Navigation – Plan du site

AccueilActes de colloques, journées d’ét...23Confrontations et ambiguïtésL’habit à la française en Espagne...

Confrontations et ambiguïtés

L’habit à la française en Espagne : le modèle vestimentaire versaillais à la cour de Philippe V

L’habit à la française in Spain: Versailles Dress as a Model for the Court of Philip V of Spain
Arianna Giorgi
Traduction de Marianne Millon

Résumés

Pour les Espagnols, le début du xviiie siècle marque l’avènement d’une nouvelle dynastie sur le trône d’Espagne, celle des Bourbons. L’arrivée du duc d’Anjou entraîne un changement dans le cérémonial et l’étiquette de la Maison royale, ainsi que le transfert culturel de l’habit à la française. Interprétée comme une initiation, une assimilation ou même une adoption, la question vestimentaire intéresse depuis des années l’historiographie, qui voit dans le sacre du premier Bourbon un jalon dans la modernisation du fonctionnement et des apparences de la cour espagnole. Cette étude analyse l’arrivée et l’influence de ce modèle vestimentaire à la cour de Philippe V. Le costume versaillais fait polémique et divise la noblesse. En nous appuyant sur les archives royales et nationales espagnoles, nous verrons comment, après l’intronisation du premier Bourbon, cette tenue est devenue un élément déterminant pour accéder au monarque et à ses faveurs. Elle incarnait, à l’instar des usages en vigueur à Versailles, une forme de distinction réservée à une certaine élite au sein du palais.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail s’inscrit dans les projets « Conflictos intergeneracionales y procesos de civilización desde la juventud en los escenarios ibéricos del Antiguo Régimen (ss. XVI–XIX) » (Fam&Civ, PID2020-113012GB-100, financé par le Ministerio de Economía, Competitividad y Universidades, 2021-2025) et « Incorporación/Desincorporación en las sociedades mediterráneas y su proyección global (siglos XVI-XIX) » (R130/2021, Campus Mare Nostrum, Universidad de Murcia, et Casa de Velázquez, 2021-2023).

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir Désos 2009.

1Inaugurant une voie encore inexplorée, Catherine Désos1 engage dans les années 2000 une recherche inédite sur l’entourage français de Philippe V fondée sur une analyse biographique, sociale et culturelle de ses membres. Elle montre qu’ils ont été les artisans d’importants remaniements administratifs et militaires au cours de leurs premières années en Espagne, même si leur influence s’affaiblit après 1724. Elle les désigne aussi comme la force motrice qui a dynamisé le système, lui permettant de briller de toute sa majesté. En effet, ils ont non seulement apporté un soutien et une fidélité inconditionnels au souverain, mais ils ont aussi été à l’origine de nouvelles pratiques vestimentaires qui, en accord avec leurs origines françaises, allaient forger la nécessaire modernisation de l’Espagne.

  • 2 Vázquez Gestal 2013.
  • 3 Nous employons ce terme dans la lignée des recherches menées par Thomas Glesener (voir entre autres (...)

2En parallèle, Pablo Vázquez Gestal2 a donné une analyse des pratiques de pouvoir (majestas) adoptées par Philippe V au cours des premières décennies de son règne. S’en dégage une façon nouvelle de comprendre et d’exercer la fonction royale en Espagne : les inclinaisons personnelles de ce souverain l’incitaient à rechercher une forme de sécurité assurée par son entourage le plus proche – un « groupe d’élite3 » (grupo de elite) composé de militaires.

3L’objectif principal de notre étude est de révéler le rôle encore méconnu du vêtement masculin dans ces processus. En nous appuyant sur les conclusions de C. Désos et P. Vázquez Gestal, nous examinerons comment l’habit à la française s’est implanté à l’alcazar de Madrid. L’analyse de la documentation provenant des Archives générales du Palais (Archivo General de Palacio) permettra d’interroger la manière dont le nouveau roi d’Espagne a imposé cette tenue et d’en mesurer l’impact, les évolutions et les répercussions auprès des Grands d’Espagne. Les Archives historiques nationales, quant à elles, permettent d’y voir un instrument de propagande, mais aussi de vanité du souverain et de sa pratique du pouvoir, qui tend vers l’absolutisme.

  • 4 Giorgi 2016. Cet épisode renvoie à l’expiation du roi Charles II après la profanation du monastère (...)

4Si l’habit à la française avait déjà été formalisé sous le règne de Charles II, comme en témoigne le tableau L’Adoration de la Sainte Forme de Claudio Coello (fig. 1)4, il n’est institutionnalisé qu’après la bataille d’Almansa (1707), revêtant une signification nouvelle en matière de culte et de pouvoir.

Fig. 1. Vicente López Portaña (d’après Claudio Coello), L’Adoration de la Sainte Forme (détail), vers 1792, huile sur toile sur panneau de bois, 70,5 × 38 cm. Madrid, musée national du Prado, P006388.

Fig. 1. Vicente López Portaña (d’après Claudio Coello), L’Adoration de la Sainte Forme (détail), vers 1792, huile sur toile sur panneau de bois, 70,5 × 38 cm. Madrid, musée national du Prado, P006388.

https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​la-adoracion-de-la-sagrada-forma/​ad971ea3-12e1-4238-b081-8d2e0eb5e741

© Archivo Fotográfico Museo Nacional del Prado

  • 5 Tétart-Vittu 2009, p. 203-217. Sur le concept d’« apparences » et son étude, voir Roche 1989.

5En tant que modèle vestimentaire provenant de Versailles, ce costume était l’expression de la grandeur française s’étendant à l’élite du palais par le biais des apparences5. Véritable force perturbatrice, il incarne la nouvelle image de la monarchie hispanique et est bientôt associé aux faveurs royales : ceux qui l’adoptent accèdent à des nominations leur offrant une carrière prospère et la protection du monarque. Ceux qui le refusent, en revanche, se voient dépossédés de leurs titres de grandeur, privation destinée à marquer ainsi la disgrâce d’un grand nombre de ces anciens nobles espagnols.

6Bien que les études sur le vêtement soient étroitement liées au féminin, ce travail vise à démontrer également son importance dans l’histoire moderne des masculinités. Devenu la condition impérative à la cour pour accéder à Philippe V et à ses libéralités, le modèle vestimentaire versaillais incarne à la fois l’acceptation de la dynastie de Bourbon et l’affirmation de son absolutisme.

Philippe V : fils de France et roi d’Espagne

7La couronne d’Espagne vacille à la mort du dernier roi Habsbourg, Charles II, le 1er novembre 1700. Toute l’Europe s’interroge quant à la succession : qui occupera le trône et incarnera l’avenir de ce royaume ? Le défunt ne laisse aucun héritier mâle, mais fait rédiger un testament dans lequel il désigne le duc d’Anjou, petit-fils de sa demi-sœur Marie-Thérèse et du roi de France Louis XIV. En dépit des contestations émanant notamment du Saint-Empire, le prince français accède au trône espagnol sous le nom de Philippe V. Ce bouleversement incite les Espagnols à voir ce siècle naissant comme doté d’une personnalité propre qui, au lieu de succéder au précédent, allait transformer la cour et ses protagonistes.

8Sous l’égide de la toute-puissante monarchie française, le nouveau souverain décida d’user à bon escient de son image et de son pouvoir. Contre toute attente, il choisit d’abord de poser vêtu à l’espagnole pour son premier portrait officiel, Philippe V, roi d’Espagne (fig. 2).

Fig. 2. Hyacinthe Rigaud, Philippe V, roi d’Espagne, 1700-1704, huile sur toile, 225,5 × 154 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8493.

Fig. 2. Hyacinthe Rigaud, Philippe V, roi d’Espagne, 1700-1704, huile sur toile, 225,5 × 154 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8493.

http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_c7c7870b-bc87-4234-8bf3-4074c9eae210

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

  • 6 « Mon avis est que le roi d’Espagne ne change pas cet usage en arrivant ; qu’il se conforme d’abord (...)
  • 7 Moran Turina 2009, p. 39-55.
  • 8 « Vestidura corta con mangas y brahones, de quienes penden regularmente otras mangas sueltas, ó per (...)
  • 9 « Ils estiment une espèce de rotonde faite de carton, sur lequel est tirée une toile empesée et faç (...)
  • 10 La Toison d’Or est l’un des ordres de chevalerie les plus anciens et prestigieux d’Europe fondé par (...)

9Appliquant les conseils de prudence de Louis XIV, il avait revêtu l’habit institutionnalisé par Philippe II6 et adopté dans tout l’Empire espagnol7. Il s’agissait de la tenue traditionnelle des Habsbourg, austère et rigide, à la coupe très simple, composée d’un justaucorps, d’une culotte et de chausses. Le justaucorps était caractéristique de la tenue masculine. Il se portait par-dessus la chemise et le pourpoint, boutonné de haut en bas et s’achevant sur des basques courtes, comme l’indiquait le Diccionario de autoridades : « Vêtement court à manches et épaulettes, d’où pendent uniformément d’autres manches lâches ou bien ouvertes8 ». Une culotte du même tissu et dans la même tonalité recouvrait les membres inférieurs jusqu’aux mollets. Notons que cet ensemble était autrefois composé de somptueuses étoffes noires soulignant l’importance et la noblesse de l’apparence masculine, comme l’exigeait le protocole bourguignon. Philippe V a complété cette tenue par la golilla (golille), un col en carton rigide doublé de taffetas blanc amidonné sur lequel reposait habituellement la valona (rabat)9. Il portait également le collier de l’ordre de la Toison d’Or, se présentant ainsi comme grand-maître de celui-ci et comme chef de la monarchie espagnole10.

10Dans son premier portrait royal, le nouveau souverain introduisit également à sa tenue des éléments français passés complètement inaperçus en raison de la prépondérance des marques d’identité hispaniques. Ainsi, il portait des bas blancs rappelant le portrait de Louis XIV commandé à Hyacinthe Rigaud la même année (fig. 3), où le vieux monarque arborait fièrement cet accessoire retenu par des jarretières.

Fig. 3. Hyacinthe Rigaud, Louis XIV, roi de France, vers 1701-1702, huile sur toile, 276 × 194 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.

Fig. 3. Hyacinthe Rigaud, Louis XIV, roi de France, vers 1701-1702, huile sur toile, 276 × 194 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.

http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_f0d3454a-3c9d-44e0-83dc-b99d2e99fd86

© Château de Versailles, Dist. RMN / © Christophe Fouin

11Philippe V portait également d’élégantes bottines noires et une spectaculaire perruque en cheveux naturels provenant de France. Sa tenue était complétée par le collier du Saint-Esprit, ordre de chevalerie français. Le spectateur pouvait ainsi être captivé par la figure du jeune homme arborant une épée tranchante avec laquelle il s’apprêtait à défendre son nouveau royaume, tout en ayant la main droite posée sur la couronne, posture marquant ainsi son autorité et son pouvoir.

  • 11 Angulo 1971.
  • 12 Désos 2009, chap. 1, § 7.

12Comme s’il s’agissait d’une déclaration d’intention, Philippe V exposait dans ce portrait de Hyacinthe Rigaud sa nouvelle manière d’appréhender et d’incarner la majesté royale. Ce fut avec ces marques d’identité qu’il se présenta à ses sujets plongés dans l’expectative : il devait non seulement se démarquer du monarque précédent mais aussi leur épargner confusion et inquiétude lors du transfert de pouvoirs ; les premiers portraits du roi incarnaient ainsi l’institution publique, selon l’historien Diego Angulo11. Âgé de dix-sept ans à peine, Philippe V entendait se montrer comme le garant d’une monarchie catholique marquée par « la célébration de l’unité12 », autrement dit le premier roi d’une nouvelle dynastie sur le trône d’Espagne, mais inscrit dans une scénographie grandiloquente à la française. Pour sublimer cette idée, la main experte du peintre a imaginé une architecture théâtrale de lourds rideaux d’étoffes luxueuses entourant le monarque et les regalia qui le légitiment en tant qu’héritier à la succession de la maison d’Autriche.

  • 13 Gómez-Centurión et Sánchez Belén 1999, p. 29 ; Désos 2009.

13Pourtant, dès son départ de Versailles, Philipe V avait exprimé sa volonté de modifier le protocole, et surtout de définir son nouvel environnement en transformant la Maison du roi. En réalité, derrière la nécessité de limiter les dépenses et les fastueuses habitudes de la maison d’Autriche, se cachait celle de conserver son entourage français13, un groupe composé d’anciens fidèles qui devaient travailler aux côtés des serviteurs espagnols. Contre l’avis de Louis XIV, les Français se rendirent indispensables et ne tardèrent pas à intégrer les services de la Chambre et de la Bouche du roi. Ce changement fut interprété par les anciens nobles espagnols comme le refus du souverain d’entretenir tout contact avec eux. Philippe V voulait être servi comme un prince français et conserver la proximité avec les soixante membres de sa Maison, mais cela nuisait à ses relations avec ses nouveaux sujets qui revendiquaient de conserver leurs coutumes et leurs anciennes prérogatives. Les réformes entreprises s’inscrivaient dans le cadre du programme d’économies de la Maison du roi, mais force est de constater que l’enjeu était aussi, et surtout, de permettre l’installation d’un personnel français.

La controverse de l’habit à l’espagnole ou à la française

  • 14 La guerre de Succession d’Espagne (1701-1714) est un conflit international qui fait suite à l’établ (...)

14Le problème de la succession au trône suscitant encore des controverses14, le monarque opta pour une attitude plus mesurée. Au cours de la première partie de son règne, il portait le costume espagnol lors des actes protocolaires, car un changement brutal pouvait inciter ses sujets à la méfiance.

  • 15 Elias 1987, p. 257-264.

15Tout comme dans son premier portrait, cette tenue fut considérée comme une preuve de la déférence du souverain envers les nobles. Ces derniers tentèrent donc de lui rendre la politesse en adoptant l’habit à la française – ou militaire, comme on l’appelait à l’époque. Il se composait d’un justaucorps, d’une veste et d’une culotte. Le premier formait le vêtement principal, fameuse pièce extérieure grâce à laquelle Louis XIV avait progressivement procédé à une « curialisation des guerriers15 ». La veste, quant à elle, était portée sur la chemise, tandis que la culotte recouvrait les jambes jusqu’aux mollets. Ce costume était complété par des accessoires tels que la perruque ou la cravate en dentelle, les bas blancs, les bottines à talons et enfin la brette (épée).

  • 16 « con seguridad, decencia y limpieza conveniente », Madrid, Biblioteca nacional de España (désormai (...)
  • 17 Madrid, Archivo General de Palacio (désormais AGS), Felipe V, legs, 311 et 330.
  • 18 Madrid, AGS, Reinados, Felipe V, Legajo 323.
  • 19 Ces garçons français remplacèrent les trente-deux aides de chambre.
  • 20 À Paris se trouvait également le tailleur Juan Castañet qui fabriquait les « vêtements qui doivent (...)
  • 21 Hersent entretient une relation et une abondante correspondance avec les marchands Boucher, Galpin (...)
  • 22 Madrid, BNE, Mss. 4313, s. p.
  • 23 « los subidísimos precios de todos los géneros y excesivos costos de su producción », Madrid, AGS, (...)
  • 24 « diciendo que no había ningún vestido en buen estado », dans Descalzo Lorenzo 1997, p. 189-210.
  • 25 « 715 reales que se hallaron en unos calzones […], 1 691 reales que se hallaron en su chaleco en es (...)

16Cette tenue se diffusa en Espagne à l’initiative de Gaspard Hersent, premier laquais du duc d’Anjou devenu maître de la garde-robe royale (jefe del Real Guardarropa) après l’intronisation de Philippe V. Il reprit en 1700 ce poste que Juan Francisco Marañón occupait « avec assurance, décence et la droiture convenable16 » sous le règne du dernier Habsbourg, arborant un costume à golille ou bien à la mode française17. Hersent se distingua de son prédécesseur en faisant preuve d’autorité et de pouvoir sur l’ensemble du service18, qui comprenait huit garçons de chambre français19. Avec son fils Jean-Baptiste Hersent, il faisait appel à des marchands parisiens de renom pour fournir au monarque les habits destinés aux cérémonies, à la chasse ou à la campagne. Ainsi, au cours de la première année, les dépenses montèrent significativement et dépassèrent les 300 000 réaux en raison des coûts considérables des marchandises françaises20 ; après le traité d’Utrecht, elles excédèrent les 600 000 réaux par an21. Dès 1701, Hersent fut accusé d’avoir agi de manière despotique et « hors protocole22 » (« sin ninguna formalidad ») par le Bureau de contrôle et de comptabilité de la Chambre (Veeduría y Contaduría de Cámara), qui souhaitait défendre les officiers espagnols démunis devant l’arrivée de leurs homologues français, mais surtout devant les « prix extrêmement élevés de toutes les marchandises et leurs coûts de production excessifs23 ». L’audace d’Hersent n’était pas passée inaperçue lorsqu’il empêcha Philippe V en 1703 de s’habiller à l’espagnole pour se rendre à la chapelle, « prétextant qu’il n’y avait aucun vêtement en bon état24 », et l’obligeant ainsi à porter l’habit à la française. Ce ne fut pas la seule imprudence commise par le maître de la garde-robe royale, qui avait réuni un important patrimoine, comme le révéla à sa mort en 1721 l’inventaire de ses biens contenant non seulement certains vêtements que le monarque distribuait à ses serviteurs, mais aussi des gratifications exceptionnelles de « 715 réaux retrouvés dans des pantalons [...], 1 691 réaux dans son gilet dans une sorte de toison, 5 396 réaux dans un autre gilet en pièces d’argent et 7 758 réaux dans un autre gilet25. »

  • 26 « un lujoso traje a la moda francesa, con casaca de color morado, chaleco [sic : chupa] blanco con (...)

17En dépit de ces abus, la plupart des Espagnols commencèrent à porter la tenue française à l’Alcazar, déclenchant un débat qui confrontait autant de partisans que d’opposants. Parmi les premiers figure le juriste et écrivain politique Melchor Rafael de Macanaz qui, tout en ayant occupé le poste de juge de la chancellerie de Saint-Domingue sous le règne de Charles II, avait toujours été un grand défenseur de la dynastie des Bourbons. Il adopta rapidement la tenue versaillaise et prit parti pour Philippe V lors de la guerre de Succession. Comme en témoigne la copie de son portrait le plus célèbre (fig. 4), ce juriste portait « un costume luxueux à la mode française, avec un justaucorps violet, un gilet blanc à galons brodés de fleurs et un jabot de soie blanche26 ».

Fig. 4. Francisco Díaz Carreño (d’après Francisco Javier Ramos), Melchor Rafael de Macanaz, 1878, huile sur toile, 128 × 96 cm. Madrid, musée national du Prado, P003436.

Fig. 4. Francisco Díaz Carreño (d’après Francisco Javier Ramos), Melchor Rafael de Macanaz, 1878, huile sur toile, 128 × 96 cm. Madrid, musée national du Prado, P003436.

https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​melchor-de-macanaz-copia/​fb37f37f-35d2-44a3-9fdb-2795a57beadb

© Archivo Fotográfico Museo Nacional del Prado

18Une haute perruque en cheveux naturels et une cravate en dentelle blanche complétaient le tout. Malgré son choix vestimentaire, Macanaz déconseillait d’introduire des changements majeurs dans la tenue espagnole pour éviter aux industries nationales une catastrophe économique.

19Les partisans comptaient également Juan de la Cerda y Aragón, 8e duc de Medinaceli. Grand d’Espagne et gentilhomme de la Chambre de Charles II, il portait déjà officiellement l’habit français pour rendre hommage à l’Eucharistie, comme on peut le voir sur le tableau L’Adoration de la Sainte Forme (fig. 1) : il s’agit du premier personnage placé juste derrière le roi et qui regarde fixement le peintre. Il aimait s’habiller selon cette mode et en a transmis le goût à son fils Luis Francisco ; en témoigne le portrait de ce dernier par Jacob-Ferdinand Voet (fig. 5).

Fig. 5. Jacob-Ferdinand Voet, Luis Francisco de la Cerda, 9e duc de Medinaceli, vers 1684, huile sur toile, 231 × 173 cm. Madrid, musée national du Prado, P002561.

Fig. 5. Jacob-Ferdinand Voet, Luis Francisco de la Cerda, 9e duc de Medinaceli, vers 1684, huile sur toile, 231 × 173 cm. Madrid, musée national du Prado, P002561.

https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​luis-francisco-de-la-cerda-ix-duque-de-medinaceli/​d81facc1-f274-4cc9-8956-4304793f39c5

© Archivo Fotográfico Museo Nacional del Prado

  • 27 C’est en tous cas l’interprétation de Morel-Fatio 1904 et de Descalzo Lorenzo 1997.

20Coiffé d’une grande perruque, le 9e duc de Medinaceli arborait un luxueux justaucorps tissé de fils d’or avec une fermeture à boutons dorés. De ce vêtement de cour ressortaient les poignets de dentelle rappelant la mousseline de la cravate et les culottes noires qui apparaissaient sous les pans larges et longs. En remerciement de cette attention vestimentaire, le duc se vit attribuer par Philippe V la direction du Conseil du Cabinet27.

  • 28 Saint-Simon 1890-1892, t. VIII, p. 190.
  • 29 Lettre à Louis XIV, 29 novembre 1700, dans Hippeau 1875, t. II, p. 320 (cité par Bottineau 1960, p. (...)

21Le marquis de Villena, Juan Manuel Fernández Pacheco de Zúñiga, était lui aussi un inconditionnel de l’habit à la française, au point qu’il se vantait de n’avoir jamais porté l’ancien vêtement avec la golille – posture confirmée par le duc de Saint-Simon : « ce dernier [Villena] n’était point espagnol pour l’habit : de sa vie il n’avait porté golille ni l’habit espagnol ; il le disait insupportable, et partout fut toute sa vie vêtu à la française. Cela s’appelait en Espagne à la flamande ou à la guerrière, et presque personne ne s’habillait ainsi28 ». Le marquis, en sa qualité vice-roi de Navarre, s’était opposé au port de la golille. Cette prise de position n’était que le reflet de sa sympathie pour l’étiquette française. Il écrivit même à Louis XIV afin de proposer pour l’Espagne de nouvelles orientations politiques allant dans ce sens. Au sujet des codes vestimentaires, il ne manquait pas de citer « les nobles qui montreront affection au service, abandonnant l’habit de golille pour les gens de robe et de plume, et prenant pour la noblesse et la cour celui des soldats29 ».

  • 30 Saint-Simon 1890-1892, t. VII, p. 259-260.

22Cependant, ce débat sur les apparences incluait aussi un groupe d’indécis, des nobles du palais qui avaient compris l’importance d’adopter ce nouveau code vestimentaire s’ils voulaient se maintenir à la cour. Parmi eux se trouvait le marquis de Villafranca, don Fadrique de Toledo y Osorio, célèbre pour être « espagnol jusqu’aux dents, attaché aux maximes, aux coutumes, aux mœurs, aux étiquettes d’Espagne jusqu’à la dernière minutie ; courageux, haut, fier, sévère, pétri d’honneur, de valeur, de probité, de vertu ; un personnage à l’antique30 ». Malgré cela, en 1703, alors que Philippe V revient d’un champ de bataille en Italie, le marquis est contraint d’adopter le justaucorps français, comme le relève la princesse des Ursins :

  • 31 Lettre de Mme des Ursins à Torcy, 10 janvier 1703, citée par Bottineau 1960, p. 294 [1986, p. 326].

Mr le marquis de Villafranca, qui commandait les galères d’Espagne à la guerre de Candie en golille, la quittera cette fois-cy ; mais il lui en coûte deux ou trois heures par jour à étudier le nouveau personnage qu’il va faire et toute sa famille (hommes et femmes) est occupée à lui enseigner à rouler ses bas, à mettre sa cravate et à porter son chapeau31.

  • 32 Cité par Morel-Fatio 1904, p. 123.

23Adopter une nouvelle identité vestimentaire signifiait l’affirmation d’un nouvel ethos courtisan, comme l’avait compris don Fadrique de Toledo, pour qui revêtir la mode française équivalait à « lui arracher le cœur32 ». Ses efforts furent pourtant récompensés puisqu’en 1713 Philippe V le nomma grand-maître (mayordomo mayor), le plaçant à la tête de sa Maison puis de celle de son successeur, Louis Ier.

24Plus radicale, en revanche, était la position de la faction adverse qui s’opposait non seulement à cette mode vestimentaire mais également au changement dynastique. Manuel Alonso Pérez de Guzmán el Bueno ne l’avait jamais acceptée puisqu’il s’était toujours montré très attaché à la golille de Charles II. À la mort de son père, il fut convoqué pour hériter du duché de Medina Sidonia mais refusa de se rendre au palais en costume français, ce qui lui valut d’être privé d’honneurs et du statut de Grand d’Espagne :

  • 33 Cérémonie au cours de laquelle les Grands d’Espagne prennent possession de leur dignité en mettant (...)
  • 34 Saint-Simon 1890-1892, t. IX, p. 138-139.

C’étoit avant la mort du duc de Medina-Sidonia, grand écuyer, qui, aidé de l’exemple général, ne put jamais obtenir cette complaisance de son fils, lequel s’abstint d’aller au palais. C’etoit au fort de la guerre ; il y suivit constamment le roi et son père, campant à distance, ne le rencontrant jamais, et servant comme volontaire, se trouvant et se distinguant partout. Son père mort, et lui devenu duc de Medina-Sidonia, il fut question de sa couverture33. De s’y présenter en golille, il n’y avoit pas d’apparence ; vêtu à la françoise, il ne le voulut jamais. Conclusion, qu’il a vécu douze ou quinze ans de la sorte, et est mort peu avant que j’allasse en Espagne, ayant autour de cinquante ans, sans avoir jamais joui d’aucune prérogative de la grandesse34.

25Ainsi, Manuel Alonso mourut sans avoir le statut de Grand d’Espagne, et ce malgré son mariage avec la fille du duc de Pastrana, Luisa María de Silva Mendoza y de Haro. Son refus d’adopter le modèle vestimentaire versaillais le priva des honneurs dus à sa naissance.

Conclusion

26L’habit à la française devint en Espagne l’insigne de l’hégémonie du Roi-Soleil. À la fois symbole et privilège, ce modèle incarnait l’honneur et la distinction attachés à la cour versaillaise. Cette nouvelle pratique vestimentaire, en tant que reflet de la France, en rappelait en permanence la suprématie politique et militaire, mais aussi l’éloquence esthétique. Elle devint de la sorte le manifeste du règne de Philippe V.

27Pourtant, le nouveau monarque fit dans un premier temps preuve de prudence et adopta l’habit à l’espagnole. Il ne décida pas de l’abandonner mais y fut contraint par le maître de la garde-robe royale qui affirmait ne pouvoir trouver de vêtements à golille en bon état – une négligence qui aurait pu entraîner une crise protocolaire pendant la guerre de Succession. Elle donna cependant l’impulsion nécessaire pour imposer la tenue française à l’Alcazar, tandis que le personnel du palais, concurrencé par celui venu de Versailles, dut prendre parti sur la question de l’étiquette vestimentaire.

28L’habit à la française s’institutionnalisa au point d’influer sur la faveur du monarque. L’examen des Archives générales du Palais et de tableaux choisis l’a montré : les privilèges accordés à ceux qui l’adoptaient pouvaient être refusés à ceux qui s’y opposaient.

29Il est à noter que la reine Marie-Louise-Gabrielle de Savoie et sa camarera mayor, la princesse des Ursins, n’ont pas contribué à ce processus de francisation des apparences. D’ailleurs, après la mort de la première épouse de Philippe V et le départ de la princesse, la tenue française se maintient en Espagne. Elle s’impose même au quotidien après le second mariage du roi avec Isabelle Farnèse et durant les règnes de leurs enfants, en Espagne comme en Italie.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Hippeau Célestin (éd.), 1875, Avènement des Bourbons au trône d’Espagne : correspondance inédite du marquis d’Harcourt..., t. II, Paris, Didier et Cie.

Real Academia Española, 1726-1739, Diccionario de la lengua de castellana, en que explica el verdadero sentido de las voces, su naturaleza y calidad, con las phrases o modos de hablar, los proverbios o refranes, y otras cosas convenientes al uso de la lengua (dit Diccionario de autoridades), Madrid, Herederos de Francisco del Hierro, 6 vol.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1890-1892, Mémoires de Saint-Simon, nouv. éd. d’Arthur de Boislisle, Paris, librairie Hachette, t. VII, VIII et IX.

Études

Angulo Iñiguez Diego, 1971, Pintura del siglo XVII, Madrid, Editorial Plus-Ultra.

Bottineau Yves, 1960, L’art de cour dans l’Espagne de Philippe V (1700-1746), Bordeaux, Féret & Fils (traduit en espagnol sous le titre El arte cortesano en la España de Felipa V [1700-1746] par Ma C. Martín Montero, Madrid, Fundación Universitaria Española, 1986).

Descalzo Lorenzo Amalia, 1997, « El traje francés en la corte de Felipe V », Anales del Museo Nacional de Antropología, no 4, p. 189-210.

Désos Catherine, 2009, Les Français de Philippe V : un modèle nouveau pour gouverner l’Espagne (1700-1724), nouv. éd. [en ligne], Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg. URL : http://books.openedition.org/pus/13470 ; DOI : https://doi.org/10.4000/books.pus.13470.

Elias Norbert, 1987, El proceso de civilización, Mexico, Fondo de Cultura Económica.

Giorgi Arianna, 2012, « De vestidos y gala : influencias francesas en el apariencia y el aparato de la corte de la primera mitad del siglo XVIII », dans Pérez Álvarez M. J. et Rubio Pérez L. (dir.), Campo y campesinos en la España Moderna : culturas políticas en el mundo hispáno, actes du colloque (université de Léon, 19-21 juin 2012), León, Fundación Española de Historia Moderna, p. 2035-2045.

Giorgi Arianna, 2016, España viste a la francesa : la historia de un traje de moda de la segunda mitad del siglo XVII, Murcie, Universidad de Murcia, coll. « Editum Artes ».

Glesener Thomas, 2007, La garde du roi : pouvoirs, élites et nations dans la monarchie hispanique (1700-1823), thèse de doctorat en histoire sous la direction de Michel Bertrand et Franz Bierlaire, université de Toulouse II.

Gómez-Centurión Carlos, 1996, « Etiqueta y ceremonial palatino durante el reinado de Felipe V : el reglamento de entradas de 1709 y el acceso a la persona del rey », Hispania, vol. 56, no 194, p. 965-1005.

Gómez-Centurión Carlos et Sánchez Belén Juan Antonio, 1999, La herencia de Borgoña : la hacienda de las Reales Casas durante el reinado de Felipe V, Madrid, Centro de Estudios Políticos e Constitucionales.

González Zymla Herbert, Frutos Sastre Leticia M. de et Pérez Sánchez Alfonso Emilio, 2003, Catálogo de pinturas de la Real Academia de la Historia, Madrid, Real Academia de la Historia.

Mansel Philip, 2005, Dressed to Rule : Royal and Court Costume from Louis XIV to Elizabeth II, New Heaven/Londres, Yale University Press.

Michel Bertrand, Andújar Francisco et Glesener Thomas (dir.), 2017, Gobernar y reformar la monarquía : los agentes políticos y administrativos en España y América, siglos XVI-XIX, Valence, Albatros, coll. « Historia de España y su proyección internacional ».

Moran Turina Miguel, 2009, « Le portrait royal à l’espagnole sous Philippe IV ou Charles II », dans Sabatier G. et Torrione M. (dir.), ¿Louis XIV espagnol? Madrid et Versailles, images et modèles, actes du colloque (château de Versailles, 21-23 oct. 2004), Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château du Versailles, coll. « Aulica », p. 39-55.

Morel-Fatio Alfred, 1904, « La golille et l’habit militaire », Bulletin hispanique, vol. 6, no 2, p. 114-142. URL : https://www.persee.fr/doc/hispa_0007-4640_1904_num_6_2_1402 ; DOI : https://doi.org/10.3406/hispa.1904.1402.

Paresys Isabelle et Coquery Natacha, 2015, « Se vêtir à la cour en Europe (1400-1815) : une introduction », Apparence(s) [en ligne], 6, mis en ligne le 9 août 2015. URL : https://journals.openedition.org/apparences/1304 ; DOI : https://doi.org/10.4000/apparences.1304.

Roche Daniel, 1989, La culture des apparences : une histoire du vêtement, xviie-xviiie siècle, Paris, Fayard.

Tétart-Vittu Françoise, 2009, « À l’espagnole ou à la française : résistances et emprunts dans la mode de cour », dans Sabatier G. et Torrione M. (dir.), ¿Louis XIV espagnol? Madrid et Versailles, images et modèles, actes du colloque (château de Versailles, 21-23 oct. 2004), Paris/Versailles, Éd. de la Maison des sciences de l’homme/Centre de recherche du château du Versailles, coll. « Aulica », p. 203-217.

Vázquez Gestal Pablo, 2013, Una nueva majestad : Felipe V, Isabel de Farnesio y la identidad de la monarquía (1700-1729), Madrid, Fundación de Municipios Pablo de Olavide y Marcial Pons.

Haut de page

Notes

1 Voir Désos 2009.

2 Vázquez Gestal 2013.

3 Nous employons ce terme dans la lignée des recherches menées par Thomas Glesener (voir entre autres Glesener 2007 et Bertrand, Andújar et Glesener 2017).

4 Giorgi 2016. Cet épisode renvoie à l’expiation du roi Charles II après la profanation du monastère Saint-Laurent de l’Escurial par plusieurs de ses conseillers, en 1684.

5 Tétart-Vittu 2009, p. 203-217. Sur le concept d’« apparences » et son étude, voir Roche 1989.

6 « Mon avis est que le roi d’Espagne ne change pas cet usage en arrivant ; qu’il se conforme d’abord aux manières du pays. Quand il aura satisfait la nation par cette complaisance, il sera maître d’introduire d’autres modes. Mais il doit le faire sans donner aucun ordre et son exemple suffira pour accoutumer ses sujets à s’habiller comme lui », lettre de Louis XIV au duc d’Harcourt, 27 janvier 1701, dans Hippeau 1875, t. II, p. 452 (cité par Bottineau 1960, p. 293 [1986, p. 326]).

7 Moran Turina 2009, p. 39-55.

8 « Vestidura corta con mangas y brahones, de quienes penden regularmente otras mangas sueltas, ó perdidas », Real Academia Española, 1726-1739, t. V (1737), p. 642 (toutes les citations originales en espagnol ont été traduites par Marianne Millon). Sur ce vêtement, voir Paresys et Coquery 2015 et Mansel 2005.

9 « Ils estiment une espèce de rotonde faite de carton, sur lequel est tirée une toile empesée et façonnée de plusieurs pinces, qu’ils appellent golille ; c’est une invention bien incommode et qui contraint fort, comme le reste de leurs vêtements. Elle vous fixe le mouvement du col et de la tête et vous rend l’air grave malgré que vous en ayez » (Morel-Fatio 1904, p. 114). La valona, quant à elle, est un type de col large fait de coton ou d’autres tissus fins. Elle peut être considérée comme équivalente au « grand col de dentelle » du temps de Louis XIII.

10 La Toison d’Or est l’un des ordres de chevalerie les plus anciens et prestigieux d’Europe fondé par Philippe le Bon en 1430 afin de garantir la fidélité des aristocrates du duché de Bourgogne. Transmis par héritage, il se rattache à la maison d’Autriche grâce à Maximilien Ier, grand-père de Charles Quint.

11 Angulo 1971.

12 Désos 2009, chap. 1, § 7.

13 Gómez-Centurión et Sánchez Belén 1999, p. 29 ; Désos 2009.

14 La guerre de Succession d’Espagne (1701-1714) est un conflit international qui fait suite à l’établissement de la dynastie de Bourbon sur le trône d’Espagne après la mort de Charles II. Les souverains d’Europe reconnaissent Philippe, duc d’Anjou, comme roi d’Espagne, à l’exception de l’empereur Léopold d’Autriche. Louis XIV prend position pour défendre les places fortes des Pays-Bas espagnols, mais cette aide est interprétée comme une provocation par la Hollande et l’Angleterre, qui se rangent du côté de l’empereur. La guerre commence à la frontière française, puis en Espagne, devenant un conflit européen. Sur le territoire espagnol, un grand affrontement oppose notamment les partisans de l’archiduc Charles, défendus par l’Aragon, et les partisans de Philippe d’Anjou, défendus par la Castille. La bataille d’Almansa, en 1707, détermine la victoire des seconds.

15 Elias 1987, p. 257-264.

16 « con seguridad, decencia y limpieza conveniente », Madrid, Biblioteca nacional de España (désormais BNE), Mss. 4313, s. p.

17 Madrid, Archivo General de Palacio (désormais AGS), Felipe V, legs, 311 et 330.

18 Madrid, AGS, Reinados, Felipe V, Legajo 323.

19 Ces garçons français remplacèrent les trente-deux aides de chambre.

20 À Paris se trouvait également le tailleur Juan Castañet qui fabriquait les « vêtements qui doivent pour la cour être brodés pour le Service Royal » (« los vestidos que en aquella corte se mandan hacer bordados para el Real Servicio »), AGS, Reinados, Felipe V, legajo 339. Voir également Madrid, AGS, Administrativa, dossier 371.

21 Hersent entretient une relation et une abondante correspondance avec les marchands Boucher, Galpin et Gastellier.

22 Madrid, BNE, Mss. 4313, s. p.

23 « los subidísimos precios de todos los géneros y excesivos costos de su producción », Madrid, AGS, Reinados, Felipe V, legajo 339. Il y eut également des plaintes en raison des nombreux oublis et des négligences qui contrastaient avec le travail irréprochable de Marañón, sérieux au point de comptabiliser jusqu’au moindre « flacon d’eau de Cologne » (« hasta de una pieza de colonia »), Madrid, AGS, Reinados, Felipe V, legajo 323.

24 « diciendo que no había ningún vestido en buen estado », dans Descalzo Lorenzo 1997, p. 189-210.

25 « 715 reales que se hallaron en unos calzones […], 1 691 reales que se hallaron en su chaleco en especie de vellón, otros 5 396 reales que se hallaron en otro chaleco en moneda de plata y 7 758 reales que se hallaron en otro chaleco », Archivo historico de protocolo de Madrid (AHPM), Protocolo, 12819. Voir Giorgi 2012, p. 235-245.

26 « un lujoso traje a la moda francesa, con casaca de color morado, chaleco [sic : chupa] blanco con listado bordado de flores y chorrera [sic : corbata] blanca de seda al cuello », González Zymla, Frutos Sastre et Pérez Sánchez 2003, p. 68.

27 C’est en tous cas l’interprétation de Morel-Fatio 1904 et de Descalzo Lorenzo 1997.

28 Saint-Simon 1890-1892, t. VIII, p. 190.

29 Lettre à Louis XIV, 29 novembre 1700, dans Hippeau 1875, t. II, p. 320 (cité par Bottineau 1960, p. 128-129 [1986, p. 143]).

30 Saint-Simon 1890-1892, t. VII, p. 259-260.

31 Lettre de Mme des Ursins à Torcy, 10 janvier 1703, citée par Bottineau 1960, p. 294 [1986, p. 326].

32 Cité par Morel-Fatio 1904, p. 123.

33 Cérémonie au cours de laquelle les Grands d’Espagne prennent possession de leur dignité en mettant leur chapeau devant le roi.

34 Saint-Simon 1890-1892, t. IX, p. 138-139.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vicente López Portaña (d’après Claudio Coello), L’Adoration de la Sainte Forme (détail), vers 1792, huile sur toile sur panneau de bois, 70,5 × 38 cm. Madrid, musée national du Prado, P006388.
Légende https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​la-adoracion-de-la-sagrada-forma/​ad971ea3-12e1-4238-b081-8d2e0eb5e741
Crédits © Archivo Fotográfico Museo Nacional del Prado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Titre Fig. 2. Hyacinthe Rigaud, Philippe V, roi d’Espagne, 1700-1704, huile sur toile, 225,5 × 154 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 8493.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_c7c7870b-bc87-4234-8bf3-4074c9eae210
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27325/img-2.png
Fichier image/png, 738k
Titre Fig. 3. Hyacinthe Rigaud, Louis XIV, roi de France, vers 1701-1702, huile sur toile, 276 × 194 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 2041.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​?permid=permobj_f0d3454a-3c9d-44e0-83dc-b99d2e99fd86
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27325/img-3.png
Fichier image/png, 956k
Titre Fig. 4. Francisco Díaz Carreño (d’après Francisco Javier Ramos), Melchor Rafael de Macanaz, 1878, huile sur toile, 128 × 96 cm. Madrid, musée national du Prado, P003436.
Légende https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​melchor-de-macanaz-copia/​fb37f37f-35d2-44a3-9fdb-2795a57beadb
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27325/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 5. Jacob-Ferdinand Voet, Luis Francisco de la Cerda, 9e duc de Medinaceli, vers 1684, huile sur toile, 231 × 173 cm. Madrid, musée national du Prado, P002561.
Légende https://www.museodelprado.es/​coleccion/​obra-de-arte/​luis-francisco-de-la-cerda-ix-duque-de-medinaceli/​d81facc1-f274-4cc9-8956-4304793f39c5
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27325/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arianna Giorgi, « L’habit à la française en Espagne : le modèle vestimentaire versaillais à la cour de Philippe V »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], 23 | 2023, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/27325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.27325

Haut de page

Auteur

Arianna Giorgi

Titulaire d’un doctorat européen en histoire de l’art, professeur à l’université de Murcie, chercheuse au département d’Études historiques à l’université de Rome III (Italie) et conservatrice de la Mode et du Textile sous la direction d’Olivier Saillard au musée des Arts décoratifs de Paris, Arianna Giorgi est une des principales spécialistes des images et des masculinités en tant que catégorie interprétative. Elle est l’auteure de plusieurs publications : « Pedagogía del Vestido : apariencia y distinción masculina en los siglos XVIII y XIX » dans M. García Fernández, J. M. Bartolomé Bartolomé et J.-P. Blano Carrasco (dir.), Una civilización juvenil en la Edad Moderna : desigualdades de edad y contrastes generacionales (Peter Lang, 2022, p. 151-163) ; « Fernando de Valenzuela y Enciso : entre la ostentación del poder y la vanidad de la representación » dans H. Linares et M. Peeruca (dir.), Ceremonia, Magnificencia y Ostentación : la representación del poder de las élites en la Edad Moderna (siglos XVI-XVIII) (Sílex, 2022, p. 285-299) ; et sa monographie España viste a la francesa : la historia de un traje de moda de la segunda mitad del siglo XVII (université de Murcie, 2016).
Holder of a PhD in art history, Ariana Giorgi is professor at the Universidad de Murcia, a researcher at the Department of Historical Studies at the Università di Roma Tre (Italy) and a fashion and textiles curator under the direction of Olivier Saillard at the Musée des Arts Décoratifs in Paris. She is a leading specialist in images and masculinities as an interpretative category. She is the author of ‘Pedagogía del Vestido: apariencia y distinción masculina en los siglos XVIII y XIX’, in M. García Fernández, J. M. Bartolomé Bartolomé and J.-P. Blano Carrasco (eds.), Una civilización juvenil en la Edad Moderna: desigualdades de edad y contrastes generacionales (Peter Lang, 2022, pp. 151–63), ‘Fernando de Valenzuela y Enciso: entre la ostentación del poder y la vanidad de la representación’, in H. Linares and M. Peeruca (eds.), Ceremonia, Magnificencia y Ostentación: la representación del poder de las élites en la edad moderna (siglos XVI-XVIII), (Sílex, 2022, pp. 285–99) and the monograph España viste a la francesa: la historia de un traje de moda de la segunda mitad del siglo XVII (University of Murcia, 2016).
arianna.giorgi1[at]um.es

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search