Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...20Fictions antiques d’un prince mod...Un poème énigmatique : L’Adonis d...

Fictions antiques d’un prince moderne

Un poème énigmatique : L’Adonis de la Cour, par Claude Favier

An Enigmatic Poem: L’Adonis de la Cour, by Claude Favier
Alexandre Capony

Résumés

De Claude Favier, poète quasi inconnu des biographes et des bibliographes, nous ne connaissons toujours que L’Adonis de la Cour, divisé par douze nymphes (1624) et Le Triomphe de l’amour, pour le mariage de Mgr le duc d’Orléans (1626). Pour composer son Adonis, Favier s’est contenté de mettre en vers la prose d’un certain sieur de Mandelot, peut-être François de Mandelot, gouverneur du Lyonnais sous Charles IX. Favier, à son tour, chante le combat de Vénus et de Diane, autrement dit de l’Amour et de la Chasteté : son dessein, clairement formulé dans les pièces liminaires, est de louer le jeune prince, Gaston-Adonis. Si nous sommes plus affirmatif que Paul Lacroix, d’après qui ce poème est « peut-être allégorique », nous restons d’accord avec le bibliophile Jacob pour dire qu’il y a dans ces vers, nombreux et faciles, une part d’enthousiasme « qui ne s’explique pas ». Nous ignorons si le jeune frère de Louis XIII a reçu cet ouvrage, composé par un homme qui, vraisemblablement, n’était déjà plus tout jeune au début des années 1620 ; ce que nous savons, c’est que la bibliothèque reconstituée de Gaston ne recèle aucun livre de ce mystérieux et prolixe versificateur.

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dont il va être question est assez mystérieux : L’Adonis de la Cour, divisé par douze nymphes, dedié à Monseigneur, frere du Roy a paru chez Sommaville en 1624, sous la signature de Claude Favier. Il s’agit d’une fantaisie mythologique en vers décasyllabes, rédigée dans une langue et une esthétique un peu datées pour la fin du premier quart du xviie siècle. Le poème conte la rivalité de Diane et de Vénus au sujet d’Adonis, la mort du jeune homme imputable à cette guerre entre les deux déesses et, enfin, par répercussion, celle d’Endymion, dont Vénus inflige la punition à Diane. L’intention de l’œuvre et la personne de son auteur posent plus de questions que nous n’avons pu en résoudre.

L’auteur et l’ouvrage

  • 1 Goujet 1753, p. 145.
  • 2 Lacroix 1857, p. 149.
  • 3 Toinet 1971, p. 31.
  • 4 Michaud 1983, p. 445.
  • 5 Grente 1996, p. 472 (rév. J.-P. Chauveau).
  • 6 Voir Lacroix 1857, p. 149, cat. 57 (L’Adonis) ; ibid., p. 150, cat. 59 (L’Arténice).

2Absent du tableau de La poésie française du premier xviie siècle « esquissé » par Henri Lafay, absent même de l’étude littéraire conduite par Claude Abraham sur Gaston d’Orléans et sa cour, le poète Claude Favier n’est signalé qu’en passant par quelques rares historiens de la littérature. D’abord par l’abbé Goujet, au tome XV de sa Bibliothèque française : « Je ne sçai quelle qualité donner à Claude Favier ; il n’en prend aucune dans son Adonis de la cour, divisé par 12 Nymphes1 ». C’est ensuite Paul Lacroix, qui, en recensant l’ouvrage dans le Bulletin du bibliophile, écrit très sobrement que « l’auteur se nommait Cl. Favier2 ». Enfin Raymond Toinet, dans le troisième tome de ses Notes pour servir à l’histoire littéraire du xviie siècle, nous apprend qu’il possédait un exemplaire du volume : « ex meis3 ». Michaud le suppose « de la même famille que le précédent [Nicolas Favier, conseiller au parlement de Paris, puis directeur des Monnaies du royaume4] ». On ne connaît de lui, outre cet Adonis, qu’un épithalame intitulé Le Triomphe de l’amour, pour le mariage de Mgr le duc d’Orléans. Le Dictionnaire des lettres françaises de Mgr Grente lui attribue une pastorale intitulée L’Arténice5 ; mais il nous paraît qu’il s’agit d’une confusion avec une autre rubrique du catalogue de Lacroix, où figurait cette pièce anonyme6. Sur Claude Favier lui-même, nous ne savons rien de plus.

  • 7 Nous remercions Aurore Schoenecker pour cette information qu’elle nous a aimablement communiquée. L (...)
  • 8 Lacroix 1857, p. 149.
  • 9 Cf. Arbour 1979, p. 472. Un cinquième exemplaire est toujours consultable à la bibliothèque du Cong (...)

3L’Adonis de la Cour fut dédié en 1624 au jeune Gaston, duc d’Anjou, âgé alors de seize ans (deux ans avant qu’il ne devienne duc d’Orléans). Toutefois ce livre ne figure pas dans le catalogue de la bibliothèque de Gaston, pas plus d’ailleurs que l’Adone de Marino ni, plus généralement, la plupart des ouvrages dont il sera question ici pour leur parenté avec le volume de Favier7. Bien entendu, cela ne signifie nullement que Gaston ne posséda aucun exemplaire d’aucun de ces ouvrages, certains d’entre eux ayant pu se perdre au fil du temps. Reste que « ce poëme [l’Adonis de Favier] doit être fort rare », écrivait déjà à la fin des années 1850 le bibliophile Jacob, « car nous ne l’avons pas trouvé dans l’immense collection de poésies réunies par le duc de La Vallière. M. Viollet Le Duc n’en parle pas dans la Bibliothèque poétique8 ». Seuls quatre exemplaires, tous identiques, sont aujourd’hui répertoriés à Paris dans les bibliothèques9 (fig. 1 et 2).

Fig. 1. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), plat supérieur.

Fig. 1. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), plat supérieur.

Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1527231b/​f1.item

Source : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Fig. 2. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), titre gravé.

Fig. 2. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), titre gravé.

Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1527231b

Source : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

4L’ode liminaire « À Monseigneur le Colonel d’Ornano » nous donne quelque lumière sur la date de composition du poème. On y lit :

  • 10 Favier 1624, p. vii.

Il faut bien dire que l’envie
Ne vivra jamais dans les Cieux,
Puis qu’un Vautour audacieux
N’y pouvoit repaistre sa vie
10

5C’est là une allusion au retour en grâce du gouverneur de Gaston, après son emprisonnement en mai 1624, sur ordre du surintendant des finances La Vieuville (c’est lui, le « Vautour audacieux ») – et non à l’instigation de Richelieu, qui certes fera embastiller d’Ornano deux ans plus tard, en 1626, mais qui, pour l’heure, s’emploie plutôt à sa libération. D’Ornano revient à la cour le 22 août 1624, une dizaine de jours après la chute de La Vieuville, qui finit par le remplacer derrière les barreaux.

  • 11 Ibid., p. ix.

Voicy l’honneur de vostre gloire,
(Gouverneur de mon beau Soleil)
Voicy qu’un Astre nompareil
Vous donne aujourd’huy la victoire
11

6Ces vers datent l’ode à d’Ornano de la deuxième partie de l’été 1624 au plus tôt. C’est à la même époque que commencent à courir les rumeurs sur le mariage arrangé de Gaston avec Mlle de Montpensier, souhaité par Marie de Médicis et son clan. Il aura lieu deux ans plus tard et sera salué par l’autre poème de Favier, que nous citions plus haut : Le Triomphe de l’amour.

Le texte

  • 12 Ces pages liminaires contiennent un avertissement au lecteur, une dédicace en prose à Gaston, une o (...)
  • 13 Le narrateur est tour à tour guidé par Caliste, Euterpe, Procris, Syrinx, Chioné, Hippolyte, Égérie (...)

7Venons-en maintenant au texte proprement dit. La disposition du livre ne présente pas d’autre particularité que sa division en douze chants, sur le modèle de l’Énéide, chacun placé sous le signe d’une nymphe, depuis Caliste (chant I) jusqu’à Hamadryade (chant XII). On notera pour l’anecdote que le volume est in-douze (un format bien humble, pour l’éloge d’un grand prince) ; qu’il compte exactement cent vingt pages, après douze pages « introductives » non numérotées12 ; et que le premier de ses douze chants court sur douze pages. Détail sans signification, hélas, car les chants suivants ne respectent pas ce nombre, pas plus que le mètre employé : le poème n’est pas composé en alexandrins mais en décasyllabes, le mètre dont avait usé Ronsard dans La Franciade et qu’il considérait comme le mètre héroïque par excellence. Restent les douze nymphes, qui sont les douze compagnes de Diane13, déesse de la Lune et des douze mois de l’année.

8Le poème, qui se termine par le retour du printemps, avait d’ailleurs commencé par l’éclosion de cette saison et la naissance d’Adonis dans le bois où le fait naître la mythologie : cela correspondait heureusement avec la date de la naissance de Gaston à Fontainebleau, un 25 avril ; d’ailleurs, l’assimilation du jeune prince au chasseur antique est explicitement formulée dans la première ode liminaire. Comme dans la fable ovidienne, Adonis est un chasseur d’une éblouissante beauté, si éblouissante que chez Favier il se lie d’amour avec Diane, en dépit de sa réputation de déesse de la Chasteté. Il jure fidélité à cette « puissante déesse », avec laquelle il vit dans un « grand Palais tout remply de merveille », que le narrateur décrit en des termes qui font assez clairement allusion, en dépit de ce travestissement merveilleux, aux demeures et aux domaines français du premier xviie siècle :

  • 14 Favier 1624, chant II, p. 14.

Le seul destin me donne la puissance
D’entrer au Louvre, au Palais de ce Dieu,
Où transporté de l’honneur de ce lieu,
Je suis ravy sur le pas de la porte
De ce Chasteau, où l’on y tient main forte
14

9Et plus bas :

  • 15 Ibid., p. 14-15. Plus haut, p. 10, Cupidon « Void Adonis aupres de sa compagne / Qui s’en alloit en (...)

Le bastiment est en forme de Cloistre
Plein de jardins, où l’on y void paroistre
Mille sentiers, dont les compartimens
Donnent aux yeux mille contentemens
15

10La suite du texte relate comment Vénus, jalouse de Diane, prend les traits de celle-ci pour séduire Adonis, dont le bonheur occupera une bonne part du recueil. Puis Diane se venge en envoyant un sanglier monstrueux, qui tue le beau chasseur. Cupidon et Vénus, à leur tour, décident de se venger et dressent un piège à Diane, afin qu’elle tue accidentellement Endymion, son nouveau mignon, caché sous la peau du sanglier meurtrier d’Adonis. Après la mort des deux héros, les déesses se livrent une guerre universelle qui bouleverse l’ordre du monde, mais les dieux de l’Olympe y mettent fin lors d’une assemblée qui décide l’apothéose d’Adonis et d’Endymion.

  • 16 Ronsard 2015, « Pour le trophée de la Chasteté », v. 28-29, p. 221.

11Favier chante ainsi les amours croisées de deux couples : Vénus et Adonis, Diane et Endymion. La rivalité de Vénus et de Diane a souvent pris la forme d’un combat allégorique chanté ou figuré par nombre d’artistes, musiciens, peintres ou écrivains de la Renaissance, comme le combat de l’Amour et de la Chasteté. En 1505, le Pérugin lui avait consacré un tableau très célèbre. En 1565, Ronsard, à son tour, composa sur ce motif un intermède de deux trophées, recueilli dans ses Élégies, mascarades et bergerie, pour les fêtes qui furent données à Fontainebleau et dans d’autres villes lors du tour de France de Charles IX. Cette sorte de paragone figurait les joutes des deux entités ; on y voyait la Chasteté triomphant de l’Amour et se vantant d’avoir « cassé son carquois, / Esteint son feu, rompu son arc turquois16 ». Au début du xviie siècle, le jésuite Antoine de Balinghem avait publié un Triomphe de Chasteté et totale deffaite du fol Amour, en forme de dialogue, divisé en huict journées, autant utile aux mariez qu’aux non mariez ; le P. Morin avait traduit d’italien en français, puis fait paraître en 1621 un Triomphe de la Chasteté contre le vice de l’Incontinence, ouvrage dû au R.P. Giustinelli ; et l’année où paraît L’Adonis de la Cour, Guillard Danville fait publier La Chasteté, poëme héroyque en l’honneur du roy et des reynes.

  • 17 L’unique exception du chant IX est significative. Favier ne se détache de Mandelot que pour faire r (...)
  • 18 Bohnert 2006, p. 420 ; ce qu’elle nommera aussi « [recomposition du] mythe d’Adonis par contaminati (...)

12Mais surtout, en 1619, un certain sieur de Mandelot avait donné Le Combat de l’Amour et de la Chasteté, dont Favier a repris et imité fidèlement toute la trame, en se contentant de mettre en vers la prose de son prédécesseur17. Céline Bohnert observe que chez Mandelot « le rapprochement des deux mythes [le mythe d’Adonis et le mythe d’Endymion] aboutit à une construction toute nouvelle18 ». Si l’on peut supposer que Favier, en dédiant son poème à Gaston, a voulu d’une certaine manière faire le pendant du grand poème de Marino, L’Adone, dédié un an plus tôt à Louis XIII, il va de soi que son Adonis ne doit rien ni par son ampleur ni par sa teneur à l’imposant ouvrage du Cavalier Marin, mais tout au sieur de Mandelot. L’Adonis, en effet, démarque le Combat trait pour trait, parfois même mot pour mot. La tristesse de Vénus était ainsi dépeinte par Mandelot :

  • 19 Mandelot 1619, p. 5-6.

Et sa voix poussee parmy l’aër avec mille bruslans souspirs échauffoit tous les environs d’une ardeur tres-insuportable, ses pas espars en mille parts estoient autant d’embrasemens en tous les lieux qu’elle fouloit, et les pleurs qu’elle respandoit comme petits brandons de feux brusloient les herbes et les fleurs qui se rencontroient à leurs cheutes19.

13C’est dans les mêmes termes que, chez Favier, les déités amoureuses d’Adonis se lamentent :

  • 20 Favier 1624, chant I, p. 9-10. Les paronomases de Mandelot sont toutes reprises par Favier : « vain (...)

Et ne pouvant à qui se consoler
Jettoient des cris, flamboyans parmy l’air,
Ne trouvant rien qui leur fust secourable,
Eschauffoient tout d’un feu insupportable,
Leurs pas estoient esparts en mille parts,
Et leurs souspirs des brandons et des darts,
D’un feu si grand que l’eau de leurs paupieres
Pouvoit brusler les fleurs toutes entieres
20

  • 21 Ibid., p. 6.
  • 22 Lafay 1975, p. 443.

14Favier n’a pas seulement repris l’intrigue, mais parfois même, comme on le voit, les expressions les plus « pittoresques » du sieur de Mandelot. Peut-on dès lors lui prêter une esthétique originale, qualifiable ou identifiable, une esthétique « faviériste » ? Peut-être tout de même, si l’on veut bien prendre en compte la facilité et l’abondance de son style, la fécondité de sa verve encomiastique, qui sollicite dans une vision quasi cosmique l’amour et la chasse, la guerre et la gloire, la lumière et la nuit… Son poème est en outre envahi de nymphes, de naïades, de néréides, napées, orcades, oréades, faunes, pans, satyres et sylvains, et d’ornements innombrables, un peu comme les nymphes entrelacent Adonis « d’un nombre de cordages, / De mille fleurs l’eslitte des herbages21 ». Ce décor composé par les nymphes est entièrement idyllique. Or Henri Lafay, dans sa chronologie du goût poétique durant le premier xviie siècle, a évoqué un courant littéraire marqué par les douceurs pastorales, une « veine ovidienne et pastorale » où se prolonge « le succès de Lingendes »22. On pourrait rattacher Claude Favier à cette veine, à la suite de Jean de Lingendes, mort en 1616.

15Favier s’amuse aussi (on pouvait s’y attendre, étant donné le thème de son poème) à entremêler les motifs de l’amour et de la chasse :

  • 23 Favier 1624, chant III, p. 22.

Pourchasse un Cerf, au lieu qu’on te pourchasse23

16Ou bien :

  • 24 Ibid., chant VIII, p. 71.

Et cependant l’ardeur de vostre chasse
Va mesprisant celle de mon amour
24

  • 25 Bohnert 2018, p. 165.

17De l’amour à la chasse, de la chasse à la guerre, de la guerre à la gloire, de la gloire à la lumière, nous finissons par conclure que la lumière, que le retour du printemps, que tous ces thèmes, que tous ces motifs étincelants ou solaires ne servent qu’à auréoler le prince héritier, auquel est dédié le poème, ou qu’à réverbérer, plus globalement, « le juste pouvoir des souverains que leur personne, leur nature même, destine à régner25 ».

  • 26 La Bruyère 1975 [1696], p 40. Nous citions plus haut, en guise d’exemple, ces deux vers hyperboliqu (...)
  • 27 Ibid.

18Quant au style proprement dit de Favier, il surabonde d’hyperboles et d’antithèses, de mignardises et d’archaïsmes, dans la lignée de Ronsard. Pour reprendre la définition de l’hyperbole par La Bruyère, Favier fait partie de ces « esprits vifs, pleins de feu, et qu’une vaste imagination emporte hors des règles et de la justesse26 ». On peut aussi le ranger dans une autre catégorie d’esprits dont parle La Bruyère, celle de ceux qu’éblouit « l’éclat de l’antithèse27 » :

  • 28 Favier 1624, chant II, p. 19.

Mais il falloit que sa grande lumiere
Vint offusquer l’amour de ta paupiere,
Qui pensoit voir sa plus grande clarté,
Qui t’a rendu tout plein d’obscurité
28.

19Après qu’il a ébloui son lecteur avec ces différentes figures, Favier lui montre aussi toute la sophistication de sa rhétorique amoureuse. À Vénus réclamant des preuves de sa passion, Adonis répond :

  • 29 Ibid., chant VII, p. 66.

Ouy, je mourois absent de ta presence,
Le mesme mal qui te tue m’offence
29

20Tout cela commence à dater en 1624, de même que certains archaïsmes de prosodie, comme la présence de l’e muet avant consonne (« qui te tue m’offence »). De même écrit-il couramment : « l’Envie que je fuis », « une vie presente », « et tes joues marbrines », « esloignée de toy », « crie tout esperdu ». Ce n’était pas sans exemple alors, mais cela fait imaginer que l’inspiration de Favier coïncide avec la langue, la sensibilité et le goût du début plutôt que de la fin de son quart de siècle.

Le sens mystique

21Enfin, quant au sens à démêler dans ces récits fabuleux, il faut en revenir, encore une fois, au sieur de Mandelot.

22Mandelot avait fait suivre l’intitulé de son ouvrage d’un sous-titre qui attire l’attention, par l’apparente contradiction entre son début et son terme : Histoire de ce temps. Compris sous les tragiques et morales amours de Diane, et de Vénus, de la mort d’Adonis dont s’ensuit celle d’Endymion, le tout avec un sens mystique. L’auteur présente donc d’abord son texte comme une « histoire de ce temps », discernable derrière les voiles de la mythologie ; mais, dans la tradition de l’allégorèse religieuse, il fait ensuite allusion à un « sens mystique », c’est-à-dire mystérieux. Il y aurait donc à la fois une sorte de dispositif à clefs, supposant en transparence des héros mythologiques certains personnages reconnaissables de l’histoire contemporaine, et une intention allégorique qui christianiserait, ou du moins moraliserait le récit, comme le suggère d’ailleurs le titre proprement dit en opposant Amour (Vénus) et Chasteté (Diane). Cette double intention d’auteur peut-elle se répercuter sur le poème de Favier, fidèle imitateur de Mandelot ?

  • 30 Molinié 1975, p. 708.

23Pour le savoir, il faudrait d’abord élucider le sens du texte de Mandelot, que Favier prend pour modèle. Or, en dépit des recherches de Georges Molinié, nous ne savons pas même qui est exactement le Mandelot qui signe Le Combat de l’Amour et de la Chasteté : le seul personnage répertorié qui correspond à ce nom et quelques rares et minces indices relevés par Molinié font penser à François de Mandelot (1529-1588), gouverneur du Lyonnais et du Dauphiné, dont on a conservé une correspondance avec Charles IX à l’époque de la Saint-Barthélemy30. Comme il est le seul candidat à la paternité du texte, et faute d’autre piste, il faudrait faire remonter à cette époque ou plus haut encore les allusions contenues dans son récit, présenté comme une « histoire de ce temps » : son Adonis est-il un des rois de France précédant Charles IX ? On pourrait songer bien sûr à une évocation transparente des amours d’Henri II pour Diane de Poitiers, ainsi qu’à la rivalité de cette maîtresse avec Catherine de Médicis, épouse légitime et « chaste ». Mais on voit mal que la Diane de l’Histoire, distribuée dans le rôle de Vénus, ne soit pas celle du récit. Et, de toute façon, cela n’éclaire pas l’usage qu’aura pu faire de ce texte Claude Favier dans un contexte complètement différent.

  • 31 Lacroix 1857, p. 149.
  • 32 Bohnert 2006, p. 446.

24Sur cet usage, la critique est demeurée sceptique : « poëme mythologique et peut-être allégorique31 », écrivait Paul Lacroix. Et plus récemment Céline Bohnert : « Si les qualités d’Adonis sont bien celles de Gaston, ses aventures ne tiennent en rien à la vie du prince32. » On comprend pourquoi : en héritant un poème dont les clefs supposées ouvraient d’autres serrures, Favier ne pouvait pas demeurer aussi fidèle qu’il le fut à son modèle et parvenir à y introduire d’autres clefs sans en changer la trame. Une incise de l’abbé Goujet nous met cependant sur la voie d’une lecture possible de ce récit. Reprenant l’indication fournie par Favier dans son ode d’ouverture à Gaston, il écrivait :

  • 33 Goujet 1753, p. 145.

Quant à son Poëme, c’est une allégorie. L’Adonis de la France est Gaston, Frere du Roi ; et ce sont ses louanges que le Poëte chante, ou fait chanter par ses douze Nymphes. L’onziéme ne parle guéres cependant que d’Henri IV ; mais toutes ensemble concourent à mettre le nouvel Adonis au nombre des Dieux33.

  • 34 Favier 1624, chant XI, v. 111-170.

25Faute de savoir que Favier est entièrement tributaire de Mandelot, Goujet voit bien que la déploration de la fidèle Diane sur le corps d’Endymion, promis à l’apothéose34, est un épisode anachronique par rapport aux temps vécus par Gaston adolescent. Il propose par conséquent une restriction à l’allégorie globale, en remontant, pour ce chant, jusqu’à la mort d’Henri IV. Quand on figure en 1624 une veuve chaste, en pleurs sur le corps de son époux assassiné, comment ne pas l’appliquer au cas d’Henri le Grand pleuré par la reine Marie de Médicis ? C’était une allusion délicate que le texte faisait, peut-être un peu par hasard, dans un poème dédié à Gaston, au destin tragique de son père néanmoins glorieux, ainsi qu’à la fidélité de sa mère éplorée.

  • 35 Beugnot 1994, cité dans Bompart et Escola 2005, p. 7.
  • 36 Favier 1624, « À Monseigneur » (ode finale à Gaston), p. 118.

26Mais ce n’est plus une clef. Pour reprendre la distinction clairement posée par Bernard Beugnot, naguère35, c’est une application. La clef supposerait une cohérence d’ensemble du déchiffrement et une intention d’auteur continue. Or Favier ne peut avoir d’intention continue puisqu’il s’est assujetti, comme on l’a vu, au texte déjà codé par Mandelot. Goujet a donc bien saisi la signification celée du texte : Favier peut s’être arrangé pour suggérer des applications à la vie ou bien au destin prophétisé de Gaston, et Endymion est peut-être Henri IV au chant XI ; mais si une clef avait servi à Mandelot pour coder son texte, peut-être aussi Favier ne la comprend-il déjà plus. Cela ne signifie pas, pour autant, que son poème est dépourvu de sens allégorique, puisqu’il prend soin de rendre très explicite l’assimilation de son personnage principal au jeune Gaston encore adolescent : « GASTON Adonis en effect36 ». Mais également :

  • 37 Ibid., p. 117.

J’ay veu la plus rare beauté
La mort et l’immortalité
D’un Adonis comblé de gloire,
Qui mesme les yeux endormis
Contre ses plus grands ennemis,
S’est veu remporter la victoire
37

  • 38 Lestringant 2007, p. 304.
  • 39 Ibid.
  • 40 Bohnert 2018, p. 179 (avec renvoi, en note, à Caruso 2013).

27Ce qui incite à lire aussi son poème comme on verrait le repeint (ut pictura poesis), sous les traits d’Adonis, d’Henri IV en Gaston. À propos d’une réplique du Bain de Diane de François Clouet, où l’on s’aperçoit que l’artiste a repeint, au début du xviie siècle, Diane de Poitiers en Gabrielle d’Estrées, et derrière elle François II – repentir d’Henri II – en Henri IV, Frank Lestringant a parlé de repeints « consubstantiels à l’œuvre, conçue dès son principe pour accueillir les circonstances les plus diverses et décourager par avance la sagacité de la critique érudite, toujours en quête d’un sens arrêté38 ». Aussi Le Bain de Diane a-t-il conservé « toute son actualité à travers plusieurs règnes successifs et sur l’espace d’un demi-siècle39 ». De même, probablement un demi-siècle après sa composition, le récit de Mandelot avait sans doute conservé une sorte d’ouverture suffisamment large pour accueillir un sens nouveau encore au xviie, dans sa mise en vers par Favier. D’après Céline Bohnert, en tout cas, les images solaires des récits composés dans les années 1620 à partir du mythe d’Adonis « permettent de penser la succession royale – ou, plus exactement, ces symboles, qui mettent l’accent sur les cycles de mort et de renaissance naturelle, cherchent à légitimer la lignée royale […], loin des remous et des ruptures dramatiques de l’actualité40 ».

28Car si le jeune Gaston ne peut avoir, en effet, l’expérience qu’Adonis connaît et qui le conduit à la mort, il est certain que son âge le prédispose à la connaître. Pour l’instant protégé par une chaste déesse – sa mère –, lié à elle par un sentiment de pieuse affection, il est toutefois menacé par le piège du péché de concupiscence, attiré comme tous les jeunes de son âge par les charmes de l’amour sensuel. C’était un lieu commun de l’éducation en général – et particulièrement de celle des princes – que de les mettre en garde contre ce péril. On comprend alors l’insistance sur la douleur d’Adonis pris dans les filets de Vénus, quand il voit que Diane se détourne de lui, et lui tient rigueur. Deux ans plus tard, sur ordre de sa mère, Gaston épousera Mlle de Montpensier sans l’aimer d’amour sensuel, et Favier célébrera cette union de raison. Ainsi analysée, l’intention de son texte, sorte de miroir des princes, justifie la double dédicace à Gaston et à son gouverneur, d’Ornano : le colonel incarne la voie de la raison et de la bonne éducation dans ce combat entre chasteté et sensualité, que le jeune prince de seize ans, héritier du royaume, est désormais en âge de mener.

29Cet éloge opportuniste du prince français sous les traits du héros mythologique, sans directement déchiffrer le destin de celui-ci, qui heureusement n’était pas voué à mourir à la chasse, prophétisait cependant les périls qui menaçaient sa jeune vertu. L’éloge était conventionnel et attendu : dans un style un peu vieilli, ce poète éphémère offrait au prince un tableau allégorique des prospérités de la vertu et des infortunes du vice.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Balinghem Antoine de, 1616, Triomphe de Chasteté et totale deffaite du fol Amour, en forme de dialogue, divisé en huict journées, autant utile aux mariez qu’aux non mariez, Lille, P. de Rache, 2 t.

Danville Guillard, 1624, La Chasteté, poëme héroyque en l’honneur du roy et des reynes, Paris, N. Alexandre.

Favier Claude, 1624, L’Adonis de la Cour, divisé par XII nymphes, dedié à Monseigneur, frere du Roy, Paris, A. de Sommaville.

Favier Claude, 1626, Le Triomphe de l’amour, pour le mariage de Mgr le duc d’Orléans, frere unicque du roy, et de Madame la duchesse de Montpensier, Paris, N. Callemont.

Giustinelli Pierre, 1621 [1610], Triomphe de la Chasteté contre le vice de l’Incontinence, trad. de l’italien par P. Morin, Paris, S. Chappelet.

La Bruyère Jean de, 1975 [1696], Les Caractères ou Les Mœurs de ce siècle, éd. A. Adam, Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Mandelot, 1619, Le Combat de l’Amour et de la Chasteté : histoire de ce temps, Paris, A. Estoc.

Marino Giambattista, 2014 [1623], Adone/Adonis, éd. bilingue de M.-F. Tristan, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque italienne », t. I (chants I-V) [L’Adone, Paris, O. de Varennes].

Ronsard Pierre de, 2015 [1565], Élégies, mascarades et bergerie, dans Œuvres complètes, éd. P. Laumonier, rev. par J. Céard, Paris, Société des textes français modernes.

Notices, répertoires et histoires de la littérature

Arbour Roméo, 1979, Répertoire chronologique des éditions de textes littéraires : l’ère baroque en France, t. II : 1616-1628, Genève, Droz.

Goujet Claude-Pierre, 1753, Bibliothèque française ou Histoire de la littérature française, Paris, H.-L. Guérin/P. G. Le Mercier, t. XV.

Grente Georges (dir.), 1996 [1954], Dictionnaire des lettres françaises : le xviie siècle, éd. ent. révisée sous la dir. de P. Dandrey, Paris, Fayard/Librairie générale française.

Lacroix Paul, 1857, Bulletin du bibliophile et catalogue de livres rares et curieux de littérature, d’histoire, etc., Paris, J. Techener, 13e série, mars, p. 149-150.

Michaud Louis-Gabriel (dir.), 1983 [1855, 2e éd.], Biographie universelle ancienne et moderne, reprod. en fac-sim., Leyde, IDC [Paris, C. Desplaces], t. XIII.

Toinet Raymond, 1971 [1899], Notes pour servir à l’histoire littéraire du xviie siècle : quelques recherches autour des poèmes héroïques-épiques français du dix-septième siècle, reprod. en fac-sim., Genève, Slatkine [Tulle, impr. de Grauffon].

Études

Abraham Claude Kurt, 1964, Gaston d’Orléans et sa cour : étude littéraire, Chapel Hill, University of North Carolina Press, coll. « Studies in the Romance Languages and Literatures ».

Beugnot Bernard, 1982, « Œdipe et le Sphinx : essai de mise au point sur le problème des clés au xviie siècle », dans Fumaroli M. (dir.), Le statut de la littérature : mélanges offerts à Paul Bénichou, Genève, Droz, p. 71-85.

Beugnot Bernard, 1994, La mémoire du texte : essais de poétique classique, Paris, H. Champion, coll. « Lumière classique ».

Bohnert Céline, 2006, La Fable d’Adonis en France à l’époque moderne (de la seconde moitié du xvie à la fin du xviie siècle), thèse de doctorat en littérature française sous la dir. de Patrick Dandrey, université Paris IV-Sorbonne.

Bohnert Céline, 2018, « Diane à la cour de France sous Louis XIII : évolution esthétique et signification politique du mythe dans les années 1620 », dans Bàrberi Squarotti G., Colturato A. et Goria C. (dir.), Il mito di Diana nella cultura delle corti : arte, letteratura, musica, Florence, L. S. Olschki, p. 161-180.

Bompart Mathilde et Escola Marc, 2005, « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la théorie d’une pratique de lecture », Littératures classiques, no 54, p. 5-26.

Caruso Carlo, 2013, Adonis : the Myth of the Dying God in the Italian Renaissance, Londres, Bloomsbury.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Époques ».

Lafay Henri, 1975, La poésie française du premier xviie siècle (1598-1630) : esquisse pour un tableau, Paris, A. G. Nizet.

Lestringant Frank, 2007, « Le Bain de Diane de François Clouet », dans Cerquiglini-Toulet J. et al., La littérature française : dynamique et histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », t. I, p. 299-307.

Molinié Georges, 1975, « Sur l’Adonis de La Fontaine », Revue d’histoire littéraire de la France, 75e année, no 5, septembre-octobre, p. 707-729.

Haut de page

Notes

1 Goujet 1753, p. 145.

2 Lacroix 1857, p. 149.

3 Toinet 1971, p. 31.

4 Michaud 1983, p. 445.

5 Grente 1996, p. 472 (rév. J.-P. Chauveau).

6 Voir Lacroix 1857, p. 149, cat. 57 (L’Adonis) ; ibid., p. 150, cat. 59 (L’Arténice).

7 Nous remercions Aurore Schoenecker pour cette information qu’elle nous a aimablement communiquée. Le catalogue de la bibliothèque de Gaston, qu’elle a reconstitué, est déposé à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale.

8 Lacroix 1857, p. 149.

9 Cf. Arbour 1979, p. 472. Un cinquième exemplaire est toujours consultable à la bibliothèque du Congrès.

10 Favier 1624, p. vii.

11 Ibid., p. ix.

12 Ces pages liminaires contiennent un avertissement au lecteur, une dédicace en prose à Gaston, une ode au même, une ode au colonel d’Ornano, un sonnet de Favier à Marcheville, ainsi qu’un sonnet à Favier par un certain « M. Maugis, avocat au Parlement ». Favier nous apprend que Marcheville, sous-gouverneur de Gaston, enseignait l’astrologie à son jeune disciple.

13 Le narrateur est tour à tour guidé par Caliste, Euterpe, Procris, Syrinx, Chioné, Hippolyte, Égérie, Aréthuse, Oréade, Néréide, Naïade et Hamadryade. On trouve peu ou prou cette même liste dans Le Combat de l’Amour et de la Chasteté (Mandelot 1619, p. 152-153), ouvrage auquel Céline Bohnert, dans sa thèse, a rattaché celui de Favier (voir Bohnert 2006).

14 Favier 1624, chant II, p. 14.

15 Ibid., p. 14-15. Plus haut, p. 10, Cupidon « Void Adonis aupres de sa compagne / Qui s’en alloit entrer dedans sa Cour ». Diane protège Adonis comme Marie de Médicis protégeait Gaston, son troisième fils. Les terrassements pour l’aménagement des futurs jardins du Luxembourg, devant lesquels la reine mère faisait alors construire son « palais d’Orléans », commencèrent précisément cette année-là, en 1624. L’année suivante, elle s’installera dans ce palais encore inachevé. Son architecte, Salomon de Brosse, suivait alors le plan carré conçu dans les années 1550 par Jacques Androuet Du Cerceau. Pour la transformation du « château des reines », près de Meaux, où résidèrent successivement Gabrielle d’Estrées et Marie de Médicis, Brosse avait suivi ce même plan, « en forme en Cloistre ». Le narrateur songe-t-il à l’un de ces récents bâtiments ?

16 Ronsard 2015, « Pour le trophée de la Chasteté », v. 28-29, p. 221.

17 L’unique exception du chant IX est significative. Favier ne se détache de Mandelot que pour faire révéler par Diane, dans un court passage (v. 81-122), la nature et le mouvement des diverses sortes d’étoiles, arctiques et antarctiques, errantes, fixes et arrêtées. Endymion est exhorté à se rendre « docte en cet ample volume ». Or nous savons – depuis le sonnet liminaire de Favier, p. xi – que Gaston faisait voir, en matière d’astrologie, « sa plus divine adresse ». Quant au comte de Marcheville, sous-gouverneur de Gaston, c’est sous une sentence du prince des astrologues, tirée de l’Almageste, que Favier encense dans ce même sonnet sa « Bouche d’or » et son « prudent Esprit » : Sapiens dominabitur Astris.

18 Bohnert 2006, p. 420 ; ce qu’elle nommera aussi « [recomposition du] mythe d’Adonis par contamination avec le mythe d’Endymion » (Bohnert 2018, p. 164). Voir aussi Molinié 1975, p. 707-713.

19 Mandelot 1619, p. 5-6.

20 Favier 1624, chant I, p. 9-10. Les paronomases de Mandelot sont toutes reprises par Favier : « vaines couleurs qui passez en douleurs, cruels appas qui tournez en trespas » (Mandelot 1619, p. 65), « Vaine douceur qui finit en tristesse, / Vaine douleur qui se passe en détresse, / Cruel plaisir, que tes divins appas / Sont aussi tost convertis en trespas » (Favier 1624, p. 56) ; « le ciel mesme estant affligé de cet inevitable arest, pleuroit et pleuvoit tout ensemble une fort grande abondance de larmes » (Mandelot 1619, p. 92), « Le Ciel fasché du mal inesvitable / Pleuroit, plouvoit, se rendoit desplorable » (Favier 1624, p. 68).

21 Ibid., p. 6.

22 Lafay 1975, p. 443.

23 Favier 1624, chant III, p. 22.

24 Ibid., chant VIII, p. 71.

25 Bohnert 2018, p. 165.

26 La Bruyère 1975 [1696], p 40. Nous citions plus haut, en guise d’exemple, ces deux vers hyperboliques de Favier, tirés du premier chant : « D’un feu si grand que l’eau de leurs paupieres / Pouvoit brusler les fleurs toutes entieres ».

27 Ibid.

28 Favier 1624, chant II, p. 19.

29 Ibid., chant VII, p. 66.

30 Molinié 1975, p. 708.

31 Lacroix 1857, p. 149.

32 Bohnert 2006, p. 446.

33 Goujet 1753, p. 145.

34 Favier 1624, chant XI, v. 111-170.

35 Beugnot 1994, cité dans Bompart et Escola 2005, p. 7.

36 Favier 1624, « À Monseigneur » (ode finale à Gaston), p. 118.

37 Ibid., p. 117.

38 Lestringant 2007, p. 304.

39 Ibid.

40 Bohnert 2018, p. 179 (avec renvoi, en note, à Caruso 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), plat supérieur.
Légende Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1527231b/​f1.item
Crédits Source : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20371/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2. L’Adonis de la Cour divisé par XII nymphes... [Par Claude Favier], Paris, 1624. Paris, Bibliothèque nationale de France, Réserve des livres rares, RES P-YE-2158 (1), titre gravé.
Légende Permalien : https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k1527231b
Crédits Source : Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20371/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Capony, « Un poème énigmatique : L’Adonis de la Cour, par Claude Favier »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/20371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.20371

Haut de page

Auteur

Alexandre Capony

Cellf 16-18 (UMR 8599)
Alexandre Capony prépare depuis 2017 une thèse en littérature française sur Diane et sa fable dans la poésie du premier xviie siècle, sous la direction du professeur Patrick Dandrey (Sorbonne Université). L’anthologie qu’il a présentée pour son master, sur les poèmes du couchant et de l’aurore, est encore inédite.
Since 2017, Alexandre Capony has been writing a thesis in French literature on Diana and her fable in seventeenth-century poetry, under the supervision of Professor Patrick Dandrey (Sorbonne University). The anthology that he prepared for his master’s, featuring poems connected with sunset and sunrise, has yet to be published.
alexandre.capony[at]paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search