Navigation – Plan du site

Au service du roi très chrétien

Les Besenval de Soleure et la cour de France au temps des Bourbons (xviie-xviiie siècles).
In the service of the most Christian King. The Besenval of Solothurn and the French Court under the Bourbon (17th-18th centuries).
Marco Schnyder

Résumés

La thématique de la présence étrangère à la cour de France est abordée à travers le cas de la famille de Besenval, originaire du Val d’Aoste, mais établie à Soleure à partir de 1628. Cette ville suisse, chef-lieu du canton homonyme et demeurée catholique, était également, depuis 1530, le siège de l’ambassade française permanente dans l’ancienne Confédération suisse. Les Besenval s’engagent avec succès dans les domaines d’activité privilégiés par l’élite dirigeante locale : magistratures et service militaire à l’étranger. Ce dernier fait entrer définitivement la famille dans l’orbite française. Par leur service à la Couronne sur les champs de bataille au cours du xviie siècle, les Besenval sont anoblis et deviennent, aux yeux des Bourbons, de précieux et fidèles serviteurs. Non seulement comme représentants du parti français au sein du Corps helvétique, mais également comme seigneurs et propriétaires fonciers dans une région récemment conquise, comme l’Alsace, et en tant que diplomates pour le compte de la Couronne. Certains Besenval font une expérience directe de la Cour, à Versailles, d’autres indirecte, à l’étranger, tant auprès de l’ambassade française à Soleure que lors de missions diplomatiques, comme en Pologne ou auprès des cours du Nord. Pour cette famille aux intérêts transnationaux, être courtisan ou simplement être proche de la Cour, n’est finalement ni un but en lui-même ni une simple étape. Être présent à la fois à Soleure et à Paris est indispensable afin de conserver un pouvoir qui est par nature transnational.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cités par Diesbach dans Besenval 1987, p. [9] ; Stéphanie-Félicité Ducrest de Saint-Aubin (1746-183 (...)
  • 2 Campan 1822, p. 10.
  • 3 Cet article est une réélaboration d’une communication présentée à la journée d’étude « Circulations (...)

1« M. de Besenval, quoique suisse, était aimable », remarquait non sans ironie Mme de Genlis à propos du baron Pierre Victor ; « Le Suisse le plus français qui ait jamais été », s’exclamait de son côté Sainte-Beuve1 ; « Le baron de Besenval avait conservé la simplicité des Suisses, et acquis toute la finesse d’un courtisan français », écrivait Mme Campan dans ses mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette2. Mais qui est ce baron de Besenval ? Et qui sont les Besenval ? Quelles sont les relations entre cette famille et la cour des Bourbons de France3 ?

  • 4 Au moment de la première consultation, entre 2012 et 2015, le fonds n’avait été que partiellement i (...)

2Les Besenval sont une famille très en vue non seulement dans la ville et dans le canton de Soleure (Solothurn), où ils se sont établis de manière stable dès 1628, mais également à l’échelle de l’ancienne Confédération suisse (ou Corps helvétique), et même au-delà des frontières, notamment en France. Ces notables soleurois doivent en effet beaucoup de leur succès à leur activité en tant qu’officiers militaires au service des Bourbons, du milieu du xviie siècle à la Révolution. Cette famille a laissé d’importantes archives, conservées bien sûr à Soleure, mais également à Genève, auprès de l’institut et du musée des Suisses dans le monde de Pregny-Chambésy4.

  • 5 Parmi les études qui ont mis en lumière l’importance des relations franco-suisses à l’époque modern (...)

3À partir de ce cas spécifique, le but de cet article est de proposer des éléments de réflexion sur les circulations étrangères à la cour de France au temps des Bourbons. Nous nous interrogerons en particulier sur le rôle joué par les rapports noués avec la Cour, et, de manière plus générale, avec la monarchie française dans la gestion et la reproduction du pouvoir de la part des Besenval. Doit-on considérer le service à la Cour comme une étape ou comme un but ? L’étude de leurs parcours se révèle particulièrement intéressante pour trois raisons. En premier lieu, elle permet de mieux saisir les stratégies de transmission et de reproduction du pouvoir d’une famille constamment active à cheval sur les frontières. En deuxième lieu, elle témoigne du privilège d’approcher le roi et sa Cour dont certaines familles d’origine étrangère ont pu bénéficier sur une longue durée. Enfin, elle contribue à une meilleure compréhension des enjeux politiques et diplomatiques concernant les relations avec le Corps helvétique, un acteur qui, en dépit de son modeste poids démographique, économique et politique, a longtemps joué un rôle de premier plan dans la politique étrangère de la monarchie5. C’est justement dans un carrefour de souverainetés que les pratiques des Besenval doivent être appréhendées.

  • 6 Parmi les études sur la noblesse, on peut mentionner le tout récent Le Roux et Wrede 2017 ; sur les (...)
  • 7 Parmi les études plus récentes, nous nous limitons à mentionner Affolter 2017 ainsi que Dafflon, Do (...)

4L’histoire d’une famille noble aux intérêts transfrontaliers – et dont les activités s’insèrent dans les relations étroites entretenues au fil des siècles entre la France et l’ancienne Confédération suisse – s’inscrit au croisement de plusieurs domaines historiographiques, comme l’histoire des élites et de la noblesse, l’histoire de la famille, l’histoire de la mobilité et de l’émigration, ou encore l’histoire de la Cour et de la présence des étrangers dans les sociétés d’Ancien Régime ainsi que, bien sûr, l’histoire des relations franco-suisses sous l’Ancien Régime. L’espace à disposition fait défaut pour un tour d’horizon historiographique mais on retiendra tout de même l’attention accrue pour la reproduction et pour la transmission du pouvoir dans des contextes de mobilité6 ainsi que la volonté de saisir la complexité des enjeux des relations entre la France et le Corps helvétique qui émerge dans la toute récente production historiographique suisse7.

Carrières et patrimoines entre l’ancienne Confédération suisse et le royaume de France

  • 8 Besenval 1987.
  • 9 Croq, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la Franc (...)

5Le nom des Besenval est familier aux spécialistes de la cour des Bourbons des dernières décennies du xviiie siècle et de la Révolution. En effet, Pierre Victor Besenval (Peter Joseph Viktor Besenval de Brunnstatt), né en 1721 à Soleure et mort à Paris en 1791, cité au début de cet article, est connu par ses contemporains comme officier dans les régiments suisses, pour avoir joué un rôle important dans la réforme des armées menée par le duc de Choiseul, mais également pour ses aventures amoureuses. Les historiens le citent pour sa carrière militaire, certes, mais surtout pour ses Mémoires sur la Cour8. Pour reconstruire les parcours amenant le baron de Besenval à une si haute position à la cour de France, il faut revenir en arrière de trois générations, jusqu’à son ancêtre Martin, car, comme le souligne opportunément Laurence Croq, « les parcours dépendent beaucoup du capital initial, passif et actif9 ».

De Torgnon à Paris, en passant par Soleure

  • 10 Fankhauser 1991, p. 35.
  • 11 Guichonnet 1948, p. 533-576.
  • 12 Pregny-Chambésy (Genève), musée des Suisses dans le monde, Archives ( = MSMA) 1/3 Martin de Besenva (...)

6Selon la tradition familiale, Martin Besenval – né en 1599 ou 1600 à Valleil, un des hameaux du village de Torgnon, dans le Val d’Aoste, à cette époque savoyard – quitte son pays natal autour de ses 15-20 ans. Il travaille notamment à Augsbourg, centre de l’industrie de la bijouterie-joaillerie, où il exerce le métier d’orfèvre puis de représentant en argenterie10. L’émigration des vallées du duché de Savoie vers les pays de langue allemande est un phénomène courant à l’époque11. Dans ces flux migratoires, les liens avec les villages et les vallées d’origine sont normalement maintenus, tandis qu’on assiste à une rupture nette dans le cas de Martin : un acte d’émancipation, daté de 1627, le délie des liens avec sa famille et lui permet le départ vers les « Pays d’Allemagne » pour faire du profit dans le commerce12.

  • 13 À l’époque moderne, ce que l’on nomme aussi le « Corps helvétique » est une entité polycentrique co (...)
  • 14 Fiechter 1993, p. 1-2.
  • 15 Fankhauser 1991, p. 35.

7Vers 1625, Martin arrive comme représentant en argenterie à Soleure, chef-lieu du canton homonyme, où il finit par s’établir. Soleure est l’un des treize cantons qui forment l’ancienne Confédération suisse à l’époque moderne13. Jean-Jacques Fiechter, biographe du baron Pierre Victor, explique ce choix en rappelant le désir de Martin de s’installer dans une ville libre, en paix, catholique et bénéficiant d’une position géographique stratégique14. Et Soleure possède ces caractéristiques. Elle est demeurée catholique et, en tant que membre du Corps helvétique, elle est épargnée par la plupart des conflits qui marquent l’Europe à cette époque. La ville, enfin, est située sur les routes commerciales qui relient une partie de la France aux pays allemands. De nombreux et riches clients s’y rendent chaque année, et un bijoutier étranger comme Martin n’a pas à craindre une concurrence locale15. Enfin, il est essentiel de rappeler que la proximité avec le royaume de France ainsi que la fidélité de cette ville à l’ancienne foi et à la monarchie française avaient également poussé François Ier, en 1530, à y installer une ambassade permanente, qui reste en place jusqu’en 1792. De toute évidence, Martin se trouve dans une ville intimement liée à la France quand il arrive à Soleure.

  • 16 Croq, Bellavitis et Martinat 2009 ; Johnson, Sabean, Teuscher et Trivellato 2011.

8Nous souhaitons d’abord montrer que l’intérêt des Besenval pour la cour des Bourbons et, par conséquent, le rôle qu’ils ont pu y jouer, ne sont compréhensibles que si l’on considère attentivement les domaines d’activité sur lesquels s’est construit, au fil du temps, le pouvoir de cette famille. En effet, les Besenval doivent leur ascension sociale en grande partie à des relations de confiance et de collaboration nouées avec la monarchie française. Dès le début, les carrières des Besenval s’insèrent dans des contextes à la fois locaux et transfrontaliers. Dans notre analyse, il convient de toujours considérer ce double enracinement, en phase, d’ailleurs, avec une historiographie récente qui insiste volontiers sur le binôme ascension sociale-mobilité géographique16.

Magistratures et commerce du sel : le pouvoir absolu dans une république

  • 17 Fankhauser 1991, p. 35.

9Martin est accepté dans la bourgeoisie de Soleure en 1629 pour une somme de 300 livres. L’année suivante, il épouse Maria Katharina Schwaller (1614-1650), fille de Johann (1589-1652), conseiller et futur avoyer (la plus haute charge de la ville et du canton). Cette alliance matrimoniale ouvre les portes du pouvoir au jeune originaire du Val d’Aoste. Une ascension sociale rapide qui montre, d’une part, qu’un certain degré d’ouverture caractérisait encore le patriciat de Soleure, qui ensuite, en revanche, se renfermera, et, d’autre part, que dans ses premières années en ville, Martin devait déjà être assez riche17.

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.

10Ce dernier est avant tout un entrepreneur. En 1632, ne se contentant pas du négoce d’argenterie et en défiant l’opposition des deux conseils de la ville, il se lance dans le commerce du sel de la Franche-Comté. Sa réussite dans ce domaine lui ouvre en 1636 les portes du Grand Conseil de la République de Soleure, bien avant les neuf ans qu’il aurait dû attendre après son entrée dans le patriciat18. En 1648, il en obtient même le monopole19. La même année, il est nommé au poste convoité de bailli de Lugano, la préfecture la plus peuplée et la plus riche des territoires sujets aux Confédérés. Le mandat de bailli est une étape fondamentale dans le cursus honorum des patriciens suisses, et dans les documents successifs, même produits à l’étranger, comme en Alsace, il est normalement cité avec le titre de « bailli à Lugano ».

  • 20 Fankhauser 2002 b.

11C’est à son quatrième fils, Johann Victor Ier (1638-1713), que revient le mérite, ou le démérite selon les points de vue, d’avoir amené la famille à un rôle hégémonique dans la ville et dans le canton. Membre du Petit Conseil à la fin des années 1660 et avoyer dès 1688, il arrive à imposer une véritable domination à Soleure, notamment par le biais d’alliances matrimoniales avisées. L’accès à la bourgeoisie est fermé en 1682, le Grand Conseil dépossédé de ses pouvoirs en 1690 et l’autorité gouvernementale transférée au Conseil secret20. Dans cette situation d’hégémonie familiale – qui connaît son apogée entre 1707 et 1723 et qui est exceptionnelle dans le contexte suisse – le sel et le service étranger jouent un rôle très important. Le monopole du commerce du sel – bien stratégique que les Suisses sont contraints d’importer – est détenu par les Besenval de 1648 à 1653 et de 1664 à 1722, et ces derniers sont actifs, jusqu’à la Révolution, comme militaires au service de la Couronne de France, qui les récompense en leur versant de généreuses pensions. Et ce n’est pas un hasard si Johann Victor Ier est à la tête du parti français à Soleure, la faction des familles actives dans le service étranger en France. Dans ce rapport de clientèle, les clients Besenval bénéficient d’un accès privilégié aux ressources et aux charges, tandis que le patron-roi s’assure fidélité et collaboration, ce qui, dans le cas des Besenval, comme pour la plupart des familles des élites dirigeantes des cantons catholiques, se traduit par une carrière militaire dans les armées du roi et par la défense des intérêts français au sein du Corps helvétique.

Métier des armes et anoblissement

  • 21 Fankhauser 1991, p. 35.
  • 22 Ibid., p. 35-36.
  • 23 Henry 2013.
  • 24 Claerr Stamm 2015 (en particulier p. 141-144).

12Dans son parcours d’ascension sociale, Martin ne peut bien sûr pas négliger la principale activité du patriciat local : le service militaire à l’étranger. En 1653, il reprend la moitié de la compagnie de son beau-frère, l’avoyer Johann Hans Schwaller, au sein du régiment des gardes suisses au service de la France, ce qui lui permet d’assurer à ses fils une activité digne de leur nouveau statut social21. Son deuxième fils, Jean-Martin, perd la vie dans le siège d’Arras en 1654. En février de l’année suivante, Martin reçoit des lettres de noblesse de la part de Louis XIV, non seulement pour ses mérites et les services rendus à la Couronne22, mais également comme récompense pour le sacrifice de son fils sur les champs de bataille. En 1729, la famille devient même propriétaire du régiment de Châteauvieux23. La liste des charges et des honneurs reçus au fil des années par les Besenval est longue et nous nous limiterons à rappeler les carrières que certains membres de la famille ont su entreprendre au sein des gardes suisses, le corps le plus proche de la personne du roi, ainsi que les fonctions de haute responsabilité confiées au baron Pierre Victor et qui le voient en première ligne à l’éclatement de la Révolution24.

13Le métier des armes est un moyen de promotion sociale classique, d’autant plus pour l’élite dirigeante des cantons à régime patricien, dont Soleure. Le château de Waldegg, édifié dans la campagne soleuroise au cours des années 1682/1683-1685, si l’on ne compte pas les aménagements successifs, ainsi qu’un somptueux hôtel particulier, avec cour et jardin, bâti en ville entre 1703 et 1706, sont les principaux signes du succès des Besenval dans leur patrie. Dans ces bâtiments, la volonté d’émulation du modèle nobiliaire français et le désir de distinction sont manifestes.

  • 25 Amacher 2014.

14La perte du monopole des importations de sel (1722) et du pouvoir politique (1723) amorce le lent déclin de la famille, d’ailleurs déjà affaiblie par une faible natalité. À Soleure, comme ailleurs en Suisse, d’autres puissances essayent d’obtenir les services des soldats suisses, notamment l’Espagne. Le parti espagnol, quoique minoritaire, est également présent à Soleure et ses chefs s’opposent fermement aux visées hégémoniques des Besenval. Leur domination finit par mécontenter les autres familles et factions. Sans arriver à une telle situation d’hégémonie, des tensions de cette nature peuvent être relevées dans d’autres cantons et villes suisses, comme à Zoug, où la famille Zurlauben, qui avait acquis entre le xviie et le premier tiers du xviiie siècle un rôle hégémonique grâce à ses liens très étroits avec la France, est ensuite déchue25.

  • 26 Cité dans Fankhauser 1991, p. 12-14 et dans Pischon 1862, p. 361.

15La place des étrangers au service de l’État doit bien sûr être analysée selon les logiques internes à la Cour, mais également à la lumière de la fonction que ces individus exercent dans les pays d’origine respectifs, surtout en ce qui concerne la défense des intérêts français. Nul doute que les Besenval jouent un rôle capital dans ce sens au sein de l’ancienne Confédération suisse. En 1709, Roger Brulart, marquis de Puysieux, ambassadeur français à Soleure de 1697 à 1708, écrivait, à propos de Johann Victor Ier : « Si le roi pouvait acheter dans chaque canton un homme comme le schultheiss [avoyer] Besenval de Soleure, il pourrait compter sur la Suisse comme sur son propre royaume26. »

Diplomates au service du roi de France

  • 27 Fankhauser 1991, p. 39.
  • 28 Sur la mission diplomatique de Johann Victor II, voir Schnakenbourg 2006, p. 291-311 et Id. 2008. S (...)
  • 29 Claerr Stamm s’appuie sur des études de A. Affolter (Affolter 2017), sans spécifier davantage (Clae (...)

16La proximité de la personne du roi dont bénéficient les Besenval se manifeste clairement par leur présence dans un domaine très délicat dans lequel la confiance est vitale : la diplomatie. Les officiers des régiments suisses sont proches du roi et normalement bien intégrés à la Cour ; dans ce cadre, ils peuvent même être chargés de missions diplomatiques. C’est ce qui arrive à Johann Victor II – né à Soleure en 1671 et neveu de Martin –, qui suit l’exemple de ses ancêtres en entreprenant avec succès la carrière militaire au service des Bourbons. En 1707, il est chargé d’une importante mission diplomatique auprès des cours du Nord et ensuite en Pologne, où, entre 1713 et 1721, il exerce la fonction d’ambassadeur extraordinaire de France27. Le fait de confier des missions diplomatiques à des étrangers n’est certes pas une exception à cette époque, et un mandat de ce genre constitue un moyen supplémentaire de promotion sociale pour un patricien d’une ville suisse28. Les années de service diplomatique de Johann Victor II sont également l’occasion de conclure une alliance matrimoniale prestigieuse : le mariage, en 1725, avec Catherine Bielinska (1684-1761), veuve Potocka et fille de Casimir Louis Bielinski, grand maréchal de la Couronne. Les contemporains, repris par les historiens jusqu’à récemment, ont vu dans cette alliance un signe de proximité accrue avec le roi. En effet, la même année 1725, Marie Leszczynska, fille de Stanislas, roi de Pologne de 1704 à 1709 puis de 1733 à 1736 (Stanislas Ier), épouse Louis XV. Catherine Bielinska est considérée comme apparentée à Stanislas. D’après des recherches récentes cependant, Catherine n’était point véritablement cousine de la reine, bien que la première n’ait jamais songé à démentir cette croyance29.

  • 30 Fankhauser 1991, p. 39.
  • 31 Ibid.

17En 1722, Johann Victor II rentre en France où il reçoit le poste convoité de colonel des gardes suisses30. La position privilégiée dont il jouit s’explique certes par ses capacités et mérites – en 1703, une négociation menée avec succès pour un échange de prisonniers, après une bataille sur le Rhin à Aix-la-Chapelle, lui avait valu d’être promu au grade de brigadier – mais également, et peut-être surtout, par son appartenance à une famille fidèle à la France depuis plus d’un demi-siècle dans un pays d’intérêt stratégique comme l’ancienne Confédération suisse31. En France, les Besenval jouissent d’une position importante, surtout en tant qu’officiers dans les régiments suisses ; à Soleure, ils se construisent un pouvoir quasi hégémonique grâce à leurs relations étroites avec la France. Les pratiques transnationales des Besenval sont donc génératrices de pouvoir et, dans ce sens, il s’avère essentiel de garder des relations intenses avec la patrie. Johann Victor II songe toute sa vie à rentrer au château familial de Waldegg – pour lequel il suit de loin les travaux d’agrandissement et d’amélioration – sans malheureusement y parvenir puisqu’il décède à Paris, en 1736.

Patrimoines et investissements en France

  • 32 Sur les biens et les intérêts des Besenval en Alsace, voir surtout Claerr Stamm 2015.
  • 33 Ibid., p. 31.

18L’anoblissement est un processus qui s’étale dans le temps : parallèlement à la carrière militaire et aux titres nobiliaires, Martin acquiert des seigneuries. Il le fait en Haute-Alsace, une région limitrophe du canton de Soleure, historiquement liée au Corps helvétique, et qui va être objet d’un important changement de souveraineté dans les années qui suivent les opérations immobilières de Martin. En effet, en 1644, au moment de l’achat de la seigneurie de Byss, ces terres relevaient encore de la monarchie des Habsbourg. Avec cette seigneurie, Martin acquiert aussi le village de Didenheim, aux alentours de Mulhouse32. À ce propos et à juste titre, G. Claerr Stamm se demande quelles avaient pu être les raisons de l’acquisition d’un fief en territoire habsbourgeois en pleine guerre de Trente Ans. Elle évoque des connaissances communes entre les vendeurs et Martin ainsi que l’appauvrissement de la population locale à la suite des ravages provoqués par le long conflit33. Dans l’optique de cet article, il est intéressant de relever le fait que le développement des intérêts d’une famille fidèle à la Couronne dans une province récemment conquise ne peut qu’être bien vu par la monarchie. On pourrait dire de même à propos de la présence des Besenval en Franche-Comté, où ils sont actifs dans le commerce du sel bien avant l’intégration définitive de cette province au royaume de France en 1678.

  • 34 Fankhauser 1991, p. 36.
  • 35 Claerr Stamm 2015, p. 102.

19En 1655, Martin achète la seigneurie de Brunstatt, contiguë à celle de Byss, avec le village de Riedisheim. Après cette importante opération, il reçoit en 1658 de nouvelles lettres de noblesse : il obtient la dignité de chevalier, et la famille peut désormais s’appeler « de Besenval de Brunstatt », du nom de la propriété alsacienne34. En 1726, par la volonté de Louis XV, la seigneurie de Brunstatt est élevée au rang de baronnie, ce qui permet à Johann Victor II de porter le titre de baron en France aussi (son père Johann Victor I l’avait reçu de l’empereur Léopold Ier en 1695)35. Il s’agit d’une nouvelle marque d’estime apportée par les Bourbons aux Besenval.

  • 36 MSMA, 1/18 Jean-Victor-Pierre-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.74 Copie d’une lett (...)

20L’intérêt pour les possessions alsaciennes varie selon les membres de la famille mais il est intéressant de relever comment, encore dans la seconde moitié du xviiie siècle, les Besenval auraient volontiers élargi l’étendue de leurs terres. C’est ce que montre une requête au roi d’un certain baron de Besenval qui, au dire du duc de Choiseul, intervenu vraisemblablement comme intermédiaire, aurait souhaité un fief « à portée de la terre de Bronstatt dont la seigneurie vous est commune avec de vos parens36 ». En octobre 1768, Choiseul informe le baron que le roi ne veut plus accorder de lettres d’expectative mais que, au cas où il y aurait une vacance d’un fief, il l’investirait volontiers.

  • 37 Voir par exemple MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suè (...)
  • 38 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (ao (...)

21En France, les Besenval gèrent non seulement une compagnie dans le régiment de la garde suisse – un investissement d’ailleurs de plus en plus onéreux et pas très rentable – et des seigneuries en Alsace, mais ils sont également actifs dans la finance. On relève en effet dans les papiers de famille les traces de nombreux investissements, qui ne se limitent pas à la France mais s’étendent à l’échelle continentale, voire mondiale, par le biais par exemple de la Compagnie des Indes orientales et de la Compagnie d’Occident, dans le cadre du projet des colonies sur le Mississipi en Louisiane, comme le montre la correspondance de Johann Victor II des années 1717-171937. On est d’ailleurs en plein dans l’engouement pour les projets financiers de John Law. Encore au mois d’août 1719, le marchand et banquier Brochant – homme de confiance de Johann Victor II à Paris – en écrivant à ce dernier en mission diplomatique en Pologne, parle d’opportunités d’enrichissement pour beaucoup de personnes38. Finalement, dans cette affaire, la famille va perdre des sommes considérables.

Fonctions et réseaux en France

22Après avoir esquissé, dans leurs traits essentiels, les parcours de la famille de Besenval en termes de carrières et de pratiques patrimoniales, il convient de réfléchir sur la présence d’étrangers à la cour des Bourbons et, en général, dans les territoires de la monarchie française. Selon les contextes et les situations, les Besenval agissent en tant que magistrats, entrepreneurs, diplomates, seigneurs féodaux, officiers militaires et courtisans. Leur rapport à la monarchie se manifeste donc dans un large éventail de fonctions. À la lumière de ce constat, il est intéressant de s’interroger sur la nature du pouvoir construit par cette famille et sur les rapports qu’elle a entretenus avec la Cour.

Transmettre et gérer les charges et les patrimoines

23Pour les Besenval, comme pour les autres familles patriciennes des cantons suisses à vocation militaire, le succès se construit sur les magistratures et la carrière militaire, dont les revenus sont surtout investis dans la propriété foncière et la construction de somptueuses demeures. À ce binôme, comme nous l’avons déjà souligné, peuvent se greffer d’autres activités entrepreneuriales, d’ailleurs souvent liées au pouvoir politique détenu.

24Mener des activités dans différents contextes géopolitiques et posséder des biens-fonds éparpillés peut être interprété comme une stratégie de diversification des intérêts afin de se protéger des risques de guerre et de crise de différentes natures. Les Besenval sont par exemple très affectés par la perte des biens alsaciens en 1789 mais peuvent toujours compter sur leurs propriétés suisses.

  • 39 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (ao (...)
  • 40 Grandjean-Jornod 2013, p. 11.
  • 41 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (ao (...)

25La gestion de biens éloignés au-delà de la frontière du canton implique de toute évidence un certain degré d’organisation. Dans cette configuration d’intérêts transnationaux, chez les Besenval comme dans d’autres familles, on adopte le principe de la séparation des tâches – en lien aussi avec l’âge – et des destins. Si l’on considère la génération de Johann Victor II, l’ambassadeur extraordinaire en Pologne, on remarquera la présence à Soleure du frère Peter Joseph (1675-1736), qui, après une courte carrière militaire en France, occupe les plus hautes magistratures du canton. À Paris réside en revanche l’autre frère, Karl Jakob (1677-1738). Ce dernier, resté célibataire, embrasse le métier des armes. Il accède au grade de lieutenant général en 1738, année de son décès. Outre ses devoirs militaires dans les régiments suisses – en 1712 son frère Johann Victor II le constitue comme procureur général pouvant recevoir les arrérages en son nom39 –, il s’occupe également de gérer ses affaires pendant sa mission diplomatique. Et cela jusqu’en 1717, quand, las des requêtes et des plaintes fréquentes du frère aîné, il demande à être exempté de cette tâche, sauf pour les dossiers qui concernent directement les deux frères, comme l’administration de la compagnie40. Le même Karl Jakob propose d’être remplacé par Brochant, mentionné précédemment. La correspondance de Johann Victor II témoigne de l’importance de ce Brochant, qui finit par gérer d’importantes affaires familiales également, y compris la compagnie possédée dans les régiments suisses41, et qui, après la marginalisation volontaire de Karl Jakob, devient l’interlocuteur privilégié de Johann Victor II à Paris.

  • 42 Voir Dubost et Sahlins 1999.

26Quand on parle de reproduction du pouvoir, il est essentiel de s’interroger sur les pratiques de transmission patrimoniale, un enjeu d’autant plus important pour des familles possédant des biens dans différents États. Nous nous en tiendrons à deux remarques. La première concerne les stratégies matrimoniales. Chez les Besenval, comme parmi la plupart des familles patriciennes suisses de l’époque, on remarque une forte endogamie matrimoniale : en dépit d’intérêts transnationaux et d’une intense mobilité due au service étranger, la plupart des contrats de mariage sont en effet conclus à Soleure et on élargit rarement le regard à l’ensemble de l’élite dirigeante catholique suisse. Le mariage de Johann Victor II avec une étrangère, la noble polonaise Catherine Bielinska, constitue visiblement une exception. Cette endogamie matrimoniale influence, de toute évidence, la transmission et la distribution des patrimoines au sein de la famille. En deuxième lieu, il est important de rappeler les privilèges dont les Suisses jouissent en France et qui concernent aussi la transmission de biens et d’héritages, un thème peu connu qui mériterait d’être approfondi42.

  • 43 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.56 Courrier Johann Viktor P (...)

27Un enjeu décisif dans la reproduction du pouvoir au sein de cette famille est bien sûr la transmission des charges militaires. Les échanges épistolaires entre Soleure et Paris montrent d’une part, sans surprise, l’importance des contacts au sein des élites dirigeantes suisses actives dans le service militaire en France, mais également les appuis directs à la Cour. En 1749, un baron de Besenval – le nom n’est pas explicité, mais il s’agit vraisemblablement de Pierre Victor ou du cousin Johann Victor Peter Josef, dit le Brigadier – s’adresse au roi, à travers le colonel général des Suisses et Grisons, pour recommander le fils du capitaine Karl Leonhard von Bachmann du canton de Glaris, tout récemment décédé, en demandant que la compagnie Besenval, dont le commandement avait été acquis par Bachmann père en 1725, lui soit remise43. Le baron se propose même pour assurer le commandement de la compagnie jusqu’au moment où le jeune serait en mesure de prendre ses fonctions. La recommandation porte ses fruits vu que Bachmann, capitaine des grenadiers en 1750, aura une carrière prestigieuse dans les régiments suisses.

  • 44 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).
  • 45 Ibid.

28Toujours au sujet de carrières militaires, en 1752, Johann Victor Peter Joseph (le Brigadier) écrit de Paris à un cousin à Soleure. Il fait allusion à la possibilité d’avancement de celui-ci dans le service en France44. Au dire du Brigadier, le cousin se trouverait « à la tête de la meilleure troupe du régiment » et il pourrait en même temps obtenir l’« établissement le plus agréable ». Il l’invite à saisir cette opportunité, d’autant plus que l’arrangement ne peut se faire qu’avec le consentement de la Cour et que le fait de traiter avec le roi est un élément à faire valoir au cas où le cousin voudrait remettre la compagnie à son fils. Le ton de la lettre est très insistant, l’auteur arrive même à affirmer : « Il est douloureux d’être toujours refusé ou de se réduire à planter des choux à votre âge, et […] l’intérêt de votre fils et le vôtre me paroissent réussis dans cette affaire. » Un courrier du 8 mars suivant confirme le bon déroulement de l’affaire, selon les souhaits des cousins de Besenval45.

  • 46 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.8 Mémoire au sujet d’une de (...)
  • 47 Becquet 2006, p. 420.
  • 48 Au sujet du service étranger des Suisses, voir Furrer, Hubler, Stubenvoll et Tosato-Rigo 1997.

29En 1758, la baronne Catherine de Besenval, née Bielinska, veuve de Johann Victor II46, s’adresse à Louis XV par le biais du colonel général des Suisses. Elle y défend la cause d’un cousin, simplement désigné comme « baron Besenval », peut-être le même que celui qui est mentionné dans les lettres précédentes. En abordant la question de l’héritage et de la transmission des compagnies, elle passe en revue l’histoire du service rendu à la monarchie par la famille. Encore une fois, l’accent est mis sur le fait qu’une décision sur ce dossier ne peut revenir qu’au roi. La parenté de Catherine avec la reine peut sembler être un atout pour obtenir des faveurs auprès du roi. Cela reste cependant à vérifier, étant donné que l’épouse de Louis XV préfère se tenir à l’écart des rouages de la Cour, contrairement à ce que fera Marie-Antoinette47. D’autant que, comme nous l’avons souligné, ce lien de parenté n’a finalement pas été confirmé par les dernières études. La gestion des compagnies et des régiments se fait donc dans un enchevêtrement de réseaux entre différentes familles patriciennes suisses et la Cour48.

Patrons et médiateurs en dehors de la famille

  • 49 MAMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (ao (...)
  • 50 Staatsarchiv Zürich, Archiv des Kaufmännischen Direktoriums (15. Jh.-19 Jh.), D 140, p. 401.

30En poursuivant notre analyse des réseaux auxquels participent les Besenval, il est également pertinent de s’interroger sur les implications d’une mission diplomatique menée par un courtisan étranger. Johann Victor II représente certes le roi de France, mais il n’oublie pas ses intérêts personnels – il en profite d’ailleurs pour se marier, comme nous l’avons vu – et peut, en l’occurrence, exploiter le fait d’être haut placé pour aider des tierces personnes. C’est le cas en 1721 quand un certain David Dufour, « marchand suisse » établi à Leipzig, lui demande son aide49. Des marchandises en provenance de Lyon et à destination des foires de la ville saxonne sont bloquées à la douane de Strasbourg. Dans ce cas, il est intéressant de relever le rôle de médiateur exercé par Besenval pour le compte d’autres acteurs, outre le roi de France ou son canton d’origine. Cet épisode suggère d’ailleurs l’existence d’une solidarité suisse loin d’être acquise, compte tenu de l’extrême fragmentation politique et confessionnelle qui a caractérisé le Corps helvétique tout au long de l’époque moderne. Un esprit de solidarité qui semble bien se confirmer quand, quelques années plus tard, en février 1729, son frère Peter Joseph, de passage à Lyon, est reçu pour un repas chez le marchand saint-gallois Henri Scherer, certainement ravi de rencontrer le représentant d’une famille historiquement proche de la Cour50. Les marchands de la nation suisse sont en effet constamment à la recherche d’appuis haut placés pour défendre leurs privilèges.

  • 51 MSMA 1/12 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres reçues (janvier 1705-1899) (dossier).
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.

31Pendant sa mission diplomatique, Johann Victor II est également sollicité par des Polonais. En 1720, le prince-évêque de Varmie écrit au diplomate soleurois un « petit mémoire » pour lui recommander le neveu Kunicki, chanoine de Varmie, qui doit quitter Rome pour Paris, où dès l’automne il poursuivra ses études51. Le prince-évêque prie Besenval « de [lui] donner un petit mot d’adresse pour quelqu’un de [s]es correspondants à Paris, afin qu’on puisse en informer l’abbé Kunicki, et qu’il sache à qui s’adresser quand il arrivera à Paris52 ». Après avoir fourni toute une série d’indications concernant les besoins quotidiens et les études de son neveu, le prélat termine son mémoire en demandant que le jeune puisse voir « une fois par semaine les spectacles publics, c’est-à-dire, l’Opéra et la Comédie, mais en bonne compagnie, et que dans le temps de loisir il vît aussi ce qu’il y a de beau et de remarquable à voir à Paris53 ».

Seigneurs et patrons en Alsace

  • 54 Voir surtout MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier) et en parti (...)

32L’acquisition des seigneuries alsaciennes ne peut pas être réduite à une simple opération de prestige visant à obtenir un titre de noblesse. Être investis d’un fief comporte des responsabilités, d’autant plus lourdes à assumer quand celui-ci est éloigné, voire dans un autre État. Les Besenval y acquièrent le droit de haute et basse justice en devenant les seigneurs de ces communautés rurales, ce qui oblige la famille soleuroise à un réel engagement dans une communauté appartenant au royaume de France. La correspondance témoigne des rapports multiformes entre ces communautés et les feudataires soleurois. À ce sujet, ce sont surtout les agents des Besenval à Brunstatt qui nous donnent des renseignements précieux54.

  • 55 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).
  • 56 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) – 1/18.144-1/18.149 Courrier du bailli Clavé à (...)
  • 57 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).
  • 58 Sur cette question, voir aussi Boug 1775, p. 467-468.

33Les contentieux avec les communautés locales sont une situation où les Besenval se font particulièrement remarquer étant donné leurs fonctions administratives et judiciaires. Dans les années 1650, Martin se trouve confronté aux protestations des sujets du village de Brunstatt concernant certaines corvées. Martin, « prenant à cœur, tant comme seigneur que comme bon père de ses sujets, leurs grandes obligations et onéreuses corvées », décide de les exempter de cette imposition55. En 1749, un baron de Besenval se trouve en conflit avec les meuniers de Brunstatt et se plaint aussi que ses sujets ne lui ont pas remis les poissons auxquels il avait droit56. Mais c’est surtout lors du long contentieux qui les oppose aux gardes-vignes de Brunstatt et de Riedenheim dans les décennies 1760 et 1770 que les Besenval sont interpellés en tant que seigneurs féodaux57. Accusés d’avoir chassé dans les terres des barons de Besenval en contrevenant aux lois réservant le droit de porter des armes et le droit de chasse aux seuls seigneurs, les gardes-vignes de Brunstatt finissent par payer une amende, tandis que ceux de Riedisheim s’opposent fermement à leurs seigneurs en amenant le différend jusqu’au tribunal de Colmar58.

  • 59 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).
  • 60 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.204 Courrier du bailli Clav (...)

34Dans la gestion de ces terres et des nombreuses tensions, les agents sur place jouent un rôle fondamental. De la correspondance émerge en particulier la figure de Jean Christophe Clavé, bailli administrateur de la seigneurie de Brunstatt entre 1744 et 1782, qui se déplace souvent entre Colmar, Strasbourg et Breisach, en tant que représentant des Besenval face aux différentes instances judiciaires d’Alsace59. Et, de son côté, les barons de Besenval agissent comme de vrais seigneurs paternalistes, en aidant par exemple le fils de Clavé60.

  • 61 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.70 Courrier du prince-évêqu (...)
  • 62 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).
  • 63 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).

35Les responsabilités et prérogatives des Besenval en tant que seigneurs féodaux apparaissent également dans le cadre de nominations ou dans la gestion de l’assistance. En 1765, l’évêque de Bâle – résidant à Porrentruy depuis 1528 – et dont la juridiction spirituelle s’étend à la Haute-Alsace, écrit au baron de Besenval au sujet de l’élection du curé dans la paroisse de Didenheim61. Le curé en charge est gravement malade et risque de mourir d’un moment à l’autre. Son Excellence propose un remplaçant et demande au baron de le nommer au moment opportun. Dans les années 1770, les Besenval figurent également parmi les bienfaiteurs dans les travaux de reconstruction de l’église de Brunstatt62. En décembre 1778, il est question d’« enfants exposés » dont la charge revient aux Besenval comme feudataires. L’agent fait part au baron de ses devoirs envers eux et en même temps suggère la possibilité de les placer chez des gens mariés et sans enfants, et cela gratuitement ou à peu de frais63. Dans ces situations, comme dans d’autres, les Besenval ne se désengagent pas et assurent donc une présence concrète dans la vie de ces communautés alsaciennes.

  • 64 Messmer et Hoppe 1976, Walter 1993 et Schnyder 2011.
  • 65 Walter 1993, p. 2.

36Afin de saisir la portée de ces pratiques, il faut insérer l’action des Besenval en Alsace dans un cadre plus général. Sous l’Ancien Régime, le Corps helvétique est marqué par le phénomène de l’aristocratisation, ou oligarchisation, des élites dirigeantes64. Aux xviie et xviiie siècles, surtout, on relève la fermeture progressive des conseils des principales villes et l’achat de terres et de demeures seigneuriales à la campagne. Au point que, comme le souligne François Walter, « on a pu dire avec justesse qu’il était plus facile d’obtenir un titre de noblesse en France que d’accéder à la bourgeoisie d’une ville suisse65. » Ce phénomène se manifeste également à l’étranger, où ces familles vont chercher ce qu’elles ne peuvent point trouver dans les cantons, à savoir les titres de noblesse et, parfois, comme dans notre cas, des fiefs. Encore une fois, les Besenval, tout en participant à des tendances générales, se distinguent par l’exceptionnalité de leur réussite. En effet, si, d’une part, au sein des élites dirigeantes suisses, l’achat de titres de noblesse est relativement fréquent, l’acquisition de fiefs semble en revanche plus rare.

Courtisans ? Expériences de Cour « internes » et « externes »

  • 66 Claerr Stamm 2015, p. 145-147.
  • 67 Ibid., p. 102.
  • 68 MSMA 1/10 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) (1) (17 septembre 1689-30 jui. 1791) (dossier) ; 1/11 (...)
  • 69 Roche 2009, p. 221-222.

37Après avoir à plusieurs reprises mentionné les rapports privilégiés qui prévalaient entre les Besenval et la monarchie, il est nécessaire de resserrer la focale et de s’interroger sur leurs liens avec la Cour. On peut réfléchir à différents niveaux et de plusieurs points de vue au rôle des étrangers à la cour des Bourbons. Pierre Victor fait une longue expérience directe en résidant pour la plupart du temps à Paris et, en tout cas, en privilégiant la France à sa patrie. De même son oncle Karl Jakob. Dans le cas de Pierre Victor, le terme de « courtisan » n’est certes pas usurpé étant donné sa proximité avec la famille royale, notamment avec Marie-Antoinette, ce qui lui permet d’influencer d’importantes nominations à la Cour66. Quant à son père, Johann Victor II, il a passé une partie importante de sa vie à Paris, où il rentre définitivement en 1722, une fois achevées ses missions diplomatiques. Il réside avec son épouse dans le quartier des Invalides, où il loue un hôtel particulier, et possède un pied-à-terre à Versailles67. De plus, son séjour d’une quinzaine d’années entre les terres d’empire et la Pologne comme diplomate lui permet également de faire une expérience pour ainsi dire « externe » de la Cour. Une analyse attentive des lettres du frère Karl Jakob et du marchand Brochant montre le train de vie très élevé mené par le diplomate soleurois, qui doit évidemment reproduire les fastes de Versailles à l’étranger68. Si l’on prend comme ordre de mesure les chiffres donnés par Daniel Roche, les dépenses pour les dons et les différents objets envoyés de Paris lors de la mission diplomatique situent Besenval, bien qu’assez récemment anobli et appartenant à une famille patricienne d’une modeste ville suisse, au niveau de la haute noblesse française69.

  • 70 Schluchter 2002.
  • 71 Pischon 1862.

38Il faut enfin tenir compte d’un autre aspect quand on parle de l’expérience de cour vécue par les Besenval. En effet, il ne faut pas oublier la présence à Soleure de l’ambassadeur ordinaire de France, ce qui a un impact considérable, aussi bien à l’échelle locale que pour l’ensemble du Corps helvétique. L’ambassade, en effet, ne se limite pas à représenter les intérêts français à Soleure et dans les cantons, elle les représente également dans les pays alliés comme le Valais, les Grisons, Neuchâtel et l’évêché de Bâle70. L’hôtel des ambassadeurs constitue le véritable cœur social et culturel de la ville, et l’ambassadeur, généralement issu de la haute noblesse française, y mène une véritable vie de Cour. Un faste qui ne pouvait qu’émerveiller la population et flatter les notables locaux. Les fêtes organisées par l’ambassadeur étaient une occasion privilégiée pour gagner à la cause française de plus en plus de familles et membres du Corps helvétique. À Soleure, le roi de France n’est pas seulement le principal « employeur » des grandes familles du parti français du canton et le bienfaiteur paternaliste de la population soleuroise (lors des cérémonies pour l’entrée des ambassadeurs des dons sont distribués à la population)71, il est aussi un mécène pour la ville. L’église des Jésuites, ordre religieux établi à Soleure dès 1646, est construite au cours des années 1680-1689, en partie grâce à la munificence de Louis XIV.

  • 72 Fankhauser 2002 a.

39Comme principaux représentants du parti français à Soleure, les Besenval sont, sans surprise, très proches de l’ambassadeur et de sa Cour. Peter Joseph (1675-1736), outre plusieurs magistratures, exerce également la fonction d’interprète auprès de l’ambassade72. Comme dans le cas du frère Johann Victor II, ici aussi il s’agit d’une expérience de cour externe mais pas pour autant négligeable dans ses effets, tant au niveau de la reproduction du pouvoir au sein de la famille que dans sa fonction dans le système politique et diplomatique de la monarchie.

Conclusion

40À la lumière de leurs activités au service des Bourbons, comment définir la fonction des Besenval dans ce système ? À quel titre peut-on les qualifier d’« hommes de confiance et de clients » ? Servir la Couronne de France, être un véritable courtisan, constituent-ils pour eux une étape dans des carrières transnationales ou plutôt le but ? Peut-on toujours parler d’étrangers pour ces militaires et courtisans d’origine soleuroise et suisse certes, mais profondément intégrés en France et à la Cour par de très longs séjours, voire par un établissement définitif, comme dans le cas de Pierre Victor ?

  • 73 Lettres citées par Affolter 2017, p. 192.

41Afin de saisir la portée et l’intérêt des parcours des Besenval, il est indispensable de les contextualiser, d’un côté et de l’autre de la frontière. Ils s’insèrent dans les parcours transnationaux classiques des élites patriciennes suisses, surtout catholiques, et ils témoignent du caractère cosmopolite des cours européennes, et cela déjà avant le xviiie siècle. Cela dit, tout en étant représentatifs des pratiques d’une partie de l’élite dirigeante suisse, les Besenval se distinguent aussi par le niveau de pouvoir remarquable atteint dans leur patrie et en France. Leur degré d’intégration dans le royaume – auquel contribuent d’importants investissements immobiliers – paraît bien plus important par rapport à d’autres familles notables suisses actives dans le service étranger. L’attachement des Besenval pour le roi est tel que les résidents de France à Soleure d’Avaray (1718) et de Bonnac (1727) arrivent à le qualifier de sentiment « héréditaire » propre à cette famille73. Cette fidélité est d’autant plus évidente que, contrairement à d’autres familles pourtant profondément liées à la Couronne de France, aucun Besenval ne sert d’autres princes sous l’Ancien Régime, du moins de façon continue.

42Les Besenval sont avant tout des soldats et ils ne sont pas représentés de manière stable parmi les diplomates. Dans ce cadre, leur activité de longue durée et d’une certaine envergure se limite aux missions de Johann Victor II précédemment mentionnées. Certes, en adoptant une perspective plus large, on pourrait relever que la fidélité séculaire de cette famille a pu en transformer les membres en ambassadeurs informels dans le Corps helvétique. Les Besenval sont d’ailleurs renforcés dans cette position car, comme nous l’avons vu, en résidant à Soleure et en exerçant longtemps d’importantes charges auprès de l’ambassade de France, ils bénéficient, en Suisse, d’une proximité inégalée avec la Couronne. Dans ce sens, leur fonction politique et diplomatique apparaît clairement.

  • 74 MSMA 1/12 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) (janvier 1705-1899) – 1/12.232 Lettre à Mr. Prebendau (...)
  • 75 Fankhauser 1991. Claerr Stamm (2015, p. 144) reprend aussi Fankhauser et relève que, lors de sa vis (...)

43Du point de vue juridique, il ne fait aucun doute qu’ils demeurent des étrangers, et cela fait suite à leur volonté de conserver des rapports très étroits avec Soleure. En 1709, l’ambassadeur Johann Victor II parlait de sa « bonne foy helvétique74. » Quelques décennies plus tard toutefois, les contemporains de son fils Pierre Victor voyaient déjà ce dernier comme le plus français des Suisses et, à ce propos, il n’est pas inutile de rappeler les difficultés qu’il rencontre dans sa ville d’origine, où les manies de grandeur de sa famille suscitent de vives réactions. N’est-il pas exclu du Grand Conseil entre 1764 et 1769 ? Et les tentatives de réconciliation n’atteignent pas le succès espéré, peut-être aussi, comme le souligne A. Fankhauser, parce que le baron ne parlait pas, ou plus, l’allemand75.

  • 76 Claerr Stamm 2015, p. 145.

44But ou étape ? Pour les Besenval, ni l’un ni l’autre, ou plutôt les deux ensemble. Pour cette famille aux intérêts transnationaux, être présente à la fois à Soleure et à Paris est indispensable pour garder pouvoir et influence des deux côtés de la chaîne du Jura. Les carrières dans la patrie et à l’étranger sont complémentaires. Les tensions entre Pierre Victor et sa ville d’origine montrent le mécontentement d’une partie de l’élite dirigeante locale face aux ambitions hégémoniques des Besenval mais elles témoignent également du fait que, pour garder un pouvoir dont les fondements sont par nature transnationaux, il faut impérativement garder un enracinement profond aussi bien à Soleure qu’à la cour de France. Cette double intégration semble bien faire défaut à Pierre Victor, qui, visiblement, avait négligé de cultiver les rapports du côté suisse en privilégiant sa carrière en France et la vie mondaine de la capitale, peut-être faute de support de la part d’une mère polonaise qui n’avait finalement jamais vécu de manière stable à Soleure. Cela dit, les liens ne sont jamais définitivement rompus, comme en témoigne sa présence dans sa ville d’origine lors du renouvellement de l’alliance en 177776. Le déclin de la famille, amorcé déjà dans les années 1720, se manifeste de manière évidente après la Révolution, et l’une des raisons qui l’explique, au-delà de facteurs internes (faible natalité et conséquences néfastes d’une endogamie poussée à l’extrême), est bel et bien la fin brutale des rapports privilégiés avec la cour des Bourbons, servie fidèlement, et grâce à laquelle les Besenval ont pu bâtir leur succès.

Haut de page

Bibliographie

Affolter Andreas, 2017, Verhandeln mit Republiken. Die französisch-eidgenössischen Beziehungen im frühen 18. Jahrhundert, Cologne, Bölhau.

Amacher Urs, 2014, « Zurlauben », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 5.3.2014 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F25422.php>.

Becquet Hélène, 2006, « La cour de France sous Louis XVI, un système en décadence ? L’exemple de la maison des enfants de France », dans Dix-huitième siècle, no 1, p. 407-428.

Besenval Pierre-Victor, baron de, 1987 [1857], Mémoires du baron de Besenval sur la cour de France / introduction et notes de Ghislain de Diesbach, Paris, Mercure de France.

Boug François H. de, 1775, Recueil des édits, déclarations, lettres patentes, ordonnances d’Alsace […], t. II : 1726-1770, Colmar, Jean-Henri Drecker.

Brice Catherine, 2009, « La cour, les cours, quelques propositions », dans Hypothèses, no 1, p. 87-96.

Campan Jeanne-Louise-Henriette Genest, 1822, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre [...]. Par Mme Campan, lectrice de mesdames, et première femme de chambre de la reine, Paris, Baudouin frères, libraires.

Claerr Stamm Gabrielle, 2015, De Soleure à Paris. La saga de la famille Besenval, seigneurs de Brunstatt, Riedisheim et Didenheim, Altkirch, Société d’histoire du Sundgau.

Croq Laurence, Bellavitis Anna et Martinat Monica (éd.), 2009, Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Da Vinha Mathieu, 2009, Le Versailles de Louis XIV, Paris, Perrin.

Dafflon Alexandre, Dorthe Lionel et Gantet Claire (éd.), 2018, Après Marignan. La paix perpétuelle entre la France et la Suisse, actes des colloques de Paris, 27 septembre / Fribourg, 30 novembre 2016, Lausanne, Société d’histoire de la Suisse romande.

Dubost Jean-François et Sahlins Peter, 1999, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion.

Fankhauser Andreas, 1991, « La famille patricienne de Besenval et sa résidence d’été, le château de Waldegg », dans Carlen Georg (réd.), Schloss Waldegg bei Solothurn : Brücke zwischen Zeiten und Kulturen / château de Waldegg près de Soleure : passerelle entre les temps et les cultures : Gemeinde Feldbrunnen-St-Niklaus, Soleure, Aar-Verlag.

Fankhauser Andreas, 2002 a, « Besenval, Peter Joseph (de Brunstatt) », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 14.10.2002 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F17532.php>.

Fankhauser Andreas, 2002 b, « Besenval, Johann Victor (de Brunstatt) », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 24.9.2002 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F17505.php>.

Feller-Vest Veronika, 2002, « Bachmann, Karl Leonhard von », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 23.12.2002 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F23296.php>.

Fiechter Jean-Jacques, 1993, Le baron Pierre-Victor de Besenval (1721-1791), Lausanne, Delachaux et Niestlé.

Furrer Norbert, Hubler Lucienne, Stubenvoll Marianne et Tosato-Rigo Danièle (éd./hrsg.), 1997, Gente ferocissima : mercenariat et société en Suisse (xve-xixe siècle) : recueil offert à Alain Dubois / Solddienst und Gesellschaft in der Schweiz (15.-19. Jahrhundert) : Festschrift für Alain Dubois, Zurich, Chronos, Lausanne, éd. d’En Bas.

Grandjean-Jornod Camille, 2013, « Circulations, appartenances et réseaux : une expérience diplomatique du début du xviiie siècle à travers ses aspects matériels. Lettres de M. Brochant, marchand à Paris, à Jean-Victor de Besenval, envoyé extraordinaire du roi de France en Pologne, entre 1717 et 1721 », étude inédite menée dans le cadre du séminaire de maîtrise Familles et pouvoir : réseaux, stratégies et pratiques transnationales dans l’ancienne Confédération suisse (xviie-xviiie siècles), sous la direction de l’auteur de cet article (Université de Genève, semestre de printemps 2012), Université de Genève.

Guichonnet Paul, 1948, « L’émigration alpine vers les pays de langue allemande », dans Revue de géographie alpine, t. XXXVI, no 4, p. 533-576.

Henry Philippe, 2013, « Service étranger », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 8.8.2013, <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F8608.php>.

Hours Bernard, 2002, Louis XV et sa cour. Le roi, l’étiquette et le courtisan. Essai historique, Paris, Presses universitaires de France.

Johnson Christopher, Sabean David, Teuscher Simon et Trivellato Francesca (éd.), 2011, Transregional and transnational families in Europe and beyond. Experiences since the Middle Ages, New York, Berghahn Books.

Laupper Hans, 2011, « Bachmann, Karl Josef Leodegar von », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 12.5.2011 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F23297.php>.

Le Roux Nicolas et Wrede Martin (dir.), 2017, Noblesse oblige : identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Messmer Kurt, Hoppe Peter, 1976, Luzerner Patriziat. Sozial- und wirtschaftsgeschichtliche Studien zur Entstehung und Entwicklung im 16. und 17. Jahrhundert, Lucerne, Rex Verlag.

Pischon Ch. N., 1862, « Les fêtes et la diète de Soleure en 1729 », dans Revue germanique et française, t. XXII, p. 347-378 (extraits traduits en français et commentés de l’ouvrage de J. Amiet Culturgeschichtliche Bilder, aus dem schweizerischen Volks und Staatsleben, zur Blüthezeit des französischen Einflusses auf die Aristokratien der Schweiz, Saint-Gall, Scheitlin-Zollikofer, 1862).

Roche Daniel, 2009, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation dans les sociétés traditionnelles (xviie-xixe siècle), Paris, Fayard.

Schluchter André, 2002, « Ambassadeur de France », dans Dictionnaire historique de la Suisse, version du 17.6.2002 (trad. de l’allemand), <http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F28697.php>.

Schnakenbourg Éric, 2006, « Les chemins de l’information : la circulation des nouvelles depuis la périphérie européenne jusqu’au gouvernement français au début du xviiisiècle », dans Revue historique, no 2, p. 291-311.

Schnakenbourg Éric, 2008, La France, le Nord et l’Europe au début du xviiie siècle, Paris, Honoré Champion.

Schnyder Marco, 2011, Famiglie e potere. Il ceto dirigente di Lugano e Mendrisio tra Sei e Settecento, Bellinzona, Casagrande.

Syveton Gabriel, 1900, Louis XIV et Charles XII. Au camp d’Altrandstadt, 1707 : la mission du baron de Besenval d’après des documents inédits tirés des archives de la famille de Besenval et des archives du ministère des Affaires étrangères de France, s. l., E. Leroux.

Walter François, 1993, « “Felicitas Reipublicae”. Leurs Excellences, le pouvoir et l’argent xviie-xviiie siècles », dans Zeitschrift für schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte = Revue suisse d’art et d’archéologie = Rivista svizzera d’arte e archeologia, no 50/1, p. 1-12.

Haut de page

Notes

1 Cités par Diesbach dans Besenval 1987, p. [9] ; Stéphanie-Félicité Ducrest de Saint-Aubin (1746-1830), femme de lettres, mariée au comte Brûlart de Genlis ; Charles-Augustin Sainte-Beuve, écrivain et critique littéraire (1804-1869) ; Jeanne Louise Henriette Genêt (1752-1822), connue comme Mme Campan, fut première femme de chambre de la reine Marie-Antoinette dès 1786).

2 Campan 1822, p. 10.

3 Cet article est une réélaboration d’une communication présentée à la journée d’étude « Circulations étrangères à la cour de France au temps des Bourbons » qui s’était tenue au château de Versailles le 12 avril 2013. Une première version avait été rendue en juin 2015, et cela avant la sortie de l’étude sur la famille Besenval de G. Claerr Stamm (publiée à la fin du mois de juillet 2015). Dans la mesure du possible, nous avons essayé de tenir compte des apports essentiels de ce volume ainsi que d’autres études publiées par la suite (notamment Affolter 2017).

4 Au moment de la première consultation, entre 2012 et 2015, le fonds n’avait été que partiellement inventorié et exploité, et cela malgré sa richesse et son importance. Les recherches s’étaient donc révélées particulièrement ardues. Depuis, un projet de numérisation et d’inventorisation, confié à la société GBL Gubler, de Frauenfeld (CH), a été lancé par la Fondation pour l’histoire des Suisses dans le monde de Pregny-Chambésy (un travail toujours en cours). Ce fonds remarquable compte environ 8 000 documents de différente nature, tels que correspondances, lettres de noblesse, brevets et comptes, arbres généalogiques, récits, ainsi que papiers personnels, militaires et d’affaires.

5 Parmi les études qui ont mis en lumière l’importance des relations franco-suisses à l’époque moderne, voir le récent ouvrage Affolter 2017.

6 Parmi les études sur la noblesse, on peut mentionner le tout récent Le Roux et Wrede 2017 ; sur les pratiques de mobilité associée aux familles et au pouvoir, voir Croq, Bellavitis et Martinat 2009 et Johnson, Sabean, Teuscher et Trivellato 2011 ; quant à l’immense historiographie sur la cour, voir notamment les réflexions d’ordre méthodologique dans Brice 2008, les études de M. Da Vinha sur Versailles (dont Da Vinha 2009), ou encore Hours 2002 sur le règne de Louis XV ; on retiendra aussi l’apport fort considérable des nombreux articles publiés récemment dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles sur la thématique des étrangers à la cour des Bourbons. Enfin, sur les étrangers en France, il est également opportun de mentionner Dubost et Sahlins 1999.

7 Parmi les études plus récentes, nous nous limitons à mentionner Affolter 2017 ainsi que Dafflon, Dorthe et Gantet 2018.

8 Besenval 1987.

9 Croq, « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la France moderne », dans Croq, Bellavitis et Martinat 2009, p. 37.

10 Fankhauser 1991, p. 35.

11 Guichonnet 1948, p. 533-576.

12 Pregny-Chambésy (Genève), musée des Suisses dans le monde, Archives ( = MSMA) 1/3 Martin de Besenval (30 juilet 1627-5 novembre 1675) (dossier) – 1/3.40 Acte d’émancipation de Martin Besenval (30 juillet 1627).

13 À l’époque moderne, ce que l’on nomme aussi le « Corps helvétique » est une entité polycentrique composée de trois entités étatiques : les treize cantons souverains, les pays alliés et les bailliages sujets, territoires soumis à un, voire à plusieurs cantons.

14 Fiechter 1993, p. 1-2.

15 Fankhauser 1991, p. 35.

16 Croq, Bellavitis et Martinat 2009 ; Johnson, Sabean, Teuscher et Trivellato 2011.

17 Fankhauser 1991, p. 35.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Fankhauser 2002 b.

21 Fankhauser 1991, p. 35.

22 Ibid., p. 35-36.

23 Henry 2013.

24 Claerr Stamm 2015 (en particulier p. 141-144).

25 Amacher 2014.

26 Cité dans Fankhauser 1991, p. 12-14 et dans Pischon 1862, p. 361.

27 Fankhauser 1991, p. 39.

28 Sur la mission diplomatique de Johann Victor II, voir Schnakenbourg 2006, p. 291-311 et Id. 2008. Schnakenbourg reprend en particulier l’ancienne étude de Gabriel Syveton (Syveton 1900). Sur cette mission, on signale aussi Grandjean-Jornod 2013.

29 Claerr Stamm s’appuie sur des études de A. Affolter (Affolter 2017), sans spécifier davantage (Claerr Stamm 2015, p. 102).

30 Fankhauser 1991, p. 39.

31 Ibid.

32 Sur les biens et les intérêts des Besenval en Alsace, voir surtout Claerr Stamm 2015.

33 Ibid., p. 31.

34 Fankhauser 1991, p. 36.

35 Claerr Stamm 2015, p. 102.

36 MSMA, 1/18 Jean-Victor-Pierre-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.74 Copie d’une lettre de M. le duc de Choiseul à M. le baron de Besenval (20 octobre 1768).

37 Voir par exemple MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) – 1/11.42 lettre de Brochand à Jean-Victor II Besenval (2 parties) (4 octobre 1717) et 1/11.95 Lettre de Brochand à Jean-Victor II Besenval (25 septembre 1719).

38 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) – 1/11.91 Courrier pour Jean-Victor II Besenval (5 août 1719).

39 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) – 1/11.12 Procuration de Jean-Victor Besenval II pour son frère Charles-Jacques Besenval (Danzig, 12 avril 1712).

40 Grandjean-Jornod 2013, p. 11.

41 MSMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) (dossier).

42 Voir Dubost et Sahlins 1999.

43 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.56 Courrier Johann Viktor Peter Joseph Besenval au colonel général des Suisses et Grisons (Soleure, 20 octobre 1749). Sur le capitaine Bachmann, voir Feller-Vest 2002. En 1725, il avait acquis le commandement de la compagnie Besenval. Sur le fils Bachmann, voir Laupper 2011.

44 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).

45 Ibid.

46 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.8 Mémoire au sujet d’une demande de la comtesse Bielinska pour son cousin Johann Viktor Joseph Besenval / Copie de la lettre de Madame la comtesse Bielinska au colonel général des Suisses (Paris, 20 mai 1758-21 mai 1758).

47 Becquet 2006, p. 420.

48 Au sujet du service étranger des Suisses, voir Furrer, Hubler, Stubenvoll et Tosato-Rigo 1997.

49 MAMA 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) – 1/11.16 Lettre à Jean-Victor II. Besenval relative à une demande du marchand David Dufour (24 juin 1721).

50 Staatsarchiv Zürich, Archiv des Kaufmännischen Direktoriums (15. Jh.-19 Jh.), D 140, p. 401.

51 MSMA 1/12 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres reçues (janvier 1705-1899) (dossier).

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Voir surtout MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier) et en partie aussi MSMA 1/19 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) ; Marie A. Idda Sury (1723-1794), épouse de Jean-Victor de Besenval ; Margarita de Besenval (1704-1793), épouse de Jean-Victor-Pierre-Joseph von Roll (13 jui. 1718-6 mai 1794) (dossier).

55 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).

56 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) – 1/18.144-1/18.149 Courrier du bailli Clavé à Johann Viktor Peter Joseph Besenval (1749).

57 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).

58 Sur cette question, voir aussi Boug 1775, p. 467-468.

59 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).

60 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.204 Courrier du bailli Clavé à Johann Viktor Peter Joseph Besenval (Altkirch, 20 août 1779).

61 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) – 1/18.70 Courrier du prince-évêque de Bâle pour Johann Viktor Peter Joseph Besenval (Porrentruy, 21 janvier 1765).

62 MSMA 1/18 Jean-Victor-Joseph de Besenval (1712-1784) (1720-1991) (dossier).

63 MSMA 1/32 Brunstatt et Riedesheim (dossier).

64 Messmer et Hoppe 1976, Walter 1993 et Schnyder 2011.

65 Walter 1993, p. 2.

66 Claerr Stamm 2015, p. 145-147.

67 Ibid., p. 102.

68 MSMA 1/10 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) (1) (17 septembre 1689-30 jui. 1791) (dossier) ; 1/11 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : Lettres diplomatiques (copie). Suède et Pologne (août 1703-8 août 1721) (dossier) ; 1/12 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres reçues (janvier 1705-1899) (dossier) ; 1/13 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres diplomatiques (copies) (7 janvier 1713-11 décembre 1714) (dossier) ; 1/14 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres « particulières » diplomatiques. Suède et Pologne (1 janvier 1712-31 décembre 1712) (dossier) ; 1/15 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) : lettres diplomatiques. Pologne (1704-23 novembre 1719) (dossier) et Grandjean-Jornod 2013, p. 25.

69 Roche 2009, p. 221-222.

70 Schluchter 2002.

71 Pischon 1862.

72 Fankhauser 2002 a.

73 Lettres citées par Affolter 2017, p. 192.

74 MSMA 1/12 Jean-Victor de Besenval (1671-1736) (janvier 1705-1899) – 1/12.232 Lettre à Mr. Prebendau, grand trésorier de la couronne (30 novembre 1709).

75 Fankhauser 1991. Claerr Stamm (2015, p. 144) reprend aussi Fankhauser et relève que, lors de sa visite à Soleure en 1763, Pierre Victor ne comprenait plus que le français.

76 Claerr Stamm 2015, p. 145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Schnyder, « Au service du roi très chrétien », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 11 juillet 2019, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18024 ; DOI : 10.4000/crcv.18024

Haut de page

Auteur

Marco Schnyder

Docteur en histoire de l’Institut universitaire européen de Florence (2008), il est maître-assistant à l’Université de Genève depuis 2011, où il enseigne l’histoire suisse et l’histoire de l’Europe moderne. Ses recherches se focalisent sur le pouvoir, la famille, les élites, les migrations, le travail urbain, les identités, les étrangers et les conflits juridiques dans l’Europe moderne, notamment en Suisse, en Italie et en France.
Doctor in history at the European University Institute of Florence (2008), he has been lecturer at the University of Geneva since 2011, where he has been teaching early modern Swiss and European history. His research focus on power, family, elites, migration, urban labour, identities, strangers and judicial conflicts in early modern Europe, especially in Switzerland, Italy and France.
marco.schnyder@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals