétés occidentales. D’abord celui de la concentration administrative et politique à des échelles variées mais où les grands États s’imposent, y compris par leurs relations et leurs échanges. Ensuite la manière dont les sociétés de cour s’imposent par l’imitation dans le processus de contrôle des affects de la civilisation. Il reste à regarder les mécanismes généralisateurs de cette modélisation, bien des choses sont à comprendre dans l’étude des recrutements, dans le domaine de la manière de vivre ; on me permettra de rappeler ici l’importance de l’art équestre, dans l’économie des consommations. Les textes ici présentés montrent l’importance des acteurs et de leur hiérarchie fonctionnelle et sociale dans la vie de cour. Le service du pouvoir et l’esprit critique ont entamé une course entre eux, et leur constante confrontation, qui demeure dans les régimes démocratiques, n’est pas un problème négligeable. Toute modélisation peut sinon avoir ses limites, du moins se heurter à des obstacles et, dans le monde de la cour, les traditions et le passé tiennent une place considérable. C’est ce que montrent le rapport établi entre des acteurs diversement informés et le monde extérieur, les cours de papier et les cours réelles, où s’accumulent les archives. Elles localisent et arment la mémoire où le rituel, les spectacles hiérarchisés y sont constamment à l’œuvre. Archiver ces spectacles et leurs échos contribue à administrer la réalité de ces mises en scène, à développer une capacité économique, à en ordonner l’éclat et la fonction pédagogique pour le monde, à informer et ainsi à entretenir la fascination, voire l’admiration et le respect sans lequel il n’a y plus de hiérarchie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Roche, « Postface  », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17698 ; DOI : 10.4000/crcv.17698

Haut de page

Auteur

Daniel Roche

Daniel Roche est professeur honoraire au Collège de France où il fut titulaire de la chaire d’Histoire de la France des Lumières. À la croisée de l’histoire culturelle et de l’histoire sociale, son œuvre est marquée par plusieurs ouvrages qui ont renouvelé la compréhension du siècle des Lumières.
Daniel Roche is an honorary professor at the Collège de France, where he holds the chair of the History of the French Enlightenment. His work, at the crossroads of cultural and social history, is distinguished by several works that have revitalized the understanding of the Enlightenment.
Publications : Le siècle des Lumières en province : académies et académiciens en province, 1660-1789 (Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1978), Le peuple de Paris (Paris, Aubier-Montaigne, 1981), La culture des apparences : une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècles (Paris, Fayard, 1989), Humeurs vagabondes : de la circulation des hommes et de l’utilité des voyages (Paris, Fayard, 2003), La culture équestre de l’Occident, xvie-xixe siècle (Paris, Fayard, 2008-2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals