Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...20Fictions antiques d’un prince mod...Gaston d’Orléans et les modèles a...

Fictions antiques d’un prince moderne

Gaston d’Orléans et les modèles antiques dans la littérature panégyrique : une étude comparative entre fils de France et infants d’Espagne

Gaston of Orléans and the Ancient Models in Encomiastic Literature: a Comparative Study Between Sons of France and Infants of Spain
Marion Duchesne

Résumés

Au début du xviie siècle, les naissances de fils de France et d’infants d’Espagne – qui ont lieu et se suivent dans un parallélisme dynastique presque parfait – sont accueillies par de conventionnelles productions encomiastiques. Les enfançons royaux – non seulement le prince héritier, mais également les puînés – y sont comparés à de nombreux héros antiques et font l’objet de glorieux pronostics. Au-delà des topiques invoqués par cette littérature de circonstance, et derrière les métaphores antiques, transparaît un miroir du prince cadet que nous nous proposons de reconstruire. Il s’agit de mettre en évidence le statut et les fonctions attachés aux fils seconds de roi et ce, dans une logique comparative qui souligne les points de convergence et de divergence institutionnels dans les monarchies française et espagnole. Là où la France célèbre ses puînés, l’Espagne fait peu de cas des siens. De cet état de fait constatable dans la littérature encomiastique résulte l’explication de ce que les qualificatifs appliqués à des homologues et contemporains soient si contraires : au conspirateur Gaston d’Orléans s’opposent les fidèles infants Charles et Ferdinand.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle est bien connue des historiens en ce qui concerne la naissance des aînés royaux puisque ce par (...)

1Une formidable symétrie dynastique unit les monarchies française et espagnole au début du xviie siècle1. Ainsi, entre 1601 et 1611, les couples royaux – Henri IV et Marie de Médicis d’une part, Philippe III et Marguerite d’Autriche d’autre part – donnent le jour à quatorze princes et princesses : trois garçons et trois filles en France, quatre garçons et quatre filles en Espagne (tableau 1).

Tableau 1. Naissances royales en France et en Espagne (1601-1611).

Tableau 1. Naissances royales en France et en Espagne (1601-1611).

© Marion Duchesne

  • 2 Le duc d’Orléans, mort à cinq ans ; Gaston, duc d’Anjou puis duc d’Orléans ; et les infants Charles (...)
  • 3 Le puîné royal constitue à la fois une sécurité pour la monarchie, puisqu’il assure la continuité d (...)
  • 4 Le rôle des filles de France et des infantes d’Espagne n’est pas aussi imprécis que celui de leurs (...)

2Des sept garçons mis au monde par ces Couronnes, deux sont destinés à devenir rois (les futurs Louis XIII et Philippe IV) et cinq sont des puînés royaux2. C’est à cette dernière catégorie de personnes royales que nous nous intéresserons. En effet, d’un côté des Pyrénées comme de l’autre, le statut de cadet se caractérise par une ambiguïté définitionnelle3 ; de même, la fonction réservée au puîné au sein de l’appareil d’État monarchique revêt des contours particulièrement flous4.

  • 5 Voir Grell 1988, p. 55.
  • 6 Nous renvoyons à la fonction politique que Béatrice Bottier attribue à la poésie d’éloge française (...)

3Ces inconnues peuvent en partie être résolues grâce à la littérature panégyrique dédiée aux princes puînés et dans laquelle les références aux héros de l’Antiquité abondent. Associer une figure royale à une figure antique relève de la convention5. Ce procédé recouvre néanmoins des symboliques politiques liées aux valeurs de chaque monarchie et participe à l’élaboration d’un miroir du prince cadet français et espagnol que nous nous attacherons à décrypter et à comparer6.

4Nous souhaitions constituer un corpus composé de généthliaques écrits à l’occasion de la naissance des fils d’Henri IV et de Philippe III, et ce, en raison des avantages que présentent des discours dédiés à des enfançons : il s’agit d’abord d’une parole qui sert la Couronne et qui est donc soumise à une idéologie, en principe unique, dépouillée de problématiques clientélistes ; ensuite, le champ des possibles réservés aux princes n’est jamais aussi vaste que lorsqu’ils sont enfants, ce qui permet d’analyser leur statut de puîné sur un plan essentiellement théorique, éloigné des préoccupations pratiques attachées à un contexte précis.

  • 7 Recensés grâce aux catalogues suivants : Arbour 1979 et Cioranescu 1967. Nous remercions Miriam Spe (...)
  • 8 La naissance de l’infant Charles est saluée par un unique poème. Celle de l’infant Alphonse motive (...)

5Il n’existe pas d’équivalent espagnol aux généthliaques français7 sous le règne de Philippe III. Nous avons donc couplé poèmes et « canards » (relaciones de sucesos) pour constituer notre corpus espagnol et, bien qu’ils soient extrêmement significatifs, les résultats de ce recensement ont grandement contrarié notre démarche comparative. En effet, en France comme en Espagne, le nombre des productions encomiastiques saluant chaque naissance royale répond à un raisonnement politique éloquent, propre à chaque royaume. Ainsi, c’est une logique de genre qui l’emporte en France, où la naissance des garçons est particulièrement saluée (fig. 1), tandis qu’en Espagne, c’est une logique d’aînesse qui s’impose : la naissance des aînés est saluée quand celle des cadets – fille comme garçon – est passée sous silence (fig. 2)8.

Fig. 1. Généthliaques français.

Fig. 1. Généthliaques français.

© Marion Duchesne

Fig. 2. Poèmes et relaciones espagnols.

Fig. 2. Poèmes et relaciones espagnols.

© Marion Duchesne

  • 9 Nous y avons ajouté quelques épîtres dédicatoires à Gaston d’Orléans durant la décennie 1620-1630 a (...)
  • 10 Les spécificités espagnoles occasionnent une dépendance des infants envers leur aîné qui est incomp (...)

6La rareté des sources espagnoles nous a contrainte à étendre notre étude aux panégyriques de tous types destinés aux jeunes princes espagnols sans pour autant renoncer à étudier les généthliaques français9. Nous avons conscience des limites engendrées par ce déséquilibre, néanmoins nous pensons que cette analyse reste pertinente10. En effet, si par certains aspects nous verrons que fils de France et infants d’Espagne partagent une fonction théorique bâtie sur les mêmes concepts, nous constaterons surtout les divergences qui fondent leur statut, ce que nous expliquerons à la lumière des spécificités institutionnelles de chacune des monarchies voisines.

France et Espagne : pour un même miroir du puîné

Des princes guerriers, virils et glorieux

  • 11 Cela est particulièrement prégnant dans le récit des journées du duc d’Anjou par son médecin, const (...)

7Seules les armes offrent au prince la possibilité de se forger une réputation. De celle-ci découle la gloire qui lui permet d’être craint et respecté, et de devenir immortel. Dès lors, l’identité de tout prince – qu’il soit aîné ou cadet, fils de France ou infant d’Espagne – s’articule autour de la dimension militaire11.

  • 12 Vega Carpio 1605, fo 32ro.

8Il n’est donc pas surprenant que du vaste ensemble de personnages antiques incarnant la force martiale soient sensiblement choisies les mêmes figures pour tous les enfants royaux. Ainsi, c’est le héros mythologique Hercule – incarnation des vertus viriles par excellence – que les littérateurs privilégient pour se référer au dauphin Louis et au prince des Asturies Philippe. De même, l’on compare leur future valeur à celle du roi de Macédoine, Alexandre le Grand12.

  • 13 Gournay 1608, fo 24.
  • 14 Hepp 1968, p. 263.
  • 15 Manuel 1621, fo 13ro : « Quien ve la casa de Philippo tercero, que gloriosa descendencia, que tuvo, (...)

9Achille leur est préféré lorsqu’il s’agit de construire l’archétype du guerrier vertueux et vaillant érigé en modèle pour les ducs d’Orléans et d’Anjou13, décrit en ces mots par Noémie Hepp : « Être Achille, c’est être brave, indomptable, invincible, superbe14. » Quant aux panégyristes espagnols, ils ont souvent recours au dieu Mars pour mettre en évidence les inclinations guerrières de l’infant Charles15.

  • 16 Bocángel y Unzueta 1633, fo 76.
  • 17 Ardenois 1608, fo 9.

10Enfin certains poètes soulignent l’unité des destinées militaires des frères en les assimilant tous à une même figure : ainsi, les fils de Philippe III sont comparés au général romain Pompée16 quand ceux d’Henri IV prennent les traits de Scipion17.

Des princes défenseurs de la foi véritable

  • 18 La France restablie à la naissance du prince Dauphin 1601, fo 10.
  • 19 Arion s. d, fo 18.
  • 20 Gournay 1608, fo 12. Ces représentations nourrissent un imaginaire collectif qui ne s’exprime pas u (...)

11Qu’il soit appelé le Turc, le Maure, l’Ottoman ou encore l’Infidèle, l’ennemi traditionnel de l’Europe chrétienne est unanimement cité dans tous les panégyriques. L’immense territoire occupé par les musulmans au xviie siècle fournit aux poètes un réservoir de pronostics vraisemblables qui érigent les fils de roi en futurs champions de la Chrétienté. Les poètes français ne manquent pas de souligner l’ascendance sainte des jeunes princes, dignes héritiers de Saint Louis, avant de les assimiler à Alexandre le Grand, « dompteur de l’Asie18 », ou au demi-dieu Hercule19. L’épisode de la juvénile victoire de ce dernier sur les serpents est souvent cité, les monstres incarnant l’Empire ottoman. Ainsi prédit-on au dauphin sa victoire sur les Turcs et la conquête de leurs terres, ou encore au duc d’Anjou la reconquête de Jérusalem20.

  • 21 González de Salcedo y Butrón 1636, fo 5vo. L’expulsion des morisques de la péninsule Ibérique décré (...)

12Les poètes espagnols ont également recours à la figure d’Hercule, mais donnent à la métaphore des hydres vaincues une portée afférente aux intérêts politiques des Habsbourg. Ceux-ci, intransigeants sur la question des confessions religieuses, reconnaissent deux ennemis : les hérétiques du Nord et les barbares du Sud, destinés à être vaincus et détruits par le prince des Asturies et les infants21.

Des princes unis

  • 22 Afin d’être réunis malgré la mort et de partager ensemble l’immortalité, les frères vivent six mois (...)
  • 23 Vera Zúñiga y Figueroa 1624, s. p. et Pellicer de Ossau Salas y Tovar 1632, fo 7vo.
  • 24 Castor et Pollux sont inclus dans le programme décoratif de l’entrée triomphale du cardinal-infant (...)
  • 25 Masson 1601, fos 6-7 : « Vous [Henri IV] avez receu ce bénéfice du Ciel, à fin que vostre Royale ma (...)
  • 26 Nous renvoyons à Wampfler 2019.

13Pour symboliser la concorde entre l’aîné et le cadet, la figure gémellaire de Castor et Pollux – incarnation de l’amour fraternel sacrificiel22 – est particulièrement appréciée chez les thuriféraires du pouvoir espagnols, et illustre l’entente aussi bien entre Philippe IV et l’infant Charles23 qu’entre Philippe IV et l’infant Ferdinand24. En France la naissance du dauphin, preuve de la fertilité du couple royal, présage de celle de plusieurs Pollux25. Il faut noter que la figure dioscuréenne n’est que peu convoquée dans les généthliaques français ; c’est plus tard, alors que la mésentente entre Louis XIII et Gaston d’Orléans est consommée, que les panégyristes usent de cette représentation de l’unité fraternelle, si nécessaire à la stabilité du royaume26.

  • 27 Quevedo y Villegas 1984, t. I, p. 433, v. 65-72 : « De trinidad humana vi semblantes, / como pueden (...)
  • 28 Zapata Fernández de la Hoz 2011.
  • 29 Le roi et son ministre, le roi et son héritier, ou encore le roi et son épouse.

14Les poètes des deux monarchies recourent également à la figure du géant tricéphale Géryon et soulignent – sans omettre la symbolique divine du chiffre trois – la communauté d’intérêts que forment ces individualités princières distinctes27. L’harmonie qui gouverne les actions fraternelles s’exprime aussi à travers l’une des allégories du pouvoir les plus répandues28 : celle du demi-dieu Hercule chargeant sur ses épaules la voûte céleste afin de soulager Atlas. L’aîné et le cadet viennent alors rejoindre la liste des couples politiques traditionnellement représentés au moyen de cette analogie29, laquelle met en évidence le rôle de suppléant que le puîné exerce auprès de l’héritier :

  • 30 Les Vœux des François accomplis 1607, fo 10.

Jupiter mit Hercule au monde afin que l’aiant nettoyé de tant de monstres et de tirans, qui par violence affligeroit les hom[m]es, il ayda Athlas à soustenir le fardeau du Ciel. Aussi le ciel ne nous a donné cest Hercule, que pour chastier ceux qui usurperoient le bien d’autruy et pour servir monseigneur le Dauphin aux charges de son royaume30.

15Glorieux combattants au service de la foi, soutiens de leur frère, les puînés français et espagnols répondent à un modèle issu des mêmes figures antiques ; d’autres, cependant, incarnent les différences fondamentales qui opposent les deux monarchies à l’heure de conceptualiser le statut de leurs cadets.

France et Espagne : le puîné au miroir de l’autre

Conquérir et gouverner

  • 31 Sur les représentations de l’Empire ottoman dans la littérature française et espagnole aux xvie-xvi (...)
  • 32 On promet d’ailleurs tant de couronnes et d’empires que le globe terrestre semble ne pas pouvoir co (...)

16Les territoires sous domination musulmane sont au cœur des fantasmagories produites par les monarchies française et espagnole31. Les pronostics adressés aux jeunes princes ont souvent pour objet la conquête de ces espaces32, non seulement parce que celle-ci supplée aux rêves de gloire princiers et sert les intérêts de l’Église, mais également parce que ces terres représentent des royaumes en puissance qui intéressent les princes héritiers, et surtout, les cadets.

  • 33 Arion s. d., fo 10 : « Dauphin qui prometez en cet age si tendre / L’empire de Cesar, les mondes d’ (...)

17En effet, bien que les premiers – présentés comme de nouveaux Alexandre ou César33 – puissent augmenter la réputation de leur monarchie en y incluant des territoires conquis, ils ont d’abord pour obligation de conserver ceux dont ils ont hérité. Le puîné, quant à lui, ne peut régner sur les royaumes dynastiques, la monarchie étant par définition le gouvernement d’un seul.

  • 34 Aedo y Gallart 1635, fo 47. Le motif de l’astre recevant la lumière du soleil est récurrent dans la (...)
  • 35 Mira de Amescua, s. d., v. 684-687 : « Que es sol para un cielo solo / en su cerco significo, / y a (...)
  • 36 Sainclair 1607, fo 4 : « Commence à triompher, toy qui n’as qu’un pareil, / Toy qu’un grand sceptre (...)

18Les très fréquentes allégories cosmiques illustrent à merveille cette idéologie politique : si dans la hiérarchie astrale le roi est communément associé au Soleil, les frères du roi s’incarnent en étoiles qui – à l’instar de la reine-lune – réfléchissent ses rayons34. Il ne peut y avoir deux Soleils sous un même ciel35, seuls l’éloignement et la conquête d’un nouvel espace peuvent permettre aux puînés de briller de leur propre lumière36.

  • 37 Lorsque cela est, il s’agit de mettre en exergue le courage ou l’éloquence de l’infant, mais jamais (...)
  • 38 Vezu 1607, fo 11 : « Et de l’immortel la louange / Par vous, en ceste terre estrange / Derechef se (...)
  • 39 Gournay 1608, fo 14.
  • 40 Vezu 1607, fos 9-10.
  • 41 Soret 1607, fo 28.

19Il faut souligner que les panégyristes espagnols insistent peu sur les conquêtes que pourraient réaliser les infants Charles et Ferdinand, qui ne sont, par ailleurs, presque jamais associés à des figures de roi, d’empereur ou de dieu souverain antiques comme Alexandre, César ou Jupiter37. À l’inverse, en France, les panégyriques adressés aux ducs nouveau-nés regorgent de pétulantes promesses d’empires38. Là où les possibilités de conquête espagnoles se bornent à l’Asie, les ambitions poétiques françaises s’étendent de cette dernière à l’Afrique noire, en passant par l’Italie39, la Navarre40 ou encore les Pays-Bas espagnols qu’il convient de « franciser41 ».

  • 42 Discours sur la naissance du prince Dauphin 1601, fo 14 : « En attendant ceste croissance [celle du (...)

20Depuis le xvie siècle, les Français craignent une monarchie universelle des Habsbourg, mais caressent également le rêve d’inverser le rapport de force qui se joue avec l’Espagne grâce à une politique dynastique fondée sur les hommes, et non sur les femmes, comme celle de la dynastie concurrente. Il est alors nécessaire que le couple royal enfante des garçons afin de créer de nombreuses ramifications collatérales et ainsi de gouverner le monde42. Dans ce but – en sus d’affermir la succession au trône – il n’est pas surprenant que les jeunes ducs soient universellement présentés comme de futurs souverains.

Deux sont un : égalité de sang, égalité de rang ?

21Ces considérations sur l’acceptation ou le rejet d’une potentielle souveraineté des cadets nous amènent à questionner la manière dont sont conçus les rapports hiérarchiques entre l’aîné et ses frères. Les ducs d’Orléans et d’Anjou ressortent ainsi glorifiés d’une comparaison avec le dauphin. En effet, si les panégyristes mentionnent leur infériorité de rang vis-à-vis de ce dernier, cela est relativisé par l’emploi d’une formulation restrictive qui permet d’insister sur leur supériorité quant au reste des princes :

  • 43 Sainclair 1607, fo 4.

Vis, crois, sois tousiours bien, prend force avec les ans,
Mesure à ton ayeul le courage et les sens,
En mesurant ta taille à sa guerrière lance
Et comme un autre Achil[le] roule tes premiers iours
Sous le docte Chiron : afin qu’en nos seiours
Nul ne te soit premier, que le premier de France
43.

  • 44 Ibid. : « Commence à triompher, toy qui n’as qu’un pareil ».
  • 45 Clavières 1607, fo 37 ; Sainclair 1607, fo 4 : « Beaus fleurons vous serez deux parfaits ornemens,  (...)

22Le plus souvent, les cadets sont placés sur un pied d’égalité avec le dauphin44 sans qu’il y ait mise en concurrence de leurs vertus ni hiérarchisation de leurs destins respectifs45. Certains poètes vont jusqu’à fusionner leurs personnes – corps et esprit – pour n’en plus faire qu’une seule et même entité :

  • 46 Soret 1607, fo 58.

Vive, vive sans fin ce père roy sans pair,
Cete mere feconde, astre sans cesse clair,
Ce double enfant royal seul’ ame, pure et monde
46.

  • 47 Cette presque égalité que prônent les généthliaques ne se retrouve pas dans les règles qui guident (...)
  • 48 Quevedo y Villegas 1984, t. I, p. 433.
  • 49 Hurtado de Mendoza 1947, t. I, p. 191 : « Victoriosos y bizarros, / volvieron los tres garzones / a (...)

23L’apologie d’une égalité presque parfaite entre le dauphin et ses frères contraste fondamentalement avec les rapports de domination qui régissent les relations du roi d’Espagne avec ses frères47. Ces derniers ne font que peu l’objet d’éloges indépendants et sont, le plus souvent, reliés à leur aîné : ils peuvent être présentés comme des images double et triple de Philippe IV48 ou encore comme des atomes du roi49. L’idée de fusion est donc également présente, cependant la modalité diffère : si les frères forment une seule entité dans les deux cas, en France elle est composée de l’addition de deux corps et de deux esprits, tandis qu’en Espagne un seul esprit – celui de l’aîné – gouverne deux (ou trois) corps. L’utilisation de la figure gémellaire de Castor et Pollux illustre bien la différence fondamentale de la place occupée par le puîné royal dans la conception organique de l’État en France et en Espagne.

  • 50 Descomel 1627, fo 6. Il s’agit là d’une œuvre issue du cercle clientéliste de Gaston d’Orléans prod (...)
  • 51 Vera Zúñiga y Figueroa 1624, s. p. : « El amor que el rey N. S. (Dios le guarde) tiene al señor inf (...)

Exemple français

Exemple espagnol

« Tout ieune Aiglon, vous avez secondé le Roy en toutes ses entreprises, l’avez deschargé du faix d’un si pesant fardeau que celuy de la conduite de l’Estat ; encore auiourd’huy vous prenez une plus grande partie du soin. De sorte qu’il semble que le Roy règne en vous, et vous en la personne du Roy. Ainsi qu’on disoit de Castor et Pollux qu’ils avaient partagé l’immortalité50. »

« L’amour que le roi Notre Seigneur (que Dieu le garde) porte à monsieur l’infant don Charles son frère, et celui avec lequel Son Altesse (habitée de la plus grande révérence) paie Sa Majesté, a rendu probable la fable des deux frères Castor et Pollux, et que de sages jugements comparent cette unité, de Sa Majesté et de son Altesse, à celle d’un parfait poème, dont le corps se compose de sujets différents : mais régis par une seule volonté, une tête et une main51. »

24Dans le premier cas, le mythe de Castor et Pollux sert à alimenter une anomalie politique : une circulation du pouvoir entre l’aîné et le cadet, une souveraineté bicéphale fondée sur le soutien qu’apporte Gaston d’Orléans à Louis XIII. Dans le second cas, l’infant Charles n’a pas de volonté propre. Au sein du corps étatique, sa fonction ne relève que de l’exécution : il est le bras d’une tête pensante incarnée par Philippe IV.

Soumission et service vassaliques

  • 52 Pellicer de Ossau Salas y Tovar 1632, fos 7-8.
  • 53 Hurtado de Mendoza 1947, t. II, p. 11 : « A besar al rey la mano / entran sus hermanos, vivan / par (...)
  • 54 Sainclair 1607, fo 7 : « Enfant bien fortuné qui sans pareil secondes / Le bien-heureux Dauphin en (...)
  • 55 Soret 1607, fo 43 : « Ouy, ie vous en respon, quils vivront amoureux / De l’un l’autre : qu’ainsi c (...)
  • 56 Vezu 1607, fo 13.

25Au début du xviie siècle, la vertu la plus valorisée chez les infants d’Espagne est l’obéissance absolue dont ils doivent faire preuve envers leur frère aîné52. Les rituels vassaliques, à l’instar du baisemain, sont de véritables démonstrations de soumission que relaie la littérature panégyrique espagnole53. À l’inverse, les productions françaises insistent peu sur cette notion de service, mot, par ailleurs, peu employé, puisque le verbe « seconder » – qui ne sous-entend pas de rapport de vassalité entre les frères – lui est préféré54. De même, les généthliaques n’évoquent que peu le devoir d’obéissance du puîné, plutôt conçu comme une ligne de conduite qu’il est favorable d’observer. À la différence de la relation vassalique entendue dans son acception traditionnelle, aîné et cadet français sont engagés dans un système de récompenses réciproques55 qui fonde le mythe d’un syncrétisme du corps et de l’esprit, garanti par un « sainct nœud gordien56 ».

26Servir ou seconder : l’opposition sémantique de ces deux verbes illustre la manière dont les deux Couronnes appréhendent l’ambition du pouvoir, danger inhérent à l’existence des puînés royaux.

Le statut institutionnel des frères de roi en France et en Espagne

Le puîné royal : une sécurité ou un danger ?

  • 57 Gravelle Fourneaulx 1607, fos 11-12.

27Dans les généthliaques français, la naissance des ducs d’Orléans et d’Anjou n’est pas associée à la notion de danger, très peu représentée57. En effet, on ne redoute pas les conflits adelphiques, puisqu’ils sont considérés comme impossibles :

  • 58 Nau 1608, fo 3 ; voir aussi Soret 1607, fo 43.

Les trois bourrelles de Pluton
Ne viendront point en ce canton
Allumer de querelle,
Et iamais le fatal discor
N’alterera la sainct accord
De leur paix fraternelle.
Iamais l’effroyable Enyon
N’amoindrira leur union,
Ainsi (comme trois Gorgonnes)
N’auront qu’un œil, et une dent ;
Ils s’yront si bien accordant
Qu’ils auront cent Couronnes
58.

  • 59 Sur ce sujet en relation avec la naissance de Gaston d’Orléans, nous renvoyons à De Waele 2014, p.  (...)
  • 60 Ardenois 1608, fo 7.

28Au contraire, tous les enfants mâles – premier comme derniers nés – renforcent la monarchie ainsi que le soulignent les nombreuses métaphores qui indifféremment les désignent comme « pilier », « colonne », « arc-boutant », « forteresse », « support » ou encore « appuis » de l’État59. De cette manière, chaque fils de France contribue au rétablissement d’un âge d’or disparu60, tandis qu’en Espagne, seul le prince des Asturies y est associé.

  • 61 Paris, BNF, MSS, Français 16129, fo 345vo : Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 6 octobre 1611.

29En effet, ce n’est pas l’euphorie de discours providentialistes qui salue la naissance des puînés, mais bien la crainte qu’il y en ait trop, à tel point que l’ambassadeur de France rapporte à Marie de Médicis que la mort de la reine d’Espagne est considérée comme un soulagement par certains : « Ceste royne est regrettee generallement d’un chacun mais toutesfois il se dict librem[ent] qu’ils om [de]ja plus de princes qu’il ne leur en fault po[ur] le bien propre de l’Estat61 ». L’absence de généthliaques à l’occasion de la naissance des infants s’explique alors. Elle semble être la première manifestation de ce qui pourrait être une pratique d’éviction des cadets royaux espagnols, dont la dépendance politique envers l’aîné transparaît dans d’autres domaines.

Dépendance ou indépendance du puîné royal ?

  • 62 À l’occasion de son mariage avec Marie de Bourbon en 1626, Gaston, déjà duc d’Anjou, se voit attrib (...)

30Le traitement littéraire antithétique appliqué aux frères de roi en France et en Espagne est l’illustration de profondes différences institutionnelles qui se vérifient dès leur naissance. Âgés de quelques semaines, les enfants de Philippe III sont baptisés d’un prénom dynastique auquel n’est accolé d’autre titre que celui d’infant (infante), générique réservé aux altesses royales. Quant aux fils de France, on tarde des années à leur donner un nom de baptême, et pourtant, ils se voient attribuer dès la naissance un titre de duc associé à des terres constituées en apanage62. Bien que le roi en conserve la souveraineté, les apanages octroient aux fils de France des prérogatives honorifiques et un prestige qui leur permettent de s’élever au-dessus du reste de la société d’Ancien Régime, de même que des revenus leur assurant de tenir leur rang sans être dépendants de leur aîné.

  • 63 Deroche 2013, p. 9.
  • 64 Madrid, Archivo General de Palacio, AG, Cuentas generales, Leg. 6729, s. p.
  • 65 L’infant Charles est nommé administrateur du prieuré de l’ordre de Saint-Jean en 1626. Le cas du ca (...)
  • 66 Sous le règne de Philippe III, tous les enfants royaux partagent une même maison. Au couronnement d (...)

31En outre, les apanages sont pensés comme un dédommagement payé aux puînés en compensation de leur renoncement à la succession au trône63. Cette notion d’indemnisation est strictement absente de la pensée politique espagnole : les cadets ne reçoivent ni terre, ni titre, ni d’autres revenus que ceux que la Couronne veut bien leur verser. Ceux-ci peuvent prendre la forme de petites sommes mensuelles dont le montant est dicté par le roi64, ou bien provenir de charges que ce dernier attribue sous le contrôle d’une junta de administración65. Le contrôle royal ne s’arrête pas là puisque, à l’inverse des enfants de France, les infants d’Espagne ne disposent pas de leur propre maison, et donc de leur propre cercle de fidélités66. En somme, les frères du roi d’Espagne se situent en-dehors de la hiérarchie établie par la pyramide vassalique : s’ils sont bien vassaux, ils ne sont aucunement seigneurs.

Les raisons d’une méfiance institutionnelle

32Le traitement réservé aux puînés espagnols est d’autant plus surprenant qu’il tranche avec les honneurs dont on entoure les fils de France. L’explication de cette différence réside en partie dans le passé médiéval de chacune des monarchies : aucune n’est exempte de conflits adelphiques pour le pouvoir, mais les traumatismes mémoriaux diffèrent.

  • 67 Pierre Ier dit « le Cruel » ou « le Juste », roi légitime, est assassiné par son demi-frère bâtard, (...)
  • 68 L’infant Ferdinand est envoyé dans les Flandres peu après l’arrivée de son aîné Charles Quint en 15 (...)
  • 69 Il s’agit du prince Charles, fils tristement célèbre de Philippe II.
  • 70 Avant eux, le dernier infant de Castille à avoir atteint l’âge adulte est le frère de Charles Quint (...)

33Ainsi, la couronne castillane du bas Moyen Âge est déstabilisée par de nombreux désordres découlant de rivalités adelphiques, qui culminent au xive siècle lorsque Henri de Trastamare assoit sa dynastie sur le trône castillan au moyen d’un fratricide67. Les troubles domestiques se poursuivent au xvie siècle, non pas (ou peu) occasionnés par des infants de Castille68 mais par un prince des Asturies69. Lorsque les infants Charles et Ferdinand naissent – et, surtout, grandissent et atteignent l’âge adulte –, ils sont les premiers représentants de leur catégorie royale depuis un siècle70. La monarchie hispanique doit alors s’adapter et actualiser un statut dont le cadre juridique est depuis longtemps obsolète. Néanmoins, sa mémoire – habitée par l’image d’un chaos institutionnalisé depuis le Moyen Âge – vient nourrir d’exemples les théories tacitistes sur les passions humaines alors en plein apogée : l’homme est dominé par l’ambition ; cette force vitale corrompt et ne respecte rien, pas même les liens du sang. On comprend alors qu’un principe de réserve teintée de méfiance soit appliqué aux puînés royaux.

34En France, à l’inverse, l’existence de la loi salique permet d’expliquer en partie la révérence vouée aux fils de France. Élaborée progressivement durant la guerre de Cent Ans pour affaiblir les prétentions des rois d’Angleterre71, cette loi fondamentale nie aux femmes la capacité de monter sur le trône ainsi que d’en transmettre les droits. De cette façon, les ambitions étrangères sont éloignées de la couronne, quant à elle maintenue au sein de la dynastie capétienne par droite ligne masculine. La naissance des fils de France est donc extrêmement valorisée : elle signifie la création d’une ramification collatérale supplémentaire, en capacité d’être appelée à régner en cas de vacance du trône. Si cela n’est pas le cas, la lignée ainsi créée rejoint la catégorie des princes du sang, descendants de puînés royaux depuis Saint Louis, qui peuvent – selon un ordre successoral précis – hériter de la couronne.

Conclusion

35L’étude des figures antiques dans les généthliaques dédiés aux fils de France – étendue à divers panégyriques consacrés aux infants d’Espagne – nous a permis d’élaborer un miroir du prince puîné français et espagnol à partir d’éléments conceptuels dont nous avons souligné les points de convergence et de divergence. Pieux combattants, glorieux conquérants, les princes cadets doivent servir et seconder leur roi et frère. Néanmoins, si le cadet espagnol est passé sous silence dès sa naissance, le puîné français fait l’objet de nombreux éloges et pronostics de souveraineté. Ainsi, le dauphin et son cadet – membres d’une même communauté d’intérêt – forment une sorte d’entité politique difforme où règne la confusion.

  • 72 La loi salique ne sera instaurée en Espagne qu’au xviiie siècle, à l’arrivée des Bourbons. Son inex (...)

36La trajectoire politique de Gaston d’Orléans – personnage entaché d’une fâcheuse et durable réputation de conspirateur – est-elle en ce cas surprenante ? Il est pertinent d’interroger la part de responsabilité que les monarchies tiennent dans les parcours de vie de leurs puînés, aussi antithétiques que les modèles de « frère du roi » construits dans les panégyriques. Fermement contrôlés en Espagne – où la capacité des femmes à monter sur le trône désacralise le pouvoir masculin72 –, les infants font preuve de fidélité envers Philippe IV.

  • 73 Simancas, Archivo General de Simancas (dorénavant AGS), EST, 2046, s. p. : le Conseil d’État réuni (...)
  • 74 Simancas, AGS, EST, 2150, s. p. : le Conseil d’État réuni le 20 mars 1632.

37Quoi de moins inattendu, alors, que l’Espagne, attentive aux moindres gestes de ses cadets, inclue Gaston d’Orléans dans ses stratégies contre Louis XIII ? Celui né pour affermir l’État monarchique français se transforme bien en instrument du désordre. Puisque le roi de France s’entête à « infester l’Empire et les Etats de [la] royale maison [de Habsbourg]73 », le roi d’Espagne doit lui faire « sentir […] les incommodités et le danger d’une guerre à l’intérieur de sa maison74… ».

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

France

Ardenois Gérard, 1608, Naissance de Monseigneur le duc d’Anjou et publique resjouissance des François, Lyon, Jonas Gautherin.

Arion Seigneur d’, s. d., L’Hymne d’Arion à Monseigneur le Dauphin, s. l., s. n.

Clavières Étienne de, 1607, Figure emblematique en trois langues… Plus un panegyric, et traicté de l’institution d’un ieune prince, Paris, Robert Foüet.

Descomel Paul, 1627, Panegyriqve a Son Altesse Monseignevr frere vnique du roy, Paris, Guillaume Guerin.

Discours sur la naissance du prince dauphin, 1601, Paris, François Jacquin.

Gournay Marie de, 1608, Bienvenue de Monseigneur le duc d’Anjou... son parrain dessigné, Paris, Fleury Bourriquant.

Gravelle Fourneaulx Jean de, 1607, La Naissance souhaittée de Monseigneur le duc d’Orléans, Paris, chez François Jacquin.

La France restablie à la naissance du prince dauphin, 1601, Lyon, Thibaud Ancelin.

Le Maistre Rodolphe, 1616, La Santé du prince, ou le Soing qu’on y doibt observer, Paris, s. n. (BNF, 8-TD37-3).

Les Vœux des François accomplis : a la naissance de Monseigneur d’Orleans, 1607, Rouen, Jean Petit.

Masson Jean-Papire 1601, La Naissance de l’enfant dauphin : mis en lumière en langue latine par M. Papirius Masson, et depuis traduit en françois sur la copie imprimée à Paris, Lyon, Thibaud Ancelin.

Nau Louis (sieur de la Rigauderie), 1608, Vers sur la naissance de Monseigneur troisiesme fils de France, s. l., s. n.

Sainclair David, 1607, Horoscope de M. le duc d’Orléans, Paris, D. Le Clerc.

Soret Nicolas, 1607, Églogues royales sur l’heureuse naissance de l’Achille françois, duc d’Orléans dediees à la reyne, Paris, Pierre Rezé.

Vezu Claude, 1607, Augures et présages heureux veuz à la naissance de Monseigneur le duc d’Orléans : presentez au roy à Fontaine-bleau, Paris, Fleury Bourriquant.

Espagne

Aedo y Gallart Diego, 1635, Viaje del infante cardenal don Fernando de Austria…, que entró en la de Bruselas, Anvers, en casa de Juan Cnobbart.

Bocángel y Unzueta Gabriel, 1633, Retrato panegírico del serenissimo señor Carlos de Avstria…, Madrid, en la imprenta del reino.

González de Salcedo y Butrón Pedro, 1636, Panegyrico o oración laudatoria de los hechos y vitoriosos progresos de su Alteza el Señor Infante don Fernando de Austria, Madrid, por la viuda de Alonso Martín.

Guadalajara y Javier Marcos de, 1613, Memorable expulsión y justissimo destierro de los moriscos de España, Pampelune, Nicolas de Afsiayn.

Hurtado de Mendoza Antonio, 1947-1948, Obras poéticas de Antonio Hurtado de Mendoza, éd. R. Benítez Claros, Madrid, Gráficas Ultra, t. I-III.

Manuel fray Gregorio, 1621, Relacion de las exequias, honrras, que la noble y leal ciudad de Huete hizo a la muerte del Sancto y Chatolico Rey, Don Philippe tercero deste nombre, Cuenca, en casa de Salvado de Viader.

Mira de Amescua, Antonio, s. d., La mayor corona, éd. M. Fernández Labrada, éd. numérique à partir d’Agustín de la Granja (dir.), Teatro completo, vol. XIII, Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes : http://www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmc7q0r5, page consultée le 4 novembre 2021.

Pellicer de Ossau Salas y Tovar José, 1632, Oración fúnebre en la mverte del serenissimo señor don Carlos de Avstria infante de las Españas, príncipe de la mar, Madrid, s. n.

Quevedo y Villegas Francisco de, 1984, Obra poética, éd. J. M. Blecua, t. I-III, Madrid, Editorial Castalia.

Vega Carpio Lope de, 1605, Relacion de las fiestas que la imperial ciudad de Toledo hizo al nacimiento del Principe N. S. Felipe IIII deste nombre, Madrid, Luis Sánchez.

Vera Zúñiga y Figueroa Juan Antonio (de), 1624, Epitome de la vida y hechos del invicto emperador Carlos V, Madrid, por la viuda de Alonso Martín.

Études

Arbour Roméo, 1979, L’Ère baroque en France : répertoire chronologique des éditions de textes littéraires. Deuxième partie, 1616-1628, Genève, Droz.

Bottier Béatrice, 2011, « Je n’estime pas moins tes lettres que ses armes » : la poésie d’éloge du premier xviisiècle dans les recueils collectifs de Toussaint du Bray, thèse de langue, littérature et civilisation françaises sous la dir. d’Alain Viala, université Paris III Sorbonne-Nouvelle.

Bouyer Christian, 2007, Gaston d’Orléans : le frère rebelle de Louis XIII, Paris, Pygmalion.

Cioranescu Alexandre, 1967, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle, Paris, Éd. du Centre national de la recherche scientifique.

Conti Élodie (en cours), Les Réseaux sociaux comme base de pouvoir de la princesse européenne : parcours diplomatiques et politiques des trois filles d’Henri IV (1600-1670), thèse d’histoire sous la dir. de Sylvène Édouard, université Lyon III.

Deroche Alexandre, 2013, L’Apanage royal en France à l’époque moderne, Paris, Éd. Panthéon-Assas.

De Waele Michel, 2014, « Conflit civil et relations interétatiques dans la France d’Ancien Régime : la révolte de Gaston d’Orléans, 1631-1632 », French Historical Studies, vol. 37 (no 4), p. 565-598.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon.

Grell Chantal et Michel Christian, 1988, L’École des princes ou Alexandre disgracié : essai sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, Les Belles-Lettres, coll. « Nouveaux confluents ».

Hepp Noémie, 1968, Homère en France au xviie siècle, Paris, C. Klincksieck.

Merle Alexandra, 2003, Le Miroir ottoman : une image politique des hommes dans la littérature géographique espagnole et française, xvie-xviisiècles, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

Moreau Jacques, 2007, Mythologie grecque et romaine et ses principales références littéraires et artistiques. Aide-mémoire : tableau généalogique et relationnel des principaux dieux et héros, Puycelsi, J. Moreau.

Mormiche Pascale, 2014, « Éduquer le Dauphin : exempla, image du père, éducation exemplaire ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], mis en ligne le 15 juillet 2014, http://journals.openedition.org/crcv/12368 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.12368 (consulté le 26 novembre 2020).

Perrens François-Tommy, 1869, Les Mariages espagnols sous le règne de Henri IV et la régence de Marie de Médicis (1602-1615), Paris, Didier et Cie.

Wampfler Valérie, 2019, « La Peruviana de Morisot. Une utopie de la concorde en travers de la voie de l’absolutisme », dans Greiner F. (dir.), Le Roman au temps de Louis XIII, Paris, Classiques Garnier, p. 285-313.

Zapata Fernández de la Hoz Teresa, 2011, « Atlas-Hércules : metáfora del poder y gobierno de los Austrias » dans Zafra Molina R. et Azanza López J. J. (dir.), Emblemática trascendente : hermenéutica de la imagen, iconología del texto, Navarra, Universidad de Navarra, p. 785-797.

Haut de page

Notes

1 Elle est bien connue des historiens en ce qui concerne la naissance des aînés royaux puisque ce parallélisme a donné lieu à une double alliance franco-espagnole concrétisée en 1615 par un échange de princesses. Sur ce point, voir Perrens 1869.

2 Le duc d’Orléans, mort à cinq ans ; Gaston, duc d’Anjou puis duc d’Orléans ; et les infants Charles, Ferdinand et Alphonse de Habsbourg.

3 Le puîné royal constitue à la fois une sécurité pour la monarchie, puisqu’il assure la continuité dynastique, et une menace pour sa stabilité s’il nourrit des ambitions incontrôlées.

4 Le rôle des filles de France et des infantes d’Espagne n’est pas aussi imprécis que celui de leurs frères cadets. Bien qu’une différence majeure oppose les princesses de France et celles d’Espagne en ce que les premières ne possèdent pas de droit au trône, leur destin est similaire : elles sont mariées à l’étranger pour créer et entretenir des alliances. Une thèse dédiée aux filles d’Henri IV est en cours depuis 2019 : voir Conti (en cours).

5 Voir Grell 1988, p. 55.

6 Nous renvoyons à la fonction politique que Béatrice Bottier attribue à la poésie d’éloge française au xviisiècle. Celle-ci permet « d’exalter des valeurs communes que la célébration institue justement en valeurs doxiques, dans un mouvement réflexif, assurant ainsi la cohésion d’une communauté » (Bottier 2011, p. 23).

7 Recensés grâce aux catalogues suivants : Arbour 1979 et Cioranescu 1967. Nous remercions Miriam Speyer de nous les avoir indiqués. Le corpus constitué n’est pas exhaustif et ne comprend que des imprimés.

8 La naissance de l’infant Charles est saluée par un unique poème. Celle de l’infant Alphonse motive l’écriture d’une « relación de sucesos » parce qu’elle est à l’origine du décès de la reine Marguerite d’Autriche.

9 Nous y avons ajouté quelques épîtres dédicatoires à Gaston d’Orléans durant la décennie 1620-1630 afin de compléter notre étude.

10 Les spécificités espagnoles occasionnent une dépendance des infants envers leur aîné qui est incomparable avec la liberté dont jouissent les fils de France. Les panégyriques qui leur sont adressés, et que nous incluons dans notre analyse, sont produits par des littérateurs au service de Philippe IV, raison pour laquelle nous pouvons les situer sur un plan, sinon identique, du moins proche de celui des généthliaques dédiés aux fils d’Henri IV, d’autant plus que durant la décennie 1620-1630, le statut des infants de Castille est presque aussi peu défini que durant leur petite enfance.

11 Cela est particulièrement prégnant dans le récit des journées du duc d’Anjou par son médecin, construit sur le même modèle que le Journal d’Héroard. Le fait militaire occupe une place prépondérante dans les conversations et les jeux de l’enfant de sept ans, voir Le Maistre 1616. Voir également Mormiche 2014, p. 12 : « Le dauphin est initié dès l’enfance aux affaires militaires. »

12 Vega Carpio 1605, fo 32ro.

13 Gournay 1608, fo 24.

14 Hepp 1968, p. 263.

15 Manuel 1621, fo 13ro : « Quien ve la casa de Philippo tercero, que gloriosa descendencia, que tuvo, en la Margarita preciosa reyna de las España […], un infante Don Carlos, que en su aspecto, y modo de proceder, y inclinación parece un Marte. »

16 Bocángel y Unzueta 1633, fo 76.

17 Ardenois 1608, fo 9.

18 La France restablie à la naissance du prince Dauphin 1601, fo 10.

19 Arion s. d, fo 18.

20 Gournay 1608, fo 12. Ces représentations nourrissent un imaginaire collectif qui ne s’exprime pas uniquement par le biais d’œuvres littéraires à but clientéliste. Ainsi, parmi les nombreux objets et jouets que la princesse Élisabeth – mariée en Espagne – envoie aux membres de sa famille, se trouve un navire destiné à Gaston afin qu’il aille « a la guerre an turquie ». Voir Paris, BNF, Mss, Français 20435, Élisabeth de France à Gaston d’Orléans, 1620, fo 99.

21 González de Salcedo y Butrón 1636, fo 5vo. L’expulsion des morisques de la péninsule Ibérique décrétée en 1609 donne lieu à diverses productions littéraires dont certaines sont dédiées au prince Philippe et à ses frères. Voir, par exemple, Guadalajara y Javier 1613.

22 Afin d’être réunis malgré la mort et de partager ensemble l’immortalité, les frères vivent six mois de l’année en enfer, six mois de l’année sur l’Olympe. Voir Moreau 2007, p. 41.

23 Vera Zúñiga y Figueroa 1624, s. p. et Pellicer de Ossau Salas y Tovar 1632, fo 7vo.

24 Castor et Pollux sont inclus dans le programme décoratif de l’entrée triomphale du cardinal-infant à Milan en mai 1633 : voir Aedo y Gallart 1635, fo 48. L’amitié entre les deux cadets est mentionnée par les littérateurs, mais de manière moins symbolique qu’entre Philippe IV et ceux-ci. Elle était, en effet, un motif d’inquiétude pour le favori Olivares.

25 Masson 1601, fos 6-7 : « Vous [Henri IV] avez receu ce bénéfice du Ciel, à fin que vostre Royale maison fust garantie du trespas par une masculine lignée, et par la naissance du Prince Dauphin. Rarement vient Castor que Pollux ne suive : le premier invite le second, et celuy-là mesme attirera d’autres fils et filles. »

26 Nous renvoyons à Wampfler 2019.

27 Quevedo y Villegas 1984, t. I, p. 433, v. 65-72 : « De trinidad humana vi semblantes, / como pueden mostrarse en nuestra esfera; / Pues a ti tus hermanos semejantes, / Son Segunda Persona, y son Tercera: / Los Geriones, que nombró Gigantes / En España la Historia verdadera, / Mejor los unen en los tres las lides, / Pues del uno en la cuna tiembla Alcides. » ; Ardenois 1608, fo 6 : « Un troisiesme fils de France ! C’estoit-là le seul but de noz souhaits, la fin de nos esperances plus cheres ! O que le nombre de trois est misterieux ! Qu’il est emphatique ! brave Gerion ! »

28 Zapata Fernández de la Hoz 2011.

29 Le roi et son ministre, le roi et son héritier, ou encore le roi et son épouse.

30 Les Vœux des François accomplis 1607, fo 10.

31 Sur les représentations de l’Empire ottoman dans la littérature française et espagnole aux xvie-xviie siècles, voir Merle 2003.

32 On promet d’ailleurs tant de couronnes et d’empires que le globe terrestre semble ne pas pouvoir contenir les ambitions des princes. Voir Les Vœux des François accomplis 1607, fo 6.

33 Arion s. d., fo 10 : « Dauphin qui prometez en cet age si tendre / L’empire de Cesar, les mondes d’Alexandre ; / (Le Ciel qui le permet, vous promet plus enco’ / Et ja fait avec vous naistre le Siecle d’or) » ; Vega Carpio 1605, fo 39.

34 Aedo y Gallart 1635, fo 47. Le motif de l’astre recevant la lumière du soleil est récurrent dans la série de jetons de Gaston d’Orléans recensés par Pierre Gatulle. Certaines légendes de jetons – « Je reçois la lumière d’un seul » (1618), « Je ne suis rien sans ta lumière » (1619) ou encore « Il ne resplendit que de ta seule lumière » (1622) – illustrent bien notre propos. Voir Gatulle 2012, p. 54-57.

35 Mira de Amescua, s. d., v. 684-687 : « Que es sol para un cielo solo / en su cerco significo, / y a quien forma circular / lo dicen sus rayos mismos ».

36 Sainclair 1607, fo 4 : « Commence à triompher, toy qui n’as qu’un pareil, / Toy qu’un grand sceptre attend sous un autre Soleil ».

37 Lorsque cela est, il s’agit de mettre en exergue le courage ou l’éloquence de l’infant, mais jamais de prédire la constitution d’un empire à la tête duquel il s’élèverait.

38 Vezu 1607, fo 11 : « Et de l’immortel la louange / Par vous, en ceste terre estrange / Derechef se publiera ; / Et luy par sa main liberale / De la couronne imperiale / Des Romains, vous coronnera. » ; Gournay 1608, fo 40 : « Il te faut certainement chercher un Empire, ô nouvel Alexandre, si tu gardes ces préceptes, car la Macédoine ne te saurait borner ».

39 Gournay 1608, fo 14.

40 Vezu 1607, fos 9-10.

41 Soret 1607, fo 28.

42 Discours sur la naissance du prince Dauphin 1601, fo 14 : « En attendant ceste croissance [celle du dauphin], ô bienheureuse Royne, faictes nous un monde de petits Rois : que vostre ventre soit tousiours plein de ce germe royal. Ainsi toute la terre sera regie sous la dextre invincible de vos enfans qui seront comme les Dieux tutelaires du monde. »

43 Sainclair 1607, fo 4.

44 Ibid. : « Commence à triompher, toy qui n’as qu’un pareil ».

45 Clavières 1607, fo 37 ; Sainclair 1607, fo 4 : « Beaus fleurons vous serez deux parfaits ornemens, / Et a vostre patrie, et au Roy vostre père / Iamais Bourbon ne fit deux si dignes enfans / Jamais la France n’eut deux fils si triomphans : / Et iamais son estat ne se veit si prospere. »

46 Soret 1607, fo 58.

47 Cette presque égalité que prônent les généthliaques ne se retrouve pas dans les règles qui guident l’éducation du puîné et selon lesquelles la supériorité de l’aîné ne fait pas de doute. Ainsi M. de Brèves rapporte-t-il à Marie de Médicis dans une lettre du 23 avril 1617 que Monsieur « s’acquite avec beaucoup d’inclination aux deux preceptes qui regardent la crainte de Dieu et l’obéissance au Roy » (Chantilly, archives du musée Condé, Papiers de Condé, série I, t. VII, fo 149).

48 Quevedo y Villegas 1984, t. I, p. 433.

49 Hurtado de Mendoza 1947, t. I, p. 191 : « Victoriosos y bizarros, / volvieron los tres garzones / atomos los dos del uno / y sombras, mas también soles ».

50 Descomel 1627, fo 6. Il s’agit là d’une œuvre issue du cercle clientéliste de Gaston d’Orléans produite à un moment charnière de sa relation avec Louis XIII. Même si cette représentation d’un pouvoir circulant entre aîné et cadet n’est pas issue de la Couronne, elle s’inscrit dans une logique consécutive aux idées politiques prônées dans les généthliaques.

51 Vera Zúñiga y Figueroa 1624, s. p. : « El amor que el rey N. S. (Dios le guarde) tiene al señor infante don Carlos su hermano y el con que S. A. (lleno de toda reverencia) paga a S. M. ha hecho probable la fábula de los dos hermanos Castor y Pólux y que juicios cuerdos comparen esta unidad, de S. M. y Alteza, a la de un perfecto poema, cuyo cuerpo se forma de sujetos diferentes : pero regidos de sola una voluntad, una cabeza y una mano. »

52 Pellicer de Ossau Salas y Tovar 1632, fos 7-8.

53 Hurtado de Mendoza 1947, t. II, p. 11 : « A besar al rey la mano / entran sus hermanos, vivan / para besárselas siempre / tan bellas dos dulces vidas ». Traduction littérale par nos soins : « Pour baiser la main du roi entrent ses frères. Que ces deux si belles et douces vies perdurent pour la lui baiser toujours ».

54 Sainclair 1607, fo 7 : « Enfant bien fortuné qui sans pareil secondes / Le bien-heureux Dauphin en d’autres nouveaux mondes ».

55 Soret 1607, fo 43 : « Ouy, ie vous en respon, quils vivront amoureux / De l’un l’autre : qu’ainsi ce ne sera qu’un d’eux. / La parfaite amitie de chacun se compose / De mesme affection, ou de semblable chose. / […] / Un frere obsequieux à son frere plus grand / Accroist mieux son credit, et plus puissant le rend : / Et luy en ce debvoir d’affection sincere / S’illustre par ainsi au lustre de son frère ».

56 Vezu 1607, fo 13.

57 Gravelle Fourneaulx 1607, fos 11-12.

58 Nau 1608, fo 3 ; voir aussi Soret 1607, fo 43.

59 Sur ce sujet en relation avec la naissance de Gaston d’Orléans, nous renvoyons à De Waele 2014, p. 570-571.

60 Ardenois 1608, fo 7.

61 Paris, BNF, MSS, Français 16129, fo 345vo : Vaucelas à Marie de Médicis, Madrid, 6 octobre 1611.

62 À l’occasion de son mariage avec Marie de Bourbon en 1626, Gaston, déjà duc d’Anjou, se voit attribuer les duchés d’Orléans et de Chartres accompagnés d’une rente annuelle de 700 000 livres. Voir Bouyer 2007, p. 51.

63 Deroche 2013, p. 9.

64 Madrid, Archivo General de Palacio, AG, Cuentas generales, Leg. 6729, s. p.

65 L’infant Charles est nommé administrateur du prieuré de l’ordre de Saint-Jean en 1626. Le cas du cardinal-infant Ferdinand est particulier puisqu’il est fait cardinal de Tolède à l’âge de dix ans.

66 Sous le règne de Philippe III, tous les enfants royaux partagent une même maison. Au couronnement de Philippe IV, l’infant Ferdinand obtient une maison en raison de son statut ecclésiastique, mais l’infant Charles meurt à l’âge de 24 ans sans avoir jamais été autrement servi que par les domestiques de son frère aîné.

67 Pierre Ier dit « le Cruel » ou « le Juste », roi légitime, est assassiné par son demi-frère bâtard, Henri.

68 L’infant Ferdinand est envoyé dans les Flandres peu après l’arrivée de son aîné Charles Quint en 1517, et ce, afin d’éviter que la noblesse castillane ne le revendique comme roi.

69 Il s’agit du prince Charles, fils tristement célèbre de Philippe II.

70 Avant eux, le dernier infant de Castille à avoir atteint l’âge adulte est le frère de Charles Quint, l’infant Ferdinand, précédemment cité.

71 Nous renvoyons aux travaux d’Éliane Viennot disponibles sur son site Internet : http://www.elianeviennot.fr/FFP-loi-salique.html, page consultée le 4 novembre 2021.

72 La loi salique ne sera instaurée en Espagne qu’au xviiie siècle, à l’arrivée des Bourbons. Son inexistence rend inutile l’établissement d’un ordre successoral au sein des lignées de collatéraux. Ainsi, bien que certains Grands d’Espagne descendent de rois médiévaux, ils ne peuvent revendiquer le trône.

73 Simancas, Archivo General de Simancas (dorénavant AGS), EST, 2046, s. p. : le Conseil d’État réuni le 17 février 1632.

74 Simancas, AGS, EST, 2150, s. p. : le Conseil d’État réuni le 20 mars 1632.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Naissances royales en France et en Espagne (1601-1611).
Crédits © Marion Duchesne
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 1. Généthliaques français.
Crédits © Marion Duchesne
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Fig. 2. Poèmes et relaciones espagnols.
Crédits © Marion Duchesne
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/20911/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Duchesne, « Gaston d’Orléans et les modèles antiques dans la littérature panégyrique : une étude comparative entre fils de France et infants d’Espagne »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 25 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/crcv/20911 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.20911

Haut de page

Auteur

Marion Duchesne

Université de Caen Normandie, ERLIS EA 4254
Agrégée d’espagnol, Marion Duchesne est doctorante à l’université de Caen-Normandie. Depuis 2017, elle mène à bien une thèse qui s’intitule « Le frère du roi dans la réflexion politique en Espagne : le cas des infants Charles et Ferdinand de Habsbourg (1607-1634) » sous la direction d’Alexandra Merle.
Marion Duchesne is a PhD student at the University of Caen Normandy. Since 2017, she has been working on a thesis entitled The king’s brother in political reflection in Spain: the case of the infants Charles and Ferdinand of Habsburg (1607-1634) under the supervision of Alexandra Merle.
marion.duchesne[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search