Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Colloque, 2-4 octobre 2019, université de Reims Champagne-Ardenne
Gaston d’Orléans and Antiquity. Symposium, 2-4 October 2019, University of Reims Champagne-Ardenne
Legio generum
Informations sur cette image
Crédits : Gallica, Bibliothèque nationale de France

Les plus récentes études consacrées à Gaston d’Orléans (Pierre Gatulle, Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012 ; Jean-Marie Constant, Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013 ainsi que, des mêmes auteurs, le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 : Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du xviie siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.

Ce volume collectif, issu du colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’université de Reims du 2 au 4 octobre 2019, se situe dans la lignée de ces études qui nuancent l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur. La figure de Gaston d’Orléans, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant autour de sa Cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion. L’importance que ce siècle nourri de l’humanisme renaissant accorda aux modèles antiques nous a semblé fournir un angle d’étude intéressant et novateur de l’image comme de l’action de Monsieur au sein du royaume. Les liens avec l’Antiquité grecque et romaine tissés par Gaston lui-même, par son entourage et sa Cour, ont ainsi pu être abordés depuis trois perspectives complémentaires.

Celle de la culture matérielle et du collectionnisme, d’abord. Les objets rassemblés par Gaston d’Orléans reflètent un goût, autant qu’ils satisfont une curiosité, comblent un appétit de savoir et organisent un discours implicite sur l’identité de leur possesseur. Le goût de l’Antique tisse des réseaux d’échanges par-delà les frontières. Il est à l’origine d’une collection dont la charge symbolique est perceptible dans le choix des sujets représentés aussi bien que dans le legs organisé par Monsieur pour son neveu Louis XIV.

Le rapport aux Antiques contribue ainsi à l’élaboration de l’image du prince, envisagée dans la deuxième section. Les études qui y sont rassemblées interrogent la place de l'autorité antique dans l’affirmation de la majesté sans souveraineté effective qui caractérisa Monsieur (Gatulle, 2013) : quels objets, quels textes, quels corpus et quelles figures antiques entrèrent en jeu dans l’élaboration de l’image de ce prince de sang rêvé en souverain et très tôt donné pour modèle de l’honnête homme ?

Enfin, les contributions réunies dans la troisième section montrent comment les proches et les protégés de Gaston d’Orléans mobilisèrent la référence antique pour leur profit ou celui du prince. Elles éclairent en particulier le rôle que jouèrent les allégations, citations, allusions à l’Antiquité dans l’éducation princière et dans la construction de l’ethos aristocratique.

Sur quels imaginaires, quels modèles génériques, formels, esthétiques issus de l’Antiquité fonda-t-on l’image de Gaston d’Orléans, souvent donné pour un prince moderne ? Quelles fictions antiques, explicites ou sous-jacentes, interviennent dans les figurations littéraires et artistiques (monnaies, devises, tableaux, gravures, genres musicaux tels la chanson ou le ballet) de Gaston d’Orléans ? Saisis dans l’entourage de Monsieur, l’élaboration de modèles politiques, historiques et sociaux à l’aune d’une Antiquitas magistra vitae – mais aussi plus largement la fabrique de la culture antique et, de manière diffuse, les usages modernes de l’Antiquité, entre pratique effective et charge symbolique – révèlent toute leur richesse et leur complexité.

Voir le programme complet du colloque sur Les Carnets du CRIMEL.

Organisation du colloque : Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL), avec le soutien de la Région Grand Est et de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Cette publication a reçu le soutien éditorial des ÉPURE (Éditions et Presses de l’Université de Reims), et le soutien financier du CRIMEL et de l’Institut Universitaire de France : qu’ils soient ici chaleureusement remerciés.

Direction scientifique : Céline Bohnert et Valérie Wampfler

Date de mise en ligne : 29 décembre 2021

  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search