Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...20Gaston d’Orléans et l’AntiqueLa Sicilia descritta con medaglie...

Gaston d’Orléans et l’Antique

La Sicilia descritta con medaglie de Filippo Paruta, deuxième édition dédiée par Leonardo Agostini à Gaston d’Orléans (1649)

Filippo Paruta’s La Sicilia descritta con medaglie, Second Edition by Leonardo Agostini Dedicated to Gaston d’Orléans (1649)
Yvan Loskoutoff

Résumés

La première édition du volume numismatique de Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie (Palerme, 1612), était une rareté bibliographique notamment présente dans la bibliothèque de Mazarin grâce au cardinal Francesco Barberini. On élucide ici la dédicace de la deuxième édition à Gaston d’Orléans par Leonardo Agostini (Rome, 1649), révélant deux exemplaires préparatoires (Bibliothèque vaticane, Bibliothèque nationale de France) et l’intervention du même cardinal dont Agostini était l’antiquaire. Francesco Barberini connaissait le dédicataire depuis sa légation à Paris en 1625. Ainsi se trouvent illustrés à la fois les intérêts numismatiques et italiens de Gaston d’Orléans.

Haut de page

Texte intégral

1En exploitant les correspondances inédites conservées à la Bibliothèque vaticane, notamment celle du préfet Lucas Holstenius, cet article élucide comment fut dédiée à Gaston d’Orléans la deuxième édition augmentée de l’ouvrage numismatique de référence dû à Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie (1649). Un exemplaire de la première édition rarissime de 1612 avait été offert à Mazarin en 1646 par le cardinal Francesco Barberini, pour le remercier de l’avoir accueilli lors de son exil parisien. Ce dernier avait alors cultivé la protection de Gaston d’Orléans qu’il connaissait depuis sa légation à Paris en 1625. C’est aussi pour le remercier que Francesco Barberini lui fit dédier par son antiquaire Leonardo Agostini la deuxième édition de l’ouvrage de Paruta.

  • 1 Gatulle 2012, p. 60.

2Le fichier des provenances de la réserve de la Bibliothèque nationale de France signale les armes de la famille d’Orléans sur La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, publiée à Rome en 1649 chez Lodovico Grignani. Il s’agit de l’exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans de la deuxième édition de ce recueil numismatique de référence. Pierre Gatulle, qui a proposé un tableau des ouvrages dédiés au prince, laisse l’année 1649 vide, mais comme il le remarque lui-même, « De nouvelles découvertes pourraient modifier cette esquisse quantitative1 ». Le présent article propose donc un complément à ce tableau. La luxueuse reliure italienne, en maroquin rouge, se trouve dans un parfait état de conservation (fig. 1). Les armes du dédicataire figurent dans un double encadrement aux petits fers. Nous présenterons l’évolution de l’ouvrage d’une édition à l’autre, pour nous interroger sur les circonstances de sa nouvelle dédicace.

Fig. 1. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-559.

Fig. 1. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-559.

© Bibliothèque nationale de France

La première édition : 1612

  • 2 Bazzano 2014 ; Paruta 2015 ; quelques renseignements dans Callataÿ 2016.

3Filippo Paruta2 avait fait paraître la première édition en nombre d’exemplaires restreint, à Palerme, chez Giovanni Battista Maringo, en 1612. C’est un petit in-folio (28 × 20 cm) de 180 planches recto montrant pour la plupart huit monnaies avers et revers, les textes explicatifs se trouvant à la fin du volume. L’ouvrage porte essentiellement sur l’Antiquité, mais aussi sur le Moyen Âge et sur l’époque moderne, s’achevant par les monnaies de Philippe III d’Espagne. La dédicace est adressée au duc d’Ossuna, vice-roi et capitaine général de Sicile, dont les armes ornent le titre (fig. 2).

Fig. 2. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, Palerme, Giovanni Battista Maringo, 1612, exemplaire préparatoire à une nouvelle édition, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.

Fig. 2. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, Palerme, Giovanni Battista Maringo, 1612, exemplaire préparatoire à une nouvelle édition, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.

© Bibliothèque nationale de France

  • 3 Conihout 2002, p. 22 et p. 27, n. 37.
  • 4 Iugement de tout ce qui a esté imprimé1650, p. 118-119.

4Ce volume recherché figurait dans la bibliothèque de Mazarin. Gabriel Naudé l’inclut dans la liste des 101 livres à protéger, établie en 1649 devant les menaces de la Fronde3. Dans une page du Mascurat consacrée aux Mancini, parents du cardinal, et aux ouvrages s’y rapportant, il ajoute, pour montrer leur diffusion, qu’ils « ne sont pas si rares que la Sicilia del Paruta, l’Antonius Augustinus de nominibus propriis Pandectarum, le Calculator, le Pomponace, la Philosophie d’Avicenne, le Postel de orbis terrae concordia, la Sagesse de Charon de 1601, ou la Bible de Sixte4 ».

5La correspondance du cardinal-neveu d’Urbain VIII, Francesco Barberini, nous donne la clef de la présence de ce titre dans la bibliothèque de Mazarin. Comme on le sait, la famille Barberini avait été contrainte à l’exil par Innocent X en 1645-1646, et Mazarin s’était réjoui de l’accueillir à Paris. C’est pour le remercier que le cardinal Francesco lui offrit le volume dont nous traitons. Le 30 mars 1646, celui-ci écrivait à Lucas Holstenius, préfet de la Bibliothèque vaticane dont lui-même avait été le cardinal-bibliothécaire :

  • 5 Biblioteca Apostolica Vaticana (désormais BAV), Barb. lat. 6492, fo 11, Paris, 30 mars 1646, France (...)

Je souhaite que Votre Seigneurie fasse chercher parmi mes livres qui se trouvent à la Chancellerie s’il y a le Paruta sur les médailles de la Sicile car je voudrais qu’à la première occasion qui ne soit pas de l’ordinaire en raison du coût, il soit envoyé à Monsieur Naudé pour le service du cardinal Mazarin avec le missel mozarabe qui est en double dans ma bibliothèque5.

  • 6 Ibid., fo 57, Avignon, 26 décembre 1646, Francesco Barberini à Lucas Holstenius : « Ho mandato alla (...)

6Les deux ouvrages parvinrent à leur destinataire. Le 26 décembre de la même année, le cardinal Francesco écrivait d’Avignon au même Holstenius dans une lettre qui arriva le 9 janvier 1647 : « J’ai envoyé à la bibliothèque de Monseigneur le cardinal Mazarin les deux livres que Votre Seigneurie m’a envoyés, soit le missel mozarabe et les médailles de Paruta6. »

  • 7 BNF, RES-J-899.
  • 8 BAV, Barb.O.VIII.83.

7Deux des exemplaires de 1612 que nous avons consultés sont des exemplaires préparatoires pour une nouvelle édition. Celui de la réserve de la Bibliothèque nationale de France comporte de nombreuses annotations manuscrites, y compris dans les marges de la dédicace au duc d’Ossuna, ce qui révèle que le volume n’était pas encore destiné à Gaston d’Orléans7 (fig. 3). Celui de la Bibliothèque vaticane montre des gravures de monnaies collées sur les pages ou intercalées entre elles. Ces gravures comptent parmi celles qui seront ajoutées à la deuxième édition, dans un état plus ou moins modifié8 (fig. 4).

Fig. 3. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, page de dédicace pourvue d’annotations préparatoires à une nouvelle édition. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.

Fig. 3. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, page de dédicace pourvue d’annotations préparatoires à une nouvelle édition. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 4. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, exemplaire muni de gravures préparatoires à une nouvelle édition. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.VIII.83.

Fig. 4. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, exemplaire muni de gravures préparatoires à une nouvelle édition. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.VIII.83.

© Biblioteca Apostolica Vaticana

La deuxième édition : 1649

  • 9 Nielsen 1960.
  • 10 Barberini 2007.
  • 11 Bonnaffé 1884, p. 216. Sur le cousinage, voir l’article « Menestrier, Jean-Baptiste Le » dans Biogr (...)

8La deuxième édition augmentée fut publiée à Rome en 1649 par Leonardo Agostini9 (fig. 5). Celui-ci avait été appelé en 1639 à succéder au poste de Claude-François Ménestrier comme antiquaire du cardinal-neveu Francesco Barberini, s’occupant notamment des collections numismatiques10. Signalons en passant que le cousin dudit Claude-François Ménestrier, Jean-Baptiste du même nom, avait dédié à Gaston d’Orléans en 1627 son Livre des medales11. Un réseau reliant le frère du roi et le cardinal-neveu, entre Rome et Paris, s’était déjà formé.

Fig. 5. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, page de titre. University of Virginia Library, McGregor Fund, A1649.P37.

Fig. 5. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, page de titre. University of Virginia Library, McGregor Fund, A1649.P37.

Permalien : https://search.lib.virginia.edu/​sources/​uva_library/​items/​u2260353

Domaine public

  • 12 BAV, Chig.II.735.
  • 13 BAV, Barb.O.IX.64.
  • 14 BAV, Mai.XI.N.X.11.

9La deuxième édition de Paruta est en format grand in-folio (35 × 25 cm). Elle compte toujours 180 planches non plus de huit mais de dix médailles. Elle a été mise à jour pour l’époque moderne, s’étendant jusqu’au règne de Philippe IV d’Espagne. La Bibliothèque vaticane en possède trois exemplaires tous en reliure d’apparat, l’un dans le fonds Chigi, aux armes d’Alexandre VII Chigi à grand décor12 (fig. 6), l’autre dans le fonds Barberini, aux armes du cardinal Francesco Barberini à encadrement13 (fig. 7), le troisième dans le fonds Mai, aux armes du cardinal Spada, aussi à encadrement14 (fig. 8). La page de titre a changé : les armes du duc d’Ossuna ont été remplacées par une monnaie portant la trinacria, antique symbole sicilien, d’un type essentiellement présent à Palerme, ville constituant la première section de l’ouvrage (fig. 5).

Fig. 6. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du pape Alexandre VII. Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig.II.735.

Fig. 6. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du pape Alexandre VII. Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig.II.735.

© Biblioteca Apostolica Vaticana

Fig. 7. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Francesco Barberini. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.IX.64.

Fig. 7. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Francesco Barberini. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.IX.64.

© Biblioteca Apostolica Vaticana

Fig. 8. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Spada. Biblioteca Apostolica Vaticana, Mai.XI.N.X.11.

Fig. 8. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Spada. Biblioteca Apostolica Vaticana, Mai.XI.N.X.11.

© Biblioteca Apostolica Vaticana

  • 15 Paruta 1649, dédicace au duc d’Orléans, n. p. : « Vengo al cospetto di Vostra Altezza Reale, ma con (...)

10Dans la dédicace, Agostini s’excuse de s’adresser avec témérité au duc qu’il ne connaît pas, puis tout s’éclaire quand il ajoute : « Je m’approche de Votre Altesse royale mais conduit pour ainsi dire par la main sous la protection glorieuse de Monseigneur l’Éminentissime cardinal Francesco Barberino, mon seigneur et patron15. » L’initiative du geste revenait donc au cardinal-neveu d’Urbain VIII. Agostini poursuit en soulignant combien ce recueil de vestiges de l’Antiquité convient à celui qui avait tant dépensé pour en collectionner. Il termine par un éloge de cette Antiquité, modèle de valeur, de splendeur et de courtoisie.

  • 16 Giuseppe Ruotolo affirme dans son édition que ce fut Agostini lui-même qui exécuta les gravures ajo (...)

11Dans l’adresse consécutive, aux « curieux de l’Antiquité », il raconte comment il est parvenu à récupérer les cuivres laissés par Paruta et comment il a décidé la deuxième édition, « désirée de tous les antiquaires et particulièrement des seigneurs français », d’autant plus que la première avait été limitée. Il explique en outre comment il a fait raccommoder les cuivres endommagés et comment il en a fait graver de nouveaux au nombre d’environ deux cents, sur des dessins de monnaies provenant de collections mentionnées à la fin du livre16. Il termine en regrettant le triste sort des étrangers à Rome qui se laissent tromper et font l’acquisition de faux.

12Il reste à répondre à une question : pour quelle raison le cardinal Francesco Barberini fit-il dédier par son antiquaire la deuxième édition de l’ouvrage de Paruta à Gaston d’Orléans ?

Les circonstances de la dédicace

  • 17 Ibid., p. 330.

13Francesco Barberini connaissait le frère de Louis XIII depuis longtemps. Il l’avait déjà rencontré en 1625, alors que jeune cardinal-légat de vingt-sept ans il était venu à Paris pour traiter des questions de la Valteline et du protestantisme, apportant en même temps la dispense nécessaire à Henriette de France pour épouser l’anglican Charles Stuart. Le 21 mai, son entrée solennelle sur une mule blanche donna lieu à une procession depuis Saint-Jacques-du-Haut-Pas jusqu’à Notre-Dame. Gaston, qui n’avait alors que dix-sept ans, était déjà celui que Pierre Gatulle a appelé « le prince burlesque », aimant rire et s’entourer de rieurs17. Un incident se produisit dont le récit a été conservé dans les dossiers Cérémonial, entrées et réceptions des archives du ministère des Affaires étrangères :

Puis suiuoit ledit S. Legat et Mons. frere du Roy eux deux ensemblement sous le Dais qui leur fut mis sur leurs testes entre les deux portes St Jacques par les Drappiers ledit S. Legat ayant la main droite et Mons. la main gauche uestus a scauoir ledit Sr Legat de tabis ondé rouge ayant son camail sur les epaules de mesme et son bonnet carré d’Escarlate en la teste monté sur une mule blanche en housse de velours cramoisy rouge passementé d’or, et le harnois de mesme velours frangé d’or, et Monsieur estoit superbem.t uestu et couuert de pierreries monté sur un petit cheual superbement caparaçonné. [Description de la suite de Monsieur, harangue latine devant St Estienne des Grès par les docteurs de l’université].

Et continuant par tout cette Trouppe leur chemin Les maistres et Gardes porterent le Ciel aux lieux et endroits ou ils estoient destinez et estans au Carrefour d’Entre le marché neuf et la rue Nostre Dame lesdits orfeures ayant quitté le Ciel pour le bailler aux Bonnetiers, les Valets de pied de Monsieur qui estoient a l’Entour de luy auec un grand nombre de Soldats et Ecoliers se jetterent sur ledit Sr Legat qu’ils mirent a bas de sa mule qu’ils prirent et emporterent, et le Ciel pareillement fut uolé dechiré et mis en pieces et lors au grand bruit et tumulte le Cheual de Monsieur se cabra de manière qu’auec peine l’on prit Monsieur par le faux du Corps que l’on porta dans une boutique, auec un grand Effroy, qu’il ne fust blessé, et ledit Sr Legat qui pensoit estre perdu courut a pied jusqu’a Nostre Dame estant soustenu par quelques Seigneurs.

Et en entrant a Nostre Dame ledit Sr Archeuesque de Paris, et son Clergé alla au deuant pour luy faire harangue, mais il ne la uoulut entendre continuant son chemin jusques dans le Chœur toujours courant et Effrayé qui croyoit toûjours qu’on le poursuiuoit lequel Sr Legat fut conduit sur le haut Dais de menuiserie couuert de Tapisserie qui luy estoit preparé proche et au deuant de la ceinture du grand autel au dessus duquel il y auoit un Daiz de velours en broderie.

  • 18 Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et documents, France 1824, fos 32-33. La ré (...)

Et incontinent apres uint Monsieur frere du Roy qui se mit aussy a genoux a main gauche dudit Sr Legat et a l’Entour d’Eux le Dataire, et quelques Euesques de la Suite dudit Sr auec les Princes, Ducs, Pairs et Cheualiers de l’ordre auec le Sr de Rhodes grand M.e des Ceremonies18.

  • 19 Szanto 2006, p. 206.

14Gaston devait avoir relu le chapitre des cloches de Notre-Dame dans Gargantua pour imaginer une pareille plaisanterie qui avait failli tourner à ses dépens et qui, en d’autres circonstances, aurait pu se transformer en incident diplomatique. Mais tout était bientôt rentré dans l’ordre et la cérémonie avait repris comme si de rien n’était. Le légat n’en tint pas rigueur au frère du roi. L’été suivant, il facilita la campagne d’acquisition d’œuvres d’art lancée par celui-ci en Italie sous la direction de son peintre ordinaire, Giulio Donnabella19.

  • 20 BAV, Barb. lat. 8254, Niccolò Guidi di Bagno à Francesco Barberini, 6 janvier 1645, fo 43 : « et ne (...)
  • 21 Ibid., Niccolò Guidi di Bagno à Francesco Barberini, 13 janvier 1645, fo 44 : « In conformità della (...)

15Vingt ans plus tard, en 1645, dans la perspective de son prochain exil à Paris, Francesco se rappela Gaston. La correspondance que lui adressait le nonce Niccolò Guidi di Bagno nous révèle en effet qu’il comptait sur la protection du duc d’Orléans alors qu’il était déjà assuré de celle de Mazarin. À cette époque, ce dernier s’entendait bien avec le frère du roi, nul obstacle ne s’opposait donc à ce que Francesco bénéficiât d’un double patronage. Dans une lettre du 6 janvier, le nonce accusait réception de sa demande en ajoutant : « vous en aurez une réponse particulière de Monseigneur le duc d’Orléans avec qui j’ai parlé ce matin et qui m’a dit avoir Votre Éminence en grande estime […]. Monseigneur le duc d’Orléans m’a dit d’assurer Votre Éminence qu’il la servira toujours en tout ce qu’il pourra20 ». La semaine suivante, le nonce confirmait les dispositions favorables du duc cette fois couchées par écrit : « En conformité à la bonne volonté de Monseigneur le duc d’Orléans envers Votre Éminence, Son Altesse royale m’a envoyé […] la lettre jointe pour Votre Éminence, ajoutant d’autres courtoises démonstrations de son affection outre celles qu’il m’avait données de vive voix et dont je vous ai écrit par le précédent ordinaire21. »

  • 22 Voir Sarmant 2003, p. 42.
  • 23 Voir Gatulle 2012, p. 236.
  • 24 BAV, Barb. lat. 6499, Raphaël Trichet du Fresne à Lucas Holstenius, 16 septembre 1650, fo 55 : « De (...)

16En 1649, le cardinal Francesco était revenu à Rome. On peut considérer que la dédicace qu’il orchestra de la seconde édition de La Sicilia descritta con medaglie par son antiquaire Leonardo Agostini, était une façon de remercier le duc d’Orléans tout en cultivant les liens d’érudition numismatique. Le volume fut très attendu à Paris. Le 16 septembre 1650, Raphaël Trichet du Fresne, un numismate qui s’occupa à un moment des collections de Gaston d’Orléans22, après avoir évoqué la querelle entre Tristan de Saint-Amant et le Père Sirmond23, avouait à Lucas Holstenius, tout en fournissant une liste de livres qu’il désirait recevoir : « Du reste, je m’étonne que la nouvelle édition des médailles de Paruta ne soit pas encore arrivée dans ces parages24. ».

Conclusion

  • 25 BNF, RES-YD-302. Gatulle 2012, dans le tableau des dédicaces mentionné dans l’introduction de cet a (...)
  • 26 Kristeller 1979, p. 49.
  • 27 BNF, RES-R-1105.
  • 28 BNF, RES-J-527-529.

17Les rapports de Gaston d’Orléans avec Rome ont été peu étudiés. En voici un épisode où le livre numismatique entre en jeu par l’intermédiaire du cardinal Francesco Barberini exilé. Un autre des exilés Barberini, le cardinal Antonio, favori de Mazarin, sera aussi en relation avec l’entourage de Monsieur par Pierre Perrin comme le montre l’article de Jean Duron dans le présent volume. La deuxième édition de la Sicilia de Paruta peut être replacée dans la série des exemplaires de dédicace italiens. Le fichier des provenances de la réserve de la Bibliothèque nationale de France en signale un, le poème de Girolamo Paponi, Il veneto Pompeo, publié à Florence en 1639 et offert dans une reliure en maroquin olive semé de fleurs de lys25 (fig. 9). Paul Oskar Kristeller a attiré l’attention sur les Opuscula moralia et politica d’Agostino Nifo, publiés à Paris chez Rollet le Duc en 1645, avec une dédicace et un traité signés de Gabriel Naudé26. L’exemplaire de la réserve de la Bibliothèque nationale de France, en maroquin rouge à la Du Seuil, fut probablement celui que l’on présenta au duc27 (fig. 10). La deuxième édition de la Sicilia de Paruta peut aussi être replacée dans la série des livres de numismatique dont il reçut la dédicace. Dans la même réserve, on peut mentionner les Commentaires historiques contenans l’histoire générale des empereurs, impératrices, caesars et tyrans de l’Empire romain, trois volumes dédiés en 1644 par Jean Tristan de Saint-Amant, publiés à Paris chez D. Moreau. La reliure en maroquin olive à encadrement de filets avec chiffre aux angles et sur le dos laisse penser qu’il s’agit là de l’exemplaire de dédicace28 (fig. 11). La Sicilia de Paruta connut encore deux rééditions, l’une à Lyon en 1697, l’autre à Leyde aux Pays-Bas en 1723.

Fig. 9. Girolamo Paponi, Il veneto Pompeo, Florence, 1639, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-YD-302.

Fig. 9. Girolamo Paponi, Il veneto Pompeo, Florence, 1639, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-YD-302.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 10. Agostino Nifo, Opuscula moralia et politica, Paris, 1645, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1105.

Fig. 10. Agostino Nifo, Opuscula moralia et politica, Paris, 1645, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1105.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 11. Jean Tristan de Saint-Amant, Commentaires historiques contenans l’histoire générale des empereurs, impératrices, caesars et tyrans de l’Empire romain, Paris, 1644, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-527-529.

Fig. 11. Jean Tristan de Saint-Amant, Commentaires historiques contenans l’histoire générale des empereurs, impératrices, caesars et tyrans de l’Empire romain, Paris, 1644, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-527-529.

© Bibliothèque nationale de France

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Iugement de tout ce qui a esté imprimé contre le cardinal Mazarin, depuis le sixiéme ianvier iusques à la declaration du premier avril mil six cens quarante-neuf, 1650, s. l., s. n.

Paruta Filippo, 1612, Della Sicilia di Filippo Paruta descritta con medaglie, parte prima, Palerme, Giovanni Battista Maringo.

Paruta Filippo, 1649, La Sicilia di Filippo Paruta descritta con medaglie e ristampata con aggiunto da Leonardo Agostini, Rome, Nella stamperia di Lodovico Grignani.

Paruta Filippo, 2015, La Sicilia descritta con medaglie, éd. Giuseppe Ruotolo, [Bari], Accademia italiana di studi numismatici.

Études

Barberini Francesca, 2007, « Lo studio delle medaglie : interessi numismatici nel collezionismo Barberini », dans Mochi Onori L., Schütze S. et Solinas F. (dir.), I Barberini e la cultura europea del Seicento, Rome, De Luca, p. 411-420.

Bazzano Nicoletta, 2014, « Paruta, Filippo », dans Dizionario biografico degli Italiani, Rome, Treccani, t. 81, p. 477-480.

Biographie universelle ancienne et moderne, 1821, Paris, L. G. Michaud, t. 28.

Bonnaffé Edmond, 1884, Dictionnaire des amateurs français au xviie siècle, Paris, A. Quantin.

Callataÿ François de, 2016, « La beauté des monnayages grecs de Sicile : une investigation sur la genèse d’un sentiment (regressio ad Winckelmann… et Giovanni Battista Bianconi) », dans Sole L. et Tusa S. (dir.), Nomismata. Studi di numismatica offerti ad Aldina Cutroni Tusa per il suo novantatresimo compleano, Raguse, Edizioni di storia e studi sociali, p. 42-76.

Conihout Isabelle de, 2002, « Les livres les plus curieux de Son Éminence », dans Conihout I. de et Péligry C. (dir.), Le Cardinal, la Fronde et le bibliothécaire : les trente plus beaux livres de Mazarin, cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, 25 octobre 2002-12 janvier 2003), Paris, Les Éditions du Mécène.

Dethan Georges, 1959, Gaston d’Orléans, conspirateur et prince charmant, Paris, Fayard.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon.

Kristeller Oskar, 1979, « Between the Italian Renaissance and the French Enlightenment : Gabriel Naudé as an Editor », Renaissance Quarterly, vol. 32, no 1, p. 41-72.

Loskoutoff Yvan, 2021, « La collection de manuscrits du cardinal Giovanni Francesco Guidi di Bagno offerte à Mazarin : nouveaux documents », dans Loskoutoff Y. et Michel P. (dir.), Mazarin, Rome et l’Italie, actes du colloque (bibliothèque Mazarine-École nationale des chartes, 11-13 mai 2017), Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, p. 271-310.

Nielsen Riccardo, 1960, « Agostini, Leonardo », dans Dizionario biografico degli italiani, Rome, Treccani, t. I, p. 464-465.

Pazzoni Augusto, 1893, « Il cardinale Francesco Barberini legato in Francia ed in Ispagna nel 1625-1626 », Archivio storico italiano, série 5, vol. XII, no 192, p. 335-360.

Sarmant Thierry, 2003, La République des médailles : numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au Siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion.

Szanto Mickaël, 2006, « À propos d’une “créature toute dévouée” à Mazarin, Giulio Donnabella (Rome, 1590-Paris, 1651), peintre gentilhomme et courtier en œuvres d’art », dans Conihout I. de et Michel P. (dir.), Mazarin, les lettres et les arts, Paris/Saint-Rémy-en-l’Eau, bibliothèque Mazarine/Monelle Hayot, p. 204-211.

Haut de page

Notes

1 Gatulle 2012, p. 60.

2 Bazzano 2014 ; Paruta 2015 ; quelques renseignements dans Callataÿ 2016.

3 Conihout 2002, p. 22 et p. 27, n. 37.

4 Iugement de tout ce qui a esté imprimé1650, p. 118-119.

5 Biblioteca Apostolica Vaticana (désormais BAV), Barb. lat. 6492, fo 11, Paris, 30 mars 1646, Francesco Barberini à Lucas Holstenius : « Gusto di che V. S. facesse cercar tra i miei libri che stanno nella Canc.a se ui fusse il Paruta delle medaglie di Sicilia, poiche uorrei che con la prima buona occasione che non sia di ordinario per la troppa spesa si mandasse a Mr. Node per seru.o del S.r Card. Mazzerino insieme col messale Mozzarabo che e duplicato nella mia libreria. »

6 Ibid., fo 57, Avignon, 26 décembre 1646, Francesco Barberini à Lucas Holstenius : « Ho mandato alla bibliot.a del Sr Card. Mazzerino li due libri che VS mi mando cioe il Missale Mozzarabo, et le medaglie del Paruta. »

7 BNF, RES-J-899.

8 BAV, Barb.O.VIII.83.

9 Nielsen 1960.

10 Barberini 2007.

11 Bonnaffé 1884, p. 216. Sur le cousinage, voir l’article « Menestrier, Jean-Baptiste Le » dans Biographie universelle 1821, p. 291-292, n. 1.

12 BAV, Chig.II.735.

13 BAV, Barb.O.IX.64.

14 BAV, Mai.XI.N.X.11.

15 Paruta 1649, dédicace au duc d’Orléans, n. p. : « Vengo al cospetto di Vostra Altezza Reale, ma condotto à mano, per dir così, dalla protettione gloriosa dell’Eminentissimo Signor Cardinal Francesco Barberino mio Signore, e Padrone. »

16 Giuseppe Ruotolo affirme dans son édition que ce fut Agostini lui-même qui exécuta les gravures ajoutées, mais celui-ci n’en dit rien dans son adresse aux « curieux de l’Antiquité » (Paruta 2015, p. 47).

17 Ibid., p. 330.

18 Archives du ministère des Affaires étrangères, Mémoires et documents, France 1824, fos 32-33. La référence du texte est donnée par Dethan 1959, p. 49. Voir Pazzoni 1893, qui évoque l’entrée solennelle, mais ne mentionne pas l’incident.

19 Szanto 2006, p. 206.

20 BAV, Barb. lat. 8254, Niccolò Guidi di Bagno à Francesco Barberini, 6 janvier 1645, fo 43 : « et ne haura risposta partico.te dal Sigr Duca d’Orliense col quale ho parlato questa mattina, et ha detto di hauer V. Em.a in molta estimatione, […] Il Sr Duca d’Orliense mi ha detto che io assicuri V. Em.a che la seruira sempre in tutto quello che potra ».

21 Ibid., Niccolò Guidi di Bagno à Francesco Barberini, 13 janvier 1645, fo 44 : « In conformità della Buona uolontà del Sr Duca d’Orliense uerso V. Em.a S. A. R. m’hà mandato […] la qui cong.ta l.ra per V. E. accompagnandola con altre cortesiss.me demostrazioni, del suo affetto oltre a quello, che io ui scrissi l’ord.rio passato che haueua detto à me in Voce. » Sur les rapports de bibliophilie entre le nonce Niccolò Guidi di Bagno et Mazarin, voir Loskoutoff 2021.

22 Voir Sarmant 2003, p. 42.

23 Voir Gatulle 2012, p. 236.

24 BAV, Barb. lat. 6499, Raphaël Trichet du Fresne à Lucas Holstenius, 16 septembre 1650, fo 55 : « Del resto mi stupisco che la noua stampa delle medaglie di Paruta non sia ancora comparsa in queste bande. »

25 BNF, RES-YD-302. Gatulle 2012, dans le tableau des dédicaces mentionné dans l’introduction de cet article, laisse l’année 1639 vide. Ledit tableau doit donc aussi être complété sur ce point.

26 Kristeller 1979, p. 49.

27 BNF, RES-R-1105.

28 BNF, RES-J-527-529.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-559.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Fig. 2. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, Palerme, Giovanni Battista Maringo, 1612, exemplaire préparatoire à une nouvelle édition, page de titre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.
Légende © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Fig. 3. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, page de dédicace pourvue d’annotations préparatoires à une nouvelle édition. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-899.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 4. Della Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie, parte prima, 1612, exemplaire muni de gravures préparatoires à une nouvelle édition. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.VIII.83.
Crédits © Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Fig. 5. La Sicilia, di Filippo Paruta, descritta con medaglie ristampata con aggiunta da Leonardo Agostini, Rome, Lodovico Grignani, 1649, page de titre. University of Virginia Library, McGregor Fund, A1649.P37.
Légende Permalien : https://search.lib.virginia.edu/​sources/​uva_library/​items/​u2260353
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Titre Fig. 6. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du pape Alexandre VII. Biblioteca Apostolica Vaticana, Chig.II.735.
Crédits © Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Fig. 7. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Francesco Barberini. Biblioteca Apostolica Vaticana, Barb.O.IX.64.
Crédits © Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 8. Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie, 2e édition, 1649, reliure aux armes du cardinal Spada. Biblioteca Apostolica Vaticana, Mai.XI.N.X.11.
Crédits © Biblioteca Apostolica Vaticana
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Fig. 9. Girolamo Paponi, Il veneto Pompeo, Florence, 1639, exemplaire de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-YD-302.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Fig. 10. Agostino Nifo, Opuscula moralia et politica, Paris, 1645, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1105.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 11. Jean Tristan de Saint-Amant, Commentaires historiques contenans l’histoire générale des empereurs, impératrices, caesars et tyrans de l’Empire romain, Paris, 1644, exemplaire probable de dédicace à Gaston d’Orléans, reliure. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-527-529.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20483/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvan Loskoutoff, « La Sicilia descritta con medaglie de Filippo Paruta, deuxième édition dédiée par Leonardo Agostini à Gaston d’Orléans (1649) »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/20483 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.20483

Haut de page

Auteur

Yvan Loskoutoff

Après avoir été maître de conférences en littérature française des xvie et xviie siècles à l’université de Toulouse, où il a été élu à l’Académie des jeux floraux, Yvan Loskoutoff est professeur à l’université du Havre. Ses travaux (cinq livres et quatre-vingts articles) portent sur les rapports entre littérature et spiritualité, entre littérature et symbolique. Il a organisé une dizaine de colloques internationaux dont sept ont été publiés (Héraldique et numismatique, 4 vol. ; Les Médailles de Louis XIV et leur livre ; Héraldique et papauté ; Mazarin, Rome et l’Italie).
After working as a lecturer specializing in sixteenth- and seventeenth-century French literature at the University of Toulouse, where he was elected to the Académie des Jeux Floraux, Yvan Loskoutoff is now a professor at the University of Le Havre. His work (five books and eighty articles) focuses on the relationship between literature and spirituality, between literature and symbolism. He has organized ten international colloquia, seven of which have been published Héraldique et numismatique, 4 vols.; Les Médailles de Louis XIV et leur livre; Héraldique et papauté; Mazarin, Rome et l’Italie).
yvan.loskoutoff[at]univ-lehavre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search