Navigation – Plan du site
2019

Les tentes de guerre de Louis XV : résidences royales éphémères aux armées (1744-1747)

The Campaign Tents of Louis XV: The Army’s Ephemeral Royal Residences (1744–1747)
Paul Bastier

Résumés

Pendant la guerre de la Succession d’Autriche, en 1744, Louis XV se met à la tête de ses armées en Flandres. Imitant à la lettre l’exemple de Louis XIV et s’inspirant du modèle de castramétation ottoman, la cour de Versailles connaît alors une métamorphose martiale et se voit véritablement transposée dans chacun des quartiers du roi. Un environnement luxueux et marqué par le cérémonial et l’étiquette est maintenu en campagne par l’installation d’un immense ensemble de tentes dorées et richement décorées, comme la tente salle des gardes, la tente antichambre, la tente salle à manger, ou encore la tente salle des ambassadeurs, la tente chapelle et les nombreuses tentes de la suite domestique du roi de France. Les plus spectaculaires des tentes du roi sont la tente turque, objet prestigieux offert à Louis XV par la Sublime Porte, et les majestueuses maisons de bois, entourées d’une enceinte de toile, qui incarnent les appartements privés du souverain : chambre du roi, garde-robe, chambre du Conseil. Les courtisans, ministres et ambassadeurs disposent leurs tentes auprès de celles du monarque, sous la supervision de l’intendant d’armée, du grand maréchal des logis de la Maison du roi, de la Prévôté de l’Hôtel et de celle de l’armée, formant un riche et vaste camp, véritable résidence royale éphémère.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie tout particulièrement M. le professeur Olivier Poncet d’avoir encouragé et permis la rédaction et publication de cet article, ainsi que M. le professeur Olivier Chaline pour ses directives dans le cadre ma thèse d’École. Je tiens encore à exprimer toute ma reconnaissance au professeur Yves-Marie Bercé, de l’Institut, pour son autorisation de consulter les manuscrits inédits des Mémoires du duc de Croÿ-Solre, ainsi qu’à MM. les conservateurs Thierry Sarmant et Bertrand Fonck pour leur aide et leurs conseils précieux.

Introduction

  • 1 « As an institution whose shape varies with the seasons and with political developments, capable of (...)

1Rares sont les évocations du quotidien de Louis XV parmi ses troupes qui émanent des mémorialistes ou des historiens. Ce constat pourrait laisser penser que la présence du roi à l’armée ne s’entoure d’aucun cérémonial et revêt un caractère spartiate. Pourtant, il n’en est rien. Olivier Chaline a souligné combien reste encore peu considéré, en France, ce visage de la cour, institution protéiforme, qu’est le quartier du roi, à l’armée1.

  • 2 Atasoy 2000.
  • 3 Ibid., p. 15-16.
  • 4 Candréus 2007, p. 9-39.
  • 5 Nous excluons ici le cas bien particulier des prises de guerre et trophées des Habsbourg et de leur (...)
  • 6 Un projet de recherche mené par Alden Gregory, intitulé « Portable Palaces : Royal Tents and Timber (...)
  • 7 L’expression semble avoir été employée pour la première fois par Hedda Reindl-Kiel. Atasoy 2000, p. (...)
  • 8 Logements ou maisons de bois.
  • 9 Beaugrand-Fortunel, De Louis XVI à Vincent Auriol. Le fonds du mobilier de campagne des souverains (...)
  • 10 Lazaj (dir.) 2014.

2Or, l’étude des tentes de guerre des monarques européens à l’époque moderne comme attribut de pouvoir et siège d’un cérémonial de cour martial est un domaine de recherche récemment entièrement renouvelé. Citons en particulier les travaux de Nurhan Atasoy2 sur les tentes ottomanes, qui démontrent notamment l’existence d’un parallèle entre le complexe des tentes et l’architecture du palais de Topkapı, résidence par excellence du sultan à Istanbul3. Les travaux de Cécilia Candréus4, sur l’influence turque dans la confection des tentes royales suédoises sous Charles XI, quant à eux, prouvent de manière convaincante une certaine diffusion en occident du modèle de castramétation ottoman5. Les recherches d’Alden Gregory6 sur les logements de bois et les tentes des Tudor révèlent l’importance symbolique militaire des portable palaces7 que sont les timber lodgings8, en dépit de leur caractère éphémère. La thèse de doctorat de Justin Beaugrand-Fortunel9 sur le mobilier de campagne des souverains et chefs d’État français de la fin du xviiie siècle à la ive République nous éclaire enfin sur la postérité de ces camps, en particulier sous le Premier Empire10.

3La cour de France de Louis XV aux armées est ainsi avant tout la transposition en campagne d’une résidence royale. Comme chez les autres nations européennes, cette transposition éphémère repose sur un ensemble de tentes, d’une part, et de « maisons de bois », d’autre part, que nous étudierons dans un chapitre particulier. De même que l’étiquette et les charges de la cour avaient connu une cristallisation au xviie siècle, l’organisation de la cour de France aux armées se voit transformée sous le règne de Louis XIV.

  • 11 Paris, Archives nationales (désormais AN) O1 277, p. 30-33, et Poitiers, bibliothèque universitaire (...)
  • 12 AN, O277, p. 30-33. État de la France 1749, t. II, p. 260-261.
  • 13 En 1667, la charge est intitulée « concierge des tentes de la cour de Sa Majesté ». État de la Fran (...)
  • 14 Valet de chambre ordinaire du roi de 1669 à 1697, date de sa mort. Da Vinha 2004, p. 465.
  • 15 « Duru, concierge de mes tentes ». AN, O1 277, p. 29.
  • 16 Valet de chambre ordinaire du roi à partir de 1697. Da Vinha 2004, p. 465.
  • 17 AN, 463 AP 1.

4Les années 1666 et 1667 sont décisives pour l’établissement d’une réglementation et d’un personnel strictement attachés au service du roi et de la vie de la cour aux armées. La mise en vigueur du règlement du 11 mai 1667 à Saint-Germain-des-Prés, « pour l’ordre que Sa Majesté veut être observé dans la marche des officiers de sa Maison11 », définit l’organisation des marches de la Maison domestique aux armées, tandis que la création des charges de vaguemestre, le 15 mai 166712, et surtout de capitaine-concierge et garde général des tentes et pavillons de guerre13, la même année, vient parfaire le nouveau modèle d’organisation de la Maison domestique en campagne. Cette dernière charge avait été créée en faveur de Pierre Duru le père14, qui participe notamment à la campagne de 167315. C’est son fils, Pierre Duru16, qui lui succède, en 1697, jusqu’à sa mort, en 173517.

  • 18 Cornette 2000, p. 307.

5Les tentes du roi sont un élément extrêmement important de la geste du roi aux armées et une démonstration de splendeur et de puissance18. Le marquis de Saint-Maurice évoque cet état de fait avec éloquence, en 1669, et tant pis si ces tentes magnifiques sont parfois saturées d’une atmosphère étouffante :

  • 19 Saint-Maurice 1911-1912, p. 320, 5 juillet 1669, au camp de Saint-Sébastien, établi entre la forêt (...)

[…] quand j’entrai dans la tente où était le roi, il m’aborda et me dit que nous y aurions chaud, je lui répondis que l’on le considérait peu quand on avait l’honneur d’être auprès de lui, que je savais combien ses tentes étaient commodes et pompeuses depuis l’avantage que j’avais eu de le suivre en Flandre19.

  • 20 Ibid., p. 71, le 16 juin 1667.
  • 21 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 243, le 22 mars 1694.

6Tous sont frappés, dès la campagne de 1667, par la majesté des tentes de Louis XIV : « Les tentes du roi sont les plus superbes et les plus spacieuses que l’on puisse voir et toutes doublées de damas ou satinade20. » Ce n’est qu’avec les difficultés de la guerre de la ligue d’Augsbourg, que l’on abandonne la fourniture de tentes aux grands officiers et que l’on réduit drastiquement les équipages21.

  • 22 Lefèvre d’Ormesson 1861, t. II, p. 462, le 26 août 1666.
  • 23 Montpensier 1858-1859, t. IV, p. 43.

7Les tentes de guerre de Louis XIV sont produites en 1666, et déployées en août, à Fontainebleau, pour la première fois, en prévision de la guerre de Dévolution à venir : « La cour est à Fontainebleau […]. L’on dit que toutes les dames doivent camper trois jours, et que le roy a fait faire des tentes de toutes les couleurs22. » Quelque temps plus tard, la Grande Mademoiselle observe : « Aussitôt après Pâques [1666], le roi fit tendre ses tentes dans la garenne de Saint-Germain ; elles étoient toutes neuves et parfaitement belles : les appartements étoient fort beaux ; il y donna une grande fête ; on étoit un monde infini à table23 ». Pour apprécier l’éclat du quartier du roi, il convient de se reporter à la toile de Van der Meulen figurant les tentes du roi à Fontainebleau (fig. 1).

Fig. 1 : Adam-François Van der Meulen, Vue du château de Fontainebleau du côté des parterres en 1669, XVIIe siècle, huile sur toile, 534 x 955. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4343.

Fig. 1 : Adam-François Van der Meulen, Vue du château de Fontainebleau du côté des parterres en 1669, XVIIe siècle, huile sur toile, 534 x 955. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4343.

Une représentation des tentes de Louis XIV à Fontainebleau. On remarque des détails semblables aux tentes de Louis XV : ces couloirs de communication rappellent que les deux maisons de bois étaient reliées l’une à l’autre au quartier du roi, par « deux bouts de marquise de coutil servant de jonctions aux deux maisons de bois, sçavoir, une de dix pieds et l’autre de quatre pieds six pouces, les ornements peints et dorés ».

© Paul Bastier

  • 24 AN, O2815, fo 111.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Paul Goujon dit « La Baronnière », peintre des Bâtiments (?-1690).
  • 28 Une tente est un certain type de pavillon, dont la principale caractéristique est d’être plus longu (...)
  • 29 Un pavillon est caractérisé par son plan carré ou circulaire, et son sommet conique. C’est, semble- (...)
  • 30 « Il se dit aussi d’une petite tente qui est faite en forme de toit, et qui n’a point de murailles (...)
  • 31 AN, O2815, fo 113.
  • 32 Saint-Maurice 1911-1912, p. 106, le 18 août 1667.
  • 33 AN, O1 277, p. 24.

8Le paiement de la majeure partie de ces tentes est effectué en 1667 et reporté sur les registres de l’Argenterie de la Chambre. La réalisation de cet ensemble a été confiée à des artisans parisiens. Le marchand tapissier Louis Prozelle livre ainsi, pour 4 744 livres, un ensemble de 6 tentes tenant lieu d’appartements de Louis XIV, et 4 tentes et 18 pavillons pour le logement des officiers de la Maison domestique24. Par ailleurs, Nicolas de Laubel, maître tapissier, fournit, pour 2 686 livres, « 24 grandes tentes des écuryes, 16 canonnières et 19 pans de muraille25 ». Il faut encore compter avec pas moins de 47 pavillons carrés et quelque 24 canonnières de complément livrés par Claude Coquel et Nicolas Morand, tapissiers, au prix de 2 183 livres26. Le décor extérieur des tentes, tel qu’on peut le reconstituer, est en partie réalisé par un peintre des Bâtiments du roi, Paul Goujon27, maître peintre à Paris, qui reçoit la somme de 1 983 livres « pour son payement de plusieurs ornemens de peintures, et avoir peint sur 133 tentes28, pavillons29, […] cannonières30, et avoir fourny pour mettre au dessus desdits pavillons 47 tant fleurs de lis, soleils, que girouettes […] de fer blanc doré et 58 boulles aussy dorées, le tout pour le service de Sa Majesté suivant sa quittance du 27 mai 1667, controllée le 13 octobre31 ». Une partie de ces tentes a pu disparaître au camp devant Lille, en 1667 : le feu prend au logement du roi et anéantit tout le mobilier qui s’y trouvait32. En 1671, on dépense « 15 000 livres pour 7 tentes neuves33 » pour compléter l’ensemble.

  • 34 Ce camp a fait l’objet récemment d’un séminaire par Guy Rowlands intitulé « Glamping with Guns : Lo (...)
  • 35 Voir notamment Mauvillon 1741, t. II, p. 240-271.
  • 36 Ibid., p. 271.

9En 1698, l’une des démonstrations les plus abouties de la magnificence militaire sous Louis XIV est le camp de Compiègne34, qu’imitent, au camp de Mühlberg, en 1730, Frédéric-Auguste de Saxe et Frédéric-Guillaume Ier de Prusse35 : « Bien des gens qui avoient vu le camp de Compiègne, et qui étoient à celui de Mühlberg, assuroient que ce dernier étoit beaucoup plus beau ; mais d’autres soutenoient que l’on mangeoit mieux au premier36. » Le pavillon du prince saxon y est une véritable résidence royale éphémère, gardée, à l’extérieur, par des janissaires, selon le modèle ottoman :

  • 37 Ibid., p. 243.

Le plein-pié du pavillon contenoit plusieurs appartemens, corridors et galleries, dont les fenêtres avoient vue sur le camp. L’étage du dessus étoit distribué en divers appartements, au milieu desquels on avoit pratiqué une grande salle, dont les quatre principales croisées étoient revêtues de balcons. Tout ce bâtiment, qui étoit peint, pouvoit aisément contenir quatre mille personnes. Le frontispice étoit à la mansarde, et le toit étoit surmonté de deux étendarts, représentant un échiquier, avec ces mots pour devise : Otia Martis37.

  • 38 Candréus 2007.
  • 39 Hatton 1968, p. 355-356.

10La même influence de castramétation ottomane était déjà sensible en Suède sous Charles XI38 et se manifestait encore sous Charles XII, en particulier en 1712-1713, alors que le prince résidait dans un édifice de campagne de style turc : « L’hôtel royal […] avait d’épais murs de brique “à la mode turque”39 » :

  • 40 Hovmarskalk en suédois. Il s’agit du premier des grands officiers de la Couronne dans les cours all (...)
  • 41 Cité et traduit en anglais par Hatton 1968, p. 356.

La première pièce ou entrée était orientée vers l’ouest, la seconde vers l’est, dans laquelle le maréchal de la cour40 dînait en compagnie des principaux officiers, dans l’enfilade se trouvait une autre chambre où le reste des officiers dînait ; au-delà se trouvait la pièce où attendaient les gardes du corps de Sa Majesté, tapissée d’une fine étoffe verte, dans laquelle nous priions deux fois chaque jour. La cinquième pièce était l’antichambre de la chambre à coucher de Sa Majesté, tapissée avec la même fine étoffe verte. La dernière pièce était la chambre à coucher du roi, qui était la plus avancée vers le nord41.

11À la lumière de ces comparaisons, que peut-on dire de l’influence des modèles louis-quatorzien et ottoman sur la transposition aux armées des résidences royales pendant la guerre de la Succession d’Autriche ? Et du visage du quartier du roi et de la cour militaire sous Louis XV ?

Production, logistique et phases d’utilisation des tentes de guerre de Louis XV

Administration et organisation

  • 42 Thomas II de Dreux (?-1749), marquis de Brézé, lieutenant général, grand maître des cérémonies de 1 (...)
  • 43 AN, 463 AP 1, p. 23-25, lettre du marquis de Dreux au comte de Saint-Florentin, le 23 mai 1744.
  • 44 Frostin 2006.
  • 45 AN, 463 AP 1.
  • 46 Ibid.
  • 47 AN, O2986, « Mémoire des ouvrages de charpente faits et fourny pour le service du roy suivant les (...)

12À la veille de la campagne de 1744, l’héritage de l’organisation louis-quatorzienne est presque oublié. On sollicite le conseil du vieux marquis de Dreux, jadis occupant les fonctions de maréchal des logis de la Maison du roi à la place de son neveu42, qui fournit les éclaircissements nécessaires au comte de Saint-Florentin, secrétaire d’État de la religion prétendue réformée43. C’est ce dernier qui est chargé de la préparation des tentes de guerre du roi, en mai 1744, par le comte de Maurepas, son cousin et beau-frère44, secrétaire d’État de la Maison du roi, en même temps que de la Marine. À la mort de Pierre Duru fils, en 1735, la charge de capitaine-concierge et garde général des tentes et pavillons de guerre avait été supprimée. Les tentes sont passées sous l’autorité directe des valets de chambre tapissiers de la Chambre du roi, qui reçoivent 800 livres par an pour ce travail45. Elles ne sont pas soumises au contrôle des premiers gentilshommes de la Chambre, ainsi les ordres passent directement du roi au secrétaire d’État de la Maison du roi, qui les transmet aux valets de chambre tapissiers : c’est ce qui a été pratiqué au camp de Compiègne en 173946. Notons par ailleurs que certaines pièces justificatives de l’Argenterie de la Chambre, datant du voyage de Compiègne, en 1749, n’hésitent pas à qualifier le valet de chambre tapissier Fossier de « capitaine général des tentes de Sa Majesté47 ». Il demeure pourtant délicat d’affirmer que la charge ait été rétablie.

Production, réparation et stockage

  • 48 Sur le château de Vincennes et ses dépendances, voir Sarmant 2018.
  • 49 AN, O2960, fos 131-133.
  • 50 Il s’agit du garde-meuble du château de Vincennes.
  • 51 Les ateliers mentionnés sont bien situés au château de Vincennes, car les ouvriers se voient fourni (...)
  • 52 AN, O2960, fo 132.

13La fabrication et les réparations régulières nécessaires à l’entretien des tentes sont le fait de l’atelier du château de Vincennes48. C’est là que l’on s’affaire à préparer le départ du roi, dans l’urgence, à la veille d’une campagne. En 1747, pour ces travaux, on dépense « la somme de mille huit livres pour quarante-deux journées de six garçons tapissiers, tentiers, […] celle de cinq cent quatre livres pour pareilles quarante-deux journées à huit suisses tailleurs ». En plus de ce personnel spécialisé, on a recours, pour accélérer les choses, aux services d’autres artisans, ce qui double la première somme : « mille huit livres pour quarante-deux journées et veillées de vingt-quatre autres ouvriers employés au rétablissement de toutes les tentes ». À cela s’ajoute le travail de « trois garçons menuisiers et un serrurier, venus de Paris à Vincennes pendant quatre jours pour visiter les maisons de bois, les démonter et les mettre en état de partir49 ». La manutention des lourdes toiles et des mâts représente « la somme de deux cent dix livres pour quarante-deux journées à quatre manœuvres employés à porter, et raporter les balots de tentes du garde meubles50 aux attelliers51 desdits ouvriers52 ».

  • 53 Ibid.

14Ces 42 artisans travaillent sans relâche jour et nuit dans l’urgence, sous la direction inquiète des deux valets de chambre tapissiers. Ainsi on les paie largement, et on leur fournit, sans discuter, tout le nécessaire, soit « la somme de trois cent vingt-deux livres pour menus frais et dépences extraordinaires faites audit Vincennes pendant lesdits quarante-deux jours, pour bois aux ouvriers, et gratiffications à eux accordées par monsieur le premier gentilhomme de la Chambre, à cause des veillées et précipitations desdits travaux […] pour les maîtres et domestiques53 ».

  • 54 AN, O1 277, p. 85.
  • 55 Michel Dominique Le Prince.
  • 56 AN, O1 277, p. 127-128.
  • 57 Jean Moreau de Séchelles (1690-1760). Homme de robe brillant, il deviendra contrôleur général des F (...)
  • 58 Charles-Louis-Auguste Foucquet, comte, puis duc de Belle-Isle, maréchal de France (1684-1761). Anto (...)

15Quels sont le coût et les phases de cette production ? Les ordonnances sur le trésor royal54 nous renseignent sur la chronologie de la restauration des anciennes tentes et la fabrication des nouvelles. La première campagne de Louis XV, celle de 1744, révèle des insuffisances matérielles criantes. Les dépenses sont réglées à la dernière minute, le 2 mai 1744, jour du départ du roi, puis le 1er juillet, et enfin le 14 juillet, jour où le valet de chambre tapissier Le Prince55 reçoit 3 712 livres 8 sols pour le parfait paiement des réparations des tentes56. Cette somme ne représente que la réparation des tentes anciennes héritées de Louis XIV, et la dépense ne s’élève, au total, qu’à 15 712 livres 8 sols, soit trois fois moins que la dépense consentie lors de la campagne suivante, en 1745. Sans grande surprise par conséquent, à Vlamertingue, en juin 1744, l’installation des tentes du quartier du roi laisse grandement à désirer, à en croire les confidences désolées de l’intendant de l’armée, Jean Moreau de Séchelles57, au maréchal de Belle-Isle58 :

  • 59 Vincennes, Service historique de la Défense (désormais SHD), archives de la guerre (désormais AG), (...)

Vous ne pouvés vous figurer l’embarras du quartier général. Je vous ay fait la peinture du logement, la plus grande partie de nos seigneurs n’a point de tentes, le roy n’en a pas le quart de celles dont il auroit besoin de sorte que ses valets de chambre et les 4 premier valets de garde-robe sont dans une écurie ou il y avoit 4 pieds de fumier, j’ay été obligé de faire étayer la chaumière ou est logé M. le duc de la Rochefoucault, cependant comme il fait un fort beau tems, on ne sent qu’une partie des incommodités59.

  • 60 « Au sieur Antoine Six, tapissier tentier demeurant à Lille, la somme de huit mille trois cens quat (...)
  • 61 Luis Reggio y Branciforte, prince de Campo-Florido (1677-1757). Ambassadeur d’Espagne à la cour de (...)
  • 62 Simancas, Archivo general de Simancas, Estado, Legajos (désormais AGS, Est., Leg.), 4444, lettre de (...)

16Cette vision de désastre, de la bouche même de l’intendant de l’armée, montre bien la désorganisation initiale de la Maison du roi et le manque de matériel adapté. Dans l’immédiat, face à la pénurie, et pour être en mesure de loger les officiers de la Maison domestique, l’on est contraint d’acheter en hâte, en mai 1744, un ensemble de 16 tentes au marchand lillois Antoine Six dont le coût s’élève à pas moins de 8 390 livres60. Le prince de Campo-Florido61 lui-même confirme que c’est bien l’embarras lié au manque de tentes au quartier du roi de Vlamertingue qui a suscité un effort de production de nouvelles tentes pour le service du monarque : « [M. de Verneuil] me prévenant en outre de ce que S. M. n’avait pas assez de tentes pour son logement et qu’elle ne pouvait nullement m’en offrir une pour mon usage car toutes celles de S. M. étaient utilisées et que l’on en faisait fabriquer d’autres62. »

  • 63 Charles-Louis Félix de Tassy, seigneur de Stain, contrôleur général de la Maison du roi (1676-1749)
  • 64 AN, O1 277.

17Pourtant, si, en mai 1744, le contrôleur Félix63 reconnaissait que le nombre de tentes disponibles était inférieur à celui des grandes campagnes de Louis XIV, il se persuadait, néanmoins, que leur nombre suffirait, écrivant naïvement : « Il y en a moins qu’il n’en a été porté aux grandes campagnes du feu roi mais il y en aura cependant à suffire en y faisant de légers raccommodements pendant le peu de temps qu’on aura avant le départ de la Maison64. » La Maison du roi n’a donc pas su, dans un premier temps, anticiper les besoins de la transposition de la cour de Versailles aux armées.

  • 65 Gabriel Étienne Aubry, dit « Des Lombards » (1677-1747). Ce trésorier est mentionné dans Lemaigre-G(...)

18En 1745, on tâche de ne pas renouveler les mêmes erreurs. En prévision de la présence du roi au siège de Tournai, on a lancé très tôt, avant le début du printemps, la formation d’un ensemble de tentes, en nombre supérieur à celui de la campagne de 1744. Le 25 mars 1745, Aubry Des Lombards65, trésorier général de l’Argenterie de la Chambre du roi, reçoit 20 000 livres, à compte du rétablissement des anciennes tentes, d’une part, et de celles dont la fabrication a été ordonnée pour la campagne de 1745, d’autre part. Il reçoit, en outre, le 12 avril 1745, 10 000 livres supplémentaires spécifiquement destinées aux dépenses des tentes neuves. A ces dépenses s’ajoutent 39 532 livres 11 sols et 1 denier, pour le parfait paiement des tentes et maisons de bois prévues pour le roi et le dauphin, ce qui élève la somme totale à un peu moins de 70 000 livres.

  • 66 AN, O1 277, p. 14-17.

19Lors de la campagne de 1746, la préparation des tentes se fait encore plus tôt qu’en 1745. Dès le 11 février, Aubry Des Lombards reçoit 40 000 livres à compte des tentes et maisons de bois. Le 18 mars, il reçoit encore 30 000 livres supplémentaires, et enfin, le 20 janvier 1747, la dépense définitive s’alourdit de 33 199 livres 12 sols et 6 deniers, portant le total des frais d’entretien et de fabrication de tentes nouvelles à 103 199 livres 12 sols et 6 deniers66, ce qui représente plus de 30 % d’augmentation par rapport à la campagne de 1745.

  • 67 Ibid., p. 23.
  • 68 AN, O2960, fo 134.
  • 69 « Au sieur Six marchand tapissier tentier à Lille, la somme de douze mille quatre cent soixante liv (...)

20En 1747, on renouvelle ce procédé en effectuant les premières dépenses dès le 24 février, à hauteur de 30 000 livres, pour les tentes de la Chambre et pour celles du guet des gardes du corps67. Ces dernières forment un ensemble respectable : « [P]our quatre-vingt-dix-sept canonnières de coutil de Flandres de neuf pieds de faîtière, garnies de leurs mâts, faîtières, destinées pour le service des gardes du corps, à raison de cent livres chacune, la somme de neuf mille sept cent livres68. » L’expression vague de « tentes de la Chambre » désigne probablement dans l’ensemble les dépenses effectuées par les valets de chambre tapissiers. Parmi celles-ci, relevons une nouvelle commande extérieure à l’atelier de Vincennes de cinq grandes tentes destinées à la Bouche du roi, qui relève de la sous-traitance auprès du même marchand lillois, Antoine Six, déjà sollicité en 174469.

21Mais la dépense pour 1747 s’arrête là. Il faut en conclure que le rétablissement du décor matériel imitant les grandes campagnes de Louis XIV est enfin achevé. Il est déployé dans toute sa splendeur au quartier du roi d’Hamal aux mois d’août et de septembre 1747.

  • 70 Paris, bibliothèque de l’Arsenal (désormais abrégé Arsenal), Ms Arsenal 15214, plan du quartier du (...)
  • 71 « Au sieur Fossier fils la somme de quatre cent livres à lui accordées par monsieur le premier gent (...)
  • 72 Jeffares 2006.

22Ce n’est que pour la campagne de 1747 que l’on dispose à nouveau d’une représentation des tentes du quartier du roi70. Nous avons pu découvrir l’auteur de ce superbe plan, jusqu’à présent inconnu : il s’agit de Fossier fils71, Louis-Denis Fossier, peintre et futur dessinateur de l’Académie des sciences, dont le parent Louis Fossier n’est autre que l’un des valets de chambre tapissiers en charge des tentes du roi. Et justement, d’après Neil Jeffares, Louis Fossier avait veillé dès 1719 à prendre en charge son jeune parent et à l’envoyer se former auprès de Van Loo72.

23Le plan du quartier du roi du château d’Hamal témoigne de l’effort de retour à une gloire passée. La comparaison entre ce dernier et le quartier de Vlamertingue en 1744 montre combien, en 1747, le nombre des tentes de la Maison domestique est multiplié. La beauté des dorures attire désormais le regard. On assiste à une véritable renaissance des fastes du roi guerrier louis-quatorzien.

Utilisations, transport et logistique

  • 73 Ms Arsenal 15211, plan du bourg de Wervicq.

24Au quartier du roi de Wervicq, en mai 1744, les tentes de Louis XV manquent. L’absence des tentes du roi cause visiblement de la gêne et de l’embarras, on juge nécessaire de la justifier auprès du prince de Campo-Florido. Selon l’ambassadeur espagnol, les généraux et courtisans de son entourage, eux, ont fait installer des tentes tout autour des maisons qu’ils occupent pour remédier au manque de place. Cette observation est d’autant plus intéressante que les tentes de la cour ne sont pas représentées sur le plan du bourg de Wervicq73 :

  • 74 Traduit de l’espagnol. AGS, Est., Leg., 4444. Lettre du prince de Campo-Florido au marquis de Villa (...)

[Le roi] me fit indiquer un logement qui consiste en une pièce et un cabinet de toilette, étant donné que l’endroit ne permet pas autre chose. S.M. est logée dans un couvent de moniales et tous les autres dans de petites maisons de 2 ou 3 pièces, le reste étant fourni par des tentes de campagne autour de chaque logement. Etant donné que mon logement ne consiste en rien de plus que ce que j’ai indiqué, je procède à l’installation de tentes, dont la dépense sera considérable, d’après celles que j’ai vues. Tous les officiers généraux en ont, et celles-ci serviront à l’avenir de campement. L’on m’a assuré que le roi campera après la reddition de Menin, et demain j’irai dormir dans cette chaumière et je disposerai des tentes pour le secrétariat, les commis du secrétariat et autres de la Maison74.

25L’indication du projet d’installer les tentes de guerre du monarque après la reddition de Menin suggère une véritable organisation prévisionnelle de la logistique du quartier du roi : on ne place pas les tentes au hasard, au gré du moment, mais bel et bien selon un plan de campagne préétabli, qui tient compte des défaillances de la Maison du roi.

  • 75 Lille, archives municipales, affaires générales (désormais AM Lille AG) 1396, « Relation du siège d (...)
  • 76 « Les tentes du roi sont parties pour le camp devant Ypres avec une partie des équipages et des per (...)
  • 77 SHD, AG A3146, pièce 64, lettre du chevalier de Belle-Isle au maréchal de Belle-Isle, le 10 mai 1 (...)
  • 78 Gazette, juillet 1746.

26Ainsi, en 1744, Louis XV ne dispose de ses tentes de guerre qu’après près d’un mois de campagne. Elles sont tendues à Lille, à la porte Saint-André, tandis que le roi réside au gouvernement, et ce, vraisemblablement pour en faire l’essai75. Le monarque, curieux d’inspecter ce matériel, se rend en personne à ce camp, le 13 juin, dans l’après-midi. Dès le lendemain, les tentes sont envoyées au camp de Vlamertingue, site choisi pour le quartier du roi pendant le siège d’Ypres76. Les tentes sont utilisées ponctuellement lors des campagnes de Louis XV. En 1745, elles servent à Pont-à-Chin, à Lippeloo. Lors de la campagne de 1746, on les retrouve à Bouchout, puis en mai 1746 au château de Perck77, ou encore le 19 juillet 1746, au matin, lorsque Louis XV se rend sur le champ de bataille de Raucoux, qu’il visite et où il dîne « sous ses tentes » au milieu d’une foule de curieux venue de Liège78. En 1747, on les tend à l’abbaye du Parc, au château d’Hamal.

  • 79 Voir Luynes 1860-1865, t. VI, p. 430.
  • 80 Newton 2000.
  • 81 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson s. d.
  • 82 Ibid., P 79, lettre du comte de La Suze au comte d’Argenson, le 30 avril 1745.
  • 83 Paris, bibliothèque de l’Institut (désormais Institut), Ms. Institut 1646, fo 88.

27Les tentes du roi et de sa suite sont utilisées et conçues comme un complément des logements installés dans des bâtiments79. Contrairement à une idée reçue, elles ne sont jamais dressées à proprement parler en rase campagne, dans des champs, mais dans des jardins ou vergers environnant un château, une abbaye, un presbytère de village. Il n’y a pas de contradiction entre installation des tentes et logement du roi dans un bâtiment : c’est dans la nécessité de pallier les insuffisances d’un bâtiment que les tentes sont dressées. La question de l’économie entre l’utilisation de bâtiments préexistants et la reproduction de « l’espace du roi80 », par l’installation des tentes du monarque, est une grande préoccupation de l’intendant de l’armée et du grand maréchal des logis, qui définit les conditions d’utilisation de ce décor de toile. En 1745, Jean Moreau de Séchelles mentionne l’arrivée imminente des tentes du roi au quartier de Chin, tandis que Louis XV loge dans le château81, et ce n’est que faute de pièces adaptées que l’on dresse la tente chapelle pour faire chanter le Te Deum, ou encore la tente turque pour recevoir les magistrats du parlement de Paris. Finalement, au même quartier du roi de Chin, on renonce à loger le roi sous la tente, mais non la maison du roi : « […] le roy sera logé dans le château ainsi il n’aura pas besoing de tantes pour sa personne mais toute sa suitte campera comme elle a fait l’année passée à Flamerding82 ». À Bouchout, en 1746, on suit le même procédé83.

  • 84 AN, O2865, fo 154.
  • 85 « […] quarante-cinq livres à six soldats qui ont arrosés pendant cinq jours à ladite raison de tren (...)
  • 86 « Sire, J’ai l’honneur d’adresser à Votre Majesté un petit mémoire au sujet de ses tentes et de sa (...)
  • 87 AN, O2960, fo 755.

28La mise en place de ce matériel est l’enjeu d’un travail important de la part du personnel de la Chambre du roi. Les valets de chambre paient des soldats du quartier du roi pour effectuer les travaux de force, tel ce sergent aux gardes françaises nommé Audoyer qui reçoit, en 1744, 1 410 livres « tant pour luy que pour ses camarades84 ». De même, en 1747, au château d’Hamal, on distribue de généreuses sommes pour l’opération de l’arrosage et du séchage des tentes, qu’il faut renouveler à plusieurs étapes de l’itinéraire, sans compter les frais de démontage des ferrures des tentes et de chargement à bord des voitures de transport85. Les difficultés soulevées par la préparation des tentes en 1744, ne sont pas une question logistique annexe aux yeux du roi, que le comte de Saint-Florentin tient informé du transport de ce matériel86. Le transport des tentes et maisons de bois du roi ainsi que des tentes de la Chambre nécessite pas moins de vingt-cinq chariots attelés de quatre chevaux chacun lors de la campagne de 174787 : ce n’est pas une mince affaire que de les emmener jusqu’en Flandre.

  • 88 Pour une étude plus approfondie de la dimension logistique du voyage du roi, voir notre thèse d’Éco (...)

29L’organisation et la préparation du quartier du roi sont le fait du grand maréchal des logis de la Maison du roi, le comte de La Suze, et de l’intendant de l’armée, Jean Moreau de Séchelles. Ces deux hommes et leurs fourriers et secrétaires dirigent le choix de l’emplacement, la marche des colonnes, le ravitaillement, en collaboration avec la prévôté de l’Hôtel et celle de l’armée88.

  • 89 AN, O2960, fo 734.
  • 90 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson, s. d.
  • 91 Les fourriers des logis « ont moitié dans la vente des baraques et constructions […] ». État généra (...)
  • 92 AN, O2865, fos 154-155.
  • 93 Sélestat, archives municipales (désormais AM Sélestat), CC 235, pièce justificative des dépenses et (...)
  • 94 Kübler 1885, p. 33-34.
  • 95 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson, s. d.
  • 96 Windsor Castle, Royal Archives, Cumberland Papers, (désormais RA CP) Main 25.
  • 97 Wasier-Lemerre 1909, p. 148.

30Les travaux d’aménagement du quartier du roi sont souvent considérables. Pour n’évoquer que ceux qui sont liés à l’installation des tentes de guerre de Louis XV, au château d’Hamal en 1747, on effectue des travaux pour relier la tente chapelle du roi avec les appartements du monarque : « […] quatre-vingt livres pour deux mille cinq cent de brique pour l’escalier et la chaussée du pont à la tente chapelle du roy89 ». À Pont-à-Chin, en 1745, « il y a un grand nombre d’ouvriers de toute espèce occupés à mettre en état le très petit château que Sa Majesté doit occuper et à construire les baraques pour son service90 ». Ces baraques, abritant souvent des cuisines de la Bouche, que l’on revend au départ du roi91, sont fréquemment construites pour compléter l’ensemble des tentes, comme à Vlamertingue92, à Sélestat93, à Munzingen94. On construit également exclusivement pour la Maison domestique des magasins de fourrage, de paille95, des écuries96, des fours97 (fig. 2).

31

Fig. 2 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Fig. 2 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Un exemple de constructions insérées dans le dispositif des tentes de la bouche en 1747 ; s’agit-il de baraques construites exprès ou de bâtiments préexistants investis par la Maison domestique ?

© Bibliothèque nationale de France

32Toutes ces installations, souvent faites dans des jardins d’agrément patiemment travaillés et soignés par leurs propriétaires, entraînent des dégâts irrémédiables qui laissent le chevalier de Belle-Isle plein de mélancolie, comme au château de Perck en 1746.

  • 98 SHD, AG A3146, pièce 64, lettre du chevalier de Belle-Isle au maréchal de Belle-Isle, le 10 mai 1 (...)

[…] le beau tems qu’il […] fait va vous faire jouir de la verdure, j’y ay bien songé aujourdhuy en arrivant chez le roy, le jardin de sa maison, enveloppé de canons, étoit verd d’un jeune plant d’ormes de deux ans, d’une beauté singulière, l’on y a établi les tantes et la garde du roy, tout a été annéanty, et vous jugerez aiseiment de tout ce qui m’a passé par l’esprit, me metant à la place du propriétaire98.

Les tentes du quartier du roi et leur mobilier

Défendre et servir le roi guerrier : l’ampleur des tentes des gardes du roi et de la Maison domestique

  • 99 AN, O1 277, p. 23.
  • 100 La faîtière d’une tente est la perche qui est au haut de la tente et qui est mise d’un bout à l’aut (...)

33Les canonnières de la garde du roi forment un ensemble de tentes conséquent, définitivement mis à neuf seulement en 174799. Les gardes de la prévôté occupent cinq canonnières « de coutil, de sept pieds ». Les piquets des gardes du corps se répartissent entre la compagnie de Noailles, qui utilise vingt-deux canonnières « de neuf pieds de faîtière100, de coutil, et faîtière rouge », la compagnie de Charost, qui emploie vingt-deux canonnières également, des mêmes dimensions mais avec une « faîtière bleue », et les compagnies de Villeroi et d’Harcourt, qui logent chacune respectivement dans vingt-deux canonnières aux faîtières vertes (fig. 3 et 4).

Fig. 3 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.

Fig. 3 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.

Plan du quartier du roi à Vlamertingue en juin 1744. Les bâtiments sont représentés en rouge par opposition aux tentes, figurées sous leur forme et leur structure réelles. 1. « Le Roy » ; 2. Tente du roi ; 3. Chapelle du roi ; 4. Bouche du roi ; 5. Gobelet pain ; 6. Gobelet vin ; 7. Café du roi ; 8. Garde-robe du roi ; 9. Chambre et garde-robe ; 10. Salle des gardes ; 11. Antichambre ; 12. Salle à manger ; 13. Corps de garde des Cent-Suisses ; 14. Gardes françaises ; 15. Gardes suisses ; 17. Gardes du corps de service.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 4 : Martin [le Jeune] (attribué à), Vue du camp de Cysoing, [1744], dessin [à la pierre noire rehaussé d’aquarelle], 87 x 122, Vincennes, Service historique de la Défense, GR 7 M C 747.

Fig. 4 : Martin [le Jeune] (attribué à), Vue du camp de Cysoing, [1744], dessin [à la pierre noire rehaussé d’aquarelle], 87 x 122, Vincennes, Service historique de la Défense, GR 7 M C 747.

Cette vue sur le vif du camp de Cysoing, en mai 1744, fournit une illustration des couleurs distinctives des canonnières de chaque compagnie des gardes du corps.

© Paul Bastier

  • 101 Mouillard 1887, ch. X.
  • 102 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 407, le 30 avril 1744. AN, O1 904.
  • 103 SHD, AG A3145, pièce 224.
  • 104 Blin 2016, p. 269, 290, 303, 353, 391, 409, 414, 416-417.

34Les cent-suisses de la garde du roi occupent trente canonnières de coutil de neuf pieds de faîtière et six canonnières de coutil « à la mousquetaire », de sept pieds et demi, à la faîtière bleue. Deux escouades de seize gardes chacune101 protègent les tentes du roi. Elles ont reçu, en vue de suivre le roi en campagne, un équipement spécifique102. Seuls douze gardes, ceux de l’escouade de guet, portent la hallebarde, le reste porte des fusils. La garde des tentes du roi est partagée avec les gardes de la Porte103, qui répondent aux noms de Fréchon de Montot, Prévost de Maisonneuve, Le Sourd, Thiroux de Saint-Cyr, Martin de Villefranche, Vitteau, Cauchy de Petigny, Valois de Campsart, De Driencourt104, et logent dans quatre canonnières de neuf pieds.

  • 105 AN, O3243, p. 2.

35Les gardes-françaises ont besoin d’une tente de coutil doublée d’indienne bleue et blanche de dix-neuf pieds de faîtière sur quinze de large, à l’abri d’une marquise, de trente canonnières de toile, à la faîtière bleue, de six manteaux d’armes « à chapiteaux bleus ». Le colonel des gardes-françaises dispose d’une tente à proximité du logement du roi, elle est « de coutil doublée d’indienne fond brun à colonnes rouges de 10 pieds quarrés avec la marquise de toile dans son sac105 ».

  • 106 AN, O1 277.
  • 107 « Espèce de logement portatif servant au campement des gens de guerre, et fait en quarré ou en rond (...)
  • 108 « Il se dit aussi d’une petite tente qui est faite en forme de toit, et qui n’a point de murailles (...)

36Au-delà des représentations parfois insuffisamment précises des tentes de la Maison domestique au quartier du roi de Vlamertingue, en 1744, ou à celui d’Hamal, en 1747, on dispose d’éléments plus fiables pour juger du matériel utilisé par la Bouche, en particulier en 1744. Lors de cette campagne, la Bouche emploie un ensemble de 21 tentes106. En mai, le contrôleur Félix estime que la Bouche requiert une grande tente pour recevoir le Gobelet pain, une autre pour le Gobelet vin. Deux pavillons107 sont nécessaires « pour les deux contrôleurs généraux, un pavillon pour les deux contrôleurs, un pour les deux commis ». Il faut quatre tentes pour les officiers des Gobelets et de la Bouche, quatre canonnières108 « pour la fruiterie, fourriers et leurs garçons », deux canonnières « pour les deux gardes-vaiselle-bouche-et-goblet ». Il faut encore une grande tente pour les marchandes de linge et quatre grandes tentes pour servir les quatre tables.

Une organisation des pièces canonique et ses rituels : les tentes salle des gardes, antichambre, et salle à manger

37Le duc de Croÿ fournit une description remarquable des tentes du quartier du roi de Vlamertingue, qui nous amène à étudier le cas des tentes salle des gardes, antichambre et salle à manger.

  • 109 L’ambassadeur vénitien Girolamo Corner est lui aussi invité à dîner sous la tente du comte d’Argens (...)
  • 110 Ms. Institut 1644, fo 136.

[…] le lendemain matin j’allay faire ma cour au roy qui logeoit dans le château de Madame la marquise du Cerf dans le village de Flammerting, les trois grandes tentes de Louis 14 étoient tendus dans la cour le roy y mangeoit et logeoit dans le petit château, j’attendis longtems pour luy faire ma cour, à la fin ayant eu cet honneur, monsieur d’Argenson m’emmena diner chez luy109, toutes les tentes tant du roy que ceux de sa maison et les camps particuliers des princes et ministres étoit une très belle chose à voire110.

  • 111 Ms Arsenal 15211.
  • 112 AN, 463AP 1.
  • 113 AN, O1 277, p. 127-128.
  • 114 AN, 463 AP 1.

38On imagine aisément l’impression de splendeur dégagée par la disposition des tentes. D’après le plan du quartier de Vlamertingue111, ces tentes que Croÿ qualifie de « tentes de Louis 14 », sont plus précisément les tentes salle à manger, antichambre, et salle des gardes. Ces tentes étaient immédiatement prêtes pour le départ du roi en 1744112. Elles ont simplement fait l’objet de réparations113. Il est frappant de constater que les salles des gardes, antichambre et salle à manger du roi sont conçues pour imiter les pièces des résidences royales. Un mémoire adressé à Louis XV, en mai 1744, évoque justement leur préparation pour la campagne et confirme la fonction de chacune des tentes : « À l’égard des tentes, on a fait réparer en toute diligence celles du roi, c’est-à-dire : les salles des gardes, chambre, antichambre, second antichambre, salle à manger et quelques autres pour son principal service114. » Justement, on retrouve, parmi les tentes inventoriées en 1765, une salle des gardes.

  • 115 AN, O3243, p. 2-3.

Une tente en pavillon quarré long de coutil de Bruxelles, doublée d’indienne, fond sablé, à colonnes rouges, la faitière en deux parties de vingt-quatre pieds de long, seize de large, trois mâts de vingt pieds de haut, les murailles en quatre parties, ladite tente porte trente-neuf pieds de long par bas, ornée de deux soleils de chaque côté, et un sur chaque bout, ainsi que la faitière et mantelet, ornés de sceptres, mains de justice et fleurs de lis peinte sur un fond de toile bleue rehaussée en or, dans deux sacs, un pour la tente, l’autre pour les murailles115.

39Il y a ensuite une « deuxième salle des gardes servant d’antichambre du roy ». Les deux tentes font donc 12,7 m de côté, ce qui porte leur superficie à plus de 160 mètres carrés pour une hauteur totale d’au moins 6,50 m.

  • 116 Ibid., p. 3-4.

Une tente en pavillon quarrée long de coutil de Bruxelles doublée d’indienne, fond blanc à colonnes rouges, la faitière en deux parties de vingt-quatre pieds de long, seize de large, trois mâts de vingt pieds de haut. La tente porte trente-neuf pieds de long par bas, les murailles en quatre parties, elle est ornée de deux soleils de chaque côté et sur les bouts un de chaque côté, les mantelets et la faitière peints sur une toile bleue et rehaussée en or, il y a deux sacs, un pour la tente, et l’autre pour les murailles116

  • 117 Ms. Institut 1644, fo 137.
  • 118 AN, 463 AP 1.

40Le duc de Croÿ a même l’honneur de dîner sous la tente avec le roi, ce qui démontre, par ailleurs, l’utilisation quotidienne de ce matériel, qui n’est pas seulement un décor mais véritablement un lieu incontournable de la vie de la cour aux armées : « […] le lendemain 28 j’allay de bonne heure à Flammerting au cartier du roy, j’y vis tous les princes et ministres, je dinay avec le roy sous sa grande tente117 ». La salle à manger du roi mentionnée par un mémoire adressé à Louis XV118 est ainsi probablement très semblable à ce que décrit l’inventaire de 1765 :

  • 119 AN, O3243, p. 5.

Une tente de coutil de Bruxelles doublée d’une angloise fine bleue et blanche, de vingt-deux pieds de faitière, trente-quatre de long par bas, sur vingt de large, et vingt pieds de haut, les mantelets peints en bleu et rehaussés en or, d’un pied de haut, la marquise de même coutil que la tente et même façon pour l’ornement, deux faitières, deux mâts, les dittes tentes et marquise dans trois sacs119.

  • 120 AN, O2960, fo 733.
  • 121 Ibid., fo 736.

41La tente mesure donc 11 mètres de long sur 6,50 m de large, ce qui porte sa superficie à plus de 70 mètres carrés, pour une hauteur de 6,50 m. Elle nécessite manifestement des aménagements conséquents, car, en 1747, on a recours aux services de maçons flamands pour des travaux de mise en place de la tente salle à manger du roi : « [C]ent trente-cinq livres au maçon de Tongres pour cinq milliers de brique pour la tente sale à manger du roy, journées de ses compagnons, y compris le scellement des crochets de la sale des gardes dans la cour du château d’Hamal120 ». Il reste néanmoins difficile de déterminer l’usage qui était fait de ces matériaux dans l’aménagement de la tente. Détendre cette tente n’est pas une mince affaire puisque l’on a besoin de pas moins de 50 soldats pour le faire au camp d’Hamal en 1747121.

42Ces trois tentes sont un véritable enjeu de prestige pour le monarque, qui y reçoit les respects des États de Tournai et du corps du bailliage, après la victoire de Fontenoy, et la prise de la ville, en juin 1745. Ces derniers passent sous trois tentes successives, faisant une station à chacune d’entre elles pour saluer le roi.

  • 122 Cité par Tripnaux 1994-1995, t. III, p. 281.

La compagnie marcha deux à deux, Mgr l’évêque à leur tête, fit les trois révérences accoutumées, à savoir la première à l’entrée de la première tente, la seconde au commencement de la deuxième et la troisième à quatre pas du roi, qui était assis dans un fauteuil, ayant Mgr le dauphin à sa droite ; M. le maréchal de Noailles à sa gauche, une foule de seigneurs qui faisaient cercle derrière et sur les côtés du fauteuil de Sa Majesté122

Les fastes des courtisans aux armées : les tentes de la cour militaire et des visiteurs du quartier du roi

  • 123 Rappelons que par « meuble », comme l’indique le dictionnaire de Trévoux, il faut comprendre « un l (...)
  • 124 AN, O1 277.
  • 125 Ibid.

43Le luxe du mobilier d’étoffe et des tentes du quartier du roi semble attesté par le cas des tentes spécifiques destinées au dauphin et à son entourage : « Au sieur Aubry des Lombards, 30 000 livres, à compte des meubles123 ordonnés par Sa Majesté pour les deux chambres de campagne de monseigneur le dauphin et des tentes pour les officiers de sa suite124. » Ce à quoi il faut ajouter 30 000 livres « à compte des étoffes et dorures des meubles ordonnés pour les deux chambres de campagne de monseigneur le dauphin et des tentes des officiers de sa suite ». Au total, on ne dépense pas moins de 99 175 livres, en comptant le supplément représenté par le coût de 39 175 livres 15 sols et 10 deniers « pour le parfait payement du meuble qui a été fait pour monseigneur le dauphin pour la campagne qu’il a fait l’année dernière125 ». Le dauphin, sous sa tente en campagne, possède donc un mobilier d’étoffe singulièrement coûteux et magnifique.

  • 126 Montbarrey 1823-1826, t. I, p. 41.
  • 127 Louis Marin Buttet de La Rivière, gouverneur du fort Saint-Louis sur l’île de Saint-Domingue (1680- (...)
  • 128 André Buttet, cornette de cavalerie en 1747 (?-1789).
  • 129 Kew, National Archives, High Court of Admiralty, (désormais NA HCA) 30 245, lettre de M. Bérenger à (...)

44Or, la richesse matérielle des camps en présence du roi a frappé les contemporains. Montbarrey s’en fait l’écho, en 1747, au lendemain de la bataille de Lawfeld : « Le roi vint établir son quartier-général à la commanderie de Vieux-Jonc, en avant de Louvain. Tout le luxe des grandes villes existait dans le camp et dans les différens quartiers occupés par les officiers généraux français126. » Ce constat se retrouve dans les écrits d’autres témoins, qui illustrent l’hybris du confort et du luxe arrogant des jeunes officiers devenus courtisans guerriers. D’un ton foncièrement moqueur, le sieur Bérenger, l’agent de M. Buttet de La Rivière127, gouverneur à Saint-Domingue, rapporte les dépenses somptuaires de M. Buttet fils128 à l’armée, victime d’un effet d’émulation dans la magnificence : « [I]l prend le même train des officiers qui aiment la grande dépense, pour estre à la guerre comme dans un appartement129. » (Fig. 5 et 6.)

Fig. 5 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.

Fig. 5 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.

Vue générale des tentes de la cour au quartier du roi de Vlamertingue en juin 1744. 3. Chapelle du roi ; 4. Bouche du roi ; 5. Gobelet pain ; 6. Gobelet vin ; 7. Café du roi ; 8. Garde-robe du roi ; 9. Chambre et Garde-robe ; 15. Gardes suisses ; 17. Gardes du corps de service ; 20. Médecins et chirurgiens du roi, Chicoyneau et Lapeyronie ; 21. Grande Écurie ; 22. Petite Écurie ; 23. Pages du roi ; 24. Pages de la Chambre ; 25. Garde-Meubles ; 26. Camp du duc de Chartres, prince du sang ; 27. Camp du duc de Penthièvre, prince du sang ; 28. Prince Charles, grand écuyer ; 29. Maréchal de Noailles, commandant en chef l’armée royale ; 30. Camp du comte d’Argenson, secrétaire d’État de la Guerre ; 31. Camp de Jean Moreau de Séchelles, intendant de l’armée ; 32. Duc de Richelieu, premier gentilhomme de la Chambre et aide de camp du roi ; 33. Duc d’Aumont, aide de camp du roi ; 34. Marquis de Meuse, aide de camp du roi ; 35. Duc de Boufflers, gouverneur de Flandre ; 36. Marquis de Montboissier, lieutenant-général ; 37. Prince de Soubise, aide de camp du roi ; 38. Duc d’Ayen, aide de camp du roi ; 39. Poste aux lettres de l’armée ; 40. Boyer de Crémilles, maréchal général des logis de l’armée ; 41. Duc de Picquigny, aide de camp du roi ; 42. Pâris-Duverney, directeur des vivres ; 43. Comte de La Suze, grand maréchal des logis de la Maison du roi ; 44. Duc de Chevreuse, (fils du duc de Luynes), maréchal de camp ; 45. Comte d’Aumale, chef des ingénieurs ; 46. Duc de Fleury, premier gentilhomme de la Chambre ; 47. Duc de Fitz-James maréchal de camp et l’évêque de Soissons, premier aumônier du roi ; 48. Marquis de Verneuil, introducteur des ambassadeurs ; 49. Sieur Poulet de La Tour, prévôt de la connétablie.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 6 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Fig. 6 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Vue générale des tentes de la seule Maison domestique au château d’Hamal.

© Bibliothèque nationale de France

  • 130 Les tentes et le mobilier de campagne des ambassadeurs font l’objet d’une étude approfondie dans no (...)
  • 131 Luynes 1860-1865, t. V, p. 474-475.
  • 132 ASV, S., D., Dispacci degli ambasciatori e residenti, Francia, Filze 235, fo 44, lettre de Girolamo (...)

45Il existe également des tentes des ambassadeurs130, ainsi qu’une tente utilisée comme salle des ambassadeurs, dont nous allons voir un exemple d’utilisation. En 1744, on prévoit leur présence aux côtés du monarque en campagne131 ; au quartier du roi de Vlamertingue, les audiences des ambassadeurs sont réglées exactement par l’étiquette, comme le rapporte Girolamo Corner, ambassadeur de Venise lors de cette campagne : « Jusqu’ici, le jour destiné pour les ambassadeurs – comme c’est le mardi à Versailles – sera le vendredi au quartier général132. » Le récit de la réception d’un autre ambassadeur vénitien, Antonio Diedo, par Louis XV en juin 1745 au quartier du roi de Pont-à-Chin, démontre un maintien rigoureux en campagne de l’étiquette et du quotidien ritualisé du monarque : selon les propres mots de l’ambassadeur, on peut véritablement parler de « l’étiquette inaltérable de cette cour ».

  • 133 Traduit de l’italien. ASV, S., D., Dispacci degli ambasciatori e residenti, Francia, Filze 236, fos(...)

Le mardi donc, à l’heure fixée, je me transportai, en me conformant à l’usage, au quartier du secrétaire d’État, […] il me conduisit lui-même dans son carrosse au quartier du roi, me donnant toujours la place d’honneur. Je mis pied à terre, je m’arrêtai à une tente qui est la salle des ambassadeurs, et il se rendit dans les appartements du roi. M. d’Argenson me fit rester là, tandis qu’il se rendait à la porte afin d’aller se placer aux côtés du roi pour mon entrée, circonstance qui m’avait déjà été signalée par l’introducteur, et jamais pratiquée, pour autant qu’on me l’a affirmé, sinon les jours d’audience solennelle. Dès que j’arrivai à cet endroit, l’introducteur apparut, avec son fils, qui prend parfois la place de son père, et qui me fit toutes les démonstrations de politesse possibles, si bien qu’ils sont toujours restés auprès de moi, sans jamais me laisser seul tout le temps que j’y suis resté. Aussitôt qu’une personne vint nous prévenir que la messe était finie, je passai immédiatement dans les appartements du roi, toujours accompagné de l’introducteur. Montant un petit escalier, et entrant dans une antichambre où il y avait plusieurs ministres et sujets de condition, j’arrivai près de la porte fermée du cabinet du roi, au dehors de laquelle je trouvai, à mon arrivée, que l’ambassadeur de Malte et l’envoyé de Gênes avaient été arrêtés parmi les autres. L’introducteur me dit qu’il était allé prévenir le roi, et il prononça l’avertissement d’usage, sans attendre, si l’on peut dire, un seul instant, disant que je devais entrer. Aussitôt la porte ouverte, je vis le roi, assis dans un coin de la pièce, se lever et s’avancer, avant de s’arrêter presque au milieu de la pièce en direction de la porte, laquelle, immédiatement après que j’ai, seul, été présenté, fut fermée. En faisant les trois révérences ordinaires je me suis approché au plus près de Sa Majesté, toujours avec l’introducteur à mes côtés. Auprès du roi se trouvait le dauphin, et le secrétaire d’État qui lui a remis les authentiques lettres de créance, et à quelque distance se trouvaient quelques-uns des principaux sujets de cour, les deux ambassadeurs de famille d’Espagne et de Naples, qui avaient le privilège de la petite entrée. Mon office fut exécuté en quelques mots133 […]

  • 134 Jean-Baptiste Achille Godefroy de Maillart (1697-1759). Godefroy-Méniglaise 1873, p. 315-340.
  • 135 SHD, AG A4 86, « Journal de Godefroy », fo 8, le 4 mai 1745.
  • 136 Sur les cadeaux offerts à cette occasion, voir Whitehead 2009.
  • 137 Mehmet Said Efendi (?-1761).
  • 138 « Les présents consistent en une tente garnie de belles étoffes en dedans, dont les bâtons sont tou (...)
  • 139 AN, O13243, p. 27.

46Parmi les tentes destinées aux visiteurs de la cour militaire, la tente turque est la plus captivante des tentes du quartier du roi. Godefroy134 la mentionne lors de la campagne de 1745 : « Les députés du parlement de Paris ont harangué le roy sous la grande tente turque135. » Il s’agit de la tente offerte le jeudi 11 janvier 1742136 par l’ambassadeur turc137, dont la description, proposée en quelques mots par le duc de Luynes, semble parfaitement correspondre à celle de l’inventaire des tentes de 1765138 ; cette tente turque est donc la tente numérotée 84 de l’inventaire des tentes de 1765139. Sans doute a-t-elle reçu de menues modifications et des réparations depuis 1745, mais on peut penser que son apparence générale est restée la même. La description de la tente dans l’inventaire de 1765 donne une meilleure idée de son aspect exotique.

  • 140 Ibid., p. 27-28.

[…] les dedans sont de brocard de Perse fond or et argent, garnie de ses murailles, de même que le corps de la tente qui sont doublés par lez de satin blanc et rouge et bleu avec sa marquise et murailles, les dehors de toile de coton verte doublée de pareille toile rouge avec des ornements de différentes couleurs de goût turc. Les mâts portent en dessus de la marquise deux grosses pommes d’argent du poids de trente-deux marcs cinq onces dans la dite tente, et un parquet en quatre parties qui se brise et chaque partie forme une caisse qui renferme les murailles de la tente etc. et de la marquise140

47L’ameublement de la tente est aussi fascinant. On y trouve un décor d’une richesse remarquable.

  • 141 Ibid., p. 28-29.

[…] une ottomane avec son parquet en deux parties garnie d’une balustrade d’écaille et nacre de perle en quatre parties, deux mats pareils, en quatre parties sans faitière, un grand tapis de castor doublé de toile de conton [sic] cramoisie, deux autres tapis de castor peints, deux matelas de coton couverts de satin jaune, cinq carreaux longs garnis de coton et couverts d’un côté de brocard de Perse et de l’autre côté de satin couleur de rose. Trois tapis de drap écarlatte garnis autour d’une frange de soye bleue et or doublée de satin jaune. Plus quatre parties de pommes en forme de poire, d’écaille et nacre de perle ; les montants à viz sur la balustrade141

  • 142 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 463.

48La visite des députés du parlement de Paris est un grand événement, on imagine la splendeur de la cérémonie dans le décor oriental que nous venons d’évoquer142. Le quartier du roi au château de Chin ne permettait pas de recevoir la députation dans des conditions dignes de la circonstance. Néanmoins, le choix de la tente turque est délibéré de la part de Louis XV, qui cherche sans doute à impressionner ses visiteurs :

  • 143 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 475-476.

Le roi a voulu les recevoir sous une tente. Il avoit fait dresser celle que l’ambassadeur turc lui a apportée ; plusieurs autres tentes l’accompagnoient et formoient plusieurs pièces d’un grand appartement. Le roi avoit fait tendre une tente pour le parlement, où il se rendit en attendant l’audience. M. de Brézé, grand maître des cérémonies, a conduit suivant l’usage toutes les cours souveraines à l’audience du roi143.

49Le détail de la cérémonie proposé par Barbier est plus intéressant encore :

  • 144 Barbier 1847-1856, t. IV, p. 46-47.

Le séjour et l’heure étant marqués pour l’audience du roi, que les gens du roi avaient été demander au camp, au ministre, comme cela se fait à Versailles, les cours, chacune à son jour et heure différents, sont parties de Lille, en corps, dans leurs carrosses, avec des chevaux de poste, et se sont rendues au camp, devant Tournay, qui est à deux ou trois lieues elles ont été conduites d’abord dans une tente qui leur avoit été préparée, où il y avoit de quoi déjeuner ; café, thé, chocolat, pâtés et jambons. Là, ils ont été pris par le grand-maître des cérémonies, et par M. d’Argenson, ministre de la guerre, qui les ont conduits par une allée d’arbres sablée qu’on avoit fait planter exprès, qui menoit à la tente du roi, pour les présenter à Sa Majesté laquelle étoit dans la grande tente dont le Grand Seigneur lui a fait présent, qui est, dit-on, fort belle ; dans cette marche, c’étoit un concours des principaux officiers, et le roi étoit accompagné de monseigneur le dauphin, de sa cour, princes et généraux. Cette cérémonie étoit auguste144

Une tente sacrée : la tente chapelle

  • 145 Mercure de France, mai 1745, p. 170.
  • 146 AN, O3243, p. 1.
  • 147 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 487.

50Il est une tente à part au sein du quartier du roi, pour son importance symbolique. Il s’agit de la tente chapelle. Au lendemain de la bataille de Fontenoy, le Mercure de France nous révèle qu’on a fait célébrer le Te Deum sous une tente : « Sa Majesté a assisté ce matin sur les dix heures au Te Deum qui a été chanté sous la tente qui sert de chapelle, à l’occasion de la victoire remportée sur les Alliés145. » Une tente chapelle spécifique est mentionnée dans l’inventaire des tentes et pavillons de 1765146, ce qui donne à penser qu’il ne s’agit pas d’une tente ordinaire, d’autant que le dauphin fait ses dévotions sous une tente qui est manifestement la même : « Le mardi de la Pentecôte, il se leva à trois heures du matin, et fit ses dévotions dans la tente où le roi entend la messe147. » (Fig. 7.)

Fig. 7 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Fig. 7 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Une image de la tente chapelle de Louis XV au quartier de Hamal lors de la campagne de 1747. On notera la présence des trois croix de bois bronzé qui reposent sur la faîtière et le soleil radieux louis-quatorzien qui l’orne.

© Bibliothèque nationale de France

51L’aspect de cette tente chapelle en 1745 était certainement très proche de celui décrit à l’inventaire de 1765 :

  • 148 Le cul-de-lampe d’une tente désigne l’exèdre qui forme l’arrière d’une tente du type d’une canonniè (...)
  • 149 Un mantelet est une pièce de cuir que l’on rabat sur une ouverture afin de se protéger du froid et (...)
  • 150 AN, O3243, p. 1-2. Cette description a été publiée dans une orthographe normée, voir Deville 1878 (...)

[Une tente] a deux culs de lampes148 de coutil fin à petites rayes doublée d’indienne fond blanc à gros bouquets rouges, la faitière en deux parties de vingt-neuf pieds de long ; il y a deux séparations à l’endroit des culs de lampe, les murailles ont sept pieds de hauteur, trois mâts de seize pieds, les mantelets149 en toile bleue peinte en jaune et rehaussée en or, trois croix de bois bronzé, qui se posent sur la faitière, deux sacs, un pour la tente, et l’autre pour les murailles150.

52La tente est ainsi longue de 9,50 m de faîtière, a des mâts de 5,20 m de hauteur, des murailles de 2,30 m de hauteur. Sa longueur totale est donc de près de 19 mètres pour une largeur de 9,50 m. Au total, les deux culs-de-lampe compris, la chapelle compte plus de 146 mètres carrés. Cette description est confirmée et complétée par une représentation de la tente chapelle telle qu’elle était au quartier du roi d’Hamal, en 1747.

Les maisons de bois : appartements privés du souverain

Définition, origines et construction des maisons de bois du roi

53Il faut distinguer les tentes, pavillons et canonnières, à l’usage de la Maison domestique et militaire du roi, des maisons de bois, qui sont des tentes d’un grand luxe remplissant la fonction d’appartements privés du roi. C’est un objet revêtu d’un grand prestige et auquel sont attachées certaines traditions (fig. 8).

Fig. 8 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Fig. 8 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

L’utilisation des maisons de bois du roi est attestée par un plan de quartier du roi au château d’Hamal lors de la campagne de 1747. Cette image exceptionnelle permet de voir l’aspect extérieur de ces tentes uniques en leur genre. On remarque notamment la clôture de tissu qui entoure les tentes du roi. Louis XV finira par quitter l’endroit car les fossés qui entourent le château sont chargés de « mauvais air », à en croire Lordat.

© Bibliothèque nationale de France

  • 151 Sa conception est néanmoins très certainement antérieure à 1673.

54La « chambre de bois du roi », puis « petite maison de bois du roi », apparaît pour la première fois en 1673151. Elle s’étoffe de nouvelles pièces à chaque campagne, ainsi en 1673 :

  • 152 Pelisson-Fontanier 1729, t. I, p. 300, le lundi 12 juin 1673, au camp devant Maastricht.

Le roi n’a point de logis, il est campé comme nous, il couche dans sa chambre de bois, à laquelle on a ajouté une manière de grand portique, servant d’antichambre ou de chambre, dont la petite est le cabinet du roi. Il s’habille et se déshabille dans ce que j’appelle portique, parce qu’il est fait à grandes arcades fermées par des rideaux seulement152.

  • 153 Ibid., t. II, p. 291, le mercredi 12 juin 1675, au camp de Viset.

55Puis, en 1675, apparaît pour la première fois la mention d’une cheminée démontable, que l’on retrouve sous Louis XV : « Le roi […] a fait tendre toutes ses grandes tentes, sa loge de bois et sa grand-chambre ou antichambre, à laquelle on a ajouté cette campagne une cheminée de cuivre, qui se monte et se démonte, et fait un très bon effet153. » Un mois plus tard de nouvelles modifications surviennent :

  • 154 Ibid., p. 359, le samedi 13 juillet 1675, au camp de Velaine.

[…] on tend aujourd’hui toutes ses tentes, et sa petite maison de bois, où l’on a ajouté d’un côté la grande antichambre ceintrée, avec la cheminée de fer battu, et de l’autre côté une assez longue gallerie, partagée comme celles de Versailles en trois ou quatre petits cabinets enfilez, fort proprement parquetez, avec leurs tables chacun, et leurs emmeublemens de différentes couleurs154.

  • 155 AN, O1 277. Pelisson-Fontanier 1729, t. III, p. 29, le 29 avril 1676, au camp de Sebourg. Les offic (...)
  • 156 « Monseigneur a été visiter toutes les gardes du camp, et a fait tendre sa maison de bois et ses te (...)
  • 157 AN, O3313, fos 149-150.
  • 158 Cité dans Cornette 2000, p. 307.
  • 159 Louvois était surintendant des Bâtiments en même temps que secrétaire d’État de la Guerre, ce qui p (...)

56Les « maisons de bois » dotées de parquets sont qualifiées comme telles lors de la campagne de 1676155. Elles sont propres aux rois et princes : Monseigneur en possédait une lors de la campagne de 1690 sur le Rhin156. La petite et la grande maison de bois étaient chacune surnommées « tente de damas cramoisi157 ». À la vue de celles-ci, tout comme sous Louis XIV, on peut remarquer avec le duc de Saint-Simon : « Quand le roi est à l’armée, son quartier est partagé, et la cour est d’un côté, et le militaire de l’autre, sans avoir rien de commun158. » Les tentes de damas cramoisi sont en effet des pièces exceptionnelles. Elles sont à ce point considérées comme des résidences royales miniatures qu’elles dépendent de la surintendance des Bâtiments159 et non de la Chambre, comme c’est le cas des autres tentes du roi.

  • 160 « On y a tendu ce que l’on appelle la maison de bois du roi. C’est une tente parquetée, avec des fe (...)
  • 161 AN, O3243, p. 83.
  • 162 AN, O2986.
  • 163 Ibid.
  • 164 Ibid., « Mémoire des dépenses faites pour le service de madame la dauphine à Forges, par ordre de m (...)
  • 165 Gruber 1972, p. 204.

57L’usage de ces maisons de bois était principalement militaire, bien qu’une utilisation pour la chasse, à Compiègne, en juillet 1749, soit attestée160 : il est difficile de déterminer s’il s’agit de la maison de bois utilisée pour la guerre ou bien d’une autre dont on retrouve la description dans l’inventaire de 1765161. À cette occasion, la mise en place de la maison de bois du roi est conçue comme « la construction d’un hermitage », lequel est implanté « dans la forest de Compiègne, au Vivier Corax162 ». Ce nom d’ermitage n’est probablement pas purement poétique, en effet, le valet de chambre tapissier Fossier ne se prive pas d’évoquer les frais que lui occasionne « la difficulté de pouvoir vivre dans la forest veu l’éloignement163 ». Est-ce la fantaisie de s’établir au milieu de la forêt qui aura pu justifier l’usage exceptionnel de la maison de bois ? Une autre utilisation de la maison de bois, bien plus surprenante encore, est attestée pour le service de la dauphine Marie-Josèphe de Saxe, en voyage à Forges en 1749164. Ne s’agissait-il pas tout simplement de trouver une utilité à des dispositifs somme toute fort coûteux et peu susceptibles de servir régulièrement aux armées avec la fin de la guerre de la Succession d’Autriche ? L’utilisation des maisons de bois semble dès lors se démilitariser, et l’on retrouvera, sous Louis XVI, de telles tentes employées lors de fêtes165.

  • 166 AN, O3313, fo 150.

58Seule la petite maison de bois était toujours debout en mai 1744. En effet, la grande, dont l’état s’était détérioré dans les magasins du château de Vincennes, avait été détruite à une date antérieure, selon ce que rapporte une note au registre du Garde-Meuble166. Le modèle de splendeur que représente Louis XIV aux armées fascine les contemporains de Louis XV, qui se référent en tout, et avec beaucoup de soin, à ce qui se faisait à l’époque du « feu roi ». Il convient de ce fait de retrouver les reliques du matériel employé par Louis XIV, et ce n’est qu’après de sérieuses recherches au château de Vincennes, où se trouvent stockées ces véritables antiquités, que le contrôleur Félix soumet au roi le résultat de ses investigations.

  • 167 AN, O1 277.

La grande maison de bois qui était à Vincennes est hors d’état de servir, les meubles qui y servaient ont été portés au Garde-Meuble de la Couronne. À l’égard de la petite maison de bois qui était à Vincennes, elle est hors d’état de servir, les meubles qui y servaient ont été portés au Garde-Meuble de la Couronne. À l’égard de la petite maison de bois elle n’a point été unie au département des tentes, elle est toujours restée en la dépendance des Bâtiments, M. le contrôleur général n’en n’avait même pas de connaissance. Il n’y a pas apparence qu’elle soit en fort bon état167

  • 168 AN, 463 AP 1.

59On adresse de plus à Louis XV un mémoire168 exposant la situation des maisons de bois et montrant la manière dont est organisée leur préparation.

  • 169 Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu (1694-1767), intendant et contrôleur général des Meubles de la (...)
  • 170 AN, 463 AP 1.

À l’égard de la maison de bois, ni la grande, ni la petite n’étaient en état de servir. Cette partie regarde M. Orry en qualité de directeur des Bâtiments. Il a donné ses ordres pour réparer en toute diligence la petite maison de bois et déchargé M. de Fontanieu169 d’y faire ajuster un meuble, sauf à décider dans la suite si ce meuble retournera au Garde-Meuble ou s’il sera réuni aux tentes. Mais messieurs les premiers gentilshommes de la chambre n’ont pas eu les maisons de bois sous leurs ordres, que les tentes. […] M. le contrôlleur général s’est chargé de faire partir la maison de bois et dépendances. Je crois que tout sera prêt à la fin de la semaine prochaine, mais si le roi a plustôt besoin de ses tentes, il aura du moins, à l’arrivée de sa maison, celles qui sont nécessaires pour sa personne et son principal service170

  • 171 Ibid.
  • 172 AN, O1 277.

60La réponse de Louis XV est laconique mais bienveillante : « Je garde votre mémoire sur les tentes et l’approuve, rien ne presse pour avoir les maisons de bois. Au camp devant Menin ce 26 mai 1744171. » Avant le départ, le contrôleur Félix lui avait fait demander : « Sa Majesté veut-elle qu’on porte la maison de bois et beaucoup de tentes pour sa personne, outre celles nécessaires pour son service personnel ? » Ce à quoi le roi répondait qu’il souhaitait simplement se voir apporter la petite maison de bois172.

  • 173 AN, O3313, fos 149-150.
  • 174 Dans les ordonnances sur le Trésor royal pour la campagne de 1745, à la date du 4 mars 1746 ; une s (...)
  • 175 Ms. Institut 1645, fos 80-81. La superposition entre jardin et camp militaire royal mérite l’attent (...)
  • 176 Ms Arsenal 15211.

61On peut, avec assez de précision, établir la chronologie de l’utilisation de la maison de bois. Sa fabrication, puis sa livraison, se situent entre le 26 mai 1744, date de l’inscription de son meuble au journal du Garde-Meuble de la Couronne173, et le mois d’août 1745174. Le duc de Croÿ laisse une très intéressante description du quartier du roi au château de Mélis, qui atteste de l’utilisation de la maison de bois dès août 1745 : « Le roy logea au château de Mélis près Lippelo […]. Le roy y fit dans le jardin tendre ces tentes et maison de bois et en fit un endroit charment mais malheureusement il fit très mauvais temps175. » On peut aisément imaginer que la livraison de ce matériel a pu se compliquer au point d’être retardée pendant près d’un an car la maison de bois n’apparait pas sur le plan du camp de Vlamertingue, en 1744176.

  • 177 Faut-il y voir la distinction entre une chambre d’apparat et une chambre pour dormir ? Sur l’import (...)
  • 178 S’agit-il de damas de Tours cramoisi galonné d’or ? Maës 2013, § 115.
  • 179 Thomas Filleul (1709-1770), écuyer, garçon ordinaire de la Chambre, valet de chambre tapissier de 1 (...)
  • 180 AN, O3313, fo 150.

62La petite maison de bois est véritablement la chambre du roi aux armées, et lorsqu’elle est dressée, elle double la chambre située dans le château où loge le roi177. Son ameublement, couvert de damas cramoisi garni d’or178, est ainsi constitué d’une tapisserie, d’un plafond, d’un lit, d’un fauteuil, de six pliants, d’un tapis de table, de deux portières, de deux rideaux de fenêtres, et d’une chaise d’affaires. Il a été réalisé par Thomas Filleul, valet de chambre tapissier179, à Vincennes, où sont conservées les maisons de bois. Pour réaliser cet ameublement, on a réutilisé, selon une pratique classique de récupération, l’ancien mobilier de la petite maison de bois ainsi qu’une « très grande partie des damas et dorures » du mobilier de la grande, désormais détruite, mais également « de vieilles dorures provenant du meuble de velours garni d’or no 48 détruit au Garde Meuble de la Couronne par ordre du roy en avril et may 1743180 » (fig. 9).

Fig. 9 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Fig. 9 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.

Détail de la maison de bois du roi. On peut y admirer les ornements peints et dorés aux armes de France et les trophées d’armes.

© Bibliothèque nationale de France

  • 181 AN, O3243, p. 73.
  • 182 Pierre-Josse Joseph Perrot (1678-1750).
  • 183 AN, O1 2245, fo 155.

63La petite maison de bois reconstruite reprend bel et bien le modèle de celle de Louis XIV. Elle est protégée à l’extérieur par une toile supplémentaire destinée à couper du vent, du soleil et de la pluie, qu’on appelle une marquise, laquelle est « à pinacle de coutil de Bruxelles, avec les ornements peints et dorés des anciennes maisons de bois du roy181 ». Il faut sans doute imaginer là les armes de France ou un motif fleurdelisé dont malheureusement on n’a aucune description. Il semble que les peintures décoratives réalisées sur la maison de bois aient été faites à l’origine, en 1744, par un peintre des Bâtiments, Pierre-Josse Joseph Perrot182, pour une coquette somme : « Au sieur Perrot, peintre, 1 386 livres 5 sols pour son payement des ouvrages d’impression et peinture qu’il a faits pour la décoration de la tente du roy pendant l’année dernière [1744]183. »

64Par ailleurs, si l’on ne dispose guère de descriptions de la manière dont la construction s’est effectuée, on peut néanmoins établir quelques éléments en tenant compte, notamment, des réparations faites en 1747 :

  • 184 AN, O2960, f130.

La somme de trois cent livres pareillement payée au sieur Moquade, peintre, tant pour ses journées que celles de son garçon, pour avoir peint en huille les deux maisons de bois, les parquets en dessus et en dessous, les consols des fers, les cheminées de tolles et façon de brique, sablières, poteaux, volets de croisées, avoir numérotté les coffres et caisses grande et petite faitière et mâts pour les tentes du roy184.

  • 185 AN, O3243, p. 73.

65La mention des deux maisons de bois préparées pour la campagne de 1747 est à relever car elle prouve que la représentation du camp d’Hamal figure bien les deux maisons de bois reliées l’une à l’autre en un vaste pavillon, ce qui rejoint l’inventaire de 1765 qui parle bien de « deux bouts de marquise de coutil servant de jonctions aux deux maisons de bois, scavoir, une de dix pieds et l’autre de quatre pieds six pouces, les ornements peints et dorés185 ». Soumise à l’injure des intempéries et du soleil, la pièce de toile de protection est « en médiocre état » en 1765.

  • 186 Arvieux 1735, t. IV, p. 519-521.
  • 187 AN, O1 3243, p. 55.
  • 188 Atasoy 2000, p. 99.

66Il semble que les maisons de bois de Louis XIV et de Louis XV puissent être d’inspiration turque car elles reprennent bon nombre d’éléments de la description des tentes du « Grand Seigneur » proposée dans les Mémoires du chevalier d’Arvieux186, notamment la présence d’une enceinte de toile, de parquets, et l’organisation en deux grandes tentes « jointes ensemble [qui] composoient deux appartemens partagés en plusieurs pièces ». Or, justement, au moins à partir de la campagne de 1747, les tentes du roi, et notamment la maison de bois, sont entourées d’une enceinte de tissu, dont on imagine qu’elle avait pour fonction de soustraire aux regards curieux les allées et venues entre les tentes de Sa Majesté : on ne compte pas moins de « vingt-huit parties de murailles d’enceinte pour le camp du roy de vingt lez chacune sur six pieds de hauteur187 ». Dans l’Empire ottoman, d’après Nurhan Atasoy, ces enceintes de toile appelées zokak ou « rue », « étaient utilisées en vue d’accorder une certaine intimité à la personne du sultan188 ».

  • 189 AN, O2245, fo 150.
  • 190 AN, O2244, fo 165.
  • 191 AN, O2522, fo 8.
  • 192 AN, O2358, fo 269.

67Il est difficile de reconstituer la structure précise de la maison de bois, faute de disposer de descriptions détaillées de sa fabrication. Tout au plus trouve-t-on quelques mentions des artisans ayant travaillé à sa préparation dans les comptes de la direction des Bâtiments : « Au nommé Guesnon, menuisier, 236 livres 10 sols, pour son payement des ouvrages de menuiserie qu’il a fait pour la chambre de campagne du roy, qui étoit au château de Vincennes pendant l’année 1744189 ». En juillet 1744, on trouve une dépense liée aux travaux de restauration de la maison de bois et des tentes : « A ceux qui ont été employez aux réparations de la maison de bois et des tentes qui ont été portées pour le service du roy en Flandres, 281 livres 14 sols 6 deniers pour leurs ouvrages et dépenses faites à ce sujet pendant le mois de may dernier190. » Le sieur Fontaine, serrurier, a travaillé à la préparation de la « tente de bois du roy191 ». Sur le registre de comptes présenté au roi, la somme totale est un peu plus importante : « Pour les ouvrages à l’occasion des tentes du roi envoyées à Sa Majesté en Flandres : 4 500 livres192. » Ces mentions demeurent relativement vagues et des conclusions définitives ne peuvent en être tirées, mais la première semble suggérer que la petite maison de bois, en cours de refabrication, est restée à Vincennes pendant la campagne de 1744.

  • 193 AN, O3243, p. 83.
  • 194 Ibid., p. 55.
  • 195 Saint-Maurice 1911-1912, p. 71, le 16 juin 1667.
  • 196 AN, G7 61.

68L’éclairage des pièces des maisons de bois du roi est assuré par la pose au plafond de lustres de bois doré, couverts de bougies. Ces derniers sont mentionnés dans l’inventaire de 1765 puisqu’ils doivent être entreposés à part pour leur transport et nécessitent l’utilisation d’un coffre à cet effet193. Il faut donc imaginer chacune des pièces que nous décrivons sous la lumière de ces lustres « à six branches garnies de leurs bobèches de cuivre et leurs cordons194 » ; dans les tentes de Louis XIV, ces lustres de bois doré pendaient au nombre de trois ou quatre par pièce195, c’est sans doute toujours le cas lors des campagnes de Louis XV. Avec tant de lustres, la consommation de bougies est loin d’être négligeable pour toute la Maison domestique de Louis XV. À Lille, au 24 juin 1744, on envoie sur place 494 livres de bougies, 166 livres de cire, et dix douzaines de mèches à flambeaux. À Metz, au 26 août, ce sont 600 livres de bougies blanches et 130 livres de bougies jaunes. Puis, au 2 septembre, 974 livres de bougies, et, au 12, 500 livres de bougies blanches, 120 livres de bougies jaunes, et dix douzaines de mèches196.

La chambre du Roi, pièce centrale des maisons de bois

  • 197 AN, O3313, fos 149-150.
  • 198 AN, O3243, p. 69-83.

69En comparant la description de la petite maison de bois dans les registres du Garde-Meuble de la Couronne à la date du 26 mai 1744197 avec l’inventaire des tentes, pavillons et maisons de bois de 1765198, on remarque que, dans ce dernier, la longue description des « meubles servants cy devant aux deux maisons de bois du roy à l’armée » est totalement identique pour la première partie à la description du Garde-Meuble de mai 1744. Ceci encourage à penser que le mobilier et les maisons de bois de guerre de Louis XV ont seulement fait l’objet de réparations et sont donc restés dans leur condition et leur style d’origine sans modifications jusqu’à 1765.

  • 199 Un « lé » est la largeur d’une étoffe entre ses deux lisières, on parle aussi de laize ; le terme a (...)
  • 200 Le mollet est un type de frange servant à garnir les meubles.
  • 201 AN, O3313, fo 149.
  • 202 Maës 2013, § 115.
  • 203 AN, O3313, fo 149.
  • 204 Ibid.
  • 205 AN, O3313, fo 150.
  • 206 AN, O3243, p. 75.

70Ainsi, en ce qui concerne le détail précis du mobilier, à l’intérieur, la tapisserie de la petite maison de bois est en quatre pièces, « contenant 24 lez et deux demi lez199 dudit damas, sur 6 pieds ½ de haut garnie par le haut et les montants de molet200 d’or avec une frange d’or de 4 pouces servant de frize autour. Les coins ont doubles montants de même molet201 ». Par comparaison, le salon d’Apollon, à Versailles, transformé en 1743, nécessitait 8 pièces de tapisserie de 61 lés202. Il y a deux soubassements de fenêtres « de deux lez ½ chacun de même damas sur 3 pieds de haut, garnis par le haut seulement dudit molet203 ». On compte aussi un dessus de cheminée « de 2 lez et 2 bandes dudit damas sur 3 pieds 9 pouces de haut, garni par le haut de molet et d’une frange d’or servant de pente comme à la tapisserie. Le tout doublé de toile rouge204 ». Il y a encore « 2 rideaux de fenêtres de 4 lez chacun de même damas, sur 6 pieds ½ de haut, garnis autour de molet d’or205 », qui ont pu être remplacés par la suite par deux autres rideaux de fenêtre de gros de tour blanc « de deux lez de large sur quatre pieds six pouces de haut bordés autour de galons d’or et gaze à crête […] avec leurs tresses de soye et or pour hausser et baisser les croisées206 ». La tapisserie fait 2,11 m de hauteur pour 24 lés de largeur.

  • 207 « On appelle aussi portière, une espèce de rideau qu’on met devant une porte, ou pour empêcher le v (...)
  • 208 AN, O3313, fo 150.

71On rencontre « 2 portières207 de 3 lez chacune de même damas, sur 7 pieds de haut, garnies par le haut et les montants de molet et par le bas de frangeon d’or avec une frange d’or comme à la tapisserie servant de pente, doublées de taffetas cramoisy208 ».

  • 209 AN, O3243, p. 69. Son absence accidentelle en juillet 1745 est un événement traumatisant pour les (...)
  • 210 « se dit des lez d’étoffe qu’on attache vers le chevet et vers les pieds d’un lit, pour accompagner (...)
  • 211 AN, O3313, fo 149.
  • 212 AN, O3243, p. 69.
  • 213 AN, O3313, fo 149.
  • 214 AN, O3243, p. 69.
  • 215 AN, O3313, fo 149.
  • 216 Ibid.
  • 217 Ibid.

72Le lit du roi est un lit à colonnes « de damas cramoisy dessein à tulipe209 ». Il est composé « de 3 pentes de dehors, 4 pentes de dedans, 2 bonnes grâces210, 4 rideaux211 », – ces derniers « forment les cantonières212 » –, et « fond, dossier, courtepointe doublée de taffetas, dont le quarré et les montants sont garnis de frangeon double et les soubassements de petite frange d’or, 3 soubassements, 2 foureaux de pilliers et 4 pommes ; le tout garni de frange, frangeon double et molet d’or213 ». Il se compose encore du « tour du lit de treize lez de serge de Londres cramoisie garnie de grandes et petites franges et molets d’or214 », qui est « doublé de taffetas cramoisy215 ». Les quatre pommes qui surmontent les colonnes sont « garnies de galon d’or, terminées d’une houpe de frange d’or216 ». Le bois du lit est brisé, c’est-à-dire en plusieurs parties éventuellement repliables. Ses dimensions sont de « 3 pieds ½ de large, 6 pieds de long sur 7 pieds de haut217 », soit environ 1,15 m de large sur 2 mètres de long et 2,27 m de haut. La description donnée en 1744 ajoute encore :

  • 218 Ibid.

[Le lit du roi est] garni de 4 matelas de laine et futaine, dont deux cousus de soye et piqués de capiton cramoisy, un traversin de duvet et bazin avec souille de taffetas blanc, une couverture de ratine rouge, une marseille, une ouate piquée de satin blanc des 2 côtés, un couvrepied de taffetas de Florence blanc piqué, doublé de taffetas cramoisi et une couverture de laine d’Angleterre blanche 5 pointes218.

  • 219 AN, O3243, p. 71.
  • 220 Ibid., p. 82.
  • 221 AN, O3244, p. 66.
  • 222 AN, O3243, p. 82.
  • 223 Ibid., p. 82-83.

73L’inventaire de 1765 précise que la marseille est une couverture « de toile blanche piqu’ure de Marseille », que la ouate piquée de satin est « une grande couverture de satin blanc piquée à carreaux », mais il semble que la couverture de laine ait disparu219. Sous le lit est posé un magnifique tapis oriental : « un tapi de Turquie pour mettre sous le lit du roy », qui est protégé « dans son sac de treillis220 » qui ne mesure pas moins de « treize pieds huit pouces sur sept pieds deux pouces221 » soit plus de 6 mètres de long sur 2,3 m de large. On rencontre encore un coffre « pour les étoffes du lit et la tapisserie de la chambre du roy222 », et un second coffre « pour les couvertures, couvre pied du lit du roy223 » (fig. 10).

Fig. 10 : Charles André, dit Carle, Van Loo, Louis XV (1710-1774) roi de France, xviiie siècle, huile sur toile 277 x 183. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4389.

Fig. 10 : Charles André, dit Carle, Van Loo, Louis XV (1710-1774) roi de France, xviiie siècle, huile sur toile 277 x 183. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4389.

Une représentation de Louis XV aux armées par Van Loo. Sans doute faut-il supposer que l’intérieur des maisons de bois de Louis XV pouvait avoir un mobilier semblable.

© RMN-Grand Palais (château de Versailles) / image RMN-GP

  • 224 AN, O3313, fo 150.
  • 225 AN, O3243, p. 71.
  • 226 Ibid.
  • 227 AN, O3313, fo 150.
  • 228 AN, O3243, p. 71-72.
  • 229 AN, O3313, fo 150.
  • 230 AN, O3243, p. 72.

74À côté du lit du roi on trouve un « fauteuil à bois brisé, couvert de même damas, garni de frange et molet d’or, le bois rougi avec son carreau de même damas, garni sur la couture d’un moïen galon d’or avec housses de serge d’Aumalle cramoisy224 ». L’inventaire de 1765 est plus imagé quand il précise que le fauteuil se présente « avec une petite frange autour », néanmoins le fauteuil et son carreau semblent désormais protégés seulement « dans leurs étuis de cuir225 » ; les housses de serge d’Aumale ont disparu. S’ajoutent six pliants sur le même modèle que le fauteuil, « avec une petite frange autour226 », « couverts de même damas, garnis de moïenne frange d’or, les bois aussi rougis avec housses comme dessus227 », mais eux, au contraire du fauteuil et de son carreau, ont conservé leur protection d’origine, puisque l’inventaire précise qu’ils sont couverts de « leurs vieilles housses de serge cramoisie, dans leurs étuis de cuir228 ». On trouve encore : « une table de bois de noyer brisée, de 3 pieds de long sur 2 de large, avec son tapis de damas cramoisy à 4 soubassements, garni sur le quarré et les montants de frangeon et plus bas de petite frange d’or avec sa housse de serge d’Aumalle cramoisy bordée de frangeon d’or double229 » ; cette dernière était par ailleurs « garnie autour d’un galon de soye cramoisie230.

  • 231 Ibid.
  • 232 AN, O3313, fo 150.
  • 233 AN, O1 3243, p. 73.

75Quelques légères modifications ont été apportées entre 1744 et 1765, puisque, dans l’inventaire de la Chambre, on apprend que la table n’avait plus son tapis de damas cramoisi mais un tapis de maroquin rouge doublé de taffetas231, sans doute plus commode à l’usage. Enfin, pour ce qui relève des commodités, la petite maison de bois est dotée d’une « chaise d’affaires brisée, à soubassement de damas cramoisy, garnie par les montants de molet et par le bas de frange d’or. La lunette de velours cramoisy unie, avec un dessus de même damas, aussi garni de molet et doublé de taffetas : le tout tenant ensemble avec housse de serge cramoisi unie et son bassin de fayance revêtu d’étain dans un étui de cuir232 ». Cette chaise d’affaires a été par la suite transformée et couverte de maroquin rouge, « les carreaux faits en nervure », et le tout recouvert d’une « housse de treillis doublée de revêche blanche233 ».

  • 234 AN, O3313, fo 149.

76L’ensemble de ce mobilier est couronné par un plafond de sujétion « de même damas de 15 pieds ½ de long sur 12 pieds 3 pouces de large, y compris les soubassements qui forment les mansardes, qui sont marquées par un frangeon d’or, et deux bouts de même damas, garnis de molet d’or, qui servent avec les plafonds234 ». Le plafond fait donc 5 mètres de longueur sur 4 de largeur, soit 20 mètres carrés.

Une réplique miniature des résidences royales : le cabinet, la garde-robe, et la chambre du Conseil

  • 235 AN, O3243, p. 74.
  • 236 Ibid.
  • 237 AN, O3313, fo 149.
  • 238 Ibid., p. 75.
  • 239 Ibid., p. 74.
  • 240 Ibid., p. 74-75.

77La grande maison de bois se décline en plusieurs salles. La première d’entre elles est le cabinet du roi. Son plafond est fait « de damas cramoisy à palme de sept pieds six pouces de large sur neuf pieds de long garny autour de molets d’or et les coins de larges galons formant un contour ovale235 ». Il y a un « soubassement de fenêtre de même damas236 » – c’est-à-dire comme pour la chambre du roi « de deux lez ½ chacun de même damas sur 3 pieds de haut, garnis par le haut seulement dudit molet237 » – et un rideau de fenêtre de croisée de gros de tour blanc « de deux lez de large sur quatre pieds six pouces de haut bordés autour de galons d’or et gaze à crête238 ». La tapisserie est « de quatorze lez et deux demy lez contenant six aunes un huitième de court sur sept pieds et demi de haut garnis sur les montants et pour le haut de molets d’or et doublé de toille cramoisie239 ». On trouve aussi « deux portières de sept pieds six pouces de haut sur trois lez et demi de large garnies de mollets sur les montants et par le haut, et d’une frange par le bas doublé de taffetas cramoisi240 ».

78Le mobilier de la pièce est constitué notamment du bureau du roi, décrit comme suit :

  • 241 Ibid., p. 77.

un bureau de bois d’acajou massif à moulures autour, couvert de maroquin noir, un pupitre qui se lève dessus et une table dessous à coulisse long de trois pieds deux pouces sur vingt-six pouces de large vingt-neuf pouces de haut, son tapis de maroquin rouge doublé de taffetas garni autour d’un molet d’or avec sa housse de treillis241.

  • 242 Ibid., p. 76.
  • 243 Ibid., p. 76-77.
  • 244 Ibid., p. 82.

79On rencontre également « deux bois de bergères brisés, les fonds sanglés et détachés garnis en toile, un carreau et un rondin en plumes les bras en manchettes, les dossiers en carreaux remplis de crin faits à épaisseur, couverts de même damas cramoisy garnis de galons d’or dit en ervure et galonds et clouds dorés avec leurs housses de treillis doublées de revêche blanche242 ». On trouve ensuite « deux bois de chaise à la Reine brisés couverts et chamarrés de même que les deux bergères sans rondin243 ». Il y a enfin un coffre « pour les tapisserie, portière, cabinet et garde-robe du roy244 ».

  • 245 Ibid., p. 78.
  • 246 AN, O3313, fo 149.
  • 247 AN, O3243, p. 78.
  • 248 Ibid., p. 74-75.

80La seconde salle de la grande maison de bois est la garde-robe du roi. Sa tapisserie est « de damas cramoisi dessein à palme de treize lez et deux bandes contenant six aunes de court sur sept pieds six pouces de haut garni sur ses montants et par haut de mollet d’or et doublé de toile cramoisie245 ». Il y a dans la pièce un soubassement de fenêtre d’aspect semblable aux précédents « de deux lez ½ chacun de même damas sur 3 pieds de haut, garnis par le haut seulement dudit molet246 », ainsi qu’une portière « pareille à celle du cabinet247 », c’est-à-dire « de sept pieds six pouces de haut sur trois lez et demi de large garnies de mollets sur les montants et par le haut, et d’une frange par le bas doublé de taffetas cramoisi248 ».

  • 249 Ibid., p. 78.
  • 250 Ibid.
  • 251 Ibid., p. 79.

81L’ameublement est constitué principalement d’une chaise d’affaire « de bois d’acajoux, les pieds brisés, la lunette de velours cramoisy avec son sceau de fayance revêtu d’étain avec son étuy249 ». On trouve aussi une « table de nuit de pareil bois, les pieds brisés avec sa housse de treillis doublée de revêche blanche250 », puis « deux tablettes en encoignures de bois d’acajoux brisées de trente [et] un pouces de haut sur dix de large avec leurs housses de treillis251 ».

  • 252 AN, O3244, p. 68.
  • 253 AN, O2865, fo 158.
  • 254 AN, O2960, fos 791-792.
  • 255 AN, O3244, p. 68.
  • 256 « Il se dit aussi d’une manière de caisse où l’on met des liqueurs, ou des eaux de senteur, pour le (...)
  • 257 AN, O3243, p. 79.

82Louis XV joue aux armées, on ne s’étonnera donc pas de trouver un ensemble de mobilier de jeu, dont une partie devait être utilisée dans les maisons de bois. Ainsi, l’inventaire de 1780 a relevé des éléments que celui de 1765 avait ignorés et qui méritent d’être cités, car ils faisaient probablement partie de l’ameublement d’origine. Il y a notamment « une table à jouer de quatre pieds de long sur trois pieds de large, de forme octogone, en pareil bois [d’acajou] à grand rebords, les pieds à brisure, un tiroir fermant à clef, et toutes les encoignures garnies de cuivre, dans un sac de treillis252 ». En 1744, on dépense 210 livres « pour une table de trictrac brisée à quatre pieds253 ». Notons qu’en 1747 on paie 144 livres « pour le raccommodage de tables à quadrille et trictrac pour le jeu du roy, fourniture de tapis, dames, et dez », 153 livres « pour le raccommodage d’une table à trictrac garnie de bronze doré », 60 livres « pour un jeu d’ébaine et d’Yvoir neuf », 150 livres « pour des balles de dez d’Angleterre254 ». Il y a aussi dans la maison de bois quatre « tablettes à livres, même bois à brisure, d’environ trente et un pouces de haut, dans un sac de treillis255 ». Et enfin une « cave256 de bois d’olivier à cinq compartimens doublée de taffetas bleu garnie de cinq flaçons de cristal avec sa housse de treillis257 ».

  • 258 Ibid., p. 81-82.
  • 259 Ibid., p. 79-80.

83La troisième salle de la grande maison de bois est la chambre du Conseil, protégée par une « tente de coutil de Coutances doublée de toile garnie d’ornements peints en médiocre état, de l’ancienne chambre du conseil, sa marquise en coutil de Bruxelles à pinacle garnie de ses ornements258 ». Les fenêtres de la pièce sont encadrées de quatre rideaux « de gros de tours blanc de deux lez de large sur quatre pieds six pouces de hauteur bordés autour d’un galon d’or à festons et crette, dans un sac de treillis avec leurs tresses de soye259 ». Il y a quatre soubassements de fenêtre :

  • 260 Ibid., p. 80-81.

[ils sont] garnis sur le quarré d’un galon d’or et sur les montants d’un molet d’or, et par le bas d’une frange de deux pouces et demi de hauteur avec son tapis de maroquin rouge doublé de taffetas cramoisi, les épaisseurs [sont] garnies d’un petit galon d’or, et d’un molet par le bas avec sa housse de serge cramoisie bordée d’un galon de soye cramoisie260.

  • 261 Ibid., p. 80.
  • 262 Ibid., p. 81.
  • 263 Ibid.
  • 264 AN, O3244, p. 69.
  • 265 AN, O3243, p. 81.
  • 266 AN, O3244, p. 69.

84Les meubles de la pièce se résument notamment à « une table de bois de chêne de quatre pieds six lignes de long sur deux pieds cinq pouces de large et vingt-neuf pouces de hauteur, se démontant à viz avec son tapis de damas cramoisy261 », laquelle est dotée d’un « étui de cuir pour le bois de la table262 ». On trouve aussi « un fauteuil de bois brisé garny et couvert de même damas cramoisi garni autour d’une frange d’or de deux pieds et demi de haut, les bois rouges et les filets bronsés et d’orés avec leurs housses de serge cramoisi dans deux étuis de cuir263 » et « douze ployans couverts de damas cramoisi à palmes et garnis de plumes, ornés de mollet d’or et cloux dorés, les bois peints en rouge, et les filets bronzés et dorés, avec housses de serge cramoisie doublées de taffetas cramoisi264 ». Et enfin un « écran couvert de damas cramoisi comme le précédent dans son sac de treillis265 », c’est-à-dire « verni en jaune, garni de damas cramoisi, avec sa tresse de soie et or266 ».

85Ainsi, à défaut de représentations des intérieurs des maisons de bois du roi, l’ensemble des éléments recueillis relatifs à leur mobilier et à leur décor suffit à fournir un aperçu de l’environnement matériel du roi en campagne et permet de juger de son luxe et de sa magnificence dans une atmosphère aussi spartiate que celle des armées.

Conclusion

  • 267 SHD, AG A4 86, « Journal de Godefroy », fo 6.

86Les tentes du quartier du roi ne sont pas seulement un décor théâtral, elles sont également un puissant symbole du monarque aux armées que l’on tâche de protéger à tout prix. Le 11 mai 1745, pendant la bataille de Fontenoy, au plus fort de l’action, on s’empresse de préparer le départ des équipages, non sans être conscient du peu de chances, pour un ensemble aussi encombrant, d’échapper à l’ennemi, dans l’éventualité d’une défaite : « Le quartier du roy à Chin étoit épouvantable à voir pendant la bataille. Tout le monde avoit l’air consterné. Les chevaux de bât chargés, les piquets de tentes levés, prêt à fuir au moindre ordre qui fut venu267. »

87Une certaine « turcomanie » militaire est manifeste dans l’intérêt porté aux tentes du roi : le confort et le luxe d’apparat des camps ottomans influence directement la représentation de la majesté royale guerrière, ne serait-ce que par la présence de la fameuse tente turque offerte par l’ambassadeur de la Sublime Porte.

  • 268 AN, O1 277.

88La recherche du faste, pour renouer avec l’image idéalisée de la présence de Louis XIV au siège de Namur, auquel il est fréquemment fait référence de la part des contemporains, fait des tentes de guerre de Louis XV un objet particulièrement précieux. D’après les ordonnances sur le Trésor royal, les tentes du roi pèsent, lors de la campagne de 1744, pour plus de 15 % sur le total des dépenses extraordinaires de la Maison domestique. Néanmoins, leur impressionnant coût total, s’il ne s’élève pas à moins de 200 000 livres, ne représente guère, en moyenne, que 0,23 % de la dépense annuelle totale du département de la Maison du roi, de 1744 à 1747268. Le prix de leur entretien et de leur fabrication est donc, certes, considérable, mais tout à fait proportionné à la grandeur et à la magnificence attendue d’un roi de France.

89Surtout, les cérémonies et le quotidien ritualisé de la vie de la cour au quartier du roi, à la manière de Versailles, en reprenant avec une fidélité scrupuleuse et déclarée les usages hérités de Louis XIV, montrent combien les tentes de guerre du roi participent de l’affirmation d’une renaissance martiale du monarque à la mort du cardinal de Fleury. En 1744, le prince de Grimberghen, à l’occasion du baptême du feu de Louis XV à Menin, déclare dans un registre mystique :

  • 269 Souligné dans le texte. Il s’agit d’une référence à saint Paul : « il vous faut abandonner votre pr (...)
  • 270 Gustave Claude Éléonor, palatin de Dyo, comte de Montpéroux (1713-1770).
  • 271 AN T 153 106. La formule est à double sens : la mort du cardinal, le vieillard qui habitait l’espri (...)

Il a, comme il est dit dans l’Ecriture saincte, dépouillé le vieil homme269, ses principes se développent, ce sont ceux d’un très jeune et très grand prince, vigoureux, qui pense, qui opère maintenant par luy-même, et dont le ministère a changé, ce sont là, croyez moy, mon cher comte270, des sujets de grandes réflexions à faire par quiconque peut se trouver sous sa couleuvrine271.

  • 272 Comme le souligne Marina Viallon : « La salle des gardes est donc une pièce exclusivement réservée (...)
  • 273 Lettres et mémoires, 1794, t. II, p. 190, lettre de Maurice de Saxe au chevalier de Folard, le 5 ma (...)
  • 274 Sur les armées comme sociétés de cour sous Louis XIV, voir Rowlands 2015, p. 281-296.
  • 275 Habitant des environs de Tongres et témoin oculaire, venu visiter le quartier du roi.

90L’ensemble des tentes de la cour, organisées comme une petite ville, la présence des tentes salle des gardes, antichambre, et salle à manger, qui attestent du maintien de l’étiquette272, ainsi que les deux maisons de bois, reliées l’une à l’autre et placées sous l’autorité de la direction des Bâtiments, forment donc une véritable résidence royale miniature et éphémère, une transposition de « l’espace du roi » aux armées. Tout comme à Versailles, l’atmosphère du quartier du roi est si imprégnée des coteries des courtisans qu’elle affecte Maurice de Saxe lui-même, exaspéré : « Je ne sais si vous savez ce que c’est qu’une armée de cour, et tous les inconvéniens qu’elle entraîne273. » La « société de cour » aux armées274 aurait ainsi engendré une « armée de cour », par transposition. Ainsi, pour reprendre une formule spectaculaire de Winand Mengels275, la splendeur du quartier du roi de la commanderie des Vieux-Joncs, lors de la campagne de 1747, est si magnifique qu’il semble que l’éblouissante cour de Versailles n’est plus en France, mais là où est le roi, sous ses tentes :

  • 276 La description du quartier du roi proposée par Mengels mérite également d’être partiellement citée  (...)

Le roi établit ensuite sa cour à la commanderie des Vieux-Joncs à quelque deux heures d’ici. Tout y était si riche que cela en est indescriptible, car mon esprit est resté figé et est incapable de décrire la grandeur, la splendeur, la magnificence de cette cour, si bien que l’on aurait dit que Versailles, la résidence des rois, ne se trouvait plus en France mais avait été transportée dans nos Pays-Bas276.

91L’étude des tentes de guerre de Louis XV et de l’objet historique original que constitue le quartier du roi permet par conséquent de démontrer combien la transposition, quasi à l’identique, de la distribution de l’appartement du Roi des résidences royales ainsi que la présence d’un riche mobilier, ou encore le maintien des usages de la cour, s’expliquent par la conception d’une monarchie – incarnée par la personne du souverain – immuable en toutes circonstances.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Arvieux Laurent d’, 1735, Mémoires du chevalier d’Arvieux, envoyé extraordinaire du Roy à la Porte, consul d’Alep, d’Alger, de Tripoli et autres Échelles du Levant, Paris, C.-J.-B. Delespine, 6 vol. 

Barbier Edmond-Jean-François, 1847-1856, Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV, éd. A. de La Villegille, Paris, J. Renouard, 8 vol. 

Dangeau Philippe de Courcillon, marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions du duc de Saint-Simon, éd. par E. Soulié, L. Dussieux, P. de Chennevières [et al.], Paris, Firmin Didot, 19 vol. 

Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roy, 1694, Paris, Vve J. B. Coignard et J. B. Coignard, 2 vol. 

Dictionnaire de l’Académie françoise, 1762, Paris, Vve B. Brunet, 2 vol. 

Dictionnaire universel françois et latin, vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux : contenant la signification et la définition des mots de l’une et de l’autre langue […], 1738-1771, Paris, Compagnie des libraires associés, 8 vol. 

Emy Amand Rose, 1857 [1849], Cour élémentaire de fortification, Paris, Foullon, Ch. Tanera et Blot.

Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, 1751-1772, éd. D. Diderot et d’Alembert, Neuchâtel, 28 vol. 

L’état de la France, 1669 […], éd. N. Besongne, Paris, J. Guignard, 2 vol.

L’état de la France, 1749, Paris, Ganeau, 6 vol.

Gazette, juillet 1746, Paris, Bureau d’adresse.

Kübler Carl, 1885, « Aufzeichnungen des Lehrers und Gemeinderechners Wiffel von Munzingen », Schau ins Land, no 12, p. 24-41.

Lettres et mémoires choisis parmi les papiers originaux du maréchal de Saxe, 1794, éd. Philippe Henri de Grimoard, Paris, Smits, 5 vol. 

Lordat Joseph-Marie de, 1908, Un page de Louis XV. Lettres de Marie-Joseph de Lordat, 1740-1747, éd. marquis de Lordat et chanoine Charpentier, Paris, Plon.

Luynes Charles-Philippe d’Albert de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), publiés sous le patronage de M. le duc de Luynes par Louis Dussieux et Eudore Soulié, Paris, Firmin Didot, 17 vol. 

Mauvillon Éléazar de, 1741, Histoire de Frédéric-Guillaume Ier, roi de Prusse et Électeur de Brandebourg, Amsterdam et Leipzig, Arkstée et Merkus, 2 vol. 

Mengels Winand, 2006, Chronijk van het dorp Opcanne bij Maastricht (1740-1778), éd. Anton Wolters, Kerkrade, Belgalux.

Mercure de France, années 1744 à 1747, G. Cavellier, Vve Pissot, et J. de Nully, Paris.

Montbarrey Alexandre Marie Eléonor de Saint-Mauris de, 1823-1826, Mémoires autographes, Paris, Alexis Eymery, 2 vol. 

Montpensier Anne Marie Louise d’Orléans (duchesse de), 1858-1859, Mémoires, éd. Chéruel, Paris, Charpentier.

Ormesson Olivier Lefèvre d’, 1860-1861, Journal d’Olivier Lefèvre d’Ormesson et extraits des mémoires d’André Lefèvre d’Ormesson, éd. Chéruel, Paris, Imprimerie impériale, 2 vol. 

Pellisson-Fontanier Paul, 1729, Lettres historiques de M. Pellisson, Paris, F. Barios, 3 vol. 

Saint-Maurice Thomas-François Chabod, marquis de, 1911-1912, Lettres sur la cour de Louis XIV, éd. J. Lemoine, Paris, Calmann-Lévy, 2 vol. 

Bézard Yvonne, « Lettres de guerre sous Louis XV », Revue des questions historiques, 1927, vol. 106, p. 88-118.

Deville-Cavellin Jules-Pierre, 1878-1880, Dictionnaire du tapissier critique et historique de l’ameublement français depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen.

Wasier-Lemerre, 1909, « La pyramide de Cysoing et les campagnes de Flandre de 1744 à 1748, d’après des documents inédits et des traditions locales », Bulletin de la commission historique du département du Nord, t. xxvii, p. 139-228.

Études

Antoine Michel, 1978, Le gouvernement et l’administration sous Louis XV, Paris, CNRS éditions.

Atasoy Nurhan, 2000, Otağ-ı Hümayun : The Ottoman Imperial Tent Complex, Istanbul, Aygaz (Koç Yayınları).

Beaugrand-Fortunel Justin, en cours, De Louis XVI à Vincent Auriol : le fonds du mobilier de campagne des souverains et chefs d’État conservé au Mobilier national, thèse de doctorat en cours, sous la direction de Jean-François Belhoste, EPHE.

Bély Lucien, 2003, « Un intendant en pays occupé : Moreau de Séchelles dans les Pays-Bas pendant la guerre de Succession d’Autriche », dans B. Barbiche et Y.-M. Bercé (textes réunis par) Études sur l’ancienne France offertes en hommage à Michel Antoine, Paris, École des chartes, p. 47-60.

Blin Maxime, 2016, Les gardes de la porte du roi : étude institutionnelle et sociale, Paris, L’Harmattan.

Candréus Cécilia, 2007, « En orientalisk tältmästare vid Karl XI :s hov », Meddelande Armémuseum, no 67, p. 9-39.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du xvie au xviiie siècle, Paris, éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Cénat Jean-Philippe, 2014, « Monseigneur à la guerre », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 15 juillet 2014, http://journals.openedition.org/crcv/12351 ; DOI : 10.4000/crcv.12351, (consulté le 9 juillet 2018).

Chaline Olivier, 2000, « The Valois and Bourbon Courts c. 1515-1750 », dans J. Adamson (dir.), The princely courts of Europe, Londres, Seven Dials, p. 67-93.

Chaline Olivier, 2005, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion.

Claeys Thierry (dir.), 2011 [2009], Dictionnaire biographique des financiers en France au xviiie siècle, Paris, SPM, 2 vol. 

Colin Jean, 1901-1908, Les campagnes du maréchal de Saxe, Paris, Librairie militaire R. Chapelot et Cie, 3 vol. 

Cornette Joël, 2000 [1993], Le roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot.

Da Vinha Mathieu, 2004, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

Dussauge André, 1914, Etudes sur la guerre de Sept Ans : le ministère de Belle-Isle, t. I, Krefeld et Lütterberg (1758), Paris, L. Fournier.

Fleury (vicomte de), 1926, La cour aux armées pendant la guerre de Succession d’Autriche, Paris, Plon.

Frostin Charles, 2006, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV : alliances et réseau d’influence sous l’Ancien Régime, nouvelle édition [en ligne], Rennes, Presses universitaires de Rennes, http://books.openedition.org/pur/9182. ISBN : 9782753532113. DOI : 10.4000/books.pur.9182, (consulté le 28 janvier 2018).

Glineur Cédric, 2005, Les intendants des provinces du nord, la genèse d’un droit administratif au xviiie siècle, Orléans, Presses universitaires d’Orléans.

Glineur Cédric, 2016 « L’intendant Jean Moreau de Séchelles à Valenciennes (1727-1743) », Mémoires du Cercle archéologique et historique de Valenciennes, no 12, p. 111-138.

Godefroy-Méniglaise Denis Charles, 1873, Les savants Godefroy. Mémoires d’une famille pendant les xvie, xviie et xviiie siècles, Paris, Didier et Cie.

Gruber Alain-Charles, 1972, Les grandes fêtes et leurs décors à l’époque de Louis XVI, Paris/Genève, Droz.

Hatton Ragnhild Marie, 1968, Charles XII of Sweden, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Jeffares Neil, 2006, « Louis-Denis Fossier », Dictionary of pastellists before 1800, Londres, online edition, http://www.pastellists.com/Articles/Fossier.pdf (consulté le 1/10/2018).

Lazaj Jehanne (dir.), 2014, Le bivouac de Napoléon : luxe impérial en campagne, Milan, Silvana.

Lemaigre-Gaffier Pauline, 2016, Administrer les menus plaisirs du roi : la cour, l’État et les spectacles dans la France des Lumières, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Levantal Christophe, 2019, Louis XIV voyageur, Paris, CNRS éditions.

Maës Antoine, 2013, « L’ameublement du salon d’Apollon, xviie-xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 26 mars 2013, http://journals.openedition.org/crcv/12144 ; DOI : 10.4000/crcv.12144, (consulté le 7 mai 2018).

Mouillard Lucien, 1882, Les régiments sous Louis XV : constitution de tous les corps de troupes pendant les guerres de Succession à l’Empire et de Sept Ans, Paris, L. Baudoin.

Newton William R., 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard.

Ozanam Didier, 1998, Les diplomates espagnols du xviiie siècle, Madrid, Casa de Velázquez / Bordeaux, Maison des pays ibériques.

Richard Vivien, 2010, La chambre du roi à Versailles ou l’espace de la majesté : intérieurs, institutions et cérémonial au xviie siècle, thèse de l’École des chartes, École des chartes.

Rowlands Guy, 2015, « Les armées de Louis XIV comme sociétés de cour », dans Combattre et gouverner. Les dynamiques de l’histoire militaire de l’époque moderne (xviie-xviiie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 281-296.

Sarmant Thierry, 2018, Vincennes : mille ans d’histoire de France, Paris, Tallandier.

Tripnaux Alain, 1994-1995, Fontenoy-la-Bataille, ouvrage dactylographié, Froidmont, ASBL « Le Tricorne », 3 vol. 

Viallon Marina, 2013, « La salle des gardes dans les résidences royales françaises », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 15 janvier 2013, http://journals.openedition.org/crcv/12083 ; DOI : 10.4000/crcv.12083, (consulté le 10 juillet 2018).

Whitehead John, 2009, « Royal Riches and Parisian Trinkets : the Embassy of Saïd Mehmet Pasha to France in 1741-42 and Its Exchange of Gifts », The Court Historian, vol. 14, p. 161-175.

Haut de page

Notes

1 « As an institution whose shape varies with the seasons and with political developments, capable of taking the forme now of a travelling town, now of a military camp, it calls for a social or rather socio-cultural approach […]. We should not confine ourselves to that supposedly timeless and changeless image that Louis XIV’s court created for itself. » Chaline 2000, p. 67-93. L’étude ancienne du vicomte Fleury, La Cour aux armées pendant la guerre de Succession d’Autriche, n’est, selon les mots de l’auteur, qu’une « brochure » assez superficielle, dont les tentes de guerre sont totalement absentes.

2 Atasoy 2000.

3 Ibid., p. 15-16.

4 Candréus 2007, p. 9-39.

5 Nous excluons ici le cas bien particulier des prises de guerre et trophées des Habsbourg et de leurs alliés sur les Ottomans.

6 Un projet de recherche mené par Alden Gregory, intitulé « Portable Palaces : Royal Tents and Timber Lodgings, 1509-1603 » est actuellement en cours.

7 L’expression semble avoir été employée pour la première fois par Hedda Reindl-Kiel. Atasoy 2000, p. 21.

8 Logements ou maisons de bois.

9 Beaugrand-Fortunel, De Louis XVI à Vincent Auriol. Le fonds du mobilier de campagne des souverains et chefs d’État conservé au Mobilier national, thèse de doctorat en préparation, EPHE, sous la direction de Jean-François Belhoste.

10 Lazaj (dir.) 2014.

11 Paris, Archives nationales (désormais AN) O1 277, p. 30-33, et Poitiers, bibliothèque universitaire, fonds d’Argenson (désormais BUP, Argenson), P 55, (copies partielles).

12 AN, O277, p. 30-33. État de la France 1749, t. II, p. 260-261.

13 En 1667, la charge est intitulée « concierge des tentes de la cour de Sa Majesté ». État de la France 1669, t. I, p. 256.

14 Valet de chambre ordinaire du roi de 1669 à 1697, date de sa mort. Da Vinha 2004, p. 465.

15 « Duru, concierge de mes tentes ». AN, O1 277, p. 29.

16 Valet de chambre ordinaire du roi à partir de 1697. Da Vinha 2004, p. 465.

17 AN, 463 AP 1.

18 Cornette 2000, p. 307.

19 Saint-Maurice 1911-1912, p. 320, 5 juillet 1669, au camp de Saint-Sébastien, établi entre la forêt de Saint-Germain et la Seine pour y mener des manœuvres militaires.

20 Ibid., p. 71, le 16 juin 1667.

21 Dangeau 1854-1860, t. III, p. 243, le 22 mars 1694.

22 Lefèvre d’Ormesson 1861, t. II, p. 462, le 26 août 1666.

23 Montpensier 1858-1859, t. IV, p. 43.

24 AN, O2815, fo 111.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Paul Goujon dit « La Baronnière », peintre des Bâtiments (?-1690).

28 Une tente est un certain type de pavillon, dont la principale caractéristique est d’être plus longue que large, et d’être coiffée d’un toit. Elle est réalisée en toile ou en coutil, et essentiellement d’usage militaire.

29 Un pavillon est caractérisé par son plan carré ou circulaire, et son sommet conique. C’est, semble-t-il, la forme la plus ancienne et la plus traditionnelle des dispositifs de castramétation.

30 « Il se dit aussi d’une petite tente qui est faite en forme de toit, et qui n’a point de murailles comme les tentes ordinaires. Une canonnière sert ordinairement à quatre soldats, à quatre cavaliers. » Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 241.

31 AN, O2815, fo 113.

32 Saint-Maurice 1911-1912, p. 106, le 18 août 1667.

33 AN, O1 277, p. 24.

34 Ce camp a fait l’objet récemment d’un séminaire par Guy Rowlands intitulé « Glamping with Guns : Louis XIV, the Camp of Compiègne, and the Origins of the Modern Military Exercise » (université d’Oxford, le 30 mai 2018).

35 Voir notamment Mauvillon 1741, t. II, p. 240-271.

36 Ibid., p. 271.

37 Ibid., p. 243.

38 Candréus 2007.

39 Hatton 1968, p. 355-356.

40 Hovmarskalk en suédois. Il s’agit du premier des grands officiers de la Couronne dans les cours allemandes, russes, et scandinaves.

41 Cité et traduit en anglais par Hatton 1968, p. 356.

42 Thomas II de Dreux (?-1749), marquis de Brézé, lieutenant général, grand maître des cérémonies de 1701 à 1720. Il a exercé la charge de grand maréchal des logis de la Maison du roi à la place du titulaire, son neveu, le marquis de Courcelles, à la mort du père de ce dernier, le marquis de Cany. Il est l’oncle par alliance du grand maréchal des logis de la Maison du roi, le comte de la Suze, depuis son mariage, le 14 juin 1698, avec Catherine Angélique Chamillart, fille de Thomas III marquis de Dreux-Brézé (1677-1749), grand-maître des cérémonies. État de la France 1749, p. 357-358.

43 AN, 463 AP 1, p. 23-25, lettre du marquis de Dreux au comte de Saint-Florentin, le 23 mai 1744.

44 Frostin 2006.

45 AN, 463 AP 1.

46 Ibid.

47 AN, O2986, « Mémoire des ouvrages de charpente faits et fourny pour le service du roy suivant les ordres de monsieur Fossier, capitaine général des tentes de Sa Majesté, au Vivier Corax, en la forêt de Compiègne, lesdits ouvrages faits par Silvain Lay, maître charpentier à Compiègne ».

48 Sur le château de Vincennes et ses dépendances, voir Sarmant 2018.

49 AN, O2960, fos 131-133.

50 Il s’agit du garde-meuble du château de Vincennes.

51 Les ateliers mentionnés sont bien situés au château de Vincennes, car les ouvriers se voient fournir des lits pour coucher sur place afin de veiller aux préparatifs du départ du roi en campagne.

52 AN, O2960, fo 132.

53 Ibid.

54 AN, O1 277, p. 85.

55 Michel Dominique Le Prince.

56 AN, O1 277, p. 127-128.

57 Jean Moreau de Séchelles (1690-1760). Homme de robe brillant, il deviendra contrôleur général des Finances en 1754, avant d’être atteint d’une congestion cérébrale, en 1756, qui le contraint à céder sa place à Peyrenc de Moras. Moreau de Séchelles commence sa carrière comme simple secrétaire du secrétaire d’État de la Guerre Claude Le Blanc. Il devient maître des requêtes, puis intendant du Hainaut en 1727. Il est conseiller d’État le 30 juillet 1742, et intendant de Flandre à compter du 1er mars 1743. De 1741 à 1742, il est intendant de l’armée auprès du maréchal de Belle-Isle en Bohême. En 1744, il devient intendant de l’armée de Flandre, puis, suivant celle-ci en Alsace, il troque son intendance d’armée contre celle de Barthélémy de Vanolles. Le 6 octobre 1744, il reçoit une commission pour se rendre à Munich afin d’organiser l’armée impériale reformée par la France. Il devient à nouveau intendant de l’armée de Flandre en 1745. Colin 1901-1908, t. I, p. 192-197. Bély 2003, p. 48-50. Glineur 2005 ; 2016, p. 111-138. Antoine 1978, p. 189.

58 Charles-Louis-Auguste Foucquet, comte, puis duc de Belle-Isle, maréchal de France (1684-1761). Antoine 1978, p. 62. Dussauge 1914.

59 Vincennes, Service historique de la Défense (désormais SHD), archives de la guerre (désormais AG), A3035 pièce 188, lettre de Moreau de Séchelles au maréchal de Belle-Isle.

60 « Au sieur Antoine Six, tapissier tentier demeurant à Lille, la somme de huit mille trois cens quatre-vingt livres pour seize tentes, dix cannonières, et une galerie ordonnée être faite pour l’usage et service de Sa Majesté, de messieurs les grand officiers de la Maison du roi, et autres officiers de sa Chambre et Garde-Robe, savoir : neuf tentes de coutil d’Hollande de douze pieds en quarré doublées d’indienne, garnies de leur marquise, et à muraille, avec cordages, sangles, crochets, mâts et piquets, à raison de cinq cent vingt livres chacune la somme de quatre mil six cent quatre-vingt livres, plus, pour cinq autres tentes de pareille coutil d’Hollande de dix pieds en quarré, doublé aussy d’indienne, et garnies de leurs marquises, et à muraille, avec cordages, sangles, crochets et mâts, et piquets, à raison de quatre cent cinquante livres chacune, la somme de deux mil deux cent cinquante livres, plus pour deux autres tentes identiques de huit pieds en quarré, à raison de trois cent cinquante livres chacune, la somme de sept cent livres, plus pour dix cannonières de coutil garnies de leurs mâts, traverses et piquets, la somme de six cent livres, plus pour une galerie de quatorze pieds six pouces de long, les murailles de six pieds neuf pouces, et ladite galerie de quatre pieds de large, pour coutil, mâts, piquets, et façon, la somme de cent cinquante livres. » AN, O2865, fos 152-153.

61 Luis Reggio y Branciforte, prince de Campo-Florido (1677-1757). Ambassadeur d’Espagne à la cour de France de 1740 à 1746. Ozanam 1998, p. 409-410.

62 Simancas, Archivo general de Simancas, Estado, Legajos (désormais AGS, Est., Leg.), 4444, lettre de Campo Florido au marquis de Villarias, le 16 juin 1744, à Lille.

63 Charles-Louis Félix de Tassy, seigneur de Stain, contrôleur général de la Maison du roi (1676-1749).

64 AN, O1 277.

65 Gabriel Étienne Aubry, dit « Des Lombards » (1677-1747). Ce trésorier est mentionné dans Lemaigre-Gaffier 2016, p. 40-41. Sa fortune et les étapes de sa carrière sont décrites dans Claeys (dir.) 2011, t. II, p. 93.

66 AN, O1 277, p. 14-17.

67 Ibid., p. 23.

68 AN, O2960, fo 134.

69 « Au sieur Six marchand tapissier tentier à Lille, la somme de douze mille quatre cent soixante livres pour toutes les tentes et canonnières par lui faites pour le service de la Bouche de Sa Majesté et des officiers de sa Maison […], sçavoir : pour quatre tentes de douze pieds, de coutil de Flandres, doublées d’indiennes, avec leurs marquises garnies de leurs mâts, faîtières et cordages, à raison de cinq cent livres pièce, la somme de deux mille livres, la somme de sept cent soixante livres pour une tente de pareil coutil de Flandres doublée de toille écrue, de vingt-quatre pieds de long garnies de mâts, faîtières, et cordages, pour la Bouche du roy. » AN, O2960, fo 134.

70 Paris, bibliothèque de l’Arsenal (désormais abrégé Arsenal), Ms Arsenal 15214, plan du quartier du roi d’Hamal.

71 « Au sieur Fossier fils la somme de quatre cent livres à lui accordées par monsieur le premier gentilhomme de la Chambre pour ses peines et soins pendant la présente année et pour gratiffication à cause du plan du campement du roy à Hamal, qu’il a levé pendant la présente campagne. » AN, O2960, fo 743.

72 Jeffares 2006.

73 Ms Arsenal 15211, plan du bourg de Wervicq.

74 Traduit de l’espagnol. AGS, Est., Leg., 4444. Lettre du prince de Campo-Florido au marquis de Villarias, le 27 mai 1744, à Lille.

75 Lille, archives municipales, affaires générales (désormais AM Lille AG) 1396, « Relation du siège de Menin et du séjour de la cour à Lille ». SHD, AG A3035, pièce 163.

76 « Les tentes du roi sont parties pour le camp devant Ypres avec une partie des équipages et des personnes de la suitte de S.M. ». AGS, Est., Leg., 4461, nouvelles du 14 juin 1744, à Lille.

77 SHD, AG A3146, pièce 64, lettre du chevalier de Belle-Isle au maréchal de Belle-Isle, le 10 mai 1746.

78 Gazette, juillet 1746.

79 Voir Luynes 1860-1865, t. VI, p. 430.

80 Newton 2000.

81 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson s. d.

82 Ibid., P 79, lettre du comte de La Suze au comte d’Argenson, le 30 avril 1745.

83 Paris, bibliothèque de l’Institut (désormais Institut), Ms. Institut 1646, fo 88.

84 AN, O2865, fo 154.

85 « […] quarante-cinq livres à six soldats qui ont arrosés pendant cinq jours à ladite raison de trente sols à chacun, quatre-vingt-dix livres à soixante soldats employés à détendre le camp du roy, et à charger les voitures à ladite raison, six livres à deux sergents, quatre livres à deux caporeaux, dix-huit livres à six soldats qui ont arrosés la tente chapelle et sale à manger du roy, huit livres payé à un serrurier pour démonter toutes les ferrures des tentes et maisons de bois du roy, […] cent trente-cinq livres pour faux frais pendant le séjour de Sa Majesté au camp d’Hamal, et pour le décampement dudit camp [d’Hamal] cent trente-cinq livres à trente soldats employés à Bruxelles pendant trois jours […] à étendre et faire seicher les tentes du roy ». AN, O2960, fos 737-738.

86 « Sire, J’ai l’honneur d’adresser à Votre Majesté un petit mémoire au sujet de ses tentes et de sa maison de bois. Une partie des tentes de Sa Majesté doit être arrivée et le reste suivra incessamment ainsi que la maison de bois. » AN, 463 AP 1, lettre de Saint-Florentin à Louis XV, le 23 mai 1744.

87 AN, O2960, fo 755.

88 Pour une étude plus approfondie de la dimension logistique du voyage du roi, voir notre thèse d’École des chartes en préparation.

89 AN, O2960, fo 734.

90 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson, s. d.

91 Les fourriers des logis « ont moitié dans la vente des baraques et constructions […] ». État général de la France, t. I, 1789, p. 151.

92 AN, O2865, fos 154-155.

93 Sélestat, archives municipales (désormais AM Sélestat), CC 235, pièce justificative des dépenses et CC 175 compte.

94 Kübler 1885, p. 33-34.

95 BUP, Argenson, P 26, lettre de Moreau de Séchelles au comte d’Argenson, s. d.

96 Windsor Castle, Royal Archives, Cumberland Papers, (désormais RA CP) Main 25.

97 Wasier-Lemerre 1909, p. 148.

98 SHD, AG A3146, pièce 64, lettre du chevalier de Belle-Isle au maréchal de Belle-Isle, le 10 mai 1746.

99 AN, O1 277, p. 23.

100 La faîtière d’une tente est la perche qui est au haut de la tente et qui est mise d’un bout à l’autre pour soutenir la toile, mais il s’agit aussi de la pièce de toile qui couvre la perche, que l’on appelle faîtière. Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 716. Emy 1857, p. 339.

101 Mouillard 1887, ch. X.

102 Luynes 1860-1865, t. VII, p. 407, le 30 avril 1744. AN, O1 904.

103 SHD, AG A3145, pièce 224.

104 Blin 2016, p. 269, 290, 303, 353, 391, 409, 414, 416-417.

105 AN, O3243, p. 2.

106 AN, O1 277.

107 « Espèce de logement portatif servant au campement des gens de guerre, et fait en quarré ou en rond, et terminant en pointe par en haut, à la différence des tentes qui sont plus longues que larges, et dont le haut est fait en forme de toit. Les pavillons sont faits ordinairement de coutis. » Dictionnaire de l’Académie, 1694, p. 202.

108 « Il se dit aussi d’une petite tente qui est faite en forme de toit, et qui n’a point de murailles comme les tentes ordinaires. Une canonnière sert ordinairement à quatre soldats, à quatre cavaliers. ». Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 241.

109 L’ambassadeur vénitien Girolamo Corner est lui aussi invité à dîner sous la tente du comte d’Argenson qui permet de recevoir ceux qui n’ont pu être inscrit à temps sur la liste des convives de la table du roi. Venise, Archivio di Stato, (désormais ASV), ASV, Senato, Dispacci (désormais S., D.), Dispacci degli ambasciatori e residenti, Francia, Filze 235, fos 31-32, lettre de Girolamo Corner, le 7 juin 1744, à Lille.

110 Ms. Institut 1644, fo 136.

111 Ms Arsenal 15211.

112 AN, 463AP 1.

113 AN, O1 277, p. 127-128.

114 AN, 463 AP 1.

115 AN, O3243, p. 2-3.

116 Ibid., p. 3-4.

117 Ms. Institut 1644, fo 137.

118 AN, 463 AP 1.

119 AN, O3243, p. 5.

120 AN, O2960, fo 733.

121 Ibid., fo 736.

122 Cité par Tripnaux 1994-1995, t. III, p. 281.

123 Rappelons que par « meuble », comme l’indique le dictionnaire de Trévoux, il faut comprendre « un lit ou des chaises de même parure » ; ainsi le meuble désigne un mobilier assorti produit en une seule série. Dictionnaire de Trévoux 1738, « meuble », p. 1245.

124 AN, O1 277.

125 Ibid.

126 Montbarrey 1823-1826, t. I, p. 41.

127 Louis Marin Buttet de La Rivière, gouverneur du fort Saint-Louis sur l’île de Saint-Domingue (1680-1753).

128 André Buttet, cornette de cavalerie en 1747 (?-1789).

129 Kew, National Archives, High Court of Admiralty, (désormais NA HCA) 30 245, lettre de M. Bérenger à M. de Buttet, gouverneur de Saint-Domingue, le 31 mai 1747, à Paris.

130 Les tentes et le mobilier de campagne des ambassadeurs font l’objet d’une étude approfondie dans notre thèse d’École, à laquelle nous renvoyons le lecteur pour plus de précisions.

131 Luynes 1860-1865, t. V, p. 474-475.

132 ASV, S., D., Dispacci degli ambasciatori e residenti, Francia, Filze 235, fo 44, lettre de Girolamo Corner, le 21 juin 1744, à Warneton.

133 Traduit de l’italien. ASV, S., D., Dispacci degli ambasciatori e residenti, Francia, Filze 236, fos 47-50, lettre d’Antonio Diedo, le 13 juin 1745, à Lille.

134 Jean-Baptiste Achille Godefroy de Maillart (1697-1759). Godefroy-Méniglaise 1873, p. 315-340.

135 SHD, AG A4 86, « Journal de Godefroy », fo 8, le 4 mai 1745.

136 Sur les cadeaux offerts à cette occasion, voir Whitehead 2009.

137 Mehmet Said Efendi (?-1761).

138 « Les présents consistent en une tente garnie de belles étoffes en dedans, dont les bâtons sont tournés et travaillés avec soin […]. Cette tente a été tendue le jeudi et le vendredi sur la terrasse, vis-à-vis le milieu de la cour de marbre. Il y avoit dans la tente un sopha avec des carreaux, et les mâts de la tente étoient garnis de nacre de perles. » Luynes 1860-1865, t. IV, p. 79.

139 AN, O13243, p. 27.

140 Ibid., p. 27-28.

141 Ibid., p. 28-29.

142 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 463.

143 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 475-476.

144 Barbier 1847-1856, t. IV, p. 46-47.

145 Mercure de France, mai 1745, p. 170.

146 AN, O3243, p. 1.

147 Luynes 1860-1865, t. VI, p. 487.

148 Le cul-de-lampe d’une tente désigne l’exèdre qui forme l’arrière d’une tente du type d’une canonnière. Dans le cas d’une tente de plus grandes dimensions, où la porte se trouve insérée dans les murailles, comme ici pour la tente chapelle, chacune des deux extrémités de la tente forme un cul-de-lampe.

149 Un mantelet est une pièce de cuir que l’on rabat sur une ouverture afin de se protéger du froid et de la pluie.

150 AN, O3243, p. 1-2. Cette description a été publiée dans une orthographe normée, voir Deville 1878-1880, p. 511.

151 Sa conception est néanmoins très certainement antérieure à 1673.

152 Pelisson-Fontanier 1729, t. I, p. 300, le lundi 12 juin 1673, au camp devant Maastricht.

153 Ibid., t. II, p. 291, le mercredi 12 juin 1675, au camp de Viset.

154 Ibid., p. 359, le samedi 13 juillet 1675, au camp de Velaine.

155 AN, O1 277. Pelisson-Fontanier 1729, t. III, p. 29, le 29 avril 1676, au camp de Sebourg. Les officiers de l’armée de Louis XV disposaient eux aussi de parquets pour leurs tentes, mais certainement de dimensions bien plus modestes. « Je viens d’être obligé d’interrompre ma lettre par un orage qui vient d’arriver ; l’eau commençait déjà à gâter mon parquet, mais je viens de faire des fossés tout autour de ma tente, qui m’en garantissent. » Bézard 1927, p. 106.

156 « Monseigneur a été visiter toutes les gardes du camp, et a fait tendre sa maison de bois et ses tentes dans un pré derrière les gardes du corps, pour être plus près des troupes ; il n’a point voulu être logé dans le bourg de Flonneim. » Dangeau 1854-1860, t. III, p. 170, le 13 juillet 1690. Sur les embarras provoqués par la présence de Monseigneur, voir Cénat 2014.

157 AN, O3313, fos 149-150.

158 Cité dans Cornette 2000, p. 307.

159 Louvois était surintendant des Bâtiments en même temps que secrétaire d’État de la Guerre, ce qui peut aussi contribuer à expliquer le rattachement des maisons de bois à la surintendance des Bâtiments. Néanmoins, la première apparition des maisons de bois date du vivant de Colbert : ces tentes étaient-elles alors déjà rattachées à la surintendance des Bâtiments ?

160 « On y a tendu ce que l’on appelle la maison de bois du roi. C’est une tente parquetée, avec des fenêtres, divisée en trois pièces ; on y a ajouté deux tentes du feu roi faites à peu près de même, mais d’un goût plus antique ; l’une sert de garde-robe, l’autre de cabinet on a tendu, à portée de cette maison de bois, des tentes pour les officiers des gardes et pour mettre des tables pour la suite du roi. » Luynes 1860-1865, t. VII, p. 451, le 24 juillet 1749.

161 AN, O3243, p. 83.

162 AN, O2986.

163 Ibid.

164 Ibid., « Mémoire des dépenses faites pour le service de madame la dauphine à Forges, par ordre de monseigneur le maréchal de Richelieu, premier gentilhomme de la Chambre du roy, pour la maison de bois, cabinets et tentes, tirées de Vincennes, pour être conduites à Forges, et servir pendant le mois de juillet jusqu’au 4 aoust 1749, par Filleul, tapissier ordinaire de la Chambre du roy ».

165 Gruber 1972, p. 204.

166 AN, O3313, fo 150.

167 AN, O1 277.

168 AN, 463 AP 1.

169 Gaspard-Moïse-Augustin de Fontanieu (1694-1767), intendant et contrôleur général des Meubles de la Couronne. Voir Castelluccio 2004, p. 143-146.

170 AN, 463 AP 1.

171 Ibid.

172 AN, O1 277.

173 AN, O3313, fos 149-150.

174 Dans les ordonnances sur le Trésor royal pour la campagne de 1745, à la date du 4 mars 1746 ; une somme est allouée : « […] pour le parfait payement des tentes et maisons de bois ordonnées par Sa Majesté, tant pour son service que pour celuy de Mgr le dauphin pendant la campagne dernière. » AN, O1 277.

175 Ms. Institut 1645, fos 80-81. La superposition entre jardin et camp militaire royal mérite l’attention. En effet, Olivier Chaline démontre le curieux parallèle entre, d’une part, poliorcétique et castramétation, et, d’autre part, art du jardin à la française. Chaline 2005, p. 108-109.

176 Ms Arsenal 15211.

177 Faut-il y voir la distinction entre une chambre d’apparat et une chambre pour dormir ? Sur l’importance de la chambre du roi, voir Richard 2010.

178 S’agit-il de damas de Tours cramoisi galonné d’or ? Maës 2013, § 115.

179 Thomas Filleul (1709-1770), écuyer, garçon ordinaire de la Chambre, valet de chambre tapissier de 1727 à 1751, puis concierge garde-meubles des châteaux de Choisy.

180 AN, O3313, fo 150.

181 AN, O3243, p. 73.

182 Pierre-Josse Joseph Perrot (1678-1750).

183 AN, O1 2245, fo 155.

184 AN, O2960, f130.

185 AN, O3243, p. 73.

186 Arvieux 1735, t. IV, p. 519-521.

187 AN, O1 3243, p. 55.

188 Atasoy 2000, p. 99.

189 AN, O2245, fo 150.

190 AN, O2244, fo 165.

191 AN, O2522, fo 8.

192 AN, O2358, fo 269.

193 AN, O3243, p. 83.

194 Ibid., p. 55.

195 Saint-Maurice 1911-1912, p. 71, le 16 juin 1667.

196 AN, G7 61.

197 AN, O3313, fos 149-150.

198 AN, O3243, p. 69-83.

199 Un « lé » est la largeur d’une étoffe entre ses deux lisières, on parle aussi de laize ; le terme a pour origine étymologique latia.

200 Le mollet est un type de frange servant à garnir les meubles.

201 AN, O3313, fo 149.

202 Maës 2013, § 115.

203 AN, O3313, fo 149.

204 Ibid.

205 AN, O3313, fo 150.

206 AN, O3243, p. 75.

207 « On appelle aussi portière, une espèce de rideau qu’on met devant une porte, ou pour empêcher le vent, ou par ornement. Des portières de velours. Des portières de damas. » Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 426.

208 AN, O3313, fo 150.

209 AN, O3243, p. 69. Son absence accidentelle en juillet 1745 est un événement traumatisant pour les « courtisans non guerriers » comme l’écrit le duc de Croÿ.

210 « se dit des lez d’étoffe qu’on attache vers le chevet et vers les pieds d’un lit, pour accompagner les grands rideaux ». Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 190.

211 AN, O3313, fo 149.

212 AN, O3243, p. 69.

213 AN, O3313, fo 149.

214 AN, O3243, p. 69.

215 AN, O3313, fo 149.

216 Ibid.

217 Ibid.

218 Ibid.

219 AN, O3243, p. 71.

220 Ibid., p. 82.

221 AN, O3244, p. 66.

222 AN, O3243, p. 82.

223 Ibid., p. 82-83.

224 AN, O3313, fo 150.

225 AN, O3243, p. 71.

226 Ibid.

227 AN, O3313, fo 150.

228 AN, O3243, p. 71-72.

229 AN, O3313, fo 150.

230 AN, O3243, p. 72.

231 Ibid.

232 AN, O3313, fo 150.

233 AN, O1 3243, p. 73.

234 AN, O3313, fo 149.

235 AN, O3243, p. 74.

236 Ibid.

237 AN, O3313, fo 149.

238 Ibid., p. 75.

239 Ibid., p. 74.

240 Ibid., p. 74-75.

241 Ibid., p. 77.

242 Ibid., p. 76.

243 Ibid., p. 76-77.

244 Ibid., p. 82.

245 Ibid., p. 78.

246 AN, O3313, fo 149.

247 AN, O3243, p. 78.

248 Ibid., p. 74-75.

249 Ibid., p. 78.

250 Ibid.

251 Ibid., p. 79.

252 AN, O3244, p. 68.

253 AN, O2865, fo 158.

254 AN, O2960, fos 791-792.

255 AN, O3244, p. 68.

256 « Il se dit aussi d’une manière de caisse où l’on met des liqueurs, ou des eaux de senteur, pour les transporter aisément d’un lieu à un autre. Porter une cave dans son carrosse. » Dictionnaire de l’Académie, 1762, p. 258.

257 AN, O3243, p. 79.

258 Ibid., p. 81-82.

259 Ibid., p. 79-80.

260 Ibid., p. 80-81.

261 Ibid., p. 80.

262 Ibid., p. 81.

263 Ibid.

264 AN, O3244, p. 69.

265 AN, O3243, p. 81.

266 AN, O3244, p. 69.

267 SHD, AG A4 86, « Journal de Godefroy », fo 6.

268 AN, O1 277.

269 Souligné dans le texte. Il s’agit d’une référence à saint Paul : « il vous faut abandonner votre premier genre de vie et dépouiller le vieil homme, qui va se corrompant au fil des convoitises décevantes, pour vous renouveler par une transformation spirituelle de votre jugement et revêtir l’Homme Nouveau, qui a été créé selon Dieu, dans la justice et la sainteté de la vérité ». Eph. IV, 22-24. C’est aussi un engagement de nouveau converti auquel s’est soumis Louis XV : « Ne vous mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l’image de celui qui l’a créé. » Col. III, 9-10.

270 Gustave Claude Éléonor, palatin de Dyo, comte de Montpéroux (1713-1770).

271 AN T 153 106. La formule est à double sens : la mort du cardinal, le vieillard qui habitait l’esprit du roi, donne lieu à la renaissance du phénix, mais le vieil homme c’est aussi le pêcheur vivant dans la chair qu’était Louis XV, avant la conversion que représentent le règne personnel et l’ascèse guerrière.

272 Comme le souligne Marina Viallon : « La salle des gardes est donc une pièce exclusivement réservée aux résidences où le roi est en représentation publique. Elle est liée à l’étiquette de la cour et devient donc inutile dans les lieux où cette dernière est absente. » À contrario, la présence d’une salle des gardes démontre la nécessité du maintien de l’étiquette aux armées. Viallon 2013.

273 Lettres et mémoires, 1794, t. II, p. 190, lettre de Maurice de Saxe au chevalier de Folard, le 5 mai 1746.

274 Sur les armées comme sociétés de cour sous Louis XIV, voir Rowlands 2015, p. 281-296.

275 Habitant des environs de Tongres et témoin oculaire, venu visiter le quartier du roi.

276 La description du quartier du roi proposée par Mengels mérite également d’être partiellement citée : « [Les] tentes [de la Maison militaire du roi] étaient exceptionnellement belles et de toutes sortes de couleurs, toutes avec une teinture particulière et leurs couleurs étaient si joliment et élégamment associées que c’était merveilleux à voir. Outre toutes ces splendeurs, se trouvaient là des milliers d’autres tentes encore, qui, par leur parfait agencement, formaient une belle et riche ville avec des rues et des allées, des places et des esplanades, ce qui était particulièrement beau à voir. » Traduit du flamand. Mengels, 2006, p. 49-50.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Adam-François Van der Meulen, Vue du château de Fontainebleau du côté des parterres en 1669, XVIIe siècle, huile sur toile, 534 x 955. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4343.
Légende Une représentation des tentes de Louis XIV à Fontainebleau. On remarque des détails semblables aux tentes de Louis XV : ces couloirs de communication rappellent que les deux maisons de bois étaient reliées l’une à l’autre au quartier du roi, par « deux bouts de marquise de coutil servant de jonctions aux deux maisons de bois, sçavoir, une de dix pieds et l’autre de quatre pieds six pouces, les ornements peints et dorés ».
Crédits © Paul Bastier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-1.jpg
Fichier image/, 116k
Titre Fig. 2 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.
Légende Un exemple de constructions insérées dans le dispositif des tentes de la bouche en 1747 ; s’agit-il de baraques construites exprès ou de bâtiments préexistants investis par la Maison domestique ?
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-2.jpg
Fichier image/, 152k
Titre Fig. 3 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.
Légende Plan du quartier du roi à Vlamertingue en juin 1744. Les bâtiments sont représentés en rouge par opposition aux tentes, figurées sous leur forme et leur structure réelles. 1. « Le Roy » ; 2. Tente du roi ; 3. Chapelle du roi ; 4. Bouche du roi ; 5. Gobelet pain ; 6. Gobelet vin ; 7. Café du roi ; 8. Garde-robe du roi ; 9. Chambre et garde-robe ; 10. Salle des gardes ; 11. Antichambre ; 12. Salle à manger ; 13. Corps de garde des Cent-Suisses ; 14. Gardes françaises ; 15. Gardes suisses ; 17. Gardes du corps de service.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-3.jpg
Fichier image/, 748k
Titre Fig. 4 : Martin [le Jeune] (attribué à), Vue du camp de Cysoing, [1744], dessin [à la pierre noire rehaussé d’aquarelle], 87 x 122, Vincennes, Service historique de la Défense, GR 7 M C 747.
Légende Cette vue sur le vif du camp de Cysoing, en mai 1744, fournit une illustration des couleurs distinctives des canonnières de chaque compagnie des gardes du corps.
Crédits © Paul Bastier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-4.jpg
Fichier image/, 1,4M
Titre Fig. 5 : Quartier du roy a Vlamertingue en juin 1744, [1744], plan aquarellé, 355 x 525. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15211.
Légende Vue générale des tentes de la cour au quartier du roi de Vlamertingue en juin 1744. 3. Chapelle du roi ; 4. Bouche du roi ; 5. Gobelet pain ; 6. Gobelet vin ; 7. Café du roi ; 8. Garde-robe du roi ; 9. Chambre et Garde-robe ; 15. Gardes suisses ; 17. Gardes du corps de service ; 20. Médecins et chirurgiens du roi, Chicoyneau et Lapeyronie ; 21. Grande Écurie ; 22. Petite Écurie ; 23. Pages du roi ; 24. Pages de la Chambre ; 25. Garde-Meubles ; 26. Camp du duc de Chartres, prince du sang ; 27. Camp du duc de Penthièvre, prince du sang ; 28. Prince Charles, grand écuyer ; 29. Maréchal de Noailles, commandant en chef l’armée royale ; 30. Camp du comte d’Argenson, secrétaire d’État de la Guerre ; 31. Camp de Jean Moreau de Séchelles, intendant de l’armée ; 32. Duc de Richelieu, premier gentilhomme de la Chambre et aide de camp du roi ; 33. Duc d’Aumont, aide de camp du roi ; 34. Marquis de Meuse, aide de camp du roi ; 35. Duc de Boufflers, gouverneur de Flandre ; 36. Marquis de Montboissier, lieutenant-général ; 37. Prince de Soubise, aide de camp du roi ; 38. Duc d’Ayen, aide de camp du roi ; 39. Poste aux lettres de l’armée ; 40. Boyer de Crémilles, maréchal général des logis de l’armée ; 41. Duc de Picquigny, aide de camp du roi ; 42. Pâris-Duverney, directeur des vivres ; 43. Comte de La Suze, grand maréchal des logis de la Maison du roi ; 44. Duc de Chevreuse, (fils du duc de Luynes), maréchal de camp ; 45. Comte d’Aumale, chef des ingénieurs ; 46. Duc de Fleury, premier gentilhomme de la Chambre ; 47. Duc de Fitz-James maréchal de camp et l’évêque de Soissons, premier aumônier du roi ; 48. Marquis de Verneuil, introducteur des ambassadeurs ; 49. Sieur Poulet de La Tour, prévôt de la connétablie.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-5.jpg
Fichier image/, 3,8M
Titre Fig. 6 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.
Légende Vue générale des tentes de la seule Maison domestique au château d’Hamal.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-6.jpg
Fichier image/, 3,5M
Titre Fig. 7 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.
Légende Une image de la tente chapelle de Louis XV au quartier de Hamal lors de la campagne de 1747. On notera la présence des trois croix de bois bronzé qui reposent sur la faîtière et le soleil radieux louis-quatorzien qui l’orne.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-7.jpg
Fichier image/, 196k
Titre Fig. 8 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.
Légende L’utilisation des maisons de bois du roi est attestée par un plan de quartier du roi au château d’Hamal lors de la campagne de 1747. Cette image exceptionnelle permet de voir l’aspect extérieur de ces tentes uniques en leur genre. On remarque notamment la clôture de tissu qui entoure les tentes du roi. Louis XV finira par quitter l’endroit car les fossés qui entourent le château sont chargés de « mauvais air », à en croire Lordat.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-8.jpg
Fichier image/, 4,1M
Titre Fig. 9 : [Louis-Denis Fossier] (attribué à), Plan particulier du quartier du Roy au Chateau d’Hamal, [1747], plan aquarellé, 425 x 590. Paris, bibliothèque de l’Arsenal, Ms 15214.
Légende Détail de la maison de bois du roi. On peut y admirer les ornements peints et dorés aux armes de France et les trophées d’armes.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-9.jpg
Fichier image/, 184k
Titre Fig. 10 : Charles André, dit Carle, Van Loo, Louis XV (1710-1774) roi de France, xviiie siècle, huile sur toile 277 x 183. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 4389.
Légende Une représentation de Louis XV aux armées par Van Loo. Sans doute faut-il supposer que l’intérieur des maisons de bois de Louis XV pouvait avoir un mobilier semblable.
Crédits © RMN-Grand Palais (château de Versailles) / image RMN-GP
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17907/img-10.jpg
Fichier image/, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bastier, « Les tentes de guerre de Louis XV : résidences royales éphémères aux armées (1744-1747) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 29 mai 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17907 ; DOI : 10.4000/crcv.17907

Haut de page

Auteur

Paul Bastier

Paul Bastier est élève à l’École nationale des chartes et doit soutenir au cours de l’année 2019 sa thèse d’École intitulée « Louis XV chef de guerre. Cérémonial de cour et commandement (1741-1748) », sous la direction de MM. les professeurs Olivier Poncet et Olivier Chaline. Ses recherches portent sur l’histoire militaire et la cour de France au xviiie siècle.
Paul Bastier is a civil servant student at the École Nationale des Chartes and is completing his thesis titled “Louis XV as Military Commander: Court Ceremonial and Command (1741–1748)”, under the supervision of professors Olivier Poncet and Olivier Chaline. His research focuses on military history and the French court in the eighteenth century.
paul.bastier@chartes.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals