Navigation – Plan du site
Les partis politiques

Quand ça commence mal… Le Congrès général des organisations socialistes françaises (Paris, salle Japy, 3-8 décembre 1899)

When Things Get Off to a Bad Start… The General Conference of French Socialist Organisations (Paris, Salle Japy, 3-8 December 1899)
Patrick Charlot
p. 11-19

Résumés

Cet article propose de revenir sur le Congrès général des organisations socialistes françaises (décembre 1899) où, à en croire les documents et certains commentateurs, est né « un parti socialiste ». À partir des débats, nous essaierons de comprendre pourquoi ce « parti » n’était pas viable, reposant avant tout sur une synthèse tout à la fois artificielle (pour aboutir à l’unité entre les différentes factions ou, dans le vocabulaire d’aujourd’hui, les différents « courants ») et liberticide puisqu’elle aboutit à un contrôle sur les personnes et sur la presse.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

I. L’unité socialiste et l’art de l’impossible synthèse (ou comment concilier l’inconciliable)
II. L’unité socialiste et la synthèse liberticide

Aperçu du texte

En ces semaines où le Parti socialiste essaie de renaître de ses cendres à la suite du désastre des élections présidentielles de 2017, il n’est pas inutile de se replonger dans son histoire… et dans sa difficile naissance (fortement annonciatrice de perturbations). Il est commun de dater la véritable création de ce qui est l’ancêtre du Parti socialiste, la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO), d’avril 1905, lors du congrès du Globe, à Paris. Néanmoins, certains spécialistes reconnus emploient des formules qui laissent planer le doute. Ainsi de Madeleine Rebérioux qui évoque le congrès de Japy, en 1900, qui fera l’objet de notre étude ; elle emploie l’expression : « le parti socialiste qui en sort », laissant donc à croire que la naissance du Parti socialiste serait antérieure à 1905. Autre exemple, toujours en rapport avec le congrès évoqué : « un parti se crée ». L’un des observateurs de ce congrès, le célèbre Fernand Pelloutier, secrétaire des bourses du travail, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Charlot, « Quand ça commence mal… Le Congrès général des organisations socialistes françaises (Paris, salle Japy, 3-8 décembre 1899) », Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 16 | 2018, 11-19.

Référence électronique

Patrick Charlot, « Quand ça commence mal… Le Congrès général des organisations socialistes françaises (Paris, salle Japy, 3-8 décembre 1899) », Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 16 | 2018, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crdf/299 ; DOI : 10.4000/crdf.299

Haut de page

Auteur

Patrick Charlot

Professeur de droit public à l’université Bourgogne Franche-Comté
Directeur du Centre de recherche et d’étude en droit et science politique (CREDESPO – EA 4179)

Professeur de droit public et directeur du Centre de recherche en droit et science politique (CREDESPO, EA 4179) de l’université Bourgogne Franche-Comté, ses thématiques de recherche concernent l’histoire des idées politiques et l’histoire constitutionnelle. Il a publié notamment : « La loi dite “sécurité et liberté” du 2 février 1981 : une illustration du dilemme sécurité versus liberté », in La sécurité en droit public, U. Ngampio-Obélé-Bélé (dir.), Bayonne, Institut universitaire Varenne, 2018, p. 133-144 ; « Quand des intellectuels défendaient l’universalité des droits de l’homme : la lettre de Lucien Herr à Maurice Barrès », in Les droits de l’homme à la croisée des droits. Mélanges en l’honneur du professeur Frédéric Sudre, Paris, LexisNexis, 2018, p. 109-117 ; « Retour sur le nationalisme de Charles Péguy », in Mélanges en l’honneur du professeur Michel Ganzin, É. Gasparini, F. Quastana (dir.), Paris, La mémoire du droit, 2016, p. 883-906.

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • Logo CRDF
  • OpenEdition Journals