Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2022Le Trianon de la Restauration ? L...

2022

Le Trianon de la Restauration ? La duchesse d’Angoulême et l’usage de Villeneuve-l’Étang

The Trianon of the Restauration? The Duchesse d’Angoulême and Villeneuve-l’Étang
Matthieu Mensch

Résumés

La volonté des souverains de disposer d’espaces dévolus à une forme d’existence en retrait du public se développe dès le règne de Louis XIV. Cette pratique, qui se renforce sous le règne de Louis XV, n’épargne pas la reine Marie Leszczyńska, et pourtant, Trianon, utilisé de manière plus systématique par Marie-Antoinette, semble concentrer toutes les attentions. Résultat d’un mouvement amorcé plus tôt que véritable nouveauté, ce domaine personnel marque suffisamment les esprits pour être réactivé lorsque les Bourbons remontent sur le trône en 1814. Si l’épouse de Louis XVIII est morte depuis 1810, sa nièce, la duchesse d’Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette, jouit, elle aussi, d’un domaine. Méconnu et fort peu étudié, il ne doit pourtant pas se comprendre isolément. Il convient de l’intégrer à la pratique bourbonienne de la résidence personnelle et plus particulièrement de celle des princesses de la famille royale. En envisageant le château de Villeneuve dans son rapport avec Trianon, on peut alors mieux saisir ce que le domaine doit à la conduite de la reine mais aussi ce qu’il rejette et adapte aux temps nouveaux. Trianon agit à la fois comme modèle et comme repoussoir, permettant à la duchesse d’Angoulême de proposer un nouveau type de résidence, s’inspirant bien plus, en la matière, des princesses Bourbon que de sa seule mère. Villeneuve apparaît alors comme un compromis raisonnable entre une aspiration à la vie privée et la nécessité d’assumer son rôle à la cour.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est publié dans le cadre du programme de recherche du Centre de recherche du château de Versailles « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècles) » (2017-).

Texte intégral

Le comité de rédaction remercie Flavie Leroux pour sa relecture attentive et sa révision du texte.

  • 1 Nodier 1844, p. 476.
  • 2 Marie-Thérèse Charlotte de France (1778-1851), elle porte successivement les titres de Madame Royal (...)
  • 3 Becquet 2012, chap. VI, p. 209-255.
  • 4 Paris, Archives nationales (désormais AN), Minutier central (désormais MC), XLVI 775, Vente par Jea (...)

1Évoquant le domaine de Villeneuve dans un guide touristique de 1844, Charles Nodier lui trouve « quelque chose du petit Trianon1 » qui se parcourt comme un monument du souvenir. Quel souvenir évoque-t-il ? Celui de son ancienne propriétaire, la duchesse d’Angoulême2, qui quitte le domaine en 1830, ou celui de sa mère, la reine Marie-Antoinette ? Trianon et le Hameau semblent ici servir de référence à la résidence princière d’agrément, rendant intelligible pour le plus grand nombre ce que l’on peut qualifier de modèle, tout en véhiculant une forme de mythe à la fois nostalgique et réducteur. Il est indispensable pour la duchesse d’Angoulême d’adapter ces réminiscences en lien avec l’image attendue d’une princesse, assumant un rôle de « presque reine3 », après la Révolution. Alors que le système versaillais n’existe plus, elle réactive la pratique de la résidence personnelle et jette son dévolu sur le domaine de Villeneuve-l’Étang, situé dans la commune de Marnes, à l’extrémité nord-ouest du parc de Saint-Cloud. Il a connu de nombreuses évolutions au cours du xixe siècle. Domaine du maréchal Soult, duc de Dalmatie, depuis 1802, il est racheté par la duchesse d’Angoulême le 29 décembre 18214. Après la Révolution de 1830, elle le vend à un fidèle, le vicomte de Caze. Ce dernier le conserve en l’état et ce n’est qu’en 1852, après la mort de la duchesse, que Louis-Napoléon Bonaparte le rachète. Il le fera entrer ensuite dans la liste des domaines de la Couronne. Il y entreprend une campagne de travaux et y fait quelques séjours avec son épouse. À la suite des combats de 1871, le bâtiment résidentiel est endommagé puis définitivement détruit dans les années 1880. Aujourd’hui, seuls subsistent les édifices construits sous le Second Empire et il ne reste plus de traces physiques de la résidence de la duchesse d’Angoulême. Une rare estampe nous présente le château du temps de la princesse (fig. 1).

Fig. 1. Charles Motte, Château de Villeneuve-l’Étang, vers 1820, lithographie, 50 × 30 cm. Collection particulière.

Fig. 1. Charles Motte, Château de Villeneuve-l’Étang, vers 1820, lithographie, 50 × 30 cm. Collection particulière.

© Matthieu Mensch

  • 5 Krause 1996, Ollagnier 2016.
  • 6 Moulin 2019, Maior-Barron 2019.

2La pratique de la retraite n’est pas une chose nouvelle au sein de la cour de France5. Si elle est bien antérieure à Trianon et au xviiie siècle, on constate néanmoins avec ce domaine une volonté d’éloignement par rapport aux courtisans qui conduit à privilégier un espace en dehors du palais, où se réunit une société choisie6. Il s’agit pour les Bourbons restaurés en 1814 d’inscrire cet usage dans le prolongement de celui inauguré par les précédents souverains, mais qui a évolué dès avant la Révolution. On peut établir une comparaison entre les façons d’agir à Villeneuve-l’Étang et celles qui prévalent dans les demeures des princesses de la famille royale – la reine, Mesdames, les comtesses de Provence et d’Artois et Madame Élisabeth – afin de cerner les inflexions apportées par la duchesse d’Angoulême.

3Le domaine de la reine comme retraite la mieux connue, car largement mise en lumière par la profusion d’études liées à la figure de Marie-Antoinette, semble devenir une sorte d’étalon permettant d’évaluer et de comprendre l’ensemble des autres résidences royales d’agrément. En effet, le domaine de Trianon tel qu’utilisé par Marie-Antoinette apparaît comme l’archétype de ce type de résidence. On assiste à un déplacement du centre de gravité d’une partie du pôle curial et à un effacement, sur des plages de temps plus ou moins longues, de la reine au sein du château – effacement qui n’est pas absolu, car certains courtisans triés sur le volet continuent d’avoir accès à la souveraine au détriment des autres.

  • 7 Waresquiel et Yvert 1996 ; Mansel 1989 ; Mollier, Reid et Yon 2005 ; Yvert 2013.
  • 8 Voir Caron et Luis 2015.

4La rupture marquée par la Révolution conduit à repenser les anciens usages royaux. Ainsi, la question de la résidence personnelle se pose. La Restauration doit s’adapter et ajuster son fonctionnement aussi bien à l’évolution de la société qu’au souvenir laissé par la monarchie bourbonienne et l’ancien domaine de la reine7. Revenir à l’emploi d’un domaine personnel exclusivement réservé au plaisir de celle qui l’occupe, interdit à certaines personnes et réservé à d’autres, tout en fonctionnant en parallèle de la cour, est impensable. Si « l’oubli et le pardon8 » promis par Louis XVIII devient le credo des Bourbons, l’image noire véhiculée par Marie-Antoinette et largement associée à la jouissance de son domaine ne doit pas venir entacher le nouveau pouvoir restauré. Le modèle doit donc se décliner en choisissant ce qu’il conserve et ce qu’il rejette du mythe du domaine de la reine.

  • 9 Pierrefitte, AN, 300 AP III 82, correspondance de la duchesse d’Angoulême avec la duchesse d’Orléan (...)
  • 10 Muret 1862, vol. 1, p. 141.
  • 11 Voir les comptes-rendus dans Le Constitutionnel ou Le Moniteur universel entre 1821 et 1830.
  • 12 Duc de Luynes, madame Campan, madame d’Agoult, madame de Gontaut ou madame de Boigne.

5Entre héritage du passé et impératifs du présent, cet article vise à saisir la manière dont Villeneuve a été pensé et utilisé par la duchesse. Les sources de l’époque sont assez lacunaires. La correspondance de la princesse ne nous est parvenue que de manière très incomplète. En effet, à son décès, elle ordonne à son secrétaire des commandements, le baron Charlet, de brûler l’ensemble de ses papiers, ce dont ce dernier s’acquitte loyalement. Les Archives nationales conservent néanmoins les échanges de la princesse avec sa cousine, Marie-Amélie de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse d’Orléans9. Cependant, elle n’y fait guère mention de sa résidence et il est impossible de connaître ses impressions sur l’usage qu’elle fait de Villeneuve, même si certains contemporains, comme Théodore Muret, n’hésitent pas à y voir sa « résidence favorite10 ». La duchesse d’Angoulême maintient un tel secret autour de sa propriété que celle-ci ne laisse que bien peu de traces. La presse se fait l’écho de ses visites, mais sans grands détails, et offre notamment un bon aperçu de la fréquence de ses passages11. Peuvent enfin être mobilisés les mémorialistes, qui font florès au xixe siècle et dont certains furent plus ou moins proches de la princesse12. Ce corpus doit permettre de proposer un panorama plus complet des résidences princières féminines des Bourbons, en y incluant Villeneuve.

6Dans un premier temps, nous verrons que Villeneuve s’inscrit dans la continuité de la pratique de la retraite des princesses Bourbon et de son évolution tout au long de la seconde moitié du xviiie siècle. Dans un second temps, nous nous intéresserons aux ruptures apportées par la duchesse d’Angoulême afin de s’adapter à un contexte post-révolutionnaire nécessairement différent. Enfin, nous pourrons interroger le mythe noir de Trianon et son influence sur l’usage de la résidence de la duchesse d’Angoulême.

Les espaces personnels des princesses, entre évolution et continuité

Les pratiques des Bourbons

  • 13 Soulié et al. 1885, p. 45.
  • 14 Maroteaux 2012, § 14.
  • 15 Cette dernière étant réservée à la famille royale et aux plus proches, voir sur ce domaine Sabatier(...)
  • 16 Ringot et Sarmant 2012, § 8.
  • 17 Luynes 1860-1865, t. III, p. 452.
  • 18 Bornet, Castelluccio, Lamy et Serrette 2021, p. 46.
  • 19 Ibid., p. 148.
  • 20 Luynes 1860-1865, t. IV, p. 21.

7La pratique de la retraite pour les souverains n’est pas propre au second xviiie siècle. Marly, le Grand Trianon puis Choisy sont des résidences proposant une forme de gradation dans leur usage privatif : « À Versailles, on voyait le roi ; à Marly, l’homme se laissait voir, et il s’en fallait que, de l’avis même des contemporains, l’homme fût aussi grand que le roi13 ». Marly et Versailles sont « les deux têtes d’un seul et même ensemble14 », une résidence officielle et une résidence personnelle15. On ne peut pour autant y voir une retraite, dans la mesure où les séjours peuvent être longs et l’étiquette, si elle est assouplie, est maintenue : Marly reste donc pour le roi un outil de pouvoir16. L’achat par Louis XV, en 1739, de Choisy offre un nouveau lieu où se soustraire à la lourdeur de la vie curiale17. Ce n’est qu’à partir de 1745 que le souverain y invite les membres de la famille royale, en en faisant une sorte de palais familial au caractère « semi-officiel18 ». Comme à Marly, le roi fixe les dates et les durées de ses séjours et invite personnellement ses courtisans19. L’ambiance y est plus détendue, le « roi est occupé que l’on soit chez lui, comme un particulier pourrait l’être, et l’on peut ajouter que l’on ne s’aperçoit de ce qu’il est que par ce qui l’environne20 ». Les invités jouissent d’une proximité réelle avec les princes au sein de ces demeures de dimensions plus modestes que les vastes palais.

  • 21 Leroux 2020, p. 68-85.
  • 22 Muchembled 2014.
  • 23 Salmon 2002, p. 64-65.
  • 24 Elle jouit déjà d’un hôtel particulier à Versailles et du domaine de Louveciennes, offert par le ro (...)
  • 25 « it was originally built by Louis XV as a residence for his mistress », Eyre 1803, p. 356 (traduct (...)
  • 26 « a place of indulgence and pleasure, apart from the court », Paul 1802, p. 81 (traduction de l’aut (...)
  • 27 « where the mistresses of former kings dwelt and revelled, cursed no doubt, by the nation, but yet (...)

8La résidence personnelle, éloignée des regards des courtisans, semble réservée aux maîtresses royales. En obtenir une, en plus d’un appartement à Versailles, est une preuve de la faveur royale. Ainsi en est-il de Clagny mis à la disposition de madame de Montespan, qui peut en jouir mais y habite finalement peu. Ces domaines sont une preuve de l’avancement social de ces femmes : ils leur permettent de s’éloigner de la cour mais également de se constituer un capital21. Certaines se montrent d’ailleurs très habiles, comme madame de Pompadour22. Le Petit Trianon, achevé en 1768, est d’abord pensé comme un lieu de retraite qui lui est destiné. Mais elle ne s’arrête pas là : gagnée par une « folie de bâtir23 », elle se constitue également une véritable fortune immobilière, à Crécy, Bellevue, Fontainebleau, Compiègne, Versailles, Saint-Ouen, Ménars, Champs ou Paris. Après son décès en 1764, c’est la comtesse du Barry qui, la première, réside à Trianon24. Si « à l’origine Louis XV l’a fait construire pour loger sa maîtresse25 », elle n’en est pas la propriétaire. On retrouve dans les écrits du xixe siècle de nombreuses évocations liant intimité et plaisirs coupables, dans un « lieu d’assouvissement et des plaisirs faciles, en dehors de la cour26 ». On peut voir se dessiner un mythe sulfureux autour de ces résidences, situées en marge de la cour et échappant à toute forme de surveillance, où « les maîtresses des anciens rois habitaient et se délectaient, maudites sans doute par la nation, mais non encore tourmentées27 ». Cette accumulation de biens immobiliers permet aux maîtresses de pouvoir compter sur de véritables fortunes, utiles en cas de revers. Les princesses, quant à elles, n’ont pas besoin de tels recours. Elles s’approprient néanmoins peu à peu cette pratique de la retraite, jusque-là associée aux maîtresses royales.

  • 28 cosandey 2000, p. 374.
  • 29 LGuillou 2010, p. 76.
  • 30 Lalanne 2012, § 52-56.
  • 31 France d’Hézecques 1873, p. 150.
  • 32 Dufort de Cheverny 1886, t. I, p. 102.
  • 33 Hours 2002, p. 176-195.
  • 34 Luynes 1860-1865, t. XI, p. 494.

9Avoir une résidence personnelle, hors des murs du palais, semble dans un premier temps impossible pour la souveraine. La reine, la dauphine et plus largement les princesses de la famille royale restent des personnages publics et leur position ne laisse que peu de place à l’intimité dans le cérémonial pensé par Louis XIV. Sous le règne de Louis XV, cependant, le rapport des souverains à la vie intime se modifie sensiblement. Les princesses s’engagent « dans un processus de privatisation qui fait vaciller leur souveraineté en modifiant leur image à la cour28 ». Le roi lui-même se retire de plus en plus dans ses appartements intérieurs : la période 1735-1750 peut ainsi être qualifiée par l’historien et architecte Jean-Claude Le Guillou de « temps de la convivialité29 ». Pour la première fois, Marie Leszczyńska peut jouir d’un temps privé, soustrait à son temps de représentation et, pour ce faire, des pièces sont aménagées à l’arrière de ses appartements d’apparat. Une sorte de coulisse que la reine peut réserver à ses intimes30. La famille royale prive peu à peu le public d’une partie de son existence. Le comte d’Hézecques décrit ces petits appartements comme « une suite de pièces où [les princes] se dérobaient à la représentation, où ils se désennuyaient, dans la solitude, du poids de la grandeur31 ». Les témoins évoquent une « société bourgeoise32 », un intérieur qui perd peu à peu sa majesté royale au profit de scènes de famille. La reine organise un cercle avec sa dame d’honneur, la duchesse de Luynes, et y convie ses fidèles33. L’étiquette semble s’assouplir et le duc de Luynes rapporte que la souveraine « a la bonté de nous dire que dans ce moment elle n’est point Reine34 ». Bien moins mis en lumière que pour Marie-Antoinette, ces moments soustraits à la vie publique s’opèrent d’une manière analogue. Cependant, une différence majeure existe entre la pratique de Marie Leszczyńska et celles des princesses du règne suivant. Elle ne quitte pas le palais, et cette société s’organise à Versailles, malgré une brève parenthèse au Grand Trianon entre 1741 et 1744.

  • 35 Lalanne 2012, § 78.
  • 36 Marie-Thérèse, Marie-Antoinette et Mercy-Argenteau 1874, t. II, p. 495.
  • 37 cosandey 2000, p. 376.

10La pratique de la retraite n’est donc pas une nouveauté ; elle se place, avec Marie-Antoinette, dans la continuité d’un processus déjà amorcé. Cette fois, cependant, la reine ne se contente pas de disparaître à des moments précis, tout en restant au château : elle est absente symboliquement et physiquement. Si elle continue d’utiliser les appartements intérieurs pensés pour Marie Leszczyńska, elle devient la seule occupante du Petit Trianon et accède à une nouvelle forme d’indépendance35. Or, ce corps occulté et éloigné de la cour laisse place à la rumeur et entre donc en contradiction avec la dignité attendue d’une souveraine. La critique monte, et l’usage qui est fait de Trianon interroge le public qui « commence à être inquiet et alarmé des dépenses que S.M. y fait36 ». Trianon autorise tous les fantasmes et c’est là que le mythe peut prendre corps. Il se développe aussi bien dans ce qu’il véhicule que dans ce qu’il tait, et phagocyte l’ensemble de la perception de la résidence personnelle royale. Se pose alors la question de l’utilité de la reine, sans rôle politique, « si elle se soustrait à ses obligations, elle se présente alors comme une femme ordinaire et ne justifie plus ni sa place ni sa prééminence37 ».

  • 38 Campan 1822, t. I, p. 227.
  • 39 Marie-Thérèse, Marie-Antoinette et Mercy-Argenteau 1874, t. III, p. 487.
  • 40 Biver 1933 et Cortequisse 1989 et 2006.

11Les autres princesses de la famille royale jouissent pourtant d’une même forme de liberté en dehors du palais, sans pourtant trop s’en éloigner. Madame Campan rappelle que « Versailles devient, pour tous les membres de la famille royale, le séjour le moins agréable ; on ne se croyait chez soi que dans des demeures plus simples, embellies par des jardins anglais38 ». Dès 1775, Louis XVI cède à Mesdames, filles de Louis XV, le château de Bellevue. Elles y font des séjours fréquents et de longue durée. L’ambassadeur Mercy rapporte à l’impératrice Marie-Thérèse qu’elles y ont passé tout le mois d’octobre 178039. Elles commandent à l’architecte Richard Mique un hameau, composé de différentes maisonnettes et, tout comme à Trianon, d’une tour de Marlborough40.

  • 41 Guillaume 1979.
  • 42 Voir Chéry 2013, p. 28.
  • 43 Voir Chauffour 2005. On pourra également se reporter au tableau de Fleury François Richard peint en (...)
  • 44 Feuillet de Conches 1864, p. 198, lettre de Madame Élisabeth à Madame de Bombelles, 25 juin 1787.
  • 45 Chéry 2013, p. 27.
  • 46 Sur les consignes et autorisations données à la garde de Madame Élisabeth : Paris, AN, K 507 41 à 4(...)

12De même en 1783, Louis XVI offre à sa sœur, Madame Élisabeth, le domaine de Montreuil41. Le roi l’achète au prince de Guémené, ruiné, qui le cède pour 80 000 livres. La princesse ne peut cependant y passer la nuit, n’étant pas majeure42. Elle y fait aménager le parc en s’inspirant du domaine de la reine. Les travaux sont confiés à Jean-Jacques Huvé qui propose une cascade, une grotte mais aussi une laiterie et une vacherie43. Marie-Antoinette appelle Montreuil le « petit Trianon de sa belle-sœur44 », mais c’est bien plus un « anti-Trianon45 ». En effet, la princesse n’y reçoit presque personne : aucun homme n’est admis à Montreuil et aucune fête n’y est donnée. Elle y organise ses pratiques charitables à destination des habitants proches de son domaine, auxquels elle distribue notamment les produits de sa ferme. Il s’agit d’un domaine exclusif, où les visites sont soumises à de très rares autorisations46.

  • 47 Voir Gallet 1995 et Dams et Zega 1995.
  • 48 Pierrefitte, AN, 60 AP 3, Fonds Javon, Maison de Madame, Brunoy, 1774-1777.

13En 1780, la comtesse de Provence, Marie-Joséphine de Savoie, achète pour 30 000 livres au prince de Montbarrey, dans le Grand Montreuil, un terrain de plus de douze hectares, sur lequel se situe un pavillon d’habitation auquel elle fait adjoindre de nombreuses fabriques, un hameau avec une laiterie et un parc à l’anglaise47. Elle confie également la construction, en 1784, d’un pavillon de musique au premier architecte et intendant des bâtiments de son époux : Jean-François-Thérèse Chalgrin48. Si elle y reçoit peu, elle s’y retire régulièrement.

  • 49 Cornu 1907, p. 30.
  • 50 Archives départementales des Yvelines, A 1468, Bail de la maison de l’Électeur et du château de la (...)
  • 51 Paris, AN, R1 99, dossier 1, Location pour la comtesse d’Artois : mémoires et observations, lettre (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Paris, AN, R1 99, dossier 2, Travaux : état des mémoires des entrepreneurs pour 1786-1787, frais di (...)

14La comtesse d’Artois, Marie-Thérèse de Savoie, manifeste, elle aussi, en 1786, le « désir et le besoin d’une maison de campagne où elle puisse prendre l’air et se procurer quelques distractions49 ». N’ayant pas les moyens financiers d’acheter un domaine, elle loue le château de Béarn, proche du domaine de Saint-Cloud, à Geoffroy Chalut de Vérins, lecteur honoraire du roi, pour 18 000 livres par an pendant neuf années50. Son intendant, Antoine de Bourboulon, note que « son but a été d’y venir chercher le plus souvent possible la retraite et la liberté. J’ai réellement pitié de la vie ennuyeuse que mène notre Princesse. Elle est la seule qui n’aye pas un petit coin pour diriger sa promenade. Aussi reste-t-elle toujours comme en prison à Versailles51 ». La princesse n’y reçoit que quelques dames de sa société et organise des promenades et des parties de pêche à la ligne52. Mais elle fait réaliser des aménagements et commande des meubles à Riesener et à d’autres artistes pour plus de 88 000 livres53.

15Les maisons de campagne des princesses de la famille royale ont en commun d’être des résidences de taille réduite, mais avec tout le luxe et le confort nécessaires, et de grands jardins à l’anglaise, agrémentés de fermes idéalisées. Cependant, les usages divergent. Si la reine et Mesdames Tantes utilisent leurs domaines sur de longues périodes, les autres princesses y passent un temps plus réduit. La reine mise à part, elles n’y reçoivent en outre que très peu de monde : on ne peut donc associer à ces espaces la constitution de véritables sociétés intimes.

La Restauration à la croisée des usages

  • 54 Fontaine 1987, p. 433.
  • 55 Service des archives du château de Versailles (désormais SACV), B 22, recueil de tous les plans du (...)
  • 56 Pierrefitte, AN, O1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.
  • 57 Beaufils 2019, p. 66.

16Quand les Bourbons remontent sur le trône, en 1814, il semble délicat de revenir vivre à Versailles. Pourtant Louis XVIII y pense et commande des travaux de restauration qu’il suit avec attention. La question de l’usage du palais se pose donc tout de même. Alexandre Dufour, l’architecte en charge du projet, semble circonspect et affirme que « ces mesures produisaient un très mauvais effet, en montrant que rien n’était encore oublié54 ». Le retour à Versailles n’apparaît plus opportun, compte tenu de l’association entre le palais et un absolutisme d’Ancien Régime décrié. Après les Cent-Jours, le roi se montre moins disposé à résider dans le palais de son enfance, mais il n’exclut pas d’y faire quelques séjours. Cette volonté se traduit par la mise en chantier de nouveaux appartements pour la famille royale qui sont confiés au même architecte55. La duchesse d’Angoulême doit s’installer au rez-de-chaussée, dans le corps central du palais, au sud de la cour de Marbre56. Il n’est donc pas prévu de lui faire réinvestir les anciens appartements de la reine, contrairement à ce qui a lieu dans les autres résidences royales. Les appartements de parade du premier étage sont délaissés par la famille royale qui privilégie des pièces plus simples, comme pour marquer une forme de rupture57.

  • 58 Fontaine 1987, p. 437.
  • 59 SACV, carton 1817-7, lettre de la comptabilité du 10 février 1819 adressée à Dufour.
  • 60 Pierrefitte, AN, O1221, État des montants des mémoires de travaux faits pour l’intérieur des appa (...)

17Madame vient constater l’avancée des travaux le 17 août 1814 et Dufour regrette qu’elle reste pour le moins évasive sur ses envies58. Elle revient une seconde fois, le 7 janvier 1815, et de nombreux travaux de peinture, de menuiserie ou de plomberie sont réalisés pour les appartements du couple d’Angoulême qui, finalement, ne furent jamais utilisés59. Une facture de 1819 vient néanmoins solder le chantier60.

  • 61 On peut penser, dans la seconde moitié du xixe siècle, aux peintures de l’Anglais Edward Matthew Wa (...)
  • 62 Voir Desjardins 1885, p. 363.
  • 63 Journal de Seine-et-Oise, 18 août 1814, p. 3.
  • 64 Le Moniteur universel, 19 août 1815, p. 3.
  • 65 Ibid., 26 juin 1816, p. 3.
  • 66 Journal de Seine-et-Oise, 19 septembre 1816, p. 4.
  • 67 Le Constitutionnel, 26 novembre 1824, p. 3.
  • 68 Lécarlatte 1864, p. 69.

18Quant au Petit Trianon, il reste, comme le révèlent de nombreuses correspondances ou journaux de visiteurs étrangers, profondément lié à la reine et le réinvestir semble impossible. Le mythe noir, encore présent à la Restauration, incite les Bourbons à réfléchir à leurs pratiques résidentielles et à se questionner sur la manière d’utiliser Versailles et son domaine, à la fois comme résidence et comme symbole. La duchesse d’Angoulême, née à Versailles en 1778, voit son image associée au palais, dans toute sa dimension dynastique. Aujourd’hui encore, les représentations de son enfance bucolique dans le cadre de vie enchanteur du domaine de sa mère restent une image des plus séduisantes61. La princesse fait quelques promenades dans le domaine, mais l’idée de reprendre possession des lieux n’est pas menée à bien62. La presse confirme ses visites. Elle revient seule pour la première fois dès le 17 août 181463. Le 16 août 1815, le duc et la duchesse s’arrêtent à Versailles et en profitent pour rencontrer des habitants, avant de passer rapidement dans le parc64. Le 25 juin 1816, la princesse accompagne la famille royale au palais dans le cadre des festivités du mariage du duc de Berry et accepte de nommer la cloche de l’église Notre-Dame65. Elle fait une promenade à cheval sur le domaine de Trianon, le 18 septembre 1816, mais ces brèves incursions ne témoignent pas d’une véritable volonté de se réapproprier les lieux66. Le 25 novembre 1824, le roi, son époux et la duchesse de Berry se rendent à Trianon pour dîner, mais la duchesse d’Angoulême ne les rejoint qu’en milieu d’après-midi67. L’abbé Lécarlatte révèle que la princesse aurait souhaité créer une vacherie à Trianon dès 1816, mais la famille de l’abbé refuse de lui vendre les trois bêtes demandées et le projet est abandonné68.

  • 69 Mansel 1982, p. 287.
  • 70 En 1821, le vicomte d’Agoult, premier écuyer de la princesse, est nommé gouverneur du palais, voir (...)
  • 71 Austin Montenay 2005, p. 171.
  • 72 AN, Pierrefitte, O3 2064, Château de Saint-Cloud, devis pour l’ameublement de la duchesse d’Angoulê (...)

19La question d’une résidence affectée à Madame se pose de manière détournée dès 1815. La princesse évoque la possibilité de bénéficier du palais de Saint-Cloud et s’en ouvre au roi. Propriété personnelle de sa mère depuis 1785, elle en demande la jouissance exclusive au titre d’héritière. Louis XVIII lui refuse cette rétrocession au prétexte que le domaine, ajouté aux biens de la Couronne, ne peut être aliéné69. La princesse perçoit une indemnité compensatrice et conserve le droit de nommer le gouverneur70. Elle apprécie les séjours dans ce château et y fait de nombreuses visites, en plus du voyage d’été avec la cour71. Elle y occupe les anciens appartements composés de six pièces et somptueusement décorés de sa mère, au premier étage72.

  • 73 Nettement 1843, p. 464.
  • 74 Voir La Belgique horticole : journal des jardins, des serres et des vergers, 1851, t. I, p. 57.
  • 75 Reiset [1902], p. 55.
  • 76 Elle épouse à Mittau, aujourd’hui en Lettonie, le 10 juin 1799, son cousin Louis-Antoine, duc d’Ang (...)

20L’achat de Villeneuve, proche de Saint-Cloud, lui permet d’associer vie de cour et vie plus retirée. La princesse achète ce bien sur ses fonds propres, en son nom, et en est l’unique propriétaire. Si elle peut goûter dans son domaine « ce grand et inestimable bien, plus difficile encore à atteindre pour les princes que pour les peuples, la liberté73 », à la différence de sa mère, elle ne couche pas à Villeneuve. Elle n’a passé qu’une seule nuit au château entre 1821 et 183074. Son sens du devoir, la conception qu’elle se fait d’une altesse de sang royal et qu’elle souhaite renvoyer lui imposent de s’astreindre à la représentation et d’être là où son devoir la réclame. Elle « semblait vraiment être la reine75 », comme l’écrit le vicomte de Reiset, même si elle n’en porte pas le titre – elle est alors l’épouse de l’héritier du trône76. Sa conception du droit à la vie privée s’apparente cependant moins à celle de sa mère qu’à celle de sa tante, Madame Élisabeth, à savoir quelques plages de temps privilégiées, volées au public, plutôt qu’une absence totale du devant de la scène. Une lettre à sa belle-sœur, la duchesse de Berry, résume parfaitement l’idée qu’elle se fait de la résidence d’agrément :

  • 77 Reiset 1906, p. 185-186.

J’avoue que je vois avec peine que vous avez pris le séjour ici [à Paris] en horreur, car tout désagréable qu’il peut être, on peut dire pour suivre le proverbe que : « Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute. » Qui peut plus souffrir que moi de se retrouver dans ces lieux où j’ai été avec mes parents et où je les ai vus si malheureux ? Eh bien, mon devoir est d’y être, et mon cœur m’y retient puisque j’y retrouve ce qui me reste de ma famille […] J’ai eu vingt ans aussi une fois dans ma vie, chère sœur, et j’ai mené à cette époque la même vie qu’à présent, peut-être même plus sévère et plus assujettie, parce que j’ai senti que c’était mon devoir et je n’en ai jamais éprouvé ni regret ni ennui77.

  • 78 Guibal 2007.
  • 79 Vignaux 2016.

21« Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute. » Par cette expression imagée, on peut comprendre une part de l’état d’esprit de la duchesse d’Angoulême. Elle est attachée à la cour et la cour est aux Tuileries. Elle fait un lien entre ses fonctions d’altesse royale et les lieux où s’exercent ces dernières. Trianon, comme Rosny, est un modèle qu’elle se refuse à adopter dans ce qu’il présente de concurrentiel à la cour. L’existence en dehors des frontières curiales ne peut être que brève. Plaisir et devoir sont dissociés, et si l’on comprend que la résidence d’agrément est plus agréable à vivre, elle ne doit ni ne peut supplanter la résidence officielle. Avec cette lettre, la princesse semble consciente qu’elle ne peut utiliser Villeneuve comme Marie-Antoinette a utilisé Trianon. La duchesse de Berry, de son côté, considère sa propriété de Rosny bien plus comme un lieu d’amusement où elle fréquente sa propre cour que comme un refuge momentané78. La duchesse d’Orléans quant à elle ne dispose pas d’une telle résidence. Si les Orléans se retirent régulièrement dans leurs propriétés d’Eu ou de Neuilly, il s’agit de châteaux familiaux et en aucun cas de domaines réservés à la seule princesse79.

  • 80 Boigne 1921, p. 91.
  • 81 Ibid.

22Du modèle de la mère, la fille ne sélectionne que les aspects propres à convenir à l’idée qu’elle se fait d’un fonctionnement optimal de la cour sous la Restauration. Villeneuve ne peut être, en conséquence, qu’une parenthèse mais en aucun cas une retraite prolongée. Pourtant, le lien indéfectible entre la résidence d’agrément et celle qui l’habite incite à considérer tout ce qui en provient comme une marque de la faveur princière. La princesse partage sa production laitière avec les courtisans et fait livrer la crème de son domaine aux Tuileries. Madame de Boigne rappelle que, lors d’un dîner, elle en offrit à toute la tablée, sauf au duc de Richelieu. Elle y perçoit une « intention d’insulte cachée sous ces formes désobligeantes, dont il avait raison d’être courroucé80 ». Le duc reconnaît qu’il garde de cet incident, pourtant anecdotique, un ressentiment car « son vieux sang de courtisan prenait le dessus de sa raison81 ». Comme Trianon, Villeneuve peut mortifier ceux qui, par droit de naissance, s’estiment lésés de ne pas y être associés.

  • 82 La presse indique que la princesse s’y rend régulièrement et en toutes saisons.

23Villeneuve se rapproche ainsi davantage d’une résidence de campagne ; elle est d’ailleurs souvent qualifiée de la sorte dans la presse, comme une parenthèse mais qui se veut régulière82. Le modèle de Trianon – et en particulier du Hameau – semble bien présent dans l’esprit de la duchesse d’Angoulême qui choisit de s’en inspirer, mais en lui préférant un usage plus raisonné.

Villeneuve, une rupture dans les utilisations de la retraite ?

Une résidence similaire pour un usage différent

  • 83 Des Cars 2020, p. 123-145.
  • 84 Ibid.

24Avant le Hameau de la reine, les domaines du prince de Condé à Chantilly ou de la duchesse d’Orléans au Raincy sont déjà dotés d’une campagne rustique au-dehors et luxueuse au-dedans83. Le domaine champêtre de la comtesse de Provence, attenant à sa résidence de Montreuil, est également achevé avant celui de la reine. Il s’agit donc d’une mode que Marie-Antoinette suit plus qu’elle ne lance. Le mimétisme avec la vie rurale s’arrête à la porte des habitations. « Tout est luxueux84 » et rien ne manque pour le confort de l’altesse et de ses hôtes.

  • 85 Nettement 1843, p. 463.
  • 86 Boigne 1921, p. 90.
  • 87 Gontaut-Biron 1891, p. 262.
  • 88 Voir Gabet 1831, p. 695.
  • 89 La Belgique horticole, 1851, p. 57.
  • 90 Le Moniteur universel, 5 mars 1824, p. 2.

25Comme sa mère, la duchesse affectionne tout particulièrement sa propriété, « de tous les lieux, celui que Madame la Dauphine préférait était le château de Villeneuve-l’Étang […] c’était le séjour de prédilection de Madame la Dauphine85 ». Cela est également confirmé par la comtesse de Boigne qui assure que Madame « était fort en train de cette nouvelle propriété86 ». La duchesse de Gontaut, gouvernante des enfants de France, rapporte que la princesse a rapidement décidé d’opérer des travaux d’embellissement87. Elle les confie à Maximilien Villers qui mène à bien sa mission dans le château et les jardins88. Il ajoute notamment une volière, une basse-cour et une laiterie, qui répondent ainsi à l’aspiration de la duchesse à retrouver une proximité avec la nature, s’inspirant de ce qui avait été fait sur le domaine maternel89. Elle commande de nouveaux travaux en 1824 pour faire de sa « maison de campagne […] un séjour délicieux et digne, en tout, de son auguste propriétaire90 ».

  • 91 Maral 2020, p. 167.
  • 92 Le Moniteur universel, 26 novembre 1824, p. 2 ; 8 juillet 1825, p. 2 ; 13 septembre 1825, p. 3 ; 3  (...)
  • 93 Le Moniteur universel, 8 juillet 1825, p. 2.
  • 94 Marie-Amélie de Bourbon 1938-1943, vol. 3, p. 117.
  • 95 La Mode, huitième année, 2 juin 1836, p. 78-82.
  • 96 Coustin 2017, p. 360.

26Les installations répondent à une volonté de faire connaître la vie à la ferme, notamment aux enfants royaux. Madame Royale en a elle-même bénéficié91. Comme Trianon l’a été pour elle et ses frères, Villeneuve est un terrain de jeu pour les enfants de la famille royale et en premier lieu pour les neveux de la princesse, le duc de Bordeaux et Mademoiselle, enfants de la duchesse de Berry92. Elle convie également à des déjeuners ou des goûters ses filleuls, les ducs de Nemours et de Montpensier, accompagnés de leur mère, la duchesse d’Orléans93. Marie-Amélie évoque ainsi dans son Journal une visite qu’elle rend à sa cousine, le 7 juillet 1825 : « après le déjeuner, nous avons fait une promenade au jardin qui mesure deux cents arpents94 ». Mais excepté ce passage, les sources sont évasives sur d’autres réceptions familiales, et il semble que la duchesse d’Angoulême conserve jalousement le secret de son domaine. Un portrait du duc de Bordeaux, jouant dans le parc du château de sa tante (fig. 2), où il a planté un magnolia, est réalisé en 1826 par François-Édouard Picot95. Il illustre ce lien intime et personnel entre la duchesse et son domaine, que l’on retrouve également dans le titre choisi par le couple d’Angoulême pour leur ultime exil : comte et comtesse de Marnes96.

Fig. 2. François-Édouard Picot, Le Duc de Bordeaux enfant au château de Villeneuve-l’Étang, chez la duchesse d’Angoulême sa tante, 1826, huile sur toile, 146,5 × 114 cm. Rouen, musée des Beaux-Arts, inv. 1953.5.1.

Fig. 2. François-Édouard Picot, Le Duc de Bordeaux enfant au château de Villeneuve-l’Étang, chez la duchesse d’Angoulême sa tante, 1826, huile sur toile, 146,5 × 114 cm. Rouen, musée des Beaux-Arts, inv. 1953.5.1.

https://www.pop.culture.gouv.fr/​notice/​joconde/​000PE032603

© C. Lancien, C. Loisel /Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie

  • 97 Le Moniteur universel, 29 juillet 1827, p. 2.
  • 98 La comtesse Esterházy est la nièce de Josépha de Chanclos, grande maîtresse de la Maison composée p (...)
  • 99 L’Ami de la religion et du roi, vol. 52, mai 1827, p. 313.
  • 100 Le Moniteur universel, 28 août 1829, p. 3.
  • 101 La Mode, huitième année, 2 juin 1836, p. 78-82.
  • 102 Austin Montenay 2005, p. 172.

27Il existe certaines dérogations aux invitations familiales. La princesse reçoit notamment à déjeuner une amie de longue date, la comtesse Esterházy, le 28 juillet 182797. Elle l’avait rencontrée après sa libération du Temple, à son arrivée à la cour d’Autriche, en 179698. Les deux femmes conservent des liens étroits jusqu’à la mort de la comtesse en 1845. Celle-ci n’est pas la seule conviée à Villeneuve. Certains y sont installés de manière plus durable, à l’image de l’abbé Veillard, chapelain de la princesse, qui y reste durant sa maladie et y décède le 6 juillet 182799. La duchesse protège aussi des pensionnats : celui de la ville, qu’elle soutient en assistant à la remise de prix aux élèves les plus méritantes100, mais également ceux d’Écouen et de Saint-Denis, dont elle accueille les meilleures élèves pour de petites fêtes avec des jeux dans le jardin. Elle leur offre enfin un goûter, qu’elle préside et anime. Presque exclusivement fermé aux courtisans, le domaine de Villeneuve ne suscite pas de tensions : les goûters enfantins ne menacent pas le prestige de ceux qui pourraient prétendre être reçus par la dauphine. N’étant l’objet que de brefs passages, Villeneuve ne déplace pas le pôle d’attraction curiale comme a pu le faire Trianon lorsque Marie-Antoinette s’y établit. Villeneuve se veut une résidence simple, loin des fastes des palais, plus à même de convenir à une princesse pieuse et pétrie de devoir101. Ce faisant, la duchesse d’Angoulême s’inspire davantage de sa tante, Madame Élisabeth, que de sa mère. Pourtant, cela n’empêche pas la propriété d’être évoquée par ses contemporains comme son Petit Trianon102.

  • 103 Chapus 1837, p. 245.
  • 104 Le Moniteur universel, 5 septembre, p. 1, 22 novembre 1822, p. 3 ; 26 octobre, p. 2, 29 octobre, p. (...)
  • 105 Le Moniteur universel, 20 juin 1826, p. 2.
  • 106 Le Constitutionnel, 28 avril 1822, p. 3 et Le Moniteur universel, 5 novembre, p. 2, 24 novembre, p. (...)
  • 107 Le Moniteur universel, 19 décembre 1828, p. 2 ; 19 décembre 1829, p. 3.
  • 108 Le Constitutionnel, 12 décembre 1824, p. 3 ; Le Moniteur universel, 13 novembre 1827, p. 2 ; 3 janv (...)
  • 109 Guillaume Ier et Pauline-Thérèse de Wurtemberg arrivent à Paris le 4 juin pour participer aux fêtes (...)
  • 110 Ils voyagent eux aussi incognito sous les titres de comte et comtesse du Nord.

28De l’achat de la propriété à 1830, la presse indique les jours de présence de la princesse dans son domaine. Très souvent ses visites sont couplées avec les chasses103 ou les absences de son époux, de son oncle et de son beau-père104. Si elle ne semble recevoir que très peu de visiteurs, les membres de la famille royale sont, eux, autorisés à s’arrêter à Villeneuve. Ainsi, Charles X et le duc d’Angoulême y effectuent certaines de leurs promenades, tout comme, mais plus ponctuellement, la duchesse de Berry105, ce dont témoignent les journaux de l’époque106. La duchesse passe également quelques heures dans son domaine à sa date anniversaire107. Les évocations de la presse permettent de confirmer que ses séjours sont courts. Elle quitte les Tuileries généralement entre neuf et onze heures et rentre à Paris entre quinze et dix-sept heures pour assister à la messe au palais ou honorer ses devoirs de représentation108. Très exceptionnellement, la propriété permet de distinguer des invités de marque. Ainsi la princesse reçoit à déjeuner le roi, son époux et le couple royal du Wurtemberg de passage à Paris, le 17 juin 1825109. Le lendemain, la princesse conduit la reine Pauline-Thérèse à Versailles. Cette réception montre que Villeneuve, plus qu’une retraite, reste une résidence royale capable d’accueillir des hôtes prestigieux. En cela, elle peut rappeler l’usage de Trianon où Marie-Antoinette a notamment reçu le tsarévitch Paul et son épouse en 1782110.

  • 111 Pierrefitte, AN, F7 6706, Dossier 6, Seine-et-Oise, Inscription séditieuse sur les murs du parc de (...)
  • 112 Pierrefitte, AN, F7 6760, Dossier 21, Notes au sujet d’un dépôt de bois de charpente sur la place d (...)

29Mais ces visites sont aussi scrutées par la police chargée de veiller à la sécurité de la princesse, en tous lieux. Les notes de service évoquent des inscriptions séditieuses sur le mur d’enceinte du domaine111 ou montrent, en 1829, l’inquiétude de la police politique au sujet d’un tas de bois situé le long du même mur et qui pourrait permettre de l’escalader alors que la dauphine s’y promène fréquemment112. Cette surveillance illustre également les limites de l’intimité pour une princesse royale.

Une résidence toute princière : entre ameublement luxueux et collection particulière

  • 113 Paris, AN, MC, XCVIII 945, Vente du domaine de Villeneuve-l’Étang au vicomte de Caze, 27 juillet 18 (...)

30Tout comme pour les domaines des autres princesses, la simplicité associée à la campagne n’est que toute relative. Les rares archives concernant Villeneuve font état d’un château richement décoré où la duchesse conserve les objets qui lui sont les plus chers. L’ameublement est connu grâce à l’inventaire réalisé par le vicomte de Caze en 1831113. L’état des lieux ainsi dressé est fidèle à ce que la duchesse laisse derrière elle en partant pour un exil définitif, suite aux journées révolutionnaires de 1830 qui contraignent la famille royale à se réfugier en Écosse, avant de rejoindre Prague et enfin Gorizia :

  • 114 Ibid.

[…] tous les meubles meublants, effets mobiliers, livres et provisions qui se trouvent dans les appartements et autres dépendances du château compris et détaillés dans un état estimatif que les parties ont fait dresser sur trois feuilles de papier du timbre de deux francs qui sont entièrement remplies114.

  • 115 Nettement 1843, p. 167.

31Alfred Nettement décrit le domaine qu’il visite après 1830. De Caze lui confirme n’avoir touché à rien dans l’espoir de pouvoir le rendre à la princesse. On trouve dans son appartement de nombreux portraits de famille, mais également des bustes de Louis XVI et de Marie-Antoinette, offerts par Pasquier115. La distribution des appartements fait état d’une résidence plus adaptée à la vie privée qu’à l’apparat. La duchesse dispose à l’étage d’un salon bleu, d’une salle de billard, d’une chambre à coucher et d’un boudoir. Attenant à son appartement, on trouve également un cabinet d’histoire naturelle et une bibliothèque. Cette dernière contient de nombreux ouvrages consacrés à la Révolution et plus particulièrement à l’enfermement de la famille royale au Temple, de 1792 à 1795. À l’extrémité de ses appartements, une autre chambre à coucher équipée d’une toilette masculine peut laisser à penser qu’elle était réservée à son époux lors de ses visites. L’ensemble de ces pièces, situées à l’étage, forment un espace intime, hors de toute notion de représentation. Cependant, si la vie privée l’emporte sur la vie publique, l’ameublement reste précieux.

  • 116 Seillan 2006, p. 78-79.
  • 117 Voir : https://tresors.nice.fr/oeuvre/villa-massena-fumoir-gueridon-a-decor-de-sphinges.
  • 118 Paris, AN, MC, XCVIII 945, Vente du domaine de Villeneuve-l’Étang au vicomte de Caze, 27 juillet 18 (...)
  • 119 Un élève d’Antoine-Jean Gros.
  • 120 Gabet 1831, p. 16.
  • 121 Pierrefitte, AN, AJ19 146, inventaire du palais des Tuileries, 1816.
  • 122 Pierrefitte, AN, O1991, Mobiliers de la couronne, lettre du baron de Ville-d’Avaray au comte de P (...)
  • 123 Chapman 2007, p. 33-34.

32La chambre de la princesse se compose d’un imposant lit à baldaquin en soie bleue, « surmonté d’un châssis à voussures orné de palmettes ciselées et dorées. La couchette à colonnes était en acajou avec des chapiteaux en bronze doré116 » – un acajou ronceux, à savoir le plus rare. Ce mobilier diffère nettement de l’apparente simplicité voulue dans la chambre de la reine à Trianon avec son mobilier dit « aux épis ». Cette chambre, que la princesse n’occupera qu’une fois, est la pièce la plus richement meublée de Villeneuve. On y retrouve également une toilette en acajou munie d’une glace ovale et un précieux guéridon en bronze doré. Un autre guéridon à décor de sphinges réalisé par François-Honoré Jacob, aujourd’hui conservé à la Villa Masséna de Nice, complète cet ameublement117. On observe dans l’ensemble de la résidence des meubles précieux comme des fauteuils en acajou ou des consoles, du même bois et ornées de bronzes dorés118. Les archives permettent de savoir qu’Auguste Aubois119 est missionné, en 1826, pour réaliser les décors peints du boudoir « dont les sujets sont tirés de la mythologie120 ». La duchesse commande un divan recouvert de cachemire jaune, étoffe alors peu utilisée, car précieuse et fragile. Le reste du mobilier est en frêne, essence qui semble avoir la prédilection de la princesse car on la retrouve dans son appartement des Tuileries121. En 1822, elle fait d’ailleurs déplacer, depuis cet appartement, la riche jardinière de l’école de Châlons offerte par Louis XVIII en 1819122. D’une certaine manière, Madame adapte également ici ce que sa mère a pu mettre en œuvre à Trianon123 : il faut alors comprendre la résidence comme l’écrin d’un goût personnel et un endroit où sont rassemblés les biens les plus chers à la propriétaire.

  • 124 Voir Catalogue des tableaux de Sa Majesté l’impératrice Joséphine… 1811.

33La duchesse d’Angoulême se constitue de manière discrète et modeste, pour son seul plaisir, une collection de peintures qu’elle décide de déposer en son domaine. Elle reprend l’habitude lancée par l’impératrice Joséphine, qui avait établi une galerie privée à Malmaison124. En plus des achats d’œuvres anciennes, cette dernière finance de nombreux artistes contemporains. Les princesses de la Restauration ne marquent pas de rupture dans la façon de collectionner, et leurs galeries donnent lieu à des catalogues rédigés par des conservateurs engagés pour valoriser les collections royales.

  • 125 Pougetoux 2002, p. 196-198.
  • 126 Les trois œuvres sont conservées dans des collections privées.
  • 127 Conservé à l’abbaye Saint-Louis-du-Temple, Vauhallan (Essonne).
  • 128 Bonnemaison 1822.
  • 129 Les comptes de la duchesse de Berry permettent de mesurer les frais d’entretien d’une telle collect (...)

34Le Salon de Paris reste le lieu d’achat privilégié de ces œuvres, et la duchesse d’Angoulême y fait des acquisitions en 1814, 1819, 1822, 1824 et 1827, dont certaines ne sont pas destinées à sa collection, mais à être offertes à ses fidèles125. Elle se montre particulièrement intéressée par les œuvres faisant référence à ses parents ou à la captivité au Temple. Elle achète deux tableaux à Laurent Dabos, Louis XVI écrivant son testament, tableau fait au Temple pendant la captivité de la famille royale et un Portait de Louis XVII, d’après nature, puis un Louis XVI montant au ciel à Nicolas-André Monsiau126. Elle offre aussi au couvent Saint-Louis du Temple Marie-Antoinette à la Conciergerie par Jean-Baptiste-François Battaglini127. Il est difficile pour l’historien d’appréhender cette collection dans son ensemble. Un catalogue, sur le modèle de celui de Joséphine ou de la duchesse de Berry128, est commandé à Philippe Henri Schunck, mais ne sera jamais finalisé. À l’inverse de la duchesse de Berry qui expose ses œuvres dans ce qui devient la Galerie de S.A.R. Madame la duchesse de Berry, au pavillon de Marsan des Tuileries129, la duchesse d’Angoulême choisit un cadre privé. Des moyens détournés permettent néanmoins de replacer quelques-unes de ces œuvres dans sa galerie.

35Le Dictionnaire de Charles Gabet confirme que la princesse possédait deux tableaux de Léon Cogniet, gagnés à la loterie de la Société des amis des arts130, Scène militaire, campagne de Moscou131 et Scène militaire, campagne d’Espagne, mais aussi deux vues des Pyrénées par Jean-Baptiste Butay, une vue de Villeneuve-l’Étang par Louise-Joséphine Sarazin de Belmont, deux intérieurs d’églises par Paul Martin, une vue des Pyrénées par Michel Jousselin132, Le Ménestrel et les Jouvencelles de Pierre Révoil133 et une peinture sur porcelaine de Jean-Claude Rumeau. Elle commande également des œuvres, comme à Alexandre-Évariste Fragonard, La Duchesse d’Angoulême à Pau qui est recommencée deux fois134, ou encore à Jean-Baptiste Mauzaisse, L’Entrée dans Madrid135. Pour Alain Pougetoux, la collection complète ne devait pas compter plus d’une soixantaine d’œuvres. Reste un cas particulier : celui d’un ensemble plus imposant de quatorze toiles commandées puis offertes par la Ville de Paris à la princesse. Le sujet lui est cher et reprend la campagne d’Espagne de 1823, marquant une victoire de son époux. Il y a une dimension à la fois dynastique et politique dans ces toiles. La duchesse commande douze œuvres supplémentaires pour porter le cycle à vingt-six.

  • 136 Dernière résidence de la princesse, où elle décède le 19 octobre 1851.

36Aucun de ces tableaux n’est cité dans l’inventaire de 1831. Probablement font-ils partie des quelques objets à forte valeur sentimentale que la princesse réclame au baron Charlet, mandaté pour gérer la vente du domaine. Bon nombre de ces œuvres appartiennent toujours aux collections privées du domaine de Frohsdorf, près de Vienne136.

Le mythe noir de Versailles et son influence sur l’usage de Villeneuve

Une mise en scène pastorale risquée et inutile

  • 137 Duprat 2022, Goodman 2003 et Thomas 1989.
  • 138 Becquet 2014, p. 196-198 ; Baecque 2019.

37Madame ne peut prétendre reprendre à son compte, à l’identique, la conception d’un domaine personnel trop associé à la légende noire de sa mère137. La mise en scène d’un pastiche, d’une sorte de décor de théâtre perpétuel et d’une vie champêtre idéalisée n’est plus envisageable. Le mythe de la souveraine, bergère de Trianon singeant la réalité de son peuple, n’est pas transposable aux années 1815-1830. Ce contre-modèle est encore suffisamment prégnant pour que la princesse cherche à s’en éloigner. La reconstruction de l’image de sa mère, passant de l’Autrichienne débauchée à la martyre, est amorcée par le pouvoir royal. L’intégration de la reine au culte des martyrs royaux voulu par Louis XVIII cherche à fixer cette représentation138. Il n’est donc pas question de replonger dans les anciens travers. Pourtant, la duchesse tente d’adapter ce modèle et de le repenser, mais en respectant certaines limites.

  • 139 Voir fleischmann 1908, p. 62.

38Il était reproché à Marie-Antoinette de chercher la simplicité, mais une simplicité singée, de façade et coûteuse139. Déjà en 1783, la reine se fait représenter vêtue d’une robe dite « en gaulle », sorte de chemise en linon blanc, retenue à la taille par une large ceinture jaune, avec sur la tête un chapeau de paille orné de plumes et tenant à la main une rose (fig. 3) – tenue bien trop simple pour une souveraine et associée à cette parodie pastorale jouée sur le domaine de Trianon.

Fig. 3. D’après Élisabeth Vigée-Lebrun, Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 92,7 × 73.1. Washington, National Gallery of Art, 1960.6.41.

Fig. 3. D’après Élisabeth Vigée-Lebrun, Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 92,7 × 73.1. Washington, National Gallery of Art, 1960.6.41.

https://www.nga.gov/​collection/​art-object-page.46065.html

Domaine public

  • 140 Sheriff 2005.
  • 141 Mansel 2015, § 1.
  • 142 Ibid., § 27.
  • 143 Collange-Perugi et Gorguet-Ballesteros 2021.
  • 144 Dousset 2011, § 7.
  • 145 Thomas 1989, p. 113.
  • 146 Vigée-Lebrun 1835, p. 75.
  • 147 Je suis le véritable père Duchesne, foutre !, 1792, no 173, p. 4.
  • 148 Ibid.

39Le tableau fait scandale et doit être retiré du Salon où il est exposé. Pour Marie-Antoinette, ce portrait contribue à brouiller encore les frontières entre la majesté royale et la femme privée140. La tenue de cour est « un outil, qu’on ne peut comprendre que dans son contexte politique, économique et social141 », en permanente représentation, « les habits du monarque ne restent pas dans ses palais, comme d’autres insignes du pouvoir, mais sont vus142 » ; or les vêtements portés dans le cadre privé n’ont pas vocation à être vus par le plus grand nombre143. L’idée de la bergère en robe vaporeuse promenant des moutons parfumés et ornés de rubans colorés au sein d’un paradis perdu est bien plus répulsive qu’attractive aux yeux des contemporains144. La tenue légère devient synonyme d’une légèreté de mœurs et, « sous l’influence d’une reine putain, la cour devient un bordel145 ». Madame Élisabeth, qui jouit d’une image plus positive, celle d’une « jolie bergère146 », dont le domaine de Montreuil ne prête pas le flanc à la suspicion, devient pourtant sous la plume révolutionnaire « la grosse meunière147 », pendant que Mesdames sont qualifiées de « vieilles carpes de Bellevue148 ».

40Pourtant, vers 1828, la dauphine commande un étonnant portrait en buste. Attribué, sans certitude, au baron Gros, ou à son atelier, il ne la représente pas dans une résidence royale mais en toute intimité (fig. 4). L’influence d’Élisabeth Vigée-Lebrun est indéniable. Si le contexte n’est pas celui de l’Ancien Régime et si la notion même de sacralité des corps royaux a évolué, il s’agit d’une image privée, à la fois par le costume et par le cadre évoqué.

Fig. 4. Atelier d’Antoine-Jean Gros, Portrait de la duchesse d’Angoulême, vers 1828-1830, huile sur toile, 61 × 50 cm. Collection particulière.

Fig. 4. Atelier d’Antoine-Jean Gros, Portrait de la duchesse d’Angoulême, vers 1828-1830, huile sur toile, 61 × 50 cm. Collection particulière.

https://www.coutaubegarie.com/​lot/​14372/​2592430

© Coutau-Bégarie & Associés

  • 149 Voir Thompson 2019.
  • 150 Stern 1880, p. 264.
  • 151 Boigne 1921, p. 378.

41Tout dans ce tableau surprend. L’identité du modèle ne fait guère de doute, même si nous ne disposons que d’informations très parcellaires. La commande n’a pas laissé de trace et il est difficile de savoir à quelle occasion la princesse la passe et à qui elle est destinée. Souvent prisonnière de son image publique, hiératique et sévère, Madame est le modèle féminin de la princesse vertueuse, charitable et dévouée149, ce qui se combine difficilement avec une image plus personnelle. Elle est représentée esquissant un léger sourire, les yeux levés au ciel, semblant heureuse – vision singulière d’une princesse réputée « droite et raide » pour la comtesse d’Agoult, sa dame d’atours150, et « la plus froide possible151 » dans sa façon de parler, pour la comtesse de Boigne, mémorialiste réputée fielleuse et tout acquise aux Orléans.

  • 152 Lyons 1987, p. 134.
  • 153 Legouis 1971, p. 493.
  • 154 Lyons 1987, p. 135-136.

42Si elle laisse généralement à sa belle-sœur, la duchesse de Berry, le rôle d’arbitre des élégances, dont elle ne souhaite visiblement pas s’encombrer, son costume ici étonne. La duchesse de Berry, qui suit l’engouement français pour tout ce qui touche à l’Écosse152, s’inspire de l’œuvre de Walter Scott aussi bien dans la mode que dans les divertissements. Elle organise de nombreux bals costumés où l’Écosse est mise à l’honneur, comme celui où les invités sont priés de se costumer en héros de Waverley153. L’un de ses portraits n’est pas sans rappeler celui de Gros. Peint par le Britannique Thomas Lawrence en 1825 (fig. 5), la princesse y porte une toque imitant le tartan typique des Écossais. Martyn Lyons évoque la date de 1827 comme l’apogée de la popularité de Scott en France, année qui viendrait confirmer la datation du portrait de la duchesse d’Angoulême154. Elle y arbore une robe en tartan et porte sur les épaules une sorte de cape en peau de mouton. Elle est coiffée d’un chapeau de paille, garni d’un nœud et d’un ruban de dentelle qui vient se nouer sous le menton. Même sur un portrait, probablement destiné à un usage privé, la princesse conserve une forme de dignité qui ne la quitte pas. La femme semble indissociable de la fonction qu’elle incarne au sein de la monarchie française. La dauphine ne peut apparaître publiquement en bergère, au risque d’écorner son image.

Fig. 5. Thomas Lawrence, Marie-Caroline de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse de Berry, 1825, huile sur toile, 91,5 × 71,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8505.

Fig. 5. Thomas Lawrence, Marie-Caroline de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse de Berry, 1825, huile sur toile, 91,5 × 71,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8505.

http://collections.chateauversailles.fr/​#8122f064-541b-4ebf-b553-48448c9b509c

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

43Le décor est difficilement identifiable mais il est évident qu’il s’agit d’un espace extérieur, probablement un parc et il n’est pas impossible qu’il s’agisse de celui de Villeneuve. Là où Trianon se voulait exclusif mais finalement très visible, la princesse développe l’idée d’une véritable privatisation de son espace et d’une partie de son image, mais qui ne vient en rien remettre en cause sa participation à la vie de cour.

Villeneuve, l’anti-Trianon ?

44La fin de l’Ancien Régime semble fixer un mythe noir autour du domaine de Versailles, sorte de palais fantasmé, lieu de tous les excès et de toutes les turpitudes. Déjà en 1797, Louis-Sébastien Mercier regrette que Versailles ne soit pas tout simplement abandonné à la destruction, pour faire table rase d’un système monarchique détesté :

  • 155 Mercier 1797, t. I, p. 146.

Si l’on eût gardé le roi à Paris, démoli et rasé le château de Versailles, ainsi que je l’avais proposé, jamais un espoir coupable ne serait rentré dans tant de cœurs effrayés, qui se remirent peu à peu de leur épouvante et qui regardèrent la révolution comme un torrent qui avait déjà cessé de couler […] Il aurait fallu frapper l’esprit des peuples par cette grande destruction, disperser au loin les matériaux de ce superbe palais, en bâtir une ville155.

  • 156 anonyme 1792a, p. 4.
  • 157 Duprat 2013, p. 71-82.
  • 158 Dantalle 1793, p. 5-6.
  • 159 anonyme s. d. [1792b], p. 8.
  • 160 Perez 2019, p. 271.

45Les travaux de Chantal Thomas et ceux plus récents d’Annie Duprat montrent que Trianon est le lieu associé à tous les excès, ce « voluptueux Trianon, où elle [la reine] avait de tout à gogo156 », qui alimente les fantasmes, d’autant que tout s’y déroule à l’abri des regards157. « […] Trianon, Meudon, les bosquets, les antres retentirent de leurs élans voluptueux158 » et deviennent le siège « des sacrées infernales gyries de […] Toinon159 ». Le corps de la reine, pensé comme satellite de celui du roi, n’a jusqu’à présent jamais gravité ailleurs que dans le palais de son époux. Et même si « ce corps introuvable160 » tend à s’effacer à Versailles, il reste celui qui assure la continuité de la dynastie et doit être pur de toute calomnie.

  • 161 Zanone 2006, p. 16.
  • 162 Campan 1822, t. I, p. 110.

46Le xixe siècle et la politique de Louis XVIII entendent corriger l’image abîmée des souverains et plus particulièrement de la reine. La publication de nombreux ouvrages de souvenirs et de mémoires fait de la Restauration une « fête et un drame de la mémoire161 ». Madame Campan, fidèle de la reine, évoque Trianon et affirme que « le reproche de prodigalité, généralement fait à la reine, est la plus inconcevable des erreurs populaires qui se soient établies dans le monde sur son caractère162 ». Cela laisse sous-entendre qu’il y a nécessité de revenir sur l’idée d’un séjour décadent.

  • 163 Duprat 2003, p. 233.
  • 164 Duprat 2006, p. 142.
  • 165 Poumiès de La Siboutie 1910, p. 342.

47À l’été 1830, les pamphlets et les caricatures fleurissent rapidement contre la famille royale, et notamment contre la duchesse d’Angoulême163. La question de la caricature des femmes, et plus particulièrement des femmes de pouvoir, prend tout son sens avec la production révolutionnaire visant Marie-Antoinette. Cherchant à salir le corps de la reine, son « hypersexualisation164 » exagère tous les prétendus défauts féminins : coquetterie, légèreté, dissimulation, avec pour cadre les mystérieux appartements des résidences personnelles. Or, la duchesse d’Angoulême s’est préservée de ce type d’attaques, et il n’est jamais fait mention de sa résidence dans l’abondante production caricaturale et les pamphlets qui la visent. Sont moqués son manque de féminité, sa cruauté, son esprit de vengeance mais jamais une prétendue débauche à Villeneuve. Bien au contraire, dans la production littéraire qui évoque le domaine après le départ de la princesse, celui-ci reste associé à une vision positive en lien avec ses qualités. Villeneuve apparaît comme le Trianon idéal, celui d’une princesse pieuse qui s’y repose de ses malheurs. La rapidité et la multitude des attaques de 1830 n’ont d’égal que leur courte durée. Très vite, la vision hagiographique d’une princesse malheureuse reprend toute sa place. Les travaux de modification du domaine ne débutent d’ailleurs qu’après sa mort, notamment par l’agrandissement du parc, la réfection et l’adjonction de nouveaux bâtiments165.

  • 166 Joanne 1868, p. 130.

48Le château, propriété privée, peut se visiter comme un monument du souvenir, entre 1830 et 1852, d’autant que la famille de Caze conserve le mobilier de la princesse en l’état. Lorsque Louis-Napoléon Bonaparte en prend possession, le parc est fermé au public166. Le lieu est décrit comme l’une des résidences favorites de l’Empereur et les auteurs louent la simplicité du domaine, tout en rappelant sa précédente propriétaire, qui en a fait un anti-Trianon :

  • 167 Le Monde illustré, 6 août 1859, p. 86.

C’est le hameau de Trianon moins son herbe peinte, sa mousse de laine, ses marguerites en papier découpé, ses moutons en sucre à clochettes d’argent, Trianon, en un mot, sans son côté trumeau et ses amours bouffis qui voltigent d’arbre en arbre en épuisant leurs carquois167.

49Le mythe d’un Trianon de théâtre, pastiche de mauvais goût d’un monde pastoral méconnu ou refuge de toutes les incartades d’une reine dévergondée, reste bien ancré jusqu’à la fin du siècle. La duchesse d’Angoulême fait de Villeneuve une réponse plus ordonnée aux débordements associés au domaine maternel.

50Trianon n’est pas une résidence intime : la reine y reçoit ses amis et donc n’y est pas sans compagnie. Villeneuve diffère donc de ce modèle puisque la princesse n’invite pas sa société et est au mieux entourée des membres les plus proches de sa famille : son époux, le roi, ses neveux ou sa cousine. Presque aucune festivité ni réception n’y sont données pour des invités triés sur le volet, d’autant que la princesse quitte le domaine en soirée. S’il y a bien une volonté d’effacement, elle est marginale et n’a rien de systématique. Villeneuve n’est pas ce domaine chargé de fantasmes et de frustrations, mais une véritable retraite dédiée à la seule jouissance de la princesse.

51La résidence d’agrément, pour la duchesse d’Angoulême, rejoint l’idée de moments véritablement retranchés à sa vie publique. Destinée à la retraite, elle n’occulte pas les obligations princières et n’est qu’une parenthèse, ce qui explique sans doute le peu de références qui lui sont consacrées dans la littérature. En ne reprenant pas possession du domaine de sa mère à Versailles, alors qu’il pouvait lui revenir, la duchesse d’Angoulême ne refuse pas le modèle de la résidence d’agrément, mais sans doute davantage celui formalisé par la reine. Les rares visites rapportées par la presse ne font pas état d’une ferme volonté de se réapproprier Trianon et aucune commande n’est faite en ce sens auprès des architectes de la Couronne. Pourtant, la décoration, l’agencement et l’organisation de Villeneuve rappellent ce qui a été fait à Trianon.

  • 168 Archives particulières, lettre au baron Charlet du 7 mai 1846.

52Villeneuve définit les nouveaux usages d’une résidence royale, en s’inscrivant dans la continuité d’un modèle hérité de l’Ancien Régime mais en opérant de nécessaires adaptations. Le domaine n’est pas pensé comme un théâtre intime des aspirations et des envies de la duchesse d’Angoulême à destination d’un public choisi. Cette propriété illustre sans doute bien plus l’image de la femme privée que de l’altesse royale. Si la duchesse ne laisse pas d’écrits où elle évoque directement son domaine, l’attention qu’elle lui porte après 1830 reste révélatrice de ce lien particulier. Elle fait expédier à son domaine de Frohsdorf des meubles, tableaux et objets de « [son] château de Villeneuve l’Étang168 ». Cette résidence ne sert en rien le spectacle de majesté ou l’image royale de la duchesse. Elle révèle cependant son besoin de disposer d’un espace personnel, de coulisses, pour voler du temps à la mise en scène perpétuelle du pouvoir royal. La duchesse d’Angoulême cherche à s’octroyer ce temps sans que cela soit dommageable à l’image de la monarchie, n’oubliant jamais que sa place est à la cour et non à Villeneuve. Cette résidence a plutôt vocation à réconcilier l’image princière, et sa nécessaire exposition, avec une véritable aspiration à la vie privée.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Pamphlets

Anonyme, 1792a, Le Carême du Temple, le dépouillement des colifichets, de l’orgueil et des attributs de la tyrannie et Antoinette dans la souricière où les matous ne peuvent entrer, Paris, impr. P. Provost. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k40962t.

Anonyme, s. d. [1792b], Liberté, « libertas », foutre ! Arrivée de Jean Bart à Paris, pour présenter un bouquet à la foutre à M. Louis Bourbon, maître serrurier au donjon du Temple, et roi de Coblentz, Paris, impr. de Féret. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k40980r.

Dantalle F., 1793, Description de la ménagerie royale d’animaux vivans établie aux Thuileries, pris de la terrasse nationale, avec leurs noms, qualités, couleurs et propriétés, Paris, impr. des patriotes. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k40911x.

Guides et inventaires

Joanne Adolphe Laurent, 1868, Itinéraire général de la France : guides Joanne. Les environs de Paris illustrés, Paris, Hachette.

Nodier Charles, 1844, Les environs de Paris : paysage, histoire, monuments, mœurs, chroniques et traditions, Paris, P. Boizard et G. Kugelmann.

Mémoires

Boigne Éléonore-Adèle d’Osmond, comtesse de, 1921, Mémoires de la comtesse de Boigne née d’Osmond : récits d’une tante, t. II : 1815. L’Angleterre et la France de 1816 à 1820, Paris, Émile-Paul frères. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k201437k.

Campan Henriette, 1822, Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette, Paris, Baudouin frères, 2 vol.

Chapus Eugène, 1837, Les chasses de Charles X, souvenirs de l’ancienne cour, Paris, Beauvais Libraire.

Domeier Esther Lucie, 1820, An Appendix to the Descriptions of Paris, Londres, Samuel Leigh.

Dufort de Cheverny Jean-Nicolas, comte de, 1886, Mémoires sur les règnes de Louis XV et Louis XVI et sur la Révolution, Paris, Plon, 2 vol. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5839019n.

Eyre Edmund John, 1803, Observations Made at Paris During the Peace ; and Remarks in a Tour From London to Paris Through Picardy, aud to England by the Route for Normandy, etc., Bath, W. Meyler Grove.

Feuillet de Conches Félix-Sébastien, 1864, Louis XVI, Marie-Antoinette, Madame Élisabeth : lettres et documents inédits, vol. 1, Paris, H. Plon.

Fontaine Pierre-François-Léonard, 1987, Journal : 1799-1853, t. I., Paris, École nationale supérieure des beaux-arts/Institut français d’architecture.

France d’Hézecques Félix, comte de, 1873, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, Paris, Didier. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49961n/.

Gontaut-Biron Joséphine de Montaut-Navailles, duchesse de, 1891, Mémoires de Madame la Duchesse de Gontaut : gouvernante des enfants de France pendant la Restauration, 1773-1836, Paris, Plon-Nourrit.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin-Didot, 17 vol.

Marie-Amélie de Bourbon, 1938-1943, Journal de Marie-Amélie de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse d’Orléans, Paris, Plon, 2 vol.

Marie-Thérèse, Marie-Antoinette et Mercy-Argenteau Florimond, comte de, 1874, Correspondance secrète entre Marie-Thérèse et le cte de Mercy-Argenteau, Paris, Firmin-Didot, 3 vol.

Mercier Louis-Sébastien, 1797, Le Nouveau Paris, Paris, Fuchs, C. Pougens et C. F. Cramer, 6 vol.

Muret Théodore, 1862, À travers champs : souvenirs et causeries d’un journaliste, Paris, Garnier Frères, 2 vol.

Paul John Dean, 1802, Journal of a Party of Pleasure to Paris in the Month of August 1802, Londres, T. Cadell, Jun & W. Davies.

Poumiès de La Siboutie François-Louis, 1910, Souvenirs d’un médecin de Paris, publiés par Mmes A. Branche et L. Dagoury, ses filles, Paris, Plon-Nourrit.

Reiset Marie-Antoine de, [1902], Souvenirs du lieutenant général vicomte de Reiset, t. III : 1814-1832, Paris, Calmann Lévy.

Stern Daniel (Agoult Marie de Flavigny, comtesse d’), 1880, Mes souvenirs, 1806-1833, Paris, Calmann Lévy. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k83448f.

Vigée-Lebrun Élisabeth, 1835, Souvenirs de Mme Louise-Élisabeth Vigée-Lebrun, t. I, Paris, H. Fournier. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k208330j/f1.item.

Études

Austin Montenay Florence, 2005, Saint-Cloud, une vie de château, Genève, Vögele Édition.

Baecque Antoine de (dir.), 2019, Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image, cat. exp. (Paris, Conciergerie, 16 oct. 2019-26 janv. 2020), Paris, Éditions du Patrimoine/Centre des monuments nationaux.

Beaufils Sandra, 2019, « Alexandre Dufour (1759-1835), architecte de Versailles », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Articles et études, mis en ligne le 18 février 2019. https://doi.org/10.4000/crcv.16208.

Becquet Hélène, 2012, Marie-Thérèse de France : l’orpheline du Temple, Paris, Perrin.

Becquet Hélène, 2014, « Marie-Antoinette, invention d’une héroïne royale (1793-1816) », dans Chopelin P. et Édouard S. (dir.), Le sang des princes : cultes et mémoires des souverains suppliciés (xvie-xxie siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 189-198. https://doi.org/10.4000/books.pur.50431.

Benoît Jérémie, 2020, « 4. Le Petit Trianon », dans Petitfils J.-Ch. (dir.), Marie-Antoinette : dans les pas de la reine, Paris/Versailles, Perrin/Château de Versailles, p. 95-121. https://doi.org/10.3917/perri.petit.2020.01.0095.

Biver Paul, comte, 1933, Histoire du château de Bellevue, Paris, G. Enault.

Bonnemaison Féréol, 1822, Galerie de son altesse royale Madame la duchesse de Berry, école française. Peintres modernes. Ouvrage dédié à son altesse royale et lithographié par d’habiles artistes, Paris, impr. J. Didot l’aîné, 2 vol.

Bornet Anaïs, Castelluccio Stéphane, Lamy Gabriela, Serrette Renaud, 2021, Le château de Choisy, Arles, Honoré Clair.

Caron Jean-Claude et Luis Jean-Philippe (dir.), 2015, Rien appris, rien oublié ? : les Restaurations dans l’Europe postnapoléonienne (1814-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff Gradenigo.

Catalogue des tableaux de Sa Majesté l’impératrice Joséphine, dans la galerie et appartements de son palais de Malmaison, 1811, Paris, impr. Didot Jeune.

Chapman Martin, 2007, « Preciousness, elegance and femininity : the personal taste of Queen Marie-Antoinette », dans Id. (dir.), Marie-Antoinette and the Petit Trianon at Versailles, cat. exp. (Fine Arts Museums of San Francisco, 17 nov. 2007-17 fév. 2008), San Francisco, Fine Arts Museums/Legion of Honor, p. 25-35.

Chauffour Sébastien, 2005, Jean-Jacques Huvé (1742-1808), architecte : retour à Palladio, thèse de l’École nationale des chartes.

Chéry Aurore, 2013, « La vertu de Madame Élisabeth : Montreuil, un anti-Trianon ? », dans Bacquart J.-V. (dir.), Madame Élisabeth : une princesse au destin tragique, 1764-1794, cat. exp. (Versailles, Domaine de Madame Élisabeth, 27 avril-21 juillet 2013), Milan, Silvana, p. 27-31.

Collange-Perugi Adeline et Gorguet-Ballesteros Pascale (dir.), 2021, À la mode : l’art de paraître au xviiie siècle, cat. exp. (Nantes, musée d’Arts, 26 nov. 2021-6 mars 2022 ; Dijon, musée de Beaux-Arts, 13 mai-22 août 2022), Gand, Snoeck.

Cornu Paul, 1907, Le château de Béarn (ancienne maison de l’Électeur) à Saint-Cloud, Versailles, impr. Aubert.

Cortequisse Bruno, 1989, Mesdames de France : les filles de Louis XV, Paris, Perrin.

Cortequisse Bruno, 2006, « Mesdames de France au château de Bellevue », Bulletin de la Société des amis de Meudon, no 235, avril 2006, p. 5-13.

Cosandey Fanny, 2000, La reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècle, Paris, Gallimard.

Coustin François de, 2017, Louis XIX, duc d’Angoulême, Paris, Perrin.

Dams Bernd H. et Zega Andrew, 1995, La folie de bâtir : pavillons d’agrément et folies sous l’Ancien Régime, Paris, Flammarion.

Denis Marie-Amynthe (dir.), 1992, Madame Du Barry : de Versailles à Louveciennes, cat. exp. (Musée-Promenade de Marly-le-Roi, 21 mars-29 juin 1992), Paris, Flammarion.

Des Cars Jean, 2020, « 5. Le Hameau de la reine », dans Petitfils J.-Ch. (dir.), Marie-Antoinette : dans les pas de la reine, Paris/Versailles, Perrin/Château de Versailles, p. 123-145. https://doi.org/10.3917/perri.petit.2020.01.0123.

Desjardins Gustave, 1885, Le Petit-Trianon : histoire et description, Versailles, L. Bernard. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k841368w.

Dousset Christine, 2011, « Marie-Antoinette : la reine refusée », Les Cahiers de Framespa, no 7, Travail, pouvoir, justice : questions de genre, mis en ligne le 14 avril 2011. https://doi.org/10.4000/framespa.696.

duprat Annie, 2003, « La dernière ménagerie des Bourbons : Charles X et sa famille », Ridiculosa, no 10, Les animaux pour le dire, p. 231-242.

duprat Annie, 2006, Marie-Antoinette, une reine brisée, Paris, Perrin.

duprat Annie, 2013, Marie-Antoinette, 1755-1793 : images et visages d’une reine, Paris, Autrement.

duprat Annie, 2022, La légende noire de Marie-Antoinette, Paris, Entremises.

fleischmann Hector, 1908, Les pamphlets libertins contre Marie-Antoinette : d’après des documents nouveaux et les pamphlets tirés de l’enfer de la Bibliothèque nationale, Paris, Publications modernes [réimpr. en fac-similé : Genève, Slatkine/Megariotis, 1976]. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k503815j.

Gabet Charles, 1831, Dictionnaire des artistes de l’école française, au xixe siècle, Paris, Mme Vergne.

Gallet Michel, 1995, Les architectes parisiens du xviiie siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Mengès.

Goodman Dena (dir.), 2003, Marie-Antoinette : Writings on the Body of a Queen, London, Routledge.

Guibal Patrick, 2007, « Rosny au temps de la duchesse de Berry », dans Tamisié-Vétois I. et al. (dir.), Entre cour et jardin : Marie-Caroline, duchesse de Berry, cat. exp. (Sceaux, musée de l’Île-de-France, 23 avr.-23. juil. 2007), Sceaux, Musée de l’Île-de-France, p. 49-59.

Guillaume Jeanne, 1979, « Le domaine de Madame Élisabeth », Versailles, revue de la société suisse des amis de Versailles, no 68, 3e trimestre, p. 3-10, no 69, 4e trimestre, p. 3-13.

Hours Bernard, 2002, Louis XV et sa cour : le roi, l’étiquette et le courtisan, essai historique, Paris, Presses universitaires de France.

Krause Katharina, 1996, Die Maison de plaisance, Landhäuser in der Ile-de- France (1660-1730), Munich/Berlin, Deutscher Kunstverlag, coll. « Kunstwissenschaftliche Studien », vol. 68.

Lalanne Manuel, 2012, « L’appartement de Marie Leszczyńska (1725-1768) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, Articles et études, mis en ligne le 21 décembre 2012. https://doi.org/10.4000/crcv.12078.

Lécarlatte J.-M. (abbé), 1864, Essai historique sur les monuments de Dol, Paris, Hérold.

Legouis Émile, 1971 [1933], « La Fortune littéraire de Walter Scott en France », Études anglaises, vol. 24, année 1971, no 4, p. 492-500.

Le Guillou Jean-Claude, 2010, « Les Appartements attiques de Louis XIV et les Petits Appartements de Louis XV à Versailles », Versalia. Revue de la Société des amis de Versailles, no 13, p. 55-143. https://doi.org/10.3406/versa.2010.903.

Leroux Flavie, 2020, Les maîtresses du roi : de Henri IV à Louis XIV, Ceyzérieu, Champ Vallon.

Lyons Martyn, 1987, « 7. Walter Scott et les lecteurs du romantisme français », dans Id. (dir.), Le triomphe du livre : une histoire sociologique de la lecture dans la France du xixe siècle, [Paris], Éd. du Cercle de la Librairie, p. 129-144.

Maior-Barron Denise, 2019, Marie Antoinette at Petit Trianon : Heritage Interpretation and Visitor Perceptions, Londres/New York, Routledge.

Mansel Philip, 1989, La Cour sous la Révolution : l’exil et la Restauration (1789-1830), trad. de l’anglais par Marie-Thérèse d’Harcourt, Paris, Tallandier.

Mansel Philip, 2015, « Le pouvoir de l’habit ou l’habit du pouvoir », Apparence(s), no 6, mis en ligne le 25 août 2015. https://doi.org/10.4000/apparences.1313.

Maral Alexandre, 2020, « 6. Marie-Antoinette en ses jardins », dans Petitfils J.-Ch. (dir.), Marie-Antoinette : dans les pas de la reine, Paris/Versailles, Perrin/Château de Versailles, p. 147-169. https://doi.org/10.3917/perri.petit.2020.01.0147.

Maroteaux Vincent, 2012, « Marly, un bilan historiographique », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, no 5, actes du colloque Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français (Versailles, 31 mai-2 juin 2012), mis en ligne le 18 décembre 2013. https://doi.org/10.4000/crcv.11897.

Mollier Jean-Yves, Reid Martin et Yon Jean-Claude (dir.), 2005, Repenser la Restauration, actes du colloque (Paris et Châtenay-Malabry, septembre 2003), Paris, Nouveau Monde.

Moulin Jacques, 2019, Trianon et le Hameau de la Reine, Paris, Flammarion.

Muchembled Robert, 2014, Mystérieuse madame de Pompadour, Paris, Fayard.

Nettement Alfred, 1843, Vie de Marie-Thérèse de France, fille de Louis XVI, Paris, De Signy et Dubey/Jeulin.

Ollagnier Claire, 2016, Petites maisons : du refuge libertin au pavillon d’habitation, en Île-de-France au siècle des Lumières, Bruxelles, Mardaga.

Perez Stanis, 2019, Le corps de la reine : engendrer le prince, d’Isabelle de Hainaut à Marie-Amélie de Bourbon-Sicile, Paris, Perrin.

Pougetoux Alain, 2002, « Une autre collection : la galerie de la duchesse d’Angoulême », dans Marie-Caroline de Berry : Naples, Paris, Graz, itinéraire d’une princesse romantique, actes du colloque (Graz, octobre 2001), Paris, Somogy, p. 190-201.

Reiset Tony-Henri-Auguste, vicomte de, 1906, Marie-Caroline, duchesse de Berry, 1816-1830, Paris, Calmann-Lévy. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97544757.

Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, 2012, « “Sire, Marly ?” : usages et étiquette de Marly et de Versailles sous le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, no 5, actes du colloque Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français (Versailles, 31 mai-2 juin 2012), mis en ligne le 18 décembre 2013. https://doi.org/10.4000/crcv.11920.

Sabatier Gérard, 2012, « À côté de Versailles, Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, actes du colloque Marly : architecture, usages et diffusion d’un modèle français (Versailles, 31 mai-2 juin 2012), mis en ligne le 20 décembre 2013. https://doi.org/10.4000/crcv.11956.

Salmon Xavier (dir.), 2002, Madame de Pompadour et les arts, cat. exp. (Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 14 février-19 mai 2002), Paris, Réunion des musées nationaux.

Seillan Fabienne, 2006, « La duchesse d’Angoulême au château de Villeneuve-l’Étang », L’Estampille, l’Objet d’art, juin 2006, no 414, p. 74-82.

Sheriff Mary D., 2005, « The portrait of the Queen : Elisabeth Vigée-Lebrun’s Marie-Antoinette en chemise », dans broude N.  et garrard M. D. (dir.), Reclaiming female agency : feminist art history after postmodernism, Berkeley, University of California Press, p. 121-141.

Soulié Eudore et al., 1885, Le château de Marly-le-Roy : plan d’ensemble et vue générale d’après Piganiol de La Force, l’abbé de Choisy, Eudore Soulié, Fortoul et Victorien Sardou, Paris, Ducher. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k379377r.

Thomas Chantal, 1989, La reine scélérate : Marie-Antoinette dans les pamphlets, Paris, Seuil.

Thompson Victoria E., 2019, « Restoring the Royal Family : Marie-Thérèse and the Family Politics of the Early Restoration », dans barton N. et hopkins R. (dir.), Practiced Citizenship : Women, Gender and the State in Modern France, Lincoln, University of Nebraska Press, p. 51-74.

Vignaux Frédéric, 2016, Louis-Philippe à Eu : un château privé royal/Louis-Philippe in Eu : a Royal Private Castle, Paris, Paul Bert Serpette.

Waresquiel Emmanuel de et Yvert Benoît, 1996, Histoire de la Restauration (1814-1830) : naissance de la France moderne, Paris, Perrin.

Yvert Benoît, 2013, La Restauration : les idées et les hommes, Paris, CNRS Éditions.

Zanone Damien, 2006, Écrire son temps : les Mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon. https://doi.org/10.4000/books.pul.11873.

Haut de page

Notes

1 Nodier 1844, p. 476.

2 Marie-Thérèse Charlotte de France (1778-1851), elle porte successivement les titres de Madame Royale (1778-1799), Madame (1799-1824) et Madame la Dauphine (1824-1830).

3 Becquet 2012, chap. VI, p. 209-255.

4 Paris, Archives nationales (désormais AN), Minutier central (désormais MC), XLVI 775, Vente par Jean-de-Dieu Soult, duc de Dalmatie, de la terre de Villeneuve-l’Étang, à Marie-Thérèse Charlotte, duchesse d’Angoulême, 29 décembre 1821.

5 Krause 1996, Ollagnier 2016.

6 Moulin 2019, Maior-Barron 2019.

7 Waresquiel et Yvert 1996 ; Mansel 1989 ; Mollier, Reid et Yon 2005 ; Yvert 2013.

8 Voir Caron et Luis 2015.

9 Pierrefitte, AN, 300 AP III 82, correspondance de la duchesse d’Angoulême avec la duchesse d’Orléans.

10 Muret 1862, vol. 1, p. 141.

11 Voir les comptes-rendus dans Le Constitutionnel ou Le Moniteur universel entre 1821 et 1830.

12 Duc de Luynes, madame Campan, madame d’Agoult, madame de Gontaut ou madame de Boigne.

13 Soulié et al. 1885, p. 45.

14 Maroteaux 2012, § 14.

15 Cette dernière étant réservée à la famille royale et aux plus proches, voir sur ce domaine Sabatier 2012 et Castelluccio 2014.

16 Ringot et Sarmant 2012, § 8.

17 Luynes 1860-1865, t. III, p. 452.

18 Bornet, Castelluccio, Lamy et Serrette 2021, p. 46.

19 Ibid., p. 148.

20 Luynes 1860-1865, t. IV, p. 21.

21 Leroux 2020, p. 68-85.

22 Muchembled 2014.

23 Salmon 2002, p. 64-65.

24 Elle jouit déjà d’un hôtel particulier à Versailles et du domaine de Louveciennes, offert par le roi en 1769, voir Denis 1992.

25 « it was originally built by Louis XV as a residence for his mistress », Eyre 1803, p. 356 (traduction de l’auteur).

26 « a place of indulgence and pleasure, apart from the court », Paul 1802, p. 81 (traduction de l’auteur).

27 « where the mistresses of former kings dwelt and revelled, cursed no doubt, by the nation, but yet unmolested », Domeier 1820, p. 33 (traduction de l’auteur).

28 cosandey 2000, p. 374.

29 LGuillou 2010, p. 76.

30 Lalanne 2012, § 52-56.

31 France d’Hézecques 1873, p. 150.

32 Dufort de Cheverny 1886, t. I, p. 102.

33 Hours 2002, p. 176-195.

34 Luynes 1860-1865, t. XI, p. 494.

35 Lalanne 2012, § 78.

36 Marie-Thérèse, Marie-Antoinette et Mercy-Argenteau 1874, t. II, p. 495.

37 cosandey 2000, p. 376.

38 Campan 1822, t. I, p. 227.

39 Marie-Thérèse, Marie-Antoinette et Mercy-Argenteau 1874, t. III, p. 487.

40 Biver 1933 et Cortequisse 1989 et 2006.

41 Guillaume 1979.

42 Voir Chéry 2013, p. 28.

43 Voir Chauffour 2005. On pourra également se reporter au tableau de Fleury François Richard peint en 1817, qui propose un regard a posteriori sur les princesses de la fin de l’Ancien Régime : Madame Élisabeth de France assistant à la distribution du lait dans sa maison de Montreuil, conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon. La version du Louvre a été exposée au Salon de 1817 et achetée par le comte d’Artois ; la version de Lyon, plus petite, est restée en possession de l’artiste (voir https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010239714).

44 Feuillet de Conches 1864, p. 198, lettre de Madame Élisabeth à Madame de Bombelles, 25 juin 1787.

45 Chéry 2013, p. 27.

46 Sur les consignes et autorisations données à la garde de Madame Élisabeth : Paris, AN, K 507 41 à 411, Comptes de Madame Élisabeth, documents relatifs à la maison de Montreuil, 1789.

47 Voir Gallet 1995 et Dams et Zega 1995.

48 Pierrefitte, AN, 60 AP 3, Fonds Javon, Maison de Madame, Brunoy, 1774-1777.

49 Cornu 1907, p. 30.

50 Archives départementales des Yvelines, A 1468, Bail de la maison de l’Électeur et du château de la Gâtine, sis à Saint-Cloud, par Joffroy Chalut de Vérin, lecteur honoraire du roi, au comte et à la comtesse d’Artois, 1786.

51 Paris, AN, R1 99, dossier 1, Location pour la comtesse d’Artois : mémoires et observations, lettre de Bourboulon du 2 septembre 1786.

52 Ibid.

53 Paris, AN, R1 99, dossier 2, Travaux : état des mémoires des entrepreneurs pour 1786-1787, frais divers, 1789.

54 Fontaine 1987, p. 433.

55 Service des archives du château de Versailles (désormais SACV), B 22, recueil de tous les plans du château de Versailles et des ailes des Ministres faits par Dufour, 1809-1823.

56 Pierrefitte, AN, O1222, lettre de Dufour du 27 novembre 1814 adressée à l’intendant.

57 Beaufils 2019, p. 66.

58 Fontaine 1987, p. 437.

59 SACV, carton 1817-7, lettre de la comptabilité du 10 février 1819 adressée à Dufour.

60 Pierrefitte, AN, O1221, État des montants des mémoires de travaux faits pour l’intérieur des appartements du château de Versailles pour l’exercice de 1816.

61 On peut penser, dans la seconde moitié du xixe siècle, aux peintures de l’Anglais Edward Matthew Ward ou du Français Joseph Caraud et, plus tard, aux représentations cinématographiques, notamment celle de Sofia Coppola dans son Marie-Antoinette de 2006.

62 Voir Desjardins 1885, p. 363.

63 Journal de Seine-et-Oise, 18 août 1814, p. 3.

64 Le Moniteur universel, 19 août 1815, p. 3.

65 Ibid., 26 juin 1816, p. 3.

66 Journal de Seine-et-Oise, 19 septembre 1816, p. 4.

67 Le Constitutionnel, 26 novembre 1824, p. 3.

68 Lécarlatte 1864, p. 69.

69 Mansel 1982, p. 287.

70 En 1821, le vicomte d’Agoult, premier écuyer de la princesse, est nommé gouverneur du palais, voir L’Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, 1821, vol. 28, p. 428.

71 Austin Montenay 2005, p. 171.

72 AN, Pierrefitte, O3 2064, Château de Saint-Cloud, devis pour l’ameublement de la duchesse d’Angoulême, 1817, O3 2071 : inventaire général du mobilier, 1er registre, appartements de Madame, 1818.

73 Nettement 1843, p. 464.

74 Voir La Belgique horticole : journal des jardins, des serres et des vergers, 1851, t. I, p. 57.

75 Reiset [1902], p. 55.

76 Elle épouse à Mittau, aujourd’hui en Lettonie, le 10 juin 1799, son cousin Louis-Antoine, duc d’Angoulême, fils aîné du comte d’Artois, qui devient dauphin de France en 1824, lorsque son père monte sur le trône, sous le nom de Charles X.

77 Reiset 1906, p. 185-186.

78 Guibal 2007.

79 Vignaux 2016.

80 Boigne 1921, p. 91.

81 Ibid.

82 La presse indique que la princesse s’y rend régulièrement et en toutes saisons.

83 Des Cars 2020, p. 123-145.

84 Ibid.

85 Nettement 1843, p. 463.

86 Boigne 1921, p. 90.

87 Gontaut-Biron 1891, p. 262.

88 Voir Gabet 1831, p. 695.

89 La Belgique horticole, 1851, p. 57.

90 Le Moniteur universel, 5 mars 1824, p. 2.

91 Maral 2020, p. 167.

92 Le Moniteur universel, 26 novembre 1824, p. 2 ; 8 juillet 1825, p. 2 ; 13 septembre 1825, p. 3 ; 3 août 1826, p. 2 ; 19 août 1829, p. 1 ; Le Constitutionnel, 23 août 1826, p. 2.

93 Le Moniteur universel, 8 juillet 1825, p. 2.

94 Marie-Amélie de Bourbon 1938-1943, vol. 3, p. 117.

95 La Mode, huitième année, 2 juin 1836, p. 78-82.

96 Coustin 2017, p. 360.

97 Le Moniteur universel, 29 juillet 1827, p. 2.

98 La comtesse Esterházy est la nièce de Josépha de Chanclos, grande maîtresse de la Maison composée pour Marie-Thérèse à Vienne par son cousin maternel l’empereur François II.

99 L’Ami de la religion et du roi, vol. 52, mai 1827, p. 313.

100 Le Moniteur universel, 28 août 1829, p. 3.

101 La Mode, huitième année, 2 juin 1836, p. 78-82.

102 Austin Montenay 2005, p. 172.

103 Chapus 1837, p. 245.

104 Le Moniteur universel, 5 septembre, p. 1, 22 novembre 1822, p. 3 ; 26 octobre, p. 2, 29 octobre, p. 3, 11 novembre, p. 1, 12 décembre 1823, p. 2 ; 30 janvier, p. 1, 11 février, p. 2, 29 février, p. 2, 12 juin, p. 1, 11 juillet, p. 1, 12 septembre, p. 3, 10 octobre, p. 2, 29 octobre, p. 1, 4 novembre, p. 1, 10 novembre, p. 2, 13 novembre, p. 2, 27 novembre, p. 2 et 30 décembre 1824, p. 1 ; 16 février, p. 1, 20 février, p. 1, 15 mars, p. 1, 24 mars, p. 1, 12 mai, p. 1, 23 juin, p. 3, 5 juillet, p. 2, 23 octobre, p. 3, 26 octobre, p. 2, 2 décembre, p. 2 et 30 décembre 1825, p. 2 ; 1er avril, p. 1, 19 octobre, p. 2, 5 novembre, p. 1 et 19 novembre 1826, p. 2 ; 16 janvier, p. 1, 7 avril, p. 1, 19 avril, p. 1, 5 octobre, p. 2, 17 octobre, p. 2, 21 octobre, p. 3, 5 décembre, p. 2, 18 décembre, p. 3, 30 décembre 1827, p. 2 ; 13 janvier, p. 1, 8 mars, p. 2, 15 mars, p. 2, 1er avril, p. 3, 10 avril, p. 3, 13 juin, p. 1, 8 août, p. 1, 24 septembre, p. 3, 2 octobre, p. 3, 4 novembre, p. 2, 21 novembre, p. 2, 3 décembre, p. 2, 22 décembre 1828, p. 1 ; 6 janvier, p. 3, 1er février, p. 3, 11 février, p. 3, 24 février, p. 1, 12 mars, p. 1, 24 mars, p. 1, 28 mars, p. 2, 8 septembre, p. 3, 13 septembre, p. 2, 27 septembre, p. 1, 8 novembre, p. 2, 10 novembre, p. 2, 18 novembre, p. 3, 1er décembre 1829, p. 3 ; 23 février, p. 3, 7 mars, p. 2, 14 mars, p. 1, 15 avril, p. 2, 17 avril 1830, p. 2.

105 Le Moniteur universel, 20 juin 1826, p. 2.

106 Le Constitutionnel, 28 avril 1822, p. 3 et Le Moniteur universel, 5 novembre, p. 2, 24 novembre, p. 2, 30 novembre 1822, p. 1 ; 8 février, p. 1, 26 février, p. 3, 5 octobre 1824, p. 2 ; 30 janvier, p. 1, 10 mars, p. 1, 15 avril, p. 1, 29 juin, p. 2, 7 août 1825, p. 4 ; 30 avril, p. 1, 30 juillet, p. 1, 16 septembre, p. 2, 15 novembre 1826, p. 2 ; 16 février, p. 1, 23 octobre, p. 3, 30 octobre 1827, p. 3 ; 30 avril, p. 1, 15 juin 1828, p. 1 ; 11, 20 avril, p. 1, 3 mai 1829, p. 1.

107 Le Moniteur universel, 19 décembre 1828, p. 2 ; 19 décembre 1829, p. 3.

108 Le Constitutionnel, 12 décembre 1824, p. 3 ; Le Moniteur universel, 13 novembre 1827, p. 2 ; 3 janvier 1827, p. 2 ; 19 février 1829, p. 2 ; 5 mars 1830, p. 2 ; 23 mars 1830, p. 3.

109 Guillaume Ier et Pauline-Thérèse de Wurtemberg arrivent à Paris le 4 juin pour participer aux fêtes qui suivent le sacre du roi. Ils voyagent sous les titres de comte et comtesse de Teck. Voir Le Moniteur universel, 18 juin 1825, p. 2.

110 Ils voyagent eux aussi incognito sous les titres de comte et comtesse du Nord.

111 Pierrefitte, AN, F7 6706, Dossier 6, Seine-et-Oise, Inscription séditieuse sur les murs du parc de Mme la Dauphine à Villeneuve-l’Étang, 1826, F7 6706.

112 Pierrefitte, AN, F7 6760, Dossier 21, Notes au sujet d’un dépôt de bois de charpente sur la place de Marnes, 1829, F7 6760.

113 Paris, AN, MC, XCVIII 945, Vente du domaine de Villeneuve-l’Étang au vicomte de Caze, 27 juillet 1831. De Caze conserve le château en l’état et n’en retire que quelques objets et tableaux qu’il expédie à la princesse par l’intermédiaire du baron Charlet.

114 Ibid.

115 Nettement 1843, p. 167.

116 Seillan 2006, p. 78-79.

117 Voir : https://tresors.nice.fr/oeuvre/villa-massena-fumoir-gueridon-a-decor-de-sphinges.

118 Paris, AN, MC, XCVIII 945, Vente du domaine de Villeneuve-l’Étang au vicomte de Caze, 27 juillet 1831.

119 Un élève d’Antoine-Jean Gros.

120 Gabet 1831, p. 16.

121 Pierrefitte, AN, AJ19 146, inventaire du palais des Tuileries, 1816.

122 Pierrefitte, AN, O1991, Mobiliers de la couronne, lettre du baron de Ville-d’Avaray au comte de Pradel du 12 octobre 1819. Voir la notice de l’œuvre conservée au musée du Louvre : https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010104449.

123 Chapman 2007, p. 33-34.

124 Voir Catalogue des tableaux de Sa Majesté l’impératrice Joséphine… 1811.

125 Pougetoux 2002, p. 196-198.

126 Les trois œuvres sont conservées dans des collections privées.

127 Conservé à l’abbaye Saint-Louis-du-Temple, Vauhallan (Essonne).

128 Bonnemaison 1822.

129 Les comptes de la duchesse de Berry permettent de mesurer les frais d’entretien d’une telle collection. En 1821, il lui en a coûté 2 156,55 francs de restaurations diverses : rentoilage, rebouchage de trous, redorure des cadres, voir Pierrefitte, AN, 371 AP 9, Factures, mémoires et divers.

130 Gabet 1831, p. 153 ; Pougetoux 2002.

131 Musée de l’île d’Aix. Voir : https://www.photo.rmn.fr/archive/96-011726-2C6NU0HONIM2.html.

132 Les tableaux de Martin et Jousselin sont aujourd’hui dans des collections privées.

133 Voir le dessin préparatoire : https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/memoire/AP77N00431.

134 Musée d’Angoulême.

135 Collection privée.

136 Dernière résidence de la princesse, où elle décède le 19 octobre 1851.

137 Duprat 2022, Goodman 2003 et Thomas 1989.

138 Becquet 2014, p. 196-198 ; Baecque 2019.

139 Voir fleischmann 1908, p. 62.

140 Sheriff 2005.

141 Mansel 2015, § 1.

142 Ibid., § 27.

143 Collange-Perugi et Gorguet-Ballesteros 2021.

144 Dousset 2011, § 7.

145 Thomas 1989, p. 113.

146 Vigée-Lebrun 1835, p. 75.

147 Je suis le véritable père Duchesne, foutre !, 1792, no 173, p. 4.

148 Ibid.

149 Voir Thompson 2019.

150 Stern 1880, p. 264.

151 Boigne 1921, p. 378.

152 Lyons 1987, p. 134.

153 Legouis 1971, p. 493.

154 Lyons 1987, p. 135-136.

155 Mercier 1797, t. I, p. 146.

156 anonyme 1792a, p. 4.

157 Duprat 2013, p. 71-82.

158 Dantalle 1793, p. 5-6.

159 anonyme s. d. [1792b], p. 8.

160 Perez 2019, p. 271.

161 Zanone 2006, p. 16.

162 Campan 1822, t. I, p. 110.

163 Duprat 2003, p. 233.

164 Duprat 2006, p. 142.

165 Poumiès de La Siboutie 1910, p. 342.

166 Joanne 1868, p. 130.

167 Le Monde illustré, 6 août 1859, p. 86.

168 Archives particulières, lettre au baron Charlet du 7 mai 1846.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Charles Motte, Château de Villeneuve-l’Étang, vers 1820, lithographie, 50 × 30 cm. Collection particulière.
Crédits © Matthieu Mensch
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Fig. 2. François-Édouard Picot, Le Duc de Bordeaux enfant au château de Villeneuve-l’Étang, chez la duchesse d’Angoulême sa tante, 1826, huile sur toile, 146,5 × 114 cm. Rouen, musée des Beaux-Arts, inv. 1953.5.1.
Légende https://www.pop.culture.gouv.fr/​notice/​joconde/​000PE032603
Crédits © C. Lancien, C. Loisel /Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3. D’après Élisabeth Vigée-Lebrun, Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, 92,7 × 73.1. Washington, National Gallery of Art, 1960.6.41.
Légende https://www.nga.gov/​collection/​art-object-page.46065.html
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 4. Atelier d’Antoine-Jean Gros, Portrait de la duchesse d’Angoulême, vers 1828-1830, huile sur toile, 61 × 50 cm. Collection particulière.
Légende https://www.coutaubegarie.com/​lot/​14372/​2592430
Crédits © Coutau-Bégarie & Associés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26508/img-4.png
Fichier image/png, 794k
Titre Fig. 5. Thomas Lawrence, Marie-Caroline de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse de Berry, 1825, huile sur toile, 91,5 × 71,5 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8505.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​#8122f064-541b-4ebf-b553-48448c9b509c
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26508/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Mensch, « Le Trianon de la Restauration ? La duchesse d’Angoulême et l’usage de Villeneuve-l’Étang »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 22 novembre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/crcv/26508 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.26508

Haut de page

Auteur

Matthieu Mensch

Université de Strasbourg – ARCHE – UR 3400
Docteur en histoire moderne des universités de Strasbourg et Federico II de Naples. Thèse : « Construction et réappropriations de figures royales féminines : les cas de la duchesse d’Angoulême et de la duchesse de Berry (1778-2020) ». Champs de recherche : images, histoire des femmes, queenship.
PhD in modern history. Université de Strasbourg / Università degli Studi di Napoli Federico II. Research fields : images, history of women, queenship.
Publications : « Une visite royale : la dernière dauphine, Marie-Thérèse Charlotte de France à Strasbourg (14-16 septembre 1828) », Revue d’Alsace, 2022 (à paraître) ; « La comtesse des Ténèbres, une fille de France dissimulée ? », Dialogues Mulhousiens, Journées doctorales des Humanités 2020, (Dis)simulation, no 5.
mensch[at]unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search