Navigation – Plan du site

AccueilMélangesArticles et études2023Versailles ou Marly ? Dimension s...

2023

Versailles ou Marly ? Dimension spatiale de la prestation de serment des évêques de France sous Louis XIV

Versailles or Marly? Spatial Dimension of the Swearing of the Oath of Fidelity of the Bishops of France under Louis XIV
Leander Beil
Traduction de Jean-Léon Muller

Résumés

Dans la dernière phase du règne de Louis XIV, à partir des années 1690, le château de Marly fut, à côté de celui de Versailles, un lieu déterminant pour l’exercice de la politique royale. Cet article examine dans quelle mesure il est possible d’établir un lien entre la conception et la fonction de ces deux résidences, en se fondant sur l’étude comparative des cérémonies de prestation de serment des évêques, telles qu’elles se déroulaient sous Louis XIV à Versailles mais aussi à Marly. Il s’agit de montrer comment le programme architectural et artistique de Marly, complémentaire de celui de Versailles, définissait des repères spatiaux pour la conduite des affaires religieuses, telles que ces serments épiscopaux. Deux points forts se dégagent de cette étude. Dans la première moitié des années 1690, la chapelle de Versailles s’avère être le principal lieu de ces célébrations. C’est là que le souverain assoit la nouvelle conception de son rôle, axée sur la piété, et rétablit la stabilité de l’épiscopat français après des années de crise. À partir de 1695 environ, Marly prend de plus en plus d’importance dans les cérémonies de prestation de serment. Il est possible d’appliquer avec profit le concept d’hétérotopie de Michel Foucault à l’analyse de la fonction de cette résidence. Il en ressort, entre autres, eu égard à ces serments, que Marly a servi à l’établissement de structures épiscopales élitaires et a permis aux évêques de se positionner dans la hiérarchie féodale.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est une traduction mise à jour de l’article de Leander Beil, « Versailles oder Marly? Zur Raumdimension der Eidleistung französischer Bischöfe unter Ludwig XIV. », paru dans la revue Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, vol. 48, 2021, p. 293-310 (Ostfildern, Jan Thorbecke Verlag). URL : https://journals.ub.uni-heidelberg.de/index.php/fr/article/view/93937; DOI : https://doi.org/10.11588/fr.2021.1.93937. Nous remercions le Deutsches Historisches Institut Paris (Institut historique allemand) de nous avoir autorisé à publier la traduction française de cet article.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Ringot et Sarmant, 2012, § 9. Propos rapportés en 1688 par Girolamo Venier, alors ambassadeur de Ve (...)
  • 2 Il convient ici de ne pas omettre le rôle central joué par le débat post-habermassien sur la notion (...)

1Louis XIV aurait un jour décrit en ces termes les rôles respectifs attribués aux châteaux de Versailles et de Marly : « J’ai fait Versailles pour ma cour, Marly pour mes amis, et Trianon pour moi1. » Aussi claire que paraisse cette déclaration, l’opposition stricte entre le siège de la cour, sphère du politique, et une résidence privée, scène secondaire et apolitique réservée à un cercle amical, n’est pas sans poser de problèmes aux historiens. À la lumière des connaissances actuelles, cette distinction mérite d’être remise en question2.

  • 3 Hartmann, 1995. L’auteure établit des parallèles entre le programme architectural du château et cel (...)
  • 4 Ringot et Sarmant, 2012, § 4.
  • 5 Sabatier, 2012.
  • 6 Castelluccio, 1996.

2Pour ce qui est de l’importance de Versailles et de Marly dans la conduite des affaires de l’État, deux grandes tendances se font jour. Dans sa vaste étude sur l’architecture et la fonction de Marly, Claudia Hartmann souligne qu’il s’agit d’un lieu de retraite s’apparentant à un château de plaisance3. La plupart des auteurs de travaux plus récents ne parviennent toutefois pas à la même conclusion. Benjamin Ringot et Thierry Sarmant montrent clairement qu’il convient d’y voir un centre d’activités politiques et même un « second Versailles4 ». Gérard Sabatier partage l’idée que ce château joua un rôle essentiel dans l’exercice du pouvoir, en particulier dans les dernières années de la vie du souverain5. Stéphane Castelluccio, quant à lui, considère Marly comme un instrument efficace mis au service du contrôle de la noblesse6.

  • 7 Au cours des deux dernières décennies, les études sur le château de Versailles se sont multipliées. (...)
  • 8 Redepenning et Wilhelm, 2014, p. 324.
  • 9 L’ouvrage de Joseph Bergin sur l’épiscopat sous le règne de Louis XIV est très précieux pour notre (...)
  • 10 Dès fin des années 1680, il devient possible de comparer les châteaux de Versailles et de Marly, do (...)
  • 11 Établi par Christophe Levantal, le relevé détaillé de l’emploi du temps de Louis XIV tout au long d (...)
  • 12 Ici, nous nous sommes appuyé sur le dictionnaire biographique de Bergin, 2004. Leonhard Horowski, q (...)
  • 13 Stollberg-Rilinger, 2013, p. 103-104. Voir aussi Dahl-Keller, 1994, p. 67. À propos de l’histoire d (...)

3Jusqu’à présent, l’approche comparative entre Marly et Versailles n’a guère été explorée7. L’objectif de cette contribution est de montrer comment le programme architectural et artistique de Marly, complémentaire de celui de Versailles, organisait l’espace de manière à orienter ou exercer une influence sur d’importants rituels sacrés8. Ce lien entre espace et rituel s’inscrit dans un contexte singulier – celui de la dernière décennie du xviie siècle – où il est devenu nécessaire d’équilibrer les relations entre l’épiscopat et la monarchie par l’intermédiaire du serment des évêques9. Notre comparaison entre Marly et Versailles s’opère à deux niveaux. Elle repose d’abord sur l’examen des données quantitatives relatives aux cérémonies de prestation de serment dans les deux résidences10 : répartition dans le temps et périodes où elles sont plus fréquentes ont ici été prises en compte11. Ces données ont par ailleurs été mises en rapport avec les biographies des évêques concernés12. Il ressort de cette analyse que le serment de fidélité fonctionnait comme un lien religieux, politique et social. Il établissait une relation entre l’immanent et le transcendant. Il constituait en outre un rappel de la position pérenne de l’évêque dans la hiérarchie féodale et se traduisait par un haut degré d’engagement entre les participants13.

  • 14 Gerd Althoff souligne le lien étroit entre le cérémonial et l’espace. Il montre que la proximité av (...)
  • 15 Löw, 2001, p. 9.
  • 16 Osterhammel, 1998 ; Schlögel, 2003.
  • 17 Löw, 2001, p. 224.

4Dans un deuxième temps, nous avons étudié les cérémonies de prestation de serment sous l’angle de leur spatialité14. Depuis ce qu’il est convenu d’appeler le spatial turn des années 1980, l’articulation de l’espace et du temps est devenue un champ d’étude très fécond en sciences sociales15. En histoire, où temporalité et perceptions temporelles sont considérées comme un moyen de comprendre la réalité sociale, l’exploration de ce domaine se poursuit. Jürgen Osterhammel et Karl Schlögel ont, entre autres chercheurs, inauguré une nouvelle voie pour l’étude historique de la structuration de l’espace16. Un rôle essentiel revient ici à Martina Löw qui ne considère pas séparément les relations que l’espace entretient avec les hommes et les biens. Selon elle, ce sont plutôt ces deux acteurs qui, ensemble, constituent l’espace en tant que catégorie. Autrement dit, l’espace naît des interactions entre les hommes et les biens17.

  • 18 Le relevé chronologique de C. Levantal permet d’établir la date exacte du serment et l’identité des (...)
  • 19 Schlögl, 2008, p. 589. K. Schlögl se réfère ici à Wimmer, 1996.

5Pour intégrer à notre analyse une telle sociologie de l’espace, il convient de procéder dans un premier temps à une reconstitution du programme architectural et artistique des chapelles, en continuelle mutation, de Versailles et de Marly18. Il s’agit de mettre en évidence les caractéristiques dominantes à chaque phase de leur aménagement intérieur. Il devient dès lors possible d’interpréter la manière dont ces dernières soulignent la fonction du serment : celle d’un acte volontaire ritualisé, fondé sur un rapport de pouvoir19. Cet examen combinant plusieurs approches doit ensuite permettre d’évaluer plus précisément le rôle de l’espace dans la prestation de serment des évêques français sous le règne de Louis XIV.

Stabilisation de la situation politique (1690-1694)

Le conflit entre Louis XIV et Rome

  • 20 Les années 1680 représentent une période d’incertitude dans la longue histoire du règne de Louis XI (...)
  • 21 Bergin, 2004, p. 234-236.
  • 22 À cette époque, Louis XIV avait certes la possibilité de continuer à nommer des évêques, mais ceux- (...)
  • 23 Bergin, 2004, p. 255-256. Pour les évêchés étrangers nouvellement annexés, Rome était susceptible d (...)

6Notre étude commence par les années 1690. La période est d’abord placée sous le signe du rétablissement d’un épiscopat fonctionnel après une décennie de crise20. Celle-ci a été déclenchée par le conflit du « droit de régale » opposant depuis 1673 la cour de France à l’Église de Rome. La Déclaration des quatre articles, adoptée en 1682 par l’assemblée extraordinaire du clergé du royaume de France, avait affirmé l’indépendance de l’Église gallicane vis-à-vis du pouvoir pontifical, cimentant ainsi le désaccord entre Louis XIV et le pape Innocent XI21. La querelle s’aggravant, Rome décida de ne plus investir d’évêques en France22. Ce n’est que dix ans plus tard, au début de 1692, que le nouveau souverain pontife, Innocent XII, leva cette suspension23. Nous avons donc examiné les serments à partir de cette date.

  • 24 Les années 1690 constituent la décennie du règne de Louis XIV au cours de laquelle le plus grand no (...)
  • 25 La même année, le pape accepta l’extension du droit de régale du souverain, décision qui avait décl (...)

7Louis XIV fit d’abord prêter serment aux évêques qui n’avaient pas participé à l’assemblée extraordinaire de 1682 (fig. 1) et avaient déjà été nommés évêques dans les années 1680 ou vers 169024. C’est seulement une fois que le souverain se fut déclaré prêt à renoncer totalement aux Quatre Articles, soit à partir de 1693, que les ecclésiastiques présents à cette assemblée se virent de nouveau délivrer les bulles de confirmation par Rome25.

Fig. 1. Prestations de serment des évêques (1692-1693).

Nom

Prénom

Jour

Mois

Année

Évêché

Présent à l’assemblée de 1682

Godet des Marais

Paul

1

9

1692

Chartres

non

Huet

Pierre-Daniel

2

9

1692

Avranches

non

La Garde de Chambonas (de)

Charles-Antoine

2

9

1692

Viviers

non

Rézay (de)

Cyprien-Gabriel-Bénard

3

9

1692

Angoulême

non

Feydeau de Brou

Henri-Joseph

3

9

1692

Amiens

non

Caillebot de La Salle (de)

François

5

9

1692

Tournai

non

Poudenx (de)

François-Clément

16

9

1692

Tarbes

non

Verjus

François

23

12

1692

Grasse

non

Hervé

Charles-Bénigne

23

12

1692

Gap

non

Briqueville de La Luzerne (de)

Henri

30

10

1693

Cahors

non

Le Goux de La Berchère

Charles

12

11

1693

Albi

oui

Lezay de Lusignan (de)

Paul-Louis-Philippe

16

11

1693

Rodez

oui

Gourgues (de)

Jacques-Joseph

18

11

1693

Bazas

non

Saint-Georges (de)

Claude

23

11

1693

Lyon

oui

Bazin de Bezons

Armand-Jean-Baptiste

25

11

1693

Aire

non

Bochart de Champigny

Guillaume

5

12

1693

Valence

oui

Cabanes de Viens (de)

Jean-Balthazar

7

12

1693

Vence

oui

Brizay de Denonville (de)

Jean-François

11

12

1693

Comminges

non

Ratabon (de)

Martin

11

12

1693

Ypres

non

La réhabilitation de l’épiscopat

  • 26 Le 13 avril 1668 et le 25 avril 1672, voir Beil, 2021.
  • 27 Ibid.
  • 28 Bergin, 2004, p. 255.

8La « réhabilitation » de l’épiscopat français entraîna une modification des pratiques. Du milieu du xviie siècle à 1692, on ne compte que deux cérémonies au cours desquelles plusieurs évêques prêtèrent serment simultanément au souverain26. De 1692 à 1715, en revanche, ce cas se présenta dix-huit fois27. Le fait que Louis XIV et l’épiscopat français aient eu recours à quatre reprises à des prestations de serment multiples au cours des seules années 1692 et 1693 est révélateur de la situation d’urgence dans laquelle ils se trouvaient. Après une décennie de crise, l’administration des diocèses privés d’évêques devait être rapidement remise en marche28. Nous pouvons en conclure qu’une procédure accélérée permettant des prestations simultanées s’est alors imposée.

  • 29 Selon J. Bergin, c’est bien ainsi que l’on peut considérer les nominations groupées d’évêques (ibid (...)
  • 30 Seuls trois archevêques sur trente-quatre ne se présentèrent pas seuls devant le roi pour prêter se (...)

9Un changement aussi important n’a toutefois pas été sans conséquences sur la valeur et le sens de la cérémonie. Le fait de prêter serment en groupe – il s’agissait généralement de deux ou trois évêques – amoindrissait le caractère singulier des serments, gestes d’hommage vassalique individuels. Cela pouvait inciter acteurs et observateurs à les considérer comme de simples actes administratifs ou de pure stratégie politique29. A contrario, l’évêque qui prêtait serment seul devant le roi bénéficiait d’une valorisation symbolique. À partir des années 1690, une dualité opposant singularité et non-singularité de la cérémonie fut donc introduite en matière de prestation de serment30.

La chapelle provisoire (1690-1694)

L’espace de la piété

10La première moitié des années 1690 fut largement marquée par la consolidation des relations entre Louis XIV et la papauté et par la réhabilitation de l’épiscopat français. Entre 1692 et 1694, soit juste après la sortie de crise, les prestations de serment eurent presque toutes lieu à Versailles (fig. 2). Dès lors se pose la question des liens éventuels entre l’aménagement de la chapelle du château et le contexte politique de ces cérémonies.

Fig. 2. Recensement des serments dans les résidences de Louis XIV de 1692 à 1701.

Année

Versailles

Marly

Grand Trianon

Saint-Germain

Fontainebleau

Autres

1692

9

0

0

0

0

0

1693

9

0

0

1

0

0

1694

8

0

0

0

0

0

1695

3

0

3

0

0

0

1696

3

1

1

0

1

0

1697

1

1

0

0

0

0

1698

1

2

0

0

2

0

1699

2

4

0

0

0

1

1700

0

0

0

0

0

0

1701

0

2

0

0

0

0

  • 31 Maral, 2011, § 2.
  • 32 Maral, 2011, § 109.

11La Chapelle royale de Versailles, en fonction en 1692, avait été inaugurée le 30 avril 1682. Il s’agissait déjà du quatrième lieu de culte construit pour le château depuis le début du règne de Louis XIV31. Elle avait été d’emblée conçue comme un espace provisoire, précurseur d’une chapelle déjà planifiée et beaucoup plus somptueuse. Mais en raison de l’ampleur monumentale de ce projet et de difficultés financières, l’édifice de 1682 fut utilisé plus longtemps que prévu, jusqu’en 171032.

  • 33 Dans les Comptes des bâtiments du roi, ce décor est inventorié comme suit : « 27 avril-19 juin : à (...)
  • 34 Ibid., § 27.
  • 35 Voir la reproduction de la Nativité (Die Heilige Nacht) du Corrège conservée dans les Collections n (...)
  • 36 Maral, 2002, p. 26-27.

12Son style était plus épuré que celui des chapelles précédentes comme de celle qui allait lui succéder. Le riche décor de la chapelle de 1672 ne fut ainsi pas réutilisé et l’intérieur fut pour l’essentiel orné de bois sculpté33. Contrairement à celle des chapelles précédentes, la voûte fut laissée sans ornement. L’aménagement intérieur était essentiellement axé sur un retable, encadré de deux anges adorateurs. Les piliers de la galerie, avec deux anges engainés portant une architrave, attiraient aussi le regard34. Toutefois, une place importante avait également été réservée à la peinture. Le maître-autel était orné d’une Nativité, copie par Bon Boullogne de La Nativité du Corrège35. Bien que placés chacun à un étage différent, les tableaux figurant les saints protecteurs du couple royal, respectivement un Saint Louis offrant la couronne d’épines de Bon Boullogne et une Sainte Thérèse et un ange de son frère Louis de Boullogne, formaient une paire. La Vierge à l’Enfant avec sainte Martine de Pierre de Cortone ornait probablement l’autel de la Vierge au rez-de-chaussée36.

  • 37 C’est ce qu’illustrent des peintures tel Le Triomphe de David de Matteo Rosselli (conservé au musée (...)
  • 38 On fait ici référence aux œuvres du Corrège et de Pierre de Cortone.
  • 39 Rowlands et Prest, 2017, p. 13. À partir du milieu des années 1680, Louis XIV assista à davantage d (...)

13Cette composition révèle une nouvelle conception. Alors que dans d’autres chapelles royales il était courant d’intégrer au décor de l’espace sacré un élément triomphal dédié au souverain37, dans celle, plus sobre, de 1682, on s’en tint aux motifs religieux des origines du christianisme, à savoir ceux évoquant Jésus et sa naissance38. Cette conception reflétait la piété croissante de Louis XIV39. L’utilisation du bois comme matériau pour les décors et l’absence de scène peinte sur la voûte doivent aussi être considérées comme une illustration de cette piété. Ces choix ne résultent donc pas tous du seul caractère provisoire de la chapelle.

Un espace de paix au sein de l’Église

14Le tableau de Pierre de Cortone est la seule des quatre peintures mentionnées encore conservée aujourd’hui. L’œuvre a probablement été placée dans la chapelle entre 1686 et 169540. Réalisée vers 1643-1644, elle reprend un motif auquel l’artiste a souvent eu recours. Au centre du tableau se trouve un groupe de trois personnages : la Vierge, l’Enfant Jésus et sainte Martine, figurés devant un paysage bucolique. La composition introduit une hiérarchie visuelle : la Vierge, assise sur un muret avec l’enfant dans ses bras, en constitue le point central, légèrement décalé vers la gauche. Sainte Martine, mi-agenouillée, mi-assise, tend la main droite vers l’Enfant Jésus. Dans sa main gauche, elle tient, en guise d’attribut, l’instrument avec lequel elle a été torturée. Ces contacts entre les personnages affirment la cohésion du groupe.

  • 41 Schäfer, 2003.

15Dans le contexte historique de la chapelle, le choix de la figure de sainte Martine est révélateur. Le culte de la sainte patronne de Rome est attesté depuis le vie siècle. Fille d’un ancien consul, cette diaconesse aurait vécu au iiie siècle apr. J.-C. et aurait été exécutée lors de la persécution des chrétiens sous le règne de l’empereur Sévère Alexandre. Martine avait en effet refusé de faire un sacrifice à Apollon, ce qui lui avait valu d’être torturée. Selon la légende, elle n’aurait survécu que grâce à l’aide divine, avant d’être décapitée41. Ce récit du martyre de la sainte suggère l’existence d’un lien entre les problématiques religieuses de la fin du xviie siècle et le choix du tableau pour la chapelle de Versailles. Patronne de Rome, sainte Martine pourrait incarner l’Église romaine dans son conflit avec le souverain « apollinien » et apostat Louis XIV et son Église gallicane. Des indices plaident en faveur d’une telle interprétation, même si cette hypothèse ne peut être confirmée de manière irréfutable.

  • 42 Sabatier, 2016, p. 313-315.
  • 43 Milovanovic, 2009, p. 38-39.

16Force est de constater que l’œuvre de Pierre de Cortone, avec la « trinité » de la Vierge, de l’Enfant Jésus et de sainte Martine, peut ici se prêter à deux lectures : elle représenterait d’une part la victoire de la chrétienté sur une incroyance supposée, et soulignerait de l’autre la piété accrue du souverain. La figure de sainte Martine pourrait aussi illustrer l’abandon du culte apollinien autour de la personne de Louis XIV42. Celui-ci avait atteint son apogée dans les années 1670, mais, dès la décennie suivante, le roi fut de plus en plus souvent mis en scène par l’iconographie comme un chef militaire dans la tradition antique43.

  • 44 Löw, 2001, p. 224.
  • 45 Maral, 2002, p. 270.

17Lorsqu’on les associe, programme architectural et décor produisent un effet symbolique aux implications sociales et offrent un cadre spatial. Dans cette construction, les individus sont autant d’éléments susceptibles d’être positionnés dans l’espace. Par ailleurs, la conception de l’espace lui-même est liée à leurs activités44. Le serment au souverain se déroulait selon le cérémonial suivant : après avoir présenté ses bulles au grand aumônier, l’évêque, vêtu d’une sorte de manteau (camail) sous lequel il portait le rochet, assistait à un office en présence du roi. Le chapelain disait la messe et lisait l’Évangile qu’il confiait ensuite à l’un des clercs de la chapelle du château. Puis l’évêque se levait, s’inclinait devant le souverain et le clergé, et se voyait remettre l’Évangile. Il s’agenouillait alors devant le roi, embrassait les Écritures et prêtait serment. Enfin l’évêque se relevait, rendait l’Évangile, ce qui venait clore la cérémonie45.

18Ce rituel souligne donc la proximité physique alors mise en œuvre entre l’évêque et le roi. Quant au serment lui-même, il doit être considéré comme un processus plutôt statique, l’accès à l’aura du souverain étant déjà inscrit dans l’espace par le cérémonial. À l’instar d’une pièce de théâtre, la prestation de serment doit être mise en scène avec un décor et des formes bien précises. Des changements a priori mineurs, comme ceux liés aux prestations de serment multiples au début des années 1690, prennent dès lors une importance accrue.

  • 46 Bergin 2004, p. 261.

19La chapelle de Versailles permettait aussi d’illustrer l’évolution des mentalités. Elle créait symboliquement une certaine distance avec le passé de Louis XIV, notamment avec le culte apollinien dont il avait fait l’objet. La mise en scène soulignait la religiosité du souverain et sa prétention à être le premier monarque de la chrétienté46. Associée à la conception relativement simple de l’édifice, elle offrait un cadre approprié à la reconstruction de l’épiscopat français, au début des années 1690, et témoignait de la fin d’un long conflit entre le roi et le Saint-Siège.

Mise en place de nouvelles structures (1695-1701)

Les carrières dans l’épiscopat

  • 47 Il convient ici d’écarter l’hypothèse selon laquelle l’augmentation du nombre de serments à Marly e (...)

20Vers la fin des années 1690, l’épiscopat français se stabilisa par rapport à la décennie de crise qui avait précédé. Parallèlement, un changement éloquent intervint : le nombre de cérémonies de serment se mit à diminuer et d’autres lieux furent de plus en plus utilisés. De 1697 à 1701, Louis XIV reçut ainsi au château de Marly plus du double de serments qu’à Versailles47.

  • 48 Tant à Marly qu’à Versailles, les ecclésiastiques qui prêtèrent serment étaient presque exclusiveme (...)

21S’il est impossible de rendre compte avec précision des relations entre les différents évêques et la Couronne48, nous pouvons en revanche distinguer ceux qui ont été assermentés à Marly de ceux qui l’ont été à Versailles. Le tableau ci-dessous (fig. 3) répertorie les évêques ayant prêté serment durant la période considérée, ainsi que les caractéristiques qui jouaient alors un rôle de premier plan dans la carrière épiscopale.

  • 49 Dolezalek, Bregger et Karle, 2020.
  • 50 Bergin, 2004, p. 249.

22Il s’agissait premièrement du vicariat général, une fonction d’adjoint d’un évêque, en charge de l’administration du diocèse49, qui prit de l’importance à partir des années 1690. Cette charge était liée à des évolutions déjà amorcées au cours de la décennie précédente. Pendant cette période de conflit, la Couronne avait eu en effet recours à la fonction de vicaire général pour remédier à la vacance des sièges épiscopaux50.

Fig. 3. Prestation de serment des évêques à Versailles et Marly (1695-1701).

Nom

Prénom

Lieu du serment

Année

Vicaire général

Saint-Sulpice

Militaire

Agent général

Noailles (de)

Gaston-Jean-Baptiste-Louis

Marly

1696

non

oui

oui

non

Colbert de Croissy

Charles-Joachim

Marly

1697

oui

non

non

oui

Balbe de Berton de Crillon (des)

François

Marly

1698

oui

non

oui

non

Langle (de)

Pierre

Marly

1698

oui

non

non

oui

Aquin (d’)

Louis

Marly

1699

non

non

non

oui

Salgues de Valderiès de Lescure

Jean-François

Marly

1699

oui

oui

non

non

Grammont (de)

François-Joseph

Marly

1699

non

oui

oui

non

Kerhoënt de Coëtanfao (de)

Roland-François

Marly

1699

oui

non

oui

non

Beauvau du Rivau (de)

René-François

Marly

1701

oui

non

oui

non

Aubigné (d’)

Claude-Maur

Marly

1701

oui

non

non

non

Gesvres (de)

Léon Potier

Versailles

1695

non

non

non

non

Villeneuve de Vence (de)

Charles

Versailles

1695

non

non

non

non

Noailles (de)

Louis-Antoine

Versailles

1695

non

non

non

non

Foresta-Colongue (de)

Joseph-Ignace

Versailles

1696

oui

non

non

non

Carbonnel de Canisy (de)

François

Versailles

1696

oui

non

oui

non

Bazan de Flamanville

Jean-Hervé

Versailles

1696

oui

oui

oui

non

Du Cambout de Coislin

Henri-Charles

Versailles

1697

oui

non

oui

non

Mailly-Nesle (de)

François

Versailles

1698

non

non

non

non

Fleuriau d’Armenonville

Louis-Gaston

Versailles

1699

non

oui

non

non

Taffoureau de Fontaine

Charles-Nicolas

Versailles

1699

oui

non

non

non

  • 51 Ibid., p. 250.

23À l’initiative du roi, le candidat à l’épiscopat était nommé vicaire général par le chapitre de l’Église et pouvait ainsi cogérer l’évêché sans avoir reçu l’approbation pontificale. Cette procédure, introduite pendant la crise, a servi de modèle pour les décennies suivantes51. Comme le montre la figure 3, sept vicaires généraux furent assermentés à Marly et cinq à Versailles.

  • 52 Beil, 2021.
  • 53 Bergin, 2004, p. 288-289.

24À partir de la fin des années 1690 se dessine aussi une tendance en faveur de la prestation de serment d’évêques ayant un lien avec la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice52. Les Sulpiciens étaient souvent destinés à une carrière épiscopale, car la Compagnie entretenait de bonnes relations dans les cercles proches du pouvoir et constituait un modèle d’intégrité politique. Ses supérieurs parvenaient en effet le plus souvent à tenir la communauté et ses membres à l’écart des conflits qui se développaient avec les courants jansénistes ou quiétistes53. Ainsi, entre 1695 et 1701, trois Sulpiciens furent assermentés à Marly et deux à Versailles.

  • 54 Devenu un archevêque influent dans les années 1690, François de La Mothe-Fénelon s’exprimait en ces (...)
  • 55 Bergin suggère une telle interprétation, mais ne la formule pas explicitement (Bergin, 2004, p. 63)

25Par ailleurs, les clercs ayant des liens familiaux avec l’armée augmentaient leurs chances de faire carrière54, au moins en temps de guerre – ici pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg. Cette tendance s’observe également chez les évêques. L’attribution de sièges épiscopaux fut en effet utilisée pour stabiliser les relations de la Couronne avec l’armée55. Cinq des dix évêques assermentés à Marly et trois qui le furent à Versailles appartenaient à des familles étroitement liées à cette dernière.

  • 56 Dans les périodes intermédiaires, entre les assemblées du clergé, leur rôle était d’autant plus imp (...)
  • 57 Bergin, 2004, p. 133.

26Enfin, distinguer les évêques selon leur activité ministérielle en tant qu’agents généraux est également instructif. De la fin du xvie siècle à la Révolution, l’agent général était chargé des relations entre les assemblées du clergé et le gouvernement royal – c’est-à-dire le roi lui-même, son conseil, le chancelier, les ministres et les parlements56. Comme l’explique Joseph Bergin, la fonction d’agent général devint, au plus tard à partir des années 1670, une condition préalable favorable à une future nomination comme évêque57. Cela concerne trois évêques assermentés à Marly, et aucun à Versailles.

  • 58 Beil, 2021.

27La figure 3 montre que les évêques ayant prêté serment à Marly présentent en moyenne de meilleurs atouts pour faire carrière, selon les critères que nous venons d’énoncer. Les caractéristiques prises en compte sont en effet davantage représentées chez ceux qui ont prêté serment dans ce château : ces derniers remplissent dans huit cas sur dix plus d’un des critères, contre seulement deux cas sur dix chez ceux assermentés à Versailles. De plus, il faut noter que sur les dix évêques assermentés à Marly, deux le furent collectivement, tandis que les huit autres l’ont été lors d’une cérémonie individuelle accroissant leur prestige58.

Le rôle particulier des agents généraux

  • 59 Bergin, 2004, dictionnaire biographique.

28Il est frappant de constater que, à Marly, les évêques ayant prêté serment les premiers occupaient la fonction d’agent général dans les années 1690 : Louis d’Aquin fut agent général de 1690 à 1695, Charles-Joachim Colbert de Croissy, de 1695 à 1697 et Pierre de Langle, de 1697 à 169859. C’est entre 1695 et 1701 que l’on relève le plus grand nombre d’agents généraux nommés évêques, parfois même pendant leur mandat régulier.

  • 60 Il s’agit d’un nouvel impôt direct par tête, créé par Louis XIV en 1695, afin de financer la guerre (...)
  • 61 Il s’agissait d’un prélèvement considérable de quatre millions de livres, voir Blet, 1989, p. 20-36
  • 62 Ibid., p. 33. Il ne faut pas oublier qu’il n’est guère possible de faire une distinction entre la n (...)

29En tant qu’intermédiaires entre les assemblées du clergé et le gouvernement royal, les agents généraux étaient aussi chargés de superviser la perception de l’impôt exceptionnel, négocié dans les années 1690, dont le clergé dut s’acquitter de 1696 à 1698, puis à partir de 1701. Cette nouvelle taxe, ou capitation60, contribua largement à surmonter les problèmes financiers survenus, entre autres, dans le contexte de la guerre de la Ligue d’Augsbourg61. L’assemblée du clergé peut donc être considérée comme essentielle pour la Couronne, y compris d’un point de vue économique. Les nominations d’évêques et les prestations de serment qui s’ensuivirent permirent d’exercer une certaine pression sur des figures importantes des assemblées du clergé, notamment sur les agents généraux. Les contemporains semblent en avoir été parfaitement conscients, comme le souligne Pierre Blet : « [L]e Roi n’avait pas procédé comme de coutume le jour de la Pentecôte à la nomination aux bénéfices vacants […]. Les mauvaises langues prétendirent que c’était “pour tenir en espérance” les candidats aux bénéfices, membres de l’assemblée62. »

  • 63 Les prestations des agents généraux attiraient l’attention du roi. Louis XIV fut par exemple si sat (...)

30La question de savoir quels évêques furent invités à prêter serment à Marly est ainsi suffisamment éclaircie, du moins dans le contexte historique qui nous intéresse ici. Pour la période qui suivit la première « phase de réhabilitation », c’est-à-dire la fin du conflit avec le Saint-Siège, les « évêques de Marly » peuvent être décrits comme des représentants de l’épiscopat dont on attendait beaucoup. Signe de leur position, ils eurent, pour la plupart, le privilège de prêter serment seuls devant le roi. Ils bénéficiaient généralement d’un meilleur profil que ceux dont le serment avait lieu à Versailles, entre autres grâce à leurs liens avec l’armée, et trois d’entre eux disposaient en outre de compétences essentielles pour le souverain : en tant qu’agents généraux, ils étaient susceptibles de rendre de précieux services à la Couronne63.

La chapelle de Marly (1695-1701)

31Le choix de Marly pour faire prêter serment à ces évêques peut s’expliquer de deux manières. D’une part, ce château était considéré comme une résidence réservée au seul souverain ; d’autre part, le programme architectural et décoratif y était adapté à la prestation de serment d’évêques de premier rang. Il convient ici d’expliquer ces deux aspects.

L’espace privé

  • 64 Ringot et Sarmant, 2012, § 15.

32Le caractère privé de Marly tenait en premier lieu à l’accès limité au château. Seul un nombre restreint de courtisans étaient conviés à pénétrer dans son enceinte. Une invitation à Marly équivalait donc, à partir des années 1690, à une distinction politique, sinon sociale64. Saint-Simon décrit en ces termes les tentatives des courtisans pour se faire inviter :

  • 65 Saint-Simon, 1916, p. 359-360.

Le Roi venait souper, toujours au grand couvert […]. À son souper […] étoient toujours grand nombre de courtisans, et de dames tant assises que debout, et la surveille des voyages de Marly toutes celles qui vouloient y aller. Cela s’appeloit se présenter pour Marly. Les hommes demandoient le même jour le matin, en disant au Roi seulement : « Sire, Marly ! »65.

  • 66 Ibid.
  • 67 Ringot et Sarmant, 2012, § 15.

33Les élus y trouvaient la confirmation de leur proximité personnelle avec le roi, dans un espace où l’étiquette était moins stricte66. Comme le montrent Benjamin Ringot et Thierry Sarmant, ce sont les serviteurs les plus fidèles du roi et de l’État qui étaient ainsi récompensés, mais ces auteurs n’évoquent pas les hommes d’église en particulier67. Les points communs entre ceux qui prêtent serment laissent toutefois penser qu’un modèle d’interprétation similaire peut être appliqué au clergé et par conséquent à l’épiscopat. Les carrières plus prestigieuses des évêques assermentés à Marly, ainsi que leur rôle de médiateur lors des grandes assemblées ecclésiastiques, attesté pour plusieurs d’entre eux, reflètent l’importance qu’ils avaient pour la Couronne. Dans ce contexte, il apparaissait évident d’accorder un honneur particulier aux évêques les plus prometteurs, en déplaçant à Marly la cérémonie de leur prestation de serment.

L’espace idéal

Fig. 4. Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des pavillons de Marly, 1724, huile sur toile, 137 × 155 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

Fig. 4. Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des pavillons de Marly, 1724, huile sur toile, 137 × 155 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.

http://collections.chateauversailles.fr/​#74e1b04c-1e8f-42da-ba72-bc1ceadc1d03

© RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot

  • 68 Hartmann, 1995, p. 126.

34Il convient à présent de s’intéresser de plus près au programme architectural de Marly et de sa chapelle. Le caractère privé du moment que nous venons d’évoquer s’illustre dans la configuration extérieure du site, lequel était isolé dans une vallée entourée de forêts. Le bâtiment principal où logeait le souverain se trouvait au centre du domaine et était bordé de chaque côté par six pavillons (fig. 4). Alignés le long d’un axe central, constitué d’une succession de bassins, ces derniers accueillaient les invités68.

  • 69 Ibid., p. 131.
  • 70 Malheureusement il n’existe pas de représentation antérieure aussi précise de la chapelle. En se ré (...)

35Il est tout d’abord frappant de constater que les pavillons de la salle des gardes et de la chapelle, tous deux orientés en direction de l’aile principale du château, présentaient une forte similitude dans leur apparence extérieure (fig. 5). Dès le premier coup d’œil on observe la même composition générale : les corniches horizontales, les bustes et les fresques en façade au premier étage, les vases et les statues au rez-de-chaussée. Comme ceux des pavillons des invités69, leur toit était souligné par une balustrade, interrompue en son centre par un fronton triangulaire. La chapelle se distinguait par son clocher orné d’une petite croix et d’une horloge intégrée dans son pignon. La structure similaire des deux pavillons inscrivait la chapelle dans le contexte architectural d’ensemble du château de Marly, sans laisser deviner son importante fonction cérémonielle70.

Fig. 5. Château de Marly. Élévation du pavillon de la salle des gardes. Élévation du pavillon de la chapelle du château. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-425-FT 4.

Fig. 5. Château de Marly. Élévation du pavillon de la salle des gardes. Élévation du pavillon de la chapelle du château. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-425-FT 4.

© BNF

  • 71 Schäfer, 2003.
  • 72 Hartmann, 1995, p. 136.

36La décoration polychrome de la façade de la chapelle est aussi riche d’enseignements. La statue à gauche de l’entrée figurant sainte Sabine établissait un parallèle avec la chapelle de Versailles, car Sabine était, tout comme la sainte Martine du tableau de Cortone, une martyre chrétienne et l’une des patronnes de Rome71. Le personnage situé à droite de l’entrée, un jeune satyre soufflant dans une flûte, rompait en revanche avec le symbolisme religieux de Versailles. Des références à la mythologie grecque se retrouvaient dans les reliefs de l’étage supérieur : à gauche, on pouvait voir une représentation liée au culte de Cybèle ; à droite, Apollon était associé à Diane. Différents attributs de vanités dans le fronton triangulaire renforçaient le caractère païen et mythologique du programme décoratif et l’inscrivaient ainsi dans la conception globale du château de Marly72.

  • 73 Ibid., p. 199.

37Hormis sainte Sabine et la croix du clocher, rien ne signalait la fonction sacrée de l’édifice. Les références dominantes à la culture antique et à sa mythologie évoquaient un lieu idéal réservé au souverain à travers une iconographie à la fois apollinienne et dionysiaque. Contrairement à la chapelle presque « dévote » de Versailles, le lieu de culte de Marly privilégiait une autre symbolique où des motifs païens et chrétiens se côtoyaient dans le cadre d’une architecture sacrée73.

L’espace « autre »

  • 74 Comptes des bâtiments du roi…, 1881-1901, t. II (1681-1687, Colbert-Louvois), col. 819. Ceux-ci ont (...)
  • 75 Ibid., col. 1046. Sur la vie de Pierre Bedeau et le débat quant à la paternité du tableau, aujourd’ (...)
  • 76 Dans l’art paléochrétien, le lys symbolisait un mode de vie singulier, capable de concilier deux ré (...)
  • 77 Nickler, 1987, p. 43.

38Outre les ornements extérieurs, le décor intérieur de la chapelle est lui aussi révélateur. Il se composait de pilastres, de sculptures et de tables murales en saillie, les fenêtres étant ornées de rinceaux figurant des branches d’arbre74. La peinture du maître-autel était l’œuvre de Pierre Bedeau, artiste alors très demandé à Versailles75. Son Annonciation montrait la Vierge à genoux devant un siège de prière ; l’archange Gabriel lui remettait un lys, symbole de virginité et de pureté, ainsi que celui de la monarchie française76 ; le Saint-Esprit trônant au-dessus veillait sur la scène77.

  • 78 Ferraro, 2012, p. 378-379.
  • 79 Concept formulé par Michel Foucault, l’hétérotopie désigne la localisation physique d’une utopie, u (...)

39Remarquons ici la position de la Vierge. Dès le xive siècle, elle est de plus en plus souvent représentée à genoux. Ce choix souligne l’humilité et l’obéissance inconditionnelle qu’elle manifeste face à la volonté divine. Par son dévouement et sa dévotion, elle montre aux croyants comment il convient de se comporter envers Dieu78. Lorsque Louis XIV priait devant l’autel de Marly, il pouvait contempler un personnage dont l’attitude devait être imitée. Ce n’était donc pas un motif triomphal ou généalogique qui dominait l’espace, mais celui d’une dévotion intime. Le site du château et sa chapelle peuvent ainsi être vus comme une hétérotopie, pour reprendre le terme de Michel Foucault79, une interprétation qui peut se lire à travers trois caractéristiques.

  • 80 Pour un exposé précis de la fonction des jardins, voir Hartmann, 1995, p. 189-191.
  • 81 Foucault, 2004, p. 17.

40Tout d’abord, à Marly, des éléments apparemment contradictoires ont été réunis en un même lieu. Avec ses motifs pour l’essentiel païens, auxquels se mêlaient des références chrétiennes, la chapelle s’inscrivait dans un programme architectural plus vaste qui déterminait toute la structure du château. Les jardins, quant à eux, n’étaient pas un simple complément décoratif des bâtiments. Comme l’a souligné Claudia Hartmann, c’était au contraire l’architecture qui constituait un élément décoratif au service de la nature80. Pour reprendre une autre expression de Michel Foucault, Marly et ses jardins étaient en mesure de restituer « la totalité du monde81 » par l’intermédiaire de l’architecture et de l’aménagement de la nature, dans un site circonscrit et divisé en parcelles. Outre le chrétien et le séculier, Marly réunissait également en un tout le microcosme et le macrocosme.

  • 82 Ibid., p. 18.

41Deuxièmement, il s’agissait, comme nous l’avons déjà expliqué, d’une suite de bâtiments à usage privé, accessible à un nombre restreint de personnes. À l’arrivée à Marly, la structure symétrique de l’ensemble laissait seulement deviner ce que les invités pouvaient clairement voir à l’intérieur : la splendeur et la cohérence du site. Ainsi, les façades de la chapelle et de la salle des gardes étaient délibérément orientées vers l’intérieur du complexe architectural, en direction du bâtiment principal, ce qui réservait leur visibilité et l’effet produit par les motifs architecturaux aux observateurs les plus proches. On peut décrire cette disposition à la manière de Foucault comme un « système d’ouverture et de fermeture82 ».

  • 83 Stollberg-Rilinger, 2013, p. 73.
  • 84 Ringot et Sarmant, 2012.

42Pour qui était invité à Marly s’ouvrait un espace qui semblait en dehors de la société et permettait, troisième caractéristique, de rompre avec la temporalité traditionnelle de la vie de cour. En effet, si l’étiquette stricte de Versailles servait entre autres à structurer le déroulement ritualisé de la journée83, ses règles étaient assouplies à Marly. Cela apparaît clairement dans le fait que les dames y assistaient au dîner du roi en robe de chambre, illustrant ainsi le caractère tout à fait « autre » de ce château84.

  • 85 Foucault, 2004, p. 18-19.
  • 86 Ibid., p. 15.

43Le site de Marly se situait donc dans un champ de tensions entre hétérotopie dite de « compensation » et hétérotopie d’illusion. D’une part, il représentait la totalité non ordonnée du monde qu’il ordonnait et structurait ; de l’autre, il ménageait des vides, créait des espaces libres qui, dans leur opposition à la norme de la cour, peuvent être décrits comme des espaces d’illusion85. Lorsque Foucault parle du miroir comme d’une hétérotopie, il met en évidence une fonction spécifique de cet « espace autre » qui renvoie celui qui regarde à sa place, à celle qu’il « occupe » réellement : « du fond de cet espace virtuel qui est de l’autre côté de la glace, je reviens vers moi et je recommence à porter mes yeux vers moi-même et à me reconstituer là où je suis86 ». L’invitation à Marly permettait ainsi de se situer de manière réflexive et d’affirmer sa propre position sociale.

44Le serment, qui fonctionnait déjà par définition comme une détermination de la position des participants dans la hiérarchie féodale, se doublait d’un positionnement personnel. L’importance du serment au sein de l’hétérotopie de Marly était ainsi soulignée. Le processus de mise en évidence du rôle dévolu à l’évêque au sein de la hiérarchie féodale ne se déroulait donc pas uniquement par le biais de la cérémonie du serment, mais se reflétait également dans l’espace et l’hétérotopie du château. Cela montre bien que Marly ne peut être interprété ni comme un château de plaisance, ni comme une résidence de chasse. En tant qu’hétérotopie, le site assumait une fonction importante pour la symbolique politique. L’aura liée au caractère privé du lieu a été volontairement mise à profit, et la chapelle, espace sacré, a été incluse dans ce processus. Il ne s’agissait donc pas en premier lieu de la seule dimension rhétorique de la cérémonie du serment en tant que proclamation d’une relation entre deux parties puissantes, comme cela avait été le cas à Versailles pendant la période d’apaisement au sein de l’Église. On avait plutôt affaire à une intégration délibérée du clergé, et la chapelle de Marly s’y prêtait parfaitement. Elle créait un espace de dévotion et de religiosité intimes, elle assurait le lien entre le fidèle et Dieu, entre le sujet et le souverain séculier, tout en réactualisant l’ordre féodal à chaque serment.

Conclusion

45L’analyse proposée ici nous montre tout d’abord que, dans les années 1690, en matière de prestations de serment, deux espaces distincts peuvent être identifiés. Dans la première moitié de la décennie, la chapelle de Versailles, construite en 1682, fut le principal lieu utilisé à cet effet. Dans la seconde moitié des années 1690, la chapelle de Marly gagna en importance. Au début de la décennie qui suivit la fin du conflit entre le pape et le souverain, le mot d’ordre était de mettre en scène le roi de France en tant que héros du catholicisme. Pour y parvenir de façon crédible, il fallait non seulement un épiscopat fonctionnel, mais aussi un cadre approprié, afin de donner le poids nécessaire à l’investiture des évêques par la cérémonie du serment. La chapelle de Versailles, provisoire et relativement sobre, s’imposa car elle mettait en valeur l’attention accrue que le roi portait à la foi. C’est là que Louis XIV reçut, dans la première moitié des années 1690, les serments de presque tous les évêques nouvellement nommés. Il entérinait ainsi sa manière de concevoir son rôle de défenseur du catholicisme dans un espace où l’iconographie illustrait la victoire de la chrétienté sur l’hérésie.

  • 87 Voir le tableau 1 dans Beil, 2021 : à partir de 1702, les serments se multiplièrent à Versailles. A (...)

46Au château de Marly, ces cérémonies acquirent une signification supplémentaire. De 1697 à 1701, Louis XIV y fit organiser un nombre de serments plus de deux fois supérieur à ceux qui eurent lieu à Versailles87. À cette époque, le souverain utilisait le château pour nouer des liens financiers et politiques stratégiques avec des personnalités influentes de l’épiscopat, notamment avec tous les agents généraux des années 1690. À ce moment, on n’observe donc pas de mise en scène d’une évolution de la politique à l’égard du clergé, comme dans les années précédentes à Versailles, mais plutôt la mise en place progressive d’une organisation plus élitaire d’un épiscopat étroitement lié à la royauté.

47Le domaine de Marly s’y prêtait parfaitement, surtout en raison de son caractère privé. Par contraste avec Versailles, Marly doit être considéré comme un lieu d’échanges réciproques. Les aspects les plus divers y convergeaient. A priori peu compatibles entre eux, ils devaient se conformer à un programme bien spécifique : l’immanent se transformait en transcendant ; les règles de la cour étaient assouplies. Grâce à son isolement et à la symbiose qui s’opérait entre forme et fonction, entre conception baroque de l’art et monarchie idéalisée, un espace fait d’illusion se déployait à Marly. Cet espace ne jouait cependant pas le rôle dévolu à un château de plaisance éloigné du gouvernement, comme le suggère parfois la littérature. Il semble bien plus judicieux d’appliquer à Marly le concept d’hétérotopie de Michel Foucault pour évaluer la fonction politique de cet espace. Pour ce qui est de la prestation de serment sous Louis XIV, il apparaît que l’hétérotopie de Marly permettait aux évêques de conforter leur position au sein du pouvoir féodal.

  • 88 Löw, 2001, p. 230.

48Aujourd’hui, il n’est plus possible de se faire une idée précise de l’espace d’origine de la Chapelle royale provisoire de Versailles et de la chapelle du château de Marly. Pour Martina Löw, l’approche scientifique ne permet pas de restituer la réalité de l’espace, elle ne fait que la reconstruire88. C’est à ce titre que le présent article a tenté de redessiner les contours de ces deux chapelles, dans le contexte de la cérémonie de prestation de serment, de clarifier leurs fonctions respectives et de contribuer ainsi à nous les rendre de nouveau accessibles.

Haut de page

Bibliographie

Sources imprimées

Barozzi Nicolò et Berchet Guglielmo (éd.), 1863, Le relazioni degli stati europei, lette al Senato dagli ambasciatori veneti nel secolo decimosettimo, série II, Francia, vol. 3, Venise, Pietro Naratovich.

Comptes des bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, édités par Jules Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Fénelon François de, 1827, Correspondance de Fénelon, archevêque de Cambrai, publiée pour la première fois d’après les manuscrits originaux et la plupart inédits, t. II, Paris, Ferra jeune, libraire.

Saint-Simon Louis de Rouvroy duc de, 1916, Mémoires de Saint-Simon. Nouvelle édition, collationnée sur le manuscrit autographe, augmentée des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau et de notes et appendices, t. XXVIII, Paris, Hachette.

Études

Althoff Gerd, 2003, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Beil Leander, 2021, « Versailles oder Marly. Zur Raumdimension der Eidleistung französischer Bischofe unter Ludwig XIV. ». [Data set]. Zenodo. DOI : https://doi.org/10.5281/zenodo.4900077.

Bély Lucien (dir.), 1996, Dictionnaire de la France d’Ancien Régime, Paris, Presses universitaires de France.

Benoit Michelle et Wilson Richard Guy, 2012, « Jefferson and Marly : Complex Influences », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2013. URL : http://journals.openedition.org/crcv/11936 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.11936.

Bergin Joseph, 2004, Crown, Church and Episcopate, New Haven (Conn.), Yale University Press.

Billacois François, 1991, « Le corps jureur : pour une phénoménologie historique des gestes du serment », dans Verdier Raymond (dir.), Le Serment. I, Signes et fonctions, actes du colloque (CNRS, Paris X-Nanterre, 25-27 mai 1989), Paris, éditions du CNRS, p. 93-101.

Blet Pierre, 1989, Le clergé de France, Louis XIV et le Saint Siège de 1695 à 1715, État du Vatican, Archivio vaticano.

Blet Pierre, 1990, « Agents du clergé », dans Bluche François (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, p. 48-52.

Blet Pierre, 1995, Le clergé du Grand Siècle en ses assemblées (1615-1715), Paris, Éditions du Cerf.

Castelluccio Stéphane, 1996, « Marly, un instrument de pouvoir enchanteur », xviie Siècle, no 192, p. 633-665.

Dahl-Keller Ulrike Marga, 1994, Der Treueid der Bischöfe gegenüber dem Staat. Geschichtliche Entwicklung und gegenwärtige staatskirchenrechtliche Bedeutung, Berlin, Duncker & Humblot, coll. « Staatskirchenrechtliche Abhandlungen », vol. 23.

Dolezalek Gero, Bregger Hans-Martin et Karle Isolde, 2020, « Vikar/Vikarin », dans Theologische Realenzyklopädie, base de données en ligne [accès sur abonnement], Berlin/Boston, De Gruyter. DOI : https://doi.org/10.1515/tre.

Edmunds Martha Mel Stumberg, 2002, Piety and Politics. Imagining Divine Kingship in Louis XIV’s Chapel at Versailles, Newark/Londres, University of Delaware Press/Associated University Presses.

Ferraro Séverine, 2012, Les images de la vie terrestre de la Vierge dans l’art mural (peintures et mosaïques) en France et en Italie. Des origines de l’iconographie chrétienne jusqu’au concile de Trente, thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Daniel Russo, université de Bourgogne.

Foucault Michel, 1984, « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, vol. 5, octobre, p. 46-49.

Foucault Michel, 2004, « Des espaces autres », Empan, vol. 54, no 2, p. 12-19. URL : https://www.cairn.info/revue-empan-2004-2-page-12.htm ; DOI : https://doi.org/10.3917/empa.054.0012.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly. Eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Hengerer Mark (dir.), 2013, Abwesenheit beobachten. Zu Kommunikation auf Distanz in der Frühen Neuzeit, Zürich, Lit.

Hengerer Mark, 2015, Ludwig XIV. Das Leben des Sonnenkönigs, Munich, C. H. Beck.

Horowski Leonhard, 2012, Die Belagerung des Thrones. Machtstrukturen und Karrieremechanismen am Hof von Frankreich 1661-1789, Ostfildern, Thorbecke Verlag. (traduction française de Serge Niémetz parue en 2019 : Au cœur du palais. Pouvoir et carrières à la cour de France, 1661-1789, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour »).

Juchereau Jeanne-Françoise, 1751, Histoire de l’hôtel-Dieu de Québec, Montauban, Jerosme Legier.

Latour Bruno, 2006, Changer de société, refaire de la sociologie, traduit de l’anglais par Nicolas Guilhot et révisé par l’auteur, Paris, La Découverte (traduction de Re-assembling the Social : an Introduction to Actor-Network Theory).

Levantal Christophe, 2009, Louis XIV. Chronographie d’un règne ou biographie chronologique du Roi-Soleil établie d’après la « Gazette » de Théophraste Renaudot, les 28 121 journées du roi entre le 5 septembre 1638 et le 1er septembre 1715, Paris, Infolio, 2 vol.

Löw Martina, 2001, Raumsoziologie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Maral Alexandre, 2002, La Chapelle royale de Versailles sous Louis XIV. Cérémonial, liturgie et musique, Sprimont, Mardaga.

Maral Alexandre, 2009, « Louis XIV et la Chapelle royale de Versailles », dans Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), Louis XIV. L’homme et le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris/Versailles, éditions Skira-Flammarion/château de Versailles, p. 218-221.

Maral Alexandre, 2011, « L’étonnante destinée d’un édifice provisoire : la Chapelle royale de Versailles entre 1682 et 1710 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], Articles et études, mis en ligne le 11 juillet 2011. URL : http://journals.openedition.org/crcv/11452 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.11452.

Milovanovic Nicolas, 2009, « Les métamorphoses de l’image royale », dans Maral Alexandre et Milovanovic Nicolas (dir.), Louis XIV. L’homme et le roi, cat. exp. (château de Versailles, 19 oct. 2009-7 fév. 2010), Paris/Versailles, éditions Skira-Flammarion/château de Versailles, p. 34-41.

Möseneder Karl, 1992, « Über Vorbilder der Schloßanlage von Marly », Münchner Jahrbuch der bildenden Kunst, no 43, p. 133-150.

Nickler Pierre, 1987, « Redécouverte d’un peintre méconnu, Pierre Bedeau, peintre ordinaire du roi », Le Vieux Marly. Bulletin de la Société archéologique, historique et artistique de Marly-le-Roi, vol. 4, no 2, p. 32-54.

Osterhammel Jürgen, 1998, « Die Wiederkehr des Raumes : Geopolitik, Geohistorie und historische Geographie », Neue Politische Literatur, vol. 43, n3, p. 374-397.

Paravicini Werner (dir.), 1997, Zeremoniell und Raum. 4. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, actes de colloque (25-27 septembre 1994), Sigmaringen, Jan Thorbecke, coll. « Residenzenforschung », vol. 6.

Rau Susanne et Schwerhoff Gerd (dir.), 2004, Zwischen Gotteshaus und Taverne. Öffentliche Räume in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, Cologne, Böhlau.

Redepenning Marc et Wilhelm Jan Lorenz, 2014, « Raumforschung mit luhmannscher Systemtheorie », dans Oßenbrügge Jürgen et Vogelpohl Anne (dir.), Theorien in der Raum- und Stadtforschung. Einführungen, Munster, Westfälisches Dampfboot, p. 310-327.

Ringot Benjamin et Sarmant Thierry, 2012, « “Sire, Marly-le-Roi ?” : usages et étiquette de Marly-le-Roi et de Versailles sous le règne de Louis XIV », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles, [en ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013. URL : http://journals.openedition.org/crcv/11920 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.11920.

Ritzler Remigius et Sefrin Pirminus, 1952, Hierarchia catholica Medii et recentioris Aevi : sive summorum pontificum, s.r.e. cardinalium, ecclesiarum antistitum series e documentis tabularii praesertim Vaticani collecta, digesta, vol. 5 : A pontificatu Clementis Pp. IX (1667) usque ad pontificatum Benedicti Pp. XIII (1730), Padoue, Il Messaggero di S. Antonio.

Rowlands Guy et Prest Julia, 2017, « Introduction », dans Id. (dir.), The Third Reign of Louis XIV, c. 1682-1715, Londres, Routledge, p. 1-23.

Sabatier Gérard, 2012, « À côté de Versailles, Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], 5 | 2012, mis en ligne le 20 décembre 2013. URL : http://journals.openedition.org/crcv/11956 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.11956.

Sabatier Gérard, 2016, Versailles ou la disgrâce d’Apollon, Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, collection « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Saule Béatrix (dir.), 1988, Louis XIV à Saint-Germain (1638-1682). De la naissance à la gloire, cat. exp. (Saint-Germain-en-Laye, musée des Antiquités nationales, 24 sept.-27 nov. 1988), Saint-Germain-en-Laye, [Ville de Saint-Germain-en-Laye].

Schäfer Joachim, 2020, « Martina von Rom », dans Ökumenisches Heiligenlexikon [en ligne], consulté le 20 octobre 2020. URL : https://www.heiligenlexikon.de/BiographienM/Martina.htm.

Schlögel Karl, 2003, Im Raume lesen wir die Zeit. Uber Zivilisationsgeschichte und Geopolitik, Munich, Carl Hanser.

Schlögl Rudolf, 2008, « Politik beobachten. Öffentlichkeit und Medien in der Frühen Neuzeit », Zeitschrift für historische Forschung, vol. 35, no 4, p. 581-616.

Schultz Uwe, 2002, Versailles. Die Sonne Frankreichs, Munich, C. H. Beck.

Schwerhoff Gerd (dir.), 2011, Stadt und Öffentlichkeit in der Frühen Neuzeit, Cologne, Böhlau.

Stollberg-Rilinger Barbara, 2013, Rituale, Francfort-sur-le-Main, Campus, coll. « Historische Einführungen », vol. 16.

Van der Stighelen Katlijne (dir.), 2018, Michaelina Wautier 1604-1689 : Glorifying a Forgotten Talent, cat. exp. (Anvers, Museum aan de Stroom, 1er juin-2 sept. 2018), Anvers/Kontich, Rubenshuis/BAI publishers.

Viguerie Jean de, 1981, « Les serments du sacre des rois de France (xvie, xviie et xviiie siècles) », dans Durand Yves (dir.), Hommage à Roland Mousnier. Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, p. 57-70.

Wimmer Hannes, 1996, Evolution der Politik. Von der Stammesgesellschaft zur modernen Demokratie, Vienne, WUV-Universitätsverlag.

Haut de page

Notes

1 Ringot et Sarmant, 2012, § 9. Propos rapportés en 1688 par Girolamo Venier, alors ambassadeur de Venise en France, dans Barozzi et Berchet, 1863, p. 465 : « [il re] dice aver fatto Versaglia per la corte, Marlij per li suoi amici et Trianon per se stesso ».

2 Il convient ici de ne pas omettre le rôle central joué par le débat post-habermassien sur la notion d’espace public. Au cours des dernières décennies, de multiples sphères publiques ont ainsi été placées au centre de la recherche ; voir entre autres Rau et Schwerhoff, 2004. Les approches les plus récentes tendent vers une conceptualisation s’appuyant sur la théorie des systèmes, voir à ce sujet Schlögl, 2008 et Hengerer, 2013. Le fonctionnement en réseau des premières sphères publiques modernes a aussi été étudié, voir Schwerhoff, 2011.

3 Hartmann, 1995. L’auteure établit des parallèles entre le programme architectural du château et celui d’une chartreuse. Une thèse concurrente a été formulée par Karl Möseneder. Dans son article sur les modèles architecturaux de Marly, ce dernier souligne l’influence du cirque antique romain (Möseneder, 1992).

4 Ringot et Sarmant, 2012, § 4.

5 Sabatier, 2012.

6 Castelluccio, 1996.

7 Au cours des deux dernières décennies, les études sur le château de Versailles se sont multipliées. En 2002 sont parues la remarquable synthèse sur l’histoire du château d’Uwe Schultz (Schultz, 2002), retraçant clairement l’évolution du site, ainsi que l’étude fouillée d’Alexandre Maral sur le cérémonial, la liturgie et la musique à la Chapelle royale (Maral, 2002). La même année, Martha M. Edmunds analyse l’évolution et le programme artistique de cette dernière (Edmunds, 2002). Gérard Sabatier, quant à lui, étudie l’évolution du château à la lumière de son iconographie et en conclut que le modèle baroque italien du héros s’est estompé pour faire place au modèle impérial antique (Sabatier, 2016).

8 Redepenning et Wilhelm, 2014, p. 324.

9 L’ouvrage de Joseph Bergin sur l’épiscopat sous le règne de Louis XIV est très précieux pour notre étude. Bergin ne se contente pas de fournir des explications sur la nomination de certains évêques, il périodise et quantifie les changements dans l’épiscopat, sans pour autant négliger les parcours individuels (Bergin, 2004). Pierre Blet soumet quant à lui les assemblées du clergé à une analyse approfondie qui permet de mieux évaluer les interactions entre la politique royale et celle de l’épiscopat (Blet, 1995).

10 Dès fin des années 1680, il devient possible de comparer les châteaux de Versailles et de Marly, dont la construction s’achève en 1687, Versailles étant devenu la résidence principale définitive du roi à partir de 1682 (Hartmann, 1995, p. 19).

11 Établi par Christophe Levantal, le relevé détaillé de l’emploi du temps de Louis XIV tout au long de son règne a servi de base à l’étude des serments (Levantal, 2009). L’auteur s’est appuyé sur la Gazette, journal fondé en 1631 avec le soutien de Richelieu par Théophraste Renaudot, un médecin de Louis XIII. La présentation chronologique révèle l’ensemble des déplacements et actes officiels du souverain. Tout ce que la Gazette publiait recevait l’aval de la Couronne. Il s’agissait d’offrir au lecteur une image précise du quotidien du souverain. L’ouvrage de Levantal livre un ensemble d’informations correspondant à celles que détenait celui qui fréquentait la cour à Paris, Saint-Germain-en-Laye ou Versailles. Il ne révèle pas ce que savait l’entourage du souverain, autrement dit la teneur des relations privilégiées d’un Colbert ou d’une Mme de Maintenon avec ce dernier.

12 Ici, nous nous sommes appuyé sur le dictionnaire biographique de Bergin, 2004. Leonhard Horowski, quant à lui, a entrepris une autre analyse, qui a reçu un large écho : celle des structures de pouvoir à la cour royale française des débuts de l’époque moderne, mises en rapport avec le parcours des femmes et des hommes de la noblesse qui y occupèrent les plus hautes charges, de 1661 à 1789. Selon L. Horowski, ces acteurs essayaient de tirer le plus grand profit personnel de l’influence liée à leur charge (Horowski, 2012).

13 Stollberg-Rilinger, 2013, p. 103-104. Voir aussi Dahl-Keller, 1994, p. 67. À propos de l’histoire des prestations de serment, voir Bély, 1996, p. 1159-1160 ; Billacois, 1991 ; Viguerie, 1981.

14 Gerd Althoff souligne le lien étroit entre le cérémonial et l’espace. Il montre que la proximité avec le souverain était notamment symbolisée par la place attribuée aux protagonistes lors des cérémonies (Althoff, 2003, p. 40). Il convient de mentionner ici l’ouvrage collectif Paravicini, 1997. La théorie de l’acteur-réseau a également donné une impulsion déterminante à l’évolution de la pensée sur l’espace ; voir à ce sujet Latour, 2006.

15 Löw, 2001, p. 9.

16 Osterhammel, 1998 ; Schlögel, 2003.

17 Löw, 2001, p. 224.

18 Le relevé chronologique de C. Levantal permet d’établir la date exacte du serment et l’identité des participants à la cérémonie (Levantal, 2009). La difficulté réside dans la localisation de cette dernière. Si elle s’est déroulée à Versailles, le lieu n’est pas mentionné. Il faut alors se référer à l’étude d’Alexandre Maral qui indique dans quelle chapelle a été prononcé le serment épiscopal (Maral, 2002, p. 391). Quant à l’étude de la conception des chapelles, elle se fonde principalement sur des plans généraux, des plans en coupe ainsi que sur les Comptes des bâtiments du roi (Comptes des bâtiments du roi, 1881-1901).

19 Schlögl, 2008, p. 589. K. Schlögl se réfère ici à Wimmer, 1996.

20 Les années 1680 représentent une période d’incertitude dans la longue histoire du règne de Louis XIV. Les guerres incessantes pèsent sur les finances de l’État et la réputation du souverain se détériore à l’extérieur du royaume (Hengerer, 2015, p. 96).

21 Bergin, 2004, p. 234-236.

22 À cette époque, Louis XIV avait certes la possibilité de continuer à nommer des évêques, mais ceux-ci ne pouvaient pas, dans la plupart des cas, prêter serment et n’étaient donc pas en mesure d’entrer en fonction, car l’approbation papale était nécessaire en dernier ressort, voir Bergin, 2004, p. 239 et p. 422. Le roi recevait néanmoins des serments dans des cas exceptionnels : lorsque l’évêque concerné était un membre du clergé ayant déjà reçu auparavant l’approbation pontificale, comme Jean-Baptiste Adhémar de Monteil de Grignan, archevêque d’Arles, ou Henri de Provana de Leyni, évêque de Nice, voir Ritzler et Sefrin, 1952, p. 287.

23 Bergin, 2004, p. 255-256. Pour les évêchés étrangers nouvellement annexés, Rome était susceptible de faire une exception, comme l’illustre le cas de Jean-Baptiste de La Croix de Chevrières de Saint-Vallier, évêque de Québec. « On crût à Rome que c’étoit sans conséquence pour les affaires du temps d’accorder les Bulles à un Evêque d’un Pays Etranger ; & par la même raison, le Roy permit à M. de Saint Vallier de les recevoir », écrit à ce sujet la supérieure de l’hôtel-Dieu de Québec Jeanne-Françoise Juchereau de La Ferté (Juchereau, 1751, p. 301).

24 Les années 1690 constituent la décennie du règne de Louis XIV au cours de laquelle le plus grand nombre de serments furent prononcés, en moyenne 5,4 par an. Cela s’explique certainement par la période de crise des années 1680. Dans les années 1700, le nombre de serments baissa de nouveau pour atteindre une moyenne de 3,8 par an. Les années 1670 affichent quant à elles une valeur moyenne de 3,2 serments (Beil, 2021).

25 La même année, le pape accepta l’extension du droit de régale du souverain, décision qui avait déclenché la crise diplomatique entre Rome et le royaume de France, voir Bergin, 2004, p. 257-258.

26 Le 13 avril 1668 et le 25 avril 1672, voir Beil, 2021.

27 Ibid.

28 Bergin, 2004, p. 255.

29 Selon J. Bergin, c’est bien ainsi que l’on peut considérer les nominations groupées d’évêques (ibid., p. 181).

30 Seuls trois archevêques sur trente-quatre ne se présentèrent pas seuls devant le roi pour prêter serment, voir Beil, 2021.

31 Maral, 2011, § 2.

32 Maral, 2011, § 109.

33 Dans les Comptes des bâtiments du roi, ce décor est inventorié comme suit : « 27 avril-19 juin : à Desrivier, sculpteur, sur les ornemens en bois qu’il fait à la menuiserie de la chapelle », Comptes des bâtiments du roi…, 1881-1901, t. II (1681-1687, Colbert-Louvois), col. 62. Cela peut s’expliquer par le caractère provisoire de la chapelle, mais aussi par l’évolution du goût de l’époque, voir le passage à ce sujet dans Maral, 2011, § 64.

34 Ibid., § 27.

35 Voir la reproduction de la Nativité (Die Heilige Nacht) du Corrège conservée dans les Collections nationales de Dresde (Staatliche Kunstsammlungen Dresden) : https://skd-online-collection.skd.museum/Details/Index/243576.

36 Maral, 2002, p. 26-27.

37 C’est ce qu’illustrent des peintures tel Le Triomphe de David de Matteo Rosselli (conservé au musée du Louvre : https://collections.louvre.fr/en/ark:/53355/cl010060742), considéré comme le motif décoratif dominant de la chapelle du Château Vieux à Saint-Germain-en-Laye, voir Saule, 1988, p. 46.

38 On fait ici référence aux œuvres du Corrège et de Pierre de Cortone.

39 Rowlands et Prest, 2017, p. 13. À partir du milieu des années 1680, Louis XIV assista à davantage de services religieux et reçut plus souvent la communion. Il soumit également la cour à des règles plus strictes en matière religieuse.

40 Maral, 2011, § 92. L’œuvre se trouve aujourd’hui au Louvre (https://collections.louvre.fr/ark:/53355/cl010062338). L’hypothèse d’Alexandre Maral selon laquelle il est probable que le format du tableau et surtout le prestige de son auteur aient contribué à légitimer son installation mérite ici d’être nuancée. Le sujet peut en effet faire allusion, à plusieurs titres, à la situation politique et à la piété du souverain, autant de références que les contemporains ne pouvaient ignorer, d’autant plus que le tableau est resté accroché dans la chapelle pendant une longue période.

41 Schäfer, 2003.

42 Sabatier, 2016, p. 313-315.

43 Milovanovic, 2009, p. 38-39.

44 Löw, 2001, p. 224.

45 Maral, 2002, p. 270.

46 Bergin 2004, p. 261.

47 Il convient ici d’écarter l’hypothèse selon laquelle l’augmentation du nombre de serments à Marly entre 1695 et 1701 pourrait être uniquement liée à la multiplication des séjours du roi. Pour ce qui est de leur durée, on constate que c’est seulement à partir de 1700 que le roi se réfugie de plus en plus souvent dans sa résidence privée de Marly (Castelluccio, 1996, p. 662-664). Malgré cette évolution, on n’observe pas d’augmentation du nombre des serments à Marly à partir de cette période : de 1702 à 1710, le château n’accueille plus que 19 % des serments. Ce rapport suggère qu’aucune corrélation directe ne peut être établie entre les séjours du roi dans ses différences résidences et la localisation des prestations de serment (Beil, 2021).

48 Tant à Marly qu’à Versailles, les ecclésiastiques qui prêtèrent serment étaient presque exclusivement ceux qui entretenaient des relations avec les personnages les plus importants de l’époque, comme Mme de Maintenon, le père de La Chaize ou le roi en personne (Bergin, 2004, dictionnaire biographique).

49 Dolezalek, Bregger et Karle, 2020.

50 Bergin, 2004, p. 249.

51 Ibid., p. 250.

52 Beil, 2021.

53 Bergin, 2004, p. 288-289.

54 Devenu un archevêque influent dans les années 1690, François de La Mothe-Fénelon s’exprimait en ces termes dans une lettre au grand vicaire de Cahors, qui envisageait sans doute d’obtenir un poste d’aumônier royal à la cour : « Pour une abbaye, en temps de guerre, vous n’en aurez point ; les parens des officiers, etc. auront tout : ainsi vous aurez le déplaisir d’avoir quitté votre patrie et une place douce et honorable » (lettre de Fénelon à l’abbé de Fouilhac, 1690, dans Fénelon, 1827, p. 311-313). Fénelon conseillait au grand vicaire de renoncer à briguer une telle fonction. Contrairement aux candidats issus, notamment, de la noblesse militaire, il n’avait en effet aucune chance d’y accéder en temps de guerre. On peut en conclure que la politique de patronage pour les charges ecclésiastiques était étroitement liée à la politique de défense.

55 Bergin suggère une telle interprétation, mais ne la formule pas explicitement (Bergin, 2004, p. 63).

56 Dans les périodes intermédiaires, entre les assemblées du clergé, leur rôle était d’autant plus important. Ils veillaient à l’organisation des prochaines assemblées en recevant ou sollicitant, si nécessaire, les lettres royales de convocation et en les transmettant aux archevêques qui en assuraient la diffusion dans les diocèses. Ils étaient également chargés de transmettre aux provinces les procès-verbaux des délibérations, les lettres patentes du roi et les décisions du Conseil ; voir à ce sujet Blet, 1990, p. 48-49.

57 Bergin, 2004, p. 133.

58 Beil, 2021.

59 Bergin, 2004, dictionnaire biographique.

60 Il s’agit d’un nouvel impôt direct par tête, créé par Louis XIV en 1695, afin de financer la guerre de la Ligue d’Augsbourg et payable par les trois ordres, répartis en vingt-deux classes.

61 Il s’agissait d’un prélèvement considérable de quatre millions de livres, voir Blet, 1989, p. 20-36.

62 Ibid., p. 33. Il ne faut pas oublier qu’il n’est guère possible de faire une distinction entre la nomination et le serment, tant les deux actes étaient étroitement liés. Certes, la nomination était certainement à l’origine l’acte le plus important pour un évêché afin d’exercer le pouvoir. Toutefois, sans le serment, un ecclésiastique ne pouvait pas entamer son mandat.

63 Les prestations des agents généraux attiraient l’attention du roi. Louis XIV fut par exemple si satisfait des services de Louis d’Aquin qu’il le promut évêque malgré la disgrâce de son père, médecin de la cour ; voir à ce sujet Bergin, 2004, dictionnaire biographique.

64 Ringot et Sarmant, 2012, § 15.

65 Saint-Simon, 1916, p. 359-360.

66 Ibid.

67 Ringot et Sarmant, 2012, § 15.

68 Hartmann, 1995, p. 126.

69 Ibid., p. 131.

70 Malheureusement il n’existe pas de représentation antérieure aussi précise de la chapelle. En se référant aux Comptes des bâtiments du roi, on peut conclure que peu de modifications ont été apportées à l’extérieur de la chapelle de 1695 à 1710.

71 Schäfer, 2003.

72 Hartmann, 1995, p. 136.

73 Ibid., p. 199.

74 Comptes des bâtiments du roi…, 1881-1901, t. II (1681-1687, Colbert-Louvois), col. 819. Ceux-ci ont été réalisés par des artistes jouissant d’une grande notoriété, comme Noël Jouvenet et Pierre Mazeline.

75 Ibid., col. 1046. Sur la vie de Pierre Bedeau et le débat quant à la paternité du tableau, aujourd’hui attribuée à Michaelina Wautier, voir Van der Stighelen, 2018, p. 230-233.

76 Dans l’art paléochrétien, le lys symbolisait un mode de vie singulier, capable de concilier deux réalités considérées comme incompatibles et contradictoires : l’ordre surnaturel et l’ordre naturel ; voir à ce sujet Ferraro, 2012, p. 361.

77 Nickler, 1987, p. 43.

78 Ferraro, 2012, p. 378-379.

79 Concept formulé par Michel Foucault, l’hétérotopie désigne la localisation physique d’une utopie, un espace concret qui abrite un imaginaire, comme une cabane d’enfant ou un théâtre. De façon plus générale, les hétérotopies peuvent aussi designer des lieux qui accueillent un type d’activité précis : stades de sport, parcs d’attraction ou églises. Ce sont autant d’espaces situés à l’intérieur d’une société mais qui obéissent à des règles différentes ; voir Foucault, 1984, p. 46-49, et Foucault, 2004, p. 12-19. Même si la référence à ce concept paraît ici appropriée, son usage peut être difficile. Le succès du terme « hétérotopie », et par conséquent le recours trop fréquent à celui-ci, peut parfois lui faire perdre de sa précision.

80 Pour un exposé précis de la fonction des jardins, voir Hartmann, 1995, p. 189-191.

81 Foucault, 2004, p. 17.

82 Ibid., p. 18.

83 Stollberg-Rilinger, 2013, p. 73.

84 Ringot et Sarmant, 2012.

85 Foucault, 2004, p. 18-19.

86 Ibid., p. 15.

87 Voir le tableau 1 dans Beil, 2021 : à partir de 1702, les serments se multiplièrent à Versailles. Avec la chapelle au décor somptueux de 1710, un bâtiment monumental venait d’être créé, qui deviendrait bientôt l’épicentre incontesté de la sacralité du souverain. Louis XIV allait disposer de son « lieu le plus magnifique », pour reprendre l’expression utilisée dans le Mercure galant en mai 1682 (p. 2-3), soit près de trente ans avant l’achèvement du chantier. De ce point de vue, il apparaît évident que la chapelle de Versailles, proclamation ultime de la primauté de la religion et du caractère sacré du règne de Louis XIV, ne pouvait être contournée. La prestation de serment des évêques de France devait avoir lieu dans cet espace, dernière grande réalisation de l’architecte Jules Hardouin-Mansart (Maral, 2009, p. 218.). Si, de 1695 à 1701, le château de Marly avait été privilégié pour les prestations de serment, l’essentiel des cérémonies se déroulait désormais de nouveau à Versailles. Le choix de l’évêque et du lieu du serment semble s’être fait au début du nouveau siècle selon des critères similaires à ceux de la période précédente : les évêques qui prêtaient serment de fidélité à Marly étaient en général plus qualifiés que ceux qui le faisaient à Versailles (voir Beil, 2021, tableau 1).

88 Löw, 2001, p. 230.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 4. Pierre-Denis Martin, Vue générale du château et des pavillons de Marly, 1724, huile sur toile, 137 × 155 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 741.
Légende http://collections.chateauversailles.fr/​#74e1b04c-1e8f-42da-ba72-bc1ceadc1d03
Crédits © RMN-GP (Château de Versailles) / © Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27694/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 5. Château de Marly. Élévation du pavillon de la salle des gardes. Élévation du pavillon de la chapelle du château. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie, VA-425-FT 4.
Crédits © BNF
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/27694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leander Beil, « Versailles ou Marly ? Dimension spatiale de la prestation de serment des évêques de France sous Louis XIV »Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 22 mai 2023, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/crcv/27694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.27694

Haut de page

Auteur

Leander Beil

Leander Beil est né en 1992 à Munich. Après un séjour de plusieurs années à Sao Paulo, au Brésil, il a obtenu en 2018 un master en histoire à l’université Ludwig-Maximilian de Munich (LMU). Il prépare une thèse sur le règlement des dettes de guerre entre la Bavière et la France après les guerres de coalition (1792-1815), sous la direction du professeur Mark Hengerer.
Leander Beil was born in Munich in 1992. After several years in Sao Paulo, Brazil, he completed his master’s degree at the Ludwig-Maximilian University of Munich (LMU) in 2018. He has since been writing a dissertation on the settlement of war debts between Bavaria and France after the Coalition Wars (1792–1815) under the supervision of professor Mark Hengerer.
leanderbeil[at]gmx.de

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search