Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2020Le parfumeur Martial : réalité hi...

2020

Le parfumeur Martial : réalité historique du parcours d’un marchand mercier sous Louis XIV

A Perfumer Named Martial: The Historical Reality of a Fancy Goods Seller under Louis XIV
Alice Camus

Résumés

L’intérêt des historiens pour l’étude de la parfumerie sous l’Ancien Régime a fait émerger certaines personnalités. Cet article se concentre sur l’une d’elles, Martial, présenté comme le parfumeur de Louis XIV. L’historiographie a fait de lui le parfumeur personnel du Roi-Soleil. Cependant, les sources littéraires contemporaines esquissent l’image d’un artisan renommé pour la qualité de ses gants parfumés sans évoquer le moindre lien avec le souverain. C’est le traité de parfumerie de Simon Barbe, publié en 1693, qui est à l’origine de l’évolution de son statut vers celui de parfumeur du monarque. Mais la recherche de sa véritable identité, à l’aide des archives notariales, pour approcher au plus près de son quotidien, établit une réalité historique bien différente : Martial Parmentier était un marchand mercier, qui s’était constitué un solide réseau composé de représentants du milieu parlementaire et de la société de cour. Il n’appartenait pas à la corporation des gantiers-parfumeurs et les sources ne permettent pas d’établir un quelconque lien avec Louis XIV. Ce portrait illustre cependant la forte porosité entre la ganterie-parfumerie et la mercerie, et l’attrait des consommateurs pour leurs produits.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet aspect, qui s’inscrit dans une continuité chronologique, a été plus particulièrement étudié dan (...)
  • 2 Sur l’accroissement des biens de consommation de luxe au cours des xviie et xviiie siècles, voir le (...)

1À partir de la seconde moitié du xvie siècle, au sein de la société de cour, les relations sociales sont de plus en plus marquées par les règles de l’étiquette qui s’affirme1. Dans cette société curiale où l’apparence prend une importance croissante, les vêtements, les produits parfumés et les cosmétiques jouent un rôle de plus en plus manifeste. Par conséquent, les artisans qui créent de tels produits sont extrêmement sollicités2. Parmi eux, certains gravitent dans l’entourage de la cour et de la famille royale. C’est le cas de Martial.

  • 3 Le Guérer 1999.
  • 4 À titre d’exemples : Fournier 1855, p. 48 ; Rimmel 1870, p. 322 ; Franklin 1895, t. XVI, p. 69 ; La (...)

2Martial est présenté dans l’historiographie comme le parfumeur du roi Louis XIV : « Le roi veillait personnellement à la fabrication de ceux [les parfums] que lui confectionnait le célèbre parfumeur Martial3. » On ne compte pas, depuis le xixe siècle, les ouvrages traitant de l’histoire de la parfumerie et faisant référence à lui4. Pourtant, si son nom est régulièrement cité, on ne le connaît pas réellement. On ignore en fait jusqu’à sa véritable identité puisqu’on ne sait si Martial renvoie à son prénom, à son patronyme ou même à un surnom. Son existence n’est connue jusqu’à présent que par des sources littéraires. L’objectif de cet article est de s’interroger sur la réalité historique derrière cette image, c’est-à-dire de réaliser une enquête minutieuse en s’affranchissant des sources littéraires pour retracer sa carrière.

  • 5 Le Guérer 2005.
  • 6 Lanoë 2003.
  • 7 Briot 2008.
  • 8 Lheureux 2016, thèse soutenue à l’École nationale des chartes en 1995.

3L’histoire de la parfumerie française a bénéficié depuis le début des années 2000 de l’apport de plusieurs travaux qui sont allés bien au-delà de l’aspect anecdotique. Ainsi Annick Le Guérer a-t-elle relaté l’histoire du parfum à travers les siècles5 et s’est-elle intéressée à son rôle social et anthropologique tandis que Catherine Lanoë, dans sa thèse de doctorat soutenue en 20036, a analysé les techniques et procédés de fabrication des divers cosmétiques vendus par les gantiers-parfumeurs aux xviie et xviiie siècles. Une étude similaire a été poursuivie par Eugénie Briot sur l’industrie de la parfumerie parisienne au xixe siècle, dans sa thèse de doctorat soutenue en 20087. Rosine Lheureux avait ouvert cette voie avec sa thèse consacrée aux parfumeurs parisiens entre 1860 et 19108, mettant en valeur les parcours personnels de certains d’entre eux. Cet article vise de même à comprendre l’itinéraire d’un parfumeur de l’Ancien Régime.

  • 9 Lespinasse 1886-1897, t. III, p. 606-615, article « Gantiers ».
  • 10 Lanoë 2008.

4La communauté des gantiers-parfumeurs s’est peu à peu constituée autour du savoir-faire de la ganterie dès la fin du xiie siècle9. À Paris, les premiers statuts réglementant l’organisation du métier de gantier sont enregistrés en 1357. De nouveaux statuts promulgués en 1582 donnent à ces artisans la dénomination de gantiers-parfumeurs. Catherine Lanoë a mis en lumière la manière dont ces hommes se sont révélés être des artisans habiles qui ont su perfectionner leurs techniques et les transformer en un vrai savoir-faire10.

5Dans une première partie, l’article s’attachera à présenter un état des lieux des sources littéraires évoquant la figure de Martial pour rassembler les connaissances dont on dispose sur lui. La deuxième partie s’appuiera sur les sources notariales pour retrouver la réalité historique et ainsi la confronter à l’image précédemment dessinée. Enfin, la troisième partie visera à comprendre les raisons de cette dichotomie entre deux visions tellement différentes, celle construite par la renommée et celle définie par la réalité historique.

Un gantier-parfumeur de renom

6Pour avoir une première idée de qui était Martial, le recensement – au risque de faire catalogue – des témoignages littéraires de ses contemporains a paru judicieux puisqu’il n’est connu jusqu’alors que par ces seules sources. Bien que partiales, ces sources littéraires ont pérennisé son image à travers les siècles. Grâce à elles, son existence a été gardée en mémoire et, même si cette transmission ne s’est effectuée que par des récits personnels, elle permet de faire apparaître l’image de Martial telle que la renommée l’a construite.

  • 11 Tonolo 2010.
  • 12 Loret 1857-1891, « Lettre quarante-quatrième », 9 novembre 1652, t. I, p. 306.

7La première évocation de Martial, du point de vue chronologique, vient d’une lettre de Jean Loret, poète français célèbre pour ses lettres en vers. Au long de quinze années au cours desquelles il a retracé sous forme épistolaire les nouvelles de son temps, Jean Loret a laissé un précieux témoignage sur son époque11. Dans cette lettre datée du 9 novembre 1652, il écrit12 :

Depuis cette belle journée
Que la Cour, bien acompagnée,
En dépit des mêchans esprits,
Revint briller dedans Paris,
Quantité d’honnestes familles,
Hommes, femmes, garçons et filles,
Par joyeux festins, tour-à-tour,
Ont célébré ce beau retour.
De Monsieur un valet de chambre,
Ce grand vendeur de musq et d’ambre,
Assavoir le sieur Marcial,
Se voulant montrer jovial,
Fit, par pure réjouissance,
Un festin de rare importance
À douze de ses compagnons. […]
En suite on bût, à tasse pleine,
La santé du Roy, de la Reine,
Et de Monsieur, aussi, d’Anjou,
De la Cour le charmant bijou.
Ce fut chez monsieur de Beliévre
Que cette bande gaye et miévre
Vint, se rencontra, se rangea,
Puis bût, chanta, dansa, mangea.

  • 13 Lurgo 2018, p. 16.
  • 14 Ranum 1995, p. 342.

8Loret nous apprend donc que ce Martial est un officier au service de la Maison de Monsieur : il exerce la charge de valet de chambre. Cette lettre datant de 1652, le titre de Monsieur désigne a priori Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, oncle de Louis XIV. Cependant, depuis sa naissance, le frère du jeune souverain, Philippe, est appelé Petit Monsieur pour le distinguer de son oncle, désigné comme Grand Monsieur13. Le contexte politique de ce début du mois de novembre 1652 va nous permettre de déduire auquel Loret fait ici référence. À cette date, la Fronde touche à sa fin. En effet, le 21 octobre, Louis XIV, accompagné de sa mère Anne d’Autriche et de son frère Philippe, a fait une entrée triomphale dans la capitale et rejoint ses appartements au Louvre. Dans les jours qui ont suivi, les principaux frondeurs ont été exilés. Gaston d’Orléans a quitté Paris dès le lendemain pour rejoindre sa résidence de Blois, dans laquelle il séjournera jusqu’à sa mort en 166014. La date du banquet festif de Martial est donc loin d’être anodine : il s’agit de célébrer non seulement le retour à la paix, mais aussi la restauration du pouvoir royal. En organisant ce banquet, Martial montre sa fidélité au jeune souverain ainsi qu’à sa famille proche, sa mère Anne d’Autriche et son frère Philippe. Il apparaît donc qu’il appartient à la maison de Philippe d’Anjou (fig. 1) et non à celle de Gaston d’Orléans.

Fig. 1 : Jean Petitot le Vieux, Portrait de Philippe duc d’Orléans, vers 12 ans, XVIIe siècle, émail peint, 4 × 3,2 cm. Paris, musée du Louvre, inv. RF30926-recto.

Fig. 1 : Jean Petitot le Vieux, Portrait de Philippe duc d’Orléans, vers 12 ans, XVIIe siècle, émail peint, 4 × 3,2 cm. Paris, musée du Louvre, inv. RF30926-recto.

© Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola

  • 15 Jean-Louis Guez de Balzac (1597-1654) : auteur français de la région d’Angoulême, connu essentielle (...)

9Loret présente Martial comme « vendeur de musc et d’ambre » : une expression suffisamment floue pour se référer à un parfumeur, mais aussi à un gantier, à un apothicaire ou encore à un mercier, qui tous vendent de tels produits… Mais, dans ses Lettres, Jean-Louis Guez de Balzac15 évoque également la figure de Martial. Le 22 septembre 1653, il écrit à son ami Valentin Conrart, remerciant sa fille pour lui avoir envoyé des gants parfumés :

  • 16 Guez de Balzac 1677, p. 263.

Ce n’est pas assez de dire que les gans sont chargez de fleurs, il y en a une moisson toute entière, & les lettres des Procureurs & des Advocats de Paris à leurs Cliens d’Angoulesme, la malle & le mallier du Messager en ont esté parfumez16.

10Les gants qui ont transité jusqu’à Angoulême, son lieu de résidence, proviennent donc de Paris. Et ces gants pourraient provenir de la boutique de Martial puisqu’il continue ainsi sa lettre :

Nous sommes icy éloignez de ce beau rivage où Thetis se couronne de bouquets d’orangers, & nous n’avons point de Martial, quoy que nous soyons voisins de Limoges, où il y en a un nombre infiny.

11Martial apparaît donc comme une référence dans sa profession, clairement identifiée ici comme celle de gantier. Il est même évoqué comme le gantier par excellence.

  • 17 Claude-Emmanuel Luillier dit Chapelle (c. 1626-1686) : homme de lettres français, il est un ami pro (...)
  • 18 Chapelle et Bachaumont 1823, p. 43.

12Quelques années plus tard, Chapelle et Bachaumont17 publient un récit de leur voyage dans le sud de la France. Les deux hommes se sont lancés en 1656 dans une longue expédition qui les a menés, notamment, à Orléans, à Blois, à Bordeaux, à Toulouse, à Narbonne, à Montpellier, à Nîmes, à Marseille, à Avignon et à Lyon. Ils ont commencé à rédiger leur récit avant même la fin de leur périple. Alors qu’ils décrivent leur passage dans la ville de Montpellier, ils notent : « Dans la grande rue des parfumeurs, par où l’on entre d’abord, l’on croit être dans la boutique de Martial18. »

  • 19 Jean Claveret (c. 1590-1666) : avocat et dramaturge français.

13Le dramaturge Jean Claveret19 y fait également allusion en 1665 dans sa pièce comique L’écuyer ou les faux nobles. Les protagonistes décrivent l’apparence d’un certain Thomas Bousseau, perçu comme l’incarnation de ce qu’ils considèrent être le vrai noble à la cour :

  • 20 Claveret 1665, p. 3.

Le manteau bien coupé, doublé de belle pane,
Un rabat de haut prix, des gants de franchipane,
Beaux, & des mieux ambrez que vende Martial20.

  • 21 Lanoë 2008, p. 68.

14Depuis la fin du xvie siècle, les gants « à la frangipane » connaissent un grand succès. C’est le nonce Fabio-Mirto Frangipani, grand amateur de ces gants parfumés d’un mélange composé notamment de fleurs d’oranger, qui les aurait apportés d’Italie dans ses bagages lors de ses nombreux déplacements à la cour de Charles IX puis de Henri III21, ce pour quoi son nom serait resté associé à ce parfum.

  • 22 Gabriel Guéret (1641-1688) : avocat, auteur et critique littéraire français ; né à Paris.
  • 23 Guéret 1888.

15Et, en 1669, quand Gabriel Guéret22 publie La promenade de Saint-Cloud23, il évoque encore Martial :

  • 24 Ibid.

Prenons ce que l’on nous donne, de quelque main qu’il vienne, pourvu qu’il mérite d’être lu, et donnons-nous de garde de ressembler à ces fanfarons qui ne voudroient pas d’une paire de gants si elle ne venoit de chez Martial24.

16Il est ici présenté comme un gantier très réputé auprès duquel se fournissent les clients les plus exigeants – et on voit Guéret fustiger le snobisme de ceux qui ne portent que des gants provenant de sa boutique.

17Molière lui-même l’a fait passer à la postérité dans sa pièce La comtesse d’Escarbagnas. Cette pièce se joua pour la première fois le 2 décembre 1671, à Saint-Germain-en-Laye. À l’occasion d’un dialogue entre la comtesse d’Escarbagnas et le vicomte Cléante, son soupirant, ce dernier commente des vers prononcés par un autre soupirant de la comtesse, M. Tibaudier :

Le vicomte. – Quoique son rival, je trouve ces vers admirables, et ne les appelle pas seulement deux strophes, comme vous, mais deux épigrammes, aussi bonnes que toutes celles de Martial.

La comtesse. – Quoi, Martial fait-il des vers, je pensais qu’il ne fît que des gants ?

  • 25 Molière 1895, p. 29.

Monsieur Tibaudier. – Ce n’est pas ce Martial-là, Madame, c’est un auteur qui vivait il y a trente ou quarante ans25.

18Le comique du dialogue repose ici sur la confusion entre Martial, le poète latin du ier siècle, et Martial, le gantier à la mode à l’époque de Molière.

  • 26 François Colot (1630-1706) : chirurgien français.
  • 27 Colot 1727, p. 155-157.

19Enfin, un dernier témoignage nous éclaire sur les conditions de la mort de Martial. François Colot26, chirurgien spécialisé dans l’opération de la taille, rédigea sur le sujet un ouvrage qui ne fut publié qu’en 1727, une vingtaine d’années après sa mort survenue en 1706. Il y relate une anecdote dramatique concernant « Monsieur Martial, Parfumeur demeurant rue de l’Arbre-sec27 ». Martial souffrait de la maladie de la pierre depuis environ trois ans. La douleur étant très forte, il finit par accepter de se faire opérer. Colot l’opéra à la fin du mois d’octobre 1669. Cependant, raconte-t-il, Martial était très angoissé par cette opération : alors qu’il attendait son médecin qui venait y assister, il fit par exemple brûler malencontreusement ses bas et ses chaussons. L’intervention se déroula pourtant correctement et le patient se portait bien. Mais, quatre jours plus tard, un second incident se produisit : une étincelle, provenant sans doute d’une cheminée proche, tomba sur son lit de convalescent et de la fumée commença à s’en dégager. Martial fut alors pris de panique, « d’autant plus qu’on lui avoit prédit qu’il devoit mourir par le feu ». La peur lui fit perdre connaissance et il mourut le lendemain matin.

  • 28 Camus 2018.

20Martial serait donc décédé au début du mois de novembre 1669. Et ce récit qui nous éclaire sur les circonstances de sa mort permet également de connaître l’emplacement de sa boutique. La rue de l’Arbre-Sec représente un lieu idéal puisqu’elle jouxte la rue Saint-Honoré et se parait dès cette époque de boutiques de commerce autour du paraître, tels que les drapiers, les gantiers-parfumeurs, les merciers ou encore les tailleurs. La famille Huet, grande dynastie de parfumeurs au service de la cour, y était également installée28.

21Ces témoignages proviennent de personnes ayant vécu, toute leur vie ou en partie, à Paris et ayant noué des liens avec la cour. Leur récit est par conséquent marqué par une vision parisienne et curiale des événements, et la mention de Martial doit être comprise comme une figure connue dans cet environnement social bien spécifique.

  • 29 Barbe 1693.

22Mais il faut attendre l’ouvrage de Simon Barbe, à la fin du xviie siècle, pour que la stature de Martial prenne une tout autre dimension. Pour la première fois, un lien est établi entre Louis XIV et lui. Dans son Parfumeur françois, dont la première édition paraît en 1693, Barbe, se présentant lui-même comme maître parfumeur, délivre ses recettes pour fabriquer poudres, savonnettes, pommades, gants, eaux de senteurs ou encore pastilles à brûler29. En introduction à son ouvrage, il s’adresse à ses lecteurs pour justifier l’utilité de cet écrit qui n’a pas vocation à s’adresser à des parfumeurs professionnels. Il vise deux publics bien distincts : d’une part, les marchands qui vendent des produits parfumés sans que cela constitue pour autant leur cœur de métier – il s’agit des baigneurs et perruquiers résidant dans des villes de province dans lesquelles nul parfumeur ne se trouve, si bien qu’ils pourront ainsi pallier leur absence ; d’autre part, les personnes de condition qui prendront plaisir à se divertir à fabriquer des parfums. Et c’est à ces derniers que l’auteur s’adresse en priorité. Pour légitimer auprès d’eux l’importance du parfum et le rôle de son ouvrage, Simon Barbe met en avant de grandes personnalités de son temps qui se sont diverties par le spectacle de la fabrication des parfums : le Grand Condé, Catherine Scarron, épouse du maréchal d’Aumont, et bien sûr Louis XIV :

  • 30 « Au lecteur », dans ibid.

[] le plus grand des Monarques qui ait jamais été sur le Trône s’est pleu à voir souvent le sieur Martial composer dans son cabinet les odeurs qu’il portoit sur sa Sacrée personne30.

23L’emploi du passé composé indique clairement que cette époque est révolue, et pour cause, Martial étant décédé depuis plus de vingt ans. Il faut de plus souligner l’ambiguïté de l’expression « son cabinet », qui peut tout autant renvoyer à celui de Martial qu’à celui du roi…

24Et pourtant cette citation de Simon Barbe a été non seulement reprise mais – il faut insister sur ce point – surinterprétée et déformée pour faire de Martial le parfumeur de Louis XIV. Publiée vingt-quatre ans après la mort de Martial, son introduction, en mettant en avant des personnalités exemplaires, n’avait-elle pas en fait une vocation surtout « publicitaire » ? Accentuer de manière fallacieuse la relation entre Louis XIV et Martial, dont le public connaissait la renommée, cela donnait du crédit à son ouvrage et, conséquemment, participait à sa promotion. D’autant que Simon Barbe n’hésitait pas à faire de Martial un parfumeur composant des odeurs, et non un gantier.

25C’est ainsi que la représentation de Martial comme parfumeur de Louis XIV repose uniquement sur un traité de parfumerie. Nul témoignage contemporain n’établit de lien entre le souverain et ce marchand, ce qui interroge légitimement sur la véracité d’une telle affirmation.

26De tels témoignages, peu nombreux mais essentiels, sont donc les seules informations connues jusqu’à présent sur Martial. Ils révèlent avec certitude que Martial était très célèbre de son vivant puisqu’il apparaît clairement comme le gantier « le plus en vue » de son époque. Et les dates de ces divers écrits nous permettent aussi de cibler précisément sa période de renommée, soit les années 1650-1660. À partir de ces sources pour la plupart littéraires, une image de Martial s’esquisse donc, mais il s’agit d’une construction imaginaire nécessairement subjective, voire artificielle, qui ne peut constituer une retranscription fidèle de la réalité. C’est celle-ci qu’il convient de rechercher à travers d’autres sources plus factuelles.

Martial Parmentier : la réalité historique derrière la construction littéraire

27De quel milieu social provient Martial et quelles ont été les alliances nouées par sa famille ? Pour reconstituer son réseau et évaluer son niveau de vie, le recours aux actes notariés peut se révéler précieux, à condition cependant d’identifier auparavant son patronyme…

  • 31 AN, Z1A/515, Maison du duc d’Orléans, fol. 164 r°-165 v° (1655) et fol. 314 v°-315 v° (1657). Les a (...)

28La mention de Martial comme « valet de chambre » de Monsieur représente un premier indice. Dans les registres de la cour des aides, quand on recense le personnel des Maisons royales, et donc de celle de Monsieur, apparaît parmi les listes de serviteurs de la Maison de Philippe d’Anjou, au cours des années 1655 et 1657, un certain Martial Parmentier31. Grâce à cette mention plus complète de son identité, il devient possible de retrouver les actes notariés concernant Martial et de reconstituer son parcours familial et social (fig. 2).

Fig. 2 : Signature de Martial Parmentier, issue de son contrat de mariage. Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.

Fig. 2 : Signature de Martial Parmentier, issue de son contrat de mariage. Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.

© Archives nationales

  • 32 AN, MC/ET/XXVI/20, contrat de mariage entre Didier Parmentier et Jeanne Mestayer, 14 mai 1600.
  • 33 AN, MC/ET/XXXVI/156, inventaire après décès de Didier Parmentier et Jeanne Mestayer, 12 février 163 (...)

29Martial est le fils de Didier Parmentier et Jeanne Mestayer. Ces derniers, mariés en 160032, ont donné naissance à cinq enfants : Martial, Marie, Jeanne, Denis et Guillaume. Didier Parmentier était maître tailleur d’habits, tout comme son propre père, prénommé également Martial. Les tailleurs d’habits étaient des marchands souvent assez aisés. L’inventaire après décès de Didier Parmentier montre que le foyer disposait en effet d’un certain confort matériel : la description des biens mobiliers relève douze tableaux peints sur toile, ainsi qu’un nombre non négligeable de vêtements – plusieurs manteaux, pourpoints, jupes, chapeaux, etc.33 (fig. 3).

Fig. 3 : Généalogie simplifiée de Martial Parmentier.

Fig. 3 : Généalogie simplifiée de Martial Parmentier.
  • 34 AN, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.
  • 35 Henri de Bourbon, duc de Verneuil (1601-1682) : fils naturel d’Henri IV et Catherine-Henriette de B (...)
  • 36 Sur le rôle des valets et du personnel domestique dans la fabrication des cosmétiques, voir Lanoë 2 (...)

30Le 23 novembre 1637, Martial Parmentier épouse Anne Le Camus34 (fig. 4). Celle-ci est alors veuve d’un premier époux, Gervais de Launay, qui exerçait la charge de chirurgien et valet de chambre d’Henri de Bourbon, évêque de Metz35, et dont elle a eu deux filles, Anne et Marie de Launay. Les futurs époux, Anne et Martial, se marient sous le régime de la non-communauté de biens. Par conséquent, Anne Le Camus, comme tutrice de ses enfants, reste libre de gérer leurs biens et de contracter divers actes en leurs noms. Parmi les témoins de cette alliance matrimoniale, nous retrouvons certains membres de la famille de Martial : sa sœur Marie avec son époux, Jean-Baptiste Chauveau, ingénieur et professeur du roi en mathématiques ; et le mari de sa sœur Jeanne – déjà décédée à cette date –, Mathieu Selle, marchand tapissier. Ses deux frères, en revanche, ne sont pas témoins au mariage : ni Denis, qui deviendra peintre spécialisé en fleurs, ni Guillaume, qui sera commissaire de l’artillerie en Roussillon. Mais on retrouve aussi comme témoins plusieurs amis liés au milieu des commensaux, notamment Maurice Desvieux, valet de chambre et parfumeur du roi Louis XIII, ainsi que son fils, qui se nomme également Maurice, et qui exerce la charge de valet de chambre et de parfumeur de Gaston d’Orléans36.

Fig. 4 : Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.

Fig. 4 : Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.

© Archives nationales

31Martial est présenté dans cet acte comme marchand mercier joaillier, sans aucune référence à une charge de commensal, ce qui laisse supposer qu’il n’en exerçait pas à cette date. Cependant, comme nous venons de le voir, en 1637, son réseau social se compose de marchands et de commensaux, plus précisément de parfumeurs-valets de chambre. Si son métier et ses relations familiales l’amènent logiquement à fréquenter le milieu marchand, cette présence de commensaux démontre une proximité avec le milieu curial, laquelle pouvait être sollicitée en cas de besoin. C’est à l’aide de ce réseau que Martial parviendra par la suite à acquérir sa charge de valet de chambre de la Maison de Philippe d’Anjou.

  • 37 Warolin 2010, p. 483-492.
  • 38 « Statuts pour les marchands apoticaires-épiciers & les marchands épiciers de la ville, fauxbourgs (...)
  • 39 Lafont et Van Robaeys 1992, p. 453-466.

32Anne Le Camus provient elle aussi d’un milieu commerçant. Elle est en effet issue d’une lignée d’apothicaires parisiens, de père en fils, sur cinq générations, du xve au xviie siècle37. Son père est Nicolas III Le Camus, quatrième représentant de la famille à exercer cette profession. Il a épousé Isabelle Dulac, qui lui a donné cinq enfants : Nicolas, Jean, François, Marguerite et Anne. Il est mort en 1609, et sa veuve s’est installée alors rue Aubry-le-Boucher, dans une maison qui appartenait à Chrétien de Lamoignon, magistrat au parlement de Paris. Parmi ses cinq enfants, Nicolas IV a suivi sa carrière d’apothicaire, tandis que François est devenu épicier. Apothicaires et épiciers sont alors regroupés dans la même communauté de métiers, et cela depuis la fin du xve siècle. Ce n’est qu’à partir de 1638 que la formation à chacune de ces deux spécialités, l’apothicairerie ou l’épicerie, sera clairement définie38. L’apprentissage du futur apothicaire, plus ardu que celui de l’épicier, requiert quatre années de formation auprès d’un maître, suivi par six années de compagnonnage. Le candidat doit ensuite passer un examen théorique de trois heures, face à un jury composé des gardes de la communauté et de neuf autres maîtres, puis un examen pratique que l’on appelle l’« acte des herbes » et qui se déroule au jardin des simples de la Maison de la charité chrétienne au faubourg Saint-Marcel. Si le candidat réussit ces deux examens, il passe l’épreuve du chef-d’œuvre qui consiste en la préparation de cinq compositions médicinales. Les apothicaires vendent des produits destinés à la santé de l’individu : ils sont par conséquent responsables des effets de leurs produits sur le corps humain et ont de fait le monopole de la vente de médecines ou autres drogues. Et apothicairerie et parfumerie sont aussi étroitement liées puisque, parmi les nombreuses marchandises vendues par les apothicaires-épiciers, se retrouvent des matières premières également utilisées par les gantiers-parfumeurs, tels que l’ambre gris, le musc, le castoréum, l’iris ou le santal39. Une telle alliance matrimoniale répond donc parfaitement à l’endogamie qui se pratique alors.

  • 40 AN, Q1/1099/4, deuxième tome du terrier du roi de 1700, rue de l’Arbre-Sec, fol. 17 v°-25 v°. L’act (...)

33Le couple Parmentier s’installe dans la rue de l’Arbre-Sec. Ils sont propriétaires de leur logement, acquis par héritage de la famille de Martial. Le terrier du roi daté de 1700 permet de déterminer précisément l’emplacement de la boutique : la maison se situe dans la portion de rue qui se trouve entre la rue Bailleul et la rue des Fossés-Saint-Germain, côté ouest40.

34Anne Le Camus et Martial Parmentier donnent naissance à une fille, Marguerite. Quant aux trois filles d’Anne Le Camus, Anne, Marie et Marguerite, chacune réalise un mariage avantageux.

  • 41 AN, MC/ET/XCII/160, contrat de mariage entre Jacques Plastrier et Anne de Launay, 2 septembre 1656.
  • 42 AN, MC/ET/VII/95, inventaire après décès de Marguerite Besson, femme de Jacques Plastrier, 11 avril (...)
  • 43 Roche 1989, p. 81.

35Ainsi, Anne, l’aînée, épouse le 2 septembre 1656 un notaire, Jacques Plastrier41. Celui-ci, dont l’étude se trouve également rue de l’Arbre-Sec, est déjà veuf d’un premier mariage contracté avec Marguerite Besson42. Il donne à sa future épouse pour montant du douaire une rente viagère de 500 livres rachetable de la somme de 10 000 livres. Anne Le Camus, de son côté, dote sa fille d’une très belle somme de 15 000 livres : il s’agit d’une dot très importante, surtout pour le milieu marchand. Daniel Roche a montré qu’au xviie siècle seuls 40 % des maîtres et marchands se marient avec une dot supérieure à 5 000 livres43. Ce mariage de la jeune Anne avec un notaire dénote aussi une certaine hypergamie sociale à laquelle aspirent ses parents, issus du monde des marchands.

36La liste des personnes présentes à la signature du contrat de mariage est à cet égard très instructive. Avant de présenter les témoins des deux familles, l’acte notarié précise que le contrat est établi sous l’avis d’éminents représentants : il s’agit des membres des familles Bellièvre et Lamoignon. Assistent en effet à la signature Pomponne II de Bellièvre, marquis de Grignon, qui exerce alors la magistrature de premier président du parlement de Paris, ainsi que ses frères et sœurs. Nous y retrouvons ainsi Madeleine de Bellièvre, épouse de Gabriel, marquis du Puy du Fou, Jeanne-Marie de Bellièvre, épouse d’Achille de Harlay, comte de Beaumont, maître des requêtes, et Pierre de Bellièvre. Du côté de la famille Lamoignon, sont présents Anne de Lamoignon et son époux François-Théodore de Nesmond, président au parlement de Paris, ainsi qu’un autre membre de la famille Lamoignon, dont le prénom est laissé en blanc : désigné comme maître des requêtes, il peut s’agir de Guillaume de Lamoignon, frère d’Anne. Les signataires du contrat de mariage révèlent des liens sociaux et familiaux très étroits avec les deux familles des époux. Rappelons que la mère d’Anne Le Camus, grand-mère d’Anne de Launay, vivait dans une maison appartenant à Chrétien de Lamoignon, père de Guillaume de Lamoignon.

  • 44 Popoff 2003, t. I, p. 50.

37Si on en revient à la lettre de Jean Loret, du 9 novembre 1652, on se souvient que le banquet offert par Martial à ses amis s’était tenu dans la maison de M. de Bellièvre. Il s’agit certainement de l’hôtel particulier de Pomponne II de Bellièvre, président à mortier au parlement de Paris. À cette date, il avait déjà réalisé une belle carrière, ayant exercé successivement les charges de conseiller au parlement, puis maître des requêtes, conseiller d’État, ambassadeur en Italie et en Angleterre. Quelques mois plus tard, en avril 1653, il sera reçu premier président du parlement44. De tels liens entre Martial et la famille Bellièvre ont pu se nouer au moment de la Fronde, puisque nous n’en trouvons aucune trace dans son propre contrat de mariage en 1637.

38Celui d’Anne de Launay se poursuit avec les témoins de chacune des deux familles. Du côté du futur époux, Jacques Plastrier, nous trouvons sa mère, Françoise Quercy, veuve de Claude Plastrier, qui exerçait également la profession de notaire ; ses frères et sœurs, avec leurs époux respectifs : Estienne Plastrier, Guillaume Plastrier, Catherine Plastrier et son époux François Esprit, avocat et intendant de la maison d’Armand-Charles de La Porte de La Meilleraye, grand maître de l’artillerie de France, et enfin Françoise Plastrier. Du côté de la future épouse, signent son beau-père, Martial Parmentier, ainsi que sa sœur, Marie de Launay.

  • 45 AN, MC/ET/VII/99, contrat de mariage entre Marie de Launay et Guillaume Febvrier, 19 juin 1660.

39Quelques années plus tard, le 19 juin 1660, c’est au tour de la deuxième fille d’Anne Le Camus, Marie de Launay, de se marier. Elle épouse Guillaume Febvrier45 et reçoit de sa mère une dot de 10 000 livres, en louis d’or et d’argent. Fils de Mexme Febvrier, procureur de la ville de Chinon, Guillaume Febvrier est alors marchand. Il deviendra par la suite contrôleur général de la Maison d’Henriette d’Angleterre, duchesse d’Orléans. Nous avons ici une nouvelle illustration de l’influence des réseaux : ils auront permis à Guillaume Febvrier, gendre de Martial, valet de chambre de Monsieur, d’acquérir cette importante charge au sein de la Maison de Madame.

40De même que pour sa sœur aînée, le mariage de Marie s’effectue sous l’avis des familles Bellièvre et Lamoignon. Les mêmes personnes présentes quatre ans auparavant y assistent. La seule absence notable est celle de Pomponne II de Bellièvre, décédé en 1657, et remplacé à la présidence du parlement de Paris par Guillaume de Lamoignon. C’est là la preuve que ces représentants du milieu parlementaire sont bien liés à la famille des épouses, et non à celle des époux, que le couple Martial Parmentier et Anne Le Camus gravite dans le réseau des Bellièvre et Lamoignon, importantes familles de la noblesse de robe, et qu’il bénéficie d’un réseau très influent, qui a nécessairement joué un rôle dans l’ascension sociale de leurs filles.

  • 46 Cette information repose sur le répertoire du notaire Jean de Saint-Jean, dont les minutes ont brûl (...)
  • 47 Coustant d’Yanville 1866-1875, p. 814.

41Enfin Marguerite, la troisième fille d’Anne Le Camus, seule et unique fille de Martial Parmentier, épouse en 1670 Gilles Hélyot46, qui exerce depuis 1660, et jusqu’en 1675, la charge d’auditeur en la Chambre des comptes47. Le contrat de mariage n’ayant pas été conservé, il est par conséquent impossible de connaître les noms des témoins, mais on peut légitimement supposer que les familles Bellièvre et Lamoignon étaient de nouveau présentes.

42Trois mariages qui illustrent l’ascension sociale de la famille puisqu’ils permettent aux filles de quitter le milieu marchand pour intégrer une bourgeoisie plus aisée, grâce aux ressources financières et au réseau social parlementaire dont bénéficient Martial et son épouse.

  • 48 AN, MC/ET/C/411, inventaire après décès de Jacques Plastrier, 31 mars 1694.
  • 49 Voir le répertoire du notaire Jean de Saint-Jean : AN, MC/RE/XLVII/1.

43Un document clé permettrait de retracer avec plus de détails et de précisions la vie de Martial Parmentier : son inventaire après décès. Il décède le 4 novembre 1669, et son inventaire est effectué par le notaire Jean Nera, en date du 7 janvier 1670, comme mentionné dans l’inventaire après décès de son gendre par alliance, le notaire Jacques Plastrier48. Cependant, l’immense majorité des minutes notariales de Jean Nera ont disparu et, parmi elles, cet inventaire. Cette lacune aurait pu être palliée par un autre inventaire des biens de Martial effectué quelques mois plus tard, le 17 avril 1670, par le notaire Jean de Saint-Jean. Mais cet acte a également disparu49.

44Des actes notariés ressortent tout de même un portrait de Martial Parmentier et des renseignements sur son identité professionnelle et personnelle plus précis. Il n’y apparaît en effet jamais comme gantier-parfumeur, mais toujours comme mercier, au sein, comme on l’a vu, d’un réseau social influent composé de marchands, de commensaux et de hauts dignitaires du milieu parlementaire qui lui a en effet permis d’intégrer le milieu de la cour et de marier avantageusement sa fille et ses belles-filles.

Un mercier qui vend des gants parfumés

45Puisque les sources littéraires ne retiennent de Martial que son « métier » de parfumeur, il convient désormais de comprendre ce qui peut apparaître comme une contradiction : comment un mercier a-t-il pu être présenté par ses contemporains comme un gantier-parfumeur ?

  • 50 Sur les merciers, voir Castelluccio 2014.
  • 51 Martin Saint-Léon 1922, p. 260.
  • 52 Les fonctions consulaires sont réservées aux six corps des marchands ainsi qu’aux libraires, marcha (...)
  • 53 AN, KK 1340 à 1343, Délibérations des six corps des marchands, 1620-1789.

46La communauté des merciers constitue une catégorie de marchands particulièrement aisés50. Ils appartiennent aux très influents « six corps des marchands ». Au début du xve siècle, en 1431, à l’occasion de l’entrée d’Henri VI d’Angleterre dans la ville de Paris, six métiers ont ainsi réussi à se distinguer des autres en obtenant l’honneur de porter le dais au-dessus de la tête du roi51 : ce sont les drapiers, les épiciers, les changeurs, les orfèvres, les merciers et les pelletiers. Cette distinction leur conférait des privilèges essentiellement honorifiques, mais leur permettait également d’être électeurs et éligibles aux fonctions de consuls des marchands52. Au fil des décennies, le rang de ces six corps s’est précisé, avec quelques changements parmi eux, et une ordonnance de police l’a fixé définitivement en 1625 : dans l’ordre, les drapiers, les épiciers, les merciers, les pelletiers, les bonnetiers et les orfèvres53.

  • 54 Melon 1736, p. 97.
  • 55 Lespinasse 1886-1897, t. II, p. 232-285.

47Parmi eux, les merciers sont des marchands « vendeurs de tout, faiseurs de rien54 » (fig. 5). C’est-à-dire que le mercier n’est pas un fabricant, mais davantage un revendeur55, soit bien plus un négociant qu’un artisan :

  • 56 Savary des Bruslons 1741, t. III, col. 358-359, article « Mercerie ».

Le Corps de la Mercerie est considéré comme le plus noble & le plus excellent de tous les Corps des Marchands, d’autant que ceux qui le composent ne travaillent point & ne font aucun ouvrage de la main, si ce n’est pour enjoliver les choses qui sont déja faites & fabriquées, comme de garnir des gans & des mitaines, attacher à des habits & autres vêtemens des rubans & autres sortes de galanterie56.

Fig. 5 : Le Mercier, 1695, estampe, dans « Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France », tome 71, pièces 6222-6327 (1695-1696), s. d. Paris, Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (71).

Fig. 5 : Le Mercier, 1695, estampe, dans « Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France », tome 71, pièces 6222-6327 (1695-1696), s. d. Paris, Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (71).

© BNF, Dist. RMN-Grand Palais / image BNF

  • 57 « Ordonnance du roy Louis XIII servant de Statut aux Marchands Merciers, Grossiers, Joüailliers de (...)

48Pour devenir mercier, Martial a dû suivre la formation au métier telle qu’elle est rappelée dans les statuts de la communauté précisés en 1613 par ordonnance de Louis XIII57. L’apprentissage dure trois ans et doit être suivi de trois autres années de pratique au sein d’une boutique dirigée par un maître. Le marchand peut ensuite obtenir la maîtrise s’il est jugé comme étant suffisamment compétent par les maîtres et les gardes de la communauté. Cette cooptation, qui repose sur le seul jugement de ses pairs, signifie aussi que nul chef-d’œuvre n’est demandé pour devenir maître : les merciers n’étant pas des artisans qui fabriquent des produits de leurs mains, il n’y a pas lieu d’exiger une telle réalisation.

  • 58 C’est le cas d’Edme-François Gersaint. Voir Glorieux 2002.
  • 59 Statuts, ordonnances et règlemens du corps des marchands merciers… 1694.

49Différentes spécialités se sont définies au sein de cette profession. Certains sont marchands de draps, d’autres marchands de tableaux58, d’autres encore marchands joailliers. Martial est présenté dans les actes notariés comme mercier joaillier, mais cela ne signifie pas qu’il relève de cette dernière spécialité car, au xviie siècle, le nom officiel de la communauté des merciers est communauté des « merciers grossiers joailliers »59.

50Quel rapport cependant avec les gantiers-parfumeurs ?

51En réalité, dans la première moitié du xviie siècle, les prérogatives des divers corps de métiers n’étaient pas encore clairement définies. Les gantiers-parfumeurs, les distillateurs, les apothicaires mais aussi les merciers se partageaient le marché des produits issus de la distillation et liés au domaine de la parfumerie. Au cours des xvie et xviie siècles, à force de batailles juridiques, les gantiers ont fini par emporter le privilège de la fabrication des gants et des produits parfumés. Et c’est précisément entre les gantiers et les merciers que la confrontation juridique a été la plus acharnée.

52Ainsi, le 31 mai 1578, une sentence du parlement de Paris restreint le commerce des merciers concernant le marché des gants :

  • 60 « Extrait des registres du Parlement », daté du 26 novembre 1594, dans Recueil des edits, declarati (...)

[] chacun Mercier ne pourroit à l’avenir avoir en son Ouvroir & Boutique plus de quatre paires de Gants pendus & accouplés en étalage, & trois piles sur l’Ouvroir avec Mercerie mêlée, lesquelles piles ne pourront être que d’une douzaine de paires de Gants, chacune avec Mercerie mêlée60.

53Il est également interdit aux merciers de posséder des outils utiles à la profession de gantier. En réponse, le 15 mai 1593, les merciers présentent au Parlement une requête pour que :

  • 61 Ibid., p. 4.

[] défenses fussent faites ausdits Gantiers d’entreprendre sur l’État desdits Merciers, & ne vendre aucunes choses que des Gants faits & parfaits de leurs mains, sans qu’ils les puissent enrichir de broderie, soye, or & argent, ou autrement, ni vendre Poudre de Violette, de Chipre, Pommades, Musc, Ambre, Civette, ni acheter & vendre Gants de Vendôme, de Lyon, de Rome, d’Espagne, & autres lieux, ni d’autres Marchandises dépendantes dudit Etat de Marchand Mercier61.

  • 62 Ibid., p. 5.

54Cette requête est intéressante dans le sens où elle révèle que les merciers considèrent bien la vente de poudres et pommades parfumées comme relevant de leur corps de métier. De même, l’enrichissement des gants, à l’aide de broderies d’or, d’argent ou encore de dentelles, représente une part importante de leur activité (fig. 6). Ils sont déboutés, mais cette bataille juridique entre les deux communautés aboutit à un statu quo puisque le 26 novembre 1594, le parlement de Paris « fait inhibitions & défenses ausdits Merciers & Gantiers de se dire & nommer Parfumeurs62 ». Pour autant, chacune des deux professions conserve le droit de parfumer diverses marchandises.

Fig. 6 : Paire de gants, Angleterre, 1630-1640. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 13031.

Fig. 6 : Paire de gants, Angleterre, 1630-1640. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 13031.

© Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance, tous droits réservés

  • 63 « Lettre patente », datée de janvier 1614, dans Statuts, ordonnances, lettres patentes, privilèges, (...)

55Aussi la dénomination de « parfumeur » n’en continue pas moins de faire l’objet de querelles entre ces deux professions, chacune cherchant à en obtenir juridiquement le titre, cette vive opposition démontrant l’intérêt et le prestige pour un marchand de se prévaloir de cette qualification. En janvier 1614, les gantiers parviennent à remporter une victoire significative sur les merciers. Une lettre patente du roi Louis XIII les autorise à se parer de la qualité de parfumeurs63.

  • 64 « Statuts de la communauté des maîtres & marchands gantiers-poudriers & parfumeurs de cette ville, (...)
  • 65 « Déclaration du roy », datée du 12 décembre 1705, dans ibid., p. 31.

56Enfin, en 1656, la communauté des gantiers-parfumeurs obtient ses statuts définitifs64. Ces derniers entérinent leur monopole dans la fabrication des gants : « Ceux qui ne seront point Maîtres Gantiers en cette Ville de Paris ne pourront tailler, couper, façonner, ni laver aucuns Gants, ni avoir aucuns outils & ustenciles. » Mais si les merciers ne peuvent fabriquer eux-mêmes des gants, en revanche, ils ont toujours l’autorisation d’en vendre – à condition de s’être fournis auprès des gantiers. En 1705, une déclaration royale65 le confirme : le monopole de la fabrication des gants appartient aux gantiers-parfumeurs, tandis que la vente de ces produits leur est conjointement réservée avec les merciers :

[] ne pourront, autres que les maîtres de ladite communauté [des gantiers-parfumeurs] & les marchands merciers, vendre en détail gants, mitaines, pommades, huiles de senteurs, essences, quinte-essences, poudres, savonnettes & autres marchandises & parfums.

57Ce sont donc ces deux professions qui se partagent alors la vente des produits liés à la parfumerie. C’est ainsi que le mercier Martial n’a pas le droit de vendre des gants qu’il aurait lui-même fabriqués mais il peut acheter auprès de gantiers-parfumeurs des gants qu’il parfume et revend dans sa propre boutique – ce qui est fréquent pour des merciers. Ainsi, proposant à sa clientèle les mêmes produits qu’un gantier, un mercier peut passer pour un gantier dans l’esprit de ses clients. On comprend ainsi ce premier glissement entre le mercier présenté comme un gantier.

58Mais comment comprendre que Simon Barbe ait associé Martial au roi ?

  • 66 AN, Z1A/472 et 473.

59Il faut ici revenir sur les liens entre Martial et le milieu de la cour. Les sources notariales n’établissent aucun lien entre Louis XIV et lui. Martial Parmentier, certes, appartient à la Maison de Monsieur, comme l’un de ses valets de chambre ; il pourrait cumuler cette charge avec une autre au sein de la Maison du roi, d’autant qu’en cette première moitié du xviie siècle, nous y trouvons bel et bien des gens de métier qui lui sont directement rattachés. Ceux-ci apparaissent clairement parmi les officiers notifiés sur les registres de la cour des aides, de 1611 à 165766, et parmi ces gens de métier figurent en effet des parfumeurs, des gantiers et des merciers. Mais le nom de Martial ne s’y trouve pas, ce qui exclut tout lien de commensalité avec le roi.

60S’il n’appartient pas à la Maison du roi, le lien entre eux pourrait être celui d’un client avec son fournisseur. Mais les sources qui auraient permis de l’attester, tel l’inventaire après décès de Martial, ont disparu. Si Martial est très lié au milieu curial par sa charge de valet de chambre de Monsieur et par les commensaux qui constituent une partie de son réseau social, pour autant, un lien personnel avec Louis XIV ne peut être démontré.

  • 67 AN, MC/ET/XCIV/49, transaction entre Anne Le Camus et les héritiers de Martial Parmentier, 6 janvie (...)
  • 68 Guiffrey 1881-1901, t. I, col. 394.
  • 69 Ibid., col. 459.
  • 70 Ibid., col. 568.

61Les actes notariés permettent cependant de préciser les relations entretenues avec la cour. Après la mort de Martial, survenue comme on l’a vu brutalement en novembre 1669, sa succession vend à la Couronne une quantité non négligeable de pieds d’orangers, de jasmins et de tubéreuses67. Les comptes des bâtiments du roi apportent plus d’informations à ce sujet en précisant le nombre de plants fournis. Pour l’année 1670, nous y trouvons une dépense de « 19 197 livres à la veuve Martial et au sieur Helyot, chacun pour leur part et portion de 727 orangers et 545 pieds de jasmins et tubéreuses pour mettre dans les jardins des maisons royalles68 ». Nous y trouvons également des dépenses de gages, en date du 13 novembre 1670 pour « Louis et Même Rouvault, jardiniers qui ont le soin de l’orangerie de feu Parmentier, appartenante à S. M.69 ». Ces orangers ont été installés à Trianon, puisque l’année 1671 fait mention, pour les dépenses consacrées à ce domaine, des gages pour les mêmes jardiniers, « ayant l’entretenement des orangers que le Roy a acquis du sieur Martial70 ».

  • 71 Danis 1926.
  • 72 Félibien 1674, p. 99.
  • 73 Garrigues 2001, p. 141.

62Or, l’année 1670 a vu la construction de l’éphémère Trianon de porcelaine71 (fig. 7). Cet édifice est serti d’un jardin parfumé, élaboré sous la direction de Michel II Le Bouteux et composé de jasmins, de tubéreuses, de tulipes ou encore de giroflées. On y trouve aussi des orangers cultivés en pleine terre. Les parfums sont si présents que Félibien peut écrire que « l’air qu’on y respire est toujours parfumé [des fleurs] des Jasemins & des Orangers sous lesquels on se promene72 ». Pour que ces orangers puissent survivre à la rigueur de l’hiver, des serres démontables ont été imaginées73.

Fig. 7 : Michel Le Bouteux fils et Chales Le Bouteux, Veue et plan perspectif de Triannon planté d’orangers en pleine terre, 1680, eau-forte. Château de Versailles, INV.GRAV. 8405.

Fig. 7 : Michel Le Bouteux fils et Chales Le Bouteux, Veue et plan perspectif de Triannon planté d’orangers en pleine terre, 1680, eau-forte. Château de Versailles, INV.GRAV. 8405.

© Château de Versailles

  • 74 Perez 2013, p. 107-115.
  • 75 Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 30.

63Ainsi, les sept cent vingt-sept orangers de Martial ont été vendus pour être installés au sein des maisons royales. Ce nombre étant assez conséquent, il est possible que ces arbres n’aient pas tous été placés à Trianon ; certains ont dû être installés à Versailles ou encore à Fontainebleau. Comme l’a souligné Stanis Perez, il est fort probable qu’à Trianon, de l’eau de fleurs d’oranger était distillée sur place, dans le cabinet des parfums, situé en bordure du parterre bas où étaient répartis les orangers74. Les comptes des bâtiments du roi nous renseignent aussi sur des achats d’alambics à Fontainebleau, destinés à la distillation d’eau de fleurs d’oranger. Et il en allait certainement de même à Versailles, d’autant que les fleurs des orangers étaient cueillies par les jardiniers75 (fig. 8). Orangers, jasmins et tubéreuses étaient utilisés, notamment, pour parfumer les gants, selon la mode sous le règne de Louis XIV.

Fig. 8 : Jean-Baptiste Monnoyer, Vases et fleurs (détail), 1676-1700. Château de Versailles, MV 7214.

Fig. 8 : Jean-Baptiste Monnoyer, Vases et fleurs (détail), 1676-1700. Château de Versailles, MV 7214.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

64Comme mercier, Martial pouvait, en toute légalité, parfumer des gants, et c’est la raison principale pour laquelle il possède tant d’orangers et de plantes à parfum. En revanche, comment, de son vivant, pouvait-il, du point de vue matériel, conserver tant d’arbres ? Cela suppose qu’il devait disposer de serres aux abords de Paris, lui permettant d’abriter tous ses orangers, ou bien de terrains dans le sud de la France pour pouvoir les cultiver…

Conclusion

65Ainsi, le parfumeur Martial n’est pas celui que l’on a si souvent prétendu… Martial Parmentier était en réalité un mercier qui, en tant que tel, vendait des gants fabriqués par de véritables gantiers même si lui-même pouvait les enrichir et les parfumer pour répondre aux goûts de sa clientèle. Par ailleurs, aucun lien entre Louis XIV et lui ne peut être clairement établi et il semble que Simon Barbe ait avancé dans son traité une assertion infondée, mais en tant que mercier, Martial jouissait d’une position socialement confortable, illustrée par le fait qu’il côtoyait, d’un côté, le milieu des commensaux, et de l’autre, le milieu parlementaire : les mariages de sa fille et de ses belles-filles traduisent cette ascension sociale significative.

66Pourquoi ses contemporains ont-ils fait de lui un gantier ? Les dramaturges et auteurs de son temps présentent une vision marquée par les habitudes de consommation d’une classe sociale parisienne aisée au sein de laquelle Martial était réputé pour ses gants – sa renommée s’était construite autour de ce produit. Si, plus de vingt ans après sa mort, Simon Barbe fait en outre de lui le parfumeur du roi, transformant par ce deuxième glissement la réalité historique en une image très différente, cela souligne en fait la porosité très forte qui existe alors entre les commerces de mercerie et de ganterie-parfumerie. Les batailles juridiques qui ont émaillé les relations entre ces deux professions dans la première moitié du xviie siècle ont montré que leurs champs d’action se recoupaient : dans l’esprit des contemporains de Martial, peut-être mal informés de ces querelles juridiques, régnait un flou général sur les compétences réelles de chaque marchand. Un commerçant qui vendait des gants devait être, en toute logique, un gantier. Une ambiguïté qui a certainement été entretenue par Martial lui-même.

67Et ces conflits nés d’une forte concurrence entre merciers et gantiers-parfumeurs révèlent aussi l’intérêt du marché des produits parfumés : c’est parce que ceux-ci connaissent un engouement réel et croissant auprès de la clientèle que les marchands cherchent à se rattacher à ce domaine de compétences pour bénéficier de l’image avantageuse qui en émane.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Barbe Simon, 1693, Le parfumeur françois qui enseigne toutes les manières de tirer les odeurs des fleurs et à faire toutes sortes de compositions de parfums, Lyon, chez Thomas Amaulry.

Claveret Jean, 1665, L’écuyer, ou les faux nobles mis au billon : comédie du temps dédiée aux vrais nobles de France, Paris, s. n.

Félibien André, 1674, Description sommaire du chasteau de Versailles, Paris, s. n.

Guéret Gabriel, 1888 [1669], La promenade de Saint-Cloud, éd. G. Monval, Paris, Librairie des bibliophiles.

Guez de Balzac Jean-Louis, 1677, Lettres de feu Monsieur de Balzac à Monsieur Conrart, Paris, Louis Billaine.

Loret Jean, La muze historique ou recueil des lettres en vers contenant les nouvelles du temps écrites à Son Altesse Mademoiselle de Longueville, depuis duchesse de Nemours (1650-1665), 1857-1891, éd. J. Ravenel et Ed.-V. de La Pelouze, Paris, P. Jannet, 5 vol.

Molière, 1895 [1682], La comtesse d’Escarbagnas, éd. G. Monval, Paris, Flammarion.

Recueil des edits, declarations, sentences et arrests concernant & en faveur de la communauté des maîtres & marchands gantiers-poudriers-parfumeurs de la ville, fauxbourgs & banlieue de Paris, 1748, Paris, Veuve Grou.

Statuts et ordonnances pour les marchands apoticaires-épiciers et les marchands épiciers-grossiers-droguistes de la ville, fauxbourgs et banlieue de Paris, 1764, Paris, chez Prault, p. 3-25.

Statuts, ordonnances et règlemens du corps des marchands merciers, grossiers, joüailliers de cette ville de Paris, 1694, Paris, s. n.

Statuts, ordonnances, lettres patentes, privilèges, déclarations, arrests, sentences et délibérations servant de réglements pour la communauté des maîtres et marchands gantiers-poudriers-parfumeurs de la ville, fauxbourgs et banlieue de Paris, Paris, Veuve Grou, 1748.

Études

Briot Eugénie, 2008, La chimie des élégances : la parfumerie parisienne au xixe siècle, naissance d’une industrie du luxe (1830-1914), thèse sous la direction d’André Guillerme et Laurence Lestel, Paris, Centre national des arts et métiers.

Camus Alice, 2018, « Les parfumeurs de la cour de Versailles, des artisans au service du paraître », Château de Versailles de l’Ancien Régime à nos jours, no 28, p. 24-29.

Castelluccio Stéphane, 2014, Le prince et le marchand : le commerce de luxe chez les marchands merciers parisiens pendant le règne de Louis XIV, Paris, SPM.

Cavallo Sandra, 2007, Artisans of the Body in Early Modern Italy. Identities, Families and Masculinities, Manchester, Manchester University Press.

Chapelle et Le Coigneux de Bachaumont François, 1823, Voyage de Chapelle et de Bachaumont, suivi de quelques autres voyages dans le même genre, Paris, Delongchamps.

Colot François, 1727, Traité de l’opération de la taille avec des observations sur la formation de la pierre, & les suppressions d’urine, Paris, J. Vincent.

Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. J. Guiffrey, 5 vol., Paris, Imprimerie nationale.

Coquery Natacha, 2011, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle : luxe et demi-luxe, Paris, Éd. du CTHS.

Coustant d’Yanville H., 1866-1875, Essais historiques et chronologiques, privilèges et attributions nobiliaires et armorial : chambre des comptes de Paris, Paris, J. B. Dumoulin.

Danis Robert, 1926, La première maison royale de Trianon. 1670-1687, Paris, Albert Morancé.

Élias Norbert, 1974, La société de cour, Paris, Calmann-Lévy.

Fournier Édouard, 1855, Paris démoli, Paris, Aubry.

Franklin Alfred, 1895, « Les magasins de nouveautés », dans La vie privée d’autrefois : arts et métiers, modes, mœurs, usages des Parisiens du xiie-xviiie siècle, Paris, Plon, t. XVI, p. 1-122.

Garrigues Dominique, 2001, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Glorieux Guillaume, 2002, À l’enseigne de Gersaint : Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champ-Vallon.

La parfumerie française et l’art dans la présentation, 1925, Paris, Revue des marques de la parfumerie et de la savonnerie.

Lafont Olivier et Van Robaeys Catherine, 1992, « La pratique de l’art de l’apothicaire au xviie siècle : information fournie par deux inventaires après décès », Revue d’histoire de la pharmacie, 80e année, n° 295, p. 453-466.

Lanoë Catherine, 2003, Les jeux de l’artificiel : culture, production et consommation des cosmétiques à Paris sous l’Ancien Régime, xvie-xviiie siècle, thèse sous la direction de Daniel Roche.

Lanoë Catherine, 2008, La poudre et le fard : une histoire de cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ-Vallon.

Lanoë Catherine, Da Vinha Mathieu et Laurioux Bruno (dir.), 2011, Cultures de cour, cultures du corps xive-xviiie siècle, Paris, PUPS.

Le Guérer Annick, 1999, « Les parfums à Versailles aux xviie et xviiie siècles. Approche épistémologique », dans D. Musset et Cl. Fabre-Vassas (dir.), Odeurs et parfums, Paris, CTHS, p. 133-141.

Le Guérer Annick, 2005, Le parfum, des origines à nos jours, Paris, Odile Jacob.

Leferme-Falguières Frédérique, 2007, Les courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF.

Lespinasse René de, 1886-1897, Les métiers et corporations de la ville de Paris : xive-xviiie siècles, Paris, Imprimerie nationale, 3 vol.

Lheureux Rosine, 2016, Une histoire de parfumeurs. France 1850-1910, Paris, Champ Vallon.

Lurgo Elisabetta, 2018, Philippe d’Orléans : frère de Louis XIV, Paris, Perrin.

Martin Saint-Léon Étienne, 1922, Histoire des corporations de métiers depuis leurs origines jusqu’à leur suppression en 1791, Paris, F. Alcan.

Melon Jean-François, 1736, Essai politique sur le commerce, s. l., s. n.

Perez Stanis, « L’eau de fleur d’oranger à la cour de Louis XIV », 2013, dans C. Lanoë et L. Moulinier (dir.), Corps parés, corps parfumés, CNRS, p. 107-115.

Popoff Michel, 2003, Prosopographie des gens du parlement de Paris : 1266-1753, Paris, Le Léopard d’or, 2 vol.

Ranum Orest, 1995, La Fronde, Paris, Éditions du Seuil.

Rimmel Eugène, 1870, Le livre des parfums, Bruxelles, H. Merzbach.

Roche Daniel, 1989, La culture des apparences : une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard.

Savary des Bruslons Jacques, 1741, Dictionnaire universel de commerce : contenant tout ce qui concerne le commerce qui se fait dans les quatre parties du monde, Paris, Veuve Estienne, 3 vol.

Solnon Jean-François, 1987, La cour de France, Paris, Fayard.

Tonolo Sophie, 2010, « L’“Ouvrage épistolaire” de Jean Loret : l’écriture ou la vie », Littératures classiques, no 71, p. 203-219.

Warolin Christian, 2010, « Les Le Camus, apothicaires-épiciers à Paris du xve au xviie siècle. Nicolas IV Le Camus, propriétaire rue Saint-Honoré du pavillon des singes, résidence de la famille Pocquelin », Revue d’histoire de la pharmacie, 97e année, no 368, p. 483-492.

Haut de page

Notes

1 Cet aspect, qui s’inscrit dans une continuité chronologique, a été plus particulièrement étudié dans l’ouvrage de Lanoë, Da Vinha et Laurioux 2011, et notamment dans l’introduction de Catherine Lanoë, p. 7-17. On peut aussi se reporter à Elias 1974 ; Solnon 1987 ; Leferme-Falguières 2007.

2 Sur l’accroissement des biens de consommation de luxe au cours des xviie et xviiie siècles, voir les travaux de Natacha Coquery et plus spécialement Coquery 2011. Sur le rôle des artisans intervenant dans le soin du corps et son apparence, au xviie et au début du xviiie siècle, voir notamment l’étude concernant l’Italie : Cavallo 2007.

3 Le Guérer 1999.

4 À titre d’exemples : Fournier 1855, p. 48 ; Rimmel 1870, p. 322 ; Franklin 1895, t. XVI, p. 69 ; La parfumerie française… 1925, p. 2 ; Le Guérer 2005, p. 132.

5 Le Guérer 2005.

6 Lanoë 2003.

7 Briot 2008.

8 Lheureux 2016, thèse soutenue à l’École nationale des chartes en 1995.

9 Lespinasse 1886-1897, t. III, p. 606-615, article « Gantiers ».

10 Lanoë 2008.

11 Tonolo 2010.

12 Loret 1857-1891, « Lettre quarante-quatrième », 9 novembre 1652, t. I, p. 306.

13 Lurgo 2018, p. 16.

14 Ranum 1995, p. 342.

15 Jean-Louis Guez de Balzac (1597-1654) : auteur français de la région d’Angoulême, connu essentiellement pour ses Lettres. À l’issue de ses études, il voyage à Rome puis s’installe à Paris et fréquente la cour et les salons littéraires.

16 Guez de Balzac 1677, p. 263.

17 Claude-Emmanuel Luillier dit Chapelle (c. 1626-1686) : homme de lettres français, il est un ami proche de Molière qu’il rencontre dès ses études au collège de Clermont. François Le Coigneux de Bachaumont (1624-1702) : poète français né à Paris ; ami de Chapelle, ils effectuent tous les deux un long voyage pour prendre les eaux à Encausse.

18 Chapelle et Bachaumont 1823, p. 43.

19 Jean Claveret (c. 1590-1666) : avocat et dramaturge français.

20 Claveret 1665, p. 3.

21 Lanoë 2008, p. 68.

22 Gabriel Guéret (1641-1688) : avocat, auteur et critique littéraire français ; né à Paris.

23 Guéret 1888.

24 Ibid.

25 Molière 1895, p. 29.

26 François Colot (1630-1706) : chirurgien français.

27 Colot 1727, p. 155-157.

28 Camus 2018.

29 Barbe 1693.

30 « Au lecteur », dans ibid.

31 AN, Z1A/515, Maison du duc d’Orléans, fol. 164 r°-165 v° (1655) et fol. 314 v°-315 v° (1657). Les années 1655 et 1657 sont les seules années conservées sur la décennie 1650.

32 AN, MC/ET/XXVI/20, contrat de mariage entre Didier Parmentier et Jeanne Mestayer, 14 mai 1600.

33 AN, MC/ET/XXXVI/156, inventaire après décès de Didier Parmentier et Jeanne Mestayer, 12 février 1637.

34 AN, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.

35 Henri de Bourbon, duc de Verneuil (1601-1682) : fils naturel d’Henri IV et Catherine-Henriette de Balzac d’Entragues.

36 Sur le rôle des valets et du personnel domestique dans la fabrication des cosmétiques, voir Lanoë 2008, p. 243-244.

37 Warolin 2010, p. 483-492.

38 « Statuts pour les marchands apoticaires-épiciers & les marchands épiciers de la ville, fauxbourgs & banlieue de Paris », article XX, dans Statuts et ordonnances pour les marchands apoticaires-épiciers…, 1764, p. 3-25.

39 Lafont et Van Robaeys 1992, p. 453-466.

40 AN, Q1/1099/4, deuxième tome du terrier du roi de 1700, rue de l’Arbre-Sec, fol. 17 v°-25 v°. L’acte de transaction entre Anne Le Camus et les héritiers de Martial précise que la maison se compose de trois corps de bâtiments ayant chacun une boutique (AN, MC/ET/XCIV/49, 6 janvier 1678). Cela correspond à la désignation faite dans le terrier du roi : « Maison et trois boutiques appartenant à Mr. Heliot à l’Enseigne du Soleil Levant ».

41 AN, MC/ET/XCII/160, contrat de mariage entre Jacques Plastrier et Anne de Launay, 2 septembre 1656.

42 AN, MC/ET/VII/95, inventaire après décès de Marguerite Besson, femme de Jacques Plastrier, 11 avril 1656.

43 Roche 1989, p. 81.

44 Popoff 2003, t. I, p. 50.

45 AN, MC/ET/VII/99, contrat de mariage entre Marie de Launay et Guillaume Febvrier, 19 juin 1660.

46 Cette information repose sur le répertoire du notaire Jean de Saint-Jean, dont les minutes ont brûlé en 1871.

47 Coustant d’Yanville 1866-1875, p. 814.

48 AN, MC/ET/C/411, inventaire après décès de Jacques Plastrier, 31 mars 1694.

49 Voir le répertoire du notaire Jean de Saint-Jean : AN, MC/RE/XLVII/1.

50 Sur les merciers, voir Castelluccio 2014.

51 Martin Saint-Léon 1922, p. 260.

52 Les fonctions consulaires sont réservées aux six corps des marchands ainsi qu’aux libraires, marchands de vins, marchands de bois et marchands de laine.

53 AN, KK 1340 à 1343, Délibérations des six corps des marchands, 1620-1789.

54 Melon 1736, p. 97.

55 Lespinasse 1886-1897, t. II, p. 232-285.

56 Savary des Bruslons 1741, t. III, col. 358-359, article « Mercerie ».

57 « Ordonnance du roy Louis XIII servant de Statut aux Marchands Merciers, Grossiers, Joüailliers de cette Ville de Paris », datée de janvier 1613, dans Statuts, ordonnances et règlemens du corps des marchands merciers… 1694, p. 61-80.

58 C’est le cas d’Edme-François Gersaint. Voir Glorieux 2002.

59 Statuts, ordonnances et règlemens du corps des marchands merciers… 1694.

60 « Extrait des registres du Parlement », daté du 26 novembre 1594, dans Recueil des edits, declarations, sentences et arrests concernant & en faveur de la communauté des maîtres & marchands gantiers-poudriers-parfumeurs… 1748, p. 2.

61 Ibid., p. 4.

62 Ibid., p. 5.

63 « Lettre patente », datée de janvier 1614, dans Statuts, ordonnances, lettres patentes, privilèges, déclarations, arrests, sentences et délibérations servant de réglements pour la communauté des maîtres et marchands gantiers-poudriers-parfumeurs… 1748, p. 5.

64 « Statuts de la communauté des maîtres & marchands gantiers-poudriers & parfumeurs de cette ville, fauxbourgs & banlieue de Paris », dans ibid., p. 7-16.

65 « Déclaration du roy », datée du 12 décembre 1705, dans ibid., p. 31.

66 AN, Z1A/472 et 473.

67 AN, MC/ET/XCIV/49, transaction entre Anne Le Camus et les héritiers de Martial Parmentier, 6 janvier 1678.

68 Guiffrey 1881-1901, t. I, col. 394.

69 Ibid., col. 459.

70 Ibid., col. 568.

71 Danis 1926.

72 Félibien 1674, p. 99.

73 Garrigues 2001, p. 141.

74 Perez 2013, p. 107-115.

75 Guiffrey 1881-1901, t. IV, col. 30.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean Petitot le Vieux, Portrait de Philippe duc d’Orléans, vers 12 ans, XVIIe siècle, émail peint, 4 × 3,2 cm. Paris, musée du Louvre, inv. RF30926-recto.
Crédits © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Martine Beck-Coppola
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Fig. 2 : Signature de Martial Parmentier, issue de son contrat de mariage. Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Fig. 3 : Généalogie simplifiée de Martial Parmentier.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 4 : Archives nationales, MC/ET/XXIV/347, contrat de mariage entre Martial Parmentier et Anne Le Camus, 23 novembre 1637.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 5 : Le Mercier, 1695, estampe, dans « Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France », tome 71, pièces 6222-6327 (1695-1696), s. d. Paris, Bibliothèque nationale de France, RESERVE FOL-QB-201 (71).
Crédits © BNF, Dist. RMN-Grand Palais / image BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 6 : Paire de gants, Angleterre, 1630-1640. Paris, musée des Arts décoratifs, inv. 13031.
Crédits © Photo Les Arts Décoratifs, Paris / Jean Tholance, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. 7 : Michel Le Bouteux fils et Chales Le Bouteux, Veue et plan perspectif de Triannon planté d’orangers en pleine terre, 1680, eau-forte. Château de Versailles, INV.GRAV. 8405.
Crédits © Château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Fig. 8 : Jean-Baptiste Monnoyer, Vases et fleurs (détail), 1676-1700. Château de Versailles, MV 7214.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18216/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alice Camus, « Le parfumeur Martial : réalité historique du parcours d’un marchand mercier sous Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 02 octobre 2020, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18216 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18216

Haut de page

Auteur

Alice Camus

Alice Camus est attachée de recherche chez Guerlain. Elle est également chercheur invité au Centre de recherche du château de Versailles. Doctorante à Sorbonne Université, elle rédige actuellement une thèse en histoire moderne portant sur les parfumeurs de l’Ancien Régime qui fournissaient la cour, de Louis XIV à Louis XVI. Ses recherches se concentrent sur la pratique professionnelle de ces artisans et sur leur environnement socioculturel.
Alice Camus is associate researcher with Guerlain and guest researcher at the Centre de Recherche du Château de Versailles. A doctoral student at Sorbonne University, she is currently writing a modern history thesis on perfumers to the French court under the Ancien Régime, from Louis XIV to Louis XVI. Her research focuses on the professional practices of these artisans and their sociocultural environment. Contact : acamus[at]guerlain.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search