Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...20Gaston d’Orléans et l’AntiqueLa « bibliothèque antique » de Ga...

Gaston d’Orléans et l’Antique

La « bibliothèque antique » de Gaston d’Orléans : un art moderne de cultiver l’Antiquité

Gaston d’Orléans’ « Antique Library »: A Modern Art of Cultivating Antiquity
Aurore Schoenecker

Résumés

Fondé sur une reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660), cet article envisage la culture antique d’un prince sous l’angle de ses livres. Il replace la lecture des langues et textes anciens dans le profil de la collection et interroge les choix intellectuels et matériels présidant à la sélection des éditions dans les trois aires disciplinaires majeures couvertes par la collection : histoire, sciences, belles-lettres.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Gatulle 2012, p. 219-267 ; Constant et Gatulle 2017, p. 173-228 ; et, à côté de la b (...)
  • 2 Outre le fait que les livres de Gaston d’Orléans sont vierges de toute trace de lecture, la questio (...)

1Prince mécène, brillant amateur et protecteur libéral des arts et sciences de son temps : c’est sous ces traits désormais connus qu’un vif renouveau critique a répandu la renommée de Gaston d’Orléans dans le paysage politique et intellectuel du premier xviie siècle. Adoptant un angle d’histoire culturelle ouvert sur une problématique littéraire, les travaux de Pierre Gatulle comme la récente exposition du château royal de Blois ont bien mis en valeur l’importance de la bibliothèque du frère de Louis XIII pour apprécier la vitalité de sa maison1. Bien qu’il soit impossible de superposer possession des livres et lectures du prince (il ne s’agira pas ici de désigner les volumes que le prince a lus2), il n’en reste pas moins que le contenu intellectuel et matériel d’une bibliothèque témoigne exemplairement de la culture lettrée de son possesseur. Ainsi la collection de livres apparaît-elle comme un témoin privilégié pour éclairer les rapports entre Gaston d’Orléans et l’Antiquité. Que révèle-t-elle de la culture princière ? En esquissant les lignes de force de sa « bibliothèque antique », le présent article tâchera d’ébaucher quelques hypothèses quant à la manière dont un prince moderne cultive l’Antiquité.

  • 3 En effet, il n’existe pas à notre connaissance d’inventaire ancien de la bibliothèque de Gaston d’O (...)
  • 4 Schoenecker 2016.

2Le socle de données convoqué pour cette exploration procède de la reconstitution de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, que nous avons menée de 2012 à 2016 à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France dans le cadre d’un programme de recherche documentaire. Notre inventaire a impliqué le recensement d’une cinquantaine de manuscrits et d’environ 2 000 titres imprimés, identifiés grâce à un critère matériel, la facture des reliures (car toutes sont frappées au chiffre ou aux armes du prince)3. Pour tracer les contours de cette collection de livres, nous exploitons les données bibliographiques, statistiques et matérielles issues de notre short-title catalogue4.

3La « bibliothèque antique » sera d’abord approchée sous un angle linguistique afin d’y estimer la part des langues anciennes. Puis nous envisagerons la façon dont la collection intègre les textes anciens en parcourant les principales aires disciplinaires qu’elle couvre. Seront successivement examinés le noyau historique, qui en raison de la personnalité de son possesseur compose et définit essentiellement la bibliothèque ; le domaine des sciences et techniques, correspondant aux intérêts particuliers de Gaston d’Orléans ; enfin le champ des belles-lettres, qui reflète la réception des classiques dans l’entourage lettré du prince. En circonscrivant ainsi la présence du corpus antique, nous discernerons les critères intellectuels et matériels qui président à son entrée dans la collection princière.

Aux antipodes d’une bibliothèque savante : la question des langues anciennes

  • 5 Avec les volumes écrits en langue espagnole, nous comptabilisons les quelques ouvrages en portugais (...)
  • 6 Par exemple : Planudes 1600 ou Saumaise 1619.

4Alors que fondamentalement se pose la question des langues anciennes, force est de constater que la bibliothèque de Gaston d’Orléans privilégie les langues vernaculaires. Selon nos comptages, elle est composée pour un tiers environ de volumes en français (30 %) et, pour une bonne part, de livres en langues italienne (17 %) et espagnole (9 %)5. Si l’on ajoute ceux en anglais, en allemand et quelques multilingues (moins de 1 % pour chaque valeur), se dessine une configuration linguistique moderne. En effet, bien que le latin demeure majoritaire, à hauteur de 42 % de la collection, il apparaît fortement concurrencé par la triade français-italien-espagnol, qui en compose plus de la moitié (56 %). Quant au grec, il est presque absent. Au reste, son poids est encore minoré par un emploi de la typographie grecque souvent lié à des préoccupations ornementales, dans des livres bilingues grec/latin d’épigrammes ou d’inscriptions6. De fait, si le latin relève du programme d’apprentissage du prince, l’acquisition du grec en est exclue : l’art de gouverner ne requiert pas une telle érudition.

  • 7 Coron 1988.
  • 8 Bœuf 2007, p. 15-19.

5Ainsi le prince ne se soucie guère du grec, sait le latin, mais préfère lire en français. Cette représentation des langues situe la collection de Gaston d’Orléans aux antipodes d’une bibliothèque savante de type humaniste. Le tableau ci-dessous compare la bibliothèque princière avec celles des érudits contemporains Jacques-Auguste de Thou (étudiée par Antoine Coron7) et Gabriel Naudé (reconstituée par Estelle Bœuf8), pour les quatre langues atteignant des valeurs significatives.

Langues

Jacques-Auguste de Thou (1553-1617)
(Données : A. Coron)

Gabriel Naudé (1600-1653)
(Données : E. Bœuf)

Gaston d’Orléans (1608-1660)
(Données : A. Schoenecker)

Latin

72 %

+/– 75 %

42 %

Français

5 %

15 %

30 %

Italien

6 %

6 %

17 %

Espagnol

2 %

< 1 %

9 %

6Un vif contraste apparaît. Quand les livres en latin composent aux trois quarts les bibliothèques des savants, chez Gaston d’Orléans ils n’en représentent pas la moitié. De plus, le français est surreprésenté dans la collection princière, alors que le président de Thou possède moins d’ouvrages dans la langue de son pays que de livres en italien ! Il en va de même pour les langues méridionales, cantonnées à de modestes proportions chez les érudits, quand le prince ménage une place exceptionnelle à l’espagnol. Cela est symptomatique d’un milieu : la didactique de cette langue est une discipline récente, en plein essor dans les cercles curiaux. La représentation des langues révèle ainsi une transmission des textes antiques adaptée aux usages de lecture princiers.

Lire les Anciens au présent : le cas de la bibliothèque historique

  • 9 Nos statistiques, réalisées sur les volumes provenant de la bibliothèque de Gaston d’Orléans conser (...)
  • 10 Autres valeurs presque résiduelles : histoire d’Asie, d’Afrique et d’Amérique 3 % ; histoire de Gra (...)

7À ce profil linguistique correspond une approche intellectuelle du corpus antique tout aussi moderne. La bibliothèque historique, constituant pour moitié la collection9, en témoigne exemplairement. Tournées vers l’art de gouverner, les lectures historiques et politiques du prince, qui longtemps fut héritier présomptif du royaume, dessinent un programme d’apprentissage du pouvoir complet et équilibré. Dans cette bibliothèque historique, l’histoire ancienne tient une place importante, à hauteur de 11 %, à égalité avec l’histoire d’Espagne et de Portugal (12 %), d’Italie (11 %), d’Allemagne (11 %), l’histoire ecclésiastique (11 %) et, à peu de choses près, les ouvrages d’histoire générale et de géographie (15 %)10. Elle ne s’efface que derrière l’histoire de France, très majoritaire, à hauteur d’un quart.

  • 11 C’est ce que montre une analyse statistique pratiquée à partir de nos comptages sur la datation des (...)
  • 12 Bien qu’un index des provenances fasse apparaître un panel d’éditions largement ouvert sur l’Europe (...)
  • 13 De plus, il s’agit généralement de traductions, le plus souvent en langue française et réalisées pa (...)
  • 14 Merle et Oïffer-Bomsel 2017.
  • 15 Gorris 2005, p. 126.

8Dans le domaine historique comme le reste de la collection, les éditions choisies sont principalement parues du vivant de leur possesseur11 et issues des officines nationales12, de sorte que le prince lit l’histoire ancienne dans des éditions françaises du temps13. Nous esquisserons ce qu’il recherche en matière d’histoire antique à travers le cas de Tacite, pour deux raisons : le nombre de volumes rassemblés autour de cet auteur et l’importance du tacitisme pour la pensée historique moderne14. Gaston d’Orléans possède les œuvres de Tacite traduites non seulement en français, mais aussi en espagnol et en italien. La place importante occupée par les traductions est liée à des caractéristiques et tendances éditoriales ancrées dans la Renaissance : alors que depuis cette époque, Tacite soulève les prétentions rivales de nombreux traducteurs européens15, l’habitude grandissante de lire les textes anciens en traduction a significativement accru leur volume de ventes sur le marché du livre.

  • 16 Zuber 1995.
  • 17 Arrien 1646.
  • 18 Nous n’avons pas trouvé trace de la version humaniste très répandue d’Étienne de La Planche et Clau (...)
  • 19 Tacite 1627.
  • 20 Tacite 1644.
  • 21 Il ne s’agit pas d’un exemplaire de dédicace : Champvallon dédie son ouvrage à la mère de Gaston d’ (...)
  • 22 Cette publication réunit Augustin Courbé, Antoine de Sommaville et la veuve Camusat, qui deviendra (...)

9Sur le plan littéraire, le renouveau du corpus antique est soutenu par une nouvelle génération de traducteurs, dont la figure de proue serait Perrot d’Ablancourt16. En l’espace de vingt ans, celui-ci met en français Tacite, César, Lucien, Thucydide, Xénophon. D’autres traducteurs de sa génération l’escortent, tels Du Ryer, Vaugelas ou Marolles. Gaston d’Orléans possède ainsi Les Guerres d’Alexandre d’Arrien dans la version de Perrot d’Ablancourt17. Quant aux œuvres de Tacite, il en détient plusieurs versions françaises récentes18 réalisées dans ses cercles de clientèle. À côté de celle de son médecin Rodolphe Le Maistre19, dans un exemplaire de dédicace (fig. 1), figure celle d’Achille de Harlay de Champvallon20, somptueusement représentée par un exemplaire de présent21 en maroquin rouge, frappé du chiffre couronné du prince aux angles des plats. Le volume, édité par trois grands libraires du Palais dont l’un, Augustin Courbé, est libraire attitré de Gaston d’Orléans22, manifeste exemplairement les liens unissant ce dernier aux gens de lettres et du livre parisiens.

Fig. 1. Reliure de luxe : exemplaire de dédicace de la traduction de Tacite par le médecin de Gaston d’Orléans, Rodolphe Le Maistre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-1580.

Fig. 1. Reliure de luxe : exemplaire de dédicace de la traduction de Tacite par le médecin de Gaston d’Orléans, Rodolphe Le Maistre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-1580.

© Bibliothèque nationale de France

  • 23 Épître dédicatoire à la reine, fo ã4ro.
  • 24 Pour ces quatre citations, « Advertissement au lecteur », fos ē1ro, ē2ro et vo.
  • 25 Sur les mutations de la lecture de l’histoire au xviie siècle, voir Chatelain 2003, p. 49-86.

10Cet ouvrage reflète l’horizon de réception dans lequel s’inscrivent les lectures princières. Lorsque Champvallon expose sa conception de la traduction, il adopte un ethos aristocratique qui prend le contre-pied d’une démarche érudite. Assurant devant la reine qu’« une espée seroit mieux seante qu’une plume en la main d’un homme de [s]a naissance & de [s]a profession23 », il refuse d’endosser le (mauvais) rôle d’un professionnel de l’écriture, ne publiant que pressé par ses amis. Lecteur éclairé traduisant pour lui-même, il rejette l’« affeterie du langage » et le « pedantisme ». Parce qu’il conteste le modèle humaniste savant, « ce n’est pas sur des manuscrits qu[’il] fond[e] [s]es corrections mais sur le sens commun ». De même, il ne retient pour principe d’annotation marginal que « quelques petites notes qu[’il] [a] fait[es], les plus briefves qu’il [lui] a été possible24 ». Plus qu’un déplacement d’aire linguistique, ce type de transmission implique un changement de paradigme, du socle de connaissances savantes bâti par les commentaires humanistes à une mémoire culturelle filtrée par la lecture individuelle d’un honnête homme25.

  • 26 Tacite 1612.
  • 27 Tacite 1629.
  • 28 Guill Ortega 2007.
  • 29 Coloma 1635 ; BNF, RLR, RES-M-536.
  • 30 Gatulle 2006.

11À cette mutation essentielle s’ajoute un élargissement de l’horizon de lecture. Le caractère multilingue de la série tacitiste désigne une ouverture européenne. Le prince apprécie l’historien dans le texte, mais dans une édition bilingue latin/italien, avec la version toscane de l’humaniste Giorgio Dati26, également traducteur de Valère Maxime. Il le lit aussi mis en espagnol par Carlos Coloma27, homme de plume comme de guerre. Ce dernier, aristocrate humaniste, tenu pour courtisan raffiné et traducteur élégant28, est l’auteur d’une histoire de la guerre aux Pays-Bas29, aussi acquise par Gaston d’Orléans qui mena là sa « grande cabale30 ». Le tacitisme, ainsi déchiffré et écrit par les contemporains européens, révèle deux caractéristiques de la culture aristocratique lettrée : le filtre de la civilisation méridionale et la mise en écho entre Antiquité et modernité. Cet infléchissement vers la pensée moderne est opéré par les commentaires escortant ce noyau de traductions. Ceux-ci reflètent la réception double de Tacite entre France et Italie, les deux principaux pays ayant adapté la pensée antique aux problématiques contemporaines.

  • 31 Savile 1649.
  • 32 Ceriziers 1648.
  • 33 Dès 1641, la veuve Camusat publiait l’ouvrage sous le titre, devenu alternatif, Réflexions chrestie (...)
  • 34 Chatelain 2003, p. 62.

12Côté français, les principaux commentateurs sont le mathématicien et éditeur de textes patristiques Henry Savile31 et le père jésuite René de Ceriziers32. Ce dernier est aumônier de Gaston d’Orléans lorsqu’il compose cet ouvrage, avant d’occuper cette fonction auprès de Louis XIV à la date de l’édition acquise par le prince (1648). Celle-ci, intitulée Le Tacite françois, est la première à inscrire le nom de l’auteur au front de l’ouvrage33. Son titre alternatif explicite (Le Sommaire de l’histoire de France, avec les réflexions chrestiennes et politiques sur la vie des rois de France) revendique la valeur fondatrice de la pensée tacitiste pour le gouvernement moderne. Sans doute Ceriziers apprécie-t-il dans l’œuvre de Tacite, comme Faret, un parfait équilibre entre histoire et morale, dans la recherche idéale d’un « savoir vécu34 ».

  • 35 Ammirato 1642.
  • 36 Malvezzi 1635.
  • 37 Momigliano 1983, p. 223-225.
  • 38 Senellart 2003.

13Le versant italien est celui des discours tacitistes du penseur humaniste Scipione Ammirato35 et de l’auteur, militaire et politicien Virgilio Malvezzi36. Ammirato notamment joue un rôle fondateur dans l’essor du commentaire politique tacitiste de la Renaissance aux Lumières37 et dans la conception moderne de la raison d’État, qu’il définit notamment en commentant l’Histoire et les Annales38. La bibliothèque princière offre ainsi un visage très actuel de Tacite, relu et interprété par la pensée politique française contemporaine nourrie à l’humanisme italien. L’intérêt pour la transmission humaniste italienne est la seule tendance forte qui pourrait infléchir la préférence du prince pour les versions contemporaines. Cela s’explique d’abord par le fait que le domaine linguistique italien est premier à vulgariser et diffuser les classiques dans l’aire européenne : alors que l’Europe entière manifeste son intérêt pour les grands commentateurs d’Italie, presque tous les classiques ont leurs œuvres complètes en italien au début du xviie siècle.

  • 39 Manuce 1557 ; BNF, RLR, RES-J-401 (1).
  • 40 Fils de Gian Francesco, dont le nom est souvent francisé en Turrisan.
  • 41 Autre facteur de choix, la préférence pour le grand format, évoquée plus loin.

14La bibliothèque de Gaston d’Orléans ne déroge pas à cette ligne intellectuelle, comme le montre son acquisition du livre de droit romain de l’auteur et imprimeur humaniste Paul Manuce39. En 1557, celui-ci édite l’Antiquitatum romanarum Pauli Manutii liber de legibus, aidé par le spécialiste espagnol de la question, Antonio Agustín. Gaston d’Orléans possède l’édition vénitienne in-folio, quand le collaborateur français de Manuce, Bernardo Torresano40, en a fait paraître une édition in-octavo la même année à Paris. La préférence est manifeste pour l’édition au plus près de l’origine linguistique du texte, soit un texte humaniste italien, dans une édition étrangère, alors même que la parisienne est plus accessible41.

  • 42 Chatelain 2003, p. 66.

15La lecture de l’histoire antique, passée au filtre de la tradition humaniste européenne, remodelée par des plumes contemporaines, est ici ancrée dans la pratique des hommes de gouvernement. Avec cette place exceptionnelle accordée au corpus tacitiste, la collection de Gaston d’Orléans reflète l’une des mutations essentielles analysées par Jean-Marc Chatelain dans la reconfiguration de la « bibliothèque de l’honnête homme », qui tend autour de 1630 au « plus grand recouvrement possible du monde des lettres par le monde de l’action42 ».

Les savoirs anciens confrontés aux bouleversements modernes

  • 43 Gaston d’Orléans étant resté l’héritier présomptif du royaume jusqu’à une date avancée (1638, naiss (...)

16C’est pourquoi, dans cet ensemble de livres visant, sinon à commander, du moins à régner43, la partie historique est indissociable des sciences et techniques, passées entre les mains des hommes de science français ou italiens des xvie et xviie siècles.

  • 44 Mormiche 2009, p. 199.
  • 45 Végèce et Frontin 1644-1645 ; BNF, RLR, [Résac.] R-24815.
  • 46 L’édition que possède Gaston d’Orléans est annotée par Pieter Schrijver (1576-1660), latinisé en Pe (...)
  • 47 Serdonati 1572 ; BNF, RLR, [Résac.] J-3752. Serdonati considère Macrobe comme un historien.

17Le lien entre théorie et pratique est particulièrement sensible dans la formation à l’art de la guerre, qui prolonge l’acquisition de l’histoire militaire par l’apprentissage de la poliorcétique. Ces savoirs sont essentiels pour un prince qui dès son plus jeune âge développe naturellement des aptitudes guerrières44, puis met en œuvre des stratégies militaires pour la Couronne, conduisant à vingt ans le siège de La Rochelle jusqu’à la victoire (1628), puis devenant à la mort de son frère lieutenant-général du royaume et commandant en chef des armées (1643). Dans les traités de fortifications militaires et les ouvrages sur le commandement de l’infanterie, le chef de guerre trouve un soutien pour exercer ses fonctions. Lecteur pragmatique, Gaston d’Orléans apprend de l’Antiquité ce que ses prédécesseurs dans ce type de charge en ont retenu. Il connaît les classiques comme le livre de tactique militaire de Végèce45, complété par les commentaires contemporains du Néerlandais Pieter Schrijver46 ; il possède des compilations spécialisées des historiens latins, comme celle réalisée par le polygraphe italien Francesco Serdonati dans la seconde moitié du xvie siècle47.

  • 48 Cinuzzi 1620 ; BNF, RLR, RES-E*-230.
  • 49 Connu pour avoir bénéficié de la protection d’Alexandre Farnèse, Imperiale Cinuzzi a accédé à de ha (...)
  • 50 Il possède la seconde édition, de 1620, augmentée par rapport à la princeps de 1604. Le titre met e (...)

18Le caractère utilitaire de ces lectures est illustré par un livre italien publié dans la jeunesse du prince, Della disciplina militare antica e moderna d’Imperiale Cinuzzi48. Chef militaire de renom et adversaire redouté de la Couronne de France49, celui-ci dédie son ouvrage au grand-duc de Toscane, Cosme II de Médicis. Histoire et pratique de l’art militaire sont mis en écho par une structure tripartite, qui commence (I) par retracer l’évolution de la discipline militaire de l’Antiquité au monde contemporain, en se fondant d’abord sur les savoirs anciens, avant (II) de dépeindre le comportement idéal du chef des armées et (III) de décrire la formation à dispenser aux soldats. Gaston d’Orléans possède la version la plus récente et complète de ce rare ouvrage, paradigmatique de la transmission de la culture militaire des Anciens à l’âge moderne50. L’expérience militaire antique y est convoquée en arrière-plan des stratégies de combat et savoir-faire diplomatiques actuels.

  • 51 Aristote 1643 ; BNF, RLR, RES-E*-546.
  • 52 Aristote 1641 ; BNF, RLR, RES-R-1848. Cette traduction de Pierre de Marcassus ne se fonde pas sur l (...)
  • 53 Aristote 1644. Charles Catel est le neveu et l’éditeur de Guillaume Catel, l’auteur de la célèbre H (...)

19Pour ce qui est du domaine scientifique à proprement parler, la bibliothèque accueille les savoirs les plus novateurs. Se caractérisant par un exceptionnel rassemblement des œuvres de la révolution scientifique, elle reflète le mécénat et l’intérêt du prince pour les sciences modernes. La pensée des Anciens n’est pas absente de ce domaine a priori éloigné du monde antique. Par exemple, Aristote et Ptolémée apparaissent dans la collection, car ils font encore autorité sur certains sujets, notamment en astronomie, puisque la structure de l’Univers dont ils ont jeté les bases prévaut jusqu’à la révolution copernicienne. Toutefois, ils sont modernisés par l’intervention d’un traducteur ou commentateur contemporain. Le corpus aristotélicien apparaît ainsi dans des éditions récentes, comme une édition latine mise au point par le physicien et philosophe allemand Henning Arnisaeus51 ou des traductions françaises des années 1640, tantôt du professeur et poète Pierre de Marcassus52, tantôt du conseiller au parlement de Toulouse Charles Catel53, qui offre son travail au chancelier Séguier.

  • 54 Wytfliet 1597 ; BNF, RLR, RES-V-285. Wytfliet 1615 ; BNF, RLR, RES-G-351.
  • 55 Il possède une série de textes de Morin publiés à compte d’auteur. Voir les volumes de la BNF, RLR, (...)
  • 56 Morin 1631 ; BNF, RLR, RES-V-1060.

20De même, la géographie ptoléméenne apparaît augmentée par les savoirs récents. Tel est le cas des deux éditions successives des Extensions de Ptolémée par Cornelius Wytfliet54, qui à l’état ancien du monde ajoute les connaissances nouvelles, ainsi inscrites dans le prolongement des savoirs géographiques fondamentaux. Révisés, les savoirs anciens sont ouverts aux discussions contemporaines. Le prince, qui s’intéresse aux prises de position du médecin et mathématicien du Collège royal Jean-Baptiste Morin55, le voit s’appuyer sur Aristote et Ptolémée pour défendre sa théorie du mouvement des astres. Dans son traité Famosi et antiqui problematis de telluris motu, vel quiete56, Morin s’affirme partisan du géocentrisme, convaincu avec les Anciens que la Terre est immobile. Dans la bibliothèque de Gaston d’Orléans, la révolution scientifique construit ainsi ses avancées en dialoguant avec les connaissances héritées de l’Antiquité.

21Le témoignage des Antiques est au cœur des controverses scientifiques d’actualité, qui engagent parfois des problèmes théologiques. Bien que cet aspect ne soit pas le plus patent, la bibliothèque du prince illustre parfois l’apport de la philosophie antique aux débats autour de la question de la grâce. Gaston d’Orléans possède un ouvrage les ayant intensément nourris, le Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par l’historien humaniste et bibliothécaire Jérôme Wolf (fig. 2 et 3).

Fig. 2. Reliure (courante) du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.

Fig. 2. Reliure (courante) du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.

© Bibliothèque nationale de France

Fig. 3. Page de titre typographique du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.

Fig. 3. Page de titre typographique du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.

© Bibliothèque nationale de France

  • 57 Bonnot-Rambaud 1984, p. 143.
  • 58 Même si, à la manière d’un Pascal, on reproche aux stoïciens, et au premier chef à Épictète, leur o (...)

22L’édition concernée, imprimée à Leyde en 1640, est assortie d’un commentaire du xviie siècle, avec des notes de la main de Claude Saumaise, qui prend la suite d’Heinsius. Cette annotation fait entrer dans l’ouvrage les controverses contemporaines sur la grâce divine. Alors que le livre apparaît comme le creuset des doctrines d’Aristote avec les idées platoniciennes et stoïciennes, c’est l’analyse sur les rapports du corps et d’une âme oscillant entre libre arbitre et esclavage des passions qui retient l’attention des lecteurs avertis, tels les gens de Port-Royal57. En effet, la représentation stoïcienne du chemin de la vie connaît dans la France du xviie siècle une interprétation chrétienne : alors que pour le stoïque, un génie guide les hommes à travers les dangers pour les conduire jusqu’au salut, pour les chrétiens, ce génie devient la grâce. De la sorte, pour les port-royalistes, l’homme a le devoir de suivre la volonté de Dieu58. Il ne fait pas de doute que ce livre fut acquis pour la bibliothèque princière dans le vif d’une discussion d’actualité.

La culture littéraire classique, du socle humaniste au goût mondain

23Dans cette collection réunie au fil d’une vie, il est tentant de distinguer un noyau de livres de formation, acquis dans la jeunesse de Gaston, et une bibliothèque de gouvernement, liée à sa pratique effective du pouvoir. L’apprentissage de l’art de gouverner, continu au long de la carrière d’un prince, interdit de faire strictement un tel départ. Toutefois, une tension intellectuelle et esthétique se fait sentir dans le champ des belles-lettres entre les titres attendus dans le cadre d’une formation classique, propres à composer une bibliothèque de formation, et des volumes trahissant un goût plus mondain qui, portant une politique de prestige, relèveraient davantage d’une bibliothèque de gouvernement.

  • 59 Cicéron 1616.
  • 60 Cicéron 1618-1619.
  • 61 À la condition, probable, qu’elles aient été acquises peu après leur parution.
  • 62 Manuce 1583.

24Le jeune Gaston dut faire ses classes avec deux grandes éditions latines, volumineuses et récentes des œuvres complètes de Cicéron, dont le marché est régulièrement alimenté en nouveautés depuis le xvie siècle. Les deux séries en question, l’une genevoise de Pierre de La Rovière59, l’autre hambourgeoise de Georg Ludwig Froben60, furent publiées entre 1616 et 1619. Cette datation corrobore l’hypothèse qu’elles furent utilisées pour éduquer le jeune homme, qui devait alors avoir entre huit et onze ans61. Ces Cicéron seraient contemporains des premières années de sa formation, débutant à sept ans, âge du « passage aux hommes ». Peut-être l’acquisition de l’édition Froben fut-elle motivée par son index complémentaire, dont est dépourvue l’édition de La Rovière. Cet ensemble utile à l’éducation du prince est complété par des commentaires faisant autorité. Le prince possède d’abord ceux de l’Italien Paul Manuce, spécialiste incontesté de l’édition de Cicéron depuis les débuts de l’humanisme. Il acquiert aussi l’édition vénitienne en dix volumes publiée par le fils du précédent, Alde Manuce le Jeune62, professeur d’éloquence et imprimeur-libraire perpétuant la tradition familiale initiée par son célèbre grand-père Alde Manuce. Œuvres et commentaires confondus, la culture cicéronienne, représentée par une imposante série de 19 volumes in-folio, occupe un rayon entier de la bibliothèque.

  • 63 Avec de nombreuses œuvres italiennes, dans le sillage de la tradition humaniste, mais aussi un rare (...)
  • 64 Cette présence ovidienne marquée contraste avec l’absence d’Horace, Perse, Juvénal, Pindare ou Homè (...)
  • 65 Il possède par exemple les œuvres (tragi-)comiques de Pierre Du Ryer, Guérin de Bouscal, Jean de Ro (...)
  • 66 Voir le volume de la BNF, RLR, [Résac.] YD-4126 à 4132.

25La catégorie des belles-lettres excède une stricte culture scolaire. Reflétant les préférences littéraires du prince, de sa génération et des cercles mondains qui l’entourent, elle se singularise par un intérêt marqué pour le théâtre et la littérature souriante, avec une ouverture sur l’Europe méridionale63. Même si la littérature classique n’y occupe pas le premier rang, le corpus littéraire ancien y trouve une place désignée par les goûts modernes. Ainsi la vaste collection dramatique antique et la belle série ovidienne64. Les comédies anciennes font écho aux nombreuses pièces de théâtre françaises et contemporaines réunies par un amateur dont la préférence va au versant comique ou tragi-comique de cet art65. Gaston apprécie par exemple Plaute dans l’italien de Girolamo Berardo, dont l’Eutichia, la Cassina, la Mustellaria, l’Amphitriona, l’Asinaria, le Menechini et Il Penolo66 sont publiés à Venise par Niccolò Zoppino en 1530.

  • 67 Chatelain 2008.
  • 68 Ovide 1505.

26Le cas d’Ovide reflète quant à lui la manière dont les éditions de textes classiques sont choisies. Comme pour Tacite, un effet de série est observable. Rien d’étonnant à cela : Ovide est alors l’auteur antique le plus largement apprécié. Son succès égal auprès des savants et des mondains explique le volume considérable d’éditions ovidiennes débitées à Paris au début du xviie siècle67. Partageant les goûts de ses contemporains, Gaston d’Orléans accumule éditions et versions d’Ovide, dont la lecture est ouverte sur la culture savante humaniste et la culture européenne contemporaine. Il possède d’abord une traduction des Héroïdes en vers français remontant au début du xvie siècle, par le poète de cour Octavien de Saint-Gelais68. Oncle de Mellin de Saint-Gelais, actif à la cour de la mère de François Ier, Louise de Savoie, il traduisit plusieurs classiques, notamment l’Énéide de Virgile. Ces Héroïdes manifestent l’influence exercée par la tradition littéraire curiale (et familiale) sur le choix des livres princiers.

  • 69 Ovide 1637.
  • 70 L’édition princeps est publiée à Londres par A. Griffin pour J. Norton et R. Whitaker en 1636.

27Le corpus ovidien apparaît également sous son habillage littéraire le plus moderne. Gaston d’Orléans possède la version latine annotée du pédagogue anglais Thomas Farnaby, dans l’édition parisienne in-folio69 suivant d’une année seulement l’édition princeps londonienne70 (fig. 4).

Fig. 4. Ovide, Les Métamorphoses, texte latin illustré, annoté par Thomas Farnaby, 1637. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-G-YC-418.

Fig. 4. Ovide, Les Métamorphoses, texte latin illustré, annoté par Thomas Farnaby, 1637. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-G-YC-418.

© Bibliothèque nationale de France

  • 71 Ovide 1557.

28La série ovidienne, de dimension européenne, compte aussi des traductions françaises et italiennes. La version italienne de la bibliothèque est celle de l’humaniste Lodovico Dolce, pédagogue et grammairien vénitien formé à Padoue. Auteur de nombreux commentaires des classiques, celui-ci est surtout connu pour sa défense de la langue toscane, avec son premier traité intitulé Osservazioni sulla volgar lingua [Observations sur la langue vulgaire] (1550). Le prince possède sa traduction versifiée des Métamorphoses dans une réédition de 1557 sortie de la célèbre officine de Gabriele Giolito de Ferrari71, celle-là même qui avait pris en charge la publication de la princeps de 1553.

  • 72 Ovide 1637.
  • 73 Précision apportée par la page de titre propre des « Discours », à la fin du volume (f. a1).
  • 74 Oudin 1612.
  • 75 Nous émettons cette hypothèse en raison du caractère tardif de l’édition française, datée préciséme (...)

29Quant à la version française, le prince connaît naturellement la plus courante, celle, paraphrastique, de Nicolas Renouard72. Régulièrement rééditée au début du xviie siècle, cette version à succès répandit la tradition allégorique des récits ovidiens à travers leurs « discours […] contenans l’explication morale des fables73 ». Signe de son actualité, elle servit même de base à la traduction en espagnol des Métamorphoses, publiée à Paris par le maître de langue du roi César Oudin74. L’édition entrée dans la bibliothèque est une version augmentée, suivie de quelques lettres et traités, donnée par Pierre Billaine. Cet éditeur littéraire du Palais est plutôt spécialisé dans la littérature satirique, genre apprécié dans la maison de Gaston d’Orléans : peut-être est-ce cette préférence connexe qui influença le choix de l’édition. Nous supposons qu’un achat groupé fut réalisé à Paris en 1637 pour les éditions française et latine75, probablement à la faveur de l’arrivée en France de la nouvelle édition commentée de Farnaby. Dialoguant ainsi entre humanisme et modernité, les ouvrages de belles-lettres classiques reflètent les intérêts littéraires d’une génération et les préférences lettrées des cercles aristocratiques, nourris de culture classique savante, mais amateurs de divertissements souriants et galants.

  • 76 Les statistiques que nous avons réalisées sur la bibliothèque de Gaston d’Orléans nous ont permis d (...)
  • 77 Ovide 1505 ; BNF, RLR, RES-M-YC-531.
  • 78 Par exemple au titre de l’éd. Venise, Gabriele Giolito de Ferrari, 1553. L’édition italienne de 155 (...)
  • 79 Virgile 1522 ; BNF, RLR, RES-G-YC-281.

30Enfin peut-on, en considérant cette série ovidienne sous un angle matériel, approcher le canon esthétique de la bibliothèque princière. La sélection des éditions est caractéristique d’une recherche de luxe, sensible à travers une préférence marquée pour les grands formats et les éditions illustrées. Les quatre éditions (deux du xvie siècle et deux contemporaines) se partagent entre l’in-folio et l’in-quarto (en plein essor au premier xviie siècle). Il s’agit d’une tendance de la collection76. En outre, toutes sont illustrées, de préférence luxueusement. Des gravures sur bois enrichissent la version d’Octavien de Saint-Gelais imprimée par Trepperel (1505)77. La version italienne de Lodovico Dolce, issue de l’officine vénitienne des Ferrari (1557), comporte des figures dont la beauté était vantée au titre des éditions antérieures par la mention « con fig. nitidissim.78 » (avec de très éblouissantes gravures). Des gravures sur cuivre agrémentent les Métamorphoses de Nicolas Renouard publiées par Billaine (1637) comme l’édition latine de Thomas Farnaby, « multis figuris æneis adornata » (enrichie de nombreuses figures gravées sur cuivre), précision qui met en avant leur esthétisme. Dans les pratiques de librairie, illustrations et grands formats s’accordent pour satisfaire les goûts d’une clientèle élégante. À l’image d’Ovide, d’autres auteurs invitent à des conclusions similaires : les mêmes critères président à l’élection d’une édition vénitienne in-folio de Virgile, somptueusement illustrée de gravures sur cuivre79. Par ce luxe matériel, les éditions de textes classiques sont visuellement adaptées au goût contemporain le plus exigeant.

31Considérés intellectuellement et matériellement, les livres antiques rassemblés par le prince invitent à un déplacement de perspective : la culture classique s’y voit transportée de son ancrage dans une tradition savante vers l’espace d’une réception mondaine, ouvert par les cercles aristocratiques lettrés du premier xviie siècle. En ce sens, la collection de Gaston d’Orléans reflète les métamorphoses culturelles d’une bibliothèque humaniste mise en tension par la culture élitaire moderne.

Conclusion

32Ce tour d’horizon, qui embrasse les principaux champs du savoir composant la bibliothèque, permet de sonder la culture antique de Gaston d’Orléans. Difficile ici de parler de « bibliothèque antique » au sens strict, tant les livres relevant de cet ensemble épousent harmonieusement les orientations intellectuelles et esthétiques de la collection. En revanche, des lignes de force structurantes se dégagent, les livres antiques rassemblés par le prince reflétant les formes de son intérêt pour l’Antiquité. À rebours d’une démarche savante, Gaston d’Orléans jette sur le corpus ancien un regard moderne à tous points de vue. L’héritage des Anciens est vivifié par des versions contemporaines, souvent réalisées dans l’entourage direct de la maison princière. La prééminence des langues vernaculaires traduit le dialogue vivant que la culture française du xviie siècle entretient avec l’Antiquité, tout en signalant le jalon méridional comme essentiel pour la circulation de la culture des élites à l’échelle européenne. La relecture de l’Antiquité, fortement appuyée sur la tradition humaniste franco-italienne, sert l’intelligence du monde contemporain, sur les plans tant politique que scientifique. Complétés par les avancées récentes de la connaissance, les savoirs anciens, certes discutés, portent aussi les remises en cause les plus novatrices. Élément fondateur de la culture princière, la culture antique, intériorisée sur le plan intellectuel, est extériorisée sous l’aspect esthétique, lorsqu’une recherche évidente de luxe la fait participer à une politique d’apparat. Ainsi, bien que la collection de Gaston d’Orléans ne soit pas une « bibliothèque antique » de premier ordre, elle apparaît paradigmatique quant à la manière dont les cours du xviie siècle s’approprient l’Antiquité. La culture antique, enrichissant la collection princière, innerve la bibliothèque de formation, la bibliothèque de gouvernement, la bibliothèque de prestige. Par retour, elle apparaît profondément renouvelée par la lecture définitivement moderne que le prince lui impose lorsque, convoquant la mémoire des Anciens à l’usage du monde contemporain, il entend la faire servir au rayonnement de sa maison.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Ammirato Scipione, 1642, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Padoue, Paolo Frambotto, in-4o.

Aristote, 1641, Les Trois Livres de l’âme, Paris, Pierre Rocolet, in-4o.

Aristote, 1643, Doctrina politica, Amsterdam, Lodewijk III Elzevier, in-12o.

Aristote, 1644, La Morale, Toulouse, Pierre Bosc, in-4o.

Arrien, 1646, Les Guerres d’Alexandre, Paris, Vve J. Camusat/P. Le Petit, in-8o.

Ceriziers René de, 1648, Le Tacite françois, Paris, Vve Jean Camusat/P. Le Petit, in-4o.

Cicéron, 1616, Opera omnia, t. I-IV, Genève, Pierre de La Rovière, in-2o.

Cicéron, 1618-1619, Opera omnia, t. I-IV, index, Hambourg, Georg Ludwig Froben, in-2o.

Cinuzzi Imperiale, 1620, Della disciplina militare antica e moderna, Sienne, [héritiers Luca ?] Bonetti, in-4o.

Coloma Carlos, 1635, Las Guerras de los Estados Baxos desde el año de 1588 hasta el de 1599, Anvers, Jean II Bellère, in-8o.

Malvezzi Virgilio, 1635, Discorsi sopra Cornelio Tacito, Venise, Marco Ginammi, in-4o.

Manuce Paul, 1557, Antiquitatum romanarum Pauli Manutii liber de legibus, Venise, chez l’auteur, in-2o.

Manuce Paul, 1583, M. Tullius Cicero Mannucciorum commentariis, t. I-X, Venise, Aldo II Manuzio, in-2o.

Morin Jean-Baptiste, 1631, Famosi et antiqui problematis de telluris motu, vel quiete, Paris, chez l’auteur, in-4o.

Oudin César, 1612, El Juyzio de Pâris [« Le Jugement de Pâris », extrait des Métamorphoses d’Ovide] Hecho en frances por N. Renouard. Y traduzido en español por Cesar Oudin, Paris, Vve Matthieu Guillemot et Samuel Tiboust, in-12o.

Ovide, 1505, Épîtres d’Ovide translatées de latin en français, trad. Octavien de Saint-Gelais, Paris, Jean I Trepperel, in-4o.

Ovide, 1557, Le Trasformationi, trad. Lodovico Dolce, Venise, Gabriele Giolito de Ferrari, in-4o.

Ovide, 1637, Les Métamorphoses traduites en prose françoise, trad. N. Renouard, Paris, Pierre Billaine, in-2o.

Ovide, 1637, Metamorphoseon, trad. Thomas Farnaby, Paris, Gilles Morel, in-2o.

Planudes Maximus, 1600, Epigrammatum græcorum, Francfort, Aubriana, in-12o.

Saumaise Claude, 1619, Inscriptionum veterum Herodis explicatio, Paris, Jérôme Drouart, in-4o.

Savile Henry, 1649, In Taciti histor. agricolæ vitam et commentarius de militia romana, Amsterdam, Lodewijk III Elzevier, in-12o.

Serdonati Francesco, 1572, De’fatti d’arme de’Romani… dalla edificacion di Roma, sino alla declimation dell’imperio. Raccolti da Tito Livio, Plutarco, Dione, Macrobio, Volterrano..., Venise, Giordan Ziletti/Cristoforo Zanetti, in-4o.

Tacite, 1612, Opera latina, cum versione italica, Georgii Dati, Francfort, Nikolaus I Hoffmann/Jonas Rosa, in-8o.

Tacite, 1627, Les Œuvres : traduction nouvelle par Rodolphe Le Maistre, Paris, Claude Cramoisy, in-4o.

Tacite, 1629, Obras, trad. Carlos Coloma, Douai, Marc Wyon, in-4o.

Tacite, 1644, Les Œuvres : traduites par Achilles de Harlay, sieur de Chanvallon, Paris, Vve Jean Camusat/Pierre Le Petit, in-2o.

Végèce et Frontin, 1644-1645, De re militari opera, Leyde, Johannes Maire, in-16o.

Virgile, 1522, Vergilius cum comentariis et figuris, éd. par Lucio Paolo Rosello, Venise, Gregorio de Gregori/Lucantonio Giunta, in-2o.

Wytfliet Cornelius, 1597, Descriptionis Ptolemaicæ augmentum, Louvain, Jean I Bogard, in-2o.

Wytfliet Cornelius, 1615, Descriptionis Ptolemaicæ augmentum, Arnhem, Johannes I Janssonius, in-2o.

Études

Abraham Claude Kurt, 1964, Gaston d’Orléans et sa Cour : étude littéraire, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Bœuf Estelle, 2007, La Bibliothèque parisienne de Gabriel Naudé en 1630, Genève, Droz.

Bonnot-Rambaud Isabelle, 1984, Hérétique ou saint ? Henry Arnauld, évêque janséniste d’Angers au xviie siècle, Paris, Nouvelles Éditions Latines.

Caldicott Edric, 1985, « Gaston d’Orléans, mécène et esprit curieux », dans Mousnier R. et Mesnard J., L’Âge d’or du mécénat (1598-1661), actes du colloque (CNRS, mars 1983), Paris, Éditions du CNRS, p. 37-48.

Chatelain Jean-Marc, 2003, La Bibliothèque de l’honnête homme : livres, lecture et collections en France à l’âge classique, Paris, Éditions de la BNF.

Chatelain Marie-Claire, 2008, Ovide savant, Ovide galant : Ovide en France dans la seconde moitié du xviie siècle, Paris, Honoré Champion.

Constant Jean-Marie, 2013, Gaston d’Orléans : prince de la liberté, Paris, Perrin.

Constant Jean-Marie et Gatulle Pierre (dir.), 2017, Gaston d’Orléans : prince rebelle et mécène, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Coron Antoine, 1988, « “Ut prosint aliis” : Jacques-Auguste de Thou et sa bibliothèque », dans Histoire des bibliothèques françaises, t. II, Les Bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, p. 100-125.

Gatulle Pierre, 2006, « La grande cabale de Gaston d’Orléans aux Pays-Bas espagnols et en Lorraine : le prince et la guerre des images », xviie siècle, no 231, p. 301-326.

Gatulle Pierre, 2012, Gaston d’Orléans : entre mécénat et impatience du pouvoir, Seyssel, Champ Vallon.

Gorris Camos Rosanna, 2005, « “La France estoit affamée de la lecture d’un tel historien” : lectures de Tacite entre France et Italie », dans Bohler D. et Magnien-Simonin C. (dir.), Écritures de l’histoire (xive-xvie siècle), Genève, Droz, p. 113-141.

Guill Ortega Miguel Ángel, 2007, Carlos Coloma, 1566-1637 : espada y pluma de los tercios, San Vicente, Editorial Club Universitario.

Merle Alexandra et Oïffer-Bomsel Alicia (dir.), 2017, Tacite et le tacitisme en Europe à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion.

Momigliano Arnaldo, 1983, « Le premier commentaire politique de Tacite », dans Id., Problèmes d’historiographie ancienne et moderne, Paris, Gallimard, p. 210-243.

Mormiche Pascale, 2009, Devenir prince : l’école du pouvoir en France, xviie-xviiie siècles, Paris, CNRS Éditions.

Schnapper Antoine, 2005 [1994], Curieux du Grand Siècle : collections et collectionneurs dans la France du xviisiècle, Paris, Flammarion.

Schnapper Antoine, 2012 [1988], Le Géant, la licorne et la tulipe : les cabinets de curiosités en France au xviie siècle, Paris, Flammarion.

Schoenecker Aurore, 2016, La Bibliothèque de Gaston d’Orléans (1608-1660) : catalogue des livres manuscrits et imprimés identifiés dans les fonds patrimoniaux et les ventes publiques, avec une description des reliures, inédit, déposé à la BNF, Réserve des livres rares.

Schoenecker Aurore, 2017, Les Traductions françaises de l’espagnol et le marché du livre (1600-1660) : enquête sur une pratique d’écriture, thèse de l’université Paris Sciences et Lettres, préparée à l’ENS de Paris (à paraître en 2022).

Senellart Michel, 2003, « Les méditations militaires de Scipione Ammirato : guerre et raison d’État », Mots : les langages du politique [en ligne], 73, mis en ligne le 13 octobre 2008, http://journals.openedition.org/mots/16932 (consulté le 25 juin 2020).

Zuber Roger, 1995 [1968], Les « Belles Infidèles » et la formation du goût classique, postfacé par Emmanuel Bury, Paris, Albin Michel.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Gatulle 2012, p. 219-267 ; Constant et Gatulle 2017, p. 173-228 ; et, à côté de la biographie de référence (Constant 2013), quelques travaux antérieurs : Abraham 1964 ; Caldicott 1985 ; Schnapper 2005 et 2012.

2 Outre le fait que les livres de Gaston d’Orléans sont vierges de toute trace de lecture, la question ne semble pas pertinente, car une bibliothèque princière n’est pas strictement privée, mais aussi ouverte aux commensaux de son possesseur. En outre, elle est constituée par des intermédiaires, bibliothécaires ou précepteurs, qui peuvent faire écran entre le possesseur et ses livres. Ainsi, plutôt que de se demander quels titres le prince a lus, mieux vaut déplacer la question en interrogeant l’image de la culture princière qui construit l’opération de rassemblement des livres dans une bibliothèque.

3 En effet, il n’existe pas à notre connaissance d’inventaire ancien de la bibliothèque de Gaston d’Orléans, sauf pour les manuscrits, une liste en ayant été établie lors de leur entrée dans la Bibliothèque royale, par legs de Gaston d’Orléans à son neveu Louis XIV.

4 Schoenecker 2016.

5 Avec les volumes écrits en langue espagnole, nous comptabilisons les quelques ouvrages en portugais. Nous nous autorisons cette fusion car la présence du portugais, très rare dans les bibliothèques françaises du xviie siècle, participe d’un même intérêt du prince pour la culture venue de la péninsule Ibérique.

6 Par exemple : Planudes 1600 ou Saumaise 1619.

7 Coron 1988.

8 Bœuf 2007, p. 15-19.

9 Nos statistiques, réalisées sur les volumes provenant de la bibliothèque de Gaston d’Orléans conservés à la Réserve des livres rares (désormais RLR) de la Bibliothèque nationale de France, dessinent cette répartition des savoirs : histoire 50 % ; belles-lettres 22 % ; sciences et techniques 18 % ; religion 5 % ; droit 4 % ; bibliographie 1 %.

10 Autres valeurs presque résiduelles : histoire d’Asie, d’Afrique et d’Amérique 3 % ; histoire de Grande-Bretagne 2 %.

11 C’est ce que montre une analyse statistique pratiquée à partir de nos comptages sur la datation des éditions, classées par décennies. Elle fait apparaître un pic important entre 1610 et 1650. Le nombre d’éditions par décennie ne passe (presque) jamais la barre des 40 volumes pour les éditions antérieures au xviie siècle. Un premier sursaut a lieu au cours de la décennie 1600, qui voit la naissance du prince (1608), puis le nombre d’éditions par décennie oscille entre 100 et 160 pour les décennies postérieures (1610-1650), soit presque jusqu’à la mort de Gaston d’Orléans (1660), à l’exception de la dernière décennie, au cours de laquelle les valeurs s’effondrent.

12 Bien qu’un index des provenances fasse apparaître un panel d’éditions largement ouvert sur l’Europe, l’édition française, et surtout parisienne, reste majoritaire.

13 De plus, il s’agit généralement de traductions, le plus souvent en langue française et réalisées par des proches du prince – nous y reviendrons dans la dernière partie de cet article.

14 Merle et Oïffer-Bomsel 2017.

15 Gorris 2005, p. 126.

16 Zuber 1995.

17 Arrien 1646.

18 Nous n’avons pas trouvé trace de la version humaniste très répandue d’Étienne de La Planche et Claude Fauchet révisée par Jean Baudoin au xviie siècle. Pour autant, cela ne signifie pas que Gaston d’Orléans ne la possède pas : une partie des volumes a pu être perdue ou tomber dans l’ombre au fil du temps.

19 Tacite 1627.

20 Tacite 1644.

21 Il ne s’agit pas d’un exemplaire de dédicace : Champvallon dédie son ouvrage à la mère de Gaston d’Orléans. Cet exemplaire dut être offert à Gaston par le traducteur ou par son libraire, à moins que ce présent ne fasse l’objet d’une entente entre eux deux.

22 Cette publication réunit Augustin Courbé, Antoine de Sommaville et la veuve Camusat, qui deviendra elle aussi libraire attitrée du prince.

23 Épître dédicatoire à la reine, fo ã4ro.

24 Pour ces quatre citations, « Advertissement au lecteur », fos ē1ro, ē2ro et vo.

25 Sur les mutations de la lecture de l’histoire au xviie siècle, voir Chatelain 2003, p. 49-86.

26 Tacite 1612.

27 Tacite 1629.

28 Guill Ortega 2007.

29 Coloma 1635 ; BNF, RLR, RES-M-536.

30 Gatulle 2006.

31 Savile 1649.

32 Ceriziers 1648.

33 Dès 1641, la veuve Camusat publiait l’ouvrage sous le titre, devenu alternatif, Réflexions chrestiennes et politiques sur la vie des roys de France (Henry le Grand, Louys le Juste). Elle rachète le privilège en 1648 pour couvrir le nouveau titre.

34 Chatelain 2003, p. 62.

35 Ammirato 1642.

36 Malvezzi 1635.

37 Momigliano 1983, p. 223-225.

38 Senellart 2003.

39 Manuce 1557 ; BNF, RLR, RES-J-401 (1).

40 Fils de Gian Francesco, dont le nom est souvent francisé en Turrisan.

41 Autre facteur de choix, la préférence pour le grand format, évoquée plus loin.

42 Chatelain 2003, p. 66.

43 Gaston d’Orléans étant resté l’héritier présomptif du royaume jusqu’à une date avancée (1638, naissance de Louis XIV), il s’est préparé à succéder à son frère durant ses trente premières années. Au reste, bien que les cadets restent cantonnés à une position d’infériorité, leur formation n’est pas négligée (Mormiche 2009, p. 27-42).

44 Mormiche 2009, p. 199.

45 Végèce et Frontin 1644-1645 ; BNF, RLR, [Résac.] R-24815.

46 L’édition que possède Gaston d’Orléans est annotée par Pieter Schrijver (1576-1660), latinisé en Petrus Scriverius.

47 Serdonati 1572 ; BNF, RLR, [Résac.] J-3752. Serdonati considère Macrobe comme un historien.

48 Cinuzzi 1620 ; BNF, RLR, RES-E*-230.

49 Connu pour avoir bénéficié de la protection d’Alexandre Farnèse, Imperiale Cinuzzi a accédé à de hauts postes militaires dans l’armée de Philippe II d’Espagne. Il a été capitaine d’infanterie et a combattu les armées françaises dans le cadre des affrontements dans les Flandres.

50 Il possède la seconde édition, de 1620, augmentée par rapport à la princeps de 1604. Le titre met en évidence cet enrichissement : Di nuovo ampliata di molte invenzioni militari e del vero modo di pacificare nimicizia.

51 Aristote 1643 ; BNF, RLR, RES-E*-546.

52 Aristote 1641 ; BNF, RLR, RES-R-1848. Cette traduction de Pierre de Marcassus ne se fonde pas sur l’original grec, mais sur une version latine.

53 Aristote 1644. Charles Catel est le neveu et l’éditeur de Guillaume Catel, l’auteur de la célèbre Histoire des comtes de Toulouse.

54 Wytfliet 1597 ; BNF, RLR, RES-V-285. Wytfliet 1615 ; BNF, RLR, RES-G-351.

55 Il possède une série de textes de Morin publiés à compte d’auteur. Voir les volumes de la BNF, RLR, RES-V-1060 à 1063.

56 Morin 1631 ; BNF, RLR, RES-V-1060.

57 Bonnot-Rambaud 1984, p. 143.

58 Même si, à la manière d’un Pascal, on reproche aux stoïciens, et au premier chef à Épictète, leur orgueil.

59 Cicéron 1616.

60 Cicéron 1618-1619.

61 À la condition, probable, qu’elles aient été acquises peu après leur parution.

62 Manuce 1583.

63 Avec de nombreuses œuvres italiennes, dans le sillage de la tradition humaniste, mais aussi un rare ensemble d’œuvres espagnoles, qui constitue un signe évident de modernité. La collection de Gaston d’Orléans est en effet, à son époque, l’une des plus belles, si ce n’est la plus considérable, « bibliothèques espagnoles » en France.

64 Cette présence ovidienne marquée contraste avec l’absence d’Horace, Perse, Juvénal, Pindare ou Homère (du moins dans le cadre strict des volumes que nous avons pu retrouver).

65 Il possède par exemple les œuvres (tragi-)comiques de Pierre Du Ryer, Guérin de Bouscal, Jean de Rotrou, Georges de Scudéry…

66 Voir le volume de la BNF, RLR, [Résac.] YD-4126 à 4132.

67 Chatelain 2008.

68 Ovide 1505.

69 Ovide 1637.

70 L’édition princeps est publiée à Londres par A. Griffin pour J. Norton et R. Whitaker en 1636.

71 Ovide 1557.

72 Ovide 1637.

73 Précision apportée par la page de titre propre des « Discours », à la fin du volume (f. a1).

74 Oudin 1612.

75 Nous émettons cette hypothèse en raison du caractère tardif de l’édition française, datée précisément de la même année que l’édition en latin.

76 Les statistiques que nous avons réalisées sur la bibliothèque de Gaston d’Orléans nous ont permis de déterminer la part qu’y occupent l’in-folio et l’in-quarto : ces deux grands formats sont représentés à égalité, à hauteur de 39 % chacun, de sorte qu’à eux deux ils représentent presque 80 % de la collection.

77 Ovide 1505 ; BNF, RLR, RES-M-YC-531.

78 Par exemple au titre de l’éd. Venise, Gabriele Giolito de Ferrari, 1553. L’édition italienne de 1557 que possède Gaston d’Orléans remplace cette appréciation esthétique par la mention de révision « in molti luoghi ricorrette » (corrigée en de nombreux endroits), plus importante puisqu’elle prétend enrichir la tradition éditoriale d’un texte plus correct.

79 Virgile 1522 ; BNF, RLR, RES-G-YC-281.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Reliure de luxe : exemplaire de dédicace de la traduction de Tacite par le médecin de Gaston d’Orléans, Rodolphe Le Maistre. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-J-1580.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21250/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2. Reliure (courante) du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21250/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3. Page de titre typographique du Commentaire de Simplicius sur l’Enchiridion d’Épictète, traduit par J. Wolf et annoté par Cl. Saumaise, 1640. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-R-1079.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21250/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 4. Ovide, Les Métamorphoses, texte latin illustré, annoté par Thomas Farnaby, 1637. Paris, Bibliothèque nationale de France, RES-G-YC-418.
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21250/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Schoenecker, « La « bibliothèque antique » de Gaston d’Orléans : un art moderne de cultiver l’Antiquité »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 29 décembre 2021, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/21250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.21250

Haut de page

Auteur

Aurore Schoenecker

Docteure de l’université Paris Sciences et Lettres, agrégée de lettres modernes, Aurore Schoenecker est spécialiste de littérature française du xviie siècle et d’histoire du livre. En parallèle de sa thèse, portant sur Les Traductions françaises de l’espagnol et le marché du livre (1600-1660), elle a reconstitué la bibliothèque de Gaston d’Orléans à la Réserve des livres rares de la Bibliothèque nationale de France. Elle poursuit actuellement ses recherches sur la culture aristocratique lettrée à la croisée du champ littéraire et de l’histoire matérielle et culturelle du livre.
Aurore Schoenecker has an agrégation in modern literature and a PhD from the Université Paris Sciences et Lettres. She specializes in seventeenth-century French literature and the history of books. In parallel with her thesis on French translations from Spanish and the book market (1600-1660), she reconstructed Gaston d’Orléans’s library for the Bibliothèque Nationale’s rare books section. She is currently researching literate aristocratic culture at the intersection of literature and the material and cultural history of books.
aurore.schoenecker[at]casadevelazquez.org

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search