Navigation – Plan du site

Une matriarche espagnole à la cour de France : Estefanía de Villaquirán, azafata (nourrice) d’Anne d’Autriche

A Spanish Matriarch at the Court of France: Estefanía de Villaquirán, Nursemaid of Anne of Austria
María José del Río Barredo
Traduction de Anne Bardez

Résumés

Estefanía de Villaquirán, azafata ou nourrice d’Anne d’Autriche, était membre de la suite espagnole qui accompagna l’infante à la cour de Louis XIII. En la prenant comme exemple d’une chef de famille de domestiques palatins ayant traversé plusieurs cours d’Europe, l’auteure veut mettre en lumière l’importance des serviteurs subalternes dans les Maisons des infantes espagnoles qui allaient s’installer dans les cours étrangères à l’occasion de leur mariage. La première partie de l’article est consacrée à l’implantation des membres de la famille Villaquirán dans leurs offices de serviteurs à la cour de Turin, puis à celles de Madrid et de Paris. Grâce à son parcours, l’azafata put se constituer un capital social dont elle fit bénéficier les membres de sa famille. La seconde partie de l’article concerne la période qu’elle passa à la cour de France, entre 1615 et 1620. L’auteure s’intéresse à la chambre de la reine dans laquelle Estefanía exerçait ses fonctions, à la complexité des relations entre serviteurs de grades différents, ainsi qu’aux difficultés d’adaptation de la suite espagnole dans un contexte de rivalités et de tensions politiques qui ne favorisaient en rien son intégration. La situation particulière de la nourrice – la seule Espagnole à s’être finalement maintenue à la cour de France – est considérée en conclusion, en soulignant son rôle de matriarche et son influence, comparable à celle d’autres suivantes de la cour qui accompagnaient les infantes de la Maison d’Autriche dans les cours d’Europe.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une version abrégée de cet article a été publiée dans Andrés F., Hernández M. et Martínez S. (dir.), Mirando desde el puente. Estudios en homenaje al profesor James S. Amelang, Madrid, UAM Ediciones, 2018. Les recherches effectuées pour la réalisation de cet article s’inscrivent dans le projet PGC2018-094150-B-C22.

Texte intégral

Je souhaite remercier, pour leur aide et leurs commentaires, Laura Bass, Felipe Pereda, Magdalena Sánchez et Elena Sánchez de Madariaga. Je remercie également mes évaluateurs anonymes pour leurs précieuses observations.

  • 1 Le mot azafata est dérivé de azafate, qui désigne le panier ou le plateau utilisé pour transporter (...)
  • 2 J’utilise ce terme non pas tant en référence à l’institution du matriarcat, que pour désigner spéci (...)

1Cet article retrace la trajectoire de celle qui eut la charge de veiller sur Anne d’Autriche (1601-1666) durant les trente premières années de sa vie. Estefanía Romero de Villaquirán (1550-1631) est avant tout connue des historiens comme l’unique suivante espagnole à s’être maintenue à la cour de France après le congé donné aux autres dames en 1618. L’intérêt de son parcours va néanmoins bien au-delà. Son histoire est celle d’une femme de rang social modeste – elle était issue de la petite noblesse – qui, devenue veuve avec des enfants en bas âge, intégra la Maison d’Autriche comme azafata (ou nourrice)1. Si elle conserva durant de longues années cette charge de second rang, elle put jouir d’une influence non négligeable en s’imposant comme une véritable matriarche2, grâce à la constitution d’un réseau familial étendu de serviteurs qui virent leur sort s’améliorer au fur et à mesure de leurs pérégrinations dans diverses cours européennes. Elle arriva finalement en France, où elle atteignit une position d’autorité officieuse mais effective dans le cercle intime des appartements de la Reine. Si on ne peut faire de ce cas unique une généralité, il nous permet toutefois de considérer des aspects jusqu’alors ignorés au sujet du personnel subalterne féminin et d’enrichir nos connaissances sur les Maisons de la reine, tout en abordant les enjeux des relations entre les cours à travers la problématique de l’insertion des étrangers.

  • 3 Pour ne citer que les listes en lien avec la Maison d’Anne d’Autriche, voir Griselle 1912 ; Da Vinh (...)
  • 4 Kleinman 1990 ; Keller 2005 ; Zum Kolk 2009 ; Akkerman et Houben 2014 ; García Prieto 2018.

2Malgré l’abondance des études consacrées aux cours européennes et aux Maisons royales qui les composaient, il reste encore beaucoup à découvrir sur les serviteurs de second rang, dont nous ne connaissons guère plus que les noms, ce grâce aux états du personnel de service publiés depuis le début du xxe siècle3. Les recherches menées jusqu’à présent sur les femmes portent principalement sur des aristocrates qui ont occupé des postes de haut rang dans la chambre de la Reine – dames d’honneur – auxquelles s’ouvraient, du fait de leur statut élevé, des possibilités d’obtenir des patronages, d’intervenir dans le monde de la diplomatie ou de faire carrière à la cour4. Cependant, pour brosser un tableau plus complet et nuancé des Maisons royales, il convient de se pencher également sur le personnel subalterne et sur les relations du quotidien entre serviteurs, en marge des relations établies par l’étiquette, les ordonnances et les règles en vigueur. Il est notamment avéré que les suivantes espagnoles ont toutes, chacune à sa façon, joué un rôle déterminant en tant que membre de la suite, organisée sur le modèle de la Maison de la reine espagnole, qui accompagnait les infantes des Habsbourg à travers les cours d’Europe où elles se rendaient après leur mariage.

  • 5 Dubost 2001 et 2007b.
  • 6 Cosandey 2002 et 2006.
  • 7 Cruz 2013.

3Une analyse détaillée du cas de doña Estefanía et de sa famille pourra ainsi contribuer à l’étude des étrangers à la cour de France et permettre de mieux saisir le phénomène d’exclusion progressive dont ils firent l’objet et qui s’accentua sous les premiers Bourbons. L’azafata échappa à la purge politique de 1617-1618 et choisit quelques années plus tard, pour s’assurer de rester en France, le chemin de la naturalisation5. Cela ne l’empêcha pourtant pas de maintenir les traditions de la cour espagnole, auxquelles elle accorda une attention sans faille, davantage encore après le départ de ses proches. À une période où les étrangers, en particulier les Espagnols, étaient très mal reçus à la cour de France, l’intégration n’était pas au goût du jour. Il semble en outre que la circulation des serviteurs espagnols à travers diverses cours européennes ait renforcé chez eux le sentiment « national », qui favorisait (et aiguisait même) la préservation des coutumes. Madrid en encourageait le maintien afin de faciliter le service quotidien des infantes qui demeureraient espagnoles malgré leur accession au trône de France6. De futures recherches nous permettront de savoir si le parcours d’Estefanía et de la famille Villaquirán est un cas isolé ou s’il est, au contraire, représentatif de celui de l’ensemble des serviteurs espagnols qui s’installèrent dans diverses cours d’Europe au service de la dynastie transnationale que fut celle des Habsbourg7.

4Nous proposons d’abord de donner une vue d’ensemble sur le parcours d’Estefanía et de ses parents au service de la cour, à l’intérieur comme à l’extérieur de la péninsule ibérique. Ce panorama souligne l’importance de la Maison de la reine dans l’établissement de ce groupe familial de serviteurs, aussi bien à la cour de Madrid qu’à celles de Turin, Bruxelles ou Paris. Les états du personnel de service des Maisons royales, conservés à l’Archivo General de Palacio de Madrid, constituent des sources essentielles pour cette première partie. Ils fournissent des informations sur le personnel de l’Alcazar, notamment à travers des procès-verbaux et des requêtes d’un grand intérêt. Dans une seconde partie, l’article traite de l’expérience de l’intégration presque impossible de l’azafata et des autres serviteurs espagnols à la cour de France durant la décennie qui a suivi le mariage d’Anne d’Autriche avec Louis XIII (1615-1620). Ici, la correspondance familiale et diplomatique de plusieurs personnages de la cour espagnole est la source principale dont on dispose : les lettres de Philippe III à sa fille, celles des ambassadeurs du roi d’Espagne en France, qui occupaient dans un premier temps la charge de mayordomo mayor (premier maître d’hôtel) de la Maison de la reine, et même les dépêches – rares mais substantielles – de quelques suivantes, y compris d’Estefanía. J’analyserai enfin son testament en tant que témoignage majeur de l’influence que lui conférait sa place de mère de famille et d’ultime représentante de la Maison espagnole auprès de la reine de France.

Le service de cour dans diverses cours d’Europe

  • 8 D’après Durvan 1983, vol. 2, « fr. greffier : 1. oficio honorífico de la casa real, segun la etique (...)
  • 9 Simancas (Valladolid), Archivo General de Simancas (désormais AGS), Contaduría de mercedes, lib. 24 (...)

5Les éléments les plus marquants qui nous sont parvenus de la vie d’Estefanía Villaquirán ont trait aux circonstances familiales qui l’amenèrent à jouer un rôle prépondérant parmi les siens. On entend parler d’elle pour la première fois en 1587, lorsque Philippe II lui octroie une pension de veuvage de cent ducats en récompense des services rendus par son mari Rodrigo de Castro. Selon la cédule royale de concession de cette grâce, ce dernier avait servi pour les Maisons royales d’Élisabeth de Valois et de l’archiduc Albert, neveu du roi, qu’il accompagna en tant que grefier8 (greffier) lorsque l’archiduc fut nommé vice-roi du Portugal9. On peut supposer que Rodrigo s’installa à Lisbonne avec son épouse et ses enfants.

Famille de doña Estefanía de Villaquirán

Famille de doña Estefanía de Villaquirán
  • 10 AGS, Estado, Saboya, leg. 1264, f. 120 (26-2-1588). Dans ce rapport, Carlo Palavicino, mayordomo ma (...)
  • 11 Milan, Archivio storico civico, Fondo Belgioioso, Cart. 55, Fasc. 1, fol. 161r, 162r et 165r (je re (...)

6Ses quatre enfants avaient probablement atteint l’âge adulte mais il fallait encore leur assurer une situation lorsque, en 1588, Estefanía partit pour la cour de Turin, où elle fut introduite par son amie Luisa Mejía, azafata de l’infante Catherine-Michelle. La duchesse de Savoie attendait alors un enfant, le troisième en trois ans de mariage, et sa fécondité laissait augurer d’excellentes perspectives de travail pour cette veuve versée dans l’art de s’occuper d’enfants10. Chez Catherine-Michelle, qui respectait le modèle de Maison conçu pour la reine à l’Alcazar, on alloua à Estefanía les charges de dueña de retrete (duègne de retraite), ainsi que d’azafata du prince Philibert et sans doute aussi de son frère aîné, Victor. La naissance, dans les années qui suivirent, de six autres enfants, multiplia les obligations des cinq azafatas qui officiaient alors à la cour de Turin. Elle réussit à faire ajouter à sa nomination celles de ses filles Catalina et Isabel, comme mozas de cámara (demoiselles de chambre), et obtint une aide financière pour les études de l’un de ses fils, Pedro11.

  • 12 D’après Moliner 2007, t. II, p. 2977, ujier [équivaut à ujier de sala] : « servidor del rey que cui (...)
  • 13 Nieto Jiménez et Alvar Ezquerra 2007, vol. 10, p. 9742, cite Covarrubias 1611 : « en casa de los se (...)
  • 14 Martínez Millán 2000, p. 178 ; Raviola 2014, p. 489 ; Hortal Muñoz 2013, p. 1032 et 1052 (le second (...)
  • 15 Covarrubias 1611, t. II p.88 : « empleo honorífico en la casa real, cuyo ministerio es ir a caballo (...)
  • 16 Requête (Memorial) de 1602 à Madrid, Biblioteca del Palacio Real [BPRM], II/767, fol. 354-5 ; Madri (...)
  • 17 AGP, Personal, caja 759, exp. 6.

7En 1597, les perspectives qu’offrait le service domestique à la Maison de Savoie devinrent moins avantageuses après la mort de Catherine-Michelle due à des complications lors de sa dixième grossesse. Le duc choisit alors de congédier tous les domestiques espagnols, à l’exception de quelques femmes dévolues au service de ses filles sur le modèle de la cour espagnole. Un an plus tard, les mariages de Philippe III avec sa cousine Marguerite d’Autriche-Styrie et de sa demi-sœur, l’infante Isabelle-Claire-Eugénie, avec Albert d’Autriche, offrirent de nouvelles ouvertures. La plupart des serviteurs qui quittèrent alors Turin furent intégrés à la suite de la nouvelle reine d’Espagne Marguerite d’Autriche, et parmi eux, Estefanía et quelques-uns de ses enfants. Seule Catalina partit pour Bruxelles avec l’archiduc Albert et son épouse Isabelle-Claire-Eugénie, afin d’y rejoindre son époux Bernardo Gómez de la Reguera, lui aussi serviteur de cour. Ce dernier avait derrière lui une longue carrière internationale, débutée en 1560 au service de la Maison d’Élisabeth de Valois à l’Alcazar, où il avait également servi Anne d’Autriche, officiant en tant que ayuda de ujier de la vianda12 (aide-huissier de salle). Il migra de Madrid à Turin, où il fut promu despensero o veedor de vianda13 (intendant ou maître d’hôtel), une charge qui assurait une certaine autorité et à laquelle il se maintint une fois installé, vers 1595, aux Pays-Bas où il suivit l’archiduc Albert lorsque ce dernier y fut nommé gouverneur14. Catalina et Bernardo ne restèrent cependant pas longtemps à Bruxelles, probablement en raison de la politique mise en œuvre par les archiducs, visant à attirer la noblesse locale au service de la cour, ou de la perspective bien mince de voir naître un jour leur descendance. En 1602, prétextant des problèmes de santé, Bernardo demanda à retourner à la cour espagnole en compagnie de sa femme, avec l’intention de trouver une place dans la Maison qui se préparait pour accueillir les princes de Savoie à l’occasion d’un long séjour prévu au côté de leur oncle Philippe III. Il offrit ses services en tant que contrôleur ou écuyer, mais il obtint finalement la charge de guarda de damas15 (garde des dames) (1603) puis devint maître d’hôtel (1607) dans la Maison de la reine Marguerite, où sa belle-mère était bien intégrée16. Estefanía avait été élue parmi les duègnes de retraite, pour devenir azafata du premier enfant attendu par Marguerite d’Autriche en 1600, à savoir l’infante Anne : à travers cette nomination, sa valeur se trouvait reconnue17. Cette charge devint pérenne puisqu’elle l’exerça jusqu’à la fin de ses jours : d’abord à la cour d’Espagne, jusqu’en 1615, date du mariage de l’infante avec le roi de France Louis XIII, puis à Paris, jusqu’à sa mort en 1631. Tout au long de ces trente années, l’azafata d’Anne d’Autriche put non seulement construire sa carrière à la cour, ce qui lui permit d’accumuler un joli pécule, mais également développer un riche capital social qui lui offrit des avantages dont elle fit largement profiter ses enfants et les membres de sa famille.

  • 18 AGP, Administrativa, leg. 5226, exp. 2 (comptes de la labrandera [couturière] Louise de Sandoval) ; (...)
  • 19 Au sujet de la rente de 22 454 maravedis acquis en 1599, voir AGS, Contaduría de mercedes, lib. 594 (...)
  • 20 Recours non daté du procureur en faveur de Catalina Pérez dans son procès contre Estefanía Villaqui (...)

8Durant toute la période de son séjour à la cour d’Espagne, on trouve des indices de l’activité incroyablement diversifiée d’Estefanía. Comme on pouvait s’y attendre, son nom apparaît à de nombreuses reprises dans les comptes de linge que les couturières remettaient à l’Alcazar et que l’azafata récupérait et rangeait pour les besoins quotidiens18. On trouve également mention de sa personne dans les archives des finances royales, qui témoignent de son application à user au mieux des ressources qu’elle avait obtenues de la Maison royale. En 1599, à peine installée en Espagne, elle fit l’acquisition d’un juro perpetuo (rente royale perpétuelle), rejoignant ainsi la liste des personnes et des institutions qui, de façon plus ou moins volontaire, contribuaient aux besoins financiers de la Couronne. Nous savons, grâce à un certificat de vie établi à son intention à Valladolid quelques années plus tard, que la pension de son mari fut changée en titre de dette viager, qui soumettait ses rentes annuelles aux fluctuations de la fiscalité royale. Dans les années qui suivirent la banqueroute de 1607, Estefanía fit d’ailleurs adresser trois requêtes au roi, dans lesquelles elle faisait valoir sa position dans la Maison royale, pour recouvrer les sommes dues et assurer les paiements à venir. Les textes rédigés en son nom mettent en lumière ses connaissances précises en matière de rentes de la Couronne et des placements les plus sûrs pour investir, tout comme sa capacité à se faire entendre. Ses requêtes se trouvèrent en effet pleinement satisfaites19. Sa position d’azafata de la fille aînée du roi et les protecteurs de poids dont elle disposait à la cour furent certainement déterminants dans sa décision d’augmenter la rente qu’elle tirait de la location du logement qui lui avait été attribué pour ses services. En atteste le recours présenté par sa locataire face à une hausse substantielle du loyer liée aux fluctuations immobilières engendrées par le déménagement de la cour à Valladolid20.

  • 21 Si on s’en rapporte aux Étiquettes établies par Philippe II en 1575 concernant l’intendance de la M (...)
  • 22 Le premier maître d’hôtel du roi aspirait lui aussi à s’élever et racontait sans doute cette anecdo (...)
  • 23 Il s’agit de la famille de Francisco de Sandoval y Rojas, duc de Lerma, favori de Philippe III, don (...)

9On ne sait pas exactement si doña Estefanía bénéficiait de la protection du duc de Lerma, le tout-puissant valido ou favori de Philippe III, mais en tant que duègne de retraite, elle se trouvait sous les ordres de la femme et des sœurs du favori pour l’accomplissement de son office, car ces dernières occupèrent successivement les charges de camarera mayor (première dame d’honneur) de la reine et d’aya (gouvernante des enfants royaux)21. La différence de statut entre l’azafata et ces femmes de pouvoir ne lui permettait pas, a priori, d’autre position que celle de subordonnée dans les travaux du quotidien. Cependant, quelques indices révèlent qu’en vertu des liens personnels qu’elle avait tissés avec l’infante Anne dans une proximité de tous les instants, Estefanía disposait d’une certaine influence dans l’entourage féminin présent au palais. Comme le marquis de Velada s’en plaignit en 1612, l’azafata s’était vue indirectement mêlée à d’obscures intrigues de patronage, sur l’initiative de la gouvernante, la comtesse d’Altamira, qui tenta d’obtenir la dignité de Grand pour son époux en faisant appel, entre autres, au confesseur d’Estefanía. La jeune infante, l’ayant appris par l’intermédiaire de son azafata, intercéda finalement auprès de son père22. Ce rôle de médiatrice tenu par la nourrice, bien que secondaire, ne laisse aucun doute sur l’estime particulière dont elle jouissait dans le monde des courtisans dominé par les Sandoval23, où elle avait pleinement conquis sa place.

10Doña Estefanía fit usage de ses bonnes relations à la cour pour introduire ses proches parents au service de la Maison royale et améliorer la situation de ceux qui s’y trouvaient déjà introduits. Pas moins de sept membres de sa famille furent intégrés à la Maison qui fut constituée en 1615 pour la nouvelle reine de France. Pedro, son fils, pour les études duquel elle avait reçu une aide lorsqu’elle se trouvait à la cour de Turin, fut nommé premier chapelain du roi en 1612 et obtint la charge d’aumônier d’Anne d’Autriche trois ans plus tard. Reguera fut promu contralor (contrôleur) de la reine de France, et sa fille, qui s’appelait Estefanía comme sa grand-mère, devint moza de cámara (damoiselle de chambre) ; tandis qu’une sœur et un frère de l’azafata, Constanza et Lorenzo, devinrent respectivement labrandera (couturière) et repostero de camas (valet de chambre). Pour finir, Catalina et Isabel de Castro rejoignirent la suite, mais de manière informelle (probablement pour assister leur mère) afin de ne pas contrarier les exigences de la Couronne française qui souhaitait aligner le nombre de serviteurs espagnols s’installant à la cour de France sur le nombre de ceux qui accompagnaient la princesse Isabelle de Bourbon, destinée à épouser en noces parallèles l’héritier de la monarchie espagnole.

  • 24 Salazar 1616, p. 48.
  • 25 « dado mucho en rostro a todos que la azafata ha traído todo su linaje, y piensan que como sanguiju (...)

11Lorsque la suite d’Anne d’Autriche fit son entrée à Paris, la présence de la famille d’Estefanía fut fort remarquée. Le secrétaire de langue espagnole de Louis XIII, qui rédigea un récit de leur entrée dans la capitale, nota minutieusement les noms des serviteurs qui voyageaient dans les carrosses et précisa que les dames de haut rang étaient suivies d’une voiture occupée par doña Estefanía et les femmes de sa famille24. Une fois installé au Louvre, le clan familial attira de nouveau l’attention car les courtisans français, d’après ce qui se disait à la cour de Madrid, craignaient de se voir devancés par les Espagnols dans l’attribution des faveurs de la reine, d’autant plus que « tous avaient bien remarqué l’arrivée de l’azafata suivie de tout son lignage, qu’ils imaginaient comme des sangsues, qui iraient sucer autant de sang que la reine pourrait en prodiguer25 ».

  • 26 On peut reconstituer de façon assez exacte le renvoi des domestiques espagnols de la cour de France (...)
  • 27 L’ambassadeur espagnol, originaire du royaume de Naples, est nommé « Monteleón » en espagnol. Cepen (...)
  • 28 « servicio de muchos años y con amor », « los años de servicio de su abuela merecen mucho », AGS, E (...)
  • 29 « la nieta de Chic[h]a », Cartas de Felipe III 1929, p. 46. Avant l’attribution du surnom de Chicha (...)
  • 30 Le document stipulant la concession d’un habit de l’ordre de Santiago au mari d’Estefanía Reguera, (...)

12Hormis Estefanía, les membres de la famille Castro-Villaquirán quittèrent la cour de France dans les deux années qui suivirent, à l’instar de l’immense majorité des serviteurs d’Anne d’Autriche. Aussi bien au Louvre qu’à l’Alcazar, l’idée généralement admise que les serviteurs du pays d’origine favorisaient l’adaptation des jeunes princesses à leur nouvel environnement courtisan s’estompait devant la crainte de voir les étrangers contrevenir aux attentes des domestiques locaux concernant l’obtention de charges à la cour. Dans un premier temps, le retour des serviteurs se fit de façon équitable et négociée, en privilégiant les demandes de ceux qui trouvaient avantage à partir : Pedro de Castro et Bernardo Gómez de la Reguera vendirent leurs offices et rentrèrent avec le premier groupe, aux côtés de Costanza, la sœur de l’azafata dont l’office de couturière n’existait pas en France. À la cour madrilène, les nouveaux arrivants furent replacés dans les Maisons royales et le roi veilla à bien pourvoir Bernardo Gómez de la Reguera et à contribuer généreusement au mariage de sa fille. Depuis Paris, Anne d’Autriche recommandait à son père de réserver le meilleur accueil à ses serviteurs et favorisa sans hésiter la promotion de ceux qui s’apprêtaient à la quitter. Ce fut le cas en effet pour plusieurs femmes du personnel subalterne, notamment celles qu’elle nomma demoiselles de chambre. Parmi elles se trouvaient les deux filles de son azafata et une nièce du nom de Petronila, arrivée en France à l’âge de huit ans26. C’est dans une large mesure en récompense du dévouement de doña Estefanía que les membres de sa famille reçurent les faveurs de la reine. Le duc de Monteleone27, premier maître d’hôtel de la reine, soulignait ce point dans une lettre adressée à Madrid au sujet du retour des Espagnols : faisant allusion à Pedro de Castro, il rappelait le « service effectué durant si longtemps et avec tant d’amour » par sa mère. Pour appuyer une demande de grâce en faveur du futur époux d’Estefanía Reguera, il avançait là aussi l’argument de « la valeur des années de service de sa grand-mère »28. Philippe III en personne avait répondu favorablement aux recommandations de sa fille, rappelant qu’il s’agissait de la « petite-fille de Chic[h]a », surnom familier dont la nourrice avait été affublée à la cour29. Et le futur mari de la petite-fille d’Estefanía reçut l’une des deux faveurs acquises par l’azafata pour sa descendance : l’habit du fort prestigieux ordre de Santiago30.

  • 31 Turin, Archivio di Stato, Lettere ministri, Spagna, mazzo 17, n. 272/4 : « Votre excellence. Doña E (...)

13Estefanía de Villaquirán fit preuve d’une excellente habileté à mobiliser le capital accumulé grâce à ses relations durant ses années de service dans diverses cours d’Europe. En janvier 1619, lorsque le prince Victor de Savoie célébra à Paris son mariage avec Christine de Bourbon, l’azafata ne manqua pas l’occasion de tirer avantage du service qu’elle avait accompli à la cour de Turin vingt ans plus tôt. Sans doute avec l’appui de la reine, elle réussit à obtenir de l’héritier du duché un habit militaire de l’ordre de Saint-Maurice pour son petit-fils Francisco qui se trouvait alors à Madrid. La remise ne put se faire sur-le-champ, mais Estefanía insista par l’envoi d’une dépêche à l’ambassadeur de Savoie en Espagne, dans laquelle elle sollicitait du duc une solution rapide concernant la rétribution de ses services31.

  • 32 AGP, Personal, caja 7786, exp. 1.

14Cette attribution permit à la troisième génération du lignage de l’azafata d’accéder à la noblesse, une réussite remarquable si on considère que ses aïeux côtoyaient, au mieux, la plus modeste extraction de ce corps privilégié. Si l’on en croit les recherches entreprises en 1612 pour démontrer la pureté de sang de son fils aspirant à l’office d’aumônier à la cour, les membres de la famille de doña Estefanía étaient de simples hidalgos originaires de Tolède et de Séville. Son époux, Rodrigo Castro, était vraisemblablement issu d’une famille de pêcheurs de morue originaire du nord (Castro Urdiales), ce qui du moins rendait incontestable son ascendance vieille chrétienne32.

15Comme le remarquait la petite-fille de doña Estefanía dans une requête de 1644, si l’azafata joua un rôle majeur dans l’ascension sociale de la famille et les améliorations apportées aux charges qui furent maintenues à la cour, les membres de sa parenté y contribuèrent eux aussi grandement par leur trajectoire au sein des diverses cours d’Europe. Cette dernière, en tant que légitime héritière, embellissant quelque peu les mérites de son aïeule dont les bons offices devaient profiter à sa fille Baltasara sous forme de rente et d’un habit de Santiago pour son époux, la présentait en ces termes :

  • 33 « Dona Estefanía Jacinta de la Reguera, dama que fue de la Cristianísima reina de Francia, en donde (...)

Doña Estefanía Jacinta de la Reguera, qui fut dame de la très chrétienne reine de France, où elle se maria par la volonté de Dieu et par ordre du roi notre seigneur, père de Votre Majesté, avec Rodrigo Suárez Sarmiento Pimentel, chevalier de l’ordre de Santiago. Fille de Bernardo Gómez de la Reguera, ancien membre du conseil de Votre Majesté, qui fut son secrétaire, ainsi qu’écuyer et lancier de la reine très chrétienne et de feue doña Catalina de Castro, première femme de chambre et Guarda-dama (garde des demoiselles) de Sa Majesté la reine. Elle dit que ses parents ci-nommés servirent Votre Majesté, que Dieu garde, depuis sa naissance, ainsi que les seigneurs Philippe II et Philippe III, père et grand-père de Votre Majesté, depuis l’époque de Sa Majesté la reine Anne, tout comme ont servi Rodrigo de Castro et Estefanía de Villaquirán, ses grands-parents maternels, jusqu’à leur mort, aussi bien en Espagne qu’au Portugal, auprès du seigneur archiduc, comme ils le firent dans le Piémont auprès de Sa Majesté l’infante Catherine, en Flandres auprès des seigneurs archiducs et en France auprès de notre reine très chrétienne jusqu’au retour des Espagnols33.

Dans la chambre de la Reine

16Nous avons analysé jusqu’ici le rôle de matriarche assumé par Estefanía pour une famille qui n’hésitait pas à traverser les frontières pour s’installer dans diverses cours étrangères, espérant améliorer son sort en servant la cour. Les allées et venues des Castro-Villaquirán – semblables à celles d’une foule de domestiques qui accompagnaient la suite des membres de la famille royale dans ses déplacements pour cause de gouvernement ou de mariages – nous dévoilent un aspect important de la politique de prestige de la Couronne espagnole : l’exportation du modèle de la Maison royale au-delà des murs de l’Alcazar madrilène. Son mode d’organisation, avec ses catégories de domestiques, assignés à un département, à une étiquette et à un service bien précis, qu’ils étaient seuls à connaître et à pouvoir prendre en charge, devait être reproduit le plus fidèlement possible à la cour étrangère qui accueillait une infante d’Espagne.

  • 34 Río Barredo 2003 ; Río Barredo et Dubost 2009.

17Les infantes de la Maison d’Autriche s’installant hors des terres de la monarchie à la suite d’un mariage offrent les exemples les plus éloquents de cette politique. Philippe II, à la fin du xvie siècle, prit des mesures afin que sa fille Catherine-Michelle disposât d’un service semblable à celui de la Maison des reines d’Espagne. Son époux Charles-Emmanuel Ier de Savoie accepta, heureux de pouvoir ainsi orner le duché de Savoie d’un lustre royal. Philippe II renouvela cette pratique à la génération suivante, à l’heure de constituer la Maison qui suivrait Anne d’Autriche en France, selon le même modèle, à ceci près que la responsable de la Chambre occuperait non pas l’office de camarera mayor (première dame d’honneur), mais celui d’aya (gouvernante des enfants royaux), comme de coutume dans la Maison des enfants du palais, directement rattachée à celle de la reine. L’âge de l’infante, tout comme la stratégie destinée à maintenir, autant que faire se peut, l’autorité de l’aristocratie espagnole dans les appartements privés de la reine, justifiait ce choix, bien que, sur les États de la France, une Française de rang équivalent occupât une charge plus haut placée, comme l’exigeait le protocole de la cour de France34.

  • 35 Una relación de los criados españoles al servicio de Ana de Austria en Madrid (« Récit des domestiq (...)

18Le fait de déplacer la Maison des reines espagnoles vers d’autres cours était un moyen d’en maintenir la structure en différents départements, bien que le nombre et le type de domestiques de chacune eussent varié en fonction des contextes locaux. Le double mariage franco-espagnol de 1615, qui unissait le roi Louis XIII à l’infante Anne d’Autriche d’une part, et Philippe d’Espagne à Élisabeth de France d’autre part, célébrait une trêve dans le jeu des rivalités qui opposaient historiquement les deux monarchies. Il en résulta une certaine souplesse dans les négociations. Les états d’offices de la Maison d’Anne d’Autriche répertorient une quarantaine d’hommes environ, répartis entre les offices de la Chapelle, de la Maison proprement dite – qui comprend les services de médecine, de Garde-Robe et de Bouche – et la Chambre, principalement composée de femmes (vingt-deux). Cette dernière section, comme les autres, distinguait clairement les nobles titulaires qui occupaient des offices de première importance – première dame d’honneur, dames d’honneur et dames –, et les autres qui se partageaient, selon l’âge et l’expérience, les charges de dueñas de retrete, mozas de cámara et mozas de retrete (duègnes de retraite, demoiselles de chambre et filles de retraite)35.

  • 36 Les ordonnances émises par Philippe II pour l’intendance des Maisons de la reine espagnoles ne stip (...)
  • 37 AGP, Personal, caja 16 866, exp. 32. Marqués del Saltillo 1951, vol. 1, p. 258-60.
  • 38 « Díceme doña Estefanía que [Ana] pasó bien la noche », « se le saltaban las lágrimas », Colección… (...)
  • 39 D’après Covarrubias 1611, p. 434, chicha était un mot utilisé par les enfants lorsque leur allaitem (...)

19En qualité d’azafata, doña Estefanía était la première des duègnes de retraite. Cette charge lui conférait une certaine autorité sur les domestiques de rang inférieur, qui l’assistaient dans les tâches effectuées dans les chambres les plus retirées (« retraite »), mais qui néanmoins demeuraient toutes sous les ordres de la gouvernante. Les circonstances lui furent cependant favorables pour élargir son influence et son autonomie au-delà de ce que l’étiquette pouvait lui laisser espérer en vertu de son rang36. La femme initialement choisie pour la charge d’aya (gouvernante) d’Anne d’Autriche tomba malade et mourut peu de temps avant le départ pour la France. Elle fut remplacée par doña Inès Enríquez de Sandoval, veuve et parente du duc de Lerma, à laquelle fut alloué le titre de comtesse de la Torre afin d’élever son rang au niveau requis par cet office de cour. Il lui fallut cependant un certain temps d’adaptation du fait de son manque d’expérience au service de la Maison royale37. En contrepartie, Estefanía, forte de sa longue expérience, prit à sa charge un large éventail de responsabilités sous les ordres directs de la reine qu’elle côtoya alors nuit et jour : l’étiquette exigeait qu’elle dormît dans les appartements de la souveraine afin de lui assurer un service de tous les instants. Selon les convenances, la gouvernante devait également y dormir ; cependant, du moins tout au long du voyage à Paris, ce n’était pas elle qu’on interrogeait pour s’enquérir de la bonne santé de la souveraine, mais l’azafata. L’écuyer du duc de Lerma envoyait régulièrement des dépêches à son maître. Il y mentionnait Estefanía comme l’informatrice la plus fiable concernant les états d’âme de la reine : « Doña Estefanía me dit qu’[Anne] a passé une bonne nuit » ; il ajoutait qu’en évoquant le souvenir de son père et du favori, « la reine avait éclaté en sanglots », ou encore qu’elle s’était réjouie de sa première rencontre avec Louis XIII38. Ces lettres nous révèlent également la confiance que la reine accordait à sa nourrice dans la résolution des problèmes domestiques. Ainsi, lorsque les serviteurs français se montrèrent mécontents du fort attachement de la reine à la olla, un potage traditionnel espagnol, Anne ordonna à sa fidèle servante de la lui faire discrètement parvenir sans éveiller les soupçons. Estefanía pouvait, plus que quiconque, contribuer à préserver les coutumes culinaires de son pays, puisqu’elle avait pour responsabilité de la nourrir depuis l’enfance, comme le suggérait son surnom familier de Chicha39.

  • 40 Válgoma y Díaz-Varela 1949, p. 41 et 53 et AGS, Estado K, 1471, f. 83 (2-5-1616).
  • 41 « de la conciencia y honra de doña Estefanía confío grandemente », « lo que le dan [a la reina] los (...)

20Le large éventail d’activités qu’Estefanía réalisait pour le service d’Anne d’Autriche – entre autres le soin des bijoux d’usage courant40 – lui conférait une place éminente dans le service de la Chambre qui la mettait en concurrence avec la gouvernante. Cette dernière avait l’obligation d’accompagner la reine à tout moment, pour donner les ordres nécessaires à son service et la conseiller sur toutes les affaires à traiter. Faisant mine d’ignorer les prérogatives de la gouvernante, la jeune souveraine manifestait une confiance de tous les instants envers son azafata, en premier lieu en lui confiant la gestion du versement de mille écus mensuels dont elle disposait pour les dépenses de sa Maison. Hormis une petite part qu’elle réservait à l’aumône, elle remettait la somme à ses bons soins. Ce geste était considéré d’un fort mauvais œil par le maître de la Maison. Ettore Pignatelli, duc de Monteleone, ambassadeur du roi d’Espagne, qui avait été désigné mayordomo mayor (premier maître d’hôtel) de la Maison espagnole, rapporta le fait au duc de Lerma et parvint à convaincre la reine qu’il serait plus convenable de confier l’argent à la gouvernante. Sans remettre en cause l’honnêteté de l’azafata (« J’ai toute confiance en la morale et en l’honneur de doña Estefanía », assurait-il)41, l’intervention produisit un certain malaise dans le département de la Chambre, et provoqua des critiques envers la comtesse de la Torre qui écrivit au duc de Lerma, non sans fustiger à son tour l’azafata :

Je n’ai aucun détail sur la somme versée [à la reine] chaque mois, et je suis fort peinée d’entendre qu’il se dit que je suis responsable de ses dépenses, car la somme est consommée à mon insu ; il est vrai que nous lui avons retiré cinq-cents ducats par mois ; toutes les histoires de Chicha nous déconcertent, car le roi ne peut souffrir ses commérages.

  • 42 Cartas… 1929, p. 14 (16 novembre) et p. 37-38, 44 et 46, comme signalé par Kleinman 1995, p. 76-77. (...)
  • 43 « mala condición », « tenerle la mano ». L’ambassadeur sortant et conseiller du roi, don Íñigo de C (...)

21Philippe III fut bientôt au courant de cet épisode. Il écrivit à sa fille pour lui assurer qu’il ne croyait rien de ces rumeurs concernant sa gouvernante. Il lui recommandait de tenir compte de ses avertissements répétés et d’amadouer la comtesse de la Torre en lui dispensant quelque consolation et en faisant davantage preuve d’attachement envers elle. La comtesse de la Torre devait, quant à elle, redoubler d’efforts pour gagner l’estime de la reine, contrairement à son azafata qui jouissait depuis bien longtemps de son affection42. Le roi, qui accordait pourtant sa faveur à doña Estefanía et à sa famille, exigeait un fonctionnement respectueux de la hiérarchie de la Maison du roi. Le maître d’hôtel, parmi ses principales prérogatives, devait veiller à ce que chacun restât à la place qui lui était assignée. C’est la raison pour laquelle il défendait sans faille la comtesse. Il soulignait d’ailleurs régulièrement dans ses dépêches le fort tempérament de l’azafata, son « mauvais caractère », et à ce sujet il s’accordait avec d’autres conseillers sur la nécessité de « l’avoir à l’œil », en d’autres termes, de la contenir lorsqu’elle outrepassait les limites43. L’une des dépêches de Monteleone au duc de Lerma montre le degré d’obéissance qu’on exigeait d’Estefanía en tant que subordonnée, laissant aussi transparaître les continuelles interventions de la cour espagnole dans le gouvernement de la Maison d’Anne d’Autriche :

  • 44 « Hablamos la condesa de la Torre y yo a doña Estefanía. Yo fui el orador y fue muy buena la plátic (...)

La comtesse de la Torre et moi-même avons parlé à doña Estefanía. Je pris la parole et la discussion fut excellente, car je lui lus le chapitre que Votre Excellence nous a écrit. Elle en resta toute affligée. Elle tenta néanmoins de nous convaincre que tout n’était que médisances et pures inventions, et qu’elle serait des plus attentives à obéir aux ordres qu’on lui donnerait. Elle veut sincèrement bien faire, mais Votre Excellence sait ce qu’on dit de son caractère, à juste titre44.

  • 45 Sánchez 2016.
  • 46 Covarrubias 1611 : « Dueña. […] en palacio llaman dueñas de honor personas principales que han envi (...)
  • 47 En français dans le texte. [N. D. T.]
  • 48 Rio Barredo et Dubost 2009 ; « Rapports de l’ambassadeur français sur ce qui se passait à la cour d (...)

22Les échanges épistolaires fréquents entre les serviteurs espagnols et Madrid visaient à corriger les dysfonctionnements causés par l’installation de la Maison de la reine en pays étranger. Ils furent fort appréciés lorsque l’infante Catherine s’établit à Turin45. En revanche, la cour française n’avait nul intérêt à intégrer un modèle de service royal divergent du sien. La Maison de la reine de France était rigoureusement structurée. Pour les valets espagnols, la seule manière de se maintenir aux côtés d’Anne d’Autriche était donc d’y trouver une place. En effet, l’intégration de la Maison espagnole signifia en grande partie sa dissolution : des offices absents du modèle français disparurent, comme la dueña de honor46 (duègne d’honneur) ou le repostero de camas ; quant aux Espagnols, ils durent accepter des charges françaises comme celle de dame d’atour47 et céder les charges réservées à la noblesse locale. De plus, les Espagnols durent céder les charges réservées à la noblesse locale. Le processus de fusion des deux Maisons se révéla particulièrement ardu : une attention extrême était portée à ce que devenaient, à la cour espagnole, les domestiques de la princesse Isabelle de Bourbon. Les deux cours finirent par créer quelques offices en doublon pour satisfaire les étrangers, alors qu’en réalité la réalisation des tâches était dévolue aux serviteurs locaux. Mais le problème n’en disparut pas pour autant, bien au contraire : il en résulta de nouvelles tensions, comme l’illustre particulièrement bien le cas de doña Estefanía48.

  • 49 AGS, Estado K, 1471, f. 63, document sans date ni signature, qui semble recueillir les mots d’Anne (...)
  • 50 « a doña Estefanía, la azafata, no le quitaron el oficio, (esto es el nombre), pero todo lo que hac (...)
  • 51 « la Ama del Rey Cristianísimo », AGS, Estado K, 1471, f. 57-58 (28-2-1616), Monteleón a Lerma.
  • 52 « con doña Estefanía harto deseo tenerla en buena correspondencia, pero veo la empresa dificultosa  (...)
  • 53 Les commentaires de Monteleone sur la nourrice française sont dans Estado K, 1471, f. 85 (11-4-1616 (...)
  • 54 Venise, Archivio di Stato, Senato, Ambasciatori, France, Filza 51 (21-9-1618, Simone Contarini au S (...)
  • 55 « mandar que las hijas de Chicha se vayan », AGS, Estado K, 1473, f. 102 (2-9-1617, Inès de Sandova (...)

23Avant même la constitution de la Maison française de la reine, Louis XIII ordonna qu’y fût admise sa propre nourrice, celle que les Espagnols nommèrent parfois « la Chicha del rey » (« la nounou du roi »)49. Antoinette Jorron, alias Doundoun, dormit à plusieurs reprises dans les appartements de la Reine, effectuant les tâches de la femme de chambre espagnole, comme cela fut rapporté à Madrid : « l’office, le titre du moins, ne fut pas retiré à doña Estefanía, l’azafata, mais tout ce qu’elle faisait auparavant avec la reine est maintenant effectué par la nourrice du roi50 ». Monteleone tenta d’écarter « la nourrice du Roi très chrétien51 », qu’il considérait extravagante, imprudente et arrogante à cause de son comportement irrespectueux envers la comtesse de la Torre. À force de courtoisie, de présents et de négociations, qui concernèrent la nourrice de la princesse Isabelle, le maître d’hôtel réussit à préserver la présence nocturne d’Estefanía dans les appartements de la Reine, sans pour autant parvenir à faire collaborer les deux domestiques – « avec doña Estefanía, j’ai le vif désir d’établir une bonne entente, mais l’entreprise semble peu aisée52 ». Dans tous les cas, ces démarches neutralisèrent Antoinette et sa fille qui l’aidait dans sa charge, de façon à maintenir l’azafata espagnole dans ses prérogatives habituelles53. Doña Estefanía et les femmes de sa famille se firent une fois encore remarquer en raison de leur activité au service d’Anne d’Autriche : Isabelle – « Isabelica » – attira l’attention par des manquements constatés lorsqu’elle retirait les perles utilisées par la reine. Les deux femmes furent probablement aussi à l’origine du scandale provoqué par une domestique locale qui prit l’initiative d’amidonner les cols à la mode française54. Il n’est pas surprenant que la comtesse de la Torre eût nourri un certain ressentiment envers l’azafata, qui exerçait son influence sur tous les aspects de la vie dans les appartements de la Reine. Elle se félicita d’ailleurs d’avoir « renvoyé les filles de Chicha55 », lorsqu’elle se chargea, avec le maître d’hôtel, de désigner les domestiques qui rentreraient à Madrid.

  • 56 Río Barredo et Dubost 2009. « Rapports de l’ambassadeur français sur ce qui se passait à la cour de (...)
  • 57 García 1617.
  • 58 Hormis les dames, toutes les servantes de la chambre de la Reine portaient un habit noir conforméme (...)
  • 59 Dubost 2007a ; Río Barredo et Dubost 2009.

24Au printemps 1617, les négociations amorcées par la France portèrent leurs fruits et aboutirent à une permutation entre les domestiques d’Isabelle et ceux d’Anne d’Autriche56. Cette décision fut influencée d’abord par les protestations de l’ambassadeur français à la cour d’Espagne, qui déplorait le sort qui était réservé aux Français en Espagne et le manque d’intérêt de la part du gouvernement de Lerma quant à la proposition d’une intervention diplomatique de la France dans la guerre de Monferrat, qui opposait l’Espagne et la Savoie. D’autre part, une certaine hispanophobie ambiante, héritée des guerres de Religion du siècle précédent et encore vive chez les princes protestants et ceux qui, comme eux, avaient considéré l’alliance matrimoniale de 1615 comme un symptôme de la dépendance de la reine régente vis-à-vis des Espagnols, pesa certainement de tout son poids sur la décision de procéder à cet échange réciproque. Carlos García dédia son Opposition et conjonction des deux grands luminaires de la terre57 à une dame de Marie de Médicis : ce livre bilingue publié en 1617 était destiné à lutter contre la présupposée incompatibilité naturelle entre les deux nations. Mais, malgré cette tentative de réconciliation, les domestiques espagnols, désormais moins de vingt – dont une petite moitié de femmes – continuèrent à faire l’objet de ressentiment à la cour de France, comme en attestent les faits suivants. En avril de la même année, Louis XIII arriva au pouvoir à la suite d’une conspiration de palais qui se solda par la réclusion de Marie de Médicis et l’exécution de ses favoris, Concino Concini et sa femme Leonora. Avec l’ambiance xénophobe qui suivit cette prise de pouvoir, les Maisons royales furent purgées de leurs étrangers, tout d’abord des Italiens, puis, quelques mois plus tard, des Espagnols. À l’automne 1618, Louis XIII surprit la cour d’Espagne en ordonnant unilatéralement le renvoi de l’ensemble des domestiques arrivés d’Espagne avec la reine et qui demeuraient encore à la cour. Le souverain avança le prétexte de la grande aversion que lui provoquait la vue des Espagnoles, vêtues de noir comme des religieuses, et qui étaient à l’origine de sa forte réticence à entrer dans les appartements de la Reine et à consommer son mariage58. Avant la fin de l’année, les Espagnols furent renvoyés, mis à part le confesseur, l’apothicaire et l’azafata, tous trois indispensables à la reine pour lui prodiguer les soins physiques et spirituels, mais néanmoins insignifiants sur le plan social et politique59.

  • 60 Kettering 2008, p. 6.
  • 61 Kettering 2007.

25L’intégration de la Maison espagnole d’Anne d’Autriche était un échec. Ni les prérogatives de la noblesse française, ni les clichés « nationaux » en vigueur, ni les velléités d’indépendance de la Couronne de France n’avaient facilité cette intégration. De surcroît, l’insistance de la cour espagnole concernant la préservation des coutumes hispaniques dans le service de la fille de Philippe III et l’attachement qu’elle témoigna envers les habitudes culinaires, la langue et la mode de son pays d’origine perdurèrent au-delà de ce que souhaitaient les Français, ce qui n’améliora en rien la situation. Enfin, le départ remarqué des serviteurs espagnols en décembre 1618 obéissait aussi à l’objectif de s’assurer que l’ensemble des Maisons royales– celle du monarque, de son frère, et bien entendu de son épouse – fût composé de serviteurs fidèles à Louis XIII et à son incontournable favori, Charles d’Albert, nommé duc de Luynes en 1619. Au cours de la carrière éclair qu’il commença avec l’office de maître de fauconnerie, alors que Louis n’était encore qu’un enfant, ce dernier s’était hissé aux plus hautes responsabilités de la Chambre royale et du gouvernement du Louvre. Il devint, après la prise de pouvoir de Louis XIII en 1617 à laquelle il contribua amplement, le « porte-parole, messager et intermédiaire [du souverain], contrôlant également l’octroi du patronage royal60 ». Afin de s’opposer aux partisans de la reine mère et d’échapper aux rumeurs qui pourraient affaiblir sa position, Luynes réorganisa les Maisons royales pour y placer les membres de sa famille, ses obligés et ses partisans. Dans la chambre de la Reine, il investit notamment ses sœurs et ses nièces des plus hautes charges. Quant à son épouse, Marie de Rohan, elle fut nommée à la charge de surintendante de la Maison de la reine, qui regroupait de très larges prérogatives61.

  • 62 « era tanto el odio que el rey tenía a esa mujer que por no verla dejaba de ir a dormir con la rein (...)
  • 63 « no sería reina ni tendría el marido y autoridad que sería razón », « desviar esta privanza », AGS (...)

26La tutelle de Luynes et des membres de sa famille ne laissait que peu de marge pour les voix dissonantes. Pourtant, la vieille nourrice espagnole, doña Estefanía, révéla sa force de résistance exceptionnelle face aux intrigues du favori visant à préserver sa position dominante pour l’obtention des faveurs royales, à l’occasion d’une controverse dont elle fut l’objet. En décembre 1619, un an tout juste après l’éviction des serviteurs espagnols, l’ambassadeur en fonction sous Philippe III, Fernando Girón, transmettait avec force détails au monarque les griefs exprimés par le favori du roi de France à l’encontre de l’azafata, alors première femme de chambre. Luynes lui aurait rapporté, de la part de Louis XIII, que les commentaires de cette suivante trop bavarde refroidissaient les sentiments d’Anne d’Autriche à l’égard du roi. Par conséquent, le roi aurait encore une fois avancé l’argument de « l’aversion qu’il vouait à la femme de chambre, qui était si forte que pour l’éviter, il s’abstenait d’aller dormir auprès de la reine62 ». Dans quelques lignes cryptées, Girón ajoutait d’autres considérations : selon le favori, la reine ne témoignait aucune sympathie envers lui et son épouse, sous l’emprise de médisances qui provoquaient sa jalousie à l’égard des attentions que le roi prodiguait à la duchesse. Anne d’Autriche se serait donc, d’après lui, mise en tête que le couple Luynes bénéficiait de la faveur royale tandis qu’elle « ne régnait pas véritablement, car elle ne jouissait pas du mari et de l’autorité qui lui revenaient », ce qui l’incitait inévitablement à « garder ses distances avec ses favoris »63.

  • 64 « pues está tan vieja y sin fuerzas para poder servir, se retirase a descansar », AGS, Estado K, 14 (...)
  • 65 « que yo había dicho públicamente que la reina estaba enferma y melancólica por las pesadumbres que (...)

27Il est difficile d’évaluer l’étendue des responsabilités réelles d’Estefanía dans cette affaire, mais les documents attestent clairement de la volonté du favori d’éviter toute confrontation directe avec la reine ou avec Philippe III. Luynes suggéra donc que le roi d’Espagne fît renvoyer Estefanía sans en toucher un mot à sa fille, comme s’il s’agissait d’une retraite méritée pour la fidèle servante : « car elle est si vieille et la force lui manque tant pour accomplir son service, qu’elle devrait se retirer pour prendre du repos64 » ; simultanément, Luynes chargeait l’une de ses sœurs de prévenir la reine qui pourrait ainsi freiner l’exécution de cet ordre royal, tandis qu’un autre de leurs frères pourrait s’attribuer le mérite d’avoir obtenu un report de quelques mois. Estefanía elle-même rendait compte de ces intrigues dans une lettre adressée à la cour d’Espagne, dans laquelle elle réfutait l’accusation dont elle avait fait l’objet concernant ses commentaires malveillants (elle « aurai[t] dit publiquement que le chagrin qu’on causait à la reine à la cour la rendait malade et mélancolique ») et dénonçait les jalousies provoquées par son intimité avec Anne d’Autriche en rappelant que « la reine s’ouvre à [elle] », tout en soulignant le « dédain naturel que nous témoignent ces gens », en qualifiant de « flatterie » l’avertissement de la sœur de Luynes à la souveraine65.

  • 66 « no había para qué hacer caso de lo que decía o hacía una mujer de ochenta años », « a la usanza d (...)
  • 67 AGS, Estado K, Estado, 1477, f. 30 (Girón a Ciriza, 12-2-1620) et f. 39 (27-2-1620, Girón al rey). (...)

28Le plus surprenant dans cette histoire fut que la vieille servante espagnole échappa au renvoi en Espagne, malgré la gravité des accusations portées à son encontre et l’absence de soutien en sa faveur de la part de l’ambassadeur ou de Philippe III lui-même. Girón tenta de minimiser les plaintes de Luynes en affirmant que « les propos ou les agissements de cette femme de quatre-vingts ans ne devraient plus inquiéter personne ». Quant au roi, sa seule préoccupation était, devant l’éventualité d’un départ, le remplacement de l’azafata afin que sa fille soit servie « selon les usages d’ici »66. Lorsque, au milieu de toute cette affaire, Anne d’Autriche tomba gravement malade, l’ambassadeur dénonça la maladresse d’Estefanía qui aurait blessé la reine en lui administrant un remède67. Une fois la souveraine rétablie, le favori se contenta d’exiger de Girón d’admonester l’azafata pour son mauvais caractère, et de l’instruire sur la manière de procéder à l’avenir. On peut en déduire que l’affaire n’avait été qu’une démonstration d’autorité de la part de Luynes. Doña Estefanía se contenta d’écrire de nouveau à Madrid pour souligner avec satisfaction la constance de ses capacités à servir la reine et la faveur toujours égale de celle-ci à son égard :

  • 68 « He dicho a Su Majestad lo que a vuestra merced debo, y leíle toda la carta. Holgóse en extremo y (...)

J’ai bien dit à Sa Majesté ce que je dois à votre grâce, et je lui ai lu la lettre tout entière. Elle s’en est grandement réjouie et considère à propos d’avoir averti votre grâce, au nom de laquelle je lui ai baisé la main. J’ai (grâce à Dieu) la santé, bien qu’ayant assisté la reine dans la maladie sans aucun manquement, sans même avoir pu, vingt nuits durant, retirer mes vêtements68.

  • 69 « mujer [española] de autoridad y prudencia », AGS, Estado K, 1477, f. 28 (Girón a Felipe III, 12-2 (...)
  • 70 AGS, Estado K, 1477, f. 28 (Girón a Felipe III, 12-2-1620). Depuis son ambassade en Angleterre, le (...)
  • 71 Dans une lettre du 22 mars 1619, le marquis de Mirabel informa l’archiduc Albert de sa nomination e (...)
  • 72 « La pobre señora doña Estefanía ha estado mala los días pasados y no está ya para vivir mucho; si (...)

29Les circonstances firent d’Estefanía la seule et unique Espagnole à rester aux côtés d’Anne d’Autriche. Elle se présentait comme une servante proche et indispensable dans les tâches de première importance, propres à l’office d’une camarera ou dama de honor plutôt que d’une simple azafata. Fernando Girón et d’autres conseillers du monarque espagnol voyaient cependant l’affaire sous un autre angle. D’après eux, il fallait une « femme [espagnole] douée d’autorité et de prudence69 », capable de guider et de conseiller la jeune reine dans la manière de se comporter avec son époux afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle de conjointe et de mère d’un héritier. Ils avaient à l’esprit le modèle de la Maison espagnole, dans lequel ce rôle de premier plan revenait à la camarera mayor (première dame d’honneur), une charge attribuée à des femmes âgées et veuves portant un titre de noblesse. L’idée que l’autorité et la prudence requises se trouveraient uniquement chez des femmes issues de l’aristocratie fut soulignée par l’ambassadeur, qui précisait que les femmes de rang social inférieur – expression qui désignait implicitement Estefanía – étaient avant tout soucieuses d’obtenir des faveurs. Comme la cour de France ne permettait évidemment pas qu’une aristocrate espagnole de haut rang vînt y servir, il proposait d’envoyer un ambassadeur dont l’épouse accomplirait officieusement cette fonction cruciale70. Cette proposition fut finalisée avec la nomination du marquis de Mirabel – et de son épouse – en 162171. Il y eut toutefois d’autres propositions plus souples d’un point de vue social pour remplacer l’azafata. Une Française d’origine espagnole appartenant à la noblesse, Louise de Bessin de Mathonville, qui aspirait à une charge dans la Maison d’Anne d’Autriche, se montra disposée à accepter un office normalement octroyé à une femme de « condition plus modeste », en dessous de celui que son rang lui permettait d’espérer, et de descendre ainsi d’une marche dans l’échelle sociale, comme elle l’exprimait dans une lettre Consciente du fait que les charges les plus prestigieuses étaient réservées aux proches parents et aux clients du favori, Louise de Bessin (ou de Saldagne par sa mère) évoquait expressément le modèle de l’ancienne azafata, qu’il faudrait probablement remplacer à brève échéance : « cette pauvre doña Estefanía s’est trouvée souffrante la semaine passée et ne devrait plus vivre bien longtemps ; si elle venait à disparaître, qui sait comment se trouverait la reine, sans une personne si pure et si fidèle à qui confier ses documents personnels72 ».

L’héritage de la matriarche

  • 73 AHN, Consejos, leg. 635, fol. 363 et 636, f. 154 et 365. La fiche de Catalina de Castro en AGP, Per (...)

30Après cet épisode, Estefanía vécut encore une décennie, sans jamais perdre l’estime d’Anne d’Autriche et des autres membres de la famille royale espagnole. En 1626, Philippe IV permit à Catalina de Castro, en tant que guarda menor de damas (garde des demoiselles) à l’Alcazar, de retourner en France pour servir la reine très chrétienne, bien qu’elle n’eût été nommée à aucune charge au Louvre. Elle partait en réalité prendre soin de sa vieille mère. Son oncle Lorenzo l’accompagna, puis rentra presque aussitôt avec des malles bien remplies. Catalina fit de même quatre ans plus tard, à la mort de sa mère en 1630. Avec quelques présents que la reine envoyait à son frère, elle emporta en Espagne des tissus, du linge de maison, des robes neuves ou usagées, et quantité de petits objets de valeur, qui constituaient le pécule accumulé par l’azafata durant ses années de service73.

  • 74 Paris, Archives nationales de France, MCXXIV 331, fol. 141 et 145 ; Dubost, 2007, p. 157.
  • 75 AGP, Personal, 663, 14.

31L’héritage d’Estefanía ne se limitait pas aux biens matériels. Son testament rédigé en 1627 (codicille de 1628) exprime la volonté d’une femme, consciente de ses acquis, d’affirmer son statut de matriarche au sein de sa famille, tout comme son rôle de premier plan au service de la reine. Elle désignait ses trois enfants alors encore vivants comme héritiers légitimes, mais souhaitait laisser un cinquième de ses biens à son petit-fils Francisco de Villaquirán, descendant illégitime de son fils Luis Romero de Villaquirán, qui avait choisi le nom maternel et avait entrepris de faire carrière hors de la cour. Mort peu de temps après en servant comme capitaine de l’armée, il avait laissé, en récompense de ses services, une pension de Naples que sa mère recevait et vouait aux besoins de Francisco. Estefanía souhaitait que son petit-fils continuât à toucher cette pension après sa mort, en plus de deux rentes de deux cents ducats annuels que lui avaient concédées les princes de Savoie en récompense de ses services en tant qu’azafata. Des rumeurs coururent sur l’intention de ses enfants de faire instruire un procès sur ce point. Estefanía tenta, dans le codicille, de les convaincre en les assurant par tous les saints de ses sentiments maternels : tout en affirmant les avoir aimés comme la chair de sa chair, ce qu’ils étaient, elle leur rappelait néanmoins qu’elle avait déjà joué pleinement son rôle de mère à leur égard, en leur fournissant de quoi « vivre leur vie honnêtement », en les « ayant placés là où ils se trouvaient ». Elle rappelait également ses privilèges en tant que mater familias, avec l’argument que les biens destinés à son petit-fils lui appartenaient en propre, puisqu’ils ne faisaient pas partie du patrimoine légué par son époux, Rodrigo : « des biens qui m’appartiennent, acquis au service des Maisons royales, au même titre que des récompenses militaires, ou assimilées »74. Par ces propos surprenants, Estefanía mettait en relation son travail avec l’activité la plus prestigieuse de l’époque – l’office militaire –, renforçant ainsi l’image de son autonomie et de son autorité matriarcale, tout en valorisant l’office de nourrice, spécifiquement féminin. Il ne s’agissait pas là d’une excentricité, car d’autres azafatas au service de la cour avaient employé une rhétorique semblable dans leurs requêtes de service. Gabriela de Arce y Mexía, nièce de Luisa Mexía, qui fut sa protectrice à Turin, fut plus encline encore à comparer son travail aux prouesses de guerre des hommes de sa famille, y compris au martyre de son frère, crucifié par les Maures au cours de la rébellion des Alpujarras. Dans sa requête, l’azafata, qui servait alors Isabelle de Bourbon, introduisit la notion de sacrifice pour démontrer que par son absolu dévouement au service du roi, elle se hissait au rang de ceux qui combattaient et mouraient pour le roi et pour la foi : tous deux servaient la monarchie et méritaient par conséquent une récompense égale75.

  • 76 Carlos Varona 2018, p. 191-194.

32Malgré les comparaisons masculines dont usèrent les azafatas pour accentuer la valeur de leur travail, elles se montraient très fières d’appartenir à la communauté féminine que constituait, en premier lieu, la Maison de la reine. Estefanía le prouva d’ailleurs en laissant, parmi les œuvres religieuses qui seraient accomplies après sa mort, une disposition destinée aux pratiques de dévotion coutumières des femmes de l’Alcazar. Il s’agissait en l’occurrence de la commande de neuf messes annuelles qui devaient être célébrées à l’occasion des neuf fêtes de la Vierge, au couvent parisien de Saint-François où elle avait souhaité être enterrée. Nous ne savons pas si Anne d’Autriche avait maintenu cette tradition acquise dans la Maison de sa mère, en suivant l’exemple de sa sœur, Marie de Vienne, mais les dispositions laissées par l’azafata le laissent supposer. Par ce legs, Estefanía en appelait à une dévotion active au sein de la Chapelle de la reine d’Espagne, qui se trouvait directement liée à la naissance et la protection des enfants royaux au cours des premiers mois de leur existence auxquels une nourrice était inévitablement rattachée76. Par ailleurs, elle mettait en avant son identification avec la Maison madrilène, structure palatine que la Couronne espagnole avait reproduite le plus fidèlement possible dans les autres cours européennes, en ayant pleine conscience du rôle essentiel que jouaient les servantes de différents échelons dans la réplique de ce modèle. Même si elle fit le choix d’être naturalisée en 1623, certainement dans le but de pérenniser sa place aux côtés de l’infante espagnole devenue reine de France, Doña Estefanía démontra jusqu’à sa mort qu’elle mesurait parfaitement l’importance de sa contribution au service de la Couronne d’Espagne.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Catalina Micaela d’Austria, 2012, Lettere inedite a Carlo Emanuele I (1588-1597), éd. G. Altadonna, Messine, Il Grano.

Cartas de Felipe III a su hija Ana, reina de Francia (1616-1618), 1929, éd. R. Martorell, Madrid, Imprenta helénica.

Colección de documentos inéditos para la historia de España, 1895, éd. Marqués de la Fuensanta del Valle, Madrid, Imprenta de la viuda de Calero, vol. 112, p. 443-464.

Covarrubias Sebastián de, 1989 [1611], Tesoro de la lengua castellana o española, Barcelone, Alta Fulla.

García Carlos, 1617, La oposición y conjunción de los grandes Luminares de la Tierra […] en la qual se trata de la dichosa Aliança de Francia y España : con la antipathia de Españoles y Franceses/L’opposition et conjonction des deux grands luminaires de la terre […] en laquelle il est traicté de l’heureuse Alliance de France et d’Espagne et de l’antipathie des Français et des Espagnols, Paris, François Huby.

Griselle Eugène, 1912, État de la maison du roy Louis XIII, Paris, Paul Catin.

Moreri Louis, Goujet Claude-Pierre, 1735, Supplément au grand dictionnaire historique, généalogique, géographique, Paris, Jacques Vincent et alii.

Salazar Ambrosio de, 1616, Tratado de las cosas más notables que se ven en la gran ciudad de París y algunas del reino de Francia, Paris, D. Bessin.

Études

Carlos Varona, María Cruz de, 2018, Nacer en palacio. El ritual del nacimiento en la corte hispana de la Edad Moderna, 1570-1644, Madrid, CEEH.

Chevallier Pierre, 1979, Louis XIII, Paris, Fayard.

Cosandey Fanny, 2006, « “La maîtresse de nos biens” : pouvoir féminin et puissance dynastique dans la monarchie française d’Ancien Régime », Historical Reflections/Réflexions historiques, 32/2, p. 281-401.

Cosandey Fanny, 2002, « Francese o Straniera ? La Regina di Francia fra dignità regale e successione ereditaria », Genesis, Rivista della Societá italiana delle storiche, 1, p. 35-60.

Cruz Ann J. et Stampino M.G. (dir.), 2013, Early Modern Habsburg Women : Transnational Context, Cultural Conflicts, Dynastic Continuities, Farnham/Burlington, Ashgate Publishing.

Da Vinha Matthieu, 2009, « La Maison d’Anne d’Autriche », dans Grell 2009, p. 155-185.

Dubost Jean-François, 2001, « Les étrangers à la cour de France : de la polémique à l’évaluation numérique, 1515-1630 », dans Ch. Grell et Kl. Malettke (dir.), Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie siècle), Münster/Hambourg/Berlin, LIT Verlag, p. 55-66.

Dubost Jean-François, 2007a, « Enjeux identitaires et politiques d’une polémique : Français, Italiens et Espagnols dans les libelles publiés en France en 1615 », dans A. Tallon (dir.), Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles, Madrid, Casa de Velázquez, p. 91-122.

Dubost Jean-François, 2007b, « La Cour de France face aux étrangers : la présence espagnole à la cour des Bourbons au xviie siècle », dans Ch. Grell et B. Pellistrandi (dir.), Les cours d’Espagne et de France au xviie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, p. 149-169.

Dulong Claude, 1980, Anne d’Autriche, mère de Louis XIV, Paris, Hachette.

García Prieto Elisa, 2018, Una corte en femenino. Servicio áulico y carrera cortesana en tiempos de Felipe II, Madrid, Marcial Pons.

Grell Chantal (dir.), 2009, Anne d’Autriche, infante espagnole et reine de France, Madrid/Versailles/Paris, CEEH/Centre de recherche du château de Versailles/Paris.

Hoffman Martha K., 2011, Raised to Rule. Educating Royalty at the Court of the Spanish Habsburgs, 1601-1634, Baton Rouge, Louisiana State University Press.

Hortal Muñoz José Eloy, 2013, « The Household of Archduke Albert of Austria from his election as governor of the Habsburg Netherlands until his investiture as sovereign prince of the Low Countries, 1595-1598 », Revue belge de philologie et histoire, 91/4, p. 1011-1055.

Keller Katrin, 2005, Hofdamen : Amtsträgerinnen im Wiener Hofstaat des 17. Jahrhunderts, Vienne, Böhlau.

Keller Katrin, 2014, « Ladies-in-waiting at the Imperial court of Vienna from 1550 to 1700 : structures, responsibilities and career patterns », dans N. Akkerman et B. Houben (dir.), The Politics of Female Households : Ladies-in-Waiting across Early Modern Europe, Leyde/Boston, Brill, p. 77-97.

Kettering Sharon, 2007, « Household appointments and dismissals at the court of Louis XIII », French History, 21/3, p. 269-288.

Kettering Sharon, 2008, Power and reputation at the court of Louis XIII. The career of Charles d’Albert, duc de Luynes (1578-1621), Manchester, Manchester University Press.

Kleinman Ruth, 1993 [1985], Anne d’Autriche, Paris, Fayard.

Lasso de la Vega y López de Tejada Saltillo Miguel (marqués), 1951-1953, Historia nobiliaria española (contribución a su estudio), Madrid, Imprenta y editorial Maestre.

Martínez Hernández Santiago, 2004, « Significación y trascendencia del género epistolar en la política cortesana : la correspondencia inédita entre la infanta Isabel Clara Eugenia y el marqués de Velada », Hispania, 64/2, p. 497-514.

Martínez Millán José, 2000, « La corte de Felipe II : la casa de la reina Ana », dans L. A. Ribot García (dir.), La monarquía de Felipe II a debate, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, p. 159-184.

Martínez Millán José et Visceglia Maria Antonietta (dir.), 2008, La monarquía de Felipe III : la Casa del Rey, Madrid, Fundación Mapfre.

Menéndez Pidal Ramón (dir.), 1983 [1965], Diccionario Durvan de la lengua española, Bilbao, Durvan.

Merlotti Andrea, 2007, I Savoia. I secoli d’oro di una dinastia europea, Turín, Einaudi.

Moliner María, 2007 [1966], Diccionario de uso de la lengua castellana, Madrid, Editorial Gredos.

Nieto Jiménez Lidio et Alvar Ezquerra Manuel, 2007, Nuevo tesoro lexicográfico del español (S. XIV-1726), Madrid, Editorial Arcos Libros.

Raviola Blythe Alice, 2014, « “Una delle prime principesse del mondo”. Catalina Micaela y la Corte de Turín al final del siglo XVI », dans J.E. Hortal et F. Labrador (dir.), La Casa de Borgoña : la Casa del rey de España, Louvain, Leuven University Press, p. 483-500.

Rio Barredo María José del, 2003, « De Madrid a Turín : el ceremonial de las reinas españolas en la corte ducal de Catalina Micaela de Saboya », Cuadernos de historia moderna, 28, Anejo II, p. 97-122 ; en ligne : <https://revistas.ucm.es/index.php/CHMO/article/view/CHMO0303220097A>

Rio Barredo María José del et Dubost Jean-François, 2009, « La présence étrangère autour d’Anne d’Autriche », dans Grell 2009, p. 111-153.

Rodríguez Salgado María José, 2003, « Una perfecta princesa. Casa y vida de la reina Isabel de Valois (1559-1568) », Cuadernos de Historia Moderna, 28, Anejo II, p. 39-96.

Sánchez Magdalena, 2016, « “She grows careless” : The infanta Catalina and spanish etiquette at the Court of Savoy », dans J.L. Palos et M. Sánchez , (dir.), Early Modern Dynastic Marriages and Cultural Transfer, Farnham/Burlington, Ashgate, p. 21-44.

Válgoma y Díaz-Varela, Dalmiro de la, 1949, El ajuar de Ana de Austria, infanta de España, reina de Francia, Madrid, s.n.

Zum Kolk Caroline, 2009, « Les femmes à la cour de France au xvie siècle. La fonction politique de la maison de Catherine de Médicis (1533-1574) », dans E. Santinelli-Foltz et A. Nayt-Dubois (dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, Publications de l’université de Valenciennes, p. 237-258.

Haut de page

Notes

1 Le mot azafata est dérivé de azafate, qui désigne le panier ou le plateau utilisé pour transporter les robes ou autres effets liés au service. À la cour d’Espagne, c’étaient les dueñas de retrete (duègnes de retraite) qui s’en chargeaient, des femmes d’un certain âge servant dans les appartements les plus retirés de la chambre. Hoffman 2011, en particulier p. 29-38, 119, 126 et 218, précise que chaque enfant du roi disposait de sa propre azafata, qu’il gardait à son service y compris après avoir atteint l’âge adulte.

2 J’utilise ce terme non pas tant en référence à l’institution du matriarcat, que pour désigner spécifiquement l’autorité dont peuvent disposer certaines femmes, dans un groupe ou une communauté en raison de leur savoir et de leur expérience.

3 Pour ne citer que les listes en lien avec la Maison d’Anne d’Autriche, voir Griselle 1912 ; Da Vinha 2009 ; Martínez Millán et Visceglia 2009.

4 Kleinman 1990 ; Keller 2005 ; Zum Kolk 2009 ; Akkerman et Houben 2014 ; García Prieto 2018.

5 Dubost 2001 et 2007b.

6 Cosandey 2002 et 2006.

7 Cruz 2013.

8 D’après Durvan 1983, vol. 2, « fr. greffier : 1. oficio honorífico de la casa real, segun la etiqueta de la de Borgoña, auxiliar y complementario del de contralor (« du français greffier : 1. office de la Maison du Roi, suivant l’étiquette de Bourgogne, assiste le contrôleur ») [N. D. T.].

9 Simancas (Valladolid), Archivo General de Simancas (désormais AGS), Contaduría de mercedes, lib. 241, n. 96. Rodríguez Salgado 2003, p. 90 (Rodrigo de Castro, lieutenant-muletier en 1566).

10 AGS, Estado, Saboya, leg. 1264, f. 120 (26-2-1588). Dans ce rapport, Carlo Palavicino, mayordomo mayor (premier maître d’hôtel) de Catherine-Michelle, regrettait que l’initiative de faire appel à une nouvelle servante revînt à l’azafata – « je comprends que doña Luisa Mexía soit parvenue à faire venir de là-bas doña Stefanía de Villarquerando [sic], qui fut sa grande amie, en qualité d’azafata de l’enfant à naître » (« entiendo que doña Luisa Mexía ha procurado hacer venir de allá a doña Stefanía de Villarquerando [sic], que fue grande amiga suya, dicen por azafata de lo que naciere ») ; il s’inquiétait de voir arriver avec elle ses enfants, qui représentaient un surcroît de charges pour la maison qu’il gérait.

11 Milan, Archivio storico civico, Fondo Belgioioso, Cart. 55, Fasc. 1, fol. 161r, 162r et 165r (je remercie Magdalena Sánchez pour cette information).

12 D’après Moliner 2007, t. II, p. 2977, ujier [équivaut à ujier de sala] : « servidor del rey que cuidaba las comidas desde la cocina o la cueva a la mesa real » (« serviteur du roi chargé d’apporter les aliments de la cuisine ou de la cave à la table royale ») [N. D. T.].

13 Nieto Jiménez et Alvar Ezquerra 2007, vol. 10, p. 9742, cite Covarrubias 1611 : « en casa de los señores llaman veedor el que asiste a lo que ha de comprar el despensero » (« au service d’un seigneur, le veedor assiste dans ses achats le « despensero », responsable de pourvoir à la nourriture) ; et vol. 4, p. 3618, cite Ga Palacio : « despensero […] es el que guarda la comida y bebida, da de comer y de beber a la gente » (« le dépensier est celui qui range les aliments et les boissons, et les dispense aux gens ») et Vittori 1609 : « despensier, officier de la dépense » [N. D. T.].

14 Martínez Millán 2000, p. 178 ; Raviola 2014, p. 489 ; Hortal Muñoz 2013, p. 1032 et 1052 (le second nom de famille, de la Reguera, apparaît comme « de la Vega »).

15 Covarrubias 1611, t. II p.88 : « empleo honorífico en la casa real, cuyo ministerio es ir a caballo al estribo del coche de las damas, cuando salen fuera, para que nadie pueda llegar a hablarlas ; y también les toca despejarla sala de las audiencias de la reina, en los dias de funciones públicas […] » (« office de la Maison royale, dont la charge consiste à accompagner à cheval les voitures des dames et à rester près du marchepied à leurs entrées et sorties afin que personne ne puisse leur parler ; il lui revient aussi de faire place dans la salle d’audience de la reine les jours de réception publique »).[N. D. T.]

16 Requête (Memorial) de 1602 à Madrid, Biblioteca del Palacio Real [BPRM], II/767, fol. 354-5 ; Madrid, Archivo General de Palacio [AGP], Personal, caja 167, exp. 11 (1603 et 1607).

17 AGP, Personal, caja 759, exp. 6.

18 AGP, Administrativa, leg. 5226, exp. 2 (comptes de la labrandera [couturière] Louise de Sandoval) ; je dois ces données à Ana Sanz.

19 Au sujet de la rente de 22 454 maravedis acquis en 1599, voir AGS, Contaduría de mercedes, lib. 594, n. 22. Pour les requêtes de janvier et novembre 1606 et de juin 1607, voir AGS, Consejo y Juntas, lib. 481, n. 22. La réponse, une cédule royale de 1607, ordonnait au Conseil des finances de prendre sur la rente du poivre les retards de paiement et les gages à venir destinés à doña Estefanía ; voir AGS, Contaduría de mercedes, lib. 593, n. 4.

20 Recours non daté du procureur en faveur de Catalina Pérez dans son procès contre Estefanía Villaquirán, et du notaire Gaspar de Covián, trouvé dans la correspondance du comte de Gondomar de 1606, BPRM, II/ 2116, n. 219.

21 Si on s’en rapporte aux Étiquettes établies par Philippe II en 1575 concernant l’intendance de la Maison de la reine, l’office d’aya était attribué à une femme qui avait pour mission de superviser l’éducation et les soins portés aux enfants du roi durant leur enfance. C’était la charge la plus importante du service féminin de la Maison des enfants du roi, comparable à celle de camarera mayor. AGP, Histórica, caja 49, expediente 3.

22 Le premier maître d’hôtel du roi aspirait lui aussi à s’élever et racontait sans doute cette anecdote pour dénoncer les procédés de son rival ; la lettre est publiée par Martínez Hernández, 2004, p. 497.

23 Il s’agit de la famille de Francisco de Sandoval y Rojas, duc de Lerma, favori de Philippe III, dont l’épouse et les sœurs occupèrent les principaux offices de la Maison de la reine au cours des premières décennies du xviie siècle.

24 Salazar 1616, p. 48.

25 « dado mucho en rostro a todos que la azafata ha traído todo su linaje, y piensan que como sanguijuelas han de chupar cuanta sangre tuviere la reina », AGS, Estado K, 1471, n. 176.

26 On peut reconstituer de façon assez exacte le renvoi des domestiques espagnols de la cour de France d’après la liste établie par Griselle 1912, p. 89, 92, 96-97, 103 et 125. On peut consulter deux listes, dressées aux alentours de 1619-1620, des serviteurs qui furent renvoyés de France, faisant référence aux offices qu’ils occupaient, et auxquels ils furent promus, in Martínez Millán et Visceglia 2008, vol. I, p. 1098-1101. Dossier de Petronila de Villaquirán en AGP, Personal, caja 1099, exp. 40. Il est question du replacement des domestiques dans les maisons de la princesse et de l’infante Marie, et de la demande de grâce au roi déposée par Reguera pour sa fille, dans une lettre d’avril 1617 (Cartas 1929, p. 25).

27 L’ambassadeur espagnol, originaire du royaume de Naples, est nommé « Monteleón » en espagnol. Cependant le nom originel est italien et usuel donc nous l’avons gardé ici. [N. D. T.]

28 « servicio de muchos años y con amor », « los años de servicio de su abuela merecen mucho », AGS, Estado K, 1472, n. 144ª (3 novembre 1616) et Estado K, 1474, n. 35.

29 « la nieta de Chic[h]a », Cartas de Felipe III 1929, p. 46. Avant l’attribution du surnom de Chicha à Estefanía, une autre suivante de Catherine Michelle, décédée en 1591, était ainsi surnommée, comme le rapporte l’ouvrage Catalina Micaela 2012, vol. I, p. 10, 52, 54, 70, 121, 129 et 131, et vol. II, p. 253, 295 et 312. Sans l’ombre d’un doute, il s’agissait de sa vieille nourrice, Luisa Mexía, bien que sa nièce, homonyme, apparaisse également dans les listes des servantes aux dates ultérieures. Il est probable que Chicha recouvre aussi un usage générique, comme tata (« nounou », ou « papi ») ou nana (« mamie »), comme le suggère d’ailleurs le document cité en note 49.

30 Le document stipulant la concession d’un habit de l’ordre de Santiago au mari d’Estefanía Reguera, Rodrigo Suárez Sarmiento Pimentel, est mentionné dans la requête citée plus bas, qui se trouve à Madrid, Archivo Histórico Nacional [AHN], Órdenes Militares, 537 (année 1618) et 7942 (1622).

31 Turin, Archivio di Stato, Lettere ministri, Spagna, mazzo 17, n. 272/4 : « Votre excellence. Doña Estefanía de Villaquirán, azafata de la très chrétienne reine de France, dit que Son Altesse le prince Victor sur ordre de Votre Altesse, a concédé à don Francisco de Villaquirán, son petit-fils, l’appartenance à l’ordre de Saint-Maurice en France. Elle prie aujourd’hui qu’on lui attribue la profession, et qu’on l’envoie au seigneur ambassadeur pour qu’il la lui remette, ce que fera Votre Altesse, dans sa grâce, en rétribuant ainsi les services que Votre Altesse sait avoir été accomplis par ladite doña Estefanía » (« Excelentísimo Señor : Doña Estefania de Villaquirán, azafata de la Reina Cristianísima de Francia, dice que Su Alteza del principe Victorio por mandado de Vuestra Alteza dio a don Francisco de Villaquirán, su nieto, el orden de san Maurizio en Francia. Ahora suplica se le dé la profesion, remitiéndola al señor embajador para que lo dé, que en ello hará Vuestra Alteza gran merced y pagará los servicios que Vuestra Alteza sabe ha hecho la dicha doña Estefanía »). Sur cet ordre militaire et sa concession aux étrangers, voir Merlotti 2007, p. 117-119.

32 AGP, Personal, caja 7786, exp. 1.

33 « Dona Estefanía Jacinta de la Reguera, dama que fue de la Cristianísima reina de Francia, en donde se casó con orden del rey nuestro señor, que Dios tiene, padre de Vuestra Majestad, con Rodrigo Suarez Sarmiento Pimentel, caballero del hábito de Santiago. Hija de Bernardo Gómez de la Reguera, que fue del consejo de Vuestra Majestad, su secretario y caballerizo y bracero de la dicha reina Cristianísima y de doña Catalina de Castro, que al presente murió, su azafata y guarda damas de la reina nuestra señora. Dice que los dichos sus padres sirvieron a Vuestra Majestad, que Dios guarde, desde que nació, y a los señores reyes don Felipe II y III, padre y abuelo de Vuestra Majestad, desde el tiempo de la señora reina doña Ana, y lo mismo Rodrigo de Castro y Estefanía de Villaquirán, sus abuelos maternos, todos ellos hasta que murieron, así en España como en Portugal con el señor Archiduque, en el Piamonte con la señora Infanta doña Catalina, en Flandes con los señores archiduques y en Francia con la dicha Cristianísima reina hasta que se vinieron los españoles », AGP, Personal, caja 872, exp. 32. Estefanía de la Reguera n’avait pas le statut de « dame », mais de demoiselle de chambre.

34 Río Barredo 2003 ; Río Barredo et Dubost 2009.

35 Una relación de los criados españoles al servicio de Ana de Austria en Madrid (« Récit des domestiques espagnols au service d’Anne d’Autriche à Madrid »), Real Academia de la Historia [RAH], Salazar 9/ 475.

36 Les ordonnances émises par Philippe II pour l’intendance des Maisons de la reine espagnoles ne stipulent pas le détail des tâches à effectuer pour chaque catégorie de servante. Il n’y a pas de section spécifiquement dédiée aux azafatas, mais seulement une brève mention des duègnes de retraite chargées de l’azafate AGP, Histórica, caja 49, exp. 3.

37 AGP, Personal, caja 16 866, exp. 32. Marqués del Saltillo 1951, vol. 1, p. 258-60.

38 « Díceme doña Estefanía que [Ana] pasó bien la noche », « se le saltaban las lágrimas », Colección… 1895, p. 456-457 et 459. Il s’agit de lettres : Cartas al duque de Lerma escritas por don Carlos de Arellano cuando fue a Francia acompañando a la infanta doña Ana de Austria (« Lettres au duc de Lerma écrites par don Carlos de Arellano lorsqu’il partit pour la France pour y accompagner l’Infante Anne d’Autriche »).

39 D’après Covarrubias 1611, p. 434, chicha était un mot utilisé par les enfants lorsque leur allaitement cessait et qu’ils commençaient à manger de la viande grillée, ce qui donnait sens à ce surnom pour les azafatas, qui prenaient soin de l’alimentation des enfants en bas âge. Le commentaire au sujet de « la olla » [la marmite] se réfère à un plat typique espagnol connu sous le nom de olla podrida. [N.D.T. : dans un registre familier, chicha signifie « viande comestible » ; la « olla podrida » est un ragoût à base de viandes et de légumes.]

40 Válgoma y Díaz-Varela 1949, p. 41 et 53 et AGS, Estado K, 1471, f. 83 (2-5-1616).

41 « de la conciencia y honra de doña Estefanía confío grandemente », « lo que le dan [a la reina] los meses no he oído, porque me tenía muy [a]penada el decir lo gastaba conmigo; ahora no sé qué se hace, porque luego se consume; es verdad que le hemos quitado quinientos ducados cada mes; todas las cosas de Chicha nos descomponen porque las aborrece el rey y aligera lo que no se puede pensar », AGS, Estado K, 1472, fol. 32 et 56 (Monteleón a Lerma, 2 et 21-9-1616).

42 Cartas… 1929, p. 14 (16 novembre) et p. 37-38, 44 et 46, comme signalé par Kleinman 1995, p. 76-77. Cette lettre du roi, datée de novembre 1616, répond à un commentaire de Monteleone adressé à Lerma le 3 novembre : « La santé fragile de Madame la comtesse de la Torre, sans gravité néanmoins, la laisse en proie à la mélancolie, mais bien plus encore les extravagantes médisances divulguées à son sujet à Madrid » (« La poca salud de mi señora la condesa de la Torre, aunque no es cosa de cuidado, la tiene melancólica, y a mi parecer mucho más las dicerías extravagantes que en Madrid han corrido »), AGS, Estado K 1472, n. 144a.

43 « mala condición », « tenerle la mano ». L’ambassadeur sortant et conseiller du roi, don Íñigo de Cárdenas, recommandait de répondre au maître d’hôtel que, « en ce qui concerne doña Estefanía, [qu’]il a bien fait de faire mention de ce constat et qu’il continue à la tenir sous son joug » (« en lo de doña Estefanía, que ha hecho bien en decille lo que apunta y continue en tenelle la mano »), AGS, Estado K, 1471, f. 61. D’après Covarrubias 1611, p. 786, « tener mano » signifie avoir du pouvoir, donc assujettir, soumettre à l’autorité de ses supérieurs.

44 « Hablamos la condesa de la Torre y yo a doña Estefanía. Yo fui el orador y fue muy buena la plática, pues le leí el capítulo que Vuestra Excelencia me escribía. Afligióse mucho. Procuró persuadirnos que quien había referido a Su Majestad o a Vuestra Excelencia que ella tenía culpa en materia tal, se lo había levantado, y que sería muy puntual en obedecer la orden que se le daba. Ella realmente es bien intencionada, pero tiene la condición conforme Vuestra Excelencia debe conocer », AGS, Estado K, 1471, f. 57-58 (28-2-1616).

45 Sánchez 2016.

46 Covarrubias 1611 : « Dueña. […] en palacio llaman dueñas de honor personas principales que han enviudado, y las reynas y princesas las tienen cerca de sus personas en sus palacios » (« à la cour, on appelle dueña de honor des personnes d’un certain rang qui étant veuves, demeurent au palais auprès des reines et des princesses »). [N. D. T.]

47 En français dans le texte. [N. D. T.]

48 Rio Barredo et Dubost 2009 ; « Rapports de l’ambassadeur français sur ce qui se passait à la cour de Madrid », Paris, Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), Manuscrits, fond français, 16116 et 16117.

49 AGS, Estado K, 1471, f. 63, document sans date ni signature, qui semble recueillir les mots d’Anne d’Autriche, qui désignerait donc la nourrice du roi par cet appellatif.

50 « a doña Estefanía, la azafata, no le quitaron el oficio, (esto es el nombre), pero todo lo que hacía ella con la reina lo hace la nodriza del rey », AGS, Estado K, 1471, f. 176 (9-7-1616), fray Antonio del Arco al Padre Federico. Sur la nourrice, voir Chevallier 1979, p. 28-30, 33, 42, 48, 53, 145.

51 « la Ama del Rey Cristianísimo », AGS, Estado K, 1471, f. 57-58 (28-2-1616), Monteleón a Lerma.

52 « con doña Estefanía harto deseo tenerla en buena correspondencia, pero veo la empresa dificultosa », AGS, Estado K, 1472, f. 32 (2-9-1616).

53 Les commentaires de Monteleone sur la nourrice française sont dans Estado K, 1471, f. 85 (11-4-1616), Estado K, 1471, f. 117 (31-5-1616), Estado K 1472, f. 3 (3-8-1616), Estado K, 1472, f. 32 (2-9-1616).

54 Venise, Archivio di Stato, Senato, Ambasciatori, France, Filza 51 (21-9-1618, Simone Contarini au Sénat) et AGS, Estado K, 1472, f. 72 (28-9-1616, Monteleón a Lerma).

55 « mandar que las hijas de Chicha se vayan », AGS, Estado K, 1473, f. 102 (2-9-1617, Inès de Sandoval a Lerma).

56 Río Barredo et Dubost 2009. « Rapports de l’ambassadeur français sur ce qui se passait à la cour de Madrid », Paris, BNF, Manuscrits, fond français, 16 116 et 16 117.

57 García 1617.

58 Hormis les dames, toutes les servantes de la chambre de la Reine portaient un habit noir conformément à l’usage ; les femmes plus âgées en tant que veuves, et les jeunes demoiselles suivant les prescriptions des ordonnances, comme le rapporte le document « Observación sobre lo que deben hacer y guardar las mozas de cámara de la reina » (« Remarques sur ce que doivent faire et respecter les demoiselles de la chambre de la Reine »), Madrid, Biblioteca Nacional, Ms, 18 196, fol. 140-141 (1621).

59 Dubost 2007a ; Río Barredo et Dubost 2009.

60 Kettering 2008, p. 6.

61 Kettering 2007.

62 « era tanto el odio que el rey tenía a esa mujer que por no verla dejaba de ir a dormir con la reina », AGS, Estado K, 1476, f. 171 (Girón a Felipe III, 23-12-1619).

63 « no sería reina ni tendría el marido y autoridad que sería razón », « desviar esta privanza », AGS, Estado K, 1476, f. 171 (Girón a Felipe III, 23-12-1619), ibid.

64 « pues está tan vieja y sin fuerzas para poder servir, se retirase a descansar », AGS, Estado K, 1476, f. 171 (Girón a Felipe III, 23-12-1619), ibid.

65 « que yo había dicho públicamente que la reina estaba enferma y melancólica por las pesadumbres que aquí le daban », « ver que la reina habla conmigo », « natural odio que esta gente nos tiene », AGS, Estado K, 1476, fol. 159 (Estefanía a Juan de Ciriza, secretario real para asuntos franceses, 21-12-1619).

66 « no había para qué hacer caso de lo que decía o hacía una mujer de ochenta años », « a la usanza de acá », AGS, Estado K, 1477, f. 29 (Felipe III Girón, 7-2-1620).

67 AGS, Estado K, Estado, 1477, f. 30 (Girón a Ciriza, 12-2-1620) et f. 39 (27-2-1620, Girón al rey). Dans le même lot se trouve le rapport du Dr Serna sur les complications afférentes à la maladie de la reine, qui refusait les remèdes qu’on lui prescrivait et même la nourriture.

68 « He dicho a Su Majestad lo que a vuestra merced debo, y leíle toda la carta. Holgóse en extremo y tuvo por acertado el haber yo avisado a vuestra merced, en cuyo nombre le besé la mano. Yo tengo (gloria a Dios) salud, con haber asistido a la enfermedad de la reina sin faltar un punto ni desnudarme en más de veinte noches », AGS, Estado K, 1477, f. 49 (Estefanía a Juan de Ciriza, 20-31620). À la cour de Madrid, les diplomates français (et les autres) restèrent sur une interprétation de la crise en termes de réciprocité, insistant sur le fait que le renvoi d’Estefanía provoquerait en retour celui de la nourrice d’Isabelle. BNF, Manuscrits, fond français, 16117, fol. 468r, 472r.

69 « mujer [española] de autoridad y prudencia », AGS, Estado K, 1477, f. 28 (Girón a Felipe III, 12-2-1620). Depuis son ambassade en Angleterre, le comte de Gondomar défendit une position similaire en 1618, AGS, Estado K, 1475, ff. 98 et 107.

70 AGS, Estado K, 1477, f. 28 (Girón a Felipe III, 12-2-1620). Depuis son ambassade en Angleterre, le comte de Gondomar défendit une position similaire en 1618, AGS, Estado K, 1475, fol. 98 et 107.

71 Dans une lettre du 22 mars 1619, le marquis de Mirabel informa l’archiduc Albert de sa nomination en tant qu’ambassadeur en France et de l’ordre de Philippe III d’emmener avec lui son épouse, Francisca de Zúñiga y Ávila, « pour qu’elle serve et assiste la reine très chrétienne », Bruxelles, Archives générales du Royaume, secrétariat d’État et de Guerre, 402bis.

72 « La pobre señora doña Estefanía ha estado mala los días pasados y no está ya para vivir mucho; si ella falta, vea como quedará la reina, que no tendrá persona cabe si pura y fiel para guardarle un papel », RAH, Salazar 9-1060, fol. 140-1 (Paris, 15-6, non daté, annoté par une seconde main « D. Luisa de Saldaña 1620 »). Il s’agissait de Louise de Bessin de Mathonville, fille de Charlotte de Saldagne, mariée à un noble normand, Pierre Bertaut, qui fut gentilhomme de Louis XIII ; à son sujet, voir Moreri et Goujet 1735, II, p. 117. Dans cette lettre, elle fait référence à l’une de ses filles, « Francisquita », Françoise Bertaut, future Mme de Motteville. Elle fait aussi mention, au passage, du rôle de l’« ambassadrice » de Flandres au chevet de la reine pour l’assister durant sa maladie. Il s’agissait de la femme de Ferdinand von Boisschot, comte d’Erps et ambassadeur des archiducs, Anne-Marie de Camudio, ancienne dame de l’archiduchesse Isabelle ; Biographie nationale, Bruxelles, 1868, vol. 2, coll. 624 ; en ligne, <https://archive.org/details/biographienation02acad/page/n322>, consulté le 13 décembre 2018.

73 AHN, Consejos, leg. 635, fol. 363 et 636, f. 154 et 365. La fiche de Catalina de Castro en AGP, Personal, caja 16777, exp. 10.

74 Paris, Archives nationales de France, MCXXIV 331, fol. 141 et 145 ; Dubost, 2007, p. 157.

75 AGP, Personal, 663, 14.

76 Carlos Varona 2018, p. 191-194.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Famille de doña Estefanía de Villaquirán
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/17995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

María José del Río Barredo, « Une matriarche espagnole à la cour de France : Estefanía de Villaquirán, azafata (nourrice) d’Anne d’Autriche », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 09 juillet 2019, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/17995 ; DOI : 10.4000/crcv.17995

Haut de page

Auteur

María José del Río Barredo

María José del Río Barredo est professeure au département d’Histoire moderne de l’Université autonome de Madrid. Spécialiste de l’histoire culturelle et de l’histoire de Madrid des xvie et xviie siècles, ses recherches portent actuellement sur la religiosité et la culture de cour féminine.
María José del Río Barredo is a professor in the department of Early Modern History, Universidad Autónoma de Madrid. She is a specialist in the cultural history and the history of sixteenth- and seventeenth-century Madrid. Her current research is focused on religious rituals and women’s court culture.
Principales publications : Madrid, Urbs Regia. La capital ceremonial de la Monarquía Católica, Madrid, Marcial Pons Ediciones de Historia, 2000 ; ses contributions à l’ouvrage de Grell C. (dir.), Anne d’Autriche, princesse espagnole et reine de France, Paris, Perrin, 2009, et plus récemment à l’ouvrage Gaude-Ferragu M. et Vincent-Cassy C. (dir.), La dame de cœur. Patronage et mécénat religieux des femmes de pouvoir dans l’Europe des xive-xviie siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.
mjose.delrio@uam.es

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals