Navigation – Plan du site

AccueilLe Bulletin du CentreRecommandations aux auteurs

Recommandations aux auteurs

Plan

Haut de page

Fournir les coordonnées personnelles complètes (adresse postale, courriel et téléphone) pour l’envoi des épreuves et la correspondance (non diffusées).

Présentation des articles

Le fichier Word (format .docx) de l’article doit contenir dans cet ordre, les éléments suivants :

Titre et sous-titre de l’article

  • Titre et sous-titre, avec des majuscules seulement au premier mot et aux noms propres, sans saut de ligne, sans point final.

  • Titre et sous-titre en anglais : majuscules aux noms communs, pronoms (sauf au pronom relatif « that »), adjectifs, verbes, adverbes et conjonctions de subordination ; les articles, adjectifs possessifs (my, etc.), prépositions et conjonctions de coordination (and, but, or, nor...) restent en bas de casse ; sans saut de ligne, sans point final.

Les appels de note dans le titre ne sont pas autorisés (numéro ou astérisque).

Nom(s) de(s) l’auteur(s)/autrice(s)

  • Aucun appel de note ne doit être attaché au prénom/nom de l’auteur/autrice.

  • Prénom(s) et nom(s) de(s) l’auteur(s)/autrice(s).

  • Si le patronyme est composé, ajouter une espace insécable entre les deux noms de famille. Exemples :

    • Enrique Mansutti Rodriguez : espace insécable entre Mansutti°Rodriguez ;

    • Hubert de Vergnette de La Motte : pour le classer à « V » et non à « M » dans l’« index des auteurs », mettre des espaces insécables entre Vergnette, de, La et Motte : Hubert de Vergnette°de°La Motte.

  • Patronyme avec particule :

    • Laisser un espace simple entre la particule « de » et le nom de famille : Charles de Venasque-Ferriol (le nom sera classé dans l’index auteur à la lettre « V »)

    • Insérer un espace insécable entre les particules Le/La/Les/Du/Des et le patronyme : Philippe Le°Moigne (le nom sera classé dans l’index des auteurs à la lettre « L »).

Tableau récapitulatif concernant le rejet ou le maintien des particules (NF Z 44-061, juin 1986).

PAYS

MAINTIENT DES

PARTICULES

REJET DES

PARTICULES

CLASSEMENT DES

NOMS COMPOSES

France

Des, Du, L’, La, Le

D’, De

Classement au 1er élément

Allemagne

Am, Auf’m, Im, Vom, Zum, Zur

Von, Von der, Zu

Classement au 1er élément

Espagne, Amérique espagn.

De, De Las, De Les, De Los, Del, La, Las, Los

Classement au 1er élément

Italie

D’, Da, De, Del, Della, Di

Classement au 1er élément

Belgique, Pays-Bas

De, Den, T’, Ten, Van, Van Den, Van der

Classement au 1er élément

Pays anglophones

Classement au dernier élément sauf si trait d’union ou élément indivisible

Portugal, Brésil

Da, Das, De, Dos

Classement au dernier élément sauf si trait d’union ou élément indivisible

Scandinavie

De

Af, Av, Von

Classement au dernier élément sauf si trait d’union ou élément indivisible

Sources : « Catalogage classement des noms auteurs français et étrangers » et « 9. Annexe : noms d’auteurs présentant des particules ou noms composés » (p. 41).

Informations sur le(s) auteur(s)/autrice(s)

Séparer les zones de la notice par des retours à la ligne manuels et fournir :

  • Affiliation institutionnelle : unité de recherche ou service (sigle ou acronyme avec le numéro pour les unités françaises), institution de rattachement, ville, pays (n’indiquer qu’une seule institution et préciser au besoin dans la présentation développée).

  • Identifiant ORCID (https://orcid.org/) si l’auteur en a un.

  • Notice bio-bibliographique de 2-3 phrases (700 signes maximum) en français et en anglais. Mentionner très succinctement le parcours académique, les spécialité(s), axes de recherche et publications majeures ou récentes.

  • Adresse électronique (institutionnelle, de préférence), composée en minuscules : sous la forme nom[at]xxxx.fr

Résumé

  • 10-15 lignes (900 à 1 500 signes maximum).

  • Il s’agit d’un texte autonome résumant l’ensemble du contenu de l’article, non d’une introduction. Il expose l’objectif de la recherche, la méthode, les principaux résultats et les conclusions majeures de l’étude, en mettant l’accent sur l’importance/la nouveauté de l’apport scientifique.

  • Le résumé ne doit ni être la reprise de l’introduction, ni répéter le ou les premiers paragraphes de l’article.

  • Le résumé ne doit pas contenir de sauts de paragraphe. Il peut éventuellement contenir des sauts de ligne manuels.

  • Fournir sa traduction en anglais (ou en français si l’article est en anglais).

  • Ne pas y insérer d’appel de note ou de référence bibliographique.

Index

Mots-clés

Les mots-clés sont destinés à permettre des requêtes transversales dans le corpus des articles. Des termes trop spécifiques ne remplissent pas cet objectif et sont redondants par rapport au titre, au résumé et au texte. Les mots-clés en anglais sont alignés sur la liste francophone.

Les écrire au singulier, sans majuscule à l’initiale, séparés par des virgules et sans point final :

  • 5 mots clés en français ;

  • 5 mots clés en anglais ;

  • Ne pas utiliser de guillemets, d’italique, de petites capitales, d’exposants, de tirets demi cadratin (–) ou de barres obliques (/).

Les mots-clés seront à choisir en priorité dans la liste des mots-clés déjà utilisés :

Respecter les règles ortho-typographiques de chaque langue.

Personnes citées

Il peut s’agir de personnages historiques, mythologiques, d’artistes, etc.

  • Marie-Josèphe d’Autriche

  • André Le Nôtre

  • Pierre de Clairambault

Si vous ne pouvez pas prendre en charge la traduction en anglais (ou en français en cas de texte anglais) du titre, du résumé, de la description de l’auteur/autrice et des mots clés, merci de nous le signaler.

La qualité des métadonnées (titre, résumé, mots-clés) est essentielle pour la diffusion des publications sur le Bulletin. Ces textes sont utilisés par les moteurs de recherche, les catalogues de bibliothèques, les bases de données professionnelles et les sites d’archives ouvertes : un soin particulier devra y être apporté.

Le texte complet

  • Le texte sera saisi en style « Normal » police Times New Roman, sans tabulation.

  • Ne pas séparer les paragraphes par des lignes vides.

  • Ne pas insérer de sauts de page ou de sauts de section.

  • Numéroter les titres de niveau : 1… ; 1.1… ; 1.2… ; 2… ; 2.1… ; 2.2…

  • Ne pas saisir les titres et intertitres en majuscules.

  • Ne pas mettre de point à la fin d’un titre ou d’un intertitre.

  • Indiquer de la façon suivante les appels à figure dans le texte pour signaler l’emplacement souhaité des illustrations : (fig. 1), (fig. 2), etc.

Remerciements

Les éventuels remerciements (personnes, structures, programmes, etc.) sont donnés au début de l'article.

Ne pas les inclure comme une note de bas page ou autrement.

Note de l’auteur

Les éventuelles précisions de l’auteur sur l’article, exemple : https://journals.openedition.org/crcv/26920#ndla.

Introduction

Présente le contexte/l’état de l’art, la problématique, les objectifs du travail et les moyens mis en œuvre, ainsi que le plan de l’article.

Développement et titres de niveaux

L’article devra être organisé en plusieurs parties (il faut au moins deux sous-titres pour constituer une partie) et sous-parties et énoncer la méthodologie et les sources utilisées. Ne pas dépasser trois niveaux de titres.

Conclusion

Propose la synthèse des conclusions majeures de l’étude et une ouverture élargissant le sujet vers d’autres questions non traitées.

Bibliographie finale et notes

  • La bibliographie ne devra comporter que les références (sources imprimées/études) utilisées pour l’article et citées dans les notes.

  • Les notes devront être en bas de page : les références utilisées sont citées sous la forme : « Auteur [majuscule initiale et petites capitales], date, page(s) ».

  • Il n’existe pas de section « Sources » dans le modèle éditorial d’OpenEdition Journals. Il faut subdiviser la section « Bibliographie » en sous-sections selon les besoins (« Sources manuscrites », « Sources imprimées », « Études »). Exemple : https://journals.openedition.org/crcv/26920#bibliography.

Annexes

L’article peut avoir une ou plusieurs annexes (transcriptions de sources, résultats sous la forme de tableaux ou figures, diagrammes, étude complémentaire, généalogies, etc.). Ces annexes devront être fournies à part dans les fichiers natifs – Word ou Excel pour des données chiffrées. Ne pas fournir de PDF ou d’autres formats de fichier.

Normes

Généralités

Ne pas insérer de sauts de lignes manuels, de saut de page ou de sauts de section dans le document Word.

Ne pas intégrer de paragraphes vides entre deux paragraphes (autrement ils seront supprimés).

Il est possible d’insérer un séparateur (un astérisque * par exemple) pour séparer visuellement la conclusion du reste de l’article.

Ponctuation et signes typographiques

  • Accentuer les majuscules Á, À, Â, Í, Ì, Î, Ú, Ù, Û, É, È, Ê, Ó, Ò, Ô, etc. Ex. : Égypte, Moyen Âge, Élisabeth.

  • Utiliser les ligatures dans les mots français (œuvre, cœur…).

  • Points de suspension en un seul caractère (… et non trois points ...) et sans espace avant.

  • Apostrophe typographique courbe (’) et non apostrophe dactylographique droite (').

  • Utiliser le tiret court ou trait d’union (-) pour les mots composés ; comme séparateur de pages (p. 55-68) et de dates (1939-1945 ; mai 2021-juin 2022).

  • le tiret moyen ou demi-cadratin (–) pour les incises et les énumérations.

  • Utiliser le tiret long ou cadratin (—) dans les dialogues.

Barre oblique (/)

  • dans les fractions, pour marquer l’alternative, la commutation, l’opposition, la réunion (pas d’espace avant et après) : et/ou ; 1652/53-1708.

  • pour les poèmes en vers cités à l’intérieur d’un paragraphe ou d’une note. On sépare chaque vers par une barre oblique et chaque strophe d’une double barre oblique (dans ce cas, espace insécable avant, espace sécable après). Ex. : Ces âmes que tu rappelles / Mon cœur, ne reviennent pas / Pourquoi donc s’obstinent-elles / Hélas ! à rester là-bas ? (À des âmes envolées, Victor Hugo) ;

  • pour la retranscription d’inscriptions gravées (même règle que pour les vers) ;

  • pour séparer des noms de villes et d’éditeurs dans les références bibliographiques (sans espace avant/après) : Paris/Versailles ; Fayard/Centre de recherche du château de Versailles.

  • Dans les crédits photographiques (espace avant et après) : © RMN-GP (Château de Versailles) / © Franck Raux

Crochets [ ]

Ils s’utilisent dans les cas suivants :

  • coupure au sein d’une citation et/ou commentaire, ex. : « citation […] citation [commentaire/ajout personnel] citation » ;

  • date d’édition estimée par l’auteur, ex. : Auteur, s. d. [1920], Titre, ville, éditeur ;

  • parenthèses incluses dans des parenthèses, ex. : (Auteur [dir.], date, Titre…) ;

  • parenthèses suivies de parenthèses (les secondes parenthèses se transforment alors en crochets), ex. : texte (texte) [texte] ;

  • En revanche, les traductions, les dates de première édition, etc., doivent être composées entre parenthèses et non entre crochets.

  • Le « […]… » ne devra pas apparaître en début de citation.

Noms d’auteurs dans le texte

Lorsque l’on cite des noms de personnes dans le corps du texte ou dans les notes, donner le prénom en toutes lettres à la première occurrence, puis l’initiale du prénom aux mentions suivantes. Dans la bibliographie les prénoms doivent toujours être complets.

Sigles et acronymes

S’écrivent en grandes capitales et sans points abréviatifs :

  • AFNOR, la CGT, la BNF, EDF, l’OTAN, l’ONU, l’INRAP, TF1…

  • Quelques termes passés dans le langage courant s’écrivent comme des noms courants : Benelux, radar.

Abréviations

  • On utilise les points abréviatifs pour : N. B., N. D. L. R.

  • Archives : écrire au long à la première occurrence, suivie entre parenthèses de « désormais et l’abréviation » : Bibliothèque nationale de France (désormais BNF).

L’italique

Emplois

  • les mots ou groupes de mots sur lesquels on souhaite attirer l’attention ;

  • ce qui n’est pas de l’auteur ;

  • les titres d’œuvres littéraires, d’œuvres d’art et de journaux ;

  • les noms propres de véhicules (bateaux, aéronefs, avions…) ;

  • les noms d’enseignes commerciales (avec capitale au mot initial, aux noms et adjectifs importants) : en italique s’ils sont cités intégralement (l’auberge Au Cheval Blanc ; Au Chien qui fume) ; s’ils ne sont reproduits que partiellement, ces noms restent en romain et les mots conservés sont reliés par un trait d’union (l’auberge du Cheval-Blanc ; le bar du Chien-qui-fume ; les magasins le Printemps) ;

  • les notes de musique ;

  • les devises (qu’elles soient en français, latin ou langues étrangères) ;

  • les mots et expressions courtes en langue étrangère. La traduction sera alors donnée à la suite entre parenthèses. Exemple : L’arabe kafr (tombeau) se retrouve dans kapharnaüm (tombeau de Nahum).

  • les expressions latines et leurs abréviations (a fortiori, a priori, a posteriori, ad hoc, ad libitum, habitus, in extenso, in extremis, in fine, in situ, ibidem, ibid., infra, passim, sic, supra, cf., idem, id., via, vice versa, etc.) ;

  • les citations latines de mots isolés ou de phrases entières ;

  • les citations latines en vers, accompagnées ou non de leur traduction ;

  • les restitutions (lettres ou mots) des reproductions d’inscriptions anciennes :

    • COHORT II GEMININae Ligurum ET CVRSORVM

    • CVI prAEST

    • T. FLAVius … GNVS

    • Dans les développements, ces restitutions sont composées en romain, entre crochets, les lettres placées entre parenthèses étant celles que le graveur a volontairement omis de graver.

  • les titres d’expositions temporaires et de manifestations culturelles ou scientifiques ponctuelles (colloques, congrès, séminaires…) ;

  • les jeux de scène et indications diverses au lecteur pour le théâtre ;

  • l’argot et la transcription de parlers locaux ;

  • les titres de mémoires de master, thèse, etc., non publiés et cités dans le corps du texte ou en bibliographie ;

  • les extraits de textes reproduisant des lettres ;

  • Pour les emplois en mention, on préférera l’italique aux guillemets (ex. : Le terme mot est ici employé en mention).

  • Écrire en romain et non en italique les noms propres étrangers (noms de personnes, de musées, bibliothèques, galeries, toponymes, etc.).

Italique et ponctuation

Dans un texte en romain émaillé d’éléments en italique (des mots mais aussi des citations en langue étrangère), les éléments typographiques qui encadrent le texte en italique doivent rester en romain : c’est le cas des guillemets, des parenthèses et des crochets. Exemples :

  • Octave Mirbeau juge que le peintre, « qui ne gracieuse [sic] aucune ligne, aucune forme, aucun ton » ;

  • « Quand les armes parlent, les lois se taisent » (« Inter arma enim silent leges ») : l’adage le plus célèbre concernant les lois de la guerre est sans conteste celui de Cicéron ;

  • comme stratège et théoricien de la « guerre révolutionnaire » (geming zhanzheng).

  • Archimède s’écria : Eurêka !

Les guillemets

S’utilisent pour :

  • les proverbes, dictons, maximes ;

  • les citations ;

  • les locutions et mots utilisés dans une acceptation spéciale (plaisante, péjorative, ironique, inhabituelle, etc.) ;

  • les titres d’articles de périodiques, de contributions à un ouvrage collectif et de chapitres d’un ouvrage ;

  • les titres de poèmes dans un recueil ;

  • les titres de communications savantes non publiées données à un colloque, séminaire, congrès, conférence, une journée d’étude, etc.

Les titres de festivals ou de manifestations régulières sont en romain, avec majuscule initiale. Ex. : Le Festival d’automne, le Mois de la photo, Étonnants voyageurs.

Les citations

  • Les citations courtes sont dans le corps du texte en romain et entre guillemets.

  • Les citations de plus de trois lignes sont sorties du texte, sans guillemets.

  • Utiliser les guillemets français « » pour les citations de premier rang.

  • Utiliser les guillemets anglais doubles “ ” pour les citations de deuxième rang (citation à l’intérieur d’une citation).

  • Toute citation doit obligatoirement être suivie d’un appel de note, la note donnant la référence précise et complète de la source dont elle est tirée.

  • Pour un imprimé, indiquer :

    • Auteur, date, pages (où se trouve la citation).

  • Pour les pièces d’archives et les manuscrits, indiquer :

    • Ville, institution de conservation, série, fonds/collection, cote, folio.

Suppressions de parties de texte dans une citation

  • Utiliser les crochets droits [ ] pour signaler une suppression, un ajout, une précision, une substitution de lettres ou de mots faite par l’auteur ; laisser les erreurs suivies de [sic] (si vraiment utile).

  • Citations incomplètes fondues dans le texte :

    • Utiliser […] pour toute omission à l’intérieur d’une citation : « Citation […], citation. »

    • S’il manque le début : « citation. » (omettre les […]).

    • Si la fin manque : « Citation […]. ».

    • Si une phrase complète manque : « Citation. […] Citation. »

  • Citations incomplètes sorties du texte (en retrait) introduites par deux points : mêmes règles que pour les citations fondues.

Citations en langues étrangères

Les citations en langues étrangères (qu’elles proviennent d’archives, de sources imprimées ou d’études) seront en italique et entre guillemets français composés en romain. Dans un texte français, les citations en langues étrangères adopteront la typographie française (espaces insécables avec les signes de ponctuation double ; guillemets typographiques français). On appliquera seulement les règles des capitales initiales de la langue de la citation. Les crochets (indiquant une coupe ou une intervention de l’auteur) restent en romain.

Les citations en langues étrangères sont données en traduction dans le texte.

  • Si elle est courte, la citation traduite en français sera donnée dans le corps du texte suivie de l’original entre parenthèses.

  • Si elle fait plus de 3 lignes, la traduction sera dans le corps du texte en retrait et l’original sera donné en note, accompagné de la référence complète et de la mention de l’auteur de la traduction.

Pour l’anglais, la traduction n’est généralement pas utile (textes contemporains), mais elle peut l’être pour les textes anciens.

Voir les normes de présentation sur « Citations (règles générales) ».

Sources manuscrites et imprimées

Sources manuscrites (xvie-xviiie siècles)

Pour les documents d’archives et manuscrits, on suivra les règles de transcription de textes de l’époque moderne (xvie-xviiie) présentées dans les publications suivantes :

  • Bernard Barbiche et Monique Chatenet, L’édition des textes anciens. xvie-xviiie siècle. Inventaire général - ELP, 1, 128 p., 1993, Documents & Méthodes, 2-11-086817-1 ; hal-02270825, https://hal.science/hal-02270825.

Sources imprimées anciennes (xvie-xviiie siècles)

Pour les titres d’imprimés et les citations tirées d’imprimés anciens, on reproduira à l’identique les références en suivant les recommandations ci-dessous. Toutefois, en fonction des projets, il pourra être décidé de moderniser pour une meilleure lisibilité. À l’intérieur du texte, on pourra aussi préférer la modernisation des titres pour faciliter la lecture.

  • respecter la graphie (y compris les graphies anciennes ou fautives), l’accentuation, la ponctuation et la casse (majuscules, minuscules) à l’exception des mots entièrement en majuscules que l’on passera en bas de casse ;

  • les signes diacritiques sont toujours transcrits et ne sont pas rétablis s’ils sont absents ;

  • respecter les graphies Æ, æ et Œ, œ en français et en latin ;

  • les points encadrant ou suivant un chiffre sont transcrits ;

  • moderniser la transcription des lettres i, j, u, v et I, J, U, V ;

  • pour le latin on transcrit les finales ij en ii : Lüdij → Lüdii ; varij → varii ;

  • les abréviations par suspension sont transcrites telles quelles, en respectant le signe utilisé pour marquer l’abréviation, y compris lorsque l’initiale est redoublée pour marquer le pluriel (RR. PP. ; NN. SS. etc.) ;

  • les mots composés de « dit » seront conservés. Exemples : ledit, sondit, leurdittes, susdit… ;

  • titres très longs : toute omission d’un ou plusieurs mots d’un titre est indiquée par trois points : …

À consulter :

Capitales initiales ou bas de casse ?

Astre

Capitale initiale quand ils désignent l’astre, la planète ou le satellite lui-même « Terre », « Lune », « Soleil » mais : le clair de lune, un coucher de soleil.

Licence, master, doctorat

En bas de casse.

Cour, couronne

  • Capitale à « Couronne » au sens de « royauté » : dans les États de la Couronne espagnole, la Couronne impériale, la Couronne de France.

  • Cour/cour :

    • l’entourage du souverain : Toute la Cour assistait à la messe du roi ; l’étiquette de la Cour ;

    • le lieu de résidence du souverain et de son entourage : On en parle à la cour ; adresser une dépêche à la cour ;

    • Dans les autres cas, on mettra toujours une minuscule : cour de France, du Roi-Soleil, d’Espagne, cours d’Europe, etc.

Académie

L’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie française, l’Académie Goncourt, l’académie de Versailles.

Madame, Monsieur, Mademoiselle

S’abrègent si le nom, prénom, titre ou qualité suit : Mme Dupuy, Mme la marquise, M. le maire

M., Mme, Mlle ; pluriel : MM., Mmes, Mlles

Ne s’abrègent pas :

  • dans les titres d’ouvrages : Madame Bovary ;

  • dans les dialogues ;

  • dans les suscriptions : Madame la Maire à Madame Martin ;

  • dans les courriers, circulaires, faire-part ;

  • s’il s’agit de personnes princières : Madame Royale ; Madame Mère ; Monsieur (frère du roi), la Grande Mademoiselle.

Ne s’abrègent pas et s’écrivent en bas de casse :

  • lorsqu’on parle d’une personne sans nom propre ni qualité : madame votre fille ;

  • lorsqu’on s’adresse à la personne elle-même ;

  • Le titre de civilité n'est écrit en toutes lettres qu'en liaison avec une intention particulière (respect, dénigrement) : Mme Michu, mais « cette pauvre madame Michu ».

Écrire avec une capitale initiale :

  • Madame Royale, Madame Élisabeth, Madame Mère ;

  • Monsieur [=le frère du roi] ;

  • la Grande Mademoiselle ;

  • les filles de Louis XV (Mesdames, Madame Adélaïde, Madame Victoire, Madame Sophie...) ;

Dauphin, dauphine

Capitale initiale à dauphin/dauphine pris absolument et dans le titre « Le Grand Dauphin » :

  • le Grand Dauphin (Louis de France, dit Monseigneur, ou le Grand Dauphin, fils de Louis XIV) ; Monseigneur le Dauphin, le Dauphin de France ; la Dauphine, l'épouse du Dauphin de France ; Madame la Dauphine ; le dauphin d’Auvergne ; Celle qu’épousait le dauphin prenait le titre de dauphine.

Titres, grades, statuts et fonctions

Ne prennent pas, sauf exception, la majuscule : empereur, chancelier, roi, président, ambassadeur, ministre, comte, prince, général, sénateur, etc.

  • Empereur avec capitale initiale si employé seul et pour désigner Napoléon Ier ; sinon toujours en bas de casse.

  • Électeur, électrice :

    • En bas de casse : le prince électeur de Mayence ; les électeurs palatins…

    • Le Grand Électeur (s’il désigne Frédéric-Guillaume, électeur de Brandebourg). On écrit soit « le Grand Électeur », soit « l’électeur de Brandebourg » (mais pas « le Grand Électeur de Brandebourg »).

  • Régent, régente en bas de casse ; avec une majuscule uniquement pour le Régent (le duc Philippe d’Orléans).

  • Sire : capitale initiale au titre honorifique quand on s’adresse à la personne ; employé par dérision : en bas de casse (un triste sire).

  • L’infante d’Espagne, l’infant.

  • Le premier architecte, peintre, chirurgien... du roi ; le grand aumônier de France, le grand écuyer, le grand-duc Paul de Russie ; le maître de musique.

  • le roi Très Catholique, les rois très catholiques, le Très Chrétien, Sa Majesté Très Chrétienne.

  • Les fils et filles de France, les enfants de France, la reine mère.

Institutions, toponymes

  • Organismes :

    • Organismes multiples : le nom commun d’espèce reste en bas de casse : le bureau du Sénat, la chambre de commerce de Lyon, le conseil de guerre de Rouen, le parlement de Bordeaux.

    • Capitale initiale pour les raisons sociales, les noms de sociétés, d’établissements, d’associations, publics ou privés, les noms de marques et de modèles.

    • Pour les organismes uniques : capitale au premier mot ainsi qu’à l’adjectif qui précède : la Bibliothèque nationale de France, les Archives nationales, la Cour de cassation, la Cour des comptes, le Sacré Collège…

  • Dans les toponymes (noms de lieu) et les odonymes (voies de circulation), seul le terme spécifique (qu’il soit un nom propre, un nom commun ou un adjectif) prend la capitale initiale, le terme générique conservant la minuscule.

  • Substantifs liés : dans les dénominations où les noms communs prennent la capitale initiale, lorsque deux substantifs sont liés, chacun d’eux prend la capitale : les Arts et Métiers, les Eaux et Forêts, les Ponts et Chaussées, l’ordre des Arts et des Lettres ; le ministère du Commerce et de l’Industrie.

Monuments

Monuments : arc de triomphe, chapelle, château, colonne, mausolée, palais, etc.) et certaines de leurs parties (colonnade, cour, salon, etc.).

  • Les dénominations propres (exactes ou approximatives) ont une capitale initiale, ainsi que les adjectifs antéposés : l’Escorial, le Petit Luxembourg, le Val-de-Grâce.

  • Dans les désignations incluant un terme général (château, colonne, église, porte, etc.), seul le terme spécifique prend une capitale initiale : le palais Farnèse, le palais des Doges, le château de Versailles, le salon de la Pendule, l’antichambre des Chiens, le cabinet du Couchant, la cour de Marbre, l’escalier des Ambassadeurs.

  • Si le terme général est seulement accompagné d’un adjectif non dérivé d’un nom propre, il prend la capitale initiale, ainsi que l’adjectif antéposé : la Cour carrée, le Grand Palais, le Petit Palais, le palais Mazarin, la Grande Galerie, le Salon rond, le Pavillon frais, le Cabinet octogone.

  • Dénominations avec trait d’union : le Palais-Bourbon, le Palais-Royal (ancien Palais-Cardinal).

  • Lorsque l’on emploie l’appartenance royale (sous forme substantivée : roi/reine), on met une capitale à roi/reine : chambre du Roi, cabinet du Roi, degré du Roi, chambre de la Reine, escalier de la Reine.

  • Appartement (château de Versailles) : prend une capitale initiale uniquement dans les expressions « le Grand Appartement », « les Grands Appartements », les « Petits Appartements ». Dans les autres cas : le grand appartement du Roi/de la Reine ; les grands appartements des souverains ; l’appartement de la Reine, le grand appartement de l’Empereur, l’appartement du Roi, les soirées d’appartement ; les Appartements intérieurs ; les petits appartements des souverains ; le(s) petit(s) appartements du Roi/de la Reine, le petit appartement de l’Empereur.

Bibliothèque

  • La bibliothèque de l’Arsenal, la bibliothèque Mazarine (Ambrosienne, etc.), la bibliothèque municipale de Concarneau (de Morlaix, de Quimper, etc.), la bibliothèque Sainte-Geneviève ;

  • la Bibliothèque nationale de France, la Bibliothèque du Congrès ;

  • la Bibliothèque du roi ; la Bibliothèque royale ;

  • le Cabinet des médailles, le Cabinet des estampes ; le Cabinet des antiques ; le Cabinet des manuscrits ; le Cabinet des titres et généalogies ; le Cabinet des estampes et planches gravées ;

  • Départements de la BNF : département des Monnaies, médailles et antiques ; département des Cartes et plans ; département des Estampes et de la photographie, département des Manuscrits.

Musée

  • pas de capitale initiale à « musée » mais au(x) premier(s) mot(s) caractéristique(s) de la dénomination : le musée des Arts décoratifs, le musée des Arts et Métiers, le musée national d’Art moderne, le musée des Arts et Traditions populaires, le musée Galliera, le musée de l’Homme, le musée du Louvre, le musée de la Marine ;

  • l’éventuel adjectif antéposé prend également la majuscule initiale ;

  • dans les dénominations coordonnées, chaque nom prend la majuscule initiale : musée des Arts et Traditions populaires ;

  • majuscule si Musée désigne une institution précise, déterminée par un adjectif non dérivé d’un nom propre : le Musée océanographique (de Monaco), le Musée postal, le Musée social, le Musée lorrain ;

  • majuscule s’il est pris absolument : Musée (colline d’Athènes consacrée aux Muses), Musée (poète grec), le Musée (de Ptolémée, à Alexandrie).

  • musées étrangers : le musée de l’Ermitage, le musée des Offices, Metropolitan Museum of Art, Museo Pio-Clementino, National Gallery, National Gallery of Art ;

  • le Muséum central des arts, le Muséum national d’histoire naturelle (de Paris), le Museum of Fine Arts (Boston), le Museum of Modern Art (New York), le British Museum (Londres), un muséum.

Jardins

  • Le bois de Boulogne (de Vincennes, etc.), les jardins de Kensington.

  • Le Jardin d’Acclimatation, le Jardin des Plantes (le Jardin royal des plantes médicinales ou Jardin royal) à Paris.

  • Chelsea Physic Garden, Kensington Gardens, Regent’s Park, Sloane Square.

  • Le Jardin français, la jardin de la Chapelle (au Petit Trianon) ; le jardin du Roi, le jardin des Marronniers et jardin des Sources (au Grand Trianon).

Hôtel

  • Toujours en bas de casse (l’hôtel de Sens, l’hôtel de ville de Toulouse).

  • Majuscule si « hôtel » désigne le gouvernement ou un corps administratif : l’Hôtel de la Monnaie ; l’Hôtel de Ville a fait des dépenses somptuaires.

Collège, faculté, université, institut, fondation

  • Collège : le Collège royal, le Collège de France.

  • Faculté : capitale initiale lorsque ce mot est employé seul pour désigner le corps médical ; bas de casse dans tous les autres cas (faculté des sciences, faculté de médecine, faculté des lettres).

  • Fondation : capitale initiale lorsqu’il s’agit d’une institution unique (la Fondation de France), en bas de casse dans les autres cas.

  • Institut :

    • capitale initiale si l’organisme a un caractère unique : l’Institut de France, l’Institut Pasteur, l’Institut catholique de Paris, ou employé seul pour désigner l’Institut de France ;

    • en base de casse dans tous les autres cas (l’institut dentaire de Toulouse ; l’institut Pasteur de Lille).

  • Université : capitale initiale pour désigner le corps universitaire (« Il faudra attendre l’avis de l’Université ») ; en bas de casse dans les autres cas (université Rennes 2, université de Limoges, université Blaise-Pascal).

Institutions politiques, administration

  • Conseil :

    • le Conseil du roi, le Conseil d’en haut, le Conseil d’État, le Conseil de régence, le Grand Conseil, le Conseil royal des finances, le Conseil secret, le Conseil des dépêches, le Conseil des ministres ;

    • les conseils de la polysynodie : le Conseil de conscience, le Conseil des affaires étrangères, le Conseil de la guerre, le Conseil des finances, le Conseil des affaires du dedans du royaume, le Conseil de marine, le Conseil de commerce.

  • Le département des Affaires étrangères, le département de la Guerre, la Chambre des comptes mais la chambre des comptes d’Aix, Bordeaux…, la Chancellerie, la Marine.

  • Le Congrès, le Sénat, le Parlement, mais le parlement de Paris.

  • Maison : la Maison du roi, la Maison de la reine, la Maison de l’empereur, la Maison de Madame Élisabeth, la Maison du comte d’Artois, la maison de Bourbon, la maison de Habsbourg, la maison de Savoie, la maison d’Autriche.

  • Administration et institutions royales : la Bibliothèque du roi, l’Apothicairerie du roi, les Bâtiments du roi, la Chambre aux deniers, la Chambre du roi, la Chapelle du roi, la Chapelle-Musique du roi, le Haras royal (ou le Haras), l’Écurie du roi, les Écuries du roi, le Garde-Meuble de la Couronne ou Garde-Meuble royal, la Garde-Robe du roi, le Gobelet du roi, la Maison-Bouche ou la Bouche du roi, les Menus Plaisirs du roi (lieu : l’hôtel des Menus-Plaisirs), le Commun du roi/de la reine ; la Cassette du roi ou la Cassette royale, le Mobilier national, la Monnaie des médailles du roi, la Musique de la chapelle, la Prévôté (royale) mais une prévôté, le Palais de justice, mais le palais de justice de Paris ; les Eaux et Forêts.

  • cour : la cour des aides de Paris, la cour des aides de Bordeaux, de Montauban ; la Cour des monnaies.

  • le bureau des finances de Lyon.

État

  • Le tiers état, les états-généraux ; les États pontificaux.

Théâtre, opéra, comédie

  • L’Ancienne Comédie (lieu), la Nouvelle Comédie (institution), les Comédiens-Italiens, la Comédie-Française, la Comédie-Italienne.

  • Opéra : capitale initiale lorsque l’on parle de l’institution (= opéra de Paris, le palais Garnier) : je vais à l’Opéra ; minuscule initiale pour les bâtiments, les théâtres lyriques, le genre musical : l’opéra de Milan, j’adore l’opéra, le théâtre de l’Opéra-Comique, un opéra-ballet ; l’Opéra royal (du château de Versailles) mais l’opéra royal de Versailles.

  • Le théâtre de la Reine, le (ou le Petit Théâtre), au Petit Trianon.

Manufacture

  • La manufacture de la Marche, de Beauvais, d’Aubusson, de Sèvres, de Paris, de Vincennes, la manufacture de la Savonnerie.

Dénominations elliptiques

  • Capitale initiale à ce qui devient le premier mot de la dénomination : la Monnaie (pour l’hôtel de la Monnaie) ; Centrale (pour l’École centrale des arts et manufactures) ; Matignon (pour la présidence du Conseil) ; les Arts et Métiers (pour le Conservatoire des arts et métiers).

Institutions étrangères

  • Dans un texte composé en français, les dénominations traduites obéissent à la règle française ; les dénominations non traduites conservent leur graphie et capitales initiales d’origine.

Allégorie, symbole ou personnification

Les nos employés comme tel se composent avec une capitale initiale : les flèches de l’Amour ; le tombeau du Soldat inconnu ; la Mort portant sa faux, tout comme les noms d’animaux, de plantes, d’objets ou d’abstractions personnifiés dans les fables et les contes, ainsi que les symboles contenus dans les devises (Liberté, Égalité, Fraternité).

Armée, unités militaires

  • Maison militaire du roi : la compagnie des Chevau-Légers de la garde ; les Gardes françaises (ou régiment des), les Gardes suisses (ou régiment des), le(s) Garde(s) de la prévôté de l’Hôtel du roi (ou hoquetons), les Gendarmes de la Garde (ou compagnie des), les gardes du dedans, les gardes du dehors, un Cent-Suisse, les Cent-Suisses, la compagnie des Mousquetaires, la compagnie des Grenadiers à cheval ;

  • la garde impériale, la garde nationale ; les Suisses du Vatican, les soldats de la garde suisse ;

  • la division Leclerc, l’Armée rouge, la Vieille Garde, la Grande Armée, la Garde (= la garde impériale) ;

  • Certains noms de régiments de l’Ancien Régime portaient des noms propres composés avec traits d’union et capitales : le régiment Colonel-Général, le Royal-Artillerie, le Royal-Cravate, le Royal-Étranger.

Dieux et divinités

  • Les (trois) Gorgones, les (trois) Grâces, le (neuf) Muses, les (trois) Parques, les Amazones, les Cyclopes, les Titans, les Walkyries.

  • Mais si on désigne des catégories entières : les centaures, les elfes, les lutins, les gorgones, les sirènes, les nymphes.

Ordres, religion

  • Ordre : l’Ordre des médecins, l’ordre de la Légion d’honneur, l’ordre des Templiers.

  • Carmel (le) : l’ordre dans son ensemble ; le carmel de Chartres ; l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel.

  • Oratoire : bas de casse, sauf pour l’ordre monarchique : la Société de l’Oratoire de Jésus ; l’Oratoire de Jésus.

  • Père : le père Bernard.

  • Saints : s’il s’agit de la personne, minuscule à saint et pas de trait d’union : saint Georges ; mais Saint Louis ; si l’on parle d’un lieu (église, ville, rue), majuscule à saint et trait d’union : Saint-Georges.

Époques et événements historiques

On écrit : Antiquité, Moyen Âge, la guerre de Cent Ans, les guerres de Religion, la Grande Guerre, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, guerre froide, le Grand Siècle, le Siècle d’or, le Siècle des lumières, les Temps modernes, la Belle Époque, les Années folles.

Grandes époques scientifiques, mouvements littéraires (ou philosophiques) et courants artistiques

Ils prennent la minuscule : le paléolithique, le baroque, le classicisme, l’impressionnisme, l’existentialisme…

Points cardinaux

Pour désigner une direction, une exposition, une situation, une orientation, on écrit en bas de casse.

Lorsqu’il s’agit d’une zone géographique :

  • une capitale lorsque l’orientation est en complément du nom ou le nom lui-même : l’Italie du Nord, dans le Sud (région) ;

  • une minuscule lorsque l’orientation est suivie d’un complément du nom : le sud de l’Égypte ;

  • pour donner une orientation : nord-est, une orientation multiple : nord-est – sud-ouest.

Salon, foire, exposition

Capitale initiale lorsqu’il s’agit d’une manifestation unique (même si elle se répète périodiquement) : l’Exposition universelle ; l’Exposition florale des Pays-Bas ; le Salon des antiquaires ; la Foire du livre de Francfort ; la Foire de Paris.

Surnoms

Le substantif et l’adjectif prennent la capitale initiale, mais l’article reste en bas de casse : Ivan le Terrible, Louis le Chauve, la Pucelle d’Orléans, le Grand Timonier.

Nombres en lettres ou chiffres

En toutes lettres

  • les nombres employés substantivement : les trois quarts ; un trois-centième ; voyager en première ; consulter un in-quarto ; acheter du trois pour cent

  • les nombres rencontrés isolément et représentant des quantités simples (entières ou accompagnées de « demi » ou de « quart ») : Ils ont parcouru cinq cents kilomètres ; Le match dura deux heures et demie ; nous partons à dix heures et quart

  • les fractions d’heure suivant les mots : midi et minuit : midi dix, midi et quart ; Il est parti à minuit trente

  • la cérémonie à durée trois heures.

  • La séance de 15 heures

  • Trait d’union : la règle traditionnelle veut qu’on lie par un trait d’union les éléments inférieurs à cent, à moins qu’on ne soit en présence de la conjonction « et » : elle a vingt-trois ans ; elle a cent trois ans ; elle aurait cent quatre-vingt-quatre ans ; quatre mille deux cent quatre-vingt-dix-huit, mais elle a vingt et un ans.

  • Premier, première : en dehors des notes, parenthèses et renvois, s’écrit au long : chapitre premier ; scène première.

En chiffres arabes

  • Nombres exprimant une durée de vie, un âge : Mozart vécut 35 ans ; il mourut à l’âge de 35 ans ; mais Il venait d’atteindre sa quinzième année.

  • Durées très précises : la cérémonie a duré 2h13 ; le train part à 9h45 ; mais : Je reviens dans cinq minutes.

  • Numéros des arrondissements : les 5e et 6e arrondissements de Paris.

  • On n’abrège pas les dates : 1615-1685 et non 1615-85 ; les années 1970 (et non les années 70), la guerre 1914-1918.

  • 100 av. J.‑C.

En chiffres romains

  • Petites capitales : xviie siècle ; les chapitres des livres de la Bible : Matthieu, xxvi, 69-75.

  • Grandes capitales : le IIIe millénaire av. J.-C. ; Élisabeth Ire ; livre II ; acte I, t. V.

Noms de lieux et traits d’union

Les termes des dénominations composées sont liés par un trait d’union, à l’exception de l’éventuel article initial. Ils prennent une majuscule initiale, à l’exception des articles n’appartenant pas aux noms propres, des prépositions (de), des conjonctions (et), des pronoms (qui).

  • rue du Chat-qui-Pêche, avenue du Cimetière-des-Batignolles, avenue de la Porte-des-Lilas, rue Chevalier-de-La-Barre, rue Lucien-et-Sacha-Guitry, rue du Pont-Neuf, rue du Grenier-sur-l’Eau, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, avenue des Champs-Élysées, place de l’Hôtel-de-Ville ;

  • le parc Georges-Brassens ;

  • la chapelle Sainte-Catherine ; l’église Saint-Louis-des-Jésuites ; l’église des Grands-Jésuites ; l’église des Petits-Pères

  • la basilique Notre-Dame-du-Rosaire de Lourdes ; l’église Notre-Dame-de-Lourdes (à Paris) ;

  • le Centre Georges-Pompidou ; l’établissement public du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie – Valéry-Giscard-d’Estaing, le Centre Roland-Mousnier ;

Les espaces insécables

Dans les fichiers Word, mettre les espaces insécables obligatoires dans les cas suivants :

  • avec les signes de ponctuation double : deux-points, points-virgules, guillemets français (chevrons « »), points d’interrogation et d’exclamation ;

  • tirets d’incise : espace insécable après le tiret ouvrant et avant le tiret fermant :

    • Texte –[espace insécable]texte.

    • Texte –[espace insécable]texte[espace insécable]– texte.

  • entre un nombre en chiffres accompagné du terme qui le concerne (abrégé ou non) : p. 50 ; fig. 4 ; t. II ; vol. 3 ; fo 2 ; xviie siècle ; 50 $ ; 10 % ; 30 kg ; 5 mètres ; 120 euros ;

  • entre un prénom et son numéro dynastique : Louis XVI ; Charles Quint ;

  • entre le jour et le mois (12 juin) ; entre le mois et l’année (janvier 1627) ;

  • entre un patronyme et sa particule si elle comporte une majuscule : Du Bellay ; La Fontaine ; Emmanuel Théodose de La Tour d’Auvergne (entre « La » et « Tour ») ;

  • En revanche pas d’espace insécable dans les autres patronymes à particules et dans les formulations du type : le comte de Beuil, la marquise de Sévigné, la duchesse d’Orléans, le baron de Rians, Anne de Bretagne, Marie de Médicis, Christine de Suède, etc. ;

  • entre « le » et un adjectif comme « le Fort », « le Pieux », « le Jeune » ;

  • après les formes abrégées des titres de civilité, des titres de fonctions et des titres honorifiques : M. Dupont ;

  • pour séparer les groupes de 3 chiffres dans les nombres supérieurs au millier : 34 757 ;

  • l’espace insécable n’est pas obligatoire entre un prénom et un nom, sauf :

    • si le prénom comprend une initiale : John F. Kennedy (espace insécable entre « John » et « F. »).

    • si le prénom est abrégé : J.-P. Sartre (espace insécable avant le nom) ; H. G. Wells (espace insécable entre les initiales du prénom composé sans trait d’union et avant le nom).

  • Mettre une espace insécable :

    • entre « etc. » et ce qui précède ;

    • entre ce qui précède et [sic] ;

    • entre « Sa » et « Majesté » et similaires ;

    • dans les expressions latines comme : in pectore, post mortem, ex negativo, etc.

  • De manière générale, ils sont insérés entre deux termes qui ne doivent pas être séparés : Moyen Âge, Napoléon Ier ; IIIRépublique, La Rochelle, etc.

Les notes

  • Les notes sont faites uniquement pour éclairer le texte : éviter les notes trop longues.

  • Les appels de notes seront en chiffres arabes (utiliser la numérotation continue automatique de Word).

  • Les appels de note doivent être placés avant toute ponctuation et précéder le guillemet fermant dans une citation de phrase ou d’extrait de phrase.

    • Ex. 1 : « peuvent émerger1. »

    • Ex. 2 : « Des têtes d'arbres émergent des flots2. »

    • Ex. 3 : […] lorsque Rousseau affirme que, « pour connaître les hommes, il faut les voir agir3 ».

  • Si dans un même paragraphe ou dans une même phrase, un appel de note renvoie à plusieurs passages cités d’une même source, il est placé après le guillemet fermant du dernier extrait.

  • Ne pas placer d’appel de note dans les métadonnées (titre de l’article, résumé, biographie de l’auteur, mots clés), dans les titres de parties et sous-parties et dans les légendes, à l’intérieur de tableaux ou schémas, ni après un nombre en chiffres arabes ou romains.

  • S’il y a plusieurs personnes avec le même nom, ajouter l’initiale du prénom.

  • Ne jamais utiliser op. cit. ou art. cit.

  • Utiliser Ibid. pour deux références identiques qui se suivent.

  • Pour inviter à consulter des références, on peut utiliser « voir », « voir aussi », « mais voir ». Cf. (confer) en italique : signifie « comparer » avec, mettre en parallèle). Si l’on invite seulement à se reporter à une publication, sans idée de comparaison, utiliser « voir ».

  • Ne pas utiliser les abréviations latines sq. (page suivante) et sqq. (pages suivantes) : toujours donner le ou les numéros de pages exacts.

  • Citation de seconde main (référence à un auteur cité par un autre auteur) : indiquer la référence du premier texte suivie de « cité dans » et de la référence du texte réellement consulté. Ex. Bocchi, 1591 cité dans De Benedictis, 1998, p. 214. (NB : Les deux références – Bocchi et De Benedictis – doivent se retrouver dans la bibliographie finale.)

  • Écrire : « no » pour numéro, « nos » pour numéros avec le « o » en exposant (et non pas le symbole degré : n°). Ex. no 1 ; nos 5, 6 et 7.

  • Écrire : 1er, 2e, 3e, 4e, etc.

  • Dans les notes, dans la bibliographie ou dans des parenthèses on utilisera les abréviations suivantes : chap., introd., fig., ill., cat., pl., fasc., etc.

  • Exemples de présentation :

    • Note : Martin, 2002, p. 183-215.

    • Note : Moulinier-Brogi et Nicoud, 2014.

    • Note : Kaufmann, 2009a, 2009b.

    • Note : Cadiou et al., 2005.

    • Note : Marie A. et Marie M., 1968.

    • Note : Lespinasse, 1913 ; Locquin, 1906.

    • Note : Delage et Labrecque, 2015 ; Poulin, 2014 ; Veilleux et al., 2018.

    • Note : Kohler et Rosenauer, 1992, p. 225, cat. 204.

    • Note : Polleross, Sommer-Mathis et Laferl, 1992, p. 21, fig. 34.

    • Note : Éon, 2017, p. 18-23 ; Brière-Hacquet, 2012, § 8.

    • Note : Comptes des Bâtiments du roi…, 1881-1901, col. 56.

    • Note : Pour une description détaillée du monument, voir Mazel, 2009, p. 41-54.

    • Note : Selon l’hypothèse défendue (Grenier, 2007, p. 116),…

    • Note : L’analyse développée par Bernardi (2007) présuppose…

    • Note : Voir à ce sujet Grenier et Menger, 2001, p. 116-125.

    • Note : Selon Caron et Caronia (2005), « les tentatives de faire jeune dans les messages publicitaires se soldent parfois par des échecs ».

    • Note : En 2021, Rousseau et Vallerand ont défini (...)….

    • Note : Des recherches de Rinfret (1998) ont démontré que…

    • Note : Plusieurs auteurs (Gauthier, 2000 ; Dépelteau, 2001 ; Tremblay, 1999b ; Grawitz, 2001) prétendent que le tabagisme est un phénomène de société.

    • Note : Selon Garon, « l’apprentissage doit se faire sans l’aide du professeur » (2001, p. 124).

    • Note : Rouillard a écrit : « Il semble bien que l’arrogance bureaucratique ne soit plus de mise dans la gestion publique du xxie siècle. » (2002, p. 65).

    • Note : Malo (1996, p. 45) soutient qu’« un commentaire composé doit avoir la rigueur d’une démonstration scientifique ».

Documents d’archives et manuscrits

  • Indiquer dans l’ordre : Ville du dépôt d'archives, Nom du dépôt, Département [Manuscrits…], Série et/ou Collection et/ou Fonds avec ses cotes, feuillet ou folio (recto, verso), « Titre ou description de la pièce entre guillemets ». Exemple : Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1043, f2, « Maladie et mort de Marie-Thérèse, reine de France ».

  • Utiliser les guillemets si l’on reprend le titre figurant sur le document consulté.

  • Écrire partout soit « fol. 5 » soit « fo 5 » (attention, dans ce cas on utilise la lettre « o » en exposant, et non pas le caractère degré (°) qui se trouve sur la touche « ) ] ».

  • Écrire partout soit « ro » pour recto, « vo » pour verso (fo 5ro, fo 5vo) soit « r » ou « v » (ex. fol. 5v ; fol. 5r).

    • Cas de deux folios (2 numéros) : « fos » au pluriel. Ex. : « fos 33-34vo ».

    • Cas d’un seul folio mais recto + verso : « fo » au singulier, et « ro-vo » réunis par un trait d’union. Ex. : « fo 164ro-vo » (et non pas « fos 164ro-164vo »).

  • Exemples de présentation :

    • Bibliothèque nationale de France (désormais BNF), département des Estampes et de la Photographie, Va 78e fo, t. I.

    • Archives nationales (désormais AN), O1 2083, « Mémoire du marbrier Dropsy », année 1769, fo 62-66.

    • AN, E 1691, fo 27vo-28ro, arrêt du Conseil du roi du 21 février 1647

Graphie des URL

  • Si un DOI est disponible, indiquer de préférence celui-ci (plutôt que l’URL) : https://doi.org/10.4000/rhc.3363.

  • Ponctuer normalement après une URL (point final ou autre signe).

  • Vérifier que les URL fonctionnent.

  • Ne pas indiquer la date d’accès aux ressources électroniques (sauf dans le cas où la date de publication est inconnue).

  • Ne pas indiquer les mentions « Disponible en ligne sur », « En ligne », « URL », « DOI ».

Contrôle des noms propres

Pour harmoniser l’orthographe des noms propres, on consultera les référentiels d’autorité (noms de personnes et noms géographiques) :

Écriture inclusive

La rédaction laisse le choix d’utiliser l’écriture inclusive ou non dans les propositions d’articles. La revue n’impose pas de normes strictes, mais recommande toutefois :

  • de féminiser les noms de fonctions et de métiers (directrice, conservatrice, présidente, autrice, écrivaine, maîtresse de conférences, professeure des universités, etc.) ;

  • l’usage des termes neutres (« l’être humain », « l’individu », « les personnes ») et des termes collectifs (« l’équipe », « le groupe », « les collègues », « les élèves »).

On pourra recourir à la mention, par ordre alphabétique, des termes au féminin et au masculin ; on évitera l’emploi du point médian.

Orthographe

La revue applique les règles l’orthographe dite « traditionnelle ». Elle pourra toutefois être amenée à évoluer et opter pour les « Rectifications orthographiques du français » de 1990 (voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Rectifications_orthographiques_du_fran%C3%A7ais_en_1990).

Bibliographie finale

On prendra soin de bien vérifier l’exactitude des données bibliographiques à l’aide des catalogues de bibliothèques suivants :

  • BNF : http://catalogue.bnf.fr

  • Sudoc : http://www.sudoc.abes.fr

  • Karlsruhe Virtual Catalog (permettant d’interroger les catalogues par pays) : http://www.ubka.uni-karlsruhe.de/kvk_en.html

  • La bibliographie reprend la liste des références citées (monographies, ouvrages collectifs, articles de revues, thèses, éditions de sources…), par ordre alphabétique des auteurs, et pour chaque auteur par ordre chronologique croissant de ses publications.

  • Les références d’archives et les articles de presse et magazines resteront en notes.

  • Si la bibliographie comporte plusieurs titres d’un même auteur, ne pas utiliser de tiret pour le nom d’auteur, mais répéter le nom afin que le logiciel Bilbo (Automatic Annotation of Bibliographical References) puisse reconnaître les entrées bibliographiques et y apposer un éventuel DOI.

Auteur

  • Le nom s’écrit en petites capitales, sauf la lettre initiale, suivi du prénom en minuscules.

  • Plusieurs auteurs : on indique les noms des auteurs dans l’ordre selon lequel ils apparaissent sur la page couverture ou sur la page titre de l’ouvrage.

  • Quatre auteurs et plus. On les donne tous dans la bibliographie :

    • Cadiou François, Coulomb Clarisse, Lemonde Anne et Santamaria Yves, 2005, Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, Paris, La Découverte.

    • En note on écrit : Cadiou et al., 2005, p. 281.

  • Responsabilité scientifique : ne pas utiliser « ed. », « éd. » ou « éds. ». Utiliser selon le cas :

    • « (dir.) » pour la coordination d’un ouvrage scientifique ;

    • « éd. » pour l’édition de sources et/ou de textes commentés ;

    • « trad. » après le titre pour la mention d’une traduction (trad. A. Virey-Wallon ; trad. de l’anglais par J. Bouniort).

  • Auteur anonyme : Anonyme, date, Titre

  • Si l’auteur est une association ou un organisme : Ministère de l’Éducation nationale, date, Titre

Titre

  • Reproduire le titre exact de l’ouvrage, qui figure sur la page de titre (et non sur la couverture) d’un ouvrage.

  • Séparer le titre du sous-titre par un point. : Beaurepaire Jean-Yves, 2007, Le mythe de l’Europe française au xviiie siècle. Diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Éditions Autrement.

  • Si les titres d’ouvrages sont trop longs, utiliser les trois points de suspension (et non […]) pour les coupures en milieu et en fin de titre, mais si possible, écrire la fin du titre de l’ouvrage et couper à l’intérieur.

  • Pour les œuvres littéraires et artistiques, on suit la règle d’usage pour les capitales initiales :

    • Avec article défini : L’Invention de Paris, Le Livre des passages, Le Joyeux Joueur de luth.

    • Titres ne commençant pas par un article défini : Une vie de cité. Paris de sa naissance à nos jours, À la recherche du temps perdu, De l’esprit des lois, Nos vertes années.

    • Titre formant une phrase : La guerre de Troie n’aura pas lieu.

    • Titres abrégés : le Barbier et le Mariage, les Rêveries.

    • Titres doubles : Julie ou la Nouvelle Héloïse, La Répétition ou l’Amour puni.

    • On mettra une capitale initiale aux articles dans les titres d’œuvres cités à l’intérieur d’une phrase : Drouilly sculpta Le Poème héroïque.

  • Pour les titres d’ouvrages et d’articles spécialisés en revanche (publications scientifiques, d’érudition, ouvrages techniques, etc.), on ne mettra de capitale initiale qu’au premier mot du titre et aux noms propres.

  • Pour les imprimés anciens : conserver l’orthographe, mais adopter l’usage actuel pour les capitales initiales et les majuscules accentuées. Remplacer « & » par « et ». Inutile d’utiliser [sic] dans les titres.

  • Titres bilingues : on les sépare par une barre oblique.

Date

  • Date d’édition : si l’ouvrage consulté est une réédition d’un ouvrage ancien, citer la date de la première édition (si elle est connue) entre parenthèses après l’année de l’édition utilisée. En note, en revanche, on ne mentionnera que la date de l’édition consultée.

  • Thèses en cours : mettre « en cours » (et non « en préparation »).

  • Ouvrages sous presse : écrire « (à paraître) » après l’année si celle-ci est connue, ou simplement « à paraître » si l’année n’est pas connue.

  • Lorsqu’une édition autre que la première est utilisée, le numéro de l’édition est transcrit tel qu’il figure dans le document. Par ex. « nouv. éd. », « éd. rev. », « 2e éd. », « 3e éd. ent. rev. et corr. ». Havard Gilles et Vidal Cécile, 2019, Histoire de l’Amérique française, éd. rev., Paris, Flammarion.

  • S’il y a plusieurs publications la même année pour une même personne, la date est assortie de la lettre a, b, c, etc. (en romain).

  • Date inconnue : s. d.

  • Date estimée par l’auteur, ex. : Auteur, s. d. [1920], Titre, ville, éditeur.

Villes et éditeurs, volumes, collections

  • Villes d’édition multiples et un seul éditeur : prendre comme référence la notice du catalogue de la BNF et ne garder qu’une seule ville (ville de la maison-mère).

  • S’il y a plusieurs maisons d’édition (et villes d’édition), on présentera comme suit :

  • Paris/Québec, Maison des sciences de l’homme/Presses de l’université Laval.

  • Les villes d’édition étrangères seront traduites en français.

  • Indiquer obligatoirement la ou les maisons d’édition (ou l’imprimeur pour les ouvrages anciens, précédé de la mention « Impr. »). Pour les éditions à compte d’auteur, écrire « chez l’auteur ».

  • Les noms d’éditeurs formés d’un patronyme s’écrivent au long (avec le prénom) : Armand Colin, Odile Jacob, Albin Michel ; mais on écrira Fayard, Grasset, Privat, etc.

  • Ne garder que le nom spécifique de l’éditeur. On peut supprimer les indications commerciales, les articles, le mot « édition » quand ils sont génériques : Seuil (Éditions du Seuil), Cerf (Éditions du Cerf), La Découverte (Éditions de La Découverte), MIT Press (The MIT Press), Kluwer Academic (Kluwer Academic Publishers).

  • On conserva la mention « édition » dans les cas suivants : CNRS Éditions, Éditions de l’EHESS, ENS Éditions, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

  • Pour les éditeurs universitaires, on donnera leur nom au long : Presses universitaires de Rennes (PUR), Presses Sorbonne nouvelle (PSN), Presses universitaires de Limoges (PULIM), Oxford University Press (OUP). On pourra écrire PUF (pour Presses universitaires de France).

  • On reprend le nom exact de l’éditeur de l’époque si le nom a changé depuis (Presses de la Fondation nationale des sciences politiques en 1992 [et non Presses de Sciences Po]).

  • Utiliser les abréviations suivantes, le cas échéant : s. n. (sans nom de maison d'édition) ; s. l. (sans lieu de publication).

  • Volume/tome :

    • vol. (= volume + chiffre arabe : vol. 2) ;

    • t. (= tome + chiffre romain).

    • Distinguer les termes « volume » et « tome ». « Volume » est un terme général qui désigne une unité matérielle d’un ouvrage qui en comporte plusieurs (un dictionnaire en 6 volumes). Le tome est une unité intellectuelle d’un ouvrage, qui possède son propre titre (en plus du titre général de l’ouvrage) et qui ne correspond pas toujours à un volume. Ainsi la 1re édition (1984-1992) des Lieux de mémoire, dirigée par Pierre Nora chez Gallimard, comportait 3 tomes en 7 volumes. La 2e édition (coll. « Quarto », 1997) comporte toujours les 3 mêmes tomes mais cette fois en 3 volumes. Exemple d’une référence dans la 1re édition : dans Nora Pierre (dir.), Les Lieux de mémoire, t. II : La Nation, vol. 3, p. 356.

  • Collection : mention facultative ; si elle est jugée utile, on l’écrit entre guillemets : coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

  • Numéros de périodique composés : harmoniser la présentation et toujours donner le numéro de tome et/ou le numéro de fascicule.

  • Toujours donner la pagination complète d’un article de périodique ou d’une contribution à l’intérieur d’un ouvrage collectif (et dans les notes, indiquer seulement la/les pages consultées).

  • Si plusieurs contributions d’un même collectif sont citées en bibliographie, on fera une entrée à l’ouvrage collectif en question avec les références complètes et on abrégera cette référence dans les entrées des contributions.

  • Les références en langues étrangères adoptent les règles de la typographie française (guillemets, espaces insécables, etc.). En revanche, les titres de ces références (ouvrages, contributions, articles) respectent la règle des titres de la langue d’origine. Si l’on souhaite donner la traduction d’un titre en langue étrangère, on l’indique en romain entre crochets immédiatement après le titre.

  • La traduction d’un ouvrage sera indiquée si elle est pertinente. L’édition originale pourra être rappelée entre crochets en toute fin de la référence bibliographique.

  • Périodiques :

    • Capitale au premier mot du titre et au premier substantif : L’Écho républicain ; Le Provençal.

    • Capitale également à l’adjectif antéposé : La Nouvelle République des Pyrénées.

    • Capitale aux deux mots si réunis par un trait d’union : Nord-Éclair.

    • Référence dans une autre langue : dans un texte français, on ne conservera que la règle des capitales en usage dans chaque langue pour les titres de publications étrangères ; pour le reste (signes de ponctuation doubles « » ; ! ? : avec espaces insécables) on appliquera les normes françaises.

Références en langue étrangère dans un texte français

Pour les références bibliographiques en langue étrangère, on appliquera la règle des majuscules en usage dans chaque langue et on gardera la ponctuation française :

  • Croce Benedetto, 1949, « Note sul “Corricolo” di Alessandro Dumas », dans Id., Nuove pagine sparse, Naples, Ricciardi, vol. 2, p. 242-246.

  • Dobrzyniecka Janina, 1962-1964, s. v. « Jabłonowski Józef Aleksander », dans Polski Słownik Biograficzny, t. X, Horoch Mieczysław-Jarosiński Paweł, Wrocław/Varsovie/Cracovie, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, wydawnictwo Polskiej Akademii Nauk, p. 225-228.

  • Giorgi Arianna, 2012, « De vestidos y gala : influencias francesas en el apariencia y el aparato de la corte de la primera mitad del siglo XVIII », dans María José Pérez Álvarez et Laureano M. Rubio Pérez (dir.), Campo y campesinos en la España Moderna : culturas políticas en el mundo hispáno, actes du colloque (université de Léon, 19-21 juin 2012), León, Fundación Española de Historia Moderna, p. 2035-2045.

  • Magalotti Lorenzo, 1968, Relazioni di viaggio in Inghilterra, Francia e Svezia, éd. G. Laterza, Bari, Gius. Laterza & Figli.

  • Prior Matthew, 1908, « Letter to Charles Montague (1697-98) », dans Calendar of the Manuscripts of the Marquis of Bath Preserved at LongleatWiltshire (Prior Papers), vol. 3, Londres, Anthony Brothers.

  • Rink Eucharius Gottlieb, 1709, Ludewigs des XIV. Königes in Franckreich wunderwürdiges Leben, oder Steigen und Fall, vol. 2, Francfort/Leipzig, Riegel.

  • Hengerer Mark, 2014, « “Verzaichnus, wie […] durch die cammerpersonen gediennt würdet”. Edition einer Beschreibung des Kammerdienstes am Grazer Hof des 16. Jahrhunderts aus dem Bayerischen Hauptstaatsarchiv München », Zeitschrift des Historischen Vereines für Steiermark, vol. 105, p. 45-91.

  • Horowski Leonhard, 2009, « Der Preis des Erfolgs : Gunst, Kapital und Patrimonialisierung am Hof von Versailles (1661-1789) », Zeitschrift für historische Forschung, vol. 36, no 1, p. 71-91.

  • Watanabe-O’Kelly Helen, 2016, « Cultural Transfer and the Eighteenth-Century Queen Consort », German History, vol. 34, no 2, p. 279-292. https://academic.oup.com/gh/article/34/2/279/2605039 ; https://doi.org/10.1093/gerhis/ghw002.

  • Zotti Minici Carlo Alberto (dir.), 1988, Il mondo nuovo : le meraviglie della visione dal’700 alla nascita del cinema, cat. exp. (Bassano del Grappa, Palazzo Agostinelli e Museo Civico, 29 juill.-20 oct. 1988), Milan, Mazzotta.

Exemples de présentation

Monographies

  • Cosandey Fanny, 2016, Le rang. Préséances et hiérarchies dans la France d’Ancien Régime, Paris, Gallimard.

  • Bergin Joseph, 2004, Crown, Church and Episcopate, New Haven (Conn.), Yale University Press.

  • Althoff Gerd, 2003, Die Macht der Rituale. Symbolik und Herrschaft, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

  • Bourdieu Pierre et Chartier Roger, 2010, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone.

  • Kecskeméti Jean, 2011, La Hongrie des Habsbourg, t. II : De 1790 à 1914, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

  • Molière, 2010, Œuvres complètes, nouv. éd., t. I, dir. Georges Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Ouvrages avec direction

  • Carribon Carole, Picco Dominique, Dussert-Galinat Delphine, Lachaise Bernard et Bugnon Fanny (dir.), 2017, Réseaux de femmes, femmes en réseaux (xvie-xxie siècles), Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

  • Corvisier André (dir.), 1992, Histoire militaire de la France, t. I : Des origines à 1715, Paris, Presses universitaires de France.

Édition de sources

  • Bussy-Rabutin Roger de, 1858-1859, Correspondance de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec sa famille et ses amis (1666-1693), éd. Ludovic Lalanne, Paris, Charpentier, 6 vol.

  • Sévigné Marie de Rabutin Chantal, marquise de, 1985, Correspondance. 1 (mars 1646-juillet 1675), éd. Roger Duchêne, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Article de revue (papier)

  • Éon Wilfrid, 2017, « Versailles à l’heure du train, 1830-1896 », Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, vol. 99, p. 24-47.

Article de revue en ligne (avec ou sans DOI)

  • Macé Stéphane, 2015, « La grandeur à l’épreuve de la mort : à propos de l’oraison funèbre de Louis XIV par Massillon », Dix-septième siècle, vol. 269, no 4, p. 623-632. https://doi.org/10.3917/dss.154.0623.

Article de journal (papier ou en ligne)

Numéro de revue thématique

  • Moulinier-Brogi Laurence et Nicoud Marilyn (dir.), 2004, Éthique et pratiques médicales aux derniers siècles du Moyen Âge (no spécial), Médiévales, printemps, no 46.

Contribution dans un ouvrage collectif

  • Snyder Patrick, 2013, « L’amitié femme-homme entre 1600 et 1750 : dénonciation de l’inégalité et dialogue égalitaire », dans Danielle Haase-Dubosc et Marie-Élisabeth Henneau (dir.), Revisiter la « querelle des femmes ». Discours sur l’égalité/inégalité des sexes, de 1600 à 1750, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, p. 107-120.

Catalogue d’exposition (avec direction d’ouvrage)

  • Mathis Rémi, Selbach Vanessa, Marchesano Louis et Fuhring Peter (dir.), Images du Grand Siècle. L’estampe française au temps de Louis XIV (1660-1715), cat. exp. (Paris, Bibliothèque nationale de France, 3 nov. 2015-31 janv. 2016), Paris, Bibliothèque nationale de France.

Actes de colloques, congrès, séminaires, journées d’études, tables rondes, etc. publiés (avec direction d’ouvrage)

  • Boutier Jean, Klesmann Bernd, Moureau François et zum Kolk Caroline (dir.), 2014, Voyageurs étrangers à la cour de France, 1589-1789. Regards croisés, actes du colloque (Paris, Institut historique allemand, 31 janvier-1er février 2013), Rennes/Versailles, Presses universitaires de Rennes/Centre de recherche du château de Versailles, coll. « Histoire », série « Aulica. L’univers de la cour ».

Dictionnaire, encyclopédie

  • La Chesnaye Desbois François-Alexandre de, 1771, Dictionnaire de la noblesse, t. II, [Bar-Bec], 2e éd., Paris, veuve Duchesne.

  • Malchelosse Gérard, 2003, « Pollet de la Combe-Pocatière, François », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, université de Laval/University of Toronto, http://www.biographi.ca/fr/bio/pollet_de_la_combe_pocatiere_francois_1F.html.

  • Beaune Colette, 2004, s. v. « Couronne », dans Claude Gauvard, Alain de Libera et Michel Zink, Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, p. 357.

Thèses et mémoires (non publiés)

Pour une thèse ou un mémoire indiquer : Auteur, date de soutenance, titre en italique, type de diplôme, discipline, directeur(s) de thèse, lieu et établissement de soutenance.

  • Dufournaud Nicole, 2007, Rôles et pouvoirs des femmes au xvie siècle dans la France de l’Ouest, thèse d’histoire, dir. André Burguière, Paris, EHESS (non publiée). https://nicole.dufournaud.org/these/these-dufournaud.pdf.

  • Cormier Maxime, 2012, Marie de Medicis vue par les observateurs italiens (1597-1624), mémoire de master 2 d’histoire, dir. Ariane Blotanski, Rennes, université Rennes 2.

  • Veiga Nathalie, 1992, Les voyages officiels de Louis-Philippe Ier en province : contribution à l’étude de la mise en scène du pouvoir royal sous la monarchie de Juillet, mémoire de maîtrise, dir. Alain Corbin, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Document électronique

Billet de blog

Sites Web

  • ARCHITRAVE : Art et architecture à Paris et Versailles dans les récits de voyageurs allemands à l’époque baroque, éd. Hendrik Ziegler. https://architrave.eu/.

  • Collecta, archive numérique de la collection Gaignières. https://www.collecta.fr.

Liste des abréviations fréquentes

augmenté

augm.

annexe

ann.

appendice

append.

Archives nationales (de France)

AN

article

art.

après/avant Jésus-Christ

apr. J.-C. ; av. J.-C.

baron, baronne

Bon, Bnne

Bibliothèque nationale de France

BNF

cahier

Ne pas abréger

catalogue d’exposition

cat. exp.

chapitre

chap. ii (nombre en chiffres romains et petites capitales)

NB : Dans le corps du texte, et selon la nature de celui-ci, les numéros de chapitres se composent soit en toutes lettres, soit en chiffres romains petites capitales : « le troisième chapitre est assommant » ; « commentez la fin du chapitre iv ». Dans les titres, ils se composent en chiffres romains grandes capitales, à l’exception du premier (si le mot chapitre figure dans le titre).

avec la collaboration de

collab./avec la collab. de/en collab. avec

Compagnie

Cie

collection

coll.

avec la contribution de

contr./avec la contr. de

fac-similé

fac-sim.

fascicule

fasc.

feuillet ou folio [unité de comptage comportant un recto et un verso]

fo [fo 2ro; fo 5vo]

feuillets ou folios

fos [fos 11-15, 24]

figure

fig.

illustration

ill.

imprimeur, imprimerie

impr.

introduction

introd.

livre

livre II (ne pas abréger et faire suivre du nombre en chiffres romains grandes capitales)

manuscrit

ms.

manuscrits

mss

marquis, marquise

Mis, Mse

nota bene

N. B. [avec espaces insécables]

note de l’auteur

N. D. A. [avec espaces insécables]

note de l’éditeur

N. D. É. [avec espaces insécables]

note du traducteur

N. D. T. [avec espaces insécables]

note de la rédaction

N. D. L. R. [avec espaces insécables]

note

On écria plutôt au long pour ne pas confondre avec l’abréviation de numéro.

Si une note de bas de page ou de fin de chapitre renvoie à une autre note du même article, mettre au long ; ex. :« voir note 3 »

nouveau, nouvelle

nouvelle édition

nouv.

nouv. éd.

numéro

no [n6]

numéros

nos [ nos 6, 8, 15 ; nos 5-12]

numéro de notice d’un catalogue d’exposition, d’un catalogue raisonné d’artiste…

cat. 57 ; 26 ; cat. 32-39.

numéro d’inventaire

inv. n[inv. n6]

numéros d’inventaire

inv. nos  [inv. nos 6, 8, 15 ; inv. nos 5-12]

Paragraphe

paragr. ou bien préférer § (ne se répète pas : § 4 et 5)

par exemple

par ex. [avec espace insécable entre les deux]

partie

part.

planche

pl. [pl. 4, 13 et 16]

postface

Ne pas abréger

préface

préf. ou bien au long

recto

ro [f15ro]

réimpression

réimpr.

reproduction

repr. [abréger en bibliographie ; laisser au long en note]

sans date (d’édition)

s. d. [espace insécable après point abréviatif]

sans nom de maison d’édition (sine nomine)

s. n. [espace insécable après point abréviatif]

sans lieu de publication (sine loco)

s. l. [espace insécable après point abréviatif]

sans lieu ni date

s. l. n. d. [espace insécable après point abréviatif]

sans lieu, sans nom de maison d’édition

s. l., s. n. [espace insécable après point abréviatif]

sans pagination

s. p.

scène

sc.

section

sect.

supplément

suppl.

tableau

tabl. VI ; tabl. II, no 61.

tome

t. III (« t. » suivi du nombre en chiffres romains grandes capitales)

verso

vo (f15vo)

vers

v. 1765

Veuve

Vve

volume

vol. 2 (vol. suivi du nombre en chiffre arabes)

volumes

vol. (ne pas mettre de « s » au pluriel : 4 vol.)

Glossaire français-anglais (métiers, titres universitaires…)

Français

Anglais

maître/maîtresse de conférences

Lecturer

maître/maîtresse de conférences hors classe (MCF HC)

Lecturer

maître/maîtresse de conférences HDR (MCF HDR)

Lecturer

maître/maîtresse de conférences classe normale (MCF CN)

Lecturer

professeur(e) d’université

Professor

professeur(e) émérite

Emeritus Professor

professeur(e) titulaire

Professor

professeur(e) agrégé(e)

Associate Professor

professeur(e) adjoint(e)

Adjunct Professor, Assistant Professor

professeur(e) assistant(e)

Assistant Professor

professeur(e) associé(e)

Associate Professor

professeur(e) invité(e)

Guest Professor

professeur(e) visiteur (visiteuse)

Visiting Professor

professeur(e) d’histoire moderne

Professor of (Early) Modern History

professeur(e) d’histoire de l'art

Professor of Art History

professeur(e) d’histoire de l'art moderne

Professor of (Early) Modern Art History

professeur(e) d’histoire de l'art moderne et contemporain

Professor of Modern and Contemporary Art History

maître/maîtresse de conférences en histoire moderne

Lecturer in (Early) Modern History

maître/maîtresse de conférences en histoire de l’art

Lecturer in Art History

maître/maîtresse de conférences en histoire de l’art moderne

Lecturer in (Early) Modern Art History

maître/maîtresse de conférences en histoire de l’art moderne et contemporain

Lecturer in (Early) Modern and Contemporary Art History

chargé(e) de cours ou d’enseignement

Lecturer

enseignant-chercheur

Teaching Researcher

assistant(e) de recherche

Research Assistant

chercheur/chercheuse

Research Fellow

chercheur/chercheuse postdoctoral

Post-doctoral Researcher

chercheur/chercheuse invité(e)

Guest Researcher

chercheur associé/chercheuse associée

Associate Researcher

chargé(e) de recherche (Centre de recherche du château de Versailles)

Research Officer

chargé(e) de recherche

Research Fellow

chargé(e) de recherche CNRS

CNRS Research Fellow

directeur/directrice de recherche

Research Director (director of research/research director: is an administrative, managerial role. Academic role: ‘lead researcher’, ‘senior researcher’, ‘senior research fellow’)

directeur/directrice de recherche CNRS

CNRS Research Director

ingénieur(e) d’études au CNRS

CNRS Research Officer

ingénieur(e) de recherche au CNRS

CNRS Senior Research Officer

ingénieur(e) de recherche

Research Officer

directeur/directrice d’études

Director of Studies

directeur/directrice

Director

directeur/directrice scientifique

Scientific Director

adjoint(e) au directeur

Assistant to the Director

directeur/directrice adjoint(e)

Assistant Director

chef de/du service/cheffe de/du service

Head of the Departement

conservateur/conservatrice du patrimoine

Heritage Curator

conservateur/conservatrice en chef du patrimoine

Heritage Curator in chief

conservateur/conservatrice en chef du patrimoine honoraire

Honorary Heritage Curator in chief

conservateur/conservatrice général du patrimoine

General Heritage Curator

conservateur/conservatrice général du patrimoine honoraire

Honorary General Heritage Curator

restaurateur/restauratrice du patrimoine

Heritage Conservator

conservateur/conservatrice des bibliothèques

Curator of Libraries

conservateur/conservatrice des bibliothèques honoraire

Honorary Curator of Libraries

conservateurs/conservatrices et restaurateurs/restauratrices du patrimoine

heritage curators and conservators

conservateur-restaurateur/conservatrice-restauratrice

Conservator-Restorer

Illustrations

Toutes les figures doivent être appelées dans le texte et dans l’ordre. Elles sont numérotées en chiffres arabes : (fig. 1), (fig. 2 et 5), (fig. 4 à 10) ; (tabl. 1), (tabl. 2 et 11), (tabl. 4 à 10) ; (fig. 12, nos 3 et 4).

Graphiques et tableaux

  • Les tableaux simples sont créés directement dans Word (Insérer > Tableau). Les tableaux complexes ou de grandes dimensions peuvent être fournis à part au format image.

  • Pour les graphiques, fournir les fichiers sources (Excel ou équivalent) ainsi que les images dérivées du fichier source.

Images

  • Ne pas les incorporer dans le fichier Word.

  • Placer les appels à figure dans le texte, à l’emplacement souhaité : (fig. 1), (fig. 2), etc.

  • Les images doivent être au format TIFF, PNG ou JPEG, nommées comme suit : Martin_FIG001 ; Martin_FIG002, etc.

  • Résolution : 150 dpi minimum (300 dpi maximum).

  • Profil colorimétrique : RVB.

  • Pour une bonne qualité d’affichage, les images devront faire 480 pixels de large au minimum. La taille moyenne est entre 1 000 et 1 500 pixels. Il est possible de mettre des images de grandes tailles jusqu’à 7 millions de pixels maximum (largeur × hauteur, par exemple 2 000 × 3 500 pixels ou 1 000 × 7 000 pixels).

  • Fournir la liste des légendes complètes numérotées dans l’ordre (sous Word) avec les informations suivantes pour chaque illustration :

    • Fig. 1. Prénom Nom, Titre de l’œuvre, date(s), techniques et matières, dimensions (hauteur × largeur en cm). Ville, institution de conservation de l’œuvre, numéro d’inventaire ou cote.
      Commentaire éventuel.
      © Crédit photographique

    • Ex. : Fig. 6. Coupe de l’ancienne comédie du côté loge de la loge de la reine, 1743 ou 1748, plume, encre, dessin au pinceau, 41 × 47 cm. Paris, Archives nationales, O1 17882, no 36.
      La datation de ce document oscille entre 1743 et 1748. Seule l’identification de nouveaux documents concernant les loges à jalousies sous la loge de la reine permettrait de le dater exactement.
      Photo : Leander Beil

Donner le lien Internet vers la notice de l’œuvre sur le site de l’institution (site de musée, d’archives...) lorsqu’il est disponible. Exemples :

Demandes d’autorisation et copyrights

L’auteur se chargera de demander aux institutions détentrices de l’œuvre reproduite les autorisations de publication. Il fournira aux institutions les informations suivantes sur la revue :

Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est une revue scientifique à comité de lecture exclusivement électronique et à publication en flux continu éditée par le Centre de recherche du château de Versailles. Elle est diffusée en Open Access Freemium (les textes sont accessibles en libre accès au format HTML ; téléchargeables aux formats PDF et ePub uniquement pour les utilisateurs des institutions partenaires). Les articles sont distribués sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND 4.0. La revue est membre de la plateforme en sciences humaines et sociales OpenEdition (portée par le CNRS, Aix-Marseille Université, l’EHESS et Avignon Université) et est référencée dans le DOAJ (Directory of Open Access Journals).

La rédaction privilégiera les illustrations pour lesquelles l’institution détentrice de l’œuvre originale accorde une exonération des droits de reproduction.

L’auteur devra impérativement indiquer comment il a obtenu les images (photographie numérique faite par l’auteur ou par un photographe, scan d’un document, achat d’image) et fournir une copie de l’autorisation de reproduction obtenue (transfert du mail d’autorisation et du contrat ou licence d’utilisation le cas échéant).

Guides, manuels et dictionnaires

Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie nationale, 2002, 5ᵉ éd. Paris, Imprimerie nationale.

Lacroux Jean-Pierre, 2007, Orthotypographie. Orthographe & Typographie françaises. Dictionnaire raisonné, http://www.orthotypographie.fr.

Grevisse Maurice et Goosse André, 2016, Le Bon Usage, 16e éd., Bruxelles, De Boeck.

Haut Conseil à l’égalité (France), Pour une communication sans stéréotype de sexe.

Office québécois de la langue française (Canada), Principes généraux de la rédaction épicène.

La Documentation française (France), 1999, Guide d’aide à la féminisation des noms de métiers, titres, grades et fonctions.

Agence de communication Mots-clés (France), 2019 (juin), Manuel d’écriture inclusive.

Bureau de la traduction, Services publics et Approvisionnement (Canada), Les clés de rédaction.

Wikipedia, « Rectifications orthographiques du français en 1990 ».

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search