Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2020L’aménagement des champs de tir e...

2020

L’aménagement des champs de tir et l’élevage du gibier dans les forêts de la Couronne sous l’Empire et la Restauration

The Development of Hunting Grounds and Game Farming in the Royal Forests during the Empire and Restoration
Charles-Éloi Vial

Résumés

De 1805 à 1830, l’administration des forêts de la Couronne et le service du grand veneur, dépendant de la Maison de l’Empereur puis de celle du roi, ont conjointement œuvré à l’organisation des chasses à tir, élevant chaque année des milliers de pièces de gibier à plume et aménageant des champs de tir dans toutes les grandes forêts dépendant de la Liste civile, telles que Versailles, Rambouillet, Fontainebleau ou Saint-Germain-en-Laye. La logistique impressionnante déployée par les agents forestiers, que l’on peut retrouver grâce aux sources conservées aux Archives nationales, permet de restituer des pratiques qui sont toujours appliquées de nos jours par l’Office national des forêts.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur souhaite particulièrement remercier M. le professeur Daniel Roche pour ses encouragements et ses conseils au moment de la rédaction de cet article, M. François Nouvet, faisandier du domaine de Rambouillet et M. Raphaël Devred, doctorant à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

  • 1 Salvadori 1996.
  • 2 Roche 2011, p. 111-117.
  • 3 Laporte 2004, p. 33-44.
  • 4 Grandmesnil 1987, p. 237-434.
  • 5 Maroteaux 2000.
  • 6 Condamy et Lacaze 2012.
  • 7 Corvol 2010.
  • 8 Maroteaux 1991.
  • 9 Martres 1997, p. 353-366.
  • 10 Derex 1997a, 1997b.
  • 11 Pinoteau 2020.
  • 12 Garrido 2018 ; Devred 2019.
  • 13 L’inventaire des archives du château de Rambouillet, qui concerne principalement, à l’exception de (...)

1Parmi les nombreuses études consacrées à la cour, aux courtisans et à la représentation du pouvoir, domaine où la période moderne fut longtemps privilégiée, la chasse occupe une place à part : cette activité royale par excellence a jusqu’à récemment été délaissée par les historiens, au-delà de quelques poncifs sur les courtisans suivant le roi en forêt, quêtant auprès de Louis XIV une invitation à la chasse, ou sur les excès cynégétiques des derniers rois Bourbons du xviiie siècle. Ce n’est que dernièrement que ces images figées, léguées par l’historiographie de la fin du xixe siècle, ont été remises en question : l’importance de la chasse dans la vie de la cour a ainsi été réévaluée grâce à la thèse de Philippe Salvadori1. Si ses aspects politiques et symboliques sont de mieux en mieux connus, en revanche les questions techniques relatives à son organisation n’ont pas attiré l’attention des chercheurs, même si les travaux sur le cheval, domaine remis à l’honneur par Daniel Roche2, ont permis d’approfondir les connaissances sur la pratique de la chasse à courre, tout comme les textes rassemblés dans le catalogue de l’exposition organisée au château de Chantilly en 20043. Quelques études centrées sur les forêts et les domaines de la Couronne ont en outre permis de mieux cerner les moyens accordés aux « plaisirs royaux », à commencer par celle de Marie-Noëlle Grandmesnil sur les Eaux et Forêts4, les travaux de Vincent Maroteaux5, de Laurent Condamy et Julien Lacaze6, ceux d’Andrée Corvol7 et du Groupe d’histoire des forêts françaises, avec entre autres les actes des colloques Le bois et la ville du Moyen Âge au xxe siècle8 et La forêt : perceptions et représentations9, sans oublier les livres de Jean-Michel Derex10 et la thèse d’École des chartes d’Henri Pinoteau sur les chasses de Louis XVI, récemment publiée11. Longtemps délaissée, l’histoire des chasses présidentielles semble elle aussi éveiller l’intérêt du monde universitaire 12, notamment depuis le versement des archives du domaine national et de la bergerie de Rambouillet aux Archives nationales en 201613.

  • 14 Vial 2016a, p. 325-342 (pour les bâtiments du service des chasses impériales et royales) et p. 372- (...)
  • 15 Le flou, savamment entretenu, sur le statut des anciens domaines de chasse présidentiels, a été lar (...)
  • 16 Vial 2016b, p. 511-522.
  • 17 Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), maréchal d’Empire et grand veneur de Napoléon Ier, s’est dava (...)
  • 18 Pinoteau 2020, p. 26-28 ; 96-97 ; 211-212.

2Cette étude, rédigée à la suite d’un précédent ouvrage sur les chasses impériales et royales, reprend les informations collectées dans différents gisements – archives, sources imprimées et cartographiques –, et des observations recueillies sur le terrain14. En effet, l’élevage des faisans est toujours pratiqué en forêt de Rambouillet, domaine encore réservé jusqu’à dernièrement aux chasses présidentielles15, qui illustrent par bien des aspects la persistance des traditions monarchiques16. Les infrastructures d’élevage, certes quelque peu modifiées depuis leur construction, datent du règne de Napoléon Ier, et les champs de tir (ou « tirés ») suivent encore le tracé défini par le comte Alexandre de Girardin (1776-1855), premier veneur du roi Charles X17. Sous Louis XVI, les tirés étaient encore de simples enceintes en lisière de forêt ; des fourrés étaient plantés et entretenus afin d’attirer des faisans sauvages ou élevés en semi-liberté, puis relâchés plusieurs jours avant les chasses, et de petits sentiers dégagés pour laisser passer les tireurs18. Rétablis par Napoléon qui chassait au moins une fois par semaine à courre comme à tir, ces tirés sont devenus sous la Restauration de vastes circuits de plusieurs kilomètres de long, propres à assouvir la passion des derniers Bourbons pour la chasse. Ils furent complétés par la construction de faisanderies, vastes structures d’élevage qui permettaient d’amener à l’âge adulte des milliers de faisans et perdrix chaque année. Cette étude devrait éclairer un pan de l’organisation complexe des chasses impériales et royales, de mieux connaître les sources archivistiques et les écrits théoriques du xixe siècle, mais aussi faire ressortir le travail des « hommes de l’ombre », forestiers, gardes et éleveurs, qui formaient une petite société rurale, à la lisière du monde de la cour et des plaisirs des souverains : le grand veneur employait une centaine de palefreniers ou valets de chiens, tandis que chaque forêt de la Couronne comptait une quarantaine de gardes.

  • 19 Les Archives nationales conservent la totalité des documents comptables produits par les services d (...)

3De 1805 à 1830, la construction et l’entretien des tirés furent financés par l’administration des forêts de la Couronne, dépendante de l’intendance de la Liste civile, sous la supervision des capitaines, conservateurs ou inspecteurs des différentes forêts royales. Il arriva cependant que l’administration des bâtiments de la Couronne assure quelques dépenses19. L’entretien de ces espaces immenses dédiés à la chasse à tir étant complexe, onéreux, et constituant une des principales responsabilités des gardes forestiers et des conservateurs des forêts, il est dès lors permis de se demander de quelle manière l’administration parvint à suppléer aux aléas de l’élevage, aux variations du contexte politique, humain ou budgétaire afin de satisfaire pleinement aux plaisirs des monarques et de leur entourage. Cet aspect des chasses impériales et royales, peu étudié, révèle l’immense effort d’aménagement du territoire entrepris par les employés du grand veneur et ceux de l’administration des forêts de la Couronne entre 1805 et 1830, particulièrement importante pour comprendre l’histoire des parcs de Versailles et de Rambouillet. D’une manière plus globale, cette étude devrait permettre d’apporter de nouveaux éclairages sur l’utilisation par la cour des résidences royales héritées de l’Ancien Régime, qu’il s’agisse des plus prestigieuses demeures régulièrement mises en avant comme Fontainebleau ou Compiègne, ou des petits châteaux moins souvent occupés au xixe siècle, tels Rambouillet ou Trianon.

Comment repeupler les forêts de la Couronne ?

Naissance d’une nouvelle technique d’élevage

  • 20 Derex 1997b, p. 157.
  • 21 Paris, Archives nationales (désormais AN), 31AP 3, dossier 15, lettre de Berthier, grand veneur, à (...)
  • 22 AN, O2 205, dossier « Grand veneur », pièce 21, lettre du général Servandoni à Girardin, lieutenant (...)

4Pas de chasse sans gibier : dès le début de l’Empire, le grand veneur de Napoléon Ier, le maréchal Louis-Alexandre Berthier, reçut l’ordre de repeupler les forêts de la Couronne, décimées par des années de braconnage révolutionnaire20, répondant à une demande du nouveau souverain qui souhaitait rétablir les chasses de cour. Pour les cervidés, des individus furent rapidement transférés de l’étranger, offerts à l’Empereur par des monarques alliés comme Murat, grand-duc de Berg, ou encore Maximilien Ier, roi de Bavière21. Pour le gibier à plume, quelques faisans furent expédiés de Corse en 180622, avant la mise en place d’un système d’élevage raisonné, permettant d’obtenir rapidement de grandes quantités de gibier.

  • 23 Paris, AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 46 ; O2 128, id. ( (...)

5Comme pour toute opération d’élevage, celle-ci commença par des achats d’œufs fécondés, dont les individus une fois éclos vinrent former la première génération de la faisanderie. Plusieurs livraisons d’œufs de perdrix destinés à une petite faisanderie installée au pavillon de chasse du Butard, entre Versailles et Saint-Cloud, furent ainsi notées dans le registre des dépenses de la Vénerie impériale entre 1806 et 1810, quelques œufs étant également achetés pour le parc de Malmaison, résidence de Joséphine. Des faisans furent par ailleurs élevés dès 1805 à Rambouillet. Les descendants de ces premiers volatiles furent ensuite envoyés à Compiègne et à Fontainebleau, où les premières chasses à tir furent organisées23.

  • 24 AN, O3 504A, secrétariat du grand veneur, dossier 1, chemise 4, « Règlement pour les officiers et a (...)

6Parmi les gardes forestiers travaillant dans les conservations des chasses des forêts de la Couronne, plusieurs dizaines se consacrèrent exclusivement à l’élevage des faisans et des perdrix. Selon un règlement de 1817, ces gardes faisandiers étaient responsables des recépages des massifs ainsi que des ensemencements des faisanderies et des soins à apporter aux « élèves » de faisans. Chaque garde devait tenir trois registres pour le service des chasses, un sur les achats d’œufs, les pontes et les éclosions, un autre sur les dépenses de fonctionnement de la faisanderie, et un troisième pour l’inventaire du matériel. Il leur était interdit de consommer le produit de leur élevage ou de vendre à leurs frais le foin du blé qu’ils semaient dans les enclos24. En revanche, ce règlement ne donne pas de précisions sur la manière d’élever les faisans, ni sur l’ensemble des dépenses engendrées par cet élevage. Ce document a pourtant suscité la curiosité des observateurs, à commencer par l’érudit compiégnois Jean-Antoine-François Léré (1761-1837), qui a pris d’abondantes notes sur les techniques des employés des forêts de la Couronne :

  • 25 Compiègne, bibliothèque municipale, fonds Léré, VDC 197 XVIII 1a, « Traité historique de la faisand (...)

Le faisan est un oiseau originaire de la Colchide. Les voyages d’outremer en ont fait la conquête et enrichi l’Europe. Quoiqu’ils aient été fort anciennement connus, ils n’ont été fort multipliés que sous Louis XIV […]. Ces nobles oiseaux, car on les qualifiait ainsi, représentaient parfaitement par l’éclat et la variété de leurs couleurs, la majesté des rois […]. Les princes et les grands [leur] font une guerre d’extermination, ils ne mesurent leur gloire, leurs plaisirs, leurs jouissances, que sur la représentation des centaines de milliers de cadavres qu’ils ont massacrés. Les races seraient bientôt anéanties par des destructions aussi promptes et aussi rapides, et l’ivresse des grands de la terre se dissiperait comme la fumée, si on eût trouvé un moyen artificiel d’élever du gibier. L’éducation des perdrix et des faisans a le plus spécialement fixé l’attention et les soins. On a construit pour ces derniers un établissement beaucoup plus vaste et plus somptueux que le plus bel hospice de France destiné pour les pauvres et les malades, on le nomme Fesanderie [sic], il est distant d’une lieue de Compiègne25.

  • 26 AN, O3 505, dossiers de personnel du service du grand veneur, dossier 1, chemise 14.
  • 27 Quingery 1837, p. 28.
  • 28 Sur le matériel fonctionnant à l’électricité utilisé actuellement (incubateur, éclosoir, machine à (...)

7Armand-Pierre-Louis More de Quingery, qui avait été « premier commis rédacteur » dans les services du grand veneur de 1819 à 183026, a fait quant à lui paraître en 1837, en pleine monarchie de Juillet, une Nouvelle instruction pratique sur l’art d’élever les faisans de la manière usitée en Bohème, qui malgré son titre trompeur décrivait par le menu la méthode d’élevage employée dans les faisanderies impériales et royales entre 1805 et 1830, permettant ainsi de transmettre l’expérience accumulée par les gardes forestiers du début du xixe siècle. Si l’on suit son ouvrage, ces oiseaux se reproduisaient entre avril et mai, sous la surveillance d’un faisandier, qui veillait à une répartition équilibrée entre les individus mâles et femelles, les premiers ayant été capturés au préalable dans le domaine et placés auprès des secondes, qui vivaient à l’année dans des « parquets » en plein air. Les œufs pondus par les poules faisanes étaient récupérés et ramenés dans des nids artificiels installés dans des bâtiments fermés, les « couveries », où ils étaient placés sur un sol en terre battue couverte de paille et gardés en incubation plusieurs jours. Quand ils étaient en nombre suffisants, ils étaient ensuite donnés à couver à des poules domestiques, chacune couvant une quinzaine d’œufs, ou à des poules d’Inde, pouvant couver jusqu’à 30 œufs. En attendant l’éclosion, tous les jours, à 6 heures du soir, les poules étaient promenées au grand air et nourries. La couverie devait être selon Quingery une « chambre un peu enterrée et semblable à un cellier », tenue dans la pénombre, au sol couvert de sable. Chaque couveuse disposait d’un nid garni de paille. L’éclosion survenait au bout de vingt-cinq jours, avec un taux de perte de 40 œufs sur 10027. Grâce à ce système qui permettait de garder en incubation des œufs toute l’année, il était possible de faire éclore du gibier de manière continue. Les premiers jours, des faisandeaux fraîchement éclos étaient placés à l’intérieur d’un espace confiné, dans le « bâtiment des élèves », où ils regroupés dans des caisses munies d’un couvercle, tenus au chaud et nourris. Au bout de cinq à sept jours, ils commençaient à déambuler sur le sol du petit bâtiment, qui était en terre battue couverte de paille. Cette méthode a subsisté dans ses grandes lignes jusqu’à aujourd’hui, et est toujours pratiquée à la faisanderie de Rambouillet (fig. 1), avec cependant un équipement moderne28.

Fig. 1. Vue actuelle de la faisanderie de Rambouillet : faisandeaux regroupés dans un abri chauffé.

Fig. 1. Vue actuelle de la faisanderie de Rambouillet : faisandeaux regroupés dans un abri chauffé.

© Charles-Éloi Vial

La question de la nourriture

  • 29 Paris, bibliothèque Thiers, fonds Masson, ms. 662, dossier 4, « Instruction à suivre pour la nourri (...)

8Durant leurs six premières semaines, les faisans et les perdreaux gris se nourrissaient de larves de fourmis, que des journaliers engagés par le garde faisandier allaient chercher en forêt. Ces larves étaient mélangées à des œufs et du lait29. Les perdreaux rouges, quant à eux, se nourrissaient de vers blancs :

  • 30 Journal des haras, des chasses et courses de chevaux, novembre 1852, p. 312.

Toutes les semaines, on abattait une certaine quantité de chevaux, on laissait la putréfaction arriver, puis chaque matin des hommes étaient chargés de retirer les vers blancs, vulgairement nommés asticots par les pêcheurs, qui s’étaient formés en grand nombre pendant la nuit précédente. Auprès d’eux se trouvaient plusieurs fourneaux et des chaudrons remplis d’eau bouillante ; on précipitait le ver blanc dans cette eau, et à l’aide de grandes écumoires, on le retirait immédiatement, à moitié cuit, pour le jeter sur-le-champ dans des sacs à demi remplis de son30.

  • 31 Paris, bibliothèque Thiers, fonds Masson, ms. 662, dossier 4, « Instruction pour la préparation du (...)
  • 32 Vallance 2007, p. 61.

9Selon les papiers d’un autre secrétaire de la vénerie, Froidure, aujourd’hui conservés à la bibliothèque Thiers, il fallait attendre quatre à huit jours pour que les vers sortent des carcasses de chevaux. Certains faisandiers préféraient les faire dégorger pendant deux jours avant de les bouillir31. Si les vers ne sont plus d’actualité, les larves de fourmi sont, quant à elles, toujours utilisées32.

  • 33 AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 35.
  • 34 AN, O2 128, id. (1807), fol. 46.
  • 35 AN, O2 131, id. (1810), fol. 106.
  • 36 AN, O2 516, dossier 3, rapports de Girardin à La Bouillerie, Paris, 5 octobre et 27 novembre 1827.

10Pour la nourriture des faisans ainsi que l’achat des poules couveuses, les comptes de la Maison de l’Empereur, puis de celle du roi renferment seulement quelques informations. Si l’on se limite aux remboursements clairement liés aux dépenses de nourriture, on retrouve ainsi la mention de 567 francs remboursés à Tancré, faisandier du domaine de Malmaison, pour des faisans élevés en 1806, de 240 francs utilisés pour payer un journalier à la recherche des larves de fourmis33, de 2 226,56 francs déboursés pour l’achat de poules et de fourmis à Saint-Germain-en-Laye en 180734, et enfin de 1 698,50 francs remboursés à Compiègne en 181135. Enfin, en 1827, on retrouve un paiement « au Sr Gachon et à 4 autres, fourn[itu]re de dindes et poules couveuses, d’œufs de poulet, de pain, de fourmis, pour la conservation de Fontainebleau : 2 732 fr. », et un autre « aux Ss Dussaussoy et Rouzé p[ou]r fourniture & préparation du ver blanc dans la conservation de St. Germain »36, à hauteur de 500 francs.

11Dès leur deuxième semaine, les élèves étaient confinés dans de petits enclos appelés « parquets volants » installés dans l’enceinte de la faisanderie, où ils pouvaient continuer leur croissance (fig. 2). À la fin d’une première période de six semaines, on leur coupait les plumes d’une aile pour les empêcher de s’envoler et de s’échapper dans les prés voisins.

Fig. 2. Parquet volant destiné à abriter les faisandeaux.

Fig. 2. Parquet volant destiné à abriter les faisandeaux.

© Charles-Éloi Vial

  • 37 Il y eut par exemple 152 procès-verbaux pour braconnage dressés en 1813 en forêt de Compiègne, 591 (...)
  • 38 La liste des animaux nuisibles mentionnait les renards, blaireaux, fouines, putois, chats, belettes (...)

12Dans les huit semaines suivantes venait la période à proprement parler « d’élevage » des faisandeaux, regroupés dans une enceinte plus grande en compagnie des poules faisanes. Il s’agissait généralement d’une parcelle de pré mise en culture, où les faisandeaux pouvaient se percher sur des arbres et où ils étaient progressivement habitués à être nourris avec de l’orge. À la fin de leur croissance, ils étaient installés dans des enceintes à proximité des champs de tir (fig. 3), puis relâchés dans les tirés quelques jours avant la chasse. Ils étaient alors nourris avec du froment, et surveillés à distance par crainte des braconniers37 et des prédateurs38. Ce système, exposé par Quingery dans son traité théorique de l’élevage des faisans, se retrouve dans les comptes des dépenses de la Vénerie impériale, puis royale.

Fig. 3. Enceinte installée à proximité du tiré des Plaisirs, à Rambouillet.

Fig. 3. Enceinte installée à proximité du tiré des Plaisirs, à Rambouillet.

© Charles-Éloi Vial

Des élevages modèles pour les plaisirs des souverains

L’aménagement des structures d’élevage

13Dans son ouvrage, Quingery énonce plusieurs préceptes devant présider à l’implantation et à l’aménagement d’une faisanderie « à la française », en l’accompagnant de planches et de commentaires pratiques. Selon lui, les bâtiments devaient être avant tout éloignés des routes et des forêts : des prairies, à l’écart des zones habitées et des forêts abritant les prédateurs comme les renards, étaient pour lui des choix d’installation à privilégier. Il donnait des conseils concrets sur les matériaux à utiliser pour la construction des bâtiments, ainsi que sur leurs dimensions :

  • 39 Quingery 1827, p. 20.

Un enclos de cinq arpents disposés convenablement peut suffire à l’éducation de 500 faisandeaux (100 faisans par arpent, proportion adoptée pour les faisanderies royales) ; mais on comprend qu’alors les faisans destinés à la ponte ne peuvent être mis en liberté dans un si petit espace et qu’il faut établir des parquets où ils doivent être renfermés (un coq et six poules par parquet) et nourris […]. Quant aux parquets, qui ne sont autre chose que de petits enclos séparés les uns des autres, en voici la description : ils doivent être adossés au mur de clôture de la faisanderie et placés de manière à être à l’abri du vent du nord ; leur dimension doit être calculée sur l’étendue dont on peut disposer et sur le nombre de parquets que l’on veut construire ; elle ne peut être moindre de dix pieds carrée, pour chaque parquet, mais plus elle est grande, plus elle est favorable à la santé des faisans, et à la ponte. Les parquets peuvent être formés d’un treillage en bois ou en fil de fer, ou bien de roseaux, ou enfin de genêts ; leur hauteur est ordinairement de quatre pieds ; ils doivent être couverts d’un filet de corde supporté par un poteau planté au milieu du parquet et dont l’élévation est de trois pieds de plus que celui du parquet, il forme le toit des quatre côtés39.

14Cette méthode d’élevage est un témoignage précieux de l’expérience accumulée par les forestiers et les veneurs de la Restauration. Des plans et élévations des lieux, correspondant à la description de Quingery, furent précisément levés pour un Atlas des bâtiments des chasses, ambitieux projet interrompu en juillet 1830. Une coupe longitudinale de la faisanderie dite du « Clos Vignole », en forêt de Saint-Germain-en-Laye (fig. 4), laisse ainsi apparaître l’ensemble des bâtiments composant une faisanderie, avec d’un côté la couverie où les faisandeaux naissent, le petit abri avec le toit en pente où ils passent leurs premiers jours, et de l’autre la maison occupée par le garde faisandier. Les deux bâtiments étaient séparés par une grande étendue de terrain grillagé, divisé en parquets où les poules et les faisans étaient enfermés pour se reproduire, et en une série de plus grands enclos où les jeunes volatiles vivaient en semi-liberté en attendant d’achever leur croissance.

Les premières dépenses sous l’Empire

Fig. 4. Faisanderie de Vignole située dans la forêt de Saint-Germain, 1829, plume, encre, lavis, 58 x 38,4 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 10, fol. 13.

Fig. 4. Faisanderie de Vignole située dans la forêt de Saint-Germain, 1829, plume, encre, lavis, 58 x 38,4 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 10, fol. 13.

© Charles-Éloi Vial

  • 40 On peut notamment mentionner celle du château de Brunoy, aménagée par l’architecte Chalgrin pour le (...)
  • 41 Granger 1925a, p. 89-95.
  • 42 AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 49 et 52.
  • 43 AN, O2 128, fol. 84.
  • 44 AN, O2 129, fol. 119 et 129.

15Les dépenses de construction liées à l’élevage du gibier furent particulièrement importantes tout au long de l’Empire. Les faisanderies de l’Ancien Régime40 ayant toutes été mises hors service, il fallait d’abord les reconstruire, mais aussi les entretenir, les animaux causant de nombreux dégâts. En l’absence d’une ligne de crédit prévue dans le budget des bâtiments de la Couronne, ces premières dépenses furent imputées au service du grand veneur. Faute d’installation spécifique, les mille premiers faisans élevés à Rambouillet naquirent ainsi dans les bâtiments de l’ancienne laiterie de Marie-Antoinette en 1804. Dès septembre 1805, le capitaine forestier Gaspard Serracin nota cependant dans son journal que ses faisandeaux venaient d’être installés dans de nouveaux bâtiments41. À Fontainebleau, les débuts furent modestes puisqu’en 1806, le capitaine de la forêt, Marrier de Bois d’Hyver, ne dépensa que 442,40 francs afin de semer un nouvel enclos destiné à la faisanderie, où il ne réussit à élever que 35 faisans. À Saint-Germain-en-Laye, la même année, 125 journaliers furent recrutés pour réparer les murs de l’ancienne faisanderie construite sous l’Ancien Régime, ce qui coûta 3 322 francs42. En 1807, d’autres travaux à la faisanderie de Saint-Germain furent menés à bien par l’entrepreneur Petit sur les crédits du service des chasses, à hauteur de 3 234 francs, et à celle de Rambouillet par Enguehard, qui construisit 12 parquets. À Compiègne, le capitaine forestier Calabre se fit rembourser 24 928,87 francs d’avance pour la création de 27 parcs de faisanderie43. En 1808 à Rambouillet, Serracin se fit enfin rembourser 1 818,69 francs pour la faisanderie au premier semestre, puis encore 1 218,69 francs au second44.

  • 45 AN, O2 154, dossier 14, pièce 210, décision du 16 juin 1808.
  • 46 AN, O2 320, dossier 2, pièce 5, « État des dépenses à faire dans le cours de l’année 1811 » (pour R (...)
  • 47 AN, O2 226, lettre de Champagny, intendant général de la Maison de l’Empereur, à Costaz, intendant (...)
  • 48 AN, O2 233, dossier 3, lettre de Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, à Dufour, architec (...)
  • 49 AN, O2 243, dossier 3, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à Champagny, inte (...)
  • 50 AN, O2 226, lettre de Champagny, intendant général de la Maison de l’Empereur, à Costaz, intendant (...)

16Après ces premiers travaux le grand veneur passa peu à peu la main, se contentant de financer les achats de matériel et de nourriture. Les dépenses relatives aux faisanderies, désormais assumées par le service de l’intendant général de la Maison de l’Empereur, puis par celui de l’intendant des bâtiments de la Couronne créé en 1810, bénéficièrent des importants budgets annuellement consacrés à l’entretien des domaines dépendant de la Liste civile du souverain, qui finançait la construction de maisons pour les gardes, de murs d’enceinte et de couveries. Ces nouveaux bâtiments en pierre vinrent compléter les parquets et les enclos simplement bâtis en bois et en treillis. Il fut par exemple dépensé 11 000 francs pour les parquets de Fontainebleau en 180845. En 1811, la construction d’une couverie à Rambouillet par l’architecte Auguste Famin (1776-1859) à la demande du maréchal Berthier coûta 18 298 francs46. L’ancienne faisanderie de la Ménagerie, dans le grand parc de Versailles, rachetée en 181247, fut restaurée par l’architecte Alexandre Dufour (1760-1835), qui construisit 12 petits parquets du même modèle que ceux de la faisanderie de Berthier dans son château de Grosbois48. Napoléon put ainsi venir y chasser à la fin de l’année 1813. Enfin, le 24 mars 1814, quelques jours avant la chute de l’Empire, l’intendant des bâtiments de la Couronne, le baron Édouard Mounier (1784-1843), adressa encore un devis pour la réparation de la couverie de Saint-Germain49, travaux en attente depuis 181250.

Les faisanderies de la Restauration

  • 51 AN, O3 1187, dossier 8, lettre de Hurtault, architecte de Fontainebleau, à Mounier, intendant des b (...)
  • 52 Derex 1997b, p. 170.
  • 53 AN, O3 1022, lettre de d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à Pradel, directeur de la (...)

17Sous la Restauration, les Bourbons étant beaucoup plus intéressés par la chasse que ne l’avait été l’Empereur, de nouvelles faisanderies furent construites à Saint-Cloud et Vincennes. Le service des bâtiments de la Couronne assuma les principales dépenses de construction et d’entretien, pour des sommes de plus en plus élevées. En 1817, l’architecte de Fontainebleau, Maximilien-Joseph Hurtault (1765-1824), construisit ainsi 8 parquets à faisans grâce à un crédit spécial de 12 000 francs attribué par Mounier, qui avait conservé son poste à la chute de l’Empire. Six parquets furent construits l’année suivante, puis 21 en 1819 et encore 22 en 1821, l’architecte notant que l’on s’était « empressé d’y mettre des faisans51 » en prévision de la venue des princes. Il arriva cependant que l’administration des forêts de la Couronne accorde directement des crédits pour des constructions, comme dans le bois de Vincennes, où une faisanderie fut installée en 1819 dans une maison enclavée dans le parc52. En 1820, Joseph-Balthazar d’André (1759-1825), administrateur des forêts de la Couronne, remarqua qu’elle était presque achevée puisqu’il ne restait plus qu’à arracher les arbres adjacents qui ombrageaient l’enclos et risquaient de priver les faisans du soleil53.

  • 54 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de (...)
  • 55 AN, O3 504B, dossier 2, lettre de Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, à Girardin, (...)
  • 56 AN, O3 504B, dossier 3, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments (...)
  • 57 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, à Girardin, (...)
  • 58 AN, O3 504B, dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments (...)
  • 59 AN, O3 504B, dossier 6, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments (...)
  • 60 Un état prévisionnel rédigé en début d’année permet néanmoins de connaître le nombre de parquets et (...)

18Les budgets ont été mieux conservés pour les dernières années de la Restauration. Pour 1824, le premier veneur Girardin réclama par exemple à Mounier 36 000 francs pour la reconstruction intégrale de la faisanderie de Saint-Germain-en-Laye, 92 000 pour celle de Rambouillet, 49 500 pour Fontainebleau et 120 000 pour Compiègne54. Ces crédits furent refusés par Louis XVIII, mais à partir du règne de Charles X, plus intéressé par la chasse que son frère aîné, chaque année, de nouveaux bâtiments vinrent s’ajouter à ceux déjà entretenus. En 1825, Mounier accorda ainsi 10 000 francs pour une nouvelle couverie à Saint-Germain-en-Laye et 25 000 francs pour Compiègne55. En 1826, Girardin réclama 112 685 francs pour l’établissement de 60 parquets supplémentaires à Compiègne et 190 295 francs pour la reconstruction de la faisanderie de Rambouillet. Le premier veneur semble même avoir eu le projet d’établir des élevages de sangliers, pour lesquels il disposa de 42 000 francs pour Compiègne et de 3 000 pour Saint-Germain56. En 1827, il dépensa 50 000 francs pour la faisanderie de Fontainebleau57. En 1828, le premier veneur demanda 46 100 francs pour Saint-Cloud, 200 595 pour la construction d’une nouvelle faisanderie à Rambouillet, et 100 000 pour une autre à Fontainebleau. Ces demandes, jugées excessives par le ministre de la Maison du roi, plus économe que Charles X, furent minorées et Girardin ne disposa que de 5 000 francs pour Saint-Cloud et Rambouillet, 85 000 pour Fontainebleau et 20 000 pour Compiègne, ce qui suffisait pour l’entretien courant ou pour entamer des travaux58. En 1829, il réclama 41 200 francs pour Saint-Cloud, 325 971 pour Rambouillet, 112 000 pour Fontainebleau et 57 526 pour Compiègne, mais n’obtint que 10 000 francs pour Fontainebleau et 20 000 pour Compiègne59. En 1830, des crédits furent accordés pour Fontainebleau et Versailles, mais la révolution de Juillet interrompit les dépenses, ce qui empêche de disposer d’un état de répartition définitif des budgets60.

  • 61 Liot 2010, p. 24. Le domaine de Rambouillet avait été acheté par le comte de Toulouse en 1706, et l (...)
  • 62 AN, O3 963, dossier 10, rapport Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, au roi Charles X, (...)
  • 63 AD 78, 6Q 506, lettre de Dehêtre, faisandier, à Bourdon, conservateur de la forêt de Rambouillet, 5 (...)
  • 64 La Rue 1882, p. 46.
  • 65 Domet 1874, p. 313.

19Malgré ces dépenses conséquentes, les performances des faisanderies tenaient à peu de choses. Les faisans et perdrix, particulièrement les grises, étaient des animaux fragiles, mal adaptés à la captivité. Depuis l’époque de l’achat de Rambouillet par le comte de Toulouse, en 1708, la plaine de Gazeran, dans le parc du château, était ainsi réputée pour la « fertilité et abondance de toutes sortes de gibier61 », tandis qu’en forêt de Compiègne, pour des raisons inconnues, la mortalité des faisans fut toujours plus élevée qu’ailleurs62. Il arrivait ainsi que l’administration procède à des transferts de faisans d’un domaine à l’autre afin de les faire se reproduire dans des lieux jugés plus favorables63. Encore sous le Second Empire, dans les tirés de Compiègne, « les chevreuils manquaient de santé et de vigueur, les lièvres devenaient étiques, mouraient drus comme mouches64 », tandis qu’à Fontainebleau, le sol était considéré comme trop aride65. Au contraire, la faisanderie de Saint-Germain était considérée comme une des plus performantes, attirant Charles X qui vint chasser à de nombreuses reprises dans le champ de tir aménagé à proximité immédiate de la faisanderie.

L’aménagement des champs de tir

Les « petits tirés » de Napoléon

  • 66 Granger 1925b, p. 315.

20Sous l’Empire, l’organisation des chasses à tir et l’aménagement des terrains dédiés à cette activité n’étaient pas aussi sophistiqués que sous la Restauration, ce qui explique que le nombre précis de champs de tir et leur exacte localisation sont difficiles à connaître, la plupart n’étant pas indiqués sur les plans. Napoléon reprit ainsi les habitudes de Louis XVI, qui avait fait mettre en pâture un « vaste quadrilatère irrégulier66 » dans le parc de Rambouillet. Le gibier élevé en captivité était relâché quelques jours ou quelques heures à l’avance dans ce terrain aménagé spécialement, où les hautes futaies alternaient avec un couvert végétal bas. Pour des raisons pratiques, ces champs de tir étaient toujours bâtis à proximité des faisanderies. Leur aménagement n’a guère varié au fil des siècles, et se retrouve encore aujourd’hui :

  • 67 Monot 2010, p. 38.

Le tiré se présente sous la forme d’une longue bande de terrain d’une largeur de 150 à 300 mètres flanquée de part et d’autre d’un cordon de végétation, au milieu de laquelle sont disposées parallèlement, en nombre variable, des haies régulièrement taillées et entretenues, d’une hauteur d’environ 1 mètre. Perpendiculairement aux haies, le couloir est fermé à intervalles plus ou moins réguliers par des éperons de chênes, ou plus rarement de résineux. Localement, on laisse parfois des haies croître en hauteur afin de servir d’abri aux faisans. De même, quelques arbres isolés ponctuent cet espace pour que les oiseaux puissent s’y percher67.

  • 68 La Vallée 1855, p. 263.
  • 69 Les bâtiments ont été depuis convertis en institut médical, et les parquets et structures d’élevage (...)

21L’aménagement du tiré de la faisanderie de Compiègne sous Napoléon (fig. 5) reproduit par exemple cette configuration de l’espace, à une différence près : le champ de tir est traversé par une allée dégagée, dans laquelle prenaient place les chasseurs qui tournaient le dos aux animaux. Les pièces, qui étaient rabattues derrière les tireurs, se levaient d’effroi à mesure que la ligne des rabatteurs se rapprochait d’eux, et passaient à tire-d’aile au-dessus des chasseurs, qui essayaient de les tirer à la volée68. Ce champ de tir avait été aménagé à proximité de la faisanderie construite sous Louis XV et remise en service en 180669.

Fig. 5. Plan général du parquet de la faisanderie dans la forêt, v. 1811, encre, lavis, 65 x 53 cm. Compiègne, musée national du palais de Compiègne, Album de plans du château et des dépendances [par Berthault, architecte de Compiègne], inv. 51.027, fol. 24 vº-25, plan 24 (détail).

Fig. 5. Plan général du parquet de la faisanderie dans la forêt, v. 1811, encre, lavis, 65 x 53 cm. Compiègne, musée national du palais de Compiègne, Album de plans du château et des dépendances [par Berthault, architecte de Compiègne], inv. 51.027, fol. 24 vº-25, plan 24 (détail).

© Charles-Éloi Vial

  • 70 Ange-Louis Janet, Napoléon III chassant à tir à la faisanderie de Compiègne, 1865, huile sur toile, (...)

22Ce type de chasse est représenté par Ange-Louis Janet dans son tableau Napoléon III chassant à tir à la faisanderie de Compiègne. On y reconnaît le terrain réaménagé sous l’Empire, avec le pavillon de la faisanderie en arrière-plan. Les tireurs sont survolés par le gibier à plume, qu’ils font chercher par leurs chiens, avec, derrière eux, la ligne des rabatteurs qui s’avance70.

  • 71 AN, O3 973, dossier 1, lettre de Berthier, grand veneur, à Fleurieu, intendant général de Maison de (...)
  • 72 AN, O2 150, pièce 275, rapport sur la clôture de la forêt de Saint-Germain, 18 janvier 1805.
  • 73 AN, O3 973, dossier 2, lettre de Raymond, architecte de Saint-Cloud, à Daru, intendant général de l (...)
  • 74 AN, O2 132, registre des dépenses du service du grand veneur (1811), fol. 86.
  • 75 AN, O2 130, id. (1809), fol. 46.

23Les autres terrains de chasse à tir aménagés au début de l’Empire étaient en réalité les zones non boisées des forêts de Marly et de Saint-Germain-en-Laye, fermées par de simples palissades retenant le gibier, où Napoléon pouvait venir chasser les perdrix, faisans, lapins ou lièvres. Berthier avait commencé par aménager « un petit friche pour l’usage des chasses de Sa Majesté » à Marly au début de l’année 180571. Napoléon acheta au même moment une « garenne » au bord de la Seine, près de la forêt de Saint-Germain et de l’île d’Herblay72, qu’il fit fermer par une palissade. En 1807, cette garenne était considérée comme un champ de tir73, où on organisait des chasses au lièvre et au lapin, que les gardes allaient capturer dans la forêt74 ou que le grand veneur achetait auprès d’un rôtisseur de Versailles75.

  • 76 AN, AF IV* 1707, « Livret des chasses de l’Empereur au 1er vendémiaire an XIII ».
  • 77 AN, AF IV* 1707, « État du fauve existant au 12 pluviôse an XIII dans les forêts de la Couronne ».
  • 78 Durand 1901, p. 249-250.
  • 79 AN, O2 294, dossier 2, lettre de Hurtault, architecte de Fontainebleau, à Costaz, intendant des bât (...)
  • 80 Compiègne, musée national du château de Compiègne, Album de plans du château et des dépendances [pa (...)
  • 81 AN, O2 132, registre des dépenses du service du grand veneur (1811), fol. 93.

24Dans un Livret des chasses de l’Empereur daté du début de 1805, récapitulant la situation des terrains de chasse de la Couronne, il est noté que des champs de tir en battue existaient dans le parc de Saint-Cloud, dans la forêt de Marly, dans le bois entourant le pavillon du Butard, dans le parc de Meudon, dans la forêt de Saint-Germain-en-Laye et dans les forêts de Compiègne et Rambouillet. Il n’y avait donc que 7 « petits tirés » à ce moment76. À la fin de l’année, 12 avaient été aménagés, répartis dans les différentes résidences impériales, dont les forêts étaient organisées en « capitaineries », dénomination reprise de l’Ancien Régime. Dans la capitainerie de Versailles, il y avait des tirés dans les plaines de Gally, de la Ménagerie et de Satory, au Trou d’Enfer et dans la plaine de Garenne, que Napoléon fréquentait lors de ses séjours à Trianon, ainsi que d’autres dans les parcs de Saint-Cloud et de Meudon. À la capitainerie de Rambouillet, il y avait un tiré au lieu-dit du filet des plates-bandes et un autre à celui du filet de la remise carrée. Enfin, dans la capitainerie de Compiègne, il y avait 3 tirés à la Faisanderie, au Carnois et au Buissonnet77. En 1807, Napoléon chassa dans la plaine du grand parquet de Fontainebleau, ancien tiré royal qui avait été rétabli78, comme celui, voisin, du parquet d’Avon, agrandi en 1811 par l’achat d’un terrain contigu79. À Compiègne, d’autres champs de tir furent aménagés par la suite aux lieux-dits de la Landeblin, aux Clavières, aux Vineux et à la Forte Haye, répartis entre la forêt de Compiègne et celle voisine de Laigue80. En 1811, juste avant l’arrivée de Napoléon pour un séjour estival, ces tirés furent élagués, ce qui coûta 321,95 francs pris sur le budget du grand veneur81.

  • 82 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 1, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à d’A (...)

25Ce n’est qu’après 1812, année où une faisanderie fut aménagée, que des chasses aux faisans purent être organisées dans le parc du château de Versailles. Si l’Empereur était moins intéressé par la chasse que Louis XVI, Berthier nourrissait malgré tout de grandes ambitions, puisqu’il projeta dès cette époque de créer un champ de tir de 149 hectares dans la capitainerie de Versailles, ce qui aurait dû coûter 96 234 francs. Ce projet, jugé trop ambitieux, ne fut cependant pas approuvé82. Les petits enclos où Napoléon chassait à tir étaient certes modestes, mais ils servirent d’embryon aux tirés de la Restauration, qui s’étendirent sur des longueurs impressionnantes, les faisant de ce fait apparaître sur les cartes et les plans cadastraux.

L’invention du tiré en ligne

  • 83 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 2, lettre d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à Prad (...)
  • 84 Moncey 1897, p. 260.

26Pour les Bourbons, Girardin inventa en effet un nouveau type de chasse à tir qui fut en usage jusqu’à la Ve République, le « tiré en ligne », ou « tiré long », manière de chasser bien plus onéreuse et d’une logistique infiniment plus complexe, où les tirés pouvaient durer plusieurs heures au milieu d’une abondance de gibier. Dans un tiré long, contrairement aux petits champs de tir aménagés pour Napoléon, la chasse se pratiquait non pas dans un quadrilatère clos, mais dans une longue allée dont le sol était nivelé et où la végétation – buissons et arbustes – était arasée à 1,20 mètre de hauteur. Les lieux, généralement aménagés avec soin, avec une alternance entre des espaces de plaine, où des buissons à ras du sol étaient plantés en ligne, et des espaces à couvert, où le tiré continuait sous les arbres, formaient la plupart du temps une boucle, permettant le retour vers le point du rendez-vous. Chaque allée faisait jusqu’à deux cents mètres de largeur et plusieurs kilomètres de long. L’étendue de terrain ainsi aménagée était divisée en 3 ou 5 layons (ou « routins »), petits sentiers qui devaient chacun accueillir un tireur. Le layon central, large de 1,50 mètre, servait au roi et était encadré de layons plus étroits, d’un mètre de large, destinés aux autres participants de la chasse. Le périmètre était délimité par un filet d’arbres, fermé par des palissades et encadré par des cordes, filets et banderoles qui empêchaient le gibier de s’échapper. À intervalles réguliers, des « remises » étaient aussi aménagées dans l’enceinte. Il s’agissait de petits enclos où les faisans trouvaient de la luzerne, de l’herbe et de l’eau ainsi que des arbustes pour se percher, le tout étant entreillagé afin d’empêcher les intrusions des lapins83. Les gardes forestiers venaient de plus tous les jours dans le layon du milieu distribuer du grain aux animaux dans des mangeoires, de manière à les habituer à s’y regrouper84. Accoutumés à ce traitement de faveur, les volatiles venaient donc se masser instinctivement à l’endroit où le roi devait passer.

  • 85 Domet 1874, p. 312-314.
  • 86 Journal des haras, chasses, et courses de chevaux, novembre 1832, p. 514.

27En raison de la longueur de ces tirés, il fallait s’y prendre longtemps à l’avance pour amener le gibier – jusqu’à un mois dans le cas du grand parquet de Fontainebleau. Au jour choisi pour la chasse, les tireurs avançaient d’un bout à l’autre du tiré, avec plusieurs centaines de rabatteurs opérant devant eux et sur les côtés. Le gibier arrivait donc de face, courant et s’envolant devant les chasseurs. Il était parfois possible aux gardes de répartir un peu à l’avance les différents types de gibier le long du tiré, ce qui venait rythmer la chasse, ou encore d’ajouter un peu d’imprévu en enfermant des perdreaux dans des boîtes dissimulées dans les buissons, qui étaient libérés à l’approche du roi85. Le premier veneur Girardin faisait également acheter des cailles, que les gardes dissimulaient dans leurs poches et lançaient discrètement au moment où le roi passait86.

28En mettant au point ce système en circuit fermé, Girardin avait amorcé une véritable révolution dans les pratiques cynégétiques, qui surprit les contemporains, tel le futur maréchal de Castellane, commandant des hussards de la Garde royale, invité à chasser par le comte d’Artois à Fontainebleau en 1822 :

  • 87 Castellane 1895, p. 444-445.

Je n’avais pas idée de ces arrangements de chasse pour les princes. Un grand espace de forêt coupé en buisson à trois pieds de haut, avec une allée au milieu et une de chaque côté du tiré. Dans l’allée du milieu était Monsieur, dans celle de droite M. le duc d’Angoulême, dans celle de gauche M. de Maillé, Premier gentilhomme. Ils étaient suivis chacun de quinze soldats, placés les uns derrière les autres, portant des fusils. Les faisans abondaient : on les avait ramassés la veille par des battues ; d’autres batteurs les faisaient lever à l’approche des princes qui s’avançaient87.

  • 88 Livret des chasses du roi, Paris, Imprimerie royale, 1826, p. 393.

29Des tirés de ce type, qui garantissaient une abondance de gibier, mais demandaient une organisation complexe tout en faisant prendre plus de risques aux rabatteurs, furent mis en place dans toutes les conservations des chasses de la Couronne jusqu’en 1830. À titre d’exemple, le 5 septembre 1826, une chasse à Versailles fit ainsi 1 063 « victimes », dont 552 faisans, 264 perdrix grises et 144 lapins88.

  • 89 AN, O3 504B, dossier 8, lettre de Girardin, capitaine des chasses à tir, à Pradel, directeur généra (...)
  • 90 AN, O3 508, dossier 8, « État du fauve & des tirés au 1er janvier 1815 ».
  • 91 AN, O3 504B, dossier 8, « État présentant la situation des tirés du roi », 1er juillet 1819 et « Ét (...)

30Dès 1814, le maréchal Berthier, qui conserva son poste de grand veneur sous la Première Restauration, avait prévu d’organiser « 8 mois de chasse à tir à raison de 2 tirés par semaine, [à] savoir : 36 à Versailles ; 8 à Rambouillet ; 12 à Compiègne ; 2 à Fontainebleau ; 2 dans la capitainerie du Louvre89 ». Son programme fut mené à bien, mais il prit plus d’ampleur que prévu sous la direction de Girardin, qui fut nommé à la direction effective du service des chasses après la disparition de Berthier à la fin des Cents-Jours. Au 1er janvier 1815, il y avait ainsi 21 sites différents permettant d’organiser 56 tirés, dont 36 à Versailles, 12 à Compiègne, 6 à Rambouillet, et 2 à Fontainebleau90. En 1819, il en existait désormais 30, dont 3 en cours d’achèvement. En revanche, il n’y avait plus que 23 terrains permettant d’organiser 26 tirés en 182091. Cette diminution du nombre de sites s’explique par l’agrandissement de certains tirés.

L’emballement des dépenses cynégétiques sous la Restauration

L’aménagement des premiers tirés en ligne (1814-1830)

31Les tirés de la Restauration doivent être étudiés en prenant en compte différents aspects : territoriaux, administratifs et humains, même s’il n’en reste pas moins qu’une telle étude est forcément limitée. Les champs de tir, composés de taillis, ont depuis longtemps disparu à l’exception de ceux de Rambouillet. Les cartes ne les situent pas tous précisément, et leur nombre variait d’une année à l’autre. Il reste cependant une importante production épistolaire, émise par différents acteurs de l’administration centrale de la Maison du souverain, qui fait nettement ressortir l’activité engendrée par l’organisation annuelle des chasses à tir et qui permet d’en savoir davantage sur leur localisation, leur construction, leur entretien et leur utilisation.

  • 92 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 1, lettres de Pelet de la Lozère, administrateur des forêts de la C (...)
  • 93 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de (...)

32Le premier grand tiré en ligne aménagé fut celui de Rambouillet, sous l’impulsion de Berthier, qui demanda en octobre 1814 à l’administration des forêts de la Couronne d’organiser des défrichements. Le 3 mars 1815, le grand veneur informa le ministre de la Maison du roi, Pierre-Louis-Jean-Casimir de Blacas (1771-1839), que des glands et des graines de genêt allaient être semés afin de former les buissons, sur une surface de 33 arpents 9 perches, soit 2 400 mètres de long92. Serracin proposait de faire arracher 150 arpents de forêt pour aménager les tirés. L’aménagement d’un hectare coûtait 300 francs, mais il y eut par la suite d’importants frais d’entretien : dès 1815, un entrepreneur de Rambouillet fut engagé pour l’entretien du tiré, payé 750 francs par hectare et par an. Les tirés de Rambouillet, très prisés du comte d’Artois et de son fils le duc d’Angoulême, furent l’objet de tous les soins de l’administration des forêts de la Couronne. Les frais d’entretien s’élevèrent à 27 239,30 francs en 1821, 30 000 en 1822, 46 124 en 182393.

  • 94 AD 78, relevé du cadastre de la commune de Rambouillet, 1830, plan 3P2/257/14.
  • 95 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)

33La longueur totale des circuits créés sous la Restauration à Rambouillet était de onze kilomètres, avec plusieurs circuits imbriqués : le tiré de la Pommeraye démarrait à proximité des bâtiments de la vénerie, traversait le Petit Parc en ligne droite et s’achevait près de la bergerie, où une « remise » permettait de regrouper du gibier pour le bouquet à la fin de la chasse. À l’autre extrémité de cette remise s’achevait également le tiré des Malnoues, qui démarrait près du lieu-dit de la mare aux demoiselles, non loin de la laiterie de la Reine. Le tiré de la Pommeraye était traversé par le tiré des Plaisirs, parallèle au tiré des Malnoues. Dans la partie basse du parc, plusieurs petits tirés venaient se greffer : le tiré de Moquesouris, qui commençait à la fin du tiré des Malnoues, faisait un coude, s’arrêtait près de la ferme du même nom, et était prolongé par le petit tiré de la ferme. Enfin, en 1830, un « nouveau tiré », qui n’avait pas encore reçu de nom, devait faire le lien entre le tiré de Moquesouris et celui des Malnoues94. Selon l’Atlas des chasses (fig. 6), le tiré de la Pommeraye faisait 1 700 mètres de long et permettait d’organiser une chasse d’une heure, celui des Plaisirs faisait 3 390 mètres et permettait une heure et demie de chasse, celui des Malnoues était long de 3 029 mètres pour également une heure et demie de chasse, celui de Moquesouris faisait 2 320 mètres de long pour 1 heure de chasse, et enfin celui de la ferme était long de 1 050 mètres, pour une chasse d’une demi-heure95.

Fig. 6. Carte topographique des environs de Versailles dite des Chasses impériales, levée et dressée de 1764 à 1773 par les ingénieurs géographes des Camps et Armées…, carte gravée sur cuivre en 12 feuilles, 77,5 × 44,5 cm. Paris, Dépôt de la Guerre, 1807 pour le premier tirage, avec retouches datant de la Restauration, BNF, Cartes et Plans, GE BB-207.

Fig. 6. Carte topographique des environs de Versailles dite des Chasses impériales, levée et dressée de 1764 à 1773 par les ingénieurs géographes des Camps et Armées…, carte gravée sur cuivre en 12 feuilles, 77,5 × 44,5 cm. Paris, Dépôt de la Guerre, 1807 pour le premier tirage, avec retouches datant de la Restauration, BNF, Cartes et Plans, GE BB-207.

© BNF

Le cas particulier de Versailles

  • 96 AN, O3 1013, dossier 1, lettre de Berthier, grand veneur, à Blacas, ministre de la Maison du roi, 8 (...)

34Pour la capitainerie de Versailles, le projet d’un tiré ceinturant la plaine de Satory fut lancé en 1815. Le 8 mars, Berthier expédia à Blacas un projet prévoyant la mise en friche de 107 hectares autour des tirés, qui devaient servir à abriter le gibier à plume, et la coupe de 907 arbres dans l’enceinte du futur champ de tir96. Les espaces à aménager en plaine de Satory devaient comporter un « tiré de départ » en plaine et un « tiré de retour » qui passait par les sous-bois (fig. 7). Ce tiré, mis en place pour le comte d’Artois et ses fils sous l’impulsion de Berthier, fut achevé dès la fin de l’année 1815 sous la direction de Girardin. Le plan qui fut alors levé indiquait aussi que des « remises », ces bandes de terres mises en culture et où le gibier pouvait trouver de quoi se nourrir, devaient être aménagées tout le long du champ de tir. Les documents précisent que l’idée d’aménager ces remises pour concentrer le gibier datait du règne de Louis XVI, où des bandes de terrain avaient été justement mises en culture dans la plaine de Satory où le roi organisait des battues. Elles furent cependant supprimées dans les années qui suivirent, quand les forestiers de Versailles prirent l’habitude de donner du grain au gibier directement dans les tirés.

Fig. 7. Projet d’un tiré pour le roi dans la plaine de Satory, [signé] P. Carbonnier, géomètre dans la capitainerie de Versailles, 1815, plume, lavis, 51 × 98,5 cm. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 30.

Fig. 7. Projet d’un tiré pour le roi dans la plaine de Satory, [signé] P. Carbonnier, géomètre dans la capitainerie de Versailles, 1815, plume, lavis, 51 × 98,5 cm. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 30.

© Charles-Éloi Vial

35Un autre plan daté de 1817 (fig. 8) dévoile le circuit des tirés en ligne aménagé dans les années qui suivirent pour les princes dans le petit parc de Versailles. En plus du tiré de la plaine de Satory et d’un tiré parallèle partant de la pièce d’eau des Suisses et traversant la plaine de la Ménagerie (rebaptisée plaine de la Faisanderie sous la Restauration) avant de bifurquer jusqu’au Grand Canal, le grand « tiré de ceinture » faisait le tour du petit parc de Versailles, passait à proximité de Saint-Cyr et remontait jusqu’à la ferme de Chèvreloup. Un troisième tiré plus petit débutait dans la plaine de Chèvreloup, puis redescendait en ligne droite vers le Grand Canal en longeant le parc du Grand Trianon. Un tel développement spatial permettait de très longues chasses : le tiré de Satory, qui faisait 5 534 mètres de long, permettait de chasser pendant quatre heures et demie, celui de la Ménagerie, long de 4 670 mètres, offrait une chasse de deux heures et demie, tandis que le « tiré de ceinture », long de 11 780 mètres, permettait d’organiser une chasse de six heures. Sur ce plan, une vue de détail montre la différence de superficie entre les tirés de Napoléon et ceux de la Restauration : le « tiré du corps de garde dit de la porte blanche » et le « tiré du rendez-vous », représentés en gris sur le plan, correspondent aux petits enclos près de la ferme de Gally où Napoléon avait l’habitude de chasser à tir lors de ses séjours à Trianon, tandis que le « carré de la croisée » était une remise à gibier. Selon l’échelle du document, ces 2 tirés font approximativement deux cents et cinq cents mètres de long.

Fig. 8. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes, non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.

Fig. 8. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes, non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.

© Charles-Éloi Vial

Fig. 9. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes (détail), non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.

Fig. 9. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes (détail), non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.

Le détail montre (zones en vert) les tirés aménagés à l’époque de Napoléon Ier.

© Charles-Éloi Vial

  • 97 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)
  • 98 Livret des chasses du roi, Paris, Imprimerie royale, 1817, p. 332 et 340.
  • 99 Maroteaux 2000, p. 185.
  • 100 AN, O3 504B, dossier 2, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de (...)
  • 101 AN, O2 504B, dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à La Bouillerie, trésorier de la Maison (...)

36La conservation de Versailles entretenait aussi un petit tiré circulaire dans le parc du château de Saint-Cloud, long de seulement mille mètres, où la chasse ne durait qu’une heure, ainsi qu’un autre dans l’enclos de Chalais, dans le parc de Meudon, long de six mille mètres, où la chasse durait trois heures97. Ils servirent jusqu’en 1830 pour des chasses plus courtes, quand le roi ou les princes, pris par leurs obligations, ne pouvaient s’éloigner trop longuement du palais de Saint-Cloud où la cour séjournait en été. De plus, des tirés furent parfois improvisés dans certains endroits naturellement giboyeux ou fréquentés par les oiseaux sauvages98. L’entretien de ces tirés est connu par quelques documents comptables. En 1825, d’André accorda 22 825 francs pour des opérations de mise en place de treillages le long des allées, « d’étêtage », c’est-à-dire d’arasement des buissons à hauteur d’homme, « d’épinage » des fourrés, activité qui consiste à fixer dans les tirés des poteaux garnis d’épines destinés à empêcher le braconnage au filet99, ou encore de binage des sols, destiné à empêcher la repousse des mauvaises herbes100. En 1828, la dépense fut de 15 000 francs, pour le recépage des taillis rongés par les lapins, l’étêtage des tirés, l’épinage et les curages des ruisseaux, mares et fontaines qui alimentaient le gibier en eau101.

La capitainerie de Vincennes

  • 102 Derex 1997b, p. 170.
  • 103 BNF, Cartes et Plans, Plan du parc royal de Vincennes avec les tirés de S. A. R. Monsieur, gravure (...)
  • 104 AN, O3 1248, dossier 3, lettre de Girardin, lieutenant des chasses à tir, à Mounier, intendant des (...)
  • 105 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)
  • 106 AN, O3 1016, dossier 3, chemise 4, lettre de d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à P (...)

37Le champ de tir de Vincennes fut tracé à partir de 1816 sur le pourtour de la forêt. Selon Jean-Michel Derex, 3 000 arbres furent plantés à cette occasion. Il s’agissait d’un « magnifique tiré, avec son triple layon aux sentiers peignés, protégé par de multiples barrières, [qui] cernait presque entièrement le parc102 ». Il fut d’abord connu comme le « tiré de Monsieur103 », car le comte d’Artois s’en était réservé l’usage104. Il faisait 8 989 mètres de long pour une chasse de quatre heures105, et semble avoir été quelque peu délaissé après l’avènement de Charles X. La décision d’installer un tiré dans ce bois proche de Paris, en partie vendu sous la Révolution, avait été prise afin de permettre aux Bourbons de reprendre symboliquement possession d’un haut lieu de l’héritage monarchique, matérialisé par le donjon de Vincennes bâti par Charles V, par les deux pavillons de Louis XIV, et par le souvenir de Saint Louis. Un plan fut commandé par Mabille, conservateur de la conservation des forêts de Paris, à la demande de Girardin (fig. 10). Orné d’une vignette gravée présentant justement Saint Louis rendant la justice sous son chêne, il fut tiré à seulement 150 exemplaires, distribués aux officiers de service auprès des princes et aux employés du service des chasses, et l’impression fut payée par la Maison du roi106.

Fig. 10. Plan du parc royal de Vincennes avec les tirés de S. A. R. Monsieur, échelle de 1 à 12 000 m, Paris, imprimerie lithographique Molle, rue des Marais, 1817, gravure sur cuivre, 54,5 × 40,2 cm. Paris, BNF, Cartes et Plans, GE D-5553.

Fig. 10. Plan du parc royal de Vincennes avec les tirés de S. A. R. Monsieur, échelle de 1 à 12 000 m, Paris, imprimerie lithographique Molle, rue des Marais, 1817, gravure sur cuivre, 54,5 × 40,2 cm. Paris, BNF, Cartes et Plans, GE D-5553.

© BNF

Les capitaineries de Saint-Germain-en-Laye, Fontainebleau et Compiègne

  • 107 Seul le microfilm de l’Atlas des tirés du roi donne les plans des tirés de Saint-Germain, mais ceux (...)
  • 108 Chapus 1838, p. 50.
  • 109 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)
  • 110 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de (...)

38Le tracé exact des tirés de Saint-Germain-en-Laye n’est pas révélé par les sources archivistiques, qui comportent surtout des documents comptables sur leur entretien107. Leur emplacement et les caractéristiques de leur aménagement sont en revanche mieux connus. Les tirés étaient situés dans la plaine de Fromainville, à Garenne et aux abords de la forêt de Marly, à la porte de Noisy et au Trou d’Enfer108. Le tiré du Trou d’Enfer faisait 3 634 mètres de long, pour une chasse de deux heures et demie, celui de Fromainville était long de 6 519 mètres pour une chasse de six heures, celui de la plaine de Garenne était long de 5 823 mètres pour une chasse de six heures également, celui des tailles de Conflans était long de 6 911 mètres pour une chasse de trois heures, celui des tailles de la Chapelle était long de 6 860 mètres pour trois heures de chasse également, et enfin, le tiré de Vignole, long de 1 514 mètres, offrait une chasse d’une heure109. En 1824, d’André accorda 2 800 francs pour l’entretien des layons de ces 6 tirés110.

  • 111 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)
  • 112 AN, O3 966, dossier « Graines étrangères », lettre de Larminat, avril 1830. Voir aussi Grandmesnil (...)
  • 113 Domet 1874, p. 312-314.
  • 114 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à Girardin, prem (...)
  • 115 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Doudeauville, ministre de la Maison d (...)
  • 116 AN, O3 504B,dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à La Bouillerie, trésorier de la Maison (...)

39À Fontainebleau, sous la Restauration, le conservateur Larminat fit aménager 3 tirés autour du château : il s’agit de la résidence royale où il y eut le moins de chasses à tir, et où les aménagements furent les moins conséquents. Le premier tiré, aménagé dans la plaine d’Avon, à proximité du château, était long de 976 mètres, pour une chasse d’une demi-heure. Le deuxième, le grand parquet, situé au sud de la ville, près de la route d’Orléans, était long de 6 250 mètres pour une chasse de trois heures. Le dernier, situé plus loin au nord de la ville, près du village de Bois-le-Roi, dans la plaine de Sermaise, était long de 7 722 mètres pour une chasse de trois heures trois quarts111. Pour l’aménagement de ces tirés, Larminat fit semer du chêne Banister, une variété importée des États-Unis, qui présentait l’avantage de former « un fourré peu élevé et de produire beaucoup de glands pour la nourriture des faisans112 ». Les 3 tirés de Fontainebleau avaient été conçus de manière très différente. La surface totale du parquet d’Avon, aménagé en 1815, était de 19 hectares : il s’agissait d’un petit tiré, de forme circulaire. Le Grand Parquet, dont le tracé au sol évoquait un « 8 », faisait 76,87 hectares de surface et son implantation en terrain aride obligeait les forestiers à de constantes replantations et même à établir de faux fourrés à l’aide de branches plantées dans le sol. En 1817, un troisième tiré fut créé à Sermaise. En forme de fer à cheval, sa surface était de 92,72 hectares113. L’entretien annuel faisait l’objet de moins d’investissements que dans les autres forêts de la Couronne, le château de Fontainebleau étant surtout occupé en automne pour les chasses à courre. En 1825, Mounier accorda 2 500 francs pour la réparation des murs du Grand Parquet, qualifié de « Parquet du roi », et d’André 4 295 francs pour la mise en place de trois mille mètres de treillage « pour garantir les taillis de la dent du chevreuil », et pour « l’enlèvement de sables amoncelés par le vent le long du mur du Parquet du roi, et qui incessamment à la hauteur de ces murs en donnent l’entrée aux délinquants et à la bête puante »114. En 1827, Mounier affecta 876 francs pour « l’entretien de 22 965 mètres de layons dans le parquet du roi et dans celui d’Avon115 ». En 1828, le budget consacré par l’administration des Forêts à l’entretien des 3 tirés s’élevait à 2 400 francs116.

  • 117 Compiègne, bibliothèque municipale, fonds Léré, VDC 197 XVI 3c, « État de proposition de nouveaux t (...)
  • 118 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant (...)
  • 119 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de (...)
  • 120 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Doudeauville, ministre de la Maison d (...)
  • 121 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Barante, inspecteur des forêts de la (...)

40À Compiègne, Berthier projeta dès octobre 1814 d’aménager 1 577 hectares de tirés pour les princes. Les travaux commencèrent le 30 janvier suivant117. Le tracé des champs de tir répartis dans la forêt fut complexe à dessiner et mit longtemps à trouver son apparence définitive. Il y eut finalement deux tirés indépendants, le tiré de la faisanderie, en forme de fer à cheval long de 4 060 mètres et qui permettait une chasse de deux heures, et celui du Vivier Corax, qui était de forme circulaire, long de 3 380 mètres pour une chasse d’une heure et demie. De plus, la lisière est de la forêt, du côté du château, était longée par 5 tirés qui s’enchaînaient en une longue ligne ininterrompue : le tiré des Carnois, long de 3 800 mètres pour une chasse de une heure trois quarts, le tiré de Royallieu, long de 3 240 mètres pour une chasse d’une heure et demie, tout comme le tiré du parc, long de 3 350 mètres, le tiré du Buissonnet, long de 3 520 mètres pour une chasse d’une heure trois quarts, et le tiré du Berne, qui s’achevait par une boucle, long de 4 840 mètres pour une chasse de deux heures et quart118. Charles X chassant souvent à tir à Compiègne, leur entretien fut particulièrement suivi. En 1824, 4 000 francs furent dépensés sur le budget des forêts119, et 10 033 francs en 1827, pour l’entretien des layons et l’établissement tout autour de quatre « chemins d’assommoirs », c’est-à-dire les sentiers où étaient disposés des pièges pour les nuisibles120. En 1827, l’administration des forêts de la Couronne affecta 24 091 francs à la création d’un nouveau tiré, celui des Basses-Queues, en bordure de la forêt de Compiègne, près du village de Lacroix-Saint-Ouen121.

Des aménagements interrompus

  • 122 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Barante, inspecteur des forêts de la (...)
  • 123 AN, O3 504B, dossier 4, rapports à La Bouillerie, trésorier de la Maison du roi, 2 mai et 21 novemb (...)
  • 124 AN, O3 504B, dossier 7, « Répartition définitive du fonds de 60 000 fr. alloué pour l’entretien des (...)
  • 125 AN, O3 504B, dossier 5, rapport à Schonen, administrateur provisoire de la Liste civile, 18 octobre (...)

41Dès 1824, les archives montrent que l’avènement de Charles X, passionné de chasse à tir, avait entraîné une multiplication des projets, au point que les administrations des forêts et des bâtiments de la Couronne, de même que les veneurs et les forestiers, finirent par craindre de ne plus pouvoir suivre le rythme : les demandes budgétaires du premier veneur Girardin, soutenu par le roi, étaient souvent revues à la baisse par le trésorier de la Couronne, le contraignant à financer ses projets d’une année sur l’autre en sollicitant tour à tour des crédits à ses différents interlocuteurs. Charles X fut lui-même à l’origine de cet emballement des dépenses, privilégiant ses terrains de chasse favoris, notamment Rambouillet, Compiègne et Saint-Germain-en-Laye, au détriment de Fontainebleau et de Vincennes. À partir de 1825, le nouveau roi s’était ainsi lancé dans la pratique du « tiré d’eau », pour lequel les rabatteurs opéraient en direction de la rivière, sur laquelle le roi était posté, à l’affût sur une barque, à proximité de l’îlot d’Herblay, situé sur le territoire de la commune d’Herblay, à proximité du tiré de Fromainville. Dès 1827, l’administration des forêts de la Couronne dépensa 2 000 francs pour l’aménagement de deux hectares sur l’île122, tandis qu’en 1828, la construction d’une baraque pour abriter les chasseurs coûta 867,55 francs. Charles X vint y chasser dès août123. En 1830, on entretenait encore l’osier planté en 1828 sur l’île afin d’attirer le gibier124. Ce type de chasse semble avoir beaucoup plu à Charles X, qui demanda à pouvoir le pratiquer plus souvent. On retrouve en 1830 un paiement pour le plan d’un projet de tiré d’eau levé par l’architecte Lachaussée125. Ce projet, conservé à la bibliothèque municipale de Versailles, concerne l’aménagement de l’étang de Saint-Hubert, non loin de Rambouillet. Girardin projetait de très grands travaux, puisqu’il aurait fallu lever des digues sur l’ensemble des rives de l’étang, sur lesquels le roi aurait pu circuler à pied et tirer du gibier d’eau, sur une longueur évaluée à 10 216 mètres. Il aurait fallu pour cela utiliser 253 213 mètres cubes de remblai et construire 12 ponts pour un coût total estimé à 260 413 francs (fig. 11). Du fait de la révolution de Juillet, ce projet ne vit jamais le jour.

Fig. 11. Projet d’un tiré d’eau dans les étangs de Saint-Hubert pour les chasses du roi, 1829, accompagné d’un rapport de Girardin au roi, Paris, 23 mai 1830, plume, encre, lavis, 1,20 × 0,50 m. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 9, fol. 19.

Fig. 11. Projet d’un tiré d’eau dans les étangs de Saint-Hubert pour les chasses du roi, 1829, accompagné d’un rapport de Girardin au roi, Paris, 23 mai 1830, plume, encre, lavis, 1,20 × 0,50 m. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 9, fol. 19.

© Charles-Éloi Vial

  • 126 AN, O3 504B, rapport de Girardin, premier veneur, au roi Charles X, 12 avril 1830 ; rapport à La Bo (...)

42En 1830, un onéreux et complexe projet d’aménagement d’une faisanderie modèle à Compiègne, évalué à 266 000 francs, « lequel consiste à placer les bâtiments de la faisanderie au milieu d’un carré de trois cents hectares, borné au sud-ouest par le grand octogone, et au nord-est par le nouveau chemin de Pierrefonds », était également sur le point d’être lancé, malgré les inquiétudes du conservateur Bois d’Hyver, d’Anselme de Barante, inspecteur des forêts de la Couronne, et de François de La Bouillerie (1764-1833), nouvel intendant de la Maison du roi126. Les trois hommes, habitués à travailler ensemble depuis des années, craignaient que le roi ne soit bientôt trop âgé pour pouvoir en profiter. Peut-être étaient-ils également conscients du contexte politique, notamment de l’impopularité croissante de la Restauration et des nombreuses critiques liées aux chasses royales et à leur coût excessif.

  • 127 AN, O3 504B, dossier 1, chemise 15, lettre de Mabille, inspecteur-adjoint des forêts de la Couronne (...)
  • 128 Granger 1925b, p. 315-319.
  • 129 Saint-Hilaire 1832. Voir notamment les commentaires p. 49 sur les plantations du bois de Boulogne p (...)

43Le 1er août 1830, les travaux d’aménagement et d’entretien dans tous les tirés de la Couronne furent stoppés127, et dans les jours qui suivirent, le gibier fut impitoyablement braconné par les Parisiens qui exorcisèrent leur haine de la monarchie en jouant à la « chasse royale », mettant fin aux projets de Charles X. Le conservateur Bourdon fut rapidement prié par la nouvelle administration de la Liste civile de préparer la transformation des jeunes arbres des tirés en haute futaie128. En 1832, un plan de valorisation de la forêt suggéra de replanter les anciens tirés de Charles X afin de les rentabiliser en les offrant à la location129, mais le projet ne fut pas réalisé : le domaine de Rambouillet fut rayé de la Liste civile de Louis-Philippe et le château et la forêt directement loués à des particuliers. Les tirés furent cependant remis en service et agrandis pour Napoléon III, passant de 5 à 9 layons (fig. 12).

Fig. 12. Vue actuelle des 9 layons du tiré des Plaisirs à Rambouillet.

Fig. 12. Vue actuelle des 9 layons du tiré des Plaisirs à Rambouillet.

© Charles-Éloi Vial

  • 130 Sur la démocratisation de la chasse sous la monarchie de Juillet, voir Estève 2004, p. 73-114 ; Bar (...)
  • 131 Vial 2016a, p. 375 et 624-625.

44À Versailles, s’il y eut bien quelques chasses à tir organisées pour les princes d’Orléans, celles-ci ne marquèrent pas réellement les mémoires, les tirés n’étant plus entretenus et le gibier se faisant rare. En revanche, l’ouvrage de Quingery, largement diffusé à partir de 1837, permit de répandre l’expérience des veneurs royaux au sein de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie de la monarchie de Juillet, où les amateurs de chasse étaient particulièrement nombreux130, avant de faciliter la remise en service des faisanderies de la Couronne sous le Second Empire131. Les successeurs des gardes forestiers et du premier veneur Girardin purent ainsi se remettre au travail à partir de 1852, avant de passer au service de la République.

Haut de page

Bibliographie

Baratay Éric, 2003, Et l’homme créa l’animal : histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob.

Biget Jean-Louis et al. (dir.), 1991, Le bois et la ville, du Moyen Âge au xxe siècle, actes du colloque (Saint-Cloud, 18-19 nov. 1988), Fontenay-aux-Roses, Éd. de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud.

Castellane Boniface de, 1895, Journal du maréchal de Castellane, 1804-1862, T. 1 : 1804-1823, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie.

Condamy Laurent et Lacaze Julien, 2012, « Pour les plaisirs du roi : les métamorphoses de la porte de Trappes », Versalia, no 15, p. 71-100.

Chapus Eugène, 1838, Souvenirs de l’ancienne cour : les chasses de Charles X, Paris, Dentu.

Corvol Andrée, 2010, Histoire de la chasse : l’homme et la bête, Paris, Perrin.

Corvol Andrée, Arnould Paul et Hotyat Micheline (dir.), La forêt : perceptions et représentations, Paris, Montréal, L’Harmattan, 1997.

Derex Jean-Michel, 1997a, Histoire du bois de Boulogne, le bois du roi et la promenade mondaine de Paris, Paris, L’Harmattan.

Derex Jean-Michel, 1997b, Histoire du bois de Vincennes, la forêt du roi et le bois du peuple de Paris, Paris, L’Harmattan.

Devred Raphaël, 2019, Le domaine de chasse de Rambouillet et le gouvernement de la nature : monarchie, empire, république (1783-1995), mémoire de Master 2 sous la dir. de Anne-Claude Ambroise-Rendu et Grégory Quenet, université de Versailles-Saint-Quentin.

Domet Paul, 1874, Histoire de la forêt de Fontainebleau, Paris, Hachette.

Durand Jean-Baptiste-Alexis, 1901, Chronologie des fastes de Fontainebleau (1137-1850) : extrait d’un manuscrit d’Alexis Durand, menuisier-poète à Fontainebleau, Fontainebleau, Impr. M. Bourges.

Estève Christian, 2004, « Le droit de chasse en France de 1789 à 1914 : conflits d’usage et impasses juridiques », Histoire & sociétés rurales, nº 1, vol. 21, p. 73-114. DOI : 10.3917/hsr.021.0073. URL : https://www.cairn-int.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2004-1-page-73.htm

Fontaine Pierre-François-Léonard, 1987, Journal, 1799-1853, Paris, ENSBA, 2 vol.

Garrido Louis, 2018, Les Nemrods de la République : relations de pouvoir et d’influence sur les élites lors des chasses présidentielles en France, de 1870 à 1995, mémoire de Master 2 sous la dir. de Pascal Ory, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Grandmesnil Marie-Noëlle, 1987, « L’Administration des Forêts de 1789 à 1820 », dans R. Lefebvre et al. (dir.), Les Eaux et Forêts du 12e au 20e siècle, Paris, Éd. du CNRS.

Granger André, 1925a, « Extrait du livre-journal de M. Serracin, sous-inspecteur forestier à Rambouillet, régisseur de la capitainerie des chasses », Vieux papiers d’Yveline, Rambouillet, Impr. P. Leroy.

Granger André, 1925b, « La création des tirés de Rambouillet sous la Restauration », Revue des Eaux et Forêts, t. LXIII, p. 315-319.

La Rue Adolphe de, 1882, Les chasses du Second Empire, 1852-1870, Paris, Firmin-Didot.

La Vallée Joseph-Adrien-Félix, 1855, La chasse à tir en France, Paris, L. Hachette.

Laporte Guy de, 2004, Chasse à courre, chasse de cour : fastes de la vénerie princière à Chantilly au temps des Condés et des Orléans, 1659-1910, cat. exp. (Chantilly, musée Condé, 9 juin-6 sept. 2004), Paris, La Renaissance du Livre.

Liot Thierry, 2010, Rambouillet au xviiie siècle, Rambouillet, PARR.

Maroteaux Vincent, 1991, « Les forêts péri-urbaines de Paris », dans J.-L. Biget et al. (dir.), Le bois et la ville, du Moyen Âge au xxe siècle, actes du colloque (Saint-Cloud, 18-19 nov. 1988), Fontenay-aux-Roses, Éd. de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, p. 91-108.

Maroteaux Vincent, 2000, Versailles : le roi et son domaine, Paris, Picard.

Martres Jean-Louis, 1997, « L’image politique de la forêt », dans Corvol Andrée, Arnould Paul et Hotyat Micheline (dir.), La forêt : perceptions et représentations, Paris/Montréal, L’Harmattan, 1997, p. 353-366.

Moncey Charles-Adrien-Gustave, duc de Conegliano, 1897, Le Second Empire : la Maison de l’Empereur, Paris, Calmann-Lévy.

Monot Alexandra, 2010, « La chasse en France, une pratique tout terrain de la géographie », La Géographie, no 1537, p. 35-40.

Morin Christophe, 2008, Au service du château : l’architecture des communs en Île-de-France au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Pinoteau Henri, 2020, Les chasses de Louis XVI : splendeur et ruine des plaisirs de Sa Majesté (1774-1799), Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Quingery Armand-Pierre-Louis More de, 1837, Des faisanderies particulières, ou nouvelle instruction pratique sur l’art d’élever les faisans, de la manière usitée en Bohême, ouvrage nécessaire aux propriétaires de faisanderies et de domaines et surtout à ceux qui veulent établir des faisanderies, ainsi qu’à tout forestier, chasseur et agronome, Paris, Mme Huzard/Artus Bertrand/Audot.

Roche Daniel (dir.), 1998, Les écuries royales du xvie au xviiie siècle, actes du colloque international (Versailles, 26-28 sept. 1996), Paris/Versailles, Association pour l’Académie d’art équestre de Versailles/château de Versailles.

Saint-Hilaire Jean-Henri-Jaume, 1832, Recueil de mémoires sur l’administration des forêts, sur les arbres forestiers et l’économie rurale, Paris, Dondey-Dupré.

Salvadori Philippe, 1996, La chasse sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard.

Vallance Michel (dir.), 2007, Faune sauvage de France : biologie, habitats et gestion, Paris, Éd. du Gerfaut.

Vial Charles-Éloi, 2016a, Le grand veneur de Napoléon Ier à Charles X, Paris, École des chartes.

Vial Charles-Éloi, 2016b, Les derniers feux de la monarchie : la cour au siècle des révolutions, 1789-1870, Paris, Perrin.

Haut de page

Notes

1 Salvadori 1996.

2 Roche 2011, p. 111-117.

3 Laporte 2004, p. 33-44.

4 Grandmesnil 1987, p. 237-434.

5 Maroteaux 2000.

6 Condamy et Lacaze 2012.

7 Corvol 2010.

8 Maroteaux 1991.

9 Martres 1997, p. 353-366.

10 Derex 1997a, 1997b.

11 Pinoteau 2020.

12 Garrido 2018 ; Devred 2019.

13 L’inventaire des archives du château de Rambouillet, qui concerne principalement, à l’exception de deux dossiers remontant au Premier Empire, la période allant du règne de Napoléon III jusqu’à 2009, a été mis en ligne par les Archives nationales : <https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/ir/pdfIR.action?irId=FRAN_IR_054628>.

14 Vial 2016a, p. 325-342 (pour les bâtiments du service des chasses impériales et royales) et p. 372-375 (pour l’élevage du gibier et sa surveillance).

15 Le flou, savamment entretenu, sur le statut des anciens domaines de chasse présidentiels, a été largement commenté dans la presse grand public (Claire Bommelaer, « Chasses présidentielles : du privilège d’être invité », Le Figaro, 13 février 2016, p. 31 ; Cyril Holstein, « Chasses présidentielles, un retour fantasmé », Le Figaro, 24 février 2018, p. 15).

16 Vial 2016b, p. 511-522.

17 Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), maréchal d’Empire et grand veneur de Napoléon Ier, s’est davantage impliqué dans la gestion quotidienne des chasses que ses successeurs nommés de la Restauration, le duc de Richelieu et le maréchal de Lauriston, pour qui le titre de grand veneur fut strictement honorifique. Le premier veneur Alexandre de Girardin récupéra quant à lui la direction effective du service des chasses royales à partir de 1815.

18 Pinoteau 2020, p. 26-28 ; 96-97 ; 211-212.

19 Les Archives nationales conservent la totalité des documents comptables produits par les services des forêts et des bâtiments de la Couronne, ainsi que de ceux de l’administration centrale de la Maison du souverain, utilisés pour le présent article. Des doubles de ces documents comptables concernant le château, le parc et le jardin de Rambouillet, ainsi que des papiers de gestion domaniale, peuvent se retrouver aux archives départementales des Yvelines, dans la sous-série 6Q 1 à 10 pour le Premier Empire et 6Q 11 à 31 pour la période 1814-1834. Les documents sur l’organisation des chasses impériales et royales à Rambouillet se retrouvent également dans les cartons 6Q 501 à 514. Pour Fontainebleau, des documents sur le fonctionnement de la faisanderie sont conservés aux archives départementales de Seine-et-Marne, 7MP 390 et 391.

20 Derex 1997b, p. 157.

21 Paris, Archives nationales (désormais AN), 31AP 3, dossier 15, lettre de Berthier, grand veneur, à Murat, grand-duc de Berg, 28 avril 1806 ; O2 205, dossier « Grand veneur », pièces 15 et 16, rapport de Berthier, grand veneur, à l’empereur Napoléon, 6 avril 1806.

22 AN, O2 205, dossier « Grand veneur », pièce 21, lettre du général Servandoni à Girardin, lieutenant des chasses à tir, 19 juillet 1806.

23 Paris, AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 46 ; O2 128, id. (1807), fol. 45 ; O2 129, id. (1808), fol. 32 ; O2 130, id. (1809), fol. 38 ; O2 131, id. (1810), fol. 42.

24 AN, O3 504A, secrétariat du grand veneur, dossier 1, chemise 4, « Règlement pour les officiers et agents forestiers en ce qui concerne le service des chasses », 16 avril 1817, copie.

25 Compiègne, bibliothèque municipale, fonds Léré, VDC 197 XVIII 1a, « Traité historique de la faisanderie et de l’éducation artificielle des faisans », manuscrit de Léré, 10 fol., 1819-1821. Voir aussi VDC 197 XX 5f, « Notes sur le gibier de la forêt de Compiègne », 21 février 1825 : « Ces précieux gallinacés importés de Chine à la Renaissance ne s’acclimatent que difficilement en France. En 1821, une expérience tentée à Compiègne par le conservateur Hyde de Neuville, qui tenta d’acclimater les faisans dorés venus de Chine, dont seuls deux coqs et trois poules survécurent au voyage, et arrivèrent en “mauvais état” à Compiègne, où ils firent difficilement souche. »

26 AN, O3 505, dossiers de personnel du service du grand veneur, dossier 1, chemise 14.

27 Quingery 1837, p. 28.

28 Sur le matériel fonctionnant à l’électricité utilisé actuellement (incubateur, éclosoir, machine à laver les œufs), voir Devred 2019, p. 177-178.

29 Paris, bibliothèque Thiers, fonds Masson, ms. 662, dossier 4, « Instruction à suivre pour la nourriture des jeunes faisans », s. d.

30 Journal des haras, des chasses et courses de chevaux, novembre 1852, p. 312.

31 Paris, bibliothèque Thiers, fonds Masson, ms. 662, dossier 4, « Instruction pour la préparation du ver blanc à l’usage des faisanderies », par Saint-Projet, conservateur de Saint-Germain, 12 juillet 1824.

32 Vallance 2007, p. 61.

33 AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 35.

34 AN, O2 128, id. (1807), fol. 46.

35 AN, O2 131, id. (1810), fol. 106.

36 AN, O2 516, dossier 3, rapports de Girardin à La Bouillerie, Paris, 5 octobre et 27 novembre 1827.

37 Il y eut par exemple 152 procès-verbaux pour braconnage dressés en 1813 en forêt de Compiègne, 591 en 1814, 570 en 1815, 554 en 1816 et 270 en 1817 (Compiègne, bibliothèque municipale, VDC 197 XVI 1, « Procès-verbaux des agents forestiers recueillis par Léré », 1813-1817).

38 La liste des animaux nuisibles mentionnait les renards, blaireaux, fouines, putois, chats, belettes, hérissons, chiens errants, loirs, rats, tiercelets, pies, geais, pies grièches, hiboux, buses, chouettes. En 1815 à Rambouillet, les 34 employés de la forêt détruisirent 2 450 nuisibles et se répartirent 600 francs de prime (AN, O3 507, dossier 21, « État des animaux nuisibles & oiseaux de proie détruits par les gardes de l’inspection dans le courant de l’année 1815 », 29 décembre 1815).

39 Quingery 1827, p. 20.

40 On peut notamment mentionner celle du château de Brunoy, aménagée par l’architecte Chalgrin pour le comte de Provence, étudiée dans Morin 2008, p. 157-158.

41 Granger 1925a, p. 89-95.

42 AN, O2 127, registre des dépenses du service du grand veneur (1806), fol. 49 et 52.

43 AN, O2 128, fol. 84.

44 AN, O2 129, fol. 119 et 129.

45 AN, O2 154, dossier 14, pièce 210, décision du 16 juin 1808.

46 AN, O2 320, dossier 2, pièce 5, « État des dépenses à faire dans le cours de l’année 1811 » (pour Rambouillet), s. d.

47 AN, O2 226, lettre de Champagny, intendant général de la Maison de l’Empereur, à Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, 3 février 1812.

48 AN, O2 233, dossier 3, lettre de Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, à Dufour, architecte des palais de Versailles et de Rambouillet, Paris, 27 mars 1812 et réponse, 31 mars 1812.

49 AN, O2 243, dossier 3, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à Champagny, intendant général de la Maison de l’Empereur, 24 mars 1814.

50 AN, O2 226, lettre de Champagny, intendant général de la Maison de l’Empereur, à Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, 3 février 1812.

51 AN, O3 1187, dossier 8, lettre de Hurtault, architecte de Fontainebleau, à Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, 23 octobre 1818 ; dossier 11, id., 21 mars 1820 et 24 février 1820 ; dossier 12, id., 30 janvier 1822.

52 Derex 1997b, p. 170.

53 AN, O3 1022, lettre de d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à Pradel, directeur de la Maison du roi, 9 mai 1820.

54 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 31 décembre 1823.

55 AN, O3 504B, dossier 2, lettre de Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, à Girardin, premier veneur, 21 mars 1825.

56 AN, O3 504B, dossier 3, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, 21 novembre 1826 et 19 avril 1826.

57 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, à Girardin, premier veneur, 22 février 1827.

58 AN, O3 504B, dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, 30 septembre 1827 et budget des bâtiments des chasses pour 1828, s. d. On retrouve des instructions de Girardin à Bourdon, conservateur de la forêt de Rambouillet, sur la construction de parquets supplémentaires pour 1828 (archives départementales des Yvelines [désormais AD 78], 6Q 501, lettre du 20 septembre 1827).

59 AN, O3 504B, dossier 6, lettre de Girardin, premier veneur, à Mounier, administrateur des bâtiments de la Couronne, 5 novembre 1830, et budget de bâtiments des chasses pour 1829, s. d.

60 Un état prévisionnel rédigé en début d’année permet néanmoins de connaître le nombre de parquets et de poules dédiés aux plaisirs des princes dans les différentes conservations des chasses à la toute fin de la Restauration. À Versailles en 1830, il y avait ainsi « 60 parquets à raison de 5 à 6 poules par parquet et de 12 à 13 œufs par poule », à Saint-Germain, « 80 parquets à raison de 5 à 6 poules, 11 à 12 œufs », à Rambouillet, « 80 parquets à raison de 5 poules, 11 à 12 œufs », à Fontainebleau, « 80 parquets [à raison de] 400 poules à 12 œufs, 4 800 œufs », et enfin à Compiègne, « 140 parquets à 5 poulets, de 11 à 12 œufs » (AN, O3 504B, dossier 7, lettre de Girardin, premier veneur, à Hyde de Neuville, conservateur de la forêt de Versailles, 18 avril 1830, minute).

61 Liot 2010, p. 24. Le domaine de Rambouillet avait été acheté par le comte de Toulouse en 1706, et la seigneurie de Gazeran en 1708.

62 AN, O3 963, dossier 10, rapport Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, au roi Charles X, s. d. [1830].

63 AD 78, 6Q 506, lettre de Dehêtre, faisandier, à Bourdon, conservateur de la forêt de Rambouillet, 5 avril 1828.

64 La Rue 1882, p. 46.

65 Domet 1874, p. 313.

66 Granger 1925b, p. 315.

67 Monot 2010, p. 38.

68 La Vallée 1855, p. 263.

69 Les bâtiments ont été depuis convertis en institut médical, et les parquets et structures d’élevage ont disparu.

70 Ange-Louis Janet, Napoléon III chassant à tir à la faisanderie de Compiègne, 1865, huile sur toile, 95 x 187 cm. Compiègne, musée national du château de Compiègne, inv. C.80.016.

71 AN, O3 973, dossier 1, lettre de Berthier, grand veneur, à Fleurieu, intendant général de Maison de l’Empereur, 22 mars 1805.

72 AN, O2 150, pièce 275, rapport sur la clôture de la forêt de Saint-Germain, 18 janvier 1805.

73 AN, O3 973, dossier 2, lettre de Raymond, architecte de Saint-Cloud, à Daru, intendant général de la Maison de l’Empereur, 8 mai 1807.

74 AN, O2 132, registre des dépenses du service du grand veneur (1811), fol. 86.

75 AN, O2 130, id. (1809), fol. 46.

76 AN, AF IV* 1707, « Livret des chasses de l’Empereur au 1er vendémiaire an XIII ».

77 AN, AF IV* 1707, « État du fauve existant au 12 pluviôse an XIII dans les forêts de la Couronne ».

78 Durand 1901, p. 249-250.

79 AN, O2 294, dossier 2, lettre de Hurtault, architecte de Fontainebleau, à Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, 23 juillet 1811.

80 Compiègne, musée national du château de Compiègne, Album de plans du château et des dépendances [par Berthaut], fol. 43 vo et 44, plan 24, 27, 29, 31, et 34, inv. 51.027, v. 1810.

81 AN, O2 132, registre des dépenses du service du grand veneur (1811), fol. 93.

82 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 1, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 27 novembre 1814.

83 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 2, lettre d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à Pradel, directeur général de la Maison du roi, 26 septembre 1818.

84 Moncey 1897, p. 260.

85 Domet 1874, p. 312-314.

86 Journal des haras, chasses, et courses de chevaux, novembre 1832, p. 514.

87 Castellane 1895, p. 444-445.

88 Livret des chasses du roi, Paris, Imprimerie royale, 1826, p. 393.

89 AN, O3 504B, dossier 8, lettre de Girardin, capitaine des chasses à tir, à Pradel, directeur général de la Maison du roi, 18 septembre 1815, copie.

90 AN, O3 508, dossier 8, « État du fauve & des tirés au 1er janvier 1815 ».

91 AN, O3 504B, dossier 8, « État présentant la situation des tirés du roi », 1er juillet 1819 et « État présentant les tirés du roi pour 1820 ».

92 AN, O3 1013, dossier 1, chemise 1, lettres de Pelet de la Lozère, administrateur des forêts de la Couronne, à Blacas, ministre de la Maison du roi, 3 et 4 mars 1815.

93 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 31 décembre 1823.

94 AD 78, relevé du cadastre de la commune de Rambouillet, 1830, plan 3P2/257/14.

95 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 31. Ce manuscrit, qui contient les plans des tirés aménagés sous la Restauration, faisait partie d’une collection particulière et a été microfilmé avant exportation par les Archives nationales. Il s’agit probablement du manuscrit utilisé par Henri de La Bédoyère, ancien garde du corps de Charles X, mentionné dans un catalogue de vente au xixe siècle (Catalogue des livres rares et précieux imprimés et manuscrits composant la bibliothèque de feu M. le comte de La Bédoyère, Paris, Potier, 1862, p. 92, lots 700 et 700bis).

96 AN, O3 1013, dossier 1, lettre de Berthier, grand veneur, à Blacas, ministre de la Maison du roi, 8 mars 1815.

97 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 11.

98 Livret des chasses du roi, Paris, Imprimerie royale, 1817, p. 332 et 340.

99 Maroteaux 2000, p. 185.

100 AN, O3 504B, dossier 2, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 31 décembre 1823.

101 AN, O2 504B, dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à La Bouillerie, trésorier de la Maison du roi, s. d. [novembre 1827].

102 Derex 1997b, p. 170.

103 BNF, Cartes et Plans, Plan du parc royal de Vincennes avec les tirés de S. A. R. Monsieur, gravure sur cuivre, 54 × 34 cm, cote GE D-5553, vers 1820.

104 AN, O3 1248, dossier 3, lettre de Girardin, lieutenant des chasses à tir, à Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, 4 mai 1816.

105 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 3.

106 AN, O3 1016, dossier 3, chemise 4, lettre de d’André, administrateur des forêts de la Couronne, à Pradel, directeur général de la Maison du roi, 20 juin 1820.

107 Seul le microfilm de l’Atlas des tirés du roi donne les plans des tirés de Saint-Germain, mais ceux-ci, en noir et blanc et de mauvaise qualité, n’ont pu être reproduits. Le même cas de figure s’est répété pour Fontainebleau ci-dessous.

108 Chapus 1838, p. 50.

109 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 21.

110 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 31 décembre 1823.

111 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 39.

112 AN, O3 966, dossier « Graines étrangères », lettre de Larminat, avril 1830. Voir aussi Grandmesnil 1987, p. 411.

113 Domet 1874, p. 312-314.

114 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Mounier, intendant des bâtiments de la Couronne, à Girardin, premier veneur, 21 mars 1825 ; lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 21 mars 1824.

115 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Doudeauville, ministre de la Maison du roi, 25 novembre 1826.

116 AN, O3 504B, dossier 5, lettre de Girardin, premier veneur, à La Bouillerie, trésorier de la Maison du roi, s. d. [novembre 1827].

117 Compiègne, bibliothèque municipale, fonds Léré, VDC 197 XVI 3c, « État de proposition de nouveaux tirés à établir dans la capitainerie de Compiègne », 30 octobre 1814.

118 AN, 699 Mi, Atlas des tirés du roi, dressé sous la direction de M. le comte de Girardin, lieutenant général des armées du roi, premier veneur, 1821, fol. 49.

119 AN, O3 504B, dossier 1, lettre de Girardin, premier veneur, à d’André, administrateur des forêts de la Couronne, 31 décembre 1823.

120 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Doudeauville, ministre de la Maison du roi, 25 novembre 1826.

121 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Barante, inspecteur des forêts de la Couronne, 22 janvier 1827.

122 AN, O3 504B, dossier 4, lettre de Girardin, premier veneur, à Barante, inspecteur des forêts de la Couronne, 22 janvier 1827.

123 AN, O3 504B, dossier 4, rapports à La Bouillerie, trésorier de la Maison du roi, 2 mai et 21 novembre 1828.

124 AN, O3 504B, dossier 7, « Répartition définitive du fonds de 60 000 fr. alloué pour l’entretien des tirés en 1830 », s. d.

125 AN, O3 504B, dossier 5, rapport à Schonen, administrateur provisoire de la Liste civile, 18 octobre 1830.

126 AN, O3 504B, rapport de Girardin, premier veneur, au roi Charles X, 12 avril 1830 ; rapport à La Bouillerie, intendant de la Maison du roi, 15 avril 1830.

127 AN, O3 504B, dossier 1, chemise 15, lettre de Mabille, inspecteur-adjoint des forêts de la Couronne, « aux commissaires généraux chargés de l’administration de la Liste civile », 4 août 1830.

128 Granger 1925b, p. 315-319.

129 Saint-Hilaire 1832. Voir notamment les commentaires p. 49 sur les plantations du bois de Boulogne par d’André, et ceux p. 64 sur la plaine de Gazeran.

130 Sur la démocratisation de la chasse sous la monarchie de Juillet, voir Estève 2004, p. 73-114 ; Baratay 2003, p. 81.

131 Vial 2016a, p. 375 et 624-625.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue actuelle de la faisanderie de Rambouillet : faisandeaux regroupés dans un abri chauffé.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 2. Parquet volant destiné à abriter les faisandeaux.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 3. Enceinte installée à proximité du tiré des Plaisirs, à Rambouillet.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 4. Faisanderie de Vignole située dans la forêt de Saint-Germain, 1829, plume, encre, lavis, 58 x 38,4 cm. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 10, fol. 13.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Fig. 5. Plan général du parquet de la faisanderie dans la forêt, v. 1811, encre, lavis, 65 x 53 cm. Compiègne, musée national du palais de Compiègne, Album de plans du château et des dépendances [par Berthault, architecte de Compiègne], inv. 51.027, fol. 24 vº-25, plan 24 (détail).
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 6. Carte topographique des environs de Versailles dite des Chasses impériales, levée et dressée de 1764 à 1773 par les ingénieurs géographes des Camps et Armées…, carte gravée sur cuivre en 12 feuilles, 77,5 × 44,5 cm. Paris, Dépôt de la Guerre, 1807 pour le premier tirage, avec retouches datant de la Restauration, BNF, Cartes et Plans, GE BB-207.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 689k
Titre Fig. 7. Projet d’un tiré pour le roi dans la plaine de Satory, [signé] P. Carbonnier, géomètre dans la capitainerie de Versailles, 1815, plume, lavis, 51 × 98,5 cm. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 30.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 8. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes, non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 9. Tirés exécutés dans le petit parc de Versailles pour la chasse des princes (détail), non signé, 25 avril 1817, plume, lavis, 1,21 × 0,98 m. Paris, AN, Cartes et Plans, VA, boîte XXVIII, pièce 3.
Légende Le détail montre (zones en vert) les tirés aménagés à l’époque de Napoléon Ier.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Fig. 10. Plan du parc royal de Vincennes avec les tirés de S. A. R. Monsieur, échelle de 1 à 12 000 m, Paris, imprimerie lithographique Molle, rue des Marais, 1817, gravure sur cuivre, 54,5 × 40,2 cm. Paris, BNF, Cartes et Plans, GE D-5553.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Fig. 11. Projet d’un tiré d’eau dans les étangs de Saint-Hubert pour les chasses du roi, 1829, accompagné d’un rapport de Girardin au roi, Paris, 23 mai 1830, plume, encre, lavis, 1,20 × 0,50 m. Versailles, bibliothèque municipale, Atlas 9, fol. 19.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Fig. 12. Vue actuelle des 9 layons du tiré des Plaisirs à Rambouillet.
Crédits © Charles-Éloi Vial
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18066/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Éloi Vial, « L’aménagement des champs de tir et l’élevage du gibier dans les forêts de la Couronne sous l’Empire et la Restauration », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 02 octobre 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18066

Haut de page

Auteur

Charles-Éloi Vial

Charles-Éloi Vial, archiviste paléographe, docteur en histoire, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, service des manuscrits modernes et contemporains, chercheur associé au Centre d’histoire du xixe siècle (EA 3550).
Charles-Éloi Vial, archivist and palaeographer, doctor in History, curator at the Bibliothèque Nationale de France (Department of Manuscripts, Modern and Contemporary Manuscripts Section), Associate Researcher at the Centre d’Histoire du xixe Siècle (EA 3550)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search