Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2020Les historiens et le mythe de Ver...

2020

Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours

Historians and the Myth of Versailles in Europe, from the 1960s to Present Days
Flavie Leroux

Résumés

« Le rayonnement de Versailles », dans l’Europe voire dans le monde, a longtemps été considéré comme acquis dans l’historiographie. Cette idée est étayée par les travaux des historiens, notamment français (Louis Réau, au premier chef), et relayée par plusieurs de leurs homologues à l’étranger, jusqu’au milieu, au moins, du xxe siècle. Elle participe à ériger Versailles en modèle pour les autres cours d’Europe et, ce faisant, contribue à sa mythification. L’enjeu de cet article est de revenir sur cette construction idéelle et scientifique : dans quelle mesure l’historiographie s’est-elle appuyée sur une idée fantasmée de Versailles et, inversement, comment a-t-elle contribué à l’entretenir ? Il s’agit également de restituer les évolutions de ce paradigme, en particulier ses remises en cause, afin de saisir comment les historiens l’ont progressivement disqualifié. Des premières critiques empiriques des années 1960-1970 à l’histoire des représentations, en passant par les transferts culturels et les Court Studies, retour sur plus d’un demi-siècle de réflexion scientifique pour mieux éclairer la recherche présente et à venir.

Haut de page

Notes de la rédaction

En complément de cet article, retrouvez celui de Gérard Sabatier, « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations », sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Texte intégral

Introduction

1Les contemporains qui l’ont fréquenté sous l’Ancien Régime, les visiteurs qui l’ont découvert au xixe siècle et les historiens qui s’en sont emparés depuis ont tous, à leur manière, participé à l’édification d’un Versailles métahistorique, voire mythique. Le programme de recherche « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècles) » mené par le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) depuis 2017 vise à étudier la construction, les évolutions et les effets de ce mythe tel qu’il a pu être vécu et élaboré par les acteurs historiques1. L’objectif de cet article est de contribuer à la réflexion, mais en se focalisant plutôt sur le Versailles des historiens, étudié dans ses rapports avec les autres cours d’Europe : dans quelle mesure l’historiographie s’est-elle appuyée sur une idée fantasmée de Versailles et a-t-elle contribué à l’entretenir ? Comment tente-t-elle de sortir de cet écueil ?

  • 2 Caraccioli 1777, p. vii.
  • 3 Rivarol 1784.
  • 4 L’expression est empruntée à Reynaud 1914, p. 8-9. Pour les autres références, voir Brunot 1905-193 (...)

2Dès 1777, l’écrivain Louis-Antoine Caraccioli formule l’idée d’une « Europe française », sous-titre de son ouvrage Paris, le modèle des nations étrangères2. Antoine de Rivarol relaie cette vision en tentant d’en démontrer la pertinence au niveau linguistique, dans De l’universalité de la langue française (1784)3. La question de « l’influence française » est dès lors au cœur de nombreux travaux, couvrant des disciplines variées et émanant pour la plupart d’auteurs français. Cette tendance nationaliste prend son véritable essor après la Révolution, sous la monarchie de Juillet et plus encore dans la première moitié du xxe siècle, au moment où émergent de nouveaux États particulièrement puissants (comme l’Empire allemand) et où pullulent les mouvements indépendantistes. Des linguistes comme Ferdinand Brunot, des littéraires comme Louis Reynaud ou encore des polygraphes comme Lefebvre Saint-Ogan considèrent la France comme « l’initiatrice par excellence de l’évolution4 » et Versailles comme l’une de ses plus brillantes manifestations, en particulier sur les plans artistique et culturel.

  • 5 Dussieux 1852 et, pour la citation, Fortoul 1844, « avis de l’éditeur ».
  • 6 Sur cette question, voir la synthèse proposée par Leroux [2021]. Sur l’historiographie de Versaille (...)
  • 7 Réau 1921, Réau 1921-1922, Réau 1922, Réau 1924-1933 et Réau 1954.
  • 8 Réau 1938, p. 237. Les italiques sont de Louis Réau.

3Si Hyppolite Fortoul et Louis Dussieux sont parmi les premiers à voir dans le château de Louis XIV le « centre de la civilisation de l’Europe5 », c’est surtout avec les travaux de l’historien de l’art Louis Réau que l’idée s’enracine durablement dans l’historiographie6. Les articles, les monographies (sur l’Allemagne rhénane, la Russie, la Pologne) et surtout la somme en quatre tomes que ce dernier consacre à la question de l’art français instituent Versailles en paradigme esthétique, architectural voire politique, au moins pour le xviiie siècle7. Ainsi, selon cet auteur, « tous les princes de l’Europe se sont évertués à imiter dans la mesure de leurs moyens le château de Versailles avec son parc ordonné par Le Nôtre et ses annexes de Marly et des Trianons : type accompli de la résidence royale » ; en somme, l’Europe aurait emprunté à Versailles « son art de Cour, à Paris son art de société8 ».

4En dépit de ses conclusions sujettes à controverse, Réau a longtemps constitué une référence. En témoignent notamment les travaux produits peu après lui par Pierre Lespinasse et Pierre Poinçon de La Blanchardière, dit Pierre Du Colombier9. Plus récemment, nombre d’études qui abordent de près ou de loin la question des rapports entre Versailles et l’Europe s’appuient encore sur cette vision centrée sur le rayonnement du château français. L’idée a à tel point imprégné l’imaginaire collectif qu’aujourd’hui encore plusieurs palais royaux ou princiers d’Europe sont présentés dans les guides de voyage, dans les revues de vulgarisation historique voire sur leur site Internet institutionnel comme des copies de Versailles, argument apparemment imparable pour attirer les visiteurs. Pour n’en citer que quelques exemples, retenons en particulier Boughton House, le « Versailles anglais », la Venaria Reale, le « Versailles italien », ou Tsarskoïe Selo, le « Versailles russe10 ». Finalement, ce mythe d’une Europe non seulement française mais plus précisément versaillaise, forgé par les acteurs historiques mais aussi par l’historiographie, est longtemps considéré comme acquis. Il n’est questionné qu’à compter des années 1960, grâce à de nouvelles propositions méthodologiques qu’il s’agit ici d’examiner.

Premières contestations : relativiser le mythe en l’interrogeant de l’extérieur

Bottineau (1962-1963) : introduire des questionnements à l’aune d’un cas particulier

  • 11 Digard 1934, p. 3.
  • 12 Mandon 1872, p. 624.
  • 13 Baudrillart 1890, IV, p. 449.
  • 14 Ibid., I, p. 78.

5Dès 1934, l’historienne de l’art Jeanne Digard s’interroge sur le degré d’imitation de Versailles, en prenant pour étude de cas le palais espagnol de La Granja. Sa démarche, novatrice, consiste à relever les analogies mais aussi et surtout les différences entre les jardins des deux résidences, l’amenant à conclure que « La Granja nous paraît autre chose qu’un simple reflet de Versailles […] [et qu’] elle mérite d’être considérée comme une création de caractère original, riche de nouveautés11 ». Digard prend alors clairement le contre-pied de ses prédécesseurs, comme Mandon, qui, dans un article publié en 1872, partait du principe qu’il a nécessairement existé une « influence française sur la constitution espagnole » après l’avènement de Philippe V12. Alfred Baudrillart reprenait et développait cette même vision dans les cinq volumes édités en 1890 sur Philippe V et la cour de France. Il lui paraissait inévitable que la « confiance [du roi d’Espagne] allait naturellement à ce qui venait de France13 ». Ainsi, la domination française se serait exercée aussi bien sur le plan politique que dans le domaine des arts et de la vie de cour. Pour illustrer son propos, Baudrillart donne, comme Mandon, divers exemples, notamment les démarches menées pour abaisser les grands, les réformes de la Maison du roi « sur le modèle de celle du roi de France14 » ou encore les travaux menés à Aranjuez et La Granja.

  • 15 Bottineau 1993 [1962]. Pour cet article, nous nous appuyons sur une réédition de 1993, qui tient co (...)

6C’est sur ce dernier point qu’est introduit un véritable questionnement, d’abord avec l’étude de Jeanne Digard sur la statuaire des jardins, ensuite, et plus encore, avec les travaux de l’historien de l’art et archiviste-paléographe Yves Bottineau. Ce dernier fait paraître en 1962 un ouvrage consacré à L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V (1700-1746), qu’il présente en 1963 en Sorbonne comme thèse principale pour le doctorat ès lettres15. À contre-courant de l’idée jusqu’alors généralement admise par la communauté historienne, Bottineau déplore qu’

  • 16 Bottineau 1993 [1962], p. 128.

on [ait] trop souvent [pris] l’habitude d’écrire, à ce propos du règne de l’ancien duc d’Anjou, que, formé dans le luxe et la majesté de Versailles, il chercha toujours à les reconstituer dans son royaume. L’étude réfléchie de certains faits nuance fortement la part de vérité de ce lieu commun16.

7Pour le démontrer, il mobilise aussi bien l’histoire de l’art que les méthodes de Lucien Febvre. Il propose ainsi d’opérer un décloisonnement à la fois scientifique et documentaire en confrontant les sources françaises aux sources espagnoles. L’étude de l’Espagne du début du xviiie siècle se prête particulièrement à cette démarche puisqu’elle constitue un cas limite, celui de l’avènement d’une dynastie française sur le trône espagnol, et donc d’une période qui semble a priori particulièrement propice à l’exercice d’une influence française. Même s’il montre qu’un tel rayonnement a pu fonctionner, Bottineau s’attache à mettre en lumière ses nombreuses limites, qui relèvent à la fois de l’éducation de Philippe V, des ressources à sa disposition, mais également de la concurrence exercée par d’autres modèles, venus notamment d’Italie. C’est ainsi toute la question de l’articulation entre tradition espagnole et influences étrangères (française notamment) qui est soumise à un regard critique.

  • 17 Ibid., p. 244.
  • 18 Ibid., p. 204.

8Au terme de la démonstration menée par Bottineau, il apparaît finalement que l’Espagne de Philippe V ne s’inspire véritablement de la France que dans deux domaines, qui plus est de manière relativement mesurée : les arts et la cour. Pour les arts, il s’agit d’abord de l’introduction de la musique de chambre, de la poésie et du théâtre français ; ensuite, de l’aménagement des palais royaux, auxquels on cherche à donner plus de prestige et plus de confort, à la manière de Louis XIV, afin de « fournir à la dynastie un indispensable élément de représentation et procurer à l’Espagne le remède à son infériorité du moment17 ». De nombreux projets sont proposés par des architectes français pour le Buen-Retiro et l’Alcázar de Madrid, comprenant, comme à Versailles, l’aménagement d’appartements de parade et d’enfilades. Pour ce qui concerne plus directement la vie de cour, l’influence française se ressent dans la volonté de Philippe V d’instaurer un équilibre entre autorité du souverain et autorité des grands. Le partage des honneurs de sa cour avec ceux de la cour de France, l’installation de la « casa francesca », la création d’une garde du corps et la plus grande facilité d’accès à sa personne en sont autant de manifestations : en somme, comme à Versailles, « le roi était [devenu] visible, servi, gardé, et s’il le voulait, il était obéi18 ». Mais même si la cour espagnole est irriguée par certaines pratiques françaises, il n’en reste pas moins qu’elle conserve nombre de ses habitudes, notamment dans les modes vestimentaires et dans les divertissements.

  • 19 Ibid., p. 252.
  • 20 Ibid., p. 597.

9En outre, tous ces projets de réformes, bien que nombreux, sont rarement mis à exécution en raison de la conjoncture économique et militaire du royaume espagnol. Autant dans le domaine aulique que dans le domaine artistique et palatial, l’influence de Versailles ne pénètre donc pas profondément ; « apparemment toute-puissante, l’influence de la civilisation française fut pourtant limitée19 » dans les faits et même dans le temps. En effet, après le décès de sa première épouse, issue de la maison de Savoie, Philippe V se marie avec une princesse parmesane, Élisabeth Farnèse. Dès lors, dans tous les domaines, l’influence française perd du terrain au profit de l’Italie et se cantonne à l’art des jardins, notamment à La Granja. Mais même là, l’intention politique est à l’opposé de celle de Louis XIV à Versailles puisqu’il s’agit d’un lieu de retraite, et non pas d’une résidence pour déployer le faste du pouvoir monarchique. Finalement, Bottineau montre que le rayonnement du modèle versaillais reste très modeste, tandis que l’art de cour espagnol mêle « traditions locales et influences étrangères, particulièrement françaises et italiennes20 ».

L’article fondateur de Baillie (1967) : questionner « l’imitation de Versailles »

  • 21 Baillie 2014 (traduction en français).
  • 22 Baillie 2014, § 3.

10Même dans le cas limite que représente l’Espagne de Philippe V, l’idée d’une influence unilatérale exercée par la France (et plus particulièrement par Versailles) perd du terrain grâce au travail monumental réalisé par Yves Bottineau. Peu après sa première parution, un universitaire anglais, Hugh Murray Baillie, porte la même réflexion sur d’autres terrains, tout en introduisant de nouvelles méthodes et perspectives de recherche. Le résultat de ce travail est présenté lors d’une conférence donnée en 1966 devant la Society of Antiquaries de Londres, puis publié l’année suivante dans la revue Archeologia21. La démarche de l’auteur trouve son origine dans une expérience vécue après-guerre, au moment où il était chargé par le gouvernement britannique de la conservation des monuments de la région rhénane. Interpellé par la remarque d’un collègue déplorant qu’un de ces monuments n’était « qu’une imitation de Versailles », Baillie fait la constatation d’un décalage, à l’origine de sa réflexion : « Je ne voyais aucune ressemblance réelle entre les deux palais, pas plus que […] ces plans ne me semblèrent avoir un quelconque rapport avec ceux du Versailles de mes souvenirs22. »

  • 23 Ibid., § 8.

11Baillie ouvre alors la voie à plusieurs interrogations fondamentales pour questionner le mythe de Versailles, qui seront d’ailleurs pour la plupart reprises et approfondies dans les années qui suivront. En premier lieu, il pose comme Bottineau la question de la continuité et des origines en insistant sur la nécessité de distinguer imitations et points communs. Il dépasse ensuite la méthode développée par Louis Réau en proposant de relier systématiquement le cadre de vie (le palais) aux événements qui s’y tiennent, en particulier ceux qui relèvent du cérémonial. Enfin, pour saisir les particularités de chaque cas d’étude, il adopte une approche comparative consistant à opposer chaque cour à « ce qui se fait à l’extérieur23 ». En compilant des matériaux documentaires variés tels que des plans, des livres de comptes, des mémoires et des correspondances, il confronte ainsi l’agencement et l’usage des appartements officiels de plusieurs palais royaux et princiers : St James, Hampton Court et Whitehall pour illustrer le système anglais, châteaux de Fontainebleau, du Louvre et de Versailles pour le système français, palais de l’électeur de Cologne à Bonn et du prince électeur de Wurtzbourg pour le système allemand.

  • 24 Ibid., § 26 et 44-45.
  • 25 Ibid., § 34.
  • 26 Ibid., § 25 et 35.
  • 27 Ibid., § 41.
  • 28 Ibid., § 40.

12Il apparaît alors que la cour de France présente « un contraste saisissant » avec celle d’Angleterre et celles des principautés allemandes, ces dernières présentant en revanche des « similitudes », qui « s’étendent aussi à la cour d’Espagne », à la cour impériale (inspirée de la précédente), voire aux cours danoise et russe24. Versailles fait ainsi figure d’exception, et ce dans plusieurs domaines. L’accès à la personne royale s’y mesure ” non pas en termes spatiaux – c’est-à-dire, comme en Angleterre, par le nombre de pièces qu’il fallait traverser – mais en termes temporels : le moment auquel on assistait à l’habillement ou au déshabillement du roi25 ». Ainsi à Versailles, où « le roi vivait en public » et où la chambre de parade était « le point focal du palais26 », on ne retrouve pas de dédoublement strict entre espaces publics et espaces privés. À la limite, Baillie considère qu’une inspiration française au niveau de la topographie palatiale peut être décelée dans les maisons de plaisance de certains princes allemands, mais davantage sur le modèle de Vaux-le-Vicomte. Si « tous ces éléments permettent de définir un profil qui montre les limites de l’influence de Versailles27 », l’auteur concède en outre qu’il existe quelques domaines où cette influence pouvait s’exercer : la gastronomie, la danse, l’architecture ou encore la mode, notamment dans le domaine décoratif et vestimentaire – en somme, tout ce qui relèverait d’une « extravagance égoïste et ostentatoire28 ».

Les propositions de Mandrou (1967-1977) : repenser les modèles

  • 29 Mandrou 1961 et Mandrou 1968. Les données biographiques sont tirées de [Collectif] 1985.
  • 30 Mandrou 1967 et Mandrou 1977 (traduction en français).

13Les travaux de Bottineau, comme ceux de Baillie, prennent place dans un contexte propice à leurs réflexions critiques : la fin de la Seconde Guerre mondiale, suivie des Trente Glorieuses, et, plus spécifiquement pour ce qui concerne la science historique, le renouveau méthodologique insufflé par les Annales, sous l’impulsion de Marc Bloch et de Lucien Febvre. Robert Mandrou, disciple du second, participe à ce mouvement par le biais d’un champ encore peu exploré, celui de la psychologie historique. Il écrit un essai puis une thèse ayant un rôle fondateur dans la naissance de l’histoire des mentalités29. Comme Baillie, Mandrou s’intéresse ensuite à l’Europe, et en particulier à l’Allemagne, où la Seconde Guerre mondiale l’a mené dans des circonstances dramatiques. À la fin des années 1960, il élargit sa réflexion à la question de la « prépondérance française » (à noter que le terme influence est rejeté), d’abord dans sa synthèse La France aux xviie et xviiie siècles, puis dans un ouvrage traitant des monarchies, publié dans un ensemble de six volumes consacrés à l’histoire de l’Europe30. Dans ces deux études, Mandrou propose lui aussi une nouvelle lecture de la place à attribuer au mythe de Versailles en Europe, en le considérant dans une acception plus générale, prise cette fois sous un angle social et politique qui dépasse la seule société de cour : le « modèle absolutiste français ».

  • 31 Mandrou 1977, p. 186.

14C’est en s’appuyant sur ce cas d’étude que l’historien développe toute sa théorie pour penser la notion de « modèle », qui se décline en quatre temps : d’abord comprendre la définition du modèle considéré, ensuite observer comment il se donne à voir et comment il est perçu, enfin en étudier la diffusion. Cette manière d’aborder la question permet à Mandrou d’interroger à nouveau frais l’idée d’” Europe française » : sans renier totalement la thèse soutenue par Louis Réau, il en propose une nouvelle lecture moins descriptive et insiste sur les processus complexes qui sous-tendent l’idée d’une « expansion française » au xviiie siècle. Ainsi, plutôt que de se limiter à observer la présence des artistes français à l’étranger – et à en déduire la diffusion d’un modèle artistique –, il faut « s’interroger sur la signification qu’il convient d’accorder à des phénomènes qui méritent plus que des énumérations complaisantes31 ».

  • 32 Mandrou 1967, p. 218.
  • 33 Mandrou 1977, p. 190.

15La mise en œuvre de cette méthode permet de dégager dans le « modèle absolutiste français » plusieurs points de tensions. D’abord, il s’avère que ce système politique se diffuse une fois devenu obsolète : bien qu’émanant de Louis XIV, il connaît un certain succès en Europe après la mort de ce roi, à un moment où la réalité de la monarchie française est tout autre. Versailles, en particulier, inspire d’autres résidences alors que sa vocation primitive commence à lui être déniée, comme l’indiquent les transformations architecturales commandées par Louis XV et Louis XVI. À ce décalage chronologique s’ajoutent également plusieurs déformations d’ordre herméneutique : diffusé aussi bien par la littérature thuriféraire que par la littérature dissidente produite en dehors de France, le modèle peut être compris de diverses manières, parfois contradictoires. Certains souverains se réapproprient ainsi le château de Louis XIV pour exprimer dans l’architecture un pouvoir plus grand que celui qu’ils exercent dans les faits. Versailles apparaît alors comme un « phénomène unique32 », que Mandrou invite à interroger. Il faut d’abord circonscrire avec précision la manière dont le palais fait modèle car « une signature française ne suffit pas à définir une part univoque de ce rayonnement tellement exalté par les témoins et les générations suivantes33 ». Cela suppose de considérer dans toute leur variété les éléments participant à l’identité de Versailles, aussi bien les jardins que le château, l’artisanat de luxe, les pratiques de pouvoir ou encore les discours politiques. Enfin, pour comprendre comment opèrent les réappropriations, il est nécessaire de prendre en compte la position, les ressources et les intentions des commanditaires.

François et les transferts culturels (années 1980) : forger de nouveaux outils conceptuels

  • 34 Sur les débuts de ce courant et sa théorisation, voir notamment Espagne et Werner 1985, Espagne et (...)
  • 35 François 1988.
  • 36 Ibid., p. 35.
  • 37 Ibid., p. 45.

16Cette approche relativiste développée par Mandrou est poursuivie quelques années plus tard par un autre historien germaniste, Étienne François. Ce dernier applique le même type de questionnement pour approfondir la connaissance des rapports franco-allemands à l’époque moderne, mais en se plaçant dans le cadre d’un nouveau courant historiographique : les transferts culturels, conceptualisés par Michel Espagne et Michael Werner au milieu des années 198034. François contribue à ce renouvellement épistémologique en particulier à l’occasion d’un colloque organisé à Göttingen en 1986. L’article qu’il publie dans les actes se révèle fondamental pour introduire une nouvelle réflexion sur la place à accorder à Versailles comme « modèle » pour l’Europe35. D’abord, il souligne que les emprunts à la France ne correspondent pas nécessairement à l’image que ce royaume voulait donner de lui-même, notamment sous Louis XIV. Le champ du rayonnement versaillais apparaît alors limité, touchant surtout « le domaine de la représentation princière » mais « dépassant de beaucoup le simple domaine de l’architecture ou de l’art de cour36 ». François montre ensuite que ces emprunts ne sont pas de plates imitations mais, au contraire, se mêlent à des influences d’origines diverses et peuvent recouvrir des enjeux complètement différents, voire inverses, sur le plan politique. Il va même plus loin en affirmant que « les phénomènes de fécondation réciproque » l’ont emporté sur « les phénomènes de domination culturelle37 ».

  • 38 Pour des exemples dans ce second domaine, voir en particulier Nolde et Opitz 2008, Calvi et Chabot (...)
  • 39 Sur ce dernier point, voir Dmitrieva et Espagne 1996.
  • 40 Espagne et Middell 1993.

17Ce faisant, François s’inspire des transferts culturels autant qu’il participe à ce mouvement, particulièrement fécond pour interroger à nouveaux frais l’hégémonie française – et versaillaise. Cette méthode d’analyse récuse l’idée d’” influence » – qui suppose un rapport de force favorable au pays émetteur – et jette un regard critique sur le comparatisme – qui a tendance à figer les oppositions. À l’inverse, la notion de « transfert » permet d’insister sur les interpénétrations en proposant de nouveaux outils d’analyse : comprendre les systèmes d’origine et saisir les processus d’échange en distinguant l’émission du message, sa transmission, son décodage, sa réception puis son intégration et sa transformation par réinterprétation. Il ne suffit donc pas de tenir compte des influences mutuelles exercées entre deux entités territoriales, il faut aussi considérer les conditions d’accueil qui caractérisent l’entité réceptrice. Cet appareil critique a donné lieu à de nombreux travaux, notamment en histoire diplomatique et en histoire du genre38. Cependant, la théorie initialement développée par Espagne et Werner connaît diverses modulations au début des années 1990, notamment avec la prise en compte de nouveaux paramètres, comme l’échelle locale ou les transferts triangulaires39. Dans l’ouvrage collectif dirigé par Michel Espagne et Matthias Middell, consacré à la Saxe, plusieurs contributions reviennent ainsi sur les échanges de cette région avec Versailles : le texte de Siegfried Hoyer met en lumière le regard porté sur la France depuis la Saxe, tandis que l’article de Michael Märker se focalise plutôt sur les musiciens français installés sur place et celui de Katrin Keller sur les fêtes40.

  • 41 Werner et Zimmerman 2004. Ces réflexions ont ensuite invité à préférer la notion d’” échange » à ce (...)
  • 42 Voir, entre autres exemples, Muchembled 2006-2007 et Thomson, Burrows et Dziembowski 2010.
  • 43 Voir notamment Beaurepaire 2007 et Nolde et Opitz 2008. Pour des exemples antérieurs de travaux tra (...)
  • 44 Les travaux d’Eva-Bettina Krems seront mentionnés plus loin. Pour les travaux en musicologie, voir (...)

18Au milieu des années 2000, les transferts culturels sont à leur tour soumis à un regard critique et complétés par de nouvelles perspectives méthodologiques. Dans un numéro spécial de la revue Le Genre humain, Michael Werner et Bénédicte Zimmerman pointent ainsi plusieurs angles morts dans l’idée de « transfert » : la fixité des cadres de référence, l’invariance des catégories d’analyse et la prise en compte insuffisante de la question de la réciprocité41. Pour surmonter ces difficultés, ils proposent une nouvelle approche, à la fois pragmatique et réflexive : l’histoire croisée. Cette approche implique de travailler à partir d’un point d’intersection et donc d’adopter une perspective multidimensionnelle, en considérant les objets les uns par rapport aux autres mais aussi les uns à travers les autres. Plusieurs croisements sont donc possibles : intrinsèques à l’objet (étude du croisement en lui-même ou de ses résultats), regards portés sur l’objet, rapports entre l’observateur et l’objet, imbrication des échelles. Ces perspectives ont inspiré de nombreux travaux en histoire transnationale42. De même, un colloque organisé en 2006 à Bâle invite à envisager autrement la question des transferts culturels, en se focalisant sur les acteurs de la médiation, et en particulier sur les sociabilités et les liens familiaux transfrontaliers, plutôt que sur les échanges entre des espaces nationaux ou régionaux43. Mais malgré les potentialités ainsi ouvertes, ces perspectives méthodologiques n’ont que rarement été appliquées à l’histoire de l’Europe des cours, à l’exception notable de la recherche d’Eva-Bettina Krems sur la Bavière et des travaux internationaux en musicologie qui confrontent notamment les cours italiennes44.

Versailles dans les Court Studies : du paradigme éliasien à la disqualification du modèle

Versailles mis en concurrence : exception plutôt que modèle ?

  • 45 Sur ce courant, voir Fantoni 2012. Plus spécifiquement sur la manière dont les historiens ont étudi (...)

19Alors qu’apparaissent de nouvelles théories et méthodes avec les transferts culturels puis l’histoire croisée, en parallèle se développe un mouvement visant à proposer un nouveau regard sur les milieux auliques : les Court studies45. Les deux courants restent le plus souvent détachés l’un de l’autre, ce qui n’empêche pas au second de participer lui aussi à la réflexion sur le mythe versaillais, mais davantage par des études de terrain que par la définition de cadres d’analyse. Les travaux issus des Court Studies se placent alors plutôt dans la continuité des pistes proposées par Baillie en 1967 :

  • 46 Baillie 2014, § 49.

En traitant les palais non plus comme des coquilles architecturales vides, mais comme des “machines” faites pour y vivre, et en suggérant les grands principes de la mécanique des différentes cours, on pourra mieux comprendre les problèmes spécifiques posés par l’architecture, mieux évaluer les influences46.

  • 47 Nous nous référons ici à une édition traduite en français : Elias 1985 (1re éd. 1969 et 1re trad. 1 (...)
  • 48 Elias 1985, p. 310.
  • 49 Pour une synthèse sur cette notion, voir Pagès 2017, p. 37-63.
  • 50 Gordon 2002. Sur la réception d’Elias en France, voir aussi Burguière 2009, Wieviorka, Burguière, C (...)
  • 51 Chartier 2010, p. 43.
  • 52 Elias montre même dans The Germans que le cas allemand est à l’opposé du cas français (Elias 1996, (...)
  • 53 Krüdener 1973. Pour une synthèse sur cette étude, voir Duindam 1995.

20À cet égard, la parution, à la fin des années 1960, puis les traductions de La société de cour, du sociologue allemand Norbert Elias, représentent une étape fondamentale, autant pour l’étude des cours en général que pour l’institution de Versailles en paradigme47. Pour la première fois, la cour se détache de l’histoire anecdotique ou régionale et devient un sujet d’histoire politique. En s’appuyant sur le modèle louis-quatorzien, Elias la définit comme un « vaste complexe de groupes d’élites interdépendants48 » : elle contraint le souverain, et plus encore la noblesse, en même temps qu’elle sert leurs intérêts respectifs, créant des attentes de part et d’autre. De la sorte, la société de cour constitue un instrument de centralisation du pouvoir et de contrôle sur les individus, qui participe d’un « processus de civilisation49 ». Relayée par des historiens de renom comme Roger Chartier ou Jacques Revel, l’œuvre d’Elias connaît une belle postérité, notamment en France, incitant même Daniel Gordon à parler de « canonisation50 ». Ainsi, le sociologue contribue à ériger Versailles en « modèle universel51 » – même si là n’était pas nécessairement son intention52. A également pris part à ce mouvement l’historien Jürgen Freiherr von Krüdener53. Bien qu’elle soit parue trop peu de temps après celle d’Elias pour entrer en dialogue avec elle, son étude reprend globalement les mêmes idées, en comparant le cas français aux cas impérial et allemands. Au même titre que les finances, les armées ou l’administration, le développement des cours – en matière de personnel, de dépenses, d’organisation, de prestige – aurait contribué à étendre le pouvoir personnel du roi : à l’instar de la France, la cour devient indissociable des pratiques de gouvernement et attache la noblesse au souverain, en créant une dépendance économique. Elle aurait ainsi joué un rôle central dans la montée de l’absolutisme.

  • 54 Ehalt 1980 et Plodeck 1972, cités par Duindam 1996.
  • 55 Dickens 1977.
  • 56 Hatton 1977.
  • 57 Ibid., p. 261. Toutes les traductions sont de l’auteur de l’article.

21Ce « modèle » prôné par Elias puis par Krüdener se retrouve transposé dans l’étude de Hubert Christian Ehalt sur la cour impériale ou encore dans celle de Karin Plodeck sur la cour de Brandebourg54. La démonstration éliasienne imprègne même certains des travaux collectifs à dimension internationale qui commencent à voir le jour à la fin des années 1970. Ainsi en est-il de The Courts of Europe, dirigé par Arthur Geoffrey Dickens et paru en 197755. Le recueil s’organise autour de quatorze enquêtes portant sur un souverain ou une dynastie, censés incarner une cour « type » sur une période donnée. En insistant sur les aspects politiques et artistiques (comme le patronage, l’organisation sociale et dynastique) plutôt que sur les aspects anecdotiques (les gossips), le but est de relever les particularités de chacun des cas d’étude et donc de souligner les contrastes qu’il est possible d’observer à l’échelle européenne. Si la variété des cours observées semble permettre la réalisation de cet objectif, il s’avère que la contribution consacrée à la France, écrite par Ragnhild Hatton, constitue plutôt un frein à la réflexion56. En effet, dans le prolongement de la tradition historiographique, Versailles apparaît là encore « comme un modèle » (« as model ») : « Au début de la période des Lumières, la cour de Versailles s’était imposée, une fois pour toutes, comme le modèle même des cours européennes » (« the court of Versailles had impressed itself, once and for all, as the very model of European courts during the early Enlightenment57 »). Néanmoins, l’auteur apporte une importante nuance à cette vision uniforme : selon elle, le modèle agit surtout sur les « extérieurs » (jardins, divertissements, etc.), tandis que l’arrangement palatial et le quotidien princier relèvent davantage du modèle bourguignon.

  • 58 Sur ces organisations, voir Paravicini 2012 et Visceglia 2012
  • 59 Seules quelques contributions ont été publiées sous forme d’articles, mais elles n’ont pas été rass (...)
  • 60 Asch et Birke 1991.
  • 61 Ibid., p. 4.
  • 62 Ibid., p. 26.
  • 63 Adamson 2000 (1re éd. 1998).
  • 64 Ibid., p. 11

22Cette réflexion, qui tend déjà à remettre en cause l’omnipotence du paradigme versaillais, progresse encore dans les années suivantes, notamment grâce aux recherches empiriques menées dans le cadre d’autres projets internationaux. Les travaux collectifs des Mitteilungen der Residenzen-Kommission engagés en 1991, la Society for Court Studies établie en 1996 côté anglophone, ou encore les publications soutenues à partir de 1976 par le Centro Studi Europa delle Corti participent de ce mouvement en proposant une approche pluridisciplinaire et transnationale qui se détache de la théorie éliasienne58. Alors que Versailles connaît un important regain d’intérêt à la suite du grand colloque international organisé en 1985 par Guy Walton et W. Howard Adams59, les critiques des travaux du sociologue se développent également à l’occasion de plusieurs manifestations scientifiques. Celle qui fut organisée en 1987 par le German Historical Institute de Londres poursuit la réflexion sur la fonction politique des cours en Europe, en se focalisant surtout sur l’Angleterre et sur le Saint Empire et en choisissant une périodisation qui exclut délibérément Versailles (circa 1450-1650). Les actes qui en sont issus, édités par Ronald Asch et Adolf M. Birke, s’éloignent ainsi encore un peu plus du référent que pouvait constituer le cas français, et ce en prenant deux directions60. Les contributeurs se détachent d’abord des conclusions tirées par Elias à partir du cas versaillais : plutôt que de considérer la cour comme un instrument de domestication de la noblesse, ils proposent de la voir comme un « point de contact » entre le souverain et ses sujets aristocratiques, caractérisé par des « échanges mutuels61 ». En outre, l’approche ici adoptée se focalise sur les origines médiévales de la cour, ce qui oblige à considérer d’autres modèles potentiels et à en évaluer la portée. « Le cas classique de Versailles » est donc mis de côté, au profit d’un autre tout aussi « mythique62 » : celui des ducs de Bourgogne, qui n’en est pas moins critiqué par le spécialiste de la question, Werner Paravicini. Dans la même lignée se place le collectif Princely Courts of Europe paru en 1998, qui réunit treize chercheurs63. Les contributions insistent sur le caractère composite des cours européennes et renoncent alors à la vision monolithique du modèle absolutiste. En ce sens, la perspective se détache, là encore, du modèle versaillais, notamment pour ce qui concerne le fonctionnement de la résidence royale, la situation de la ville et les rapports entre roi et noblesse. En somme, il apparaît désormais clair que Versailles est « l’exception plutôt que la règle » (« the exception rather than the rule64 ») et peut, à ce titre, être relégué au second plan dans nombre d’études comparatives sur les cours européennes.

  • 65 Duindam 1995. Pour une synthèse des arguments de l’auteur, voir Duindam 1996.
  • 66 Pour un bilan de la question, voir Cosandey et Descimon 2002.
  • 67 Duindam 1995, p. 190.

23Le paradigme versaillais est d’autant plus disqualifié que s’opère au même moment une sévère remise en cause du modèle développé par Elias dans La société de cour. À l’origine de ce mouvement se trouve notamment l’historien néerlandais Jeroen Duindam, qui, en 1992, soutient une thèse plus tard publiée sous le titre Myths of Power : Norbert Elias and the Early Modern European Court65. L’objectif est de confronter la démonstration d’Elias à l’histoire empirique et à l’approche anthropologique. Après avoir présenté les différents arguments développés par le sociologue, Duindam les met à l’épreuve des sources et des apports récents de la recherche historique – interrogeant notamment la notion d’absolutisme66. Il en ressort que le modèle éliasien comporte plusieurs faiblesses, d’abord à un niveau méthodologique, ensuite à un niveau plus directement historique : le pouvoir exercé par le roi est surestimé et, concomitamment, les pressions que peut exercer la noblesse sont sous-estimées, alors que les deux entités sont moins séparées par une relation de domination qu’unies par des intérêts communs. Duindam souligne que, malgré sa puissance, le souverain est également pris dans un ensemble de contraintes (somptuaires, cérémonielles), tandis que la noblesse conserve, voire gagne une forme de pouvoir avec la centralisation aulique qui s’opère sous Louis XIV. En outre, le modèle de la « société de cour » à la française ne se transpose pas aisément à d’autres contextes, notamment celui de l’Empire, en particulier pour ce qui concerne les rapports de pouvoir et le processus de civilisation. Si l’héritage d’Elias reste fondamental – ne serait-ce que parce qu’il invite à réinterpréter la question curiale –, Duindam propose de le considérer tel un « jeu d’échec » dont il faudrait « positionner les pièces différemment67 ». Finalement,

  • 68 « The study of court and kingship has always focused too heavily on the imposing example of Louis X (...)

l’étude de la cour et de la royauté s’est toujours trop fortement focalisée sur l’exemple imposant de Louis XIV. Une vision unilatérale et exacerbée du règne du Roi-Soleil est ainsi devenue la norme et le modèle pour [comprendre] l’exercice du pouvoir au début de la période moderne. Néanmoins, appliqué à d’autres espaces, ce modèle d’inspiration française s’avère être un guide peu adapté. Des situations radicalement variées ne peuvent tout simplement pas être englobées sous un seul paradigme de l’exercice du pouvoir68.

  • 69 Gordon 1994 et Le Roy Ladurie 1997, p. 515-520, annexe 1 (« Sur Norbert Elias »).

24Duindam n’est pas le seul à critiquer La société de cour. Également au milieu des années 1990, d’autres remises en cause voient le jour, notamment aux États-Unis, avec Daniel Gordon (1994), et en France, avec Emmanuel Le Roy Ladurie (1997)69. Bien que tous s’accordent pour souligner l’apport fondamental de la pensée d’Elias sur le plan épistémologique, il n’en reste pas moins que ses conclusions quant au fonctionnement et au rôle « civilisateur » de la société de cour perdent leur valeur de modèle. Ainsi en est-il également du paradigme de Versailles.

Usages locaux et création de nouvelles pratiques curiales

  • 70 Winterling 1986.
  • 71 Klingensmith 1993.
  • 72 Ibid., p. 118.

25Ces critiques trouvent un écho particulièrement notable au niveau empirique, notamment dans les recherches menées sur les cours allemandes. À cet égard, l’un des premiers ouvrages à relever est celui d’Aloys Winterling. Paru en 1986, il met à l’épreuve les théories d’Elias en prenant pour étude de cas la cour de l’électorat de Cologne70. L’auteur insiste notamment sur le pouvoir qu’y exerce la noblesse, en conservant le monopole sur les offices, et présente ainsi l’exemple d’une cour où la « domestication » ne fonctionne pas. S’il admet que certains éléments de cérémonial se rapportent à des pratiques françaises, il montre également que les enjeux sont différents : il ne s’agit pas pour le prince de montrer sa toute-puissance et son caractère divin, mais d’affirmer sa place à la tête de sa noblesse et au sein du Saint Empire, donc au-delà du seul territoire où s’exerce sa souveraineté. En 1993, la même perspective est adoptée par Samuel John Klingensmith pour une étude portant cette fois sur la cour des électeurs de Bavière71. La mise en œuvre est cependant différente puisque l’auteur procède d’abord à une analyse chronologique focalisée sur les résidences princières – celle de Munich puis les « maisons de campagne » Nymphenburg et Schleissheim – avant de traiter plus spécifiquement de l’articulation entre les espaces et le mode de vie ritualisé. Il apparaît alors que Versailles n’est qu’une source d’inspiration partielle, qui prévaut surtout dans les divertissements et les comportements. À l’inverse, le cérémonial de cour, l’organisation des maisons domestiques et la distribution du palais sont quant à eux inspirés de ce qui est observé à Vienne. En somme, « la cour bavaroise combinait des éléments des modèles français et habsbourgeois » (« the Bavarian court ultimately combined elements of the Hasburg and French models72 »).

  • 73 Bauer 1993.
  • 74 Ibid., p. 55.

26Volker Bauer propose la même année une synthèse de ces apports, tout en poussant plus avant la réflexion sur le terrain théorique. Comme l’indique le titre de son ouvrage, Die höfische gesellschaft in Deutschland, il s’agit de réévaluer la démonstration éliasienne en soulignant certaines de ses apories, au premier rang desquelles la difficulté – voire l’impossibilité – à appliquer le modèle versaillais aux cours allemandes73. Ce modèle fait l’objet de nombreuses réinterprétations, modifications et transformations ; finalement, certains aspects seulement en sont retenus puis adaptés aux traditions locales. Le rayonnement de Versailles ne joue qu’un rôle secondaire dans ces processus complexes, d’autant que l’enjeu politique, dans les cours allemandes, comme l’a déjà souligné Winterling, n’est pas de contrôler la noblesse mais de faire valoir le rang du prince en le positionnant par rapport aux autres princes du Saint Empire. Ainsi, à l’inverse d’Elias, Bauer insiste plutôt sur les particularités propres à chaque principauté et sur la multiplicité des influences qui, combinées, amènent à un nouveau processus de création. Cela lui permet de dégager une « idealtypologie74 » (« typologie idéale ») des cours allemandes, distinguant cinq cas de figure possibles : la « zeremonielle Hof » (« cour cérémonielle »), la « Kaiserhof » (« cour du roi »), la « hausväterliche Hof » (« cour patriarcale »), la « gesellige Hof » (« cour de sociabilité ») et la « Musenhof » (« cour artistique »).

  • 75 Lorenz 1994.
  • 76 Polleroß 1987, Polleroß 1998, et, pour une publication plus récente, Polleroß 2014.
  • 77 Graf 1997, cité par Valenta 2017, p. 177.

27Cette idée d’une multiplicité des modèles d’influence et donc d’une hybridation amenant à de nouvelles créations invite progressivement à considérer face à Versailles d’autres paradigmes curiaux, en l’occurrence celui incarné par Vienne. Au milieu des années 1980 et jusque dans les années 1990, plusieurs travaux s’attachent d’abord à montrer les spécificités de la cour impériale : ceux de Hellmut Lorenz, qui insistent sur la position rétive vis-à-vis du « modèle » français et la préférence pour l’Italie75, ceux de Friedrich Polleroß, qui éclairent la variété des interactions avec d’autres traditions culturelles et soulignent ainsi les éléments identitaires propres au Saint Empire76, ou encore ceux de Henriette Graf, qui précisent l’organisation du cérémonial et son articulation avec la distribution des palais77.

  • 78 Duindam 2003, p. 13.
  • 79 Ibid., p. 318.
  • 80 Ibid., p. 302.

28La mise en parallèle du cas français et du cas impérial culmine au début des années 2000, avec la parution d’un ouvrage au titre particulièrement évocateur : Vienna and Versailles. Jeroen Duindam y poursuit sa réflexion autour des modèles curiaux : après un examen de l’historiographie dans The Myth of Versailles (1995), il propose ici de « revoir l’image tenace du Versailles de Saint-Simon » (« reconsider the tenacious imagery of Saint-Simon’s Versailles78 ») en en faisant une étude empirique et en la confrontant à une autre grande cour européenne. Il ne s’agit pas pour autant d’établir un catalogue des différences et des points communs, ni même de dégager des typologies auliques, mais de porter un regard différent sur Versailles à l’aune de l’exemple viennois (et vice versa) en retraçant en parallèle le développement des deux cours et leur fonctionnement. L’auteur aborde ainsi des domaines variés, tels que les effectifs des maisons royales, les dépenses et revenus liés aux offices, l’exercice du pouvoir en articulation avec la faveur, les mécanismes de patronage et de factions. Ce faisant, il disqualifie un certain nombre d’idées reçues longtemps véhiculées sur Versailles (en particulier par l’intermédiaire du « petit duc ») : il nuance le rôle central de la figure louis-quatorzienne, notamment dans l’élaboration des rituels de cour et l’augmentation des effectifs curiaux, il réfute l’idée d’une domestication des élites en montrant au contraire comment leur intégration à la cour leur a permis de gagner pouvoir, honneurs et récompenses matérielles – en somme, « la mécanique rigide de Versailles se révèle fausse à bien des égards » (« the rigid clockwork of Versailles shown to be false in many respects79 »). Les conclusions de l’auteur « ne rejoignent [donc] pas aisément la réputation de Versailles comme incarnation d’un pouvoir royal inconditionnel et indiquent que la cour de l’empereur a été, à certains égards, plus accomplie » (« do not fit easily with Versailles’ reputation for unqualified royal power, and they indicate that the emperor’s court was in some ways more conspicuously successful80 »). Se dégagent ainsi les principales caractéristiques permettant de définir les cours à l’époque moderne (caractère personnel du pouvoir, lien entre gouvernement et maison, organisation hiérarchique, service domestique), en même temps qu’est soulignée la variété des logiques qui les gouvernent.

  • 81 Kampmann, Krause, Krems et Tischer 2008.
  • 82 Krause 2008, p. 93.

29Duindam ouvre de nouvelles pistes de recherche saisies et approfondies notamment par les contributeurs à l’ouvrage collectif Bourbon-Habsburg-Oranien, édité à la suite d’un colloque par Christoph Kampmann, Katharina Krause, Eva-Bettina Krems et Anuschka Tischer81. Avec une approche qui se veut clairement pluridisciplinaire sont présentés trois « modèles concurrents » considérés sous l’angle dynastique : celui de la maison de Habsbourg, celui de la maison de Bourbon et celui de la maison d’Orange. Après avoir défini les caractéristiques de chacun de ces modèles (palais, production artistique et tradition culturelle) sont éclairées les rivalités qui les opposent, que ce soit physiquement, sur le terrain militaire, ou symboliquement, dans les discours et les images. Les contributions de Klaus Malettke et de Thomas Brockmann (sur la postérité historiographique), de même que celles de Katharina Krause et de Hellmut Lorenz (sur les résidences), conduisent à d’intéressantes mises en perspectives soulignant les différences fondamentales qui séparent les Habsbourg des Bourbons. Les premiers se référent surtout à la tradition familiale, tandis que les seconds insistent davantage sur l’individualité du monarque, à l’instar de Versailles, que Krause voit comme un « monument à la gloire de Louis XIV », « indépendant de l’histoire des Bourbons ou même de la dynastie capétienne » (« unabhängig von der Geschichte der Bourbonen oder gar der kapetingischen Dynastie82 »). L’enjeu de l’ouvrage est également de croiser les approches pour saisir les interactions culturelles, entre perception et transfert. Il en ressort que se sont davantage opérées des appropriations multiples qu’une influence unilatérale, notamment de la France vers les principautés allemandes. En prenant l’exemple des Wittelsbach, Eva-Bettina Krems distingue ainsi les inspirations en matière de gouvernement et de légitimation des inspirations d’ordre artistique, ces dernières seulement venant pour leur majorité de France – et pas nécessairement de Versailles –, puisque

  • 83 « Das “Modell Frankreich” war dabei nicht das “Modell Versailles” und nicht das “Modell Bourbon”. E (...)

le modèle « France » n’était ni le modèle « Versailles » ni le modèle « Bourbon ». Après 1715, Max-Emmanuel ne s’intéressait guère au goût du Versailles royal, mais plutôt à Meudon […] ou aux hôtels parisiens de la noblesse, qui devinrent alors plus importants. Les Wittelsbach ne se préoccupaient pas du modèle de pouvoir et de légitimation que pouvait incarner la jeune dynastie de Bourbon en la personne de Louis XIV, mais plutôt à d’autres modèles […]. Avec eux, c’est la famille qui est mise en scène plutôt que le seul souverain, comme cela pouvait être le cas avec le « Monument à la gloire de Louis XIV »83.

  • 84 Krems 2012. Sur le même thème, cf. Krems 2010.
  • 85 Ibid., p. 328.

30L’idée d’une simple imitation de Versailles est ainsi révoquée, tandis que sont démontrés le poids constant des traditions et la tendance à l’innovation, adaptés aux contextes locaux. Les échanges ne sont donc pas exclus, mais doivent être mis en parallèle les uns par rapport aux autres, tout en prenant en compte les conditions d’accueil de la culture dite réceptrice. Cette perspective est notamment développée par Eva-Bettina Krems, qui poursuit sa démonstration avec l’exemple de la cour bavaroise dans l’ouvrage issu de sa thèse, Die Wittelsbacher und Europa, paru en 201284. En adoptant les apports méthodologiques des transferts culturels, elle montre que non seulement les électeurs sont parvenus à adapter des pratiques étrangères à leurs propres besoins – et donc à affirmer leur propre identité –, mais qu’en outre Versailles n’était pas leur seule source d’inspiration (les rapports avec les princes allemands et même la noblesse locale jouant aussi). Même si le propos concerne essentiellement la distribution palatiale et le choix du mobilier, il permet à l’auteur d’établir que « le modèle de la France n’a pas vraiment été “transféré” à la cour des Wittelsbach » (« Wirklich “übertragen” wurde das Modell Frankreich am Hof der Wittelsbacher nicht85 »).

Cours « d’entre-deux » et cas limites

  • 86 Merlotti 2014, p. 251. Sur le cas savoyard, voir aussi Wünsche-Werdehausen 2015.
  • 87 Ibid., p. 267.

31Des observations similaires ont pu être faites pour d’autres cours que celles des seuls princes allemands, en particulier les cours dites « d’entre-deux », de taille plus modeste ou situées à la frontière entre la France et l’Empire. Celle des ducs de Savoie, à Turin, est souvent considérée comme étant sous influence française, en raison des origines de plusieurs duchesses devenues régentes. Andrea Merlotti vient réviser cette idée dans un article consacré à la question en 2014. Il montre qu’à compter du règne de Victor-Amédée II (1684), la cour savoyarde devient « un modèle positif opposable à celui de Versailles », « un creuset dans lequel viennent se mêler les pratiques et les modèles des grandes cours européennes qu’il s’agisse de la France, mais aussi de l’Empire et de l’Espagne86 ». L’auteur en veut pour preuve les rituels (notamment le serment de fidélité et le baisemain) qui s’appuient sur ces deux derniers exemples, ou encore la perpétuation de l’itinérance entre plusieurs résidences. « Synthèse de modèles différents », la cour savoyarde n’en est pas moins aussi le « fruit de l’élaboration de pratiques propres87 », comme la réduction des maisons domestiques et l’abolition des tables publiques pour la famille royale à partir de 1714.

  • 88 Motta 2017. Sur les résidences et la cour des ducs de Lorraine, voir également Franz 2011, Franz 20 (...)
  • 89 Voisin 2017.
  • 90 Hassler 2017, p. 164-165.

32Le collectif Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729), publié en 2017 sous la direction d’Anne Motta, montre que la cour de Lorraine se construit et fonctionne sur le même principe88. La deuxième partie de l’ouvrage, justement consacrée au caractère mitoyen de cette cour, permet de cerner les enjeux que cela implique en matière de politique, de diplomatie et de représentation. L’article d’Amélie Voisin insiste en particulier sur la variation des positions adoptées par le duc Léopold envers la France, vacillant entre intérêt, méfiance, mépris, voire rejet, en fonction de ses propres intentions politiques89. La troisième partie, en s’arrêtant plus spécifiquement sur la question du transculturel, amène, là encore, à nuancer la portée du « modèle » français, notamment dans les rituels, la musique et l’architecture. Finalement, il s’avère que, comme les cours allemandes et savoyarde, la cour des ducs de Lorraine emprunte des éléments au système français (le lever par exemple) et au système viennois (les chambellans), tout en proposant « ses propres solutions cérémonielles90 ».

  • 91 Sur ce programme de recherche financé entre 2010 et 2015 par l’European Science Foundation, voir ht (...)
  • 92 Bøggil Johannssen et Ottenheym 2015.
  • 93 Ibid., p. 17.

33D’autres travaux collectifs en viennent même à ignorer Versailles tout ou en partie, en particulier lorsqu’ils questionnent des « cas limites ». Ainsi en est-il de Beyond Scylla and Charybdis : European Courts and Court Residences outside Habsburg and Valois/Bourbon Territories (2015), actes d’un colloque organisé à Copenhague dans le cadre du projet Palatium91. Comme son titre l’indique, ce collectif est consacré aux cours ne dépendant d’aucun des deux « modèles » habituellement convoqués92. Si plusieurs des contributions concernent les xve et xvie siècles – et donc ne s’inscrivent pas dans la problématique d’une domination exercée par les Bourbons ou les Habsbourg –, d’autres permettent de mettre en lumière des cours dont les traditions se rattachent plutôt aux territoires russes, scandinaves ou encore écossais. Ces cours ne sont pas pour autant considérées comme formant un « bloc monolithique » (« a monolith block ») puisque chacune adopte aussi « une myriade de solutions locales » (« manifold local solutions ») pour l’organisation de ses résidences et cérémonies ; en somme, elles peuvent trouver l’inspiration ailleurs à certains égards, mais leurs particularités se maintiennent en raison de « l’attachement aux traditions, du goût personnel de certains souverains, de circonstances particulières, mais aussi de la variabilité des conjonctures économiques » (« because of conscious references to their own traditions, because of a strict personnal taste of a certain ruler or due to other particular circumstances, and last but not least to different economic situations93 »).

  • 94 Sabatier et Torrione 2009.

34Enfin, sans se départir de la question du cas versaillais, certains ouvrages en proposent au contraire une étude par la négative, en interrogeant ses propres inspirations et son statut paradigmatique. Tel est en particulier le cas de ¿ Louis XIV espagnol ?, colloque international organisé en 2004 par le CRCV, dont les actes sont publiés en 2009 sous la direction de Gérard Sabatier et Margarita Torrione94. Plusieurs contributions soulignent les écarts qui séparent la cour espagnole de la cour française, notamment dans l’accessibilité du prince, dans sa mobilité et dans son rapport à la noblesse, invitant même Antonio Álvarez-Ossorio à qualifier la cour de Charles II de « Versailles inversé ». D’autres auteurs insistent au contraire sur les transferts de pratiques espagnoles vers la France, comme Béatrix Saule pour ce qui concerne les usages de cour. Finalement, ce rapprochement entre Versailles et Madrid permet de souligner les différences fondamentales entre les deux monarchies mais aussi leurs interpénétrations, dans des domaines variés tels que la religion, l’art du portrait, la vie curiale ou encore la mode. Le rayonnement longtemps attribué au palais comme à la cour du roi de France en sort d’autant plus nuancé.

  • 95 Gaehtgens, Bussmann, Castor et Henry 2017.

35Le dernier ouvrage adoptant cette perspective et l’appliquant à grande échelle – celle de l’Europe – est issu d’un colloque organisé par le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris (DFK) en 2006. Cette rencontre, qui a réuni des chercheurs allemands mais aussi des spécialistes d’autres cours, a permis de confronter les cas d’étude et donc de proposer une approche globale questionnant l’influence exercée par Versailles, tant dans l’agencement des espaces palatiaux que dans le cérémonial qui s’y tient. Les résultats ont été rassemblés dans des actes publiés en 2017 sous la direction de Thomas W. Gaehtgens, Markus A. Castor, Frédéric Bussmann et Christophe Henry95. Sous le titre Versailles et l’Europe, ce ne sont pas moins de 32 articles et 27 plans à la même échelle des différents châteaux étudiés qui sont ainsi présentés. La synthèse qui en résulte est d’autant plus importante qu’elle couvre une large majorité de cours européennes : la cour de France tout d’abord, afin de saisir ses spécificités, puis les cours limitrophes (Lorraine et Savoie), ensuite les cours allemandes, dans toute leur diversité – aussi bien celle de l’empereur à Vienne (Hofburg), que celle du roi de Prusse (Berlin et Charlottenburg) et celles des princes électeurs (Bavière, Cologne, Saxe, Münster, Wurtzbourg…), enfin les cours des autres grandes puissances européennes (Provinces-Unies, Angleterre, Suède, Pologne et Espagne). La démarche est résolument pluridisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire politique, histoire cérémonielle et transferts culturels afin de se détacher de la tradition historiographique et articuler conception architecturale, décors, usages et rituels.

  • 96 Ibid., p. 15.
  • 97 Bussmann 2017, p. 402-403.
  • 98 Heitmann 2017 et Hinterkeuser 2017.

36Se dégage au fil de ces différentes études une « dynamique baroque qui mélange, assemble et confronte les éléments les plus divers96 », comme le souligne Thomas Gaehtgens. Les traditions locales préexistantes dans chaque cour restent très fortes. C’est pourquoi la réception du modèle versaillais ne s’intègre, au mieux, que dans un mouvement syncrétique. Cela apparaît notamment dans la distribution et la fonction des appartements royaux (princiers) qui, dans l’Empire, relèvent davantage du modèle viennois que du modèle français. D’autres distinctions s’opèrent dans l’accès au prince et le maintien d’espaces privés. Même dans le cas où certains éléments du palais et de la cour des rois de France sont exportés (ce qui reste finalement ponctuel, comme dans l’exemple suédois), ils ne recouvrent pas la vocation politique pourtant au cœur du projet de Louis XIV, à savoir créer une société de cour visant à régulariser et à contrôler les rapports entre souverain et noblesse. Les enjeux sont plus ou moins éloignés selon les cas étudiés. À l’inverse de Versailles, pour nombre de princes du Saint Empire, le déploiement d’un certain faste dans la résidence vise à compenser un pouvoir limité tout en affirmant ses ambitions. Frédéric Bussmann le démontre notamment pour le prince évêque de Münster, concluant même que « l’imitation du système que Versailles incarnait n’était ni socialement appropriée ni politiquement souhaitée97 ». Certains vont même plus loin en proposant un modèle politique de cour à l’opposé de Versailles, tel le roi de Prusse Frédéric II. Enfin, un certain nombre de résidences princières n’ont quant à elles pas de véritable vocation politique, étant surtout aménagées pour accueillir le prince et sa famille à l’écart de la capitale. Ces résidences de campagne prennent alors davantage modèle sur la maison de plaisance (en particulier Vaux-le-Vicomte) que sur Versailles et même la Hofburg. Ce cas est notamment illustré avec Heidecksburg, maison des comtes de Schwarzburg étudiée par Katja Heitmann, et Charlottenburg, résidence d’été des électeurs puis rois de Prusse, décrite par Guido Hinterkeuser98.

  • 99 Hassler 2018, p. 67-68.

37Cet ouvrage collectif vient ainsi définitivement relativiser la diffusion d’un modèle versaillais à l’échelle de l’Europe, ou du moins montre que les effets en ont été limités – soit parce qu’ils s’appliquent à des éléments très ponctuels, soit parce qu’ils n’ont pas du tout la même vocation que dans le palais français. Dernièrement, Éric Hassler a également fait le point sur l’historiographie des « modèles curiaux » et initié une réflexion sur l’historicité même de cette notion. Il apparaît alors que le principal enjeu de la recherche actuelle consiste à « décentrer le regard » et à envisager la cour « dans la complexité de ses relations sociales, politiques et culturelles, comme un espace ouvert aux influences extérieures », tout en « réfléchissant sur les convergences et les singularités99 ». Confronter Versailles aux autres cours d’Europe présenterait finalement un intérêt surtout méthodologique : le palais et la cour des rois de France constitueraient un contrepoint permettant de définir les spécificités des autres cours.

Que reste-t-il du mythe ? Comprendre l’élaboration d’un imaginaire

Au-delà du fonctionnement aulique : un modèle d’« extravagance ostentatoire » ?

  • 100 Baillie 2014, p. 40.

38L’historiographie récente montre donc que l’influence prêtée à Versailles relève en partie du mythe puisque, le plus souvent, cette idée ne prend corps ni dans l’agencement palatial ni dans le fonctionnement curial (mode de gouvernement, organisation des rituels, etc.). Mais comme l’avait souligné Hugh Murray Baillie en 1967, le paradigme versaillais agirait tout de même à un niveau : il serait « un exemple contagieux d’extravagance égoïste et ostentatoire » (« a contagious example of selfish and conspicuous extravagance100 »), notamment dans les modes vestimentaires, décoratives et gastronomiques. Le collectif Versailles et l’Europe pointe lui aussi deux domaines dans lesquels le rayonnement de Versailles aurait largement opéré : la vie mondaine et le luxe des décors. Comment les historiens étudiant spécifiquement ces thématiques se sont-ils approprié la question ? Ne relèverait-elle pas elle-même du mythe ?

  • 101 Voir notamment : Baumont 2007, Beaussant et Bouchenot-Déchin 1996, et les catalogues des exposition (...)
  • 102 Lilti 2005, en particulier le chap. 2.
  • 103 Klingensmith 1993.
  • 104 Parmi les publications récentes, voir notamment : Beaurepaire, Bourdin et Wolff 2018, Markovits 201 (...)

39Comme pour « l’Europe française » dans les arts plastiques, nombre d’auteurs du xixe ou du début du xxe siècle considèrent Versailles comme un modèle d’art de vivre. Cette question en tant que telle n’a été en réalité que peu étudiée, tant elle couvre des domaines variés relevant soit de la sociabilité (art de la conversation, comportements, salons), soit des divertissements, entendus dans un sens très large (musique, théâtre, opéra, danse). Une myriade de travaux ont été consacrés à l’une ou l’autre de ces questions, y compris dans leur mise en œuvre à Versailles101. D’autres abordent même la thématique des mondanités impliquant la cour sans pour autant traiter directement de la résidence royale102. Néanmoins, rares sont ceux qui interrogent les échanges culturels ayant pu s’opérer entre la cour versaillaise et les autres cours d’Europe. Seules font exception quelques études de cas très spécifiques, comme celle de Samuel J. Klingensmith sur la Bavière103. Mais le plus souvent, ce ne sont ni le modèle ni le mythe de Versailles qui sont au cœur du questionnement, mais plutôt l’impérialisme français en général, qui s’exerce et se recrée par le biais des artistes, des œuvres et des techniques, notamment dans la danse et le théâtre104.

  • 105 Saule, La Gorce, Mabille et al. 1993. Le colloque s’intitulait quant à lui Tables royales et festin (...)
  • 106 Noël-Waldteufel 1993, p. 79.
  • 107 Drouard 2010, notamment p. 9-53.

40Il en est de même pour les autres domaines sur lesquels Hugh Murray Baillie suppose l’exercice d’un paradigme versaillais « égoïste et ostentatoire », à savoir la mode, la gastronomie et plus généralement les agréments intérieurs et extérieurs. Dans les études consacrées à ces questions, le mythe de Versailles est le plus souvent éludé, tandis qu’est interrogé un mythe plus global : celui de la France, de ses traditions et de ses créations. Prenons l’exemple des arts de la table. En 1993-1994, le château de Versailles consacre justement un colloque et une exposition à cette thématique, sous le titre Versailles et les tables royales en Europe, xviie-xixe siècles105. Les rituels, le service, l’orfèvrerie et la cuisine, à la cour versaillaise d’abord puis dans d’autres cours européennes (Angleterre, Suède…), y sont détaillés avec brio. Cependant, les différents cas étudiés ne sont pas véritablement confrontés ; seules quelques mentions ponctuelles font état de transferts culturels, tandis qu’une contribution se conclue sur l’influence de la gastronomie française à l’étranger106. Si des similitudes se dégagent, se sont surtout les spécificités des pratiques propres à chaque cour qui sont exposées. Finalement, ce n’est pas tant l’héritage versaillais que le service et la cuisine dits « à la française » qui retiennent l’attention. D’ailleurs, une étude récente de l’anthropologue Alain Drouard a montré que cette idée d’une gastronomie française enviée dans le monde entier relève elle-même du mythe : elle s’appuie au départ sur des traités parus au xviie siècle mais connaît son véritable essor après la Révolution et donc n’a pas de lien direct avec les usages de la cour versaillaise107.

  • 108 Arizzoli-Clémentel et Gorguet Ballesteros 2009. Voir aussi Mansel 2005.
  • 109 Sur les produits de mode fabriqués à Paris et livrés à l’étranger, voir aussi Paresys et Coquery 20 (...)
  • 110 Hayward 2015 et Tétart-Vittu 2009.

41La confusion entre inspiration française et inspiration versaillaise opère également dans un autre domaine, plus représentatif encore de cette « extravagance égoïste et ostentatoire » dénoncée par Baillie : la parure du corps. Lorsque le questionnement s’ouvre au transnational, il fait de nouveau apparaître une domination des productions françaises – plus particulièrement parisiennes – sur le marché européen dès le milieu du xviie siècle. L’exposition Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe, organisée en 2009 par le château de Versailles, se décline ainsi autour de plusieurs volets dont un est justement consacré à « L’Europe et le modèle français108 ». En prenant des exemples variés tels que ceux de Frédéric III de Danemark ou d’Auguste le Fort, les différents auteurs montrent que le mimétisme porte notamment sur la coupe des vêtements, les couleurs et motifs arborés ou encore l’adoption de certains accessoires, comme la perruque ou les chaussures à talon rouge. Le « modèle » est alors attaché à une mode dite nationale mais finalement limitée à la cour et incarnée par d’éminents personnages, au premier rang desquels le roi Louis XIV. Elle se diffuse par le biais des estampes, des gazettes et des poupées mannequins, mais aussi des commandes réalisées auprès d’artisans et de marchands parisiens109. C’est aussi ainsi que se met en place une forme de propagande, qui participe autant à promouvoir la mode française qu’à l’ériger en modèle. Néanmoins, cela n’empêche pas les résistances, par exemple en Angleterre ou en Espagne, où certains éléments sont adoptés et adaptés (comme l’habit de cour à la française), tandis que d’autres sont au contraire transférés dans l’autre sens, comme les parfums et les fards110. Dans tous les cas, l’aporie persiste pour ce qui concerne l’étude du mythe de Versailles : autant pour la mode que pour la gastronomie, le modèle considéré se rattache à la cour, à la France, souvent aux deux, mais pas spécifiquement à Versailles.

  • 111 Par exemple délibérément repris et même poussés à leur paroxysme par Louis II de Bavière à Herrench (...)
  • 112 Collinson 1992.

42Finalement, le seul domaine où le paradigme semble clairement opérer reste les agréments intérieurs et extérieurs, à savoir les décors, le mobilier et les jardins. Si les études portant sur les styles associés à la France d’Ancien Régime sont légion, peu questionnent directement la propagation des décors versaillais – hormis lorsqu’il s’agit d’éléments clairement identifiés, comme la Grande Galerie ou l’escalier des Ambassadeurs111. Dans une perspective plus générale, citons le collectif Versailles : French Court Style and Its Influence, édité par Howard Creel Collinson en 1992 dans le cadre d’un programme du Decorative Arts Institute (Toronto)112. Dès la première page, le ton est donné :

  • 113 « The flourishing of French art and culture epitomized by the building and decoration of the palace (...)

L’épanouissement de l’art et de la culture français, parfaitement incarnés dans la construction et la décoration du château de Versailles, est l’un des phénomènes centraux dans l’évolution de l’art et des arts décoratifs européens113.

43Versailles est alors considéré comme une œuvre d’art total, à laquelle participent différents types de création : l’orfèvrerie (étudiée ici par Catherine Arminjon), le mobilier (Béatrix Saule), les porcelaines (Claire Le Corbeiller) et l’usage des textiles, notamment la soie (Jean-Michel Tuchscherer). Son rayonnement repose ainsi non seulement sur le luxe du palais et de ses aménagements, mais également sur l’épanouissement d’un style artistique encouragé par le développement des manufactures et les cadeaux diplomatiques (Guy Walton). Différents exemples de ce phénomène sont exposés, comme les produits de luxe fabriqués aux Provinces-Unies ou encore l’ameublement du palais royal de Stockholm. Ce rayonnement n’est pas exclusif pour autant, comme le montre Thomas DaCosta Kaufmann : d’autres alternatives se dégagent pour les cours dépendant des Habsbourg (notamment le baroque italien).

  • 114 Voir par exemple Corpechot 1912.
  • 115 [Collectif] 2003, p. 202.
  • 116 Visentini 2003 et de Jong 2003.
  • 117 Szafranska 2003.

44Plus encore, le mythe de Versailles semble surtout agir sur les agréments extérieurs, parcs et jardins. Cette idée est le plus souvent associée au nom d’André Le Nôtre. Longtemps, l’historiographie a vu dans l’homme et son œuvre l’incarnation la plus aboutie du style régulier (dit français), et donc une source d’inspiration presque exclusive pour nombre de jardins en Europe. Ce leitmotiv est notamment repris et développé à l’occasion du tricentenaire de la naissance de Le Nôtre, en 1913, dans un contexte d’avant-guerre qui défend l’hégémonie française dans une perspective nationaliste114. Par la suite, cette vision est progressivement remise en cause, ou du moins nuancée, par des travaux qui s’attachent à souligner les influences croisées ayant pu donner naissance au modèle horticole dit français. L’un des points d’aboutissement de cette réflexion est un colloque consacré à André Le Nôtre organisé en octobre 2000 à l’occasion du tricentenaire de sa mort. Deux idées préétablies, en particulier, y sont discutées : d’abord celle qui associe perpétuellement – parfois à tort – le style français au jardinier de Louis XIV, ensuite celle qui attribue un rayonnement incontesté à ce style partout en Europe. La troisième partie des actes de ce colloque, intitulée « Le Nôtre et l’Europe », cherche ainsi non pas à cerner l’influence de l’homme ou de ses créations, mais à les « recadrer dans la complexité et la diversité de la culture des jardins européens115 ». Cette perspective est appliquée notamment par Marguerita Azzi Visentini aux jardins italiens et par Erik de Jong aux jardins néerlandais ou suédois116. La question du mythe versaillais est explicitement abordée dans la contribution de Malgorzata Szafranska : l’auteur montre alors comment les souverains et magnats polonais transposent dans leurs jardins ce qu’ils ont retenu du domaine de Louis XIV – le plus souvent l’échelle, les tracés, les bosquets et les grands plans d’eau117.

  • 118 Martella 2014 et Bouchenot-Déchin et Farhat 2013.
  • 119 Cf. Castel-Branco 2014, de Jong 2013, Ducamp 2014 et Takács et Fatsar 2014.
  • 120 Cartuyvels 2014, de Harlez de Deulin 2014.
  • 121 de Jong 2013 et Wimmer et Schaefer 2013.
  • 122 François 2002 et Ziegler 2010a.

45Cette question du paradigme versaillais appliquée au végétal est passée au crible dans deux autres publications, issues de manifestations organisées en 2013 à l’occasion du quadricentenaire de la naissance de Le Nôtre : un colloque autour de L’héritage d’André Le Nôtre et l’exposition André Le Nôtre en perspectives118. Ces deux collectifs poursuivent la réflexion engagée en 2003 en l’appliquant à d’autres jardins, comme ceux de Queluz et La Quinta Real de Caxias au Portugal, de Peterhof en Russie, de Huis ten Bosch aux Pays-Bas ou encore des Esterhazy et des Széchényi en Hongrie119. Ces études de cas insistent à nouveau sur l’importance de l’environnement régional, la multiplicité des sources d’inspiration et les processus d’appropriation, rejetant l’idée d’une imitation pure et simple : au mieux, seuls certains éléments du parc de Versailles ont pu être repris, mais jamais le projet d’ensemble, avec ses formes et ses motifs, ses enjeux symboliques et politiques. Est également rappelée la part que jouent les autres réalisations de Le Nôtre (Chantilly, Vaux-le-Vicomte), ainsi que les traités et ouvrages d’architecture, dans la naissance d’un modèle français – et pas seulement versaillais120. Les actes du colloque comme le catalogue d’exposition introduisent enfin de nouvelles pistes de réflexion en évoquant des projets jamais réalisés, nullement influencés par Versailles (Herrenhausen, Celle, Triesdorf) ou au contraire construits en réponse, voire en opposition (Het Loo et Schönbrunn, au premier chef)121. Ce dernier cas de figure connaît d’ailleurs depuis quelques années une belle postérité historiographique : même lorsqu’elle est avérée, l’imitation ou la reprise peuvent être un moyen de dépasser Versailles (Herrenchiemsee) ou même de s’en moquer (Potsdam)122.

Le mythe de Versailles soluble dans le « mythe Louis XIV » ?

  • 123 Parmi les nombreuses publications consacrées à Louis XIV et Versailles, voir notamment Cornette 200 (...)

46L’idée d’un paradigme versaillais qui aurait rayonné à l’échelle de l’Europe semble aujourd’hui surannée, même dans tous ces domaines pourtant considérés comme particulièrement réceptifs. La confusion entre modèle versaillais et modèle français, de même que les intentions politiques – souvent différentes, parfois à l’opposé –, montrent que si les moyens sont analogues, les projets se détachent de l’œuvre d’art total incarnée par Versailles. Alors pourquoi un mythe ? Comment s’est-il construit et diffusé, au point d’infuser partout l’idée d’une influence pourtant loin d’être évidente ? De fait, ce mythe de Versailles n’a que rarement été observé en tant que tel par les historiens car son étude a souvent été diluée dans celle d’un autre mythe, touchant moins à la résidence royale qu’à son principal acteur : Louis XIV123. Cette confusion entre le maître des lieux et le lieu lui-même a pour conséquence une analyse souvent conjointe de leurs représentations, d’ailleurs plutôt orientée sur l’homme et les imaginaires construits autour de lui.

  • 124 Klaits 1976 et Johnson 1978.
  • 125 Marin 1981.
  • 126 Apostolidès 1981.
  • 127 Ferrier-Caverivière 1981.

47Les premiers à adopter cette perspective, à la fin des années 1970, sont des historiens nord-américains, en particulier Joseph Klaits avec Printed Propaganda under Louis XIV (1976) et Neal R. Johnson avec Louis XIV and the Age of the Enlightenment : the Myth of the Sun King from 1715 to 1789 (1978)124. Ces travaux s’interrogent sur la manière dont le mythe de Louis le Grand agit et agite la société des xviie et xviiie siècles en déclinant le questionnement autour des grands débats politiques du temps. Pour autant ne sont pas oubliés les motifs plus individuels attachés à la personne du souverain, volontiers associés à Versailles, comme la recherche permanente de la gloire ou l’exercice d’une forme absolue de pouvoir. Cette question du mythe construit autour de la figure de Louis XIV, qui aborde par ricochet celle de Versailles, atteint un nouveau stade d’analyse au tout début des années 1980 : d’autres disciplines s’en emparent, avec d’autres angles et par le biais d’autres sources jusqu’alors souvent négligées. La référence fondamentale, à cet égard, reste l’œuvre du philosophe et sémiologue Louis Marin, Le portrait du roi (1981), qui insiste sur le caractère performatif de la représentation du souverain125. Ce faisant, Marin confère une place centrale à la reconstruction du réel plus qu’au réel lui-même, invitant par là même les chercheurs à s’intéresser à la notion de mythe. Paraît la même année l’ouvrage de Jean-Marie Apostolidès, Le roi-machine, qui se place plutôt dans la lignée des travaux d’Ernst Kantorowicz sur les deux corps du roi126. Appliquant plus spécifiquement sa réflexion à la figure de Louis XIV, l’auteur montre comment de « roi-machiniste », celui-ci en vient à devenir « roi-machine » : il transcende son corps privé pour en faire un corps symbolique et inclusif. Versailles est le haut lieu de cette évolution, qui s’opère entre une « mythistoire » (mêlant allégorie, mythologie et histoire antique) et une représentation figurative de l’histoire du monarque. Appliqué à un autre domaine, ce travail sur l’imagerie louis-quatorzienne est au cœur d’un troisième ouvrage paru aussi en 1981 et écrit par Nicole Ferrier-Caverivière127. Étant littéraire, l’auteur propose une nouvelle approche qui dessine, en parallèle, l’image que le roi cherche à diffuser et celle que renvoient ses thuriféraires, mais aussi ses détracteurs.

  • 128 Burke 1995, p. 10 et 24.
  • 129 Ibid., p. 16.
  • 130 Ibid., p. 97.
  • 131 Ibid., p. 170-172.

48Dans une perspective similaire, mais encore élargie, se place le célèbre ouvrage de Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV, paru en 1992 et traduit en français sous le titre euphémisé Louis XIV : les stratégies de la gloire (1995). L’originalité de ce travail, par rapport aux précédents, est de tenter de « voir l’image du roi comme un tout », en somme de « découvrir qui disait quoi à qui sur Louis XIV, par quels canaux et selon quels codes, dans quels cadres, dans quelles intentions et avec quels effets128 ». Burke s’approprie alors le concept de « mythe », non pas pour l’opposer au réel mais pour observer sa « réalité », c’est-à-dire « ses effets sur le monde extérieur aux médias : sur les étrangers, sur les sujets de Louis XIV et – ce qui n’est pas le moins important – sur le roi lui-même129 ». L’approche proposée se veut donc totale : analyse de la construction, de la diffusion et de la réception d’une image. Burke accorde à Versailles une place importante dans ces processus, en premier lieu avec les fêtes qui y sont données et qui font l’objet de relations particulièrement élogieuses, traduites en plusieurs langues et diffusées dans toutes les cours d’Europe. C’est ensuite le lieu et la cour qui contribuent à forger le mythe royal, en particulier à compter des années 1680 : Versailles devient un écrin pour recevoir, pour montrer le monarque et pour accéder à lui. Le programme décoratif, qui se réfère à sa figure et à ses hauts faits, les constructions monumentales, comme la Grande Galerie, mais aussi la ritualisation de son quotidien sont autant d’éléments à prendre en compte. L’auteur considère même que « le cadre toujours plus raffiné édifié pour sa vie quotidienne à Versailles a rendu ces rituels plus éclatants mais aussi plus rigides, contribuant ainsi à produire l’effet d’un mécanisme d’horlogerie130 ». Même si, comme sa personne, le palais de Louis XIV fait l’objet de réactions diverses, entre rejet et admiration, c’est surtout ce second point qui retient l’attention : « Versailles en particulier devint un modèle à suivre. » Burke en donne d’ailleurs plusieurs exemples, même s’il admet que « les critères qui permettent de le dire ne sont pas toujours faciles à établir131 ». Là encore, le paradigme versaillais reste donc supposé plus que démontré, traité comme une question annexe, englobée dans celle du mythe Louis XIV, étudiée à la hâte à l’aide de sources secondaires bien connues et parfois tendancieuses (Saint-Simon par exemple) – amenant à des approximations, voire à des anachronismes.

  • 132 Himelfarb 1986, p. 237.
  • 133 Ibid., p. 248.
  • 134 Ibid., p. 257.
  • 135 Pommier 1986.

49De fait, l’une des premières à inverser la perspective et à replacer Versailles au centre de la focale est Hélène Himelfarb, dans son article « Versailles, fonctions et légendes ». Ce texte, paru en 1986, est une contribution au monumental projet éditorial dirigé par Pierre Nora sur Les lieux de mémoire. Il vise à nuancer et à interroger les lieux communs qui ont érigé Versailles en un mythe participant à la mémoire nationale. Parmi les motifs récurrents constitutifs de ce mythe vient tout d’abord l’idée faisant de Versailles l’archétype de la résidence monarchique. En ce sens, l’année 1682 apparaît comme une « date climatérique132 ». Pourtant, l’auteur montre bien qu’il n’y a pas un Versailles, mais plusieurs : le château de plaisance, puis la résidence de la cour certes, mais toujours en chantier, de sorte que « Louis XIV ne sut peut-être jamais lui-même à quel dessein il s’arrêtait133 ». Autres clichés associés à Versailles : la saleté du lieu et, surtout, sa symbolique solaire, tous deux tributaires d’une imagerie diffusée au xixe siècle, projetant sur le château « la dialectique contradictoire des fantasmes para-historiques », entre « mythe apologétique » et « mythe terrible134 ». Dans le même volume, la contribution d’Édouard Pommier revient justement sur cette question du programme iconographique, y voyant partout « l’image du souverain135 ».

  • 136 Sabatier 1999, p. 37.
  • 137 Ibid., p. 43.

50Il faut attendre l’ouvrage de Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi (1999), pour qu’un volume soit entièrement consacré à la question des discours associés à Versailles et examine en profondeur certains des lieux communs identifiés par Himelfarb. La synthèse historiographique donnée dans le premier chapitre montre que Versailles a jusqu’alors été étudié principalement comme « cadre », invitant l’auteur à l’aborder autrement : « N’est-il pas temps de le considérer en soi, lui aussi, comme un instrument stratégique, un lieu de pouvoir, c’est-à-dire, enfin, comme autre chose qu’une œuvre d’art136 ? » Au fil de la réflexion, Versailles apparaît ainsi comme producteur et véhicule d’un discours en évolution, qui s’appuie en premier lieu sur le mythe solaire et apollinien, avant de céder peu à peu la place aux vertus royales et aux représentations figurées de Louis le Grand comme incarnation du prince idéal. Ces changements de perspectives transparaissent d’abord dans les jardins, puis dans le Grand Appartement du Roi, enfin dans la Grande Galerie. L’auteur ne s’arrête néanmoins pas à l’examen détaillé et critique de cette imagerie faisant de Versailles un véritable instrument politique, il en analyse également les publics et les effets, notamment sa capacité à être lue et comprise, en fonction du contexte et des acteurs. Finalement, la réception du discours passe moins par les images que par les textes décrivant ces images, faisant passer au second plan le sens politique au profit de l’esthétique, de la pure ostentation ou de l’exploit technique. Est alors mieux définie « la place de Versailles dans la construction monarchique française : formulation la plus achevée du fantasme de l’absolutisme et simultanément lieu où commença à se produire, à propos de cette formulation, une cassure anticipant la crise du concept même d’absolutisme137 ».

Conclusion

51La recherche menée depuis le milieu du xxe siècle autour du mythe de Versailles a permis d’explorer certaines pistes et surtout d’en écarter d’autres progressivement. Tel est notamment le cas de l’idée généralement admise d’un rayonnement à l’échelle de l’Europe (voire du monde) : les chercheurs ont montré qu’elle trouve en réalité peu d’applications et reste trop plastique pour pouvoir être valide (l’influence du modèle pouvant aisément être démontrée comme démontée, selon la perspective adoptée). Cette approche a néanmoins longtemps sclérosé la réflexion sur Versailles et l’Europe, restée l’apanage des historiens de l’art jusqu’au moins le milieu des années 1960. Les travaux fondateurs de Bottineau, Baillie, Mandrou, de même que l’émergence de nouveaux courants historiques, comme les transferts culturels ou les Court Studies, ont ramené le sujet au centre de l’attention et permis de l’aborder autrement : d’autres modèles se sont dégagés, le fonctionnement des différentes cours a été précisé, tandis que Versailles a été relégué au second plan, parfois même qualifié d’exception, dont l’impact a pu être nuancé voire dénié. De nombreuses questions restent cependant à poser. Jusqu’alors, la recherche s’est surtout focalisée sur l’architecture, les décors et, plus rarement, les pratiques de cour et de pouvoir, pour une période souvent limitée au xviiie siècle. Il serait souhaitable que cette étude de la réception de Versailles s’étende au-delà, aux cours plus contemporaines du xixe voire du xxe siècle. Cette ouverture chronologique permettrait en effet de voir comment le mythe agit a posteriori, en se fondant sur l’imaginaire et le souvenir plus que sur une réalité.

  • 138 Dubost 2014 et Ziegler 2013 (cf. Ziegler 2010b). Voir aussi l’exposition Louis XIV, l’homme et le r (...)
  • 139 Pour des exemples d’ouvrages évoquant le point de vue porté sur Versailles par certains types natio (...)
  • 140 Boutier, Klesmann, Moureau et Zum Kolk 2014. Voir également l’exposition Visiteurs de Versailles, o (...)
  • 141 Léonard-Roques 2005.
  • 142 Salomé et Bonnotte 2019, p. 16. Deux autres expositions avaient préalablement abordé le sujet, mais (...)

52Inversement, il faudrait revenir sur le mythe lui-même, en particulier ses origines et donc sa production et ses recréations. Jusqu’à présent, les historiens se sont emparés de cette approche pour l’appliquer surtout – encore – à la figure de Louis XIV, à l’image de Hendrik Ziegler dans son ouvrage Louis XIV et ses ennemis (2013) et de Jean-François Dubost à l’occasion du colloque organisé en 2010 par le CRCV sur « l’image et le mythe » associés au Roi-Soleil138. La question n’a en revanche pas véritablement été posée pour Versailles, du moins pas de manière à saisir le procédé de mythification sur le long terme, à savoir l’articulation entre ce qui était, ce qui était attendu, ce qui était vu, ce qui était retenu et, éventuellement, ce qui était réinvesti ailleurs. Des travaux portant sur le voyage ont permis de saisir ponctuellement les impressions de certains visiteurs étrangers, en particulier des anthologies ou des ouvrages consacrés au Grand Tour139. De même, les actes du colloque Voyageurs étrangers à la cour de France organisé en 2013 présentent plusieurs études de cas donnant un éventail des impressions laissées par Versailles, mais au cas par cas et surtout pour le xviiie siècle140. À l’inverse, Versailles dans la littérature, autre colloque tenu en 2003, se focalise sur la « mémoire et l’imaginaire » du xixe siècle qui font de Versailles une sorte de vanité, dans les deux sens du terme : à la fois un signe de démesure et une source de réflexion sur le passage du temps et la condition humaine141. Mais la gothicisation qui nourrit encore le fantastique s’accompagne progressivement d’un « réenchantement », aboutissant finalement à un phénomène de revival auquel le château a consacré une exposition en 2019. Cette « double résurrection », marquée par la « recréation du palais historique d’un côté » et une « effervescence politique et culturelle de l’autre142 », est regardée surtout au prisme des artistes et des élites mondaines.

  • 143 Frère de Harriet Beecher Stowe, qui a écrit La case de l’oncle Tom. Voir notice consacrée à ce témo (...)

53La recherche est donc en bonne voie : les travaux les plus récents ont permis de découvrir certaines facettes du mythe, notamment pour des périodes et dans des domaines encore trop peu connus de l’histoire versaillaise. Ces pistes méritent néanmoins d’être encore approfondies. Pour dépasser le stade de l’analyse ponctuelle, rendant compte des points de vue impressionnistes de visiteurs spécifiques (appartenant à telle catégorie sociale, de telle nationalité ou de telle époque), il faudrait procéder à une étude systématique sur le temps long. Ce faisant pourrait être initiée une réflexion générale englobant le mythe de Versailles de ses origines à ses manipulations, en passant par ses agents de diffusion et ses évolutions au fil du temps et des cultures. « Versailles ! Quand j’ai écrit ce mot seul, j’ai tout dit », témoigne Charles Beecher, visiteur nord-américain venu en 1853143 ; toute la question reste de savoir quoi, exactement.

Haut de page

Bibliographie

Articles de revues, compte rendus et recueils d’articles

Baillie Hugh Murray, 2014, « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/12137> (consulté le 22 oct. 2019) [traduction en français de « Etiquette and the Planning of State Apartments in Baroque Palaces », Archeologia, second series, janv. 1967, vol. 101, p. 169-199].

Berelowitch Wladimir, 1993, « La France dans le “Grand Tour” des nobles russes au cours de la seconde moitié du xviiie siècle », Cahiers du monde russe et soviétique [en ligne], XXXIV (1-2), p. 193-210, <https://www.persee.fr/doc/cmr_0008-0160_1993_num_34_1_2345> (consulté le 20 mai 2020).

Bottineau Yves, 1962, « Les origines versaillaises de La Granja », Versailles. Revue de la Société des amis de Versailles, no 3, p. 43-50.

Chartier Roger, 1978, « Joseph Klaits, Printed propaganda under Louis XIV. Absolute monarchy and public opinion », Annales. Économies, sociétés, civilisations [en ligne], 33ᵉ année, no 4, p. 759-762, <https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1978_num_33_4_293967_t1_0759_0000_002> (consulté le 6 mars 2020).

Diezinger Sabine, 1986, « Paris in deutschen Reisebeschreibungen des 18. Jahrhunderts (bis 1789) », Francia [en ligne], no 14, p. 263-329, <http://francia.digitale-sammlungen.de/Blatt_bsb00016289,00279.html> (consulté le 20 mai 2020).

Duindam Jeroen, 1996, « La cour européenne au début de l’époque moderne : problèmes et perspectives », Cahiers Saint-Simon [en ligne], no 24, p. 13-21, <https://www.persee.fr/doc/simon_0409-8846_1996_num_24_1_1234> (consulté le 7 nov. 2019).

Duindam Jeroen, 1998, « The court of the Austrian Habsburgs : Locus of a composite heritage », Mitteilungen der ResidenzenKommission der Akademie der Wissenschaften zu Göttingen, no 8-2, p. 24-58.

Espagne Michel et Werner Michael, 1985, « Deutsch-französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem neuen interdisziplinären Forschungsprogramm des C.N.R.S », Francia [en ligne], no 13, p. 502-510, <https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/fr/article/view/52120/45883> (consulté le 29 mai 2020).

Espagne Michel et Werner Michael, 1987, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », Annales ESC [en ligne], no 4, p. 969-992, <https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1987_num_42_4_283428> (consulté le 29 mai 2020).

Franz Thierry, 2011, « Les appartements ducaux au château de Lunéville sous Léopold et François III (1698-1737) », Annales de l’Est, 2011-1, p. 223-252.

Franz Thierry, 2017, « Le palais ducal de Nancy dans la première moitié du xviiie siècle. Architecture et vie de cour », Pays lorrain, 2017-3, p. 199-214.

Gordon Daniel, 2002, « The Canonization of Norbert Elias in France : A Critical Perspective », French, Politics, Culture and Society, vol. 20, no 1, printemps 2002, p. 68-94.

Graf Henriette, 1997, « Das kaiserliche Zeremoniell und das Repräsentationsappartement im Leopoldinischen Trakt der Wiener Hofburg um 1740 », Österreichische Zeitschrift für Kunst und Denkmalpflege, 51/3-4, p. 571-587.

Hassler Éric, 2016, « Définir et élaborer l’étiquette. Les réflexions du duc Léopold de Lorraine (1679-1729) sur la mise en place d’un nouveau cérémonial de cour au début du xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <http://journals.openedition.org/crcv/13706> (consulté le 9 janv. 2020).

Hassler Éric, 2018, « Réflexion sur les modèles curiaux : le cas des cours d’“entre-deux” au xviiie siècle », Source(s). Arts, civilisation et histoire de l’Europe, no 13, p. 53-68.

Mandon L., 1872, « De l’influence française en Espagne sous Philippe V, 1700-1713 », Mémoires de l’Académie des sciences et lettres de Montpellier. Section lettres [en ligne], p. 623-661, <https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k486294m/f635.image> (consulté le 22 octobre 2019).

Merlotti Andrea, 2014, « La cour de Piémont-Savoie (xviie-xviiie siècle). Pratiques et modèles », Revue d’histoire diplomatique, no CXXVIII/3, p. 251-267.

Middell Matthias, 2008, « Historische Komparatistik und Kulturtransferforschung. Vom bilateralen Beispiel zu Beiträgen für eine globale Geschichte », Eurostudia [en ligne], vol4, no 2, déc. 2008 <https://www.erudit.org/fr/revues/euro/2008-v4-n2-euro2871/000396ar/> (consulté le 30 oct. 2019).

Polleroß Friedrich, 1987, « Sonnenkönig und österreichische Sonne. Kunst und Wissenschaft als Fortsetzung des Krieges mit anderen Mitteln », Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte [en ligne], vol. 40, p. 239-256 et 391-394, <http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/artdok/1345/1/Polleross_Sonnenkoenig_und_oesterreichische_Sonne_1987.pdf> (consulté le 12 déc. 2019).

Polleroß Friedrich, 1998, « Tradition und Recreation. Die Residenzen der österreichischen Habsburger in der frühen Neuzeit (1490-1780) », Majestas [en ligne], vol. 6, p. 91-148, <http://archiv.ub.uni-heidelberg.de/artdok/1394/1/Polleross_Tradition_und_Recreation_1998.pdf> (consulté le 12 déc. 2019).

Réau Louis, 1921, « L’art français en Pologne sous Stanislas-Auguste », Revue des études slaves [en ligne], 1-3-4, p. 255-278 <https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1921_num_1_3_1017> (consulté le 5 juin 2020).

Réau Louis, 1954, « Le rayonnement de Versailles », Revue d’histoire moderne et contemporaine [en ligne], 1/1, janv.-mars 1954, p. 24-47, <https://www.persee.fr/doc/rhmc_0048-8003_1954_num_1_1_3303> (consulté le 6 nov. 2019).

Sabatier Gérard, 2020, « La recherche récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 12 octobre 2020, <http://journals.openedition.org/crcv/18287>.

Struck Bernhard, 2001, « De l’affinité sociale à la différence culturelle. La France vue par les voyageurs allemands au xviiie siècle », Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte [en ligne], 28/2, p. 17-34, <https://francia.digitale-sammlungen.de/Blatt_bsb00016343,00031.html> (consulté le 20 mai 2020).

Werner Michael et Zimmerman Bénédicte, 2004, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Le Genre humain [en ligne], n42, 2004/1, p. 15-49, <https://www.cairn.info/revue-annales-2003-1-page-7.htm> (consulté le 6 nov. 2019).

Wieviorka Michel, Burguière André, Chartier Roger, Farge Arlette et Vigarello Georges, 1995, « L’œuvre de Norbert Elias, son contenu, sa réception », Cahiers internationaux de sociologie, nouvelle série, vol. 99, Norbert Elias : une lecture plurielle, juillet-déc. 1995, p. 213-235.

Catalogues d’exposition

Arizzoli-Clémentel Pierre et Gorguet Ballesteros Pascale (dir.), 2009, Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe 1650-1800, cat. exp. (château de Versailles, 31 mars-28 juin 2009), Paris, Réunion des musées nationaux.

Bouchenot-Déchin Patricia et Farhat Georges (dir.), 2013, André Le Nôtre en perspectives, cat. exp. (château de Versailles, 22 oct. 2013-23 févr. 2014), Paris/Versailles, Hazan/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Bourgès Nathalie (dir.), 2005, Versailles au cinéma, cat. exp. (Versailles, hôtel de ville de Versailles, 11-23 avril 2005), Versailles, ville de Versailles.

Caude Élisabeth, La Gorce Jérôme de et Saule Béatrix (dir.), 2016, Fêtes et divertissements à la cour, cat. exp. (château de Versailles, 29 nov. 2016-26 mars 2017), Paris/Versailles, Gallimard/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Dratwicki Benoît, Maral Alexandre, Masson Raphaël et al., 2007, Versailles et la musique de cour, cat. exp. (Versailles, bibliothèque municipale, 22 sept.-30 nov. 2007), Paris, Magellan & Cie.

Gendre Catherine, 1992, Versailles vu par les peintres : de Demachy à Lévy-Dhurmer, cat. exp. (Versailles, musée Lambinet, 2 avr.-12 juill. 1992), Versailles, musée Lambinet.

Gendre Catherine, Krzywkowski Isabelle et al., 2003, Versailles, vie artistique, littéraire et mondaine 1889-1939, cat. exp. (Versailles, musée Lambinet, 2 déc. 2003-29 févr. 2004), Paris/Versailles, Somogy/musée Lambinet.

Kisluk-Grosheide Daniëlle et Rondot Bertrand (éd.), 2017, Visiteurs de Versailles. Voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, cat. exp. (château de Versailles, 22 oct. 2017-25 févr. 2018, New York, Metropolitan Museum of Art, 9 avr.-29 juill. 2018), Paris/Versailles, Gallimard/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2009, Louis XIV, l’homme et le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 févr. 2010), Paris/Versailles, Skira-Flammarion/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Salomé Laurent et Bonnotte Claire (dir.), 2019, Versailles revival 1867-1937, cat. exp. (château de Versailles, 19 nov. 2019-15 mars 2020), Paris/Versailles, In Fine/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Saule Béatrix, La Gorce Jérôme de, Mabille Gérard et al., 1993, Versailles et les tables royales en Europe, xviie-xixe siècles, cat. exp. (château de Versailles, 3 nov 1993- févr. 1994), Paris, Réunion des musées nationaux.

Contributions à des catalogues d’exposition

De Jong Erik, 2013, « Une affaire de goût. La “fonction opérationnelle” du jardin à l’époque de Le Nôtre en Europe du Nord », dans Bouchenot-Déchin P. et Farhat G. (dir.), André Le Nôtre, p. 296-309.

Masson Raphaël, 2019, « Le Versailles rêvé de Louis II de Bavière : architecture, théâtre et peinture », dans Salomé L. et Bonnotte C. (dir.), Versailles revival, p. 272-289.

Noël-Waldteufel Marie-France, 1993, « Manger à la cour : alimentation et gastronomie aux xviie-xviiie siècles », dans Saule B., La Gorce J. de, Mabille G. et al., Versailles et les tables royales en Europe, p. 69-84.

Salomé Laurent, 2019, « Introduction », dans Salomé L. et Bonnotte C. (dir.), Versailles revival, p. 14-25.

Schröder Volker, 2005, « Versailles, opéra aux fantômes : The Ghosts of Versailles », dans Léonard-Roques V. (éd.), Versailles dans la littérature, p. 329-339.

Wimmer Clemens Alexander et Schaefer Martin, 2013, « La réception de Le Nôtre et du “style français” dans le Saint Empire », dans Bouchenot-Déchin P. et Farhat G. (dir.), André Le Nôtre, p. 334-345.

Monographies

Apostolidès Jean-Marie, 1981, Le roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd. de Minuit.

Baudrillart Alfred, 1890, Philippe V et la cour de France, Paris, Firmin-Didot, 5 vol. 

Bauer Volker, 1993, Die höfische gesellschaft in Deutschland von der Mitte des 17. Jahrhunderts bis zum Ausgang des 18. Jahrunderts. Versuch einer Typologie, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Baumont Olivier, 2007, La musique à Versailles, Arles/Versailles, Actes Sud/château de Versailles/Centre de musique baroque de Versailles.

Beaurepaire Jean-Yves, 2007, Le mythe de l’Europe française au xviiie siècle : diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Éd. Autrement.

Beaussant Philippe et Bouchenot-Déchin Patricia, 1996, Les plaisirs de Versailles : théâtre et musique, Paris, Fayard, coll. « Les chemins de la musique ».

Black Jeremy, 2003, France and the Grand Tour, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan.

Bottineau Yves, 1993 [1962], L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V (1700-1746), [Nanterre], Conseil général des Hauts-de-Seine.

Brunot Ferdinand, 1905-1938, Histoire de la langue française, Paris, Armand Colin, 11 vol., notamment les vol. 7 et 8 sur « Le français hors de France ».

Burke Peter, 1995, Louis XIV : les stratégies de la gloire, Paris, Seuil [traduction en français de The Fabrication of Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Press, 1992].

Caraccioli Louis-Antoine, 1777, Paris, le modèle des nations étrangères ou l’Europe françoise, Venise et Paris, Veuve Duchesne.

Corpechot Lucien, 1912, Les jardins de l’intelligence, Paris, Émile-Paul.

Cosandey Fanny et Descimon Robert, 2002, L’absolutisme en France, histoire et historiographie, Paris, Seuil.

Da Vinha Mathieu, 2009, Le Versailles de Louis XIV : le fonctionnement d’une résidence royale au xviie siècle, Paris, Perrin.

Digard Jeanne, 1934, Les jardins de La Granja et leurs sculptures décoratives, Paris, Libr. E. Leroux.

Drouard Alain, 2010, Le mythe gastronomique français, Paris, CNRS éditions.

Du Colombier Pierre Poinçon de La Blanchardière, dit, 1930, L’art français dans les cours rhénanes, Paris, La Renaissance du livre, coll. « L’art français à l’étranger ».

Duindam Jeroen, 1995, Myths of Power : Norbert Elias and the Early Modern European Court, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles. The Courts of Europe’s Dynastic Rivals, 1550-1780, Cambridge, Cambridge University Press.

Dussieux Louis, 1852, Les artistes français à l’étranger, Paris, Didron.

Ehalt Hubert Christian, 1980, Ausdruckformen absolutistischer Herrschaft. Der Wiener Hof im 17. und 18. Jahrhundert, Munich, R. Oldenbourg Verlag.

Elias Norbert, 1985, La société de cour, trad. de l’allemand par P. Kamnitzer et J. Etoré, Paris, Flammarion [1re édition en allemand : Neuwied Berlin, H. Luchterhand, 1969 ; 1re traduction en français : Paris, Calmann-Lévy, 1974].

Elias Norbert, 1996, The Germans : Power Struggles and the Development of Habitus in the Nineteenth and Twentieth centuries, trad. de l’allemand par E. Dunning et S. Mennell, Cambridge, Polity Press [1re édition en allemand : Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989].

Ferrier-Caverivière Nicole, 1981, L’image de Louis XIV dans la littérature française de 1660 à 1715, Paris, Presses universitaires de France.

Fortoul Hippolyte, 1844 [1re éd. 1839], Les fastes de Versailles, Paris, Houdaille.

Gerbod Paul, 1991, Voyages au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques du xviiie siècle à nos jours, Paris, Albin Michel.

Gordon Daniel, 1994, Citizens without Sovereignty : Equality and Sociability in French Thought, 1670-1789, Princeton, Princeton University Press.

Johnson Neal R., 1978, Louis XIV and the Age of the Enlightenment : the Myth of the Sun King from 1715 to 1789, dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, éd. par Haydn Mason, Oxford, The Voltaire Foundation at the Taylor Institution Oxford.

Klaits Joseph, 1976, Printed Propaganda under Louis XIV. Absolute monarchy and Public Opinion, Princeton, Princeton University Press.

Klingensmith Samuel John, 1993, The Utility of Splendor : Ceremony, Social Life and Architecture at the Court of Bavaria, 1600-1800, Chicago, University of Chicago Press.

Krems Eva-Bettina, 2012, Die Wittelsbacher und Europa : Kulturtransfer am frühneuzeitlichen Hof, Vienne, Böhlau.

Krüdener Jürgen Freiherr von, 1973, Die Rolle des Hofes im Absolutismus, Stuttgart, Gustav Fischer Verlag.

Lefebvre Saint-Ogan, 1884, Essai sur l’influence française, Paris, L. Cerf.

Lespinasse Pierre, 1929, Les artistes français en Scandinavie, Paris, La Renaissance du livre, coll. « L’art français à l’étranger ».

Le Roy Ladurie Emmanuel, 1997, Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, Fayard.

Lilti Antoine, 2005, Le monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Mandrou Robert, 1961, Introduction à la France moderne (1500-1640). Essai de psychologie historique, Paris, Albin Michel.

Mandrou Robert, 1967, La France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Presses universitaires de France.

Mandrou Robert, 1968, Magistrats et sorciers en France au xviie siècle : une analyse de psychologie historique, Paris, Plon.

Mandrou Robert, 1977, L’Europe « absolutiste ». Raison et raison d’État 1649-1775, Paris, Fayard [traduction en français de Staatsräson und Vernunft, Berlin, Propyläen Verlag, 1976].

Mansel Philip, 2005, Dressed to rule. Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Haven et Londres, Yale University Press.

Marin Louis, 1981, Le portrait du roi, Paris, Éd. de Minuit.

Markovits Rahul, 2014, Civiliser l’Europe. Politiques du théâtre français au xviiie siècle, Paris, Fayard.

McCullough David, 2014, Le voyage à Paris. Les Américains à l’école de la France 1830-1900, trad. de l’anglais par P.-E. Dauzat, Paris, Vuibert [1re éd. New York, Simon & Schister, 2011].

Pagès Claire, 2017, Elias, Paris, Les Belles Lettres.

Plodeck Karin, 1972, Hofstruktur und Hofzeremoniell in Brandenburg-Ansbach, Ansbach, Historischer Verein für Mittelfranken.

Réau Louis, 1921-1921, L’art russe, Paris, Henri Laurens, 2 vol.

Réau Louis, 1922, L’art français sur le Rhin, Paris, Honoré Champion.

Réau Louis, 1924-1933, Histoire de l’expansion de l’art français, Paris, Henri Laurens, 4 vol.

Réau Louis, 1938, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel.

Reynaud Louis, 1913, Les origines de l’influence française en Allemagne, Paris, Honoré Champion.

Reynaud Louis, 1914, Histoire générale de l’influence française en Allemagne, Paris, Hachette.

Rivarol Antoine de, 1784, De l’universalité de la langue française, Berlin et Paris, Bailly et Dessenne.

Sabatier Gérard, 1999, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel.

Stedman Gesa, 2013, Cultural Exchange in Seventeenth-Century France and England, Farnham et Burlington, Ashgate.

Winterling Aloys, 1986, Der Hof des Kurfürsten von Köln (1688-1794). Eine Fallstudie zur Beutung “absolutistischer” Hofhaltung, Bonn, Ludwig Röhrscheid.

Ziegler Hendrik, 2013, Louis XIV et ses ennemis. Image, propagande et contestation, trad. de l’allemand par A. Viery-Wallon, Paris/Versailles/Vincennes, Centre allemand d’histoire de l’art/Centre de recherche du château de Versailles/Presses universitaires de Vincennes [1re édition : Der Sonnenkönig und seine Feinde. Die Bildpropoganda Ludwigs XIV. in der Kritik, Petersberg, Michael Imhof Verlag, 2010].

Ouvrages collectifs (ou contributions à des)

Adamson John (éd.), 2000, The Princely Courts of Europe. Ritual, Politics and Culture under the Ancien Régime, 1500-1750, Londres, Wellington House [1re édition : Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1998].

Álvarez-Ossorio Antonio, 2009, « Versailles inversé : Charles II, ou la monarchie sous l’empire des nobles », dans Sabatier G. et Torrione M. (dir.), ¿ Louis XIV espagnol ?, p. 137-154.

Arminjon Catherine et Saule Béatrix, 2004, Tables royales et festins de cour en Europe, 1661-1789, Paris, La Documentation française.

Asch Ronald et Birke Adolf M. (éd.), 1991, Princes, Patronage and the Nobility, The Court at the Beginning of the Modern Age c. 1450-1650, New York, Oxford University Press.

Beaurepaire Pierre-Yves, Bourdin Philippe et Wolff Charlotta (éd.), 2018, Moving Scenes : the Circulation of Music and Theatre in Europe, 1700-1815, Oxford, Voltaire Foundation.

Bøggil Johannssen Birgitte et Ottenheym Konrad (éd.), 2015, Beyond Scylla and Charybdis : European Courts and Court Residences outside Habsburg and Valois-Bourbon Territories 1500-1700, Odense, University Press of Southern Denmark.

Boutier Jean, Klesmann Bernd, Moureau François et Zum Kolk Caroline (dir.), 2014, Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 : regards croisés, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Burguière André, 2009, « Norbert Elias et les historiens français : histoire d’une rencontre », dans Coignard Tristan et Leclerc Hélène (dir.), « Norbert Elias, “un marginal établi” ? Ancrage et réception d’une démarche singulière en sciences humaines », numéro spécial de la revue Individu & Nation, vol. 3, <http://revuesshs.u-bourgogne.fr/individu&nation/document.php?id=358> (consulté le 5 nov. 2019).

Bussmann Frédéric, 2017, « Le château de Nordkirchen, le “Versailles de Westphalie” ? Architecture, distribution et décor des appartements de la résidence du prince évêque de Münster et de la famille Plettenberg », dans Gaehtgens T. W., Bussmann F., Castor M. A. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe…, p. 365-403.

Calvi Giulia et Chabot Isabelle (éd.), 2010, Moving Elites : Women and Cultural Transfers in the European Court System, Florence, HEC Working Papers.

Campbell Peter et Grell Chantal, 2012, « La cour et les modèles de pouvoir : bilan historiographique », dans Fantoni M. (dir.), The Court in Europe, p. 175-192.

Cartuyvels Sabine, 2014, « La théorie et la pratique du jardinage. La diffusion du modèle français au xviiie siècle », dans Martella M. (dir.), L’héritage d’André Le Nôtre, p. 12-21.

Castel-Branco Cristinia, 2014, « Les influences de Le Nôtre au Portugal », dans Martella M. (dir.), L’héritage d’André Le Nôtre, p. 45-51.

Chartier Roger, 2010, « Pour un usage libre et respectueux de Norbert Elias », dans Deluermoz Q. (éd.), Spécial : Norbert Elias…, p. 37-52, <https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-2-page-37.htm> (consulté le 6 nov 2019).

Claydon Tony et Levillain Charles-Édouard, 2015, Louis XIV Outside In. Images of the Sun King Beyond France, 1661-1715, Farnham/Burlington, Ashgate.

[Collectif], 1985, Histoire sociale, sensibilités collectives et mentalités. Mélanges Robert Mandrou, Paris, Presses universitaires de France.

[Collectif], 2003, Le Nôtre, un illustre inconnu ?, publié sous la direction du Bureau des jardins et du patrimoine paysager, sous-direction des Espaces protégés et de la qualité architecturale, direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec la Section française de l’Icomos et l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, Paris, Monum, Éd. du patrimoine.

Collinson Howard Creel (éd.), 1992, Versailles : French Court Style and Its Influence, Toronto, University of Toronto.

Cordier Sylvain, 2014, « Louis XIV et le décor louis-quatorzien à la cour de Louis-Philippe : enjeux et perspectives d’une filiation historique et esthétique », dans Da Vinha M., Maral A. et Milovanovic N. (dir.), Louis XIV, l’image et le mythe, p. 275-286.

Cornette Joël (éd.), 2006, Versailles, le pouvoir de la pierre, Paris, Tallandier.

Da Vinha Mathieu, Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2014, Louis XIV, l’image et le mythe, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Deflers Isabelle et Kühner Christian (éd.), 2018, Ludwig XIV. – Vorbild und Feindbild. Inszenierung und Rezeption der Herrschaft eines barocken Monarchen zwischen Heroisierung, Nachahmung und Dämonisierung / Louis XIV – fascination et répulsion. Mise en scène et réception du règne d’un monarque baroque entre héroïsation, imitation et diabolisation, Berlin, Erich Schmidt Verlag.

De Jong Erik, 2003, « Le Nôtre dans le Nord », dans [collectif], Le Nôtre, un illustre inconnu ?, p. 202-215.

Deluermoz Quentin (éd.), 2010, Spécial : Norbert Elias et le 20e siècle, Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 106, 2010/2, <https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-2.htm> (consulté le 6 nov. 2019).

Dickens Arthur Geoffrey (dir.), 1977, The Courts of Europe. Politics, Patronage and Royalty, Londres, Thames and Hudson.

Dmitrieva Katia et Espagne Michel (dir.), 1996, Transferts culturels triangulaires France-Allemagne-Russie, Paris, Éd.de la Maison des sciences de l’homme.

Dubost Jean-François, 2014, « Louis XIV, l’homme et le roi sous la plume des étrangers venus à la cour de France entre 1661 et 1685 », dans Da Vinha M., Maral A. et Milovanovic N. (dir.), Louis XIV, l’image et le mythe, p. 171-188.

Ducamp Emmanuel, 2014, « L’influence de Le Nôtre en Russie », dans Martella M. (dir.), L’héritage d’André Le Nôtre, p. 22-29.

Espagne Michel et Middell Matthias (dir.), 1993, Von der Elbe bis an die Seine. Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag.

Espagne Michel et Werner Michael (éd.), 1988, Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie et xixe siècles), Paris, Éd. Recherche sur les civilisations.

Externbrink Sven et Levillain Charles-Édouard (dir.), 2018, Penser l’après Louis XIV. Histoire, mémoire, représentation (1715-2015), Paris, Honoré Champion.

Fantoni Marcello (dir.), 2012, The Court in Europe, Rome, Bulzoni.

François Étienne, 1988, « Les échanges culturels entre la France et les pays germaniques au xviiie siècle », dans Espagne M. et Werner M. (éd.), Transferts, p. 35-47.

François Étienne, 2002, « Versailles, Potsdam : les capitales bicéphales », dans Charles Christophe et Roche Daniel (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques. Paris et les expériences européennes (xviiie-xxe siècles), Paris, Publications de la Sorbonne, p. 99-108.

Gaehtgens Thomas W., Bussmann Frédéric, Castor Markus A. et Henry Christophe (dir.), 2017, Versailles et l’Europe. L’appartement monarchique et princier. Architecture, décor, cérémonial, Heidelberg, Arthistoricum.net, <https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234> (consulté le 9 janv. 2020).

Goulet Anne-Madeleine et Zur Nieden Gesa (dir.), 2015, Europäische Musiker in Venedig, Rom und Neapel (1650-1750), Cassel, Bärenreiter, coll. « Analecta musicologica », vol. 52.

Harlez de Deulin Nathalie de, 2014, « L’emprise du modèle français au xviiie siècle dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège », dans Martella M. (dir.), L’héritage d’André Le Nôtre, p. 63-69.

Hassler Éric, 2017, « “Mes estats estant situés entre l’Allemagne et la France il faudra prendre de l’un et de l’autre”. Vienne, Versailles, Lunéville : réflexions sur les “modèles” de cour au début du xviiie siècle », dans Motta A. (dir.), Échanges, passages, p. 151-165.

Hatton Ragnhild, 1977, « Louis XIV. At the court of the Sun King », dans Dickens A. G. (dir.), The Courts of Europe, p. 233-261.

Hayward Maria, 2015, « “We Have Better Materials for Clothes, They, Better Taylors” : the Influence of La Mode on the Clothes of Charles II and James II », dans Claydon T. et Levillain C. É., Louis XIV Outside In, p. 57-75.

Heitmann Katja, 2017, « Distribution et ornementation. Le château de Heidecksburg à Rudolstadt et l’influence de l’architecture française sur les châteaux princiers allemands », dans Gaehtgens T. W., Bussmann F., Castor M. A. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe, p. 467-481.

Himelfarb Hélène, 1986, « Versailles, fonctions et légendes », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. II, La nation, vol. 2, p. 235-292.

Hinterkeuser Guido, 2017, « Les pièces d’habitation et les salles d’apparat de Sophie-Charlotte et Frédéric Ier au château de Charlottenbourg : finalité, aménagement et usage », dans Gaehtgens T. W., Bussmann F., Castor M. A. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe, p. 511-538.

Höfele Andreas et Koppenfels Werner von (éd.), 2005, Renaissance Go-Betweens : Cultural Exchange in Early Modern Europe, Berlin, W. de Gruyter.

Kampmann Christoph, Krause Katharina, Krems Eva-Bettina et Tischer Anuschka (éd.), 2008, Bourbon-Habsburg-Oranien, Konkurrierende Modelle im dynastischen Europa um 1700, Cologne, Böhlau.

Krause Katharina, 2008, « Versailles als Monument Ludwigs XIV », dans Kampmann C., Krause K., Krems E.-B. et Tischer A. (éd.), Bourbon-Habsburg-Oranien, p. 85-95.

Krems Eva-Bettina, 2008, « Zur Repräsentationskultur der Wittelsbacher zwischen Habsburg und Bourbon », dans Kampmann C., Krause K., Krems E.-B. et Tischer A. (éd.), Bourbon-Habsburg-Oranien, p. 267-283.

Krems Eva-Bettina, 2010, « Bourbon und Wittelsbach : zu den Grenzen des Kulturtransfers und zum “Modell Frankreich” um 1700 », dans Babel Rainer, Braun Guido et Nicklas Thomas (éd.), Bourbon und Wittelsbach : neuere Forschungen zur Dynastiengeschichte, Münster, Aschendorff, p. 387-406.

Léonard-Roques Véronique (éd.), 2005, Versailles dans la littérature. Mémoire et imaginaire aux xixe et xxsiècles, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal.

Leroux Flavie, à paraître [2021], « Louis Réau et Versailles », dans Claass Victor et Schneider Marlen (dir.), Que faire de Louis Réau ?, Paris, Deutsches Forum für Kunstgeschichte, coll. « Passages online ».

Lorenz Hellmut, 1994, « The Imperial Hofburg. The Theory and Practice of Architectural Representation in Baroque Vienna », dans Ingrao Charles W. (dir.), State and Society in Early Modern Austria, West Lafayette, Purdue University Press, p. 93-109.

Lüsebrink Hans-Jürgen et Reichardt Rolf (dir.), 1997, Kulturtransfer im Epochenumbruch : Frankreich-Deutschland 1770 bis 1815, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2 vol. 

Martella Marco (dir.), 2014, L’héritage d’André Le Nôtre : les jardins à la française, entre tradition et modernité, [Nanterre], Hauts-de-Seine.

Motta Anne (dir.), 2017, Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », série « L’univers de la cour ».

Muchembled Robert (éd.), 2006-2007, Cultural Exchange in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 4 vol. 

Nolde Dorothea et Opitz Claudia (éd.), 2008, Grenzüberschreitende Familienbeziehungen : Akteure und Medien des Kulturtransfers in der Frühen Neuzeit, Cologne, Böhlau.

North Michael (dir.), 2009, Kultureller Austausch. Bilanz und Perspektiven der Frühneuzeitforschung, Cologne, Böhlau.

Palos Joan Lluís et Sánchez Magdalena S. (éd.), 2016, Early Modern Dynastic Marriages and Cultural Transfer, Farnham/Burlington, Ashgate Publishing Limited.

Paravicini Werner, 2012, « Des résidences à la cour, du Moyen Âge aux Temps modernes : Recherches en langue allemande depuis 1985 », dans Fantoni M. (dir.), The Court in Europe, p. 71-88.

Paresys Isabelle et Coquery Natacha, 2015, « Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815) », numéro spécial de la revue Apparence(s), no 6, <https://journals.openedition.org/apparences/1295> (dernière consultation : 19 févr. 2020).

Polleroß Friedrich, 2014, « Zwischen Konfrontation und Imitation. Französische Einflüsse am Wiener Hof um 1700 », dans Möseneder Karl, Thimann Michael et Hofstetter Adolf (éd.), Barocke Kunst und Kultur im Donauraum, Petersberg, Michael Imhof Verlag, p. 530-547.

Pommier Édouard, 1986, « Versailles, l’image du souverain », dans Nora Pierre (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. II, La nation, vol. 2, p. 193-234.

Prince Nathalie, 2005, « Versailles, icône fantastique », dans Léonard-Roques V. (éd.), Versailles dans la littérature, p. 210-219.

Sabatier Gérard et Torrione Margarita (dir.), 2009, ¿ Louis XIV espagnol ? : Madrid et Versailles, images et modèles, Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica ».

Smith Denis, 2012, « Norbert Elias and The Court Society », dans Fantoni M. (dir.), The Court in Europe, p. 415-435.

Szafranska Malgorzata, 2003, « La réception d’André Le Nôtre en Pologne », dans [collectif], Le Nôtre, un illustre inconnu ?, p. 216-223.

Takács Katalin et Fatsar Kristóf, 2014, « L’influence de Le Nôtre en Hongrie au xviiie siècle », dans Martella M. (dir.), L’héritage d’André Le Nôtre, p. 53-61.

Tétart-Vittu Françoise, 2009, « À l’espagnole ou à la française. Résistances et emprunts dans la mode de cour », dans Sabatier G. et Torrione M. (dir.), ¿ Louis XIV espagnol ?, p. 203-217.

Thomson Ann, Burrows Simon et Dziembowski Edmond (éd.), 2010, Cultural Transfers : France and Britain in the long Eighteenth Century, Oxford, Voltaire Foundation.

Traversier Mélanie (dir.), 2015, Musiques nomades : objets, réseaux, itinéraires. Europe, xviie-xixe siècles, numéro spécial de la revue Diasporas. Circulations, migrations, histoire, n26, [en ligne], <https://journals.openedition.org/diasporas/396> (consulté le 30 juin 2020).

Valenta Rainer, 2017, « L’appartement impérial à l’époque de Charles VI. Proposition de reconstitution », dans Gaehtgens T. W., Bussmann F., Castor M. A. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe, p. 175-200.

Visceglia Maria Antonietta, 2012, « Italian Historiography on the Courts : a Survey », dans Fantoni M. (dir.), The Court in Europe, p. 107-133.

Visentini Marguerita Azzi, 2003, « André Le Nôtre en Italie : portée et limite », dans [collectif], Le Nôtre, un illustre inconnu ?, p. 224-239.

Voisin Amélie, 2017, « Fascination, dédain et crainte : le duc Léopold face à l’influence française en Lorraine au début du xviiie siècle », dans Motta A. (dir.), Échanges, passages, p. 117-126.

Wünsche-Werdehausen Elisabeth, 2015, « Habsburg Tradition – French Fashion : The Residence of Vittorio Amadeo II in Turin (1684-1730) », dans Bøggil Johannssen B. et Ottenheym K. (éd.), Beyond Scylla and Charybdis, p. 137-147.

Ziegler Hendrik, 2010a, « Herrenchiemsee : pourquoi Louis II copie la grande galerie de Versailles après la guerre franco-allemande », dans Constans Claire et Da Vinha Mathieu (dir.), Les grandes galeries européennes, xviiie-xixe siècles, Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica », p. 353-373.

Ziegler Hendrik, 2010b, « “His house at Versailles is something the foolishest in the world”. La grande galerie de Versailles à travers les récits de voyageurs et d’ambassadeurs étrangers autour de 1700 », dans Stunck Christina et Kieven Elisabeth (éd.), Europäische Galeriebauten : Galleries in a comparative European Perspective (1400-1800), Munich, Hirmer, p. 351-380.

Mémoire non publié

Le Coz Frédéric, 2012, Versailles et le film : enjeux et représentation, des origines du cinéma à la fin des années soixante, mémoire d’étude, sous la dir. de Raphaël Masson, École du Louvre.

Haut de page

Notes

1 Présentation sur le site du CRCV : <http://chateauversailles-recherche.fr/francais/recherche/programmes-de-recherche/programmes-de-recherche-en-cours/identites-curiales-et-le-mythe-de-versailles-en-europe-perceptions-adhesions-et.html> (consulté le 29 mai 2020).

2 Caraccioli 1777, p. vii.

3 Rivarol 1784.

4 L’expression est empruntée à Reynaud 1914, p. 8-9. Pour les autres références, voir Brunot 1905-1938 ; Lefebvre Saint-Ogan 1884 ; Reynaud 1913.

5 Dussieux 1852 et, pour la citation, Fortoul 1844, « avis de l’éditeur ».

6 Sur cette question, voir la synthèse proposée par Leroux [2021]. Sur l’historiographie de Versailles et de la cour, voir Sabatier 1999, p. 9-43 et Sabatier 2020.

7 Réau 1921, Réau 1921-1922, Réau 1922, Réau 1924-1933 et Réau 1954.

8 Réau 1938, p. 237. Les italiques sont de Louis Réau.

9 Lespinasse 1929 et du Colombier 1930.

10 Ces exemples sont tirés du site institutionnel de Boughton House, du site web du guide Lonely Planet et d’un article paru en ligne dans la revue Historia (dernière consultation : 15 oct. 2019). Une page Wikipédia est même consacrée à la recension de ces prétendues « Répliques du château de Versailles  ».

11 Digard 1934, p. 3.

12 Mandon 1872, p. 624.

13 Baudrillart 1890, IV, p. 449.

14 Ibid., I, p. 78.

15 Bottineau 1993 [1962]. Pour cet article, nous nous appuyons sur une réédition de 1993, qui tient compte des changements intervenus dans l’historiographie depuis les années 1960. Pour une synthèse du même auteur, voir Bottineau 1962.

16 Bottineau 1993 [1962], p. 128.

17 Ibid., p. 244.

18 Ibid., p. 204.

19 Ibid., p. 252.

20 Ibid., p. 597.

21 Baillie 2014 (traduction en français).

22 Baillie 2014, § 3.

23 Ibid., § 8.

24 Ibid., § 26 et 44-45.

25 Ibid., § 34.

26 Ibid., § 25 et 35.

27 Ibid., § 41.

28 Ibid., § 40.

29 Mandrou 1961 et Mandrou 1968. Les données biographiques sont tirées de [Collectif] 1985.

30 Mandrou 1967 et Mandrou 1977 (traduction en français).

31 Mandrou 1977, p. 186.

32 Mandrou 1967, p. 218.

33 Mandrou 1977, p. 190.

34 Sur les débuts de ce courant et sa théorisation, voir notamment Espagne et Werner 1985, Espagne et Werner 1987 et Espagne et Werner 1988. Pour une synthèse de ses apports historiographiques et de ses limites, voir Middell 2008 et Nolde et Opitz 2008.

35 François 1988.

36 Ibid., p. 35.

37 Ibid., p. 45.

38 Pour des exemples dans ce second domaine, voir en particulier Nolde et Opitz 2008, Calvi et Chabot 2010, Palos et Sánchez 2016.

39 Sur ce dernier point, voir Dmitrieva et Espagne 1996.

40 Espagne et Middell 1993.

41 Werner et Zimmerman 2004. Ces réflexions ont ensuite invité à préférer la notion d’” échange » à celle de « transfert » (cf. North 2009 et Stedman 2013).

42 Voir, entre autres exemples, Muchembled 2006-2007 et Thomson, Burrows et Dziembowski 2010.

43 Voir notamment Beaurepaire 2007 et Nolde et Opitz 2008. Pour des exemples antérieurs de travaux traitant des « courtiers culturels », voir Höfele et Koppenfels 2005 et Lüsebrink et Reichardt 1997.

44 Les travaux d’Eva-Bettina Krems seront mentionnés plus loin. Pour les travaux en musicologie, voir notamment Goulet et Zur Nieden 2015.

45 Sur ce courant, voir Fantoni 2012. Plus spécifiquement sur la manière dont les historiens ont étudié la cour à Versailles, voir Sabatier 2020.

46 Baillie 2014, § 49.

47 Nous nous référons ici à une édition traduite en français : Elias 1985 (1re éd. 1969 et 1re trad. 1974). La première édition en allemand date de 1969, la première traduction en anglais de 1983. Sur le processus d’élaboration de cet ouvrage, voir Smith 2012. Pour une bibliographie recensant les travaux d’Elias et une synthèse des études mobilisant ou critiquant sa pensée, voir Deluermoz 2010.

48 Elias 1985, p. 310.

49 Pour une synthèse sur cette notion, voir Pagès 2017, p. 37-63.

50 Gordon 2002. Sur la réception d’Elias en France, voir aussi Burguière 2009, Wieviorka, Burguière, Chartier, Farge et Vigarello 1995 ; sur le poids de son œuvre dans la pensée historique, voir Campbell et Grell 2012, Deluermoz 2010.

51 Chartier 2010, p. 43.

52 Elias montre même dans The Germans que le cas allemand est à l’opposé du cas français (Elias 1996, 1re éd. 1989).

53 Krüdener 1973. Pour une synthèse sur cette étude, voir Duindam 1995.

54 Ehalt 1980 et Plodeck 1972, cités par Duindam 1996.

55 Dickens 1977.

56 Hatton 1977.

57 Ibid., p. 261. Toutes les traductions sont de l’auteur de l’article.

58 Sur ces organisations, voir Paravicini 2012 et Visceglia 2012

59 Seules quelques contributions ont été publiées sous forme d’articles, mais elles n’ont pas été rassemblées dans des actes (voir Sabatier 2020).

60 Asch et Birke 1991.

61 Ibid., p. 4.

62 Ibid., p. 26.

63 Adamson 2000 (1re éd. 1998).

64 Ibid., p. 11

65 Duindam 1995. Pour une synthèse des arguments de l’auteur, voir Duindam 1996.

66 Pour un bilan de la question, voir Cosandey et Descimon 2002.

67 Duindam 1995, p. 190.

68 « The study of court and kingship has always focused too heavily on the imposing example of Louis XIV. A one-sided, exaggerated view of the Sun King’s reign has thus become the standard and model for the exercise of power in the early modern era. For other areas, however, this French-inspired model proves a less suitable guide. The widely varying situations simply cannot be subsumed in a single paradigm of the exercise of power » (Ibid., p. 193).

69 Gordon 1994 et Le Roy Ladurie 1997, p. 515-520, annexe 1 (« Sur Norbert Elias »).

70 Winterling 1986.

71 Klingensmith 1993.

72 Ibid., p. 118.

73 Bauer 1993.

74 Ibid., p. 55.

75 Lorenz 1994.

76 Polleroß 1987, Polleroß 1998, et, pour une publication plus récente, Polleroß 2014.

77 Graf 1997, cité par Valenta 2017, p. 177.

78 Duindam 2003, p. 13.

79 Ibid., p. 318.

80 Ibid., p. 302.

81 Kampmann, Krause, Krems et Tischer 2008.

82 Krause 2008, p. 93.

83 « Das “Modell Frankreich” war dabei nicht das “Modell Versailles” und nicht das “Modell Bourbon”. Es ging Max Emanuel ab 1715 nicht um einen durch den königlichen Ort Versailles nobilierten goût, weshalb etwa Meudon, […] oder auch die Pariser Hotels des Adels wichtiger werden konnten als Versailles. Und es ging den Wittelsbachern auch nicht um das Herrscher- oder Legitimationsmodell der noch relativ jungen Dynastie der Bourbonen im Sinne Ludwigs XIV ; vielmehr handelte es sich um divergierende Herrschaftsmodelle […]. Bei den Wittelsbachern wird die Familie inszeniert, nicht der Herrscher allein wie im “Monument Ludwigs XIV” » (Krems 2008, p. 282-283).

84 Krems 2012. Sur le même thème, cf. Krems 2010.

85 Ibid., p. 328.

86 Merlotti 2014, p. 251. Sur le cas savoyard, voir aussi Wünsche-Werdehausen 2015.

87 Ibid., p. 267.

88 Motta 2017. Sur les résidences et la cour des ducs de Lorraine, voir également Franz 2011, Franz 2017 et Hassler 2016.

89 Voisin 2017.

90 Hassler 2017, p. 164-165.

91 Sur ce programme de recherche financé entre 2010 et 2015 par l’European Science Foundation, voir http://www.courtresidences.eu/index.php/home/ (consulté le 7 janv. 2020).

92 Bøggil Johannssen et Ottenheym 2015.

93 Ibid., p. 17.

94 Sabatier et Torrione 2009.

95 Gaehtgens, Bussmann, Castor et Henry 2017.

96 Ibid., p. 15.

97 Bussmann 2017, p. 402-403.

98 Heitmann 2017 et Hinterkeuser 2017.

99 Hassler 2018, p. 67-68.

100 Baillie 2014, p. 40.

101 Voir notamment : Baumont 2007, Beaussant et Bouchenot-Déchin 1996, et les catalogues des expositions Versailles et la musique de cour (Dratwicki, Maral, Masson et al. 2007) et Fêtes et divertissements à la cour (Caude, La Gorce et Saule 2016). Pour un point sur la question, voir Sabatier 2020.

102 Lilti 2005, en particulier le chap. 2.

103 Klingensmith 1993.

104 Parmi les publications récentes, voir notamment : Beaurepaire, Bourdin et Wolff 2018, Markovits 2014 et Traversier 2015.

105 Saule, La Gorce, Mabille et al. 1993. Le colloque s’intitulait quant à lui Tables royales et festins de cour en Europe, 1661-1789 (Arminjon et Saule 2004).

106 Noël-Waldteufel 1993, p. 79.

107 Drouard 2010, notamment p. 9-53.

108 Arizzoli-Clémentel et Gorguet Ballesteros 2009. Voir aussi Mansel 2005.

109 Sur les produits de mode fabriqués à Paris et livrés à l’étranger, voir aussi Paresys et Coquery 2015.

110 Hayward 2015 et Tétart-Vittu 2009.

111 Par exemple délibérément repris et même poussés à leur paroxysme par Louis II de Bavière à Herrenchiemsee (voir Masson 2019 et Ziegler 2010a).

112 Collinson 1992.

113 « The flourishing of French art and culture epitomized by the building and decoration of the palace of Versailles is one of the central phenomena in the evolutions of European art and decorative arts » (Ibid., p. 1).

114 Voir par exemple Corpechot 1912.

115 [Collectif] 2003, p. 202.

116 Visentini 2003 et de Jong 2003.

117 Szafranska 2003.

118 Martella 2014 et Bouchenot-Déchin et Farhat 2013.

119 Cf. Castel-Branco 2014, de Jong 2013, Ducamp 2014 et Takács et Fatsar 2014.

120 Cartuyvels 2014, de Harlez de Deulin 2014.

121 de Jong 2013 et Wimmer et Schaefer 2013.

122 François 2002 et Ziegler 2010a.

123 Parmi les nombreuses publications consacrées à Louis XIV et Versailles, voir notamment Cornette 2006 et Da Vinha 2009.

124 Klaits 1976 et Johnson 1978.

125 Marin 1981.

126 Apostolidès 1981.

127 Ferrier-Caverivière 1981.

128 Burke 1995, p. 10 et 24.

129 Ibid., p. 16.

130 Ibid., p. 97.

131 Ibid., p. 170-172.

132 Himelfarb 1986, p. 237.

133 Ibid., p. 248.

134 Ibid., p. 257.

135 Pommier 1986.

136 Sabatier 1999, p. 37.

137 Ibid., p. 43.

138 Dubost 2014 et Ziegler 2013 (cf. Ziegler 2010b). Voir aussi l’exposition Louis XIV, l’homme et le roi, organisée en 2009-2010 au château de Versailles (Maral et Milovanovic 2009). À l’occasion du tricentenaire de la mort de Louis XIV, plusieurs travaux se sont également intéressés à la perception du roi depuis l’étranger, mais peu ont intégré Versailles à la réflexion : voir Claydon et Levillain 2015, Deflers et Kühner 2018, et Externbrink et Levillain 2018.

139 Pour des exemples d’ouvrages évoquant le point de vue porté sur Versailles par certains types nationaux de voyageurs, voir Berelowitch 1993 sur les Russes, Black 2003 et Gerbod 1991 sur les Britanniques, Diezinger 1986 et Struck 2001 sur les Germaniques, McCullough 2014 sur les Américains.

140 Boutier, Klesmann, Moureau et Zum Kolk 2014. Voir également l’exposition Visiteurs de Versailles, organisée en 2017-2018 au château de Versailles (Kisluk-Grosheide et Rondot 2017).

141 Léonard-Roques 2005.

142 Salomé et Bonnotte 2019, p. 16. Deux autres expositions avaient préalablement abordé le sujet, mais de manière plus restreinte : Versailles vu par les peintres (1992) et Versailles, vie artistique, littéraire et mondaine 1889-1939 (2003-2004), toutes deux organisées au musée Lambinet (Versailles). Voir Gendre 1992 et Gendre, Krzywkowski et al. 2003.

143 Frère de Harriet Beecher Stowe, qui a écrit La case de l’oncle Tom. Voir notice consacrée à ce témoignage dans la base « Les visiteurs de Versailles » du Centre de recherche du château de Versailles, en ligne http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb ?html =notvisiteurs&ref =661 (consulté le 2 juill. 2020).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Leroux, « Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 octobre 2020, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18247

Haut de page

Auteur

Flavie Leroux

Flavie Leroux est attachée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles et coordinatrice du programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècles) ». Docteur en histoire et civilisations de l’EHESS, membre associée au Centre de recherches historiques (UMR 8558), elle est par ailleurs spécialiste d’histoire de la cour et des femmes en France (xvi-xviisiècle), en particulier des maîtresses royales, auxquelles elle a consacré sa thèse et un ouvrage, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV (Éd. Champ Vallon, 2020).
Flavie Leroux is research associate at the Centre de Recherche du Château de Versailles and coordinator of the programme ‘Court identities and the myth of Versailles in Europe: perception, adherence and rejection (18th–19th centuries)’. PhD in History and Civilizations, EHESS, associate member of the Centre de Recherches Historiques (UMR 8558), she is specialized in the history of women and the court in France (sixteenth–seventeenth centuries), particularly that of royal mistresses, to whom she has devoted her thesis and a book, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV (Champ Vallon, 2020).
flavie.leroux[at]chateauversailles.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search