Navigation – Plan du site

Les figures de l’étranger dans les Mémoires de Saint-Simon : comment peut-on être étranger à la cour ?

Foreigners in the Mémoires of Saint-Simon: How Was Foreignness Defined at Court?
Sanson Aurélie

Résumés

Saint-Simon livre dans ses Mémoires des éléments permettant de comprendre non seulement sa perception de l’étranger, mais aussi la place des étrangers à la cour de France à la fin du Grand Siècle. L’analyse du champ sémantique de l’extranéité utilisé par l’auteur met en lumière une conception de l’étranger propre au monde curial, fondée davantage sur la notion de souveraineté que sur celle de provenance. L’étranger prend le plus souvent le visage des diplomates ou des princes en visite, qui, inclus dans le cérémonial de la cour, y occupent cependant une position à la marge, matérialisée par l’étiquette. En revanche, le service pour les hommes et le mariage pour les princesses enclenchent un processus de naturalisation informelle de ces étrangers installés en France, parachevé par l’intériorisation des codes de la cour. Ce faisant, Saint-Simon inscrit l’intégration des étrangers venus d’ailleurs dans une dynamique propre à la société de cour, avec, pour corollaire l’effacement des caractères liés à l’extranéité et l’affirmation d’un cosmopolitisme reposant sur une identité curiale européenne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Febvre 1944, p. 8.
  • 2 Ce texte est la version remaniée et actualisée d’une communication présentée en 2011 aux journées d (...)
  • 3 Le regard des étrangers sur la cour de France a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières anné (...)
  • 4 Les Mémoires sont tout de même rédigés trois décennies après les faits.
  • 5 Febvre 1944, p. 9-10.
  • 6 Le Roy Ladurie et Fitou 1997, et voir dans Le Roy Ladurie 1983 le parallèle avec les conceptions de (...)
  • 7 Le Roy Ladurie et Fitou 1997, Le Roy Ladurie 1983, Solnon 1987.
  • 8 Horowski 2012, p. 22.
  • 9 Cosandey 2016, p. 15.
  • 10 Processus expliqué dans Dubost 2007, p. 156.
  • 11 En 1696, les négociations reprennent en vue du traité de Ryswick ; l’année 1715 marque la fin d’une (...)
  • 12 Je me permets de citer mes propres travaux sur le sujet : Sanson 2001 et 2005.
  • 13 Voir les deux entrées du substantif « estranger » dans le Dictionnaire de Furetière 1690, où il est (...)
  • 14 Rohan-Chabot 1990 : Jacques Fitzjames Stuart, duc de Berwick, est le fruit des amours illégitimes d (...)

1Il y a plus de sept décennies, Lucien Febvre notait que « Rabelais et Des Périers, Marguerite et Dolet, Maurice Scèves et Ronsard » sont « des noms de grands écrivains pour le critique littéraire. Pour l’historien, de grands témoins. Mais dont le témoignage n’est pas du tout limpide1… ». Il aurait pu ajouter à cette liste, si son propos avait été la littérature française des xviie et xviiie siècles, le nom de Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon. La présente étude2 porte en effet sur ses célèbres Mémoires. Elle vise plus précisément à exploiter cette source à la fois évidente et controversée pour comprendre le point de vue du mémorialiste sur les étrangers3. Les oublis plus ou moins volontaires, la vérité souvent déformée de l’œuvre4, voire les contrevérités énoncées par Saint-Simon peuvent susciter à juste titre une certaine méfiance chez les historiens envers ce dernier. Mais, comme le préconisait expressément Lucien Febvre5, les contradictions apparentes des témoignages des écrivains sont une donnée à interpréter et à expliquer afin de les rendre intelligibles. En effet, reflet d’un imaginaire social conforme à celui répandu dans l’aristocratie française à la fin du Grand Siècle6, ce monument de la littérature reste incontournable pour appréhender la société aulique7, notamment par la richesse de ses personnages, parmi lesquels on compte un certain nombre d’étrangers. Observateur privilégié de la cour, comprise comme l’ensemble des courtisans pourvus d’une charge8 ainsi que tout l’entourage royal en contact avec la majesté souveraine9, « le petit duc » se trouve lui-même au cœur de ce système que Louis XIV contrôle par le cérémonial. Le souverain a également encouragé un processus de francisation qui écarte, depuis le milieu du xviie siècle, les étrangers venus d’ailleurs des charges curiales les plus prestigieuses10. Ils demeurent néanmoins présents à la cour, notamment dans le cadre des relations diplomatiques. C’est pourquoi cette étude est centrée sur la période allant de 1696 à 1715. À cette époque, les négociations liées principalement à la succession d’Espagne favorisent la circulation de personnes non françaises à la cour de France, dont au moins une partie est mentionnée par Saint-Simon11. D’ailleurs, leur recensement dans les Mémoires a déjà été effectué12. Ce type de dénombrement pose cependant un problème d’ordre méthodologique. Il présuppose une définition de l’étranger selon des critères actuels axés sur l’origine géographique. Pourtant, le vocable étranger recouvre sous l’Ancien Régime un éventail plus large de significations13, en particulier à la cour, comme l’illustre le cas du duc de Berwick « épée anglaise au service des Bourbons14 », lors de son entrée au Conseil de Régence en 1720 :

  • 15 Saint-Simon 1879-1930, t. XXXVII, p. 187. Il s’agit de l’édition des Mémoires d’A. de Boislisle. L’ (...)

Peu de jours après [la première séance du Roi au conseil de régence] le duc de Berwick y entra aussi. On en murmura dans le monde, parce qu’il étoit étranger ; mais cet étranger se trouvoit nécessairement proscrit, expatrié, naturalisé François, en France depuis trente-deux ans, dans un continuel service, duc, pair, maréchal de France, grand d’Espagne, général des armées des deux couronnes, et d’une fidélité plus qu’éprouvée. De plus, pour ce qui se passoit alors au conseil de régence, n’importoit plus qui en fût ; nous étions déjà quinze, il fit le seizième15.

  • 16 En dépit de tous les passages des Mémoires franchement hostiles au duc de Berwick, Saint-Simon entr (...)
  • 17 Roche 2002, p. 837 ; Dakhlia 2011 ; Caroline Zum Kolk déplore à juste titre que les mémorialistes e (...)
  • 18 Cerutti 2012.
  • 19 Il en oublie sa bâtardise, constamment dénoncée par ailleurs ; Saint-Simon 1879-1930, t. XXVIII, p. (...)
  • 20 Planas 2013, p. 38, en référence à la démarche adoptée dans Cerutti 2012 et Subrahmanyam 2013.

2Cette courte digression constitue un témoignage exceptionnel. Berwick apparaît certes à de nombreuses reprises dans les Mémoires, mais ce passage est l’unique dans lequel le mémorialiste lui attribue la qualité d’« étranger »16. Or, l’invisibilité17 des étrangers fait partie des problèmes auxquels les historiens de l’Ancien Régime sont confrontés, de même que l’incertitude autour du terme étranger et sa polysémie dans les sources18. Dans l’accumulation de justifications proposées en faveur de Berwick19, Saint-Simon juxtapose en effet de multiples critères, renvoyant tantôt aux pratiques juridiques et à la puissance souveraine (la naturalisation par l’attribution de lettres de naturalité, prérogative royale), tantôt au territoire (provenance et durée de la présence), puis à des arguments plus informels tels que la fidélité, le service et enfin l’honneur (voir l’énumération des titres). Cette définition, à première vue confuse, est en fait le produit d’un courtisan parfaitement en phase avec la société dans laquelle il évolue. Si le contexte social particulier fait l’étranger20, alors le cadre spécifique de la cour, avec ses dynamiques sociales propres, génère sa propre conception de l’étranger, dont Saint-Simon se fait l’écho dans ce passage. Mon propos est donc de rendre visible et intelligible ce qu’est un étranger dans le monde aulique pour le « petit duc » dans ses Mémoires en établissant une hiérarchie et une cohérence entre tous ces critères. Il nous faut donc oublier nos conceptions contemporaines de l’étranger fondées sur le principe de l’État-nation et, à partir de la source elle-même et sans catégories préétablies, déterminer quels individus sont perçus comme tels. Dans un premier temps, l’analyse lexicologique du terme étranger nous permettra de comprendre la place de la fidélité et du service dans la définition de l’étranger. Dans un deuxième temps, nous examinerons le poids de la provenance dans l’extranéité des personnages nés hors du royaume de France pour en évaluer le degré d’altérité. Nous verrons enfin comment Saint-Simon efface toute trace d’extranéité chez certains courtisans à l’origine non français en fonction d’un processus d’intégration fondé sur une identité nobiliaire et curiale centrée sur le souverain français.

Être étranger : une question de service et de fidélité

  • 21 Les expressions comme « une matière étrangère », Saint-Simon 1879-1930, t. XXII, p. 16, ont été exc (...)
  • 22 Ibid., t. V, p. 356-357 : voir l’affaire du « pour ».
  • 23 Plaisant 1988, p. 7-29.
  • 24 Saint-Simon 1879-1930, t. XXIII, p. 286-287. Une folle étrangère et pas une folle italienne, bien q (...)
  • 25 Ibid., t. XXI, p. 128 : après la mort de Monseigneur, le roi reçoit en premier les compliments des (...)

3L’étude lexicologique du substantif et de l’adjectif « étranger(s) » ou « étrangère(s) » fait apparaître plusieurs significations21 (annexe 1). Les personnes désignées textuellement comme étrangères forment trois groupes : les diplomates, les princes de maisons étrangères, et les courtisans privés d’un enracinement curial. Leur rapport au roi et leur rang à la cour de France déterminent leur condition d’étrangers. Avec cent quatorze mentions, les emplois les plus fréquents des adjectifs étranger(s)/étrangère(s) relèvent d’abord de la vie diplomatique. Au-delà des utilisations renvoyant à des abstractions, les individus identifiables comme étrangers apparaissent d’abord comme « ministres étrangers », ou tout simplement à travers l’expression « les étrangers », en référence à l’appartenance à un État ou à une cour étrangère. Ce vocabulaire, bien que ne désignant parfois qu’indirectement des étrangers en tant que tels, revêt une dimension incontestablement politique. L’étranger est le sujet placé sous une autre autorité, au service d’un autre souverain, venant d’une autre cour. Cette dimension politico-spatiale trouve sa traduction dans le cérémonial, car, représentant leurs souverains, les « ministres étrangers » ont un rang et des rituels à faire respecter. Dans ce monde régi par l’étiquette, c’est aussi cet aspect qui explique l’attention portée par Saint-Simon à leur égard22. Cependant, ils ne sont que 58 à être nommés à la faveur du contexte. En comparaison avec la totalité des personnages que comptent les Mémoires et au regard de la passion que le duc voue aux relations internationales23, c’est très peu. Parmi les épouses, seule la duchesse de Shrewsbury, venue accompagner son mari ambassadeur d’Angleterre, est reconnue comme étrangère. En raison de ses mauvaises manières, Saint-Simon la qualifie de « vieille folle étrangère24 », ce qui sous-entend finalement que les autres femmes de diplomates présentes à la cour ont adopté, elles, le comportement idoine. Ce petit monde de la diplomatie forme un groupe clairement défini, le plus souvent anonyme, circonscrit à la marge de la cour et de ses courtisans. Mis à distance, les diplomates ont leurs propres querelles de rang, sans rapport direct avec celles des courtisans établis à la cour de France. Ils sont en revanche, par leur présence systématique aux événements les plus importants25, associés à la vie de la cour, matérialisant ainsi les relations constantes du monde aulique français avec les autres cours européennes.

  • 26 Voir les références en bibliographie pour connaître la composition et l’histoire de ces maisons. Le (...)
  • 27 « Mémoire sur les maisons de Lorraine, de Rohan et de La Tour », dans Saint-Simon 1996. Il ne s’att (...)
  • 28 Saint-Simon 1996, p. 78.
  • 29 Ibid., p. 50
  • 30 Ibid., p. 44, 45. Pour Saint-Simon, les La Tour d’Auvergne ne sont les souverains que de « quelques (...)
  • 31 Ibid., p. 48.
  • 32 Ibid., p. 74. Les Lorrains font l’objet de nombreuses digressions dans les Mémoires et dans ce mémo (...)
  • 33 Saint-Simon 1879-1930, t. III, p. 23 : Monaco est « au demeurant, la souveraineté d’une roche, du m (...)
  • 34 Dénoncée par Hodson 1998, p. 26.
  • 35 Geevers et Marini 2015.
  • 36 Oresko 1996 et 1997. En règle générale et sans entrer dans les cas particuliers, la souveraineté pe (...)
  • 37 Hodson 1998, Kmec 2010, Spangler 2009.
  • 38 Spangler 2011, p. 143 et Hodson 1998, p. 27.
  • 39 Deux exemples : Emmanuel Théodose, cardinal de Bouillon, a eu la charge de Grand Aumônier ; le prin (...)
  • 40 Un leitmotiv dans le mémoire de 1710. Saint-Simon juge sévèrement le rôle des Guises dans la Ligue (...)
  • 41 Voir n. 33. En 1711, le cardinal de Bouillon perd son titre de prince étranger et tous ses biens en (...)
  • 42 Saint-Simon 1996, p. 56 : il voit dans le cardinal de Rohan le successeur du cardinal de Bouillon d (...)

4Plus nombreux que les diplomates, mais plus difficiles à saisir en tant qu’étrangers, les « princes étrangers » font partie à première vue des plus grandes familles de l’aristocratie française, à qui la faveur royale a accordé leur titre de « princes étrangers ». Ce groupe comprend : les ducs d’Elbeuf et divers rameaux de la maison de Lorraine ; les La Tour d’Auvergne, les Grimaldi de Monaco, les La Trémoïlle et enfin les Rohan. Haïs par l’auteur, il est tentant d’imputer l’hostilité que leur voue Saint-Simon uniquement à sa jalousie ; les princes étrangers prennent en effet le pas sur les ducs et pairs dans certaines cérémonies, ce dont le « petit duc » pâtit directement. Mais c’est oublier que Saint-Simon déploie par ailleurs tout un argumentaire dans lequel le terme étranger renvoie, tout autant que le terme de prince aux notions essentielles de souveraineté, de service et d’infidélité. Si ces princes mériteraient à eux seuls une analyse exhaustive, nous nous contenterons ici de synthétiser les éléments de réflexion les plus utiles à la présente étude26, en nous appuyant principalement sur un mémoire27 rédigé en 1710. Dans ce document, Saint-Simon cherche à démontrer que l’infidélité de ces princes repose sur ce titre de « prince étranger », affirmant clairement qu’« un prince étranger n’est pas un vrai sujet28 ». Tout d’abord il dénonce la reconnaissance de droits régaliens sur leurs possessions territoriales, preuve selon lui de leur volonté d’échapper à leur condition de sujet du roi. Parmi les exemples cités, retenons celui de Turenne, dont les droits obtenus sur sa vicomté en font plus « un prince qu’un sujet29 ». Ensuite, il considère les unions étrangères comme le facteur décisif de la perte de la qualité de « Français ». Selon lui, Frédéric-Maurice de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, « fils d’une Nassau », après avoir obtenu une souveraineté « chétive30 », « épousa une Bergh pour continuer à consolider par des alliances étrangères leurs liaisons, leurs intrigues et leur changement de Français en étrangers31 ». Dans une logique similaire, les membres des branches cadettes de la maison de Lorraine, parmi lesquelles la maison de Guise puis d’Elbeuf, « ne sont pas de bons Français32 ». La redondance dans les Mémoires de cette image de traîtres à l’ambition démesurée33, ennemis de la maison des Bourbons, a engendré toute une historiographie peu favorable envers ces princes34. Or, depuis quelques décennies, une autre démarche vise à inscrire les princes étrangers dans une perspective européenne transnationale35, où il apparaît que de nombreuses maisons princières partagent ces revendications souveraines36, de même que les logiques dynastiques au-delà des frontières37. Loin de constituer une armée de traîtres, il est établi que leur élévation à un rang princier leur a permis de fortifier leur maison et de devenir des relais efficaces de la monarchie : à l’échelle locale via leurs clientèles, et à l’échelle européenne via leurs connexions matrimoniales dans les cours hors du royaume de France38. L’ancrage curial d’une grande partie des membres de ces maisons occupant les plus hautes charges à la cour39 et les querelles de rangs auxquelles ils participent en font d’ailleurs des princes français au cœur de la mécanique de la cour, et non à la marge. La vision de Saint-Simon à leur sujet occulte totalement leur soutien à la monarchie. En insistant sur la vanité de leurs prétentions souveraines, il les place avant tout dans une relation de dépendance étroite à leur souverain principal, le roi de France, auquel ils doivent leur titre, leur position et leurs possessions au nom de la faveur royale. Dès lors, toute contestation de la puissance souveraine du roi par ces grands feudataires devient à ses yeux une « félonie40 » et leurs prétentions à des rangs élevés une preuve de leur infidélité. Le contexte de rédaction du mémoire de 1710, dont l’esprit irrigue de nombreux passages des Mémoires, joua certainement un rôle déterminant dans sa vision partiale et malveillante des princes étrangers41. Ces familles transnationales de « l’entre deux » comptèrent des acteurs dans des camps opposés lors de la guerre de la Succession d’Espagne : les princes Eugène (de la maison de Savoie) et de Commercy (de la maison de Lorraine) prirent le parti de l’Empire ; Vaudémont (de la maison de Lorraine) fut au service de l’Empire puis de l’Espagne, tandis que le duc d’Elbeuf et d’autres rameaux de la maison de Lorraine restèrent au service du roi de France ; en 1710, ce fut au tour du cardinal de Bouillon (La Tour d’Auvergne) de rejoindre le parti impérial. Tout ceci alimenta la suspicion de Saint-Simon, qui l’étendit à la maison de Rohan42, et l’encouragea à condamner les unions étrangères, d’autant plus que lui-même demeura à l’écart de toute stratégie familiale transnationale.

  • 43 Charles de France, duc de Berry. Voir les citations sur le mariage étranger dans l’annexe 1 pour le (...)
  • 44 Saint-Simon veut ce mariage « Bourbon-Bourbon » et se décrit comme un acteur décisif de sa conclusi (...)
  • 45 Saint-Simon 1879-1930, t. XIV, p. 99.

5En outre, l’isolement diplomatique prolongé du royaume de France à cette date limite les projets matrimoniaux royaux avec des princesses issues des grandes familles souveraines européennes. En répétant en 1710 qu’un « mariage étranger » était impossible pour le duc de Berry, le troisième petit-fils de Louis XIV43, Saint-Simon souligne la pénurie de princesses étrangères d’un rang suffisamment élevé susceptibles d’épouser ce prince royal français. Il s’appuie sur cet argument pour soutenir une union avec Marie-Louise-Élisabeth d’Orléans, petite-fille de Monsieur, frère du roi, fille du duc d’Orléans dont l’auteur est très proche44, et cousine du duc de Berry. Dans cette perspective, l’adjectif étranger traduit une mise à distance des autres familles régnantes par rapport à la maison des Bourbons, ce que confirme par ailleurs l’accueil du roi réservé à l’Électeur de Cologne en 1706. Lors de l’arrivée de l’Électeur à la cour, « Le Roi lui dit qu’il vouloit qu’il le vît au milieu de sa famille, où il n’était point étranger45 », après lui avoir présenté son beau-frère, ses neveux et lui-même comme proche parent, puisque l’Électeur était le frère de la défunte Dauphine. En pleine guerre de la Succession d’Espagne, ôter à l’Électeur de Cologne la qualité d’étranger permet alors au roi d’insister sur les liens dynastiques entre les Wittelsbach (ce qui inclut également l’Électeur de Bavière) et les Bourbons, car :

  • 46 Bély 1999, p. 17.

[dans] un contexte où la science généalogique était un ciment des sociétés, où l’art de la mémoire nourrissait les distinctions sociales, chacun conservait le souvenir des liens de parenté, les plus anciens comme les plus proches, pour les faire valoir, les célébrer ou les revendiquer au bon moment. Les princes en venaient à se concevoir comme tous frères46.

  • 47 Saint-Simon 1879-1930, t. VII, p. 303. Monseigneur, le fils de Louis XIV, invoque cet aspect de l’e (...)
  • 48 Ibid., t. V, p. 366. Les princes cités effectuent probablement leur « grand tour ».
  • 49 Mercure galant, septembre 1698, p. 213-214.
  • 50 L’incognito évite aussi aux princes de perdre leur rang. Voir Bély 1999, p. 469. Qu’il s’agisse de (...)

6Le roi met à profit les relations de parenté pour consolider une alliance diplomatique dont le royaume de France a grandement besoin à cette date. Ici, l’attribution de la qualité de non-étranger scelle l’union de l’Électeur de Cologne à la dynastie des Bourbons, en dehors de toute idée de provenance géographique, dans une optique très politique, dans laquelle dynastie et fidélité au souverain sont imbriquées. Saint-Simon dévoile finalement une conception assez restreinte de la dynastie royale, peut-être partagée par une famille régnante confrontée aux difficultés inhérentes à la guerre. La succession d’Espagne généra un éloignement, voire une rupture entre les Bourbons et les Habsbourg dont la maison est, selon les dires de Monseigneur rapportés par Saint-Simon, « étrangère47 », faisant fi de tous les liens familiaux unissant ces deux maisons. Dans ce contexte, le substantif étrangers désigne, selon toute vraisemblance, les princes d’autres maisons européennes davantage en relation avec les Habsbourg qu’avec les Bourbons. C’est ainsi que, lors d’un séjour à Compiègne en 1698, le roi est entouré d’« étrangers considérables48 », sans plus de précisions. Il faut le récit du Mercure galant pour apprendre qu’il s’agit des princes de Parme, de Lobkowitz, de seigneurs allemands, suédois, danois, anglais, et qu’ils sont effectivement en grand nombre49. Sans attache à la cour, qu’il s’agisse de charges, de parenté ou de fidélité, et en l’absence d’usurpation avérée, ces princes ne retiennent pas l’attention du courtisan mémorialiste. Inversement, quand il commente d’autres visites princières en scrutant le respect ou non de l’incognito, destiné à éviter les querelles de rang, jamais il ne qualifie les princes en question d’étrangers, probablement en raison à la fois de l’évidence des liens dynastiques les unissant à la cour50 et de leur fidélité proclamée au souverain.

  • 51 L’intégralité des étrangers ainsi désignés par l’auteur pourrait faire l’objet d’une analyse poussé (...)

7Hormis les diplomates et les princes étrangers, Saint-Simon désigne moins d’une vingtaine de personnes51 comme « étrangères ». Cas unique dans la période étudiée, le portrait du vicomte de Bolingbroke commence par le terme étranger :

  • 52 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 185-186.

Un autre étranger arriva en ce même temps, qui éprouva le sort ici de la princesse des Ursins. Je parle du lord Saint-Jean, plus connu sous le nom de vicomte de Bolingbroke […]. Son sort en Angleterre avoit changé comme celui de la princesse des Ursins en Espagne, avec cette différence que notre cour fût bien fâchée de la disgrâce de ce ministre, et de n’oser le voir […]. Il vint demeurer à Paris, mais sans aller à la cour, ni voir publiquement nos ministres et nos personnages52.

  • 53 Ibid., t. IX, p. 93. Marie-Anne de La Trémoïlle, princesse de Chalais puis duchesse de Bracciano, d (...)
  • 54 Girard 1982, p. 35-36.
  • 55 Voir n. 15.
  • 56 Auquel il cède sa grandesse et son titre de duc de Liria. Voir Rohan-Chabot 1990, p. 285.
  • 57 Saint-Simon 1879-1930, t. VII, p. 115. L’endogamie des étrangers est considérée dans les communauté (...)
  • 58 Certains emplois nécessiteraient un travail plus approfondi que le cadre de l’étude ne nous autoris (...)

8La mise en parallèle de Bolingbroke avec la princesse des Ursins repose sur une forme d’extranéité particulière. Le portrait de cette dernière débute par « elle était françoise53 », comme si Saint-Simon craignait qu’on oubliât son origine française et qu’on la crût étrangère. Or, dans les Mémoires, c’est au prisme du système de la cour que l’auteur construit l’identité de la personne. Le parcours de la princesse des Ursins entre les cours de France, de Rome, et de Madrid, de même que l’exil de Bolingbroke en France ont semé la confusion sur leurs identités respectives. Privés de place attitrée dans une cour spécifique, leur différence « hors système54 » de la cour en fait des étrangers plus que d’autres, dépourvus d’une identité curiale reconnaissable. C’est ce flou autour de l’identité curiale de Berwick qui explique pourquoi, lui qui est né en France et y a vécu la plus grande partie de son existence, est encore perçu en 1720 comme un étranger55. Il a alors perdu toute chance de servir un jour un roi en Angleterre, il n’ira pas en Espagne, où il a en revanche fait établir un fils56. Saint-Simon, qui, les années précédentes, mettait en doute sa fidélité, n’a plus de raisons, cinq ans après la mort du roi, de mettre en cause la sincérité de l’engagement de Berwick pour la France. De plus, sa place au Conseil de Régence n’implique pas une usurpation de rang. On peut supposer que les incertitudes de Berwick, entre le service du roi Jacques II, des rois de France et d’Espagne, ses relations avec son oncle Marlborough, de même que son attachement à la cour de Saint-Germain par ses mariages57 et l’assiduité modérée de ce militaire à la cour de France, ont prolongé sa condition d’étranger aux yeux d’une partie de la société de la cour. Plus que leur origine géographique, c’est l’instabilité supposée de ces personnages dans le monde aulique européen qui en fait des étrangers reconnus comme tels dans les Mémoires58.

La mention de l’origine territoriale : une évaluation de l’altérité des étrangers en fonction de leur provenance hors du royaume

  • 59 Il n’est d’ailleurs pas aisé de déterminer dans quelle mesure ces étrangers sont de passage ou pas, (...)
  • 60 Sanson 2001, p. 9.
  • 61 Sahlins 2000, p. 1096.

9Au-delà du vocable étranger et de ses déclinaisons, la mention d’une origine non française de courtisans installés en France et l’emploi de stéréotypes nationaux plus ou moins étoffés constituent un lexique de l’extranéité correspondant davantage à notre conception actuelle de l’étranger selon sa provenance. L’analyse de ce lexique confirme la proximité de ces êtres venus d’ailleurs dans le cadre curial intra-européen, par opposition aux rares non-Européens présents dans les Mémoires, ces derniers relevant plus de l’« étrangeté » que de l’extranéité. Bien que la mention de l’origine et les stéréotypes nationaux indiquent une provenance autre que française, ils ne réduisent pas la personne à sa condition d’étranger. L’auteur qualifie rarement un individu venu d’ailleurs durablement installé en France d’« étranger ». Encore plus significatif, jamais le qualificatif n’est employé dans les passages consacrés à la cour de Saint-Germain, pourtant peuplée de réfugiés jacobites britanniques et irlandais. En revanche, pour les cent trente-deux personnes recensées dans les Mémoires comme nées hors du royaume de France, établies ou de passage59, Saint-Simon cite presque systématiquement l’origine géographique60, tandis que toute trace d’origine étrangère disparaît pour les enfants nés en France. Il semble bien que Saint-Simon ait intériorisé le ius soli selon lequel tout individu né en France est un « naturel » français61, à l’image du fils du Hollandais Van Holt :

  • 62 Saint-Simon 1879-1930, t. XXV, p. 160-162.

Van Holt, riche financier, trésorier général de la marine, puis grand audiencier, qui donnoit grand jeu et grand chère, à Paris, et [à] sa belle maison d’Issy, à beaucoup de gens de la cour, et que le prince et le cardinal de Rohan voyoient et aimoient fort, le maréchal de Villeroy, et quantité d’autres, dérangea si fort ses affaires, qu’il fit une entière banqueroute, qu’il jugea à propos de ne pas voir. […] Il étoit Hollandois. Son fils, protégé par les Rohans et par quelques autres, n’osa se montrer d’abord ; peu à peu il parut, fut maître des requêtes, et a passé par diverses intendances. Il n’est pas sans esprit ni sans talents. De Van Holt il s’est fait M. de Vanolles : le de est plus noble et le nom plus françois62.

  • 63 Voir supra.

10En précisant à la toute fin du portrait du père son origine non française, Saint-Simon confirme que le fils, né en France, n’est pas hollandais, mais bien français. La francisation du nom efface quant à elle autant l’origine territoriale que sociale, consacrant de cette manière son intégration dans la noblesse. C’est vraisemblablement en vertu de ce droit du sol que le mémorialiste tient tant à préciser la francité de la princesse des Ursins et de la plupart des familles installées en France portant le titre de princes étrangers63. En revanche, né à Rome, le duc de Nevers, Philippe-Julien Mancini-Mazarini :

  • 64 Saint-Simon 1879-1930, t. XIV, p. 389.

[…] étoit un Italien très italien, de beaucoup d’esprit facile, extrêmement orné, qui faisoit les plus jolis vers du monde, qui ne lui coûtoient rien, et sur-le-champ, qui a donné aussi des pièces entières ; un homme de la meilleur compagnie du monde, qui ne se soucioit de quoi que ce fût ; paresseux, voluptueux, avare à l’excès64

  • 65 Le Roy Ladurie 1983, p. 30.
  • 66 Dubost 1997, p. 320-323.
  • 67 Voir infra.
  • 68  Saint-Simon 1879-1930, t. VIII, p. 299-300.
  • 69 Ibid., t. XXVII, p. 3 : le cardinal Mazarin est « un étranger de la lie du peuple » à « la vile et (...)

11Les « caractères des nations » utilisés dans les Mémoires dessinent une géographie du pur (au nord) et de l’impur (au sud)65. Saint-Simon inscrit sans ambiguïté le duc de Nevers dans la géographie de l’impur en reprenant la topique de l’Italien66. Il faut cependant se garder de surévaluer le poids de ce type de représentations car, d’une part, Saint-Simon n’en fait pas une utilisation systématique : les cardinaux Gualterio et de Bonsi67 ainsi que d’autres Italiens identifiés comme tels y échappent, et, d’autre part, cette géographie imaginaire stéréotypée ne l’empêche pas d’approuver l’équivalence de rang entre des grands espagnols issus de ce sud impur avec les ducs français à la suite de l’arrivée d’un Bourbon à la cour d’Espagne68. Notons de plus l’emploi relativement bienveillant du stéréotype, rarement teinté de haine69. Même Alberoni, dans le portrait qui suit, ressemble davantage à un valet de comédie (italienne certainement) : manipulateur, trichant sur son identité, d’une naissance peu honorable, et à la bouffonnerie comique :

  • 70 Ibid., t. XIII, p. 287-289.

Alberoni étoit fils de jardinier, qui, se sentant de l’esprit, avoit pris un petit collet, pour, sous une figure d’abbé, aborder où son sarrau de toile eût été sans accès. Il étoit bouffon : il plut à M. de Parme comme un bas valet dont on s’amuse ; en s’amusant, il lui trouva de l’esprit, et qu’il pouvoit n’être pas incapable d’affaires. […] Il traita […] avec M. de Vendôme sur sa chaise percée, égaya son affaire par des plaisanteries qui firent d’autant mieux rire le général, qu’il l’avoit préparé par force louanges et hommages. Vendôme […] se torcha le cul devant lui. À cette vue Alberoni s’écrie : O culo di angelo ! et courut le baiser. Rien n’avança plus ses affaires que cette infâme bouffonnerie70.

  • 71 Sanson 2005, p. 139.
  • 72 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 154 : Lucifer est la seule divinité du cardinal de Bouillon.
  • 73 Dubost 2007, p. 165-167.

12L’auteur réserve une animosité bien plus prononcée aux usurpateurs de rang, incarnés aussi bien par les cardinaux, les bâtards, et les individus prétendant occuper un rang que la naissance leur refuse, manifestation, pour Saint-Simon, d’une infidélité intolérable71. C’est à leur égard qu’il a recours au registre de l’anormalité, voire de la monstruosité72, en dehors de toute référence à une quelconque extranéité. Dans les Mémoires comme dans la littérature de l’époque, le temps des pamphlets corrosifs envers les Italiens ou les Espagnols est révolu73. Plus qu’une distance, l’intériorisation de ces caractères nationaux par Saint-Simon met finalement en évidence la proximité avec un autre venu d’ailleurs dont les qualités et les défauts sont connus et reconnus, et ce d’autant plus que, lors de son ambassade espagnole sous la Régence, il a fait l’expérience de cette altérité en endossant le rôle de l’ambassadeur étranger.

  • 74 Saint-Simon 1879-1930, t. VI, p. 139-140. Moscovites et Turcs apparaissent dans des années ultérieu (...)
  • 75 Schnakenbourg 2008, p. 230-231.
  • 76 Ibid.
  • 77 Balsamo 2006, p. 33-34.
  • 78 Il les a découvertes lors de sa captivité en Angleterre : Dakhlia 2011, p. 277.
  • 79 Sanson 2005, p. 11, et Vallin 2000, p. 12.

13Alors que l’extranéité selon la provenance d’un territoire relativement peu éloigné n’implique pas une altérité radicale, les personnages extra-européens, épisodiquement présents à la cour, sortent du champ de l’extranéité pour revêtir une altérité plus prononcée, voire absolue. Saint-Simon raconte que, lors de la venue de l’ambassadeur du Maroc en 1699, le « Roi fut flatté de cette démarche d’un barbare, et le reçut comme il est usité pour les ambassadeurs non européens, turcs ou moscovites jusqu’au Czar Pierre Ier74 ». Le terme de barbare remplace ici étranger et vaut pour les ambassades non européennes décrites dans les Mémoires (marocaine, perse, moscovite et turque, chacune faisant l’objet d’un développement dans l’œuvre). La figure du barbare évoque « une personne inculte, et, peu à peu, quelqu’un de rude, de cruel et d’inhumain. [Le barbare] est une négation radicale de ce qu’est supposé être l’homme civilisé75 ». Cette représentation s’applique particulièrement à la Moscovie, incarnation du despotisme oriental aux yeux des voyageurs qui relaient abondamment cette image76. Parallèlement, les traités de civilité ont répandu depuis la fin de la Renaissance l’idée que l’Europe, comprise comme l’ensemble des cours européennes, est le lieu par excellence de la civilité aristocratique. Le modèle proposé par l’étiquette louis-quatorzienne vient, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, renforcer l’idée d’une opposition entre une Europe civilisée et un monde barbare auquel ces ambassadeurs appartiennent77. Bien que l’ambassadeur du Maroc connaisse les pratiques curiales de la cour d’Angleterre78, la capacité à se mouvoir dans le cérémonial ne suffit pas à en faire des diplomates étrangers comme les autres, car en plus d’être des « barbares », ces « Mahométans » n’ont pas reçu la grâce divine qui transforme celui qui la reçoit en un « prochain » bien chrétien79. Notons que le fils du notaire de Saint-Simon, Voltaire, exprime une idée très similaire en 1771, seize ans après la mort du « petit duc », en s’adressant à Anna Maria Louisa Jablonowska, princesse de Talmond :

  • 80 Citation tirée de Milza 2007, p. 727. Voltaire oppose d’ailleurs le « Turc » à Catherine II de Russ (...)

À l’égard du grand Turc, Madame, je ne puis absolument prendre son parti ; il n’aime ni l’opéra, ni la comédie, ni aucun des beaux-arts ; il ne parle point français ; il n’est pas mon prochain ; je ne puis l’aimer80.

  • 81 Saint-Simon suit de près leur action en Chine. Voir Himelfarb et Neveux de 1977 à 1981.

14Sous la plume du mémorialiste comme sous celle du philosophe des Lumières, le prochain ne peut être que chrétien. De plus, dans l’imaginaire saint-simonien, la cour incarne, à travers ses rangs et sa hiérarchie, un idéal de pureté divine reposant sur la personne du roi dans les veines duquel coule le sang sacré de la dynastie des Bourbons. Saint-Simon ne peut donc pas considérer les ambassadeurs non chrétiens comme de simples diplomates étrangers. L’étranger venu d’ailleurs est certes un autre, mais un autre chrétien et européen, par opposition au barbare non européen et non chrétien. On peut supposer qu’une conversion81 ferait de ces « barbares » des étrangers au sens saint-simonien du terme. Alors que l’altérité de ces derniers semble, à moins d’un changement ontologique, absolue et irréversible, celle de l’étranger peut s’atténuer, voire disparaître dans un processus d’intégration propre à la cour.

Une intégration informelle des étrangers venus d’ailleurs à la cour au prisme d’une identité curiale

  • 82 Saint-Simon 1879-1930, t. XI p. 192. Il est question des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit et d (...)
  • 83 Dubost 1996, p. 519.
  • 84 Dubost et Sahlins 1999, p. 64-66.
  • 85 Saint-Simon 1879-1930, t. V, p. 403 : il ne refuse pas non plus l’accès des étrangers aux bénéfices (...)
  • 86 Dangeau 1854-1860, t. XIII, p. 392. La cour est alors endeuillée par la mort de Monseigneur. Avec l (...)
  • 87 Stefanovka 1998.
  • 88 Saint-Simon 1879-1930, t. XXI, p. 128
  • 89 Voir n. 15.
  • 90 Dubost et Sahlins 1999, p. 328-330 : dans la pratique, la lettre de naturalité n’efface pas la qual (...)
  • 91 Sanson 2001, p. 36.

15Il est d’ailleurs possible, à travers l’analyse des termes juridiques relatifs à l’extranéité et de toutes les expressions liées à la thématique de l’exclusion et de l’intégration à la cour, de comprendre comment, en dehors de tout acte juridique souverain, une dynamique propre à la société de cour et aux élites aristocratiques enclenche un processus de naturalisation « des étrangers » et des « étrangères » installés en France. Saint-Simon accorde en effet peu d’importance au statut juridique de l’étranger. Nous n’en trouvons d’ailleurs que de très rares mentions dans les Mémoires. La formulation « chevaliers étrangers non régnicoles82 » est à ce titre très révélatrice. Pour les juristes de l’époque moderne, être régnicole, suivant l’acception la plus restrictive généralement retenue, signifie d’une part être né et demeurer dans le royaume, et d’autre part, reconnaître la souveraineté du roi en s’avouant comme son sujet83. Si Saint-Simon éprouve le besoin d’associer les termes étranger et non régnicole, il indique que non régnicole ne signifie pas automatiquement étranger, contrairement aux usages des juristes. De même il n’évoque ni l’« aubain », l’étranger soumis au droit d’aubaine et frappé d’incapacité successorale84, ni les « lettres de naturalité », qui permettent à leur bénéficiaire d’échapper au droit d’aubaine et d’accéder aux bénéfices ecclésiastiques ou aux offices85. Un passage des Mémoires confirme ce rejet probablement conscient du juridique par leur auteur. En 1711, le marquis de Dangeau, l’autre célèbre mémorialiste de la cour, rapporte dans son Journal que de « toute la cour de Saint-Germain il n’y avoit personne en grand manteau que le duc de Berwick, qui est naturalisé François, et de plus duc et pair et maréchal de France86 ». Saint-Simon, qui s’est inspiré directement de ce passage du Journal de Dangeau87 pour raconter le même épisode, occulte dans les Mémoires la naturalisation comme justification du port du grand manteau et ne retient que les « dignités françoises88 ». Quant à la naturalisation évoquée en 1720 pour défendre la promotion de Berwick89, elle n’apparaît absolument pas comme déterminante. Il est donc évident que Saint-Simon ne prend pas en compte la dimension juridique pour définir le Français non plus que l’étranger. Si les lettres de naturalité jouent un rôle limité dans la naturalisation effective des étrangers90, la volonté de l’auteur de les ignorer témoigne aussi de son refus de considérer la séparation Français/étranger comme le résultat d’un acte officiel émanant de la puissance souveraine. Pour lui, devenir « naturel » passe par une reconnaissance sociale sans formalisation quelconque, tandis que l’extranéité des serviteurs de la monarchie venus d’ailleurs disparaît à mesure que s’affirme la sincérité de leur fidélité au souverain français, dont l’apothéose est la mort au champ d’honneur. Sur les dix-neuf militaires étrangers cités dans les Mémoires, en général après l’annonce de leur décès, le nom de onze d’entre eux n’est accompagné d’aucune marque d’origine, malgré leur naissance hors du royaume91, comme si leur francité ne faisait plus aucun doute.

  • 92 Saint-Simon 1879-1930, t. XI, p. 134 à 147. Saint-Simon écrit « Bonsy ». L’orthographe « Bonsi », p (...)
  • 93 Smith 1999, p. 31-33.

16Plus proche de l’univers curial, le cardinal Pierre de Bonsi est un Florentin qui semble, en dehors de toute procédure juridique, avoir perdu à la fin de sa vie les attributs de son extranéité92. À sa mort, en 1703, Saint-Simon lui consacre un long portrait, dans lequel transparaît une intégration réussie. Il énumère tout d’abord ses charges et titres – archevêque de Narbonne, commandeur de l’ordre du Saint-Esprit –, puis rappelle qu’il vient d’« une des premières familles de Florence ; ils ont eu souvent les premières charges de la République et des alliances avec les Médicis ». Il relate ensuite en détail sa carrière et les qualités dont il a fait preuve comme diplomate et ecclésiastique, poursuit par une description physique et morale, et précise que Bonsi sut agir avec « esprit », « douceur », « adresse », « souplesse sans friponnerie, sans mensonge et sans bassesse ». Sa conversation ne fut « jamais recherchée et toujours charmante ». Le « petit duc » loue son action en Languedoc pour avoir négocié avec les réformés et insiste sur le fait que Bonsi bénéficia de la « faveur à la cour » et d’une « puissance en Languedoc », qui, « établie premièrement sur les cœurs, n’était contredite de personne ». Le portrait se termine par le récit de sa lutte en tant qu’archevêque contre l’intendant Nicolas de Lamoignon de Bâville et le clan de ce dernier. L’extranéité du cardinal se réduit donc au sens le plus strict : la naissance hors du royaume. Saint-Simon reste discret sur les traces d’une origine étrangère, révélée à travers la généalogie familiale et le stéréotype bienveillant d’« éminence italienne ». Il ne tarit pas d’éloges sur le parfait serviteur de l’État et courtisan modèle, dans lequel il reconnaît un représentant de cette noblesse incarnant un mérite puisé dans une solide généalogie et à la générosité désintéressée93, si chère à l’auteur. Saint-Simon se sent d’autant plus proche de lui qu’ils ont un ennemi commun en la personne de Bâville, de noblesse plus récente, à l’encontre duquel l’auteur éprouve une aversion légendaire. Le service, le mérite, l’appartenance à la haute noblesse et la maîtrise du système de la cour ont incontestablement contribué à « naturaliser » Bonsi.

  • 94 Saint-Simon 1879-1930, t. XIII, p. 234. Son engagement diplomatique en faveur de la France a provoq (...)
  • 95 Ibid., t. XXXIX, p. 155-156.
  • 96 Ibid., t. XXIV, p. 175-176.
  • 97 Labatut 1982.
  • 98 Thème réactivé depuis l’époque des guerres de religion. Voir Benoit 2010 et Crouzet 1991, p. 429.
  • 99 Saint-Simon 1879-1930, t. XXIII, p. 115-117 : le service peut être aussi scientifique dans le cas d (...)

17De plus, Saint-Simon, en associant le substantif Français à trois « étrangers », exprime clairement qu’un étranger de passage peut, par choix volontaire, obtenir la qualité de Français : Gualterio, nonce italien, est « tout François94 », et le marquis de Bedmar, bien qu’« Espagnol », a l’air « fort François95 » ; quant à Guillaume Buys, ambassadeur des Provinces-Unies à la cour de France en 1714, « le séjour qu’il fit en France le rendit tout François96 ». Ces trois individus n’avaient aucune raison d’éprouver des sentiments francophiles. Buys en particulier était au départ franchement hostile à la France. Tous les trois ont fini par défendre les intérêts du royaume après leur séjour en France, ce qui a modifié la nature de leur personne97. En effet, selon une thématique développée depuis la fin du xvsiècle, combattre au service du roi, vicaire de Dieu, incarnation de la pureté sacrée sur Terre, est un sacrifice relevant d’une violence elle-même sacrée. Au service du roi de France, les militaires accomplissent un acte de foi sacrificiel et purificateur qui transforme une partie de leur être98. C’est pourquoi on peut être « un naturel » espagnol, italien ou hollandais, puis devenir Français par le service des armes, et par son prolongement, le service diplomatique. Ces trois diplomates, Bonsi, les officiers morts au service du roi, de même que d’autres étrangers installés en France au nom du service royal99 ne font pas partie de groupes à part, du moins, ils n’en font plus partie car ils deviennent ainsi sujets du roi de France. La qualité d’étranger conférée par le lieu de naissance n’est donc en rien irréversible, elle n’est pas de nature essentialiste et s’estompe derrière les marqueurs d’une identité sociale nobiliaire partagée par l’ensemble des cours européennes, jusqu’à ce que le sang versé pour le souverain la fasse disparaître totalement dans les Mémoires.

  • 100 Voir n. 69.
  • 101 Dubost 2007, p. 151 : c’est le reflet de l’évolution de la politique monarchique de la fin du xviie(...)
  • 102 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 324.
  • 103 Ibid., t. III, p. 272 : notamment lors de son arrivée en France. Par sa mère, Anne-Marie d’Orléans, (...)
  • 104 Ibid., t. XVI, p. 250. En 1708, elle affronte une cabale menée contre son mari à la suite des déboi (...)
  • 105 Gracián 1684, p. 54.
  • 106 Chartier 1986, t. III, p. 163.
  • 107 Elias 1985, p. 108.
  • 108 Saint-Simon 1879-1930, t. V, p. 61 : il reproche aux Français leur goût pour la nouveauté.
  • 109 Elias 1985, p. 107 : « La réaction affective est […] avant tout un signe d’infériorité. »
  • 110 Villard 2008, p. 63-67.

18Si une naissance médiocre accentue le caractère, et surtout les défauts, de celui qui est né ailleurs (bien qu’ils soient sans fondement, les fantasmes de Saint-Simon sur les « viles » naissances du cardinal Mazarin et d’Alberoni100 vont dans ce sens), l’extranéité des personnages s’efface également à mesure que s’élèvent le rang et la naissance. Les étrangers en France occupant les rangs les plus élevés sont des étrangères mariées à la cour, dont Madame, princesse Palatine et duchesse d’Orléans, ainsi que Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, sont les plus illustres représentantes101. Certes, Saint-Simon ne désigne pas ces princesses comme étrangères, car, dans le droit de l’Ancien Régime, la femme suit la condition du mari. Il n’ignore pas pour autant leurs origines, surtout quand il décrit Madame comme « grossière, dangereuse à faire des sorties publiques, fort allemande dans toutes ses mœurs, et franche, ignorant toute commodité et toute délicatesse pour soi et pour les autres, sobre, sauvage et ayant ses fantaisies102 ». La duchesse de Bourgogne, dont l’auteur des Mémoires vante à de très nombreuses reprises la grâce et les gestes103, n’est italienne qu’une fois, quand elle réagit en « Italienne offensée104 ». L’extranéité réapparaît en l’absence de contrôle des émotions, que Saint-Simon lie au caractère de la nation d’origine. Or, selon B. Gracián, l’homme de cour (ce qui vaut aussi pour les femmes) doit « se maîtriser si bien que l’on ne puisse être accusé d’emportement, ni au fort de la prospérité, ni au fort de l’adversité105 ». Lieu par excellence de la civilité, la cour impose un contrôle de la représentation de soi pour les autres, une manière « strictement réglée de montrer l’identité que l’on désire se voir reconnue106 », « laissant peu de place aux manifestations affectives spontanées107 ». Il ne faut paraître ni italienne, ni allemande, ni même française108. Les normes curiales, en rationalisant les comportements, doivent faire disparaître ces emportements attribués ici à l’origine géographique car ils renvoient à une condition sociale inférieure109 et, très probablement, à la nature féminine de ces princesses. L’adoption de comportements conformes aux normes curiales ainsi que le service monarchique favorisent donc une « naturalisation taisible110 » de l’étranger venu d’ailleurs dans les Mémoires au sein de l’élite nobiliaire. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle entre ce processus d’intégration et celui de l’anoblissement. Les deux sont acceptés par Saint-Simon au moins en théorie quand ils sont fondés sur le mérite, à condition que la faveur royale n’accorde pas un rang trop élevé par rapport à la condition sociale d’origine.

  • 111 Ce qui fait écho à une tendance plus générale. Voir dans Dubost 2007, p. 165-167.
  • 112 De Madame de Sévigné à Voltaire, ce dernier étant déjà cité dans cette étude, voir n. 80. Proche de (...)
  • 113 Tallon 2002, p. 22.

19Saint-Simon inscrit donc au cœur de sa conception de l’étranger les notions de service, de fidélité et de cérémonial. L’origine géographique seule ne suffit pas à désigner une personne comme étrangère. De ce fait, l’étranger identifié et nommé comme tel dans les Mémoires prend le visage du diplomate, des princes attachés à un souverain non français, ou d’infortunés privés d’un ancrage curial. Tandis que Saint-Simon leur refuse un rang particulier à la cour de France au nom de cette seule qualité, le mariage des princesses étrangères avec des sujets français, une fidélité proclamée au roi de France, le service qui en découle ainsi que la maîtrise des codes de la cour contribuent à effacer les traces de l’origine étrangère de ces nouveaux sujets du roi de France. Inversement, la volonté des princes étrangers d’échapper à la souveraineté royale signifie pour lui la perte de la qualité de Français. Saint-Simon décrit en filigrane un processus d’intégration horizontal reposant d’une part sur l’engagement de la personne venue d’ailleurs, d’autre part sur la reconnaissance de cette intégration par la société d’accueil, indépendamment de la puissance souveraine. Une intégration discrète des étrangers, la position marginale à la cour que l’auteur accorde aux étrangers de passage, le contexte d’isolement diplomatique lié à la guerre de la Succession d’Espagne peu propice à l’établissement de liens dynastiques hors du royaume, expliquent en grande partie l’invisibilité de ces personnes dans l’œuvre du « petit duc ». Leur extranéité est d’autant moins perceptible que les accusations de type xénophobe sont quasi absentes des Mémoires111. Leur identification et le dévoilement de leur parcours, à l’image de celui du duc de Berwick, invitent à des travaux futurs plus approfondis sur ces figures. Confronter les résultats de cette étude avec les grands textes littéraires des xviie et xviiie siècles112 semble également constituer la suite logique de cette analyse. À ces sources, il faut ajouter les Mémoires dont les auteurs sont moins connus, les correspondances privées et diplomatiques parsemées de réflexions plus spontanées113, et les sources juridiques, davantage ancrées dans la pratique, afin de mettre en perspective le point de vue de Saint-Simon sur les étrangers.

  • 114 Hazard 1935.
  • 115 Castel de Saint-Pierre 1986.
  • 116 Fénelon 1873.
  • 117 Frijhoff 1999, p. 33.
  • 118 Bernardi 2014, p. 36.
  • 119 Bély 1990, p. 744-745.

20Enfin, le contexte politico-diplomatique de la période conditionne pour beaucoup le regard de l’auteur. Les tensions internationales restreignent sa tolérance envers les princes étrangers et les alliances dynastiques étrangères par souci de fidélité à la monarchie. Cette tendance est renforcée par l’héritage de sa tradition familiale, dont les stratégies plus limitées dans le royaume au service des seuls Bourbons imprègnent les Mémoires. Le mémorialiste porte cependant un regard apaisé sur les étrangers, semblable à celui de toute une partie de la noblesse française et européenne soucieuse de garantir la paix entre les nations114. À une époque où l’abbé de Saint-Pierre propose son Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe (1713)115, et où Fénelon publie les Dialogues des morts (1712)116, le cosmopolitisme apparaît comme une solution pour réconcilier les peuples et la Chrétienté après les guerres incessantes du xviie siècle117, alors que l’idée de la christianitas cède le pas à celle d’un équilibre des puissances118. Si Saint-Simon tient tant à effacer les traces d’une appartenance étrangère à la cour, ce n’est pas seulement pour protéger son rang, c’est aussi parce qu’elle est le lieu, par excellence, de la « civilisation des mœurs », celui de la pacification entre les peuples, de la rencontre apaisée avec le prochain, et donc, avec l’étranger, grâce à des valeurs aristocratiques communes et au cérémonial119. Elle offre une organisation rationnelle et idéale de la chrétienté, en réglant, voire en effaçant les différences et les différends entre les nations. Les Mémoires ne racontent pas une fermeture de la cour aux étrangers, ni la volonté d’une francisation, mais bien l’affirmation d’un cosmopolitisme européen fondé sur la fidélité aux Bourbons, les liens dynastiques à l’échelle européenne et le partage de pratiques cérémonielles communes, ce qui le distingue ainsi du cosmopolitisme des Lumières.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Castel de Saint-Pierre Charles-Irénée, 1986 [1713], Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, Paris, Fayard.

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié et al., Paris, Firmin Didot, 19 vol. 

Fénelon François de, 1873 [1712], Dialogues des morts, Paris, Belin.

Gracián Baltasar, 1684, L’Homme de cour, trad. de l’espagnol par Amelot de La Houssaie, Paris, la Veuve-Martin et Jean Boudot.

Furetière Antoine, 1690, Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye / Rotterdam, Arnout et Reinier Leers, 3 vol.

Mercure galant, 1698, vol. 9, Paris, BnF Gallica.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1879-1930, Mémoires, éd. Arthur de Boislisle, Paris, Hachette, 38 vol.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1996, Traités politiques et autres écrits, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard.

Études

Balsamo Jean, 2006, « “Voici venir d’Europe tout l’honneur” : identité aristocratique et conscience européenne au xvie siècle », dans D. Cowling (dir.), Conceptions of Europe in Renaissance France. Essays in honour of Keith Cameron, Amsterdam / New York, Rodopi, p. 21-34.

Bély Lucien, 1990, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard.

Bély Lucien (dir.), 1996, Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF.

Bély Lucien, 1999, La société des princes : xvie-xviiie siècle, Paris, Fayard.

Benoist Pierre, 2010, « Le cardinal-conseiller Charles de Lorraine, le roi et sa cour au temps des premières guerres de religion », Parlement[s], Revue d’histoire politique, HS no 3, no 6, p. 14-28.

Bernardi Bruno, 2014, « L’idée d’équilibre européen dans le jus gentium des modernes : esquisse d’histoire conceptuelle », dans A. Lilti et C. Spector (dir.), Penser l’Europe au xviiie siècle : commerce, civilisation, empire, p. 19-46.

Cerutti Simona, 2012, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Montrouge, Bayard.

Chartier Roger, 1986, « Introduction », dans P. Ariès, G. Duby (dir.), Histoire de la vie privée : de la Renaissance aux Lumières, t. III, chap. ii, Paris, Seuil, p. 161-165.

Cosandey Fanny, 2016, Le rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

Cowling David J., 2006, Conceptions of Europe in Renaissance France, Amsterdam / New York, Rodopi.

Crouzet Denis, 1991, « Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV », Revue de synthèse, vol. 112, no 3-4, p. 423-441.

Dakhlia Jocelyne, 2011, « Musulmans en France et en Grande-Bretagne à l’époque moderne : exemplaires et invisibles », dans id. et B. Vincent (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, t. I, Paris, A. Michel, p. 231-413.

Dubost Jean-François, 2007, « La cour de France face aux étrangers : la présence espagnole à la cour des Bourbons au xviie siècle », dans C. Grell, B. Pellistrandi (dir.), Les cours d’Espagne et de France au xviie siècle, p. 149-169.

Dubost Jean-François, 1996, s. v. « Étrangers en France », dans L. Bély, Dictionnaire de l’Ancien régime, p. 518-522.

Dubost Jean-François, 1997, La France italienne : xvie-xviie siècle, Paris, Aubier.

Dubost Jean-François et Sahlins Peter, 1999, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion.

Elias Norbert, 1985 [1969], La société de cour, trad. de l’allemand par P. Kamnitzer et J. Etoré, Paris, Flammarion.

Febvre Lucien, 1944, Autour de l’Heptaméron, amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard.

Ferrone Vincenzo et Roche Daniel (dir.), 1999, Le monde des Lumières, Paris, Fayard.

Frijhoff Willem, 1999, « Cosmopolitisme », dans V. Ferrone et D. Roche (dir.), Le monde des Lumières, p. 31-40.

Geevers Liesbeth et Marini Mirella (dir.), 2015, Dynastic identity in early modern Europe : Rulers, aristocrats and the formation of identities, Farnham / Burlington, Ashgate.

Girard René, 1982, Le bouc-émissaire, Paris, Grasset.

González-Bernaldo Pilar, Martini Manuela et Pelus-Kaplan Marie-Louise (dir.), 2008, Étrangers et sociétés : représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Grell Chantal et Pellistrandi Benoît (dir.), 2007, Les cours d’Espagne et de France au xviie siècle, actes de colloque (Madrid, 26-28 novembre 2001), Madrid, Casa de Velázquez.

Hazard Paul, 1935, La crise de la conscience européenne : 1680-1715, Paris, Boivin & Cie.

Herzog Tamar, 2003, Defining Nations : Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, London / New Haven, Yale University Press.

Himelfarb Hélène et Neveu Bruno, 1977, 1978, 1979, 1981, « Saint-Simon, les Jésuites et la Chine : correspondance inédite avec le P. Foucquet et le cardinal Gualterio sur les affaires chinoises », Cahiers Saint-Simon, nos 5, 6, 7, 9, p. 37-48 ; 13-30 ; 26-36 ; 17-34.

Hodson Simon, 1998, « Princes Etrangers at the French Court in the Seventeenth Century : The Grimaldi, the La Tour d’Auvergne and the La Trémoïlle », The Court Historian, vol. 3, no 1, p. 24-28.

Horowski Leonhard, 2012, Die Belagerung des Thrones : Machtstrukturen und Karrieremechanismen am Hof von Frankreich (1661-1789), Ostfildern, J. Thorbecke.

Johnson Christopher H., Teuscher Simon et Sabean David Warren, 2011, Transregional and Transnational Families in Europe and Beyond : Experiences Since the Middle Ages, New York / Oxford, Berghahn Books.

Kmec Sonja, 2010, Across the Channel : Noblewomen in the Seventeenth-Century France and England  ; a Study of the Lives of Marie de La Tour “Queen of the Huguenots” and Charlotte de La Trémoïlle, Countess of Derby, Trier, Kliomedia.

Labatut Jean-Pierre, 1982, « Patriotisme et noblesse sous le règne de Louis XIV », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXIX, no 4, p. 622-634.

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1983, « Auprès du roi, la cour », Annales, no 38-1, p. 21-41.

Le Roy Ladurie Emmanuel et Fitou Jean-François, 1997, Saint-Simon ou Le système de la Cour, Paris, Fayard.

Lilti Antoine et Spector Céline (dir.), 2014, Penser l’Europe au xviiie siècle : commerce, civilisation, empire, Oxford University Studies in the Enlightenment, Oxford, Voltaire Foundation.

Merlotti Andrea, 2014, « La courte enfance de la duchesse de Bourgogne (1685-1696) », dans Marie-Adélaïde de Savoie (1685-1712) : duchesse de Bourgogne, enfant terrible de Versailles, actes du colloque international (Bruxelles, 17-18 octobre 2013), éd. F. Preyat, avec J.-Ph. Huys, Études sur le xviiie siècle, no 41, Bruxelles, université de Bruxelles, p. 29-46.

Milza Pierre, 2007, Voltaire, Paris, Perrin.

Oresko Robert, Gibbs G. C. and Scott H. M. (dir.), 1997, Royal and Republican Sovereignty in Early Modern Europe : Essays in Memory of Ragnhild Hatton, Cambridge, Cambridge University Press.

Oresko Robert, 1997, « The House of Savoy in search for a royal crown in the seventeenth century », dans R. Oresko, G. C. Gibbs and H. M. Scott (dir.), p. 272- 350.

Oresko Robert, 1996, s.v. « Princes étrangers », dans L. Bély, Dictionnaire de l’Ancien Régime, p. 1019-1020.

Plaisant François-Marcel, 1988, « Saint-Simon diplomate », Cahiers Saint-Simon, no 16, p. 7-29.

Planas Natividad, 2013, « L’Agency des étrangers : de l’appartenance locale à l’histoire du monde », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 60-1, p. 37-56.

Roche Daniel, 2002, « L’étranger insaisissable (xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome, no 114-2, p. 837-874.

Rohan-Chabot Alix de, 1990, Le maréchal de Berwick : une épée anglaise au service des Bourbons, Paris, Albin Michel.

Rohrschneider Michael et Strohmeyer Arno (dir.), 2007, Wahrnehmungen des Fremden : Differenzerfahrungen von Diplomaten im 16. und 17. Jahrhundert, Münster, Aschendorff.

Sahlins Peter, 2000, « La nationalité avant la lettre : les pratiques de naturalisation sous l’Ancien Régime », Annales, vol. 55-5, p. 1081-1108.

Sanson Aurélie, 2001, Les étrangers en France dans les Mémoires de Saint-Simon 1696-1715, mémoire de maîtrise dirigé par Jean-François Dubost, université de Caen.

Sanson Aurélie, 2005, L’altérité dans les Mémoires de Saint-Simon, mémoire de DEA Histoire et civilisations dirigé par Jean-François Dubost, université Paris-Est Créteil.

Schnakenbourg Éric, 2008, « Nommer l’étranger aux xvie et xviie siècles : sauvages des Antilles et barbares de Moscovie, interprétation d’une distinction sémantique », dans P. González-Bernaldo, M. Martini et L. M. Pelus-Kaplan (dir.), p. 223-232.

Smith Jay M., 1999 [1996], The Culture of Merit : Nobility, Royal Service, and the Making of Absolute Monarchy in France, 1600-1789, Ann Arbor, The University of Michigan Press.

Solnon Jean-François, 1987, La cour de France, Paris, Fayard.

Spangler Jonathan, 2009, The Society of Princes : The Lorraine-Guise and the Conservation of Power and Wealth in Seventeenth-Century France, Farnham, Ashgate.

Spangler Jonathan, 2011, « Those in Between, princely families on the margins of the great powers, The Franc-German frontier, 1477-1830, dans C. H. Johnson, S. Teuscher et D. W. Sabean, p. 131-154.

Stefanovska Malina, 1998, Saint-Simon, un historien dans les marges, Paris, H. Champion.

Subrahmanyam Sanjay, 2013, Comment être un étranger : Goa-Ispahan-Venise, xvie-xviiie siècle, Paris, Alma éditeur.

Tallon Alain, 2002, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle, Paris, PUF.

Vallin Philippe, 2000, Le prochain comme tierce personne dans la théologie de la création chez saint Thomas d’Aquin, Paris, Vrin.

Villard Renaud, 2008, « L’étranger au miroir du Prince : l’invention d’une catégorie dans l’Italie du xvie siècle », dans P. González-Bernaldo, M. Martini et L. M. Pelus-Kaplan (dir.), p. 63-75.

Wrede Martin, Hourcade Emmanuel et Latty Lionel, 2013, « Autonomie nobiliaire, mémoire familiale et pouvoir du souverain sous Louis XIV », Revue historique, no 667-3, p. 575-600.

Zum Kolk Caroline, Boutier Jean, Klesmann Bernd, Moureau François (dir.), 2014, Voyageurs étrangers à la cour de France (1589-1789) : regards croisés, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Versailles, Centre de recherche du château de Versailles.

Haut de page

Notes

1 Febvre 1944, p. 8.

2 Ce texte est la version remaniée et actualisée d’une communication présentée en 2011 aux journées d’études du Centre de recherche du château de Versailles, dans le cadre du programme de recherche dirigé par Jean-François Dubost : « Qu’est-ce qu’un étranger à la cour de France ? : redéfinition et affirmation d’une catégorie dans la France du Grand Siècle » ; plusieurs contributions liées à ce programme ont enrichi la présente étude.

3 Le regard des étrangers sur la cour de France a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années. Voir Zum Kolk 2014 et Rohrschneider et Strohmeyer 2007.

4 Les Mémoires sont tout de même rédigés trois décennies après les faits.

5 Febvre 1944, p. 9-10.

6 Le Roy Ladurie et Fitou 1997, et voir dans Le Roy Ladurie 1983 le parallèle avec les conceptions de Madame, princesse Palatine, très proches du mémorialiste.

7 Le Roy Ladurie et Fitou 1997, Le Roy Ladurie 1983, Solnon 1987.

8 Horowski 2012, p. 22.

9 Cosandey 2016, p. 15.

10 Processus expliqué dans Dubost 2007, p. 156.

11 En 1696, les négociations reprennent en vue du traité de Ryswick ; l’année 1715 marque la fin d’une intense activité diplomatique dans l’Europe recomposée après la guerre de la Succession d’Espagne. Ces bornes respectent également la cohérence des Mémoires. Jusqu’en 1715, Saint-Simon est observateur. Sous la Régence, il est acteur ; en témoigne son ambassade extraordinaire en Espagne. La rédaction même de l’œuvre s’en trouve modifiée. Voir Plaisant 1988, p. 17. Il sera fait appel à quelques passages hors de ces bornes dans la mesure où ils éclairent et complètent l’étude.

12 Je me permets de citer mes propres travaux sur le sujet : Sanson 2001 et 2005.

13 Voir les deux entrées du substantif « estranger » dans le Dictionnaire de Furetière 1690, où il est aussi bien celui qui est né dans une « nation », un autre pays, que celui qui appartient à une autre famille ou maison.

14 Rohan-Chabot 1990 : Jacques Fitzjames Stuart, duc de Berwick, est le fruit des amours illégitimes d’Arabella Churchill et du roi d’Angleterre Jacques II, avec lequel il se réfugia à la cour jacobite de Saint-Germain-en-Laye à la suite de la glorieuse révolution, en 1688. En France, il fut duc et pair ; en Espagne, il reçut le titre de grand. Il s’illustra sur les champs de bataille, devint maréchal de France en 1706, remporta une suite de victoires décisives, dont celle d’Almansa en 1707. Il siégea également au Conseil de Régence, ce à quoi l’extrait qui suit fait allusion. Il mourut lors du siège de Philippsbourg en 1734.

15 Saint-Simon 1879-1930, t. XXXVII, p. 187. Il s’agit de l’édition des Mémoires d’A. de Boislisle. L’orthographe de cette édition a été conservée dans les citations.

16 En dépit de tous les passages des Mémoires franchement hostiles au duc de Berwick, Saint-Simon entretient avec lui des relations sincères d’amitié. Saint-Simon 1879-1930, t. LX, p. 226.

17 Roche 2002, p. 837 ; Dakhlia 2011 ; Caroline Zum Kolk déplore à juste titre que les mémorialistes et épistoliers de la cour ne mentionnent que les étrangers considérables. Zum Kolk 2014, p. 339.

18 Cerutti 2012.

19 Il en oublie sa bâtardise, constamment dénoncée par ailleurs ; Saint-Simon 1879-1930, t. XXVIII, p. 125 : « le duc de Berwick, que son mérite seul n’eût jamais avancé sans la transcendance de sa qualité de bâtard ».

20 Planas 2013, p. 38, en référence à la démarche adoptée dans Cerutti 2012 et Subrahmanyam 2013.

21 Les expressions comme « une matière étrangère », Saint-Simon 1879-1930, t. XXII, p. 16, ont été exclues de l’étude.

22 Ibid., t. V, p. 356-357 : voir l’affaire du « pour ».

23 Plaisant 1988, p. 7-29.

24 Saint-Simon 1879-1930, t. XXIII, p. 286-287. Une folle étrangère et pas une folle italienne, bien qu’il lui attribue des origines bolonaises. Même folle, elle suit d’abord la qualité de son mari ministre étranger.

25 Ibid., t. XXI, p. 128 : après la mort de Monseigneur, le roi reçoit en premier les compliments des « ministres étrangers » pour le nouveau dauphin.

26 Voir les références en bibliographie pour connaître la composition et l’histoire de ces maisons. Les Savoie-Carignan ne sont plus à la cour à cette époque.

27 « Mémoire sur les maisons de Lorraine, de Rohan et de La Tour », dans Saint-Simon 1996. Il ne s’attarde pas sur les princes de Monaco, estimant, p. 43, que cette maison a obtenu son titre princier trop récemment pour avoir commis des félonies. Les La Trémoïlle jouissent à la cour du rang de princes étrangers de fait, mais ce privilège ne fut jamais enregistré par le Parlement, à l’inverse des autres familles susnommées. Pour plus de détails, voir Kmec 2010, p. 209-210. C’est une des raisons pour lesquelles ils sont absents du mémoire de 1710, qui est d’abord un écrit politique, tout en occupant le rang de princes étrangers dans les cérémonies décrites dans les Mémoires.

28 Saint-Simon 1996, p. 78.

29 Ibid., p. 50

30 Ibid., p. 44, 45. Pour Saint-Simon, les La Tour d’Auvergne ne sont les souverains que de « quelques sangliers dans les Ardennes ».

31 Ibid., p. 48.

32 Ibid., p. 74. Les Lorrains font l’objet de nombreuses digressions dans les Mémoires et dans ce mémoire de 1710. Noter la position ambiguë du duché de Lorraine. Saint-Simon 1879-1930, t. VI, p. 25, parle d’usages ayant cours « en Allemagne, dont la Lorraine tient fort sans en être ».

33 Saint-Simon 1879-1930, t. III, p. 23 : Monaco est « au demeurant, la souveraineté d’une roche, du milieu de laquelle on ne peut, pour ainsi dire, cracher hors de ses étroites limites ». Voir, au sujet des princes étrangers, les digressions de Saint-Simon 1879-1930, t. XX, p. 15 à 63.

34 Dénoncée par Hodson 1998, p. 26.

35 Geevers et Marini 2015.

36 Oresko 1996 et 1997. En règle générale et sans entrer dans les cas particuliers, la souveraineté peut non seulement être obtenue à travers l’octroi de droits, mais aussi découler de possessions détenues hors des limites du royaume de France (Sedan, Bouillon pour les La Tour), ou d’une souveraineté potentielle pour les cadets de maisons souveraines (Lorraine et autres branches). Elle peut aussi provenir d’une revendication sur un territoire souverain transmis en héritage (Les La Trémoïlle sur le royaume de Naples) ou d’un territoire anciennement souverain (Rohan et le duché de Bretagne).

37 Hodson 1998, Kmec 2010, Spangler 2009.

38 Spangler 2011, p. 143 et Hodson 1998, p. 27.

39 Deux exemples : Emmanuel Théodose, cardinal de Bouillon, a eu la charge de Grand Aumônier ; le prince de Lorraine, comte d’Armagnac est Grand Écuyer. Les dynasties de princes étrangers conservent en général ces charges auliques.

40 Un leitmotiv dans le mémoire de 1710. Saint-Simon juge sévèrement le rôle des Guises dans la Ligue au xvie siècle et celui d’autres familles lors de la Fronde.

41 Voir n. 33. En 1711, le cardinal de Bouillon perd son titre de prince étranger et tous ses biens en France après un procès en félonie, puis le roi met fin à toute prétention souveraine du reste de la famille. Voir Wrede, Hourcade et Latty 2013, p. 593.

42 Saint-Simon 1996, p. 56 : il voit dans le cardinal de Rohan le successeur du cardinal de Bouillon dans le domaine des trahisons et usurpations en raison de la précocité de leurs carrières respectives.

43 Charles de France, duc de Berry. Voir les citations sur le mariage étranger dans l’annexe 1 pour le t. XIX. Cette union à l’intérieur de la maison de Bourbon contraste avec celles de ses frères, le duc de Bourgogne et le duc d’Anjou, devenu le roi Philippe V d’Espagne. Les deux avaient en effet épousé les filles du duc de Savoie.

44 Saint-Simon veut ce mariage « Bourbon-Bourbon » et se décrit comme un acteur décisif de sa conclusion. Il adopte une stratégie dynastique similaire plus tard sous la Régence au moment des mariages croisés entre les cours de France et d’Espagne.

45 Saint-Simon 1879-1930, t. XIV, p. 99.

46 Bély 1999, p. 17.

47 Saint-Simon 1879-1930, t. VII, p. 303. Monseigneur, le fils de Louis XIV, invoque cet aspect de l’extranéité pour défendre l’héritage du duc d’Anjou, son fils, car « une guerre se pousseroit moins et se termineroit toujours plus aisément et plus heureusement avec un roi du même sang qu’avec un étranger, et de la maison d’Autriche ». Rappelons que la mère de Monseigneur est Marie-Thérèse d’Autriche, dont la sœur épousa l’empereur Habsbourg Léopold Ier.

48 Ibid., t. V, p. 366. Les princes cités effectuent probablement leur « grand tour ».

49 Mercure galant, septembre 1698, p. 213-214.

50 L’incognito évite aussi aux princes de perdre leur rang. Voir Bély 1999, p. 469. Qu’il s’agisse de l’incognito des Électeurs cités ici, des ducs de Lorraine et de Mantoue, et même de Rákóczi (« Ragotzi » dans les Mémoires), ce dernier étant parent de la marquise de Dangeau, l’épouse de l’auteur du fameux Journal, tous ont des liens de parenté à la cour.

51 L’intégralité des étrangers ainsi désignés par l’auteur pourrait faire l’objet d’une analyse poussée. Nous avons retenu les deux les plus exemplaires pour ne pas alourdir l’étude.

52 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 185-186.

53 Ibid., t. IX, p. 93. Marie-Anne de La Trémoïlle, princesse de Chalais puis duchesse de Bracciano, dite la princesse des Ursins.

54 Girard 1982, p. 35-36.

55 Voir n. 15.

56 Auquel il cède sa grandesse et son titre de duc de Liria. Voir Rohan-Chabot 1990, p. 285.

57 Saint-Simon 1879-1930, t. VII, p. 115. L’endogamie des étrangers est considérée dans les communautés locales espagnoles comme un frein à leur intégration : Herzog 2003, p. 12.

58 Certains emplois nécessiteraient un travail plus approfondi que le cadre de l’étude ne nous autorise pas car ils ne concernent pas directement l’univers aulique français. Saint-Simon raconte dans le t. VII, p. 86 les difficultés d’un « étranger » pour être admis coadjuteur à Strasbourg, pourtant française mais dont le chapitre est composé d’Allemands. Quel sens donner à « étranger » ? De même, il n’est pas question des « étrangers » à la cour d’Espagne, dont l’auteur fait partie du fait de sa grandesse et de son ambassade.

59 Il n’est d’ailleurs pas aisé de déterminer dans quelle mesure ces étrangers sont de passage ou pas, d’où l’absence de dénombrement précis.

60 Sanson 2001, p. 9.

61 Sahlins 2000, p. 1096.

62 Saint-Simon 1879-1930, t. XXV, p. 160-162.

63 Voir supra.

64 Saint-Simon 1879-1930, t. XIV, p. 389.

65 Le Roy Ladurie 1983, p. 30.

66 Dubost 1997, p. 320-323.

67 Voir infra.

68  Saint-Simon 1879-1930, t. VIII, p. 299-300.

69 Ibid., t. XXVII, p. 3 : le cardinal Mazarin est « un étranger de la lie du peuple » à « la vile et étrangère extraction » ; dans le t. XVI, p. 228-229, Alberoni est aussi de la « lie » du peuple. Si on perçoit ici des relents de la xénophobie du xviie siècle et un « recyclage » des mazarinades, ils restent très isolés dans les Mémoires. Voir aussi infra le portrait de Bonsi, parfait exemple du stéréotype bienveillant de l’Italien.

70 Ibid., t. XIII, p. 287-289.

71 Sanson 2005, p. 139.

72 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 154 : Lucifer est la seule divinité du cardinal de Bouillon.

73 Dubost 2007, p. 165-167.

74 Saint-Simon 1879-1930, t. VI, p. 139-140. Moscovites et Turcs apparaissent dans des années ultérieures.

75 Schnakenbourg 2008, p. 230-231.

76 Ibid.

77 Balsamo 2006, p. 33-34.

78 Il les a découvertes lors de sa captivité en Angleterre : Dakhlia 2011, p. 277.

79 Sanson 2005, p. 11, et Vallin 2000, p. 12.

80 Citation tirée de Milza 2007, p. 727. Voltaire oppose d’ailleurs le « Turc » à Catherine II de Russie. Remarquons qu’en 1771 Voltaire intègre la Russie dirigée par une souveraine éclairée dans l’Europe civilisée.

81 Saint-Simon suit de près leur action en Chine. Voir Himelfarb et Neveux de 1977 à 1981.

82 Saint-Simon 1879-1930, t. XI p. 192. Il est question des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit et de la présence des Guises dans cet ordre.

83 Dubost 1996, p. 519.

84 Dubost et Sahlins 1999, p. 64-66.

85 Saint-Simon 1879-1930, t. V, p. 403 : il ne refuse pas non plus l’accès des étrangers aux bénéfices ecclésiastiques, qui leur est théoriquement refusé sans lettres de naturalité. Il défend ainsi Malachie, Savoyard, désigné par Rancé pour lui succéder à la Trappe.

86 Dangeau 1854-1860, t. XIII, p. 392. La cour est alors endeuillée par la mort de Monseigneur. Avec le grand manteau, Berwick porte le deuil selon un usage curial français.

87 Stefanovka 1998.

88 Saint-Simon 1879-1930, t. XXI, p. 128

89 Voir n. 15.

90 Dubost et Sahlins 1999, p. 328-330 : dans la pratique, la lettre de naturalité n’efface pas la qualité d’étranger.

91 Sanson 2001, p. 36.

92 Saint-Simon 1879-1930, t. XI, p. 134 à 147. Saint-Simon écrit « Bonsy ». L’orthographe « Bonsi », plus répandue, a été ici retenue.

93 Smith 1999, p. 31-33.

94 Saint-Simon 1879-1930, t. XIII, p. 234. Son engagement diplomatique en faveur de la France a provoqué sa naturalisation en 1711, totalement ignorée par Saint-Simon.

95 Ibid., t. XXXIX, p. 155-156.

96 Ibid., t. XXIV, p. 175-176.

97 Labatut 1982.

98 Thème réactivé depuis l’époque des guerres de religion. Voir Benoit 2010 et Crouzet 1991, p. 429.

99 Saint-Simon 1879-1930, t. XXIII, p. 115-117 : le service peut être aussi scientifique dans le cas de Cassini, « le plus habile mathématicien et le plus grand astronome de son siècle », ou du médecin Helvétius, ibid., t. VIII, p. 92-94.

100 Voir n. 69.

101 Dubost 2007, p. 151 : c’est le reflet de l’évolution de la politique monarchique de la fin du xviie siècle à l’égard des étrangers qui ne viennent plus occuper de grandes charges à la cour, tandis que les princesses étrangères continuent à y venir pour s’y marier. Madame, fille de l’Électeur palatin, est une Wittelsbach et l’épouse du frère du roi ; la duchesse de Bourgogne, fille du duc de Savoie, a épousé le premier petit-fils de Louis XIV en 1696.

102 Saint-Simon 1879-1930, t. XXVI, p. 324.

103 Ibid., t. III, p. 272 : notamment lors de son arrivée en France. Par sa mère, Anne-Marie d’Orléans, elle est la petite-fille de Monsieur, le frère du roi. Merlotti 2014, p. 42 : elle a reçu une éducation très française dans la perspective d’un mariage princier français.

104 Ibid., t. XVI, p. 250. En 1708, elle affronte une cabale menée contre son mari à la suite des déboires militaires de celui-ci.

105 Gracián 1684, p. 54.

106 Chartier 1986, t. III, p. 163.

107 Elias 1985, p. 108.

108 Saint-Simon 1879-1930, t. V, p. 61 : il reproche aux Français leur goût pour la nouveauté.

109 Elias 1985, p. 107 : « La réaction affective est […] avant tout un signe d’infériorité. »

110 Villard 2008, p. 63-67.

111 Ce qui fait écho à une tendance plus générale. Voir dans Dubost 2007, p. 165-167.

112 De Madame de Sévigné à Voltaire, ce dernier étant déjà cité dans cette étude, voir n. 80. Proche de l’auteur, courtisan à ses heures et représentant la génération suivante, il laisse transparaître dans sa correspondance des éléments d’évolution et de permanence par rapport aux Mémoires.

113 Tallon 2002, p. 22.

114 Hazard 1935.

115 Castel de Saint-Pierre 1986.

116 Fénelon 1873.

117 Frijhoff 1999, p. 33.

118 Bernardi 2014, p. 36.

119 Bély 1990, p. 744-745.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sanson Aurélie, « Les figures de l’étranger dans les Mémoires de Saint-Simon : comment peut-on être étranger à la cour ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 30 avril 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17749 ; DOI : 10.4000/crcv.17749

Haut de page

Auteur

Sanson Aurélie

Professeur agrégé, chargée de cours à l’université de Strasbourg, Aurélie Sanson est titulaire d’un DEA Histoire et civilisations, soutenu à l’université Paris-Est Créteil sous la direction de Jean-François Dubost. Elle a, au travers de ses recherches sur l’altérité dans les Mémoires de Saint-Simon, continué la réflexion amorcée dans son mémoire de maîtrise sur les étrangers en France dans la même œuvre sous Louis XIV. Ses travaux se sont orientés vers une thèse portant sur les princes allemands dans la mouvance française au Grand Siècle avec, comme axe de recherche, la question de la construction des identités.
Aurélie Sanson is an associate professor and lecturer at the University of Strasbourg. She gained a Master of Advanced Studies in History and Civilization from the University Paris-Est Créteil, under the supervision of Jean-François Dubost. With her research on otherness in the Mémoires of Saint-Simon, she has continued examining foreigners in France under Louis XIV in that memoir, work begun in her Master’s thesis. Her research is focused on the study of German princes in relation to the French monarchy in the seventeenth century, organized around the question of the construction of identities.
aurelie.sanson@espe.unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals