Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...20Gaston d’Orléans et l’AntiqueGaston d’Orléans et le collection...

Gaston d’Orléans et l’Antique

Gaston d’Orléans et le collectionnisme d’antiques : une pratique politique et culturelle léguée à Louis XIV ?

Gaston dOrléans and the Collection of Antiques: A Political and Cultural Practice Bequeathed to Louis XIV?
Delphine Carrangeot

Résumés

Dans une analyse faisant intervenir l’histoire politique et l’histoire du collectionnisme royal et princier, je propose d’étudier le legs à la fois matériel et symbolique de Gaston d’Orléans à son neveu Louis XIV. On sait que les collections royales ont hérité entre autres des collections botaniques et numismatiques de Monsieur, et il est légitime de s’interroger sur les pratiques collectionneuses dont Louis XIV a hérité. On sait que quelles que fussent les circonstances politiques, les émissaires de Gaston parcouraient la péninsule italienne à la recherche de médailles romaines ou de sculptures antiques, et qu’il fit sortir du Latium, malgré les interdictions réitérées des autorités pontificales, un nombre important d’antiquités. Louis XIV développa, lui, une « ardeur compensatoire » afin d’enrichir le Cabinet des antiques et des médailles. C’est à la fois le parcours de ces antiques (monnaies, pierres gravées, sculptures…), de collections étrangères aux collections versaillaises, passées entre les mains de Gaston d’Orléans, que l’on se propose d’interroger à nouveaux frais, au prisme de l’histoire politique et culturelle du connoisseurship : à partir de 1661, le souverain se doit d’être le plus grand collectionneur du royaume et il bénéficie à ce titre d’un riche héritage, à la fois matériel (au vu du nombre d’antiques léguées par Gaston) et symbolique ; les collections particulières, fussent-elles de rang royal, confluent désormais vers les collections de l’État.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sauval 1724, t. II, p. 55.
  • 2 Ibid.

1En 1654, Henri Sauval décrit ainsi le magasin des Antiques des Tuileries : « Les marbres ont été amassés dans ce tems heureux, mais qui a duré si peu, où l’on a vu nos Roys aimer les belles choses, et que les beaux-arts étoient cultivés en France1. » Un peu plus loin l’auteur sous-entend qu’après la mort de Richelieu, puis celle de Louis XIII, Gaston d’Orléans se servit dans les collections royales : « Quoique Gaston de France ait dépouillé ce magasin de quantité de bustes, de statues et de basses-tailles antiques, il ne laisse pas néanmoins, de s’y en voir encore un très-grand nombre2. »

  • 3 Sur la collection de François Ier,on se reportera à Cox-Rearick 1995, et pour la collection d’antiq (...)
  • 4 Maral 2009, p. 110.

2Les historiens de l’art puis les historiens ont longtemps porté leur regard vers les collections de François Ier et de Louis XIV, pour les souverains, vers celles de Richelieu et de Mazarin ou encore des Grands qui, durant la première moitié du xviie siècle, pallient ce qu’Antoine Schnapper a qualifié de « carence royale3 ». Les collections royales ont hérité entre autres des collections botaniques et numismatiques de Gaston d’Orléans, et il est légitime de s’interroger sur les pratiques collectionneuses dont Louis XIV a hérité, lui qui développa une forme d’« ardeur compensatoire » (Alexandre Maral4) afin d’enrichir le Cabinet des antiques et des médailles. On sait que quelles que fussent les circonstances politiques, les émissaires de Gaston parcouraient la péninsule italienne à la recherche de médailles romaines ou de sculptures antiques, et qu’il fit sortir du Latium, malgré les interdictions réitérées des autorités pontificales, un nombre important d’antiquités. C’est le parcours de ces antiques, de collections étrangères aux collections versaillaises, passées entre les mains de Gaston d’Orléans, que l’on se propose d’interroger à nouveaux frais, au prisme de l’histoire politique et culturelle du connoisseurship : à partir de 1661, le souverain se doit d’être le plus grand collectionneur du royaume et il bénéficie à ce titre d’un riche héritage, à la fois matériel et symbolique.

3Une vingtaine d’années avant Sauval, l’érudit Nicolas-Claude Fabri de Peiresc écrivait une lettre à son ami Du Puy dans laquelle il soulignait l’intérêt de Gaston d’Orléans pour les « singularités des temps passés », se distinguant ainsi de ses contemporains princiers :

  • 5 Fabri de Peiresc 1888-1898, t. II, p. 244-245.

ayant prins grand plaisir d’entendre que ce prince n’aye pas encores perdu ce goust tout à faict comme l’on avoit voulu dire, car cela pourra saulver quelques jours d’excellentes singularitez du temps passé, qui seroient peries comme tant d’aultres à faulte de Grands qui en voulussent faire cas en ce Royaulme5.

  • 6 On se reportera bien sûr à Gatulle 2012, mais aussi pour la question du testament de Gaston à Herma (...)

4Dans son testament du 1er février 1660, document bien connu des historiens et des historiens de l’art6, Gaston établit le destin qu’il entendait donner à ses collections après son trépas :

  • 7 Paris, BNF, département des Manuscrits (désormais MSS), Français 10206, fo 307 et suiv., en particu (...)

Il supplie très humblement Sa Majesté d’agréer le don qu’il luy faict et à la Couronne de touttes ses médalles d’or, d’argent et de cuivre, des pierres gravées, des antiques et autres raretez qui sont à présent à la garde du sieur Bruno, comme aussy de tous ses livres de fleurs et d’oyseaux qu’il a faict portraire par Robert, peintre, et tous les livres d’histoires et autres qui sont dans son cabinet du pallais d’Orléans, pour estre le tout, avec quelques boistes de cocquilles fort rares, unis dans le cabinet de sa Majesté du Louvre et servir à son divertissement7.

5Ce passage fameux ne nous renseigne hélas que sur l’usage supposé de ses collections par son neveu. En novembre 1661, Louis XIV accepte le legs de son oncle et fait rédiger cette célèbre lettre patente, enregistrée deux ans plus tard par le Parlement de Paris :

  • 8 Lettre patente d’acceptation du legs de Gaston par Louis XIV, AN, X1A 8663, f324vo, citée par Her (...)

nous reçeusmes comme un tesmoignage et gage précieux de son affection le don qu’il nous avoit fait, et à cette couronne […] toutes ses médailles […] pierres gravées, des antiques et autres raretez qui estoient à la garde du sieur Bruno […] pour estre le tout […] mis dans nostre cabinet du Louvre et servir à nostre divertissement8.

  • 9 Fréart de Chantelou 2001, p. 136.
  • 10 Cette remarque intervient après celle du Bernin : « Après avoir regardé quelque temps toutes ces ch (...)

6La visite du Bernin à Paris, en 1665, est l’occasion de revenir sur le contenu – modeste – des collections royales d’antiques. Chez le roi, le sculpteur romain déclare que « les ornements de cette chambre et des voisines étaient ornements pour les dames ». Il souhaite plus tard « au Roi quelque nombre de belles statues grecques et de bustes pour en orner une ou deux salles9 ». Chantelou embarrassé explique alors que « ces propretés de cabinets et de cristaux s’étaient introduites dans la régence, qui était un gouvernement de femme ; que M. le cardinal de Mazarin les avait cultivées pour entretenir et divertir le roi10 ».

  • 11 Voir Haskell et Penny 1999, p. 49-57, chap. VI « Tout ce qu’il y a de beau en Italie ».
  • 12 « sans doute les collections peuvent-elles avoir leur petit rôle dans le prestige d’un roi […]. Mai (...)
  • 13 Maral 2012, p. 23 : « Pour les souverains et hommes d’État de l’époque moderne, l’antique représent (...)

7Colbert entend la leçon et veut faire du Louvre un palais digne du souverain où les antiques doivent tenir leur place dans le nouveau décor : les années 1660 sont celles des grands projets, plus ou moins heureux, d’acquisitions d’antiques romaines, du Taureau Farnèse à la vigne Ludovisi ou encore le Méléagre11. Si les collections numismatiques continuent à remplir ces fonctions de divertissement pour Louis XIV (au sens pascalien du terme, ou au sens premier d’amusement12), on ne peut certainement en dire autant de la grande statuaire antique (ou des copies d’antiques) qui, pièces prestigieuses parmi toutes, revêtent un sens politique pour Louis XIV dès le début du règne personnel. Louis XIV développa ainsi une fièvre acheteuse afin d’enrichir le Cabinet des antiques ainsi que le Cabinet des médailles13.

Collectionner les antiques quand on est roi… ou fils, frère et oncle de roi

  • 14 Trébosc 2016, p. 41 et suiv.
  • 15 Trébosc 2016, p. 44.

8Après les prémices de la Renaissance et les essais infructueux de François Ier pour se constituer une collection d’antiquités en mesure de rivaliser avec celles des princes italiens, il faut attendre le règne d’Henri IV pour que le collectionnisme d’antiquités revête des fonctions proprement politiques. Mais force est de constater la modestie, voire l’indigence des collections royales d’antiques à la fin du xvie siècle. Les pièces les plus prestigieuses se comptaient alors sur les doigts d’une main : la Diane offerte par Paul IV à Henri II (fig. 1) et le Bacchus de la Salle des antiques du Louvre représentaient les pièces les plus remarquables. Henri IV fit rapidement preuve d’un réel intérêt pour la création d’un ensemble enfin digne du roi de France. La réorganisation des collections de la Couronne s’inscrivait dans la dynamique de reconstruction du royaume et dans l’effort de rénovation et de modernisation des institutions royales que celle-ci impliquait. L’action du premier Bourbon consista essentiellement à poursuivre, sauvegarder, reconstituer et compléter les collections de ses prédécesseurs14. Le rez-de-chaussée de la grande galerie du Louvre abrita ainsi une salle des antiques, accueillant la Diane ainsi que des statues importées d’Italie, et composant ainsi la première vraie galerie d’antiques dans un palais ou un château de la Couronne. Le soin de ces collections fut confié à des gardes spécialisés, Lerambert pour les grandes antiquités, Rascas de Bagarris pour les petites. Parallèlement, ce dernier fut chargé de dresser et conserver le Cabinet des antiques du roi : il reçut l’ordre en 1602 de « dresser un cabinet à Sa Majesté de toutes sortes d’Antiquitez15 ». Et cette nomination s’accompagna d’une politique d’acquisition ambitieuse. Ce mouvement contribuait à la réalisation d’un programme encyclopédique et politique que Rascas de Bagarris présenta au roi en 1608 : l’histoire par les médailles ; rétablir l’usage des portraits royaux dans les monnaies ; utiliser les médailles comme support de la fama du prince ; rassembler une collection pour constituer un trésor, combler les lacunes des collections royales et, enfin, servir à l’instruction du Dauphin.

Fig. 1. Diane de Versailles, époque romaine. Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MR 152.

Fig. 1. Diane de Versailles, époque romaine. Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MR 152.

Permalien : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010278930

@ 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier

  • 16 Grell 2012, p. 10.

9Un demi-siècle plus tard, le sens du collectionnisme d’antiques a partiellement changé pour le souverain. Si le fait de collectionner des médailles demeure propre à l’érudition et à l’intérêt porté à l’Histoire, de manière générale la référence antique s’est considérablement politisée. Le goût prononcé du souverain pour l’antique dépasse en effet la sphère de l’œuvre d’art. Symbole du pouvoir de Rome et de son universalité, la référence antique est tout au long du xviie siècle l’objet de rivalités entre les puissances européennes et les souverains, chacun cherchant à se l’approprier16. Pour les souverains ou hommes d’État de l’époque moderne, l’antique représente ainsi un enjeu considérable, susceptible d’exprimer la richesse et la puissance de qui en détient les rares vestiges matériels, ainsi que, par son ancienneté et son universalité, d’étayer une légitimité politique qui s’ancre alors dans la civilisation gréco-romaine. Les remarques du Bernin inaugurent en 1665 une période d’intérêt jamais démenti pour l’antique, avec l’acquisition des plus belles pièces de la collection Mazarin, puis de spectaculaires tentatives pour acquérir les originaux ou les copies des plus célèbres statues antiques de Rome. L’idée n’est pas neuve, mais ériger l’art français en norme et en modèle passe par une réinterprétation du modèle antique.

  • 17 Haskell et Penny 1999, p. 55.

10Accumuler les antiques, pièces prestigieuses entre toutes des collections royales, ne fut pas une affaire facile pour le roi qui hérita de peu de biens en ce domaine. Le Bernin ayant fait comprendre au jeune Louis XIV qu’il était indispensable que ses artistes se forment à l’imitation des plus belles œuvres de l’Antiquité et que sa collection personnelle ne pouvait soutenir la comparaison avec ses contemporains, Colbert entreprit de remédier à ces carences. La nouvelle académie d’art qui vit le jour à Rome, en 1666, devait permettre aux jeunes artistes français de se former au contact des œuvres antiques et modernes romaines, mais aussi allait devenir l’organe principal d’exécution de copies qui fourniraient les nouveaux espaces du château de Versailles ; l’Académie de France à Rome devenait également la tête de pont des acquisitions d’antiques en Italie. Aussi il fallait proclamer que le roi comptait parmi les plus riches collectionneurs et que Versailles pouvait rivaliser avec Rome, ce qui supposait une stratégie de communication : ainsi furent produits des tirages massifs de reproductions des antiques royales à destination des ambassadeurs ; les graveurs Mellan et Thomassin furent sollicités pour ces ambitieux projets17. Enfin, par sa présentation et son agencement dans le cadre versaillais, la collection royale d’antiques avait pour ambition de tenir un discours qui dépasse le simple domaine archéologique et esthétique.

  • 18 Bertolotti 1880-1881, p. 67 : « 1633. 3 mars – Il est permis au cardinal de Richelieu d’emporter de (...)
  • 19 Sur la mission des frères Fréart à Rome, voir Le Pas de Sécheval 1991.
  • 20 Michel 1999 : sur les collections de sculptures de Mazarin, voir en particulier p. 52-102, p. 223-2 (...)

11Cet intérêt de Louis XIV pour les vestiges les plus prestigieux de la civilisation gréco-romaine s’enracinait dans une tradition politique illustrée notamment par Richelieu. Celui-ci avait amassé une collection considérable de sculptures antiques. Ainsi en 1633, le cardinal avait fait venir d’Italie une cinquantaine de statues et de bustes destinés à orner le château de Richelieu18. Louis XIII s’est peu illustré dans ce domaine, excepté par l’envoi à Rome entre 1640 et 1642 de R. Fréart de Chambray et P. Fréart de Chantelou, chargés par Sublet de Noyers, surintendant des Bâtiments, d’acquérir des moulages et des marbres. Nous avons connaissance d’un chiffre non négligeable : vingt-trois caisses d’antiques restaurées furent alors envoyées en France19 mais celles-ci disparurent sans laisser d’autres traces que les moulages eux aussi rapportés de Rome. Mazarin avait également accumulé un grand nombre d’antiques ou réputées telles : sa collection, qu’il fait transporter à partir de 1644 dans son palais parisien, passait pour la plus importante de France. Tout un système supervisé par Colbert, constitué d’un réseau de rabatteurs, de prête-noms, d’agents de confiance, survécut à la Fronde, et Mazarin laissait à sa mort une impressionnante collection de marbres antiques20. Au xviie siècle, l’établissement d’une collection publique ou privée est donc un devoir de prince : elle aide à la promotion des arts et des sciences dont il est le protecteur naturel, promeut sa gloire future comme la gloire passée de ses prédécesseurs. Et la fortune du roi est seule assez considérable pour en permettre la constitution. Le phénomène de « carence royale » propre aux années 1610-1661 dénote donc une situation anormale, indigne des prétentions du monarque français à un rang prééminent en Europe. Et si les collections de médailles, de monnaies ou de pierres gravées allient utilité et divertissement, car vues comme des preuves de l’Histoire, la possession de grandes antiques, elle, est invariablement la marque des grandes collections princières, voire royales.

12La lettre de Peiresc sur l’intérêt que porte Gaston aux antiquités fournit un point de départ intéressant pour l’étude qui est la nôtre :

  • 21 Fabri de Peiresc 1888-1898, t. II, p. 244-245.

Je viens d’apprendre tout presentement qu’il est arrivé à Cassis une barque de Rome chargée de 53 caisses toutes remplies de statües et aultres marbres et antiquitez, et de quelques excellents tableaux que le sieur Vignon y est allé achepter pour Monsieur frere du Roy, ayant prins grand plaisir d’entendre que ce prince n’aye pas encores perdu ce goust tout à faict comme l’on avoit voulu dire, car cela pourra saulver quelques jours d’excellentes singularitez du temps passé, qui seroient peries comme tant d’aultres à faulte de Grands qui en voulussent faire cas en ce Royaulme21.

  • 22 Piccinelli-Dassaud 2004.
  • 23 L’exemple le plus fameux de ces envois en France demeure l’album Canini de Richelieu, voir Montemba (...)

13Quelles qualités sont nécessaires pour être un grand collectionneur de sculptures antiques au milieu du xviie siècle22 ? La curiosité scientifique, l’érudition sans aucun doute ; une certaine forme de vanité également, ainsi que la mainmise sur un solide réseau de correspondants, diplomates, artistes, négociants. La rareté des découvertes en France implique la nécessité de s’approvisionner à l’étranger. Mais l’exportation d’antiques depuis les États pontificaux (ainsi que la Toscane) reste délicate. La concurrence avec les grandes familles italiennes s’amplifie, et l’obtention auprès du Camerlingue de la licentia extrahendi s’apparente à un parcours d’obstacles, en particulier après l’édit du 29 janvier 1646 sur la protection du patrimoine romain. Ces difficultés expliquent l’accroissement du nombre de copies, de créations d’après l’Antique ainsi que la prolifération des faux. Les plus fortunés des collectionneurs se font envoyer un album de dessins avant l’expédition23. Certaines pièces nécessitant une restauration sont confiées à un atelier italien. Enfin, il faut ajouter à ces dépenses les frais de transport vers la France. Par conséquent, le convoiement d’antiquités suppose des moyens diplomatiques, financiers, logistiques qui restent à la seule portée des puissants, collectionner des marbres antiques demeurant le luxe des Grands, proclamant leur opulence et leur rang.

  • 24 Bertolotti 1880-1881.

14Gaston d’Orléans n’est ni souverain, ni homme d’État comme l’ont été Richelieu et Mazarin. Il est bien davantage qu’un prince du sang, mais dispose de capacités financières et diplomatiques moins développées que celles du souverain ou de son principal ministre. Gaston est plus qu’un simple amateur, mais ses réseaux sont moins fournis que ceux d’un antiquaire comme Peiresc ou qu’un artiste comme Rubens. Il dispose cependant, à certains moments de sa vie, de suffisamment de moyens et de toute l’assise sociopolitique pour participer au négoce européen. Le nœud temporel réside probablement dans l’envoi en 1630, depuis Rome vers Blois, de pas moins de soixante-dix têtes et quinze statuettes destinées à la galerie des Cerfs24. Mais lorsqu’il disparaît en 1660, y avait-il encore au sommet de l’État un espace, symbolique et politique, pour une collection de la nature de celle de Gaston ?

Gaston collectionneur d’antiques : phases de sa vie d’amateur, phases de son rôle politique

  • 25 Gatulle 2017, p. 173.

15Pierre Gatulle a souligné le fait que « Gaston inscrit son rang partout où se trouve sa capacité d’action25 ». Il est donc intéressant de dresser un parallèle entre l’évolution de la place du prince en politique, de ses moyens financiers et de son action de collectionneur.

16En 1623, Peiresc le trouve déjà prêt à acheter le médaillier du duc de Croÿ. Il a quinze ans à peine :

  • 26 Rooses et Ruelens 1887-1909, t. III, p. 143-144, lettre de Peiresc à Nicolaas Rockox du 10 mars 162 (...)

Il reste à vous dire que j’ay communiqué avec quelques uns de mes amis ce que vous m’escrivez du cabinet du duc d’Arscot, lesquels sont tous d’opinion avec moy, que si vous le faisiez venir icy, il se vendroit asseurement en mettant un prix à chacune des séries à part, car de le vendre tout entier, si ce n’estoit Monsieur, frère du Roy, personne ne l’achepteroit, mais à desmembrer, non en médailles particulières, mais en séries entières, asseurément il ne tarderoit pas d’estre vendu26.

  • 27 Schnapper 2005, p. 129 et 133.

17Autour de lui gravitent Jean Tristan seigneur de Saint-Amand, Jean Gault, « antiquaire de Monsieur », le Père Sirmond ou encore l’abbé Bruno, devenu entre 1638 et 1641 le bibliothécaire et garde du cabinet des Curiosités de Gaston. En 1625, au titre de « garde du cabinet des Tableaux », le peintre Giulio Donnabella part pour la Toscane à la recherche de peintures et de statues, mais on ne sait rien du résultat de cette mission. Antoine Schnapper a retracé la demande de Marie de Médicis qui recommande à son neveu, Ferdinand II, Giulio Donnabella, alors « garde du cabinet de [son] fils le duc d’Anjou », qui part en Italie « pour recouvrer des curiosités de peintures et statues tant pour [son] service que pour [son] fils27 ». Marie de Médicis se charge-t-elle de compléter l’éducation artistique de son fils de seize ans ? A-t-elle décelé chez son cadet une sensibilité artistique dont Louis XIII est dénué ? À ce stade, aucun indice ne permet de trancher en faveur d’une mission à but culturel ou d’un voyage plus proprement politique de Donnabella.

  • 28 Gatulle 2012, p. 400.

18Lorsque Gaston épouse en 1626 la richissime Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier, sa fortune s’accroît considérablement en même temps que le nombre d’apanages qu’il reçoit (Orléans, Chartres, Blois). Cette date marque le début de l’accélération de la constitution de son cabinet. Il achète cette même année un lot de monnaies anciennes au comédien Gaultier Garguille28. En 1627, est découvert à Nîmes un trésor de deniers romains couvrant la période allant de Nerva à Élagabal. La découverte est signalée par Anne Rulman, un fameux antiquaire nîmois :

  • 29 Berdeaux-Le Brazidec 2009, p. 231.

le marquis de Grimaut […] eut le soin d’en recouvrer mille pesant demi quart d’écu la pièce, desquelles il augmenta le nombre de celles que Monsieur a fait estaler et range en leur suite, dans son riche et vaste cabinet29.

19Le marquis de Grimaud est alors Esprit Allard, qui acquiert un millier de ces pièces (sur les 5 000 que compte le trésor), pour en faire don immédiatement à « Monsieur », c’est-à-dire Gaston. Assurément Esprit Allard, protégé du duc de Luynes, et pour qui la baronnie de Grimaud a été érigée en marquisat en avril 1627, cherche à flatter le prince dont la collection est manifestement déjà célèbre dans le sud du royaume.

  • 30 Bertolotti 1880-1881.
  • 31 Voir la lettre de Peiresc à Du Puy précédemment citée à la note 21.
  • 32 Tamizey de Larroque 1886, p. 26.

20Les années 1629-1630 marquent le début d’une période politiquement très agitée pour Gaston. En 1629, il fuit la cour après l’exécution de Chalais et se réfugie en Lorraine. Il revient à Paris en 1630 après un accord conclu avec Louis XIII le 2 janvier qui le fait gouverneur de l’Orléanais et duc de Valois, et lui procure 200 000 livres afin de régler ses dettes. Le 17 février, il rencontre pour la première fois Louis XIII qui le nomme lieutenant général du roi à Paris, charge dont il s’acquitte avec zèle, même s’il regrette de ne pas commander l’armée d’Italie durant la guerre de Succession de Mantoue. Cette même année, Étienne Quarteron et Claude Vignon envoient au duc d’Orléans le fameux lot de quatre-vingts têtes, figures et bas-reliefs, en partie antiques et en partie modernes. Ces envois sont financés par les frères Lumague, banquiers de Lyon. Les statues ont, pour beaucoup d’entre elles, déjà fait l’objet d’une restauration à Rome, ce qui dénote une capacité financière certaine30. Le 19 avril 1630, en plus de tableaux et dessins, les mêmes intermédiaires expédient une seconde cargaison avec des médailles antiques et différents objets en bronze31. 1630 est la dernière année où nous disposons de traces d’acquisitions de statues et de tableaux par Gaston, qui n’acquerra ensuite plus que de petites antiquités ou des médailles, en l’état actuel de nos connaissances. Mais 1630 est aussi l’année de la tourmente politique. Il ne prend pas parti pendant la journée des Dupes (10-11 novembre) et s’est d’ailleurs réconcilié avec Richelieu, à la demande du souverain. Mais Louis XIII comme Gaston rêvent de gloire militaire, et il n’y a de place que pour le roi. Le 31 janvier 1631, Gaston retire son amitié à Richelieu et repart en Lorraine où il arrive le 28 mars, décidé à combattre le cardinal. À l’automne 1631, Gaston et Marie de Médicis séjournent à Anvers, période durant laquelle Van Dyck réalise le portrait du prince, dont est contemporain un buste à l’antique hélas anonyme (fig. 2). En 1632-1633, on voit Gaston réfugié à Bruxelles avec son épouse, et l’on peine à imaginer que cette période mouvementée soit propice à la recherche d’antiques. On apprend qu’en 1633, Gaston prélève une partie de la première collection de Jean Tristan de Saint-Amant. Celui-ci écrit en effet à Peiresc le 30 mars que Gaston « a hérité de [son] cabinet par ses poursuites et plus invincibles persuasions32 ». Ce même mois de mars 1633 avait vu l’arrivée en France des antiques romaines de Richelieu, lointain écho de l’emprise exceptionnelle du cardinal sur la vie politique et culturelle depuis 1630. Y avait-il encore de la place pour le frère du roi, en politique comme en « politique culturelle » ? Certes, à cette date, Gaston demeure l’héritier présomptif du trône. Mais ses exils successifs l’éloignent du centre du pouvoir.

Fig. 2. Anonyme, Buste de Gaston d’Orléans, v. 1630. Paris, musée du Louvre, département des Sculptures et des Objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, RF 1227.

Fig. 2. Anonyme, Buste de Gaston d’Orléans, v. 1630. Paris, musée du Louvre, département des Sculptures et des Objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, RF 1227.

Permalien : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010093625

© 2020 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

21Pour autant, la réconciliation ne tarde pas. En octobre 1634, il entame une série de négociations avec son frère pour rentrer en France. À compter de 1635, Gaston passe le plus clair de son temps entre Paris et Blois. Mais en 1638, la naissance du Dauphin met un terme à la plupart des financements dont bénéficiait Gaston, et donc aux chantiers, comme celui de Blois qui connaît un spectaculaire coup d’arrêt. On voit néanmoins Gaston toujours amateur de numismatique : le 3 juillet 1638, Louis XIII lui fait envoyer un lot de monnaies découvertes à Chantilly par l’intermédiaire de son confesseur le Père Sirmond.

  • 33 Chabouillet 1874, p. 14-15.

À mon frère unique le duc d’Orléans.

Mon frère, s’il est vray que la parolle fait le gentilhomme, j’estime qu’elle est aussi nécessaire aux princes et aux rois. Je vous envoye par Archambault les monoyes que je vous ay promises, qui ont esté trouvées à Chantilly, après les avoir fait voir au père Sirmond. J’en débite tant de la courante pour mes armées et en voy si peu de cette antienne, que j’ay mieux aimé m’en reposer sur son jugement que sur le mien. Il a tout étiqueté, selon qu’il a accoutumé de faire les médailles que vous lui envoyiés pour les recognoistre. Asurez-vous que, quand je pourray quelque chose de plus important pour vostre contantement, je le feray d’aussi bon cœur, puisque je suis

Vostre très affectionné frère,

Louis.

À Saint-Germain, ce 3me juillet 163833.

22L’année suivante, Gaston s’occupe d’entreposer ses antiques à Blois, comme en témoignent Claude de Varennes et des voyageurs les ayant contemplées après 1639 :

  • 34 Varennes 1639, p. 51.

Près du château est le jardin, séparé en deux parties haute & basse. Monsieur, frère du roi l’a enrichi de plusieurs simples rares […] & a logé ses antiques de marbre, bronze, & autres dans la galerie de l’aile droite, longue de trois cents pas, & bastie par Henri 4, avec plusieurs tableaux & pièces curieuses recouvrées des pays plus esloignez34.

23Comme Henri IV, Gaston utilise la galerie de Blois comme lieu d’exposition pour sa collection de marbres.

  • 35 Cité par Caldicott 1985, p. 45.

24Si la naissance du futur Louis XIV, puis celle de son frère Philippe en 1640 relèguent Gaston à un second plan dans l’ordre de succession, et donc dans l’ordre politique, les années 1642-1643, qui voient disparaître Marie de Médicis, Richelieu et enfin Louis XIII marquent le retour de Gaston sur la scène politique et militaire. Il dirige en 1644 la campagne des Flandres et remporte la bataille de Gravelines. Ses revenus augmentent de nouveau après avoir été nommé en 1643 lieutenant général du royaume, président du Conseil de guerre et surtout gouverneur du Languedoc (près de 500 000 livres par an de revenus). Saint-Amant compare le prince à César et l’invite, après la victoire à Gravelines, à s’octroyer un repos érudit auprès de son « thresor de medailles, pour dissiper les nuages plus épais qui enveloppent l’Histoire35 ». Le Père Jacob et le Père Molinet témoignent de la richesse de la bibliothèque et du cabinet de Gaston au sein du palais du Luxembourg :

  • 36 Citation tirée de Chabouillet 1874, p. 47.

la bibliothèque et tout ce que la Curiosité avoit mis en son Cabinet, qui consistoit en 5 choses, en agathes, en medailles, en coquilles, et figures de bronze et en livres d’oyseaux et de plantes peints au naturel par Robert36

  • 37 Du Molinet (s. d.), p. 10.
  • 38 Evelyn 1890, p. 57-59.

25Ce dernier précise que Gaston aimait particulièrement les médailles antiques, mais peu les médailles modernes37. Le 1er avril 1644, John Evelyn visite le palais du Luxembourg et signale six cabinets de médailles, pierres gravées et coquilles38.

  • 39 Voir Schnapper 1988, p. 192.
  • 40 Pour plus de détails sur cet ensemble, voir l’étude très récente et érudite de Cojannot-Le Blanc et (...)

26On ne sait guère de chose des collections de Gaston pendant la Fronde. Il convient néanmoins de signaler que c’est très vraisemblablement durant la Fronde, en 1649, que les gemmes ayant appartenu d’abord à Rubens, puis au duc de Buckingham (qui les lui avait achetées en 1626), passent entre les mains de Gaston, dans des circonstances encore mal connues39. Cet ensemble extraordinaire de pierres gravées, intailles, camées, fera partie du legs de Gaston à Louis XIV (fig. 3)40.

Fig. 3. Les Trois Grâces, camée, époque romaine. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, camée.65.

Fig. 3. Les Trois Grâces, camée, époque romaine. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, camée.65.

Permalien : http://medaillesetantiques.bnf.fr/​ark:/12148/​c33gb1csfs

© Serge Oboukoff / BNF-CNRS/Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

  • 41 Un fait signalé par Gatulle 2012, p. 407.
  • 42 Fouquet 1862, p. 287.

27À partir d’octobre 1652, Gaston se retire définitivement à Blois, contraint par les conséquences de la Fronde. Les témoignages sur ses collections se font de plus en plus rares. En 1651 ou 1652, le Père Séguin aurait participé, au Luxembourg, à une conférence visant à authentifier des médailles41. Il est peu probable que Gaston ait déplacé l’intégralité de ses antiques à Blois, ce qui symboliquement aurait signifié un exil définitif, et il a dû en laisser une partie à Paris. Après 1652, Gaston continue d’exercer un actif mécénat, mais toute trace de collectionnisme disparaît des sources. L’accès aux richesses italiennes antiques se réduit considérablement : en 1655, l’abbé Fouquet, mandaté à Rome par son frère Nicolas, se plaint que « ce pays-cy estant plein de gens connoissants, on en a transporté ce qu’il y avoit de meilleur, et le peu qui y reste n’est plus dans le commerce42 ». Par ailleurs, le collectionnisme d’antiques correspond sans doute à la phase des grandes prétentions politiques de Gaston, soit durant les années 1620 et surtout 1630. Là encore il convient de rappeler que collectionner des portraits d’empereurs romains (par le biais de monnaies, de pierres gravées, de bustes…) est une activité à la valeur intrinsèquement politique. Mais la référence impériale ne vaut-elle pas uniquement lorsqu’on est le dépositaire du pouvoir souverain ?

Le sens dynastique et politique du don de Gaston à Louis XIV

28Revenons au testament de Gaston qui, malheureusement, ne cite que le palais d’Orléans (du Luxembourg) à Paris, alors que l’on suppose qu’une partie de ses collections avait été transférée à Blois, où il demeurait depuis 1652.

  • 43 Je renvoie encore une fois à Hermant 2017, p. 221-277 (pour toutes les questions relatives au testa (...)

Il supplie très humblement Sa Majesté d’agréer le don qu’il luy faict et à la Couronne de touttes ses médalles d’or, d’argent et de cuivre, des pierres gravées, des antiques et autres raretez qui sont à présent à la garde du sieur Bruno, comme aussy de tous ses livres de fleurs et d’oyseaux qu’il a faict portraire par Robert, peintre, et tous les livres d’histoires et autres qui sont dans son cabinet du pallais d’Orléans, pour estre le tout, avec quelques boistes de cocquilles fort rares, unis dans le cabinet de sa Majesté du Louvre et servir à son divertissement43.

  • 44 On pourrait également s’interroger sur la confluence vers le Louvre des collections… comme à l’époq (...)
  • 45 Voir Chabouillet 1874, p. 13.
  • 46 BNF, Mélanges de Colbert, 266, fo 217-vo.

29Les médailles deviennent la propriété de Louis XIV, dont le cabinet se trouvait alors au Louvre44. Le 4 mars 1660, Le Tellier aurait écrit à l’abbé Bruno « pour lui ordonner, de la part du roi, de veiller soigneusement à la conservation de tout ce qu’il avait en sa garde et d’en envoyer un inventaire exact45 ». Les comptes royaux nous apprennent également qu’on dépêcha deux émissaires à Blois en septembre 1660 « pour lever les scellés et faire description et inventaire des meubles, papiers, tableaux, statues, coquillages, pierreries, médailles et autres effets de mond. Seigneur Gaston d’Orléans46 ». Cet inventaire ne fut malheureusement jamais retrouvé.

  • 47 BNF, Mss, Français 17407, fo 200, cité par Sarmant 1994, p. 34.

30L’attitude de Louis XIV à l’égard des collections de Gaston est celle d’un nouveau propriétaire, qui veille à en connaître le contenu, et à ce que l’ensemble soit conservé dans les meilleures conditions possibles. Le roi donne promptement l’ordre que les collections soient protégées avec les soins convenant au rang de leur ancien propriétaire. En 1664, Bénigne Bruno réalise un inventaire mêlant collections de Gaston et acquisitions de Louis XIV sans distinction aucune. En matière d’antiques, quatre acquisitions importantes ont précédé cet inventaire : le legs du cabinet du cavalier Gualdi, l’achat des médailles du lieutenant criminel Tardieu, de la collection de Gentien Le Charron et, enfin, le don par l’empereur Léopold Ier du contenu du « tombeau de Childéric ». En 1666, l’assassinat de Bruno stoppe l’entreprise d’inventaire des collections numismatiques, désormais royales, où il devient impossible de distinguer ce qui provient de Gaston et ce qui provenait du vieux fonds royal. Le jour du meurtre, Louis XIV désigne Pierre de Carcavi, commis à la Bibliothèque royale rue Vivienne, « pour se charger des clés de la bibliothèque et des medailles du Louvre, pour remettre toutes choses en bon estat et vérifier les inventaires47 ». Le lendemain c’est le frère de Colbert, Nicolas, évêque de Luçon, qui est désigné comme successeur nominal de Bénigne Bruno.

31À partir de la disparition de l’ancien monde « érudit » de Gaston, s’opère très nettement un processus de spécialisation des collections, réaffectées dans les lieux royaux de conservation, et de réappropriation par la Couronne du legs de Gaston, via notamment le remplacement du personnel précédent par les spécialistes de la cour (exception faite de Nicolas Robert qui continua à travailler pour Louis XIV). Colbert profita de l’occasion pour unir le Cabinet du Louvre à la Bibliothèque royale (même si les livres restent au Louvre jusqu’aux années 1720). En 1666, le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque royale reçoit les manuscrits de Gaston, le Cabinet des imprimés reçoit les imprimés, et le Cabinet des médailles reçoit les coquilles, monnaies, médailles, pierres gravées.

32Comment expliquer le délai, particulièrement long, dans l’application du testament pour les sculptures ? En 1670, est délivré un passeport royal concernant la

  • 48 BNF, Mss, Français 6652, f116vo, cité par Hermant 2017, p. 225.

conduitte de […] caisses et ballots de figures, bustes et scabellons de marbres et de bronze et autres curiositez du cabinet de nostre très cher et bien aimé oncle le duc d’Orléans qui estoient restées à Blois et que nous avons commandé estre apportées à Paris48.

  • 49 BNF, Mss, Mélanges Colbert 284, f35vo, ibid.
  • 50 Schnapper 1993.

33Les comptes royaux pour les mois de janvier à avril 1670 font état de « 57 caisses remplies de curiosités tirées du cabinet de feu monsieur le duc d’Orléans49 ». Louis XIV a mis près de deux ans à se décider à accepter le legs de Gaston. Le Parlement ne l’enregistre que deux ans plus tard encore, en 1663. Les ministres mettent encore quatre années à placer convenablement les richesses que ce legs apporte à Louis XIV (en 1667). Comment expliquer le peu d’empressement à déplacer les antiques de Gaston alors que les médailles et pierres gravées ont rapidement été intégrées au fonds royal ? Est-ce lié au fait que durant les années 1660 les sculptures sont encore des « trésors sans toit », selon l’expression d’Antoine Schnapper50 ? Au manque d’intérêt de Louis XIV et Colbert ? Certainement pas : ce sont des années très intenses du point de vue des tractations afin d’obtenir des antiques à Rome (Taureau Farnèse, Méléagre, vigne Ludovisi… toutes des échecs, d’ailleurs). Peut-être la Couronne espérait-elle acquérir des œuvres plus prestigieuses que celles de Gaston, qui, à la grande différence de Mazarin, ne possédait aucune antique majeure ? Il faut souligner que ce n’est qu’après l’échec de l’obtention de la collection Ludovisi (1669) que l’on se résout à intégrer les antiques de Gaston restées à Blois, afin de peupler les jardins de Versailles.

  • 51 On pense bien sûr à celle des Gonzague de Mantoue, puis celle de Charles Ier d’Angleterre, pour n’é (...)

34Gaston avait pris la résolution de léguer ses curiosités au roi. Volonté de transmettre ses trésors à un fils qu’il n’a jamais eu ? Ou plutôt volonté de les transmettre à l’État : comme il est dit dans l’acte d’acceptation, Gaston savait qu’en léguant sa collection à la Couronne il en empêchait la dispersion, l’éclatement d’une collection patiemment construite tout au long d’une vie étant devenu la hantise des princes de ce siècle51.

  • 52 Gatulle 2012, p. 372.

Cet ensemble, dans sa totalité, a une dignité de sang royal. Loin d’être un succédané de la perte d’influence politique de Gaston, son mécénat et ses collections sont bien la trace matérielle de sa dignité personnelle, c’est-à-dire la conscience de sa grandeur : en somme ils sont les signes sensibles d’une dimension immatérielle, résultant de l’exaltation du sang royal. Avec l’acceptation du legs par Louis XIV, ces objets changent de fonction, mis au service d’une glorification du roi-État52.

35Le devenir des collections de Gaston ne sont-elles pas également le symptôme de l’oubli de ce prince ? Louis XIV accepte le legs, et les collections sont ensuite intégrées au fonds royal. À partir de 1661, le souverain se doit d’être le plus grand collectionneur du royaume et il bénéficie à ce titre d’un riche héritage, à la fois matériel – au vu du nombre d’objets légués par Gaston – et symbolique : les collections particulières (leur propriétaire fût-il de sang royal) confluent désormais vers les collections de l’État. Nous touchons là du doigt l’une des caractéristiques de l’absolutisme culturel et artistique dont le collectionnisme louisquatorzien n’est que l’une des manifestations les plus visibles.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Du Molinet Claude (s. d.), L’Histoire du Cabinet des médailles du roy, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 2494.

Sources imprimées

Evelyn John, 1890, The Diary of John Evelyn, Londres, Gibbings.

Fouquet Louis, 1862, « Correspondance depuis Rome à son frère le surintendant Nicolas Fouquet », Archives de l’art français, 2e série, t. II, p. 267-309.

Rooses Max et Ruelens Charles, 1887-1909, Correspondance de Rubens et documents épistolaires concernant sa vie et ses œuvres, Anvers, Vve de Backer.

Sauval Henri, 1724, Histoire et recherches des antiquités de la Ville de Paris, Paris, Charles Moette et Jacques Chardon, 3 t.

Tamizey de Larroque Philippe, 1886, Les Correspondants de Peiresc. XI, Jean Tristan, sieur de Saint-Amant : lettres inédites adressées à Peiresc (1633-1636), Paris, s. n.

Varennes Claude de, 1639, Le voyage de France, dressé pour l’instruction & la commodité tant des François et des estrangers…, Paris, Olivier de Varennes.

Études

Berdeaux-Le Brazidec Marie-Laure, 2009, « À propos de la collection numismatique de Gaston d’Orléans », Bulletin de la Société française de numismatique, 64e année, n9, p. 229-232.

Bertolotti Alberto, 1880-1881, « Objets d’art transportés de Rome en France du seizième au dix-neuvième siècle (1541-1864) », Nouvelles Archives de l’art français, 2e série, t. II, p. 57-82.

Caldicott Edric, 1985, « Gaston d’Orléans : mécène et esprit curieux », dans Mousnier R. et Mesnard J. (dir.), L’Âge d’or du mécénat (1598-1661), actes du colloque (CNRS, mars 1983), Paris, Éditions du CNRS, p. 37-48.

Chabouillet Anatole, 1874, Recherches sur les origines du Cabinet des médailles et particulièrement sur le legs des collections de Gaston duc d’Orléans, au roi Louis XIV, Paris, s. n.

Cojannot-Le Blanc Marianne et Prioux Évelyne, 2018, Rubens : des camées antiques à la galerie Médicis, Paris, Le Passage.

Constant Jean-Marie et Gatulle Pierre (dir.), 2017, Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, cat. exp. (château de Blois, 1er juillet-15 octobre 2017), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cox-Rearick Janet, 1995, Chefs d’œuvre de la Renaissance : la collection de François Ier, Paris, Albin Michel.

Fabri de Peiresc Nicolas-Claude, 1888-1898, Lettres, éd. Ph. Tamizey de Larroque, Paris, Imprimerie nationale.

Fréart de Chantelou Paul, 2001, Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, éd. M. Stanić, Paris, Macula.

Gasparro Domingo, 2003, « Les sculptures antiques de Richelieu et les dessins perdus de l’album Canini », La Revue du Louvre et des musées de France, no 1, p. 59-66.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon.

Gatulle Pierre, 2017, « Gaston, “prince honnête homme”, mécène et collectionneur », dans Constant J.-M. et Gatulle P. (dir.), Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, cat. exp. (château de Blois, 1er juillet-15 octobre 2017), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 173-177.

Grell Chantal, 2012, « Le Prince et l’Antique » dans Maral A. et Milovanovic N. (dir.), Versailles et l’Antique, cat. exp. (château de Versailles, 13 novembre 2012-17 mars 2013), Paris/Versailles, Artlys/château de Versailles, p. 10-14.

Haskell Francis et Penny Nicholas, 1999, Pour l’amour de l’antique : la statuaire gréco-romaine et le goût européen, Paris, Hachette.

Hermant Maxence, 2017, « Le testament de Gaston d’Orléans et le devenir de ses collections », dans Constant J.-M. et Gatulle P. (dir.), Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, cat. exp. (château de Blois, 1er juillet-15 octobre 2017), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 221-227.

Le Pas de Sécheval Anne, 1991, « Les missions romaines de Paul Fréart de Chantelou en 1640 et 1642 : à propos des moulages d’antiques commandés par Louis XIII », xviie siècle, no 172, juillet-septembre, p. 259-274.

Maral Alexandre, 2009, « Louis XIV et la sculpture », dans Maral A. et Milovanovic N., Louis XIV : l’homme et le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 octobre 2009-7 février 2010), Paris/Versailles, Skira-Flammarion/château de Versailles, p. 104-115.

Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2012, Versailles et l’Antique, cat. exp. (château de Versailles, 13 novembre 2012-17 mars 2013), Paris/Versailles, Artlys/château de Versailles.

Maral Alexandre, 2012, « Versailles ou la “Nouvelle Rome” », dans Maral A. et Milovanovic N. (dir.), Versailles et l’Antique, cat. exp. (château de Versailles, 13 novembre 2012-17 mars 2013), Paris/Versailles, Artlys/château de Versailles.

Martinez Jean-Luc, 2004a, « Du Palais-Cardinal au château en Poitou : les collections Richelieu au Louvre », dans Id. (dir.), Les Antiques du Louvre : une histoire du goût d’Henri IV à Napoléon Ier, Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux, p. 21-41.

Martinez Jean-Luc (dir.), 2004b, Les Antiques du Louvre : une histoire du goût d’Henri IV à Napoléon Ier, Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux.

Michel Patrick, 1999, Mazarin, prince des collectionneurs. Les collections et l’ameublement du cardinal Mazarin (1602-1661) : histoire et analyse, Paris, Réunion des musées nationaux, coll. « Notes et documents des musées de France ».

Montembault Marie et Schloder John E., 1988, L’Album Canini du Louvre et la collection d’antiques de Richelieu, Paris, Réunion des musées nationaux, coll. « Notes et documents des musées de France ».

Nativel Colette (dir.), 2016, Henri IV : art et pouvoir, Tours/Rennes, Presses universitaires François-Rabelais/Presses universitaires de Rennes.

Piccinelli-Dassaud Christophe, 2004, « Collectionner des marbres antiques en France au xviie siècle », dans Martinez J.-L. (dir.), Les Antiques du Louvre : une histoire du goût d’Henri IV à Napoléon Ier, Paris, Fayard/Réunion des musées nationaux, p. 13-19.

Sarmant Thierry, 1994, Le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale (1661-1848), Paris, École nationale des chartes.

Schnapper Antoine, 1988, Le Géant, la licorne et la tulipe : collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, vol. I : Histoire et histoire naturelle, Paris, Flammarion.

Schnapper Antoine, 1993, « Trésors sans toit : sur les débuts de Louis XIV collectionneur », Revue de l’art, no 99/1, p. 53-59. DOI : https://doi.org/10.3406/rvart.1993.348090 ; www.persee.fr/doc/rvart_0035-1326_1993_num_99_1_348090.

Schnapper Antoine, 2005, Curieux du Grand Siècle : collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, Paris, Flammarion.

Trébosc Delphine, 2016, « Les fonctions politiques des collections royales sous Henri IV » dans Babelon J.-P. (dir.), Henri IV : art et pouvoir, Tours/Rennes, Presses universitaires François-Rabelais/Presses universitaires de Rennes, p. 41-52.

Haut de page

Notes

1 Sauval 1724, t. II, p. 55.

2 Ibid.

3 Sur la collection de François Ier, on se reportera à Cox-Rearick 1995, et pour la collection d’antiques de Louis XIV, au catalogue d’exposition Maral et Milovanovic 2012. Sur le collectionnisme en France au xviie siècle, l’ouvrage de référence reste Schnapper 2005, tandis que le collectionnisme d’antiques en particulier dans la France du Grand Siècle a été en partie étudié à nouveaux frais dans Martinez 2004.

4 Maral 2009, p. 110.

5 Fabri de Peiresc 1888-1898, t. II, p. 244-245.

6 On se reportera bien sûr à Gatulle 2012, mais aussi pour la question du testament de Gaston à Hermant 2017, p. 221-227.

7 Paris, BNF, département des Manuscrits (désormais MSS), Français 10206, fo 307 et suiv., en particulier fo 310vo-311.

8 Lettre patente d’acceptation du legs de Gaston par Louis XIV, AN, X1A 8663, f324vo, citée par Hermant 2017, n. 11.

9 Fréart de Chantelou 2001, p. 136.

10 Cette remarque intervient après celle du Bernin : « Après avoir regardé quelque temps toutes ces choses, [il a dit] que les ornements de cette chambre et de voisines étaient ornements pour les dames, mais que ceux des premières, par où il avait passé, où sont les statues et les bustes, étaient ornements pour les hommes. » (Fréart de Chantelou 2001, p. 159).

11 Voir Haskell et Penny 1999, p. 49-57, chap. VI « Tout ce qu’il y a de beau en Italie ».

12 « sans doute les collections peuvent-elles avoir leur petit rôle dans le prestige d’un roi […]. Mais elles font surtout partie des divertissements nobles qui conviennent aux rois » (Schnapper 2005, p. 286).

13 Maral 2012, p. 23 : « Pour les souverains et hommes d’État de l’époque moderne, l’antique représentait un enjeu considérable, susceptible d’exprimer la richesse et la puissance de qui en détenait les rares vestiges matériels, ainsi que, par son ancienneté et son universalité, d’étayer une légitimité politique qui s’ancrait alors dans la civilisation gréco-romaine. »

14 Trébosc 2016, p. 41 et suiv.

15 Trébosc 2016, p. 44.

16 Grell 2012, p. 10.

17 Haskell et Penny 1999, p. 55.

18 Bertolotti 1880-1881, p. 67 : « 1633. 3 mars – Il est permis au cardinal de Richelieu d’emporter de Rome soixante statues, en pied, grandes, moyennes et petites, deux têtes sans buste, soixante bustes, cinq vases dont quatre en porphyre modernes et un en marbre blanc » (d’après les archives du Camerlingue). Sur les collections d’antiques de Richelieu, voir en particulier Martinez 2004a, mais aussi Gasparro 2003 et enfin Montembault et Schloder 1988.

19 Sur la mission des frères Fréart à Rome, voir Le Pas de Sécheval 1991.

20 Michel 1999 : sur les collections de sculptures de Mazarin, voir en particulier p. 52-102, p. 223-240, p. 353-373.

21 Fabri de Peiresc 1888-1898, t. II, p. 244-245.

22 Piccinelli-Dassaud 2004.

23 L’exemple le plus fameux de ces envois en France demeure l’album Canini de Richelieu, voir Montembault et Schloder 1988.

24 Bertolotti 1880-1881.

25 Gatulle 2017, p. 173.

26 Rooses et Ruelens 1887-1909, t. III, p. 143-144, lettre de Peiresc à Nicolaas Rockox du 10 mars 1623.

27 Schnapper 2005, p. 129 et 133.

28 Gatulle 2012, p. 400.

29 Berdeaux-Le Brazidec 2009, p. 231.

30 Bertolotti 1880-1881.

31 Voir la lettre de Peiresc à Du Puy précédemment citée à la note 21.

32 Tamizey de Larroque 1886, p. 26.

33 Chabouillet 1874, p. 14-15.

34 Varennes 1639, p. 51.

35 Cité par Caldicott 1985, p. 45.

36 Citation tirée de Chabouillet 1874, p. 47.

37 Du Molinet (s. d.), p. 10.

38 Evelyn 1890, p. 57-59.

39 Voir Schnapper 1988, p. 192.

40 Pour plus de détails sur cet ensemble, voir l’étude très récente et érudite de Cojannot-Le Blanc et Prioux 2018.

41 Un fait signalé par Gatulle 2012, p. 407.

42 Fouquet 1862, p. 287.

43 Je renvoie encore une fois à Hermant 2017, p. 221-277 (pour toutes les questions relatives au testament).

44 On pourrait également s’interroger sur la confluence vers le Louvre des collections… comme à l’époque d’Henri IV. Voir Sarmant 1994.

45 Voir Chabouillet 1874, p. 13.

46 BNF, Mélanges de Colbert, 266, fo 217-vo.

47 BNF, Mss, Français 17407, fo 200, cité par Sarmant 1994, p. 34.

48 BNF, Mss, Français 6652, f116vo, cité par Hermant 2017, p. 225.

49 BNF, Mss, Mélanges Colbert 284, f35vo, ibid.

50 Schnapper 1993.

51 On pense bien sûr à celle des Gonzague de Mantoue, puis celle de Charles Ier d’Angleterre, pour n’évoquer que les plus fameuses « affaires du siècle ».

52 Gatulle 2012, p. 372.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Diane de Versailles, époque romaine. Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MR 152.
Légende Permalien : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010278930
Crédits @ 2011 Musée du Louvre / Thierry Ollivier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21224/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 2. Anonyme, Buste de Gaston d’Orléans, v. 1630. Paris, musée du Louvre, département des Sculptures et des Objets d’art du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes, RF 1227.
Légende Permalien : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010093625
Crédits © 2020 RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21224/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 3. Les Trois Grâces, camée, époque romaine. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Monnaies, médailles et antiques, camée.65.
Légende Permalien : http://medaillesetantiques.bnf.fr/​ark:/12148/​c33gb1csfs
Crédits © Serge Oboukoff / BNF-CNRS/Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21224/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Carrangeot, « Gaston d’Orléans et le collectionnisme d’antiques : une pratique politique et culturelle léguée à Louis XIV ? »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 30 mars 2023. URL : http://journals.openedition.org/crcv/21224 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.21224

Haut de page

Auteur

Delphine Carrangeot

Université Paris-Saclay, UVSQ, DYPAC, Versailles, 78000, France.
Delphine Carrangeot est maître de conférences à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Elle est spécialiste d’histoire politique et culturelle en Italie et en France aux xvie et xviie siècles, en particulier d’histoire des représentations et du collectionnisme royal et princier. Elle a notamment publié et coécrit : Carrangeot, D., Chapron, E., Chauvineau, H., L’Italie à l’époque moderne des années 1450 aux années 1790, Paris, 2015 ; Carrangeot, D. (dir.), Artistes et collections royales et princières en France, xvie-xviiie siècles, Villeneuve d’Ascq, à paraître.
Delphine Carrangeot is a lecturer at the University of Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. She specializes in the political and cultural history of Italy and France in the sixteenth and seventeenth centuries, and in particular the history of representations and in royal and princely collecting. She has published and co-authored, among other works: CARRANGEOT, D., CHAPRON, E., CHAUVINEAU, H., L’Italie à l’époque moderne des années 1450 aux années 1790, Paris, 2015; CARRANGEOT, D. (ed.), Artistes et collections royales et princières en France, xvie-xviiie siècles, Villeneuve d’Ascq, forthcoming.
delphine.carrangeot[at]uvsq.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search