Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...23Parcours : des impressions aux ré...Visiter Versailles sous l’Empire ...

Parcours : des impressions aux réalisations

Visiter Versailles sous l’Empire et la Restauration : musée, palais ou lieu de mémoire ?

Visiting Versailles during the Empire and the Restoration: Museum, Palace or Place of Memory?
Charles-Éloi Vial

Résumés

Au-delà des lieux communs sur l’oubli dans lequel Versailles serait tombé après 1789, de nombreux témoignages montrent que le château a continué à attirer les voyageurs français ou étrangers. D’un récit à l’autre, les regards changent toutefois. Certains cherchaient les vestiges d’un monde disparu ou à alimenter leur nostalgie, d’autres au contraire considéraient déjà le château comme un musée de l’art français ou un lieu de mémoire dédié à la gloire de Louis XIV. Pour les plus rares, Versailles et son domaine, en particulier Trianon, demeurait en revanche un lieu vivant, appelé à servir d’habitation à la cour de l’Empereur ou à celle des Bourbons restaurés. Les autobiographies publiées ou manuscrites, les correspondances privées et familiales, les cartons de la série O des Archives nationales et les témoignages parus dans la presse permettent de mieux comprendre qui visitait Versailles entre 1800 et 1830, dans quelles conditions se faisaient les visites, mais aussi pourquoi le lieu était toujours fréquenté, laissant entrevoir la muséification précoce du château, parallèle à celle en cours au même moment dans les palais effectivement habités par la cour.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les publications récentes, on lira Kisluk-Grosheide et Rondot 2017 ou encore Giménez 2020. On (...)

1Les lieux du pouvoir avaient déjà suscité l’intérêt du public à l’époque moderne, comme le montrent les récits de voyageurs attirés à Versailles au xviiie siècle1. Le départ de la cour le 6 octobre 1789 n’interrompit pas l’afflux de visiteurs, qui se poursuivit durant la période révolutionnaire, le Consulat, l’Empire et la Restauration, les curieux arpentant désormais des appartements délaissés et bientôt démeublés. Comme les archives de la Maison des souverains s’intéressent aux questions liées au personnel ou à l’entretien et celles des musées nationaux à la conservation ou aux mouvements d’œuvres, il faut regarder du côté des témoignages pour comprendre l’état d’esprit des visiteurs, qu’ils aient considéré Versailles comme un lieu de mémoire, un musée ou un palais, comme un lieu à l’abandon ou au contraire comme une habitation appelée à être un jour réinvestie par la cour. Les résidences de la Couronne ayant été très visitées au xixe siècle, les sources imprimées permettent de suivre les évolutions de la perception des palais. Si les récits évoquant Malmaison, Compiègne, les Tuileries ou Saint-Cloud sont intéressants pour le lien que ces demeures entretiennent avec le pouvoir, ceux concernant le domaine de Versailles permettent plus précisément d’étudier les deux facettes du phénomène, l’ancienne résidence de Louis XIV ayant été considérée comme un musée et un lieu de mémoire depuis la Révolution, tandis que Trianon est resté un palais habité jusque sous le Second Empire.

  • 2 Sur Versailles entre 1789 et 1830, voir Gaehtgens 1984, p. 47-56.
  • 3 La Presse, 15 septembre 1838, p. 3.

2Dans les décennies qui suivirent la Révolution2, les sources permettent donc d’étudier le mythe de Versailles, mais aussi la confrontation entre le souvenir de la cour de l’Ancien Régime et celle des Tuileries. S’il n’existe pas de chiffres officiels pour Trianon et Versailles, l’abondance des récits de voyage permet de supposer que tous ces palais étaient très fréquentés : lors du séjour estival de Louis-Philippe au château d’Eu en juillet 1838, seize mille personnes vinrent par exemple visiter les Tuileries3. On le voit, la tradition qui voulait que n’importe qui puisse entrer chez le roi pourvu qu’il porte une épée s’était perpétuée au xixe siècle. Les récits de voyageurs sous l’Empire et la Restauration montrent la perplexité des visiteurs, pris entre différentes époques, passé et présent cohabitant au point parfois de se confondre. Cette période permet de faire état de l’émergence d’un nouveau rapport à l’histoire et au passage du temps.

  • 4 Anonyme 1769, p. 15.
  • 5 Révolutions de Paris, 14 août 1790, p. 28.
  • 6 Document conservé aux archives départementales cité par Caffin-Carcy 1991, p. 53-80.
  • 7 Débat du Corps législatif, 6 janvier 1798, cité dans Piétresson de Saint-Aubin 1816, p. 599. Sur le (...)

3Si des discours avaient critiqué le « luxe oriental » des résidences royales à la fin de l’Ancien Régime4, la visite de Versailles fut aussi présentée après 1789 comme un acte civique, nécessaire pour les Français désireux de se confronter visuellement avec le gaspillage de la cour, contrastant avec la simplicité des députés et le dépouillement de la salle du Manège où siégeait l’Assemblée5. Pour la période révolutionnaire, les archives départementales des Yvelines conservent ainsi une liste de la vingtaine de « citoyens qui conduisent les compagnies dans les jardins », quelques récits prouvant que des voyageurs étaient également admis à l’intérieur des appartements, sous la surveillance de cicérones agréés6. La question de l’utilisation du palais se posa rapidement, le régime directorial craignant l’affluence des sympathisants royalistes. Dans un message adressé au Conseil des Anciens le 6 janvier 1798, le directeur Paul Barras déclara ainsi que le château avait l’air « d’une maison vacante et qui attend un maître7 », ouvrant la voie aux questionnements sur la vocation de Versailles dans les premières décennies du xixsiècle, entre les craintes – et les espoirs – suscités par le potentiel retour de la cour en cas de restauration de la monarchie, et l’intérêt de plus en plus perceptible du public pour un lieu devenu mythique.

L’Aigle éclipse le Soleil

  • 8 Maroteaux 2000, p. 232 ; Paris, Archives nationales (désormais AN), 20150040/2, « Règlement pour le (...)
  • 9 Lemaistre 1803, p. 194-196.
  • 10 Paul 1913, p. 94.
  • 11 Berry 1865, vol. 2, p. 163-165, note du 30 mars 1802.
  • 12 Alger 1904, p. 32.

4On le sait, le château avait servi de musée central des arts à partir de 17968, avant d’être en partie dépouillé au profit du Louvre. Devenu musée spécial de l’École française, il rouvrit en 1801 mais fut progressivement vidé en faveur des résidences consulaires puis impériales. Versailles souffrit donc de la comparaison avec les lieux du nouveau pouvoir, comme le montrent les récits de voyageurs décrivant la cour de Bonaparte, notamment après la signature de la paix d’Amiens en 1802, qui permit à de nombreux Anglais de venir visiter la France. Versailles fut alors envisagé comme un lieu de mémoire, et les visites placées sous le signe de l’émotion. L’écrivain John Gustavus Lemaistre fut ainsi particulièrement troublé lorsqu’il découvrit Saint-Cloud, alors en plein travaux, puis Versailles, les appartements de Louis XVI et le Petit Trianon transformé en auberge9. Le peintre John Dean Paul se rendit à Versailles en août 1802, poussé par le goût des ruines historiques. Il fut enchanté par la vision du château à l’abandon, les herbes folles poussant entre les dalles de la cour et les fenêtres barrées par des planches, mais un certain « aspect de grandeur » lui donna une vision précise des fastes de la cour sous Louis XVI et lui fit voir en imagination la violence des exactions commises le 6 octobre 178910. La femme de lettres anglaise Mary Berry eut pour sa part l’occasion de voir les appartements du Premier consul aux Tuileries en 1802, et trouva que leur luxe éclipsait celui de Versailles11. Ces témoignages montrent la tendance de ces touristes à comparer l’ancien et le nouveau pouvoir, ainsi que leurs tentatives pour déceler des marques de continuité entre les rois et le Premier consul. Le cas de Charles James Fox, ancien ministre anglais favorable à la paix avec la France, venu découvrir Paris en juillet 1802, montre d’ailleurs que les autorités françaises encourageaient ce mouvement comparatif. L’illustre voyageur vint visiter Versailles, où le ministre de l’Intérieur aurait fait placer dans une pièce les bustes de Washington et de Fox, recouverts de poussière, avant de la lui faire visiter en la présentant comme un cabinet resté fermé depuis 1789, mais où Louis XVI allait méditer l’exemple des grands hommes. Aux Tuileries, Bonaparte avait pris soin de faire également placer un buste de Fox dans son bureau, venant renforcer le parallèle entre le roi et le consul12.

  • 13 Clary-et-Aldringen 1914, p. 177-179.
  • 14 Ibid.
  • 15 Paris, AN, O243, dossier II, lettre de Costaz à Duroc, 20 février 1810.
  • 16 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (désormais BNF, Mss), Français (...)

5Sous l’Empire, il fut parfois possible de visiter les palais de la Couronne en l’absence de la cour, le plus souvent en soudoyant le personnel. Pour le domaine de Versailles, le prince Clary, ambassadeur d’Autriche, décrit ainsi une visite de Trianon en 1810, où il passa « comme un ballon de mains en mains, par celles d’au moins vingt cicerone : on donne un petit écu à chacun13 ». Il raconte que les deux palais étaient « meublés avec un luxe de conte de fées. L’Orient n’a jamais connu, je crois, rien d’aussi beau en bronzes, velours brodés, porcelaines, peintures, parquets, cheminées14 ». On sait que Napoléon n’était pas vraiment tranquille, y compris lors de ses visites à Versailles, et que les curieux et les solliciteurs n’arrêtaient pas de le poursuivre, jusqu’à coller leurs visages aux vitres du Grand Trianon15. À nouveau, le souvenir de l’Ancien Régime semblait éclipsé par le nouvel occupant. Pour assurer la tranquillité de l’Empereur, un règlement des visites des palais fut mis en place à ce moment, permettant à quelques privilégiés de profiter des absences de Napoléon pour venir voir comment il vivait, par petits groupes, et uniquement pour des notables qui sollicitaient l’intendant général de la Couronne16.

  • 17 Journal de Paris, 9 décembre 1809, p. 2475.

6À l’autre bout de l’échelle sociale, certains invités de l’Empereur eurent droit à des visites particulières. Ce fut par exemple le cas du roi de Saxe, qui vint en septembre 1809 à Versailles puis au Grand Trianon, tout juste meublé pour Napoléon17. Pour la plupart de ces visiteurs, la découverte d’une résidence somptueusement aménagée était à la fois signe de puissance, mais aussi de goût, ce qui venait augmenter leur respect pour l’Empereur.

  • 18 Perceval 1929, p. 153.
  • 19 Paris, BNF, Mss, NAF 28210, Souvenirs par Jean-Baptiste Barrès, vol. 1, p. 121-122.

7On trouve en revanche chez certains visiteurs un sentiment contraire. Le vicomte Joseph-Henri-Joachim Lainé, tout juste nommé membre du Corps législatif, où il s’illustra à la fin de 1813 par son opposition à Napoléon, vint ainsi à Saint-Cloud le 20 octobre 1808, trouvant les aménagements intérieurs d’un luxe « trop asiatique pour un conquérant18 ». Sa visite lui aurait fait comprendre la tournure excessivement monarchique prise par le régime impérial, prélude à son déclin inéluctable. À Versailles, où il n’était plus revenu depuis l’Ancien Régime, Lainé eut en revanche l’impression que rien n’avait changé et que la monarchie était toujours présente, intemporelle et bien plus durable que l’Empire, qui selon lui ne serait qu’éphémère : « J’ai fait il y a peu de jours un voyage à Versailles. Une vieille bonne femme m’a dit que Louis XIV y revient la nuit deux ou trois fois par an. On la croit sans peine, car son esprit règne encore autour de ces palais ». Le texte, qui affecte la forme d’un journal intime mais a peut-être été retravaillé par l’auteur après la chute de Napoléon, donne en tout cas le sentiment qu’à ses yeux, Versailles renaîtrait de ses cendres. Cette curiosité teintée de nostalgie se retrouve aussi dans le manuscrit de Jean-Baptiste Barrès, officier dans la Garde impériale, qui contient une « notice historique » sur Versailles et Trianon, rédigée à la suite d’une série de visites qui le laissèrent ébloui. Grand admirateur de l’Empereur, il cite pourtant « l’infortunée » Marie-Antoinette, dont le souvenir semble l’émouvoir, et visita non seulement Versailles, mais aussi Saint-Cloud, Saint-Germain et Marly, à la recherche des souvenirs de l’Ancien Régime19.

  • 20 Paris, AN, 20150040/13, lettre de Chanal, concierge de Versailles, à Lavallée, secrétaire général d (...)
  • 21 Paris, AN, 20150040/13, lettre du comte de Gavre, préfet de Seine-et-Oise, à Vivant Denon, directeu (...)
  • 22 Duchesne 1804, p. 60-61.
  • 23 Lavaux 2019, p. 61.

8Cherchant à effacer le souvenir des anciens rois, Napoléon ordonna finalement de fermer le musée de Versailles en octobre 181020, en prévision de sa réinstallation dans l’ancienne résidence royale, pour laquelle ses architectes produisirent plusieurs projets. Cependant, le réaménagement prit du retard et les ordres de l’Empereur ne furent pas respectés. Le château resta ouvert à la visite, à la demande du préfet de Seine-et-Oise, qui fit valoir que le tourisme était la principale ressource de la ville, ce qui en dit long sur le nombre de visiteurs qui devaient s’y bousculer21. Les guides touristiques reflètent cette situation : on retrouve dans le Cicerone de Versailles des indications sur l’entrée du château et le vestiaire, appelé « bureau de dépôt des objets avec lesquels on ne peut entrer, tels que cannes, parapluies et manteaux », où se trouvait également en vente un livret dédié à la visite. Ces indications continuèrent à figurer dans les rééditions de l’ouvrage jusqu’en 1808, puis disparurent dans la nouvelle mouture parue en 1810, et ne réapparurent plus dans les éditions successives, jusque dans les années 182022. On ne sait pas comment les visiteurs entraient, sans doute en se présentant au concierge ou en se procurant à l’avance un billet signé d’un officier de la Liste civile, mais ils entraient bel et bien, accueillis par un personnel qui tenait à recevoir de lucratifs pourboires23. On peut également citer un rapport de l’architecte Dufour, qui écrit en 1811 :

  • 24 Paris, AN, O237, dossier 2, lettre de Dufour, architecte du palais de Versailles, à Costaz, inten (...)

Tous les étrangers ou habitants des provinces qui viennent à Paris, viennent à Versailles comme autrefois ; l’affluence est la même, et les garçons d’appartement sont sans cesse occupés à promener les visiteurs. C’est ce que le concierge peut vous assurer ainsi que moi. Les petits profits qui en résultent tombent dans les mains des garçons d’appartement au lieu d’aller dans celles des garçons du Musée […] Tout le monde sait d’ailleurs que le musée de Versailles mérite à peine d’être vu depuis qu’on a transporté à Trianon les meilleurs tableaux de cette collection. C’est le palais ; ce sont les appartements que l’on vient visiter, et non une collection très ordinaire de tableaux24.

  • 25 Paris, AN, O237, dossier 4, lettre de Dufour, architecte du palais de Versailles, à Costaz, inten (...)

9Bien plus que le musée de l’École française, les visiteurs venaient donc bien voir une ancienne résidence royale et donc un lieu de mémoire. D’autres rapports évoquent ainsi l’affluence quand les Grandes Eaux jouaient, et même la modification d’horaire consentie par l’architecte du château : « il est évident que ce changement a pour but de mettre en quelque sorte les curieux des environs dans la nécessité de dîner à Versailles, et puisque la ville y trouve son intérêt, je crois que l’on doit acquiescer à cette demande25 ».

La Restauration face aux fantômes du passé

10La chute de Napoléon en 1814 amena à Versailles de nouveaux visiteurs, en commençant par les centaines d’officiers étrangers venus à Paris, suivis par les curieux de l’Europe entière. Dès cette époque, Trianon tendit à devenir un lieu de mémoire napoléonien. L’officier anglais Woodberry, visitant les lieux en juin 1814, fut par exemple émerveillé par le luxe des appartements de Napoléon, dont il essaya de comprendre la personnalité en se renseignant auprès du personnel sur ses habitudes :

  • 26 Woodberry 2013, p. 308, note du 24 juin 1814.

C’est ici que l’homme qui semblait ne se plaire qu’au milieu des scènes de carnage se retirait et se reposait des soucis de l’ambition dans les charmes du bonheur paternel et conjugal. On peut supposer que son âme agitée a goûté dans ces lieux quelques moments de plaisir domestique26.

  • 27 Wansey 1814, p. 85 et 91.

11La même année, l’antiquaire anglais Wansey eut lui aussi un choc en voyant les tableaux à la gloire de Napoléon, qui lui furent décrits par son guide, un ancien officier de la Garde impériale, très bavard en détails sur la vie quotidienne de l’Empereur27.

  • 28 Fureix 2009, p. 205-206.

12Si Trianon passait pour une destination napoléonienne, Versailles était considéré comme un lieu de mémoire monarchique, la Restauration construisant en grande partie sa légitimité sur l’émotion suscitée par les épreuves subies par la famille royale, à commencer par les journées des 5 et 6 octobre 178928. Le militaire anglais Alexander Cavalié Mercer, venu visiter Versailles le 14 juillet 1815, fut ainsi frappé par la tristesse des Grands Appartements plongés dans la pénombre :

  • 29 Mercer 1870, vol. 2, p. 155. Texte original : « The palace itself, from all its windows-shutters be (...)

Le palais lui-même, avec ses nombreuses fenêtres aux volets fermés, paraissait aussi lugubre que le reste [de la ville]. Après m’être occupé de mon cheval, je sonnai à la cloche à la porte du palais, ce qui a fait sortir le Suisse, qui sonna à son tour une autre cloche, ce qui fit venir un jeune homme aux manières distinguées mais très mélancolique, portant la livrée royale et qui, après avoir été informé de mon désir de voir le palais, fit une révérence très polie, et me pria de le suivre. Il était inutile de répéter l’histoire qu’il racontait dans chacun de ces splendides appartements, qui me semblaient innombrables. Accablé par la solitude et le silence, une irrésistible sensation de mélancolie m’envahit en comparant leur état actuel d’abandon avec leur glorieux passé à jamais enfui29.

  • 30 Alison et Tytler 1816, vol. 1, p. 88-105.
  • 31 Roots 1909, p. 102.
  • 32 The Monthly Magazine, 1er janvier 1815, p. 514-516.
  • 33 Heurard d’Armieu 1901, p. 188, « journal pour maman » [août 1814].

13Si son témoignage montre l’émergence chez les visiteurs d’un rapport particulier au temps, mêlé à une fascination pour l’histoire et ses tragédies, la question de la cohabitation entre époques mérite aussi d’être posée. Pour les uns, les passés pouvaient coexister, tandis que pour d’autres, certains épisodes devaient être effacés. Quelques-uns menaient en revanche une démarche comparative, à l’instar de l’historien écossais Archibald Alison, qui visita Versailles et Trianon en 1814. Un guide lui parla de Marie-Antoinette et de Marie-Louise, avant qu’il ne poursuive son excursion à Malmaison où il posa des questions sur Joséphine, ce qui lui permit de comparer les trois souveraines30. William Roots, également venu visiter Versailles et Trianon en 1814, se livra quant à lui à une comparaison entre l’Ancien Régime et l’Empire31. En janvier 1815, le Monthly Magazine offrit à ses lecteurs une description de Malmaison, de Saint-Cloud, de Versailles puis de Trianon, confrontant l’architecture de l’Ancien Régime avec le style Empire32. Parmi les rares témoignages de Français, Pierre Heurard d’Armieu, garde du corps de Louis XVIII, venu visiter le Petit Trianon au même moment, fit quant à lui un blocage psychologique. En véritable « ultra », il se refusa à admettre que les lieux avaient été remeublés et occupés par Napoléon, et s’obstina à y voir le cadre de vie de Marie-Antoinette, laissé intact depuis 178933.

14Cette attitude fait écho à celle du marquis Charles-Olivier de Saint-Georges de Vérac, gouverneur du château sous la Restauration, qui récusa formellement l’appellation de musée pour Versailles dans une lettre de 1822, avant de refuser l’installation d’une billetterie. Pour lui, il s’agissait toujours d’une résidence royale, certes inhabitée et ouverte à la visite :

  • 34 Paris, AN, 20150040/2, lettre du marquis de Vérac à Forbin, directeur du musée du Louvre, 23 août 1 (...)

Les deux lettres que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser pour me proposer l’établissement d’un musée dans le château de Versailles, dont les tableaux seraient considérés, me dites-vous, comme ceux qui font partie de la galerie de Trianon, nécessitent que nous nous expliquions bien clairement ensemble […]. En effet l’établissement d’un musée et les tableaux qui décorent la galerie de Trianon sont deux choses entièrement différentes et qu’il me paraît impossible, dans l’état actuel du service du roi à Versailles, et pour le bien de ce même service, de faire concorder ou de confondre ensemble. Si vous avez simplement l’intention de placer des tableaux faits par les peintres vivants dans les appartements du Roi et de la Reine au château de Versailles comme ornement, je ne peux y voir que de véritables avantages […]. Mais si vous vous proposez d’établir dans ces appartements un musée comme il en a existé un pendant la Révolution, musée qui n’avait même été créé que pour garantir le château des dévastations et que Bonaparte s’est empressé de déplacer […], je ne puis plus du tout donner mon adhésion […]. Le château de Versailles est une propriété de la Couronne qui n’a rien de national en ce sens qu’elle n’est destinée et ne doit servir à aucun établissement public, c’est une maison de plaisance de nos rois, le public doit regarder comme une grâce, une faveur, la facilité de voir les appartements habités par Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, destinés à l’être par leurs augustes descendants, et vous savez aussi bien que moi, Monsieur le comte, avec quelle rapidité au temps où nous sommes le public admis journellement dans un lieu quelconque est porté à regarder comme un droit ce qui n’est qu’une tolérance34.

15Le marquis de Vérac défendait sans doute sa fonction mais, dans les faits, Versailles n’était plus un palais depuis 1789 et n’était plus officiellement considéré comme un musée depuis 1810, même si les lieux étaient toujours fréquentés par des centaines de visiteurs chaque année, qui venaient se recueillir.

  • 35 The Monthly Magazine, 1er janvier 1815, p. 514-516.
  • 36 Neil 1823, p. 370.

16Si les récits de voyageurs écrits à la même époque parlent de l’Ancien Régime, de la Révolution ou de l’Empire, ils sont en revanche peu nombreux à évoquer Louis XVIII ou Charles X. Le passé semblait plus attrayant que le présent, le règne de Louis XIV et les fastes de Versailles cohabitant avec la curiosité suscitée par le quotidien de Napoléon. Les Bourbons restaurés semblaient presque encombrants. Un journaliste déplora ainsi la présence des centaines d’ouvriers occupés à la démolition de l’ancienne aile sur la cour et à la remise en état des appartements en prévision de la visite prochaine de Louis XVIII, qui l’empêchèrent de profiter de sa visite des appartements de Louis XIV35. En 1817, un groupe de botanistes écossais fut autorisé à visiter les palais de la Couronne et les jardins. Leur récit montre qu’ils ne s’intéressaient pas aux appartements des Bourbons actuels, mais seulement à Napoléon et à Marie-Antoinette36. En langage moderne, la famille royale souffrait d’un « déficit d’image ».

  • 37 Journal des débats politiques et littéraires, 6 avril 1814, p. 3.
  • 38 Weston 1817, p. 119.
  • 39 Paris, AN, O1435, lettre de Burette de Verrières, maréchal des logis de la Maison du roi, 2 septe (...)

17Le gouvernement semble avoir été conscient de ce problème et avoir cherché à y remédier. On le sait, l’emblématique napoléonienne fut rapidement remplacée par des symboles royaux37. Stephen Weston, un autre voyageur anglais, note ainsi en 1816 que les emblèmes impériaux commençaient à être retirés, et qu’au Grand Trianon, le Suisse chargé de faire visiter le château ne parlait pas de Bonaparte, mais de « Bonàpendre38 ». À la même époque, un employé de la Maison du roi se plaignit que les peintures de la salle du Trône de Versailles, qui avaient été retouchées sous l’Empire et où l’on reconnaissait le visage de Napoléon à la place de certains empereurs romains, attiraient des vétérans de la Grande Armée qui venaient se recueillir et que le personnel devait chasser39.

  • 40 Pour la période suivante, voir notamment Constans 2014, p. 287-294.
  • 41 Paris, AN, 20150040/13, lettre de Lauzan, conservateur des peintures de Versailles, au concierge de (...)
  • 42 Stanley 1907, p. 306-307.

18Dans les années qui suivirent, tout fut fait pour pousser les visiteurs venus chercher des souvenirs de l’Empereur à s’intéresser au passé bourbonien : des tableaux représentant les anciens rois furent accrochés à Trianon et à Versailles, qui commença à devenir une galerie de portraits de l’Ancien Régime40, tandis que les œuvres napoléoniennes furent mises en réserve41. La figure de Louis XIV fut constamment mise en avant dans les discours des employés, comme le montre le récit d’Edward Stanley, qui visita Versailles en 1817. Son guide ne lui parla que de l’Ancien Régime et il constata que le personnel de Trianon engagé sous l’Empire avait été remplacé par des royalistes, semblant avoir reçu comme instruction de ne mentionner que les Bourbons et non l’Empereur : « Monsieur, je ne connais point ce coquin-là », lui aurait répondu son guide42.

  • 43 Weston 1817, p. 172.
  • 44 Paris, AN, O132, dossier 3, chemise 2, lettre [non signée] au duc de Bourbon, grand maître de Fra (...)
  • 45 Paris, AN, O192, « état pour servir au paiement du traitement des personnes employées aux château (...)
  • 46 Information communiquée par M. Jean-François Delmas, conservateur général au musée national du chât (...)

19Au-delà de la question des discours, quelques témoignages évoquent l’affluence dans les résidences royales. Malgré sa situation ambiguë, Versailles pouvait être visité gratuitement par n’importe quel curieux, un touriste visitant un à un les palais étant par exemple surnommé, dans l’argot de l’époque, un « lapin43 ». La question de l’accès à Trianon était plus compliquée : il fallait soit soudoyer le personnel, soit obtenir une autorisation du grand maître de France, du premier gentilhomme de la Chambre ou du gouverneur du château, qui en délivraient volontiers aux voyageurs de marque. Les autres résidences attiraient elles aussi beaucoup de curieux, comme le montre la présence des « garçons de château », dont la principale fonction était de guider les visiteurs : il y en avait quatre à Fontainebleau44, autant à Versailles et deux autres à Trianon45. Les boiseries et les tableaux étaient visibles, mais dans les salons meublés, les visiteurs découvraient un univers tout en blanc, le mobilier et les tentures étant couverts de housses destinées à les protéger de la lumière du jour, que les employés ne retiraient qu’avec parcimonie. La présence aujourd’hui dans les réserves au musée national du château de Compiègne d’une ancienne barrière portant une marque au feu datant de la Restauration montre qu’il existait par ailleurs des mises à distance pour les visiteurs46. On gardait donc l’idée qu’il s’agissait de résidences susceptibles d’être occupées à tout moment, mais aussi de lieux de mémoire et d’histoire.

  • 47 Cooper 1837, vol. 1, p. 324. Texte original : « There are few things that can be more usefully stud (...)

20Si la cour des Bourbons restaurés semblait moins passionner les visiteurs que celles du passé, on peut cependant remarquer que quelques-uns adoptèrent une autre démarche, en considérant que l’observation du présent monarchique pourrait leur fournir des clés afin de comprendre le passé, à l’instar de Fenimore Cooper, auteur du Dernier des Mohicans, qui se rendit en 1826 aux Tuileries voir Charles X en Grand Couvert, en même temps que plusieurs milliers d’autres curieux. Il devait visiter Versailles le lendemain mais l’étiquette des Tuileries était à ses yeux un écho de l’Ancien Régime, qui lui donnerait un bon point de comparaison. Si la contemplation de la famille royale le laissa de marbre, il fut en revanche enchanté par Versailles, notamment par la porte dérobée par laquelle Marie-Antoinette avait pris la fuite le 6 octobre 1789. À ses yeux, les fantômes de l’Ancien Régime semblaient plus exaltants que la pâle reconstitution entreprise par la Restauration, qui donnait à voir une cour anachronique et une monarchie vide de sens, offrant un triste contraste avec les leçons offertes par Versailles : « il n’y a que peu de choses qui peuvent être étudiées avec moins de profit, ou susciter une plus grande quantité de souvenirs utiles, qu’un palais autrefois occupé par une des grandes cours de l’histoire ». En passant, il se livra aussi à une comparaison intéressante entre les usages désuets de la monarchie française et ceux de la jeune république des États-Unis, cette dernière lui semblant plus rationnelle et en phase avec son temps47.

  • 48 Déchy 1869, p. 60.
  • 49 Paris, AN, O138, dossier 2, rapport de l’adjudant du palais du 22 au 23 juillet 1827.

21Les sentiments ambigus que suscitaient les Bourbons restaurés se retrouvent dans les récits de curieux admis à visiter Trianon lors des rares passages de la famille royale, comme le garde du corps Édouard Déchy, qui raconte avoir vu le dauphin ivre insulter un domestique au cours d’un repas pris en public, devant des notables locaux venus rendre hommage au roi et à son héritier48. Sous Charles X, la famille royale occupait également brièvement Versailles chaque année pour une réception dans la galerie des Glaces en plein mois de juillet. On sait peu de choses sur cette cérémonie aux accents « ultras », qui devait attirer du monde, la Maison du roi ayant même démantelé en 1827 un trafic de faux billets, vendus à des curieux49.

  • 50 Carter 1827, vol. 1, p. 466.
  • 51 Paris, BNF, Mss, NAF 14427, Mémoires de Charles de Rémusat, fos 20-23.

22La fin de la Restauration, qui coïncide avec la disparition progressive des derniers grands témoins de la vie de cour sous l’Ancien Régime, amena un autre changement de regard. Ceux qui avaient vécu au château mouraient en emportant une certaine vision de Versailles, qu’ils étaient les derniers à considérer comme un lieu de vie. En janvier 1826, Nathaniel Hazeltine Carter, venu découvrir Versailles, écourta même sa visite tant il trouvait sinistre la vieille dame logée par la Maison du roi qui lui servit de guide et lui parla de personnages morts depuis longtemps : les Versaillais étaient trop réactionnaires et semblaient regretter un peu trop l’Ancien Régime à son goût50. On pourrait aussi citer la visite faite par La Fayette en 1828 en compagnie de ses enfants et petit-enfants, à qui il décrivit le château au début de la Révolution, en revivant ses souvenirs des 5 et 6 octobre 178951. De tels témoignages pouvaient fasciner ou dégoûter, mais ils étaient devenus rares.

Le musée de l’Histoire de France : un projet dans l’air du temps ?

23On pourrait peut-être penser que, en 1830, les esprits étaient globalement prêts à accepter le basculement, qui verrait Versailles passer définitivement du statut de palais à celui de lieu de mémoire. En réalité, la réflexion est plus ambiguë. Certains articles semblaient effectivement souhaiter que les Bourbons quittassent définitivement les lieux et laissassent la place aux touristes, tout en vantant le charme pittoresque de la ville et du château, demeurés figés dans le passé :

  • 52 Le Corsaire, 25 mai 1830, p. 3.

Si vous avez la bonne fortune de trouver un vieillard né dans la ville, et qu’il veuille bien vous conduire au parc, il vous dira l’histoire de madame Du Barry, celle du Grand Dauphin, celle du jeu de paume et celle du dîner de la Grande Galerie. Vous saurez aussi tout ce que cette cour de Louis XV dépensait, car il vous racontera les comptes de l’office, et la chronique de Trianon, après quoi il vous parlera du Collier et du cardinal de Rohan52.

  • 53 Michelet 1959, p. 117 et 219, notes de juillet 1834 et de janvier 1837.

24Cette attitude paradoxale, mêlant un désir de modernité à une curiosité vis-à-vis du passé, explique l’intérêt de plus en plus fort du grand public pour l’histoire, et qui tendait surtout à se décloisonner : on pouvait désormais s’intéresser à la fois à l’Ancien Régime, à la Révolution et à l’Empire, sans avoir besoin de choisir son camp. À l’époque de l’histoire romantique et des publications en masse d’autobiographies vraies ou enjolivées, le passé suscitait un intérêt unanime, provenant précisément de sa dimension kaléidoscopique, qui permettait de passer d’une époque à l’autre simplement en changeant de pièce. Plutôt que l’émotion, les visiteurs tendaient donc à privilégier l’envie de s’instruire, facilitant le basculement de lieu de mémoire à musée. On retrouve une telle approche chez Michelet, dans les descriptions de ses visites aux Tuileries et à Fontainebleau au début de la monarchie de Juillet53. En somme, la visite des palais n’était plus une déclaration d’admiration à la personne de l’Empereur ou l’expression de la nostalgie de l’Ancien Régime, elle était un geste d’amour pour les arts et l’histoire de France dans ses innombrables facettes.

25Pour conclure, les récits de voyageurs et les rares sources disponibles pour l’Empire et la Restauration montrent bel et bien une nette évolution, Versailles et Trianon étant considérés d’abord comme des résidences à part entière, puis comme des lieux de mémoire évoquant des époques disparues, avant d’être progressivement envisagés comme des musées, c’est-à-dire des lieux où il était possible de s’instruire. Là où les visiteurs sous l’Empire et au début de la Restauration avaient considéré les châteaux de Versailles et de Trianon comme des espaces où s’incarnaient de manière concrète des séries de ruptures particulièrement violentes, celles de 1789 puis de 1814, les récits de voyageurs du règne suivant font état de l’émergence d’un nouveau rapport au passé, évoluant vers un sentiment plus apaisé, plus proche du tourisme que du pèlerinage politique ou sentimental. On peut l’expliquer par le sentiment du passage du temps, de l’éloignement qui apaise certaines blessures, mais aussi par la curiosité pour les périodes révolues, qui fait prendre conscience de l’épaisseur de la sédimentation historique. Une nouvelle conception de l’histoire émergeait, s’inscrivant dans la continuité, dont les grandes ruptures chronologiques ne sont que des étapes ou des péripéties.

  • 54 Paris, AN, 20150040/1, rapport de Montalivet à Louis-Philippe, 29 août 1833 : « Il était digne de V (...)
  • 55 Sur les idées de Louis-Philippe et la vision politique de l’histoire portée par le musée de l’Histo (...)

26Dans les années qui suivirent, toute l’habileté de Louis-Philippe résida dans la création du musée de l’Histoire de France, qui permit de résoudre les problèmes posés par le château de Versailles où devaient cohabiter toutes les époques, tous les règnes et tous les régimes54. Le passage de palais à lieu de mémoire, puis finalement à musée, suggère que Versailles était de moins en moins considéré comme un lieu de mémoires affrontées, mais bien comme un lieu patrimonial, qui offrait la possibilité d’une histoire réconciliée, figée par la muséographie, en faisant définitivement basculer à la fois l’Ancien Régime, l’Empire et la Restauration dans la nuit du passé, la monarchie de Juillet se présentant comme le terminus ad quem de l’histoire de France55.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Alison Archibald et Tytler Patrick Fraser, 1816, Travels in France during the years 1814-1815, Édimbourg, Macredie, 2 vol. 

Anonyme, 1769, Les prêtres démasqués ou Des iniquités du clergé chrétien, [Londres], s. n.

Berry Mary, 1865, Extracts of the Journal and correspondence, Londres, Longmans, 3 vol. 

Carter Nathaniel Hazeltine, 1827, Letters from Europe, comprising the journal of a tour through Ireland, England, Scotland, France, Italy and Switzerland, the years 1825, 1826 and 1827, New York, Carvill, 2 vol. 

Clary-et-Aldringen Charles, 1914, Souvenirs, Paris, Plon-Nourrit.

Cooper James Fenimore, 1837, Recollections of Europe, Londres, Richard Bentley, 2 vol.

Déchy Édouard, 1869, Mémoires d’un garde du corps de la compagnie de Noailles, Paris, E. Dentu.

Duchesne Antoine-Nicolas, 1804, Le Cicerone de Versailles ou L’Indicateur des curiosités et établissements de cette ville, Versailles, Jacob.

Heurard d’Armieu Pierre, 1901, « La correspondance d’un garde du corps de Louis XVIII », L’Université catholique, janv.-avril 1901, p. 171-215.

Lemaistre John Gustavus, 1803, A rough sketch of modern Paris or Letters on society, manners, public curiosities and amusements, in that capital, Londres, Johnson.

Mercer Alexander Cavalié, 1870, Journal of the Waterloo campaign, Édimbourg, Blackwood, 2 vol. 

Michelet Jules, 1959, Journal. Tome I, 1828-1848, éd. P. Viallaneix, Paris, Gallimard.

Neil Patrick, 1823, Journal of a horticultural tour, Édimbourg, Bell & Bradfute.

Paul John Dean, 1913, Journal d’un voyage à Paris d’août 1802, trad. P. Lacombe, Paris, Picard.

Perceval Émile de, 1929, Dans les archives du vicomte Lainé, Paris, Champion.

Piétresson de Saint-Aubin Pierre-François, 1816, Dictionnaire historique, topographique et militaire de tous les environs de Paris, Paris, Panckoucke.

Roots William, 1909, Paris in 1814, Newcastle-upon-Tyne, Reid.

Stanley Edward, 1907, Before and after Waterloo : letters from Edward Stanley, Londres, T. F. Unwin.

Wansey Henry, 1814, A visit to Paris in June 1814, Londres, Cruttwell.

Weston Stephen, 1817, Two sketches of France, Belgium and Spa, Londres, Baldwin.

Woodberry George, 2013, Journal de guerre, 1813-1815, Paris, Mercure de France.

Études

Alger John Goldworth, 1904, Napoleon’s British Visitors and Captives (1801-1815), Westminster, A. Constable.

Caffin-Carcy Odile, 1991, « Que devint Versailles après le départ de la cour ? », Revue historique, vol. 286, no 1, juil.-sept. 1991, p. 53-80.

Charle Christophe, 2018, « Une certaine idée de l’histoire de France », dans Bajou V. (dir.), Louis-Philippe et Versailles, cat. exp. (château de Versailles, 6 oct. 2018-3 févr. 2019), Paris/Versailles, Somogy éditions d’art/château de Versailles, p. 262-267.

Constans Claire, 2014, « Portraits peints de Louis XIV et de Louis-Philippe au musée de Versailles : appropriations et comparaisons », dans Da Vinha M., Maral A. et Milovanovic N. (dir.), Louis XIV, l’image et le mythe, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour », p. 287-294.

Fureix Emmanuel, 2009, La France des larmes : deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel, Champ Vallon.

Gaehtgens Thomas W., 1984, Versailles : de la résidence royale au musée historique, Paris, Albin Michel.

Giménez Enric-Eduard, 2020, « Les voyageurs espagnols à Versailles : entre l’absence et la fascination », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, [en ligne], mis en ligne le 8 décembre 2020. URL : https://journals.openedition.org/crcv/18527 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18527.

Kisluk-Grosheide Daniëlle et Rondot Bertrand (dir.), 2017, Visiteurs de Versailles : voyageurs, princes, ambassadeurs, 1682-1789, cat. exp. (château de Versailles, 22 oct. 2017-25 févr. 2018 ; New York, Metropolitan Museum of Art, 9 avril-29 juil. 2018), Paris/Versailles, Gallimard/château de Versailles.

Lavaux Marion, 2019, Une aventure artistique « à toutes les gloires de la France » : préfiguration, mise en place et postérité du musée historique de Louis-Philippe (1794-1892), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe, sous la dir. de Christine Nougaret, Paris, École nationale des chartes.

Maroteaux Vincent, 2000, Versailles, le roi et son domaine, Paris, Picard.

Pomian Krzysztof, 2004, « Le musée face à l’histoire », dans L’Histoire au musée, actes du colloque (château de Versailles, 10-12 déc. 1998), Arles/Versailles, Actes Sud/château de Versailles, p. 99-126.

Pommier Édouard, 2004, « Oxford ou Palmyre ? Débats sur la destination d’un palais royal en Révolution », dans L’Histoire au musée, actes du colloque (château de Versailles, 10-12 déc. 1998), Arles/Versailles, Actes Sud/château de Versailles, p. 73-97.

Haut de page

Notes

1 Parmi les publications récentes, on lira Kisluk-Grosheide et Rondot 2017 ou encore Giménez 2020. On renvoie aux dépouillements bibliographiques effectués par le Centre de recherche du château de Versailles : https://chateauversailles-recherche.fr/francais/ressources-documentaires/bases-de-donnees-en-ligne/base-visiteurs-de-versailles.

2 Sur Versailles entre 1789 et 1830, voir Gaehtgens 1984, p. 47-56.

3 La Presse, 15 septembre 1838, p. 3.

4 Anonyme 1769, p. 15.

5 Révolutions de Paris, 14 août 1790, p. 28.

6 Document conservé aux archives départementales cité par Caffin-Carcy 1991, p. 53-80.

7 Débat du Corps législatif, 6 janvier 1798, cité dans Piétresson de Saint-Aubin 1816, p. 599. Sur les discours révolutionnaires autour du devenir de Versailles, voir Pommier 2004, p. 73-97.

8 Maroteaux 2000, p. 232 ; Paris, Archives nationales (désormais AN), 20150040/2, « Règlement pour le musée de Versailles », vers 1798.

9 Lemaistre 1803, p. 194-196.

10 Paul 1913, p. 94.

11 Berry 1865, vol. 2, p. 163-165, note du 30 mars 1802.

12 Alger 1904, p. 32.

13 Clary-et-Aldringen 1914, p. 177-179.

14 Ibid.

15 Paris, AN, O243, dossier II, lettre de Costaz à Duroc, 20 février 1810.

16 Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits (désormais BNF, Mss), Français 6585, fo 15, règlement du 30 mai 1809.

17 Journal de Paris, 9 décembre 1809, p. 2475.

18 Perceval 1929, p. 153.

19 Paris, BNF, Mss, NAF 28210, Souvenirs par Jean-Baptiste Barrès, vol. 1, p. 121-122.

20 Paris, AN, 20150040/13, lettre de Chanal, concierge de Versailles, à Lavallée, secrétaire général des Musées, 15 octobre 1810.

21 Paris, AN, 20150040/13, lettre du comte de Gavre, préfet de Seine-et-Oise, à Vivant Denon, directeur des Musées, 24 avril 1811.

22 Duchesne 1804, p. 60-61.

23 Lavaux 2019, p. 61.

24 Paris, AN, O237, dossier 2, lettre de Dufour, architecte du palais de Versailles, à Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, 28 mai 1811.

25 Paris, AN, O237, dossier 4, lettre de Dufour, architecte du palais de Versailles, à Costaz, intendant des bâtiments de la Couronne, 10 août 1813.

26 Woodberry 2013, p. 308, note du 24 juin 1814.

27 Wansey 1814, p. 85 et 91.

28 Fureix 2009, p. 205-206.

29 Mercer 1870, vol. 2, p. 155. Texte original : « The palace itself, from all its windows-shutters being closed, looked as dismal as the rest. Having secured my horse, I sounded the bell at the palace-gate, which brought out the Suisse, who sounded another bell, which brought a most gentlemanly, but very melancholy-looking young man in the royal livery, who, upon being informed of my wish to see the palace, made a very polite bow, and requested me to follow him. It were needless repeating the history he gave of each splendid apartment, and they appeared innumerable. Solitary and silent, an overpowering sensation of melancholy came over me in comparing their present deserted state with that which had for ever passed. ». La traduction est de l’auteur.

30 Alison et Tytler 1816, vol. 1, p. 88-105.

31 Roots 1909, p. 102.

32 The Monthly Magazine, 1er janvier 1815, p. 514-516.

33 Heurard d’Armieu 1901, p. 188, « journal pour maman » [août 1814].

34 Paris, AN, 20150040/2, lettre du marquis de Vérac à Forbin, directeur du musée du Louvre, 23 août 1822.

35 The Monthly Magazine, 1er janvier 1815, p. 514-516.

36 Neil 1823, p. 370.

37 Journal des débats politiques et littéraires, 6 avril 1814, p. 3.

38 Weston 1817, p. 119.

39 Paris, AN, O1435, lettre de Burette de Verrières, maréchal des logis de la Maison du roi, 2 septembre 1816 : « Les peintres ont donné au personnage héroïque toute la figure et la ressemblance de Bonaparte. J’ai vu l’étonnement et la surprise de la majeure partie des observateurs et le garçon de chambre de cette pièce m’a assuré avoir été obligé de chasser de là des militaires qui venaient devant cette figure adresser leurs adorations à leur Empereur. »

40 Pour la période suivante, voir notamment Constans 2014, p. 287-294.

41 Paris, AN, 20150040/13, lettre de Lauzan, conservateur des peintures de Versailles, au concierge de Trianon, 29 mai 1816.

42 Stanley 1907, p. 306-307.

43 Weston 1817, p. 172.

44 Paris, AN, O132, dossier 3, chemise 2, lettre [non signée] au duc de Bourbon, grand maître de France, 26 mai 1821.

45 Paris, AN, O192, « état pour servir au paiement du traitement des personnes employées aux châteaux de Versailles et Trianon, janvier 1816 ».

46 Information communiquée par M. Jean-François Delmas, conservateur général au musée national du château de Compiègne.

47 Cooper 1837, vol. 1, p. 324. Texte original : « There are few things that can be more usefully studied, or which awaken a greater source of profitable recollections, than a palace that has been occupied by a great and historical court ». La traduction est de l’auteur.

48 Déchy 1869, p. 60.

49 Paris, AN, O138, dossier 2, rapport de l’adjudant du palais du 22 au 23 juillet 1827.

50 Carter 1827, vol. 1, p. 466.

51 Paris, BNF, Mss, NAF 14427, Mémoires de Charles de Rémusat, fos 20-23.

52 Le Corsaire, 25 mai 1830, p. 3.

53 Michelet 1959, p. 117 et 219, notes de juillet 1834 et de janvier 1837.

54 Paris, AN, 20150040/1, rapport de Montalivet à Louis-Philippe, 29 août 1833 : « Il était digne de Votre Majesté de s’occuper du palais de Versailles et de lui donner une destination qui remplaçât celle que le changement de nos mœurs et de nos institutions lui ont fait prendre depuis plus de 40 ans. Ce bel édifice, qui atteste avec tant d’éclat et la grandeur de la France et la splendeur de la Couronne que le vœu de la Nation vous a appelé à porter, a heureusement peu souffert de l’abandon dans lequel il a été laissé si longtemps. Il a échappé à cette déplorable manie qui a privé la France de tant de monuments, soit pour réaliser la mince valeur de leurs matériaux, soit pour épargner la dépense de leur entretien. Votre Majesté a senti que le meilleur moyen de conserver les établissements qui subsistent encore était de leur assigner une destination qui prouvât par ses avantages que leur destruction aurait été une calamité nationale. »

55 Sur les idées de Louis-Philippe et la vision politique de l’histoire portée par le musée de l’Histoire de France, très ancrée dans le contexte historiographique de son époque, voir notamment Gaehtgens 1984, p. 313-315 ; Pomian 2004, p. 111-114 ; Charle 2018, p. 262-267.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles-Éloi Vial, « Visiter Versailles sous l’Empire et la Restauration : musée, palais ou lieu de mémoire ? »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 15 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/26696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.26696

Haut de page

Auteur

Charles-Éloi Vial

Docteur habilité en histoire, Charles-Éloi Vial est archiviste paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale de France, au département des Manuscrits, et chercheur associé au Centre d’histoire du xixe siècle (EA 3550).
Charles-Éloi Vial, PhD, an archivist paleographer, is a curator in the Department of Manuscripts, at the Bibliothèque Nationale de France, and associate researcher at the Centre d’Histoire du xixe siècle (EA 3550).
charles-eloi.vial[at]bnf.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search