Navigation – Plan du site
Périodiques et journalistes : raconter et archiver la cour

Une cour de papier : l’almanach à Vienne et en Empire, au xviiie siècle

The Almanac in Vienna and in the Holy Roman Empire during the Eighteenth Century: The Court in a Book
Éric Hassler

Résumés

À mi-chemin entre l’outil administratif et l’imprimé propagandaire, l’almanach de cour devient un écrit incontournable de la société de cour au xviiie siècle, à l’échelle de l’Europe, mais plus particulièrement dans l’espace germanique où il se répand à partir de Vienne. Contrairement à son homologue français, l’almanach germanique produit l’organigramme de la cour dans son intégralité, balayant toute l’échelle sociale des agents de la cour. Il s’agit d’une véritable cour de papier qu’il convient d’envisager de façon comparative au sein de l’espace germanique et dans ses diverses dimensions : utilitaire car l’almanach est d’abord un annuaire ; matérielle en tant qu’objet maniable et exportable au-delà des frontières. De ce fait, il revêt une dimension propagandaire en exposant l’institution aux yeux de tous, mais c’est une cour virtuelle qui joue sur des effectifs qui ne sont jamais visibles simultanément.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Almanach de Gotha, publié à partir de 1763 par Carl Wilhelm Ettinger, puis également en langue alle (...)
  • 2 « Ein unter öffentlicher Aufsicht angefertigtes, systematisch geordnetes Nahmensverzeichniss von Pe (...)
  • 3 Pour une vision globale de la production germanique, voir le travail de collecte dans Bauer 1997-20 (...)
  • 4 Le format de L’État de la France, dont les premières publications sont assez sporadiques, se rappro (...)
  • 5 Bauer 2004.

1Le début du xviiie siècle voit l’apparition d’un nouvel outil curial, l’almanach, qui, en liant étroitement la cour et l’imprimé, modifie en profondeur la relation de l’institution au support écrit, mais aussi, au-delà, à un public élargi et non nécessairement courtisan, élaboré par son lectorat. Ce que l’on dénomme de façon générique almanach recouvre en réalité des formes des plus variées. On pense en général à l’almanach du duché de Saxe-Gotha, spécialisé à partir de la seconde moitié du siècle dans la compilation de la substance généalogique du gotha qui fit sa fortune et assura sa pérennité jusqu’à l’ère numérique1. Ces publications revêtent en réalité des formes assez variables au gré des périodes et des espaces. L’almanach de cour est d’abord un simple calendrier astrologique mentionnant les fêtes religieuses et curiales. Ce peut aussi être un recueil généalogique des principales maisons régnantes. Il peut également prendre la forme d’un annuaire ou, pour reprendre la définition qu’en donne en 1790 le publiciste Joachim von Schwarzkopf, d’« un répertoire systématiquement ordonné des personnes qui servent l’État, élaboré sous le contrôle de l’autorité publique2 ». Surtout, il cumule de façon parfois très singulière plusieurs de ces attributions, y ajoutant encore des rubriques pratiques comme le prix des péages ou des postes, la durée des voyages ou encore des tableaux de conversion monétaire, particulièrement utiles dans l’espace germanique qui semble son lieu de prédilection à en juger par l’inflation d’éditions au cours du xviiie siècle, chaque État tenant semble-t-il à publier le sien3. Si L’état de la France puis l’Almanach royal français ouvrent la marche respectivement dès 1619 et 16994, Vienne prend le relais en 1702, suscitant une émulation éditoriale au sein des multiples cours de l’espace germanique : 74 États germaniques en publient progressivement et par intermittence au cours du xviiie siècle5.

  • 6 Noflatscher 2004.

2La principale innovation de cette publication réside dans la mise en liste de tout ou partie du personnel de la cour. Dans le cas viennois, l’almanach supplée, voire succède aux listes manuscrites produites par les services du grand maître de la cour, dont l’archivage et la conservation ne paraissent alors pas systématiques6. Davantage que le manuscrit, l’imprimé facilite l’enregistrement exhaustif et systématique des personnels. Plus encore, il offre la possibilité d’une publication que la forme reliée pérennise triplement : par une plus grande durabilité du support – certes intrinsèquement plus fragile en raison de l’utilisation d’un papier plus léger –, protégé par une reliure qui, de surcroît, peut conférer à l’objet une dimension esthétique, garante d’une conservation plus longue. Enfin, la réduction et la systématisation du format, plus maniable que les gros volumes compilant les archives manuscrites, favorise la collection archivale – dans le cadre institutionnel – comme bibliophile chez le particulier. Le passage du manuscrit à l’imprimé induit non seulement des évolutions profondes dans le mode d’archivage de l’écrit de cour, en termes de systématisation de l’enregistrement, de pérennisation des collections et de publication des informations, mais introduit également de manière durable l’écrit curial, de nature avant tout institutionnelle et administrative, dans la sphère privée.

  • 7 Fort peu utilisé par les historiens de la cour, l’almanach a toutefois fait l’objet d’une étude d’h (...)
  • 8 Outre le répertoire déjà cité (note 3), V. Bauer a produit un nombre considérable de communications (...)
  • 9 Hassler 2013 ; Kubiska-Scharl et Pölzl 2013.
  • 10 Voir les réflexions de V. Bauer sur les potentialités d’une exploitation numérique de cette source  (...)
  • 11 Bien qu’en pointe dans l’étude des cours princières, la Neuen Residenzen-Kommission de Göttingen co (...)

3Bien que de première importance dans la production imprimée de l’institution curiale, cette source a connu un long purgatoire historique et reste en partie ignorée de l’historiographie française7, alors qu’elle a suscité un regain d’intérêt depuis les années 1990, essentiellement grâce aux travaux de Volker Bauer qui en a reconstitué à la fois l’ampleur de la production et les spécificités formelles8. D’autres travaux, en particulier sur la cour de Vienne, ont pu s’attacher à en revaloriser l’éminence documentaire9, d’autant plus fertiles qu’ils inscrivent la cour dans une logique sérielle propice aux humanités numériques10. Il n’en demeure pas moins que, contrairement aux traités de cérémonies ou dans une moindre mesure les gazettes, l’almanach reste une source imprimée sous-utilisée dans l’étude des cours princières, tant du point de vue des informations multiples qu’il contient que de l’objet lui-même11.

  • 12 Dénominations successives : Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats- und Standeskalend (...)
  • 13 Bauer 1997-2002.
  • 14 Oesterreichische Nationalbibliothek, Handschriften Sammlung, Codex 7418 fos 51-74, Beschreibung der (...)
  • 15 Oesterreichische Staatsarchiv, Allgemeines Verwaltungsarchiv (Vienne), série des Hofzahlamtbücher.

4Titré initialement Almanach impérial, royal et archiducal d’État et des états puis, dans la seconde moitié du xviiie siècle, Schématisme de cour12, l’almanach de la cour de Vienne est sans doute l’un des plus aboutis dans son approche de la cour. Ne conservant plus de l’almanach que le calendrier préliminaire dont il maintient pourtant longtemps le nom (Hof-Calender), il s’apparente clairement à un annuaire des charges (Amtshandbücher), selon la terminologie proposée par Volker Bauer13, produit par le pouvoir sous l’égide du grand maréchal. L’aboutissement de l’almanach viennois réside essentiellement dans un réel souci d’exhaustivité, puisqu’il balaie à la fois tous les organes étatiques et curiaux, tout l’éventail social des serviteurs, du ministre au simple palefrenier, dans une conception encore holiste de la cour. Il prend la suite d’autres listes, manuscrites, qui étaient produites par l’administration curiale pour un usage interne et dont certaines ont été conservées14, et coexiste avec d’autres listes qui continuent à être élaborées, pour des usages spécifiques, comme les livres de comptes qui listent les agents rémunérés15. À mi-chemin entre l’outil administratif et l’imprimé propagandiste, il s’agit donc d’une production nouvelle et complémentaire de la production scripturale et qui devient un « écrit » incontournable de la société de cour au xviiie siècle, à mesure que s’en multiplient les publications en Europe.

5En s’appuyant sur l’exemple viennois, sans perdre de vue le reste de la production germanique, le propos sera de montrer comment l’almanach, en tant qu’écrit de cour multidimensionnel (contenu, format, typographie), renouvelle les usages de l’écrit, en introduisant un nouveau régime de représentation curiale qui diffère des pratiques cérémonielles. Rendre visible, lisible et accessible ce que l’écrit manuscrit maintenait jusque-là caché aux yeux profanes permet d’élaborer une cour de papier au service de la propagande du prince. C’est non seulement la superposition et la coïncidence des usages de cet écrit usuel et administratif, écrit utilitaire, de communication et de propagande, qui sont en jeu ici, mais, au-delà, la redéfinition verbalisée et explicite, par l’autorité productrice, des contours de la cour.

Un objet multidimensionnel : l’articulation entre contenant et contenu

  • 16 Bauer 1997-2002 : le recensement de V. Bauer repose sur les exemplaires conservés dans les biblioth (...)

6La dimension matérielle des almanachs doit d’abord être pleinement prise en compte. Très peu considéré jusqu’à présent, le contenant ouvre cependant sur plusieurs réflexions préalables qui éclairent le contenu. Comme la grande majorité des almanachs, l’almanach viennois est une livraison a priori annuelle, autant que les fonds conservés, recensés par V. Bauer, nous permettent de le supposer puisque les lacunes, observables pour le début du xviiie siècle, peuvent être aussi bien dues à une non-conservation qu’à une réelle absence de publication16.

Format et maniabilité

  • 17 Par exemple pour la livraison de 1778.
  • 18 Par exemple : Kurfürstlich-Trierischer… 1790 (électorat de Trêves), 10  16 cm ; Hochfürstlich-Mark (...)
  • 19 Kurmainzischer… 1788 (électorat de Mayence) ; Hochfürstlich-Fürstenbergischer… 1790 (principauté de (...)
  • 20 Königlich-Grossb. Churfürstli… 1777 (électorat de Hanovre).
  • 21 Königlicher Danischer… (royaume de Danemark) ; jusqu’en 1747 au moins, le format est identique.

7Il se présente dans la première moitié du siècle comme un livre au format singulier (15,5  7 cm), grosso modo assimilable à un in-16, mais à l’allongement inhabituel en raison de son adaptation au contenu essentiellement présenté sous forme de liste, contrairement à l’Almanach royal contemporain dont le format (20  11 cm) se rapproche davantage d’un in-12 classique. Au cours de la seconde moitié du siècle, l’Almanach impérial s’élargit pour opter pour un format plus classique (18  10 cm)17. Ce format avoisine l’in-18 adopté par une bonne partie des principautés germaniques, avec des variantes18. Certaines cours font pourtant le choix de formats beaucoup plus petits : les almanachs des cours de Mayence et de Fürstenberg ne dépassent pas 13  7 cm19, la palme revenant à celui de l’électeur de Hanovre, par ailleurs roi d’Angleterre (8  5 cm)20. En revanche, l’almanach de la cour de Danemark se caractérise par un format anormalement imposant, 21  18 cm, qui le rend d’autant moins maniable21. Le cas hanovrien montre qu’il n’y a aucune relation entre le format et le rang du prince.

8Cela n’est pas davantage le cas pour l’aspect extérieur ou le soin apporté à la publication. Autant que l’on puisse en juger par les exemplaires conservés, il ne s’agit que rarement d’un bel objet, la reliure demeurant assez sommaire, quand elle ne fait pas l’objet d’une commande particulière, comme c’est le cas pour tout livre produit à cette époque. À Vienne, l’exemplaire basique ne présente rien d’autre que les armes de l’archimaison en creux sur le plat avant, en tout cas pour les exemplaires consultés, et, d’une manière générale, les reliures de ces publications sont souvent sans appareil décoratif notable, voire parfois très souples comme pour l’almanach du landgrave de Hesse-Cassel, facilitant ainsi la lecture de l’ouvrage. En revanche, d’autres princes redoublent de luxe dans l’édition de leur almanach. Ainsi celui du prince-archevêque de Salzbourg, dont on sent très clairement la volonté de concurrencer son grand voisin Habsbourg, use d’un papier si épais qui confine à une rigidité assez prétentieuse. Il s’agit ici d’une notable exception quand la recherche d’une maniabilité croissante au cours du siècle apparaît une règle générale, comme l’atteste l’abandon du format initial de l’almanach viennois, d’un maniement de moins en moins aisé à mesure que l’objet s’épaississait. Peut-être la nécessité de casser la reliure pour lire convenablement les pages posait-elle la question de la pérennité de l’objet.

Fig. 1 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

Fig. 1 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

© Éric Hassler

  • 22 Bauer 1997-2002, vol. 1, p. 55.
  • 23 Chur-bayrischer… 1764, Munich : 198 pages, contre 100 pages en 1727, au début de la parution de l’a (...)

9Ce gabarit réduit est significatif des exigences fonctionnelles auxquelles il doit répondre. Transportable, il est réalisé pour être consulté, passer de main en main et circuler, telle une sorte de cour portable qui s’échange ou s’offre d’abord entre chancelleries22. Sa maniabilité n’est limitée que par l’épaisseur croissante du livre. L’almanach prend du volume à mesure que les effectifs augmentent. Si, en 1704, l’almanach viennois compte 160 pages, quinze ans plus tard (1719) il atteint 250 pages. Dans les années 1770, son volume a encore doublé, avoisinant les 500 pages – 650 pages dans les mêmes années pour l’Almanach royal –, sachant qu’une mise en place encore plus serrée a permis d’absorber une partie de l’inflation des personnels. Quant aux almanachs des petites cours allemandes, ils comportent en moyenne de 150 à 200 pages dans la seconde moitié du xviiie siècle, soit autant que ceux des grandes cours électorales comme la Bavière, la Saxe faisant exception par l’ampleur de ses publications23. À la fin du siècle, l’almanach de cour, et significativement l’almanach viennois, devient un objet volumineux, à l’image du poids de l’institution qu’il contient.

Contenus

10Deux pages de titre en identifient le contenu. D’une part le frontispice. Il indique justement le contenu général de l’almanach. La livraison de 1736 est ainsi titrée : Almanach impérial, royal et archiducal de l’État et des états et de la ville de résidence de Vienne avec un schématisme.

Fig. 2 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre général.

Fig. 2 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre général.

© Éric Hassler

  • 24 Traduction légèrement simplifiée : « Annuaire schématique des instances, administrations, banque, c (...)

11Suit la mention du privilège impérial, de l’impression par l’imprimerie de la cour, sous l’égide de l’imprimeur de la cour, Johann Baptist Schönwetter, sis au Lugeck, Stockhammer Haus. D’autre part, la page de titre qui suit le calendrier précise encore le contenu24 :

Fig. 3 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre complet (le calendrier à gauche).

Fig. 3 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre complet (le calendrier à gauche).

© Éric Hassler

  • 25 Kaiserlich-königlicher Hof und Ehrenskalender, Vienne, 1692-1806.

12Un jeu évident sur la typographie permet de mettre en évidence certains éléments considérés comme majeurs, en particulier la titulature « impériale, royale et archiducale » (Kayserl- und königlichen, wie auch Erz-herzoglichen) et les « instances » (Instantzien) gouvernementales. Curieusement, la mention des maisons impériales (Kaiserlich- und Erz-herzoglichen Hofstätten) est reléguée en fin de liste – ce qui en soi est assez logique puisqu’elles apparaissent en fin de volume –, mais dans une typographie des plus discrètes. Il ne peut s’agir d’improvisation puisque l’almanach est publié depuis près de trente-cinq ans maintenant. Il faut attendre les années 1750 pour qu’un changement de titre requalifie la cour au sein du titre de la publication qui prend désormais le nom de « répertoire / organigramme de la cour et de l’État » (Hof- und Staats-Schematismus). Le contenu de l’ouvrage s’en trouve de fait clarifié quand le titre initial, Hof-Calender, laissait planer le doute sur sa nature réelle, d’autant plus qu’un véritable almanach était également édité depuis 1692 sous l’égide de la cour25.

  • 26 Dans le cas salzbourgeois, le calendrier occupe un quart du volume total de la publication.
  • 27 Cette dimension est même renforcée dans la seconde moitié du siècle par un « index des rues, maison (...)
  • 28 Voir note 2. Expression reprise dans Bauer 1997-2002.

13Si la publication viennoise abandonne définitivement le titre Calender, sans pour autant abdiquer la dimension calendaire, réduite à la portion congrue, la plupart des autres almanachs publiés dans l’Empire le conservent, en adéquation avec le calendrier initial qui y apparaît systématiquement, avec plus ou moins d’ampleur. Il peut s’agir d’un simple calendrier, comme à Vienne, ou d’une partie plus développée, avec mention des fêtes dynastiques ou religieuses selon la nature de l’État, laïc ou ecclésiastique, qui l’édite26. Plus surprenante est l’adjonction de la mention Adreß- qui vient compléter Calender. Elle devrait théoriquement faire référence à la spécification des adresses des serviteurs de la cour et de l’État dont les listes constituent le développement principal de la publication, comme c’est le cas à Vienne27. Or il n’en est rien puisque l’almanach viennois semble le seul à perpétuer cette pratique. Les almanachs du landgraviat de Hesse-Cassel et de la principauté de Fürstenberg en font par exemple usage, tout comme le titre de l’ouvrage de Joachim von Schwarzkopf28 qui suppose donc une utilisation peut-être plus répandue qu’il n’y paraît, mais a priori sans réelle justification.

  • 29 Marie-Thérèse est l’héritière des pays héréditaires de la maison d’Autriche et règne seule entre 17 (...)

14Au fil de l’ouvrage se succèdent les rubriques, dans un ordre de prime abord assez ésotérique, a priori alphabétique, qui a évolué au cours des livraisons, mais qui connaît une fixation au cours du règne de Charles VI (1711-1740), avant d’être à nouveau modifié sous l’effet des réformes de Marie-Thérèse, mais aussi en fonction des aléas de la détention de la souveraineté29. À une première partie consacrée aux instances gouvernementales succède une deuxième partie contenant le répertoire des maisons princières, systématiquement structurées par les départements de la cour : Obristhofmeisteramt (grand maître), Obristhofkämmereramt (grand chambellan) et Obristhofstallmeisteramt (grand écuyer). Chaque département est ensuite décliné en services, à l’intérieur desquels chaque fonction est identifiée et classée selon un ordre strictement hiérarchique.

Fig. 4 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. À gauche, le début de la section du grand maître de la cour (Obrist-Hof-Maister-Staab).

Fig. 4 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. À gauche, le début de la section du grand maître de la cour (Obrist-Hof-Maister-Staab).

© Éric Hassler

15L’absence de logique alphabétique dans l’énumération des agents tend à suggérer que c’est, là encore, un ordre hiérarchique qui préside. Il faut noter que les services du grand maréchal (Obristhofmarschall) et de la fauconnerie (Falkenmeisteramt) apparaissent dans la première partie administrative et non dans la deuxième partie curiale. Peut-être est-ce dû à la délocalisation des services en dehors du palais ? En effet, si les adresses des individus appartenant aux différentes administrations sont systématiquement mentionnées, il en va différemment des serviteurs du Hofstaat, à quelques très rares exceptions près, pour lesquels il n’y a pas d’adresse ou, au mieux pour les grands officiers, un laconique « loge au palais ». Il faut enfin mentionner une dernière partie, diplomatique, comportant deux sections détaillant le personnel des représentations diplomatiques envoyées dans les différentes cours européennes et les corps diplomatiques étrangers présents à Vienne.

  • 30 Landgräfl. Hessen-Casselischer… 1788, Cassel. Kämmerer est une variante orthographique du mot Kamme (...)

16Ce schéma est plus ou moins conservé dans les autres almanachs germaniques. Sans que cela soit systématique, la cour intervient plutôt avant l’État et les instances locales. Une section militaire peut également apparaître. Dans le cas des principautés ecclésiastiques, l’almanach opère une dissociation entre les États ecclésiastique (Geistlicher Staat) et laïc (Civil-Staat). Enfin, une partie préalable, après le calendrier, est consacrée à l’explicitation de la composition de la maison princière et de sa généalogie. Cette section peut être complétée par une énumération généalogique des principales maisons régnantes d’Europe, dénommée Jetztlebendes Europa dans l’almanach saxon (il est exceptionnellement situé en fin de volume), et, éventuellement, la liste des membres des ordres de chevalerie locaux. Il est par ailleurs à noter que la typographie n’est pas toujours très rigoureuse et que les jeux de taille des caractères des titres ne permettent pas toujours de clairement délimiter les départements, ce qui permet de maintenir opportunément le flou entre la cour et l’État. Surtout, la comparaison entre les publications met en lumière la diversité de l’organigramme des cours et plus encore de l’affectation des services sous l’autorité d’un grand officier plutôt que d’un autre. Les petites cours privilégient le maréchal de cour au détriment du grand maître qui n’existe en général pas, sauf à Salzbourg où la volonté d’imiter Vienne est manifeste. Les délimitations des services du maréchal et de la chambre ne sont de même pas toujours très claires. La cour de Hesse voit même coexister un Oberkammerherr et un Oberkämmerer sous l’autorité duquel se trouvent curieusement les chambellans (Kammerherrn)30.

  • 31 Sous Marie-Thérèse, l’almanach viennois propose trois index successifs : index des rubriques par or (...)

17L’usage de l’almanach est considérablement simplifié par la présence d’un index, voire plusieurs, en fin de volume31.

Fig. 5 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Index des services.

Fig. 5 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Index des services.

© Éric Hassler

  • 32 Bauer 2004, p. 159.
  • 33 Ibid.

18Cet index tend à nuancer l’interprétation d’un almanach essentiellement propagandiste que propose V. Bauer, reléguant la fonctionnalité de l’objet au second plan32. Malgré son caractère complexe, l’almanach a d’abord une visée utilitaire et usuelle, notamment administrative, et favorise la communication interne à la cour autant qu’une publicité externe et fait en quelque sorte office d’interface entre la cour et la sphère publique, au moment où les expressions curiales extérieures s’amenuisent. La publication croissante d’almanachs par les différentes entités politiques de l’Empire, y compris les micro-États, était en effet le symptôme d’une fragmentation étatique assumée par des États en quête de démonstration de souveraineté, faisant de ces almanachs de véritables « cours de papier33 ».

Une cour de papier qui reflète les difficultés de l’institution curiale

Une mise à nu de la cour

  • 34 C’est le cas bien évidemment pour la maison d’Autriche, mais aussi par exemple pour la maison de He (...)
  • 35 On peut ainsi noter l’absence significative de la rubrique consacrée à la Maison du roi dans les al (...)

19En recensant la cour comme le titre l’indique, les almanachs germaniques couchent sur le papier toutes les instances curiales, civiles et militaires de l’État, voire des États de la maison princière, et élaborent une autre pratique propagandiste, parallèle au cérémonial, qui puise son efficacité notamment dans une large diffusion, nouvelle pour une cour qui demeure relativement peu accessible au tout-venant34. Contrairement à l’Almanach royal, il ne s’agit pas d’un Who’s Who essentiellement mondain qui exhibe tout ce que la cour et surtout la ville comptent de noms importants35, mais bien d’un annuaire qui recense l’intégralité des fonctionnaires et inclut la cour dans l’ensemble plus large des instances qui contribuent au gouvernement de la monarchie. On y trouve donc aussi bien les ministres et les grands officiers de la cour ou les hauts gradés militaires que les caméristes, les palefreniers ou les manutentionnaires surnuméraires qui sont, à quelques exceptions près, individuellement identifiés par leur patronyme, leur prénom et éventuellement leur adresse complète, rarement jusqu’au milieu du siècle, plus fréquemment ensuite. Entre ces deux extrêmes, l’almanach déploie tout l’éventail des agents domestiques ou administratifs nécessaires au bon fonctionnement de l’institution curiale.

Fig. 6 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Énumération de services au sein du département du grand maître de la cour.

Fig. 6 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Énumération de services au sein du département du grand maître de la cour.

© Éric Hassler

Fig. 7 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Liste de serviteurs avec mention de l’adresse.

Fig. 7 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Liste de serviteurs avec mention de l’adresse.

Domaine public

Fig. 8 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Tableau de concordance des adresses.

Fig. 8 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Tableau de concordance des adresses.

Domaine public

20La logique hiérarchique qui prédomine ici est d’abord celle du service du prince, selon deux principes conjugués : le premier est évident, il s’agit de l’importance de la fonction exercée ; le second n’est pas explicite, mais vraisemblable en l’absence d’une autre logique par exemple alphabétique, à savoir l’ancienneté dans la fonction, possiblement nuancée par la reconnaissance d’un mérite particulier. La condition sociale n’est différenciée que par la position dans la liste propre à chaque service de chaque département et la présence d’un prédicat ou d’une titulature plus ou moins longue.

Fig. 9 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

Fig. 9 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

Emprise de la titulature du grand maître de la cour et de ses officiers seconds (grand cuisinier, grand maître de la table, grand argentier et argentier).

© Éric Hassler

  • 36 Hassler 2019.

21Étape fondamentale dans l’histoire des cours, la publication de l’almanach met à nu la cour dans le sens où le squelette de l’institution curiale, et de l’État, est entièrement exposé à un lectorat qui dépasse largement la société de cour. Nous sommes désormais loin des arcanes du pouvoir et des palais impénétrables, des festivités baroques qui seules donnaient à voir une cour composée de grands seigneurs et de serviteurs en livrée. La cour connaît un nouveau vecteur de médiatisation, mais profondément différent : il s’agit d’abord d’un outil aride qui offre un autre visage de la cour, froid et administratif, utilitaire, révélateur du renforcement du poids de l’administration, voire de la bureaucratisation du pouvoir puisque y figure l’intégralité des services de la cour et de l’État36. Et c’est sans doute dans ce souci d’exactitude que réside l’intérêt de publier le nom d’individus dont il faut bien dire qu’ils n’intéressent fondamentalement pas le lectorat de l’almanach, passé les agents influents, susceptibles d’offrir un contact utile donnant accès à la cour à un fournisseur ou à un solliciteur quelconque. Un inventaire des départements et des services, sans la chair que leur confèrent les identités des serviteurs, rendrait en quelque sorte l’almanach vain et dépourvu de l’efficace que les autorités monarchiques entendent lui assigner.

  • 37 Almanach de la Cour impériale et royale, Vienne, 1766- ?. Autres traductions plus précoces pour l’é (...)

22L’almanach, et notamment la publication viennoise, peut ainsi se résumer à une succession de listes d’individus qui, couchées sur le papier, matérialisent une cour – dans son sens le plus large, c’est-à-dire comprenant l’intégralité du personnel, comme une noblesse qui n’y serait attachée que par un emploi honoraire – dont les acteurs ne sont jamais visibles simultanément dans le giron du prince. De surcroît, l’almanach comprend également la liste des instances municipales, ecclésiastiques ou provinciales (de Basse-Autriche uniquement), des gouvernements et instances périphériques sis à Vienne, qu’il s’agisse des gouvernorats ou des forteresses, ou encore des conseils gouvernementaux des différentes entités politiques de la monarchie. Magie du papier, c’est toute la cour qui réside dans ce petit volume qui donne une certaine matérialité à une cour virtuelle multiscalaire, à l’échelle du palais, de la ville comme de la monarchie des Habsbourg et rend l’institution curiale accessible au lectorat viennois, mais aussi à un lectorat germanique plus large, puis européen après 1750 quand l’almanach est également publié en français37.

Fig. 10 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1786. Paris, Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, rez-de-jardin, magasin, M. 14888. Page de titre.

Fig. 10 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1786. Paris, Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, rez-de-jardin, magasin, M. 14888. Page de titre.

© BNF

Une pluralité de discours

23À la mission usuelle et utilitaire de l’almanach s’ajoute une pluralité de discours politiques qui contribuent à l’élaboration du phénomène curial, qu’il s’agisse de son ordonnancement, de ses effectifs ou d’abord de sa définition.

  • 38 Pour un bilan des évolutions et des débats historiographiques autour de la définition de la cour, d (...)
  • 39 Voir notamment Duindam 2003, p. 3-7.

24On le sait, les définitions de la cour sont multiples, et circonscrire clairement l’institution curiale demeure problématique, comme en témoigne notamment l’épineux débat sur l’articulation de la cour et de l’État38. Il est assez significatif de noter que l’almanach, en produisant sa propre circonscription de la cour, reprend les deux dimensions habituellement retenues aujourd’hui pour caractériser la cour : le social et le spatial. C’est d’abord le service du prince qui délimite le terrain d’inventaire de l’almanach, donc un groupe clairement délimité par un objectif commun qui, dans la vision de l’almanach, ne se réduit pas aux seules maisons princières (Hofstaat), mais inclut également l’administration. Cette articulation, complexe dans la mise en forme des almanachs, constitue du reste une nouvelle porte d’entrée pour reposer la question de la perméabilité entre les deux sphères gouvernementale et domestique39. À cette définition sociale se superpose une autre circonscription, spatiale. L’almanach retient également la localisation géographique puisque le titre de la publication viennoise insiste bien sur l’espace de l’almanach, au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle : la ville de résidence impériale. Ainsi sont incluses et l’administration municipale, et l’administration de l’archiduché de Basse-Autriche, devenu le cœur historique de la monarchie parce qu’il est le lieu de résidence ordinaire des Habsbourg et dont Vienne est la capitale. En revanche, les administrations « décentralisées » des autres couronnes de la monarchie ne sont pas évoquées, à l’exception notable des services et conseils sis à Vienne. Il s’agit donc bien de l’espace distingué par la présence du prince, comme le signifie clairement l’usage de l’expression « capitale et ville de résidence » (Haupt- und Residenzstadt Wien).

25Deuxième élément de discours, l’exposition d’une cour bien ordonnée. La succession systématique des rubriques, le caractère mécanique d’une mise en liste de la cour ordonnée selon une logique strictement hiérarchique, le caractère aride et inflexible de la typographie, matérialisant cette « société liturgique » (R. Mousnier), concourent à donner de la cour l’image d’une institution structurée et réglée. L’exhibition des services administratifs qui sortent de la pénombre de l’indifférence, comme des représentations diplomatiques extirpées du secret, délivre une impression de transparence organique et de rationalité qui plaide en faveur du bon gouvernement, en particulier des Habsbourg, dont se targue la très pieuse archimaison.

  • 40 Il s’agit d’anciennes charges médiévales, devenues strictement honorifiques (maréchal du pays, écha (...)
  • 41 En comparant par exemple les livraisons de 1735 et 1747, on observera par exemple que le grand maré (...)

26La neutralité de l’ordonnancement alphabétique des services gouvernementaux, qui fluctue cependant au gré des livraisons, sans doute en lien avec la mise en place progressive des services administratifs, contraste avec l’organisation plus hiérarchique des maisons princières – d’abord l’empereur, puis l’impératrice, enfin les maisons des archiducs et archiduchesses – et de leurs structures internes (grand maître de la cour, grand chambellan, grand écuyer) dont le caractère intangible traverse les décennies, sauf lorsque la hiérarchisation des souverains devient complexe sous le règne de Marie-Thérèse. La cour (les maisons princières) offre donc un élément de stabilité dans une cour (au sens large) en cours d’élaboration, mais se trouve malgré tout confrontée à des problèmes de mise en liste. D’abord dans l’ordonnance de la cour elle-même. Certains almanachs préfèrent ainsi au classement par section habituellement retenu une classification hiérarchique continue des agents, censée résoudre les questions protocolaires. C’est le cas de la publication salzbourgeoise qui présente d’abord la maison princière dans l’ordre hiérarchique, à savoir les grands officiers, puis les officiers héréditaires40, enfin les chambellans et les conseillers intimes (l’ordre est ici paradoxalement inversé), l’annuaire des différents départements curiaux étant ici relégué à la fin du volume. L’almanach danois use du même subterfuge pour mettre en liste le personnel du Hof-Etat (sic), balayant cependant toute l’échelle de la maison royale, jusqu’aux domestiques. Le même souci de mise à nu de la hiérarchie curiale se retrouve plus loin dans l’almanach avec la publication des classes hiérarchiques qui régissent les préséances : neuf classes incluant à la fois la cour, l’État et la ville, à l’intérieur desquelles les charges sont encore classées afin de déterminer le rang de chacun. Les dames connaissent le même sort, classées en onze classes. Au fil des livraisons, des modifications dans le classement révèlent au lecteur attentif la constante mouvance du rang41.

Fig. 11 : Königlicher Danischer Hof- und Staats-Kalender, auf das 1735 Jahr Christi. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 136.389. Table des rangs curiaux.

Fig. 11 : Königlicher Danischer Hof- und Staats-Kalender, auf das 1735 Jahr Christi. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 136.389. Table des rangs curiaux.

© Éric Hassler

  • 42 Hassler 2018.

27À Vienne, le groupe des chambellans constitue assurément un cas d’école. L’empereur use de ce titre comme levier d’intégration pour collectionner une noblesse hétérogène et cosmopolite issue des différentes couronnes de la maison d’Autriche42. Traversé par des logiques hiérarchiques inhérentes à ces horizons divers et des tensions résultant d’un gonflement excessif des effectifs – autour de 450 individus simultanément en moyenne –, ce groupe devient impossible à lister autrement que selon la logique hiérarchique imposée par la cour, à savoir l’ancienneté dans le corps. Parmi eux, une soixantaine de chambellans servent effectivement, puisés dans le groupe. Dresser une liste de ces derniers resterait envisageable par le grand chambellan ou le grand maître de la cour, si elle n’était évolutive au gré de l’année, rendant techniquement impossible une liste préalable nécessairement fausse. Élaborer la mise en liste d’un groupe de plusieurs centaines d’individus s’avère plus périlleux encore, car c’est pérenniser par l’écrit une hiérarchie curiale qui fait fi des hiérarchies nobiliaires propres aux différentes noblesses et contredit la hiérarchie des titres, un prince devant céder le pas à un comte agrégé au groupe avant lui. C’est pourquoi le souverain se dispense de publier une liste exhaustive des chambellans. Jusqu’à la fin du règne de Charles VI apparaissent uniquement les chambellans nommés lors des dernières grandes salves de nominations, à l’occasion des fêtes dynastiques, des avènements ou des couronnements. Ces listes reviennent dans les livraisons successives, enrichies des promotions collectives mais toujours sans les nominations individuelles et n’ont donc d’autre fonction que celle de montrer l’existence d’un groupe pléthorique et prestigieux au service de l’empereur, mais ici sans réalité fonctionnelle.

Fig. 12 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

Fig. 12 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.

En bas à gauche commence la section du grand chambellan, avec la titulature de grand officier, suivie de la liste des chambellans (« Ordnung der Kaiserlichen Cämmereren ») qui se poursuit sur la droite avec la mention des différentes salves de nominations à l’occasion de grandes fêtes.

© Éric Hassler

  • 43 Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais… auf das Jahr 1776, p. 346 : « Die K. auch K. K. Kämmere (...)

28Marie-Thérèse semble régler le problème en substituant à cette litanie de noms un simple paragraphe explicatif, le seul apparaissant dans l’almanach, décrivant le fonctionnement du groupe en insistant particulièrement sur son caractère cosmopolite et prestigieux43.

Fig. 13 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1778. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 188.070.

Fig. 13 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1778. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 188.070.

© Éric Hassler

29Dans la version française, la solution est encore plus expéditive puisque le groupe des chambellans se résume à une seule ligne.

Fig. 14 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1779. Section du grand chambellan avec la seule mention « Les Chambellans de LL. MM. II. & R.A » qui se substitue à la liste des chambellans disponible dans la version allemande.

Fig. 14 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1779. Section du grand chambellan avec la seule mention « Les Chambellans de LL. MM. II. & R.A » qui se substitue à la liste des chambellans disponible dans la version allemande.

Domaine public

30Par le processus de fixation que lui impose l’écrit, la cour trouve dans l’almanach un miroir des difficultés rencontrées et des tentatives de résorption que l’autorité entend apporter, mais aussi des mutations progressives de l’institution curiale.

  • 44 L’expression, peut-être teintée d’ironie car elle sert en général à souligner un contraste entre le (...)

31Parmi les mutations, il y a aussi le gonflement des effectifs. Le discours de l’almanach est aussi quantitatif. La mise en liste de la cour donne au souverain la possibilité de faire défiler au cours des pages de l’almanach la totalité des effectifs. La concurrence entre cours est aussi une guerre des nombres dont l’almanach est une arme privilégiée puisqu’il exhibe le caractère pléthorique de la cour de Vienne. On retrouve ici les listes de chambellans : même incomplètes, elles produisent un effet de masse que renforce la qualité des individus qui y apparaissent. Des titres, des noms connus, des dynasties régnantes, mais aussi une ampleur géographique puisqu’en détaillant l’identité des agents l’almanach pouvait mettre en valeur la diversité géographique de l’onomastique, à consonance germanique, mais également italienne, bohême, hongroise ou encore francophone, signe d’un cosmopolitisme de la cour à la hauteur de l’ampleur des possessions habsbourgeoises. À cela s’ajoutait la multiplication des titulatures interminables, cumulant fonctions et seigneuries multiples, là encore aux sonorités souvent variées, assénant au lecteur le prestige des élites nobiliaires au service du « premier prince d’Europe44 » et donc le faste de la cour impériale.

32Les caractères fonctionnel et propagandiste se mêlent donc pour produire une sorte de matrice curiale pérenne qui rend public ce que les archives de la cour maintenaient caché.

Une matrice pour la littérature curiale

  • 45 Rinck 1708, p. 148-192 ; Küchelbecker 1730, p. 164-212.

33L’almanach peut être compris comme une matrice pour la littérature curiale dans le sens où certains passages ont manifestement été repris tels quels dans plusieurs ouvrages qui traitent de la cour de Vienne. Nous envisagerons deux cas ici, la biographie de Léopold Ier publiée par Eucharius Gottlieb Rinck en 1708 et une description de Vienne de Johann Basilius Küchelbecker, parue en 173045.

34L’ouvrage panégyrique du juriste et universitaire Rinck (1670-1745), qui paraît en 1708 à Leipzig et est réédité à plusieurs reprises, reprend des pages entières du Hofstaat du souverain publié dans l’almanach, dans un but ici nettement propagandiste. Il s’agit pour l’auteur de mettre en relation l’ampleur de la maison de l’empereur avec la renommée acquise à l’échelle européenne par « Léopold le Grand ». L’almanach apporte ici une preuve formelle, renforcée par l’adjonction du montant des gages de chaque officier, dont on ne sait exactement si cette précision supplémentaire était censée fonctionner par accumulation, pour ajouter à la dimension pléthorique l’impression de richesse, ou si elle permettait de mettre en avant l’habileté des Habsbourg à sous-payer leurs serviteurs au regard des gages octroyés par exemple en France.

  • 46 Bormastino 1719, p. 336-414.

35L’almanach sert également à appuyer la description élogieuse de la ville, comme en témoigne l’ouvrage de Küchelbecker (1697-1757), autre juriste, paru en 1730, qui reprend également de longs extraits des livraisons contemporaines de l’almanach dans son chapitre v consacré à la cour. Il n’est pas le premier. Antonio Bormastino, « maître de langue des pages » à la cour, avait fait de même dans sa description bilingue de 1719, en plaçant la citation de l’almanach dans une conséquente annexe occupant près du quart du volume total de l’ouvrage46. Si la mise en page varie légèrement selon les ouvrages, l’esprit systématique de l’almanach demeure. Les deux auteurs, comme Rinck avant eux, prennent soin de conserver le nom des agents : la liste étant potentiellement périmée au moment de la publication de l’ouvrage, cette pratique revêt encore moins de sens ici que dans l’almanach. De surcroît, la liste produite par Bormastino est doublée de sa traduction en français, certes utile lorsqu’il s’agit de traduire les titres et charges, mais sans aucune justification quand il s’agit simplement de convertir en caractères latins les caractères gothiques de la colonne germanophone.

Fig. 15 : Antonio Bormastino, Historische Beschreibung von der kayserlichen Residentz-Stadt Wienn und ihren Vor-Städten… Description historique de la ville et résidence impériale de Vienne et de ses fauxbourgs, 1719, Vienne, Jean-Michel Christophorus. Début de la description de la maison impériale.

Fig. 15 : Antonio Bormastino, Historische Beschreibung von der kayserlichen Residentz-Stadt Wienn und ihren Vor-Städten… Description historique de la ville et résidence impériale de Vienne et de ses fauxbourgs, 1719, Vienne, Jean-Michel Christophorus. Début de la description de la maison impériale.

Domaine public

36On peut supposer que, si le maintien de ces litanies de noms n’avait pas été indispensable au propos, n’importe quel éditeur censé les aurait supprimés. Ce maintien est donc significatif de l’absolue nécessité d’une reprise fidèle des listes produites par l’almanach. Seule la nécessité d’une explication didactique peut amener à trancher dans le vif de la liste. Ainsi, Küchelbecker intègre par exemple une liste présentée comme in extenso des chambellans après une brève notice explicative de la charge, tandis que Bormastino substitue à la liste qu’il a sans doute jugée fastidieuse une explication assez similaire. Il en va de même d’une partie des services domestiques. En revanche, la titulature des grands est conservée, à la virgule près.

Fig. 16 : Johann Basilius Küchelbecker, Allerneueste Nachricht vom Römisch-Kayserl. Hofe. Nebst einer ausfürlichen historischen Beschreibung des Kayserlichen Residentz-Stadt Wien, und der umliegenden Oerter, 1730. Médiathèque de la ville et de l’eurométropole de Strasbourg, ANC 91251.

Fig. 16 : Johann Basilius Küchelbecker, Allerneueste Nachricht vom Römisch-Kayserl. Hofe. Nebst einer ausfürlichen historischen Beschreibung des Kayserlichen Residentz-Stadt Wien, und der umliegenden Oerter, 1730. Médiathèque de la ville et de l’eurométropole de Strasbourg, ANC 91251.

Début du département du grand chambellan (à comparer avec la fig. 12) avec titulature du grand chambellan, explication du fonctionnement du corps des chambellans, puis amorce de la liste des chambellans.

© Éric Hassler

37Ces exemples montrent que la présentation de l’almanach est considérée comme une représentation significative de la cour de Vienne. Une représentation « objective » qui parle d’elle-même puisqu’elle peut être reprise telle quelle, sans autre modification qu’une opération d’édulcoration de la domesticité, dont on suggère l’existence et le nombre en taisant les identités. Une représentation qui procure à la cour un nouveau régime de représentation qui l’ouvre virtuellement à une sphère nouvelle, un lectorat qui demeure exclu des espaces habituels, y compris cérémoniels, de la cour de Vienne. Une représentation dont la circulation n’est plus seulement assurée par l’almanach lui-même, mais également par des reprises, au besoin retravaillées. L’écrit de cour ne produit donc pas seulement de l’information en soi, mais peut être l’objet de reprises ou de détournements à des fins descriptives, anecdotiques ou propagandistes.

38L’almanach offre en conséquence la possibilité d’observer une profonde redéfinition de la cour : une cour exposée, pour ainsi dire nue, face au lecteur, dont plus aucun faste ne recouvre le squelette, si ce n’est la masse des effectifs et les coquetteries aristocratiques. Une cour qui se comprend comme l’ensemble des individus qui servent le prince, qu’ils soient au palais ou en dehors, à Vienne ou dans la monarchie, mais une cour dont l’almanach ne reflète qu’une virtualité exportable, un miroir rigoureusement exact et paradoxalement déformant qui met en liste et en ordre ce qui ne peut complètement l’être. Enfin, le statut de l’écrit administratif produit par la cour se modifie puisqu’il tient désormais le rôle d’interface entre la cour et un public.

  • 47 Voirin 2017, chap. viii : l’impératrice-reine revendique, et obtient, une égalité de traitement ent (...)

39En l’état de nos connaissances, il est évidemment très difficile d’évaluer la circulation de ces ouvrages, qu’il s’agisse de l’almanach viennois ou du reste d’autres almanachs. La traduction du premier en langue française constitue toutefois un indice de la volonté de la cour de Vienne de favoriser une diffusion plus large, jouant à la fois d’un vecteur linguistique plus efficace et du retournement des alliances qui place désormais côte à côte ces deux cours de premier plan. La forme en est alors également rendue plus attrayante puisque la version traduite comprend aussi une cinquantaine de pages d’éléments historiques et généalogiques qui feront la réputation de l’almanach de Saxe-Gotha et qui sont destinés à un public européen. Surtout, le contenu en est adapté par la primauté accordée à l’organigramme de la cour et l’abandon de l’exhaustivité et de la localisation des adresses qui faisaient la spécificité de l’almanach viennois au profit du seul développement des titulatures des aristocrates occupant des hautes charges. Le reste des agents est anonymisé, réduit pour chacune des charges à des chiffres faisant état des effectifs. En assurant une médiatisation plus large d’une cour au prestige désormais reconnu, l’almanach contribuait ainsi à la politique de revendication d’un rang similaire à la France, activement menée par l’impératrice-reine dans le champ diplomatique47.

  • 48 Bauer 1997-2002, vol. 2 : les premiers résultats obtenus par V. Bauer pour l’almanach viennois ne s (...)
  • 49 Winterling 1986, p. 153-156.
  • 50 Bauer 1997-2002, par exemple, pour les premières années de parution de l’almanach viennois, les liv (...)

40Traquer les exemplaires subsistant dans les bibliothèques publiques, ce qu’a fait Volker Bauer pour l’espace germanique seulement, pourrait donner une idée de leur diffusion et des pratiques de conservation48, et donc d’archivage, dans les institutions curiales et dessiner une géographie européenne de ces imprimés curiaux, qui participe de ce qu’Aloys Winterling a qualifié d’espace public de cour (höfische Öffentlichkeit) à l’échelle d’un espace germanique multipolarisé, mais qui pourrait tout à fait être étendu au-delà des frontières de l’Empire49. Et encore ces almanachs sont-ils soumis à de forts aléas qui ne pourraient être contournés que par une analyse précise de leur intégration dans les collections, mais aussi de leur conservation. Le répertoire de Volker Bauer fait du reste apparaître l’étiolement des collections encore à la période contemporaine, certaines livraisons mentionnées dans les anciens catalogues ayant disparu50. Que dire alors de la conservation, dans les archives de l’époque moderne, surtout de listes fondamentalement périmées très rapidement après leur parution, d’autant plus que l’usage intense que l’on peut supposer de ces outils curiaux devait considérablement les fragiliser.

41Un travail de recensement à partir des inventaires de bibliothèques privées permettrait également d’éclairer la pénétration de cet écrit de cour dans la sphère privée. Conjuguée avec l’étude des reliures, indice d’une appropriation de cette publication officielle par son lecteur – ou tout du moins son propriétaire –, cette investigation serait de nature à mettre en lumière une rare occurrence d’archivage systématique des écrits de cours dans des mains privées.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Almanach de Gotha, 1763-1806, Gotha, impr. Ettinger.

Almanach de la Cour impériale et royale, 1766-?, Vienne, impr. Trattner.

Bormastino Antonio, 1719, Historische Beschreibung von der kayserlichen Residentz-Stadt Wienn und ihren Vor-Städten… Description historique de la ville et résidence impériale de Vienne et de ses fauxbourgs, Vienne, impr. Christophorus.

Chur-bayrischer Hof-Calender und Schematismus, 1727-1802, Munich, impr. Vötter.

Churfürstlicher Sächsischer Hof- und Staats-Calender, 1728-1806, Leipzig, impr. Weidmann.

Freschot Casimir, 1706, Mémoires de la cour de Vienne, Cologne, impr. Guillaume Étienne.

Gothaischer Genealogischer Hof-Kalender, 1785-1806, Gotha, impr. Perthes.

Hochfürstlich-Fürstenbergischer Staats- und Addresse-Kalender, 1779-1806, Donaueschingen, impr. Rieth.

Hochfürstlich-Markgräflich-Badischer Hof- und Staats-Kalender, 1766-1768, Karlsruhe, impr. Schällin.

Hochfürstlich-Salzburgischer Hof-Kalender, oder Schematismus, 1723-1805, Salzbourg, impr. Mehofer.

Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats- und Standeskalender, puis Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, enfin Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien, 1702-1806, Vienne, impr. Hofbuchdruckerei.

Königlicher Danischer Hof- und Staats-Kalender, ?-?, Altona, s.n.

Königlich-Grossb. Churfürstli. Braunschw. L : Geneal. Calender, ?-?, Lauenburg, impr. Rohlfs.

Königlich-Polnischer und Churfürstlich-Sächsischer Hoff- und Staats-Calender, 1728-1806, Leipzig, s.n.

Küchelbecker Johann Basilius, 1730, Allerneueste Nachricht vom Römisch-Kayserl. Hofe. Nebst einer ausfürlichen historischen Beschreibung des Kayserlichen Residentz-Stadt Wien, und der umliegenden Oerter, Hanovre, impr. Förster.

Kurfürstlich-Trierischer Hof- und Stats-Kalender, 1760-1797, Coblence, impr. Hofbuchdruckerei.

Kurmainzischer Hof- und Staats-Kalender, mit einem Verzeichniss des Erzhohen Domkapitels, auch aller zum K. Hof- und Kurstaate gehörgigen Stellen, und Aemeter, 1740-1797, Mayence, impr. St. Rochus Hospitals.

Landgräfl. Hessen-Casselischer Staats- und Adreß-Kalender, 1764-1806, Cassel, impr. Waisenhaus.

Études

Bauer Volker, 1997-2002, Repertorium territorialer Amtskalender und Amtshandbücher im Alten Reich : Adreß-, Hof-, Staatskalender und Staatshandbücher des 18. Jahrhunderts, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 3 vol.

Bauer Volker, 2004, « Publicité des cours et almanachs d’État dans le Saint Empire au xviiie siècle », dans Lebeau Christine (dir.), L’Espace du Saint Empire du Moyen Âge à l’époque moderne, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, p. 157-171.

Bauer Volker, 2012, « Herrschaftsordnung, Datenordnung, Suchoptionen : Recherchemöglichkeiten in Staatskalendern und Staatshanbüchern des 18. Jahrhunderts », dans Brandstetter Thomas, Hübel Thomas et Tantner Anton (dir.), Vor Google : Eine Mediengeschichte der Suchmaschine im analogen Zeitalter, Bielefeld, Transcript, p. 85-108.

Brondel Nicole, 2008, « L’Almanach royal, national, impérial : quelle vérité, quelle transparence ? (1699-1840) », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 166, no 1, p. 15-87.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles : The Courts of Europe’s Dynastic Rivals (1550-1780), Cambridge, Cambridge University Press.

Elton Geoffrey, 1976, « Tudor Government : The Points of Contact, III : The Court », Transactions of the Royal Historical Society, 5th series, vol. 26, p. 211-228

Fantoni Marcello (dir.), 2012, The Court in Europe, Rome, Bulzoni.

Grand-Carteret John, 1896, Les almanachs français, Paris, Alisié.

Hassler Éric, 2013, La cour de Vienne (1680-1740) : service de l’empereur et stratégies spatiales des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg.

Hassler Éric, 2018, « De la nécessité de ne pas dresser de liste exhaustive : le cas des chambellans de l’empereur à la cour de Vienne (1670-1740) », dans Melón Jiménez Miguel Ángel et Salinero Gregorio (dir.), Le temps des listes : représenter, savoir et croire à l’époque moderne, Bruxelles, Peter Lang.

Hassler Éric, 2019, « Les usages médiatiques de la comptabilité de cour : la cour de Vienne à travers l’almanach de cour (1702-1740 », Comptabilité(s), no 11 : « Ce que compter veut dire : culture de cour, gouvernement princier et pratiques comptables entre Moyen Âge et Temps modernes », dossier dirigé par Berland Florence et Lemaigre-Gaffier Pauline.

Hirschbiegel Jan et Paravicini Werner (dir.), 2014, In der Residenzstadt : Funktionen, Medien, Formen bürgerlicher und höfischer Repräsentation, Ostfildern, Thorbecke.

Hours Bernard, 2002, Louis XV et sa cour : le roi, l’étiquette et le courtisan, Paris, Presses universitaires de France.

Kubiska-Scharl Irene et Pölzl Michaël, 2013, Die Karrieren des Wiener Hofpersonals (1711-1765) : eine Darstellung anhand der Hofkalender und Hofparteienprotokolle, Vienne, Studien Verlag.

Noflatscher Heinz, 2004, « “Ordonnances de l’hôtel”, Hofstaatsverzeichnisse, Hof- und Staatskalender », dans Pauser Josef, Scheutz Martin et Winkelbauer Thomas, Quellenkunde der Habsburgermonarchie (16.-18. Jahrhundert) : ein exemplarisches Handbuch, Vienne et Munich, Oldenbourg, p. 59-75.

Rinck Eucharius Gottlieb, 1708, Leopolds des Grossen, Röm. Kaysers, wunderwürdiges Leben und Thaten aus geheimen Nachrichten eröffnet, Leipzig, impr. Fritsch.

Schwarzkopf Joachim von, 1792, Über Staats- und Adreß-Calender : ein Beytrag zur Staatenkunde, Berlin, impr. Rottmann.

Starkey David, 1987, « Introduction : Court History in Perspective », dans Starkey David et al., The English Court : From the Wars of the Roses to the Civil War, Londres, Longman, p. 1-24.

Voirin Ophélie, 2017, Les archiduchesses, filles de Marie-Thérèse d’Autriche, entre sphères publique et privée à la cour de Vienne, mémoire de master 2 dirigé par Éric Hassler, université de Strasbourg.

Winterling Aloys, 1986, Der Hof der Kurfürsten von Köln (1688-1794) : eine Fallstudie zur Bedeutung « absolutistischer » Hofhaltung, Bonn, Röhrscheid.

Haut de page

Notes

1 Almanach de Gotha, publié à partir de 1763 par Carl Wilhelm Ettinger, puis également en langue allemande par Justus Perthes à partir de 1785 sous le titre Gothaischer Genealogischer Hofkalender. Depuis 1998, il est publié à Londres et diffusé par un site Internet : <http://www.almanachdegotha.org>.

2 « Ein unter öffentlicher Aufsicht angefertigtes, systematisch geordnetes Nahmensverzeichniss von Personen, welche gegen den Staat in besonderer Verplichtung stehen », Schwarzkopf 1792, p. 24.

3 Pour une vision globale de la production germanique, voir le travail de collecte dans Bauer 1997-2002, en particulier les volumes 1 et 3.

4 Le format de L’État de la France, dont les premières publications sont assez sporadiques, se rapproche davantage du format de l’almanach administratif et curial germanique que de celui du très mondain Almanach royal. Voir notamment le travail systématique de Grand-Carteret 1896 et, pour L’État de la France, Hours 2002, p. 84-88.

5 Bauer 2004.

6 Noflatscher 2004.

7 Fort peu utilisé par les historiens de la cour, l’almanach a toutefois fait l’objet d’une étude d’histoire du livre qui propose d’en envisager les aspects matériels et organisationnels, mettant en particulier en lumière les processus d’élaboration de l’objet et du contenu : Brondel 2008.

8 Outre le répertoire déjà cité (note 3), V. Bauer a produit un nombre considérable de communications sur la question des almanachs dans l’espace germanique. Pour un aperçu en français, voir Bauer 2004.

9 Hassler 2013 ; Kubiska-Scharl et Pölzl 2013.

10 Voir les réflexions de V. Bauer sur les potentialités d’une exploitation numérique de cette source : Bauer 2012.

11 Bien qu’en pointe dans l’étude des cours princières, la Neuen Residenzen-Kommission de Göttingen concentre encore l’un de ses derniers opus, consacré aux médias de la représentation curiale, sur les formes traditionnelles de communication (rituel et cérémonial, divertissements et architecture), oubliant largement l’imprimé : Hirschbiegel et Paravicini (dir.) 2014.

12 Dénominations successives : Kaiserlicher, Königlicher und Erzherzoglicher Staats- und Standeskalender, puis Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, enfin Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien.

13 Bauer 1997-2002.

14 Oesterreichische Nationalbibliothek, Handschriften Sammlung, Codex 7418 fos 51-74, Beschreibung der Röm. Kaÿ. Maÿ Hoffstadt in Wienn von högsten bis zum geringsten, wie selbige gewese ist, Anno 1676.

15 Oesterreichische Staatsarchiv, Allgemeines Verwaltungsarchiv (Vienne), série des Hofzahlamtbücher.

16 Bauer 1997-2002 : le recensement de V. Bauer repose sur les exemplaires conservés dans les bibliothèques allemandes et viennoises.

17 Par exemple pour la livraison de 1778.

18 Par exemple : Kurfürstlich-Trierischer… 1790 (électorat de Trêves), 10  16 cm ; Hochfürstlich-Markgräflich-Badischer… 1775 (margraviat de Bade), 17  10 cm ; Landgräfl. Hessen-Casselischer… 1788 (landgraviat de Hesse-Cassel), 17  10 cm ; Hochfürstlich-Salzburgischer… 1780 (prince-évêque de Salzbourg), 18  11 cm ; Churfürstlicher Sächsischer… 1792 (électorat de Saxe), 19  11 cm.

19 Kurmainzischer… 1788 (électorat de Mayence) ; Hochfürstlich-Fürstenbergischer… 1790 (principauté de Fürstenberg).

20 Königlich-Grossb. Churfürstli… 1777 (électorat de Hanovre).

21 Königlicher Danischer… (royaume de Danemark) ; jusqu’en 1747 au moins, le format est identique.

22 Bauer 1997-2002, vol. 1, p. 55.

23 Chur-bayrischer… 1764, Munich : 198 pages, contre 100 pages en 1727, au début de la parution de l’almanach bavarois ; Churfürstlicher Sächsischer… 1793, Leipzig : 329 pages, contre 327 pages en 1774 et 118 pages en 1728 (sous le titre Königlich-Polnischer… 1728).

24 Traduction légèrement simplifiée : « Annuaire schématique des instances, administrations, banque, chambres, comptabilités, chancelleries, consistoires, tribunaux, conseils impériaux, royaux comme archiducaux ordonnés alphabétiquement, ainsi que l’ordre des états de Basse-Autriche, les administrations de la ville de Vienne, tribunaux municipaux et provinciaux, conseils intérieur et extérieur, et l’université ; suivi de la présentation exacte des envoyés de l’empereur, représentations diplomatiques étrangères et légats, vice-rois, gouverneurs […] ; mais aussi des maisons impériales et archiducales, du collège apostolique des prélats de Basse et Haute-Autriche, des chevaliers de la Toison d’or, des dames de la Croix étoilée, des charges héréditaires et des autres différentes instances des pays héréditaires ».

25 Kaiserlich-königlicher Hof und Ehrenskalender, Vienne, 1692-1806.

26 Dans le cas salzbourgeois, le calendrier occupe un quart du volume total de la publication.

27 Cette dimension est même renforcée dans la seconde moitié du siècle par un « index des rues, maisons, propriétaires et leur numéro » (Verzeichniss der in Wien befindlichen Gässen, Häuser, Innhaber und ihrer Schilder), en fait classé par numéro des maisons, la numérotation étant continue sur toute la vieille ville (pas les faubourgs), ce qui permet ensuite de faciliter la publication des adresses dans le corps du répertoire en ne mentionnant plus que le numéro de la maison et éventuellement la rue, mais plus le nom de la maison.

28 Voir note 2. Expression reprise dans Bauer 1997-2002.

29 Marie-Thérèse est l’héritière des pays héréditaires de la maison d’Autriche et règne seule entre 1740 et 1745, son époux n’étant que grand-duc de Toscane puisqu’il n’a pas été élu empereur, la couronne étant sortie du giron habsbourgeois pour ceindre l’électeur bavarois. La situation change en 1745 avec l’élection de François-Étienne de Lorraine au trône impérial. On assiste alors à une souveraineté « partagée ». Enfin, entre 1765 et 1780, on assiste à une période de co-régence entre Marie-Thérèse et son fils Joseph II, élu empereur à la mort de son père.

30 Landgräfl. Hessen-Casselischer… 1788, Cassel. Kämmerer est une variante orthographique du mot Kammerherr, lequel signifie dans le contexte curial chambellan ou camérier, mais aussi trésorier.

31 Sous Marie-Thérèse, l’almanach viennois propose trois index successifs : index des rubriques par ordre alphabétique, index du Hofstaat, index des noms.

32 Bauer 2004, p. 159.

33 Ibid.

34 C’est le cas bien évidemment pour la maison d’Autriche, mais aussi par exemple pour la maison de Hesse-Cassel dont l’almanach détaille les différentes possessions ou le margraviat de Bade dont l’almanach publie une liste exhaustive des entités administratives en en précisant la confession.

35 On peut ainsi noter l’absence significative de la rubrique consacrée à la Maison du roi dans les almanachs édités pendant la Régence (par exemple : Almanach royal, 1718).

36 Hassler 2019.

37 Almanach de la Cour impériale et royale, Vienne, 1766- ?. Autres traductions plus précoces pour l’électorat de Cologne et le Palatinat (Bauer 2004, p. 161 : 7,5% des livraisons sont en français ; pour un catalogage précis, voir Bauer 1997-2002, vol. 2, section 42C, p. 425-437).

38 Pour un bilan des évolutions et des débats historiographiques autour de la définition de la cour, de l’État et de leurs interactions : Fantoni (dir.) 2012. Voir en particulier le débat entre G.R. Elton et D. Starkey : Elton 1976 et Starkey 1987.

39 Voir notamment Duindam 2003, p. 3-7.

40 Il s’agit d’anciennes charges médiévales, devenues strictement honorifiques (maréchal du pays, échanson, chambrier et écuyer tranchant), et portées de façon héréditaires par un lignage de noblesse ancienne, contrairement aux autres charges qui résultent de nominations. On trouve de semblables charges héréditaires dans les différentes couronnes de la maison d’Autriche, qui ne sont réactivées que lorsque le souverain foule leur sol.

41 En comparant par exemple les livraisons de 1735 et 1747, on observera par exemple que le grand maréchal a rétrogradé de la deuxième à la troisième place de la deuxième classe, le grand écuyer de la troisième à la neuvième place, tandis que les chambellans ont été promus de la huitième à la quatrième place, ayant désormais le pas sur le grand écuyer.

42 Hassler 2018.

43 Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais… auf das Jahr 1776, p. 346 : « Die K. auch K. K. Kämmerer sind verschiedene Fürsten, Grafen und Freyherren aus denen vornehmsten Reichs- Spanisch- Ungarisch- Böhmisch- Neapolitanisch- Sicilianisch- und Oesterreichisch- auch anderer Italiänisch- und Niederlänischen Geschlechtern, die Ihrer K. auch K. K. Maj. beydersiets in der gewöhnlichen Hofkleidung zwey u. zwey 8. Täge im Vordienst, und 8.Täge in dem Hauptdienst, nebst zweyen durch 8. Täge in dem Vordienst solchergestalten bedienen, dass allezeit 6. Kämmerer bey Hof sich befinden, und bekommen die wirkliche von Seiner Excellenz dem Herrn Obristkämmerer, nach dem bey ihme abgelegten gewöhnlichen Jurament, zum Zeichen den goldenen Schlüssel. »

44 L’expression, peut-être teintée d’ironie car elle sert en général à souligner un contraste entre le titre revendiqué et la médiocrité d’une réalisation impériale, revient à plusieurs reprises dans des descriptions et récits de voyage francophones : par exemple Freschot 1706.

45 Rinck 1708, p. 148-192 ; Küchelbecker 1730, p. 164-212.

46 Bormastino 1719, p. 336-414.

47 Voirin 2017, chap. viii : l’impératrice-reine revendique, et obtient, une égalité de traitement entre ses filles et les filles de France dans le cérémonial diplomatique mis en place lors de la réception des ambassadeurs français dans les années 1760.

48 Bauer 1997-2002, vol. 2 : les premiers résultats obtenus par V. Bauer pour l’almanach viennois ne sont cependant pas très concluants. Outre les fonds viennois, cette publication n’apparaît que dans très peu de fonds (Berlin, Munich, Wolfenbüttel, Sankt Pölten, Salzbourg, Dresde et Bamberg) et, dans la plupart des cas, de façon très ponctuelle. Seule la collection de la bibliothèque de Wolfenbüttel couvre une période significative (1715-1733), qui correspond à une bonne partie du règne de Charles VI, marié justement à une princesse de Brunswick-Wolfenbüttel.

49 Winterling 1986, p. 153-156.

50 Bauer 1997-2002, par exemple, pour les premières années de parution de l’almanach viennois, les livraisons de 1705, 1706, 1708 et 1709 sont bien mentionnées dans le catalogue de la bibliothèque d’État de Berlin, mais ont manifestement disparu (vol. 2, section 42A, p. 327-328).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-1.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Fig. 2 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre général.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-2.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 3 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Titre complet (le calendrier à gauche).
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-3.jpg
Fichier image/, 948k
Titre Fig. 4 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. À gauche, le début de la section du grand maître de la cour (Obrist-Hof-Maister-Staab).
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-4.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 5 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Index des services.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-5.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 6 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220. Énumération de services au sein du département du grand maître de la cour.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-6.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 7 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Liste de serviteurs avec mention de l’adresse.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-7.jpg
Fichier image/, 268k
Titre Fig. 8 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1776, Vienne, Joseph Gerold. Tableau de concordance des adresses.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-8.jpg
Fichier image/, 208k
Titre Fig. 9 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.
Légende Emprise de la titulature du grand maître de la cour et de ses officiers seconds (grand cuisinier, grand maître de la table, grand argentier et argentier).
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-9.jpg
Fichier image/, 1,2M
Titre Fig. 10 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1786. Paris, Bibliothèque nationale de France, Tolbiac, rez-de-jardin, magasin, M. 14888. Page de titre.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-10.jpg
Fichier image/, 144k
Titre Fig. 11 : Königlicher Danischer Hof- und Staats-Kalender, auf das 1735 Jahr Christi. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 136.389. Table des rangs curiaux.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-11.jpg
Fichier image/, 1,0M
Titre Fig. 12 : Kaiserlichen und Königlichen / wie auch Erz Herzoglichen / und dero Residenz-Stadt / Wien Staats und Stands Kalender, 1736. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D.184.220.
Légende En bas à gauche commence la section du grand chambellan, avec la titulature de grand officier, suivie de la liste des chambellans (« Ordnung der Kaiserlichen Cämmereren ») qui se poursuit sur la droite avec la mention des différentes salves de nominations à l’occasion de grandes fêtes.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-12.jpg
Fichier image/, 1,5M
Titre Fig. 13 : Hof- und Staats-Schematismus der röm. kais. auch kais. königlich- und erzherzoglichen Haupt- und Residenzstadt Wien… auf das Jahr 1778. Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, D. 188.070.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-13.jpg
Fichier image/, 984k
Titre Fig. 14 : Almanach de la Cour impériale et royale pour l’année 1779. Section du grand chambellan avec la seule mention « Les Chambellans de LL. MM. II. & R.A » qui se substitue à la liste des chambellans disponible dans la version allemande.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-14.jpg
Fichier image/, 284k
Titre Fig. 15 : Antonio Bormastino, Historische Beschreibung von der kayserlichen Residentz-Stadt Wienn und ihren Vor-Städten… Description historique de la ville et résidence impériale de Vienne et de ses fauxbourgs, 1719, Vienne, Jean-Michel Christophorus. Début de la description de la maison impériale.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-15.jpg
Fichier image/, 368k
Titre Fig. 16 : Johann Basilius Küchelbecker, Allerneueste Nachricht vom Römisch-Kayserl. Hofe. Nebst einer ausfürlichen historischen Beschreibung des Kayserlichen Residentz-Stadt Wien, und der umliegenden Oerter, 1730. Médiathèque de la ville et de l’eurométropole de Strasbourg, ANC 91251.
Légende Début du département du grand chambellan (à comparer avec la fig. 12) avec titulature du grand chambellan, explication du fonctionnement du corps des chambellans, puis amorce de la liste des chambellans.
Crédits © Éric Hassler
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17713/img-16.jpg
Fichier image/, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Hassler, « Une cour de papier : l’almanach à Vienne et en Empire, au xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2019, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17713 ; DOI : 10.4000/crcv.17713

Haut de page

Auteur

Éric Hassler

Éric Hassler est maître de conférences en histoire moderne à l’université de Strasbourg, membre de l’EA 3400 ARCHE et docteur en histoire (Paris-I-Panthéon-Sorbonne). Ses recherches portent essentiellement sur l’histoire des cours et des élites nobiliaires dans la monarchie des Habsbourg et de l’espace germanique aux xviie et xviiie siècles. Éric Hassler is senior lecturer in early modern history at the Université de Strasbourg, fellow of the EA3400 ARCHE and PhD in history (Paris-I Panthéon-Sorbonne). His research focuses on courts and nobility in the Habsburg monarchy and Holy Roman Empire during seventeenth and eighteenth centuries. eric.hassler@unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals