Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Récits de voyages à Versailles, X...Entre admiration et critique : Jo...

Entre admiration et critique : Johann Friedrich Armand von Uffenbach à Versailles (1715)

A Critical But Admiring Eye: Johann Friedrich Armand von Uffenbach in Versailles (1715)
Angela Göbel

Résumés

En 1715, l’Allemand Johann Friedrich von Uffenbach, issu d’une famille bourgeoise de Francfort, entreprend un voyage de quatre ans dont les derniers mois se passent à Paris où il séjourne du 11 septembre 1715 au 11 avril 1716. Pendant cette période, il fait deux excursions d’une journée à Versailles, une première fois le 17 septembre 1715 et une deuxième peu après, le 21. Ces petites visites sont marquées par de longues promenades dans le domaine royal en compagnie d’autres voyageurs d’origine germanophone. Dans son journal de voyage, non destiné à la publication, il en décrit en détail le déroulement. Ses notes suivent précisément la chronologie de ses déplacements à Versailles. D’un ton admiratif et critique à la fois, son récit est riche d’informations sur l’état de Versailles quelques jours après le décès de Louis XIV, mais offre en même temps un aperçu sur l’accueil des étrangers ainsi que sur la communication entre voyageurs allemands.

Haut de page

Notes de la rédaction

Toutes les traductions de citations allemandes ont été réalisées dans un français contemporain standard par l’auteure de l’article et ont été revues par le traducteur Jean-Léon Muller.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le terme anglais grand tour renvoie à un voyage réalisé essentiellement vers l’Italie par de jeunes (...)
  • 2 Uffenbach 1712-1716. Cet article est issu de notre mémoire de master, intitulé « La diffusion d’une (...)
  • 3 Uffenbach 1712-1716, p. IV : « Immaßen ich, so viel an mir ist, hüten und wachen werde daß es unter (...)

1Le juriste Johann Friedrich Armand von Uffenbach (1687-1769), originaire de Francfort-sur-le-Main, se rend deux fois à Versailles, quelque temps après le décès de Louis XIV, durant son Kavalierstour1. Ces excursions d’une journée depuis Paris, où il est hébergé, sont marqués par de longues promenades faites dans le domaine de Versailles en compagnie d’autres voyageurs germanophones. Le jeune Allemand en consigne le récit dans le journal de voyage qu’il a entrepris en 1712 dans le cadre de ses études de droit à Strasbourg et dont le manuscrit est aujourd’hui conservé à la Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek (bibliothèque d’État et universitaire de Basse-Saxe) à Göttingen2. Ce récit nous permet de suivre une visite de Versailles en 1715, contée chronologiquement dans la mesure où l’auteur reconstitue son itinéraire pas à pas, en notant de manière très précise ce qu’il voit. Mêlant admiration et critique, il nous propose une source exceptionnelle pour découvrir le Versailles de la première moitié du xviiie siècle, d’autant plus authentique qu’il s’agit d’un texte intime qu’Uffenbach ne souhaitait pas rendre public, comme il le rappelle au début du quatrième et dernier tome de son journal de voyage : « Car je vais, autant qu’il m’est possible, le conserver et prendre garde qu’il ne se retrouve dans d’autres mains que les miennes3. »

  • 4 Grosser 1989, p. 117-119.

2Il s’agit ici d’une copie au propre qu’il a faite après son retour à Francfort. Elle a été une première fois éditée, de façon partielle, par Eberhard Preussner en 1949, sous le titre Die musikalischen Reisen des Herrn von Uffenbach [Les voyages musicaux de Monsieur de Uffenbach]. Le manuscrit est également cité dans l’ouvrage de Thomas Grosser, Reiseziel Frankreich [Destination France]4. Mais, à l’heure actuelle, il n’existe aucune analyse approfondie des séjours d’Uffenbach à Versailles.

3La présente étude cherche à combler cette lacune en soulignant les particularités de ce jeune visiteur ainsi que celles de son récit. Seront ainsi étudiés la biographie de l’auteur, puis, plus précisément, le récit de ses voyages à Versailles : les itinéraires choisis, ses compagnons de voyage germaniques et leur influence sur le déroulement des visites, mais aussi le vocabulaire associé à la description d’Uffenbach, qui nous fait passer d’un Versailles magnifique et fastueux à un Versailles confus et délaissé.

Johann Friedrich Armand von Uffenbach : un homme méconnu

Fig. 1. Dathan Johann Georg, Johann Friedrich von Uffenbach, 1746, huile sur toile, 41,5 × 31,7 cm. Francfort-sur-le-Main, Historisches Museum Frankfurt, HMF B0604.

Fig. 1. Dathan Johann Georg, Johann Friedrich von Uffenbach, 1746, huile sur toile, 41,5 × 31,7 cm. Francfort-sur-le-Main, Historisches Museum Frankfurt, HMF B0604.

© Horst Ziegenfusz

  • 5 Voir Beisiegel 2018 et Meyerhöfer 2007.
  • 6 Fischer 1996 (2006) et Jung 1895. Son troisième prénom, dont on connaît les deux orthographes « Arm (...)
  • 7 Nom de la maison où se réunissaient, à l’origine, les nobles membres de cette société.
  • 8 Ibid.

4Qui est Johann Friedrich Armand von Uffenbach ? Nous le connaissons surtout pour avoir offert une grande partie de sa collection privée à l’université de Göttingen5, mais c’est aussi un homme de grande influence à Francfort : conseiller municipal (Ratsherr) à partir de 1744, il devient en 1749 premier adjoint au maire (Jüngerer Bürgermeister), échevin (Schöffe) en 1751, en même temps que conseiller impérial (Wirklicher Kaiserlicher Rat) et enfin, en 1762, maire (Älterer Bürgermeister)6. Ce parcours n’est pas dû au hasard. Il s’inscrit dans la tradition d’une famille très active dans la vie municipale depuis plusieurs générations (fig. 2). Né le 6 mai 1687 à Francfort, ville d’Empire, il est le fils de Johann Balthasar von Uffenbach et d’Anna Sybilla, née Meyer. Il est ainsi issu d’une famille patricienne de confession protestante faisant partie de l’Adelsgesellschaft Frauenstein (« société Frauenstein7 ») et anoblie dans la première moitié du xviie siècle. Parmi ses plus proches parents, l’on dénombre des savants, dont des médecins (son arrière-grand-père) et des juristes (ses oncles), mais aussi des commerçants (son père)8.

Fig. 2. Arbre généalogique de la famille Uffenbach.

Fig. 2. Arbre généalogique de la famille Uffenbach.

Cet arbre ne montre que les ancêtres masculins de Johann Friedrich Armand von Uffenbach, en précisant leurs dates et leur profession lorsqu’elles sont connues ; pour des raisons de place, les membres féminins de la famille ne sont pas intégrés

5C’est donc dans la continuité familiale qu’Uffenbach poursuit des études de droit, d’abord à Halle, puis à Strasbourg où il obtient sa licence (Lizentiat der Rechte), mais ses centres d’intérêt sont multiples et vont bien au-delà de sa formation : il est passionné par la musicologie, les sciences naturelles et techniques, mais aussi par l’art et l’architecture.

Les séjours à Versailles d’Uffenbach

  • 9 Voir Uffenbach 1753.

6Au cours de sa vie, il entreprend plusieurs voyages dont deux importants en Europe : un premier, en 1709, afin d’accompagner son frère aîné Zacharias Conrad der Jüngere (1683-1734) au nord de l’Allemagne, aux Pays-Bas et en Angleterre9 ; un second de 1714 à 1716, qui le conduit seul en Italie, en Suisse et en France. Il séjourne à Paris plusieurs mois, du 11 septembre 1715 au 11 avril 1716. C’est au début de ce séjour qu’il fait deux excursions à Versailles : la première le 17 septembre 1715 et la seconde peu après, le 21 du même mois.

7Le journal de voyage d’Uffenbach témoigne en détail de ce que peuvent représenter de telles visites pour les voyageurs hébergés à Paris. Ainsi, la cherté de Versailles interdit à la plupart d’y séjourner : c’est le cas du jeune Allemand et de ses compagnons, qui, plutôt que d’y passer la nuit, préfèrent retourner à Paris alors même qu’ils doivent poursuivre le lendemain leur visite par le domaine de Marly, pourtant tout proche :

  • 10 Ibid., p. 129-130 : « sezeten uns ungemein ermüdet in unsere kutschen und fuhren noch in der nacht (...)

Nous nous assîmes, harassés de fatigue, dans nos carrosses et retournâmes encore nuitamment – ce qui était loin d’être sûr – à Paris ; bien que pour le lendemain […] nous eussions l’intention de nous rendre à Marly et que nous en fussions tout proches, nous reculâmes devant les coûts extraordinaires qu’un gîte aurait entraînés, et préférâmes faire un tel détour10.

  • 11 Cette auberge recevait des personnes de condition et se trouvait vraisemblablement au bout de la ru (...)
  • 12 Uffenbach 1712-1716, p. 9 : « alwo wir bei einem traiteur au treize cantons zu mittag zwar gut aber (...)

8La cherté de Versailles est à nouveau relevée à l’occasion d’un repas pris dans une auberge de la ville : « nous déjeunâmes chez le traiteur Au treize cantons11 [sic] certes bon, mais très cher, plusieurs écus par personne sans vin12 ».

Fig. 3. Plan général de la ville, château, jardins et parc de Versailles, nouvellement levé sur les lieux, 1715, estampe, eau-forte et burin, 43,9 × 56,2 cm. Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 4-VA-422.

Fig. 3. Plan général de la ville, château, jardins et parc de Versailles, nouvellement levé sur les lieux, 1715, estampe, eau-forte et burin, 43,9 × 56,2 cm. Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 4-VA-422.

Permalien : http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb442196321

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Les itinéraires choisis : aperçu du déroulement d’une journée à Versailles

9Uffenbach se rend pour la première fois à Versailles le 17 septembre 1715, quelques jours seulement après le décès de Louis XIV, survenu le 1er du même mois. Avec ses compagnons de voyage, il arrive par l’avenue de Paris, passant entre la Petite et la Grande Écurie jusqu’à la place Royale (aujourd’hui place d’Armes). Il donne quelques détails dans son journal sur le voyage et sa durée :

  • 13 Ibid., p. 84 : « Der Weg dahin ist sehr eben und volckreich auch mit passagen gelder, so man bey ei (...)

La route pour s’y rendre est fort plate et encombrée, avec en outre des péages, comme celui dont il faut s’acquitter pour emprunter un pont sur la Seine, elle en est abondamment pourvue et prend environ 3 heures13.

10Après avoir visité les écuries, le groupe se dirige directement vers le parc qu’il admire brièvement ainsi que le côté occidental du château, avant de continuer son excursion par le Grand Trianon et les jardins attenants. Cette visite ayant duré toute la matinée, il retourne en ville pour déjeuner. L’après-midi est consacré à la découverte de la chapelle royale et du château. Uffenbach mentionne en particulier le corps de logis, la chambre du roi Louis XIV, la galerie des Glaces, la Petite Galerie et l’escalier des Ambassadeurs. Les voyageurs achèvent leur parcours par une promenade dans les jardins : leur circuit les mène au théâtre d’eau, au labyrinthe ainsi qu’à l’orangerie et au potager du Roi. Avant de regagner Paris, ils retournent à l’auberge « Au treize cantons » pour payer leur addition.

  • 14 Nous reviendrons infra sur les compagnons de voyage d’Uffenbach.

11Le second voyage à Versailles a lieu seulement quatre jours après le premier, le 21 septembre 1715. L’itinéraire rappelle en partie celui de la première visite. Nos visiteurs arrivent à nouveau par la place Royale où ils rejoignent trois princes allemands14 pour aller voir les collections royales, dont le cabinet des Antiques du roi, la Petite Galerie ainsi que le cabinet des Médailles. À l’heure du déjeuner, ils retournent dans la même auberge que lors de leur séjour précédent. L’après-midi, le groupe a projeté de revoir les appartements royaux, mais l’autorisation ne leur en est pas accordée, comme le relate Uffenbach :

  • 15 Ibid., p. 127 : « als wir mit der garten und waßer lust fertig waren gingen unsere prinzen nach dem (...)

Quand nous en eûmes fini avec les jardins et les jeux d’eaux, nos princes se dirigèrent vers le château dans l’intention de voir les appartements, mais une fois arrivés sur place, alors que nous venions de les rejoindre, et bien que nous ayons déjà vu les lieux auparavant, nous fûmes témoins de la réponse négative jetée à la face de nos altesses, qui n’y furent pas autorisées. Je ne saurais dire quelle en était la cause, mais ils [les princes] demandèrent promptement leurs voitures et s’en retournèrent chez eux15.

12Malgré ce refus, Uffenbach et ses compagnons restent, eux, à Versailles et parcourent à nouveau les jardins. Ils suivent le même itinéraire que la première fois, par le théâtre d’eau, le labyrinthe et l’orangerie. En revanche, c’est par la ménagerie qu’ils achèvent cette fois leur promenade, avant de retourner à Paris.

La création d’un réseau de contacts pour accéder à Versailles

  • 16 Preussner 1949, p. 119.

13Pour profiter au mieux de ses visites à Versailles, Johann Friedrich Armand von Uffenbach se sert de ses réseaux parisiens. Il s’agit de liens tissés bien avant son arrivée dans la capitale française : il y retrouve des personnes rencontrées pendant ses études et voyages précédents16. La formation de tels réseaux, rassemblant de nombreux voyageurs germanophones de l’époque, permet d’échanger plus facilement des informations, d’enrichir son programme de voyage, mais aussi de se créer des opportunités pour l’avenir.

  • 17 Il s’agit probablement d’Albrecht Konrad Finck von Finckenstein (1660-1735).
  • 18 Voir Uffenbach 1712-1716, p. 109-110.

14Ainsi, à Paris, Uffenbach retrouve une relation de ses années d’études à Halle. Et le lendemain de sa première visite à Versailles, le 18 septembre 1715, cette ancienne connaissance, un certain M. Euß, le contacte pour lui transmettre une offre d’emploi de la part du prince de Finckenstein17 qui lui propose un poste de Hofmeister (intendant) à Berlin. Il préfère refuser et rester à Paris18.

  • 19 Ibid., p. 122 : « und ginge abends zu he[rrn] Stammern und compagnie, woselbst die übrige zeit nach (...)
  • 20 Ibid., p. 84 : « dinstag hatte ich mit he[rrn] von Stammer, burckhard, und fischer nebst meinen rei (...)

15Le jeune Allemand se rapproche de ses réseaux parisiens pour élargir le cercle de ses contacts, mais également pour recueillir des informations sur les lieux qu’il souhaite visiter. Il note ainsi, le soir précédant la deuxième visite de Versailles : « je me rendis le soir chez Monsieur Stammer et compagnie et passai le plus clair de mon temps à m’informer et noter des adresses19 ». Un tel comportement montre qu’il sait tout particulièrement tirer profit de ses relations parisiennes pour voyager en toute commodité, même s’il n’appartient pas à une famille d’ancienne noblesse – comportement qu’adoptent également ses compagnons de voyage, comme on le voit notamment lors de la première visite de Versailles. Habituellement, Uffenbach se trouve en compagnie de Hardenberg et Scheuer, de vieux amis avec lesquels il est arrivé à Paris quelques jours plus tôt, le 11 septembre 1715. À leur groupe se joignent trois hommes qu’il évoque à l’occasion de la préparation de leur excursion : « mardi, je m’étais concerté avec Messieurs de Stammer, Burckhard et Fischer, ainsi qu’avec mes compagnons de voyage, et j’avais fait des préparatifs pour visiter Versailles20 ». Ils font ensemble le trajet dans deux carrosses qui ont été réservés par un autre contact d’Uffenbach :

  • 21 Ibid., p. 84 : « dahin [Versailles] wir auch in 2 carossen de remise bey schönem wetter morgends fr (...)

En route [pour Versailles] de bon matin, par beau temps, dans deux carrosses de remise. C’était quelque chose de spécial d’y aller dans de telles voitures, cela nous a été accordé par l’entremise de l’envoyé de Monsieur de Imhof de Wolfenbüttel ; sans quoi, il n’était permis d’y accéder qu’en voitures burceau [sic] qui sont de méchante facture, et qu’il fallait louer à grands frais au roi21.

  • 22 Da Vinha 2017, p. 50.
  • 23 Uffenbach 1712-1716, p. 128 : « sie nicht wie sonsten es bey prinzen gewöhnlich ist, in kleinen rol (...)

16Il existe en effet à cette époque plusieurs moyens pour aller de Paris à Versailles, dont le « berceau », qui est un coche soit pour seize, soit pour huit personnes, et le carrosse pour quatre personnes, qu’Uffenbach appelle « carrosse de remise22 ». Grâce aux moyens mis à disposition par cet envoyé réputé, Rudolph Christian Imhof (1660-1717), qui ne les accompagne pas, le groupe profite du carrosse qui permet même au bourgeois des conditions de voyage plus confortables. En revanche, les moyens offerts sur place aux nobles peuvent se révéler décevants : lors de sa deuxième visite à Versailles, le groupe d’Uffenbach accompagne des aristocrates, mais « ils n’ont pas été menés dans une petite voiture d’une fontaine à l’autre, comme il convient à des princes23 », remarque-t-il, et ils ont dû visiter les jardins à pied.

17Le choix des lieux visités, de même que la planification des excursions, sont influencés par les informations que nos voyageurs ont pu recueillir. Cela se vérifie en particulier lors de la seconde visite :

  • 24 Ibid., p. 122 : « sonabends den 21 aber mit dießer gesellschaft nach versailles fuhre, indem wir ge (...)

samedi 21 j’allai à Versailles en cette compagnie, car nous avions entendu que les princes de Württemberg, Anhalt-Köthen et Ostfrießland y regarderaient jaillir les eaux24.

18C’est fort de ce renseignement que le groupe a décidé de retourner à Versailles en même temps que les princes :

  • 25 Ibid., p. 122 : « wir richteten es also an, daß wir zu gleicher zeit mit ihnen ankahmen, und weile (...)

nous nous sommes arrangés alors pour arriver au même moment qu’eux, et comme nous voulions voir certaines choses avec eux, nous avons dû les accompagner partout25.

19Ils espèrent donc voir les fontaines en eaux – ce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de faire lors de leur première visite. C’est un désir commun à de nombreux voyageurs, car comme l’affirment Daniëlle Kisluk-Grosheide et Bertrand Rondot :

  • 26 Kisluk-Grosheide et Rondot 2017, p. 26.

La vue des fontaines ne devait pas être manquée, quand on les faisait jouer en l’honneur de visiteurs distingués ou lors d’occasions spéciales, et les dates étaient annoncées à l’avance par les almanachs26.

20Mais, durant cette deuxième excursion, Uffenbach et ses compagnons espèrent également avoir accès aux collections du cabinet des Antiques du roi grâce à la lettre de recommandation dont l’un d’eux, Johann Georg Burckhard, est porteur :

  • 27 Uffenbach 1712-1716, p. 122 : « he[rr] burckhard von wolffenbüttel so mit in unserer gesellschaft w (...)

Monsieur Burckhard de Wolfenbüttel qui était en notre compagnie avait une lettre de Monsieur Simon, garde du Cabinet des Antiques du Roy, et pour cette raison nous espérions pouvoir y accéder27.

21Ainsi, Uffenbach s’appuie sur ses réseaux et en profite non seulement pour se joindre à des aristocrates dans leur grand tour, mais aussi pour bénéficier du guide qui leur montre les lieux.

Les voyages à Versailles en groupe : visites guidées du domaine

  • 28 Ibid., p. 95-96 : « wir konten uns allzu lange in jedem nicht aufhalten, indem der man so uns herum (...)

22Par ce biais, Uffenbach nous apprend qu’on n’arpentait pas librement et à son gré le château de Versailles : on ne pouvait le faire qu’avec un guide qui pouvait être par exemple un suisse ou un responsable des collections tel que Simon. Le jeune voyageur critique à plusieurs reprises la vitesse avec laquelle les guides arpentent les lieux, ce qui ne lui laisse pas le temps de les observer et les admirer comme il le souhaiterait, ainsi que le peu d’amabilité dont ils font preuve. C’est le regret général qu’il formule dès son premier séjour à Versailles : « nous ne pûmes pas rester bien longtemps, car l’homme qui nous guidait se hâtait28 ».

23Ce sentiment d’une visite vite expédiée est encore renforcé, la deuxième fois, par la présence de ses compagnons de voyage. Bien qu’il ait choisi de suivre les princes, le jeune Allemand souligne à plusieurs reprises que ses intérêts de voyage divergent des leurs, ce qui peut entraîner des situations désagréables, particulièrement lors des visites guidées. Celle du cabinet des Antiques du roi avec sa collection de médailles, sous la conduite de Jean-François Simon, en constitue un exemple particulièrement révélateur. Simon est plus attentif à tenter d’impressionner les princes que des bourgeois récemment anoblis : c’est surtout des premiers qu’il attend quelque gratification pour leur avoir montré la collection royale. Aussi n’accorde-t-il guère d’attention à Uffenbach et à ses semblables, se concentrant presque exclusivement sur la réaction des princes qui n’est d’ailleurs pas à la hauteur de ses espérances. Notre voyageur témoigne qu’il montrait les médailles antiques :

  • 29 Ibid., p. 123 : « mit großer ungedult, zu mahl da er leicht sehen konnte daß unter unsern anweßende (...)

[…] avec fébrilité, d’autant qu’il lui était facile de voir que, parmi les princes présents – les seuls à qui il s’adressait dans l’espoir d’une récompense –, ne se trouvait ni connaisseur ni amateur ; il n’était guère enclin à consacrer du temps et des efforts à nous autres, têtes blondes29.

  • 30 Ibid., p. 124 : « kaltsinnig bemuckte (?) [sic], aber nicht thate ob es wohl viel mahl tendirt word (...)

24En raison de la tournure prise par la visite, Burckhard et Uffenbach prennent même l’initiative de demander s’il serait possible de la renouveler, avec son autorisation, ce que Simon « accorda froidement, sans jamais s’exécuter malgré des demandes répétées30 » : recherchant avant tout un généreux pourboire, il ne voit pas l’intérêt de montrer le cabinet à des voyageurs desquels il ne peut en espérer.

Les descriptions de Versailles : un mélange d’admiration et de critiques

  • 31 Ziegler 2015, p. 76. Dans le cadre du projet de recherche franco-allemand ARCHITRAVE (Art et archit (...)

25En visitant Versailles, Johann Friedrich Armand von Uffenbach est partagé entre admiration et sens critique, notant en détail ce qu’il aime et ce qui lui déplaît. En ce début du xviiie siècle, notre jeune patricien appartient à une génération qui vient généralement admirer le palais du Roi-Soleil comme la huitième merveille du monde, rarement mise en cause par les visiteurs étrangers. Pourtant, Hendrik Ziegler rappelle que dans la littérature de voyage germanophone des années 1680 à 1720 « l’architecture française a été plus largement critiquée que l’on ne serait porté à croire31 ». Uffenbach appartient à ce groupe des voyageurs moins enthousiastes parmi lesquels on peut entre autres citer l’architecte Leonhard Christoph Sturm (1669-1719). Sa critique dépasse néanmoins le seul domaine architectural et touche également le décor intérieur et les jardins.

  • 32 Grosser 1989, p. 119 : « [e]in adeliger Kavalier hätte derartige Beobachtungen sicher weniger prosa (...)
  • 33 Pour en apprendre plus sur ce sujet, voir Struck 2001.

26Le caractère original de son récit a déjà été remarqué par Thomas Grosser, qui note qu’« [u]n chevalier noble [d’ancienne noblesse] aurait certes interprété de telles observations de façon moins prosaïque32 ». La raison de cette double position d’admirateur et de critique doit être recherchée d’une part dans son statut social qui influence son regard de visiteur33, d’autre part dans le fait que le manuscrit n’était pas destiné à la publication, ce qui lui permettait d’exprimer plus librement son opinion. C’est notamment par cette dimension que son journal de voyage se distingue des autres récits germanophones de la première moitié du xviiie siècle.

D’un Versailles magnifique et fastueux…

  • 34 Uffenbach 1712-1716, p. 85: « sehr königlich ».
  • 35 Ibid. : « schöne allee ».
  • 36 Ibid., p. 86 : « ungemeine parade ».
  • 37 Ibid. : « ein stattliches ansehen haben ».
  • 38 Ibid. : « der berühmte Mansart hat solche erbauet, woraus leicht zu ermeßen daß sie völlig nach dem (...)

27Lors de sa première visite de Versailles, Uffenbach ne refrène pas son admiration lorsqu’il décrit l’entrée du château, « très royale34 » du côté de la ville, et la « belle allée35 » qui y conduit et aboutit à la place Royale, à savoir l’avenue de Paris. En se retournant vers la ville versaillaise, il est particulièrement ébloui par les écuries royales qu’il décrit comme le lieu d’« immenses parades36 » et qui, vues de la place, ont « une apparence imposante37 ». Il rappelle que « l’illustre Mansart les a construites, d’où on peut imaginer facilement qu’elles ont été conçues avec un goût parfait38 ».

  • 39 Ibid., p. 92 : « die architectur daran ist sehr kostbahr und schön die fenster auch in großer zahl (...)

28Notre voyageur est particulièrement sensible à l’architecture du château, comme il le montre dans sa description du corps central : « son architecture est de grande valeur et fort belle avec ces fenêtres en nombre d’une hauteur impressionnante39 ». De même, pendant la visite des appartements qu’il découvre juste après :

  • 40 Ibid., p. 94 : « von hier gingen wir durch verschiedene theils mittelmäßige theils große gemacher, (...)

De là, nous traversâmes différentes pièces, certaines de taille moyenne, d’autres fort vastes, […] chacune plus joliment et plus somptueusement ornée que la précédente ; aucune, selon la manière française qui aime les miroirs en tout lieu pour le plaisir de s’y contempler, ne manquait de grandes et magnifiques glaces40.

  • 41 Ibid., p. 96 : « sich anfangs nicht genug ersehen konnte ».

29C’est aussi sa première impression de la galerie des Glaces, au sujet de laquelle il note « ne pas avoir pu, au début, l’admirer suffisamment41 ».

  • 42 Ibid., p. 102 : « alles meritirt aufmercksamkeit, in sonderheit aber die fürtreffliche und recht kö (...)
  • 43 Ibid., p. 85 : « so prächtig unbeschreiblich »

30Durant sa visite, il est surtout conquis par la façade occidentale du château et la première vue du jardin. Ainsi il explique qu’à Versailles, « tout mérite l’attention, en particulier la façade exquise et vraiment royale du palais côté jardin42 » qu’il qualifie également d’« extraordinairement somptueuse43 ». Il poursuit son propos admiratif en concluant :

  • 44 Ibid., p. 87 : « von dem ersten anblick desselben [Garten] dergestalt erstauneten daß wir nicht wus (...)

dès la première vision de ce dernier [le jardin] nous fûmes saisis au point de ne pas savoir par où commencer et où porter d’abord notre regard ; […] c’était pour moi inédit bien que j’eusses vu de nombreuses maisons de plaisance en Europe, car même si on n’observe celle-ci que superficiellement, il est certain que toutes les autres doivent lui céder la place, […] in summa, s’il devait exister un paradis sur Terre, on ne saurait trouver d’endroit plus approprié que celui-ci44.

  • 45 Ibid., p. 88 : « so weit als man siehet und gehet immer neue garten, und lustplätze findet, so daß (...)

31C’est surtout par sa diversité que le parc ravit Uffenbach. Il s’émerveille de ce qu’il voit et en conclut que « si loin que l’on regarde, où que l’on aille, on trouve toujours de nouveaux jardins et lieux de plaisir, et on peut ainsi qualifier à juste titre tous les environs de jardin45 ». Parmi les différents lieux visités, le jeune homme admire particulièrement le théâtre d’eau qu’il peut, grâce à ses relations, découvrir en action :

  • 46 Ibid., p. 104 : « daher sage nur kurz daß es […] überall unvergleichlich wohl gefallen, und wir unt (...)

À ce propos, je dirais seulement que partout cela […] a plu au-delà de tout et que des multiples jeux d’eau qui, sous nos yeux aussi, et grâce à la recommandation de Monsieur l’envoyé de Imhoff susmentionné, ont jailli pour notre plus grande joie et notre émerveillement, aucun ne m’a davantage séduit que le théâtre d’eau46.

32Contrairement à ce qu’il avait annoncé dans son projet de voyage pour ce deuxième séjour à Versailles, Uffenbach note à cet endroit de son journal la recommandation de son contact Rudolph Christian Imhof, qui lui a permis de voir les eaux jaillissantes, mais pas celle des trois princes qui ont quitté Versailles après avoir renoncé à visiter les appartements.

… à un Versailles confus et délaissé

  • 47 Grosser 1989, p. 119 : « [e]ine aristokratische, von der Aura des Hofes bestimmte und ehrfurchtsvol (...)

33En parallèle de ces témoignages admiratifs, des remarques critiques jalonnent également le récit d’Uffenbach. À propos de cette posture de juge que le jeune Allemand se donne, Thomas Grosser remarque qu’« [u]ne forme de perception aristocratique inspirée par l’aura de la Cour et empreinte de respect […] était clairement étrangère à ce jeune patricien47 ».

34Cette attitude se traduit dès l’arrivée à Versailles et la toute première impression sur le domaine :

  • 48 Uffenbach 1712-1716, p. 84-85 : « es scheinet von fernen wegen seiner vielen imer abgesezten pavill (...)

De loin, il [le site de Versailles] apparaît si confus en raison de ses multiples pavillons et grilles séparés que j’en suis étonné ; il y a tant de bâtiments éloignés les uns des autres et construits indépendamment, avec leurs innombrables pinacles, ornements et fioritures dans un style « vieux-franconien », le tout couvert d’or, comme le sont les frises en haut des édifices, que vus à distance on ne sait qu’en faire, d’autant qu’un grand nombre de grilles dorées brouille encore plus l’aspect extérieur48.

  • 49 Les frères Grimm proposent dans leur dictionnaire une traduction en anglais (wish-wash) et en néerl (...)

35Ce passage insiste sur l’impression de confusion que procure, de loin, la vue de la résidence royale, noyée dans l’espace urbain apparemment sans ordre qui s’est développé devant son entrée. Uffenbach s’en étonne. S’étant probablement attendu à un château isolé, il déplore que la vue soit entravée par quantité de bâtiments et de constructions, que tout soit « embrouillé ». Il utilise même le terme wischiwaschi pour décrire certains ornements : sans véritable équivalent en français, ce mot péjoratif désigne à l’origine un non-sens ou un bavardage49. Appliqué au contexte du récit d’Uffenbach, il suggère que la construction de Versailles est surchargée et incohérente.

  • 50 Uffenbach 1712-1716, p. 85.
  • 51 Preussner 1949, p. 119 : « [d]er erste Eindruck ist für Uffenbach verwirrend ».

36Si on analyse plus en détail ses propos, ses critiques se multiplient. Le jeune voyageur semble même perdre ses illusions devant une architecture dont il qualifie certains traits de « vieux-franconiens » (altfränkisch) et, plus loin, de « hollandais » (holländisch50), renvoyant ainsi à un style qui était utilisé pour les maisons populaires, notamment aux Pays-Bas ou dans le nord de l’Allemagne. Comme le conclut Preussner : « pour Uffenbach, la première impression est déconcertante51 ».

  • 52 Sturm 1719, p. 110.
  • 53 Hardenberg 1741, p. 34. Je remercie Marcus Köhler qui m’a fourni une copie du manuscrit original.
  • 54 Uffenbach 1712-1716, p. 85 : « wenn man nahe hinzu kombt findet man das opern theatrum, denn diesem (...)

37Comme d’autres voyageurs, par exemple l’architecte Leonhard Christoph Sturm en 171952 ou Friedrich Karl von Hardenberg (1696-1793) en 174153, il compare l’entrée du château côté ville à une scène théâtrale. Il note que « quand on s’en rapproche, on se retrouve devant la scène d’un opéra, car avec ses nombreuses dorures il [l’ensemble] y ressemble beaucoup54 ».

38Concernant la vue générale de Versailles, Uffenbach est aussi étonné par la chapelle royale dont le toit s’élève au-dessus de ceux du château :

  • 55 Ibid., p. 91 : « so wir sahen die berühmte capelle in dem pallast […] [die] jedoch dem ganzen werck (...)

alors nous vîmes la célèbre chapelle du palais […] qui, dans la symétrie d’ensemble du château, apparaît davantage comme une anomalie que comme un ornement, car, à main droite du grand corps de logis, elle s’élève seule bien au-dessus du reste55.

39Durant la visite du château, les remarques négatives se font plus fréquentes, notamment à propos de la galerie des Glaces. D’abord admiratif, le ton passe rapidement sur le mode critique :

  • 56 Ibid., p. 96-97 : « über dem spiegel war der raum biß an die decke mit ungemein schönen großen gemä (...)

Au-dessus des glaces, la pièce était jusqu’au plafond couverte de grandes peintures d’une extraordinaire beauté, illustrant les actes héroïques de Louis le Grand, mais qui nous semblaient toutes plutôt ridicules, car après une observation plus détaillée elles prêtaient non seulement à rire, mais mettaient aussi mal à l’aise, leurs flatteries et leurs gasconnades étant par trop maladroites et grossières56.

  • 57 Cité d’après Ziegler 2013, p. 216.

40Le plafond de la galerie des Glaces évoque les grandes victoires du début du règne de Louis XIV, notamment celle de la guerre de Dévolution (1667-1668) avec la paix d’Aix-la-Chapelle du 2 mai 1668 et celle de la guerre de Hollande (1672-1678) avec la paix de Nimègue du 10 août 1678. Notre voyageur est loin d’être le seul à se sentir humilié par ces représentations. Quelques années auparavant, en 1699, Leonhard Christoph Sturm critiquait également la galerie des Glaces qui était « fort infamante pour les nations avec lesquelles il [Louis XIV] a été en guerre », résumant les peintures à un « spectacle d’une idolâtrie et d’une flatterie aussi excessives57 ». Uffenbach remarque la représentation humiliante du Saint Empire romain germanique qui se traduit dans la manière dont l’aigle allemand est figuré :

  • 58 Ibid., p. 97-98 : « überall siehet man übrigends den ehrlichen teutschen adeler erbärmlich abgebild (...)

on voit d’ailleurs partout l’honnête aigle allemand, figuré et honoré de façon pitoyable, et dont il semble que l’inventeur de ces vantardises riches d’enseignement se soit le plus préoccupé58.

  • 59 Struck 2001, p. 28.
  • 60 Nous trouvons ce caractère national dans les récits de Heinrich Sander (1754-1782), de Sophie von L (...)
  • 61 Ibid., p. 28.

41Il renvoie ici à nouveau à Louis XIV de manière méprisante et, ce qui est extrêmement rare pour cette époque, il exprime ce que Bernhard Struck a pu définir comme un trait de « caractère national ou […] l’esprit de la nation, pour juger la France59 ». Cette attitude, dont Struck situe les premières apparitions vers 1750, se développera parmi les voyageurs germanophones surtout durant la deuxième moitié du xviiie siècle60. Pourtant, lors de sa visite de Versailles en 1715, Uffenbach fait déjà partie de ceux pour lesquels « [i]l est évident […] qu’il est possible de juger un pays comme la France […] d’après un critère national et d’après certaines qualités spécifiquement nationales61 ». On peut ainsi voir en lui un précurseur de ce changement de mentalité qui triomphera quarante ans après sa visite.

  • 62 Uffenbach 1712-1716, p. 95 : « aldieweilen sie zum theil ziehmlich alt und rauchigt aus sahen ».
  • 63 Ibid. : « welches aber vermuthlich von dem beständigen bewohnen hergekommen ».

42Une partie de sa critique se concentre sur l’état du domaine, qui semble, malgré la mort récente du roi, déjà très délaissé. Cela se traduit d’abord lors de la visite des appartements où notre voyageur regarde les tapisseries tissées aux Gobelins. Il note dans son journal à propos de ces œuvres de la célèbre manufacture que « toutes avaient l’air en partie usées et jaunies par les fumées62 ». Malgré ces observations, Uffenbach est conscient que leur état actuel « est probablement causé par l’occupation constante63 » des lieux. Notre jeune visiteur est encore davantage étonné dans les jardins où son avis est même partagé par les suisses et les officiers qui accompagnent le groupe :

  • 64 Uffenbach 1712-1716, p. 125-126 : « von einer fontaine oder grotte zu der anderen lieffen, und die (...)

Nous marchâmes d’une fontaine ou grotte à l’autre, et regardâmes les eaux jaillir, la moitié à peine de celles-ci étant en mesure de le faire. Tel était déjà l’état de délabrement après la mort du roi […]. Nous étions accompagnés par plusieurs suisses et officiers royaux, chargés de guider les princes et de leur donner des explications, mais ils regrettaient eux-mêmes que tant [de jeux d’eau] ne fussent plus en mesure de produire de hauts jets, à moins d’engager au plus vite des réparations64.

43Uffenbach ne se rend pas compte de la difficulté d’alimenter en permanence les fontaines et les bassins du domaine royal pour que tous les jets d’eau fonctionnent en même temps, ni des travaux intensifs et coûteux que certaines parties du jardin exigent plus que d’autres. Mais, si la cour est retournée à Paris où elle restera le temps de la Régence pour ne revenir à Versailles que le 15 juin 1722, il est frappant de constater que le domaine est déjà dans un tel état de délabrement si tôt après la mort du roi.

Conclusion

44L’examen du récit de voyage de Johann Friedrich Armand von Uffenbach montre que le statut social de l’auteur a un grand impact sur sa manière de visiter, de voir et de décrire Versailles. Concernant d’abord les modalités des visites, l’on remarque l’importance des réseaux et des relations, qui permettent aux voyageurs bourgeois d’améliorer la commodité de leurs déplacements et d’accéder à des collections qui leur sont ordinairement refusées ou à des spectacles d’eaux réservés aux visiteurs distingués. Dans ce contexte, la circulation des informations influence également le choix des lieux visités. Néanmoins, cela n’empêche pas le guide de manifester sa préférence pour les visiteurs nobles.

45Par ailleurs, le manuscrit d’Uffenbach met en avant le regard extrêmement attentif de l’auteur, balançant entre émerveillement et réprobation. Bien qu’il partage l’admiration des autres visiteurs de son époque, surtout exprimée lors des premières découvertes des jardins et de la galerie des Glaces, il peut rapidement devenir plus critique et remettre en question ses premières impressions. À Versailles, il reproche surtout la cherté du lieu, le peu d’amabilité des guides et, en ce qui concerne l’architecture, la quantité des constructions qui le déconcerte. Mais il ose aussi dénigrer le roi récemment défunt, non seulement dans la manière dont il se représente lui-même, mais également dans le sort qu’il réserve à l’aigle allemand. Bien que ce sentiment d’humiliation soit partagé par d’autres voyageurs, dont Leonhard Christoph Sturm, Uffenbach se distingue en exprimant également un sentiment national, extrêmement rare pour cette époque, une particularité qu’il révèle aussi bien à Versailles que lors de son séjour parisien en général.

46Une autre critique importante concerne l’entretien des lieux, comme le montre l’exemple des tapisseries et des fontaines. Il est frappant qu’Uffenbach note un tel état des intérieurs et extérieurs du domaine dès 1715, soit quelques semaines seulement après la mort du Roi-Soleil. Il serait particulièrement intéressant de comparer ses observations avec d’autres récits de voyage, émanant non seulement de germanophones mais aussi de visiteurs d’autres nationalités, afin d’éprouver son regard et d’étudier les possibles raisons qui l’ont mené à avoir cette image du Versailles de Louis XIV.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites et imprimées

Hardenberg Friedrich Karl von, 1741, Mémoire de mon séjour de Paris l’année 1741, Lietzen (Allemagne), Privatarchiv Hardenberg, no 1486.

Sturm Leonhard Christoph, 1719, Leonhard Christoph Sturms durch Einen grossen Theil von Teutschland und den Niederlanden bis nach Paris gemachete Architectonische Reise-Anmerckungen zu der vollständigen Goldmannischen Bau-Kunst VIten Theil als ein Anhang gethan, Damit So viel in des Auctoris Vermögen stehet, nichts an der Vollständigkeit des Wercks ermangle, Augsbourg, J. Wolff.

Uffenbach Johann Friedrich Armand von, 1712-1716, « Tagebuch [seiner Straßburger Studienzeit und seiner Reise durch die Schweiz, Italien, Frankreich und Belgien], 16.10.1714-30.05.1716 », transcription d’Alste Horn, Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, Cod. Ms. Uffenbach 29v I.-IV, fascicule 8.

Uffenbach Zacharias Conrad, 1753, Herrn Zacharias Conrad von Uffenbach Merkwürdige Reisen durch Niedersachsen Holland und Engelland, éd. J. G. Schelhorn, Francfort, Gaumisch.

Études

Beisiegel Ulrike (dir.), 2008, Die Sammlungen, Museen und Gärten der Universität Göttingen, Göttingen, Univ.-Verlag.

Da Vinha Mathieu, 2017, « Accéder à Versailles », dans Kisluk-Grosheide et Rondot, Visiteurs de Versailles, p. 48-55.

Fischer Roman, 2016, « Uffenbach, Johann Friedrich von », Frankfurter Personenlexikon ; [en ligne] : http://frankfurter-personenlexikon.de/node/1519.

Fromageot Paul, 1906, « Les hôtelleries et cabarets de l’ancien Versailles », Revue de l’histoire de Versailles et de Seine-et-Oise, p. 24-46.

Grimm Jacob et Wilhelm, 1854-1971, Deutsches Wörterbuch, Leipzig, S. Hirzek Verlag ; [en ligne] URL : http://woerterbuchnetz.de/cgi-bin/WBNetz/wbgui_py?sigle=DWB.

Grosser Thomas, 1989, Reiseziel Frankreich. Deutsche Reiseliteratur vom Barock bis zur Französischen Revolution, Opladen, Westdt. Verlag.

Horn-Oncken Alste, 1978, Ausflug in elysische Gefilde : Das europäische Campanienbild des 16. und 17. Jahrhunderts und die Aufzeichnungen J.F.A. von Uffenbachs, Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen Philologisch-historische Klasse, t. 3, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Jung Rudolf, 1895, « Uffenbach, Johann Friedrich Hermann von », Allgemeine Deutsche Biographie 39, p. 132-134 ; [en ligne :] https://www.deutsche-biographie.de/pnd102418500.html#adbcontent.

Kisluk-Grosheide Daniëlle et Rondot Bertrand (éd.), 2017, Visiteurs de Versailles. Voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, cat. exp. (Versailles, château de Versailles, 22 octobre 2017-25 février 2018), Paris, Gallimard / Versailles, château de Versailles.

Leibetseder Mathis, 2013, Kavalierstour – Bildungsreise – Grand Tour: Reisen, Bildung und Wissenserwerb in der Frühen Neuzeit, Mayence, Leibniz-Institut für Europäische Geschichte (IEG)/Europäische Geschichte Online (EGO) ; [en ligne :] http://www.ieg-ego.eu/leibetsederm-2013-de.

Meyerhöfer Dietrich, 2007, Johann Friedrich von Uffenbach, Georg-August-Universität Gottinger ; [en ligne :] : https://www.uni-goettingen.de/de/06.05.07+-+johann+friedrich+von+uffenbach+-+dietrich+meyerh%C3%B6fer%2C+m.a./413887.html.

Preussner Eberhard, 1949, Die musikalischen Reisen des Herrn Uffenbach aus Frankfurt am Main, 1712-1716, Cassel/Bâle, Bärenreiter-Verlag.

Struck Bernhard, 2001, « De l’affinité sociale à la différence culturelle. La France vue par les voyageurs allemands au xviiie siècle », Francia, t. 28, p. 17-35.

Ziegler Hendrik, 2013, Louis XIV et ses ennemis. Image, propagande et contestation, Paris, Centre allemand d’histoire de l’art / Versailles, Centre de recherche du château de Versailles / Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes.

Ziegler Hendrik, 2015, « L’art français à l’épreuve du jugement allemand : le cas de l’hôtel de Bisseuil examiné par Leonhard Christoph Sturm », Revue de l’art, 190, no 4, p. 75-82.

Haut de page

Notes

1 Le terme anglais grand tour renvoie à un voyage réalisé essentiellement vers l’Italie par de jeunes nobles, d’une durée d’un à trois ans, dans le but d’approfondir leurs connaissances à la suite de leur formation dans leur pays d’origine. Le adlig-patrizische Kavalierstour allemand (« voyage de cavalier noble-patricien ») s’en distingue par le fait qu’il concerne surtout des voyageurs issus de familles patriciennes/bourgeoises parfois anoblies. Pour plus d’informations à ce sujet, voir Leibetseder 2013.

2 Uffenbach 1712-1716. Cet article est issu de notre mémoire de master, intitulé « La diffusion d’une ville “modèle” ? Représentations de la ville de Versailles dans la littérature de voyage allemande des xviie et xviiie siècles », réalisé sous la direction de Philippe Salvadori (université de Bourgogne à Dijon) et de Matthias Schnettger (Johannes-Gutenberg Universität à Mayence). Pour le rédiger, nous avons utilisé la transcription effectuée par l’historienne de l’art allemande Alste Horn-Oncken, également conservée à Göttingen et non publiée – sinon une partie traitant du séjour à Naples, dans le cadre d’une étude sur l’image européenne de la campagne aux xvie et xviie siècles (voir Horn-Oncken 1978).

3 Uffenbach 1712-1716, p. IV : « Immaßen ich, so viel an mir ist, hüten und wachen werde daß es unter keine andere als meine eigenen hände komme. »

4 Grosser 1989, p. 117-119.

5 Voir Beisiegel 2018 et Meyerhöfer 2007.

6 Fischer 1996 (2006) et Jung 1895. Son troisième prénom, dont on connaît les deux orthographes « Armand » ou « Hermann », est ajouté plus tard par Uffenbach lui-même pour ne pas être confondu avec un proche parent portant le même prénom.

7 Nom de la maison où se réunissaient, à l’origine, les nobles membres de cette société.

8 Ibid.

9 Voir Uffenbach 1753.

10 Ibid., p. 129-130 : « sezeten uns ungemein ermüdet in unsere kutschen und fuhren noch in der nacht welches eben nicht gar zu sicher war nach paris, ob wohlen wir anderen tages abermahlen […] nach marly zu gehen vorhatten, und wir ganz nah von hierhaus dabey waren, denn wir scheueten die extraordinaire kosten, so uns dießes nachtlager alhier veruhrsacht haben würde, und thaten lieber so viel umbweg ». Les mots soulignés figurent ainsi dans la transcription d’Alste Horn-Oncken que nous utilisons.

11 Cette auberge recevait des personnes de condition et se trouvait vraisemblablement au bout de la rue de la Surintendance [actuelle rue de l’Indépendance américaine] ou début de la rue du Vieux-Versailles ; voir Fromageot 1906, p. 46.

12 Uffenbach 1712-1716, p. 9 : « alwo wir bei einem traiteur au treize cantons zu mittag zwar gut aber ziehmlich theuer, die persohn par ecus [sic] ohne wein speiseten ».

13 Ibid., p. 84 : « Der Weg dahin ist sehr eben und volckreich auch mit passagen gelder, so man bey einer brücke im passiren der Seine geben muß, wohl versehen, und währet ohngefehr 3 stunden. » Les ambiguïtés lexicales et syntaxiques de ce passage laissent subsister un doute quant à la signification du qualificatif « wohl versehen ». Si le sens littéral semble être « bien pourvue », dans le contexte décrit par l’auteur, on pourrait aussi comprendre « bien entretenue ».

14 Nous reviendrons infra sur les compagnons de voyage d’Uffenbach.

15 Ibid., p. 127 : « als wir mit der garten und waßer lust fertig waren gingen unsere prinzen nach dem schloß, willends die appartements zu sehen, als sie aber dahin kahmen und wir uns mit anhangeten, ob[wohl] wir es schon vorher gesehen hatten musten wir zeuge der abschlägigen antwort oder der nase unserer durchl[auchten] seyn, welche hierzu nicht gelaßen worden, was die uhrsach geweßen, kan ich nicht sagen wohl aber daß sie [die Prinzen] alsobalt nach ihren kutschen gefragt und nach hauß gefahren ».

16 Preussner 1949, p. 119.

17 Il s’agit probablement d’Albrecht Konrad Finck von Finckenstein (1660-1735).

18 Voir Uffenbach 1712-1716, p. 109-110.

19 Ibid., p. 122 : « und ginge abends zu he[rrn] Stammern und compagnie, woselbst die übrige zeit nachfragen, und addresse nehmen hinbrachte ».

20 Ibid., p. 84 : « dinstag hatte ich mit he[rrn] von Stammer, burckhard, und fischer nebst meinen reißgefährten abrede genommen und anstalt gemacht versailles zu sehen ». Il s’agit ici probablement du général Gottfried Leberecht von Stammer (1695-1786), du juriste Johann Georg Burckhard (1684-1764) et du Hofkammerrat (administrateur) de la maison Württemberg à Stuttgart, Ernst Johann Friedrich Fischer (?-?).

21 Ibid., p. 84 : « dahin [Versailles] wir auch in 2 carossen de remise bey schönem wetter morgends frühe fuhren es war dießes was besonderes in dergleichen voituren [sic] dahin zu kommen, welches durch vermittelung des he[rrn] von Imhoffs wolffenbüttels schon gesandtens erlaubet wurde, indem man sonsten nicht anders als mit burceau [sic] kutschen so von schlechter gestalt sind, und die es von dem konig mit großem geld gepacht haben, dahin kommen darff ». Rudolph Christian Imhof (1660-1717) est un homme d’État originaire de Wolfenbüttel ; il est à Paris durant la même période que Johann Friedrich Armand von Uffenbach.

22 Da Vinha 2017, p. 50.

23 Uffenbach 1712-1716, p. 128 : « sie nicht wie sonsten es bey prinzen gewöhnlich ist, in kleinen roll wagen in dem garten von einer fontaine nach der anderen geführt ».

24 Ibid., p. 122 : « sonabends den 21 aber mit dießer gesellschaft nach versailles fuhre, indem wir gehört hatten daß die prinzen von würtenberg, anhaltköthen, und ostfrießland die waßer alda springend besehen würden ». Il s’agit ici probablement de Friedrich Ludwig von Württemberg (1698-1731), de August Ludwig von Angalt-Köthen (1697-1755) et d’un prince du comté de Ostfriesland, soit Georg Albrecht von Ostfriesland (1690-1734), soit son frère Enno August von Ostfriesland (1697-1725).

25 Ibid., p. 122 : « wir richteten es also an, daß wir zu gleicher zeit mit ihnen ankahmen, und weile wir eins dabey mit sehen wolten, musten wir überall mit herumb lauffen ».

26 Kisluk-Grosheide et Rondot 2017, p. 26.

27 Uffenbach 1712-1716, p. 122 : « he[rr] burckhard von wolffenbüttel so mit in unserer gesellschaft war hatte einen brieff von he[rrn] Simon guarde du cabinet des antiques du roy, und hierdurch hoffeten wir da zu kommen zu können ». Jean-François Simon (1654-1719) occupa cette fonction de 1712 à 1719.

28 Ibid., p. 95-96 : « wir konten uns allzu lange in jedem nicht aufhalten, indem der man so uns herumb führte sehr eilete ».

29 Ibid., p. 123 : « mit großer ungedult, zu mahl da er leicht sehen konnte daß unter unsern anweßenden prinzen als auf welche er sich des recompenses halben allein richtetet weder kenner noch liebhaber waren, unserer übrigen gelben haaren aber wegen wolte er sich keinen auffenthalt noch mühe machen ».

30 Ibid., p. 124 : « kaltsinnig bemuckte (?) [sic], aber nicht thate ob es wohl viel mahl tendirt worden ».

31 Ziegler 2015, p. 76. Dans le cadre du projet de recherche franco-allemand ARCHITRAVE (Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque), mené sous la direction de Hendrik Ziegler, seront prochainement édités plusieurs récits de voyage allemands. Voir le site du projet : https://architrave.eu.

32 Grosser 1989, p. 119 : « [e]in adeliger Kavalier hätte derartige Beobachtungen sicher weniger prosaisch interpretiert ».

33 Pour en apprendre plus sur ce sujet, voir Struck 2001.

34 Uffenbach 1712-1716, p. 85: « sehr königlich ».

35 Ibid. : « schöne allee ».

36 Ibid., p. 86 : « ungemeine parade ».

37 Ibid. : « ein stattliches ansehen haben ».

38 Ibid. : « der berühmte Mansart hat solche erbauet, woraus leicht zu ermeßen daß sie völlig nach dem gout beschaffen sind ».

39 Ibid., p. 92 : « die architectur daran ist sehr kostbahr und schön die fenster auch in großer zahl und ungemein hoch ».

40 Ibid., p. 94 : « von hier gingen wir durch verschiedene theils mittelmäßige theils große gemacher, […] imer prächtiger und schöner aus geziehrt als das andere, in welchen allen es nach französcher manier, die gerne spiegel haben umb sich überall zu besehen, an überaus großen und magnifiquen spiegeln es nicht fehlete ».

41 Ibid., p. 96 : « sich anfangs nicht genug ersehen konnte ».

42 Ibid., p. 102 : « alles meritirt aufmercksamkeit, in sonderheit aber die fürtreffliche und recht königliche fassade des pallastes nach dem garten ».

43 Ibid., p. 85 : « so prächtig unbeschreiblich »

44 Ibid., p. 87 : « von dem ersten anblick desselben [Garten] dergestalt erstauneten daß wir nicht wusten wo anzufangen, und wohin die augen am ersten zu wenden; […] war mir was ungewöhnliches obwohlen schon viele lusthäußer in europe gesehen denn wenn man dießes nur oben hin betrachtet, müßen gewißlich alle andere zurück weichen, […] in summa wenn auf erden ein paradis seyn solte, könte man keinen düchtigeren ort als dießen antreffen ».

45 Ibid., p. 88 : « so weit als man siehet und gehet immer neue garten, und lustplätze findet, so daß man die ganze gegend einen garten füglich nennen kann ».

46 Ibid., p. 104 : « daher sage nur kurz daß es […] überall unvergleichlich wohl gefallen, und wir unter den häuffigen waßerwercken […] als auch unsertwegen durch recommendation des oben erwehnten he[rrn] envoyé von imhoff halben, zu unserem größten vergnügen und verwunderung sprangen [sahen] keines beßer gefallen als das theatre d’eau ».

47 Grosser 1989, p. 119 : « [e]ine aristokratische, von der Aura des Hofes bestimmte und ehrfurchtsvolle Perzeptionsweise [..] lag dem jungen Bürger deutlich fern ».

48 Uffenbach 1712-1716, p. 84-85 : « es scheinet von fernen wegen seiner vielen imer abgesezten pavillons und grilles so confus daß mich verwundert, der apart abgerißenen und separat gebaueten haußer sind so viele und dieße alle mit ohnzehlichen altfränkischen spizen ziehrathen und wischiwaschi, so alle verguldet, gleich wie die frisen oben an den gebäuden, daß man nicht weiß von weitem was man daraus machen soll, zumahlen da die viele verguldete ge gitter das ansehen sehr confudiren ».

49 Les frères Grimm proposent dans leur dictionnaire une traduction en anglais (wish-wash) et en néerlandais (wis-jewasje). Voir : « wischiwaschi » dans Grimm 1854-1961, t. 30, col. 726.

50 Uffenbach 1712-1716, p. 85.

51 Preussner 1949, p. 119 : « [d]er erste Eindruck ist für Uffenbach verwirrend ».

52 Sturm 1719, p. 110.

53 Hardenberg 1741, p. 34. Je remercie Marcus Köhler qui m’a fourni une copie du manuscrit original.

54 Uffenbach 1712-1716, p. 85 : « wenn man nahe hinzu kombt findet man das opern theatrum, denn diesem siehet es der vielen verguldung wegen sehr gleich ».

55 Ibid., p. 91 : « so wir sahen die berühmte capelle in dem pallast […] [die] jedoch dem ganzen werck oder pallast mehr einen mißstand in der simetrie, als ziehrath giebet, indem sie rechter hand neben dem großen corps de logis allein stehet, und über alles herfür raget ».

56 Ibid., p. 96-97 : « über dem spiegel war der raum biß an die decke mit ungemein schönen großen gemählten bedecket, die die helden thaten des louis le grand vorstelleten uns aber alle gar schnackisch fürkahmen, ja nach näherer besichtigung nicht allein lachen sondern auch etwas übel machten denn die schmeicheleyen und gasconaden waren gar zu plump und grob ».

57 Cité d’après Ziegler 2013, p. 216.

58 Ibid., p. 97-98 : « überall siehet man übrigends den ehrlichen teutschen adeler erbärmlich abgebildet und gehuldet mit welchem der erfinder dießer sinreichen prahlereyen wie es scheinet, am meisten zu thun gehabt hat ».

59 Struck 2001, p. 28.

60 Nous trouvons ce caractère national dans les récits de Heinrich Sander (1754-1782), de Sophie von La Roche (1730-1807) ou encore de Johann Jacob Volkmann (1732-1803). Voir Struck 2001, p. 30.

61 Ibid., p. 28.

62 Uffenbach 1712-1716, p. 95 : « aldieweilen sie zum theil ziehmlich alt und rauchigt aus sahen ».

63 Ibid. : « welches aber vermuthlich von dem beständigen bewohnen hergekommen ».

64 Uffenbach 1712-1716, p. 125-126 : « von einer fontaine oder grotte zu der anderen lieffen, und die waßer springen sahen, allein es waren selbiger kaum die helffte im stande daß sie springen konten. so [sic] verfallen sahe es schon nach des konigs todt hier aus […] es begleideten uns etliche schweizer und königliche officier, die den prinzen die wege und auslegung machen sollten, sie bedauerten aber selber daß so viele keine große sprünge in der welt mehr machen würden, zu mahl wenn nicht balt an die reparation hand angelegt würde ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Dathan Johann Georg, Johann Friedrich von Uffenbach, 1746, huile sur toile, 41,5 × 31,7 cm. Francfort-sur-le-Main, Historisches Museum Frankfurt, HMF B0604.
Crédits © Horst Ziegenfusz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18572/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 785k
Titre Fig. 2. Arbre généalogique de la famille Uffenbach.
Légende Cet arbre ne montre que les ancêtres masculins de Johann Friedrich Armand von Uffenbach, en précisant leurs dates et leur profession lorsqu’elles sont connues ; pour des raisons de place, les membres féminins de la famille ne sont pas intégrés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18572/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 3. Plan général de la ville, château, jardins et parc de Versailles, nouvellement levé sur les lieux, 1715, estampe, eau-forte et burin, 43,9 × 56,2 cm. Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, FT 4-VA-422.
Légende Permalien : http://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb442196321
Crédits Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/18572/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angela Göbel, « Entre admiration et critique : Johann Friedrich Armand von Uffenbach à Versailles (1715) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18572

Haut de page

Auteur

Angela Göbel

Double diplômée du Master of Arts Geschichte (Neuzeit) de la Johannes Gutenberg-Universität à Mayence et d’un master recherche en histoire moderne et contemporaine de l’université de Bourgogne à Dijon, Angela Göbel a travaillé en tant que chargée de recherche pour le projet franco-allemand ARCHITRAVE d’abord au Centre allemand d’histoire de l’art à Paris, puis au Centre de recherche du château de Versailles. Depuis novembre 2020 elle est doctorante à l’Université Lyon 3 Jean Moulin (LARHRA) sous la direction de Bernard Hours et de Hendrik Ziegler en cotutelle avec la Philipps-Universität Marburg. Ses recherches se focalisent sur la ville de Versailles ainsi que d’autres villes-résidences en Europe, l’histoire urbaine et la circulation du savoir entre architectes aux xviie et xviiie siècles. L’article présent est issu de son mémoire de master intitulé « La diffusion d’une ville “modèle” ? Représentations de la ville de Versailles dans la littérature de voyage allemande des xviie et xviiie siècles ».
Angela Göbel obtained in 2019 a Master of Arts from the Johannes Gutenberg-Universität Mainz and a Master of Research from the Université de Bourgogne in Dijon, both in modern and contemporary history. Subsequently she worked as a research fellow on the French-German project ARCHITRAVE, first at the Centre Allemand d’Histoire de l’Art in Paris and then at the Centre de Recherche du Château de Versailles. Currently she is preparing a PhD in History supervised by Bernard Hours of the Université Lyon 3–Jean Moulin (LARHRA) and Hendrik Ziegler of the Philipps-Universität Marburg. Her research focuses on urban history and the transfer of knowledge between architects during the seventeenth and eighteenth centuries in the city of Versailles as well as other cities of royal residence in Europe.
E-mail : angelagoebel[at]outlook.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search