Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...20Invention et usages de l’Antiquit...Tristan L’Hermite au service de M...

Invention et usages de l’Antiquité à la cour de Gaston d’Orléans

Tristan L’Hermite au service de Monsieur : heurs et malheurs d’un poète aristocrate en quête de reconnaissance

Tristan L’Hermite in the Service of Monsieur: Fortunes and Misfortunes of an Aristocratic Poet in Search of Recognition
Sandrine Berrégard

Résumés

De près ou de loin, la figure de Gaston ne cessa d’accompagner Tristan L’Hermite. Les relations avec celui qui fut le premier et principal protecteur du poète furent en effet compliquées par le tempérament imprévisible de Monsieur, qui entraîna Tristan jusque dans son exil bruxellois. Les œuvres du poète se ressentent de l’amertume éprouvée auprès d’un prince qui ne sut pas toujours le récompenser comme il l’escomptait. La lecture de ses vers et la place fluctuante qu’y occupent les références mythologiques se comprennent à la lumière de son itinéraire social : les ornements du discours que permet l’introduction de personnages ou d’épisodes fabuleux sont à la mesure des espoirs que nourrit longtemps Tristan. A contrario, lorsque l’indifférence de Gaston l’emporte, la parole poétique se fait plus sobre. C’est donc l’articulation entre l’esthétique et le biographique que se propose d’examiner l’article.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce point, voir Berrégard 2006, p. 186.
  • 2 « Je trace une histoire déplorable, où je ne parais que comme un objet de pitié, et comme un jouet (...)
  • 3 Comme le signale le paratexte introductif de « La Mer », Tristan L’Hermite 2002c, p. 50.
  • 4 Il en était déjà de même des poèmes écrits en l’honneur de l’infante, comme le montre l’ode « À la (...)
  • 5 Tristan L’Hermite 2002a, p. 172.
  • 6 « À Monsieur de Patris », Tristan L’Hermite 2002d, p. 75, v. 10.
  • 7 « Je vois que Gaston m’abandonne », lit-on par exemple dans « La Servitude », Tristan L’Hermite 200 (...)
  • 8 Ibid., p. 135, v. 67.
  • 9 Selon la terminologie de Viala 1985.
  • 10 Voir à ce sujet Berrégard 2002.
  • 11 Serroy 1999, p. 18.
  • 12 Bury 2014.

1Parmi les nombreux fils qui innervent l’œuvre, en particulier poétique, de Tristan figure celui que lui permet de nouer la proximité avec Gaston d’Orléans, devenu le protecteur de l’écrivain en 16221, avant que son attitude n’attise les plaintes de celui dont la fortune semble avoir décidément fait un objet de disgrâces2. Entretemps, comme l’atteste un grand nombre de vers de circonstance, Tristan suit Monsieur à La Rochelle3, à l’occasion de la guerre menée sous la tutelle de celui-ci par l’armée royale contre les protestants, puis en exil à Bruxelles, où la mort de l’infante Isabelle d’Espagne lui inspire une série de poèmes funèbres, eux-mêmes traversés de références, topiques, à la mythologie des Anciens4. C’est de retour en France que l’auteur publie son premier recueil de vers, Les Plaintes d’Acante (1633), qui retranscrit dans le registre amoureux l’expérience douloureuse du départ forcé, comme le suggère l’avis au lecteur : « Je m’assure que les honnêtes gens y trouveront au moins des choses assez agréables pour avouer que tous les exilés qui ont écrit d’amour, depuis l’ingénieux Ovide, n’ont pas mieux employé de tristes loisirs5. » Plus tard, c’est encore la malheureuse fréquentation, ou plutôt l’« ingratitude6 » de « Gaston7 » qui constitue le sujet de plusieurs des pièces de ses Vers héroïques, telle « La Servitude », dans laquelle l’essoufflement du poète est exprimé par l’image des « Muses pâles et timides8 ». Malgré les turpitudes dans lesquelles le duc d’Orléans a entraîné l’un de ses principaux « clients9 », ou les amères désillusions qu’il a fait naître chez le poète, sa compagnie semble donc avoir été fructueuse pour celui dont le pseudonyme est évocateur de la mélancolie, selon un motif récurrent sous sa plume, tous genres confondus10, et lui-même nourri par la littérature antique. Sans verser dans une lecture biographique de la poésie tristanienne, il convient de s’interroger sur la possible influence, sinon de Monsieur lui-même, du moins du contexte qui entoure sa relation avec le poète, sur la production de celui-ci tout au long de sa carrière. Si J. Serroy avait, à propos de Tristan et du patronage qu’il se choisit très tôt, émis l’hypothèse, contestable, d’une « stratégie de l’échec11 », E. Bury, de son côté, avait développé l’idée, convaincante, d’un ethos aristocratique, qui expliquerait plus généralement la place singulière du poète dans la société des Belles Lettres12. Nous nous proposons ici d’examiner le rôle exact de Gaston d’Orléans dans la création tristanienne, à l’aune des mentions qui figurent dans les œuvres elles-mêmes, mais aussi à la périphérie immédiate de ces dernières, notamment dans les pièces liminaires et les épîtres dédicatoires, en essayant de mieux comprendre les enjeux de la part dévolue à la culture antique, et plus précisément à la mythologie. De celle-ci le poète fait un usage relativement singulier, mais surtout très variable – en une trajectoire qui, dans une large proportion, épouse son parcours social. Pour le montrer, nous suivrons un plan chronologique, qui mettra en lumière les trois grandes périodes de l’histoire commune aux deux hommes.

Le modèle de l’élégie ovidienne ou les métamorphoses de la création poétique (1633)

  • 13 Sur l’ordre de l’empereur Auguste, le poète dut s’établir à Tomis, en Scythie.
  • 14 Celles d’Apulée, mais surtout celles d’Ovide.
  • 15 « Annotations sur les Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002d, p. 403-424.
  • 16 Si, à la fin du Page disgracié, Tristan fait d’un récit en prose un long poème, avec ses « Annotati (...)
  • 17 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 113-114 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p.  (...)
  • 18 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 117-119 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p.  (...)
  • 19 Tristan L’Hermite 2002a, v. 203, op. cit., p. 181 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid(...)
  • 20 « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p. 413. L’« ingratitude » est celle de « l’orguei (...)
  • 21 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 113-114.
  • 22 Pour qualifier ses vers, Tristan file la métaphore florale, comme en témoigne déjà l’avertissement (...)
  • 23 Voir, à ce sujet, Peureux 2001.
  • 24 Comme le soulignent les « Annotations » correspondantes, Tristan L’Hermite 2002a, p. 411.
  • 25 Tristan L’Hermite 2002a, p. 181, v. 190.
  • 26 Ibid, p. 192, v. 508.
  • 27 Ibid., p. 192, v. 508. Chez les Grecs et les Latins, Daphnis est un berger de la mythologie pastora (...)
  • 28 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 108-109.
  • 29 Ibid., v. 120.
  • 30 Ibid., v. 117-119.
  • 31 Car c’est toute l’histoire des personnages qui se trouve ainsi racontée (« Annotations », ibid., p. (...)
  • 32 Comme a tenté de le montrer E. Droz (1937).
  • 33 Droz 1937, p. 171.

2La fuite de Gaston loin du royaume de France et l’ensemble des événements qui s’ensuivirent semblent avoir été pour le poète un premier ferment de création. Les poèmes qui en sont issus se révèlent également fondateurs de l’esthétique tristanienne telle que l’illustre en particulier le recueil des Plaintes d’Acante. Le long poème par lequel Tristan choisit de le désigner résonne des souvenirs de l’élégie ovidienne – l’auteur des Tristes ayant lui-même été contraint de quitter son pays pour des raisons politiques13 – et, en outre, il est truffé d’emprunts aux Métamorphoses14, comme le soulignent les abondantes « Annotations » publiées à sa suite15, en un riche dispositif métatextuel qui tend à en faire une œuvre à part entière16. Or, comme l’avis au lecteur le laissait prévoir, parmi les nombreuses histoires contées par son lointain prédécesseur, Tristan retient plusieurs de celles qui ont trait à l’amour malheureux. Le montrent par exemple les allusions qu’il fait puis les résumés qu’il procure des épisodes de Clytie17, de Narcisse18 et d’Iphis19, en donnant à chaque fois la référence du passage qui lui a servi de source : « Vois Ovide, 14e livre des Métamorphoses », précise-t-il ainsi au sujet de la dernière de ces trois fables, dont les circonstances initiales sont d’ailleurs rappelées (« Vertumne conte cette Histoire à Pomone afin de lui faire appréhender le courroux des Dieux, qui ne laissa pas cette ingratitude impunie20 »). C’est également de façon médiane, au travers d’une brève narration que le héros tristanien destine à sa maîtresse (« Vous y verriez Clitie, aux sentiments jaloux, / Qui n’a pu jusqu’ici guérir de la jaunisse21 », lui dit-il après avoir signalé l’existence d’un jardin rempli de fleurs), que le mythe se trouve convoqué. Mais il apparaît surtout que le texte tristanien, orné de fleurs de rhétorique22, est le résultat d’une métamorphose (poétique) – de quoi expliquer le caractère a priori superflu de récits dont le lecteur, averti, connaît probablement déjà le contenu23. Le plaisir de la réminiscence, parfois agrémenté de citations latines – comme à l’occasion de la peinture de la grotte dans laquelle le nouvel amant convie sa jeune destinatrice, et qui est très largement inspirée des paroles de Polyphème à Galatée au 13e livre des Métamorphoses d’Ovide24 – y est aussi sans doute pour beaucoup. De fait, les fables antiques ne se rencontrent dans les « Plaintes d’Acante » qu’à titre secondaire, sous la forme de comparaisons ou d’illustrations, pour preuve, le « grand bassin de cèdre25 », sur lequel est gravé l’épisode des amours de Vertumne et de Pomone, car c’est l’histoire du personnage éponyme, inconnu, et pour cause, de la mythologie classique, même si son nom est homophone des feuilles d’acanthe, caractéristiques de l’architecture ancienne dont la voix se rend désormais audible. Le berger26 que dépeint Tristan, et dont la parole est in fine relayée par celle de Daphnis27, promet la visite d’un « parc » dans lequel se trouvent « Mille amants transformés, qui des lois de l’amour, / Sont passés sous celles de Flore28 ». Il s’agit ni plus ni moins d’une métaphore, ou encore d’une représentation interne, obéissant au principe de l’autoréflexivité, de l’imaginaire dans lequel s’inscrit le poète lui-même, l’hypothétique (« Je vous ferais savoir tout ce que l’on en dit29 », déclare notamment Acante au sujet des histoires, à peine esquissées, d’Adonis, de Narcisse et de Cypris30) devenant pleinement réalité pour le lecteur des « Annotations », qui déroulent tout le fil de l’histoire31. Partant de là, l’auteur construit sa propre mythologie – une mythologie tout autant inséparable de l’intertexte ovidien, les Métamorphoses s’étant finalement substituées aux Tristes, qu’indissociable d’expériences vécues, celle de l’exil dans le sillage de Gaston, mais aussi, semble-t-il, celle de la passion du duc de Bouillon pour la comtesse de Bergh32, comme le suggère le « Sujet des Plaintes d’Acante » : « Sous ce voile pastoral […] on a voulu déguiser les amours d’un cavalier de mérite et de condition33 ». Néanmoins, en l’absence d’une identification claire de la part du poète, le visage tend à se confondre avec le masque censé le dissimuler, et le recueil auquel le poème offre son nom se dérobe à une stricte lecture à clés.

  • 34 « Annotations des Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002a, p. 413.
  • 35 Conti 1627.
  • 36 « Annotations des Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002a, p. 409.
  • 37 Tristan L’Hermite 2002a, p. 184, v. 278-280 ; « Annotations des Plaintes d’Acante », ibid., p. 416.
  • 38 « Annotations des Plaintes d’Acante », ibid., p. 419.
  • 39 Tristan L’Hermite 2002a, p. 186-187, v. 351-357.

3Les Métamorphoses d’Ovide – ou, à un moindre degré, celles d’Apulée34 – ne sont toutefois pas les seules sources en rapport avec l’Antiquité auxquelles puise le jeune poète, car par endroits celui-ci se réclame du célèbre répertoire mythologique de Natale Conti35, dont selon toute vraisemblance il existait des exemplaires à la cour de Bruxelles. Du moins s’agit-il là d’un recueil de fables largement diffusé tout au long du xviie siècle, pour le plus grand confort des poètes désireux de rafraîchir leur savoir dans le domaine de la mythologie. Tristan en fait la démonstration lorsqu’il relate l’histoire, fameuse, d’Adonis et de Vénus, dont, ajoute-t-il, « le sang […] fit rougir les roses », originellement « blanches36 », ou encore lorsque est mentionnée la naissance maritime, résultant elle-même d’une sorte de métamorphose, de la déesse de l’Amour37. Sont enfin remarquables, dans le vaste corpus d’œuvres antiques retenues par l’auteur des « Plaintes d’Acante », les références à la littérature médicale relative à la théorie des humeurs, la mélancolie étant évidemment celle qui intéresse au premier chef le triste poète, à l’imitation duquel est bâti le personnage d’Acante, dévoué à sa passion. « Vois Du Laurens au traité qu’il a fait des maladies Hypocondriaques38 », dit-il par exemple pour commenter le portrait que l’amant insatisfait dresse de lui-même39. Si la mythologie en tant que telle s’éloigne de l’imaginaire tristanien, un autre pan de la culture antique en revanche se fait jour, lui-même soumis à un processus de métamorphose – en l’occurrence, celui qui conduit le poète à illustrer au moyen d’une fiction les manifestations extérieures d’un mal étudié par les Anciens, puis par leurs successeurs à l’époque humaniste.

Les us et coutumes d’un poète courtisan (1626-1634)

  • 40 Tristan L’Hermite 2002d, p. 50.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., p. 59, v. 198-200.
  • 43 Ibid., p. 61, v. 249-250.
  • 44 Voir à ce sujet Orwat 2006.
  • 45 « La Mer », Tristan L’Hermite 2002d, p. 52-54, v. 29, 55-60, 65-70, 88.
  • 46 « Sur la venue de Madame sortie de Nancy vêtue en cavalier et arrivée heureusement à Thionville, so (...)
  • 47 Ibid., p. 620-622, v. 8, 34, 60, 61-64.
  • 48 Ibid., p. 621 et 623, v. 29 et 69.
  • 49 Ibid., p. 621, v. 17.
  • 50 [« Sonnet pour Marie de Gonzague »], Tristan L’Hermite 2002e, p. 659-660.
  • 51 Ibid., p. 659, v. 1.
  • 52 Ibid., v. 6.

4Pour le reste, du moins tant que les relations avec Gaston sont au beau fixe, ou que le poète-courtisan escompte une reconnaissance en monnaie sonnante et trébuchante, Tristan fait de la mythologie un usage assez convenu, qu’il s’agisse des poèmes qu’il compose pour célébrer tel événement constitutif de la geste de Gaston, ou des pièces galantes propres à flatter de grandes dames qui gravitent dans l’entourage de Monsieur. À la première catégorie appartient notamment la longue ode « La Mer », rédigée en des circonstances que détaille le paratexte liminaire : « Lorsque Monseigneur frère unique du Roi alla commander les armes de sa Majesté devant La Rochelle, en l’année 1627, les assiégés firent une furieuse sortie, où le Sieur de Maricourt, [...] l’un des meilleurs amis du Sieur Tristan, fut tué40 ». Et, même si les strophes qui suivent expriment « le regret » que le poète « avait pour la perte de ce noble cavalier », elles ne sauraient occulter les « vœux ardents qu’il faisait pour la prospérité de ce grand prince, qui était son maître41 ». Précisément, les références mythologiques qui s’y trouvent servent le projet ainsi défini : Tristan prédit à Gaston la conquête de « Tous les états et les confins, / Où le dieu des ondes promène / Son char tiré par des dauphins42 », avant de comparer le poète qu’il est au dieu Apollon et son prestigieux destinataire à Mars lui-même43, en un double portrait attendu. La poétique de la rêverie44, dont procède le texte, avec le vaste tableau, lui-même parsemé de figures mythologiques (Neptune, Doris, Iris45), qui s’offre de l’étendue maritime, n’empêche donc pas le poète d’endosser plus ouvertement le rôle du courtisan prompt à flatter celui auquel il s’adresse. Tel est également le cas en 1633, à l’occasion de la fuite de Nancy vers Thionville de Marguerite de Lorraine, l’épouse de Gaston, « vêtue en cavalier », comme l’indique le titre complet du poème46, en un motif typiquement romanesque. Pour montrer qu’elle est l’incarnation à la fois de la vaillance et des vertus plus proprement féminines que sont, selon la tradition héroïque, la beauté et la fidélité conjugale, Tristan la rapproche tour à tour de Mars, de Diane, de Minerve, d’Hélène et d’Alceste47, lorsque son sort n’est pas confié au dieu Amour ou aux Parques48, et le poète qui admire son audace placée sous l’égide des Muses49. Le cortège quelque peu hétéroclite qui accompagne symboliquement la princesse oriente vers une seconde catégorie, celle que constituent les poèmes amoureux à caractère encomiastique, à l’exemple du « Sonnet pour Marie de Gonzague50 », par lequel, en 1629 ou 1630, Tristan se fit l’intercesseur de Gaston pour jurer à la jeune femme un attachement capable de triompher de tous les obstacles. Si, par hyperbole, elle est appelée « Jeune Divinité51 », la suit de près Cupidon, dont les « traits », désormais entre les mains de son prétendant, permettront à celui-ci de « vaincre [leurs] malheurs52 ». Tristan parvient donc à joindre aux topoï de la poésie pétrarquisante, prisée du public mondain, une forme d’éloge plus en accord avec la nature du lien qui l’unit à son protecteur (fig. 1 et 2).

Fig. 1. Tristan L’Hermite, « La Mer », Les Vers héroïques, Paris, J.-B. Loyson et N. Portier, 1648, p. 27-28.

Fig. 1. Tristan L’Hermite, « La Mer », Les Vers héroïques, Paris, J.-B. Loyson et N. Portier, 1648, p. 27-28.

Permalien : https://hdl.handle.net/​2027/​gri.ark:/13960/​t94777v8j?urlappend=%3Bseq=45

Domaine public

  • 53 « À Monseigneur le duc d’Orléans », Tristan L’Hermite 2001, p. 29.
  • 54 « Pour Monseigneur frère du roi Allant en Picardie commander l’armée de sa Majesté », ibid., p. 31- (...)
  • 55 Ibid., p. 31-33, v. 11, 20, 57.
  • 56 Ibid., p. 33, v. 63.

5La poésie n’est toutefois pas le seul lieu où se manifeste l’allégeance de l’auteur envers celui dans l’orbite duquel il entend demeurer. Le théâtre l’est également, comme en témoigne dès 1637 l’épître dédicatoire de La Mariane à Gaston. Après avoir remercié le prince des compliments qu’il a reçus de lui à propos de sa première tragédie, le jeune dramaturge formule le vœu de pouvoir un jour lui rendre un plus fervent hommage encore : « Les Muses dispensatrices de la gloire n’auront qu’à me fournir assez d’industrie pour ce beau dessein, je m’assure que vos illustres actions m’en donneront assez de matière53. » L’allégorie par laquelle est désignée l’activité du poète participe au concert de louanges (la gloire dont est auréolé le poète rejaillit sur celui-là même dont il fait l’éloge), selon un processus que réitère la longue suite de stances, située dans le prolongement immédiat, « Pour Monseigneur le duc d’Orléans, lorsque son altesse commandait les armes du roi en la province de Picardie54 » – une allusion à un événement survenu l’année précédente. Les personnages de la mythologie (Achille, Jason, Hector) y apparaissent comme autant de paronomases55, qui suffisent à dire les qualités guerrières attribuées à Gaston, avant que ne soient introduites les « filles de Mémoire56 » avec le salaire qu’elles escomptent en retour : un appel qui reste, hélas, sans réponse et ouvre une première brèche dans le bel édifice érigé par le poète en l’honneur de son maître.

  • 57 « À Monsieur Monsieur le comte de Nancay », Tristan L’Hermite 2002b, p. 43-44. À rapprocher de l’od (...)
  • 58 « À Monsieur le comte de Nancay », Tristan L’Hermite 2002b, p. 43.
  • 59 Ce n’est en revanche plus le cas dans le sonnet XXXVII des Vers héroïques : « Je ne suis reconnu d’ (...)

6L’entreprise de séduction alors menée par Tristan achève de se réaliser dans l’épître dédicatoire des Amours au comte de Nancay57, qui compte parmi les familiers de Gaston. L’imaginaire issu de la mythologie y est de nouveau sollicité avec la discrétion que réclame la juste ornementation voulue par le poète : « L’envie n’aura garde de les oser attaquer, les voyant marcher sous la protection des vertus et des grâces qui vous accompagnent58 », affirme-t-il ainsi à propos de ses vers qui semblent avoir reçu l’approbation du dédicataire. La culture antique est donc encore une fois pourvoyeuse de métaphores qui participent à la captatio benevolentiae visée par Tristan, en un temps où ses espoirs de « récompense59 » sont toujours vivaces.

Fig. 2. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, frontispice. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.

Fig. 2. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, frontispice. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.

https://reader.digitale-sammlungen.de/​resolve/​display/​bsb10056115.html

Domaine public

Fig. 3. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, titre gravé. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.

Fig. 3. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, titre gravé. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.

https://www.digitale-sammlungen.de/​en/​view/​bsb10056115?page=3

Domaine public

Un renoncement à la mythologie ? (1635-1640)

  • 60 Voir, à ce sujet, « À son Altesse royale, faisant l’état de sa maison à Blois, en l’année 1636 », T (...)
  • 61 « Le Prélude », Tristan L’Hermite 2002b, p. 45-46.
  • 62 Du Bellay 1993, I, p. 39.
  • 63 « Le Prélude », Tristan L’Hermite 2002b, p. 45, v. 1.
  • 64 Ibid., p. 45, v. 9 et p. 46, v. 12.
  • 65 Tristan L’Hermite 2002b, p. 209.
  • 66 Car, malgré sa facture personnelle, on y trouve l’empreinte de topoï issus du stoïcisme.

7Mais, à partir de 1636, dès lors qu’il n’appartient plus au cénacle de Gaston60, le ton de ses poèmes et le rapport qu’ils entretiennent à la mythologie changent assez radicalement. L’atteste, en 1638, le sonnet liminaire des Amours intitulé « Le Prélude61 », comme le sera d’ailleurs – au déterminant près – le chapitre inaugural, empreint de la même mélancolie, de son roman à la première personne Le Page disgracié (1643). Cependant qu’il renonce, à la manière de Du Bellay dans Les Regrets62, à la grande poésie épique pour exprimer les tourments de la passion, l’auteur écarte, certes à l’aide d’une prétérition, l’arsenal mythologique qu’exige la pratique d’une poésie ambitieuse : « Je n’écris point ici l’embrasement de Troie63. » Les sombres pensées qui habitent désormais l’amant semblent pouvoir être lues comme une métaphore du découragement éprouvé par la personne même de Tristan. Le sizain fait en effet clairement état de ses « vers » et en appelle à la compassion du lecteur pour un homme qui n’espère plus aucune marque d’« honneur64 ». Le repli sur soi du poète-courtisan, que reflète un tel discours, se traduit par un infléchissement significatif de son esthétique, avec la dimension déploratoire de la plupart des pièces constitutives du recueil – comme du précédent – et le recul des images tirées de la mythologie. Le poème conclusif, « Misère de l’homme du monde65 », apparaît même comme dépourvu de toute forme d’intertextualité66, pour mieux faire ressortir la lassitude d’un je poétique qui réunit la figure de l’amant et celle du courtisan, désireux de mettre un terme à une cour assidue mais vaine :

  • 67 Ibid., v. 13-14.

Tous ces attachements sont-ils considérables,
Pour aimer tant la vie, et craindre tant la mort67 ?

  • 68 Tristan L’Hermite 2002b, p. 162.
  • 69 Tristan L’Hermite 2002b, p. 206.
  • 70 Voir, à ce sujet, Génetiot 1992.

8La mythologie n’est toutefois pas complètement absente de la poétique amoureuse de Tristan telle que la développe son deuxième recueil, comme le montre, entre autres, le sizain « À Diane68 », évidemment fondé sur la comparaison entre la dame qu’il célèbre et la déesse de la chasse. Mais les amples genres poétiques (l’ode ou les stances), auxquels jusqu’alors recourait presque exclusivement le poète-courtisan, à l’instar de Ronsard ou de Malherbe, sont désormais concurrencés par celui, plus modeste, du sonnet, dévolu à l’expression des peines amoureuses. Il en est un précisément, « Le Ravissement d’Europe69 », dont le titre même signale l’inspiration mythologique, mais qui surtout témoigne du regard ironique désormais porté par le poète sur la fable. La pointe par laquelle se termine la dernière strophe, avec les propos sarcastiques que Neptune adresse à Jupiter, dresse en effet le portrait d’un cocu potentiel, affublé des cornes qui initialement surmontaient, en un chef majestueux, la tête du taureau. La métamorphose nouvelle dont le dieu fait l’objet est donc à comprendre comme une parodie burlesque de la précédente. Sans doute le trait d’esprit qui clôt le sonnet s’explique-t-il par l’influence grandissante qu’exercent sur Tristan le marinisme et le maniérisme qui lui est associé70.

  • 71 Tristan L’Hermite 2002b, p. 61-62.
  • 72 Ibid., p. 61, v. 5.
  • 73 Ibid., p. 62, v. 14.
  • 74 Comme l’indique V. Adam dans sa note (ibid., p. 62).
  • 75 De Lorme cessa en effet d’être le médecin de Gaston cette année-là.
  • 76 « La mort d’Hippolyte, à Monsieur De Lorme », Tristan L’Hermite 2002d, p. 121-132.
  • 77 Ibid., p. 131, v. 331.

9Il est dans le recueil un autre sonnet, « Les remèdes inutiles71 », qui relève de la même esthétique et contient une référence, non immédiatement perceptible celle-là, à la mythologie. Le poème est adressé à « De Lorme72 », qui est alors le médecin de Gaston et que l’auteur, souffrant déjà de la phtisie dont il finira par mourir, a sans doute lui-même consulté. Le concetto final (le talent et les soins prodigués ne sauraient venir à bout d’une passion littéralement insurpassable) se double d’une possible syllepse de sens (les « blessures du cœur73 » sont compréhensibles dans les deux acceptions du terme), tout en laissant transparaître une référence, mythologique, aux paroles attribuées par Ovide à Apollon, dieu de la Médecine et de la Poésie à la fois, et relatives à son impuissance à guérir le mal d’amour74. Mais c’est ensuite, toujours avant 163875, à un sujet clairement et intégralement mythologique, celui de « La mort d’Hippolyte76 », que Tristan associe l’éloge de De Lorme en un long poème qui porte précisément ce titre, le dénouement annoncé étant lui-même suivi d’une métamorphose, moindre, qui attire l’attention sur la « chaste et fière Diane77 », affectée par le décès du prince :

  • 78 Ibid., p. 131, v. 341-344.

Le teint de cette immortelle
D’un air modeste embelli,
Pâlit à cette nouvelle
Puis rougit d’avoir pâli78.

  • 79 Il n’en reste pas moins que La Mort de Chrispe traite d’un sujet (l’amour d’une femme pour son beau (...)

10De quoi, pour l’auteur de tragédies (exclusivement historiques) que le poète est entretemps devenu, joindre à la fin tragique prévisible un ultime événement, qui, dans le contexte poétique, fait office de concetto. Hors les particularités respectivement inhérentes aux genres poétique et dramatique, et les sources des sujets que Tristan y développe, se dessine donc, au plan esthétique, une ligne de partage nette entre les deux versants majeurs de son œuvre79.

  • 80 « Pour les sérénissimes majestés de la Grande-Bretagne. Églogue maritime », Tristan L’Hermite 2002d(...)
  • 81 Ibid., p. 147-161.
  • 82 Comme le note P. Gatulle, « Gaston constitue […] l’axe autour duquel gravitent tous les plus proche (...)
  • 83 Tristan L’Hermite 2002d, p. 255.
  • 84 Ibid., p. 238-241.
  • 85 Ibid., p. 239, v. 17-18. D’autres œuvres, parmi les dernières qu’il ait publiées, se distinguent el (...)
  • 86 Tristan L’Hermite 2002d, p. 239, v. 25.

11En réunissant des pièces de différentes périodes, le recueil des Vers héroïques – le dernier que l’auteur ait publié – mime l’itinéraire social du poète et témoigne d’une évolution significative de sa manière de considérer la mythologie. Au-delà même de celles que Tristan consacre à Gaston, à ses proches ou encore à ses semblables, et qui se situent plutôt au début du volume – l’« Églogue maritime80 » (1634 ?), adressée au couple royal d’Angleterre, avec le dialogue qui s’y noue entre Protée, Circène et Leucothoé, par exemple, ou encore « La Maison d’Astrée81 » (1626 ?), qui, par l’évocation des petits Amours bâtisseurs, vise à faire l’éloge de la marquise de Puisieux82 –, les pièces constitutives de l’ouvrage révèlent la forte emprise de l’imaginaire mythologique sur un poète qui entend manifestement se conformer à ce que les grands de ce monde sont en droit d’attendre d’un courtisan comme lui. Puis, alors qu’il a définitivement renoncé au service de Monsieur, ou que les expériences suivantes, auprès de la duchesse de Chaulnes, du duc de Guise ou du comte de Saint-Aignan, ne lui ont – pour des raisons diverses – guère été plus favorables, soit il minimise voire écarte toute référence de ce type soit il traite l’héritage mythologique sur le mode parodique. Tels sont du moins les traits saillants qui se dégagent de l’architecture générale de l’œuvre, des compositions datant de sa jeunesse jusqu’aux plus récentes. Sont ainsi révélatrices de la poétique tristanienne à la fin des années 1640 la « Prosopopée de F.T.L.83 », qui en quatre vers seulement brosse le portrait d’un courtisan dont la « fortune » n’aura pas été digne de son amour de la « vertu », et l’« épître burlesque84 », qui décrit avec humour une fillette s’essayant à l’écriture poétique. « Les Muses en habit fantasque / Courent sur le Pégase en masque85 », déclare-t-il, amusé, en écho au bouleversement (dérisoire) que la naissance d’une nouvelle « petite Muse86 » provoque dans le Parnasse.

  • 87 « À son Altesse royale, sur la prise de Gravelines » et « À son Altesse royale, sur ses autres prog (...)
  • 88 « À Madame », ibid., p. 70-72.
  • 89 « Avertissement à qui lit », ibid., p. 29.

12Autour de 1645, pourtant, Tristan célèbre de nouveau – directement ou indirectement – la gloire de Gaston, sans doute dans l’espoir de revenir en grâce, et pour cela il déploie de nouveau la rhétorique à laquelle il était accoutumé : à l’occasion de la « prise de Gravelines », d’abord, sous la forme de deux odes ponctuées à leur tour de comparaisons avec de grands héros de l’épopée87, à la faveur de la naissance du premier enfant de Madame, ensuite – et c’est alors du dieu Amour que le nouveau-né se fait le rival88 – au moment de la publication de La Folie du sage, enfin, avec l’épître dédicatoire à Marguerite, pour qui le poète tresse une couronne de roses et de lauriers89, en adéquation avec les identités respectives des époux.

  • 90 Ibid.
  • 91 Ibid.
  • 92 Ibid.

13Le passage de la figure du poète thuriféraire à celle du courtisan ironique ou désabusé, auquel sont réductibles in fine Les Vers héroïques, se trouve en quelque sorte résumé par la métaphore végétale – et non plus seulement florale – qui distingue l’avertissement au lecteur, comme si les fleurs de rhétorique que constituent notamment les références mythologiques n’étaient plus à l’ordre du jour : « On a beau cultiver ces plantes des Muses dans la solitude, si l’on ne sait l’art de les faire débiter dans les palais. De sorte que pour en retirer le fruit, il ne suffit pas d’être grand écrivain, il faut être aussi grand courtisan90. » Au nom d’une relation qu’il souhaite à l’évidence plus étroite avec le lecteur, Tristan ajoute à propos de ceux d’entre ses poèmes qui ne méritent pas le qualificatif d’héroïques : « Ce sont de petites herbes qui se sont glissées parmi des fleurs91 ». La métamorphose est donc celle de la veine poétique elle-même, « épigramme, madrigal, ou pièce burlesque92 » prenant parfois le pas sur les vers proprement héroïques.

  • 93 Voir à ce sujet notre Berrégard 2006.
  • 94 « Le Promenoir des deux amants », Tristan L’Hermite 2002b, p. 106-108, v. 24, 41, 57.
  • 95 « Stances à la reine Christine », Tristan L’Hermite 2002e, p. 644, v. 7.
  • 96 Comme le montrent en particulier, sous sa plume, Panthée et Amarillis.

14À la lumière des différents visages sous lesquels se présente successivement le poète, on comprend pourquoi la pastorale s’est imposée comme le principal registre dans lequel Tristan choisit de s’illustrer au fil de sa carrière93 : tout en lui assurant un ancrage minimal dans l’imaginaire mythologique, qui contribue à asseoir une poétique de l’ornementation, avec la cohorte de divinités (Diane, Vénus, Anchise et Zéphire) que mettait déjà en scène « Le Promenoir des deux amants94 », par exemple – avant que ses « Stances à la reine Christine », sans doute composées en 1653, ne décrivent à leur tour un « Pasteur de pensers agité95 » – elle confère à son discours, hors même de la poésie proprement dite96, une dimension élégiaque, qui coïncide avec les frustrations éprouvées par un poète-courtisan en quête de gratification(s).

15Du poème des « Plaintes d’Acante », si saturé de références mythologiques qu’il en apparaît véritablement comme un exemple de réécriture, jusqu’aux plus personnels, dénués quant à eux de tout ornement de ce type, en passant par les pièces encomiastiques, émaillées de comparaisons très communes, nous avons donc pu retracer le parcours du poète dans sa relation à la fable. S’il est toujours délicat d’établir un lien de causalité strict entre la position sociale de l’auteur et ses choix esthétiques, les seconds en l’occurrence ne semblent guère être séparables de la première. Ainsi, lorsque Tristan est satisfait de sa situation auprès de Gaston ou qu’il fonde sur elle ses espoirs de réussite, il recourt volontiers à l’imaginaire mythologique pour rehausser le portrait qu’il brosse de son protecteur. À l’inverse, dès que commence à grandir son amertume à l’égard de l’asservissement auquel il est contraint, et qui pour autant ne lui attire guère les faveurs de Monsieur, son écriture se fait plus dépouillée, et c’est alors une autre silhouette qui surgit, celle d’un courtisan rétif à suivre les règles ou les usages, y compris poétiques, que la société de cour tend à lui imposer.

  • 97 Selon les mots du narrateur dans le « Prélude » du Page disgracié, Tristan L’Hermite 1994, p. 24.

16Resterait à examiner sous cet angle l’œuvre théâtrale de Tristan et, en particulier, sa tragi-comédie La Folie du sage, dont le personnage principal est l’homme de confiance du roi de Sardaigne – un monarque de fantaisie – par lequel il se sent trahi, qui semble à son tour relever d’un processus déjà observé chez l’auteur des « Plaintes d’Acante » : la fictionnalisation d’une expérience intime difficile, dont rendent compte les écrits plus ouvertement autobiographiques. Les fleurs (de rhétorique) ne sont donc pas toujours suivies des fruits dont elles étaient pourtant la promesse, et aux figures caractéristiques de la mythologie pastorale succède la « Vérité […] toute nue97 » d’un je réduit à lui-même. Au risque de sous-estimer la tendance de Tristan à éloigner de sa poétique tout effet d’intertextualité, au fur et à mesure que se délite sa relation à Gaston, nous reconnaissons volontiers en lui une sorte de Protée, sujet aux métamorphoses successives auxquelles l’expose sa condition sociale.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Conti Natale, dit en français Noël Le Comte, 1627, Mytholologie, ou Explication des fables, œuvre d’éminente doctrine, et d’agréable lecture, trad. J. de Montlyard, Paris, Pierre Chevalier.

Conti Natale, 2020, La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin. Livre I (1627), éd. critique sous la dir. de Céline Bohnert et R. Darmon, Reims, Épure, coll. « Héritages critiques », no 11.

Du Bellay Joachim, 1993, Les Regrets [1558] dans Œuvres poétiques, t. II, éd. D. Aris et F. Joukovsky, Paris, Bordas.

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 1994, Le Page disgracié [1643], éd. J. Prévot, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2001, La Mariane [1637], éd. Cl. Abraham, dans Œuvres complètes, t. IV, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2002a, Les Plaintes d’Acante [1633], éd. V. Adam, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2002b, Les Amours [1638], éd. V. Adam, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2002c, La Lyre [1641], éd. A. Génetiot, dans Œuvres complètes, t. II, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2002d, Les Vers héroïques [1648], éd. V. Adam, dans Œuvres complètes, t. III, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Tristan L’Hermite, François L’Hermite dit, 2002e, [Vers épars], éd. A. Carriat, dans Œuvres complètes, t. III, Paris, Champion, coll. « Sources classiques ».

Études

Berrégard Sandrine, 2002, « Tristan ou l’image d’un poète mélancolique », Cahiers Tristan L’Hermite, n24, p. 15-29.

Berrégard Sandrine, 2006, Tristan L’Hermite, « héritier » et « précurseur ». Imitation et innovation dans la carrière de Tristan L’Hermite, Tübingen, G. Narr, coll. « Biblio 17 ».

Berrégard Sandrine, 2019, « L’influence de l’Académie française sur les dernières productions de Tristan », Cahiers Tristan L’Hermite, no 41 : Tristan et l’Académie française (1648-1655), dir. S. Tonolo, p. 49-59.

Bury Emmanuel, 2014, « Tristan, entre la plume et l’épée. Choix de vie et vocation lettrée d’un jeune aristocrate à l’âge de Louis XIII », Cahiers Tristan L’Hermite, no 36, p. 49-57.

Droz Eugénie, 1937, Le Manuscrit des Plaintes d’Acante, Paris, chez l’auteur.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon, coll. « époques ».

Génetiot Alain, 1992, « “De petites herbes parmi des fleurs” : Tristan, poète mondain ? », Cahiers Tristan L’Hermite, no 14, p. 35-44.

Graziani Françoise, 1990, « Le mythe pastoral dans les “Plaintes d’Acante” : Ovide, Virgile et Théocrite », Cahiers Tristan L’Hermite, no 12, p. 23-39.

Orwat Florence, 2006, L’Invention de la rêverie : une conquête pacifique du Grand Siècle, Paris, H. Champion, coll. « Lumière classique ».

Peureux Guillaume, 2001, « “Les Plaintes d’Acante” et leurs annotations : Tristan à la recherche de son public », Cahiers Tristan L’Hermite, no 23, p. 33-50.

Serroy Jean, 1999, « La vie de Tristan », dans Œuvres complètes, t. 1, Paris, H. Champion, coll. « Sources classiques », p. 7-31.

Viala Alain, 1985, Naissance de l’écrivain : essai de sociologie à l’âge classique, Paris, Éd. de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Haut de page

Notes

1 Sur ce point, voir Berrégard 2006, p. 186.

2 « Je trace une histoire déplorable, où je ne parais que comme un objet de pitié, et comme un jouet des passions, des astres et de la Fortune », Tristan L’Hermite 1994, p. 23-24.

3 Comme le signale le paratexte introductif de « La Mer », Tristan L’Hermite 2002c, p. 50.

4 Il en était déjà de même des poèmes écrits en l’honneur de l’infante, comme le montre l’ode « À la sérénissime princesse Isabelle, Claire Eugénie archiduchesse des Pays-Bas », ibid., p. 77-95.

5 Tristan L’Hermite 2002a, p. 172.

6 « À Monsieur de Patris », Tristan L’Hermite 2002d, p. 75, v. 10.

7 « Je vois que Gaston m’abandonne », lit-on par exemple dans « La Servitude », Tristan L’Hermite 2002d, p. 134, v. 13.

8 Ibid., p. 135, v. 67.

9 Selon la terminologie de Viala 1985.

10 Voir à ce sujet Berrégard 2002.

11 Serroy 1999, p. 18.

12 Bury 2014.

13 Sur l’ordre de l’empereur Auguste, le poète dut s’établir à Tomis, en Scythie.

14 Celles d’Apulée, mais surtout celles d’Ovide.

15 « Annotations sur les Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002d, p. 403-424.

16 Si, à la fin du Page disgracié, Tristan fait d’un récit en prose un long poème, avec ses « Annotations » il procède exactement à l’inverse.

17 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 113-114 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p. 406.

18 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 117-119 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p. 407.

19 Tristan L’Hermite 2002a, v. 203, op. cit., p. 181 ; « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p. 413.

20 « Annotations sur les Plaintes d’Acante », ibid., p. 413. L’« ingratitude » est celle de « l’orgueilleuse Anaxarète » (ibid.), que les dieux transformèrent en pierre après qu’elle eut causé la mort de son amant Iphis.

21 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 113-114.

22 Pour qualifier ses vers, Tristan file la métaphore florale, comme en témoigne déjà l’avertissement au lecteur des Amours : « Voici des premières productions de mon esprit et des effets de ma jeunesse ; il faut que le printemps pousse des fleurs, avant que l’automne produise des fruits », Tristan L’Hermite 2002b, p. 44.

23 Voir, à ce sujet, Peureux 2001.

24 Comme le soulignent les « Annotations » correspondantes, Tristan L’Hermite 2002a, p. 411.

25 Tristan L’Hermite 2002a, p. 181, v. 190.

26 Ibid, p. 192, v. 508.

27 Ibid., p. 192, v. 508. Chez les Grecs et les Latins, Daphnis est un berger de la mythologie pastorale. Voir, à ce sujet, Graziani 1990.

28 Tristan L’Hermite 2002a, p. 177, v. 108-109.

29 Ibid., v. 120.

30 Ibid., v. 117-119.

31 Car c’est toute l’histoire des personnages qui se trouve ainsi racontée (« Annotations », ibid., p. 407-408).

32 Comme a tenté de le montrer E. Droz (1937).

33 Droz 1937, p. 171.

34 « Annotations des Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002a, p. 413.

35 Conti 1627.

36 « Annotations des Plaintes d’Acante », Tristan L’Hermite 2002a, p. 409.

37 Tristan L’Hermite 2002a, p. 184, v. 278-280 ; « Annotations des Plaintes d’Acante », ibid., p. 416.

38 « Annotations des Plaintes d’Acante », ibid., p. 419.

39 Tristan L’Hermite 2002a, p. 186-187, v. 351-357.

40 Tristan L’Hermite 2002d, p. 50.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 59, v. 198-200.

43 Ibid., p. 61, v. 249-250.

44 Voir à ce sujet Orwat 2006.

45 « La Mer », Tristan L’Hermite 2002d, p. 52-54, v. 29, 55-60, 65-70, 88.

46 « Sur la venue de Madame sortie de Nancy vêtue en cavalier et arrivée heureusement à Thionville, sous la conduite d’un seul gentilhomme, nommé le sieur de Lavisez », Tristan L’Hermite 2002e, p. 620-623.

47 Ibid., p. 620-622, v. 8, 34, 60, 61-64.

48 Ibid., p. 621 et 623, v. 29 et 69.

49 Ibid., p. 621, v. 17.

50 [« Sonnet pour Marie de Gonzague »], Tristan L’Hermite 2002e, p. 659-660.

51 Ibid., p. 659, v. 1.

52 Ibid., v. 6.

53 « À Monseigneur le duc d’Orléans », Tristan L’Hermite 2001, p. 29.

54 « Pour Monseigneur frère du roi Allant en Picardie commander l’armée de sa Majesté », ibid., p. 31-33.

55 Ibid., p. 31-33, v. 11, 20, 57.

56 Ibid., p. 33, v. 63.

57 « À Monsieur Monsieur le comte de Nancay », Tristan L’Hermite 2002b, p. 43-44. À rapprocher de l’ode « À Monsieur de Chaudebonne », chevalier d’honneur de la duchesse d’Orléans et premier maréchal des logis aux Suisses de la garde de Monsieur, qui figure dans La Lyre (1641) et dont la composition remonte probablement à 1625 ; Tristan L’Hermite 2002c, p. 313-317.

58 « À Monsieur le comte de Nancay », Tristan L’Hermite 2002b, p. 43.

59 Ce n’est en revanche plus le cas dans le sonnet XXXVII des Vers héroïques : « Je ne suis reconnu d’aucune récompense », Tristan L’Hermite 2002d, p. 318, v. 4.

60 Voir, à ce sujet, « À son Altesse royale, faisant l’état de sa maison à Blois, en l’année 1636 », Tristan L’Hermite 2002c, p. 312-313.

61 « Le Prélude », Tristan L’Hermite 2002b, p. 45-46.

62 Du Bellay 1993, I, p. 39.

63 « Le Prélude », Tristan L’Hermite 2002b, p. 45, v. 1.

64 Ibid., p. 45, v. 9 et p. 46, v. 12.

65 Tristan L’Hermite 2002b, p. 209.

66 Car, malgré sa facture personnelle, on y trouve l’empreinte de topoï issus du stoïcisme.

67 Ibid., v. 13-14.

68 Tristan L’Hermite 2002b, p. 162.

69 Tristan L’Hermite 2002b, p. 206.

70 Voir, à ce sujet, Génetiot 1992.

71 Tristan L’Hermite 2002b, p. 61-62.

72 Ibid., p. 61, v. 5.

73 Ibid., p. 62, v. 14.

74 Comme l’indique V. Adam dans sa note (ibid., p. 62).

75 De Lorme cessa en effet d’être le médecin de Gaston cette année-là.

76 « La mort d’Hippolyte, à Monsieur De Lorme », Tristan L’Hermite 2002d, p. 121-132.

77 Ibid., p. 131, v. 331.

78 Ibid., p. 131, v. 341-344.

79 Il n’en reste pas moins que La Mort de Chrispe traite d’un sujet (l’amour d’une femme pour son beau-fils) semblable à l’histoire de Phèdre et d’Hippolyte. Cette passion conduit d’ailleurs dans les deux cas à un dénouement tragique.

80 « Pour les sérénissimes majestés de la Grande-Bretagne. Églogue maritime », Tristan L’Hermite 2002d, p. 32-50.

81 Ibid., p. 147-161.

82 Comme le note P. Gatulle, « Gaston constitue […] l’axe autour duquel gravitent tous les plus proches appuis, familiaux et amicaux, du poète », Gatulle 2012, p. 189.

83 Tristan L’Hermite 2002d, p. 255.

84 Ibid., p. 238-241.

85 Ibid., p. 239, v. 17-18. D’autres œuvres, parmi les dernières qu’il ait publiées, se distinguent elles-mêmes par leur caractère comique (voir, à ce sujet, Berrégard 2019).

86 Tristan L’Hermite 2002d, p. 239, v. 25.

87 « À son Altesse royale, sur la prise de Gravelines » et « À son Altesse royale, sur ses autres progrès en Flandre, commandant les armées du roi », ibid., p. 62-69.

88 « À Madame », ibid., p. 70-72.

89 « Avertissement à qui lit », ibid., p. 29.

90 Ibid.

91 Ibid.

92 Ibid.

93 Voir à ce sujet notre Berrégard 2006.

94 « Le Promenoir des deux amants », Tristan L’Hermite 2002b, p. 106-108, v. 24, 41, 57.

95 « Stances à la reine Christine », Tristan L’Hermite 2002e, p. 644, v. 7.

96 Comme le montrent en particulier, sous sa plume, Panthée et Amarillis.

97 Selon les mots du narrateur dans le « Prélude » du Page disgracié, Tristan L’Hermite 1994, p. 24.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tristan L’Hermite, « La Mer », Les Vers héroïques, Paris, J.-B. Loyson et N. Portier, 1648, p. 27-28.
Légende Permalien : https://hdl.handle.net/​2027/​gri.ark:/13960/​t94777v8j?urlappend=%3Bseq=45
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 2. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, frontispice. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.
Légende https://reader.digitale-sammlungen.de/​resolve/​display/​bsb10056115.html
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21013/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Fig. 3. Tristan L’Hermite, Les Amours de Tristan, Paris, Pierre Billaine et Augustin Courbé, 1638, titre gravé. Bayerische Staatsbibliothek München, 4 P.o.gall. 158#Beibd.2, urn:nbn:de:bvb:12-bsb10056115-1.
Légende https://www.digitale-sammlungen.de/​en/​view/​bsb10056115?page=3
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21013/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Berrégard, « Tristan L’Hermite au service de Monsieur : heurs et malheurs d’un poète aristocrate en quête de reconnaissance »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/21013 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.21013

Haut de page

Auteur

Sandrine Berrégard

U.R. 1337 Configurations littéraires de l’université de Strasbourg
Agrégée de lettres modernes et docteur ès lettres, Sandrine Berrégard est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à la faculté des lettres de l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur le théâtre français des xvie et xviisiècles. Elle est l’auteure de plusieurs éditions critiques, et son dernier ouvrage, Pratiques de l’argument dans le théâtre français des xvie et xviisiècles, est paru aux éditions Classiques Garnier.
Holder of an agrégation in modern literature and a PhD in literature, Sandrine Berrégard is a lecturer and research supervisor at the Faculty of Literature at the University of Strasbourg. Her research focuses on French theatre in the sixteenth and seventeenth centuries. She is the author of several critical editions, and her latest work, Pratiques de l’argument dans le théâtre français des xvie et xviisiècles, is published by Éditions Classiques Garnier.
berregard[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search