Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...23Parcours : des impressions aux ré...La famille Jabłonowski à Versaill...

Parcours : des impressions aux réalisations

La famille Jabłonowski à Versailles au xviiie siècle : impressions et inspirations

The Jabłonowski Family in Versailles in the Eighteenth Century: Impressions and Inspirations
Katarzyna Kuras
Traduction de Justyna Nowakowska

Résumés

La présente contribution a pour but d’interroger les attitudes que les aristocrates polonais adoptent vis-à-vis de Versailles, depuis leurs impressions à la découverte du lieu, jusqu’à la façon dont ils se l’approprient dans leur vie quotidienne et le fonctionnement de leurs résidences en Pologne. Une attention toute particulière est accordée aux séjours de Józef Aleksander Jabłonowski qui se rend à Versailles à plusieurs reprises (1729–1730, 1748, 1756, 1763). Il appartient à une famille polonaise dont les représentants cultivent la tradition du voyage éducatif, ou Grand Tour, en Europe. Pendant ses visites, Józef Aleksander Jabłonowski relate volontiers ses impressions. Il s’intéresse cependant peu au château et semble plutôt utiliser Versailles pour magnifier sa propre image sur la scène politique et sociale en Pologne. Ses séjours à la cour de France et sa proximité avec la famille royale (il est cousin de la reine Marie Leszczyńska) lui confèrent en effet un certain prestige et montrent sa place parmi les représentants de l’élite européenne. Il s’avère néanmoins très difficile de constater une influence directe de Versailles sur le cérémonial ayant cours dans ses résidences, notamment à Lachowice. Les sources disponibles ne permettent pas à ce niveau de tirer des conclusions définitives.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches effectuées pour la réalisation de cette contribution s’inscrivent dans le projet « Transfer kulturowy w badaniach nad dworami nowożytnymi w Europie » (« Le transfert culturel et les recherches sur les cours d’Europe moderne »), financé par le programme Initiative d’excellence (IDEX) de l’université Jagellonne.

Texte intégral

  • 1 Kuras 2016.

1Pour les aristocrates polonais qui voyagent en Europe aux xviie et xviiie siècles, Versailles s’impose comme une référence incontournable. Le château est pour eux le symbole d’un système monarchique dont ils sont peu familiers : en Pologne le pouvoir du roi est électif, mais aussi limité et encadré par un parlement contrôlé par la noblesse. Versailles apparaît aussi comme le point focal d’un royaume qu’ils observent avec beaucoup de distance et d’intérêt, qui en même temps les attire par son aura et sa splendeur, au point de devenir une attraction culturelle et une étape obligée lors des voyages en France1.

  • 2 Gaber 1972, p. 129-157.
  • 3 Kuras 2021.

2Parmi ces voyageurs polonais venus à Versailles au xviiie siècle, les représentants de la famille Jabłonowski tiennent une place remarquable. Jouissant d’un grand prestige en Pologne, ils entretiennent d’étroites relations avec la France, ne serait-ce que par le biais d’Anna Jabłonowska (morte en 1727), fille du grand hetman de la Couronne Stanisław Jan Jabłonowski et mère de Stanislas Leszczyński, roi de Pologne, duc de Lorraine et beau-père de Louis XV. L’installation de ce dernier, d’abord à Chambord puis à partir de 1737 en Lorraine, attire les membres de sa famille à Nancy et à Lunéville qui deviennent ainsi des points de passage obligés de leurs voyages2. Ces visites trouvent tout naturellement leur continuation dans les séjours à Versailles, souvent liés à la cérémonie de présentation à Louis XV et à la rencontre avec son épouse Marie Leszczyńska3. Au cours de ces visites, les voyageurs découvrent le château lui-même, observent le fonctionnement de la famille royale, ainsi que les normes régissant la société de cour. Ils décrivent méticuleusement leurs impressions dans des lettres adressées à leur famille en Pologne. À Versailles comme à Paris, ils procèdent aussi à des achats ou recherchent des artistes, des précepteurs et des cuisiniers à recruter.

3À première vue, le voyage à Versailles semble ainsi apparaître comme un canal privilégié de transferts culturels au sein de la communauté des aristocrates polonais. Cependant, les attitudes des voyageurs à l’égard de la réalité observée sont plus complexes : leurs regards sur l’héritage de Louis XIV sont ambivalents et loin d’être exempts de critiques, voire d’indifférence. L’objectif de cette contribution est de déterminer quelle attitude prévaut dans le cercle familial des Jabłonowski, en particulier après les visites de Józef Aleksander Jabłonowski qui se rend à Versailles à plusieurs reprises. Comment perçoit-il le château de Louis XV et son regard évolue-t-il d’un voyage à l’autre ? Le cas des Jabłonowski incite également à élargir le questionnement : quel rôle Versailles joue-t-il dans la vie des voyageurs polonais issus des milieux aristocratiques ? Est-il l’objet de leur admiration, se laissent-ils séduire par son mythe, voire le recréent-ils ? Enfin, dans quelle mesure les impressions suscitées par le séjour au château les inspirent-elles dans leur vie quotidienne dans la République ?

Cercle de la famille Jabłonowski

  • 4 Zielińska 1977, p. 160-162.
  • 5 Les détails de ce voyage sont analysés dans Markiewicz 2011, p. 99-228.
  • 6 Sur le Grand Tour des aristocrates polonais, voir Orzeł 2021 ; Dumanowski, Figeac et Tollet 2016.

4Les Jabłonowski sont de ces nouveaux magnats dont la carrière prend de l’ampleur au xviie siècle. Le premier à recevoir la charge de sénateur est Stanisław Jan Jabłonowski (mort en 1702), grand hetman de la Couronne et castellan de Cracovie4. Ses fils, Jan Stanisław, Aleksander Jan et Stanisław Karol, stabilisent et poursuivent son œuvre. Entre 1682 et 1688, les deux frères aînés voyagent en Europe, visitant la France, l’Italie, l’Espagne et l’Angleterre. Ils passent l’essentiel de leur temps à Paris où ils étudient au collège jésuite, approfondissant leurs connaissances en astronomie et en mathématiques5. Cette tradition du Grand Tour, c’est-à-dire du voyage éducatif en Europe6, est perpétuée par les descendants de Jan Stanisław et d’Aleksander Jan. Chaque fois, des instructions sont préparées en amont par des membres expérimentés de la famille. Stanisław Jan procède ainsi pour ses fils dans les années 1680, de même ensuite que Jan Stanisław, voïvode de Ruthénie, pour son neveu, Józef Aleksander, en 1728. Les instructions données par le second contiennent, entre autres, les conseils suivants :

  • 7 Markiewicz 2007, p. 84 (« W Wersalu bywać często, aule ver du Roy, na mszy Jego, na obiedzie bywszy (...)

Rendez-vous à Versailles souvent, au lever du roi, assistez à sa messe, et ayant été une fois présenté à lui et à la reine au dîner, Seigneur, vous aurez un accès facile partout, grâce aux Béthun[e]s qui occupent les premières fonctions aux côtés de la personne royale, comme le duc de Charost et son fils, le duc de Béthune7.

  • 8 Dobrzyniecka 1962-1964, p. 225-226 ; Boyé 1926, p. 66.

5Ainsi préparé, Józef Aleksander Jabłonowski voyage à travers la France, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas et l’Angleterre dans les années 1729-1731. Il soutient activement la cause des Leszczyński : en 1733, il transmet la correspondance diplomatique entre Versailles et le beau-père de Louis XV. À partir de 1735, il sert dans l’armée française (combat sur le Rhin) et envisage même d’épouser la princesse de Bouillon puis de s’installer définitivement en France, mais il décide finalement de rentrer au pays et de se réconcilier avec Auguste III8. Il gravit progressivement les échelons des charges de l’État : il devient staroste de Bousk, puis panetier de Lituanie et voïvode de Nowogródek.

  • 9 Cracovie, Biblioteka Książąt Czartoryskich (désormais B. Czart), ms 1162, fo 619, « Raptularz opisu (...)
  • 10 Zatorska et Kamecka 2010, p. 55. La datation du récit est problématique. L’année 1763 est proposée (...)
  • 11 B. Czart, ms 1137 II, n4, lettre de M. Morentin à J. A. Jabłonowski, Versailles, le 16 avril 1761 (...)
  • 12 La copie du récit est incomplète et endommagée, certaines phrases sont difficiles à déchiffrer, les (...)

6À plusieurs reprises, il se rend à Versailles. Différentes sources en témoignent. Son premier séjour dans les années 1729-1730 est relaté dans les lettres adressées à sa mère, Teofila Jabłonowska, née Sapieha. Son voyage de 1733, mentionné brièvement dans la documentation disponible, est lié aux efforts de Stanislas Leszczyński pour récupérer le trône de Pologne9. La visite de 1748, quant à elle, n’est connue que par des sources familiales et les Mémoires du duc de Luynes. Un compte rendu détaillé du voyage de 1756 est en revanche minutieusement présenté par Jabłonowski dans une lettre adressée à sa femme, Karolina, née Radziwiłł. C’est d’ailleurs probablement de cette correspondance que proviennent les informations de presse publiées dans le Kurier Polski. Les sources sont en revanche très lacunaires pour le séjour de 176310. Ce voyage pourrait être lié aux efforts déployés par Jabłonowski en 1761 pour obtenir une place d’associé étranger de l’Académie des sciences et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres11. La reconstitution de ce séjour est possible grâce à un récit fragmentaire qu’il a lui-même écrit en français, documentant notamment ses passages à Versailles12.

Première visite à Versailles : impressions en 1729-1730

  • 13 Ibid., fo 162vo, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Jabłonowska, à Paris, le 29 octobre [1730] (« kró (...)

7Lors de son premier voyage en Europe, Józef Aleksander Jabłonowski peut compter, grâce au roi Stanislas, sur certaines facilités à Versailles. Dans la mesure où les circonstances le permettent, Leszczyński essaye de venir au château lorsque des membres de sa famille s’y rendent en visite : il assume alors le rôle de guide. Il présente ainsi le jeune Jabłonowski à la cour de France et demande de lui octroyer le privilège d’entrer dans le cabinet de la reine Marie. Jabłonowski écrit lui-même à ce sujet : « J’ai été recommandé à la reine française par [blanc] [i.e. le roi Stanislas] pour être toujours autorisé à entrer dans son cabinet quand je le souhaite. Je jouis d’une position particulière parce que j’appartiens à la reine de France13 ».

  • 14 On peut notamment faire le parallèle avec le Hambourgeois Johann Friedrich Armand von Uffenbach (vo (...)
  • 15 Sur le coût de la vie de cour, voir : Da Vinha 2009, Chatenet-Calyste 2013, Newton 2008.
  • 16 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, fo 149, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Jabłonowska, le (...)

8Le séjour à Versailles suscite des émotions ambivalentes chez le jeune voyageur, comme chez bien d’autres14, pour des raisons matérielles. Le problème n’est pas de financer le voyage depuis Paris, mais de revêtir l’ostentation appropriée pour se présenter dans la résidence du roi français15. Pour Jabłonowski qui souffre constamment de difficultés financières, les séjours à Versailles représentent surtout des dépenses supplémentaires. Dans ses lettres à sa mère, il précise ne s’y rendre que dans des situations exceptionnelles, et même lorsqu’il se précipite pour la cérémonie d’hommage de François III, duc de Lorraine, à Louis XV, il indique qu’il le fait à contrecœur. Il s’en plaint d’ailleurs en ces termes : « mais je ne voyage pas pour la grande dépense16 ». En évoquant constamment sa misère pécuniaire, il veut aussi probablement persuader sa mère, Teofila, de rembourser ses dettes et de lui fournir les fonds nécessaires pour poursuivre ses voyages en Europe. L’impossibilité de séjourner à Versailles aussi longtemps qu’il le souhaiterait lui semble être un argument adéquat pour faire face à l’intransigeance maternelle sur cette question.

9Les impressions que Jabłonowski recueille à l’occasion de sa toute première visite à Versailles sont insolites à bien des égards. Les lettres qu’il envoie à sa mère et qui ont un caractère tout à fait privé ne contiennent pratiquement aucune observation sur le château lui-même. Jabłonowski traite Versailles comme un décor. Ce silence ne signifie pas pour autant qu’il ne perçoit pas ou ne comprend pas la splendeur et la vocation du lieu, mais, comme le montrent ses lettres, il est préoccupé surtout par les amitiés et les relations qu’il juge utiles pour remédier à ses problèmes financiers. Il est possible qu’il ait préféré garder pour lui ses impressions en matière d’esthétique. Cela peut être dû à sa sensibilité, mais plus probablement à un sentiment de supériorité sociale et intellectuelle qui ne lui est pas étranger. L’admiration pour le château de Louis XIV ne correspond ni à son caractère ni à sa vision du monde. Le lieu est en outre probablement bien connu des Jabłonowski, en raison de la position et du prestige de la famille tout comme des liens entretenus avec les Leszczyński, ce qui peut expliquer, dans une certaine mesure, la forme laconique des descriptions et des relations ultérieures émanant de Józef Aleksander.

Visite à Fontainebleau en 1748

  • 17 Boyé 1926, p. 67 ; Luynes 1860-1865, t. IX, p. 93. Aucune lettre concernant cette visite de 1748, c (...)

10En dépit des premières difficultés rencontrées, Józef Aleksander Jabłonowski se rend de nouveau à la cour française dix-huit ans plus tard, en 1748, pour une plus longue période. Il est alors un homme plus mûr que durant son Grand Tour (à partir de 1744, il occupe la fonction de grand panetier de Lituanie) et, ce qui est tout aussi important, il est financièrement indépendant. Il jouit d’un renom dans le monde des sciences et de la littérature en tant qu’auteur, entre autres, de Lempire des Sarmates (Halle, 1742) et de Tabulae Jablonovianae (Amsterdam, 1747)17. Les témoignages dont nous disposons au sujet de cette seconde visite sont diamétralement opposés à ceux décrivant la première. À Fontainebleau, Jabłonowski est, pour reprendre ses propres mots, le favori de la reine :

  • 18 LNB, f. 103, dz. IX, Archiwum Sapiehów z Krasiczyna, teka 836, f243vo, « Ród książąt z Prussów Ja (...)

Là, donc, tant que la cour y résida, Sa Majesté la reine de France ne le laissait pas partir, le prince panetier lui rendait visite plusieurs fois par jour, et chaque jour presque en audience privée, pendant plusieurs heures jusqu’à une partie de cartes ou une comédie, et puisqu’il était son parent et polonais, elle se divertissait agréablement. Là, il a reçu de cette reine une tabatière en or pur, richement sertie de diamants, d’une valeur de plusieurs milliers18.

  • 19 Luynes 1860-1865, t. IX, p. 101.

11Le duc de Luynes rapporte cette visite de Jabłonowski de manière plus lapidaire. Il note que la reine est réellement surprise de voir son cousin présent lors de sa toilette – il a pu entrer dans la chambre grâce à la dame d’honneur, la duchesse de Luynes. Saluant la souveraine, il lui parle un moment en polonais. On suppose à la cour qu’il souhaitait lui confier un secret. Le même jour, Marie Leszczyńska avoue à ses amis que son cousin ne faisait que lui relater les affaires concernant son voyage et qu’il est venu à Versailles dans un but plutôt imprécis. On estime qu’il va rapidement rentrer en Pologne où la session de la Diète a été convoquée19. Le duc de Luynes ne fait ainsi pas état du fort enthousiasme et de l’atmosphère familiale pleine d’intimité exprimés par celui qui se dit le favori de la reine. On s’imagine en Pologne que Marie Leszczyńska reçoit en grande pompe ses compatriotes, créant chez ces derniers des attentes probablement souvent déçues.

12Bien que nous ne disposions pas de lettres de ce second séjour, en confrontant les récits circulant dans le cercle familial avec les Mémoires du duc de Luynes, nous pouvons reconstituer l’avis personnel de Jabłonowski et identifier les objectifs qu’il tente d’atteindre. Ses rencontres avec la reine et les cadeaux qu’il reçoit lui fournissent une occasion, utile et pratique, d’exploiter le mythe de Versailles tel qu’il le perçoit. Pour les raisons que j’ai déjà évoquées avec les lettres des années 1729-1730, Jabłonowski ne souhaite pas participer à la construction ou à la diffusion de ce mythe : Versailles ne l’intéresse que dans sa dimension sociale, politique et symbolique pouvant nourrir sa propre splendeur, grâce à la renommée dont jouit le château de Louis XIV et dont les aristocrates polonais sont conscients. C’est sans doute pour cette raison que Jabłonowski crée lui-même ou inspire la création d’une vision idéalisée de son séjour de 1748, totalement différente des récits d’autres témoins comme le duc de Luynes.

Cérémonie de réception dans l’ordre du Saint-Esprit

  • 20 La Gazette de France, 12 juin 1756, no 24, p. 283.
  • 21 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz.1, f80vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonows (...)

13En janvier 1756, la Gazette de France annonce que Jabłonowski, devenu voïvode de Nowogródek l’année précédente, est promu chevalier de l’ordre du Saint-Esprit20. En réponse à cet insigne honneur, il décide de se rendre à Versailles pour participer personnellement à la prestigieuse cérémonie de remise du collier. Dès son premier jour au château, il rend visite à plusieurs personnes. Il est solennellement présenté à Louis XV et à la famille royale par le premier gentilhomme de la Chambre du roi, le duc de Fleury. Il s’adresse ensuite à la reine, par laquelle il est « très bien reçu », et note : « Je l’ai même embrassée plusieurs fois contre la coutume »21.

  • 22 La Gazette de France, 12 juin 1756, no 24, p. 283-284.
  • 23 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz.1, f80vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonows (...)
  • 24 Ibid., f83.
  • 25 B. Czart, ms 1137 II, n2, lettre de M. Morentin à M. Jacques Hulin, Versailles, le 12 novembre 17 (...)

14Jabłonowski alterne ses visites à Versailles avec des séjours à Paris où il procède à des achats et collecte du matériel documentaire pour la généalogie de la famille22. Il savoure sa popularité et note soigneusement tous les compliments qu’il reçoit. Il est particulièrement satisfait des gestes favorables du roi. Il relate dans ses lettres que, lors de sa présentation, Louis XV a avancé de « 10 pas vers moi […]. Il a écouté avec attention mes compliments et a répondu “Je suis bien aise de vous l’avoir donné” [i. e. le collier de l’Ordre]23 ». Toujours selon l’impétrant, pendant la cérémonie elle-même, c’est encore le roi qui ajuste personnellement son manteau et veille à ce que le collier soit suspendu d’une manière appropriée et digne d’un chevalier24. Jabłonowski se sent ainsi flatté et apprécié à la cour : non seulement il est estimé de la reine, sa cousine, et du dauphin, mais il a aussi obtenu une distinction prestigieuse à laquelle, comme il le fait remarquer lui-même, il n’avait pas postulé, et qui, comme il le souligne fièrement, est très rarement décernée à des étrangers25.

  • 26 Ses impressions enthousiastes contrastent une fois de plus avec le style concis du duc de Luynes qu (...)
  • 27 Kuras 2016, p. 73-77.
  • 28 Le parti pro-français dans la République au xviiie siècle n’a été que partiellement étudié. Voir : (...)
  • 29 Kurier Polski, 1756, no 156, p. 2-3.
  • 30 Ces aspects ont déjà été soulignés par Betlej 2010, p. 238.

15Une fois encore, Jabłonowski s’intéresse moins au fonctionnement de la cour qu’à la façon dont on l’y perçoit : il considère Versailles, de même qu’en 1748, comme un faire-valoir, une scène célèbre, sur laquelle le seul fait d’apparaître donne l’occasion de se promouvoir. Cette popularité factice26, créée artificiellement à partir de ses séjours dans le château de Louis XIV, peut, jusqu’à un certain point, influencer la perception que l’on a de lui dans la République de Pologne. Les liens avec Versailles augmentent considérablement le prestige et l’importance de Jabłonowski, en particulier aux yeux de la noblesse associée à la France et au parti pro-français27. Ce n’est pas un groupe particulièrement influent sur la scène politique, mais il jouit d’une position relativement stable sous les Wettin et au début du règne de Stanisław August Poniatowski28. Ainsi, pour ces sympathisants français présents en Pologne, il est significatif qu’en 1756, le Kurier Polski publie un compte rendu de la cérémonie au cours de laquelle Louis XV remet au voïvode le collier de l’ordre du Saint-Esprit29. Les détails qui y figurent ressemblent à la description des événements contenue dans la lettre de Jabłonowski à sa femme Karolina. Il est donc possible que la chronique de presse s’appuie sur le matériel épistolaire, consciemment fourni aux rédacteurs du journal afin qu’ils puissent relater la cérémonie en détail et ainsi mettre en valeur le personnage principal30.

  • 31 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz. 1, fo 83vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonow (...)
  • 32 B. Czart, ms 1135, f34, lettre de J. A. Jabłonowski à M. Leszczyńska, sans lieu, sans date (« o s (...)

16La visite de 1756 fait néanmoins écho à certains problèmes déjà rencontrés dans le passé. Le voïvode se réjouit sans aucun doute du séjour à Versailles mais, en même temps, admet qu’il implique des coûts faramineux. Il dépense l’essentiel de l’argent apporté en France pour la cérémonie : il doit acheter une tenue adaptée et couvrir les frais de nourriture et de courrier. Il évite d’emprunter et précise à sa femme Karolina que, en raison des dépenses engagées, elle ne doit pas s’attendre à recevoir de nombreux cadeaux31. Dans un brouillon non daté d’une lettre à la reine Marie, il explique pourquoi il se rend si rarement à Versailles : « Je fais construire, je paie mes dettes, c’est pourquoi je vois rarement la cour32 ». Cette rhétorique est très similaire à celle de 1730. Cependant, alors qu’auparavant Jabłonowski essayait de soutirer le maximum de la cassette maternelle sous prétexte d’un séjour coûteux au château de Louis XV, en 1756, avançant des arguments similaires, il ne veut pas trop dépenser ni trop s’endetter…

Versailles en 1763 : nouvelles impressions

  • 33 Jakubowski 1882, p. 56, lettre de W. Jakubowski à J. K. Branicki, Varsovie, le 30 août 1762 ; LNB, (...)
  • 34 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz. 1, fo 8.

17Le voïvode de Nowogródek passe l’automne et l’hiver 1762 en Italie. Dans la région d’Ischia, il fait une cure thermale, puis se rend à Rome et à Venise33. Arrivé à Versailles dans les derniers jours de mars 1763, il loge à l’hôtel de Melun et se rend directement au château royal où, accompagné d’un premier gentilhomme de la Chambre du roi, le duc de Duras, il participe à la cérémonie du lever qu’il ne commente en aucune façon. Cet épisode montre que son titre de chevalier de l’ordre du Saint-Esprit ne lui octroie pas systématiquement les entrées : pour en bénéficier, il n’a d’autre choix que de solliciter les courtisans avec lesquels il a tissé des liens d’amitié par le passé. À Versailles, il se déplace ainsi de manière chaotique : il doit localiser les personnes qu’il a déjà rencontrées et qui peuvent l’introduire dans les appartements des membres de la famille royale. La journée, il rend des visites de courtoisie ; le soir, il retourne chez la reine et assiste à son souper34.

  • 35 Ibid., f345vo (en français dans le document original). Voir dans ce même volume la contribution d (...)

18Le matin du 27 mars, dimanche des Rameaux, il se rend de nouveau à Versailles. Il est introduit dans la chambre de la dauphine Marie-Josèphe par sa dame d’honneur, la duchesse de Brancas, puis passe les heures suivantes à errer dans le château. Il attend jusqu’au soir le Grand Couvert du roi qui se tient dans l’antichambre de la reine. Au cours de la cérémonie, le voïvode note avec satisfaction chaque signe d’attention émanant du roi, il déplace lui-même le fauteuil de la reine et prend une certaine part, difficile à déterminer, à la conversation. Le 29 mars, il rencontre le secrétaire d’État des Affaires étrangères, le duc de Praslin, et le secrétaire d’État de la Guerre et de la Marine, le duc de Choiseul, avec lesquels il discute de la situation de la République. Il semble croiser inopinément la marquise de Pompadour qui sort de la chapelle et l’invite chez elle. Jabłonowski est impressionné par son éloquence, ainsi que par sa connaissance des affaires d’Europe centrale et orientale. Il note : « plus qu’un ministre, esprit fin et bien avancé dans celui du Roi35 ».

19Bien que la visite du voïvode à Versailles en 1763 soit connue de manière fragmentaire et soit influencée par sa compréhension de la notion de prestige, elle révèle l’expérience gagnée au fil des voyages et la facilité qui en découle pour se déplacer dans le château. À ce stade de sa vie et de sa carrière, il présente les qualités caractéristiques des habitués des salons : il se sert des connaissances acquises, rend des visites et, en même temps, prend note de tout signe d’intérêt de la part du roi et des personnes influentes de son entourage. Comme pour les voyages précédents à Versailles, le style de Jabłonowski est concis et le récit se concentre sur lui seul en tant que principal protagoniste des événements qui se déroulent à la cour. Il est vain d’y chercher des impressions ou des commentaires sur le château, la vie curiale ou le quotidien royal ritualisé, qui à ses yeux ne semblent pas pertinents pour le public polonais auquel il adresse ses lettres. Pour lui, le mythe de Versailles est surtout celui d’une cour, d’un réseau de personnes, où se construit une réputation faisant écho en France comme en Pologne.

Inspirations ?

  • 36 Sur les transferts culturels, voir Espagne et Werner 1985 ; Werner et Zimmerman, 2004 ; Middell 200 (...)
  • 37 Cf. Watanabe-O’Kelly 2016, p. 279-292.
  • 38 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, fo 31, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Sapieha, Rome, le (...)
  • 39 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, f156vo, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Sapieha, sans (...)

20Les voyages, en particulier ceux à Versailles, favorisent les processus d’échange culturel et stimulent la curiosité naturelle36. Les récits, lettres et commentaires des voyageurs sont une source d’informations sur la perception d’une réalité qui diffère des modèles dominants dans la culture indigène. Le transfert culturel dans le cas de la famille Jabłonowski est unilatéral et caractéristique de la sphère à laquelle elle appartient37. Il consiste surtout à importer des marchandises de l’étranger, à noter les changements de mode et de style en général, à trouver des spécialistes particulièrement recherchés dans les cours nationales, notamment des précepteurs, des artistes et des cuisiniers, et, enfin, à négocier leur embauche dans la République. Le rôle de Józef Aleksander Jabłonowski dans ces activités, notamment celles liées à Versailles, est limité. L’exemple de ses voyages dans les années 1729-1730 le prouve manifestement. Le staroste de Bousk est plus charmé par la dentelle de Bruxelles et les raretés italiennes que par la cour de Louis XV. Lorsqu’il quitte Versailles et se retrouve dans le nord de l’Italie, il se réjouit de faire la connaissance d’un bourgeois de Lucques qui « lui a envoyé […] 6 grandes quantités de divers vins, des confitures, des animaux, du chocolat, du café, des mortadelles de Bologne, des parmesans et autres choses38 ». Il ne s’est pas intéressé à ce type de marchandise en France. Là, il se limite à la médiation pour l’embauche d’une seule personne : « Il y a un cuisinier qui veut 3 000 par an. Il est très bon. Je négocie, mais sans lui proposer un acompte39 ». Il est impossible de savoir si ce cuisinier est venu en Pologne. Le résultat de ces négociations reste inconnu.

  • 40 La plupart de ces résidences n’existent plus et les matériaux iconographiques proviennent d’une pér (...)

21Ce qui est frappant, dans tous les récits de Jabłonowski concernant ses séjours à Versailles, c’est l’absence d’information sur l’architecture du château. Indépendamment de l’expérience et du but de la visite, le cousin de Marie Leszczyńska semble complètement indifférent à la splendeur matérielle entourant les rois de France – à moins qu’il n’omette consciemment certains commentaires pour se présenter comme un homme difficile à impressionner. Compte tenu du nombre de résidences dont il dispose en République et de l’importance qu’il attache à leur style, il ne peut être considéré comme ignorant dans le domaine de l’architecture ou de la décoration intérieure. Cependant, en raison de l’état de conservation de ces résidences, il est très difficile de déterminer l’influence éventuelle du style de Louis XIV ou de Louis XV40. On sait que Jabłonowski mobilise ses contacts et agents étrangers (dont Wojciech Jakubowski) pour rechercher des plans ou des esquisses. Il profite du marché international accessible à l’élite de l’époque pour commander des plantes en Hollande et des plans à Paris. Certes, certains éléments de l’aménagement intérieur de ses résidences à Lachowice et à Jabłonowo Litewskie, tels que les galeries spacieuses décorées de grands miroirs ou les cours de parade, semblent imiter les solutions utilisées à Versailles, mais ils peuvent aussi témoigner du fort ancrage de Jabłonowski ou des architectes qu’il a engagés dans le style représentatif du baroque tardif.

  • 41 Cette expression fait référence à Le Roy Ladurie 1997, p. 38-39.
  • 42 B. Czart, ms 1162, fos 616-617, « Raptularz opisu domu ». Dans ce texte, rédigé à la fin de sa vie, (...)
  • 43 Voir Łoziński 1964, p. 59-60 et Betlej 2010, p. 232.
  • 44 Cieszkowski 1867. Les autres usages ne sont connus que de manière fragmentaire : LNB, f. 141, ms 57 (...)

22Pour le voïvode, Versailles est avant tout un « système41 », un groupe de personnes réunies autour d’un roi et reliées entre elles par différents intérêts, parmi lesquelles il lui faut naviguer pour obtenir des honneurs42. Comme il sied à un observateur avisé, il reconstitue sans difficulté les réseaux de dépendances, rassemble des informations sur le château et ses habitants et, enfin, les utilise pour se situer avec une facilité croissante au sein de la société de cour. Aux yeux de Jabłonowski, le système curial est lié aussi, et surtout, à un rythme de vie régi par le cérémonial et l’étiquette qu’il ne commente pas mais mentionne dans la mesure où il y prend part. Sans doute lors de ses séjours en France se familiarise-t-il avec ces normes. Mais la question de savoir s’il s’inspire réellement de Versailles pour créer son propre cérémonial reste ouverte. Il semblerait que ce soit le cas, puisqu’après son retour en République il s’attelle avec un tel zèle à instaurer une étiquette qu’il devient aux yeux de ses contemporains et des historiens une figure archétypale43. Il convient de vérifier si cette opinion est justifiée, d’autant plus que la seule source sur le quotidien au château Jabłonowski de Lachowice reste Pamiętnik angdotyczny z czasów Stanisława Augusta, texte écrit a posteriori par Ludwik Cieszkowski et donc de seconde main44.

  • 45 Ibid., p. 46 (« wspaniale poprzebierani pokojowcy, którzy w jego imaginacyi służbę szambelanów pełn (...)
  • 46 Ibid., p. 47 (« napuszonym stylem »).
  • 47 Ibid., p. 48-49.

23Selon cet auteur, un espace cérémoniel spécial est ainsi créé à l’initiative de Jabłonowski dans le château de Lachowice. Il s’agit d’une salle d’audience, où le prince tient une réunion solennelle avec les intendants de son domaine le jour de sa fête, la Saint-Joseph, le 19 mars. Ce jour-là, à 9 heures du matin, il prend place sur un trône aux côtés de son épouse, richement paré de vêtements décorés de toutes les distinctions reçues de divers rois. Il est aussi entouré de « valets magnifiquement habillés qui, dans son imagination, servaient de chambellans45 ». C’est ainsi en grande pompe que Jabłonowski reçoit les intendants qui, élégamment habillés, se présentent devant lui, en apportant dans un sac le montant dû pour l’année de fermage. Après être entrés dans la salle, ils doivent s’incliner trois fois, puis présenter leurs vœux au magnat et lui remettre l’argent. Jabłonowski leur répond avec un « style pompeux46 », avant qu’ils ne se retirent sur le côté de la pièce et observent les étapes suivantes de la cérémonie. À la fin de l’audience, le prince, ses courtisans et ses intendants se rendent à la chapelle du château pour une messe solennelle en musique. Vers 13 heures, Jabłonowski retourne dans ses appartements, s’enferme dans son cabinet et y dîne. Les autres invités prennent le repas dans la grande salle. La porte reliant les deux pièces n’est ouverte que pour porter un toast à la santé de l’hôte. Le soir, en présence du prince, a lieu un souper, suivi de danses et de feux d’artifice47.

  • 48 Betlej 2010, p. 234.
  • 49 Sur la cour de Dresde, voir Watanabe-O’Kelly 2002 ; sur la cour de Munich, voir Klingensmith 1993 ;(...)

24À la lumière de ce récit, il ne fait aucun doute que le prince attache une grande importance aux rituels. Il est toutefois difficile d’y trouver des références évidentes et directes à Versailles, contrairement à ce qu’affirment nombre d’historiens48. Le cérémonial créé par Jabłonowski est extrêmement éclectique : Versailles a pu être une source d’inspiration, de manière directe ou indirecte, mais elle n’est pas la seule. Le style de vie à la manière de Louis XIV était populaire dans diverses cours que le voïvode a pu découvrir à l’occasion de ses voyages, par exemple à Dresde ou à Munich49. En outre, cet ensemble de règles est adapté à la réalité polonaise et, en partie, remodelé sans toutefois parvenir à répondre aux besoins du public visé, en dépit d’une grande liberté dans le choix des modèles. La noblesse polonaise perçoit en effet certaines décisions comme très artificielles, par exemple le manteau d’hermine endossé par Jabłonowski ou les ordres (Saint-Esprit notamment) que celui-ci porte lors des cérémonies. De ce fait, aux yeux de son entourage, le prince voïvode devient une figure caricaturale, voire ridicule. Une opinion similaire est exprimée à l’égard de son épouse qui, devenue veuve,

  • 50 Cité par Betlej 2010, p. 236 : « Mieszkając w Steblewie, w drewnianym dworku, kazała się nazywać ks (...)

vivant à Steblewo dans un manoir en bois, se faisait appeler princesse de l’Empire. Elle avait une sorte de trône dans une de ses chambres, sur lequel elle s’asseyait. Ses officiers représentaient les envoyés de diverses nations avec des costumes appropriés et donnaient des comptes rendus de leurs missions, en prononçant de terribles sottises50.

Conclusion

  • 51 Jabłonowski 1858, p. 13.

25Les voyages en Europe connus sous le nom de « Grands Tours » constituent un élément fondamental de l’éducation des membres de la famille Jabłonowski aux xviie et xviiie siècles. Pourtant, le doyen de la famille et pionnier de ces voyages, Jan Stanisław Jabłonowski, se montre dans son ouvrage Skrupuł bez skrupułu ouvertement sceptique quant aux avantages que pourrait procurer le contact des Polonais avec les étrangers, fondant ses opinions, entre autres, sur ses propres expériences de jeunesse. Il souligne que les voyages servent à façonner des modèles de comportement artificiels plutôt que la véritable vertu51. Au xviiie siècle, les membres de la famille Jabłonowski parcourent le Vieux Continent en compagnie de précepteurs, acquérant ainsi une connaissance théorique et pratique du monde. La France est un incontournable sur la carte de ces voyages et, après le mariage de Louis XV et Marie Leszczyńska, un séjour à la cour de Versailles s’impose. Étant parents de la reine, les Jabłonowski sont autorisés à assister aux grandes cérémonies de la cour ainsi qu’aux réunions intimes organisées dans les appartements des membres de la famille royale. Ils observent un style de vie très éloigné des formes dominantes dans la République du temps de la maison de Wettin. Au xviiie siècle, les voyages en France à des fins de sociabilité ou de divertissement (et non plus seulement les Grands Tours éducatifs) deviennent monnaie courante dans la famille Jabłonowski, ainsi représentante d’une pratique caractéristique de l’aristocratie européenne.

26Les visites à Versailles sont un point particulièrement central dans les réflexions intellectuelles et émotionnelles de Józef Aleksander Jabłonowski, qui s’y rend à plusieurs reprises entre 1729 et 1763. Il écrit volontiers sur ses voyages, mais pas nécessairement sur le château lui-même : au lieu de le glorifier ou d’en faire l’éloge, il l’utilise pour magnifier son image sur la scène politique et sociale polonaise. Ses séjours dans le château de Louis XIV, sa proximité avec le roi et la reine, les distinctions et les cadeaux qu’il reçoit lui confèrent du prestige et montrent qu’il a sa place parmi les représentants de l’élite européenne. Bien que Jabłonowski n’écrive pas explicitement sur le mythe de Versailles, il le mobilise pour manifester sa propre gloire, résultant de sa participation à la splendeur de la cour royale française. Dans cette construction du récit, Versailles n’est que le décor pour le personnage principal qu’il incarne.

27Le mythe de Versailles n’est donc présent qu’indirectement dans les impressions de voyage de Jabłonowski. Y voir une source d’inspiration s’avère plus complexe encore. Les sources qui subsistent ne permettent pas de tirer de conclusions claires sur ce sujet. Il est possible que le château de Louis XIV ait été, dans une certaine mesure, un modèle lors de la création du cérémonial à observer au château de Lachowice, mais Jabłonowski crée son univers ritualisé avec une telle liberté qu’il est difficile d’y trouver une influence directe. Lorsqu’il reçoit ses intendants, il porte par exemple les insignes des ordres, dont probablement celui du Saint-Esprit, combinant ainsi symboliquement les réalités polonaise et française.

28Finalement, le cas de Jabłonowski montre surtout que le mythe de Versailles est actif dans l’imaginaire collectif de la noblesse polonaise au xviiie siècle. Aux yeux de ses représentants, la fréquentation du château de Louis XIV est un vecteur de prestige portant au-delà des frontières françaises. C’est pourquoi les princes qui s’y rendent, à l’instar de Jabłonowski, prennent soin de diffuser des informations sur leurs visites, notamment sur leurs succès. Ce faisant, ils ne se limitent pas aux échanges épistolaires privés, mais s’adressent également à la presse, un média d’une portée considérable accessible à un large public dans la République de Pologne au xviiie siècle.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Cieszkowski Ludwik, 1867, Pamiętnik anegdotyczny z czasów Stanisława Augusta Poniatowskiego, éd. J. I. Kraszewski, Poznań, Księgarnia Jana Konstantego Żupańskiego.

Jabłonowski Jan Stanisław, 1858, Skrupuł bez skrupułu, albo Oświecenie grzechów narodowi naszemu polskiemu zwyczajniejszych, a za grzechy nie mianych : traktat po prostu grzechy roztrząsający, na rozdziały podzielony przez pewnego Polaka temiż grzechami grzesznego, ale żałującego, na poprawę swoję i ludzką podany, éd. K. J. Turowski, Cracovie, Wydawnictwo Biblioteki Polskiej.

Jakubowski Wojciech, 1882, Listy Wojciecha Jakubowskiego do Jana Klemensa Branickiego w. hetmana koronnego : z lat 1758–1771, éd. J. Bartoszewicz, Varsovie, Nakładem Świdzińskich.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), publiés sous le patronage de M. le duc de Luynes par L. Dussieux et E. Soulié, Paris, Firmin Didot, 17 vol.

Études

Adamson John (éd.), 1999, The Princely Courts of Europe : Ritual, Politics and Culture under the Ancien Régime, 1500-1750, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Betlej Andrzej, 2010, Sibi, Deo, Posteritati : Jabłonowscy a sztuka w XVIII wieku, Cracovie, Societas Vistulana.

Boyé Pierre, 1926, La cour polonaise de Lunéville, Nancy, Berger-Levrault.

Chatenet-Calyste Aurélie, 2013, Une consommation aristocratique, fin de siècle : Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti, 1731-1803, Limoges, Pulim.

DVinha Mathieu, 2009, Le Versailles de Louis XIV : le fonctionnement d’une résidence royale au xviie siècle, Paris, Perrin.

Dobrzyniecka Janina, 1962-1964, s. v. « Jabłonowski Józef Aleksander », dans Polski Słownik Biograficzny, t. X, Horoch Mieczysław-Jarosiński Paweł, Wrocław/Varsovie/Cracovie, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, wydawnictwo Polskiej Akademii Nauk, p. 225-228.

Dumanowski Jaroslaw, Figeac Michel et Tollet Daniel (dir.), 2016, France-Pologne : contacts, échanges culturels, représentations (fin xvie-fin xixe siècle), Paris, Honoré Champion.

Durbas Małgorzata, 2013, Akademia Stanisława w Nancy (1750-1766), Cracovie, Libron.

Espagne Michel et Werner Michael, 1985, « Deutsch-französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem neuen interdisziplinären Forschungsprogramm des C.N.R.S », Francia [en ligne], no 13, p. 502-510. URN : http://nbn-resolving.de/urn:nbn:de:bsz:16-fr-521203 (PDF) ; DOI : https://doi.org/10.11588/fr.1985.0.52120.

Gaber Stéphane, 1972, L’entourage polonais de Stanislas à Lunéville (1737-1766), thèse de 3e cycle d’histoire sous la dir. de Zygmunt Markiewicz et René Taverneaux, université de Nancy.

Gaehtgens Thomas W., Bussmann Frédéric, Castor Markus A. et Henry Christophe (dir.), 2017, Versailles et l’Europe: l’appartement monarchique et princier. Architecture, décor, cérémonial, Heidelberg, Arthistoricum.net. URL : https://books.ub.uni-heidelberg.de/arthistoricum/catalog/book/234 ; DOI : https://doi.org/10.11588/arthistoricum.234.309.

Göbel Angela, 2020, « Entre admiration et critique : Johann Friedrich Armand von Uffenbach à Versailles (1715) », dans Da Vinha M., Leroux F. et Sabatier G. (dir.), Récits de voyages à Versailles (xviie-xixe siècles), Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 8 décembre 2020. URL : https://journals.openedition.org/crcv/18572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18572.

Klingensmith Samuel John, 1993, The Utility of Splendor : Ceremony, Social Life and Architecture at the Court of Bavaria, 1600-1800, Chicago, The University of Chicago Press.

Kuras Katarzyna, 2016, « Louis XIV in the opinions of the Polish gentry and magnates : from fascination to fear of absolutum dominium », Prace Historyczne, vol. 143, no 1, p. 69-87. URL : https://www.ejournals.eu/Prace-Historyczne/2016/Numer-1/art/7098/ ; DOI : https://doi.org/10.4467/20844069PH.15.001.4927.

Kuras Katarzyna, 2021, « Les Polonais à la cour de Marie Leszczyńska », dans Forycki M., Kula K. et Leroux F. (dir.), Versailles et la Pologne, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 26 avril 2021. URL : https://journals.openedition.org/crcv/19272 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.19272.

Le Roy Ladurie Emmanuel (avec la collab. de Jean-François Fitou), 1997, Saint-Simon ou le système de la cour, Paris, Fayard.

Leroux Flavie, 2020, « Les historiens et le mythe de Versailles en Europe, des années 1960 à nos jours », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 16 octobre 2020. URL : https://journals.openedition.org/crcv/18247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.18247.

Łoziński Władysław, 1964, Życie polskie w dawnych wiekach, Cracovie, Wydawnictwo Literackie.

Markiewicz Anna, 2007, « Instrukcja wojewody ruskiego Jana Stanisława Jabłonowskiego dla wyruszającego w podróż zagraniczną bratanka Józefa Aleksandra Jabłonowskiego z 1728 roku », Studia Historyczne, vol. 50, no 1 (197), p. 79-89.

Markiewicz Anna, 2011, Podróże edukacyjne w czasach Jana III Sobieskiego : Peregrinationes Jablonovianae, Varsovie, DiG.

Middell Matthias, 2008, « Historische Komparatistik und Kulturtransferforschung : vom bilateralen Beispiel zu Beiträgen für eine globale Geschichte », dans Colliot-Thélène C. (dir.), Comparatisme européen et au-delà, Eurostudia [en ligne], vol. 4, n2. URI : https://id.erudit.org/iderudit/000396ar ; DOI : https://doi.org/10.7202/000396ar.

Newton William Ritchey, 2008, Derrière la façade : vivre au château de Versailles au xviiie siècle, Paris, Perrin.

Orzeł Joanna, 2021, « Versailles dans le système éducatif des nobles et des magnats de la République des Deux Nations », dans Forycki M., Kula K. et Leroux F. (dir.), Versailles et la Pologne, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 26 avril 2021. URL : https://journals.openedition.org/crcv/19327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.19327.

Rostworowski Emanuel, 1970, « La France de Louis XV et la Pologne: politiques – langues – livres », Acta Poloniae Historica, vol. 22, p. 73-89.

Watanabe-O’Kelly Helen, 2002, Court Culture in Dresden : from Renaissance to Baroque, Basingstoke/New York, Palgrave Macmillan.

Watanabe-O’Kelly Helen, 2016, « Cultural Transfer and the Eighteenth-Century Queen Consort », German History, vol. 34, no 2, p. 279-292. URL : https://academic.oup.com/gh/article/34/2/279/2605039 ; DOI : https://doi.org/10.1093/gerhis/ghw002.

Werner Michael et Zimmerman Bénédicte, 2004, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Le Genre humain [en ligne], no 42, 2004/1, p. 15-49. URL : https://www.cairn.info/revue-le-genre-humain-2004-1-page-15.htm ; DOI : https://doi.org/10.3917/lgh.042.0015.

Zatorska Izabella et Kamecka Małgorzata, 2010 [2000], Les Polonais en France 1696-1795 : bio-bibliographie provisoire, 2e éd., Pruszków (Łask), Leksem.

Zielińska Teresa, 1977, Magnateria polska epoki saskiej, Wrocław, Ossolineum.

Haut de page

Notes

1 Kuras 2016.

2 Gaber 1972, p. 129-157.

3 Kuras 2021.

4 Zielińska 1977, p. 160-162.

5 Les détails de ce voyage sont analysés dans Markiewicz 2011, p. 99-228.

6 Sur le Grand Tour des aristocrates polonais, voir Orzeł 2021 ; Dumanowski, Figeac et Tollet 2016.

7 Markiewicz 2007, p. 84 (« W Wersalu bywać często, aule ver du Roy, na mszy Jego, na obiedzie bywszy raz prezentowany mu i królowej będziesz WMMci Pan miał łatwy akcess wszędzie, ile przez PP. Béthunów, którzy najpierwsze koło osoby królewskiej trzymają urzędy, jako to le Duc de Charost i syn Jego, le Duc de Béthune ») Toutes les citations originales en polonais ont été traduites en français par la traductrice de la présente contribution, Justyna Nowakowska.

8 Dobrzyniecka 1962-1964, p. 225-226 ; Boyé 1926, p. 66.

9 Cracovie, Biblioteka Książąt Czartoryskich (désormais B. Czart), ms 1162, fo 619, « Raptularz opisu domu ».

10 Zatorska et Kamecka 2010, p. 55. La datation du récit est problématique. L’année 1763 est proposée sur la base du dimanche des Rameaux cité par Jabłonowski.

11 B. Czart, ms 1137 II, n4, lettre de M. Morentin à J. A. Jabłonowski, Versailles, le 16 avril 1761 ; B. Czart, ms 1138 II, no 4, lettre de M. Le Beau à J. A. Jabłonowski, sans lieu, le 4 septembre 1761. Cette question est analysée en détail par Durbas 2013, p. 131-135.

12 La copie du récit est incomplète et endommagée, certaines phrases sont difficiles à déchiffrer, les pages sont disposées de manière chaotique. Lviv, Bibliothèque scientifique V. Stefanik (désormais LNB), f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, fos 315, 343-345vo.

13 Ibid., fo 162vo, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Jabłonowska, à Paris, le 29 octobre [1730] (« królowej francuskiej rekomendował mie [król Stanisław], żeby mi zawsze było wolno wniść do jej gabinetu, kiedy zechcę. Dosyć z dystynkcyją tu jestem z tej racyi, że należę do królowej francuskiej »).

14 On peut notamment faire le parallèle avec le Hambourgeois Johann Friedrich Armand von Uffenbach (voir Göbel 2020).

15 Sur le coût de la vie de cour, voir : Da Vinha 2009, Chatenet-Calyste 2013, Newton 2008.

16 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, fo 149, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Jabłonowska, le 6 février [sans année] (« ale ja dla wielkiego kosztu nie jeżdżę »).

17 Boyé 1926, p. 67 ; Luynes 1860-1865, t. IX, p. 93. Aucune lettre concernant cette visite de 1748, combinée avec un séjour à Lunéville, n’a été conservée.

18 LNB, f. 103, dz. IX, Archiwum Sapiehów z Krasiczyna, teka 836, f243vo, « Ród książąt z Prussów Jabłonowskich herbu Nagody pospolicie zwanym Pruss trzeci » (« tam tedy póki dwór mieszkał królowa Jejmość francuska puścić go nie chciała, u które razy kilka na dzień bywał książę stolnik, a co dzień prawie na prywatnej audiencyi, od wtórej kilka godzin aż do kart v[el] komedii i jako z krewnym swoim i Polakiem bawiła się mile. Tandem od tejże monarchini tabakierą szczerozłotą suto w diamenty oprawną regalizowany valoris kilkunastu tysięcy »).

19 Luynes 1860-1865, t. IX, p. 101.

20 La Gazette de France, 12 juin 1756, no 24, p. 283.

21 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz.1, f80vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonowska, née Radziwiłł, sans lieu, [1756] (« arcymiło przyjęty » ; « nacałowałem jej się wręcz przeciw zwyczajowi »).

22 La Gazette de France, 12 juin 1756, no 24, p. 283-284.

23 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz.1, f80vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonowska, née Radziwiłł, sans lieu, [1756] (« z 10 kroków naprzeciw mnie […]. Słuchał mile komplementu mego, odpowiedział “Je suis bien aise de vous l’avoir donné” »).

24 Ibid., f83.

25 B. Czart, ms 1137 II, n2, lettre de M. Morentin à M. Jacques Hulin, Versailles, le 12 novembre 1759.

26 Ses impressions enthousiastes contrastent une fois de plus avec le style concis du duc de Luynes qui n’inclut dans ses Mémoires qu’une note laconique sur la cérémonie : voir Luynes 1860-1865, t. IX, p. 101-102.

27 Kuras 2016, p. 73-77.

28 Le parti pro-français dans la République au xviiie siècle n’a été que partiellement étudié. Voir : Rostworowski 1970.

29 Kurier Polski, 1756, no 156, p. 2-3.

30 Ces aspects ont déjà été soulignés par Betlej 2010, p. 238.

31 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz. 1, fo 83vo, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonowska, née Radziwiłł, sans lieu, [1756].

32 B. Czart, ms 1135, f34, lettre de J. A. Jabłonowski à M. Leszczyńska, sans lieu, sans date (« o sobie donoszę, iże muruję, długi płacę, dlatego Dwór rzadko widzę »).

33 Jakubowski 1882, p. 56, lettre de W. Jakubowski à J. K. Branicki, Varsovie, le 30 août 1762 ; LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz. 1, f8, lettre de J. A. Jabłonowski à K. Jabłonowska, née Radziwiłł, Rome, 12 décembre 1762.

34 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, cz. 1, fo 8.

35 Ibid., f345vo (en français dans le document original). Voir dans ce même volume la contribution de Ferenc Tóth : https://journals.openedition.org/crcv/27050.

36 Sur les transferts culturels, voir Espagne et Werner 1985 ; Werner et Zimmerman, 2004 ; Middell 2008 ; Leroux 2020.

37 Cf. Watanabe-O’Kelly 2016, p. 279-292.

38 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, fo 31, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Sapieha, Rome, le 22 octobre 1730 (« przysłał […] 6 wielkich kieś wina różnego, konfitur różnych, zwierząt, cokolaty, kawy, mortadelów bolońskich, parmezanów i innych rzeczy »).

39 LNB, f. 103, Archiwum Teofilpolskie, 422, f156vo, lettre de J. A. Jabłonowski à T. Sapieha, sans lieu, le 25 décembre [sans année] (« Jest tu kucharz, który 3 tysiące chce na rok. Bardzo dobry. Targuję się, ale bez zadatku »).

40 La plupart de ces résidences n’existent plus et les matériaux iconographiques proviennent d’une période postérieure au xviiie siècle. Voir Betlej 2010, p. 166-231.

41 Cette expression fait référence à Le Roy Ladurie 1997, p. 38-39.

42 B. Czart, ms 1162, fos 616-617, « Raptularz opisu domu ». Dans ce texte, rédigé à la fin de sa vie, il souligne les honneurs avec lesquels il a été reçu lors de sa première visite. Il écrit ainsi de lui-même : « ayant été présenté au roi de France, aux princes et princesses du sang, il avait libre accès partout et disposait de l’appartement destiné à Versailles au cardinal de Rohan ».

43 Voir Łoziński 1964, p. 59-60 et Betlej 2010, p. 232.

44 Cieszkowski 1867. Les autres usages ne sont connus que de manière fragmentaire : LNB, f. 141, ms 570, fos 4-5vo, Instrukcja księcia Józefa Aleksandra Jabłonowskiego W.N. dana marszałkowi dworu swego Pijaneckiemu (copie, le 23 décembre 1774).

45 Ibid., p. 46 (« wspaniale poprzebierani pokojowcy, którzy w jego imaginacyi służbę szambelanów pełnili »).

46 Ibid., p. 47 (« napuszonym stylem »).

47 Ibid., p. 48-49.

48 Betlej 2010, p. 234.

49 Sur la cour de Dresde, voir Watanabe-O’Kelly 2002 ; sur la cour de Munich, voir Klingensmith 1993 ; sur les cours d’Europe, voir Adamson 1999 et Gaehtgens, Bussmann, Castor et Henry 2017.

50 Cité par Betlej 2010, p. 236 : « Mieszkając w Steblewie, w drewnianym dworku, kazała się nazywać księżną imperium. Miała w jednym z pokoików coś na kształt tronu, na którym zasiadała. Oficjaliści jej reprezentowali posłów rożnych nacji z odpowiednia się przebierając, zdawali niby sprawy ze swych poselstw, wyplatając różne androny ».

51 Jabłonowski 1858, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Katarzyna Kuras, « La famille Jabłonowski à Versailles au xviiie siècle : impressions et inspirations »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/27019 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.27019

Haut de page

Auteur

Katarzyna Kuras

Katarzyna Kuras est historienne, professeur à l’université Jagellonne de Cracovie. Ses recherches portent sur la culture politique de la Première République de Pologne et l’histoire des cours royales et nobles de l’Europe du xviiie siècle.
Katarzyna Kuras is a historian from the Jagiellonian University, Kraków. She specializes in the political culture of the Polish-Lithuanian Commonwealth and the history of the royal and noble courts in Europe during the eighteenth century.
katarzyna.kuras[at]uj.edu.pl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search