Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...23Confrontations et ambiguïtésLunéville au miroir de Versailles...

Confrontations et ambiguïtés

Lunéville au miroir de Versailles : reflets d’un regard distancié (1698-1737)

Lunéville in the Mirror of Versailles: Reflections of a Distanced View (1698–1737)
Thierry Franz

Résumés

Dès le xviiie siècle, le château de Lunéville est considéré comme le « Versailles » de la Lorraine, duché alors indépendant de son voisin le royaume de France, auquel il sera officiellement rattaché en 1766, à la mort du dernier duc, Stanislas Leszczyński (1677-1766), ancien roi de Pologne et beau-père de Louis XV. Pourtant, l’étude des chantiers des résidences reconstruites par ses prédécesseurs conduit à nuancer l’idée d’une copie servile du modèle français. Le duc Léopold (1679-1729), formé à la cour impériale à Vienne, et son épouse la duchesse Élisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744), nièce de Louis XIV qui a grandi à Versailles, ont uni ces références culturelles dans leurs aspirations pratiques, matérialisées dans leurs appartements des palais de Nancy et plus encore de Lunéville. L’architecture et le mobilier mettent en exergue un cérémonial du quotidien élaboré par le duc et la duchesse, comme une symbiose entre les références française et impériale. La préservation de leur vie intime, selon un exemple venu de Vienne, était contrebalancée par une exposition très significative de la personne de la duchesse, en particulier lors de la cérémonie de sa toilette publique, trait distinctif de la culture de cour originale développée en Lorraine au début du xviiie siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voltaire 1753, t. 2, p. 57.
  • 2 Harsany 1939, p. 429.
  • 3 Charles-Gaffiot 2003 ; Charles-Gaffiot 2006.

1En affirmant dans son Siècle de Louis XIV qu’« on ne croyait presque pas avoir changé de lieu, quand on passait de Versailles à Lunéville », Voltaire a incité les historiens de la Lorraine ducale à tourner leur regard vers le séjour de la monarchie française1. Conforté par le témoignage des visiteurs du xviiisiècle, le mot signe l’acte de naissance du « Versailles lorrain », image souvent invoquée jusqu’à aujourd’hui. Le statut d’émanation de la cour de France s’est imposé dans l’historiographie avec la force d’un postulat, n’admettant qu’une variante liée au pouvoir effectif et à la personnalité du duc Léopold (1679-1729), commanditaire du château de Lunéville, qui en aurait fait le cadre d’une société plus aimable, face à l’étiquette du modèle louis-quatorzien vue comme rigide et compassée2. L’histoire des formes a confirmé ce tropisme jusqu’à une date récente, dans une démarche centrée sur la recherche de traces matérielles jugées dignes des fastes de Versailles3.

  • 4 Motta 2017.

2L’ouverture du champ problématique qui caractérise le renouvellement de l’histoire curiale conduit à réinterroger la position d’État d’entre-deux de la Lorraine, regardant à la fois vers la France et vers le Saint-Empire romain germanique4. La dualité des références s’incarne dans le couple qui restaure en 1698 l’indépendance des duchés de Lorraine et de Bar. Aux côtés de Léopold, éduqué en Autriche dans l’entourage de son oncle l’empereur Léopold Ier, son épouse Élisabeth-Charlotte d’Orléans (1676-1744), nièce de Louis XIV, apporte avec elle un peu de l’air de la cour de France. Dès lors se met en place un contexte propice aux échanges et transferts, appelés à prendre une dimension très concrète au sein des palais ducaux, alors en pleine métamorphose. Leurs appartements sont ainsi à envisager comme des entités complexes, au-delà de la surface des formes, riches de sens dans une approche matérielle de la culture aulique développée en Lorraine.

Léopold de Lorraine et Élisabeth-Charlotte d’Orléans, l’union de deux cultures de cour

  • 5 Harsany 1939, p. 41.
  • 6 Van der Cruysse 1988, p. 205.
  • 7 Dangeau 1854-1860, t. II (1854), p. 113.
  • 8 Van der Cruysse 1988, p. 351.

3Le couple qui fait son entrée solennelle à Nancy le 10 novembre 1698 incarne les espoirs des duchés de Lorraine et de Bar, rendus à leur indépendance par le traité de Ryswick l’année précédente. L’enfance de Léopold (fig. 1) fut celle de l’exil à Innsbruck, parmi la petite cour de fidèles rassemblés autour de son père le duc Charles V, gouverneur du Tyrol et brillant soldat au service de l’empereur Léopold Ier dans sa lutte contre les Turcs. Sa mère, Éléonore-Marie de Habsbourg, demi-sœur de ce dernier, lui a ouvert les portes de la cour de Vienne, où il séjourne avant son baptême du feu en Hongrie, marchant sur les pas de la gloire paternelle. Le projet d’un mariage français a vu le jour à la fin de 16975. À Versailles, la nièce de Louis XIV, Élisabeth-Charlotte d’Orléans, fille de Philippe d’Orléans, frère du roi, dit Monsieur, et de sa seconde épouse, Élisabeth-Charlotte de Bavière, Madame, encore connue comme « la Palatine », lui est promise. Mademoiselle a été une enfant pleine d’entrain, « une abeille étourdie en tout », selon l’expression d’une mère qui a joué un rôle majeur dans son éducation6. Avec une apparente bonne volonté, elle se soumet aux obligations publiques que suppose le rang de petite-fille de France. Ainsi la voit-on faire les honneurs du concert lors des soirées d’appartement7. Quand vient le moment du mariage, la Palatine craint de voir se rejouer la mésalliance de son fils Philippe avec mademoiselle de Blois, fille légitimée du roi et de la marquise de Montespan. Le duc de Lorraine la rassure au moins quant à la noblesse du sang8.

Fig. 1. Jacob Sigisbert Adam et atelier, Buste du duc Léopold de Lorraine, vers 1700, terre cuite, 37 × 25 cm. Lunéville, musée du château, achat avec l’aide du FRAM Grand Est, inv. 2021.7.1.

Fig. 1. Jacob Sigisbert Adam et atelier, Buste du duc Léopold de Lorraine, vers 1700, terre cuite, 37 × 25 cm. Lunéville, musée du château, achat avec l’aide du FRAM Grand Est, inv. 2021.7.1.

© CD 54 – Thierry Franz

  • 9 Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (désormais AD 54), 3 F 45, fo 44.
  • 10 Harsany 1939, p. 53.
  • 11 Ibid., p. 66.

4C’est sans doute à cette époque que Pierre Gobert reçut pour mission de peindre la fiancée, dans un portrait qui la montre en Vénus dérobant ses armes à l’Amour (fig. 2). L’œuvre pourrait être celle que Léopold évoque dans une lettre à sa promise datée du 19 mars 16989. La princesse française ne porte encore que les lys sur son manteau, mais son union prochaine l’invite à se garantir des flèches enchantées de Cupidon, qu’elle lui retire. L’image charmante serait la première d’une longue série de commandes qui, pendant plus de vingt ans, mettraient à l’épreuve l’indulgence du pinceau de Gobert. Comme l’affirmait Madame, sa fille n’était pas une beauté, mais elle avait de « bons sentiments »10. Le mariage célébré le 13 octobre 1698 à Fontainebleau, puis confirmé à Bar-le-Duc, le 25 octobre, s’annonçait heureux. La duchesse de Lorraine devait aimer sincèrement son mari toute sa vie, même si la réciproque ne dura qu’un temps, et lui donner quatorze enfants11.

Fig. 2. Pierre Gobert, Élisabeth-Charlotte d’Orléans en Vénus dérobant ses armes à l’Amour, 1698, huile sur toile, 132 × 105 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.363.

Fig. 2. Pierre Gobert, Élisabeth-Charlotte d’Orléans en Vénus dérobant ses armes à l’Amour, 1698, huile sur toile, 132 × 105 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.363.

© Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Jean-Yves Lacôte

  • 12 Vienne, Österreichisches Staatsarchiv, Haus-, Hof- und Staatsarchiv/Lothringisches Hausarchiv, 23, (...)
  • 13 Harsany 1939, p. 197.
  • 14 Ibid., p. 200.

5En Lorraine, Élisabeth-Charlotte put satisfaire un penchant pour l’architecture qui lui venait de son père, du propre aveu de la Palatine12. Le voyage lorrain de Jules Hardouin-Mansart à la fin de janvier et au début de février 1700 ne pouvait que la réjouir. Le premier architecte de Louis XIV avait été missionné pour réfléchir en particulier à la modernisation du palais de Nancy13. Ses dessins restèrent dans les cartons, car la guerre de Succession d’Espagne conduisit à l’occupation militaire de la ville, décision tactique que Léopold interpréta comme une offense à sa souveraineté. Le 2 décembre 1702, il quittait sa capitale pour s’établir à Lunéville, qui de simple villégiature devint dès lors le siège officiel du pouvoir. Après le départ des troupes de Louis XIV en 1714, la cour de Lorraine renoua avec le séjour hivernal à Nancy, expérimentant le principe d’une double résidence effectif jusqu’en 1723, date à laquelle Léopold mit fin à cette alternance au profit de Lunéville. Deux principaux chantiers vont donc l’occuper, ainsi que ses architectes, dont le plus marquant fut Germain Boffrand (1667-1754), élève talentueux de Jules Hardouin-Mansart, promu au titre de premier architecte du duc en 171114.

  • 15 Nancy, AD 54, 1 MI 845, art. 24, cité par Hassler 2016, § 21.
  • 16 Harsany 1939, p. 430.
  • 17 Le caractère public de la toilette de la duchesse est attesté notamment par l’envoyé de France Jean (...)

6Les grandes entreprises du règne constituent un terrain d’expérimentations actives dans l’établissement d’un cadre matériel voué aux usages de cour. Les travaux d’Éric Hassler ont mis en exergue l’existence d’un véritable cérémonial, codifiant des moments de représentation publique dont Léopold lui-même a fourni la liste. Le duc désigne ces temps en évoquant « le service de la cour, qui consiste dans les fonctions et entrées du lever, de l’aller à la messe, du disner public, du disner en particulier, des sorties en carrosse […] des soupers qui se régleront comme les disners, du coucher15 ». Il devait revenir par ailleurs sur les attributions de ses officiers et serviteurs lors de son lever et de son dîner16. Les sources comptables et les correspondances confirment le témoignage du duc. Elles nous renseignent aussi sur la place donnée à son épouse dans cette scansion du quotidien qui autorise l’accès aux souverains. Si Léopold semble l’omettre, nous verrons que la toilette publique de la duchesse revêt une dimension toute particulière dans la vie de cour des palais lorrains, au moins aussi importante que celle assumée par la reine, ou à défaut la dauphine, en France17.

Entre Versailles et Vienne : l’appartement ducal et les enjeux de l’intime

  • 18 Franz 2017, p. 225.
  • 19 Masson et Sarmant 2017, p. 38.

7L’analyse des comptes de l’Hôtel nous a permis de restituer la distribution des appartements ducaux au palais de Nancy dans les premières années du règne (fig. 3), à l’issue des travaux de modernisation menés dans les bâtiments de la fin du xvie siècle18. Comme ses ancêtres avant lui, Léopold s’est installé au premier étage du logis qui fermait à l’est le quadrilatère de la cour. Au débouché de l’escalier du « Rond », la vaste salle Saint-Georges réservée à ses gardes marque au sud l’entrée de son appartement. L’enfilade des pièces principales qui s’étire ensuite fait se succéder la première antichambre, vouée aux repas publics, la chambre dite « du dais », où se tiennent les audiences, et la chambre de parade, lieu du lever et du coucher. L’appartement de la duchesse se développe au même niveau, selon le même axe, mais en sens inverse. Deux escaliers dans l’angle nord-est desservent l’antichambre où les gardes sont postés. Vient ensuite une seconde antichambre où se déroule la toilette publique d’Élisabeth-Charlotte. La « chambre dorée » conserve l’essentiel du décor voulu en 1654 par le maréchal de La Ferté-Sennetterre, gouverneur de Lorraine pendant l’occupation française, dont la richesse convient à la fonction de chambre de parade. Il faut encore franchir une porte pour atteindre la véritable chambre à coucher que Léopold partage avec son épouse, au cœur de l’enfilade. C’est bien là que réside l’originalité du système distributif, cette convergence vers un espace central qui matérialise l’intimité du couple ducal. Si dans le Versailles d’après 1701 la chambre du souverain est devenue le point focal de la distribution du palais, elle sert à l’exposition spectaculaire de l’intime, selon un usage bien français19. Au contraire, en Lorraine, par rejet successif des fonctions représentatives attachées à la chambre, la dernière pièce de l’appartement double se trouve réduite à son rôle premier et fondamental, celui d’un sommeil partagé au creux d’un lit commun, loin des présences importunes maintenues à distance dans les espaces voisins.

Fig. 3. Anonyme, Plan des appartements ducaux au premier étage du palais de Nancy, vers 1706, encre et lavis sur papier, 68,7 × 65,6 cm. Nancy, bibliothèque municipale, H-FG-DE-00022.

Fig. 3. Anonyme, Plan des appartements ducaux au premier étage du palais de Nancy, vers 1706, encre et lavis sur papier, 68,7 × 65,6 cm. Nancy, bibliothèque municipale, H-FG-DE-00022.

Source : https://galeries.limedia.fr/​ark:/31124/​d9s0f6tjhn6b1wzp/​. 1 : salle des gardes du duc ; 2 : première antichambre du duc ; 3 : chambre du dais ; 4 : chambre de parade du duc ; 5 : chambre à coucher commune ; 6 : « chambre dorée », chambre de parade de la duchesse ; 7 : « chambre de la toilette » ; 8 : antichambre/salle des gardes de la duchesse ; 9 : emplacement des appartements ducaux construits en 1719.

Licence ouverte / Open Licence Etalab

  • 20 Perrot 2009, p. 66.
  • 21 Lepage 1852, p. 107.
  • 22 Jestaz 1988, p. 113.
  • 23 Gady 2014, p. 232.
  • 24 Karner 2014, p. 30 ; Valenta 2017, p. 187.

8Une telle proximité surprend car elle paraît éloignée de l’idéal de vie cultivé par l’élite en France20. Cette curiosité ne semble pas trouver son origine dans le maintien d’un usage distributif préexistant au palais ducal de Nancy21. À la cour de France, le règlement édicté par Henri III en 1585 prévoit que le souverain passe la nuit chez son épouse, un cabinet de retraite mettant en relation directe les chambres respectives qui demeurent toutefois officiellement séparées22. Ce système théorique va rapidement entrer en concurrence avec les nouvelles solutions planimétriques inventées par les architectes français à partir de la fin du xvisiècle. Celles-ci privilégient au contraire des appartements symétriques qui, le plus souvent, se développent de façon divergente à partir d’un élément central fort, escalier ou grande salle23. C’est vers l’Autriche qu’il faut se tourner pour trouver une disposition proche de celle rencontrée en Lorraine. En effet, la chambre commune, placée au cœur d’un système distributif convergent, s’affirme dans les usages du couple impérial dès le xviie siècle, au moins à la Hofburg de Vienne24. Le souvenir des séjours dans la capitale des Habsbourg a marqué Léopold et aura guidé ses choix pratiques lors de son installation à Nancy en 1698, choix réaffirmés lors de la construction des nouveaux appartements ducaux en 1719 du côté de la Grand-Rue (fig. 3).

  • 25 Garms 1967, p. 239.

9La particularité du schéma distributif centré sur la chambre conjugale apparaît plus clairement lorsqu’on le compare aux projets de reconstruction du palais de Nancy. En 1700, Jules Hardouin-Mansart propose un système d’appartements symétriques, individualisés et divergents, conformes au modèle français, au sein du corps de logis qui serait venu doubler l’ancien face au jardin25. Vers 1715, lorsque Léopold lance effectivement le chantier, Germain Boffrand se penche sur la question et reprend l’idée de cette séparation. L’architecte développe les deux logements ducaux de façon parallèle, dos à dos, dans le bâtiment principal qu’il prévoit sur la place de la Carrière. Il laisse à la duchesse la vue sur la cour intérieure, tandis que son époux profite du spectacle de la vie urbaine offert par la place. Là encore, aucune communication directe n’est possible entre les parties privées. La séparation des appartements semble bien traduire une référence française, en rupture apparente avec les usages constatés jusque-là en Lorraine. Sur un plan du premier étage issu de l’agence de Boffrand (fig. 4), il faut remarquer la présence d’un « cabinet de toillette », dont la surface permet d’accueillir le rituel public de la parure, plutôt que les soins du corps les plus secrets. Communiquant avec l’antichambre de la duchesse, il est ouvert sur la façade principale, contrairement au reste de son appartement. Prolongeant la belle enfilade réservée au duc, la pièce offre les mêmes proportions que la chambre de ce dernier et en constitue le pendant exact, au-delà du salon central. Par ce glissement habile au sein de l’appartement de la duchesse, Boffrand place dans des situations équivalentes les deux espaces majeurs du cérémonial, de part et d’autre de l’axe central, dans une expression topographique révélatrice de l’équilibre des rôles entre le duc et son épouse.

Fig. 4. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de reconstruction du palais de Nancy, plan du premier étage (détail du corps de logis ducal sur la place de la Carrière), vers 1715, encre et lavis sur papier. Nancy, bibliothèque municipale, inv. M-PI-DE-00002.

Fig. 4. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de reconstruction du palais de Nancy, plan du premier étage (détail du corps de logis ducal sur la place de la Carrière), vers 1715, encre et lavis sur papier. Nancy, bibliothèque municipale, inv. M-PI-DE-00002.

© Bibliothèques de Nancy

Expériences distributives à Lunéville

  • 26 Franz 2011, p. 231.

10Face à la prégnance supposée du modèle français, deux tendances propres à la Lorraine paraissent donc se dessiner : d’une part une volonté de retrait du couple régnant pour ce qui relève de sa vie la plus intime, selon un usage propre à l’aire germanique et apparemment lié à la cour impériale, et, d’autre part, dans un mouvement contraire d’exposition plus marquée qui regarderait lui vers Versailles, la position éminente de la duchesse, qu’exprime dans son appartement la place donnée à la pièce dévolue à sa toilette publique. Les propositions architecturales pour le château de Lunéville en fournissent d’autres preuves. Si l’édifice du début du xviie siècle a été agrandi dès 1701 par la construction d’une nouvelle avant-cour (fig. 5), il a fallu attendre 1712 pour que Boffrand le modifie de façon significative, par l’édification d’une grande aile s’étirant vers les jardins et réservée aux appartements du couple ducal26.

Fig. 5. Anonyme, école lorraine, Vue du château de Lunéville du côté des cours, entourée du Génie des Arts et de Minerve, vers 1710, huile sur toile, 73 × 104 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.538.

Fig. 5. Anonyme, école lorraine, Vue du château de Lunéville du côté des cours, entourée du Génie des Arts et de Minerve, vers 1710, huile sur toile, 73 × 104 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.538.

L’œuvre reprend la composition de la tapisserie figurant l’Été, de la tenture des Saisons conçue par Charles Le Brun aux Gobelins.

© Nancy, palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain

  • 27 Garms 1991, p. 81 ; Garms 2017, p. 107.
  • 28 Nancy, AD 54, B 1636.

11À peine terminé et meublé, ce nouveau logis fut la proie des flammes le 3 janvier 1719. Grâce au dépouillement exhaustif des comptes, nous pouvons aujourd’hui reprendre la chronologie des projets de Boffrand définie par Jörg Garms27. Celui prévoyant un édifice de plan rectangulaire, ou « massé », ne date pas des premières idées avancées vers 1709. Il connut en effet un début de mise en œuvre, en présence de l’architecte, le 24 janvier 171928. Alors que les travaux du palais de Nancy battaient leur plein, Léopold songeait à rendre à Lunéville sa fonction première de maison de plaisance. Toutefois, en mars, le duc et son épouse, qui exerça sur ce chantier une influence décisive, firent interrompre cette reconstruction radicale, demandant à leur architecte, rentré à Paris, de se pencher de nouveau sur sa table à dessin.

  • 29 Ce projet ne date pas non plus de 1709 comme on l’a avancé jusqu’ici (Garms 1991, p. 84). Boffrand (...)

12C’est aux réflexions de mars 1719 qu’appartient le projet de plan en U, expression d’un nouveau changement de statut pour Lunéville29. L’édifice envisagé redevenait palais et annonçait l’abandon du chantier nancéien, entériné quatre ans plus tard (fig. 6).

Fig. 6. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de mars 1719 pour la reconstruction du château de Lunéville, plan du premier étage, 1719, encre et lavis sur papier. Lunéville, médiathèque de l’Orangerie.

Fig. 6. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de mars 1719 pour la reconstruction du château de Lunéville, plan du premier étage, 1719, encre et lavis sur papier. Lunéville, médiathèque de l’Orangerie.

Grand appartement : A : salle des gardes ; B : antichambre ; C : salle des festins ; D : salon ; E : chambre de parade ; F : chapelle. Appartement présumé du duc : I : antichambre ; II : deuxième antichambre ; III : troisième antichambre ou chambre du dais ; IV : chambre à coucher ; V : cabinet. Appartement présumé de la duchesse : 1 : salle du billard ; 2 : deuxième antichambre ; 3 : troisième antichambre ou chambre du dais ; 4 : chambre à coucher ; 5 : cabinet ; 6 : petit appartement commun.

© Thierry Franz

  • 30 Masson et Sarmant 2017, p. 39.

13Le dessin du premier étage offre sans doute l’une des distributions les plus abouties parmi celles imaginées par Boffrand, synthèse entre l’aisance de son écriture toute française et les souhaits pratiques du couple ducal. L’aile gauche est occupée en totalité par un appartement de parade, dont l’ampleur des espaces indique déjà le caractère public. La chambre y affiche sa vocation purement cérémonielle par la présence d’un balustre, frontière physique dans la liturgie déployée en France dans la chambre royale30. Les lieux voués à l’habitation se trouvent au sein de l’aile droite, sous la forme de deux appartements parallèles et égaux en superficie, réservé sans doute au duc pour celui sur cour et à son épouse pour celui sur jardin. Les chambres à coucher, distinctes mais adossées, sont reliées aux yeux de tous par une large porte. Cette communication permet à la chambre de la duchesse de servir commodément au couple et matérialise son aspiration à l’intimité. Boffrand va plus loin dans son adaptation des usages distributifs français. À l’extrémité de l’aile, sous l’anonymat d’une suite de cabinets indéterminés, se cache une retraite particulière que Léopold et son épouse devaient se partager.

14Ces principes ne sont pas nouveaux à Lunéville. Ils ne font que reprendre ceux mis en œuvre de façon pragmatique lors de la construction de l’aile sur jardin en 1712 (fig. 7).

Fig. 7. Plan des appartements ducaux du château de Lunéville au rez-de-chaussée de l’aile sur jardin vers 1720, planche extraite du Livre d’architecture de Germain Boffrand, Paris, Guillaume Cavelier, 1745, p. 58. Lunéville, musée du château, inv. 2004.04.2.

Fig. 7. Plan des appartements ducaux du château de Lunéville au rez-de-chaussée de l’aile sur jardin vers 1720, planche extraite du Livre d’architecture de Germain Boffrand, Paris, Guillaume Cavelier, 1745, p. 58. Lunéville, musée du château, inv. 2004.04.2.

1 : salle des gardes ; 2 : salle de la livrée ; 3 : salon. Appartement du duc : A : antichambre ; B : chambre du lever ; C : grand cabinet/salle du conseil ; D : petit appartement du duc François III en 1729. Appartement de la duchesse : 4 : antichambre de la toilette ; 5 : chambre ; 6 : grand cabinet ; 7 : second cabinet ; 8 : petit appartement commun.

© Thierry Franz

  • 31 À Paris, au premier étage des Tuileries, à la fin des années 1660, le petit appartement de Louis XI (...)

15Boffrand avait aménagé deux appartements autonomes, qui se développaient parallèlement à l’étage. La duchesse y disposait du logement le plus vaste, filant le long de la façade nord. Séparé de celui de son épouse par une petite cour intérieure, l’appartement du duc prenait jour au sud. Un étroit passage reliait les chambres respectives, pour établir chez la duchesse l’indispensable chambre conjugale. Cette concession à l’intime se retrouvait, à une échelle plus importante, à l’extrémité de l’aile, où les pièces ouvertes face aux jardins formaient une retraite complète réservée au couple. Au palais de Nancy, les circulations publiques débouchaient sur une chambre centrale, seul havre de la sphère privée. À Lunéville, les enfilades officielles convergeaient vers un véritable appartement, conçu comme le refuge de la vie familiale31. Après d’ultimes hésitations, le duc de Lorraine imposa à son architecte en mars 1719 un parti définitif moins ambitieux, qui reprenait l’essentiel des dispositions antérieures à l’incendie. Boffrand obtint toutefois la reconstruction des bâtiments sur cour, qui reçurent alors leur aspect actuel à l’exception des toitures, reprises au début des années 1730 (fig. 8). Côté jardin, l’aile ducale fut restaurée. À l’intérieur, le transfert au rez-de-chaussée des appartements de Léopold et de son épouse ne s’accompagna d’aucun changement notable dans la distribution préexistante.

Fig. 8. Claude Jacquart, Le cortège du mariage du prince de Lixheim dans la cour du château de Lunéville le 19 août 1721, après 1721, huile sur toile, 94 × 131 cm. Lunéville, musée du château, inv. 2015.4.1.

Fig. 8. Claude Jacquart, Le cortège du mariage du prince de Lixheim dans la cour du château de Lunéville le 19 août 1721, après 1721, huile sur toile, 94 × 131 cm. Lunéville, musée du château, inv. 2015.4.1.

© CD54 – Grégory Berger

  • 32 Nancy, AD 54, 3 F 26, no 39.
  • 33 Nancy, AD 54, B 1700.
  • 34 Seeger 2017, p. 204.

16À la suite d’un banal accident, Léopold mourut à Lunéville le 27 mars 1729, dans la chambre de l’appartement de son épouse. Le baron de Pfütschner, proche conseiller du nouveau duc François III (1708-1765), livre ce détail topographique dans un mémoire du 29 juin 172932. Il y répond à une demande de ce dernier, qui séjourne depuis 1723 à Vienne auprès de l’empereur Charles VI et de sa future épouse l’archiduchesse Marie-Thérèse. Le duc souhaite en effet disposer d’un petit appartement privé à son retour à Lunéville, en réponse à la décision de sa mère d’annexer pour son usage quotidien celui conçu dix ans plus tôt pour la vie du couple. Des plans ainsi qu’une maquette sont envoyés à Vienne depuis Lunéville, afin que François III détermine la configuration de son futur appartement personnel33. Dans le mémoire précité, Pfütschner élabore un projet dans l’aile sud du logis ducal, qui s’avance en direction de la ville, selon un concept très marqué par le modèle germanique et le souci de retrancher les gestes de l’intime de la sphère publique. Il prévoit l’habillement du duc hors de la chambre de son père, où la cérémonie du lever serait réduite à sa plus simple expression, grâce à l’aménagement d’un cabinet qu’il nomme « retirade », vocable caractéristique des appartements impériaux34. C’est finalement la petite aile dite de la Chancellerie, à l’extrémité du logis sur jardin, que l’on désigna à la fin de 1729 pour accueillir le refuge de François III, organisé autour de deux pièces principales : sa chambre à coucher et un cabinet dédié aux concerts (fig. 7).

  • 35 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 122, fo 238, lettre datée du 15 mai 173 (...)
  • 36 Ibid.

17Il suffisait à la vie discrète qu’il entendait mener. Ses habitudes ont surpris sa cour, et plus encore l’envoyé du roi de France, Jean-Baptiste d’Audiffret. Ce dernier y perçut le mauvais exemple d’une « leçon venue de Vienne », qui limitait l’accès au souverain à quelques rares temps de la journée, essentiellement son dîner « qui est fort court et fort froid », rompant en cela aussi avec les habitudes de son père35. Quant à son lever, il est « à huit heures et il n’y entre que son grand chambellan et le premier gentilhomme de sa chambre, et encore ne le voient-ils qu’après qu’il est habillé36 ». Ce dernier détail illustre la rupture de l’équilibre construit sous le règne de Léopold, entre une vie de représentation « à la française » et une forme de préservation de la sphère privée.

Cérémonial et mobilier

  • 37 Valenta 2017, p. 197.
  • 38 Nancy, AD 54, 3 F 26, n17.
  • 39 Nancy, bibliothèque municipale (désormais BM), ms. 1270 (33), fo 20.
  • 40 Florence, Archivio di Stato, Guardaroba Medicea, 1394 ; cette découverte majeure revient au profess (...)

18Les appartements ducaux au palais de Nancy, tout comme le projet de Boffrand pour Lunéville de mars 1719, font référence à une chambre du dais, dont l’aménagement devait mettre à l’honneur ce meuble textile d’apparat, émanation matérielle de la majesté du souverain au-dessus du trône. Il distinguait à Nancy la chambre d’audience, située en amont de la chambre de parade, selon un usage apparemment plus fréquent en terres allemandes37. À Lunéville, dans les appartements que Boffrand acheva au début des années 1720, c’est le grand cabinet, chez le duc comme chez la duchesse, qui pouvait accueillir le dais, sans que l’on puisse toutefois garantir sa présence au quotidien. Le baron de Pfütschner l’évoqua chez Élisabeth-Charlotte en mai 1729, dans son grand cabinet, où la veuve de Léopold reçut les compliments de sa cour en grand deuil38. Lorsque la duchesse quitta Lunéville en 1737 pour permettre l’installation de Stanislas Leszczyński (1677-1766), ancien roi de Pologne, beau-père de Louis XV et dernier duc nominal de Lorraine, la pièce devint très officiellement « la salle du trône », où les visiteurs admiraient un dais de velours cramoisi39. C’est l’étoffe que l’on rencontre le plus souvent dans l’inventaire des collections ducales établi au printemps de 173240. Malheureusement pour l’historien des arts décoratifs, le document, chapitré par matières, ne dresse pas à première lecture l’état mobilier des appartements, au sein des résidences de François III et de sa mère la duchesse douairière.

  • 41 Le « baldaquin du trône » a été transporté en 1737, avec l’essentiel des collections ducales de Lor (...)

19Commandé à Bruxelles en 1561 par le duc Charles III de Lorraine, le remarquable « baldaquin du trône » est inventorié en 1732 sous le premier des sept numéros du chapitre des dais ; il montre toujours sur son dossier Pluton et Proserpine trônant sous un somptueux portique41 (fig. 9).

Fig. 9. Ateliers de Nicolas Leyniers (Bruxelles), d’après Michel Coxcie et Hans Vredeman de Vries, Dais de Pluton et Proserpine, dit « baldaquin du trône », des anciennes collections ducales de Lorraine, 1561, laine, soie, 419 × 261 × 167 cm. Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. T XLV.

Fig. 9. Ateliers de Nicolas Leyniers (Bruxelles), d’après Michel Coxcie et Hans Vredeman de Vries, Dais de Pluton et Proserpine, dit « baldaquin du trône », des anciennes collections ducales de Lorraine, 1561, laine, soie, 419 × 261 × 167 cm. Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. T XLV.

© KHM-Museumsverband

  • 42 Nancy, AD 54, B 1739.
  • 43 Nicolas 1899, p. 289.

20Nous pensons avoir trouvé une preuve de son usage, avec la livraison en 1729 d’un châssis de bois à ses mesures, destiné à couronner « le trône de Son Altesse Royale », lorsqu’il fallut préparer le palais de Nancy pour le bref séjour que le nouveau duc François III s’apprêtait à y faire42. En effet, le 3 janvier 1730, ce dernier quitta Lunéville pour faire son entrée solennelle dans la capitale, avant de recevoir le lendemain l’hommage des corps constitués. Leurs représentants s’inclinèrent devant le souverain, sous le dais de tapisserie qui magnifiait sa prestance naturelle. Cette hauteur, dont il devait souvent lui faire reproche par la suite, l’envoyé de Louis XV, Jean-Baptiste d’Audiffret, l’éprouva à son tour devant le même meuble textile, à l’occasion de son audience publique le 5 janvier43.

  • 44 Véron-Denise 2008, p. 50.

21Dans l’appartement royal ou princier, le lit constitue, aux côtés du dais, l’autre grande métonymie mobilière de la présence physique du souverain. Le chapitre qui leur est consacré dans l’inventaire de 1732 s’ouvre sur un lit de « velours bleu brodé de figures en moulures », dont les vestiges matérialisent toujours les fastes de Versailles en Lorraine. Danièle Véron-Denise a pu rapprocher un antependium du Musée lorrain et une chasuble du musée du château de Lunéville du meuble bleu commandé par Louis XIV en 1684 aux ateliers parisiens du couvent de Saint-Joseph, présent de qualité véritablement royale destiné à son frère, Monsieur44 (fig. 10).

Fig. 10. Ateliers de Saint-Joseph (Paris), chasuble réalisée à partir de fragments du « meuble bleu » de Monsieur, détail du dos montrant un élément du lit, 1684-1686, broderie de soie et fil métallique, Lunéville, musée du château, inv. 2005.0.3504.1.

Fig. 10. Ateliers de Saint-Joseph (Paris), chasuble réalisée à partir de fragments du « meuble bleu » de Monsieur, détail du dos montrant un élément du lit, 1684-1686, broderie de soie et fil métallique, Lunéville, musée du château, inv. 2005.0.3504.1.

© CD54 – Stéphane Louis

  • 45 Franz 2011, p. 250.

22Nous avons confirmé la réception de cet héritage paternel par la duchesse de Lorraine en 1725, lorsque le duc Léopold fit tisser à La Malgrange une tenture sur le modèle des Mois grotesques, assortie au velours bleu du meuble brodé45 (fig. 11).

Fig. 11. Martial Brand et Thierry Franz, restitution numérique de la chambre de parade de la duchesse à Lunéville vers 1735, création graphique Cent Millions de Pixels, 2014. Lunéville, musée du château.

Fig. 11. Martial Brand et Thierry Franz, restitution numérique de la chambre de parade de la duchesse à Lunéville vers 1735, création graphique Cent Millions de Pixels, 2014. Lunéville, musée du château.

© Cent Millions de Pixels / CD 54

  • 46 Le total de dix-huit sièges inscrit sur l’inventaire de 1732 pose question puisqu’on en dénombrait (...)
  • 47 Véron-Denise 2008, p. 45.

23L’inventaire de 1732 affine notre connaissance de cet ensemble textile exceptionnel qui réunissait, outre le lit, six fauteuils, autant de chaises et de tabourets pliants, tous de bois doré et du même velours bleu « brodé de figures en moulures »46. Cette dernière évocation de motifs se détachant avec une certaine épaisseur accrédite encore la parenté esthétique avec les ouvrages fournis vers 1684 par les mêmes brodeurs de Saint-Joseph pour le salon d’Apollon, salle du trône de Louis XIV à Versailles. Les panneaux de la tenture comprenaient en effet de véritables bas-reliefs en argent repoussé, qui rehaussaient les personnages du cortège allégorique célébrant la gloire et la paix47.

  • 48 Nancy, AD 54, B 1710.

24La mort de Léopold en 1729 dans la chambre de son épouse poussa cette dernière à renoncer à l’usage de la pièce, au profit de celle de l’appartement privé. L’ancienne chambre conjugale se figea ainsi dans une fonction d’apparat, au moment où ses tapisseries achevaient d’être tissées pour en composer le meuble d’hiver. De l’ensemble textile en usage pendant la belle saison, nous pensons reconnaître dans l’inventaire de 1732 la tenture de « damas cramoisy à grands ramages » galonnée d’or, assortie à un « un grand lict à l’angloise », qualifié ainsi sans doute en raison de la présence de corniches saillantes au sommet de son impériale. Un décor de pilastres appliqué sur le grand dossier ajoutait à la richesse du meuble. Une valeur démonstrative comparable devait être donnée au lit placé dans la chambre de l’appartement du duc, pièce vouée depuis l’origine aux seuls rituels du lever et du coucher. Les comptes sont trop peu précis toutefois pour identifier dans l’inventaire de 1732 le meuble en usage. Alors qu’il l’installe en 1731, le menuisier Sébastien Doron remplace sommier et matelas par une simple structure de planches destinée à soutenir la garniture textile48. Le meuble perdait ainsi toute velléité d’usage concret, réduit à sa valeur d’accessoire de théâtre.

  • 49 Masson et Sarmant 2017, p. 39.
  • 50 Nancy, AD 54, B 1530.
  • 51 Franz et Guyon 2016, p. 40.

25Si le lit en trompe l’œil illustrait la fonction strictement cérémonielle de la chambre de parade du duc, la pièce ne disposait pas en Lorraine de balustre, ce marqueur fort de l’étiquette chez les rois de France dont il isolait la couche49. La structure apparaît quelques fois sur les plans de Boffrand (fig. 6), mais comme un réflexe graphique de sa culture architecturale française. Aucune trace matérielle n’en a été découverte dans les résidences ducales. Au contraire, le balustre de la « chambre dorée » du palais de Nancy fut déposé dès les premiers travaux ordonnés par Léopold en 169850. À Lunéville, dans la majestueuse enfilade de l’appartement de la duchesse Élisabeth-Charlotte, il faudra attendre l’arrivée de Stanislas Leszczyński en 1737 pour voir apparaître un balustre dans la chambre précédant la salle du trône, symptôme matériel d’une allégeance croissante à la France et à ses usages, avant l’officialisation du rattachement à la mort du duc nominal en 176651.

26L’analyse croisée de l’inventaire de 1732 et des sources comptables vient mettre en lumière le décor de l’antichambre de la toilette, lieu de polarisation de la vie publique chez la duchesse. Son discours encomiastique se matérialisait parmi les ornements du dessus de cheminée, dont les pilastres présentaient à l’origine des motifs d’alérions et de croix de Lorraine sculptés en 1721 (fig. 12).

Fig. 12. L’antichambre de la toilette à l’entrée de l’appartement de la duchesse à Lunéville, état après l’incendie de 2003 (photographie de 2021).

Fig. 12. L’antichambre de la toilette à l’entrée de l’appartement de la duchesse à Lunéville, état après l’incendie de 2003 (photographie de 2021).

© CD54 – Thierry Franz

  • 52 Franz et Scherf 2021, p. 130.
  • 53 Castelluccio 2017, p. 72.

27Ces symboles étaient relativement rares dans l’ordonnance intérieure des appartements52. Les murs se couvraient de soieries pendant la belle saison. L’inventaire de 1732 contient la description d’une tenture dont les proportions correspondent à celles de la pièce, faite d’un « gros damas de Gênes cramoisy à grands ramages » rythmé de « molets », courtes franges de fil d’or. On remarquait surtout au sommet « une campane en broderie d’or et festonnée d’une grande frange aussy d’or », bandeau horizontal qui ajoutait à la sophistication du décor textile. Il paraît même plus opulent que celui en usage dans la chambre suivante. Cette entorse à la règle du progrès en richesse, qui traditionnellement en France ménage un subtil crescendo ornemental53, pourrait se justifier par la prégnance de la valeur cérémonielle de l’antichambre de la toilette.

28Le rôle de la duchesse dans la mécanique quotidienne de la cour se trouve confirmé par un autre indice matériel. Il s’agit du miroir de bronze doré qu’Élisabeth-Charlotte utilisa ici lors de sa toilette publique (fig. 13).

Fig. 13. Miroir de toilette d’Élisabeth-Charlotte d’Orléans, duchesse de Lorraine et de Bar, 1718, bronze doré, miroir au mercure, 70,5 × 53,7 cm. Lunéville, musée du château, acquisition en cours.

Fig. 13. Miroir de toilette d’Élisabeth-Charlotte d’Orléans, duchesse de Lorraine et de Bar, 1718, bronze doré, miroir au mercure, 70,5 × 53,7 cm. Lunéville, musée du château, acquisition en cours.

© Galerie Benjamin Steinitz

  • 54 Franz et Scherf 2021, p. 162.
  • 55 Marie et Marie 1984, p. 114-115.

29Acheté à Paris au début de 1718 avec le reste d’un nécessaire, l’ensemble a pu servir à la place de celui de vermeil exécuté par Nicolas Delaunay, offert en 1698 par Louis XIV pour ses noces, mais absent de l’inventaire de 173254. La toilette de bronze doré pourrait avoir été la seule en usage à Lunéville pendant les années 1720. Son miroir doit être rapproché de celui du nécessaire de vermeil de Marie Leszczyńska, livré en 1726 par Thomas Germain55. S’il était bien surmonté des armes des époux réunies sous la couronne, l’objet destiné à la reine cultivait un ton plus galant que politique, avec ses amours jouant parmi les fleurs et le médaillon inférieur montrant la toilette de Vénus. Le discours porté par celui de la duchesse de Lorraine se situe dans un autre registre. La grande couronne fermée, ce symbole forgé par Léopold dès les préparatifs de son mariage et revendiqué aussitôt par sa future épouse, proclame au-dessus des armes du couple le statut d’une souveraine, ce que reprennent les alérions qui font saillie sur l’épaulement, la croix de Lorraine autour du cou. À défaut d’agréments physiques, le profil d’Élisabeth-Charlotte, ciselé par Joseph Charles Roëttiers sur la médaille à la base du cadre, a toute la dignité d’une femme d’État.

Bourbons et Habsbourg affrontés

  • 56 Nancy, AD 54, B 1671 ; B 1672.
  • 57 Nancy, AD 54, B 1671.

30À Lunéville, la cérémonie de la toilette n’avait pas que les courtisans pour spectateurs. Elle se déroulait sous le regard des parents de la duchesse, par le truchement de la peinture. Pourvu qu’on le lise à la lumière des mémoires de travaux, l’inventaire de 1732 permet de localiser dans son appartement les portraits évoqués comme dessus-de-porte. Le peintre Nicolas Bedan, qui fut chargé en août 1724 de leur mise en place, les attribue à Pierre Gobert, qui aurait exécuté les sept toiles lors de son quatrième et dernier séjour documenté à Lunéville, entre novembre 1723 et mars 172456. Le Lorrain Charles-Louis Chéron en avait réalisé quatre, dont les deux de la chambre, montrant Louis XIV accompagné de Marie-Thérèse faisant face à Louis XIII et Anne d’Autriche57 (fig. 11). La duchesse de Lorraine avait déployé une véritable stratégie politique par l’image, affichant au-dessus des portes de l’enfilade ses liens avec les maisons régnantes en France et en Europe. Grâce aux trois doubles portraits peints par Gobert, elle avait ainsi convoqué dans son antichambre de la toilette le duc Victor-Amédée II de Savoie, époux de sa demi-sœur Anne-Marie d’Orléans, née de la première union de Monsieur, le roi d’Espagne Charles II et la reine Marie-Louise d’Orléans, son autre demi-sœur, et enfin leurs successeurs sur le trône, Philippe V et sa première épouse Marie-Louise de Savoie, fille de Victor-Amédée II et donc nièce d’Élisabeth-Charlotte.

  • 58 Nancy, AD 54, B 1637 ; B 1671.
  • 59 Nancy, AD 54, B 1671.

31Dans l’appartement du duc, une généalogie semblable, mais délibérément tournée vers les Habsbourg, se lisait en couronnement des portes. L’inventaire de 1732 laisse entendre la présence de simples « paysages » au-dessus des accès de la chambre, là où l’on remarquait avant l’incendie de 1719 les portraits des grands-parents maternels de Léopold, l’empereur Ferdinand III et sa dernière épouse Éléonore de Nevers-Mantoue. Complétées de l’effigie de son oncle l’empereur Léopold Ier, ces œuvres ont été déplacées en 1721 vers la salle à manger de l’appartement privé58. C’est dans le grand cabinet surtout que le duc de Lorraine affichait ses liens avec la famille impériale. Les séances du conseil et les audiences publiques s’y tenaient sous les portraits placés au sommet des quatre portes, où Chéron avait représenté l’empereur Joseph Ier ainsi que son frère cadet et successeur, Charles VI, chacun répondant à son épouse59.

  • 60 Maral et Milovanovic 2021, p. 283.

32De peinture, il en est encore question au début des années 1730, avec l’arrivée à Lunéville de l’effigie de Louis XV. Afin de rendre hommage pour le Barrois mouvant, le duc François III séjourna au début de février 1730 à Paris et Versailles, où il apprécia un grand portrait équestre du souverain, peint sept ans plus tôt par Charles Parrocel et Jean-Baptiste Van Loo60 (fig. 14).

Fig. 14. Charles Parrocel, Jean-Baptiste Van Loo, Portrait équestre du roi Louis XV, 1723, huile sur toile, 265 × 206 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3749.

Fig. 14. Charles Parrocel, Jean-Baptiste Van Loo, Portrait équestre du roi Louis XV, 1723, huile sur toile, 265 × 206 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3749.

http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_4189236f-35e1-43f1-9eaf-fc593479d54e

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

  • 61 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 122, fo 453.
  • 62 Ibid.

33Lefevre, intendant des Menus Plaisirs, reçut l’ordre du roi d’en faire exécuter une nouvelle version, « en grand »61. L’œuvre était prête à faire le voyage de Lorraine à la fin de 173062. On la remarque dans l’inventaire de 1732, sous le numéro 178 du chapitre des peintures : « un grand tableau représentant Louis Quinze Roy de France à cheval tenant son bâton de commandement à la main avec son cadre de bois doré et son couronnement aux armes de France, de 8 à 9 pieds de hauteur ». Le motif du bâton de commandement tenu par le souverain désigne une version plus proche de celle qui fut gravée, en particulier par C. Mathey.

  • 63 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 123, fo 42.
  • 64 Nancy, BM, ms. 782 (133), fo 288.
  • 65 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 123, fo 42.

34L’envoyé de Louis XV, Jean-Baptiste d’Audiffret, relate la présentation du portrait dans le grand cabinet de la duchesse à Lunéville, au début du mois de mars 1731. Il insiste sur l’enthousiasme de cette dernière, qui le « reçut à bras ouverts63 », comme pour mieux mettre en relief l’attitude inverse de son fils François III, expression de son antipathie politique envers la France. En effet, dans son État de la cour de Lorraine écrit en 1732, d’Audiffret revient sur l’épisode et souligne « l’affectation qu’il [le duc François III] eut moy présent d’avoir peu d’empressement de voir le portrait du Roy que Sa Majesté luy avoit fait l’honneur de luy envoyer64 ». Malgré nos recherches, le tableau reste à localiser aujourd’hui. Nous pouvons toutefois préciser les conditions très signifiantes de son accrochage, sur le mur de la chambre de parade du duc de Lorraine, « dans la même place où étoit celuy de l’Empereur du temps du feu Duc [Léopold]65 » ajoute le diplomate français, non sans arrière-pensée. Pendant quelques semaines, François III se soumit à la cérémonie du lever sous le profil d’un Louis XV triomphant, dans une mise en scène curieusement prémonitoire de l’abandon prochain de ses États à la France. En effet, le 25 avril 1731, il quittait Lunéville pour ne plus y revenir, promis à son destin impérial à Vienne.

35Ainsi la matérialisation du cérémonial chez les ducs de Lorraine livre-t-elle une image finalement nuancée de la réception du modèle offert par le palais de Louis XIV. Sous la surface des formes qui témoignent, elles, d’une dette majeure envers l’art de la cour de France, les usages mis en place par Léopold et son épouse Élisabeth-Charlotte expriment bien la dualité d’un regard qui tend à la fois vers l’ouest et vers l’est. En dépit d’une histoire complexe, les appartements de Lunéville dévoilent aujourd’hui encore les rouages d’une « machine à paraître » où Vienne et Versailles se sont rencontrés.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Dangeau Philippe de Courcillon marquis de, 1854-1860, Journal du marquis de Dangeau […] avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. Feuillet de Conches, Paris, Firmin Didot Frères, 19 vol.

Nicolas Jean François, 1899, « Journal de ce qui s’est passé à Nancy depuis la paix de Ryswik conclue le 30 octobre 1697 jusqu’en l’année 1744 inclusivement », éd. C. Pfister, Mémoires de la Société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, t. XLIX, 3e série, vol. 27, p. 216-386.

Voltaire, 1753, Le Siècle de Louis XIV, Francfort, Vve Knoch et J. G. Eslinger.

Études

Bauer Rotraud, 1996, « L’ancienne collection de tapisseries du Kunsthistorisches Museum de Vienne », dans Arminjon C. et Reyniès N. de (dir.), La tapisserie au xviie siècle et les collections européennes, actes du colloque (Chambord, 18 et 19 oct. 1996), Paris, Éd. du Patrimoine, p. 113-126.

Castelluccio Stéphane, 2017, « L’appartement du roi à Versailles, 1701 : le pouvoir en représentation », dans Gaehtgens T., Castor M., Bussmann F. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe : l’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial, Paris/Heidelberg, Centre allemand d’histoire de l’art/université de Heidelberg, p. 71-84. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309 ; https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/reader/download/234/234-17-78314-1-10-20170629.pdf.

Charles-Gaffiot Jacques (dir.), 2003, Lunéville : fastes du Versailles lorrain, Paris, Didier Carpentier.

Charles-Gaffiot Jacques (dir.), 2006, Lunéville : fastes du Versailles lorrain, t. II : Décors intérieurs, mobiliers, objets d’art, Paris, Didier Carpentier.

Franz Thierry, 2011, « Les appartements ducaux au château de Lunéville sous Léopold et François III (1698-1737) », Annales de l’Est, no 1, p. 223-252.

Franz Thierry, 2017, « L’art de cour lorrain face au jeu des modèles européens : l’exemple des résidences ducales sous le règne de Léopold », dans Motta A. (dir.), Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729), Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 209-232.

Franz Thierry et Guyon Catherine (dir.), 2016, Stanislas Leszczyński (1677-1766) : de l’homme à la légende, cat. exp. (château de Lunéville, 18 juin-6 nov. 2016), Nancy, Conseil départemental de Meurthe-et-Moselle/musée du château de Lunéville.

Franz Thierry et Scherf Guilhem (dir.), 2021, La sculpture en son château : variations sur un art majeur, cat. exp. (Lunéville, 18 sept. 2021-9 janv. 2022), Gand, Snoeck.

Gady Alexandre, 2014, « Le roi, la reine… et la reine mère : essai sur les appartements royaux en France au xviie siècle », dans Chatenet M. et De Jonge K. (dir.), Le prince, la princesse et leurs logis : manières d’habiter dans l’élite aristocratique européenne (1400-1700), actes des septièmes Rencontres d’architecture européenne (Paris, 27-30 juin 2011), Paris, Picard, p. 229-244.

Garms Jörg, 1967, « Les projets de Mansart et de Boffrand pour le palais ducal de Nancy », Bulletin monumental, vol. 125, n1, p. 231-246.

Garms Jörg, 1991, « Les nouveaux dessins lorrains de Boffrand, leur place dans l’architecture de leur temps », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, année 1990, p. 81-93.

Garms Jörg, 2017, « Les appartements du duc Léopold à Lunéville », dans Gaehtgens T., Castor M., Bussmann F. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe : l’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial, Paris/Heidelberg, Centre allemand d’histoire de l’art/université de Heidelberg, p. 107-125. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309 ; https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/reader/download/234/234-17-78316-1-10-20170629.pdf.

Harsany Zoltan, 1939, La cour de Léopold duc de Lorraine et de Bar (1698-1729), Nancy/Saint-Nicolas-de-Port, V. Idoux.

Hassler Éric, 2016, « Définir et élaborer l’étiquette », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 19 octobre 2016. URL : https://journals.openedition.org/crcv/13706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.13706.

Jestaz Bertrand, 1988, « Étiquette et distribution intérieure dans les maisons royales de la Renaissance », Bulletin monumental, vol. 146, no 2, p. 109-120.

Karner Herbert, 2014, « The Quarters of the Emperor and Empress in the Vienna Hofburg in the Seventeenth Century », dans Chatenet M. et De Jonge K. (dir.), Le prince, la princesse et leurs logis : manières d’habiter dans l’élite aristocratique européenne (1400-1700), actes des septièmes Rencontres d’architecture européenne (Paris, 27-30 juin 2011), Paris, Picard, p. 301-310.

Lepage Henri, 1852, « Le palais ducal de Nancy », Bulletin de la Société d’archéologie lorraine, vol. 3, no 1, p. 5-192.

Marie Alfred et Marie Jeanne, 1984, Versailles au temps de Louis XV : 1715-1745, Paris, Imprimerie nationale.

Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), 2021, Les animaux du roi, cat. exp. (château de Versailles, 12 oct. 2021-13 févr. 2022), Paris, Liénart.

Masson Raphaël et Sarmant Thierry, 2017, « Comitas et Magnificentia : essai sur l’appartement royal en France », dans Gaehtgens T., Castor M., Bussmann F. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe : l’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial, Paris/Heidelberg, Centre allemand d’histoire de l’art/université de Heidelberg, p. 25-50. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309 ; https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/reader/download/234/234-17-78312-1-10-20170629.pdf.

Motta Anne (dir.), 2017, Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Perrot Michelle, 2009, Histoire de chambres, Paris, Seuil.

Seeger Ulrike, 2017, « L’appartement électoral entre Vienne et Versailles : l’appartement de parade de la résidence princière de Rastatt », dans Gaehtgens T., Castor M., Bussmann F. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe : l’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial, Paris/Heidelberg, Centre allemand d’histoire de l’art/université de Heidelberg, (dir.), p. 201-217. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309 ; https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/reader/download/234/234-17-78320-1-10-20170629.pdf.

Valenta Rainer, 2017, « L’appartement impérial à l’époque de Charles VI : proposition de restitution », dans Gaehtgens T., Castor M., Bussmann F. et Henry C. (dir.), Versailles et l’Europe : l’appartement monarchique et princier, architecture, décor, cérémonial, Paris/Heidelberg, Centre allemand d’histoire de l’art/université de Heidelberg, p. 175-199. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309 ; https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/reader/download/234/234-17-78319-1-10-20170629.pdf.

Van der Cruysse Dirk, 1988, Madame Palatine : princesse européenne, Paris, Fayard.

Veron-Denise Danièle, 2008, « Deux vestiges probables d’une commande royale à l’atelier de Saint-Joseph à Paris : la chasuble de l’hôpital Saint-Jacques de Lunéville et le parement brodé du Musée lorrain de Nancy », dans Charles-Gaffiot J. (dir.), La cour de Lorraine en ses meubles : 1698-1766, découvertes inédites, Paris, J. Charles-Gaffiot, p. 41-61.

Haut de page

Notes

1 Voltaire 1753, t. 2, p. 57.

2 Harsany 1939, p. 429.

3 Charles-Gaffiot 2003 ; Charles-Gaffiot 2006.

4 Motta 2017.

5 Harsany 1939, p. 41.

6 Van der Cruysse 1988, p. 205.

7 Dangeau 1854-1860, t. II (1854), p. 113.

8 Van der Cruysse 1988, p. 351.

9 Nancy, Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (désormais AD 54), 3 F 45, fo 44.

10 Harsany 1939, p. 53.

11 Ibid., p. 66.

12 Vienne, Österreichisches Staatsarchiv, Haus-, Hof- und Staatsarchiv/Lothringisches Hausarchiv, 23, lettre de la Palatine au duc Léopold datée du 19 janvier 1719.

13 Harsany 1939, p. 197.

14 Ibid., p. 200.

15 Nancy, AD 54, 1 MI 845, art. 24, cité par Hassler 2016, § 21.

16 Harsany 1939, p. 430.

17 Le caractère public de la toilette de la duchesse est attesté notamment par l’envoyé de France Jean-Baptiste d’Audiffret (La Courneuve, Centre des archives diplomatiques, désormais CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 122, fo 312) et par le baron de Pfütschner (Nancy, AD 54, 3 F 25, no 10).

18 Franz 2017, p. 225.

19 Masson et Sarmant 2017, p. 38.

20 Perrot 2009, p. 66.

21 Lepage 1852, p. 107.

22 Jestaz 1988, p. 113.

23 Gady 2014, p. 232.

24 Karner 2014, p. 30 ; Valenta 2017, p. 187.

25 Garms 1967, p. 239.

26 Franz 2011, p. 231.

27 Garms 1991, p. 81 ; Garms 2017, p. 107.

28 Nancy, AD 54, B 1636.

29 Ce projet ne date pas non plus de 1709 comme on l’a avancé jusqu’ici (Garms 1991, p. 84). Boffrand l’évoque dans une lettre au duc Léopold datée du 22 mars 1719 (Nancy, AD 54, 3 F 249, no 8).

30 Masson et Sarmant 2017, p. 39.

31 À Paris, au premier étage des Tuileries, à la fin des années 1660, le petit appartement de Louis XIV touche aux pièces de retraite occupées par la reine Marie-Thérèse, sans qu’il n’existe toutefois un appartement privé commun (Gady 2014, p. 240).

32 Nancy, AD 54, 3 F 26, no 39.

33 Nancy, AD 54, B 1700.

34 Seeger 2017, p. 204.

35 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 122, fo 238, lettre datée du 15 mai 1730.

36 Ibid.

37 Valenta 2017, p. 197.

38 Nancy, AD 54, 3 F 26, n17.

39 Nancy, bibliothèque municipale (désormais BM), ms. 1270 (33), fo 20.

40 Florence, Archivio di Stato, Guardaroba Medicea, 1394 ; cette découverte majeure revient au professeur Isabelle Brian (université de Lorraine).

41 Le « baldaquin du trône » a été transporté en 1737, avec l’essentiel des collections ducales de Lorraine, vers Florence puis Vienne, après le mariage de François III avec Marie-Thérèse de Habsbourg. Il est conservé aujourd’hui au Kunsthistorisches Museum de Vienne ; voir Bauer 1996, p. 120.

42 Nancy, AD 54, B 1739.

43 Nicolas 1899, p. 289.

44 Véron-Denise 2008, p. 50.

45 Franz 2011, p. 250.

46 Le total de dix-huit sièges inscrit sur l’inventaire de 1732 pose question puisqu’on en dénombrait seize en 1725 au Palais-Royal, après le décès du Régent (Véron-Denise 2008, p. 54). Le « meuble bleu » de Monsieur aura été complété en Lorraine, peut-être avec les vestiges d’un ensemble de même étoffe fourni par le brodeur Lamoureux en 1706 (Nancy, AD 54, B 1579).

47 Véron-Denise 2008, p. 45.

48 Nancy, AD 54, B 1710.

49 Masson et Sarmant 2017, p. 39.

50 Nancy, AD 54, B 1530.

51 Franz et Guyon 2016, p. 40.

52 Franz et Scherf 2021, p. 130.

53 Castelluccio 2017, p. 72.

54 Franz et Scherf 2021, p. 162.

55 Marie et Marie 1984, p. 114-115.

56 Nancy, AD 54, B 1671 ; B 1672.

57 Nancy, AD 54, B 1671.

58 Nancy, AD 54, B 1637 ; B 1671.

59 Nancy, AD 54, B 1671.

60 Maral et Milovanovic 2021, p. 283.

61 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 122, fo 453.

62 Ibid.

63 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 123, fo 42.

64 Nancy, BM, ms. 782 (133), fo 288.

65 La Courneuve, CAD, correspondance politique, Lorraine, vol. 123, fo 42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Jacob Sigisbert Adam et atelier, Buste du duc Léopold de Lorraine, vers 1700, terre cuite, 37 × 25 cm. Lunéville, musée du château, achat avec l’aide du FRAM Grand Est, inv. 2021.7.1.
Crédits © CD 54 – Thierry Franz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 2. Pierre Gobert, Élisabeth-Charlotte d’Orléans en Vénus dérobant ses armes à l’Amour, 1698, huile sur toile, 132 × 105 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.363.
Crédits © Palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain, Nancy – Jean-Yves Lacôte
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 3. Anonyme, Plan des appartements ducaux au premier étage du palais de Nancy, vers 1706, encre et lavis sur papier, 68,7 × 65,6 cm. Nancy, bibliothèque municipale, H-FG-DE-00022.
Légende Source : https://galeries.limedia.fr/​ark:/31124/​d9s0f6tjhn6b1wzp/​. 1 : salle des gardes du duc ; 2 : première antichambre du duc ; 3 : chambre du dais ; 4 : chambre de parade du duc ; 5 : chambre à coucher commune ; 6 : « chambre dorée », chambre de parade de la duchesse ; 7 : « chambre de la toilette » ; 8 : antichambre/salle des gardes de la duchesse ; 9 : emplacement des appartements ducaux construits en 1719.
Crédits Licence ouverte / Open Licence Etalab
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Fig. 4. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de reconstruction du palais de Nancy, plan du premier étage (détail du corps de logis ducal sur la place de la Carrière), vers 1715, encre et lavis sur papier. Nancy, bibliothèque municipale, inv. M-PI-DE-00002.
Crédits © Bibliothèques de Nancy
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Fig. 5. Anonyme, école lorraine, Vue du château de Lunéville du côté des cours, entourée du Génie des Arts et de Minerve, vers 1710, huile sur toile, 73 × 104 cm. Nancy, palais des ducs de Lorraine, Musée lorrain, inv. 95.538.
Légende L’œuvre reprend la composition de la tapisserie figurant l’Été, de la tenture des Saisons conçue par Charles Le Brun aux Gobelins.
Crédits © Nancy, palais des ducs de Lorraine – Musée lorrain
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Fig. 6. Germain Boffrand et collaborateurs, projet de mars 1719 pour la reconstruction du château de Lunéville, plan du premier étage, 1719, encre et lavis sur papier. Lunéville, médiathèque de l’Orangerie.
Légende Grand appartement : A : salle des gardes ; B : antichambre ; C : salle des festins ; D : salon ; E : chambre de parade ; F : chapelle. Appartement présumé du duc : I : antichambre ; II : deuxième antichambre ; III : troisième antichambre ou chambre du dais ; IV : chambre à coucher ; V : cabinet. Appartement présumé de la duchesse : 1 : salle du billard ; 2 : deuxième antichambre ; 3 : troisième antichambre ou chambre du dais ; 4 : chambre à coucher ; 5 : cabinet ; 6 : petit appartement commun.
Crédits © Thierry Franz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 7. Plan des appartements ducaux du château de Lunéville au rez-de-chaussée de l’aile sur jardin vers 1720, planche extraite du Livre d’architecture de Germain Boffrand, Paris, Guillaume Cavelier, 1745, p. 58. Lunéville, musée du château, inv. 2004.04.2.
Légende 1 : salle des gardes ; 2 : salle de la livrée ; 3 : salon. Appartement du duc : A : antichambre ; B : chambre du lever ; C : grand cabinet/salle du conseil ; D : petit appartement du duc François III en 1729. Appartement de la duchesse : 4 : antichambre de la toilette ; 5 : chambre ; 6 : grand cabinet ; 7 : second cabinet ; 8 : petit appartement commun.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Fig. 8. Claude Jacquart, Le cortège du mariage du prince de Lixheim dans la cour du château de Lunéville le 19 août 1721, après 1721, huile sur toile, 94 × 131 cm. Lunéville, musée du château, inv. 2015.4.1.
Crédits © CD54 – Grégory Berger
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Fig. 9. Ateliers de Nicolas Leyniers (Bruxelles), d’après Michel Coxcie et Hans Vredeman de Vries, Dais de Pluton et Proserpine, dit « baldaquin du trône », des anciennes collections ducales de Lorraine, 1561, laine, soie, 419 × 261 × 167 cm. Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. T XLV.
Crédits © KHM-Museumsverband
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Fig. 10. Ateliers de Saint-Joseph (Paris), chasuble réalisée à partir de fragments du « meuble bleu » de Monsieur, détail du dos montrant un élément du lit, 1684-1686, broderie de soie et fil métallique, Lunéville, musée du château, inv. 2005.0.3504.1.
Crédits © CD54 – Stéphane Louis
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Fig. 11. Martial Brand et Thierry Franz, restitution numérique de la chambre de parade de la duchesse à Lunéville vers 1735, création graphique Cent Millions de Pixels, 2014. Lunéville, musée du château.
Crédits © Cent Millions de Pixels / CD 54
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 12. L’antichambre de la toilette à l’entrée de l’appartement de la duchesse à Lunéville, état après l’incendie de 2003 (photographie de 2021).
Crédits © CD54 – Thierry Franz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Fig. 13. Miroir de toilette d’Élisabeth-Charlotte d’Orléans, duchesse de Lorraine et de Bar, 1718, bronze doré, miroir au mercure, 70,5 × 53,7 cm. Lunéville, musée du château, acquisition en cours.
Crédits © Galerie Benjamin Steinitz
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 14. Charles Parrocel, Jean-Baptiste Van Loo, Portrait équestre du roi Louis XV, 1723, huile sur toile, 265 × 206 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 3749.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_4189236f-35e1-43f1-9eaf-fc593479d54e
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26661/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Franz, « Lunéville au miroir de Versailles : reflets d’un regard distancié (1698-1737) »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/26661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.26661

Haut de page

Auteur

Thierry Franz

Responsable du musée du château de Lunéville, en charge de la rédaction de son projet scientifique et culturel, Thierry Franz consacre ses recherches à l’art et à l’histoire de la cour de Lorraine au xviiie siècle. Il finalise sa thèse à l’université de Lorraine, sous la direction du professeur Pierre Sesmat, intitulée Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698-1737) : architecture, arts et culture de cour.
Director of the Musée du Château de Lunéville, in charge of its scientific and cultural programme, Thierry Franz conducts research into the art and history of the court of Lorraine in the 18th century. He is finalising his thesis at the Université de Lorraine, under the supervision of Professor Pierre Sesmat, titled Les résidences ducales de Lorraine sous les règnes de Léopold et François III (1698–1737): architecture, arts et culture de cour.
tfranz[at]departement54.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search