Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Récits de voyages à Versailles, X...Le mythe de Versailles et l’Europ...

Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, xviie-xxe siècles

Présentation du programme de recherche et premiers résultats
The Myth of Versailles and the European Courts, 17th–20th Centuries. Presentation of the Research Programme and its First Results
Gérard Sabatier

Résumés

Parmi les réalisations curiales de son temps, Versailles acquit rapidement le statut d’un mythe, c’est-à-dire d’un imaginaire dont il convient d’étudier la formation et la diffusion dans le public, mais aussi les effets concrets sur l’identité des cours contemporaines, voire postérieures. Le Centre de recherche du château de Versailles a décidé de reprendre sous cette perspective la question traditionnelle des « influences » de Versailles en Europe avec le programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviie-xixe siècles) ». L’élaboration du mythe est recherchée en analysant les écrits laissés par les visiteurs étrangers qui se sont pressés à Versailles, dont la recension a donné lieu à une banque de données analytique. Une prospection iconographique doit suivre. Le second axe de recherche interroge l’articulation de cet imaginaire curial avec les formulations identitaires des cours européennes contemporaines ou postérieures au Versailles royal, organisation spatiale, sociabilité, pratique du pouvoir… entre emprunts, réserves ou rejets.

Haut de page

Texte intégral

Un imaginaire au travail

  • 1 Voir notamment Réau 1938.

1Versailles fut un phare dans l’Europe des cours et resta la référence absolue tant que dura la civilisation curiale en Europe, c’est-à-dire jusqu’au début du xxe siècle. D’autres formules curiales avaient été développées auparavant, lorsque, au sortir de l’âge féodal ou communal, l’accaparement du pouvoir par le prince s’accompagna de l’exaltation de sa personne par un ensemble de pratiques et de dispositifs scéniques mis en œuvre par un personnel spécifique. Il y eut alors autant de cours que de maisons princières, que de types « nationaux », même si certaines comme les cours de Bourgogne au xve siècle, d’Italie du nord et du centre aux xve et xvie siècles acquirent une valeur normative et exercèrent leur influence d’une extrémité à l’autre de l’Europe – Angleterre des Tudors, Espagne des Austrias, France des Valois, jusqu’à la Pologne des Jagellon. Mais aucune ne devint dans l’imaginaire européen synonyme de « cour » absolument, sans qu’il fût besoin de préciser, comme dire « le roi » suffisait pour désigner Louis XIV. Tout comme son créateur, Versailles fut érigé en mythe. Aucune non plus n’exerça sur les cours contemporaines, mais aussi sur celles qui prospérèrent bien après qu’elle eut cessé d’exister avec la fin de l’« Ancien Régime » français, une telle attractivité, au point de faire figure de paradigme face auquel les autres durent prendre parti. L’exemplarité de Versailles s’exerça de façon plus complexe que par la prolifération des « Versailles » en Europe relevée par Louis Réau1. D’une part parce qu’on ne saurait réduire Versailles à être seulement le cadre du pouvoir, le concept de « cour » qui lui est indissociable impliquant aussi la prise en considération d’un mode spécifique d’exercice de la souveraineté et d’une forme de sociabilité pratiquée par celles et ceux qui y résidèrent : c’est l’association de ces trois entrées qui constitue le paradigme de Versailles. D’autre part, parce que sa réception ne se borna pas à un mimétisme révérencieux mais se déclina, en fonction des allégeances politiques et des traditions « nationales », entre l’adhésion et le rejet.

2Le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV) a décidé de reprendre la question de la place de Versailles en Europe à partir d’une problématique nouvelle, celle d’un imaginaire au travail : construction d’un imaginaire comme cosa mentale, développé par et dans un public très large à partir de la circulation des écrits et de l’imagerie, mais aussi travail effectif du modèle dans des cas d’espèce précis développés par des détenteurs du pouvoir soucieux d’affirmer leur identité. Quelles sont les modalités d’élaboration du mythe ? Mémoires, récits de voyage, lettres, descriptions et guides de voyage, traités politiques, pièces polémiques, images, gravures, tableaux, scènes de genre… Quels sont les acteurs de cette élaboration ? Pour quels contenus, qui peuvent fluctuer considérablement ? Quel accueil en résulte-t-il dans l’exercice du pouvoir, dans la pratique résidentielle, l’architecture palatiale, la distribution et l’usage des lieux, dans la pratique quotidienne, l’exhibition ou le retrait, la vie publique, la sociabilité, les mœurs… Inversement, et l’on peut reprendre point par point ce qui précède, qu’en est-il des modalités de refus, pour quelles raisons ? Quels modèles concurrents rencontre le paradigme versaillais dans la compétition des puissances dont l’Europe est alors le champ clos ? Il s’agit d’apprécier la part prise par le fantasme de Versailles dans la construction des identités curiales mais aussi dans leur fossilisation : la mythification de Versailles n’aurait-elle pas été le moyen de faire, lors du crépuscule des monarchies, le deuil de l’Ancien Régime ?

3Le mythe de Versailles devait connaître au tournant des xixe et xxe siècles une efflorescence d’un autre type. La merveilleuse exposition « Versailles Revival 1867-1937 » (château de Versailles, 19 novembre 2019-15 mars 2020) a fait découvrir l’engouement d’une société mondaine fin de siècle qui transposa ses fantasmes de décadence dans les lieux abandonnés d’une monarchie évanouie en même temps que l’appropriation du domaine royal par un pouvoir et une société démocratiques. « Versailles Revival » fut un phénomène sociétal de la France contemporaine. Le mythe de Versailles avait été l’imaginaire politique de l’Europe des cours.

Versailles vu de l’Europe

4Il faut tout d’abord s’entendre sur l’objet de notre recherche. Nous nous intéressons au mythe de Versailles en Europe, et notre source est donc exclusivement composée de témoignages non français, produits par les contemporains de l’époque royale de Versailles (1666-1789) qui l’ont vu, en ont entendu parler, ont lu des écrits et publications ou ont pu en prendre connaissance par l’iconographie alors produite, mais aussi par les visiteurs du siècle suivant qui en ont gardé le souvenir directement ou par l’écho. Nous entendons par mythe la construction d’un imaginaire sélectif et mobilisateur, gratifiant ou non, produit d’une expérience directe et dont les agents sont issus de la société au sens large tout comme le public destinataire, dans le cadre géographique de l’Europe des cours du xviie au xxe siècle.

5Du début des années 1660, date des premiers aménagements de Louis XIV, à 1789, date du départ de la famille royale et de la cour, Versailles fut le lieu le plus visité d’Europe par des curieux de toutes nationalités, de toutes catégories sociales, au moment où le grand tour devenait une pratique culturelle en vogue chez les aristocrates comme dans la République des lettres, quand les échanges diplomatiques se multipliaient et que les souverains mêmes voyageaient « incognito ». De leurs lettres, rapports, mémoires, récits, restés manuscrits ou imprimés, des relations des journaux, des textes normatifs des guides de voyage, se dégage un ressenti, se formule une représentation, s’élabore un imaginaire. Abandonné, Versailles connaît les écrits polémiques et dénigrants des contestataires de l’« Ancien Régime », mais aussi ceux laudatifs des nostalgiques, jusqu’au moment où s’éteignent les derniers contemporains du Versailles royal et où les historiens prennent le relais dans une perspective tout autre. Produit d’impressions individuelles, mais aussi de déterminants sociétaux voire idéologiques, ce qu’a été l’expérience vécue, ce qui a été retenu, ce qui a été sélectionné comme le plus important, surprenant, blâmable, critiqué, forme un portrait complexe, composé selon les appartenances nationales, sociales, les raisons de la présence à Versailles (diplomatie, curiosité, travail, relations sociales…), les époques (Ancien Régime, Révolution, Empire, Restauration, monarchie de Juillet…), et les figures successives de Versailles même. S’est ainsi élaboré sur presque deux siècles, complexe, multiforme, contradictoire aussi, le mythe de Versailles.

  • 2 Boutier et al. 2014, Kisluk-Grosheide et Rondot 2017. La bibliographie complète est à retrouver en (...)
  • 3 Cette base, intitulée « Visiteurs de Versailles », est accessible parmi les ressources en ligne du (...)

6Flavie Leroux a engagé un travail de recension des témoignages de visiteurs étrangers sur le domaine, le château et la cour de Versailles. Ont été utilisés les ouvrages traitant du voyage et des voyageurs, les anthologies et inventaires bibliographiques, les actes de colloques (Voyageurs étrangers à la cour de France, Paris, 2014), les catalogues d’exposition (Visiteurs de Versailles, Versailles, 2017-2018), les ouvrages spécialisés sur une période historique particulière, sur les voyageurs d’une nationalité particulière, etc.2. Ces recensions sont complétées en continu par les apports des membres européens du comité scientifique. Elles ont été matérialisées sous la forme d’une base de données, permettant d’accéder directement aux écrits des visiteurs, pour les trois quarts des lettres, récits de voyage et journaux intimes3. Chaque source a été consultée afin d’en extraire les passages relatifs à Versailles : domaine, château, annexes, occupants, événements, activités et rituels quotidiens… Pour chaque témoignage sont relevés les éléments suivants : 1/ informations relatives à l’auteur : sexe, nom, date de naissance et de décès, origine géographique, éléments biographiques ; 2/ informations relatives à la forme du texte : type, titre, édition, pagination de l’extrait, champ lexical, illustrations éventuelles, accès ; 3/ informations relatives au contenu du texte et donc au voyage relaté : période concernée, dates, lieux, événements et personnages évoqués.

7Quatre cent dix séjours ont été recensés pour 372 auteurs. Les origines des auteurs et les langues utilisées permettent de dresser une géographie européenne du mythe de Versailles : 40 % des auteurs viennent du Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles, Irlande) auxquels on peut joindre les 19 % d’Amérique du Nord, c’est-à-dire que plus de la moitié sont des ressortissants britanniques ou assimilés. Un quart provient du monde germanique et un dernier petit quart de l’Europe du nord (Danemark, Suède), du sud (Espagne, Italie) et de l’est (Pologne, Russie). La géographie des langues utilisées recoupe celle des origines des auteurs : 60 % d’anglais, 24 % d’allemand. Mais 8 % utilisent le français, alors que les régnicoles sont exclus de la recension. Cela s’explique car certains textes sont des traductions, tandis que d’autres sont écrits directement en français par des auteurs familiers de cette langue. La surreprésentation des auteurs de langue anglaise reflète l’intérêt des Britanniques pour une monarchie qui a été leur ennemie et dont ils ne partagent pas le régime mais dont ils sont proches par la culture et les mœurs. Il y a d’autre part en Grande-Bretagne un lectorat nombreux, de l’aristocratie aux classes moyennes, adeptes du grand tour, voyageurs et curieux. L’intérêt du monde germanique pour Versailles tient à la fascination que la monarchie à la française exerce sur une constellation de petits princes, et aux liens diplomatiques entretenus avec elle. La sous-représentation des pays latins vient de ce que les témoignages se trouvent plus souvent sous la forme de manuscrits (lettres, relations d’ambassadeurs) que d’imprimés, et donc moins accessibles, mais aussi que les élites espagnoles ou italiennes consultent directement la presse française (Gazette, Mercure galant) et ne produisent pas de littérature propre. La rareté des sources d’Europe orientale ne doit pas être interprétée comme un désintérêt, car dans ces régions Versailles est un phare peut-être plus qu’ailleurs, mais tout simplement parce que les élites, de culture française, y sont en relations suivies avec la France et n’ont pas besoin de médiation. Les sources en question sont en outre moins aisément accessibles au chercheur, autant en raison de leurs lieux de conservation que de leur langue d’écriture.

8Toutes les périodes de visite à Versailles sont représentées, de la fin du xviie à la fin du xixe siècle. Presque la moitié concernent la période « royale », essentiellement les règnes de Louis XV et Louis XVI. Après la coupure de 1792 à 1814 (13 % des visiteurs), l’intérêt pour Versailles revient avec la Restauration et plus encore le règne de Louis-Philippe, pour retomber ensuite. Cette périodisation se retrouve dans la motivation des visiteurs telle qu’elle apparaît dans la typologie des voyages. Sous l’Ancien Régime, l’attractivité de Versailles tient essentiellement à sa fonction de laboratoire politique : presque la moitié des séjours sont entrepris pour étude, formation, ce qu’on entend par grand tour, c’est-à-dire l’initiation des jeunes aristocrates européens ; un quart pour raison professionnelle, missions diplomatiques ou politiques, à quoi pourraient s’ajouter les visites de souverains. La motivation des visiteurs change ensuite, comme change le statut de Versailles qui n’est plus lieu du pouvoir mais théâtre du souvenir de la monarchie puis de la nation, avec la création du musée « à toutes les gloires de la France ». La part du voyage initiatique diminue, tandis que se diversifient les séjours « touristiques », ludiques ou culturels.

9Dans les sources individuelles rapportant des expériences personnelles, la mention des lieux visités, des personnages rencontrés, des moments de vie quotidienne, des spectacles dont on a été témoin ou acteur permettra de documenter deux rubriques essentielles du mythe : la pratique royale et la sociabilité courtisane. La chambre avec le lever et le coucher du roi, le repas en public, la messe, la chasse et le retour de chasse sont, de Louis XIV à Louis XVI, les marqueurs du culte royal. Les appartements et les activités qui s’y pratiquent, la conversation, la musique, la comédie, le jeu, le bal, les toilettes, la parure des corps, le maintien, les réceptions chez les personnages importants, les soupers, la promenade au jardin, les fêtes, les représentations à l’opéra sont les incontournables du voyage à Versailles pour voir le monde de « ce pays-là ». Quant aux aspects matériels que sont les bâtiments, leurs dispositifs intérieurs, leur décoration et leur ameublement, les jardins, leurs eaux et leur peuple de statues, les sources individuelles renseignent sur la réception personnelle, mais d’autres font part d’un mode de consommation plus encadré. C’est pourquoi il convient d’ajouter les entreprises éditoriales que sont les livres de voyage, les descriptions, les encyclopédies comme en France les dictionnaires géographiques de Bruzen de La Martinière ou de Moreri, les guides avec indications d’itinéraires, curiosités à voir, littérature normative à visée pédagogique, dont les éditions successives peuvent traduire par leurs variantes les changements d’intérêt des utilisateurs, et induire les évolutions de la consommation culturelle. Il sera important dans cette perspective de suivre les traductions des ouvrages français et de comparer avec leurs homologues européens. Au xixe siècle, ce sont toujours les mêmes lieux qui captivent l’attention, mais transfigurés par l’imagination qui prend le relais de l’observation in vivo emportée par le temps ; c’est alors qu’il est possible de considérer le processus du mythe en travail, la mutation du réel en histoire, avec notamment la venue de publics éloignés mais sensibilisés au drame de la cour, issus souvent de l’émigration pendant la période révolutionnaire, tels les visiteurs d’Europe centrale, allemands, polonais, voire russes, mais aussi les publics américains, dont la part augmente.

10L’iconographie a-t-elle pu contribuer au mythe de Versailles ? La connaissance distancée que pouvaient avoir les contemporains passait outre l’écrit par les représentations de large diffusion opérées par les gravures, feuilles volantes ou illustrations d’ouvrages imprimés. La recension peut commencer par les inventaires des grandes collections, en ligne le plus souvent, ainsi celle du château de Versailles, de la bibliothèque municipale de Versailles, de la Bibliothèque nationale de France (collection Hennin), du British Museum, du Rijksmuseum d’Amsterdam, du Staatlische Museum zu Berlin, du Statens Museum for Kunst de Copenhague, mais aussi les bases en ligne (Europeana, MAX [Museum Analytics], etc.). Un sondage rapide a fait état d’une iconographie essentiellement française, largement diffusée en Europe, mais aussi reproduite, avec éventuellement des variantes qu’il faudra apprécier. Comme pour l’écrit, il faudra relever les auteurs, les dates de réalisation. Les gravures représentent presque exclusivement des vues extérieures d’architecture et de jardin, avec insistance sur les perspectives, les bosquets et leurs jeux d’eau, le détail très précis de la statuaire, soit une production entreprise dans la perspective des planches du cabinet du Roi gravées à l’initiative de Colbert pour faire connaître les collections et les réalisations de Louis XIV et poursuivie tout au long du xviiie siècle dans un but mercantile. Ces vues sont toujours assorties de personnages, qui deviennent même au xviiie siècle le sujet essentiel, la sociabilité de cour primant alors sur le cadre architectural et répondant manifestement à la demande majeure du public. L’impression générale après une première estimation est celle d’une banalisation de Versailles, comptant comme étape dans le grand tour plutôt que dans le façonnement d’un mythe spécifique qui semble davantage une opération de l’écrit. À ce titre, l’iconographie se rapprocherait de la littérature normative des encyclopédies et des guides. Les scènes d’intérieur, la représentation de personnages ou de moments de la vie de cour semblent absentes. Il faudrait les chercher dans les illustrations des almanachs, qui rapportent les éphémérides par fonction.

  • 4 John Vanderlyn, Panoramic View of the Palace and Gardens of Versailles, 1818-19, huile sur toile, 3 (...)

11Versailles déserté par la monarchie n’en garde pas moins son prestige et sa séduction, comme en témoignent images ou illustrations montrant l’appropriation des lieux des rois par la nouvelle société : visites de familles bourgeoises, de curieux étrangers, courses de chevaux, parades militaires… Le grand panorama circulaire de Versailles réalisé en 1818-1819 et exposé au Metropolitan Museum de New York présente par exemple un Versailles à l’anglaise au temps du congrès de Vienne4.

12La situation change avec l’iconographie du xixe siècle. Elle n’est plus le produit de contemporains rapportant des choses vues, mais d’illustrateurs ou de peintres reconstruisant un univers disparu, de surcroît dans un univers mental tout autre, le romantisme, et son expression esthétique propre, le style troubadour. Ce changement de paradigme conduit à une représentation largement imaginaire, notamment dans l’évocation des scènes d’intérieur alors que l’ameublement royal a disparu de même que la structure du bâti, bouleversée par la métamorphose de la monarchie de Juillet. Bien différent de celui du Grand Siècle ou des Lumières, c’est pourtant ce Versailles que les cours européennes du xixe siècle imaginent.

Versailles en Europe

  • 5 Adamson 1999 ; Chrościcki, Hengerer et Sabatier 2012-2015 ; Dickens 1977 ; Kampmann, Krause, Krems (...)
  • 6 Fantoni 2012.
  • 7 Duindam 2003.
  • 8 Baillie 1967 ; Constans et da Vinha 2010 ; Gaehtgens, Bussmann, Castor et Henry 2017.

13Construction mentale, le mythe a une capacité opérationnelle. Comment le mythe de Versailles travaille-t-il les cours européennes ? À partir des années 1970-1980, les projets collectifs se multiplient pour confronter ces différentes cours : The Courts of Europe. Politics, Patronage and Royalty (A.G. Dickens [dir.], 1977), The Princely Courts of Europe : Ritual, Politics and Culture under the Ancien Regime, 1500-1750 (J. Adamson [éd.], 1999), Bourbon-Habsburg-Oranien, Konkurrierende Modelle im Dynastischen Europa um 1700 (Chr. Kampmann et al. [éd.], 2008), Les Funérailles princières en Europe xvie-xviiie siècle (J. Chrościcki, M. Hengerer, G. Sabatier [dir.], 2012-2015)5 ; approche historiographique avec The Court in Europe (M. Fantoni, 2012)6 ; compétition entre cours avec Vienna and Versailles. The Courts of Europe’s Dynastic Rivals, 1550-1780 (J. Duindam, 2003)7 ; dispositifs des appartements et fonction avec Etiquette and the Planning of State Apartments in Baroque Palaces (H. M. Baillie, 1967), Versailles et l’Europe. L’appartement monarchique et princier. Architecture, décor, cérémonial (Th. W. Gaehtgens et al. [dir.], 2017), Les Grandes Galeries européennes, xviie-xixe siècles (Cl. Constans, M. da Vinha [dir.], 2010)8. Ces études comparatistes procèdent par mise en parallèle de segments d’identités curiales (architectures et cadres matériels, administrations et services, rituels princiers, spectacles, sociabilité et mœurs…), se présentant comme la juxtaposition de réalisations ou de manifestations autonomes ou entretenant des rapports d’interdépendance par adoption, imitation, emprunt, transfert, etc., commandés pour des raisons d’efficacité technique, de changement de paradigmes culturels, esthétiques, sans autre prise en considération que le caractère performatif en soi du « modèle » qui s’impose. On voudrait pour notre part introduire comme facteur opérationnel cet imaginaire de Versailles, ce « mythe » qui transcende les vouloirs individuels, ou, pour dire autrement, apprécier « l’effet Versailles » sur les réalités curiales de son temps et d’après, considérer les diverses figures des identités curiales dans une relation avec ce que les visiteurs ont pu ressentir, souhaiter voir adopter ou au contraire éviter, réfuter.

14L’une des difficultés est de faire la part de ce qui est propre à Versailles. Les visiteurs qui ont connu la cour au temps de Louis XV et Louis XVI ont retenu des manifestations d’un art de vivre « à la française », c’est-à-dire parisien, au moment où la cour n’était plus, comme sous Louis XIV, le creuset où s’inventaient les mœurs et les modes de l’élite et où la ville l’avait supplantée dans ces domaines. Ce qui est retenu et mentionné en matière de sociabilité, de modes vestimentaires, de décor, d’ameublement, de pratique sociales et culturelles comme les fêtes, la danse, les spectacles, l’opéra… n’a pas de facto un rapport intrinsèque à la cour. Une autre mise en garde est de considérer que le label « Versailles » a été accolé très généreusement à des réalisations qui n’avaient que de loin une parenté avec l’original. L’attribution désigne bien souvent un mode de résidence caractérisé par le retrait dans une campagne aménagée pour le délice des sens, au milieu de paysages où s’associent nature et culture, à moins de tout simplement être synonyme de palais.

  • 9 Apronius 1724, p. 144.

15Si nous voulons articuler précisément le mythe de Versailles et les identités curiales, il faut isoler quelques champs où la marque se constate avec pertinence. La pratique monarchique de Louis XIV et de ses successeurs est une des occurrences qui reviennent le plus dans les notations des voyageurs européens recensées dans la base : la mise en spectacle et la ritualisation de la vie quotidienne, avec les points forts que sont le lever et le coucher (près de 45 occurrences), le repas en public (plus de 90 occurrences), la messe (74 occurrences), la chasse (41 occurrences) ; les lieux du « culte royal » : la chambre (qui revient près de 95 fois), la chapelle (192 mentions), la Galerie des glaces (205 mentions) ; les acteurs comme les différentes gardes, leur hiérarchie, leur vêture, leurs évolutions… Les ingrédients de ce culte sont mentionnés avec une égale insistance : le mobilier d’argent, les antiques, l’accumulation de tout ce qui a du prix, critère premier de l’étonnement avant même l’appréciation esthétique. Comme l’écrit Adam Ebert (dit Aulus Apronius), voyageur brandebourgeois du xviie siècle, « l’art, la beauté et l’argent en ont fait une merveille du monde9 ». Là est le Versailles de Louis XIV, celui que les princes d’Europe rêvent d’imiter. Au Danemark, en Suède, en Saxe, en Prusse, le mythe travaillera. Une direction de recherche fructueuse est de considérer comment dans certaines résidences s’est croisé l’imaginaire de Versailles avec le réalisé. La Granja, Lunéville, Caserte sont des Versailles improbables où se joue toute l’ambiguïté des rapports entre le modèle et son adaptation, voire sa reproduction dans une perspective parfaitement onirique. Le palais de Caserte est une belle source de réflexion sur le retournement des regards qui participent à forger le mythe de Versailles. L’idée que Caserte serait un « Versailles italien » émane des voyageurs français du xixe siècle comme Dumas ou Flaubert. Or, ce palais est plutôt vu par les Italiens comme étant d’inspiration espagnole (l’Escorial, La Granja). Cet exemple montre que « Versailles » peut renvoyer à des images contradictoires selon les époques : positive au xviiie siècle, critique et péjorative au xixe (Andrea Merlotti). Autre domaine d’exploration : que demeure-t-il du mythe dans la prolifération des cours d’Europe après la disparition du Versailles royal ?

16Il faudra étudier la survivance de Versailles en France dans les cours impériales du Premier et du Second Empire, mais aussi chez les « napoléonides » de Naples, Madrid, Milan…, son legs éventuel lors de l’avènement de cours royales en Allemagne (Prusse au xviiie siècle, Bavière, Saxe, Wurtemberg au xixe), de l’installation de princes allemands dans les nouveaux royaumes de Belgique et de l’Europe balkanique (Grèce 1822, Roumanie 1859, Bulgarie 1879). Le modèle curial change d’échelle au xixe siècle avec la constitution de grands ensembles nationaux comme le royaume d’Italie ou l’empire allemand, dont les souverains entendent se hausser au rang des anciennes monarchies comme celle des empires de Russie ou d’Autriche. Il doit s’adapter à la nouvelle configuration politique, où le souverain doit composer avec les différentes formes de représentation de la nation. La formulation spatiale de la monarchie louis-quatorzienne avait été de rompre le lien entre la résidence princière et la ville capitale, incarnation de la nation. Qu’en fut-il pour les cours du xixe siècle et dans quelle mesure le paradigme versaillais était-il transposable ?

17Cette présentation générale fait état des orientations mises en œuvre dans le programme de recherche du CRCV Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe, xviiie-xixe siècles, qui devrait aboutir à un colloque conclusif en 2021. Le premier volet, élaboration du mythe, a consisté à établir les fondations, sous forme d’une banque de données rassemblant les sources écrites. Le workshop prévu à Versailles le 23 mars 2020, qui n’a pu se tenir en raison des circonstances sanitaires, trouve ici sa forme éditoriale. Après une approche globale, il offre un premier échantillon de cas concrets, représentatifs de la hiérarchie arithmétique telle qu’apparue, puisqu’on y trouve deux témoignages anglais, un allemand, un espagnol, un suédois et un polonais, afférant à la période « royale » de Versailles en majesté.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Apronius Aulus (Adam Ebert, dit), 1724, Auli Apronii Vermehrte Reisebeschreibung von Franco Porto der Chur-Brandenburg durch Teutschland, Holland une Braband, England, Franckreich […], 1re partie, Franco Porto.

Études et ouvrages de référence

Adamson John (éd.), 1999, The Princely Courts of Europe. Ritual, Politics and Culture under the Ancien Régime, 1500-1750, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Baillie Hugh Murray, 1967, « Etiquette and the Planning of State Apartments in Baroque Palaces », Archeologia, second series, janvier 1967, vol. 101, p. 169-199 [traduit en français : « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles ; en ligne : https://journals.openedition.org/crcv/12137].

Boutier Jean, Klesmann Bernd, Moureau François et zum Kolk Caroline (éd.), 2014, Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 : regards croisés, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Versailles, Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Aulica. L’univers de la cour ».

Chrościcki Juliusz A., Hengerer Mark et Sabatier Gérard (dir.), Les Funérailles princières en Europe, xvie-xviiie siècle, 2012-2015, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles / Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme (vol. 1) / Rennes, Presses universitaires de Rennes (vol. 2 et 3), coll. « Aulica. L’univers de la cour ».

Constans Claire et da Vinha Mathieu (dir.), 2010, Les Grandes Galeries européennes, xviie-xixe siècles, Versailles, Centre de recherche du château de Versailles / Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Aulica ».

Dickens Arthur Geoffrey (dir.), 1977, The Courts of Europe. Politics, Patronage and Royalty, Londres, Thames and Hudson.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles. The Courts of Europe’s Dynastic Rivals, 1550-1780, Cambridge, Cambridge University Press.

Fantoni Marcello (dir.), 2012, The Court in Europe, Rome, Bulzoni.

Gaehtgens Thomas W., Bussmann Frédéric, Castor Marcus A. et Henry Christophe (dir.), 2017, Versailles et l’Europe. L’appartement monarchique et princier. Architecture, décor, cérémonial, Heidelberg, Arthistoricum.net ; en ligne : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234.

Kampmann Christoph, Krause Katharina, Krems Eva-Bettina et Tischer Anuschka (éd.), 2008, Bourbon-Habsburg-Oranien, Konkurrierende Modelle im Dynastischen Europa um 1700, Cologne, Böhlau.

Réau Louis, 1938, L’Europe française au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel.

Catalogues d’exposition

Kisluk-Grosheide Daniëlle et Rondot Bertrand (dir.), 2017, Visiteurs de Versailles : voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, cat. exp. (Versailles, château de Versailles, 22 octobre 2017-25 février 2018), Paris, Gallimard / Versailles, château de Versailles.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Réau 1938.

2 Boutier et al. 2014, Kisluk-Grosheide et Rondot 2017. La bibliographie complète est à retrouver en ligne : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/visiteurs/bibliovisiteurs.pdf (consulté le 10 avril 2020).

3 Cette base, intitulée « Visiteurs de Versailles », est accessible parmi les ressources en ligne du CRCV : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/jlbWeb ?html =accueil (consulté le 10 avril 2020).

4 John Vanderlyn, Panoramic View of the Palace and Gardens of Versailles, 1818-19, huile sur toile, 3,6 x 49,5 m, New York, Metropolitan Museum of Art, 52.184 ; en ligne : https://www.metmuseum.org/art/collection/search/13052 (consulté le 10 avril 2020).

5 Adamson 1999 ; Chrościcki, Hengerer et Sabatier 2012-2015 ; Dickens 1977 ; Kampmann, Krause, Krems et Tischer 2008.

6 Fantoni 2012.

7 Duindam 2003.

8 Baillie 1967 ; Constans et da Vinha 2010 ; Gaehtgens, Bussmann, Castor et Henry 2017.

9 Apronius 1724, p. 144.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Sabatier, « Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, xviie-xxe siècles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18428

Haut de page

Auteur

Gérard Sabatier

Gérard Sabatier est professeur émérite d’histoire moderne à l’université Pierre-Mendès-France – Grenoble II. Il est membre du comité scientifique du Centre de recherche du château de Versailles et chef de projet pour le programme de recherche « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixsiècles) ».
Gérard Sabatier is professor emeritus of Early Modern History at the Université Pierre-Mendès-France–Grenoble II. He is a member of the Scientific Committee of the Centre de Recherche du Château de Versailles and project director for the research programme Court Identities and the Myth of Versailles in Europe: Perception, Adherence and Rejection (18th–19th Centuries)’.
E-mail : gerardsabatier1[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search