Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...Le théâtre des nationsL’ambassadeur de famille, diploma...

L’ambassadeur de famille, diplomate et courtisan au service des Bourbons

L’exemple du comte d’Aranda, ambassadeur d’Espagne en France (1773-1787)
‘The Family Ambassador’: A Diplomat and a Courtier at the Bourbon Courts, the Conde d’Aranda, Spanish Ambassador to the French Court (1773-87)
Pauline Lemaigre-Gaffier

Résumés

Cette contribution étudie le statut d’étranger à la cour de France à travers l’analyse des prérogatives de l’ambassadeur de famille au xviiie siècle. Au titre de ses fonctions de représentant d’un autre souverain de la maison de Bourbon, l’ambassadeur d’Espagne en France pouvait prétendre à un rang qui le distinguait notamment des autres ambassadeurs en atténuant sa qualité d’étranger. En poste entre 1773 et 1787, le comte d’Aranda fit du respect de ces prérogatives dynastiques l’un des objectifs politiques de sa mission. Il s’employa aussi à prolonger son intégration cérémonielle à Versailles par son active participation à la vie mondaine parisienne. C’est ainsi qu’il entendait paradoxalement transcender son statut d’étranger, en s’intégrant le mieux possible à la société de cour française, pour incarner dignement la nation espagnole et en défendre les intérêts.

Haut de page

Texte intégral

1En avril 2021, les tensions survenues après la réception par le premier ministre turc du président du Conseil européen, assis comme lui dans un fauteuil, et de la présidente de la Commission européenne assise à l’écart sur un canapé, n’ont pas seulement rappelé combien les questions de préséance restent d’actualité en matière diplomatique. Cette différence de traitement reflète aussi la concurrence pouvant exister au sein même de la dyarchie à la tête de l’UE et le souci des acteurs de faire primer à l’extérieur l’une ou l’autre lecture possible1. Le langage des préséances s’avère ainsi un instrument essentiel à la bonne marche interne et à la représentation externe d’une communauté politique supranationale.

  • 2 Voir Cosandey 2005 ; et, parmi de nombreux travaux relatifs à la communication symbolique, Stollber (...)
  • 3 L’histoire « diplomatique » et l’histoire des relations « internationales » à l’époque moderne ont (...)

2Cette querelle contemporaine du sofa fait écho à maints conflits survenus dans l’Europe de l’Ancien Régime où les préséances constituaient la grammaire symbolique de l’ordre social mais aussi un moyen de dire à toute échelle l’ordre politique et la distribution de la puissance2. Ce langage, formulé dans différents traités comme celui d’Abraham de Wicquefort ou de Jean Rousset de Missy, façonnait un système de représentation, complexe et mouvant, matérialisant l’ordonnancement de la « société des princes » à l’échelle continentale. La participation des membres du « corps diplomatique » au cérémonial des cours dans lesquels ils étaient employés est donc un enjeu essentiel – de la fabrication de la puissance politique comme de la compréhension de ces mécanismes diplomatiques3.

3Au sortir d’un xviie siècle marqué par le délitement de la prépondérance hispanique, l’entrée de la couronne espagnole dans la maison de Bourbon modifie les règles de la représentation diplomatique. L’acceptation du testament de Charles II par Louis XIV donne un caractère inédit aux liens unissant de longue date les familles royales de France et d’Espagne – ce qu’explicitent à trois reprises des traités stratégiques qualifiés de « Pactes de famille », signés en 1733, 1743 et 1761, aux visées tant politiques et militaires qu’économiques. Ces liens dynastiques n’impliquent pas en effet mécaniquement identité de vues et convergence d’intérêts entre des États dont la dynamique de construction n’est plus celle d’une maison nobiliaire. Ils peuvent en revanche participer d’une commune politique de grandeur : c’est ce que doivent matérialiser les privilèges des « ambassadeurs de famille » dans les cours des Bourbons en Europe (de même que l’abandon de leur préséance par les représentants de ces États dans d’autres cours). Ce traitement censément identique suscite pourtant d’incessants conflits d’interprétation – et partant de là tractations, ajustements et contestations – dont les enjeux, comme ceux du « sofagate », sont à la fois internes et externes à la communauté politique en représentation.

  • 4 Sur le xviie siècle, voir notamment Schaub 2003. Sur le xviiie siècle, différentes approches peuven (...)
  • 5 Jean-François Dubost (2007, p. 165-169) a souligné la précoce transformation de l’attitude à l’égar (...)
  • 6 Sur le concept de « cérémonial royal », voir Leferme-Falguière 2007.
  • 7 Marc Belissa (1998, p. 91) a souligné la manière dont les penseurs des Lumières – notamment Mably – (...)

4À la croisée du renouvellement de l’histoire diplomatique et de celle des échanges entre France et Espagne à l’époque moderne4, cette contribution entend ainsi interroger les ambiguïtés du statut d’ambassadeur de famille, censé gommer l’identité étrangère du diplomate concerné alors même que l’unité dynastique relève au moins partiellement de la fiction politique5. Comment un diplomate peut-il incarner simultanément un monarque de la même maison que celui auprès de qui il est envoyé en mission, et un État souverain aux intérêts propres ? Pôles cérémoniels et politiques, les cours sont des foyers où se construisent et s’articulent des symboliques structurantes – comme celle de la gloire et de l’unité dynastiques – et des actions pragmatiques en faveur d’intérêts publics et particuliers. Premier ambassadeur de famille à Versailles, l’ambassadeur d’Espagne investit la cour de France comme un terrain où il use d’une rationalité politique aussi courtisane que diplomatique. Libre de fréquenter assidûment la cour et la famille royale, il doit tenir son rang au lever, au théâtre, à Marly et dans toutes les circonstances qui tissent le cérémonial royal6. La gestion politique et sociale de ce statut participe des relations franco-espagnoles, entre amitié réciproque au sommet de la société des princes et rapports de force dans l’Europe des États-Nations en devenir7.

  • 8 Ministère des Affaires étrangères, fonds du contrôle des étrangers, vol. 26, travail du vendredi 16 (...)
  • 9 Cet article reprend et met à jour les matériaux et les conclusions d’une maîtrise soutenue en 2002 (...)

5La position du comte d’Aranda, « ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire » du Roi Catholique8 à Versailles de 1773 à 1787, permet d’analyser le détail de ces mécanismes, du fait de la longévité de son ambassade – qui se déroule en outre dans le contexte de la réactivation des enjeux de la guerre de Sept Ans et du troisième Pacte de famille par la guerre d’Indépendance américaine9. Dans cette conjoncture, Aranda défend les intérêts de l’Espagne en revendiquant des liens du sang dont la primauté politique tient à une logique dynastique perpétuée par des traités internationaux – la « Famille » n’étant pas la « famille » chérie par Marie-Antoinette.

  • 10 Olaechea 1969 ; Albiac Blanco 1998 ; Ferrer Benimeli 2000. 
  • 11 Ozanam 1998, introduction ; plus généralement, voir les conclusions de Ch. Windler dans Pibiri et P (...)
  • 12 Morel-Fatio 1890 ; Défourneaux 1969.
  • 13 Voltaire 1829, article « Aranda. Droits royaux, Inquisition » (t. 26, p. 524-528).

6Par ses fonctions successives – militaire, diplomate et ministre, mais avant tout grand d’Espagne dont la carrière fait un modèle de l’aristocrate éclairé à la trajectoire cosmopolite10 –, Aranda illustre le caractère encore très relatif de la « professionnalisation » d’un corps diplomatique en plein développement dans la seconde moitié du xviiie siècle11. Une historiographie désormais datée l’a longtemps caricaturé – tantôt sous les traits d’un grand d’Espagne imbu des petits riens du rang, tantôt au contraire sous ceux d’un voltairien détracteur des ridicules du cérémonial versaillais12. À rebours de ces portraits à charge ou à décharge, l’ambassadeur d’Espagne en France lie dans son discours et ses actions le souci de la réforme et celui de la gloire de son pays. En ce sens, son attachement à la défense de son statut d’ambassadeur de famille à la cour de France prolonge, sans la contredire, son action comme président du Conseil de Castille soucieux de mettre l’Espagne au diapason des Lumières – ce que Voltaire avait en effet célébré dans son Dictionnaire philosophique13. Dans un emboîtement caractéristique de l’époque moderne, cet Aragonais attaché à ses fueros, lie le souci de son nom et de sa grandesse à la gloire de son roi et à la défense de l’Espagne que ce dernier incarne. De même, rien ne l’empêche de mobiliser le principe dynastique au service des intérêts nationaux. Le sang commun demeure une valeur fondamentale de l’imaginaire politique sans jamais faire écran aux prétentions hégémoniques (ou considérées comme telles) de la France : investir le statut d’ambassadeur de famille, ce n’est donc pas seulement participer à la représentation d’une communauté dynastique, c’est aussi rendre son rang à l’Espagne.

7Dans ce contexte, le comte d’Aranda conduit toute sa longue mission française en l’articulant à la reconnaissance de statut ambivalent qui fait de lui autant un « étranger » qu’un « familier » (I). Si cette lutte incessante, partie prenante de son action politique, se joue d’abord à Versailles (II), elle se poursuit à Paris où sa réussite dans la « bonne société » doit prolonger l’éclat de son intégration à la cour (III).

Étranger et familier : l’ambassadeur de famille, représentant d’une maison et d’une nation

Une question de vocabulaire

  • 14 Sommer-Mathis 2016.
  • 15 Hanotin 2016, § 1.
  • 16 Voir note 51.

8Le champ sémantique autour de la notion d’« ambassadeur de famille » n’est pas apparu dans la société des princes avec l’avènement de Philippe V en Espagne et les Pactes de famille qui associèrent les différentes branches de la maison de Bourbon. L’étroitesse, sans cesse renouée, des liens unissant les deux branches de la maison de Habsbourg s’était également traduite par la promotion d’une terminologie et d’un cérémonial diplomatique ad hoc. Au xviie siècle, les ambassadeurs du Roi Catholique auprès de l’Empereur et ceux de l’Empereur auprès du Roi Catholique étaient déjà considérés comme tels à Vienne et à Madrid. Eux aussi défendaient âprement ce statut qui leur conférait une proximité avec le souverain auprès de qui ils étaient envoyés en mission et leur permettait donc d’illustrer le rang de leur propre souverain avec un éclat singulier14. C’est en continuité avec cet usage que le titre d’ambassadeur de famille s’est imposé au sein de la Maison de Bourbon au xviiie siècle – différents syntagmes pouvant être employés, en castillan, comme ceux d’« embajador doméstico » ou d’« embajador de casa »15, ou, en français, comme « prérogatives de domesticité »16.

  • 17 Ozanam 2001, p. 21.

9Si le statut d’« ambassadeur de famille » est notamment formalisé dans le système bourbonien en 1736 (après le premier Pacte de famille conclu pendant la guerre de Succession de Pologne)17, le comte d’Aranda reprend à son compte l’ensemble de cette terminologie lorsqu’il dépeint sa place à la cour de France. Elle lui sert à caractériser le privilège qui consistait à escamoter son statut d’« étranger » au profit de celui de « familier », de membre d’une même maison – au double sens de « domestique » et de « dynastique ». Il décrit ainsi les réceptions, ou « cafés », qu’il a pu offrir à la cour à Marly, puis à Compiègne, et que la famille royale a honorées de sa présence, bien qu’elles soient données par un ambassadeur :

  • 18 AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082, 20 juillet 1777 (« […] sin discrepancia de votos se hizo (...)

[…] d’un commun accord, [les membres de la famille royale avaient considéré] que [l’ambassadeur] de famille n’était pas une personne étrangère, qu’il prenait part à ces journées de repos en tant que membre de la maison, et de même qu’ils avaient l’habitude de se rendre dans les appartements de leurs proches, ils pouvaient venir à son café. […] Un ambassadeur de famille [lui dit-on] était une personne de la maison (casero), dont la conduite n’avait pas lieu d’être imitée par les autres18.

  • 19 Je remercie Jean-François Dubost et Bastien Coulon pour leurs lumières sur cette œuvre. Avec cette (...)

10Dans cet espace public curial – à la fois domestique et politique –, l’appartenance dynastique commune est revendiquée haut et fort, même si Aranda n’a jamais attaché de valeur sentimentale à ces liens. Elle légitime en effet des prérogatives dont la manifestation quotidienne place l’ambassadeur d’Espagne – et son pays – au-dessus des autres mais n’en pose pas moins l’épineuse question des rapports de domination qu’implique dans la société d’Ancien Régime la hiérarchie entre aînés et cadets d’une même famille (fig. 1)19.

Fig. 1. Jean-Jacques Bachelier, Le Pacte de famille, huile sur toile, 1763, 329 × 178 cm. Versailles, bibliothèque municipale (dépôt du musée du Louvre, 1985), INV 2382.

Fig. 1. Jean-Jacques Bachelier, Le Pacte de famille, huile sur toile, 1763, 329 × 178 cm. Versailles, bibliothèque municipale (dépôt du musée du Louvre, 1985), INV 2382.

Notice sur le site du musée du Louvre : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010053313

© Bibliothèque municipale de Versailles

Varsovie, 1760 : de l’inégalité à la réciprocité

  • 20 Sur cette notion, voir notamment Oualdi 2006.
  • 21 Sur cette mission diplomatique : Défourneaux 1969, p. 43 ; Albiac Blanco 1998, p. 63-64 ; Gonzalez (...)
  • 22 Article 27 du Pacte de famille (1761) édité dans Blart 1915, p. 212-213.

11Un épisode antérieur illustre clairement cette tension inhérente aux logiques de maison20 et combien Aranda était soucieux de déjouer le piège qu’elles représentaient selon lui pour la position de l’Espagne dans le concert des nations. Envoyé en mission diplomatique en Saxe-Pologne entre 1760 et 1762 – plus de dix ans avant d’être envoyé à la cour de France –, son séjour à Varsovie est en effet marqué par une singulière palinodie21. Après s’être ingénié – avec ténacité et contre l’avis du secrétaire d’État Ricardo Wall – à refuser la préséance qu’il devait à l’ambassadeur de France, le marquis de Paulmy, le comte d’Aranda la lui cède pourtant sans difficulté dès qu’est connue la signature du troisième Pacte de famille. Ce traité assortissait en effet la conclusion d’une alliance stratégique contre l’Angleterre de clauses visant à prévenir toutes les discussions autour des préséances. Si celles-ci étaient « naturelles […] quand les couronnes appartenaient à des princes de deux maisons différentes », il n’était plus « concevable qu’il subsiste entre [deux souverains d’une même maison] une occasion continuelle d’altération et de mécontentement »22. Le Pacte de famille suspendait en conséquence l’obligation du respect du droit d’aînesse dans les cours extérieures à la dynastie, réservant l’observation de cet usage aux cours de la maison de Bourbon définies comme un cercle intérieur au sein de la société des princes. En dehors de ce cercle, les ambassadeurs de France et d’Espagne n’étaient plus censés observer qu’une règle purement fonctionnelle (celle de l’ancienneté dans la cour où ils étaient en poste) :

  • 23 Ibid.

Leurs Majestés Très Chrétienne et Catholique font convenir en conséquence de faire entièrement cesser cette occasion en fixant pour règle invariable à leurs ministres revêtus du même caractère dans des cours étrangères, que dans les cours de Famille, comme sont présentement celles de Naples et de Parme, les ministres du Monarque chef de la maison auront toujours la préséance dans quelque acte fonction ou cérémonie que ce soit, laquelle préséance sera regardée comme une suite de l’avantage de la naissance, et que dans toutes les autres cours, le ministre soit de France, soit d’Espagne qui sera arrivé le dernier, ou dont la résidence sera plus récente, cédera au ministre de l’autre couronne et de même caractère qui sera arrivé le premier, ou dont la résidence sera la plus ancienne, de façon qu’il y aura désormais à cet égard une alternative constante et fraternelle, à laquelle aucune autre puissance ne pourra ni ne devra être admise, attendu que cet arrangement qui est uniquement une suite du présent Pacte de Famille, cesserait, si des princes de la même maison n’occupaient plus les trônes des deux monarchies, et qu’alors, chaque couronne rentrerait dans ses droits ou prétentions à la préséance. Il a été convenu aussi que si par quelque acte fortuit, des ministres des deux couronnes arrivent précisément en même temps dans une cour, autre que celles de Famille, le ministre du souverain chef de la maison précédera à ce titre le ministre du souverain cadet de la même maison23.

  • 24 Françoise Janin (2016a, p. 225, note 46, et 2016b) a par ailleurs montré en quoi les modalités de r (...)
  • 25 L’idée d’égalité générale entre nations n’émerge vraiment qu’avec le Congrès de Vienne que Jean-Pie (...)
  • 26 Il était d’ailleurs prévu que ces dispositions tombent en déshérence au cas l’une ou l’autre des de (...)

12Hors des « cours de Famille » – dans les cours étrangères comme celle de Saxe-Pologne –, les ambassadeurs de France et d’Espagne, ainsi que les souverains et les États qu’ils représentaient, étaient donc désormais présumés égaux – ce qui modifiait la signification symbolique et politique de la préséance désormais reconnue par le comte d’Aranda au marquis de Paulmy24. Ce dédoublement du régime de représentation, entre cercle familial – ou casero – et cercle extérieur, accommodait principe dynastique de primogéniture – entretenant une hiérarchie pérenne entre branche française et branche espagnole – et principe politique d’égalité entre nations alliées. Ce compromis subtil – qui dépasse le simple règlement des querelles de préséance pour formuler une proposition politique de fonctionnement au sein de la maison de Bourbon – ne balayait cependant ni le principe d’inégalité en droit et en protocole des nations européennes25 ni les logiques de hiérarchisation par le sang de la société des princes. L’abdication de toute compétition cérémonielle entre ambassadeur de France et ambassadeur d’Espagne dans les cours « étrangères » servait une commune volonté de puissance et trouvait son origine et sa justification dans ces liens dynastiques, dont la force était parallèlement signalée par la reconnaissance automatique du droit d’aînesse dans les « cours de Famille »26.

  • 27 Les congrès d’Utrecht et de Rastatt marquent un moment clef de la mise en œuvre de ce principe (Bél (...)
  • 28 L’expression est employée par le marquis de Grimaldi dans sa dépêche au comte d’Aranda du 8 octobre (...)
  • 29 Sur la mise en œuvre de cette notion de réciprocité dans le champ du droit commercial et des échang (...)
  • 30 Labourdette 1990.
  • 31 Sur la notion de publication à l’époque moderne, voir Jouhaud et Viala 2002.

13Que la mise en scène de cet ordre naturel soit cantonnée à ces « cours de Famille », comme si elles dessinaient une sphère domestique singulière au sein de l’espace public européen que tendait à constituer la société des princes n’en est pas moins significatif. À travers le dispositif symétrique de mise en scène de l’égale dignité des deux couronnes dans les « cours étrangères », se manifeste la volonté de refuser toute prépondérance de la branche française qui ferait de celle-ci la tutrice de la couronne espagnole au titre du droit d’aînesse. L’alliance dynastique, et la communauté de vue politique qu’elle suppose, est au contraire associée à la notion clef de réciprocité. Celle-ci est conçue au xviiie siècle comme l’instrument privilégié du rééquilibrage par la négociation diplomatique d’un système de relations fondé sur des rapports de force inégalitaires27. C’est en tout cas cette interprétation du Pacte de famille que le comte d’Aranda s’attache à défendre pied à pied tout au long de son ambassade, mettant la lutte pour le « droit sacré de la réciprocité28 » au cœur de sa gestion quotidienne de la relation franco-espagnole – en particulier dans le domaine des échanges, qu’il s’agisse des circulations frontalières et maritimes ou bien de la politique douanière et commerciale29. Elle structure toute sa ligne politique, quitte à ce qu’il se montre à cet égard bien plus vindicatif à l’égard de la France que ses supérieurs, les secrétaires d’État Grimaldi puis Floridablanca30. Loin d’être seulement un moyen de pallier les carences de la réalité, le travail sur le langage symbolique des préséances prolonge l’action politique par le contrôle de l’interprétation et de la publication de la communauté dynastique comme union entre nations souveraines31.

Admis et non reçu dans l’ordre du Saint-Esprit : l’impossible fidélité au Très Chrétien

  • 32 On pourrait multiplier les exemples d’ambassadeurs préférant renoncer à prendre part à tel ou tel é (...)
  • 33 Jean-Baptiste-Paulin d’Aguesseau de Fresnes (1701-1784), comte de Compans et de Maligny, deuxième f (...)
  • 34 AHN, Estado, leg. 4072-1, dépêche no 1037, 12 mai 1777.

14C’est ainsi que le comte d’Aranda choisit, comme d’autres diplomates ou courtisans avant lui, de renoncer à un honneur qui lui était fait, plutôt que de l’accepter dans des conditions qui l’auraient amené selon lui à compromettre la dignité du Roi Catholique32. Le 2 février 1777, l’ambassadeur est nommé par Louis XVI chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, une distinction qui n’est bien sûr pas réservée aux ambassadeurs de famille mais lui est conférée à ce titre, comme à son prédécesseur le comte de Fuentes. Après avoir été autorisé par Charles III à accepter cette distinction, avoir remis ses preuves de noblesse à Chérin – le généalogiste de la cour – et effectué sa profession de foi devant l’archevêque de Paris, Aranda examine de près les modalités de réception sans hésiter à solliciter le comte de Vergennes, comme secrétaire de l’ordre, et le « Prévôt Maître des cérémonies » de l’ordre33. Se pose tout d’abord l’épineuse question de l’application de l’accord de 1701 établissant l’égalité de traitement entre titulaires de la grandesse et ceux d’un duché-pairie. Si cette équivalence est selon lui mal fondée, Aranda renonce à la contester et déclare même à son gouvernement qu’il est prêt à renoncer à faire valoir que sa grandesse remonterait au xvie siècle bien qu’elle ne soit attestée par écrit que depuis 162634. Le duc de Croÿ témoigne pourtant de son absence lors de la cérémonie de réception organisée à la Pentecôte 1777 :

  • 35 Interdisant d’admettre des chevaliers dont la grandesse aurait été antérieure au duché-pairie du pl (...)
  • 36 Croÿ-Solre 1906-1907, t. IV, p. 38 (18 mai 1777).

Ce jour-là, devait être reçu M. le comte d’Aranda, ambassadeur d’Espagne, ayant une grandesse qu’il prétendait de Charles Quint. Par là, il aurait dû prendre rang devant le plus ancien de nos ducs, ce qu’on avait empêché et réglé par le Concordat de 170535, et c’est ce qui faisait que le comte d’Egmont et le duc d’Havré ne pouvaient avoir le cordon bleu. On était fort curieux de savoir d’après cela, si M. d’Aranda serait reçu. Enfin, au chapitre, en rapportant ses preuves, on dit qu’il était malade et que, sa qualité d’ambassadeur le mettant dans le cas d’être rappelé et de ne pouvoir suivre l’ordre, il suppliait le Roi de trouver bon qu’il en portât les marques, admis et non reçu. Le Roi dit « Oui » et ainsi finit cette querelle36 […].

  • 37 Voir Liste chronologique… 1863, p. 105 (l’absence de réception est mentionnée pour le comte d’Arand (...)
  • 38 Le texte du serment est cité et commenté par Aranda dans la dépêche no 1037.

15Si Aranda a pu opter pour cette solution de retrait afin d’éviter de compromettre l’honneur de son lignage et de participer, en étant mêlé aux ducs et pairs (sans même parler de l’ancienneté de sa cédule), à la publication d’une équivalence fallacieuse entre systèmes nobiliaires espagnol et français, une autre raison peut cependant expliquer pourquoi le comte de Maurepas lui aurait proposé d’être, comme le comte de Fuentes avant lui, « admis et non reçu37 ». C’est aussi le serment d’obéissance que l’ambassadeur rejetait, car il revenait à reconnaître le roi de France comme souverain – par exemple en s’engageant à ne « [sortir] jamais de [son] royaume, spécialement pour aller au service d’un prince étranger38 ». Au contraire, les Français recevant du roi d’Espagne l’honneur d’intégrer l’ordre de la Toison d’or ne lui prêtaient pas serment comme souverain mais seulement comme grand maître de l’ordre. Loin de faire bénéficier Espagnols et Français d’honneurs semblables, la mise en équivalence de l’intégration dans l’ordre de chevalerie le plus prestigieux de chaque royaume aurait, dans l’interprétation d’Aranda, vassalisé les uns mais pas les autres. « Admis et non reçu », le comte refusait donc avec vigueur une dignité dont il réactivait la force politique et s’appuyait, une fois de plus, sur l’exigence absolue de réciprocité – tout en en soulignant la difficulté du fait des différences d’usages entre cours et agitant le spectre d’une disparité majeure entre les deux branches de la dynastie.

  • 39 Schick 2017.
  • 40 Cosandey 2016.

16Dans cette perspective, tenir son rang d’ambassadeur de famille à la cour de France, ce n’était pas seulement faire reconnaître la force des liens du sang en imposant d’associer à ce titre des prérogatives distinguant avec éclat l’ambassadeur d’Espagne des autres diplomates. C’était aussi imposer d’y jouir de droits similaires à ceux de l’ambassadeur de France en Espagne – au nom du principe de réciprocité et en dépit des divergences entre traditions curiales héritées de la période antérieure à l’union dynastique. Toute dissymétrie dans l’accès au souverain, aux honneurs et donc à l’information politique39 aurait pu traduire et renforcer l’ascendant (politique, mais aussi économique) revendiqué par la France sur l’Espagne. Expression paradigmatique d’une vision politique, la revendication du rang d’ambassadeur de famille invitait ainsi Aranda à réécrire sans cesse la signification de l’appartenance dynastique. Tenir son rang relevait d’une véritable lutte – comme la défense des droits de circulation entre nations – et d’autant plus que les prérogatives attachées au rang d’ambassadeur de famille n’étaient définies ni dans le Pacte lui-même – à la différence des préséances étudiées ci-dessus entre ambassadeurs des Bourbons – ni dans aucun autre texte normatif. La défense de ces privilèges de « Famille » relevait dès lors du champ agonistique lié au rang qui structure toute la société d’Ancien Régime40.

Exercer et défendre ses prérogatives d’ambassadeur de Famille

Des prérogatives normalisées…

  • 41 MAE, CE, volumes 2 et 3 (1774), 4 à 8 (1774), 9, 10, 12 et 13 (1776), 14, 17 et 19 (177), 20, 22, 2 (...)
  • 42 « Hacer ciento veinte ou ciento treinta viajes al año de Paris a Versalles, saliendo a las ocho y m (...)

17La correspondance entretenue par le comte d’Aranda avec ses supérieurs et son interlocuteur français, le comte de Vergennes (secrétaire d’État aux Affaires étrangères), permet de reconstituer concrètement les prérogatives que les contemporains pouvaient attacher à ce statut d’ambassadeur de famille. Ces privilèges se traduisent d’abord dans les modalités de son intégration aux temps de la cour. L’ambassadeur du Roi Catholique a en effet la possibilité de se rendre à Versailles tous les jours et non le seul mardi – jour de l’audience générale des ministres en poste à Paris. Comme les rapports de police déposés dans le fonds du contrôle des étrangers l’attestent clairement, Aranda se saisit de cette opportunité et se rend en général à la cour deux fois par semaine, le mardi et le vendredi – pour y voir le roi et s’entretenir avec Vergennes41. Pouvoir être vu du roi sans être mêlé au reste du corps diplomatique représente une opportunité mais aussi une forte contrainte qu’Aranda met en avant pour obtenir enfin son rappel en Espagne au bout de quinze ans : « … faire cent vingt ou cent trente voyages par an de Paris à Versailles, en partant à huit heures et demie du matin, pour voir le ministre des Affaires étrangères à dix heures42… » Voilà le prix logistique de la distinction dans cette cour suburbaine où des plaintes similaires émanent des courtisans et des membres de l’administration royale également obligés de penduler.

  • 43 Le comte d’Aranda évoque sa présence au lever du roi dans plusieurs de ses dépêches comme celle du (...)

18Une fois sur place, l’ambassadeur d’Espagne peut se présenter au lever du roi : agrégé avec les autres ambassadeurs de famille aux entrées de la chambre, il peut solliciter du premier gentilhomme de la Chambre un entretien, seul à seul et porte fermée, avec le souverain43. De même, il a ses entrées chez les autres membres de la famille royale et peut s’associer à elle dans les divertissements ordinaires du roi comme les chasses royales. Il fait aussi parfois partie de la société choisie par le souverain pour l’entourer lors de ses déplacements dans des résidences comme Marly que leur caractère intime ne permet pas d’assimiler purement et simplement à des espaces sans étiquette.

  • 44 Sur la mort de Louis XV, voir AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 162, 30 avril 1774. Sur le sacre d (...)
  • 45 AHN, Estado, leg. 4169, dépêche no 444, 19 juillet 1786) ; voir également le témoignage du marquis (...)

19Ces privilèges se prolongent aussi dans les temps extraordinaires de la cour, en lien avec un cérémonial royal où les célébrations dynastiques comptent autant au xviiie siècle que les grands rituels d’État. Au-delà des événements saisonniers comme les « voyages » de la cour à Fontainebleau ou à Compiègne – auxquels tous les ambassadeurs sont admis, le comte d’Aranda se voit par exemple reconnaître le droit de se présenter quatre fois par jour dans la chambre du roi lors de l’agonie de Louis XV avant d’occuper une place de choix lors du sacre de son successeur, en juin 177544. S’il n’est pas le seul des ambassadeurs à être convié, il s’installe dans la ville de Reims même, comme les courtisans les plus proches du souverain et ses grands officiers, et y « [tient] table ». En 1786, il demeure dans le cabinet adjacent à la chambre de Marie-Antoinette lors de la naissance de Madame Sophie. C’est un privilège remarquable dans la mesure où la masse des courtisans se trouve refoulée dans la galerie après les incidents survenus lors du premier accouchement de la reine, à la naissance de Madame Royale en 177845.

… mais objets de contestations et de transactions

  • 46 Incident évoqué dans Morel-Fatio 1890, p. 165-166 sur la base d’une lettre d’Aranda à Vergennes du (...)
  • 47 AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082, 20 juillet 1777.

20En l’absence de règlement extensif et validé par les deux cours, ces prérogatives ne constituent qu’un corpus de normes fragiles dont la mise en œuvre, comme souvent en matière de cérémonial, entraîne de multiples dysfonctionnements qui émaillent la mission et les échanges épistolaires du comte d’Aranda. Le défaut de considération pour le statut d’ambassadeur de famille suscite des plaintes qui peuvent être portées devant différentes instances – à la fois curiales et étatiques. Aranda conteste ainsi en 1784 la loge qui lui a été attribuée à l’opéra par le prince de Poix – gouverneur du château de Versailles –, soutenant auprès de Vergennes que cette place ne rend pas justice au rang censé être le sien à la cour de France46. Sans que ces revendications provoquent systématiquement des incidents, elles donnent lieu à diverses formes de transactions – qui se jouent à la fois sur le terrain et par la voie diplomatique. Peut-être plus que tout autre diplomate, l’ambassadeur de famille procède comme un courtisan qui défend son rang et sa position à la cour, dans une mobilisation croisée des normes – règlements, usages et jurisprudence cérémonielle – et des acteurs – officiers curiaux et interlocuteurs politiques, en l’occurrence le secrétaire d’État français aux Affaires étrangères et le secrétaire d’État espagnol, susceptibles de convaincre le roi de France de rendre un arbitrage favorable. C’est ainsi que le comte d’Aranda obtient l’élaboration d’une solution de compromis à propos de son admission dans l’ordre du Saint-Esprit. Le rappel du marquis d’Ossun, ambassadeur de France en Espagne, l’incite au contraire à solliciter l’appui de son gouvernement pour redresser une position qu’il décrit comme critique. Sa dépêche du 20 juillet 1777 prend la forme d’un véritable mémoire à charge contre la France : passant au crible le traitement réservé à l’ambassadeur de famille dans chacune des deux cours, il conclut à une dissymétrie minant la crédibilité politique de l’Espagne et en appelle, à défaut de concessions de la part de Versailles, à un ajustement de l’attitude du Roi Catholique envers le nouveau représentant de la France à Madrid47.

  • 48 Sur les prérogatives de l’ambassadeur de France à Madrid, leur réduction sous Ferdinand VI et leur (...)
  • 49 « […] pues parece que lo estrangero no es embarazo segun se ha dicho, como no sea embajador. Lo que (...)
  • 50 Alors que W. R. Newton (2000) ne signale aucune attribution de logement pour l’ambassadeur d’Espagn (...)

21Un enjeu central se joue tout d’abord dans les modalités de l’accès quotidien au monarque, qui serait bien plus restreint pour l’ambassadeur de famille à Versailles qu’à Madrid. L’ambassadeur de France se distingue des autres diplomates en poste à Madrid, puisqu’il est le seul à être reçu par le Roi Catholique en tête-à-tête et quotidiennement48. De ce fait, son statut d’ambassadeur de famille et son assimilation à un « naturel » de haut rang sont visiblement matérialisés par cet entretien, qu’il attend aux côtés des princes et des grands – cette image étant opposée par Aranda à celle de l’ambassadeur d’Espagne contraint de patienter malgré ses prérogatives au milieu de privilégiés trop nombreux à ses yeux à être admis aux entrées, et d’autant plus qu’on y compte d’autres diplomates. En somme, « familier » à Madrid, l’ambassadeur de famille demeurerait « étranger » à Versailles49 – ce que conforterait l’absence d’attribution de logement à la cour de France, à rebours de l’accueil offert par le souverain espagnol dans toutes ses résidences50.

  • 51 Terme employé dans les instructions données à l’ambassadeur de France en Espagne en 1728 : « L’amba (...)
  • 52 Un bilan historiographique récent (Vázquez Gestal 2019, en particulier p. 60) souligne l’absence de (...)
  • 53 Les transformations apportées au fonctionnement cérémoniel français dans la seconde moitié du xviii(...)
  • 54 Par « Grand Théâtre », on désigne à la fois des lieux et des pratiques – c’est-à-dire les représent (...)
  • 55 Cette pratique était en effet pour contourner les contraintes cérémonielles et les problématiques d (...)
  • 56 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 297, 28 novembre 1785.

22Cette distorsion entre les prérogatives dont jouit l’ambassadeur d’Espagne en France et les « privances51 » accordées à son homologue pourrait cependant s’expliquer par des considérations plus générales que par la volonté délibérée du Très Chrétien d’abaisser l’ambassadeur de famille placé auprès de lui. Elle peut tout d’abord tenir aux différences d’étiquette persistant malgré les réformes entamées en Espagne dès le règne de Philippe V. L’honneur d’y être admis au lever ou au repas du souverain serait grossi par Aranda car plus sensible du fait de l’héritage du système de cour des Habsbourg (où l’accès au souverain était fortement restreint)52. Par ailleurs, la systématisation à la cour de France d’événements aux frontières de l’intime et de l’officiel a, dès le règne de Louis XIV et sans que l’on puisse imputer cette mutation aux seules personnalités de Louis XV ou de Marie-Antoinette, compliqué la lecture des temps de cour, déjà partagés selon de subtiles gradations entre « ordinaire » et « extraordinaire »53. C’est ce dont Aranda fait l’expérience lorsqu’il peine à défendre certains des droits qui lui semblaient à juste titre acquis du fait de son statut. Bénéficiant systématiquement d’un siège lors des représentations extraordinaires données au Grand Théâtre de Versailles ou à Fontainebleau, il n’en aurait pas toujours eu aux représentations ordinaires données au « petit théâtre » de Versailles54. Écarté de certains dîners donnés lors des voyages de la cour, il n’était pas non plus toujours invité aux fêtes que donnait la reine à Trianon ou à d’autres réceptions organisées par des membres de la famille royale – auxquelles la présence du roi pouvait pourtant donner parfois un cachet officiel. Il n’aurait ainsi pas été convié au dîner offert dans les « petits cabinets » à l’empereur Joseph II – Aranda s’abstenant dans son récit de mentionner le caractère incognito de cette fameuse visite de 177755. Ces difficultés subsistent, voire s’aggravent, jusqu’à la fin de sa mission, comme en témoignent ses plaintes réitérées en 1785 au sujet des usages en vigueur au château de Saint-Cloud où la reine manque de le recevoir systématiquement56.

Le particulier du prince : un enjeu de distinction

  • 57 Voir l’introduction de Catriona Seth dans Marie-Antoinette 2019.

23Au-delà de l’absence de distinction suffisamment claire avec les autres diplomates, le comte d’Aranda pointe plus précisément les faveurs accordées par Marie-Antoinette à l’ambassadeur impérial, le comte de Mercy57 :

  • 58 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 297, 28 novembre 1785 (« Ya tengo dicho antiguamente a V[uestra] (...)

J’avais déjà dit autrefois à Votre Excellence qu’on ne m’avait pas accordé d’être reçu à Trianon, bien que des dames et des gentilshommes du pays s’y rassemblent régulièrement, ainsi que l’Ambassadeur Impérial, qui y allait fréquemment sous prétexte que la Reine le considère chez elle comme de sa famille, ce que je n’avais pas obtenu, moi qui suis l’ambassadeur d’Espagne et de la famille du Roi ; j’ai entendu dire que c’était le lieu de retraite de la reine, que le roi ne s’y trouvait pas, et je me suis conformé à ce que l’on a voulu et à la volonté expresse du roi Notre-Seigneur, qui m’avait fait demander de laisser les choses aller sans autres prétentions58.

  • 59 AHN, leg. 4079, dépêche no 2228, 22 juin 1782, dans laquelle Aranda rapporte avoir rétorqué à Verge (...)
  • 60 Dans les cours de Vienne et de Madrid, les ambassadeurs de famille avaient au xviie siècle le droit (...)

24En l’espèce, Vergennes abonde dans le même sens et reconnaît que la reine accorde des facilités d’accès d’autant plus déplacées sur un plan politique et cérémoniel qu’elles concernent non seulement son intimité mais des « actes publics » où ne sauraient être mis en cause la prééminence et les privilèges de l’ « ambassadeur de famille »59. L’ambassadeur impérial ne peut en effet aucunement prétendre à ce titre. Cette position de principe ne diminue cependant en rien la conviction d’Aranda qu’une profonde confusion règne à la cour de France quant au sens des mots – la famille dynastique et politique ne pouvant être la famille de cœur et d’origine – et aux usages du rang. Pour lui, devrait prévaloir l’adage selon lequel « où est le roi se trouve la cour ». Dans cette perspective, l’intimité n’existe pas pour le souverain ou devrait, a minima, être partagée avec les membres les plus éminents de sa famille au sens à la fois biologique, politique et étatique60.

« Courtisan favorisé » et non simple ambassadeur : un défi cérémoniel à l’échelle de l’Europe des Bourbons

  • 61 Pour reprendre l’expression d’Amelot dans une lettre à l’ambassadeur de France à Naples, L’Hôpital, (...)
  • 62 AHN, Estado, leg. 3970, dépêche no 5, citée dans Herbin 2019, p. 33-34 (« El martes vio S.M. al Cue (...)

25Bien que le roi d’Espagne Charles III et le comte de Floridablanca semblent temporiser – justifiant les dissymétries au nom des impératifs du « service personnel du prince61 » ou des usages propres à chaque cour – et s’opposer à la véhémence d’Aranda, le successeur de ce dernier, le comte de Fernan Nuñez continue jusqu’à la fin de l’Ancien Régime à relever des difficultés similaires. Il souligne par exemple les imprécisions du Pacte de famille à propos des distinctions à accorder aux ministres de la maison de Bourbon d’un rang inférieur à celui d’ambassadeur : ils seraient considérés comme « de famille » à Madrid, mais pas à Versailles62.

  • 63 Sommer-Mathis 2016, p. 230. L’ambassadeur Diego de Prado reçut également le soutien du grand chambe (...)
  • 64 MAE, CP Esp., 492, fol. 69-70 ; lettre du marquis d’Argenson, secrétaire d’État aux Affaires étrang (...)

26Au-delà, si ces difficultés peuvent tenir aux pratiques cérémonielles en vigueur à la cour de France ou, d’après Aranda, à un choix politique délibéré d’abaisser la dignité de l’ambassadeur de la branche cadette, les situations qu’il décrit font en fait écho à des tensions communes à tous les systèmes diplomatiques familiaux. Au xviie siècle, les ambassadeurs espagnols à Vienne, pourtant – ou parce que ? – représentants de la branche aînée, suscitent de fréquents conflits de préséances – refusant par exemple en 1666 de baiser la main de l’impératrice veuve en arguant qu’ils réservent cet honneur à leurs souverains63. De même, loin de se satisfaire du traitement qu’ils reçoivent comme ambassadeurs de famille à Madrid ou à Naples, les ambassadeurs de France dans ces cours déplorent souvent une absence de reconnaissance de la dignité de la branche aînée. En 1746, le marquis d’Argenson rappelle à l’abbé de Vauréal, alors en poste à Madrid, qu’accorder à l’ambassadeur du roi de Portugal – père de la reine d’Espagne – les mêmes prérogatives qu’à l’ambassadeur de famille, « c’[est] ne faire aucune distinction entre la parenté et l’affinité64 » – une tournure que n’aurait pas reniée Aranda.

  • 65 Sur ces « entre-deux cérémoniels », voir Hassler 2016.

27La thèse de Françoise Janin sur la France et les Deux-Siciles permet en outre de mettre en série les revendications que les ambassadeurs de France successifs ont portées tout au long du xviiie siècle. Or ceux-ci semblaient s’évertuer en vain à obtenir le respect des prérogatives auxquels ils estimaient avoir droit. Lorsque l’infant Charles accède au trône de Naples, le plus grand flou entoure le statut à octroyer à l’ambassadeur de France – et d’autant plus dans une cour dont le cérémonial est à (ré)inventer65 et le système diplomatique à construire. Pour la France, le diagnostic relève de l’évidence :

  • 66 Recueil des instructions1893, p. 58 (instruction citée dans Janin 2016a, p. 83).

[…] le sieur marquis de Puysieulx sait ce qui se pratique en France et en Espagne à l’égard des ambassadeurs respectifs et qu’ils y sont regardés et traités autant comme courtisan favorisé que comme ambassadeur. La même chose doit avoir lieu pour l’ambassadeur que le roi envoie à Naples, et pour ceux que le roi des Deux-Siciles enverra au roi66 […].

  • 67 Janin 2016a, p. 88 et p. 95.
  • 68 Ibid., p. 93.
  • 69 Janin 20216a, p. 218-220.
  • 70 AHN, Estado, leg. 4099, dépêche no 9, 11 novembre 1789, citée dans Herbin 2019, p. 32.

28Côté napolitain, le roi Charles Ier semble inversement plutôt déterminé à limiter les privilèges de l’ambassadeur de France et la reconnaissance qu’il donnerait ainsi au Très Chrétien de sa position de chef de famille. Charles est soucieux de se ménager non seulement l’Espagne, mais plus largement d’autres alliés en Europe, comme l’Empire ou l’Angleterre. Les réagencements de l’étiquette ou de l’espace cérémoniel permettent dès lors d’éloigner l’ambassadeur de France du souverain – soit qu’il perde l’accès à telle pièce jouxtant immédiatement la chambre royale (en 1737) ou qu’il doive partager son privilège d’être admis avec les gentilshommes de la Chambre et les officiers généraux à la conversation d’après dîner (en 1750)67. S’étant vu d’emblée refuser le privilège d’être admis à des fêtes à caractère plus informel, l’ambassadeur de France doit aussi parfois batailler pour occuper le rang qu’il estime lui revenir lors de cérémonies officielles, comme celle de la rose d’or (en 1740)68. Si le caractère privilégié de la position de l’ambassadeur de France n’est globalement plus remis en cause sous le règne de Ferdinand IV, des difficultés surgissent de manière récurrente69 – au point que Fernan Nuñez s’en fait encore l’écho depuis Paris en 178970.

  • 71 C’est en ce sens que le roi des Deux-Siciles refusa constamment de signer le troisième Pacte de fam (...)
  • 72 Désos 2009, chap. 3 et 5, Ozanam 2001a.
  • 73 Exemple parmi d’autres de ces ajustements internationaux du cérémonial, en septembre 1750 (après un (...)

29L’ambassadeur de France à Naples exprime donc des revendications très similaires à celles d’Aranda et pour des raisons symétriques : le roi de Naples comme le comte d’Aranda au nom du roi d’Espagne contestent à la France l’exercice d’une prééminence politique en vertu du statut de chef de famille de son roi (voir fig. 1)71. Un système politique familial peine donc à se mettre en place et à se matérialiser sous la forme de préséances visibles – comme sous la forme d’avantages économiques et commerciaux – qui soient automatiquement concédées aux représentants de la branche aînée. Dans cette perspective, le cérémonial, champ de la lutte pour la réciprocité, est conçu par les autorités napolitaines ou espagnoles comme un instrument pour imposer l’égalité cérémonielle et politique – l’objectif implicite étant aussi de récuser à l’ambassadeur de France toute position qui s’apparenterait à celle qu’avaient occupée à Madrid les tout premiers ambassadeurs de Louis XIV72. Leur action – dont on peut rapprocher les démarches d’Aranda – consiste donc à passer par la voie diplomatique – et non par les seules transactions sur le terrain – pour émanciper des usages locaux le traitement qui leur est réservé et obtenir la mise en place de véritables normes bilatérales. Elle peut donc aussi s’inscrire dans la tendance à l’homogénéisation des pratiques cérémonielles des cours européennes, de manière à éviter que leurs divergences ne soient exploitées pour mettre en scène l’inégalité politique des États sur la scène internationale73.

De la cour au monde : être espagnol en société

  • 74 Pour une synthèse, voir par exemple Dedieu 2011.
  • 75 Voltaire, cité dans Fernandez Herr 1974, p. 21.

30Dès sa nomination, puis son arrivée en France, le comte d’Aranda se fixe comme mission essentielle de corriger la légende noire solidement attachée au monde hispanique dans les différents discours des Lumières où se mêlent rejet et fascination74. Il s’en désole à plusieurs reprises, opposant notamment l’anglomanie des Français à leur mépris pour cette Espagne qu’ils « [ne connaissent] pas mieux que les parties les plus sauvages de l’Afrique et qui ne méritent pas d’être connues » d’après Voltaire75 :

  • 76 « Todo lo inglés se aprecia : se habla de los demas paises como de poco valor y de España estan tan (...)

On aime tout ce qui est anglais : on parle des autres pays comme s’ils étaient de peu de valeur ; et quant à l’Espagne, ils sont remplis des impressions les plus basses et les plus fausses qui se puissent imaginer sur ses usages et ses coutumes76.

31Son entreprise de défense et illustration de l’Espagne se prolonge donc en ville, espace où se déploie aussi la société de cour. S’il souhaite faire connaître la véritable nation espagnole auprès de ce public mondain, il entend aussi toucher un public plus large.

Le comte d’Aranda, membre par le sang de la société de cour française

  • 77 Paris, Archives nationales, O823, p. 255, 12 septembre 1773.

32Hors de l’espace palatial, le premier espace d’action est donc l’espace urbain, où Aranda doit afficher sa double dignité de grand d’Espagne et d’ambassadeur de famille. L’historiographie a longtemps véhiculé le souvenir de la présentation du comte d’Aranda à la cour77 où il aurait déçu – son apparence correspondant plus aux traits caractéristiques du farouche Castillan (ce dont témoigne un portrait croqué par Vivant Denon, fig. 2) qu’à l’auguste noblesse du grand et de l’homme d’État :

  • 78 MAE, CP Esp. 578, fol. 79, lettre de Mme N. … au comte de Périgord, 12 septembre 1773.

Je me suis toujours promise M. le Comte de vous mander l’effet que me feroit M. d’Aranda, vous vous ressouvenez que bien des fois vous m’aviés dit que vous désiriés le voir avec Messieurs de Kaunitz, de Pombal et d’Aiguillon, comme les hommes qui avoient ou devoient avoir la plus grande existence, M. d’Aranda est bien loin de sa réputation. J’ay diné avec lui aujourd’huy, non seulement il n’a pas dit une chose spirituelle, mais il a été dans le plus lourd et le plus commun, il est vrai que je le crois un peu lourd et qu’il n’y voit pas, ajoutés de le trouver avec beaucoup de monde qu’il ne connoit pas, il a l’air faux […] il est bien laid, bien jaune, point de dents, l’air vieux […] je commence à croire que son arrivée, à laquelle on supposoit de grandes suites, n’est autre chose que la crainte qu’il a eüe de se voir exiler78.

  • 79 Jurt 1987 ; Schaub 2003, 2e partie.

33Pourtant, à rebours de ces stéréotypes attachés à l’hispanité – d’ambivalente, leur connotation devient franchement négative au xviiie siècle79 –, le comte d’Aranda se retrouve rapidement au cœur de la vie mondaine parisienne. Il en est même probablement l’un des principaux acteurs tout au long de la durée de son ambassade.

Fig. 2. Vivant Denon, Le Comte d’Aranda, s. d., portrait à la mine de plomb, plume et encre brune. Chalon-sur-Saône, musée Denon, inv. 2004.4.3.

Fig. 2. Vivant Denon, Le Comte d’Aranda, s. d., portrait à la mine de plomb, plume et encre brune. Chalon-sur-Saône, musée Denon, inv. 2004.4.3.

Ce croquis, qui semble pris sur le vif, a été réalisé par Vivant Denon, chargé d’affaires auprès de l’ambassadeur de France à Naples entre 1782 et 1785.

© Philip Bernard

  • 80 Comme en témoignent les registres des premiers gentilshommes de la Chambre : Paris, Archives nation (...)
  • 81 Horowski 2019 (base de données en ligne, p. 676, H478). Je remercie vivement L. Horowski de m’avoir (...)

34Bien que décrit sous les traits d’une figure échappée d’un traité de caractérologie, le comte d’Aranda n’est en fait pas un étranger dont l’altérité radicale ferait un outsider au défi d’intégrer une société hostile. Ambassadeur de famille, c’est aussi un grand d’Espagne, à qui cette seule qualité aurait donné rang à la cour80. Au-delà, il est étroitement lié à différents lignages européens : les multiples alliances transnationales dont il est issu le placent au cœur d’un réseau nobiliaire multiscalaire, à la fois cosmopolite et français. Par sa grand-mère maternelle, Marie-Ignace de Bournonville, il est apparenté à plusieurs des membres les plus éminents de la société de cour notamment le duc de Croÿ, le maréchal-duc de Duras, la duchesse d’Aumont ou les Noailles (comme le duc d’Ayen)81. Ces affinités généalogiques configurent son intégration à la bonne société parisienne, qui tient donc à la fois aux liens dynastiques unissant les souverains français et espagnols, aux liens du sang produits par les circulations nobiliaires européennes, et à la communauté désormais bien identifiée du « corps diplomatique ». Dès lors, le comte d’Aranda agit comme un intermédiaire culturel dont la capacité à participer à une culture de cour partagée à l’échelle de l’élite continentale est le meilleur atout pour défendre l’hispanité.

Intégration sociale, culture matérielle et pratiques de l’hospitalité

  • 82 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.
  • 83 Du Deffand 1865, t. II, p. 348, lettre à Horace Walpole, 3 octobre 1773.

35Aranda, comme la plupart des courtisans qui ne bénéficient pas de logement au château – ou seulement d’appartements trop exigus – loue une maison de ville à Versailles. Celle-ci lui permet de remplir plus aisément ses devoirs curiaux et peut être mise à disposition de certains courtisans, ce qui en fait ses obligés et favorise son intégration à la société de cour82. Il n’en reste pas moins que l’enjeu essentiel est sa demeure à Paris, où il convient de paraître autant qu’à Versailles dans le cadre de ce duopôle capital que constituent les deux villes depuis un siècle. Ses prétentions à la magnificence font même rire Mme du Deffand qui se gausse de sa volonté de déménager de l’hôtel où résidait son prédécesseur le comte de Fuentes pour un plus grand, situé rue des Petits-Champs : « M. d’Aranda n’a encore vu personne ; il s’est trouvé trop petitement logé dans la maison de son prédécesseur, qui avait avec lui femme et enfants, et lui, d’Aranda est tout seul ; il prend la maison de M. de Brunoi, rue des Petits-Champs, qu’il loue 22 000 livres83. »

  • 84 « […] mi casa […] por ser tan buena, que oy es capaz para una Princesa de la Sangre », AHN, leg. 40 (...)
  • 85 Le terme de « décence » apparaît en AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782.

36Contraint de quitter cet hôtel lorsque M. de Brunoi le vend au duc d’Orléans qui l’acquiert pour sa fille fraîchement séparée de son époux (la duchesse de Bourbon), Aranda se réjouit d’avoir su tenir son rang avec tant d’éclat que « [sa] maison [y a gagné] le lustre nécessaire à une princesse du Sang84 ». Il n’y a là rien de ridicule à ses yeux, mais bien la preuve de sa capacité sociale et financière à faire face aux exigences minimales de la bienséance et de la « décence » qu’implique son rang personnel et officiel85. Ce transfert confirme ainsi a posteriori l’opération si bien menée lors de son entrée en fonction qu’elle a été publiée à l’échelle européenne – par exemple dans la Gazette de Leyde :

Le Comte d’Aranda, ci-devant Premier-Ministre & à présent Ambassadeur d’Espagne à notre Cour, se propose, dit-on, de tenir un grand état, & de rester longtems ici. Parmi sa Suite nombreuse & brillante, il y aura douze Gentilshommes, aïant chacun leurs Equipages. Ne se trouvant point assez au large à l’Hôtel de Soyecourt, qu’a occupé le Comte de Fuentes, son Prédécesseur, il a loué l’Hôtel de Brunoy avec les beaux Meubles pour 22 mille Livres par an, ce qui est un des plus forts loyers de Paris. Le Comte de Mercy d’Argenteau, Ambassadeur de L. M. Impériales, paye du Petit-Luxembourg 16. Mille Livres par an. Cependant ce Seigneur est presque toujours à une Maison de Campagne, dont l’air est nécessaire à sa santé86.

  • 87 Voir Coquery 1998 et Roche 2000 (en particulier l’article de Jean-François Dubost) ; sur la promena (...)

37En 1783, il n’entend donc pas perdre en prestige et choisit de s’installer dans l’hôtel du duc d’Aumont (futur hôtel de Crillon) sur la récente place Louis XV. Il se déplace ainsi sur la rive droite, passant du quartier du Palais-Royal – marqué par la double présence de l’hôtel aristocratique et du commerce du luxe – aux quartiers émergents de l’ouest parisien. Aranda satisfait en cela des impératifs de distinction, en même temps qu’il s’insère dans un espace urbain particulièrement dynamique et attractif (pour les financiers et affairistes comme pour les étrangers). Y fleurissent constructions nouvelles et loisirs inédits qu’il pratique assidûment comme la promenade – aux Tuileries, puis aux Champs Élysées après son déménagement87. Les achats de mobilier et les travaux d’aménagement qu’il doit réaliser dans ce nouvel hôtel à la pointe de la mode donnent la mesure du faste matériel qu’il déploie dans ces demeures successives :

  • 88 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782 (« La que tomare estara desnuda […] sin tener (...)

La [maison] que je prendrai sera vide […] sans rien pour s’asseoir, sans tables pour poser les lumières. Or rien de tout ceci, pour l’honneur de l’ambassadeur du Roi Catholique, comme pour celui du comte d’Aranda […] ne peut être simplement d’une qualité suffisante chez un particulier ; au contraire, il doit s’installer en suivant le luxe et la splendeur à la mode, en ayant des étoffes […] dont on demande 96 livres tournois l’aune, c’est-à-dire 384 reales de vellón, […], des girandoles en cristal, […], des tables de marbre garnies de sculptures et de dorures de grand prix, sans compter les ornements que l’on tient pour indispensables : d’élégantes pièces de Porcelaine de Sayve [sic pour Sèvres], des pendules, des miroirs […] et ce n’est pas plus une bagatelle que l’arrangement des linteaux ciselés et dorés pour encadrer les tentures, les portières et les fenêtres avec leurs rideaux88.

  • 89 Coquery 1998.
  • 90 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.
  • 91 Ozanam 1998, introduction. C’est aussi l’un des postes où fut mis en place un oficial de la secreta (...)
  • 92 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782.
  • 93 Tous les diplomates se plaignent des frais qu’ils doivent engager et des dettes qu’ils contractent, (...)

38De 1773 à 1787, le comte d’Aranda a dû pourvoir aux frais d’un important train de maison comme tous les aristocrates parisiens dont l’historiographie récente a dévoilé la logique des dépenses, des choix d’habitat et des consommations domestiques89. Soucieux comme il l’indique à plusieurs reprises de défendre l’éclat de son nom et la gloire de son souverain, il entre dans cette émulation qui nourrit les dynamiques de consommation. Un tel train de maison passe aussi par l’entretien d’une véritable domesticité – et non seulement de la suite évoquée par la Gazette de Leyde. Estimant ses frais annuels de 50 à 60 000 livres tournois et refusant de rechigner à la dépense – il semble ne pas hésiter à payer plus les serviteurs ou les fournisseurs pour obtenir la meilleure qualité90 –, il se plaint de devoir engager lourdement sa fortune personnelle pour paraître avec éclat dans la cour la plus dispendieuse d’Europe. Le poste français aurait pourtant été l’un des mieux dotés par la monarchie hispanique et l’un de ceux où la progression du traitement aurait été la plus sensible – car l’un des plus prestigieux91. Le comte d’Aranda obtient toutefois en compensation de ses efforts une indemnité supplémentaire – une rente annuelle de 2 000 doublons au titre de sa carrière militaire – et l’autorisation de mettre en bail l’une de ses propriétés92, preuve s’il en est de la norme que constituait la mobilisation du patrimoine familial au service du souverain93. Le coûteux fonctionnement des ambassades – les espagnoles comme les autres – imbriquait au xviiie siècle encore largement deniers publics et personnels.

  • 94 Lilti 2005, notamment p. 125-136.
  • 95 MAE CE, vol. 46 (Travail du vendredi 27 septembre 1782. Ministres étrangers, 21 septembre), vol. 47 (...)
  • 96 Voir par exemple MAE, CE, vol. 6, Travail du vendredi 14 juillet 1775. Ministres étrangers : « Le 1 (...)

39Comme les autres ambassadeurs, auxquels il est malgré ses prétentions fréquemment assimilé – par exemple dans les rapports de police –, le comte d’Aranda est reçu dans de nombreux salons. La diversité de ses relations, dans l’espace et le temps, est caractéristique d’une cartographie mondaine à la fois mouvante et foisonnante, dépassant largement les quelques salons auxquels l’historiographie l’a longtemps réduite94. Dans les premières années de son ambassade, Aranda est notamment reçu chez Mme du Deffand, chez la duchesse de Civrac ou encore chez Mme Necker et, dans les années postérieures à la guerre d’Indépendance, par la comtesse de Boufflers, les duchesses d’Enville et de La Vallière ou la marquise de La Vaupalière. Tout au long de sa mission, il sera fidèle aux salons de la maréchale de Luxembourg et de la duchesse de Praslin. Et cette liste n’est pas exhaustive. Si les clivages sociaux, intellectuels ou politiques pouvaient violemment faire irruption, les pratiques n’en soulignent pas moins l’impossibilité d’étiqueter les salons : le salon de Mme La Reynière n’est pas qu’un salon « financier » ou celui de la duchesse d’Enville qu’un salon « encyclopédiste ». Ce sont des pôles d’attraction mondaine pris dans un système complexe de relations où la noblesse ancienne – qu’illustrent la duchesse de Civrac ou la duchesse de Praslin, dont l’hôtel se situe d’ailleurs faubourg Saint-Germain – joue tout son rôle. À rebours des clichés sur les salonnières, des hommes aussi tiennent salon et Aranda rend ainsi visite au duc d’Havré, au duc de La Trémoïlle ou encore au comte d’Albaret dont il honore tout particulièrement les concerts95. Si on ajoute à cela son goût pour les spectacles scientifiques et techniques96, on peut conclure qu’il se conduisait en parfait homme du monde, dont la sociabilité ne se lit pas en termes d’adhésion idéologique. Fréquenter les salons participe avant tout d’une pratique sociale qu’il partageait avec l’ensemble du « corps diplomatique » et qui était le principal moyen d’intégration à la bonne société parisienne.

  • 97 MAE, CE, vol. 6, Travail du vendredi 21 juillet 1775. Ministres étrangers (fol. 56) et vol. 7, Trav (...)
  • 98 Bachaumont 1785, t. XXVII, 1er avril 1774 (à propos des courses de Longchamp).
  • 99 MAE, CE, vol. 8, Travail du vendredi 1er décembre 1775. Ministres étrangers, fol. 30v-31 : « L’on p (...)
  • 100 MAE, CE, vol. 17, Travail du vendredi 1er août 1777. Ministres étrangers (23 juillet).
  • 101 MAE, CE, vol. 20, Travail du vendredi 2 janvier 1778. Ministres étrangers (26 décembre 1777) : il p (...)
  • 102 MAE, CE, vol. 20, Travail du vendredi 6 février 1778. Ministres étrangers (30 janvier).
  • 103 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.
  • 104 Ces indications sont tirées d’une analyse d’ensemble des rapports de police déjà cités.

40Mais le comte d’Aranda – qui, là, se distingue plus du reste du corps diplomatique – n’est pas seulement reçu (presque) partout : il reçoit plus que tout autre diplomate. Les rapports de police constatent ainsi qu’il est « le seul ministre qui tien[ne] un état de maison représentatif97 ». Il attire les regards « par la magnificence de son train98 », si bien que les autres diplomates auraient même cherché à l’imiter99. Tel un grand seigneur local, il peut étendre ses invitations « à la première noblesse du royaume100 » tout en prêtant sa maison de Versailles aux épouses des diplomates (ceux-ci préférant investir dans une maison de campagne)101. Il reçoit certains des familiers des salons où il était admis – comme ceux de Mme du Deffand, des maréchales de Luxembourg et de Mirepoix, des duchesses de Praslin et de Lauzun – et tient largement table ouverte. Même en son absence, la table est toujours servie pour douze à vingt personnes, notamment les voyageurs espagnols, mais pas seulement102. Il donne des dîners (réunissant trente à quarante personnes) et des soupers priés (réunissant quatre-vingts à cent vingt personnes)103, où il reçoit les Espagnols titrés présents à Paris (comme le duc et la duchesse de l’Infantado), « des seigneurs et dames françois » et d’autres diplomates en vertu d’un équilibre complexe entre rang social, circonstances et liens personnels104. Largement attestée dans les rapports de police, sa capacité matérielle, financière et socioculturelle à tenir son rang est attestée par des témoins de cette bonne société. Côté ville, il satisfait la fureur de jeu des « ambassadeurs, [des] étrangers et [de] la principale noblesse », femmes comprises. Côté cour, son art de recevoir combine bienséance et élégance dans des divertissements associant comme dans les salons plaisirs de la table, de la musique et de la conversation :

  • 105 Croÿ-Solre 1906-1907, t. IV, chap. XXXIII, p. 299, et chap. XXIX, p. 136-139 (24 août 1774). Sur le (...)

L’après-midi, Mme de Vérac me mena à la forêt, aux jolis cafés de l’ambassadeur d’Espagne. Ce café de l’ambassadeur d’Espagne était un divertissement bien choisi pour un temps de deuil ; cela n’était pas trop fête et cependant, fort beau. C’était un grand salon en manière de tente, dans le vide d’un bel endroit sauvage de la futaie où on jouait, et où, tandis qu’une très bonne musique se faisait entendre, on servait avec profusion d’excellentes glaces et rafraîchissements. Il en donna comme cela, trois ou quatre, qui firent effet par le beau temps, l’affluence du monde et la présence de la Reine, des princes et des princesses105.

41À la cour comme à la ville, être reçu conditionne la qualité de l’information politique et des échanges parallèles aux canaux officiels ; recevoir largement accroît encore ces possibilités. Mais cette réussite est aussi pleinement politique par elle-même : l’intégration sociale participe du travail de représentation diplomatique – en l’occurrence pour la plus grande gloire d’une monarchie hispanique menacée d’être au moins symboliquement marginalisée dans l’Europe des Lumières.

Comment peut-on être espagnol ? Jeux de regards

  • 106 Lévis 1815, p. 167.

Toujours le même dans ses relations publiques et privées, il avoit de la dignité sans arrogance, de la gravité sans lenteur ; il étoit impénétrable sans être mystérieux ; enfin, c’était une de ces âmes de fer que son pays seul produit. La légèreté française, la persévérance germanique, l’astuce italienne, rien ne pouvait l’émouvoir, ni lui faire perdre de vue le but où il tendoit, aussi n’y avait-il pas un moment de la journée où il cessât ses fonctions106.

42Cette description sous la plume (rétrospective) du duc de Lévis est très révélatrice de la manière dont Aranda sut s’imposer sur la scène mondaine et adopter un comportement lui permettant d’éviter toute forme de compromission visible. Les rapports de police confirment ainsi qu’il ne s’était lié avec aucune coterie d’ambassadeur, le binôme formé avec l’ambassadeur de Naples se justifiant par les relations « de famille », ou clan de la cour. Mais il témoigne aussi fortement du jeu de regards stéréotypique dans lequel étaient prises les appréciations que l’on portait sur lui et qu’il portait sur son environnement.

43Aranda prend la société de cour à Paris et à Versailles comme un observatoire de la « nation française » dont il fustige de manière récurrente la légèreté, la frivolité, la confusion. C’est particulièrement net dans les portraits qu’il fait des membres de la jeune génération de la famille royale comme Marie-Antoinette ou le comte d’Artois :

  • 107 AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 412, 30 mars 1775 (« Yo no sabría como descifrar mejor el genio (...)

Je ne pourrais pas décrire mieux le caractère de ce prince, sinon en disant qu’il pourrait être le modèle d’un jeune français, tel que toutes les autres nations étrangères considèrent ce caractère national si particulier : et pour preuve qu’il est très français, je pourrais dire aussi qu’il est le seul des trois frères qu’aiment les gens qu’on appelle étourdis et dont on dénombre quatre-vingts sur cent personnes107.

  • 108 Cadalso 2000 [1793].
  • 109 AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 275, 30 septembre 1774.
  • 110 Oltra et Pérez Samper 1987, Ferrer Benimeli 1998a.

44Pourtant soucieux de se conduire en observateur attentif et rationnel, Aranda développe un discours travaillé de l’intérieur par des clichés déjà présents dans la littérature espagnole du xviie siècle et remployés par des auteurs qui lui sont contemporains comme Cadalso dans ses Cartas marruecas108. Un des premiers à utiliser l’expression carácter de la nación, en 1793, il fait de ces stéréotypes des outils de description et d’interprétation au service d’une actualité politique inquiétante et renvoyée ainsi à du connu. La radicalisation critique et l’effervescence du débat public à partir des années 1770 sont passées au crible de cette grille caractérologique à laquelle Aranda combine aussi des références au passé. Il se prive ainsi de la possibilité de dégager les spécificités de la situation qu’il observe. En 1774, lors du rétablissement des parlements par Louis XVI, il expose publiquement ses inquiétudes, s’en explique auprès de Maurepas – qu’il essaie même de convaincre de conserver les cours établies par Maupeou –, puis rend compte de ses démarches à son gouvernement. S’il identifie clairement le rôle des princes du sang, comme le duc d’Orléans, dans l’agitation politique qui enfièvre Paris, il ne semble rien voir là de nouveau, évoquant le spectre de la Fronde et de la première révolution anglaise109. Comment comprendre cette relative myopie – très différente de sa clairvoyance sur les enjeux proprement américains et non seulement européens de la guerre d’Indépendance américaine110 ? Sans doute parce que les jeux caractérologiques, hérités d’une longue tradition, font le jeu de la construction d’imaginaires nationaux au service de rapports de force européens qui ne passent plus par les seules logiques dynastiques.

  • 111 Fleuriot 1991.
  • 112 Aranda 1785.

45Véritable intermédiaire culturel, le comte d’Aranda s’emploie d’ailleurs en parallèle à lutter contre les topoï négatifs circulant en France sur l’Espagne. Parmi de multiples actions d’écriture, il s’en prend notamment au Voyage de Figaro en Espagne111, paru en 1784 puis réédité à deux reprises en 1785 avant d’être traduit en anglais en 1786. Cette rapide diffusion l’amène à rédiger lui-même une réfutation intitulée Dénonciation au public du Voyage d’un soi-disant Figaro en Espagne par le vrai Figaro112 :

  • 113 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 296, 28 novembre 1785 (« Hallando tan disparatado el escrito per (...)

Jugeant cet écrit tout à fait extravagant mais capable, pour notre malheur, de toucher le caractère frivole et hostile de cette nation, j’ai pensé que le mieux serait d’y répondre succinctement, en offrant une lecture légère, de façon à ne pas éprouver la faible patience des Français, et afin de tourner l’ouvrage en ridicule, moyens qui sont tous deux les plus appropriés au goût et au génie dominant de cette nation113.

  • 114 Comme dans la « copie d’une lettre qu’un Français qui est en Espagne a écrite ici » : « Je ne serai (...)
  • 115 Voir par exemple le Journal de Paris, no 318 (lundi 14 novembre 1785), disponible sur Gallica : htt (...)
  • 116 Sur l’ouvrage de Fleuriot de Langle, la genèse et la réception (politique et littéraire) de la réfu (...)
  • 117 Qualifiant Aranda de « seul homme de qui la monarchie espagnole puisse s’enorgueillir à présent » p (...)
  • 118 Lettre d’Aranda à Vergennes du 12 octobre 1785, éditée dans Ferrer Benimeli 1972, p. 166-167 : « Il (...)

46Réagir à la légende noire que les Français s’ingénient à faire circuler n’est donc pas suffisant114 : toucher le public visé implique d’employer des moyens adaptés au caractère national. Son ouvrage, dont la publication a été abondamment relayée dans la presse périodique115, ne reçoit cependant qu’un accueil mitigé116. Fort du soutien de Charles III, le comte d’Aranda bataille alors pour obtenir des autorités françaises l’interdiction du Voyage de Figaro en Espagne. L’opuscule est brûlé sur arrêt du parlement de Paris le 7 février 1786, après un réquisitoire de l’avocat général Antoine-Louis Séguier, reprenant les arguments développés par Aranda dans ses lettres à Vergennes et à Floridablanca ou encore dans sa réfutation. S’il s’agit aussi d’obtenir que son attachement à l’ordre social soit attesté – puisque Fleuriot de Langle le présentait dans son ouvrage comme un thuriféraire de Voltaire et un ardent défenseur de la tolérance117 –, l’objectif essentiel est politique et similaire à celui qu’il poursuivait dans sa lutte pour la reconnaissance de son statut à la cour : éprouver la force des liens unissant les deux nations sœurs et concrétiser le Pacte de famille118. Sur ce point, les propos qu’il tient à Vergennes font strictement écho aux instructions qu’il reçoit du secrétaire d’État avec lequel il peut pourtant se retrouver fréquemment en désaccord :

  • 119 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche de Floridablanca à Aranda du 31 décembre 1785 (« El rey, y los que (...)

Le Roi et nous qui sommes aujourd’hui dans son Ministère [lui écrit Floridablanca en 1785] ne lisons pas ou méprisons de tels livres, en prenant en compte le caractère de cette nation, et en essayant de dissimuler et de réparer l’incompatibilité qu’elle a avec la nôtre ; mais ceux qui les lisent ou en entendent parler, ce sont les jeunes qui devront à l’avenir gouverner l’Espagne […] ils nourrissent en eux un sang mauvais, la haine et l’horreur des Français : ils élèveront ces sentiments aux Ministères qu’ils exerceront ; et même si en leur for intérieur batailleront contre eux la politique, l’intérêt et le bon sens, ils fermenteront toujours et on peut craindre qu’ils auront presque toujours l’avantage, sans que nous ayons jamais de véritable union, qui n’existe pas sans l’estime réciproque119.

  • 120 Voir notamment GRIHL 2016.
  • 121 Aranda aurait souhaité participer lui-même à la rédaction d’un libelle répondant aux pamphlets circ (...)
  • 122 AHN, Estado, leg. 2846, cité dans Ferrer Benimeli 1972, p. 157.
  • 123 Cavanilles 1784.
  • 124 MAE, CP Esp., 612, lettre d’Aranda à Vergennes du 16 janvier 1784, fol. 46.
  • 125 Lilti 2019.

47C’est donc cette inlassable quête de la réciprocité qui guide Aranda dans son engagement dans la polémique par l’écrit et l’imprimé120. Il cherche à reconstruire l’adhésion des Français à l’Espagne à la fois concrètement – pour qu’ils y investissent, par exemple lorsqu’il favorise la promotion des participations dans le percement du canal de Murcie121 – et symboliquement – lorsqu’il fait saisir par Sartine les Letters Concerning the Spanish Nation d’Edward Clarke, ou qu’il provoque un véritable incident diplomatique au moment de la parution de la Géographie de l’Encyclopédie Panckoucke et de son article « Espagne » par Nicolas Masson de Morvillier. Les modalités d’action l’impliquent là aussi directement : il propose à l’éditeur de l’ouvrage de Clarke de lui fournir tous les matériaux nécessaires pour le réimprimer dans une version débarrassée de ses erreurs122 ; de même, il passe commande à l’abbé Antonio Cavanilles – précepteur des enfants du duc de l’Infantado, botaniste ami d’Alexandre de Humboldt – des Observations sur l’article Espagne de la Nouvelle Encyclopédie123. Tout en reconnaissant auprès de Vergennes « le retard » de son pays, il s’emploie à vouloir le faire décrire avec exactitude, dans un discours rationnel et scientifiquement fondé – à rebours de la démarche de voyageurs et d’auteurs qui « [mettent] tous leur effort à le remplir de ridicules, parce qu’ils savent que c’est ainsi qu’ils obtiendront une meilleure vente »124. Entre logiques nationales et logiques dynastiques, entre stéréotypes et connaissances scientifiques, les hommes politiques du xviiie siècle créent donc moins des frontières que des encastrements qu’il est nécessaire de faire apparaître pour éviter des interprétations à fronts renversés – comme celles qui furent successivement appliquées à Aranda – et, plus largement, pour assumer « les ambivalences de la modernité » dont les Lumières ont fait de nous les héritiers125.

*

  • 126 AGS, Libro copiador no 79, lettre d’Aranda à Floridablanca, 22 juin 1777.
  • 127 Guillaume Hanotin a d’ailleurs souligné que la meilleure observance des privilèges de l’ambassadeur (...)
  • 128 Martin 2017.

48Le croisement des correspondances diplomatiques met au jour le hiatus entre le discours officiel sur l’amitié liant les princes du même sang, d’une part, et la frustration expérimentée au quotidien par les diplomates, d’autre part. Aranda lui-même s’emportait en 1777 en qualifiant de « contes » toute la rhétorique du « sang commun »126. Les enjeux cérémoniels et mondains étaient dans ce contexte placés sur le même plan que les enjeux économiques ou militaires : ils participaient de la même grille de lecture et conditionnaient des actions solidaires les unes des autres au service d’une seule et même finalité politique – la grandeur de l’Espagne et la reconnaissance d’une véritable réciprocité. C’est en effet sans relâche que le comte d’Aranda a cherché entre 1773 et 1787 à faire reconnaître son statut d’« étranger familier » et à maintenir coûte que coûte sa position dans la société de cour en adéquation avec les postulats du Pacte de famille. Dans un système politique qui achoppait sur l’affaiblissement des liens dynastiques – encore que ceux-ci n’aient sans doute jamais eu de véritable efficacité qu’adossés à d’autres considérations stratégiques127 –, le comte d’Aranda témoignait ainsi de la mission essentielle de l’ambassadeur à l’époque moderne : informer – en fabriquant l’information attendue par son gouvernement128 mais aussi en donnant forme au monde qu’il mettait en gestes et en mots pour y agir au nom de son souverain.

Haut de page

Bibliographie

Albiac Blanco María-Dolores, 1998, El Conde de Aranda. Los Laberintos del poder, Saragosse, Caja de Ahorros de la Inmaculada de Aragón.

Andretta Stefano et al. (dir.), 2010, Paroles de négociateurs : l’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin de l’époque moderne, Rome, École française de Rome.

Aranda Pedro Pablo Abarca de Bolea, comte d’, Dénonciation au public du Voyage d’un soi-disant Figaro en Espagne par le vrai Figaro, Paris, 1785.

Bachaumont Louis Petit de, 1785, Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des Lettres en France depuis 1772 jusqu’à nos jours, Londres, John Adamson.

Baillie Hugh Murray, 2014, « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, tr. française d’un article paru en 1967 ; https://journals.openedition.org/crcv/12137.

Balayre Amélie et al. (dir.), 2021, Le Diplomate en représentation, xvie-xxe siècles, Rennes, PUR, 2021.

Bédarida Henri, 1927, Les Premiers Bourbons de Parme et l’Espagne (1731-1802) : inventaire analytique des principales sources conservées dans les Archives espagnoles et à la Bibliothèque nationale de Madrid, Paris, H. Champion.

Bédarida Henri, 1928, Parme et la France de 1748 à 1789, Paris, H. Champion.

Belissa Marc, 1998, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795), Paris, Kimé.

Belissa Marc, 2005, « Diplomatie et relations internationales au xviiie siècle : un renouveau historiographique ? », Dix-huitième siècle, no 35, p. 31-47.

Bély Lucien, 1990, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Paris, Fayard.

Bély Lucien, 1999, La Société des princes, Paris, Fayard.

Bély Lucien (dir.), 2003, La Présence des Bourbons en Europe, Paris, PUF.

Blart Louis, 1915, Les Relations entre la France et l’Espagne après le Pacte de famille jusqu’à la fin du ministère de duc de Choiseul, Paris, Ferdinand Alcan.

Bois Jean-Pierre, 2003, Nouvelle Histoire des relations internationales, t. III : De la paix des rois à l’ordre des empereurs (1714-1815), Paris, Seuil, coll. « Points. Histoire ».

Bombelles Marc de, 1978, Mémoires, t. 2, Genève, Slatkine, 1978.

Cadalso José de, 2000 [1793], Cartas marruecas. Noches lúgubres, Madrid, Cátedra.

Cavanilles Antonio José, 1784, Observations de M. l’abbé Cavanilles sur l’article « Espagne » de la Nouvelle Encyclopédie, Paris, A. Jombert jeune.

Coquery Natacha, 1998, L’Hôtel aristocratique : le marché du luxe à Paris au xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Cosandey Fanny (dir.), 2005, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, éditions de l’EHESS.

Cosandey Fanny, 2016, Le Rang : préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

Croÿ-Solre Emmanuel de, 1906-1907, Journal inédit, 1718-1784, Paris, Flammarion, 4 t.

Dedieu Jean-Pierre, 2011, « L’Espagne dans les circulations internationales en Europe », dans P.-Y. Beaurepaire et P. Pourchasse, Les Circulation internationales en Europe, 1680-1780, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 481-485.

Défourneaux Marcelin, 1969, « Autour du Pacte de famille : l’ambassade du comte d’Aranda en Pologne », Revue d’histoire diplomatique, t. 83, p. 20-45.

Désos Catherine, 2009, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2009.

Droguet Vincent, 2005, « La salle et son histoire : de la “Grande salle neufve” à l’Ancienne Comédie », dans V. Droguet et M.-H. Jordan (dir.), Théâtre de Cour : les spectacles à Fontainebleau au xviiie siècle, Paris, Éditions de la RMN, p. 37-49.

Dubost Jean-François, 2000, « Les étrangers à Paris au Siècle des Lumières », dans Roche 2000, p. 221-288.

Dubost Jean-François, 2007, « La cour de France face aux étrangers. La présence espagnole à la cour des Bourbons au xviie siècle », dans Ch. Grell et B. Pellistrandi, Les Cours de France et d’Espagne au xviie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, p. 149-169.

Du Deffand Marie, 1865, Correspondance complète avec ses amis, Paris, Plon.

Fernandez Herr Elena, 1974, Les origines de l’Espagne romantique : les récits de voyage, 1755-1823, Paris, Didier.

Ferrer Benimeli José Antonio, 1972, El Conde de Aranda y su defensa de España : refutación del « Viaje de Figaro a España », Madrid/Saragosse, université de Saragosse.

Ferrer Benimeli José Antonio, 1998a, « América en el pensamiento de Aranda », dans R. Olaechea et J. A. Ferrer Benimeli (dir.), El Conde de Aranda : mito y realidad de un político aragonés, 2e édition augmentée, Huesca, Diputación provincial/IberCaja, p. 134-153.

Ferrer Benimeli José Antonio, 1998b, « El conde de Aranda, embajador y político », dans El Conde de Aranda, cat. exp. (palais de Sástago, 1er octobre-13 décembre 1998), Saragosse, Diputación.

Ferrer Benimeli José Antonio (dir.), 2000, El Conde de Aranda y su tiempo, Saragosse, Institución Fernando el Católico, 2 vol.

Fleuriot Jean-Marie-Jérôme, 1991, Voyage de Figaro en Espagne, éd. R. Favre, Saint-Étienne, Presses de l’université de Saint-Étienne.

Gonzalez Caizan Cristina, Taracha Cesary et Téllez Alarcia Diego (éd.), 2005, Cartas desde Varsovia. Correspondencia particular del Conde de Aranda con Ricardo Wall (1760-1762), Lublin, Twerset.

Grihl, 2016, Écriture et action : une enquête collective, Paris, Éditions de l’EHESS.

Grimm Frederich Melchior, 1813, Correspondance littéraire, philosophique et critique adressée à un souverain d’Allemagne pendant une partie des années 1775-1776, et pendant les années 1782 à 1790 inclusivement, par le baron de Grimm et par Diderot, t. 3, Paris, F. Buisson.

Hanotin Guillaume, 2016, « Les ambassadeurs de Louis XIV à la cour de Philippe V : des ambassadeurs de famille ? », dans A. Mézin et A. Pérotin-Dumon (dir.), Le Consulat de France à Cadix : institution, intérêt et enjeux (1666-1740), Pierrefitte-sur-Seine, Publications des Archives nationales : https://books.openedition.org/pan/490.

Hanotin Guillaume, 2018, Amelot et les Bourbons, entre commerce et diplomatie, Madrid, Casa de Velázquez.

Hassler Éric, 2016, « Définir et élaborer l’étiquette. Les réflexions du duc Léopold de Lorraine (1679-1729) sur la mise en place d’un nouveau cérémonial de cour au début du xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles ; https://doi.org/10.4000/crcv.13706.

Herbin Maéva, 2019, Fernan Nuñez, dernier ambassadeur d’Espagne à Paris de l’Ancien Régime, mémoire de master 2, université Paris-Saclay/université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines.

Horowski Leonhard, 2019, Au cœur du palais : pouvoir et carrières à la cour de France, 1661-1789, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles ; base de données prosopographique en ligne : http://chateauversailles-recherche.fr/francais/publications/publications-papier/collection-aulica/coll-aulica-no11-au-coeur-du-palais.html.

Janin Françoise, 2016a, La France face aux Deux-Siciles (1734-1792) : les impasses de la grandeur, thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Claude Waquet, Paris, EPHE.

Janin Françoise, 2016b, « La fabrique du traité de Paris (1763) », dans L. Veyssière, Ph. Joutard et D. Poton (dir.), Vers un monde atlantique : les traités de Paris (1763-1783), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 67-74.

Jouhaud Christian et Viala Alain (dir.), 2002, De la publication entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard.

Jurt Joseph, 1987, « L’image de l’Espagne en France au siècle des Lumières », Cosmopolitisme, patriotisme et xénophobie en Europe au siècle des Lumières, Strasbourg, université des sciences humaines de Strasbourg.

Labourdette Jean-François, 1990, Vergennes, ministre principal de Louis XVI, Paris, Desjonquères.

Lebeau Christine, 2019, « Gouvernement en absence ou à distance ? La monarchie des Habsbourg d’Autriche à l’époque moderne », dans S. Destephen, J. Barbier et Fr. Chausson (dir.), Le Gouvernement en déplacement : pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 515-528.

Leferme-Falguière Frédérique, 2007, Les Courtisans : une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF.

Lemaigre Pauline, 2002, Le Comte d’Aranda, ambassadeur d’Espagne auprès de la cour de France. 1773-1787, mémoire de maîtrise, sous la direction de Michel Zylberberg, Université Paris I-Panthéon Sorbonne.

Lévis Gaston de, 1815, Souvenirs et portraits, Paris, F. Buisson.

Lilti Antoine, 2005, Le Monde des salons : sociabilité et mondanité à Paris au xviiie siècle, Paris, Fayard.

Lilti Antoine, 2019, L’Héritage des Lumières : les ambivalences de la modernité, Paris, Fayard.

Liste chronologique des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit depuis son origine jusqu’à son extinction, 1578-1830, 1863, Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, Paris, Renouard.

López-Cordón Cortezo María Victoria, 2003, « Pacte de famille ou intérêts d’État ? La monarchie française et la diplomatie espagnole au xviiie siècle », dans Bély 2003, p. 185-205.

Marie-Antoinette, 2019, Lettres inédites : lettres au comte de Mercy (1771-1792), éd. C. Seth, Paris, Albin Michel.

Martin Virginie, 2017, « En guise de conclusions. Transmettre ou fabriquer l’information ? », Hypothèses, no 20, p. 157-174 : https://doi.org/10.3917/hyp.161.0157.

Martinez Millán José, Sánchez Belén José Antonio et Rivero Rodriguez Manuel (dir.), 2019, Del enfrentamiento a la amistad : influencias entre las Monarquías de Francia y España en los siglos xvii y xviii, Madrid, Polifemo.

Masson Raphaël, 2018, « Les théâtres de cour à Versailles au xviiie siècle. Architecture, disposition, usages », dans R. Carvais et C. Glineur (dir.), L’État en scènes : théâtres, opéras, salles de spectacle du xvie au xixe siècles, Amiens/Paris, CEPRISCA/Lextenso, p. 173-187.

Montesquieu Charles de, 1964, Lettres persanes, Paris, Garnier-Flammarion.

Morel-Fatio Alfred, 1890, Études sur l’Espagne, 2e série, Paris, E. Bouillon et E. Vieweg.

Newton William Richtey, 2000, L’Espace du roi : la cour de France au château de Versailles, 1682-1789, Paris, Fayard.

Olaechea Rafael, 1969, El Conde de Aranda y el partido aragonés, Saragosse, Departamento de Historia contemporánea de la Facultad de Letras Universidad de Zaragoza.

Oltra Joaquín et Pérez Samper María de los Ángeles, 1987, El Conde de Aranda y los Estados Unidos, Barcelone, PPU.

Oualdi M’hamed, 2006, « De la cour à la maison. L’étude des entourages princiers entre domaines occidentaux et ottomans », dans M. Mezouaghi (dir.), Les Territoires productifs en question(s) : transformations occidentales et situations maghrébines, Tunis, Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, p. 159-175.

Ozanam Didier (éd.), 1975, La Diplomacia de Fernando VI : correspondencia reservada entre D. José de Carvajal y el Duque de Huéscar, 1746-1749, Madrid, CSIC.

Ozanam Didier, 1962, Les Origines du troisième pacte de famille, Paris, Pedone.

Ozanam Didier, 1998, Les Diplomates espagnols du xviiie siècle. Introduction et répertoire biographique (1700-1808), Madrid, Casa de Velázquez.

Ozanam Didier, 2001a, « Dinastía, diplomacia y política exterior », dans P. Fernadez Albaladejo (dir.), Los Borbones : dinastía y memoria de nación en la España del siglo XVIII, Madrid, Marcial Pons/Casa de Velázquez, 2001, p. 17-46.

Ozanam Didier, 2001b, Un Español en la Corte de Luis XV : cartas confidenciales del embajador Jaime Masones de Lima, 1752-1754, Alicante, Universidad de Alicante.

Ozanam Didier et Téllez Alarcia Diego (éd.), 2010, Misión en París. Correspondencia particular entre el marqués de La Ensenada y el duque de Huéscar (1746-1749), Logroño, Instituto de Estudios Riojanos.

Pibiri Eva et Poisson Guillaume (dir.), 2010, Le Diplomate en question, xve-xviiie siècles, Lausanne, UNIL.

Pruchnicki Vincent, 2009, « Un théâtre au château de Versailles : la comédie de la cour des Princes », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles ; https://journals.openedition.org/crcv/10909.

Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, 1893, t. X, Naples et Parme, éd. Joseph Reinach, Paris, Ferdinand Alcan.

Recueil des instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française, 1899, t. XII bis, Espagne, vol. 3, éd. Alfred Morel-Fatio et Henri Léonardon, Paris, Ferdinand Alcan.

Roche Daniel (dir.), 2000, La Ville promise : mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècle), Paris, Fayard.

Rodriguez Casado Vicente, 1962, La Política y los Políticos de Carlos III, Madrid, Rialp.

Schaub Jean-Frédéric, 2003, La France espagnole : les racines hispaniques de l’absolutisme français, Paris, Seuil.

Schick Sébastien, 2017, « Les ministres allemands, leurs liens interpersonnels de dépendance et l’enjeu de l’information (années 1720-1760) », Hypothèses, 2017/1, p. 109-118.

Sommer-Mathis Andrea, 2016, « Salvar las distancias entre Madrid y Viena. Los « embajadores de familia » como agentes político-culturales », dans B. J. García García (dir.), Felix Austria. Lazos familiares, cultura política y mecenazgo artístico entre las cortes de los Habsburgos, Madrid, Fundación Carlos Amberes, p. 223-244.

Spielmann Guy, 2019, « Le “théâtre de société”, foyer de création ? », dans A.-M. Goulet (dir.), Les Foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et spectacles, Turnhout/Tours, Brepols/CESR/CMBV, p. 263-275.

Stollberg-Rilinger Barbara, 2013, Les Vieux Habits de l’empereur : une histoire culturelle des institutions du Saint-Empire à l’époque moderne, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme (trad. fr., édition originale, Munich, 2008).

Vázquez Gestal Pablo, 2019, « Un point aveugle historiographique ? La cour d’Espagne au xviiie siècle : problématiques et perspectives récentes », Histoire, économie & Société, 2019/3, p. 50-68.

Voirin Ophélie, 2017, Sphère publique et sphère privée à la cour de Vienne : quelles réalités pour les archiduchesses au xviiie siècle. L’exemple des filles de l’impératrice-reine Marie-Thérèse (1737-1770), mémoire de master 2, université de Strasbourg.

Voltaire, 1829, Dictionnaire philosophique, dans Œuvres complètes, éd. Adrien-Jean-Quentin Beuchot, Paris, Firmin Didot, t. 26-30.

Waquet Jean-Claude, 2010, « Denon, Vergennes et l’“affaire des poudres” : un incident diplomatique à Naples à la fin du xviiie siècle », dans L. Bély et G. Poumarède (dir.), L’Incident diplomatique, xvie-xviiie siècles, Paris, A. Pedone, p. 417-434.

Windler Christian, 2002, La Diplomatie comme expérience de l’autre : consuls français au Maghreb. 1700-1840, Genève, Droz.

Windler Christian (dir.), 2016, Kongressorte der frühen Neuzeit im europäischen Vergleich : der Friede von Baden (1714), Vienne/Cologne, Böhlau Verlag.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : https://www.la-croix.com/Monde/Le-sofagate-dErdogan-Ursula-von-der-Leyen-revelateur-manque-lisibilite-lEurope-letranger-2021-04-08-1201149956.

2 Voir Cosandey 2005 ; et, parmi de nombreux travaux relatifs à la communication symbolique, Stollberg-Rilinger 2013 ; sur l’étiquette de cour, voir par exemple les données rassemblées dans le cadre du Centre de recherche du château de Versailles (http://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/corpus-electroniques/corpus-raisonnes/l-etiquette-a-la-cour-de-france).

3 L’histoire « diplomatique » et l’histoire des relations « internationales » à l’époque moderne ont été profondément renouvelées ces trente dernières années, que ce soit autour de la figure du diplomate, des pratiques de négociation, des enjeux de représentation ou encore des enjeux économiques (pour une synthèse sur ce tournant des années 1990-2000, voir Belissa 2005). On pourra citer les travaux de Lucien Bély (1990, 1999) ou de Christian Windler (2002, 2016), ou encore des volumes collectifs récents tels que Pibiri et Poisson 2010 ; Andretta et al. 2010 ; Balayre et al. 2021.

4 Sur le xviie siècle, voir notamment Schaub 2003. Sur le xviiie siècle, différentes approches peuvent être signalés. Sur les diplomates espagnols et la France, les travaux de Didier Ozanam font référence (1962, 1998, 2001a et b ; Ozanam et Téllez Alarcia 2010). Sur les diplomates français en Espagne, voir Désos 2009, notamment chap. 3 et 5 et Hanotin 2018. Sur le réseau dynastique des Bourbons en Europe, voir les travaux, anciens, d’Henri Bédarida sur la France et Parme : Bédarida 1927 et 1928), ainsi que Lucien Bély 2003 ou Martinez Millán, Sánchez Belén et Rivero Rodriguez 2019.

5 Jean-François Dubost (2007, p. 165-169) a souligné la précoce transformation de l’attitude à l’égard des Espagnols présents à la cour de France à partir de l’accession de Philippe V au trône d’Espagne – du rejet à des formes d’intégration – mais aussi la manière dont celle-ci pouvait servir la politique de gloire de Louis XIV. Sur le déploiement par la France d’un discours associant unité dynastique et intérêts communs des Bourbons et sur sa mise en œuvre au service de sa politique de puissance dans le cadre de ses relations avec Naples, voir Janin 2016a, chap. 8.

6 Sur le concept de « cérémonial royal », voir Leferme-Falguière 2007.

7 Marc Belissa (1998, p. 91) a souligné la manière dont les penseurs des Lumières – notamment Mably – ont mis en évidence la « contradiction dialectique entre l’ordre public des puissances et l’ordre privé des dynasties » qui atteint son paroxysme dans l’Europe de « l’équilibre ». Dans sa démonstration, les alliances de famille, en général, et le Pacte de famille franco-espagnol de 1761, en particulier, illustrent justement cette conception patrimoniale de la souveraineté faisant passer les intérêts d’une « maison » devant ceux des « sujets ». Cette contradiction entre l’intérêt dynastique et l’intérêt des États est cependant sensible aux yeux d’un diplomate comme Aranda, même s’il revendique l’intérêt de la Nation espagnole au nom de son souverain et non du droit des peuples (Lemaigre 2002, p. 19-36 ; sur ce sujet voir aussi López-Cordón Cortezo 2003).

8 Ministère des Affaires étrangères, fonds du contrôle des étrangers, vol. 26, travail du vendredi 16 juillet 1773, « Le Comte d’Aranda nommé Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Cour d’Espagne à celle de France ».

9 Cet article reprend et met à jour les matériaux et les conclusions d’une maîtrise soutenue en 2002 (Lemaigre 2002) ; je remercie vivement Jean-François Dubost de m’avoir donné l’occasion de de publier une partie de ce travail. Ce mémoire s’appuyait sur trois ensembles archivistiques : aux Archives du ministère des Affaires étrangères à Paris, le fonds dit du « contrôle des étrangers » (désormais MAE, CE) et la sous-série « Espagne » de la correspondance politique (désormais, MAE, CP Esp.), ainsi que la correspondance échangée par l’ambassadeur avec le secrétaire d’État espagnol (chargé des Affaires étrangères), le marquis de Grimaldi, puis, à partir de 1777, le comte de Floridablanca, dispersées entre l’Archivo histórico nacional à Madrid (désormais AHN, Estado) et l’Archivo general de Simancas (désormais AGS).

10 Olaechea 1969 ; Albiac Blanco 1998 ; Ferrer Benimeli 2000. 

11 Ozanam 1998, introduction ; plus généralement, voir les conclusions de Ch. Windler dans Pibiri et Poisson 2010, p. 245-254.

12 Morel-Fatio 1890 ; Défourneaux 1969.

13 Voltaire 1829, article « Aranda. Droits royaux, Inquisition » (t. 26, p. 524-528).

14 Sommer-Mathis 2016.

15 Hanotin 2016, § 1.

16 Voir note 51.

17 Ozanam 2001, p. 21.

18 AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082, 20 juillet 1777 (« […] sin discrepancia de votos se hizo cargo de que el de familia, no era persona estraña, que como individuo casero seguia aquellas jornadas de retiro, y assi como estaban en uso de ir a los quartos de sus demas allegados, podia ir a [su] café […]. »).

19 Je remercie Jean-François Dubost et Bastien Coulon pour leurs lumières sur cette œuvre. Avec cette allégorie du troisième Pacte de famille, Jean-François Bachelier traduit visuellement la fiction politique d’une « égalité » entre princes d’une même famille mais de puissances d’étendues différentes (Janin 2016a, p. 223-235). Les princes Bourbons non signataires du traité mais engagés par lui sont agrégés à ce portrait de famille – le roi de Naples dans un médaillon, à l’instar de ceux d’Espagne et de France qui souhaitaient qu’il s’y associe formellement, et le duc de Parme, à l’arrière-plan. Aucune prééminence n’est conférée à Louis XV sur Charles III (le souverain espagnol, dans le médaillon supérieur) ou Ferdinand IV (le souverain napolitain, dans le médaillon de droite). L’origine française de la dynastie – et partant le droit d’aînesse reconnu à cette branche – est cependant matérialisée au centre du tableau par l’urne ornée d’une inscription en l’honneur de « Henry de Bourbon » (Henri IV, aïeul commun des quatre souverains). Placée dans une galerie consacrée aux différentes possessions françaises, cette allégorie faisait donc du Pacte de famille et de la communauté dynastique un instrument de l’affirmation de la puissance française en Europe et dans le monde.

20 Sur cette notion, voir notamment Oualdi 2006.

21 Sur cette mission diplomatique : Défourneaux 1969, p. 43 ; Albiac Blanco 1998, p. 63-64 ; Gonzalez Caizan, Taracha et Téllez Alarcia 2005, p. 39 et p. 103.

22 Article 27 du Pacte de famille (1761) édité dans Blart 1915, p. 212-213.

23 Ibid.

24 Françoise Janin (2016a, p. 225, note 46, et 2016b) a par ailleurs montré en quoi les modalités de rédaction du troisième Pacte de famille respectaient un cérémonial d’écriture visant à matérialiser cette égalité entre France et Espagne.

25 L’idée d’égalité générale entre nations n’émerge vraiment qu’avec le Congrès de Vienne que Jean-Pierre Bois (2003, p. 408) qualifie d’« assemblée internationale ».

26 Il était d’ailleurs prévu que ces dispositions tombent en déshérence au cas l’une ou l’autre des deux couronnes passerait dans une autre dynastie.

27 Les congrès d’Utrecht et de Rastatt marquent un moment clef de la mise en œuvre de ce principe (Bély 1990). Sur son emploi entre cours des Bourbons au xviiie siècle, voir Waquet 2010.

28 L’expression est employée par le marquis de Grimaldi dans sa dépêche au comte d’Aranda du 8 octobre 1776 (AHN, leg. 4168, no 8). Omniprésent dans toutes les correspondances, ce principe est mobilisé par Aranda en référence au troisième Pacte de famille – notamment, le préambule (« L’intention de Sa Majesté très Chrétienne et de Sa Majesté Catholique en contractant les engagements qu’elles prennent par ce traité, est […] de faire subsister à jamais un monument solennel de l’intérêt réciproque qui doit être la base des désirs de leurs cœurs et de la prospérité de leurs familles royales ») et l’article 24 du troisième Pacte de famille (précisé en 1768 par une convention relative à la « navigation et [au] commerce des deux nations ») –, mais aussi comme une norme autonome : « la réciprocité […] est une règle plus certaine que tout le reste […] » (MAE, CP Esp., 580, fol. 196-197, lettre d’Aranda au comte de Vergennes, 6 mai 1776).

29 Sur la mise en œuvre de cette notion de réciprocité dans le champ du droit commercial et des échanges, voir Lemaigre 2002, p. 140-270 (et dans le cas de la France et des Deux-Siciles, Janin 2016a, chap. 2, p. 99-159).

30 Labourdette 1990.

31 Sur la notion de publication à l’époque moderne, voir Jouhaud et Viala 2002.

32 On pourrait multiplier les exemples d’ambassadeurs préférant renoncer à prendre part à tel ou tel événement curial plutôt que de compromettre leur rang.

33 Jean-Baptiste-Paulin d’Aguesseau de Fresnes (1701-1784), comte de Compans et de Maligny, deuxième fils du chancelier d’Aguesseau.

34 AHN, Estado, leg. 4072-1, dépêche no 1037, 12 mai 1777.

35 Interdisant d’admettre des chevaliers dont la grandesse aurait été antérieure au duché-pairie du plus ancien des ducs et pairs.

36 Croÿ-Solre 1906-1907, t. IV, p. 38 (18 mai 1777).

37 Voir Liste chronologique… 1863, p. 105 (l’absence de réception est mentionnée pour le comte d’Aranda et, si elle ne l’est pas pour le comte de Fuentes, promu en 1767, p. 99, elle l’est pour le duc de Huescar, ambassadeur d’Espagne entre 1746 et 1749, promu en 1749, p. 102).

38 Le texte du serment est cité et commenté par Aranda dans la dépêche no 1037.

39 Schick 2017.

40 Cosandey 2016.

41 MAE, CE, volumes 2 et 3 (1774), 4 à 8 (1774), 9, 10, 12 et 13 (1776), 14, 17 et 19 (177), 20, 22, 23 et 26 (1778), 42, 45, 47 et 48 (1782-1783), 63 et 65 (1787). Voir par exemple le « Travail du 15 septembre 1775 » sur les « Ministres étrangers » (vol. 6, fol. 7r et fol. 23v). Un manquement à ces habitudes sera au contraire souligné (vol. 26, Travail du vendredi 20 novembre 1778. Ministres étrangers : « Le 13. M. l’Ambassadeur d’Espagne n’a pas été à Versailles aujourd’hui suivant sa coutume les vendredis »).

42 « Hacer ciento veinte ou ciento treinta viajes al año de Paris a Versalles, saliendo a las ocho y media de la manana, para ver al ministro de Asuntos exteriores a las diez », lettre d’Aranda citée par Rodriguez Casado 1962.

43 Le comte d’Aranda évoque sa présence au lever du roi dans plusieurs de ses dépêches comme celle du 26 mai 1774, à l’avènement de Louis XVI (AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 180), mais décrit en détail cette prérogative, comme d’autres, dans son mémoire sur le statut d’ambassadeur de famille à la cour de France (sur lequel nous reviendrons) en date du 20 juillet 1777 (AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082). Cette prérogative existait au moins depuis 1746, comme le décrit un règlement du 27 novembre, rédigé peu après la conclusion du deuxième Pacte de famille et au moment de l’arrivée du duc de Huescar à Paris (« Distinctions dont jouit l’ambassadeur d’Espagne à la cour de France pour les entrées dans l’appartement du Roy », MAE, CP Esp., 492, fol. 110-111, citées dans Ozanam 2001a, p. 21-22) qui insiste sur la facilité de l’accès au Très Chrétien, visible sur simple demande auprès d’un huissier.

44 Sur la mort de Louis XV, voir AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 162, 30 avril 1774. Sur le sacre de Louis XVI, voir MAE, CE, vol. 5, fol. 100r (Travail du vendredi 2 juin 1775) : « L’Ambassadeur sera dans la ville (de Reims) et tiendra table. »

45 AHN, Estado, leg. 4169, dépêche no 444, 19 juillet 1786) ; voir également le témoignage du marquis de Bombelles (1978, t. II, p. 152).

46 Incident évoqué dans Morel-Fatio 1890, p. 165-166 sur la base d’une lettre d’Aranda à Vergennes du 8 juin 1784.

47 AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082, 20 juillet 1777.

48 Sur les prérogatives de l’ambassadeur de France à Madrid, leur réduction sous Ferdinand VI et leur stabilisation, voir Ozanam 2001a.

49 « […] pues parece que lo estrangero no es embarazo segun se ha dicho, como no sea embajador. Lo que el de Familia es o pueda ser el Rey lo juzgara » (AHN, Estado, leg. 4072-2, dépêche no 1082).

50 Alors que W. R. Newton (2000) ne signale aucune attribution de logement pour l’ambassadeur d’Espagne, les instructions de 1728 à l’ambassadeur de France en Espagne mentionnent en effet cet avantage (voir note 51).

51 Terme employé dans les instructions données à l’ambassadeur de France en Espagne en 1728 : « L’ambassadeur de S[a] M[ajesté] a, en qualité d’ambassadeur d’un prince de la même maison que le roi d’Espagne, des distinctions et des prérogatives de domesticité qui lui sont propres. Telles sont l’entrée dans l’appartement du Roi […], le droit d’un appartement dans les maisons de plaisance de S[a] M[ajesté] C[atholique] et autres privances qui peuvent le plus marquer l’union entre les deux branches d’une même maison, ainsi que les rois d’Espagne de la maison d’Autriche en usaient à l’égard des ambassadeurs de l’empereur » (Recueil des instructions… 1899, p. 168). Ces « privances » prennent un relief tout particulier dans la mesure où elles seraient héritées des usages en vigueur à Madrid en faveur des ambassadeurs de l’Empereur : les souverains Habsbourg ne s’offraient à la vue que d’un public restreint, notamment filtré au moyen d’appartements en enfilade (Baillie 2014).

52 Un bilan historiographique récent (Vázquez Gestal 2019, en particulier p. 60) souligne l’absence de réflexion d’ensemble sur le système rituel de la cour des Bourbons d’Espagne au xviiie siècle, rendant difficile de mesurer son rapport dans la longue durée à cet héritage (même si Catherine Désos (2009, chap. 4) conclut à une accessibilité accrue dès les premières années du règne de Philippe V).

53 Les transformations apportées au fonctionnement cérémoniel français dans la seconde moitié du xviiie siècle et la tendance des souverains à se retirer dans leur particulier frappent les esprits en venant substituer des séparations entre public et privé à ces gradations subtiles entre ordinaire et extraordinaire ou entre officiel et particulier dans un système social où la présence du souverain tendait de toute façon à conférer un caractère public à toutes sortes d’événements (Spielmann 2019, p. 265-267). Or la place acquise à l’époque moderne par les ambassadeurs dans la vie de cour fait de ces évolutions un enjeu non seulement interne mais international : la remise en cause des prérogatives à la cour affecte directement leur visibilité et donc la dignité de leur souverain.

54 Par « Grand Théâtre », on désigne à la fois des lieux et des pratiques – c’est-à-dire les représentations « extraordinaires » données lors de circonstances particulières et nécessitant de vastes espaces scéniques du fait de l’ampleur des décors et des machines mobilisés. À l’époque où Aranda se trouve à la cour, il s’agit, à Versailles, du Grand Théâtre – autrement dit l’opéra inauguré en 1770 – et, à Fontainebleau, du théâtre dit « de l’aile de la Belle Cheminée » où étaient données, lors du traditionnel voyage d’automne, la plupart des représentations de tragédies lyriques auxquelles la cour assistait dans l’année (Droguet 2005). À l’époque où Aranda était en poste, les représentations ordinaires étaient encore données à Versailles dans le théâtre de la cour des princes (Pruchnicki 2009), le théâtre de l’aile Neuve n’étant aménagé qu’en 1786 (voir aussi Masson 2018).

55 Cette pratique était en effet pour contourner les contraintes cérémonielles et les problématiques de préséances. Sur les voyages incognito de Joseph II, voir Lebeau 2019, p. 525-528.

56 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 297, 28 novembre 1785.

57 Voir l’introduction de Catriona Seth dans Marie-Antoinette 2019.

58 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 297, 28 novembre 1785 (« Ya tengo dicho antiguamente a V[uestra] E[xcelencia] que en Trianon aunque señoras y cavalleros del País concurrían regularmente, y el Embajador Imperial con frecuencia a titulo de considerarlo la Reyna en su habitación como de su familia, lo que es yo como de España, y de la familia del Rey no lo avia conseguido : oi decir ser un retiro de la reina, no estar el Rey, y me he conformado segun han querido, y segun el explicado animo del Rey Nuestro Señor que se me tiene comunicado de dejar ir las cosas sin pretensiones »).

59 AHN, leg. 4079, dépêche no 2228, 22 juin 1782, dans laquelle Aranda rapporte avoir rétorqué à Vergennes – celui-ci affirmant que les faveurs concédées par la reine à Mercy auraient dû se limiter à la sphère intime (« el privado ») – qu’il n’y avait pas de fêtes « privées » auxquelles l’ambassadeur de France ne fût convié à Madrid.

60 Dans les cours de Vienne et de Madrid, les ambassadeurs de famille avaient au xviie siècle le droit de participer sans invitation à toutes les cérémonies, voire, selon A. Sommer-Mathis (2016, p. 227 et p. 235), à des événements moins largement ouverts au public (même s’ils ne revêtaient sans doute pas le même caractère d’intimité que les événements organisés par Marie-Antoinette et visés par Aranda).

61 Pour reprendre l’expression d’Amelot dans une lettre à l’ambassadeur de France à Naples, L’Hôpital, le 15 août 1740 (MAE, CP Esp., 39, fol. 224v), citée dans Janin 2016a, p. 90.

62 AHN, Estado, leg. 3970, dépêche no 5, citée dans Herbin 2019, p. 33-34 (« El martes vio S.M. al Cuerpo Diplomático, y presenté a toda la Familia Real al Caballero Quiñones. Este me dixo, después de la presentación, que en España todos los Embajadores y Ministros de Francia residente en Madrid, y que por consiguiente cria debiera haber sido presentado en la Cámara. En ella [la cour de France] solo son presentados aqui en ausencia particular los Embajadores residentes o los Transeuntes, sin distinción de familia, que lo solicitan […] Los Embajadores y Ministros de Francia residente solo entran en la Cámara quando llegan o parten, o si tienen ausencia particular. Los Ministros Transeuntes son presentados fuera de la Cámara, y así se ha hecho siempre. Hagolo saber a V[uestra] E[xcelencia] por Si S[u] M[ajestad] hallase debe solicitarse otra cosa para lo sucesivo »).

63 Sommer-Mathis 2016, p. 230. L’ambassadeur Diego de Prado reçut également le soutien du grand chambellan, le prince de Lobkowicz, contre l’envoyé du roi de France qui avait eu la prétention de faire donner des danses françaises aux membres de la maison impériale ; Lobkowicz estima en effet que cet envoyé n’avait pas le rang suffisant, contrairement aux ambassadeurs d’Espagne, pour se permettre d’introduire des innovations culturelles.

64 MAE, CP Esp., 492, fol. 69-70 ; lettre du marquis d’Argenson, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, à l’abbé de Vauréal, en date du 14 novembre 1746, citée dans Ozanam 2001a, p. 21-22.

65 Sur ces « entre-deux cérémoniels », voir Hassler 2016.

66 Recueil des instructions1893, p. 58 (instruction citée dans Janin 2016a, p. 83).

67 Janin 2016a, p. 88 et p. 95.

68 Ibid., p. 93.

69 Janin 20216a, p. 218-220.

70 AHN, Estado, leg. 4099, dépêche no 9, 11 novembre 1789, citée dans Herbin 2019, p. 32.

71 C’est en ce sens que le roi des Deux-Siciles refusa constamment de signer le troisième Pacte de famille alors qu’il pouvait bénéficier de ses dispositions sans l’intégrer formellement et être ravalé au titre de « partenaire subordonné » (Janin 2016a, p. 223-235).

72 Désos 2009, chap. 3 et 5, Ozanam 2001a.

73 Exemple parmi d’autres de ces ajustements internationaux du cérémonial, en septembre 1750 (après un demi-siècle de discussions), l’impératrice Marie-Thérèse obtint que l’ambassadeur de France rende visite aux archiducs et aux archiduchesses, de même que l’ambassadeur impérial devait rendre visite aux Enfants de France (Voirin 2017).

74 Pour une synthèse, voir par exemple Dedieu 2011.

75 Voltaire, cité dans Fernandez Herr 1974, p. 21.

76 « Todo lo inglés se aprecia : se habla de los demas paises como de poco valor y de España estan tan llenos de las impresiones mas bajas y falsas que se puedan imaginar sobre sus usos y costumbres », AHN, Estado, leg. 4590, dépêche no 52, 23 novembre 1773.

77 Paris, Archives nationales, O823, p. 255, 12 septembre 1773.

78 MAE, CP Esp. 578, fol. 79, lettre de Mme N. … au comte de Périgord, 12 septembre 1773.

79 Jurt 1987 ; Schaub 2003, 2e partie.

80 Comme en témoignent les registres des premiers gentilshommes de la Chambre : Paris, Archives nationales, O823, p. 365, « Le 27 (janvier 1778). M. le Comte d’Aranda, Ambassadeur d’Espagne, conduit par M. La live de la Briche, Introducteur des ambassadeurs, présenta à Leurs Majestés et à la famille Royale M. le prince de Salm, en qualité de Grand d’Espagne ».

81 Horowski 2019 (base de données en ligne, p. 676, H478). Je remercie vivement L. Horowski de m’avoir signalé cette parenté lors de la journée d’étude au cours de laquelle j’avais présenté ces recherches.

82 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.

83 Du Deffand 1865, t. II, p. 348, lettre à Horace Walpole, 3 octobre 1773.

84 « […] mi casa […] por ser tan buena, que oy es capaz para una Princesa de la Sangre », AHN, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.

85 Le terme de « décence » apparaît en AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782.

86 Numéro du 19 octobre 1773, consultable sur https://www.gazettes18e.fr/gazette-leyde/annee/1773/page/47696/zoom/0.

87 Voir Coquery 1998 et Roche 2000 (en particulier l’article de Jean-François Dubost) ; sur la promenade que pratiquait aussi son successeur (Herbin 2019, p. 53-55), voir aussi les travaux de Laurent Turcot et Jan Synowiecki.

88 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782 (« La que tomare estara desnuda […] sin tener que sentarse, sin mesas para poner las luzes : Quando nada de esto por la decencia de un Embajador del Rey Catolico, ni del Conde de Aranda […] cabe ser de las calidades que en un particular serian disimulables : antes bien debe arreglarse al luxo, y primor del dia, aviendo telas […] de que por la auna se pide 96 lt esto es 384 Rvn […] Arañas de cristal […] Mesas de marmoles con sus esculturas, y dorados de sumo precio, y a mas sobre ellas los adornos recividos ya como indispensables de distinguidas piezas de Porcelana de Sayve y Pendulas. Espejos […] sin ser tampoco un chico articulo el adorno de listones, entallados, y dorados para quadrar las colgaduras, las sobrepuertas, y ventanas, con su cortinaje. »).

89 Coquery 1998.

90 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.

91 Ozanam 1998, introduction. C’est aussi l’un des postes où fut mis en place un oficial de la secretaría de embajada, c’est-à-dire un commis issu des bureaux madrilènes et non plus un secrétaire à la discrétion du chef de poste.

92 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2150, 13 mars 1782.

93 Tous les diplomates se plaignent des frais qu’ils doivent engager et des dettes qu’ils contractent, comme le duc de Huescar en poste à Paris entre 1746 et 1749 (qui écrivait par exemple à Carvajal en 1747 : « Tu sais bien tout ce que le Roi me donne, et malgré tout cela, je partirai criblé de dettes parce que cet endroit est hors de prix, et si je te dis que je n’achète pas de bijoux, que je ne joue pas, que je n’entretiens pas de femmes, tout est dit », cité dans Ozanam 1998 ; voir également Ozanam 1975, p. 70-71).

94 Lilti 2005, notamment p. 125-136.

95 MAE CE, vol. 46 (Travail du vendredi 27 septembre 1782. Ministres étrangers, 21 septembre), vol. 47 (Travail du vendredi 1er novembre 1782. Ministres étrangers, 26 novembre), vol. 48 (Travail du vendredi 31 janvier 1783. Ministres étrangers, 25 janvier et Travail du vendredi 7 mars 1783. Ministres étrangers, 1er mars). Le comte semble en revanche moins fréquenter l’Opéra et la Comédie-Française que d’autres diplomates ou que son successeur (voir Herbin 2019, p. 43-46).

96 Voir par exemple MAE, CE, vol. 6, Travail du vendredi 14 juillet 1775. Ministres étrangers : « Le 11. […] les Ambassadeurs d’Espagne et de Suède, ainsi que plusieurs autres Ministres Etrangers et Personnes de distinction, ont été vis-à-vis les Invalides, pour y voir l’expérience d’une chaloupe insubmersible de la composition du sieur de Bernières » ou, sur l’intérêt d’Aranda pour Pilâtre du Rozier, Ferrer Benimeli 1998b, p. 77.

97 MAE, CE, vol. 6, Travail du vendredi 21 juillet 1775. Ministres étrangers (fol. 56) et vol. 7, Travail du vendredi 30 octobre 1775. Ministres étrangers (fol. 55).

98 Bachaumont 1785, t. XXVII, 1er avril 1774 (à propos des courses de Longchamp).

99 MAE, CE, vol. 8, Travail du vendredi 1er décembre 1775. Ministres étrangers, fol. 30v-31 : « L’on prétend que les Ministres Etrangers qui tiennent des maisons montées, vont à l’exemple de M. l’Ambassadeur d’Espagne, donner à manger plus fréquemment aux Seigneurs et Dames de la Nation. »

100 MAE, CE, vol. 17, Travail du vendredi 1er août 1777. Ministres étrangers (23 juillet).

101 MAE, CE, vol. 20, Travail du vendredi 2 janvier 1778. Ministres étrangers (26 décembre 1777) : il prête sa maison aux « ambassadrices d’Angleterre et de Portugal et plusieurs autres, qui y font leur toilette et ont même leur coiffeur ». Au moment de la naissance de Madame Royale, il « tient table ouverte à Versailles » le 23 décembre 1778 (MAE, CE, vol. 26, Travail du vendredi 26 décembre 1778. Ministres étrangers).

102 MAE, CE, vol. 20, Travail du vendredi 6 février 1778. Ministres étrangers (30 janvier).

103 AHN, Estado, leg. 4079, dépêche no 2130, 4 février 1782.

104 Ces indications sont tirées d’une analyse d’ensemble des rapports de police déjà cités.

105 Croÿ-Solre 1906-1907, t. IV, chap. XXXIII, p. 299, et chap. XXIX, p. 136-139 (24 août 1774). Sur le jeu, le témoignage de Croÿ est corroboré par plusieurs mentions des rapports de police.

106 Lévis 1815, p. 167.

107 AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 412, 30 mars 1775 (« Yo no sabría como descifrar mejor el genio de este príncipe, sino diciendo que podría ser modelo de un joven francés tal qual se considera este particular y nacional caracter por todas las demas naciones extrangeras : y en prueba de que es muy francés podre decir tambien de que de los tres hermanos es el unico a quien generalmente quieren los que se llaman etourdis, que en cada cien personas se podran contar ochenta »).

108 Cadalso 2000 [1793].

109 AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 275, 30 septembre 1774.

110 Oltra et Pérez Samper 1987, Ferrer Benimeli 1998a.

111 Fleuriot 1991.

112 Aranda 1785.

113 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche no 296, 28 novembre 1785 (« Hallando tan disparatado el escrito pero propio por nuestra desgracia para pegar bien en el genio frivolo y antipatico de esta nacion, juzgué que seria el mejor partido del responderlo succintamente para que su ligera lectura no cansase la poca paciencia francesa, y en terminos de ridiculizarlo, que son los mas adecuado al gusto, y genio dominante de ella »).

114 Comme dans la « copie d’une lettre qu’un Français qui est en Espagne a écrite ici » : « Je ne serai pas fâché, Usbek, de voir une lettre écrite à Madrid par un Espagnol qui voyagerait en France : je crois qu’il vengerait bien sa nation » (Montesquieu 1964, p. 136).

115 Voir par exemple le Journal de Paris, no 318 (lundi 14 novembre 1785), disponible sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1053229n?rk=21459;2.

116 Sur l’ouvrage de Fleuriot de Langle, la genèse et la réception (politique et littéraire) de la réfutation, voir les travaux fondamentaux de Robert Favre (Fleuriot 1991) et de José Antonio Ferrer Benimeli (1972). Sur sa réception de la réfutation d’Aranda, voir par exemple ce qu’en dit la Correspondance littéraire (Grimm 1813, t. 3, p. 349-350 : « […] M. l’ambassadeur d’Espagne a cru remplir mieux son objet en faisant au voyageur anonyme l’honneur de faire réfuter son livre pour ainsi dire article par article ; […] mais la réponse à un pareil ouvrage ne pouvait guère être qu’un démenti perpétuel et ce démenti n’a pas paru à beaucoup près aussi amusant que les mensonges qu’il cherchait à détruire […]. Était-il donc si nécessaire de mentir pour dire du mal des préjugés ou des abus qui ont empêché jusqu’à ce jour les Espagnols de partager tous les avantages que nous devons au progrès des Lumières de la philosophie de ce siècle ? »).

117 Qualifiant Aranda de « seul homme de qui la monarchie espagnole puisse s’enorgueillir à présent » par sa haine de l’obscurantisme et de l’Inquisition, Fleuriot de Langle reprend les arguments de Voltaire dans son Dictionnaire philosophique (Fleuriot 1991, p. 61).

118 Lettre d’Aranda à Vergennes du 12 octobre 1785, éditée dans Ferrer Benimeli 1972, p. 166-167 : « Il n’y a plus de Pirénées, disoit le roi Luis XIV, en envoyant son petit-fils prendre possession du trône d’Espagne. Mais vos écrivains, comme des pestes publiques font tout ce qu’ils peuvent pour aliéner les cœurs, et pour élever ainsi entre elles une barrière bien plus difficile à franchir que les Pyrénées. […] Je crois donc recourir par l’entremise de Votre Excellence à l’autorité de Sa Majesté Très Chrétienne, pour qu’elle veuille bien réprimer par des mesures efficaces la licence et la témérité des écrivains françois. Cette démarche n’est pas seulement inspirée par mon zèle pour l’honneur de mon Roi, et de ma nation, elle l’est aussi par mon attachement sincère aux intérêts des deux couronnes qui me paroissent essentiellement liés avec l’union amicale et fraternelle des deux nations. »

119 AHN, Estado, leg. 4170, dépêche de Floridablanca à Aranda du 31 décembre 1785 (« El rey, y los que ahora estamos en su Ministerio, o no leemos, ou despreciamos semejantes libros, haciendonos cargo del caracter de esa nacion, y procurando disimular y soldar la incompatibilidad que tiene con la nuestra : pero lo leen, u oyen referir los jovenes que en lo venidero han de gobernar a España, […] : se cria en ellos mala sangre, odio y aborrecimiento a los franceses : llevaran estas affecciones a los Ministerios que exerzan ; y por mas que dentro de si mismo batalle contre ellas la politica, el interés y el buen juicio, fermentaran siempre, y se puede temer que casi siempre prevaleceran, sin que jamas tengamos verdadera union, que nace de la estimacion reciproca »).

120 Voir notamment GRIHL 2016.

121 Aranda aurait souhaité participer lui-même à la rédaction d’un libelle répondant aux pamphlets circulant contre l’entreprise (AHN, Estado, leg. 4068, dépêche no 640, 10 février 1778).

122 AHN, Estado, leg. 2846, cité dans Ferrer Benimeli 1972, p. 157.

123 Cavanilles 1784.

124 MAE, CP Esp., 612, lettre d’Aranda à Vergennes du 16 janvier 1784, fol. 46.

125 Lilti 2019.

126 AGS, Libro copiador no 79, lettre d’Aranda à Floridablanca, 22 juin 1777.

127 Guillaume Hanotin a d’ailleurs souligné que la meilleure observance des privilèges de l’ambassadeur de famille au xviie siècle ne tenait pas nécessairement (ou pas seulement) à une plus forte prégnance du principe dynastique qu’au xviiie, mais « à la constitution de l’Empire et de la monarchie espagnole, dépendantes l’une de l’autre pour leur sécurité » et « aux besoins propres à leurs couronnes et à leurs royaumes » (Hanotin 2016, § 20).

128 Martin 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jean-Jacques Bachelier, Le Pacte de famille, huile sur toile, 1763, 329 × 178 cm. Versailles, bibliothèque municipale (dépôt du musée du Louvre, 1985), INV 2382.
Légende Notice sur le site du musée du Louvre : https://collections.louvre.fr/​ark:/53355/​cl010053313
Crédits © Bibliothèque municipale de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre Fig. 2. Vivant Denon, Le Comte d’Aranda, s. d., portrait à la mine de plomb, plume et encre brune. Chalon-sur-Saône, musée Denon, inv. 2004.4.3.
Légende Ce croquis, qui semble pris sur le vif, a été réalisé par Vivant Denon, chargé d’affaires auprès de l’ambassadeur de France à Naples entre 1782 et 1785.
Crédits © Philip Bernard
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/21460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Lemaigre-Gaffier, « L’ambassadeur de famille, diplomate et courtisan au service des Bourbons »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/crcv/21460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.21460

Haut de page

Auteur

Pauline Lemaigre-Gaffier

Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris-Saclay/UVSQ, Pauline Lemaigre-Gaffier est membre du laboratoire DYPAC et membre associé de l’IDHES. Elle est spécialiste de l’histoire des cours à l’époque moderne – à travers l’analyse des cérémonies et des spectacles, des mécanismes administratifs et logistiques ainsi que des effets politiques et sociaux des pratiques d’écriture. Elle a notamment publié Administrer les Menus Plaisirs du Roi : la cour et les spectacles dans la France des Lumières (Champ Vallon, 2016) et dirigé avec Nicolas Schapira un numéro spécial du Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles : « Archiver la cour, xive-xxe siècles » (2019).
Pauline Lemaigre-Gaffier is a lecturer in early modern history at the Université Paris-Saclay/UVSQ, a member of the Laboratoire DYPAC and an associate member of IDHES. She is a specialist in the history of early modern courts, analyzing ceremonies and performances, administrative and logistical mechanisms, as well as the political and social effects of writing practices. She has published Administrer les Menus Plaisirs du Roi. La cour et les spectacles dans la France des Lumières (Champ Vallon, 2016) and edited a special issue of the Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles: « Archiving the Court, Fourteenth to Twentieth centuries » (2019).
pauline.lemaigre-gaffier[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Introduction
    Paru dans Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles,  | 2019
Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search