Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Récits de voyages à Versailles, X...Les voyageurs espagnols à Versail...

Les voyageurs espagnols à Versailles : entre l’absence et la fascination

Los viajeros españoles en Versalles : entre la ausencia y la fascinación
Spanish travellers in Versailles: Absence and Fascination
Enric-Eduard Giménez
Traduction de Marianne Millon

Résumés

Combien de voyageurs espagnols ayant visité Versailles ont consigné par écrit leurs impressions ? Très peu, de fait : aucun n’a laissé de récit de voyage entre le xviie et le début du xviiie. À quoi cela est-il dû ? Les Espagnols ne voyageaient-ils pas ? N’écrivaient-ils pas ? Ne s’intéressaient-ils pas à Versailles ? Ces questions contiennent peut-être une part de vérité, mais si rien n’a été publié, cela ne veut pas dire que rien n’ait été écrit. En dépit de cette absence, nous trouvons à partir de la fin du xviiie siècle un remarquable ensemble d’écrits de voyage. Imprégnés de l’esprit des Lumières, les académiciens et dilettantes espagnols découvrent l’Europe, Versailles et ses merveilles étant une étape obligée à laquelle ils consacrent souvent de longues descriptions. Les voyageurs sont submergés par ce qu’ils voient et s’efforcent de le décrire avec assez de détails, tout en étant conscients de l’impossibilité de tout raconter. Que ce soit la résidence royale des Bourbons ou le musée louis-philippin, le palais monopolise toujours la plupart des pages. La description du jardin est plus inégale, souvent plus sommaire, et les avis sont également plus critiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur remercie l’historien José Luis Sancho pour ses encouragements dans l’écriture de cet article, ainsi que pour ses aimables suggestions, lectures et corrections.

Texte intégral

Introduction

1Le visiteur du palais de Blenheim, monument construit à la gloire du duc de Marlborough et de ses victoires sur les armées de Louis XIV, trouvera dans le salon principal, peintes par un Français vers 1720, des fresques représentant les peuples du monde : dans un coin, des messieurs vêtus de noir, portant une golille blanche, la mine sévère et légèrement antipathique. Leur apparence, si proche de celle qu’on observe dans les tableaux de Juan Carreño de Miranda, nous informe sur la vision que les Anglais, et peut-être les autres étrangers, avaient des Espagnols. Cela n’a rien d’étonnant, puisque Blenheim exaltait les victoires contre la France toute-puissante et l’« archaïque » Empire espagnol. Plusieurs décennies auparavant, Molière avait déjà immortalisé l’Espagnol dans Le Bourgeois gentilhomme, lors du célèbre ballet « Sé que me muero de amor », créé en 1670. De la même manière, il était représenté comme un personnage étrange, solitaire et mélancolique, sempiternellement vêtu de noir et portant une golille blanche.

2Pourtant, en 1690, Claudio Coello peignit Charles II et sa cour d’une manière surprenante, tous vêtus non à l’espagnole, mais à la française, adorant la Sainte Hostie au monastère de l’Escurial, monument espagnol par excellence : les influences étrangères avaient déjà commencé à pénétrer en Espagne depuis la première moitié du siècle. Mais, dans le reste de l’Europe, on continua à se faire une image extrêmement traditionnelle et saugrenue des Espagnols. Et pour cause : on ne les connaissait guère car ils voyageaient peu. Cet état de fait s’explique d’abord par la situation géopolitique de leur royaume. N’oublions pas qu’au cours du xviie siècle, l’Espagne fut en guerre perpétuelle contre presque toute l’Europe, particulièrement contre son voisin du nord, la France. Pour preuve, en consultant les archives digitales de la Biblioteca Nacional de España, nous avons trouvé un seul manuscrit du xviie siècle, un récit daté de 1680, relatant un voyage en France – et dans d’autres pays : celui de José Alfonso de Guerra y Villegas, chroniqueur de Charles II. Il s’agit certainement d’une œuvre inédite et il semble malheureusement que l’auteur ne soit jamais allé à Versailles. Un autre paramètre à prendre en compte est le rôle, réel ou imaginaire, joué par l’Inquisition dans cette absence d’écrits ou de publications concernant des voyages dans des États étrangers et, fréquemment, ennemis.

  • 1 Voir Torrione 2001, p. 2-15.

3Les témoignages sur Versailles pourraient également être recherchés dans les écrits des ambassadeurs espagnols à la cour de Louis XIV. Le célèbre marquis de Castelldosríus vécut pendant des décennies à Versailles, mais il n’a apparemment pas écrit ou publié quoi que ce soit sur le sujet. Le neuvième duc d’Albe fut ambassadeur en France au début du règne de Philippe V et Mme de Maintenon le décrit comme un personnage extrêmement populaire et apprécié : lui non plus ne paraît pas avoir laissé de mémoires1, même si de nombreux écrits dorment peut-être encore dans les archives familiales.

  • 2 Ozanam 1998 et 2010.

4L’on trouve certes, étudiées et publiées par Didier Ozanam, les lettres que le duc de Huéscar, ambassadeur en France entre 1746 et 1749, envoyait régulièrement au marquis de la Ensenada, ministre de Ferdinand VI, mais, si leur abondante correspondance est une source essentielle afin de comprendre les intrigues politiques, les références au château de Versailles y restent succinctes et rarement descriptives. Cette documentation mériterait toutefois une analyse approfondie et un examen détaillé2.

5N’oublions pas non plus le curieux marquis de la Villa de San Andrés, qui écrivit en 1745 un célèbre et fort péremptoire Madrid por dentro [Madrid de l’intérieur] qui laisse entrevoir, entre les critiques acides contre la saleté de la capitale espagnole, qu’il connaît Paris et peut-être Versailles. Et il faut enfin mentionner les lettres que la Dauphine María Teresa Rafaela envoya à son père Philippe V de France. Même ponctuelles, leurs références à Versailles sont profondément évocatrices. En 1745, la Dauphine écrit sur le palais :

  • 3 Sancho 2014, p. 350.

Pour les appartements et la Grande Galerie, j’ay trouvé tout cela fort beau, aussi bien que la chapelle, mais il y a une lieue de mon appartement pour y aller ! Je suis fort contente de mon logement, et surtout d’un petit cabinet qui est la plus jolie chose du monde3.

6Sur les jardins, la jeune princesse se veut conciliante, connaissant la fierté que ceux de La Granja de San Ildefonso inspirent à son père :

  • 4 Ibid.

je trouve fort belles [les fontaines de Versailles], mais je puis dire sans flaterie [sic] à Vos Majestés que je trouve que celles de St Ildefonse le sont bien autant, et que l’eau y est beaucoup plus claire4.

  • 5 Ibid., p. 352.

7Elle relève brièvement l’enchantement du Trianon : « charmant ; nous comptons y aller souvent cet été5 ». Les adjectifs qu’utilise la Dauphine, les lieux qu’elle décrit, ceux qui retiennent le plus son attention, et ses critiques, se retrouveront fréquemment dans les écrits des voyageurs espagnols au cours des décennies suivantes.

  • 6 Voir Pemán Medina 1992.
  • 7 Ses récits de voyages en France en 1787 et 1792 sont considérés comme perdus.
  • 8 Voir Astorgano Abajo 2006. Nicolás Rodriguez Laso fait une très brève description de Versailles pen (...)
  • 9 Voir Alarcón 1861, p. 71. Il consacre à peine une ligne au palais et à ses jardins.
  • 10 Voir Segovia 1851, p. 189-191. Il explique que Napoléon envisageait d’y habiter mais abandonna l’id (...)
  • 11 Voir Lobé 1839, p. 168-170. Il remarque notamment le travail de restauration de Louis-Philippe, la (...)

8En dehors de ces quelques exemples, nous n’avons trouvé aucun témoignage émanant d’Espagnols sur le Versailles de Louis XIV ou de Louis XV. Le premier récit de voyage mentionnant le château est plus tardif : il date de 1777. Cette année, tout comme les suivantes, est liée au règne de Charles III et à la grande époque de l’Espagne des Lumières. C’est pourquoi nous commencerons ici notre étude. Les textes de voyageurs que nous avons retenus sont ceux que nous considérons comme les plus intéressants à analyser, que ce soit pour leur longueur, l’acuité des descriptions qu’ils contiennent ou l’époque à laquelle ils renvoient. Ils ne sont néanmoins pas les seuls témoignages espagnols sur Versailles : ainsi, même si nous ne les avons pas intégrés à notre corpus, il faut également mentionner les écrits du marquis de Ureña6, de Leandro Fernández de Moratín7, Nicolás Rodríguez Martín García Laso et Álvarez8, Pedro Antonio de Alarcón9, Antonio María Segovia10 et Guillermo Lobé11.

José de Viera y Clavijo, 1777

9L’auteur en 1777 du premier récit, José de Viera y Clavijo (1731-1813), est un religieux érudit d’origine canarienne, connu pour la publication, entre 1770 et 1784, de Noticias de la historia general de las Islas Canarias [Nouvelles de l’histoire générale des îles Canaries]. Ses journaux de voyage à La Mancha et en Andalousie (1774), en Italie, en Allemagne, en Flandres et en France (1777-1778), et de nouveau en Italie en Allemagne (1780-1781), sont également notables. Il effectue tous ces déplacements en tant que précepteur du marquis del Viso, fils du marquis de Santa Cruz, futur grand majordome de Charles III et de Charles IV. Deux caractéristiques essentielles ressortent de ses écrits : son style agréable, sans descriptions excessives, et le milieu plus aristocratique qu’académique qui l’entoure.

10Viera y Clavijo se rend à Versailles le 21 septembre 1777. Il s’agit d’une visite quelque peu étrange, car il semble la faire à l’envers : il commence par Marly-le-Roi le matin, puis il déjeune et gagne Versailles, où il découvre les deux châteaux de Trianon, la Ménagerie, et finalement le palais.

11Il commence donc par le Grand Trianon (fig. 1).

  • 12 « Después de haber comido en este sitio fuimos al Palacio de Trianon que está en el bosque de Versa (...)

Après avoir déjeuné là [à Marly], nous nous rendîmes au Palais de Trianon qui se trouve dans la forêt de Versailles, par un chemin large et plat longé de très beaux arbres. Ce palais est construit à l’orientale, tout le rez-de-chaussée pourvu d’un joli péristyle de vingt-deux colonnes de marbre, et une balustrade sur l’entablement, couronnée de figures, d’amours, de trophées et d’autres sculptures. Les appartements des Rois et autres personnes royales possèdent des tableaux de qualité. Les anciens jardins ont été transformés à l’anglaise12.

Fig. 1. Louis-Nicolas de Lespinasse, Vue du Grand Trianon prise du bras nord du Grand Canal de Versailles, 1780, gouache et aquarelle sur papier, 20,8 × 34,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.DESS 1107.

Fig. 1. Louis-Nicolas de Lespinasse, Vue du Grand Trianon prise du bras nord du Grand Canal de Versailles, 1780, gouache et aquarelle sur papier, 20,8 × 34,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.DESS 1107.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

12Notre voyageur ne semble guère impressionné par le Petit Trianon, ce qui signifie peut-être qu’il n’en a pas vu l’intérieur. Il poursuit avec la Ménagerie.

  • 13 « Desde allí tomando el canal, nos fuimos á ver la Ménagerie ó casa de las fieras, y mientras abría (...)

De là, en suivant le canal, nous allâmes voir la Ménagerie, et tandis qu’ils ouvraient (car les gens y pénètrent par groupes) nous sommes entrés dans le palais contigu qui consiste en un pavillon de forme octogonale pourvu de deux pièces de cinq pieds chacune, et au milieu un salon peint de différents animaux, d’après les fables de La Fontaine, l’histoire d’Énée etc. La Ménagerie se compose de 7 cours ou enclos dans lesquels on voit divers curieux oiseaux […]13.

13Le passage qui concerne le château de Versailles surprend par sa brièveté, due peut-être à la fatigue de la visite ; de fait, l’auteur y consacre moins de lignes qu’à la Ménagerie.

  • 14 « Después estuvimos en el palacio Real de Versailles, cuyas principales piezas registramos, la capi (...)

Ensuite, nous allâmes au palais royal de Versailles, dont nous avons recensé les pièces principales, la Chapelle, le salon d’Hercule, la Grande Galerie avec [ses] 48 pilastres, colonnes de marbre, statues, bustes, tables de porphyre, glaces, etc. La chambre de la Reine, celle du Roi, les salles des gardes, le Théâtre, les jardins, fontaines, bassins, forêts etc., tout est magnifique, mais l’entrée et les escaliers ne correspondent pas à l’idée que l’on se fait de Versailles14.

14Cette remarque finale peut surprendre, mais il faut la remettre dans son contexte. En 1752, Louis XV avait détruit le monumental escalier des Ambassadeurs de Louis XIV pour construire un nouvel appartement pour ses filles. Depuis lors, l’accès au premier étage se faisait par le plus modeste escalier de la Reine, qui dut sembler petit à l’auteur en comparaison avec ceux de Madrid ou Aranjuez. En outre, entre 1771 et 1774, avait également été construite l’aile Neuve, et la cour royale avait peut-être encore un aspect assez provisoire.

Antonio Ponz, 1783

15Quelques années après Viera y Clavijo, vient à Versailles Antonio Ponz (1725-1792), l’un des plus importants chroniqueurs de l’histoire de l’art et du patrimoine en Espagne. En 1772, il a commencé à publier son très célèbre Viage de España [Voyage d’Espagne], où il relate ses pérégrinations dans le royaume et décrit d’une façon très précise les villes, monuments, cathédrales, palais et collections d’art. Ce document est encore aujourd’hui une source fondamentale pour connaître le patrimoine espagnol, fortement transformé aux xixe et xxe siècles. Des années plus tard, en 1785, Ponz publie son Viage fuera de España, où il raconte en détail le voyage réalisé deux ans auparavant en France, au Royaume-Uni et dans les Flandres pour défendre le réformisme espagnol à l’étranger. Le ton de son récit est plus académique qu’aristocratique et son texte, quoique plus descriptif, est aussi moins élégant et agréable que celui de Viera y Clavijo.

16Il écrit plus de 150 pages sur la ville de Paris, lieu qui retient le plus son attention, assez loin devant Londres, Oxford, Lyon et Bordeaux. Et il consacre 17 pages à Versailles, moins qu’à Oxford et au Louvre, mais plus qu’à d’autres palais comme Fontainebleau, Windsor ou Blenheim.

17La visite à Versailles commence curieusement par le récit de l’ascension du ballon des frères Montgolfier le 19 septembre 1783, à laquelle Ponz assiste en personne (fig. 2). Puis vient une brève description du chemin depuis Paris. Tout comme Viera y Clavijo, Ponz est un peu déçu et déconcerté par l’entrée et l’escalier principal de Versailles.

  • 15 « Es cierto que la fachada principal de Palacio que se presenta en el fondo de dichos patios, no co (...)

La façade principale du Palais qui apparaît au fond de ces cours ne correspond certes pas à l’idée que l’on se fait d’un bâtiment aussi célèbre ; et quand on s’approche, on ne trouve qu’un vestibule où, comme le dit Laugier, celui qui pense trouver une porte ou un escalier pour accéder aux chambres perd son temps ; de sorte que, sans personne pour le guider, un étranger aurait du mal à trouver la montée principale, comme cela aurait été mon cas. Toutefois, en dépit des défauts que cet auteur et d’autres trouvent à Versailles, concernant son architecture autant que sa situation, il faut reconnaître qu’il s’agit d’un ensemble magnifique, correspondant au grand Souverain qui l’a fondé15.

Fig. 2. Lenoir (éditeur), Expérience aérostatique faite à Versailles le 19 septembre 1783 en présence de Leurs Majestés par Mrs de Montgolfier, après 1783, eau-forte, 29,8 x 40,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 649.

Fig. 2. Lenoir (éditeur), Expérience aérostatique faite à Versailles le 19 septembre 1783 en présence de Leurs Majestés par Mrs de Montgolfier, après 1783, eau-forte, 29,8 x 40,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 649.

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï

18Suit une brève introduction à l’histoire du lieu et une description de la façade occidentale donnant sur le jardin. Ponz s’engage finalement dans le palais en entrant par l’escalier de la Reine. Il visite les appartements du Roi, détaillant les tableaux et autres œuvres d’art, avant de parvenir au cabinet de la Pendule

  • 16 « Del contiguo Gabinete del Rey, donde se guardan los modelitos en bronce que se hicieron para las (...)

où l’on conserve les petits modèles en bronze des statues équestres de Louis XV, érigées à Paris et Bordeaux. Il y a également une célèbre pendule astronomique offerte au Souverain, considérée comme une œuvre très singulière de l’horlogerie et de la mécanique16.

  • 17 « Continuando á dar la vuelta por otras salas, se entra en la que llaman de la Paz, cuya bóveda pin (...)

19Ponz aperçoit ensuite les appartements de la Reine, qui ne semblent guère l’impressionner, car il conclut d’un : « En faisant le tour des autres pièces, on arrive à celle que l’on appelle le salon de la Paix, dont la voûte a été peinte par Le Brun17… »

  • 18 « Órden de Arquitectura con el nombre de Gálico », ibid., p. 257.

20Suit la « Grande Galerie » où il décrit les fresques et qualifie l’« ordre architectural du nom d’ordre français18 ». Dans le salon d’Apollon, il remarque le trône du roi sous un riche baldaquin et dans les autres salles du Grand Appartement, plusieurs tableaux qui manquent :

  • 19 « Me dixeron que acaso estas célebres pinturas no volverán á sus sitios del Palacio, y que probable (...)

On m’a dit que ces célèbres œuvres ne retrouveront pas leur place au Palais, et qu’elles seront probablement transférées à la Galerie du Loubre [sic] à Paris. Si tel est le cas, Versailles sera privé de ses plus beaux ornements19.

21Et plus loin :

  • 20 Probablement le garde des tableaux de Versailles, également peintre, Hugues Taraval (jusqu’au 25 ao (...)
  • 21 « En quanto á los quadros que adornan el Palacio de Versalles, particularmente los pequeños, se deb (...)

Quant aux tableaux qui ornent le palais de Versailles, en particulier les petits formats, il convient de noter qu’ils peuvent facilement être transportés d’une pièce à l’autre, j’en ai vu d’excellents de l’école italienne. J’ai dit que bon nombre d’entre eux se trouvaient maintenant sous la garde d’un professeur20 dans une maison de ce lieu et ont été retirés pour être nettoyés, organisés, encadrés, etc.21.

22Avant de voir l’Opéra royal et la Chapelle, Ponz s’arrête sur la fresque du salon d’Hercule et mentionne :

  • 22 « En la bóveda representó le Moine la Apoteosis de Hércules, composición muy enriquecida de figuras (...)

Sur la voûte, le Moine [François Lemoyne] représenta l’Apothéose d’Hercule, composition très enrichie de figures ; mais ne croyez pas, même si son œuvre est très célèbre, qu’elle arrive à la cheville du même sujet peint par le grand Mengs au Palais Royal de Madrid22.

  • 23 Le Guillou 2014, p. 113-114.

23Il termine ces pages consacrées au château en soulignant l’impossibilité d’en décrire toutes les merveilles et en nommant un mystérieux lieu dit « de Bains ». D’après ce que nous savons, il ne peut s’agir de l’ancien appartement des Bains situé au rez-de-chaussée qui, après d’importants travaux, avait disparu en 172423. Ponz écrirait-il d’après ce qu’il a pu lire ou entendre sur le sujet ?

  • 24 « Seria nunca acabar, si de cada cosa notable dé las que hay en Versalles se hubiera de hacer menci (...)

Je n’en finirais jamais, si je devais mentionner chaque élément remarquable de Versailles : nous allons donc quitter les lieux en disant que dans la partie que l’on appelle les Bains, figurent deux pièces ornées de statues de marbre, de bronze, de colonnes, et autres choses estimables24.

24Bien qu’il décrive les sculptures avec un grand intérêt, la partie du texte que Ponz consacre aux jardins est sans doute la plus critique, et s’appuie pour cela sur les enseignements du théoricien de l’architecture Marc-Antoine Laugier :

  • 25 « En quanto á la situación de estos Jardines dice el crítico Laugier, que aunque han pasado por una (...)

Quant à la situation de ces jardins, dit le critique Laugier, même s’ils sont passés pour l’une des merveilles du monde auprès des Français et des étrangers, ils sont pleins de défauts : situés dans une vallée étroite, entourée de collines arides et de fourrés lugubres, avec les broussailles pour tout point de vue, tout ayant été fait en résistance à la nature, sans qu’il soit possible de remédier à l’imperfection locale. La précision des parterres, bois, allées d’arbres, etc. dit que ce sont des objets pleins d’affectation, et d’une monotonie lassante, contraire à l’heureuse négligence et bizarrerie de la nature dans ses productions25.

25Le point central de toutes les critiques est le défaut le plus notable des jardins : l’absence d’eau.

  • 26 « Halla este Autor Francés otras faltas muy notables, y sobre todo la del agua, que es una parte es (...)

Cet auteur français découvre d’autres manquements très visibles, essentiellement celui de l’eau, qui constitue une partie essentielle des Jardins ; [...], en lui faisant gravir une haute montagne grâce à des machines très coûteuses, des canaux et des aqueducs, et en cumulant tous les coûts innombrables, qui ont été faits et se font, pour que coulent les fontaines de Versailles, et élever l’eau sale en l’air deux, trois fois par an, l’espace de quelques minutes à chaque fois [...]. Le restant de l’année (ajoute-t-il) on ne voit pas couler une goutte d’eau, et on ne trouve que des sources asséchées et de grands bassins à demi remplis d’eau croupie. Bien que par beau temps, particulièrement le dimanche et les jours de fête, soit souvent donné le spectacle de ce qu’on appelle Petites eaux, jaillissant de diverses fontaines pour égayer les tristes jardins de Versailles, cela ne peut se faire sans de grandes dépenses qui ne suffiraient pas à les faire couler en permanence26.

26Ponz conclut sur une démonstration d’orgueil patriotique en faisant référence aux jardins de La Granja de San Ildefonso, considérés comme le meilleur exemple de jardin « français » en Espagne.

  • 27 « En nuestros Jardines de S. Ildefonso es más fácil, mucho menos costoso, y muy frequente hacer que (...)

Dans nos Jardins de S. Ildefonso, il est plus facile, beaucoup moins coûteux, et très fréquent, de faire couler l’eau des fontaines par le grand étang et le réservoir d’eau, qui se joignent naturellement, sans la dépense excessive qu’occasionne ici en fin d’année la célèbre et ingénieuse machine de Marly27.

27Il ne semble pas que l’auteur ait vu les châteaux de Trianon ni la Ménagerie ; il se contente de mentionner les premiers, et ne nomme même pas la seconde. De toute la description que fait Ponz des jardins en reprenant les mots de Laugier, il ressort deux choses étonnantes : en premier lieu, l’autorité qu’accorde Ponz à l’auteur français, révélatrice de cette Espagne qui veut s’illustrer en s’assimilant à l’étranger. En second lieu, le fait, presque comique, que la critique d’un voyageur espagnol de l’un des grands monuments français se fasse précisément en utilisant les mots d’un auteur français.

Nicolás de la Cruz y Bahamonde, comte de Maule, 1798

28Autre auteur, autre temps : le comte de Maule (1760-1826), entrepreneur d’origine chilienne anobli en 1811, fit fortune à Cadix, où il vécut toute sa vie. Il devint collectionneur d’art, de livres et voyagea à travers l’Europe, notamment entre 1797 et 1798. Les récits de ces voyages furent publiés en plusieurs volumes, entre 1806 et 1814. Comparée aux précédentes, sa description de Versailles est inhabituelle et frappante car correspondant à la fin du Directoire.

  • 28 Cruz y Bahamonde 1813, p. 1.

29Nous estimons que Maule visita le palais vers mars 179828. Son récit commence par une description succincte des parties principales du château et de leurs usages passés et actuels.

  • 29 « Los tres frentes que caen al jardín, que ocupaban en el antiguo gobierno [Antiguo Régimen] el pri (...)

Les trois fronts [corps de bâtiments] qui donnent sur le jardin [étaient] occupés sous l’Ancien Régime le premier par la Chapelle et le deuxième par le théâtre ; aujourd’hui, la Chapelle sert aux théophilanthropes et le théâtre est fermé : celui du centre, qui appartenait au Roi et à la Reine, contient d’une part un dépôt de tableaux, et d’autre part un musée en construction. J’ignore la destination du troisième front [bâtiment] qu’occupaient Monsieur et le comte d’Artois29.

  • 30 Voir Blanc 2014.
  • 31 « Se dice que van á colocar en este museo solamente los quadros de la escuela francesa », Cruz y Ba (...)

30Il continue par une description détaillée des façades, de la Chapelle, de l’Opéra, puis s’attarde sur les appartements royaux, reconvertis en Musée spécial de l’École française depuis 179730. Il mentionne les tableaux qui s’y trouvent, émanant pratiquement tous d’artistes français : « On dit que ne figureront dans ce musée que les tableaux de l’école française31. »

  • 32 Je remercie Flavie Leroux pour l’identification de ce tableau, qui reste néanmoins incertaine (cert (...)

31Maule continue à détailler les différentes pièces du palais et les tableaux qui les décorent, trouvant dans certaines œuvres anciennes un sens nouveau, sous l’effet de l’effervescence révolutionnaire. Ainsi du tableau L’Europe chrétienne accompagnée de la Justice et de la Piété, de Charles Le Brun (fig. 3)32 :

  • 33 « El salón de la paz está adornado de relieves. No hai mas que un quadro con tres figuras; la prime (...)

Le salon de la Paix est orné de bas-reliefs. On y trouve un seul tableau avec trois figures ; la première, une femme avec un bonnet à la main et un niveau dans l’autre, qui signifient l’égalité : la seconde un homme ailé avec une flamme sortant de sa tête, qui symbolise la liberté ; et la troisième la mort33.

Fig. 3. Charles Le Brun, L’Europe chrétienne accompagnée de la Justice et de la Piété, XVIIe siècle, peinture à l’huile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV 2942.

Fig. 3. Charles Le Brun, L’Europe chrétienne accompagnée de la Justice et de la Piété, XVIIe siècle, peinture à l’huile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV 2942.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Benoît Touchard

  • 34 « Toda la sala se halla circuida de bustos de marmol, de vasos de porfido, y de otras varias piezas (...)

32Il s’étonne du luxe avec lequel est meublée la « Grande Galerie » : « Toute la salle se trouve entourée de bustes de marbre, de vases de porphyre, et de plusieurs autres pièces placées sur de belles tables en marbre, six sur des piédestaux34. » Comme Ponz, Maule n’a ni le temps ni l’espace pour décrire toutes les merveilles que contient le palais de Versailles :

  • 35 « No hablaremos del salon de Hercules pintado por Le Moine en tiempo de Luis XV; de la magnifica sa (...)

« Nous ne parlerons pas du salon d’Hercule peint par Le Moine à l’époque de Louis XV, de la magnifique salle de spectacles achevée en 1770, ni d’autres pièces pour ne pas allonger la liste ; nous n’avons pas eu non plus le temps d’inspecter la bibliothèque35 ».

33Maule s’étend longuement sur les jardins, les sculptures et les différents bosquets, sur un total de cinq pages. La fin de son récit est consacrée au Grand Trianon, au Petit Trianon et au hameau. À propos du premier, il souligne :

  • 36 « Trianon es un bellisimo palacio de un cuerpo alto y otro baxo, formado dentro del gran jardín de (...)

Trianon est un très beau palais, avec un corps haut et l’autre bas, installé à l’intérieur du grand jardin de Versailles. En montant huit marches, au centre, on trouve une galerie ouverte composée de vingt-deux colonnes ioniques [...] L’ensemble de ce bâtiment est joli. [...] À l’intérieur, on ne voit aucun des tableaux qui le décoraient sous l’Ancien Régime36.

  • 37 « Son dignas de verse las caballerizas », ibid., p. 270.

34Curieusement, Maule consacre également quelques lignes à d’autres édifices de la ville qui passent inaperçus chez la plupart des voyageurs – « les écuries méritent d’être vues37 » – et à la Manufacture d’armes fondée en 1793.

  • 38 « En Versalles hai una fabrica de armas mui aplaudida. Se trabajan fusiles, carabinas, escopetas, p (...)

À Versailles, il y a une fabrique d’armes très célèbre. On y produit des fusils, des carabines, des fusils de chasse, des pistolets, et toutes sortes d’armes à feu. [...] Le gouvernement prend généralement dans cette fabrique les armes qu’il offre aux généraux qui se sont distingués au service de la patrie38.

Ramón de Mesonero Romanos, 1840-1841

35Un peu plus tard, sous encore un autre régime, l’écrivain et chroniqueur madrilène Ramón de Mesonero Romanos (1803-1882) se rend en France, à deux reprises, en 1833-1834 et en 1840-1841. Ses mémoires ont été recueillis dans Recuerdos de viaje por Francia y Bélgica en 1840 y 1841 [Souvenirs du voyage en France et en Belgique en 1840 et 1841]. La demi-page qu’il consacre à Versailles est brève et en même temps un intéressant reflet des profonds changements intervenus sous le règne de Louis-Philippe.

36Son récit commence par la grande innovation technique de l’époque, le chemin de fer, et, autre changement fondamental, la présence massive de « touristes ».

  • 39 « La doble via de carriles de hierro establecidos últimamente á una y otra orilla del Sena, permite (...)

La double voie de chemin de fer établie dernièrement sur chaque rive de la Seine permet une telle fréquence de communication avec la capitale, que le dimanche, en été, quand l’eau jaillit des fontaines du parc, on permet au public d’entrer dans le palais ; on estime à trente mille voire davantage les personnes qui se rendent ce jour-là dans la ville par convois de cinq ou six cents39.

37Dans sa brève description du palais, Mesonero est très élogieux envers le nouveau musée fondé en 1837 (fig. 4) :

  • 40 « No es solo el famoso palacio y los ricos é inmensos bosques y jardines de Luis XIV lo que tiene q (...)

Ce n’est pas seulement le célèbre palais et les riches et immenses bosquets et jardins de Louis XIV qu’il faut y admirer ; c’est aussi le grandiose monument élevé par Louis-Philippe à la gloire nationale dans le Musée historique qu’il a fait installer dans son riche palais ; interminable galerie où sont reproduits sur la toile et dans la pierre tous les faits mémorables de l’histoire de France, [...] et un grand nombre d’autres objets analogues qui exigent de nombreuses visites de cette ravissante demeure40.

Fig. 4. Jean-Auguste Bard, Inauguration de la galerie des Batailles, 10 juin 1837, 1837-1848, huile sur toile, 66 × 130 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7062.

Fig. 4. Jean-Auguste Bard, Inauguration de la galerie des Batailles, 10 juin 1837, 1837-1848, huile sur toile, 66 × 130 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7062.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Modesto Lafuente y Zamalloa, 1842

38Le dernier chroniqueur dont nous allons traiter écrit, comme le précédent, vers le milieu du xixe siècle, à une époque définitivement éloignée de cet Ancien Régime des voyageurs du xviiie siècle. Modesto Lafuente (1806-1866) est un journaliste et politicien libéral reconnu pour ses chroniques et satires, écrites sous le nom d’un personnage fictif, Fray Gerundio. Dans son ouvrage Viajes de Fray Gerundio por Francia, Bélgica, Holanda y las orillas del Rhin [Voyages de Fray Gerundio en France, Belgique, Hollande et sur les rives du Rhin], Lafuente nous offre une description relativement plus détaillée que Mesonero sur le Versailles de la Monarchie de Juillet.

  • 41 « Versalles esa Paris lo que á Madrid es Aranjuez », Lafuente 1844, p. 286.

39Une fois de plus, le train est le premier protagoniste, mais pour de douloureuses raisons. Parmi les cinq pages et demie consacrées à Versailles, la première revient sur le terrible accident ferroviaire survenu à Meudon le 8 mai 1842. Nous supposons que Lafuente se rend à Versailles quelques jours avant l’événement, puis lit le compte rendu de l’accident dans la presse. Il enchaîne avec une affirmation catégorique : « Versailles est à Paris ce que Aranjuez est à Madrid41 », et il poursuit, pour animer un peu le récit, avec les merveilles du chemin de fer et l’importance touristique du lieu :

  • 42 « No hay estrangero que se contente con visitar una vez aquel encantador é indescriptible sitio de (...)

Aucun étranger ne se contente de visiter une seule fois ce lieu de divertissement enchanteur et indescriptible, ce qui est facilité par la distance de seulement quatre lieues de Paris, et la proportion des deux chemins de fer [...] on estime à vingt mille le nombre de personnes qui part chaque dimanche de Paris pour Versailles42.

40De nouveau, comme d’autres auteurs, Lafuente s’excuse de ne pouvoir tout décrire :

  • 43 « La descripción del palacio y jardines de Versalles necesitarla de un volumen entero, y aun seria (...)

La description du palais et des jardins de Versailles nécessiterait un volume entier, et cela ne serait encore pas suffisant pour en faire connaître toute la grandeur et les beautés43.

41Il ne manque pas non plus d’éloges pour le musée inauguré cinq ans plus tôt :

  • 44 « Luis Felipe concibió el pensamiento de hacer de él la joya de la Francia, y el templo de la fortu (...)

Louis-Philippe conçut l’idée d’en faire le joyau de la France et le temple de la fortune française, et il entreprit audacieusement de magnifiques et superbes réparations. Puis il voulut enfermer entre ses murs tous les rois, toutes les croyances, tous les grands hommes du pays [...]. Là, il a fait venir tous les hommes célèbres, toutes les femmes illustres qu’a produits la France. [...] Louis-Philippe a également fait recouvrir tous les murs des galeries de magnifiques tableaux représentant l’histoire de France depuis le premier roi jusqu’à nos jours [...]. Le musée de Versailles est l’histoire de France mise en action 44.

  • 45 « El número de cuadros históricos es de 1031. El de estatuas y bustos es de millares », ibid., p. 2 (...)

42Il prend ensuite la peine de dresser une liste de toutes les salles que contient le musée et d’indiquer que « le nombre de tableaux historiques est de 1 031. Celui des statues et des bustes de plusieurs milliers45 ».

43En voyant les jardins, Lafuente se sent également submergé par l’infinité des merveilles dont ils regorgent et qu’il renonce à décrire. Il écrit néanmoins quelques lignes pour les comparer aux jardins espagnols :

  • 46 « [El español] todavía recuerda con orgullo las fuentes de la Granja y los jardines de Aranjuez. Al (...)

[L’Espagnol] se souvient encore avec fierté des fontaines de La Granja et des jardins d’Aranjuez. Là [à Versailles] il y a le luxe de l’art, ici [en Espagne] une nature prodigue. Et surtout, je n’échangerais pas un verre de l’eau de La Granja contre toute celle des fontaines, jets, bassins et canaux de Versailles, pour la simple raison que celle [l’eau] de La Granja est propre, régulière et source de splendeur, alors que celle de Versailles ne peut être bue46.

  • 47 Voir Ayguals de izco 1852, p. 99-113. L’œuvre se détache surtout par l’aspect romancé de la vie de (...)
  • 48 Voir Taboada 1880, p. 286-303. Il écrit ce que nous pourrions considérer comme un guide de voyage m (...)

44Il ne nous semble pas nécessaire de poursuivre chronologiquement l’analyse, car au milieu du xixe siècle surviennent deux grands changements : en premier lieu, l’apparition d’un tourisme plus massif avec le chemin de fer et la transformation de Versailles en musée, d’autre part, la naissance du journalisme moderne. Dès lors, les récits de voyage, plus ou moins détaillés, proposent une description pour de futurs visiteurs ou lecteurs, parfois agrémentée de passages romanesques. Il ne s’agit plus d’érudits, d’académiciens et de religieux qui visitent le lointain palais de Versailles et laissent leurs impressions, mais d’écrits conçus pour un lectorat beaucoup plus vaste, que ce soit sous forme d’aimables et romanesques revues de voyages comme en propose Ayguals de Izco47 ou directement de guides très détaillés comme celui de Luís Taboada48.

Conclusions

45Le voyageur espagnol arriva tard à Versailles – du moins les écrits qu’il a laissés. Il reste encore beaucoup à faire pour connaître et étudier la vision que de nombreux Espagnols ont pu avoir du palais sous Louis XIV et Louis XV, à commencer par savoir s’il en reste une trace écrite. Ce qui est indubitable, c’est que les premiers textes n’ont pas été publiés avant le règne de Louis XVI, à un moment où l’histoire du château en tant que résidence royale était sur le point de s’achever. Malgré un certain retard, les témoignages disponibles ne semblent pas avoir été excessivement critiques ou écrits négligemment. Versailles reste une étape souvent incontournable pour les écrivains et tous visitent minutieusement le château et les jardins, pas toujours accessibles en raison de leur étendue. Certains semblent également s’intéresser aux autres bâtiments du parc tels que les deux châteaux de Trianon ou la Ménagerie. Si parfois ils ne les visitent pas, ils vantent presque systématiquement leur attrait et leur beauté. La ville de Versailles, au contraire, est généralement absente du récit, seules quelques descriptions sommaires des chemins et avenues servent de prélude à la description du palais.

46La plupart des textes se répandent en éloges envers le palais et le monarque qui l’a fait construire ; l’époque où le Roi-Soleil était la Némésis de l’Empire espagnol est bien loin. Non seulement les voyageurs espagnols s’émerveillent de tout ce que contient le château, mais ils sont régulièrement accablés par l’impossibilité de tout voir et, surtout, de tout décrire. Versailles est splendide, mais son immensité fatigue le voyageur des xviiie et xixe siècles tout comme le touriste actuel. D’après Lobé :

  • 49 « Cuatro horas de reloj completas fueron las que empleé en recorrer solamente las salas, galerías y (...)

Il m’en coûta quatre heures entières pour parcourir uniquement les salles, galeries et appartements du palais, accompagné de mon ami M. C. […] Cette très brève inspection m’a convaincu qu’il faudrait de très nombreuses visites d’une telle durée, pour se faire une idée complète si l’on veut voir tout ce que contient le musée ; et ce malgré les excellents ordre et classement49.

47Dans le château, l’attention des visiteurs se concentre sur la Grande Galerie, le Grand Appartement, la Chapelle et l’Opéra. Les escaliers n’obtiennent pas de grands éloges ; au contraire, on les critique ou on les ignore, ce qui s’explique par la disparition du plus impressionnant d’entre eux, l’escalier des Ambassadeurs, en 1752. L’intérêt des voyageurs (particulièrement Ponz et Maule) pour les tableaux est également incontestable, l’usage en Espagne étant d’en orner massivement les murs des résidences royales.

  • 50 Ponz 1776, p. 223.

48Ces tableaux alors visibles dans les palais royaux sont ceux qui sont aujourd’hui accrochés aux murs de nos grands musées. Dans son récit, Ponz laisse déjà entrevoir cette volonté de commencer à séparer les œuvres picturales de Versailles et de les exposer au public à Paris. Même écho en Espagne, où Mengs, dans sa lettre du Viage de España, explique déjà qu’il aurait aimé installer au Palais royal de Madrid une galerie publique avec tous les tableaux des collections royales présentés par ordre chronologique50.

49Les jardins de Versailles jouissent d’un intérêt inégal selon les auteurs : Ponz, Maule et surtout Ayguals de Izco leur consacrent plusieurs pages, tandis que Viera y Clavijo et Lafuente en écrivent seulement quelques lignes. Les sculptures sont ce qui retient le plus l’attention, de la même façon que les peintures dans le palais. Ce sont également les jardins qui concentrent la majorité des critiques, rares mais violentes, des visiteurs espagnols. Leur mauvaise implantation, l’excès d’ordre et, plus que tout, le manque d’eau, sont des thèmes dont Ponz s’amuse abondamment et que Lafuente et Taboada évoquent également :

  • 51 « Poco tiene de bello este estilo que tiende á someter la naturaleza á las leyes de la simetría, y (...)

Il y a peu de beauté dans ce style qui tend à soumettre la nature aux lois de la symétrie et enferme les prés, les étangs et les arbres dans les limites conventionnelles de la géométrie, de l’architecture et de la sculpture ; pourtant, les jardins de Versailles ont quelque chose de solennel en harmonie avec le palais et qui donne une idée assez proche de la cour de Louis XIV51.

50Il est remarquable que ces critiques proviennent d’un pays, l’Espagne, qui ne possède pas de grands jardins à la française, en dehors de l’exception que constitue La Granja, signifiant probablement que ce style n’était pas du goût espagnol.

  • 52 « la historia de Francia puesta en acción », Lafuente 1844, p. 288.

51Même s’il a fait l’objet de controverses, le musée créé par Louis-Philippe ne reçoit à l’inverse que des éloges de la part des voyageurs contemporains. En plein xixe siècle et en plein essor des musées, ce qui est certainement le plus grand ouvrage culturel du règne est perçu dans toute son énormité. Le palais s’est non seulement rempli de très belles collections et s’est doté de nouveaux espaces auliques et somptueux caractéristiques d’un mécénat royal, mais tente aussi de rassembler toutes les gloires de l’histoire de France. Et quel meilleur endroit pour ce faire ! En fin de compte, comme le résume bien Lafuente, en ce xixe siècle, le palais a cessé d’appartenir aux rois et il est devenu « l’histoire de France mise en action52 ».

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Alarcón Pedro Antonio de, 1861, De Madrid a Nápoles : pasando por París, Ginebra, el Mont Blanc, el Simplon, el Lago Mayor, Turín, Pavía, Milán… : viaje de recreo, realizado durante la guerra de 1860 y sitio de Gaeta en 1861 : ilustrado con grabados…, Madrid, Imprenta y librería de Gaspar y Roig.

Astorgano Abajo Antonio (éd.), 2006, Diario en el viage de Francia e Italia (1788) / Nicolás Rodríguez Laso, Saragosse, Real Sociedad Económica Aragonesa de Amigos del País, Institución Fernando el Católico.

Ayguals de Izco Wenceslao, 1852, La Maravilla del siglo, cartas a María Enriqueta, ó sea Una visita á Paris y Londres durante la famosa exhibición de la industria universal de 1851, 2 tomes, t. I, Madrid, Imprenta de Don Wenceslao Ayguals de Izco.

Cruz y Bahamonde Nicolás de la, 1813, Viage de España, Francia, è Italia, 14 tomes, t. IX, Cadiz, Impr. Manuel Bosch.

Lafuente Modesto, 1844, Viages de Fray Gerundio por Francia, Bélgica, Holanda y orillas del Rhin, 2 tomes, t. I, s.l., s.n.

Lobé Guillermo, 1839, Cartas a mis hijos durante un viaje a los Estados Unidos, Francia e Inglaterra, en los siete últimos meses de 1837, New York, Imprenta de Don Juan de la Granja.

Mesonero Romanos Ramón de, 1862, Recuerdos de viage por Francia y Bélgica en 1840 y 1841, Madrid, Impr. Francisco de Paula Mellado.

Pemán Medina María (éd.), 1992, El viaje europeo del marqués de Ureña (1787-1788), Cadix, Unicaja.

Ponz Antonio, 1776, Viage de España, 18 tomes, t. VI, Madrid, Impr. Joachim Ibarra.

Ponz Antonio, 1785, Viage fuera de España, 2 tomes, t. II, Madrid, Impr. Joachim Ibarra.

Segovia Antonio María, 1851, Manual del viajero español, de Madrid a Paris y Londres…, Madrid, Imprenta de Don Gabriel Gil.

Taboada Luis, 1880, París y sus cercanías : manual del viajero, Madrid, La Ilustración gallega y asturiana.

Viera y Clavijo José de, 1849, Apuntes del diario e itinerario de mi viage a Francia y Flandes, Santa Cruz de Tenerife, Imprenta, Litografía y Librería Isleña.

Études

Blanc Florie-Anne, 2016, « Le musée spécial de l’École française », Revue du château de Versailles, nº 24,‎ p. 61-66.

Castelluccio Stéphane, 2009, « Le cabinet des tableaux de la surintendance des Bâtiments du roi à Versailles », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 12, p. 21-54.

Le Guillou Jean-Claude, 2014, « Versailles, l’ancien appartement des Bains, de la marquise de Montespan à la comtesse de Toulouse », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 17, p. 107-134.

Ozanam Didier, 1998, Les diplomates espagnols du xviiie siècle : introduction et répertoire biographique (1700-1808), Madrid, Casa de Velázquez.

Ozanam Didier, 2010, Misión en París correspondencia entre el Marqués de la Ensenada y el Duque de Huéscar (1746-1749), s.l., Instituto de Estudios Riojanos.

Sancho José Luis, 2014, « Entre Madrid y Versalles. Los sitios más reales españoles en la correspondencia de la familia de Felipe V (1744-1746) », dans Sazatornil Ruiz Luis et Jiméno Frédéric (coord.), El arte español entre Roma y París : siglos XVIII y XIX : intercambios artísticos y circulación de modelos, Madrid, Casa de Velázquez, p. 347-374.

Torrione Béatrice, 2001, « Representar al Rey : Las Fiestas del Duque de Alba en Paris : 1703-1711 », Reales Sitios, nº 38, p. 2-15.

Haut de page

Notes

1 Voir Torrione 2001, p. 2-15.

2 Ozanam 1998 et 2010.

3 Sancho 2014, p. 350.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 352.

6 Voir Pemán Medina 1992.

7 Ses récits de voyages en France en 1787 et 1792 sont considérés comme perdus.

8 Voir Astorgano Abajo 2006. Nicolás Rodriguez Laso fait une très brève description de Versailles pendant l’été 1788. Il insiste sur le fait qu’il a vu la famille royale assister à la messe puis souper au Grand Couvert, mais remarque que la reine n’a rien mangé.

9 Voir Alarcón 1861, p. 71. Il consacre à peine une ligne au palais et à ses jardins.

10 Voir Segovia 1851, p. 189-191. Il explique que Napoléon envisageait d’y habiter mais abandonna l’idée en raison du coût excessif que cela supposait, et vante la transformation en musée par Louis-Philippe et le classement des collections. Il souligne l’impossibilité de décrire tous les jardins.

11 Voir Lobé 1839, p. 168-170. Il remarque notamment le travail de restauration de Louis-Philippe, la chambre apparemment « intacte » de Louis XIV et la sculpture de Jeanne d’Arc réalisée par la princesse Marie d’Orléans.

12 « Después de haber comido en este sitio fuimos al Palacio de Trianon que está en el bosque de Versalles, por un camino ancho y llano de árboles muy hermosos. Este palacio está construido á la oriental, todo el piso del suelo con un gracioso peristilo de veinte y dos columnas de mármol, y una balaustrada sobre el entablamento, coronada de figuras, de amores, de trofeos, y otras esculturas. Los cuartos de los Reyes y otras personas reales tienen buenas pinturas. Los jardines antiguos se habían mudado para disponerlos á la inglesa », Viera y Clavijo 1849, p. 59-60.

13 « Desde allí tomando el canal, nos fuimos á ver la Ménagerie ó casa de las fieras, y mientras abrían (pues la gente entra por tandas) entramos en el palacio contiguo el cual consiste en un pabellón de forma octógona con dos cuartos de cinco pies cada una, y en el medio un salón pintado de varios animales, sacado de las fábulas de la Fontaine, la historia de Eneas etc. La Ménagerie se compone de 7 patios o corralones en cuyas celdas se ven diferentes aves estrañas […] », ibid.

14 « Después estuvimos en el palacio Real de Versailles, cuyas principales piezas registramos, la capilla, el Salón de Hércules, la gran galería con 48 pilastras, columnas de mármol, estatuas, bustos, mesas de pórfido, cristales, etc. El cuarto de la reina, el del Rey, las salas de las guardias, el Teatro, los jardines, fuentes, estanques, bosques etc. todo magnífico, pero la entrada y las escaleras no corresponden á la idea con que se busca á Versailles », ibid.

15 « Es cierto que la fachada principal de Palacio que se presenta en el fondo de dichos patios, no corresponde á la idea que cada qual lleva formada de tan celebrado edificio; y quando uno se acerca, solo encuentra un vestíbulo, donde, como dice Laugier, trabaja en vano el que piensa encontrar puerta, ó escalera en el parage donde debia estar, para subir á las habitaciones; de suerte, que no teniendo el forastero quien le guiase, le costaría trabajo el encontrar la subida principal, como á mí me hubiera sucedido. Sin embargo de los defectos que este y otros Autores le encuentran á Versalles, así por lo respectivo á la arquitectura, como á su situación, se debe confesar que es un todo magnífico, y correspondiente al gran Soberano que le fundó », Ponz 1785, p. 253.

16 « Del contiguo Gabinete del Rey, donde se guardan los modelitos en bronce que se hicieron para las estatuas eqüestres de Luis XV, erigidas en Paris, y en Burdeos. Hay también una famosa péndola Astronómica presentada á dicho Soberano, tenida por obra singularísima en la Reloxería, y Mecánica », ibid., p. 255-256.

17 « Continuando á dar la vuelta por otras salas, se entra en la que llaman de la Paz, cuya bóveda pintó le Brun… », ibid., p. 256.

18 « Órden de Arquitectura con el nombre de Gálico », ibid., p. 257.

19 « Me dixeron que acaso estas célebres pinturas no volverán á sus sitios del Palacio, y que probablemente se trasladarán á la Galería del Loubre [sic] en Paris. Si tal sucede se quedará Versalles falto de sus mas preciosos adornos », ibid., p. 259.

20 Probablement le garde des tableaux de Versailles, également peintre, Hugues Taraval (jusqu’au 25 août 1784, date à laquelle il est remplacé par Louis-Jacques Durameau). Voir Castelluccio 2009, p. 27.

21 « En quanto á los quadros que adornan el Palacio de Versalles, particularmente los pequeños, se debe advertir, que fácilmente se mudan de unas á otras piezas, y los he visto muy excelentes de la escuela Italiana. Ya dixe que muchos de ellos están ahora depositados al cuidado de un Profesor en una casa de este Sitio, y se sacaron para limpiarlos, componerlos, hacerles marcos, &c. », ibid., p. 260.

22 « En la bóveda representó le Moine la Apoteosis de Hércules, composición muy enriquecida de figuras; pero no crea V. que aunque muy celebrada dicha obra, llegue de muchas leguas á la que del mismo asunto pintó el gran Mengs en ese Real Palacio de Madrid », ibid.

23 Le Guillou 2014, p. 113-114.

24 « Seria nunca acabar, si de cada cosa notable dé las que hay en Versalles se hubiera de hacer mención: por tanto saldremos del edificio con decir, que en la parte, que llaman de los Baños, hay dos piezas adornadas de estatuas de mármol, y de bronce, de columnas, y de otras cosas estimables », Ponz 1785, p. 261.

25 « En quanto á la situación de estos Jardines dice el crítico Laugier, que aunque han pasado por una de las maravillas del mundo entre los Franceses, y los extrangeros, están llenos de defectos: situados en un angustiado valle, cercado de áridas colinas, y lúgubres espesuras, sin que puedan presentar sino selváticos puntos de vista, habiéndose hecho todo con resistencia de la naturaleza, sin ser posible reparar la imperfección local. La exactitud de los Parterres, bosquecillos, calles de árboles, &c. dice que son objetos llenos de afectación, y de una monotonía enfadosa, contraria á la feliz negligencia y bizarría de la naturaleza en sus producciones », ibid., p. 264.

26 « Halla este Autor Francés otras faltas muy notables, y sobre todo la del agua, que es una parte esencial de los Jardines; [...], haciéndola subir una alta montaña, á fuerza de máquinas costosísimas, de canales y aqüeductos, y reduciéndose todos los gastos innumerables, que se hicieron y se hacen, á que corran las fuentes de Versalles, y á elevar el agua puerca por el ayre dos, ó tres veces al año, y por espacio de pocos minutos cada vez, [...] En lo demás del año (añade) no se ve correr una gota de agua, ni se encuentran más que fuentes en seco, y grandes tazas á medio llenar de agua corrompida. Aunque en el buen tiempo, particularmente los Domingos, y días de fiesta, se suele dar el espectáculo de las que él llama Petites eaux, Pequeñas aguas, que saliendo de diferentes surgideros, alegran los tristes Jardines de Versalles, esto no se puede lograr sin grandes dispendios, que no bastarían para que corriesen continuamente », ibid., p. 265.

27 « En nuestros Jardines de S. Ildefonso es más fácil, mucho menos costoso, y muy frequente hacer que corran las fuentes, por el gran estanque, y depósito de aguas, que naturalmente se juntan, sin el excesivo gasto que al cabo del año ocasiona aquí la celebrada, é ingeniosa máquina de Marly », ibid., p. 265-266.

28 Cruz y Bahamonde 1813, p. 1.

29 « Los tres frentes que caen al jardín, que ocupaban en el antiguo gobierno [Antiguo Régimen] el primero la capilla y el segundo el teatro, ahora sirve la capilla á los theophilantropos, y el teatro está cerrado: el del centro, que era del rei [sic] y la reina, contiene el primero un deposito de quadros, y en el segundo se está formando el museo. El tercer frente que ocupaban Monsieur y el conde de Artois no sé que destino le han dado », ibid., p. 263.

30 Voir Blanc 2014.

31 « Se dice que van á colocar en este museo solamente los quadros de la escuela francesa », Cruz y Bahamonde 1813, p. 266.

32 Je remercie Flavie Leroux pour l’identification de ce tableau, qui reste néanmoins incertaine (certains éléments ne correspondant pas à la description de Maule, notamment la représentation de la mort).

33 « El salón de la paz está adornado de relieves. No hai mas que un quadro con tres figuras; la primera una muger con un gorro en una mano y un nivel en la otra, que interpretan la igualdad: la segunda un hombre alado con una llama que sale de su cabeza, que suponen la libertad; y la tercera la muerte », ibid., p. 266.

34 « Toda la sala se halla circuida de bustos de marmol, de vasos de porfido, y de otras varias piezas colocadas sobre bellas mesas de marmol, 6 sobre pedestales », ibid., p. 267.

35 « No hablaremos del salon de Hercules pintado por Le Moine en tiempo de Luis XV; de la magnifica sala de los espectáculos concluida en 1770, ni de otras piezas por no dilatar la relación, tampoco hemos tenido tiempo de registrar la biblioteca », ibid., p. 269.

36 « Trianon es un bellisimo palacio de un cuerpo alto y otro baxo, formado dentro del gran jardín de Versalles. Subiendo ocho gradas, en el centro se encuentra una galeria abierta compuesta por 22 columnas jónicas [...] El todo de este edificio es gracioso. [...] No se vé en su interior ninguno de los quadros que lo adornaban en el antiguo gobierno [Antiguo Régimen] », ibid., p. 274-275.

37 « Son dignas de verse las caballerizas », ibid., p. 270.

38 « En Versalles hai una fabrica de armas mui aplaudida. Se trabajan fusiles, carabinas, escopetas, pistolas, y toda clase de armas de fuego. [...] El gobierno por lo comun toma de esta fábrica las armas con que obsequia á los generales que se han distinguido en servicio de la patria », ibid., p. 275-276.

39 « La doble via de carriles de hierro establecidos últimamente á una y otra orilla del Sena, permite tal frecuencia de comunicación con la capital, que en cualquiera de los domingos del verano en que corren las fuentes del parque, ó se permite al público – la entrada del Palacio, puede calcularse en treinta mil y mas personas las que en numerosos convoyes de quinientas ó seiscientas cada uno, se trasladan durante el dia á aquella ciudad », Mesonero Romanos 1862, p. 203.

40 « No es solo el famoso palacio y los ricos é inmensos bosques y jardines de Luis XIV lo que tiene que admirarse en ella; es también el grandioso monumento levantado por Luis Felipe á la gloria nacional en el Museo histórico que ha mandado reunir en su rico palacio; interminable galería en que se ven reproducidos en el lienzo y en la piedra todos los hechos memorables de la historia francesa, [...] y un sin número de otros objetos análogos que exigen muchas visitas á aquella encantadora mansión », ibid.

41 « Versalles esa Paris lo que á Madrid es Aranjuez », Lafuente 1844, p. 286.

42 « No hay estrangero que se contente con visitar una vez aquel encantador é indescriptible sitio de recreo, á lo cual dá facilidad la distancia de solas cuatro leguas á que está de Paris, y la proporción de los dos caminos de hierro [...] se calcula en veinte mil el número de personas que cada domingo sale de París á Versalles », ibid., p. 286.

43 « La descripción del palacio y jardines de Versalles necesitarla de un volumen entero, y aun seria menguada para dar á conocer toda su grandiosidad y bellezas », ibid., p. 287.

44 « Luis Felipe concibió el pensamiento de hacer de él la joya de la Francia, y el templo de la fortuna francesa, y emprendió la atrevida obra de una completa y soberbia reparación. Quiso después encerrar dentro de sus muros todos los reyes, todas las creencias, todos los grandes hombres del pais, [...] Allí ha hecho concurrir todos los hombres famosos, todas las mugeres ilustres que ha producido la Francia. [...] Luis Felipe ha hecho también cubrir todas las paredes de las galerías con magníficos cuadros de la historia de Francia desde el primer rey hasta nuestros dias. [...] El museo de Versalles es la historia de Francia puesta en acción », ibid., p. 287-288.

45 « El número de cuadros históricos es de 1031. El de estatuas y bustos es de millares », ibid., p. 289.

46 « [El español] todavía recuerda con orgullo las fuentes de la Granja y los jardines de Aranjuez. Allí [en Versalles] hay lujo de arte, aquí [en España] hay una naturaleza pródiga. Y sobre todo no cambiaría yo un vaso de agua de la Granja por toda la de las fuentes, surtidores, estanques y canales de Versalles, por la sencilla razón de que la de la Granja limpia, fija y dá esplendor, y la de Versalles no se puede beber », ibid., p. 289-290. À noter que les qualificatifs utilisés par Lafuente pour décrire l’eau de La Granja (« limpia, fija y dá esplendor ») sont les mêmes que ceux de la devise de l’Académie royale espagnole, fondée en 1713.

47 Voir Ayguals de izco 1852, p. 99-113. L’œuvre se détache surtout par l’aspect romancé de la vie de Louis XIV, la description détaillée des œuvres du musée de Louis-Philippe et surtout des jardins, probablement la plus complète avec celle de Luís Taboada.

48 Voir Taboada 1880, p. 286-303. Il écrit ce que nous pourrions considérer comme un guide de voyage moderne, avec des descriptions détaillées de tous les espaces du palais, des œuvres d’art qu’il contient, ainsi que des informations pratiques telles que les transports ou les restaurants.

49 « Cuatro horas de reloj completas fueron las que empleé en recorrer solamente las salas, galerías y aposentos del palacio, acompañado de mi amigo el Señor C. […] Esta brevísima inspección me ha llevado al convencimiento de ser muchas y muchas las sesiones de igual tamaño, que sería necesario emplear en formar idea algo cabal si se quiere, de cuanto contiene el museo; y esto á pesar del orden y clasificación escelentes », Lobé 1839, p. 169.

50 Ponz 1776, p. 223.

51 « Poco tiene de bello este estilo que tiende á someter la naturaleza á las leyes de la simetría, y encierra los prados, los estanques y los árboles en los límites convencionales de la geometría, la arquitectura y la escultura; sin embargo, los jardines de Versailles no dejan de tener algo de solemne que armoniza con el palacio y que dá una idea bastante aproximada de la corte de Luis XIV », Taboada 1880, p. 300.

52 « la historia de Francia puesta en acción », Lafuente 1844, p. 288.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Louis-Nicolas de Lespinasse, Vue du Grand Trianon prise du bras nord du Grand Canal de Versailles, 1780, gouache et aquarelle sur papier, 20,8 × 34,3 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.DESS 1107.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18527/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 2. Lenoir (éditeur), Expérience aérostatique faite à Versailles le 19 septembre 1783 en présence de Leurs Majestés par Mrs de Montgolfier, après 1783, eau-forte, 29,8 x 40,8 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 649.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / © Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18527/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 889k
Titre Fig. 3. Charles Le Brun, L’Europe chrétienne accompagnée de la Justice et de la Piété, XVIIe siècle, peinture à l’huile. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, INV 2942.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Benoît Touchard
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18527/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 4. Jean-Auguste Bard, Inauguration de la galerie des Batailles, 10 juin 1837, 1837-1848, huile sur toile, 66 × 130 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, MV 7062.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18527/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enric-Eduard Giménez, « Les voyageurs espagnols à Versailles : entre l’absence et la fascination », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18527

Haut de page

Auteur

Enric-Eduard Giménez

Enric-Eduard Giménez a étudié l’histoire de l’art à l’Université Autonome de Barcelone et termine actuellement sa formation en gestion de musées et patrimoine historique et culturel à l’Université Complutense de Madrid, après un stage au Palais Royal de Madrid. Spécialiste en art et architecture de cour des xviiie et xixe siècles, il est responsable de plusieurs blogs et comptes sur les réseaux sociaux dédiés à la diffusion du patrimoine.
Enric-Eduard Giménez studied Art History at the Universitat Autònoma de Barcelona and is now completing his studies in Museum Management and Historical and Cultural Heritage at the Complutense University of Madrid, having completed his internship at the Royal Palace of Madrid. He is a specialist in courtly art and architecture of the eighteenth and nineteenth centuries, and the author of several blogs and social media accounts dedicated to the dissemination of heritage.
E-mail : enric.eduard.gimenez[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search