Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques et de journées...23Constitution : naissance et évolu...Versailles et ses visiteurs étran...

Constitution : naissance et évolutions du mythe

Versailles et ses visiteurs étrangers, xviie-xixe siècle

Versailles and its Foreign Visitors, Seventeenth–Nineteenth Centuries
Flavie Leroux

Résumés

Cet article présente les premiers résultats issus de l’analyse du corpus documentaire rassemblé dans la base « Visiteurs de Versailles », publiée en 2019 par le Centre de recherche du château de Versailles. Les témoignages de voyageurs étrangers qui y sont recensés – plus de six cents auteurs – permettent de saisir les impressions laissées par Versailles à l’occasion de visites effectuées sur une période longue, allant du milieu du xviie siècle au début du xxe siècle. Au prisme d’une étude quantitative qui détermine qui vient, quand, d’où et pourquoi, peuvent d’abord être retracées la fréquentation du lieu et la typologie des visiteurs. Le but est ensuite de restituer les regards que ces derniers portent sur le domaine, son histoire, ses acteurs afin de reconstituer un certain imaginaire collectif de Versailles. Entre le réel et l’image construite et retranscrite dans les sources (récits de voyages, correspondances, journaux, mémoires), se dessinent ainsi les contours du mythe dans ses nuances, ses particularités, ses évolutions – qui pour beaucoup résonnent encore jusqu’à nos jours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Versailles! When I have written that one word I have said all », Beecher 1854, vol. 2, p. 153.

« Versailles ! Quand j’ai écrit ce mot seul, j’ai tout dit1»

  • 2 « Nine miles of painting » (neuf miles correspondant à 14,5 km), « visions of splendour and gorgeou (...)
  • 3 Voir la présentation du programme de recherche sur le site du Centre de recherche du château de Ver (...)

1« Versailles » – selon le Nord-Américain Charles Beecher, le mot se suffit à lui-même pour retranscrire tout un imaginaire dont le voyageur laisse ensuite entrevoir, à demi-mot, la teneur : « neuf miles de peintures » et « des visions de splendeur et de faste »2. Volontiers reprise dans des expressions populaires et même dans des campagnes publicitaires, l’idée fait son chemin jusqu’à nos jours mais ses contours restent flous. C’est pourquoi en 2017 le Centre de recherche du château de Versailles a lancé le programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècle) », dont le double objectif était de saisir comment à partir d’une réalité a pu se construire un imaginaire et inversement, comment cet imaginaire a pu donner lieu à de nouvelles réalisations3. C’est cette première perspective que je souhaite ici adopter pour interroger la manière dont a pu s’élaborer un mythe de Versailles. Pour limiter un corpus déjà assez vaste, mais également pour espérer relever des regards variés, peut-être plus critiques, et en même temps caractéristiques d’une vision convenue, partagée, d’un Versailles toujours associé aux mêmes poncifs, j’ai choisi de me focaliser sur une documentation spécifique : les témoignages écrits laissés par des visiteurs étrangers venus sur place, de la seconde moitié du xviie siècle à la fin du xixe siècle.

  • 4 Kisluk-Grosheide et Rondot 2017.
  • 5 Notamment Boutier, Klesmann, Moureau et zum Kolk 2014 ; Da Vinha et Masson 2015 ; DVinha, Leroux (...)
  • 6 Goulemot, Lidsky et Masseau 1995 et 1997.
  • 7 Notamment les Britanniques (Black 1992, Brothers et Gergits 1996 et 1997, Gerbod 1991), les Alleman (...)

2L’approche n’est pas neuve. Une historiographie foisonnante existe déjà depuis plusieurs années et d’importantes synthèses ont été publiées, notamment à l’occasion de l’exposition « Visiteurs de Versailles » organisée au château en 2017-20184. Mais exception faite de quelques articles et collectifs5, rares restent les travaux à se focaliser sur Versailles même et dépassant le stade de l’étude de cas. Au mieux, le lieu n’est le plus souvent qu’évoqué, comme une destination parmi d’autres au sein de synthèses consacrées plutôt au voyage en France ou à Paris6. De même, les anthologies, recensions bibliographiques, revues, articles et ouvrages spécialisés s’arrêtent à une période ou à un type national de voyageur7, permettant seulement de glaner quelques informations ponctuelles sur les impressions retirées de la visite du palais royal.

3C’est dans le prolongement de tous ces travaux que je me place pour proposer une étude inédite à plusieurs niveaux : par son ampleur chronologique d’abord, en ne me limitant ni au règne de Louis XIV – le plus souvent étudié –, ni même au seul Ancien Régime ; par son ambition quantitative ensuite, consistant à rassembler les sources les plus nombreuses et les plus variées possible pour confronter tous types de voyageurs. Le but sera ainsi de répondre à des questions a priori simples, mais pour lesquelles une vue globale fait encore défaut : qui vient à Versailles, quand, d’où et pourquoi ? Qu’en retient-on et quelle image de Versailles – autant le lieu que ses acteurs, ses usages et sa symbolique – se dessine par ce biais ? En somme, il s’agit de déterminer comment se déploient et s’articulent le réel et sa reconstruction à l’aune du regard des voyageurs, participant à construire un mythe encore actuel à bien des égards.

Visiteurs de Versailles : fréquentation et publics

Méthodologie d’une recherche à visée quantitative

  • 8 Base librement accessible en ligne parmi les ressources du Centre : https://chateauversailles-reche (...)
  • 9 La bibliographie exhaustive sur laquelle s’est appuyée cette recension est à retrouver en ligne : h (...)

4L’étude s’appuie sur le corpus rassemblé dans la base « Visiteurs de Versailles », publiée par le Centre de recherche du château de Versailles en octobre 20198. Y sont recensés tous les témoignages que j’ai pu retrouver à la suite du dépouillement de l’historiographie existante, mais également de ressources en ligne, telles celles mises à disposition par le Centre de recherche sur la littérature des voyages9. Ce travail a permis de relever lettres, mémoires, récits et journaux de voyages écrits par des visiteurs étrangers venus à Versailles entre 1661 et 1914, ainsi que des chroniques de presse, des guides de voyage ou des dépêches diplomatiques. Au 16 décembre 2021, le corpus compte ainsi 1 072 notices pour 674 auteurs – soit, parfois, plusieurs notices pour un même auteur, venu plusieurs fois et évoquant Versailles à différents moments de son récit. Couvrant plus de deux siècles, la base dénombre des voyageurs venus de quarante-trois pays différents (dans leur dénomination actuelle) et des textes écrits dans treize langues.

5Une telle méthode de travail implique également quelques faiblesses qu’il faut souligner. Tout d’abord, malgré les efforts pour consulter la plus vaste documentation possible, demeureront toujours des manques, notamment les sources manuscrites conservées à l’étranger, dont seules quelques-unes ont pu être intégrées grâce à la collaboration de collègues en Pologne, en Suède, en Allemagne, notamment10. Outre que cette recherche ne peut donc prétendre à l’exhaustivité, s’est imposé un autre problème : la barrière linguistique, difficulté d’autant plus prégnante que chaque source est relevée et traitée dans sa langue d’origine.

6Toute prudence ainsi gardée, et pour mener à bien une étude sur la typologie et l’imaginaire de ces voyageurs, il a fallu retenir de l’ensemble de ce corpus un échantillon pertinent s’appuyant sur plusieurs critères. Ont ainsi été exclus ceux des auteurs dont nous ignorons complètement le nom, le pays de naissance et/ou la période de visite, en l’occurrence les romanciers, les auteurs de guide de voyage ou encore les ambassadeurs en résidence et les étrangers installés en France. Nous obtenons ainsi, finalement, un corpus d’étude de 603 visiteurs pour un total de 659 visites ou séjours, qui doivent nous permettre de retracer l’histoire de la fréquentation du lieu et saisir l’évolution de ses publics (fig. 1 et 2).

Fig. 1. Tableau de la fréquentation de Versailles par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus, selon les périodes et les nationalités.

GB

Emp. Germ.

Italie

Pays-Bas

Scandinav.

USA

Eur. Est

Espagne

Autres

TOTAL

1643-1715 – Règne perso. de Louis XIV

26,9 %

26,9 %

21,2 %

3,8 %

7,7 %

0 %

11,5%

1,9%

0 %

7,9%

1715-1774 – Régence et règne perso. de Louis XV

50,6%

17,3%

6,2%

1,2%

6,2%

2,5%

8,6%

0 %

7,4 %

12,3 %

1774-1792 – Règne de Louis XVI

40,7 %

24,2 %

0 %

0 %

3,3 %

14,3 %

8,8 %

3,3 %

5,5 %

13,8 %

1792-1788 – Première République (Convention et Directoire)

0,5 %

0,9 %

0 %

0 %

0,2 %

0,5 %

0 %

0 %

0,2 %

2,1 %

1799-1814 – Première République (Consulat) et Premier Empire

44,2 %

28,8 %

5,8 %

0 %

1,9 %

7,7 %

0 %

0 %

1,9 %

7,9 %

1814-1830 – Restauration

66,2 %

4,2 %

2,8 %

0 %

1,4 %

23,9 %

1,4 %

0 %

0 %

10,8 %

1830-1848 – Monarchie de Juillet

14,8 %

25,9 %

0 %

0 %

0 %

49,4 %

3,7 %

4,9 %

1,2 %

12,3 %

1848-1852 – Deuxième République

14,3 %

17,9 %

0 %

0 %

0 %

57,1 %

3,6 %

3,6 %

3,6 %

4,2 %

1852-1870 – Second Empire

9,9 %

9,9 %

2,5 %

2,5 %

0 %

66,7 %

2,5 %

3,7 %

2,5 %

12,3 %

1870-1914 – Troisième République

8,3 %

4,6 %

0,9 %

0 %

0 %

77,8 %

0,9 %

5,6 %

1,9 %

16,4 %

7© Flavie Leroux/CRCV

Fig. 2. Graphique de la fréquentation de Versailles par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus, selon les périodes et les nationalités.

Fig. 2. Graphique de la fréquentation de Versailles par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus, selon les périodes et les nationalités.

© Flavie Leroux/CRCV

Fréquentation par périodes

  • 11 Voir la contribution de F. Moureau dans Boutier, Klesmann, Moureau et zum Kolk 2014, p. 143-155.
  • 12 Par commodité, ils seront dans la suite du texte qualifiés par le terme « Allemands ».

8L’Ancien Régime rassemble un tiers de l’ensemble des voyages, mais sur les trois règnes qu’il couvre, celui de Louis XIV est, étonnamment, le moins fréquenté (7,9 % des séjours toutes périodes confondues). Pourtant, les toutes premières visites relevées sont assez précoces : elles remontent aux années 1664-1666, au moment des premières grandes fêtes versaillaises et à la période de faste qui marque le début du règne personnel. Un nouvel afflux peut être observé dans les années 1670, notamment depuis l’Angleterre et la péninsule italienne. Les années 1682-1688 sont néanmoins les plus fréquentées du règne, par une variété d’étrangers venus aussi du Saint-Empire, de Scandinavie et d’Europe de l’Est : la cour est alors installée au château, dont le gros des travaux est achevé. S’y trouve en outre une princesse prompte à accueillir les voyageurs germaniques, Élisabeth-Charlotte de Bavière, duchesse d’Orléans11. La guerre de la Ligue d’Augsbourg comme la guerre de Succession d’Espagne constituent ensuite un important frein aux visites. Finalement, seule la période de paix qui suit le traité de Ryswick, entre 1697 et 1701, permet un regain des visiteurs venus notamment du Saint-Empire12.

9Les déplacements sont également limités sous la Régence – durant laquelle le château est délaissé au profit de Paris –, puis sous le ministère Fleury. Sous le règne de Louis XV, la plupart des visiteurs, une majorité de Britanniques (50,6 %) suivis de loin par les Allemands (17,3 %), viennent sur une seule décennie : les années 1764-1774, qui font suite à la guerre de Sept Ans et sont marquées par la politique d’ouverture envers l’Autriche, attirant davantage de ressortissants de pays anciennement ennemis. L’on remarque également durant cette période la venue de plus nombreux aristocrates de la République des Deux Nations, accueillis par la reine Marie Leszczyńska13, ainsi que des premiers Nord-Américains : Benjamin Franklin, agent à Londres, en 1767, et un étudiant en médecine, Benjamin Rush, en 1768.

10Les visiteurs de Versailles sont plus nombreux sous Louis XVI (13,8 % du corpus) que sous Louis XV (12,3 %). En dépit de la défection dont ils font preuve au moment de l’entrée en guerre de la France aux côtés des indépendantistes américains, les Britanniques forment à nouveau la majorité (40,7 %) : ils reviennent en force après 1783, une fois le conflit terminé, comme d’ailleurs la plupart des voyageurs découvrant Versailles sous Louis XVI. Si l’on relève encore quelques visites en 1789 et 1790, elles deviennent en revanche quasi inexistantes après la tentative de fuite à Varennes et la chute de la monarchie. Sans surprise, la Convention puis la Terreur représentent les périodes les moins fréquentées. Le contexte est alors peu favorable à l’accueil des voyageurs en raison de la guerre contre la Première Coalition, des réformes institutionnelles et de la méfiance grandissante à l’égard des étrangers.

11Si le Directoire attire encore peu, et ce malgré l’ouverture d’un musée dédié à l’École française, la situation change sous le Consulat, en particulier à compter de la signature de la paix d’Amiens avec le Royaume-Uni, l’Espagne et la République batave en mars 1802. C’est cette année-là que viennent à Versailles presque la moitié des voyageurs entre 1799 et 1814, dont plus de 80 % sont Britanniques. Si les chiffres généraux diminuent avec la reprise des conflits à compter de 1803, se dessine alors une tendance inverse : les Britanniques se font rares voire absents, tandis que les Allemands reviennent. La naissance du Premier Empire, le 18 mai 1804, et son expansion jusqu’en 1812 ont alors placé plusieurs territoires germanophones dans l’escarcelle française.

  • 14 Sur toute cette période de l’Empire et de la Restauration, voir l’article de Charles-Éloi Vial dans (...)

12La chute de Napoléon et le retour des Bourbons sur le trône inversent à nouveau la tendance : les ressortissants de l’Autriche et de la Prusse font défection, peut-être dans la volonté de conserver leurs distances avec la France, qui devient progressivement pays ennemi. L’on assiste néanmoins à un vif retour des visiteurs étrangers, notamment en 1814-1815 : il s’agit pour la grande majorité de Britanniques (66,2 %), dont les liens avec la France avaient été renforcés pendant l’Émigration. La Restauration est ainsi une période propice à la découverte de Versailles (10,8 % du corpus), ce qui peut paraître surprenant dans la mesure où le château n’est plus occupé ni par la famille royale ni par un musée. Outre les liens entretenus avec les noblesses étrangères, cela peut s’expliquer par la cessation des conflits armés qui conduit également à un important changement dans la nature de la fréquentation versaillaise : la seconde place après les Britanniques, jusque-là occupée par les Allemands, revient aux Nord-Américains, qui représentent 23,9 % des visiteurs de la période14.

  • 15 Salomé et Bonnotte 2019, p. 16.

13La monarchie de Juillet comme le Second Empire rassemblent presque autant de visites que le règne de Louis XV (respectivement 12,3 % du total). Ils correspondent à deux périodes de paix favorables au retour des élites et attirent d’autant plus à Versailles qu’on ne l’associe plus seulement au passé monarchique, mais aussi à l’histoire de France avec l’ouverture des Galeries historiques à l’instigation de Louis-Philippe en 1837. Pour la première fois entre 1830 et 1848, les Britanniques deviennent minoritaires et cèdent la place à des visiteurs d’une autre nationalité, déjà remarqués sous la Restauration et qui domineront ensuite : ceux provenant des États-Unis. L’on note d’ailleurs, de manière plus générale, une plus grande variété de voyageurs, originaires de Russie, du Maroc, d’Amérique du Sud, venus occasionnellement pour des événements exceptionnels – expositions universelles ou congrès scientifiques. Les Nord-Américains forment une majorité écrasante encore sous la Deuxième et surtout sous la Troisième République, qui attire à Versailles plus que jamais (16,4 % des visites du corpus – soit les plus nombreuses). La période correspond alors au « Versailles revival », cette « double résurrection », marquée par la « recréation du palais historique d’un côté » et une « effervescence politique et culturelle de l’autre »15, qui s’inscrit dans un contexte de paix longue favorisant l’émergence du tourisme.

Typologie des visiteurs

14La fréquentation de Versailles sous l’Ancien Régime comme au xixe siècle est ainsi d’abord déterminée par le contexte géopolitique international, qui favorise ou au contraire freine les mobilités individuelles au rythme de l’évolution des relations diplomatiques. Mais au-delà de cette conjoncture globale plus ou moins propice, jouent également l’intérêt suscité par le lieu et les motivations personnelles des voyageurs, variables selon les périodes (fig. 3).

Fig. 3. Graphique de la typologie des voyages réalisés par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus.

Fig. 3. Graphique de la typologie des voyages réalisés par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus.

© Flavie Leroux/CRCV

15Quand le château de Versailles est encore résidence royale, il attire en premier lieu des visiteurs issus d’un milieu social privilégié : aristocrates, princes et souverains, le plus souvent originaires du Saint-Empire ou d’Angleterre, soucieux de se familiariser avec les usages de la cour française, d’en apprendre la langue et les manières, mais également d’en découvrir les acteurs – le roi, sa famille et autres membres de son entourage. Dans plus de la moitié des cas, ils se déplacent dans le cadre d’un Grand Tour, voyage d’éducation aristocratique qui ne se limite d’ailleurs pas à la France. Cette mobilité des jeunes issus de la noblesse – ou de la bourgeoisie, plus tardivement – amène également en France leurs accompagnants, des militaires, universitaires et érudits reconvertis en précepteurs, à l’image de Johann Ernst von Knoch, titulaire d’un diplôme en droit avant de devenir Hofmeister des fils de l’électeur de Saxe, les futurs Jean-Georges IV et Frédéric-Auguste Ier (« Auguste le Fort »), remplacé à la génération suivante, pour servir Frédéric-Auguste II, par le voïvode de Livonie Jan Kos.

  • 16 Sur les architectes venus à Versailles sous Louis XIV, voir notamment les sources éditées dans le c (...)

16Mais les voyages de formation n’ont pas tous lieu dans le cadre d’un Grand Tour. En effet, nous remarquons également que plusieurs des visiteurs venus pour perfectionner leurs connaissances appartiennent à des milieux plus modestes et se déplacent seuls, parfois grâce à la protection d’un prince. C’est notamment le cas pour les architectes16, les artistes, les écrivains, les philosophes ou encore les médecins, parmi lesquels l’on relève des noms célèbres comme Christiaan Huygens, Nicodème Tessin le Jeune, John Locke, David Hume ou Horace Walpole. Ce même type de visiteurs peut également découvrir Versailles une fois les études passées, dans le cadre d’un voyage professionnel ayant vocation à recueillir des observations sur les réalisations architecturales, artistiques ou techniques. C’est par exemple le cas de Pietro Guerrini, dessinateur et ingénieur du grand-duc de Toscane Côme de Médicis, par lui envoyé à cet effet partout en Europe entre 1682 et 1686.

  • 17 Jamerey-Duval 2011.

17La dernière catégorie de voyageurs que nous retrouvons le plus souvent sous l’Ancien Régime (dans 17,5 % des cas) est celle des diplomates en mission avec leurs secrétaires et domestiques, à l’image de Guglielmo Codebò qui passe par Versailles en 1673 sur la route de l’Angleterre où il accompagne la princesse de Modène, Marie d’Este ou, dans un autre registre, de Yirmisekiz Çelebi Mehmed Efendi, envoyé du sultan ottoman Ahmet III en 1721. Rares sont ceux qui découvrent le palais royal en dehors de ces cadres, nécessitant donc d’appartenir ou de se rattacher, par une charge ou un métier, à l’élite sociale ou artistique. Ainsi en est-il de Valentin Jamerey-Duval, pourtant d’origine paysanne, qui grâce à sa place de bibliothécaire accompagne le duc de Lorraine François III à Versailles en 1730 à l’occasion d’une cérémonie de foi et hommage17.

  • 18 Sur l’offre de transport et les modalités d’accès au musée sous la monarchie de Juillet, voir Éon 2 (...)

18Au xixe siècle, notamment à partir de 1830, émerge un nouveau type de voyage qui en vient progressivement à dominer l’ensemble : le voyage personnel – pour l’agrément ou le loisir, recouvrer la santé, retrouver sa famille ou célébrer un mariage –, qui à lui seul représente 36,9 % de ceux réalisés après 1792. Le public concerné, plus nombreux que sous l’Ancien Régime, est également plus diversifié, ce que facilite encore l’arrivée du chemin de fer en 1837, dont la première ligne est inaugurée la même année que les Galeries historiques18. Parmi les visiteurs étrangers se distinguent au premier chef de très nombreux intellectuels, poètes, dramaturges, écrivains ou philosophes (17,4 %), des aristocrates mais également d’autres membres de l’élite – bourgeoise et industrielle. Ces derniers peuvent également voyager pour affaires, en particulier les financiers et marchands, de plus en plus représentés. Les déplacements pour raison professionnelle (11,3 % du total) s’appliquent en outre à de nouvelles catégories de population, notamment les journalistes, publicistes et critiques d’art (12,4 % des voyageurs après 1792). Si les motivations du voyage sont plus variées que sous l’Ancien Régime, y occupent toujours une place importante les missions diplomatiques et politiques (17,9 %), ainsi que les voyages de formation (16,7 %).

Imaginaire(s)

19À présent qu’apparaît plus clairement quelle a pu être et comment a évolué la fréquentation du domaine de Versailles, il reste à confronter les impressions laissées par les voyageurs : que recherchent-ils et que retiennent-ils de leur visite ? Quelle image de Versailles se dessine alors à travers leurs yeux ?

Le Versailles de Louis XIV

  • 19 « You cannot see a more disagreeable tout-ensemble », « here the case is indeed altered ; nothing c (...)
  • 20 « Che quella è la più bella cosa che si trovi in quella gran villa », Guerrini 2005, p. 276.
  • 21 Sur les regards portés sur la Galerie, voir Bazin-Henry 2021, Ziegler 2010 et Ziegler 2013, p. 210- (...)
  • 22 En français dans le texte. Arnhem (Pays-Bas), Gelders Archief, Code 0487, Familie Van Spaen, tak Bi (...)

20Le personnage le plus souvent cité, toutes périodes confondues, est sans surprise Louis XIV, que l’on retrouve dans plus de 40 % des sources sous l’Ancien Régime, et dans 54 % après. Il est associé en premier lieu à l’aménagement et à l’édification de la résidence royale que certains découvrent encore en chantier dès les années 1670. Ainsi, le premier élément commenté par les voyageurs lorsqu’ils arrivent sur les lieux est généralement la façade du château. Celle côté ville est souvent critiquée pour l’hétérogénéité de ses couleurs et de ses matériaux, la superposition de bâtiments anciens et récents ou encore la disproportion des ailes par rapport au corps central. Nombreux sont ceux qui relèvent l’effet de confusion qui se dégage de l’ensemble. Les affres du temps n’aident pas ; ainsi dès 1739, Thomas Gray considère que « vous ne pouvez voir un ensemble plus désagréable ». À l’inverse, la façade côté jardin est très appréciée pour son uniformité, sa régularité et ses décors sculptés. Le même Thomas Gray écrit que « là, la situation est bien différente ; rien ne peut être plus vaste et plus magnifique »19. Après le corps de bâtiment lui-même, c’est la Grande Galerie qui fait l’objet des commentaires les plus nombreux même si, là encore, les avis sont mitigés. La plupart l’admirent pour sa grandeur, sa vue sur les jardins et l’originalité de sa conception, y voyant « la plus belle chose qu’on trouve dans ce grand palais », pour reprendre les mots de Pietro Guerrini20. Mais certains se font critiques, vis-à-vis de l’architecture elle-même (on regrette que la galerie ne soit pas ouverte des deux côtés) ou du message politique véhiculé par les décors21. À l’image du Hollandais Johan van Spaen, plusieurs déplorent que « la flatterie la plus outrée n’y [soit] pas épargnée22 ».

21Mais plus encore que le château, c’est le jardin qui attire et qui retient l’attention des visiteurs. Il recueille les commentaires les plus élogieux, beaucoup le considérant comme « une merveille du monde » avec son tracé, ses effets de perspective, sa statuaire et, surtout, ses eaux. Mentionnées dans près d’un tiers des témoignages, ces dernières illustrent, de même que le parc, la toute-puissance d’un roi capable de contraindre la nature comme ses sujets, voire l’Europe, à ses volontés. L’hydraulique suscite d’ailleurs un tel intérêt que nombreux sont ceux à faire le déplacement jusqu’à Marly pour y voir la machine, perçue comme un véritable chef-d’œuvre technique. Adoptant cette même perspective, les visiteurs sont aussi impressionnés à Versailles par l’orangerie, le Grand Canal et, aujourd’hui disparus, le bosquet du Labyrinthe, avec ses sculptures de plomb peintes, et la ménagerie, avec ses nombreux animaux et son architecture panoptique qui permet, depuis le balcon, de voir les différents enclos.

La liturgie curiale

  • 23 « Great Courts are the seats of true good-breeding », Chesterfield 1804, vol. 3, p. 172-173.

22Néanmoins sous l’Ancien Régime, les visites ne sont pas seulement à vocation culturelle ou artistique : comme nous l’avons vu, elles prennent aussi une dimension éducative ou répondent à une soif de curiosité, le lieu étant le siège de la royauté et donc celui où elle se déploie dans tout son faste. Ainsi, beaucoup viennent à Versailles pour voir la famille royale et découvrir la pompe et l’étiquette associées à la cour française ; « les grandes cours sont le siège du bel apprentissage23 », comme l’écrit un père à son fils parti en Grand Tour en 1751, les fréquenter permet d’essayer de s’en approprier les codes. Les visiteurs cherchent donc à assister au spectacle de la liturgie curiale et portent leur regard davantage sur le cérémonial que sur les espaces qui l’accueillent. Le moment qu’ils citent le plus souvent est celui du Grand Couvert, souper réunissant la famille royale. C’est ensuite la messe dans la chapelle qui retient leur attention, étant plus accessible que le lever du roi auquel très peu peuvent assister. Ceux qui ne parviennent à voir la famille royale à aucune de ces occasions se contentent de la regarder passer dans la Grande Galerie.

  • 24 « Die Musik, welche ich daselbst hörte, war vortreflich und ganz geschikt das Herz und den Geist zu (...)
  • 25 « condemned by Philosophy and ridiculed by Commedy, with great reason », Adams 1961, vol. 4, p. 133
  • 26 « unerträgliche Last », Grimm 1775-1781, vol. 2, p. 183.

23Certains de ces moments du quotidien suscitent l’admiration, comme la musique donnée lors des offices religieux. Steinbrenner s’en convertirait presque au catholicisme : « La musique que j’ai entendue était excellente et tout à fait conçue pour accorder le cœur et l’esprit à la plus pure dévotion24 ». Les voyageurs de foi protestante refusent néanmoins le plus souvent de s’agenouiller devant l’hostie et le calice, préférant quitter la chapelle plutôt que de se soumettre. D’autres moments étonnent, à l’image du Grand Couvert durant lequel l’on s’amuse à entendre l’échanson crier « À boire pour le roi », tout en décriant le cérémonial qui, de l’avis de John Adams, le futur président des États-Unis, pourrait être « à juste titre condamné par la philosophie et ridiculisé par la comédie25 » au point de devenir, selon Grimm, un « fardeau insupportable26 » pour la famille royale. Enfin d’autres moments dérangent ou suscitent l’agacement, en raison de l’agencement des lieux, trop exigus pour accueillir le public, ou du comportement des courtisans qui moquent les nouveaux venus méconnaissant les usages.

24Outre la scène et le spectacle lui-même, ce sont les acteurs que l’on vient voir : le roi au premier chef, mais aussi la reine, le dauphin ou les autres princes selon d’ailleurs que l’on est reçu par l’un ou l’autre. Nombreux sont ainsi les visiteurs à scruter leurs réactions et leur comportement à table et à la messe, relevant les marques de leur appétit et de leur dévotion mais aussi leurs écarts, par exemple leurs chuchotements pendant l’office ou encore les regards indiscrets portés par Louis XV sur les dames assistant à son souper. Enfin, en dehors des temps forts qui rythment chaque jour la vie de cour, certains viennent assister à des événements exceptionnels : cérémonie des chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit, réceptions d’ambassadeurs, célébrations pascales ou de la Saint-Louis, mariages royaux, sans oublier les grandes fêtes, à commencer par celles données par Louis XIV dans les années 1660.

Entre résurgence du passé monarchique et histoire récente

  • 27 « Not, perhaps, so wonderful in itself as for the wonderful scenes which have passed within its pre (...)

25Les voyageurs du xixe siècle restent fort attachés à ce passé monarchique du lieu, que ce soit dans une perspective politique ou mémorielle. Ainsi, n’ont jamais été autant cités qu’après 1792 le roi Louis XIII et son achat du domaine ; de même pour les principaux artistes ayant contribué à la création du Versailles royal. Mais plus encore que l’édification du lieu, ce sont ses occupants et leurs intrigues qui fascinent : comme l’explique le voyageur John Sherer vers 1875, Versailles est un palais « merveilleux […] peut-être pas tant en lui-même que pour les scènes qui ont eu lieu dans son enceinte27 ». Dans les témoignages des visiteurs du xixe siècle se dessine ainsi une histoire anecdotique, appelant le souvenir d’épisodes célèbres relatés notamment par les mémorialistes du temps, récemment publiés. Les décès de Louis XIV et de Louis XV, rarement cités sous l’Ancien Régime, deviennent un incontournable lors du passage dans la chambre du Roi. De même, leurs amours ne manquent pas d’être convoqués à la découverte du Grand et du Petit Trianon. La marquise de Maintenon fait ainsi une entrée fulgurante dans le xixe siècle puisqu’elle est mentionnée presque aussi souvent que le roi Louis XV.

  • 28 « Ruinous masterpiece », Haynie 1902, vol. 1, p. 216 ; « the monument of the greatness and folly of (...)
  • 29 Lehmann 1709, p. 2019. Cf. Tiberghien 2002 et Cornette 2016, p. 283-284.

26Mais au-delà de cette « petite histoire » que l’on recherche ici ou là, Versailles est également, après 1792, souvent perçu par ses visiteurs à l’aune de sa déchéance, amenant à y voir l’incarnation suprême de la vanité, dans tous les sens du terme. Le château et son domaine n’apparaissent plus seulement comme la création de Louis XIV, mais comme « un chef-d’œuvre ruineux », « monument de [sa] grandeur et de [sa] folie », « emblème de [son] faste, de [sa] puissance et de [son] arrogance »28. Le Roi-Soleil est ainsi très souvent associé aux grandes dépenses liées au chantier, au point d’ailleurs qu’est fréquemment rapportée une anecdote selon laquelle il aurait fait brûler ses registres comptables pour en cacher le montant à la postérité. Déjà interrogé sous l’Ancien Régime mais deux fois plus souvent convoqué ensuite, le coût de Versailles est ainsi une préoccupation récurrente donnant lieu à un fantasme de dépense faramineuse. Parmi les chiffres grandiloquents que l’on a pu relever, Peter Ambrosius Lehmann, en 1709, parle de 300 millions de livres pour le château et les jardins – contre 80 à 100 millions de livres aujourd’hui estimés par les historiens29.

27En même temps qu’il se fait symbole de l’orgueil et de la toute-puissance du roi, Versailles devient, à la lecture des événements révolutionnaires, le plus vibrant témoin de la ruine monarchique, si ce n’est sa cause même. Tout en en contemplant la magnificence, certains, à l’instar de l’Américain Wilbur Fisk en 1835, ne manquent pas d’en déplorer le coût financier comme humain qui aurait mené aux soulèvements populaires :

  • 30 « It was here, in fact, that the foundation of the French revolution was laid; for these expenditur (...)

C’est là, de fait, que furent jetées les bases de la Révolution française ; car ces dépenses entraînèrent une telle pauvreté nationale, de telles exactions d’un côté, et une telle détresse et résistance de l’autre, qu’elles menèrent finalement et fatalement aux scènes sanglantes de 178930.

  • 31 « Des Beguckens der Kunst satt, fuhren wir nach Trianon. Hier hat die Kunst bey der schönen Natur H (...)

28Sensibles à cette logique, nombre de visiteurs tendent à aiguiser leur regard sur des espaces qui faisaient jusqu’alors l’objet d’une admiration presque unanime. Ainsi notamment du Petit Parc du château, dont le style est perçu comme trop rigide, alors qu’est introduite progressivement la comparaison avec le Petit Trianon de Marie-Antoinette. Dans la lignée des écrits de Rousseau, et dans une veine bientôt romantique, les témoignages s’imprègnent d’un intérêt nouveau pour l’expression des émotions et le retour à la nature, incitant à voir dans le jardin anglais de la Reine un havre de paix et de repos à l’opposé du jardin formel de Louis XIV : un Germanique « épuisé par l’art » se rend ainsi au Petit Trianon, où selon lui « l’art y est au service de la belle nature » permettant « au cœur de s’épancher »31. Avec un regard souvent plus indulgent qu’accusateur, certains se plaisent à imaginer Marie-Antoinette s’amusant à des activités champêtres, trouvant dans son Hameau un refuge pour échapper au poids de l’étiquette.

  • 32 Pour une analyse littéraire de cette vision nouvelle, voir Léonard-Roques 2005.
  • 33 « Encircled by a spell of magic power. […] The guide […] showed me every relic still existing of th (...)
  • 34 « There is a solemn lesson to be drawn from this scene—the vanity of human greatness and glory », R(...)

29Lié à l’évolution des sensibilités artistiques et esthétiques32, ce changement de paradigme vis-à-vis de Versailles invite à focaliser l’attention sur une nouvelle figure – celle de Marie-Antoinette – et d’autres espaces qui, pour certains, en deviennent presque des lieux de pèlerinage. Ainsi du balcon de la chambre du Roi et, plus encore, de la chambre de la Reine, de sa salle des Gardes et de son escalier, où les visiteurs recherchent les traces de la nuit du 5 au 6 octobre 1789. Cet événement marquant est convoqué de manière récurrente, dans presque un tiers des témoignages, le plus souvent avec un sentiment d’hostilité envers les violences populaires et de compassion envers la souveraine. L’Américaine Octavia Walton Le Vert s’en fait l’écho lorsqu’elle écrit, en 1853, se sentir dans l’appartement de la Reine « envoûtée par un sort magique […]. Le guide [...] me montra toutes les reliques encore existantes de cette reine héroïque et malheureuse33 ». Des excès attribués à Louis le Grand au destin funeste de la reine martyre, beaucoup concluent comme Rockwell qu’« il y a une leçon solennelle à tirer de cette scène [i.e. Versailles] – la vanité de la gloire et de la grandeur humaine34 ».

Conclusion

  • 35 Lessing 1854, p. 170 et Trafton 1852, p. 225-226.

30Le mythe de Versailles, tel qu’élaboré par les visiteurs étrangers entre le xviie et la fin du xixe siècle, s’appuie d’abord sur deux grandes figures aujourd’hui encore omniprésentes : Louis XIV et Marie-Antoinette. Le premier est davantage associé à l’Ancien Régime et, durant cette période, à la pompe de la vie de cour telle qu’imposée de son temps ; c’est d’ailleurs ce que recherchent la plupart des voyageurs d’alors, à savoir de jeunes nobles venus apprendre le français et l’étiquette à l’occasion d’un Grand Tour. Mais ensuite, après 1792, le Roi-Soleil prend une autre dimension, souvent liée, de même que Marie-Antoinette, à la mémoire révolutionnaire : dans un raccourci d’ailleurs assumé par nombre d’auteurs, les décisions du premier auraient ainsi scellé le destin de la seconde. C’est un certain regard mélancolique, propre au « Versailles revival », que le visiteur pose sur les lieux en s’intéressant autant à Trianon et à l’appartement de la Reine qu’aux plus classiques jardins et galerie de Glaces. Versailles est ainsi une scène dont on admire le décor, dont on imagine les acteurs et dont on retrace la pièce, quitte à inventer des scènes totalement fictives, tel Louis XIV dansant à l’Opéra royal ou Mazarin festoyant aux côtés de Gaston d’Orléans35.

  • 36 Sur le projet de Louis-Philippe, voir Bajou 2018 et Gaehtgens 1984.
  • 37 « Luis XIV no es el grand rey de ese palacio ; su gran rey es Vernet », Barcia 1863, p. 209.

31Avec l’ouverture des Galeries historiques à l’initiative de Louis-Philippe, cet imaginaire prend une dimension nouvelle et associe à l’histoire du lieu lui-même celle de la nation, dont il s’agit alors d’illustrer l’unité à travers un récit-fleuve empreint de gloire, depuis les Mérovingiens jusqu’à la monarchie de Juillet36. Outre ceux appelant au souvenir de l’Ancien Régime, ce sont également d’autres lieux et personnages, appartenant à l’histoire récente, que les visiteurs recherchent : Napoléon Ier et Louis-Philippe, évoqués dans la galerie des Batailles ou encore dans les salles d’Afrique, où les visiteurs apprécient les œuvres d’Horace Vernet qui bientôt dispute le titre de « grand roi de ce palais37 » à Louis XIV. Réel à certains égards, imaginaire à d’autres : le mythe de Versailles devient le haut lieu où se syncrétisent la grandeur du passé monarchique et les événements de l’histoire contemporaine.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

NB : Ces sources sont issues de la base « Visiteurs de Versailles », en accès libre sur le portail de ressources du Centre de recherche du château de Versailles : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/bases-de-donnees-en-ligne/base-visiteurs-de-versailles.

Adams John, 1961, The Adams Papers, Diary and Autobiography of John Adams, éd. L. H. Butterfield, Cambridge, Harvard University Press, 4 vol.

Barcia Roque, 1863, Un paseo por Paris : retratos al natural, Madrid, Imprenta de Manuel Galiano.

Beecher Charles, 1854, Journal, dans Stowe Harriet Beecher, Sunny Memories of Foreign Lands, London, Sampson Low, son & co, 2 vol. (partiellement traduit de l’anglais par E. Forcade, Souvenirs heureux : voyage en Angleterre, en France et en Suisse, Paris, Michel-Lévy frères, 1857, 3e série).

Bettoni-Cazzago Francesco, 1879, Note di viaggio in Francia e Spagna, Brescia, Stefano Malaguzzi.

Bode Johann Joachim Christoph, 1994, Journal von einer Reise von Weimar nach Frankreich im Jahr 1787, éd. H. Schüttler, Munich, Ars Una.

Chesterfield Philip Dormer Stanhope, comte de, 1804, Letters Written by the Late Right Honourable Philip Dormer Stanhope, Earl of Chesterfield, to his Son Philip Stanhope, Esq., éd. E. Stanhope, Londres, J. Nichols and Son, et al., 4 vol.

Fisk Wilbur, 1839, Travels in Europe : viz. in England, Ireland, Scotland, France, Italy, Switzerland, Germany and the Netherlands, New York, Harper & Brothers.

Gray Thomas, 1900-1912, The Letters of Thomas Gray, Including the Correspondence of Gray and Mason, éd. D. C. Tovey, Londres, George Bell and Sons, 3 vol.

Grimm Johann Friedrich Karl, 1775-1781, Bemerkungen eines Reisenden durch Deutschland, Frankreich, England und Holland : in Briefen an seine Freunde, Altenbourg, Richter, 6 vol.

Guerrini Pietro, 2005, Il viaggio in Europa di Pietro Guerrini (1682-1686). Edizione della corrispondenza e dei disegni di un inviato di Cosimo III dei Medici, éd. F. Martelli, Florence, Leo S. Olschki Editore, 2 vol.

Haynie James Henry, 1902, Paris Past & Present, New York, Frederick A. Stokes company, 2 vol.

Jamerey-Duval Valentin, 2011, Mémoires : enfance et éducation d’un paysan au xviiie siècle, éd. J. M. Goulemot, Paris, Minerve.

Lehmann Peter Ambrosius, 1709, Die vornehmsten Europæischen Reisen […], Hambourg, B. Schiller/K. Neumann.

Lessing Hermann, 1854, Pariser Spaziergänge, Berlin, Deutsche Verlags-Anstalt.

LVert Octavia Walton, 1857, Souvenirs of Travel, Mobile, S. H. Goetzel and company.

Rockwell Joel Edson, 1860, Scenes and Impressions Abroad, New York, Robert Carter & Brothers.

Sherer John, 1876, Europe Illustrated : its Picturesque Scenes and Places of Note, Londres, The London Printing and Publishing Company Limited.

Steinbrenner Wilhelm Ludwig, 1791-1792, Bemerkungen auf einer Reise durch einige Teutsche, Schweizer- und französiche Provinzen in Briefen an einen Freund, Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 3 vol.

Trafton Mark, 1852, Rambles in Europe : in a Series of Familiar Letters, Boston, Charles II Peirce and Company.

Wood Charles, 1882, Saunterings in Europe, New York, Anson D. F. Randolph & Company.

Études

Baecque Antoine de (dir.), 2019, Marie-Antoinette : métamorphoses d’une image, cat. exp. (Paris, Conciergerie, 16 oct. 2019-26 janv. 2020), Paris, Éditions du Patrimoine/Centre des monuments nationaux.

Bajou Valérie (dir.), 2018, Louis-Philippe et Versailles, cat. exp. (château de Versailles, 6 oct. 2018-3 févr. 2019), Paris/Versailles, Somogy éditions d’art/château de Versailles.

Bazin-Henry Sandra, 2021, « La galerie des Glaces : un modèle emblématique ? », dans Ziegler H. (dir.), Entre admiration et rejet : la perception de l’art français par les étrangers au tournant des xviiet xviiie siècles, actes du colloque (Versailles, Paris, 5-7 mai 2021), Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 8 avril 2022. URL : https://journals.openedition.org/crcv/22764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.22764.

Becquet Hélène, 2014, « Marie-Antoinette, invention d’une héroïne royale (1793-1816) », dans Chopelin P., Édouard S. (dir.), Le sang des princes : cultes et mémoires de souverains suppliciés, xvie-xxie siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », p. 189-198.

Bertier de Sauvigny Guillaume de, 1982 et 1985, La France et les Français vus par les voyageurs américains, 1814-1848, Paris, Flammarion, 2 vol.

Black Jeremy, 1992, The British Abroad : the Grand Tour in the Eighteenth Century, Stroud/New York, Alan Sutton/St. Martin’s Press.

Boutier Jean, Klesmann Bernd, Moureau François et zum Kolk Caroline (dir.), 2014, Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789 : regards croisés, actes du colloque (Paris, Institut historique allemand, 31 janvier-1er février 2013), Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Brothers Barbara et Gergits Julia (éd.), 1996, Dictionary of Literary Biography : British Travel Writers, 1837-1875, Detroit, Gale Research.

Brothers Barbara et Gergits Julia (éd.), 1997, Dictionary of Literary Biography : British Travel Writers, 1876-1909, Detroit, Gale Research.

Cornette Joël (dir.), 2006, Versailles : le pouvoir de la pierre, Paris, Tallandier (réédité en 2012).

Da Vinha Mathieu et Masson Raphaël (dir.), 2015, Versailles : histoire, dictionnaire et anthologie, Paris, Robert Laffont.

Da Vinha Mathieu, Leroux Flavie et Sabatier Gérard (dir.), 2020, Récits de voyages à Versailles, xviie-xixe siècles, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 8 décembre 2020. URL : https://journals.openedition.org/crcv/18427 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18427.

Diezinger Sabine, 1986, « Paris in deutschen Reisebeschreibungen des 18. Jahrhunderts (bis 1789) », Francia : Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, no 14, p. 263-329. URL : http://francia.digitale-sammlungen.de/Blatt_bsb00016289,00279.html.

Éon Wilfrid, 2017, « Versailles à l’heure du train, 1830-1896 », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, vol. 99, p. 24-47.

Gaehtgens Thomas W., 1984, Versailles, de la résidence royale au musée historique : la galerie des Batailles dans le musée historique de Louis-Philippe, Paris, Albin Michel.

Gerbod Paul, 1991, Voyages au pays des mangeurs de grenouilles : la France vue par les Britanniques du xviiie siècle à nos jours, Paris, Albin Michel.

Gopnik Adam, 2004, Americans in Paris : a Literary Anthology, New York, The Library of America.

Goulemot Jean M., Lidsky Paul et Masseau Didier, 1995, Le voyage en France : anthologie des voyageurs européens en France, du Moyen Âge à la fin de l’Empire, Paris, Robert Laffont.

Goulemot Jean M., Lidsky Paul et Masseau Didier, 1997, Le voyage en France : anthologie des voyageurs français et étrangers en France, aux xixe et xxe siècles (1815-1914), Paris, Robert Laffont.

Grosser Thomas, 1989, Reiseziel Frankreich : deutsche Reiseliteratur vom Barok bis zur Französischen Revolution, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Kaiser Gerhard R. (éd.), 2017, Deutsche Berichte aus Paris 1789-1933 : Zeiterfahrung in der Stadt der Städte, Göttingen, Wallstein Verlag.

Kisluk-Grosheide Daniëlle et Rondot Bertrand (dir.), 2017, Visiteurs de Versailles : voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, cat. exp. (château de Versailles, 22 oct. 2017-25 févr. 2018 ; New York, Metropolitan Museum of Art, 9 avr.-29 juill. 2018), Paris/Versailles, Gallimard/château de Versailles.

Kuras Katarzyna, 2021, « Les Polonais à la cour de Marie Leszczyńska », dans Forycki M., Kula K. et Leroux F. (dir.), Versailles et la Pologne, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 26 avril 2021. URL : https://journals.openedition.org/crcv/19272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.19272.

Landgraf Éric, 2021, Louis-Philippe, roi bâtisseur : le rêve d’une nation unifiée. Le chantier du château de Versailles de 1830 à 1848, thèse de doctorat en histoire et histoire des arts sous la dir. de Jean-Claude Yon, université Paris-Saclay.

Léonard-Roques Véronique (dir.), 2005, Versailles dans la littérature : mémoire et imaginaire aux xixe et xxsiècles, actes du colloque (Versailles, 27-29 mars 2003), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal.

Ross Donald et Schramer James J. (éd.), 1997, Dictionary of Literary Biography : American Travel Writers, 1776-1864, Detroit, Gale Research.

Ross Donald et Schramer James J. (éd.), 1998, Dictionary of Literary Biography : American Travel Writers, 1850-1915, Detroit, Gale Research.

Salomé Laurent et Bonnotte Claire (dir.), 2019, Versailles revival, 1867-1937, cat. exp. (château de Versailles, 19 nov. 2019-15 mars 2020), Paris/Versailles, In Fine/château de Versailles.

Schneider Pablo, 2004, « Die Kraft der Augenzeugenschaft : die Schloß- und Gartenanlage von Versailles im Spiegel ausgewählter Beschreibungen », Frühneuzeit-Info, no 15, cahiers 1 et 2, p. 29-41. URL : https://anno.onb.ac.at/cgi-content/anno-plus?aid=fnz&datum=2004&size=45&page=31.

Struck Bernhard, 2001, « De l’affinité sociale à la différence culturelle : la France vue par les voyageurs allemands au xviiie siècle », Francia : Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, no 28, vol. 2, p. 17-34. URL : https://anno.onb.ac.at/cgi-content/anno-plus?aid=fnz&datum=2004&size=45&page=31.

Tiberghien Frédéric, 2002, Versailles : le chantier de Louis XIV, 1662-1715, Paris, Perrin.

Vergeade Suzanne, 1990, « Un aspect du voyage en chemin de fer : le voyage d’agrément sur le réseau de l’Ouest des années 1830 aux années 1880 », Histoire, économie et société, 9e année, no 1 : Les Transports, p. 113-134.

Ziegler Hendrik, 2010, « “His house at Versailles is something the foolishest in the world”. La Grande Galerie de Versailles à travers les récits de voyageurs et d’ambassadeurs étrangers autour de 1700 », dans Stunck Ch. et Kieven E. (dir.), Europäische Galeriebauten /Galleries in a comparative European Perspective (1400-1800), actes du colloque (Rome, 23-26 févr. 2005), Munich, Hirmer, p. 351-380.

Ziegler Hendrik, 2013, Louis XIV et ses ennemis : image, propagande et contestation, trad. de l’allemand par A. Viery-Wallon, Paris/Vincennes/Versailles, Centre allemand d’histoire de l’art/Presses universitaires de Vincennes/Centre de recherche du château de Versailles.

Haut de page

Notes

1 « Versailles! When I have written that one word I have said all », Beecher 1854, vol. 2, p. 153.

2 « Nine miles of painting » (neuf miles correspondant à 14,5 km), « visions of splendour and gorgeousness », ibid. (p. 19-20 de la traduction partielle en français).

3 Voir la présentation du programme de recherche sur le site du Centre de recherche du château de Versailles.

4 Kisluk-Grosheide et Rondot 2017.

5 Notamment Boutier, Klesmann, Moureau et zum Kolk 2014 ; Da Vinha et Masson 2015 ; DVinha, Leroux et Sabatier 2020 ; Schneider 2004.

6 Goulemot, Lidsky et Masseau 1995 et 1997.

7 Notamment les Britanniques (Black 1992, Brothers et Gergits 1996 et 1997, Gerbod 1991), les Allemands (Diezinger 1986, Grosser 1989, Kaiser 2017, Struck 2001) et les Américains (Bertier de Sauvigny 1982 et 1985, Gopnik 2004, Ross et Schramer 1997 et 1998).

8 Base librement accessible en ligne parmi les ressources du Centre : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/bases-de-donnees-en-ligne/base-visiteurs-de-versailles.

9 La bibliographie exhaustive sur laquelle s’est appuyée cette recension est à retrouver en ligne : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/visiteurs/bibliovisiteurs.pdf.

10 La liste complète des contributeurs est à retrouver en ligne : http://www.chateauversailles-recherche-ressources.fr/jlbweb/visiteurs/remerciementsvisiteurs.pdf. Je remercie tout particulièrement Marie-Christine Skuncke (université d’Uppsala, en Suède) et Joanna Orzeł (université de Łódź, en Pologne) pour les traductions inédites qu’elles ont fournies de sources rarement traitées ou inconnues en France.

11 Voir la contribution de F. Moureau dans Boutier, Klesmann, Moureau et zum Kolk 2014, p. 143-155.

12 Par commodité, ils seront dans la suite du texte qualifiés par le terme « Allemands ».

13 Voir Kuras 2021 ainsi que sa contribution dans ce volume : https://journals.openedition.org/crcv/27019.

14 Sur toute cette période de l’Empire et de la Restauration, voir l’article de Charles-Éloi Vial dans ce même volume : https://journals.openedition.org/crcv/26696.

15 Salomé et Bonnotte 2019, p. 16.

16 Sur les architectes venus à Versailles sous Louis XIV, voir notamment les sources éditées dans le cadre du projet ANR-DFG « Architrave ».

17 Jamerey-Duval 2011.

18 Sur l’offre de transport et les modalités d’accès au musée sous la monarchie de Juillet, voir Éon 2017, Landgraf 2021 et Vergeade 1990.

19 « You cannot see a more disagreeable tout-ensemble », « here the case is indeed altered ; nothing can be vaster and more magnificent », Gray 1900-1912, vol. 1, p. 26. Sauf indication contraire, toutes les traductions données dans cet article sont de l’auteure.

20 « Che quella è la più bella cosa che si trovi in quella gran villa », Guerrini 2005, p. 276.

21 Sur les regards portés sur la Galerie, voir Bazin-Henry 2021, Ziegler 2010 et Ziegler 2013, p. 210-227.

22 En français dans le texte. Arnhem (Pays-Bas), Gelders Archief, Code 0487, Familie Van Spaen, tak Biljoen no 118, Dagboek van een reis naar Noord- en Midden-Italië, via de Zuidelijke Nederlanden, Noord-Frankrijk en Zwitserland en over Duitsland terug, 1769-1770, p. 37. Je remercie Angela Göbel qui m’a signalé cette source.

23 « Great Courts are the seats of true good-breeding », Chesterfield 1804, vol. 3, p. 172-173.

24 « Die Musik, welche ich daselbst hörte, war vortreflich und ganz geschikt das Herz und den Geist zur reinsten Andacht zu stimmen », Steinbrenner 1791-1792, vol. 3, p. 52.

25 « condemned by Philosophy and ridiculed by Commedy, with great reason », Adams 1961, vol. 4, p. 133.

26 « unerträgliche Last », Grimm 1775-1781, vol. 2, p. 183.

27 « Not, perhaps, so wonderful in itself as for the wonderful scenes which have passed within its precincts », Sherer 1876, p. 116.

28 « Ruinous masterpiece », Haynie 1902, vol. 1, p. 216 ; « the monument of the greatness and folly of Louis XIV », Wood 1882, p. 29 ; « emblema del fasto, della potenza e della prepotenza di quell’ uomo », Bettoni-Cazzago 1879, p. 32.

29 Lehmann 1709, p. 2019. Cf. Tiberghien 2002 et Cornette 2016, p. 283-284.

30 « It was here, in fact, that the foundation of the French revolution was laid; for these expenditures brought on such national poverty, such exactions on the one side, and such distress and resistance on the other, as terminated finally and fatally in the bloody scenes of 1789 », Fisk 1839, p. 45.

31 « Des Beguckens der Kunst satt, fuhren wir nach Trianon. Hier hat die Kunst bey der schönen Natur Hebamendienste gethan. Hier erweitert sich das Herz! », Bode 1994, p. 289.

32 Pour une analyse littéraire de cette vision nouvelle, voir Léonard-Roques 2005.

33 « Encircled by a spell of magic power. […] The guide […] showed me every relic still existing of the heroic and unfortunate queen », LVert 1857, vol. 1, p. 89. Sur le culte de Marie-Antoinette, voir Becquet 2014 et Baecque 2019, p. 115-161.

34 « There is a solemn lesson to be drawn from this scene—the vanity of human greatness and glory », Rockwell 1860, p. 71-72.

35 Lessing 1854, p. 170 et Trafton 1852, p. 225-226.

36 Sur le projet de Louis-Philippe, voir Bajou 2018 et Gaehtgens 1984.

37 « Luis XIV no es el grand rey de ese palacio ; su gran rey es Vernet », Barcia 1863, p. 209.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 2. Graphique de la fréquentation de Versailles par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus, selon les périodes et les nationalités.
Crédits © Flavie Leroux/CRCV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Fig. 3. Graphique de la typologie des voyages réalisés par les visiteurs étrangers recensés dans le corpus.
Crédits © Flavie Leroux/CRCV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/26684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavie Leroux, « Versailles et ses visiteurs étrangers, xviie-xixe siècle »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 08 juin 2023. URL : http://journals.openedition.org/crcv/26684 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.26684

Haut de page

Auteur

Flavie Leroux

Flavie Leroux est chargée de recherche au Centre de recherche du château de Versailles et coordinatrice du programme « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (xviiie-xixe siècle) ». Docteure en histoire et civilisations de l’EHESS, chercheuse associée au Centre de recherches historiques (UMR 8558), elle est par ailleurs spécialiste d’histoire de la cour et des femmes en France (xvie-xviie siècle), en particulier des maîtresses royales, auxquelles elle a consacré sa thèse et deux ouvrages, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV (Champ Vallon, 2020) et L’autre famille royale (Passés composés, 2022).
Flavie Leroux is a researcher at the Centre de Recherche du Château de Versailles and coordinator of the programme ‘Court identities and the myth of Versailles in Europe: perception, adherence and rejection (eighteenth and nineteenth centuries)’. She has a PhD in History and Civilizations, EHESS, and is an associate member of the Centre de Recherches Historiques (UMR 8558). She specialises in the history of women and the court in France (sixteenth and seventeeth centuries), particularly that of royal mistresses, to whom she devoted her thesis and two books, Les maîtresses du roi, de Henri IV à Louis XIV (Champ Vallon, 2020) and L’autre famille royale (Passés composés, 2022).
flavie.leroux[at]chateauversailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search