Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Récits de voyages à Versailles, X...Le château de Versailles à traver...

Le château de Versailles à travers le regard de jeunes voyageurs, futurs rois de Pologne : Auguste III et Stanislas-Auguste Poniatowski

The Palace of Versailles Through the Eyes of Young Travellers, Future Polish Kings: Augustus III and Stanisław August Poniatowski
Joanna Orzeł

Résumés

Versailles – perçu comme un espace physique (château et jardins) et comme un lieu réunissant les personnalités les plus importantes de la politique européenne – était une étape obligatoire du grand tour. Parmi les visiteurs que l’on peut recenser, se trouvent de jeunes hommes qui ont été ultérieurement élus rois polonais, comme Jean III Sobieski, Auguste II, Auguste III, Stanislas Leszczyński et Stanislas-Auguste Poniatowski. Dans la majorité des cas, il existe des sources confirmant leur visite à la cour française. Ces relations ont été écrites par eux-mêmes ou par leurs précepteurs, tout au long de leur voyage ou des années plus tard. L’article se concentre sur deux de ces récits, datant du xviiie siècle. Le premier est une relation du voyage de Frédéric-Auguste, futur Auguste III, écrite par son précepteur Jan Kos ; pour le deuxième, en revanche, il s’agit des mémoires du dernier roi de Pologne, Stanislas-Auguste Poniatowski, écrits des années après. L’analyse des deux sources se focalise sur la description du château et des jardins de Versailles, ainsi que des personnes rencontrées à la cour. Il est également utile de comparer la narration. Le premier récit se caractérise par une description baroque et détaillée, le rapport étant destiné au père du jeune voyageur, le roi Auguste II le Fort. Le second est quant à lui issu de la réflexion d’un homme plus âgé, qui met l’accent sur les relations humaines et révèle un sens artistique beaucoup plus marqué.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Kamecka 2012 et Orzeł (à paraître en 2021).

1Sous l’Ancien Régime, les visites en France, en particulier à Paris et à Versailles, sont une étape obligée de tout voyage éducatif pour les jeunes gens de toute l’Europe, y compris ceux de la République des Deux Nations1. Et cela concerne aussi bien les deux derniers rois de Pologne : Frédéric-Auguste, qui a régné sous le nom d’Auguste III (1736-1763), et Stanislas-Auguste Poniatowski (1764-1795). Pour l’un comme pour l’autre, la France est donc une halte incontournable sur le grand tour, mais les récits de leur voyage, et en particulier celui de leur séjour à Versailles, se présentent différemment. Le premier, celui de Frédéric-Auguste, a été écrit dans les années 1714-1715, c’est-à-dire à la toute fin du règne de Louis XIV (1643-1715), et composé au jour le jour. Celui de Stanislas-Auguste Poniatowski a été rédigé des années plus tard et s’inscrit dans le cadre de ses mémoires, où son voyage en France en 1753 et 1754 est relaté comme un épisode de sa vie. Ces deux relations, très différentes donc dans la forme, dans la chronologie comme dans leur rédaction, le sont aussi dans leur contenu et dans la vision qu’elles offrent de Versailles, de ses habitants et du château lui-même, comme symbole de la France.

Le futur Auguste III en France (1714-1715)

L’éducation du prince électoral de Saxe

2Frédéric-Auguste (1696-1763) est le fils du prince-électeur de Saxe Frédéric-Auguste Ier, roi de Pologne sous le nom d’Auguste II (1697-1704, 1709-1733), appelé lui-même à régner. Le programme éducatif qui attend un futur roi de Pologne nous est décrit dans un pamphlet intitulé « Portrait de la cour de Pologne et de Saxe » (1704) : il y est stipulé que le jeune prince doit apprendre l’histoire, la géographie, la politique, la physique, l’arithmétique, la géométrie, l’architecture urbaine et militaire. Mais il lui est également recommandé d’observer pour s’en inspirer certains souverains de l’époque :

  • 2 Johann Friedrich von Wolfframsdorff, « Portrait de la Cour de Pologne [et] de Saxe. Imprimé à Colog (...)

L’exemple du Roi de France nous sert encore dans cette occasion, qui tout ignorant qu’il e[s]t pour ce qui regarde les études, entend pourtant parfaitement ce[t] art de régner, dont nous revenons de parler, et cependant toutes les sciences sont dans leur lustre [sous] son règne2.

  • 3 Staszewski 1989, p. 39.

3C’est ainsi que Frédéric-Auguste est envoyé par son père en Europe pour y faire son grand tour, accompagné et supervisé par son précepteur, Jan Kos. Il reçoit des instructions rédigées, avec des objectifs précis : il visitera d’abord les principautés allemandes, puis se rendra en Italie et en France, dans le but d’y étudier le système de gouvernement et son fonctionnement3. Le prince devra s’intéresser particulièrement à l’histoire et à la politique et veiller à ne rester qu’en bonne compagnie.

4C’est durant son séjour à Bologne, en 1712, qu’il se convertit du protestantisme au catholicisme (seule confession acceptée pour pouvoir régner sur la République des Deux Nations) – son étape suivante est la France, aussi sa conversion est-elle rapidement rapportée à Louis XIV. Le prince arrive à Paris le 1er octobre 1714 et il y séjournera jusqu’au 15 juin 1715, en tant qu’invité du roi de France.

  • 4 Richter 1913, p. 303.

5Le cahier d’apprentissage du français de Frédéric-Auguste contient de nombreuses fautes de grammaire et d’orthographe, correspondant à une notation phonétique ; pourtant, il est avéré par ailleurs qu’il maîtrise très bien la langue française et la parle couramment4.

L’hôte du Roi-Soleil

6Les voyages de Frédéric-Auguste à travers l’Allemagne, l’Italie et la France sont rapportés par Jan Kos. Ce récit ne contient ni itinéraire ni description de la route ou du logement : mais il est clair qu’à Versailles notamment, en sa qualité de prince, Frédéric-Auguste est directement logé dans les appartements où il côtoie la meilleure compagnie. Dans sa relation, Jan Kos se concentre donc sur les personnes avec lesquelles son élève dîne ou sur les divertissements auxquels il assiste. Ses plus longs développements sont ainsi consacrés à ce qui constitue le but du voyage : les cérémonies auxquelles le prince peut participer dans la demeure de Louis XIV.

  • 5 Kraushar 1910, p. 4.
  • 6 Ibid., p. 8.
  • 7 Ibid., p. 11.

7La plus fameuse de ces cérémonies versaillaises, à laquelle Frédéric-Auguste est convié (seul ou avec son précepteur), est le lever du roi. Il y assiste pour la première fois dès le deuxième jour de son séjour à Versailles. Son rang l’autorise à donner la chemise au roi : or, comme le souligne Kos, s’il s’agit d’un grand honneur en France, ce n’est pas le cas en Saxe5. Aussi, afin d’éviter un malentendu et une situation gênante, Frédéric-Auguste ne se présente au lever que lorsque Louis XIV est déjà habillé6. Honneur sera rendu au visiteur en d’autres occasions. Ainsi – comme le note fièrement le précepteur –, le roi s’adresse directement à lui pour l’interroger sur sa santé. Ou bien le prince et Kos participent à un dîner royal, au cours duquel ils ont l’occasion d’écouter un concert7.

  • 8 Il s’agit probablement de la Grande Galerie.
  • 9 Staszewski 1989, p. 68.

8Le plus souvent, après la cérémonie du lever et pendant l’office, le prince et son précepteur visitent le château – Kos mentionne notamment la « galerie des Réformés8 », par laquelle le roi se rend à la chapelle. Comme nous l’avons déjà évoqué, Louis XIV a été prévenu par le pape de la conversion de Frédéric-Auguste ; cependant il a décidé de garder cette information secrète et toute la cour est convaincue qu’il est encore protestant – certaines dames tentent même de le convertir au catholicisme. C’est pourquoi le prince quitte la messe lors des rites réprouvés par les protestants – ce faisant, les Saxons et les autres luthériens continuent de penser qu’il est encore de leur foi9.

  • 10 Il s’agit probablement de l’une des galeries de pierre.
  • 11 Kraushar 1910, p. 14 : « kaplicę, schody wielkie i [wszystko], co z rana widzieć mogło ». Toutes le (...)

9Un jour, les deux hommes se promènent dans ce qu’ils appellent la « galerie des Suisses10 », un autre ils déambulent dans les appartements et admirent « la chapelle, le grand escalier et tout ce que l’on peut voir le matin11 ». Dans la chapelle, ils se contentent de rester dans le chœur pour écouter la musique :

  • 12 Ibid., p. 14 : « […] bo król był na dole ze wszystkiemi książętami i księżnami sanguinis, tudzież z (...)

[…] parce que le roi était en bas avec tous les princes et les princesses de sanguinis, et avec les cardinaux, les ministres, les dames, tout comme [avec] toute la cour, le roi sur une chaise, princes et duchesses sanguinis regii et autres dames sur des tabourets, et d’autres sur des bancs, toute la chapelle était couverte de tapisseries à la manière persane, réalisées pour l’occasion, sauf là où le roi lui-même était, entouré de velours cramoisi12.

La découverte des jardins

10Mais Frédéric-Auguste et Jan Kos apprécient particulièrement de se promener dans les jardins et au bord du canal. Kos se montre un jour enchanté par les calèches, dont l’une – qu’il compare à un char de triomphe – est conduite par Louis XIV lui-même. Ou bien il décrit les gondoles vénitiennes qui s’arrêtent devant le roi et le suivent le long du Grand Canal. Ou encore il observe les oiseaux en train d’attraper des poissons.

11Le plus souvent, le précepteur évite les descriptions, mais parfois il se permet un passage un peu plus long :

  • 13 Ibid., p. 7 : « Książąt marszałków francuskich i różnych kawalerów wielu było przed królem i za kró (...)

Les princes-maréchaux français et beaucoup d’hommes divers [étaient] devant le roi et derrière le roi sur des chevaux, les calèches et les gens sur les bords étaient innombrables, et au milieu du canal sur deux gondoles vénitiennes, c’est-à-dire des grandes barques richement ornées, les musiciens du roi jouaient, le prince [Frédéric-Auguste était] avec ladite compagnie dans la gondole vénitienne, ils se tenaient proches de la musique, tandis que le roi passait13.

  • 14 Ibid., p. 15-16.
  • 15 Ibid., p. 16.

12Il lui arrive de donner des précisions sur l’apparence des moyens de transport – par exemple des coches légers, tapissés de damas cramoisi. Il s’attarde encore sur les jardins. Un jour, les invités y découvrent la moitié des fontaines et le labyrinthe, avant de naviguer dans trois barges sur le Grand Canal14. Le lendemain, ils contemplent l’autre moitié des fontaines, puis empruntent à nouveau le Grand Canal pour se rendre à Trianon, où Kos note que le palais, le jardin et les fontaines sont très différents de ceux de Versailles et de Marly. Son récit se colore d’un style baroque à l’occasion notamment de sa visite de la ménagerie où il voit des cabinets d’or et de cristal, ainsi que divers oiseaux et animaux15.

13Il est intéressant de noter que les canaux et les jardins suscitent davantage son admiration et son intérêt que l’ameublement du château de Louis XIV. Mais, étant donné que Kos s’était déjà rendu en France par le passé pour accompagner le grand tour d’autres jeunes magnats, il est possible qu’il n’ait pas jugé nécessaire de noter ses impressions sur un endroit qu’il connaissait peut-être. En revanche, sa visite à Trianon, sur laquelle il s’étend, était probablement la première.

Le royaume de l’étiquette

  • 16 Ibid., p. 15.
  • 17 Ibid., p. 28 : « widział porządek, jakim król z temi kawalerami siedział w kościele, a po bokach pr (...)

14Cependant, le séjour de Frédéric-Auguste a surtout pour but d’observer le cérémonial de la cour de Versailles. Aussi sait-on que, le 8 novembre 1714, il assiste à la cérémonie qui célèbre la paix conclue avec l’Empire, mettant fin à la guerre de la Succession d’Espagne16. Étonnamment, Kos ne laisse pourtant aucune description de l’événement. À l’inverse, il relate en détail la journée du Nouvel An, le 1er janvier 1715. Après le lever du roi, Frédéric-Auguste rencontre Louis XIV sur le chemin de la chapelle, vêtu, de même que les chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, d’un manteau de velours noir richement doublé. Puis, il se voit désigner un endroit d’où « [il peut étudier] l’ordre selon lequel le roi avec ces chevaliers [est] assis dans l’église, avec les princes du sang à ses côtés, les cardinaux devant lui, et les chevaliers étrangers des deux côtés17 ».

15Mais l’événement le plus longuement décrit par Kos est la visite d’un ambassadeur persan, une cérémonie qui illustre parfaitement le style de gouvernement de Louis XIV, c’est-à-dire ce que Frédéric-Auguste est venu apprendre en France. L’audience a lieu dans la Grande Galerie le 19 février 1715, à l’extrémité de laquelle une estrade a été montée pour le trône royal, ainsi élevé de huit marches. Louis XIV est assis sous un baldaquin richement brodé, vêtu d’un manteau décoré de nombreux diamants. Dix princes se tiennent à ses côtés :

  • 18 Ibid., p. 38.

« [à droite] le petit dauphin, le petit duc de Chartres, le comte [de] Charolois, le duc du Maine, le comte d’Eu, [à gauche] le duc d’Orléans, Mr. le duc, le prince de Conti, le prince d’Ombe [sic] [de Dombes], le comte de Toulouse18.

16Tous sont habillés de toilettes d’or, ornées de nombreux diamants et autres pierres précieuses. Le trône est encadré de deux balustrades, derrière lesquelles Kos aperçoit, dans l’ordre :

  • 19 Ibid.

Madame la duchesse de Berry, Madame la duchesse d’Orléans, Madame la duchesse, Madame la douairière princesse de Conti, Madame la jeune duchesse, Madame la jeune princesse de Conti, Mademoiselle [de] Charolois, Mademoiselle [de] Clairemon [Clermont], Mademoiselle de la Rochurion [Roche-sur-Yon]19.

  • 20 Ibid.

17Kos remarque également les absences : « Madame la grande douairière princesse de Conti et Madame la duchesse du Maine20 ». Sur la deuxième marche du trône est placé l’électeur de Bavière avec les dames de sa cour, et sur la quatrième marche le prince saxon Frédéric-Auguste avec d’autres dames. Par ailleurs, des bancs ont été installés pour les dames sur toute la longueur de la galerie. Kos rapporte avec admiration que celle-ci est remplie de gens de la cour, mais aussi d’étrangers.

  • 21 Ibid., p. 39 : « 106 pereł miernej wielkości na sznurze, 200 turkusów i dwa słoiczki złote z drogim (...)

18Il décrit ensuite le déroulement de l’ambassade. Des gardes français et suisses se tiennent dans la cour, battant tambours et présentant leurs armes. Le marquis de Torcy est chargé de guider l’envoyé persan à travers la Galerie – à la fois pour le montrer et pour le présenter. L’ambassadeur s’approche du roi de France assis sur son trône. Louis XIV se lève, enlève un instant son chapeau et fait deux pas vers lui. Il reçoit une lettre de l’empereur de Perse qu’il confie au marquis de Torcy, avec une boîte contenant en cadeau « 106 perles de taille médiocre sur une corde, 200 turquoises et deux pots d’or avec une lotion coûteuse. Le coffret a été scellé par les sceaux du roi de Perse21 ». À la fin de l’audience, le roi retire de nouveau son chapeau et se rend à la messe avec les princes, s’arrêtant en chemin pour se montrer sur le balcon à ses sujets.

  • 22 Ibid.

19Après avoir quitté la Galerie, l’ambassadeur, accompagné par le marquis de Torcy, rencontre le dauphin en audience privée. Il est ensuite conduit dans la salle des ambassadeurs, où il ne prend que du pain, préférant manger par ailleurs ce que ses propres gens lui ont préparé. Il retourne enfin à Paris, accompagné par le baron de Breteuil, introducteur des ambassadeurs. Kos consacre toute la dernière partie de son récit à une description admirative de la tenue royale, sur laquelle il a remarqué surtout un diamant, le Sancy22.

L’amour de la chasse

  • 23 Ibid., p. 14.
  • 24 Ibid., p. 46.

20Conformément à ses instructions, Kos prend le soin de mentionner dans son récit les personnages avec lesquels Frédéric-Auguste converse, prend ses repas ou joue aux cartes. Le passe-temps favori du prince à Versailles reste probablement surtout la chasse, en particulier celle aux cerfs. À l’occasion de la fête de la saint Hubert, patron des chasseurs, il a l’occasion d’aller chasser dans le parc de Marly et, au cours de cette escapade, de rencontrer Louis XIV23. Une autre fois, lors d’un des nombreux levers auxquels il assiste, le roi lui propose de l’accompagner à la chasse. Le prince saxon et son précepteur ont rendez-vous à la dernière porte du petit jardin de Versailles, où attendent déjà plusieurs personnes avec différentes espèces de faucons, pour attraper hérons, milans, lièvres, pies, corbeaux, perdrix, faisans, etc. Plus de quatre cents personnes y participent24.

  • 25 Ibid., p. 45.

21Dans la description par Kos de l’une des journées de mars 1715, transparaît aussi l’amour de Frédéric-Auguste pour les chevaux. Après le lever du roi, le prince Charles de Lorraine, grand écuyer de France, accompagne le jeune homme à la Grande Écurie et ordonne que les chevaux soient entraînés au manège. Et, après le déjeuner, ils se rendent à la Petite Écurie. Kos distingue bien les deux espaces : « Dans la Grande Écurie il y a les chevaux [są konie], du manège et de chasse, dans la Petite [Écurie] les chevaux de trait et les chevaux de chasse [cugi i konie do polowania]25. »

Au départ de Versailles

22L’audience de congé de Frédéric-Auguste a lieu le 28 mai 1715. Il est reçu avec beaucoup de distinction, admiré de toute la cour, et Louis XIV lui offre une belle épée, richement décorée de pierres précieuses, estimée à 50 000 thalers.

  • 26 Ibid., p. 48: « oddałem list, ręką pańską pisany ».

23Alors que le jeune prince se retire, Kos reste pour remettre à Louis XIV une lettre du roi Auguste II – et il devient évident à ce moment que son récit est en fait destiné au souverain de la République des Deux Nations, car il y précise : « j’ai donné la lettre, écrite de votre main26 ». Le roi s’étant retiré à son tour, le marquis de Torcy offre à Kos un portrait de Louis XIV avec des pierres précieuses, estimé à 5 000 thalers.

  • 27 Ibid., p. 49.

24Avant de partir, Frédéric-Auguste rend visite à la duchesse de Berry, au duc et à la duchesse d’Orléans, et à d’autres grandes figures de la cour de France. Le lendemain, il fait ses adieux au « petit dauphin » et, après le déjeuner, se rend avec Kos à Trianon et à la ménagerie pour la dernière fois27.

  • 28 Ibid., p. 86.

25Il quitte l’Île-de-France, après quelques jours passés à Paris, le 15 juin 1715. Son itinéraire doit le conduire à Nantes, La Rochelle, Bordeaux, puis Toulouse, Carcassonne, Aix-en-Provence jusqu’à Marseille, où Kos achève sa relation. C’est dans la région bordelaise, avant leur départ de Blaye quelques jours plus tôt, que leur est arrivée la nouvelle de la mort du roi de France28.

L’influence de l’expérience française

26Le séjour de Frédéric-Auguste à Versailles est bien sûr très lié à sa haute position sociale. En sa qualité de prince, il peut accéder rapidement à l’élite française. Bien que résidant à Paris, il est souvent reçu à Versailles, où il a l’occasion d’observer une cour réglée avec précision et dont la gestion dépend étroitement de l’organisation de l’État.

  • 29 Staszewski 1989, p. 71.

27La manière dont Louis XIV gouverne se ressent en effet dans l’administration de sa cour, qui se veut ordonnée. Le bon déroulement d’une journée a été enseigné à Frédéric-Auguste par son premier précepteur, alors en Saxe, Alexander von Miltitz. C’est pourquoi il apprécie d’en voir une application précise sur le terrain. Il admire concrètement cette idéologie associée au règne de Louis le Grand à Versailles, mais en découvre également les effets dans toute la France, par exemple dans le développement des manufactures et des ports29.

  • 30 Roszak 2012, p. 49-82.
  • 31 Ibid., p. 67.

28Devenu souverain sous le nom d’Auguste III, Frédéric-Auguste tentera d’imiter le roi français, comme il est visible dans le développement des sciences et des arts sous son règne, mais aussi dans le rôle de la langue française en Saxe et en Pologne30. Pour autant, cette influence au niveau linguistique ne date en fait pas du règne de Louis XIV. Lorsque le père du prince, Auguste II, dirigeait la République des Deux Nations, il ne connaissait pas la langue polonaise : c’était en français qu’il communiquait avec ses sujets, et il en avait fait un symbole de sa domination. Frédéric-Auguste a appris le polonais, il est capable de communiquer avec ses sujets dans cette langue : aussi soutiendra-t-il le développement des langues nationales, même si, en tant que roi, il continuera à utiliser la langue des souverains, c’est-à-dire le français31.

Versailles dans les souvenirs de Stanislas-Auguste Poniatowski (1753-1754)

  • 32 Orzeł 2019, p. 212.

29La description de Versailles est totalement différente chez son successeur, le dernier roi de Pologne, Stanislas-Auguste Poniatowski. Grâce à son éducation, supervisée surtout par l’abbé Jacques Allaire, il connaît déjà parfaitement le français32. Lui aussi réalise son grand tour, mais pas immédiatement après avoir terminé ses études au collège des théatins de Varsovie. Ce n’est qu’à l’âge de vingt ans, en 1752, qu’il se rend à Vienne, d’où – avec le diplomate britannique Charles Hanbury Williams – il part pour les Pays-Bas, puis pour Paris où il passe cinq mois au total, du 31 août 1753 au mois de février 1754.

30En analysant l’image de Versailles dessinée par Poniatowski, nous devons tenir compte de deux nouveaux faits. D’abord, la France sous le règne de Louis XV est perçue en Europe différemment de celle du Roi-Soleil, notamment parce que le roi est marié à une princesse polonaise, Marie Leszczyńska, depuis 1725. Surtout, plus important encore, la République des Deux Nations a radicalement changé depuis la confédération de Bar (1768-1772), alliance nouée entre les nobles pour s’opposer à l’ingérence de la Russie en Pologne et au roi Stanislas-Auguste. Lorsque Poniatowski écrit ses mémoires, nous sommes dans les années 1770, soit précisément pendant cette importante tourmente politique qui amènera au premier partage de la République des Deux Nations en 1772.

La préparation du séjour

  • 33 Il s’agit de Catherine Biélinska, fille de François Biélinski, maréchal de la Couronne sous le règn (...)
  • 34 Stanislas-Auguste 2012, p. 73.

31Stanislas-Auguste, se remémorant sa vie, la regarde du point de vue d’un homme mûr de quarante ans. Les instructions de ses parents avant son grand tour, de même que les propres notes qu’il a pu rédiger pendant son voyage, n’ont pas été conservées. L’on sait cependant qu’à son départ pour Paris, Poniatowski emportait cinq lettres, qui devaient lui ouvrir les portes de plusieurs cercles parisiens. La première était une lettre de son père à Mme de Besenval33, « veuve d’un Suisse autrefois Ambassadeur de France en Pologne, mort premier Officier des Gardes Suisses en France34 ». La deuxième lettre était adressée à Mme Geoffrin, ce qui a permis à Stanislas-Auguste de rencontrer de nombreux représentants de l’élite française. La troisième lettre, écrite par le général de Fonteney de Dresde, était destinée au comte de Friese, neveu du maréchal Maurice de Saxe et ami intime du baron de Besenval. Huit jours après l’arrivée de Poniatowski à Paris, le général part pour Dresde, mais

  • 35 Ibid., p. 73-74.

dans ce court espace, il se donna un soin particulier de me présenter dans la Maison du Duc d’Orléans, à la duchesse de Luxembourg née Villeroy, et dans plusieurs autres du plus grand ton ; mais d’une manière qui me valut dabord plus d’accueil que l’on n’en fait communément aux Etrangers débutants dans ce païs là, […]35.

32La quatrième lettre, celle de l’ambassadeur déjà mentionné Charles Hanbury Williams, a été envoyée directement au comte d’Albermarle, ambassadeur d’Angleterre à Paris depuis 1748. Poniatowski fait à son propos une observation extrêmement intéressante :

  • 36 Ibid., p. 74.

il me fit alors beaucoup d’honnêtetés, et je connus en lui, non seulement un homme estimable comme beaucoup d’Anglois, mais d’une amœnité si particulière, que les Français s’empressant à l’envi de lui marquer des prévenances ; ne se plaignaient que de ce qu’il n’y répondait pas assés ; il a eu entr’autres l’avantage rare pour un Ministre étranger, d’avoir mis Louis XV à son aise, et en gout de causer souvent avec lui ; sa Maison cependant ne fut pour moi à Paris qu’une Societé anglaise, que j’allois voir assés souvent comme telle et avec beaucoup de plaisir, mais qui ne me donna aucune liaison française36.

  • 37 Marie Fremyn de Moras, épouse de Louis Antoine, duc de Villars-Brancas.
  • 38 Ibid.

33La cinquième lettre, écrite par la comtesse de Brühl, était adressée à Mme de Brancas37 – « première Dame d’Atour de la Dauphine d’alors, fille du Roi de Pologne Auguste III38 ». Stanislas-Auguste analyse ainsi ce personnage :

  • 39 Ibid. Voir Fumaroli 2017, p. 602.

Cette dame agée me parut être la représentation vivante de dames de la Cour de Louis XIV. Son style, ses manières, son genre de politesse me rappellaient à tout moment, tout ce que j’avois lu des anecdotes de cette ancienne Cour […]39.

34Ces quelques lignes nous montrent que la noblesse de la République des Deux Nations préparait son voyage pour Paris, notamment la visite de la cour à Versailles. Les voyageurs se tenaient au courant des événements politiques et, dès leur jeune âge, connaissaient parfaitement les généalogies des familles régnantes européennes. Pour mieux se documenter, ils lisaient les récits des personnes qui s’étaient rendues dans tel ou tel lieu à voir (en l’occurrence, Versailles) : de nombreux journaux de voyage contiennent des informations très importantes sur l’étiquette, le cérémonial, les gestes à adopter et la place à occuper pendant les audiences ou les rituels versaillais.

35Poniatowski a donc lui aussi beaucoup lu sur la cour française et était prêt pour sa visite à Versailles. Cependant, il a certainement été plus facile pour lui de juger la cour du Roi-Soleil rétrospectivement – alors qu’il découvrait le Versailles de Louis XV. Il indique d’ailleurs que Mme de Brancas, chez qui il dînait presque toujours lorsqu’il était à Versailles, se plaisait elle-même à comparer les deux cours. Même si elle ne l’a pas dit explicitement, elle a pu convaincre son interlocuteur de la supériorité de l’ancienne cour – celle de Louis XIV.

Rencontrer la famille royale

36Les cinq lettres mentionnées permettent à Poniatowski d’être rapidement reçu au sein de la meilleure société française. Lors des réunions chez Mme de Brancas, il est présenté notamment au duc de Richelieu, l’un des quatre premiers gentilhommes de la Chambre du roi. Il était, raconte-t-il, extrêmement curieux de connaître ce personnage, principalement en raison de sa renommée : il a tout loisir de satisfaire cette curiosité car non seulement il le rencontre – comme la plupart des voyageurs qui accomplissent un grand tour –, mais il a l’occasion d’écouter plusieurs de ses déclarations sur des questions politiques :

  • 40 Stanislas-Auguste 2012, p. 76.

[celle] qui me frappa le plus marquait l’invalidité qu’il trouvait à l’espèce de Tribunal intermediaire, que la Cour avait alors substitué au Parlement éxilé à Pontoise, depuis quelques mois, pour n’avoir pas voulu obtempérer, à quelques unes de ses volontés, je trouvai le Duc de Richelieu, aussi éloquent qu’hardi ; il me parut alors que Voltaire avait raison d’en dire autant de bien, et que Mazulhim n’était pas toûjours seulement un héros de ruelle40.

37Et c’est Richelieu qui présente Poniatowski au roi Louis XV. Le monarque – comme à son habitude – ne lui adresse pas la parole, il se contente de demander au duc de Richelieu des informations sur les frères de son invité… Le futur souverain de la République des Deux Nations se permet alors dans son journal quelques critiques vis-à-vis de cette attitude, mais il semble que cette critique vise un enseignement princier peut-être trop orienté sur la généalogie :

  • 41 Ibid.

si je n’avois pas plusieurs frères ? on me fit valoir ce mot comme une preuve entre mille autres des notions distinctes que la Mémoire de ce Prince conserve de préférence, sur la Genéalogie comme sur l’age et les visages des personnes qui une fois lui ont été montrées ou nommées41.

  • 42 Ibid.

38Sous Louis XV, la noblesse de la République des Deux Nations est cependant particulièrement bien accueillie à la cour de Versailles, ceci grâce à son épouse – la reine Marie Leszczyńska. Restée attachée à sa patrie d’origine, même si elle l’a quittée rapidement après sa naissance, elle reçoit Stanislas-Auguste, comme tous les Polonais, de manière cordiale. Il souligne d’ailleurs qu’elle parle un excellent polonais et n’utilise pas le français quand il s’agit de s’adresser à des personnes qui connaissent sa langue maternelle. Cette distinction des voyageurs de la République des Deux Nations par la reine de France ne les aide pourtant pas toujours, « depuis surtout, qu’en sa qualité malentendue de Dévote, elle [a] forcé le Roi son Epoux à quitter son lit, qu’elle remplissait à dessein d’odeurs qu’il ne pouvait souffrir42 ».

39À côté de la reine, Stanislas-Auguste ne consacre que peu de lignes à la plus célèbre des maîtresses de Louis XV, Mme de Pompadour, car en dehors du moment où il lui est présenté, il ne la voit ni ne lui parle jamais. Il décrit de même très brièvement la progéniture du couple royal :

  • 43 Ibid.

On ne se doutait point alors en France de toutes les qualités qu’on prétend avoir découvert [sic] dans le Dauphin fils de Louis XV, peu de tems avant sa mort ; sa femme passait pour avoir de l’esprit, mais elle n’était pas aimée ; on ne parlait guères des Filles du Roi de France, qu’en fesant remarquer la grande tendresse de leur Père pour elles43.

  • 44 Adrien-Maurice (1678-1766), duc de Noailles. Il était notamment maréchal de France et capitaine de (...)
  • 45 Ibid., p. 77.

40En revanche et étonnamment, il s’étend davantage sur une personne qui, comme il le souligne lui-même, représente une survivance de l’époque de Louis XIV, à savoir le duc de Noailles44. Ce gentilhomme était ami de son père : « il me reçut avec la plus grande bonté, m’appella son Enfant45 ». Ils se parlent souvent et Poniatowski acquiert de lui la meilleure opinion, le considérant comme un homme très honorable.

41En général, Poniatowski attire notamment l’attention sur la grande différence qu’il observe dans la manière de se faire des amis entre France et République des Deux Nations. Dans sa patrie, chaque étranger est présenté à la cour ou « dans quelque Maisons », puis à toutes les personnes présentes sur place. À partir de ce moment, il a le droit d’entrer chez eux et peut être sûr qu’il sera reçu avec une grande courtoisie. L’hospitalité polonaise dans laquelle Stanislas-Auguste a été élevé est mise en contraste avec l’étiquette française :

  • 46 Ibid., p. 85.

En France, à mesure que j’entendois nommer quelque personne de marque je demandois à leur ètre présenté sur le champ ; j’avois beau dire souvent que ce même homme m’avoit déja addressé la parole à différentes reprises, que j’avois diné et soupé avec lui, que surement même il savoit déja qui j’étois : tout cela n’empêchoit pas qu’on me répondit : « il faudra premièrement que je demande permission lorsque vous n’y serés pas, à ce Monsieur ou à cette Dame, de vous présenter dans sa Maison », ce qui souvent, devenoit impossible pendant des mois entiers ; il me paroissoit étre aux Limbes, vis-à-vis de tant de gens, dont j’étois censé n’ètre pas connu, quoique je le fusse très bien46.

Un nouveau regard sur la cour

42Des personnes qui selon lui symbolisent le mieux Versailles, Poniatowski passe à la description du château. Son récit se distingue complètement sur ce point de ceux des voyageurs venant de la République des Deux Nations qui l’ont précédé. Il ne s’exclame pas sur la beauté, la splendeur ou l’ameublement raffiné du palais français. Il le juge inférieur à celui de Fontainebleau, considérant que c’est dans le second que la cour se présente le plus magnifiquement :

  • 47 Ibid., p. 84.

tous les Princes du Sang, tous les ministres, y sont ordinairement avec leurs femmes, y ont l’air établi, et presque tous tiennent Table ; sans sortir du Château, c’est autant des cours et des maisons rapprochées, au lieu qu’à Versailles, telle grande que fut la foule quelquefois, elle me parut toûjours composée dans sa plus grande partie, de gens qui n’attendoient que le moment de retourner à Paris47.

43Pour exprimer son opinion sur les intérieurs du château, il prend comme exemple le tableau La Famille de Darius aux pieds d’Alexandre de Charles Le Brun, qui, selon lui, était le plus beau décor des appartements royaux. Stanislas-Auguste, qui la connaît, ne parvient pas à trouver cette œuvre. Il apprend sur place que les tableaux sont changés tous les trois mois et, avec beaucoup de difficultés, finit par découvrir l’endroit où il est entreposé, sans aucun soin, sous une pile d’autres œuvres. Selon lui, c’est ainsi que se caractérise la splendeur de Versailles dans la pratique : l’espace manque pour exposer les œuvres exceptionnelles, car elles sont trop nombreuses. Il note d’ailleurs que les artistes et les amateurs d’art s’en plaignent :

  • 48 Ibid., p. 85-86.

du peu de faveur et de secours que la Cour de France accordoit aux talents ; mais peu de tems après Madame de Pompadour parut ambitionner avec succès de les protéger ; elle même a chanté, dessiné, gravé ; je possède cinquante Estampes, dont la plupart sont faites par elle, et dont plusieurs représentent des pierres sculptées par elle […]48.

De la critique à l’appréciation

  • 49 Ibid., p. 86.

44Après deux mois passés en France, Poniatowski résume ses impressions. Il se considère comme esclave de ses devoirs, craignant toujours de tomber de « l’extrèmement bonne Compagnie49 ». Ce qui doit être un divertissement, à savoir jouer aux cartes, est pour lui une triste nécessité. Il trouve de même les conversations avec les Français très pesantes. Il se plaint qu’on lui pose constamment des questions sans rapport les unes avec les autres, et que, même lorsqu’on lui laisse le temps de répondre, ses interlocuteurs ne se souviennent que rarement du propos initial. Il compare la France aux pays qu’il a visités précédemment, où des coteries, et parfois même des villes entières, s’intéressaient à son histoire. L’indifférence dont font preuve les Français suscite ainsi son ennui.

45Cependant, lorsque, après cinq mois passés à Paris, on lui ordonne de se rendre en Angleterre, il se sent désolé de quitter la capitale française :

  • 50 Ibid., p. 86-87.

[…] je me demandai encore pourquoi ? car enfin, ni les propos de visites, ni les hommes du pais que je commençois à regreter, n’avoient changé ; mais plus j’avois pris pied dans certaines Maisons, et moins j’étois obligé d’y jouer, à force de constance pour veiller aux après-souper, j’étois parvenu enfin aux heures où le calme de la nuit paroissoit en apporter dans l’esprit même de la conversation ; on raisonnoit quelquefois ; plus accoutumé à moi, on mêdisoit plus librement devant moi, et plus on voulut me supposer de discrétion, et plus je m’attachois ; et quand une fois un Etranger a surmonté les difficultés du début et paié l’écot d’ennui que les François semblent ètre convenus de faire subir aux Etrangers, (apparemment pour n’en ètre pas inondés), ils gagnent souvent une vogue quelquefois supérieure aux François même. Lorsque les François s’accoutument à dire du bien d’un Etranger, ils sont gens à le louer des choses les plus communes, et à paroître surpris qu’il sache des choses, que pour le moment, ils croient ou disent au moins croire au-dessus de leur portée et de leur trempe, tandis que peu auparavant, ils regardoient en pitié ce même Etranger et qu’ils sont prets à reprendre ce même sentiment, au premier revers de leur propre faveur50.

  • 51 Zahorski 1990, p. 115.

46Stanislas-Auguste est un observateur non seulement sensible, mais aussi intelligent51. Il laisse sur la société française des remarques intéressantes, en premier lieu sur les femmes. Si elles lui apparaissent comme timides à la première rencontre, elles se révèlent en réalité comme étant plus profondes et comme ayant plus de caractère que les hommes. De plus, elles sont beaucoup mieux éduquées que dans d’autres pays, habillées à la mode, ayant du goût, ce qui leur donne du charme. Il conclut qu’il est impossible de résister à leur grâce magique, à laquelle tout homme ne peut finalement que succomber. Pour décrire la société française, il use constamment de superlatifs ; il apprécie le peuple, fait l’éloge de la bourgeoisie et surtout des hommes de sciences et des artistes :

  • 52 Stanislas-Auguste 2012, p. 87.

dont la suite non interrompue depuis plus d’un Siècle, a rempli leur Patrie de monuments de toute espèce, qui seuls suffisent à occuper et à instruire, et à meubler agréablement la mémoire de tout Etranger curieux52.

  • 53 Ugniewski 2015, p. 191-193.

47Le souverain de la République des Deux Nations, qui écrit ses journaux intimes en français53, souligne en passant combien il apprécie la valeur de cette langue :

  • 54 Stanislas-Auguste 2012, p. 87.

Cette Langue françoise même, que tout jeune homme apprend aujourd’hui en Europe, comme une preuve d’éducation policée inspire sans qu’on s’en apperçoive, une certaine opinion de supériorité en faveur de la Nation qui en est la proprietaire54.

48En conclusion de la description de son séjour en France, d’ailleurs assez brève, il s’avère que Poniatowski n’en a pas une mauvaise opinion :

  • 55 Ibid.

de plus, une certaine analogie dans les bonnes et mauvaises qualités, a établi entre les Nations Françoise et Polonoise une sympathie remarquée depuis longtems, et qui est aussi vraie que l’antipathie que cette dernière a pour ses voisins ; cela faisoit pour moi une raison de plus ; les balets et le spectacle de l’Opera, les Théatres françois et Italiens, ne pouvoient manquer de m’occuper souvent, aussi, bien agréablement ; j’eus le mérite devant plusieurs François, de trouver même, plusieurs morceaux du chant de l’ancien Opera françois, flatteurs pour mon oreille55.

Conclusion

49Même si moins de quarante ans séparent leurs séjours, les récits de Frédéric-Auguste de Saxe et de Stanislas-Auguste Poniatowski à Versailles donnent à voir deux manières différentes d’appréhender la découverte du château et de la cour de France. Le premier est une relation sans émotion, rédigée par le précepteur du prince de Saxe pour son père : les descriptions très détaillées qu’elle contient se focalisent notamment sur la compagnie fréquentée par Frédéric-Auguste. Le but fondamental du voyage est atteint : le jeune homme a pu observer la façon dont le Roi-Soleil régnait, afin de l’imiter lorsque lui-même accéderait au trône.

50Le récit de Stanislas-Auguste a été composé une vingtaine d’années plus tard, après son séjour, ce qui lui a permis de prendre du recul par rapport aux événements rapportés. Son attitude critique, sa capacité à analyser le comportement humain et l’influence de l’étiquette sur les relations sociales donnent une image plus nuancée et plus mature de son séjour en France. Avec la mise au jour de la face obscure de la vie versaillaise au même plan que ses bénéfices, c’est la société française plus que le système institutionnel qui se révèle, dans toutes ses dimensions.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Besenval Pierre-Victor de, 1987, Mémoires du baron de Besenval sur la cour de France, éd. G. de Diesbach, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé ».

Kraushar Alexander (éd.), 1906-1911, Podróże królewicza polskiego późniejszego króla Augusta III (Niemcy – Francja – Włochy), 1711-1717, partie 2, Lviv, s.n.

Stanislas-Auguste, 2012, Mémoires, éd. A. Grześkowiak-Krwawicz, D. Triaire, Paris, Institut d’études slaves.

Études

Haake Paul, 1901, « Johann Friedrich von Wolfframsdorff und das Portrait de la cour de Pologne », Neues Archiv für Sächsische Geschichte und Altertumskunde, vol. 22, no 3-4, p. 69-101, 344-378.

Fumaroli Marc, 2017, Gdy Europa mówiła po francusku, trad. W. Brzozowski, J.-M. Kłoczowski, introd. A. Grześkowiak-Krwawicz, Varsovie, Muzeum Łazienki Królewskie w Warszawie.

Kamecka Małgorzata, 2012, « Do cudzych krajów ». Edukacyjne podróże szlachty polskiej do Francji w epoce saskiej, Białystok, Wydawnictwo Uniwersytetu w Białymstoku.

Orzeł Joanna, 2019, « Edukacja Stanisława Augusta Poniatowskiego – śladem zapisek uczniowskich przyszłego monarchy », dans Puchowski K. et Orzeł J. (dir.), Studia z dziejów edukacji w Rzeczypospolitej Obojga Narodów Korony i Litwy, Varsovie, Muzeum Pałacu Króla Jana III w Wilanowie, p. 207-225.

Orzeł Joanna, (à paraître en 2021), « Versailles dans le système éducatif des nobles et des magnats de la République des Deux Nations », dans Forycki M., Kula K. et Leroux F. (dir.), Versailles et la Pologne, actes de la journée d’étude (Paris, Académie polonaise des sciences, 5 mars 2019), Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Richter Julius, 1913, Das Erziehungwesen am Hofe der Wettiner Albertinischer (Haupt-) Linie, Berlin, Weidmann.

Roszak Stanisław, 2012, Koniec świata sarmackich erudytów, Toruń, Stowarzyszenie Oświatowców Polskich w Toruniu.

Staszewski Jacek, 1969, « Zamach stanu w Saksonii w 1703 roku. Upadek Beichlinga. Portrait de la cour de Pologne et de Saxe », Studia Historyczne, vol. 12, no 1 (44), p. 53-80.

Staszewski Jacek, 1989, August III Sas, Wrocław [et al.], Zakład Narodowy imienia Ossolińskich.

Ugniewski Piotr, 2015, « Francuzi i francuskość w “Pamiętnikach Stanisława Augusta” », dans Grześkowiak-Krwawicz A. (dir.), Pamiętniki Stanisława Augusta i ich bohaterowie, Varsovie, Muzeum Łazienki Królewskie, p. 191-213.

Zahorski Andrzej, 1990, Spór o Stanisława Augusta, Varsovie, Państwowy Instytut Wydawniczy.

Haut de page

Notes

1 Kamecka 2012 et Orzeł (à paraître en 2021).

2 Johann Friedrich von Wolfframsdorff, « Portrait de la Cour de Pologne [et] de Saxe. Imprimé à Cologne des let [?] chez Marteau Boufin », Cracovie, Biblioteka Jagiellońska, Berol. Ms. Gall. Fol. 195, fo 45v-46. Pour plus d’informations sur ce manuscrit, voir Haake 1901. Selon certaines recherches, Wolfframsdorff n’était pas l’auteur de ce texte, voir : Staszewski 1969, p. 73-76.

3 Staszewski 1989, p. 39.

4 Richter 1913, p. 303.

5 Kraushar 1910, p. 4.

6 Ibid., p. 8.

7 Ibid., p. 11.

8 Il s’agit probablement de la Grande Galerie.

9 Staszewski 1989, p. 68.

10 Il s’agit probablement de l’une des galeries de pierre.

11 Kraushar 1910, p. 14 : « kaplicę, schody wielkie i [wszystko], co z rana widzieć mogło ». Toutes les traductions de cette source ont été réalisées par l’auteure de l’article.

12 Ibid., p. 14 : « […] bo król był na dole ze wszystkiemi książętami i księżnami sanguinis, tudzież z kardynałami, ministrami, damami, zgoła z całym dworem, król w krześle, książęta i księżne sanguinis regii i inne damy na taburetkach, a inni na ławach, cała kaplica kobiercami, manierą perską, umyślnie na to robionemi, była słana, wyjąwszy gdzie sam król aksamitem karmazynowym ».

13 Ibid., p. 7 : « Książąt marszałków francuskich i różnych kawalerów wielu było przed królem i za królem na koniach, karet i ludzi nad brzegami moc niezliczona, a środkiem kanału na dwóch peotach, to jest wielkich barkach bogato przybranych, spojonych, kapela królewska grała i królewicz Jmś z przeczoną kompanią w gondoli weneckiej blizko muzyki i króla przejeżdżał się. »

14 Ibid., p. 15-16.

15 Ibid., p. 16.

16 Ibid., p. 15.

17 Ibid., p. 28 : « widział porządek, jakim król z temi kawalerami siedział w kościele, a po bokach przy nim principes sanguinis, przed nim kardynali, a chevaliers z obu stron cudzoziemcy ».

18 Ibid., p. 38.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 39 : « 106 pereł miernej wielkości na sznurze, 200 turkusów i dwa słoiczki złote z drogim balsamem. Szkatułka była zapieczętowana pieczęciami króla perskiego ».

22 Ibid.

23 Ibid., p. 14.

24 Ibid., p. 46.

25 Ibid., p. 45.

26 Ibid., p. 48: « oddałem list, ręką pańską pisany ».

27 Ibid., p. 49.

28 Ibid., p. 86.

29 Staszewski 1989, p. 71.

30 Roszak 2012, p. 49-82.

31 Ibid., p. 67.

32 Orzeł 2019, p. 212.

33 Il s’agit de Catherine Biélinska, fille de François Biélinski, maréchal de la Couronne sous le règne de Stanislas Leszczynski. Parente éloignée de la reine de France, elle est l’épouse de Jean-Victor de Besenval – père du célèbre mémorialiste le baron Pierre-Victor de Besenval, envoyé comme ambassadeur à Varsovie par la France de 1713 à 1721. Cf. Besenval 1987, p. 10.

34 Stanislas-Auguste 2012, p. 73.

35 Ibid., p. 73-74.

36 Ibid., p. 74.

37 Marie Fremyn de Moras, épouse de Louis Antoine, duc de Villars-Brancas.

38 Ibid.

39 Ibid. Voir Fumaroli 2017, p. 602.

40 Stanislas-Auguste 2012, p. 76.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Adrien-Maurice (1678-1766), duc de Noailles. Il était notamment maréchal de France et capitaine de la première compagnie écossaise des gardes du corps du roi.

45 Ibid., p. 77.

46 Ibid., p. 85.

47 Ibid., p. 84.

48 Ibid., p. 85-86.

49 Ibid., p. 86.

50 Ibid., p. 86-87.

51 Zahorski 1990, p. 115.

52 Stanislas-Auguste 2012, p. 87.

53 Ugniewski 2015, p. 191-193.

54 Stanislas-Auguste 2012, p. 87.

55 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joanna Orzeł, « Le château de Versailles à travers le regard de jeunes voyageurs, futurs rois de Pologne : Auguste III et Stanislas-Auguste Poniatowski », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/crcv/18642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18642

Haut de page

Auteur

Joanna Orzeł

Joanna Orzeł est historienne, diplômée d’un doctorat de l’université Nicolaus-Copernic de Toruń. Elle est actuellement maîtresse de conférences à l’Institut d’histoire de l’université de Lodz. Ses recherches portent notamment sur l’histoire de la culture nobiliaire de la République des Deux Nations et l’histoire culturelle et intellectuelle des Lumières.
Joanna Orzeł is a historian, with a PhD from the Nicolaus Copernicus University in Toruń. Currently, she is an assistant professor at the Institute of History at the University of Lodz. Her research focuses on the history of the culture of nobility in the Polish-Lithuanian Commonwealth and the cultural and intellectual history of the Enlightenment.
E-mail : joanna.orzel[at]interia.eu

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search