Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2020La recherche française récente su...

2020

La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations

Recent French Research on Versailles and the Court. Questions and Avenues of Research
Gérard Sabatier

Résumés

Durant les trente dernières années, la recherche française sur Versailles et la cour a ouvert une nouvelle époque dans la connaissance de l’ingénierie de la monarchie bourbonienne en France. Le Versailles royal était devenu, au xixe siècle, un musée de l’histoire de France par l’opération de Louis-Philippe, tandis que l’histoire de la cour relevait du romanesque. La résurrection du Versailles royal commença la première avec les conservateurs du château. La genèse des bâtiments, l’étude, l’inventaire, la restauration des mobiliers, des décors peints, de la sculpture, des jardins, l’archéologie des ensembles disparus (Marly…) ont mobilisé les historiens d’art, les corps de métier spécialisés, les importantes dotations de l’État et des mécènes. La promotion de la cour comme objet d’histoire est plus récente. L’impulsion est venue des sociologues, des anthropologues ; les historiens ont suivi, dans un contexte largement européen. Le Centre de recherche du château de Versailles, fondé en 2006, est essentiellement consacré à l’étude des « courtisans ». Ses travaux, ainsi que ceux des universitaires français ou étrangers, associent étroitement l’histoire des institutions, des personnes et des pratiques aux lieux de leur exercice. Les expositions annuelles organisées par le château de Versailles assurent la visibilité des différentes orientations de la recherche, convergeant ainsi à la connaissance de l’objet global constitué par le Versailles royal.

Haut de page

Notes de la rédaction

En complément de cet article, retrouvez celui de Flavie Leroux, « Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours », sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Notes de l’auteur

Cet article a été publié une première fois dans The Modern State in Naples and Bourbon Europe. Historiography and Sources, actes du colloque international (Caserte, 5 et 6 décembre 2016), sous la direction de Giuseppe Cirillo et Maria Anna Noto (Naples, COSME B.C. – Ministero per i beni e le attività culturali, 2019, p. 77-101). La présente version propose une mise à jour de la bibliographie effectuée dans le cadre du Centre de recherche du château de Versailles avec la collaboration de Benjamin Ringot, adjoint au directeur scientifique. Ce travail envisage la seule recherche française.

Texte intégral

Antécédences

  • 1 Bref compte rendu du colloque par Guy Walton dans la Gazette des beaux-arts (Walton 1992).

1En 1985 se tint, du 29 septembre au 4 octobre, le colloque international Versailles. Organisé par Guy Walton et W. Howard Adams, professeurs à la New York University, avec la très importante contribution d’institutions et personnalités américaines, ce fut une réunion savante autant que mondaine (réceptions, concerts et opéras des jeunes Arts florissants – 1979 – de William Christie), rassemblant à parts égales intervenants français et étrangers (essentiellement américains), historiens d’art ou conservateurs. Cinquante-huit communications offrirent un panorama de ce qu’était alors la recherche afférant à Versailles en matière d’histoire de l’art : architecture, jardins et dépendances, peinture et sculpture, collections, mobilier, musique, décor des fêtes et théâtre. Remis aux participants sous forme d’un document de travail de 500 pages, le colloque ne fut pas publié1, mais nombre de ses textes novateurs furent à l’origine de travaux ultérieurs. Toutefois, ce colloque prestigieux témoignait des limitations d’une recherche qui n’envisageait pas, au-delà d’une approche factuelle, les questions de la fonction et du fonctionnement qui allaient retenir l’attention des investigations à venir. C’est pourquoi je considérerais volontiers cette date de 1985 comme ouvrant sur une nouvelle époque, où historiens de l’art et historiens allaient collaborer dans une problématique envisageant la globalité de l’objet « Versailles » dans l’ingénierie de la monarchie bourbonienne française.

2Avant d’aborder cette période féconde des trente dernières années, il convient de faire un retour sur la production antérieure afin d’apprécier l’évolution des sensibilités et les mutations de la recherche.

  • 2 Bajou 2018 et Gaehtgens 1984. Voir aussi Ferrand 2012.
  • 3 Pour avoir une vue générale de cette littérature, consulter le corpus raisonné « Descriptions, guid (...)
  • 4 Pour une version développée de ce qui suit, voir chap. 1, « Versailles et les historiens », dans Sa (...)

3Le départ forcé de la famille royale, le 6 octobre 1789, laissa le château de Versailles sans affectation. Il entra dans l’histoire avec la monarchie de Juillet, instrumentalisé par le roi Louis-Philippe au service de son grand dessein de réconciliation des Français et de légitimation de sa dynastie. La demeure des rois devint un mémorial où furent accumulées par centaines dans une intention pédagogique peintures et sculptures représentant les personnages, les scènes et événements qui avaient fait l’histoire de France telle qu’on la concevait alors. Mais Versailles avait été débarrassé de sa signification propre, les Appartements intérieurs avaient été détruits et servaient de salles d’exposition, seul le corps central était conservé comme souvenir de l’ancienne monarchie et de ses décors2. Le musée fut inauguré le 10 juin 1837. Mais l’opération Louis-Philippe avait attiré l’attention sur le château lui-même et sur son histoire. Jusqu’ici, la littérature sur Versailles consistait, comme sous l’Ancien Régime, en guides des lieux3. Naquit alors un genre historique, l’histoire des bâtiments et des personnages qui les avaient hantés4. Jean Vatout (1792-1848) commença en 1837 sa série Souvenirs historiques des résidences royales de France par un Versailles où il donne, dans sa dédicace à la reine, la problématique qui sera suivie par ce genre d’ouvrages : « Écrire l’histoire par les monuments, animer les lieux par les faits dont ils ont été les témoins, évoquer les principaux personnages sur les scènes mêmes où ils ont joué leurs rôles. » Cette « histoire-troubadour » eut une belle postérité et se perpétue de nos jours, outre par une production livresque exponentielle, dans des émissions ou des séries télévisées à succès. Les suiveurs immédiats de Vatout furent Alexandre de Laborde (1773-1842), avec son Versailles ancien et moderne (1839), et Hippolyte Fortoul (1811-1866), dont Les fastes de Versailles connurent quatre éditions (1839, 1844, 1852, 1858).

  • 5 C’était l’époque de la publication des grandes séries documentaires. Dussieux avait lui-même partic (...)
  • 6 Texte de présentation de l’édition 2011, Paris, Jean-Cyrille Godefroy Éd., 1 056 p. Éblouissement n (...)

4Nouveau rattrapage par l’histoire en 1870, celui-ci plus dramatique. Occupation du château par les Prussiens, proclamation de l’Empire allemand le 18 janvier 1871 dans la galerie des Glaces, installation du gouvernement provisoire et base arrière pour la reconquête de Paris sur la Commune, installation des deux chambres des députés et du Sénat (avec constructions des bâtiments y afférents), puis leur déménagement (mais les bâtiments restent). Dans ce contexte d’un nouveau régime (la IIIe République) et de gloire patriotique abîmée, il convient de faire ressouvenir Versailles et ses fastes. Louis Dussieux (1815-1894), versaillais, auteur prolixe d’histoire militaire et de biographies, donne, en 1881 (réédition en 1885), Le château de Versailles, histoire et description, deux forts volumes, utilisant les travaux du conservateur Eudore Soulié, les mémorialistes5 joignant 22 plans hors texte. « Ébloui par le travail de recherche réalisé par cet historien de la fin du xixe siècle », l’académicien Michel Déon (1919-2016) le fit republier en 20116. En 1910, l’inspecteur général de l’Instruction publique, Émilien Cazes, publia chez le même éditeur versaillais que Dussieux Le château de Versailles et ses dépendances, l’histoire et l’art. L’ouvrage de 735 pages, avec ses 31 gravures et ses 19 plans hors texte, se présentait comme une nouvelle version de celui, qui était épuisé, de son prédécesseur. Mais entre-temps, l’opération Jouin-Nolhac avait changé la donne.

  • 7 Nolhac 1925-1930.

5L’enjeu dépassait la simple fonction de mémorial des gloires politiques et militaires de la France assignée par la monarchie de Juillet et le second Empire, ou de la vie quotidienne de l’ancienne cour compilée par Dussieux. En 1889, pour le bicentenaire de la mort de Le Brun, parut à l’Imprimerie nationale un in-folio de 818 pages, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV. Le premier peintre, sa vie, son œuvre, ses écrits, ses contemporains, son influence, d’après le manuscrit de Nivelon et de nombreuses pièces inédites. L’auteur, Henry Jouin (1841-1911), archiviste, académicien, secrétaire de l’École nationale des Beaux-Arts, était un personnage officiel. Son activité de biographe peut être caractérisée comme la promotion d’artistes et de leurs réalisations, isolées, en tant que chefs-d’œuvre, de toute fonction autre que culturelle, et constitutives d’une série organisée pour la délectation de l’élite éclectique de la république bourgeoise. Dans le cas de Le Brun, la visée était double : asseoir sa valeur comme artiste et faire oublier sa relation à Louis XIV comme artiste officiel pour ne le considérer que comme promoteur de l’art français. Au même moment, Pierre de Nolhac (1859-1936) débutait à Versailles comme conservateur. Il y resta trente-trois ans. Formé, comme toute sa génération, dans le culte exclusif de l’art italien de la Renaissance, il découvrit à Versailles un art français négligé et ignoré. C’était le temps où, à Paris, les salons s’entichaient, à la suite des Goncourt, de l’art Régence et du rococo. Nolhac entreprit alors une véritable révolution, démantelant le mémorial de Louis-Philippe, transformant le musée de l’histoire de France en musée des beaux-arts. Parallèlement, il travaillait à établir une histoire scientifique du monument basée sur les sources archivistiques. L’œuvre et le legs de Nolhac sont donc doubles : connaissance de Versailles, connaissance de l’art français, en l’occurrence celui du xviiie siècle. Ses travaux sur Versailles furent rassemblés en 10 volumes, Versailles et la cour de France, 1925-19307. Jouin et Nolhac se rencontraient dans une perspective commune : Versailles et Le Brun – son plus fameux décorateur – relevaient de l’histoire de l’art et, désolidarisés de leur fonction politique, appartenaient au patrimoine national et non à la seule France monarchique.

6Cette lecture de Versailles et la manière d’en user se poursuivirent pendant la première moitié du xxe siècle. À sa valeur culturelle, Versailles ajoutait désormais une valeur symbolique. Le traité imposé à l’Allemagne dans la galerie des Glaces le 28 juin 1919 avait effacé la profanation de janvier 1871. À tous égards, Versailles était l’emblème de la nation ; laquelle en avait cependant peu pris soin. En février 1952, la neige d’un hiver rigoureux menaçant les plafonds de Le Brun, le secrétaire d’État aux Beaux-Arts, André Cornu, lança à la radio un appel solennel : 

  • 8 Cité par Ferrand 2012, p. 284.

Vous dire que Versailles menace ruine, c’est vous dire que la culture occidentale est sur le point de perdre un de ses plus nobles fleurons. Ce n’est pas seulement un chef-d’œuvre de l’art que la France doit craindre de voir disparaître, mais en chacun de nous une image de la France qu’aucune autre ne saurait remplacer8.

  • 9 L’édition de 1961 était sans notes ni références ni bibliographie. La réédition de 1985 y remédia a (...)

7L’année suivante, Sacha Guitry tournait dans les salons et les jardins Si Versailles m’était conté. Première production en Ektachrome, le film, qui eut un énorme succès (malgré la désinvolture du réalisateur envers la stricte vérité historique), fit découvrir le château aux Français. En 1953 toujours, le nouveau conservateur, Gerald Van der Kemp (1912-2001), entreprit de rendre la vie aux espaces vides en les remeublant par le retour des pièces originales dispersées ou par d’autres contemporaines (et, à défaut, de copies). Survenant au moment où le tourisme devenait une pratique largement partagée, ce fut le début d’un engouement pour Versailles qui, depuis, n’a fait que s’amplifier. Ce fut aussi le terminus ad quem d’un certain type d’historiographie versaillaise. En 1961, Pierre Verlet (1908-1987), conservateur au département des objets d’art des musées nationaux et spécialiste du meuble, donna un gros livre de 798 pages contenant 28 plans, somme des connaissances d’alors. C’était une histoire chronologique par règnes (les premiers châteaux de Louis XIII et de Louis XIV, le Versailles de Louis XIV, Louis XV à Versailles, Versailles sous Louis XVI et Marie-Antoinette) détaillant l’historique des lieux, l’évolution de la topographie, la décoration intérieure et l’ameublement, faisant une part essentielle aux pratiques du roi, de la famille royale, des maîtresses et des courtisans. Ce fut la dernière somme à envisager une histoire totale de Versailles. D’une certaine façon, un cycle se terminait depuis le Versailles de Vatout, en 1837. Verlet réédita son livre en 19859, deux ans avant sa mort. Cette même année 1987, Jean-François Solnon, professeur d’histoire moderne, publia La cour de France. L’étude embrassait une histoire tri-séculaire, mais Versailles y occupait une place majeure. L’irruption d’un historien, avec un sujet qui n’avait jamais été traité comme tel, dans un champ disciplinaire chasse gardée de l’histoire de l’art, était un avènement. Pour en saisir l’importance et les enjeux, un retour en arrière s’impose ici aussi.

  • 10 Elias 1969.
  • 11 Elias 1939.

8Depuis l’opération Jouin-Nolhac, il était entendu que Versailles relevait de l’histoire de l’art. N’était-il pas géré par des conservateurs du patrimoine ? Mis à part les événements politiques, ce qui s’était passé dans le château regardait la vie privée du roi et de sa famille, les intrigues des coteries, un ensemble de pratiques surannées n’intéressaient que les nostalgiques de l’Ancien Régime. Au temps des historiens positivistes et républicains, la cour n’était pas un objet d’histoire. Lorsque l’histoire institutionnelle et événementielle fut dédaignée par l’« école des Annales » au profit des problématiques économiques et sociales fondées sur des enquêtes sérielles où le chiffre fut roi, la cour, ce microcosme de parasites, retint moins que jamais l’attention. Cependant, dans les années 1970, l’étude des sociétés se déplaça de l’analyse des structures à celle du fonctionnement. Sous l’influence de la sociologie de Bourdieu, les processus de discipline sociale et de contrôle des individus s’étaient imposés comme de nouveaux chantiers historiques. C’est alors que se produisit le « moment Elias ». Né à Breslau, en Silésie prussienne, Norbert Elias (1897-1990) avait présenté en 1933 à Francfort une thèse d’habilitation en sociologie10. Interdite de soutenance parce qu’il était juif, elle resta inédite. En 1939, Elias publia à Bâle ce qui était le développement de sa réflexion sur le processus de civilisation11, dont sa thèse de 1933, toujours inédite, constituait comme un cas d’exemple.

  • 12 Bastin 2012.

Dès lors que l’État moderne confisque aux individus l’usage de la violence, la compétition sociale passe par la maîtrise de soi et l’apprentissage de l’autocontrainte. La société de cour offrait au sociologue un cas exemplaire de ce processus qu’il appelait “civilisation”. En transformant les anciens guerriers en hommes de cour, la monarchie les contraignait en effet à trouver d’autres moyens de se mesurer les uns aux autres, comme le raffinement des mœurs. Bientôt, par imitation, c’est toute la société qui était emportée dans ce mouvement de contrôle compétitif des affects et de distinction12.

  • 13 Parmi nombre d’études ou de notes critiques, voir la préface de Roger Chartier à La société de cour(...)

9Die höfische Gesellschaft fut publiée en 1969, la traduction française en 1974. Le livre de 1939 parut en français en deux volumes, La Civilisation des mœurs (1973) et La Dynamique de l’Occident (1975). Les thèses d’Elias connurent alors une diffusion européenne et une fortune diverse. On souligna sa documentation datée (aucune étude historique sur la cour de France n’existant en 1933, Elias avait utilisé les mémorialistes), on insista sur le rôle de la ville et des salons dans le processus de civilisation13. Son approche culturelle du phénomène curial est insuffisante, sa vision de la domestication des courtisans est réductrice, les stratégies de résistance de la noblesse existent. Mais le mérite d’Elias est d’avoir constitué la cour en « société », connaissable comme telle, de l’avoir posée en objet d’histoire, et à double titre : comme un groupe social, avec ses codes, ses stratégies, sa compétition avec d’autres groupes, et comme un agent fondamental dans le processus politique.

  • 14 Bardon 1974, Giesey 1987, Lecoq 1987. Le livre de Giesey fut d’abord une thèse de doctorat soutenue (...)
  • 15 L’original anglais (Burke 1992) parut en français (1995) avec le titre Louis XIV. Les stratégies de (...)

10Ici se fait en effet la conjonction avec l’histoire du politique. Dans les années 1980, l’histoire politique commence à se détourner du strict champ des institutions et des appareils d’État pour devenir l’histoire du politique, en s’interrogeant sur le fonctionnement (les personnels, recrutement, réseaux) et les processus d’adhésion. Sur ce dernier point, de nouvelles orientations de l’histoire de l’art ainsi que les travaux des « cérémonialistes américains » apportent un renfort considérable. Les études sur la représentation, le portrait, la figuration iconique, mais aussi sur le spectaculaire, les entrées royales, les rituels et les cérémonies, font entrer l’imaginaire comme un outil essentiel dans le fonctionnement du politique, sous le double aspect d’énonciation par le pouvoir et du ressenti ou effet performatif auprès des populations14. La parution, en 1981, du Portait du roi, par Louis Marin, sémiologue certes plus qu’historien, a été une date essentielle dans cette prise de conscience des capacités performatives de la représentation. Y fit écho, dix ans plus tard, The Fabrication of Louis XIV, où Peter Burke recensait, sur les modalités du marketing promotionnel, les différents procédés de la « fabrication » de Louis XIV, la réalité du roi consistant plus dans son image que dans sa personne même15. Or le cérémonial, la production d’un imaginaire, le recours au symbolique, dont on reconnaissait l’importance, étaient quotidiennement mis en œuvre par ceux qui étaient dans la proximité la plus étroite avec le prince, c’est-à-dire les courtisans. C’était même leur raison d’être. Depuis, les courts studies se sont multipliées au niveau européen, histoire politique, institutionnelle, sociale, sociétale, politologie, sémiologie, arts du théâtre, du spectacle, de la mode, de la mise en scène, autant d’entrées qui nourrissent ce qu’on pourrait considérer comme la problématique centrale de la recherche sur la cour aujourd’hui : le concept de fonctionnement.

11Un état de la question peut se trouver dans la synthèse The Court in Europe16, qui couvre plusieurs domaines : les historiographies nationales (dont « L’historiographie de la cour en France », par Nicolas Le Roux et Caroline Zum Kolk, p. 89-106), la cour et le pouvoir, les formes et la culture, les approches méthodologiques. Éditées par Marcello Fantoni, ce sont les contributions présentées dans le colloque Les cours en Europe : bilan historiographique, organisé en septembre 2009 par le Centre de recherche du château de Versailles. Créé en 2006, ce centre17 (on citera désormais CRCV), sans prétendre à l’exclusivité, occupe une place centrale dans la recherche et la diffusion des connaissances sur Versailles et la cour de France. Dans une perspective élargie, il a pour mission l’étude des lieux et expressions du pouvoir à Versailles et dans les différentes cours européennes du xviie au xixe siècle. Doté d’un personnel propre et d’un comité scientifique, il travaille en liaison avec les institutions universitaires et scientifiques et les autres centres européens d’étude sur les cours. Il conduit ses recherches propres, organise des colloques à thèmes, accueille plusieurs centaines d’étudiants par an en séminaires et visites, édite les collections « Aulica » (avec les Presses universitaires de Rennes) et « Lieux et expressions du pouvoir » (avec Fayard), ainsi qu’un Bulletin en ligne18.

12La présentation qui suit envisage tour à tour la recherche française récente sur « Versailles » et « la cour », séparation assez artificielle car on verra que l’étude des lieux associe de plus en plus celle de leurs usages, et réciproquement que l’étude des gens de cour ne se conçoit plus sans celle de leur environnement.

Versailles

  • 19 En 1951, 300 dessins concernant Versailles et les châteaux de France furent exposés à Versailles. À (...)
  • 20 Francastel et Josephson 1926, p. 150-167 (jardins) et 274-300 (châteaux et autres demeures). En 193 (...)
  • 21 Marie A. et Marie J. 1968-1976 et 1984.
  • 22 À noter que ce vaste sujet a été abordé récemment au sein d’une exposition intitulée « Versailles. (...)
  • 23 Notons cependant que le CRCV, dans le cadre du projet VERSPERA soutenu par la Fondation des science (...)

13Après la découverte des fonds français par Pierre de Nolhac et ses émules, celle des fonds suédois du Nationalmuseum de Stockholm concernant l’architecture, l’ornementation et les arts décoratifs français fut d’un apport déterminant dans la connaissance de Versailles. Nicodème Tessin le Jeune (1654-1728), Carl Harleman (1700-1753) et Carl Johan Cronstedt (1709-1779), tous trois architectes et surintendants des Bâtiments du roi de Suède, firent plusieurs séjours à Paris et à Versailles, où ils se procurèrent plans, dessins, esquisses, gravures destinés à l’édification des palais royaux suédois et qui constituent aujourd’hui les collections Tessin-Harleman et Cronstedt19. L’apport des Suédois retint l’attention des Français dans les années 193020. Depuis les années 1950, les chercheurs européens et américains se sont intéressés à cette très riche documentation. En France, elle a été particulièrement utilisée par Alfred et Jeanne Marie dans leur monumentale histoire de Versailles, de sa naissance au milieu du xviiie siècle, consistant essentiellement en reproduction de documents : plans, dessins et estampes, descriptions d’époque, comptes des Bâtiments du roi, journal du garde-meuble, mémoires21. Ce type de travail analytique, embrassant la totalité du bâti avec une approche purement descriptive, n’a pas eu de suite, du double point de vue de son dessein et de sa méthode. Nous n’avons plus d’histoire générale de Versailles après 1745, notamment au moment où se pose la question de sa « modernisation », voire de sa reconstruction côté cour22. Quant à la méthode, comme on a dit, l’approche purement stylistique a fait davantage place à celle des modes d’emploi et des usages23.

  • 24 Elle bénéficie également depuis 2006 des travaux des élèves de Master 1 du groupe de recherche GR 2 (...)
  • 25 Les restaurations les plus remarquables de ces dernières années sont les suivantes : avec le mécéna (...)
  • 26 Archives de l’art français ; Gazette des beaux-arts ; Bulletin de la Société de l’histoire de l’art (...)
  • 27 Le Guillou 1986, 2004, 2005 et 2011.
  • 28 Études publiées de 1990 à 2007 réunies dans Baulez 2007.
  • 29 Maral 2001-2002 et 2011. Alexandre Maral est conservateur en chef du patrimoine, en charge de la sc (...)
  • 30 Collectif 2016, Gousset et Masson 2010. Raphaël Masson est conservateur en chef du patrimoine.

14La recherche se professionnalise. Elle est due essentiellement à des conservateurs et à des chercheurs24, elle se focalise sur des sections de bâtiments ou des moments particuliers de leur édification. Elle suit l’opportunité des campagnes de restauration qui, après la grande misère et le quasi-abandon de jadis (la Société des amis de Versailles avait été fondée en 1907 pour remédier à l’état de délabrement des châteaux de Versailles et de Trianon), se succèdent désormais à rythme soutenu grâce aux dotations publiques et au mécénat d’entreprises ou de particuliers25. Elle donne lieu à des publications spécifiques, dans les revues d’histoire de l’art26, et plus particulièrement dans Versalia, revue de la Société des amis de Versailles, publiée chaque début d’année depuis 1997. Ainsi, de Jean-Claude Le Guillou, des études sur le premier Versailles27. Ainsi, de Christian Baulez, des textes sur le mobilier et les objets d’art28. Ainsi les publications d’Alexandre Maral sur la chapelle royale29. Ainsi aussi des travaux de Raphaël Masson à propos de l’opéra30.

  • 31 Tiberghien 2002. Une version illustrée à usage pédagogique pour enfants serait Le Guillou 1988 et 2 (...)
  • 32 Sarmant 2003.
  • 33 Il est actuellement directeur du département des collections du Mobilier national.
  • 34 Thierry Sarmant édite par ailleurs avec Raphaël Masson et la collaboration de Benjamin Ringot la co (...)
  • 35 Autres publications de Thierry Sarmant où Versailles a sa place : Sarmant 2014, Sarmant et Stoll 20 (...)

15Si les études d’ensemble ne portent plus sur l’architecture à proprement parler, c’est la construction, ses procédures, les instances de décision, les réalisateurs et leur travail qui ont donné lieu à deux ouvrages majeurs. En 2002 parut Versailles. Le chantier de Louis XIV, 1662-1715 31. L’auteur, Frédéric Tiberghien, haut fonctionnaire, membre du Conseil d’État, aborde Versailles en spécialiste des questions de management, pour qui le « chantier » de Louis XIV préfigure les « grands chantiers » que mettra en œuvre l’État à l’époque contemporaine. Il procède à partir d’un dépouillement archivistique intensif, principalement ici la série O1 des Archives nationales, direction générale des Bâtiments, jardins, arts, académies et manufactures royales. Le livre se déploie avec la rigueur du technocrate : les concepteurs, les réalisateurs, les constructeurs, le chantier, les coûts, la naissance des marchés publics de construction. Quarante-trois illustrations hors texte documentent les étapes, les travailleurs, l’outillage, à quoi s’ajoutent 11 annexes d’organigrammes, de coûts par postes, de chronologie des travaux, 12 pages (p. 353-365) de sources détaillées et de bibliographie. Ce livre a un jumeau, paru l’année suivante : Les demeures du soleil, au sous-titre plus explicite : Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi32. Thierry Sarmant, archiviste-paléographe, conservateur en chef du patrimoine, était alors responsable des archives et bibliothèques historiques de l’armée de terre à Vincennes33. C’est de ce fonds que provient la documentation du livre. À la mort de Colbert, le 6 septembre 1683, Louvois (1641-1691) ajouta à sa charge de secrétaire d’État à la guerre (dès 1662, effective en 1677) celle de surintendant des Bâtiments, Arts et Manufactures de France. C’est la correspondance générale du secrétaire d’État à la guerre sous le ministère de Louvois entre 1683 et 1691 (cotes A1 696 à 1033 du SHAT) qu’utilise Sarmant34, avec les archives du département de la Maison du roi et de la surintendance des Bâtiments, sous-série O1 des Archives nationales. Le livre s’organise en quatre temps : la prise de pouvoir de Louvois à la surintendance, le fonctionnement de la surintendance, les chantiers de la surintendance (Versailles n’était pas le seul, et les chantiers étaient multiples : bâtiments, jardins, grandes eaux, parcs et forêts, achats d’œuvres d’art, bibliothèque du roi, rapports avec les académies), enfin la difficile cohabitation du ministre entrepreneur et du roi architecte. L’ouvrage compte 68 illustrations dans le texte et 16 en couleur hors texte. L’appareil référentiel est considérable : grandes séries de sources, et surtout bibliographie la plus exhaustive sur le sujet35.

  • 36 Le Louvre, oct. 1985-janv. 1986.
  • 37 Versailles, nov. 1990-févr. 1991.
  • 38 Beauvais 2000.
  • 39 Nivelon 2004.
  • 40 Gady 2010, issu d’une thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris IV, 2006. Bénédicte Gady est co (...)
  • 41 Lafage 2015.
  • 42 « Charles Le Brun, le peintre du Roi-Soleil », commissaires Bénédicte Gady, Nicolas Milovanovic, Le (...)

16L’un des secteurs les plus neufs de la recherche sur Versailles aujourd’hui est celui du décryptage et de l’étude du fonctionnement des grands décors, c’est-à-dire des programmes iconographiques réalisés sous la direction de ou par Le Brun dans les espaces officiels du Versailles de Louis XIV : l’escalier des Ambassadeurs, le Grand Appartement du Roi et de la Reine, la galerie des Glaces. Malgré la somme de Jouin en 1889, Le Brun restait un mal-aimé. En 1963 (trois quarts de siècle après le livre), Jacques Thuillier et Jennifer Montagu organisèrent au château de Versailles la première exposition consacrée au peintre de Louis XIV, Charles Le Brun, 1619-1690. Peintre et dessinateur : 50 peintures (dont des esquisses du Louvre pour les décors de Versailles), 124 dessins, quelques pastels et gravures, ont été présentés et reproduits (en noir et blanc) dans le catalogue (édité par le ministère d’État chargé des Affaires culturelles). S’ensuivirent quelques minces expositions de dessins, Le Brun à Versailles36, Charles Le Brun, 1619-1690, Célébration du tricentenaire de la mort de l’artiste. Le décor de l’escalier des Ambassadeurs37. En 2000 parut le monumental catalogue des dessins de Le Brun, œuvre d’une vie de Lydia Beauvais38. La Vie de Charles Le Brun rédigée par l’élève du maître, Claude Nivelon, abondamment utilisée par Jouin, fut l’objet d’une édition critique par Lorenzo Pericolo en 200439. Le temps venait de s’intéresser réellement à Le Brun, mais sous des aspects particuliers encore, tant cet homme-Protée fait peur. Bénédicte Gady étudia sa jeunesse, sa formation et son établissement jusqu’à Vaux-le-Vicomte au service de Fouquet avant de passer au roi40. Gaëlle Lafage s’attache à une activité méconnue sans être mineure, celle du décorateur de fêtes41. Enfin, pendant l’été 2016, se tint au Louvre-Lens la seconde exposition – après celle de 1963 – à envisager les différentes facettes de l’activité et les étapes de la vie du premier peintre de Louis XIV42.

  • 43 Mot forgé par Jean-Marie Apostolidès dans Le roi-machine (Apostolidès 1981).
  • 44 Sabatier 1999 et 2016.

17Si le peintre retrouve une consécration, son rôle d’iconographe de la monarchie n’était abordé que d’une façon tangente dans les travaux antérieurs à 2000. Il faut dire que les historiens de l’art répugnaient – ou, à tout le moins, s’intéressaient peu – à l’instrumentalisation de l’artiste. Partant en historien d’un bord différent, sensibilisé par la lecture politique qui pouvait être faite des résidences princières en Italie ou en Espagne, je me lançais dans une lecture de Versailles aventurée, pour le moins inédite. Il s’agissait d’analyser les programmes sculptés et peints du premier Versailles avant qu’il ne devînt résidence d’État, en 1682, de suivre les avatars de la thématique apollinienne et du parti « mythistorique43 » (association de figures de l’histoire ancienne, de la mythologie gréco-romaine et d’allégories), de constater la mise en place d’un discours héroïque où le seul roi saturait l’espace de ses actions et de sa personne ; en somme, comprendre comment, les allégories évacuées, il devenait lui-même une allégorie du pouvoir, comment Versailles se muait en imaginaire de l’absolutisme. L’autre versant de l’enquête consistait à apprécier le fonctionnement de cet imaginaire, notamment à partir des guides et d’une littérature normative stipulant les manières d’en user. Thèse de doctorat d’État soutenue à Paris I en 1995, publié en 1999, Versailles ou la figure du roi vient d’être réédité dans une perspective élargie. Devenu Versailles ou la disgrâce d’Apollon44, il prend en compte l’abandon du parti figuratif antérieur à l’installation définitive, la transformation de la maison des champs en résidence d’État et la montée en puissance d’un imaginaire autre, façonné par le paradigme impérial antique privilégiant les réalisations techniques (architecture, hydraulique somptuaire) et l’affirmation d’un génie national avec le déploiement de la sculpture des jardins.

  • 45 Bar et Brême 1999.
  • 46 Bar 2003, issu d’une thèse de doctorat en histoire de l’art soutenue à Paris IV en 2001.
  • 47 Milovanovic 2005a, issu d’une thèse de doctorat d’histoire de l’art soutenue à Paris IV en 2003. Ni (...)
  • 48 Dans le cadre d’un partenariat public-privé, pour un montant de 12 millions d’euros.
  • 49 Collectif 2007. En 2008 se tint à l’École du Louvre un colloque-bilan (Volle et Milovanovic 2013).
  • 50 Milovanovic 2008.
  • 51 Milovanovic 2005b.
  • 52 Description et étude dans Sabatier 2016, p. 65-99.
  • 53 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).
  • 54 Constans et da Vinha 2010, p. 2.

18J’avais abordé en historien les signes du roi, les historiens de l’art se devaient de le faire en tant que tels. La « peinture parlante » devint soudain un thème choyé. En 1999, Virginie Bar et Dominique Brême fournirent le mode d’emploi avec la réédition du dictionnaire utilisé par tous les artistes des xviie et xviiie siècles, l’Iconologie, de Cesare Ripa (1603), traduite et « moralisée » par Jean Baudoin (1654) avec ses figures, accompagné du recensement complet de toutes les allégories et de leurs attributs sous forme d’index alphabétiques45. En 2003, Virginie Bar publia un somptueux volume très illustré, La peinture allégorique au Grand Siècle, consacré aux grands décors royaux (dont Versailles p.  112-267), à Paris et en province46. Puis vint, en 2005, son contrepoint savant, Du Louvre à Versailles. Lecture des grands décors monarchiques, par Nicolas Milovanovic47, ouvrage de haute érudition, traquant les sources archivistiques, littéraires et iconographiques, distribué en trois parties : les résidences royales et la surintendance des Bâtiments, le monde métaphorique, c’est-à-dire la fabrication du discours, enfin le portrait du roi – des thématiques que j’avais largement abordées, dans le seul cas de Versailles il est vrai. En 2007 s’acheva la restauration intégrale de la galerie des Glaces, entreprise en 2003 grâce au mécénat de Vinci48. L’ensemble le plus prestigieux du château retrouva sa cohérence et sa lisibilité et put être étudié et photographié comme il ne l’avait jamais été. L’inauguration fut accompagnée de la publication d’un livre-événement riche de plus de 700 illustrations, rédigé par 35 auteurs, historiens d’art, architectes et restaurateurs, présentant l’histoire de la galerie, la genèse et la signification de son décor, l’explication des 30 tableaux de la voûte, les techniques de restauration49. Point d’orgue de ce dévoilement : la mise en ligne par Nicolas Milovanovic de la galerie des Glaces et de ses deux salons50, un découpage en secteurs numérotés – 36 pour la galerie, 5 pour chaque salon, chaque secteur à son tour découpé et commenté (identification des figures, sources iconographiques). Un index permet aussi la recherche par allégories, symboles, gestes, personnages historiques et mythologiques. Est aussi fournie une bibliographie. Si l’on ajoute, du même Milovanovic, le catalogue des décors peints des Grands Appartements51, on dispose aujourd’hui d’une documentation complète, relevés photographiques, identifications, sources et commentaires, sur ce qui demeure à Versailles des grands décors de Louis XIV (à l’exception de l’escalier des Ambassadeurs, détruit en 175252). Pendant la restauration de la galerie des Glaces, le CRCV nouveau-né lança un programme de recherche sur les grandes galeries européennes en liaison avec la Bibliotheca Hertziana de Rome53. L’œuvre française put ainsi être située dans « le phénomène éclatant des galeries telles qu’elles se multiplièrent à travers toute l’Europe des xviie-xixe siècles54 ».

  • 55 Pinatel 1963.
  • 56 Maral et Milovanovic 2012.
  • 57 Maral 2013.
  • 58 Saule 2005.
  • 59 Maral 2013 et 2014, Maral et Pasquier 2017 et 2018.
  • 60 Lamblin 2019.
  • 61 Maral 2019, Arsac et Pasquier 2019
  • 62 Maral 2018.
  • 63 Blin 2017 et Ringot (à paraître).
  • 64 La dernière en date : Maral 2015.

19À côté des avancées de la recherche sur l’iconographie des décors peints, les travaux sur la sculpture à Versailles se sont concentrés principalement sur les inventaires ou sur la description stylistique. L’envoi avait été donné en 1930 par Pierre Francastel avec La sculpture de Versailles. Essai sur les origines et l’évolution du goût français classique. En 1963, Christiane Pinatel relevait le paradoxe du goût pour l’antique et du déficit des originaux dans les jardins du roi55 . La question a été posée dans tout son ensemble par l’exposition Versailles et l’antique, qui s’est tenue au château pendant l’hiver 2012-2013, non seulement à propos de la sculpture, mais aussi de l’architecture et de l’emploi des figures de l’histoire antique et de la mythologie dans le grand décor : c’est le modèle antique en tant que tel qui était interrogé, avec ses effets56. Venant compléter l’exposition, parut le livre-catalogue très illustré d’Alexandre Maral : Le Versailles de Louis XIV. Un palais pour la sculpture57. Un inventaire spécifique du décor sculpté extérieur – parois, balustrades et cours – avait été mis en ligne peu auparavant58. Les années suivantes virent la publication d’articles portant sur des lieux en particulier (la Grande Galerie, Trianon ou le bosquet de la salle des Antiques59), sur des sculpteurs méconnus60, sur la conservation et la restauration des sculptures des jardins61, sur des sculptures du musée au xixe siècle62 ou bien sur la relecture de documents d’archives63. Enfin, les monographies des sculpteurs des xviie et xviiie siècles qui se succèdent régulièrement comprennent naturellement des réalisations concernant Versailles64.

  • 65 Saule 1992.
  • 66 Arminjon 2007.
  • 67 Milovanovic et Maral 2009.
  • 68 Alcouffe, Carlier et al. 2014.
  • 69 Brejon de Lavergnée 1987 ; Brejon de Lavergnée et Vittet 2010, Castelluccio 2007.
  • 70 Meyer et Arizzoli-Clémentel 2002.
  • 71 Castelluccio 2004.

20Le mobilier et la décoration intérieure ne donnent pas lieu à des investigations d’ensemble, mais sont traités au cas par cas, dans les revues d’art, ainsi Béatrix Saule : « Le premier goût du roi à Versailles : décoration et ameublement65 », et depuis 2000 dans Versalia. Durant l’exposition de l’hiver 2007-2008, Versailles retrouva, grâce aux prêts accordés par d’autres résidences royales européennes, le mobilier d’argent semblable à celui dont Louis XIV l’avait paré et qu’il fit fondre en 1688 pour faire face aux dépenses de la guerre. Ce fut l’occasion de reprendre le dossier de cette mythique création somptuaire66. L’exposition de l’hiver 2009-2010 à Versailles, Louis XIV, L’homme et le roi67, comprenait quant à elle une importante section « le goût du roi », où figuraient l’orfèvrerie et le mobilier, les tableaux de chevalets, les collections avec les gemmes, les enluminures et vélins, les petits bronzes… Lors de l’hiver 2014-2015, une exposition fut consacrée entièrement au mobilier : « Le 18e. Aux sources du design, chefs-d’œuvre du mobilier 1650-179068 », occasion de mettre en avant des pièces exceptionnelles, comme le secrétaire à cylindre du roi Louis XV commencé par Oeben et terminé par Riesener. Les ouvrages généraux sur les collections du roi font état de pièces figurant à Versailles, ainsi les inventaires des peintures ou des tapisseries, les meubles de pierres dures69. Le mobilier de Versailles pendant toute la période royale est présenté dans le beau livre des conservateurs Daniel Meyer et Pierre Arizzoli-Clémentel70. Stéphane Castelluccio, quant à lui, a étudié l’institution et les personnels chargés de la gestion du mobilier royal sur trois siècles71.

  • 72 Nous pensons notamment aux travaux de Thomas F. Hedin, Franklin Hamilton Hazlehurst et Gerold Weber
  • 73 Heitzmann 2017 (concerne aussi bien Versailles et Trianon que Marly, Saint-Germain, Chambord, Fonta (...)
  • 74 Pincas et Rocher-Gilotte 1995.
  • 75 Baridon et Leroux 2001 (réédité en 2003, dans un format plus modeste).
  • 76 Lablaude et Givry 1995 (réédité en 2005).

21La recherche sur les jardins de Versailles progresse selon les deux voies constatées dans les domaines précédents : leur connaissance et leur fonctionnement. On s’en tiendra ici aussi à la recherche française, bien qu’à propos des jardins, les travaux allemands ou américains soient particulièrement féconds72. Comme dans le cas des bâtiments, les restaurations sont des opportunités mises à profit pour des recherches et publications, et elles sont quasi continues dans le cas des jardins et bosquets, sans compter les cas fortuits comme les tempêtes dévastatrices qui ont accéléré les rénovations ou replantations programmées, ainsi la tempête de Noël 1999 qui affecta 20 000 arbres, les deux tiers cassés ou déracinés. Pour s’en tenir aux dernières restaurations, il faut mentionner en 2005 celle du bosquet des Trois Fontaines (en fait une reconstitution), en 2015 celle du bassin de Latone et la recréation du bosquet du Théâtre d’Eau par Louis Benech et Jean-Michel Othoniel, en 2016 celle du bassin des Enfants dorés. À noter que ces restaurations ont souvent été précédées par des fouilles archéologiques dont le bilan a été présenté en octobre 2015 lors d’un colloque organisé par le CRCV à Versailles : « 25 années d’archéologie royale (1990-2015)73 ». En 1995, Stéphane Pincas publia un grand livre d’images, Versailles, un jardin à la française, avec 400 photographies de Maryvonne Rocher-Gilotte et 200 illustrations d’époque, qui transporte le lecteur dans l’espace et le temps, chaque bosquet, bassin ou fontaine actuels étant accompagné de documents renseignant ses états successifs, en suivant le circuit du roi : le jardin haut, le grand axe, les bosquets et le jardin bas74. Michel Baridon, professeur émérite de civilisation britannique, intéressé à la représentation de la nature dans les arts et la littérature, passa du jardin paysager anglais à Versailles. Jardins de Versailles est en même temps qu’un livre d’art (photographies de Jean-Baptiste Leroux) une somme historique, envisageant tour à tour les rapports de la monarchie et des jardins depuis les Valois, les artisans des académiciens aux jardiniers, les jardins dans la culture de cour, leur devenir depuis Louis XIV75. Pierre-André Lablaude, architecte en chef des Monuments historiques chargé du parc de Versailles et de Trianon, dirige la remise en état du parc après les tempêtes dévastatrices avec l’objectif d’en restaurer au plus près les dispositions originelles. Il donna en 1995 puis en 2005 un ouvrage élégant retraçant les aspects et les usages successifs grâce à une documentation archivistique de grande précision, notamment les plans et dessins76.

  • 77 Collectif 2003.
  • 78 Bouchenot-Déchin et Farhat 2013. La même année paraît Bouchenot-Déchin 2013.
  • 79 Bouchenot-Déchin 2001 et Garrigues 2001.
  • 80 Quenet 2015.
  • 81 Base de données « Hortus », portail des ressources du CRCV, publiée en mars 2012, en ligne (consult (...)
  • 82 Analyse dans Sabatier 2016, p. 288-297 et Szanto 2009. Sélection de textes dans Chevalier 2013.
  • 83 Analyse dans Sabatier 2016, p. 306-310.

22Aborder les jardins de Versailles, c’est rencontrer Le Nôtre, comme on rencontre Le Brun dans les appartements. D’une abondante littérature, on se bornera ici à faire état du colloque organisé en 2000 à Versailles et Chantilly77, et surtout de la prestigieuse exposition de l’hiver 2013-2014 à Versailles pour le quatrième centenaire de sa naissance : André Le Nôtre en perspectives, 1613-2013. Sous la direction de Patricia Bouchenot-Déchin et de Georges Farhat, le catalogue rassemblant 33 chercheurs est à la fois une biographie (Le Nôtre et son temps), une analyse de son œuvre dans sa diversité et des conditions de sa réalisation, enfin l’héritage de ses conceptions jusqu’à aujourd’hui. Monumental, l’ouvrage présente quelque 500 dessins, chefs-d’œuvre et documents reproduits en grand format et en couleur78. Comme tous les ouvrages précédents en témoignent, la recherche s’intéresse aux conditions matérielles des réalisations, aux acteurs, aux techniques. Les jardiniers, leur métier, leur milieu social, ont ainsi trouvé leur place79. Fascinée par l’instrumentalisation de la nature, la critique avait oublié de la considérer tout simplement comme telle. Regard nouveau avec Grégory Quenet, qui s’intéresse, en phase avec l’écologie en faveur aujourd’hui, aux paysages, à l’eau, aux arbres, aux animaux80… Le CRCV, d’autre part, met en ligne depuis mars 2012 la base « Hortus81 ». Cet instrument scientifique rassemble les sources traitant du végétal dans les grands jardins européens à l’époque moderne – plantes, arbres, arbustes et fleurs, confronte les noms cités dans les documents d’archives et les noms scientifiques pour une meilleure identification, opération préalable à la connaissance précise de l’art du jardinage. L’usage que l’on fit des jardins de Versailles de leur création au départ de la cour est révélateur de leur fonction politique autant que sociale. Il peut être connu par les itinéraires, guides, cartes avec tracés directifs et index des lieux. Manière de montrer les jardins de Versailles est un texte de Louis XIV bien connu et maintes fois édité. Il y a les tours diplomatiques de Louis XIV voulant, par le spectacle des jeux d’eau, impressionner les visiteurs, il y a les parcours culturels d’un public éclairé à la fonction pédagogique (découverte de la mythologie antique) et esthétique (découverte de l’art antique revisité par les artistes français contemporains)82. Il peut y avoir des parcours tous différents, à la recherche de significations mystérieuses. Ces exercices ignorés des usagers de jadis sont pratiqués par des démystificateurs de notre temps adeptes d’ésotérisme à la recherche de sens caché, dont la caractéristique commune est de distordre ou, mieux, de réfuter l’approche « scientifique » pour projeter leurs propres fantasmes83.

  • 84 Maroteaux 2000.
  • 85 Soullard 2011.
  • 86 Saule et Arminjon 2010.

23La recherche sur Versailles s’étend aujourd’hui à l’espace entier du domaine et à la périphérie du château. Lorsque Louis XIV décida d’installer de façon permanente sa personne, sa famille et la cour, il fallut assurer sur place l’exercice de la chasse, consubstantiel à l’existence nobiliaire. Jusque-là, le nomadisme de château en château permettait la rencontre d’un gibier toujours renouvelé. Le maintien de la saison d’automne à Fontainebleau remplit en partie cette fonction, qui fut pour l’essentiel assurée à Versailles. C’est pourquoi, en peu de temps, le roi ajouta à ses jardins un immense parc de chasse. L’archiviste Vincent Maroteaux a étudié l’accaparement d’une vaste portion de l’Île-de-France (350 ha à la mort de Louis XIII, 8 000 en 1715, 15 000 en 1789), sa clôture par un mur de plus de 50 km, la transformation de l’agriculture en espace de reproduction et de nourrissage des animaux, ses personnels et les gardiens de ses portes84. Le séjour permanent amena une autre conséquence. Les jardins devaient pourvoir à la promenade et à la distraction, dont celle procurée par le spectacle des jeux d’eau. Temporaires lorsque les séjours étaient occasionnels, ils devinrent permanents. Les besoins en eau furent gigantesques, dans un site sans approvisionnement naturel. Éric Soullard a étudié cet autre grand chantier que fut celui de l’hydraulique somptuaire à Versailles : les techniques successivement ou conjointement employées, les ingénieurs, les réalisateurs, les coûts85. Son travail témoigne de l’élargissement des pratiques de la recherche aujourd’hui, associant enquête archivistique et archéologique. Un éclairage nouveau est ainsi apporté à Versailles : son rôle incitatif capital dans le développement des sciences et des techniques, objet de l’exposition de l’hiver 2010-201186.

  • 87 Benoît 2009.
  • 88 Maroteaux 2002.
  • 89 Kayser, Castelluccio, Salmon et al. 1999, Castelluccio 1996 et 2014.
  • 90 Bresc-Bautier 2019.
  • 91 Les actes ont été publiés dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles (Masson (...)
  • 92 Marly, le château disparu du roi, réalisation Laurent Marmol, Frédéric Lossignol, Gédéon Programmes (...)

24Louis XIV fit bâtir deux « résidences secondaires » auprès de Versailles : Trianon et Marly. Leur fonction et leur destinée furent bien différentes. Le Trianon de marbre, qui succéda au Trianon de porcelaine, simple halte dans la promenade et lieu de fêtes, est parvenu jusqu’à nous, restauré par Napoléon Ier pour être résidence impériale, puis par le général de Gaulle pour accueillir les chefs d’État87. Marly, réservé par Louis XIV à son usage privé, peu utilisé au xviiie siècle, disparut entièrement en 1806. Utilisant iconographie et documents d’archives, Vincent Maroteaux a présenté son histoire88. Mais Marly, qui a tant intrigué et passionné la cour et l’opinion au temps de Louis XIV, connaît aujourd’hui un engouement nouveau. Une exposition à Louveciennes en 1999 et les recherches de Stéphane Castelluccio ont reconstitué son décor intérieur et son ameublement, évoqué l’art de vivre qui y brilla89. Dernièrement, sa statuaire a fait l’objet d’un excellent ouvrage richement documenté et illustré de la directrice honoraire du département des sculptures du musée du Louvre, Geneviève Bresc-Bautier90. En 2012, le CRCV organisa le colloque international Marly, architecture, usages et diffusion d’un modèle français91. En mai 2015, une campagne de fouilles archéologiques a été ouverte sur le site de Marly sous la direction d’Annick Heitzmann. Elle a donné lieu, avec un essai de restitution architecturale et mobilière, à un film documentaire92.

La cour

  • 93 Dumont 1979.
  • 94 Le Roy Ladurie et Fitou 1997.

25Si, en 1987, La cour de France de Jean-François Solnon était novatrice par son projet, elle s’inscrivait dans une tradition historiographique qui la limitait. La documentation, exclusivement littéraire, provient de sources imprimées, au demeurant impressionnantes par leur nombre et leur qualité : mémoires, journaux, chroniques, correspondances, compilations de légistes, livres de moralistes… Tributaire de ses sources, le livre est une chronique, histoire des lieux, de leurs occupants, de leurs mœurs, distribué chronologiquement des Valois à la Révolution, en cour inventée (l’« invention de la cour », xvie siècle) puis « balbutiante » (premier xviie siècle), « rayonnante » (sous Louis XIV) et enfin « déclinante » (tout le xviiie siècle !). Si la cour m’était contée… On n’était pas très loin de Sacha Guitry. Emmanuel Le Roy Ladurie, lui, veut penser la cour. C’est la lecture de Saint-Simon qui sera son fil conducteur. L’obsession de la naissance conduit le duc à tout voir à travers le prisme de la hiérarchie et du rang. Le professeur au collège de France fait de ses Mémoires une lecture ethnologique sous les auspices de Louis Dumont et de son Homo hierarchicus93, qu’il préfère à la sociologie de Norbert Elias, vigoureusement critiquée. Il en fait aussi une « base de données » en recensant 2 616 personnes et 1 366 mariages, matériau pour une « démographie saint-simonienne ». Saint-Simon ou le système de la cour94 restera sans suite, peut-être parce que le modèle des castes n’est pas le mieux approprié pour penser la société occidentale. C’est autrement que s’est produite l’innovation méthodologique et qu’ont été ouvertes des perspectives plus larges.

  • 95 Newton 2000, 2006, 2008, 2011, 2015a et 2015b.

26Il faut pour les découvrir faire un détour par l’extérieur, commencer par l’« entreprise Newton ». William Ritchey Newton, après un doctorat en histoire à l’université du Michigan, fut directeur de collections dans différentes maisons d’édition new-yorkaises tout en poursuivant des recherches sur la cour de Versailles qu’il avait découverte à travers la lecture de Saint-Simon. Son travail très original se situe à l’écart de la sphère habituée de la versaillologie, notamment des Français. Il faut cependant en rendre compte ici, car Newton publie en français dans des maisons françaises, et son apport spécifique occupe un terrain que personne n’avait abordé comme lui. Depuis 2000, il livre régulièrement des ouvrages qui procèdent tous de dépouillements considérables menés des années durant. Sa méthode consiste en une recension exhaustive des personnes mentionnées par les mémorialistes, une exploitation systématique de la série O1 des Archives nationales (correspondance des directeurs généraux, contrôleurs et inspecteurs des Bâtiments du roi, papiers des officiers des maisons royales et princières, états du personnel, bons pour les logements, etc.), et un report sur les dessins d’architecture et les plans des Bâtiments du roi. Ainsi se construisent une géographie de l’occupation de l’espace, avec ses mutations permanentes, et une prosopographie des occupants, leurs noms, titres, fonctions, alliances, carrières. L’« entreprise Newton » est l’exacte illustration de la problématique de recherche actuelle que j’ai identifiée ci-avant : l’histoire des lieux et de leur fonction, histoire architecturale, administrative, sociétale et politique en même temps. Dans ses publications successives, Newton passe du centre à la périphérie. L’espace du roi, 1682-1789 (les 364 appartements du château, la cour à proprement parler, les appartements du Roi, de la famille royale, des princes du sang, de la haute noblesse en fonction dans leurs maisons) et La petite cour, services et serviteurs à la cour de Versailles au xviiie siècle (Chapelle, Chambre du roi, Maison-Bouche, Grand Commun, Maisons de la reine et des enfants de France…) recensent les personnes et leurs lieux. Derrière la façade. Vivre au château de Versailles au xviiie siècle anime, pour ainsi dire, les personnages précédemment identifiés et trace un tableau de leur vie quotidienne. On s’éloigne ensuite avec Versailles côté jardins. Splendeurs et misères, de Louis XIV à la Révolution, puis avec Les chevaux et les chiens du roi à Versailles au xviiie siècle : la grande et la petite écurie, les écuries de la reine, le grand chenil et la louveterie, enfin avec Dans l’ombre de la cour : les baraques autour du château de Versailles, le nouveau marché, l’hôtel de Limoges95.

  • 96 Horowski 2012.
  • 97 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).

27En 2012, le chercheur autrichien Leonhard Horowski publia Die Belagerung des Thrones. Machtstrukturen und Karrieremechanismen an Hof von Frankreich 1661-1789, ouvrage issu de sa thèse de doctorat soutenue en 2003, traduit par le CRCV pour l’édition en français sous le titre Au cœur du palais : pouvoir et carrières à la cour de France (1661-1789)96. Le dépouillement systématique des almanachs royaux, états de la France, brevets de nominations, de la Gazette de France, de biographies et de mémoires, etc., lui permet d’identifier 687 personnes (492 hommes, 195 femmes) avec pour chacune le nom, les titres, la carrière, les ascendants et descendants, et de réaliser une étude des plus grandes charges de cour, des structures familiales, des réseaux et des alliances, de la politique royale et des luttes de factions, de Louis XIV à Louis XVI. Le CRCV, pour sa part, a lancé en 2017 le programme de recherche Réseaux et sociabilité à la cour, recension des membres des maisons royales de 1660 à 1792 à partir de dépouillement d’archives (secrétariat de la Maison du roi, Cour des aides, etc.) et de sources administratives (almanachs, états de la France, etc.)97. Ces données seront mises en ligne au sein d’une base permettant in fine de comprendre les réseaux qui se tissaient à la cour, via l’étude de la nomenclature des offices, de leur historique et de leur méthode de transmission. Ce corpus offrira la possibilité de dresser une typologie des réseaux (familiaux, géographiques, etc.) tout en permettant de s’interroger sur les réels détenteurs du pouvoir à la cour.

  • 98 da Vinha 2004, issu d’une thèse de doctorat d’histoire, Paris IV, 2003.
  • 99 da Vinha 2009, 2011 et 2015.
  • 100 Maral 2002 (réédité en 2010).
  • 101 Blin 2016 et Masson 2017.

28À côté des travaux d’ensemble, la recherche se porte sur des personnels particuliers. Mathieu da Vinha, directeur scientifique du CRCV, s’est intéressé aux valets de chambre du roi, vivant dans l’intimité du souverain, rouages essentiels dans l’administration du château98. Il a notamment publié la biographie du plus fameux d’entre eux, Alexandre Bontemps, et de plusieurs personnages emblématiques de la cour, courtisans ou serviteurs, ainsi que des travaux plus généraux sur le fonctionnement de la résidence sous Louis XIV99. Alexandre Maral a étudié en même temps que le cérémonial les officiants dans la Chapelle royale100. Louis XIV a apporté le plus grand soin à sa maison militaire et à la garde du château. Par des réformes de fond, il en a fixé l’organisation, le recrutement, le commandement, les fonctions, les uniformes. Ces corps, admirés de toute l’Europe, ont contribué puissamment au prestige de la monarchie française. Des études récentes en ont précisé la composition sociale et le rôle101. Il ressort de ces recherches sur l’ensemble des personnes ayant pu détenir des charges, offices ou simples fonctions à Versailles un renouvellement complet de ce que l’on s’imaginait être la « cour ». Cette « société », loin d’être close, réduite à un groupe étroit, sclérosé et parasite, était en fait un agrégat composite très ouvert non seulement sur la société, mais aussi sur l’espace tout entier du royaume, animé par un flux incessant entre la capitale, en l’occurrence Versailles, et les provinces, un miroir du royaume si l’on veut.

  • 102 Base de données « Étiquette », portail des ressources du CRCV, publiée en oct. 2016, en ligne (cons (...)
  • 103 Leferme-Falguières 2007, première partie d’une thèse d’histoire consacrée au monde des courtisans, (...)
  • 104 Hours 2002 et 2009.
  • 105 Saule, La Gorce, Mabille et al. 1993.
  • 106 Maral 2002.
  • 107 Richard 2010. Vivien Richard prépare actuellement une thèse en histoire à Sorbonne université, sous (...)
  • 108 Arizzoli-Clémentel et Gorguet Ballesteros 2009.
  • 109 Cosandey 2016.

29Mais Versailles n’était pas la France. Les habitants de « ce pays-là » vivaient selon des règles propres : ils étaient les officiants d’une religion. Ces détenteurs/détentrices de charges à tous les niveaux, ces personnels, l’ensemble des courtisans avaient en effet pour fonction de gérer chaque instant de la vie quotidienne du roi, de la famille royale et des princes, des dignitaires et des grands commis de l’État sur le mode particulier du cérémonial, c’est-à-dire la mise en représentation de chaque comportement suivant une codification minutieuse : l’étiquette (« ce qui se doit faire journellement dans la Maison du roi et dans les principales cérémonies », Dictionnaire de l’Académie, 1718). La recherche dans ce domaine accusait en France un retard certain, comparativement à celle qui était menée pour les autres cours européennes. Le CRCV a donc décidé du programme de recherche « L’étiquette à la cour. Textes normatifs et usages », pour confronter la norme des règlements officiels (édits royaux, codes des officiers du roi, états de la France…) à la pratique (relations du Mercure galant, de la Gazette de France, mémoires des introducteurs des ambassadeurs…)102. Dans son livre Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime103, Frédérique Leferme-Falguières traite du cérémonial à Versailles, de la famille royale en représentation (naissances, baptêmes, mariages) et de la ritualisation du quotidien. Étudiant la décennie 1750-1760, pivot du règne de Louis XV, qui tenta alors une politique de réformes intérieures et de renversement des alliances à l’extérieur, Bernard Hours décrit l’articulation des choix politiques du roi et des intrigues de cour, ce qui l’amène à se pencher sur une définition du courtisan (essentiellement ici culturelle et éthique) et sur le fonctionnement de l’étiquette (la norme et la pratique du roi)104. En 1993 s’était tenue à Versailles la prestigieuse exposition Versailles et les tables royales en Europe. On avait pu y découvrir le faste des ustensiles, mais aussi les arts de la table, du service et du décor. Le catalogue, outre la reproduction des pièces, tableaux et documents d’archives, comprend des études sur le cérémonial et les usages des tables105. Alexandre Maral a décrit le déroulement des offices dans la chapelle royale106. Vivien Richard a analysé les usages protocolaires de la chambre du Roi, notamment le lever et le coucher, début et achèvement non seulement de la journée royale mais de la vie tout entière dans le château107. En écho aux Tables royales, l’exposition de 2009 à Versailles Fastes de cour et cérémonies royales présenta les costumes de cour, mais aussi les livrées des domestiques, les uniformes des gardes, les bijoux et symboles de souveraineté en France et la manière dont le modèle français se diffusa dans l’Europe entière108. Dernièrement, Fanny Cosandey a proposé, dans Le Rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, une synthèse sur l’historique et la « grammaire » des rangs et préséances depuis le xve siècle, en abordant notamment la question par le biais des conflits109.

  • 110 Lemaigre-Gaffier 2014, issu d’une thèse de doctorat d’histoire, Paris I, 2011.
  • 111 Beaussant 1981 et 1999, Beaussant et Bouchenot-Déchin 1996. Voir aussi les biographies de Couperin, (...)
  • 112 Caude, La Gorce et Saule 2016.

30La responsabilité matérielle de la mise en spectacle de la monarchie reposait sur les Menus Plaisirs, de leur nom complet administration de l’Argenterie, menus plaisirs et affaires de la Chambre du roi, créée en 1627, devenue sous Louis XIV l’organe gestionnaire de la Chambre du roi du point de vue comptable, administratif et opérationnel, chargée de l’organisation des spectacles de scène, théâtre et opéra, des fêtes et cérémonies de la famille royale et de la cour. Ce « ministère de la culture » a été étudié par Pauline Lemaigre-Gaffier110. Accompagnant les cérémonies les plus solennelles autant que tous les instants de la vie du roi, indispensable à la famille royale comme aux courtisans, la musique occupait une place essentielle à Versailles. La création musicale française autant que ses interprètes ont longtemps été mésestimés. Fondé en 1987, le Centre de musique baroque de Versailles, dont le siège est à Versailles, à l’hôtel des Menus Plaisirs, a pour mission de valoriser et de diffuser le répertoire musical français des xviie et xviiie siècles par des actions conjointes de recherche, de formation et de production de concerts et de spectacles, dont le cadre est souvent l’opéra même du château. Décédé en 2016, son cofondateur, le musicologue, homme de lettres et académicien Philippe Beaussant, a fait beaucoup pour la connaissance et la renaissance de la musique à Versailles111. L’exposition de 2016 à Versailles a embrassé le très vaste sujet des Fêtes et divertissements à la cour. Le catalogue comprend des développements précieux, ainsi sur les chasses, mais aussi sur les spectacles de scène, les jeux de plein air, les divertissements d’appartement et les fêtes de nuit112.

  • 113 da Vinha et Masson 2015. On joindra, sous la direction de Lucien Bély, le Dictionnaire Louis XIV (B(...)

31On pourrait terminer ici cette présentation de la recherche française sur Versailles et la cour depuis le colloque de 1985. Le tricentenaire de la mort de Louis XIV a été l’occasion de bilans. Le mot, le livre plutôt, de la fin sera donc Versailles. Histoire, dictionnaire et anthologie, sous la direction de Mathieu da Vinha et de Raphaël Masson113.

  • 114 Sabatier et Torrione 2009.
  • 115 Duindam 2003. Duindam avait publié auparavant une analyse critique des thèses de Norbert Elias (Dui (...)
  • 116 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).

32Resterait cependant un constat en guise d’ouverture. Depuis L’Europe française au siècle des Lumières, de Louis Réau (1938), la question de la place de Versailles dans un contexte élargi à l’Europe n’a que rarement été posée. Réau (1881-1961), historien du rayonnement de l’art français, embrassait un large sujet dont Versailles n’était que partie, en historien de l’art, et dans une optique nationaliste. Dans un contexte entièrement différent, et compte tenu des orientations de la recherche aujourd’hui, qui outrepassent largement la seule « histoire de l’art », il conviendrait de poser la question de la place de Versailles en Europe, en l’abordant pour commencer en termes de comparatisme. Le premier colloque international du CRCV en octobre 2004 s’intitulait ¿ Louis XIV espagnol ? Madrid et Versailles, images et modèles, et traitait de la représentation du prince et des usages de cour114. En 2003, Jeroen Duindam, de l’université d’Utrecht, publia un livre ambitieux où il mettait en regard les cours de France et d’Autriche sur la longue durée de la période moderne avec une insistance sur les règnes parallèles de Louis XIV et de Léopold Ier pour tester l’articulation entre cour et pouvoir, abordant successivement les courtisans comme formation sociale (nombre, statuts, revenus), la vie de cour (des cérémonies sans fin), leur intervention dans le processus politique115. Le CRCV, pour sa part, a lancé avec son programme Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe, xviiie-xixe siècles une réflexion sur l’image, plus exactement l’imaginaire, de Versailles : comment le paradigme versaillais fut-il élaboré, comment fut-il reçu entre adoption, résistances et refus116 ?

  • 117 Himelfarb 1985, p. 150.

33Dans un essai brillant, irrévérencieux et un peu désolé, Hélène Himelfarb, aussi érudite saint-simonienne qu’intrépide guide conférencière, dressait, peu avant le colloque de 1985, le constat des attitudes contradictoires des publics qu’elle accompagnait dans la visite de Versailles, effet des idées reçues et de la méconnaissance paradoxale du monument le plus célèbre de France. Stigmatisant les insuffisances de la recherche fragmentée en champs disciplinaires, elle lançait : « Rompons ce cercle où les historiens de l’art n’osent donner un Versailles parce que c’est l’affaire des conservateurs, où les conservateurs ne le peuvent, écartelés entre la technicité des restaurations et du catalogage et les rudiments des guides du visiteur, où les historiens se taisent faute de savoir où se prendre pour ne pas errer, et où les littéraires parlent sans savoir117. » Gageons que son appel a été entendu.

Haut de page

Bibliographie

Articles de revues, comptes rendus et recueils d’articles

Anonyme, 2003, « Le plafond de Mercure. Salon des Nobles de la reine : histoire d’une restauration », Connaissance des arts, déc. 2003.

Arsac Lionel, Pasquier Cyril, 2019, « Imiter, remplacer, refaire la statuaire des jardins », Château de Versailles de l’Ancien Régime à nos jours, no 35, p. 35-39.

Bastin Gilles, 2012, « Norbert Elias sur le tard », Le Monde, 20 avr.

Baulez Christian, 2007, Versailles, deux siècles d’histoire de l’art. Études et chroniques de Christian Baulez, Versailles, Société des amis de Versailles.

Blin Maxime, 2017, « Les empereurs romains de Versailles. Restitution du décor des façades grâce à l’inventaire de 1722 », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 20, p. 55-74.

Francastel Pierre et Josephson Ragnar, 1926, « Relation de la visite de Nicodème Tessin à Marly, Versailles, Clagny, Rueil et Saint-Cloud en 1687 », Revue de Versailles et de Seine-et Oise, t. 28, p. 149-167 et 274-300.

Lamblin Benjamin, 2019, « Les sculpteurs non académiciens à Versailles sous le règne de Louis XIV (1664-1715) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/16487> consulté le 30 avr. 2020).

Le Guillou Jean-Claude, 1986, « Le Grand et le Petit Appartement de Louis XIV au château de Versailles, 1668-1684. Escalier, étage, attique et mansardes. Évolution chronologique », Gazette des beaux-arts, juill.-août., p. 7-22.

Le Guillou Jean-Claude, 2004, « Les châteaux de Louis XIII à Versailles », Versalia, Revue de la Société des amis de Versailles, no 7, p. 142-167.

Le Guillou Jean-Claude, 2005, « Le château neuf ou enveloppe de Versailles : conception et évolution du projet, automne 1668-été 1670 », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 8, p. 112-133.

Maral Alexandre, 2001-2002, « La chapelle royale de Versailles : programme iconographique », Revue de l’art, no 132, p. 29-42.

Maral Alexandre, 2013, « La Grande Galerie et l’antique. La place de la sculpture », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 16, p. 129-142.

Maral Alexandre, 2014, « Le bosquet de la salle des antiques à Versailles : un ensemble de sculptures méconnues », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 17, p. 135-153.

Maral Alexandre, 2018, « La sculpture au sein des galeries historiques de Versailles », Château de Versailles, de l’Ancien Régime à nos jours, no 32, p. 74-79.

Maral Alexandre, 2019, « Conserver, restaurer et transmettre : le cas des sculptures en marbre des jardins de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/16481> (consulté le 30 avr. 2020).

Maral Alexandre et Pasquier Cyril, 2017, « Sculptures des jardins de Trianon. L’enfance partout répandue », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 20, p. 181-196.

Maral Alexandre et Pasquier Cyril, 2018, « Sculptures des jardins de Trianon. Le musée de plein air de Louis XIV », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 21, p. 101-126.

Saule Béatrix, 1992, « Le premier goût du roi à Versailles : décoration et ameublement », Gazette des beaux-arts, p. 137-148.

Walton Guy, 1992, « The Versailles colloquium », Gazette des beaux-arts, avr. 1992, p. 135-136.

Catalogues d’exposition

Alcouffe Daniel, Carlier Yves et al., 2014, Le 18e. Aux sources du design, chefs-d’œuvre du mobilier 1650-1790, cat. exp. (château de Versailles, 26 oct. 2014-22 févr. 2015), Dijon/Versailles, Faton/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Arizzoli-Clémentel Pierre et Gorguet Ballesteros Pascale (dir.), 2009, Fastes de cour et cérémonies royales. Le costume de cour en Europe, 1650-1800, cat. exp. (château de Versailles, 31 mars-28 juin 2009), Paris/Versailles, Réunion des musées nationaux/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Arminjon Catherine (dir.), 2007, Quand Versailles était meublé d’argent, cat. exp. (château de Versailles, 21 nov. 2007-9 mars 2008), Paris/Versailles, Réunion des musées nationaux/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Bajou Valérie (dir.), 2018, Louis-Philippe et Versailles, cat. exp. (château de Versailles, 6 oct. 2018-3 févr. 2019), Paris/Versailles, Somogy éditions d’art/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Bouchenot-Déchin Patricia et Farhat Georges (dir.), 2013, André Le Nôtre en perspectives, cat. exp. (château de Versailles, 22 oct. 2013-23 févr. 2014), Paris/Versailles, Hazan/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Caude Élisabeth, La Gorce Jérôme de et Saule Béatrix (dir.), 2016, Fêtes et divertissements à la cour, cat. exp. (château de Versailles, 29 nov. 2016-26 mars 2017), Paris/Versailles, Gallimard/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Gady Bénédicte, Milovanovic Nicolas, Bohl Thomas et al., 2016, Charles Le Brun : le peintre du Roi-Soleil, cat. exp. (Lens, musée du Louvre-Lens, 18 mai-29 août 2016), Dijon, Faton.

Kayser Christine, Castelluccio Stéphane, Salmon Xavier et al., 1999, De chasse et d’épée. Le décor de l’appartement du roi à Marly, 1683-1750, cat. exp. (Louveciennes, Musée-Promenade de Marly-le-Roi, 10 avr.-27 juin 1999), Paris, L’Inventaire.

Maisonnier Élisabeth (dir.), 2019, Versailles. Architectures rêvées. 1660-1815, cat. exp. (château de Versailles, 4 mai-4 août 2019), Paris/Versailles, Gallimard/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2012, Versailles et l’antique, cat. exp. (château de Versailles, 13 nov. 2012-17 mars 2013), Paris/Versailles, Artlys/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Milovanovic Nicolas et Maral Alexandre (dir.), 2007, La galerie des Glaces, Charles Le Brun maître d’œuvre, cat. exp. (château de Versailles, 24 sept.-16 déc. 2007), Paris/Versailles, Réunion des musées nationaux/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Milovanovic Nicolas et Maral Alexandre (dir.), 2009, Louis XIV. L’homme et le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 févr. 2010), Paris/Versailles, Skira-Flammarion/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Saule Béatrix et Arminjon Catherine (dir.), 2010, Sciences et curiosités à la cour de Versailles, cat. exp. (château de Versailles, 26 oct. 2010-27 févr. 2011), Paris/Versailles, Réunion des musées nationaux/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Saule Béatrix, La Gorce Jérôme de, Mabille Gérard et al., 1993, Versailles et les tables royales en Europe, cat. exp. (château de Versailles, 3 nov. 1993-27 févr. 1994), Paris, Réunion des musées nationaux.

Éditions de sources et inventaires de collections

Bar Virginie et Brême Dominique, 1999, Dictionnaire iconologique. Les allégories et les symboles de Cesare Ripa et Jean Baudoin, Dijon, Faton, 2 vol.

Beauvais Lydia, 2000, Charles Le Brun, 1619-1690, Département des arts graphiques. Inventaire général des dessins, école française, Paris, Réunion des musées nationaux.

Brejon de Lavergnée Arnauld, 1987, L’inventaire Le Brun de 1683. La collection des tableaux de Louis XIV, Paris, Réunion des musées nationaux.

Brejon de Lavergnée Arnauld et Vittet Jean, 2010, La collection de tapisseries de Louis XIV, Dijon, Faton.

Chevalier Timothée (éd.), 2013, Manières de montrer Versailles. Guides, promenades et relations sous le règne de Louis XIV, Paris/Toulouse, Hermann/SLC.

Milovanovic Nicolas, 2008, « Versailles. La galerie des Glaces. Catalogue iconographique » [en ligne], château de Versailles/Réunion des musées nationaux, <http://www.galeriedesglaces-versailles.fr/> (consulté le 15 avr. 2020).

Nivelon Claude, 2004, Vie de Charles Le Brun et description détaillée de ses ouvrages, édition critique et introduction par Lorenzo Pericolo, Genève, Droz.

Sarmant Thierry et Masson Raphaël (dir.), 2007-2013, Architecture et beaux-arts à l’apogée du règne de Louis XIV : édition critique de la correspondance du marquis de Louvois, surintendant des Bâtiments du roi, arts et manufactures de France, 1683-1691, Paris, Éd. du CTHS, 4 vol.

Saule Béatrix, 2005, « Versailles. Décor sculpté extérieur » [en ligne], château de Versailles/Réunion des musées nationaux, <http://www.sculpturesversailles.fr/> (consulté le 16 avr. 2020).

Monographies

Apostolidès Jean-Marie, 1981, Le roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éd. de Minuit.

Bar Virginie, 2003, La peinture allégorique au Grand Siècle, Dijon, Faton.

Bardon Françoise, 1974, Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII. Mythologie et politique, Paris, Picard.

Baridon Michel et Leroux Jean-Baptiste, 2001, Jardins de Versailles, Arles/Versailles, Actes Sud/École nationale supérieure du paysage.

Baridon Michel et Leroux Jean-Baptiste, 2003, Histoire des jardins de Versailles, Arles/Versailles, Actes Sud/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Baumont Olivier, 2007, La musique à Versailles, Arles/Versailles, Actes Sud/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Beaussant Philippe, 1981, Versailles, Opéra, Paris, Gallimard.

Beaussant Philippe, 1999, Louis XIV artiste, Paris, Payot et Rivages.

Beaussant Philippe et Bouchenot-Déchin Patricia, 1996, Les plaisirs de Versailles : théâtre et musique, Paris, Fayard.

Benoit Jérémie, 2009, Le Grand Trianon : un palais privé à l’ombre de Versailles, de Louis XIV à Napoléon et de Louis-Philippe au général de Gaulle, Versailles/Lathuile, Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles/Éd. du Gui.

Blin Maxime, 2016, Les gardes de la porte du roi. Étude institutionnelle et sociale, Paris, L’Harmattan.

Bouchenot-Déchin Patricia, 2001, Henry Dupuis, jardinier de Louis XIV, Paris, Perrin (réédité en 2007).

Bouchenot-Déchin Patricia, 2013, André Le Nôtre, Paris, Fayard.

Bresc-Bautier Geneviève, 2019, La sculpture des jardins de Marly, Paris, Louvre éditions, Mare & Martin.

Burke Peter, 1992, The Fabrication of Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Press (trad. en français : Louis XIV : les stratégies de la gloire, Paris, Seuil, 1995).

Castelluccio Stéphane, 1996, Le château de Marly sous le règne de Louis XVI. Étude du décor et de l’ameublement des appartements du pavillon royal, Paris, Réunion des musées nationaux.

Castelluccio Stéphane, 2004, Le garde-meuble de la Couronne et ses intendants du xvi au xviiie siècle, Paris, Éd. du CTHS.

Castelluccio Stéphane, 2007, Les meubles de pierres dures de Louis XIV et l’atelier des Gobelins, Dijon, Faton.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly, art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Paris, Gourcuff.

Cosandey Fanny, 2016, Le Rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

Da Vinha Mathieu, 2004, Les valets de chambre de Louis XIV, Paris, Perrin.

Da Vinha Mathieu, 2009, Le Versailles de Louis XIV. Le fonctionnement d’une résidence royale au xviie siècle, Paris, Perrin.

Da Vinha Mathieu, 2011, Alexandre Bontemps. Premier valet de Louis XIV, Paris, Perrin.

Da Vinha Mathieu, 2015, Au service du roi : dans les coulisses de Versailles, Paris, Tallandier.

Dratwicki Benoît, 2016, La musique à la cour de Louis XV : François Colin de Blamont (1690-1760). Une carrière au service du roi, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Duindam Jeroen, 1995, Myths of Power : Norbert Elias and the Early Modern European Court, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles. The Courts of Europe’s Dynastic Rivals 1550-1780, Cambridge, Cambridge University Press.

Duindam Jeroen, 2011, Royal Courts in Dynastic States and Empires. A Global Perspective, Leiden, Brill.

Duindam Jeroen, 2016, Dynasties. A Global History of Power, 1300-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Dumont Louis, 1979, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard.

Elias Norbert, 1939, Über den Prozess der Zivilisation: soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, Bâle, Haus zum Falken, 2 t. : Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes (t. I), Wandlungen der Gesellschaft : Entwurf zu einer Theorie der Zivilisation (t. II).

Elias Norbert, 1969, Die höfische Gesellschaft. Untersuchungen zur Soziologie des des Königstums und der höfischen Aristokratie mit einer Einleitung, Neuwied Berlin, H. Luchterhand (trad. en français : Paris, Flammarion, 1985).

Ferrand Franck, 2012, Versailles après les rois, Paris, Perrin.

Gady Bénédicte, 2010, L’ascension de Charles Le Brun. Liens sociaux et production artistique, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme.

Gaehtgens Thomas W., 1984, Versailles, de la résidence royale au musée historique, la galerie des batailles dans le musée historique de Louis-Philippe, Paris, Albin Michel.

Garrigues Dominique, 2001, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon.

Giesey Ralph E., 1987, Le roi ne meurt jamais. Les obsèques royales dans la France de la Renaissance, Paris, Flammarion.

Gousset Jean-Paul et Masson Raphaël, 2010, Versailles, l’Opéra royal, Versailles, Artlys/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Horowski Leonhard, 2012, Die Belagerung des Thrones. Machtstrukturen und Karrieremechanismen an Hof von Frankreich 1661-1789, Ostfildern, Jan Thorbeck Verlag (trad. en français : Au cœur du palais. Pouvoir et carrières à la cour de France (1661-1789), Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour », 2019).

Hours Bernard, 2002, Louis XV et sa cour. Le roi, l’étiquette et le courtisan. Essai historique, Paris, Presses universitaires de France.

Hours Bernard, 2009, Louis XV, un portrait, Toulouse, Privat.

Josephson Ragnar, 1930, L’architecte de Charles XII : Nicodème Tessin à la cour de Louis XIV, Paris, G. Van Oest.

Lablaude Pierre-André et Givry Jacques, 1995, Les jardins de Versailles, Paris, Éd. Scala (réédité en 2005).

Lafage Gaëlle, 2015, Charles Le Brun décorateur de fêtes, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lecoq Anne-Marie, 1987, François Ier imaginaire. Symbolique et politique à l’aube de la Renaissance française, Paris, Macula.

Leferme-Falguières Frédérique, 2007, Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France.

Le Guillou Jean-Claude, 1988, Versailles, histoire du château des rois, Paris, Éd. des Deux Coqs d’or.

Le Guillou Jean-Claude, 2006, Versailles, le château en construction, [Paris], Artlys.

Le Guillou Jean-Claude, 2011, Versailles avant Versailles : au temps de Louis XIII, Paris, Perrin.

Lemaigre-Gaffier Pauline, 2014, Administrer les Menus Plaisirs du roi : l’État, la cour et les spectacles dans la France des Lumières, Seyssel, Champ Vallon.

Le Roy Ladurie Emmanuel et Fitou Jean-François, 1997, Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, Fayard.

Maral Alexandre, 2002, La chapelle royale de Versailles sous Louis XIV : cérémonial, liturgie et musique, Sprimont, Mardaga (réédité en 2010).

Maral Alexandre, 2011, La chapelle royale de Versailles. Le dernier grand chantier de Louis XIV, Paris, Arthena.

Maral Alexandre, 2013, Le Versailles de Louis XIV. Un palais pour la sculpture, Dijon, Faton.

Maral Alexandre, 2015, François Girardon 1628-1715, le sculpteur de Louis XIV, Paris, Arthena.

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1968-1976, Versailles au temps de Louis XIV, Paris, éd. Vincent, Fréal et Cie et Imprimerie nationale, 5 vol., première partie : Naissance de Versailles. Le château, les jardins (1968, vol. 1-2), deuxième partie : Mansart à Versailles (1972, vol. 3-4), troisième partie : Mansart et Robert de Cotte (1976, vol. 5).

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1984, Versailles au temps de Louis XV, 1715-1745, Paris, Imprimerie nationale.

Maroteaux Vincent, 2000, Versailles, le roi et son domaine, Paris, Picard.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vögele.

Masson Rémi, 2017, Défendre le roi. La maison militaire au xviie siècle, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Meyer Daniel et Arizzoli-Clémentel Pierre, 2002, Le mobilier de Versailles, xviie- xviiisiècles, Dijon, Faton, 2 t.

Milovanovic Nicolas, 2005a, Du Louvre à Versailles. Lecture des grands décors monarchiques, Paris, Les Belles Lettres.

Milovanovic Nicolas, 2005b, Les Grands Appartements de Versailles sous Louis XIV. Catalogue des décors peints, Paris, Réunion des musées nationaux.

Newton William Ritchey, 2000, L’espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard.

Newton William Ritchey, 2006, La petite cour, services et serviteurs à la cour de Versailles au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Newton William Ritchey, 2008, Derrière la façade. Vivre au château de Versailles au xviiie siècle, Paris, Perrin.

Newton William Ritchey, 2011, Versailles côté jardin. Splendeurs et misères, de Louis XIV à la Révolution, Paris, Tallandier.

Newton William Ritchey, 2015a, Les chevaux et les chiens du roi à Versailles au xviiie siècle : la grande et la petite écurie, les écuries de la reine, le grand chenil et la louveterie, Paris, Honoré Champion.

Newton William Ritchey, 2015b, Dans l’ombre de la cour : les baraques autour du château de Versailles, le nouveau marché, l’hôtel de Limoges, Paris, Honoré Champion.

Nolhac Pierre de, 1925-1930, Versailles et la cour de France, Paris, Louis Conard, 10 vol. : La création de Versailles (1925), Versailles, résidence de Louis XIV (1925), Versailles au xviiie siècle (1926), Trianon (1927), Louis XV et Marie Leczinska (1928), Louis XV et madame de Pompadour (1928), Madame de Pompadour et la politique (1930), Marie-Antoinette dauphine (1929), La reine Marie-Antoinette (1929), L’art à Versailles (1930).

Nolhac Pierre de, 1937, La résurrection de Versailles. Souvenirs d’un conservateur, 1887-1920, Paris, Plon.

Pinatel Christiane, 1963, Les statues antiques des jardins de Versailles, Paris, Picard.

Pincas Stéphane et Rocher-Gilotte Maryvonne, 1995, Versailles. Un jardin à la française, Paris, Éd. de La Martinière.

Quenet Grégory, 2015, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte.

Sabatier Gérard, 1999, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel.

Sabatier Gérard, 2016, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Sarmant Thierry, 2003, Les demeures du soleil. Louis XIV, Louvois et la surintendance des Bâtiments du roi, Seyssel, Champ Vallon.

Sarmant Thierry, 2014, Louis XIV, homme et roi, Paris, Tallandier.

Sarmant Thierry et Maral Alexandre, 2014, Louis XIV. L’univers du Roi-Soleil, Paris, Tallandier.

Sarmant Thierry et Stoll Matthieu, 2010, Régner et gouverner, Paris, Perrin.

Tiberghien Frédéric, 2002, Versailles. Le chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Perrin.

Verlet Pierre, 1985, Le château de Versailles, Paris, Fayard (1re éd. 1961).

Ouvrages collectifs et contributions

Béguin Sylvie, Constans Sylvie, Habert Jean, Rioux Jean-Paul et Volle Nathalie, 1997, Le repas chez Simon. Véronèse : histoire et restauration d’un chef d’œuvre, Paris, A. de Gourcuff.

Bély Lucien (dir.), 2015, Dictionnaire Louis XIV, Paris, Robert Laffont.

Bonfait Olivier, Gady Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2017, Nouveaux regards sur Charles Le Brun, dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/14451> (consulté le 29 avr. 2020).

Collectif, 2003, Le Nôtre, un illustre inconnu ?, publié sous la direction du Bureau des jardins et du patrimoine paysager, sous-direction des Espaces protégés et de la qualité architecturale, direction de l’Architecture et du Patrimoine, ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec la Section française de l’Icomos et l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles, Paris, Monum, Éd. du patrimoine.

Collectif, 2007, La galerie des Glaces. Histoire et restauration, Dijon, Faton.

Collectif, 2016, Architectures de théâtre à Versailles. Lieux présents et lieux disparus, Arles/[Versailles], Honoré Clair/Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Constans Claire, da Vinha Mathieu (dir.), 2010, Les grandes galeries européennes, xviie-xixe siècle, Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica ».

Cornette Joël (dir.), 2006, Versailles. Le pouvoir de la pierre, Paris, Tallandier (réédité en 2012).

da Vinha Mathieu et Masson Raphaël (dir.), 2015, Versailles. Histoire, dictionnaire et anthologie, Paris, Robert Laffont.

Ducamp Emmanuel (dir.), 2001, L’apothéose d’Hercule de François Lemoyne au château de Versailles : histoire et restauration d’un chef d’œuvre, Paris, A. de Gourcuff.

Fantoni Marcello (dir.), 2012, The Court in Europe, Rome, Bulzoni.

Heitzmann Annick (dir.), 2017, 25 années d’archéologie royale (1990-2015), dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/14090> (consulté le 16 avr. 2020).

Himelfarb Hélène, 1985, « Versailles en notre temps », dans Bercé Yves-Marie et al. (éd.), Destins et enjeux du xviie siècle, Paris, Presses universitaires de France.

Masson Raphaël et Ringot Benjamin (dir.), 2014, Marly, architecture, usages et diffusion d’un modèle français, dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], <https://journals.openedition.org/crcv/11895> (consulté le 16 avr. 2020).

Ringot Benjamin, à paraître, « Du dessin à l’inventaire. Administrer les collections de sculptures de Louis XIV au tournant du Grand Siècle », dans Carrangeot Delphine (dir.), Artistes et collections royales et princières en France aux xvie-xviiie siècles (actes de colloque, château de Versailles, mai 2019), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Sabatier Gérard et Torrione Margarita (dir.), 2009, ¿ Louis XIV espagnol ? : Madrid et Versailles, images et modèles, Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica ».

Volle Nathalie et Milovanovic Nicolas (dir.), 2013, La galerie des Glaces après sa restauration : contexte et restitution, Paris, École du Louvre.

Thèses et mémoires inédits

Richard Vivien, 2010, La chambre du roi à Versailles, thèse de l’École des chartes.

Soullard Éric, 2011, Les eaux de Versailles, thèse sous la dir. de Gérard Sabatier, université de Grenoble II.

Szanto Catherine, 2009, Le promeneur dans le jardin : de la promenade considérée comme acte esthétique. Regard sur les jardins de Versailles, thèse sous la dir. de Jean-Pierre Le Dantec, université Paris VIII-Vincennes Saint-Denis.

Haut de page

Notes

1 Bref compte rendu du colloque par Guy Walton dans la Gazette des beaux-arts (Walton 1992).

2 Bajou 2018 et Gaehtgens 1984. Voir aussi Ferrand 2012.

3 Pour avoir une vue générale de cette littérature, consulter le corpus raisonné « Descriptions, guides et ouvrages sur Versailles » publié sur le site internet du CRCV (consulté le 15 avr. 2020).

4 Pour une version développée de ce qui suit, voir chap. 1, « Versailles et les historiens », dans Sabatier 1999.

5 C’était l’époque de la publication des grandes séries documentaires. Dussieux avait lui-même participé à l’édition des Mémoires de Luynes en 17 volumes, du Journal de Dangeau en 19 volumes, des Mémoires inédits de la vie et des ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture… Jules Guiffrey éditait de 1881 à 1901 les Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV en 5 volumes et de 1896 à 1908 la Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome avec les surintendants des bâtiments en 13 volumes.

6 Texte de présentation de l’édition 2011, Paris, Jean-Cyrille Godefroy Éd., 1 056 p. Éblouissement non partagé par le conservateur de Versailles à la génération suivante : « Professeur de géographie à Saint-Cyr, auteur de compilations utiles, ce brave homme (Dussieux) avait cru aisé d’improviser en un an ou deux un gros travail sur le château. Un éditeur dévoué de la ville en avait fait deux volumes ornés de gravures et de plans où rien ne manquait sauf la méthode et l’exactitude. J’en ai voulu longtemps au bon père Dussieux pour avoir usurpé ma confiance et jeté mon travail sur tant de fausses pistes. Il est mort à temps pour ne pas souffrir de voir démasquer sur tous les points son érudition trop facile » (Nohlac 1937, p. 13-14).

7 Nolhac 1925-1930.

8 Cité par Ferrand 2012, p. 284.

9 L’édition de 1961 était sans notes ni références ni bibliographie. La réédition de 1985 y remédia avec 17 pages de sources et bibliographie (Verlet 1985).

10 Elias 1969.

11 Elias 1939.

12 Bastin 2012.

13 Parmi nombre d’études ou de notes critiques, voir la préface de Roger Chartier à La société de cour (Elias 1969).

14 Bardon 1974, Giesey 1987, Lecoq 1987. Le livre de Giesey fut d’abord une thèse de doctorat soutenue à l’université de Californie en 1954, publiée en 1961. Comme pour la traduction tardive d’Elias, il y eut un « moment Giesey », lorsque les travaux des « cérémonialistes américains » persuadèrent les historiens français de l’importance institutionnelle des grands rituels royaux.

15 L’original anglais (Burke 1992) parut en français (1995) avec le titre Louis XIV. Les stratégies de la gloire, le mot fabrication ayant sans doute paru trop cru, voire lèse-majesté, pour un public français.

16 Fantoni 2012.

17 Présentation en ligne (consulté le 15 avr. 2020).

18 Accès libre en ligne : https://journals.openedition.org/crcv/

19 En 1951, 300 dessins concernant Versailles et les châteaux de France furent exposés à Versailles. À l’occasion du colloque Versailles en 1985, un grand nombre de ces dessins furent présentés à Paris à l’Institut culturel suédois, hôtel de Marle, dans l’exposition « Versailles à Stockholm. Dessins du Nationalmuseum. Peintures, meubles et arts décoratifs des collections suédoises et danoises » organisée par Guy Walton.

20 Francastel et Josephson 1926, p. 150-167 (jardins) et 274-300 (châteaux et autres demeures). En 1930, Ragnar Josephson, professeur à l’université de Lund, consacra un livre aux projets de Tessin en France, avec son projet de temple d’Apollon à Versailles au bout du Grand Canal (Josephson 1930).

21 Marie A. et Marie J. 1968-1976 et 1984.

22 À noter que ce vaste sujet a été abordé récemment au sein d’une exposition intitulée « Versailles. Architectures rêvées. 1660-1815 », commissariat : Élisabeth Maisonnier, conservateur au château de Versailles et responsable du cabinet des arts graphiques (château de Versailles, 4 mai-4 août 2019). Voir Maisonnier 2019.

23 Notons cependant que le CRCV, dans le cadre du projet VERSPERA soutenu par la Fondation des sciences du patrimoine (EUR-17-EURE-0021) et le ministère de la Culture (présentation en ligne), procède à la numérisation des plans, coupes et élévations de Versailles conservés dans les fonds des Archives nationales et de la Bibliothèque nationale de France. Ces fonds sont mis en ligne progressivement sur la banque d’images du CRCV : 2 220 images provenant des Archives nationales concernant le corps central, les ailes du Nord, du Midi et des Ministres (2017), 560 issues des fonds de la Bibliothèque nationale (2019) et, à terme, près de 9 000 plans, soit 16 000 images numériques. L’ensemble s’accompagne de reconstitutions 3D grâce au logiciel VERSPERA développé par le laboratoire Étis (UMR8051, Cergy Paris Université/ENSEA Cergy/CNRS) permettant de rendre sensibles des lieux disparus ou bien des projets jamais réalisés.

24 Elle bénéficie également depuis 2006 des travaux des élèves de Master 1 du groupe de recherche GR 22 « Versailles », né du partenariat entre l’École du Louvre et le CRCV (voir : http://chateauversailles-recherche.fr/francais/enseignement-et-formation/enseignement-et-formation-2019-2020/groupe-de-recherche-versailles-de-l-ecole-du-louvre.html).

25 Les restaurations les plus remarquables de ces dernières années sont les suivantes : avec le mécénat BNP, Le repas chez Simon en 1997 et L’apothéose d’Hercule en 2001 au salon d’Hercule (voir Béguin et al. 1997, Ducamp 2001), le plafond de Mercure au salon des Nobles de la reine en 2003 (Anonyme 2003), avec le mécénat Vinci, la galerie des Glaces entre 2003 et 2007, la restitution de la grille de la cour royale en 2008 avec le mécénat du groupe Monnoyeur, l’antichambre du Grand Couvert en 2010, les appartements de Mesdames en 2013, les salons d’Apollon et de l’Abondance en 2014-2015, avec le mécénat de Dior, la Maison de la Reine au Hameau entre 2015 et 2018, le Grand Appartement de la Reine entre 2016 et 2019, la galerie des Carrosses en 2016 grâce au mécénat de la fondation d’entreprise Michelin, avec les mécénats de la fondation Philanthropia, de Saint-Gobain et Dior, la restauration de la Chapelle royale entre 2017 et 2020, la bibliothèque de la Reine et son supplément avec le mécénat de la Société des amis de Versailles à partir de 2017, avec le mécénat de Renault, le salon de la Paix et avec le mécénat des sociétés Plastic Omnium et Axa, la salle du Sacre en 2018, le cabinet d’Angle avec le mécénat de Rolex en 2019. Sont en cours ou envisagées : les restaurations de la chapelle de Trianon-sous-Bois, du boudoir du Hameau de la Reine, de la Grille d’honneur, des grilles des rampes des réservoirs et de la Surintendance, les grilles de l’Orangerie du château.

26 Archives de l’art français ; Gazette des beaux-arts ; Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français ; Histoire de l’art ; Revue de l’art ; La Revue des musées de France. Revue du Louvre, et les revues étrangères comme The Art Bulletin.

27 Le Guillou 1986, 2004, 2005 et 2011.

28 Études publiées de 1990 à 2007 réunies dans Baulez 2007.

29 Maral 2001-2002 et 2011. Alexandre Maral est conservateur en chef du patrimoine, en charge de la sculpture à Versailles. Il est actuellement directeur du Centre de recherche du château de Versailles.

30 Collectif 2016, Gousset et Masson 2010. Raphaël Masson est conservateur en chef du patrimoine.

31 Tiberghien 2002. Une version illustrée à usage pédagogique pour enfants serait Le Guillou 1988 et 2006.

32 Sarmant 2003.

33 Il est actuellement directeur du département des collections du Mobilier national.

34 Thierry Sarmant édite par ailleurs avec Raphaël Masson et la collaboration de Benjamin Ringot la correspondance de Louvois, surintendant des Bâtiments, conservée au Service historique de la défense. Quatre volumes sont à ce jour parus (voir Sarmant et Masson 2007-2013).

35 Autres publications de Thierry Sarmant où Versailles a sa place : Sarmant 2014, Sarmant et Stoll 2010, Sarmant et Maral 2014.

36 Le Louvre, oct. 1985-janv. 1986.

37 Versailles, nov. 1990-févr. 1991.

38 Beauvais 2000.

39 Nivelon 2004.

40 Gady 2010, issu d’une thèse de doctorat en histoire de l’art, Paris IV, 2006. Bénédicte Gady est conservateur du patrimoine au département des arts graphiques, musée du Louvre.

41 Lafage 2015.

42 « Charles Le Brun, le peintre du Roi-Soleil », commissaires Bénédicte Gady, Nicolas Milovanovic, Lens, musée du Louvre-Lens, 18 mai-29 août 2016 (voir Gady, Milovanovic, Bohl et al. 2016). Un colloque intitulé « Nouveaux regards sur Charles Le Brun » avait été organisé les 26, 27 et 28 mai par l’École du Louvre, le musée du Louvre-Lens et le château de Vaux-Le-Vicomte (voir Bonfait, Gady et Milovanovic 2017). L’exposition du Louvre-Lens avait été précédée d’un accrochage plus restreint au château de Versailles au moment de l’achèvement de la restauration de la galerie des Glaces en 2007 (voir Milovanovic et Maral 2007).

43 Mot forgé par Jean-Marie Apostolidès dans Le roi-machine (Apostolidès 1981).

44 Sabatier 1999 et 2016.

45 Bar et Brême 1999.

46 Bar 2003, issu d’une thèse de doctorat en histoire de l’art soutenue à Paris IV en 2001.

47 Milovanovic 2005a, issu d’une thèse de doctorat d’histoire de l’art soutenue à Paris IV en 2003. Nicolas Milovanovic, conservateur au château de Versailles de 2001 à 2012, et depuis conservateur en chef au département des peintures au Louvre.

48 Dans le cadre d’un partenariat public-privé, pour un montant de 12 millions d’euros.

49 Collectif 2007. En 2008 se tint à l’École du Louvre un colloque-bilan (Volle et Milovanovic 2013).

50 Milovanovic 2008.

51 Milovanovic 2005b.

52 Description et étude dans Sabatier 2016, p. 65-99.

53 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).

54 Constans et da Vinha 2010, p. 2.

55 Pinatel 1963.

56 Maral et Milovanovic 2012.

57 Maral 2013.

58 Saule 2005.

59 Maral 2013 et 2014, Maral et Pasquier 2017 et 2018.

60 Lamblin 2019.

61 Maral 2019, Arsac et Pasquier 2019

62 Maral 2018.

63 Blin 2017 et Ringot (à paraître).

64 La dernière en date : Maral 2015.

65 Saule 1992.

66 Arminjon 2007.

67 Milovanovic et Maral 2009.

68 Alcouffe, Carlier et al. 2014.

69 Brejon de Lavergnée 1987 ; Brejon de Lavergnée et Vittet 2010, Castelluccio 2007.

70 Meyer et Arizzoli-Clémentel 2002.

71 Castelluccio 2004.

72 Nous pensons notamment aux travaux de Thomas F. Hedin, Franklin Hamilton Hazlehurst et Gerold Weber.

73 Heitzmann 2017 (concerne aussi bien Versailles et Trianon que Marly, Saint-Germain, Chambord, Fontainebleau et les Tuileries).

74 Pincas et Rocher-Gilotte 1995.

75 Baridon et Leroux 2001 (réédité en 2003, dans un format plus modeste).

76 Lablaude et Givry 1995 (réédité en 2005).

77 Collectif 2003.

78 Bouchenot-Déchin et Farhat 2013. La même année paraît Bouchenot-Déchin 2013.

79 Bouchenot-Déchin 2001 et Garrigues 2001.

80 Quenet 2015.

81 Base de données « Hortus », portail des ressources du CRCV, publiée en mars 2012, en ligne (consulté le 16 avr. 2020).

82 Analyse dans Sabatier 2016, p. 288-297 et Szanto 2009. Sélection de textes dans Chevalier 2013.

83 Analyse dans Sabatier 2016, p. 306-310.

84 Maroteaux 2000.

85 Soullard 2011.

86 Saule et Arminjon 2010.

87 Benoît 2009.

88 Maroteaux 2002.

89 Kayser, Castelluccio, Salmon et al. 1999, Castelluccio 1996 et 2014.

90 Bresc-Bautier 2019.

91 Les actes ont été publiés dans le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles (Masson et Ringot 2013).

92 Marly, le château disparu du roi, réalisation Laurent Marmol, Frédéric Lossignol, Gédéon Programmes, 2015. Cf. Heitzmann 2017.

93 Dumont 1979.

94 Le Roy Ladurie et Fitou 1997.

95 Newton 2000, 2006, 2008, 2011, 2015a et 2015b.

96 Horowski 2012.

97 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).

98 da Vinha 2004, issu d’une thèse de doctorat d’histoire, Paris IV, 2003.

99 da Vinha 2009, 2011 et 2015.

100 Maral 2002 (réédité en 2010).

101 Blin 2016 et Masson 2017.

102 Base de données « Étiquette », portail des ressources du CRCV, publiée en oct. 2016, en ligne (consulté le 16 avr. 2020).

103 Leferme-Falguières 2007, première partie d’une thèse d’histoire consacrée au monde des courtisans, Paris I, 2004. Cette publication partielle est en fait un livre sur le cérémonial.

104 Hours 2002 et 2009.

105 Saule, La Gorce, Mabille et al. 1993.

106 Maral 2002.

107 Richard 2010. Vivien Richard prépare actuellement une thèse en histoire à Sorbonne université, sous la direction de Lucien Bély, portant sur La chambre du roi sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècle).

108 Arizzoli-Clémentel et Gorguet Ballesteros 2009.

109 Cosandey 2016.

110 Lemaigre-Gaffier 2014, issu d’une thèse de doctorat d’histoire, Paris I, 2011.

111 Beaussant 1981 et 1999, Beaussant et Bouchenot-Déchin 1996. Voir aussi les biographies de Couperin, Lully, Rameau, du même auteur. Parmi les publications récentes, voir Baumont 2007 et Dratwicki 2016.

112 Caude, La Gorce et Saule 2016.

113 da Vinha et Masson 2015. On joindra, sous la direction de Lucien Bély, le Dictionnaire Louis XIV (Bély 2015), et sous la direction de Joël Cornette, Versailles, le pouvoir de la pierre (Cornette 2006, réédité en 2012).

114 Sabatier et Torrione 2009.

115 Duindam 2003. Duindam avait publié auparavant une analyse critique des thèses de Norbert Elias (Duindam 1995) et a ensuite écrit deux ouvrages portant sur l’histoire globale (Duindam 2011 et 2016). Il est actuellement titulaire de la chaire d’histoire moderne à l’université de Leyde.

116 Présentation en ligne (consulté le 30 avr. 2020).

117 Himelfarb 1985, p. 150.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Sabatier, « La recherche française récente sur Versailles et la cour. Problématiques et orientations », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 16 octobre 2020, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18287 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18287

Haut de page

Auteur

Gérard Sabatier

Gérard Sabatier est professeur émérite d’histoire moderne à l’université Pierre-Mendès-France – Grenoble II. Il est membre du comité scientifique du Centre de recherche du château de Versailles et chef de projet pour le programme de recherche « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècles) ».
Gérard Sabatier is professor emeritus of Early Modern History at the Université Pierre-Mendès-France – Grenoble II. He is a member of the Scientific Committee of the Centre de Recherche du Château de Versailles and project director for the research programme ‘Court identities and the myth of Versailles in Europe: perception, adherence and rejection (18th–19th centuries )’.
gerardsabatier1[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search