Navigation – Plan du site
Les partis politiques

Le rôle des partis politiques en Tunisie : entre quête du pouvoir et pacification sociale

The Role of Political Parties in Tunisia: Between Search for Power and Social Pacification
Wafa Tamzini
p. 69-78

Résumés

Cet article propose d’examiner le rôle des partis politiques en Tunisie. Ces formations occupent une place institutionnelle importante depuis longtemps. Mais ce n’est que depuis très récemment que les formations partisanes sont libres de se constituer et ne sont plus simplement réduites au rôle de spectateur par le pouvoir en place comme ce fut le cas sous les deux régimes autoritaires qui se succédèrent de 1956 à 2010. Pour autant, la fin du monopartisme et l’avènement du pluralisme politique n’ont pas encore su faire oublier les stigmates des anciens régimes et la méfiance des citoyens vis-à-vis de ces multiples formations, incitant ces derniers à préférer se regrouper et à agir en dehors de la sphère strictement politique pour exprimer des revendications sociales.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2019.

Plan

I. Le rôle institutionnel des partis politiques
A. De la création d’un apparent multipartisme…
B. …à la mise en place d’un véritable monopartisme
II. Le rôle social des partis politiques
A. Le Rassemblement démocratique constitutionnel : entre verrouillage institutionnel et médiation sociale
B. Le paradoxe de la révolution de jasmin : entre un pluripartisme effectif et la multiplication des mouvements sociaux à l’extérieur du champ partisan

Aperçu du texte

Les pays arabes ont en commun une histoire, une langue et une culture influencées par l’islam. Depuis le soulèvement populaire de décembre 2010 en Tunisie et ce que l’on nomme communément le « printemps arabe », l’ensemble des peuples arabes aspire à davantage de liberté. Bien que partageant un certain nombre de traits communs, il n’en demeure pas moins que chacun de ces États possède sa propre dynamique, son propre rythme d’évolution. C’est la raison pour laquelle les soulèvements populaires qui se sont déroulés dans cette aire géographique n’ont pas tous eu les mêmes conséquences juridiques.

Formellement, la Tunisie et l’Égypte sont les seuls pays de ce « printemps arabe » à avoir adopté une nouvelle Constitution. Au Maroc, le pouvoir en place a en effet devancé les aspirations démocratiques des citoyens dans le but d’éviter de vivre un scénario tunisien. Une réforme constitutionnelle a bien eu lieu, même si elle fut critiquée par l’opposition, notamment au cours du mouvement du 20...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wafa Tamzini, « Le rôle des partis politiques en Tunisie : entre quête du pouvoir et pacification sociale », Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 16 | 2018, 69-78.

Référence électronique

Wafa Tamzini, « Le rôle des partis politiques en Tunisie : entre quête du pouvoir et pacification sociale », Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 16 | 2018, mis en ligne le 16 novembre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/crdf/311 ; DOI : 10.4000/crdf.311

Haut de page

Auteur

Wafa Tamzini

Maître de conférences en droit public à l’université Sorbonne Paris Cité
Directrice de l’Institut de recherches sur les mondes méditerranéen et africain (IRMMA)
Centre d’études et de recherches administratives et politiques (CERAP, EA 1629)
Membre associée du Centre d’études et de recherches de sciences administratives et politiques (CERSA, UMR 7106) EA 1629)

Maître de conférences en droit public et fondatrice-directrice de l’Institut de recherches sur les mondes méditerranéen et africain (IRMMA) de Paris, elle est spécialiste de droit administratif, science administrative, droit constitutionnel comparé et sciences politiques. Elle a notamment publié : La Tunisie, Bruxelles, De Boeck, 2013 ; Lectures critiques du Code des relations entre le public et l’administration, en codirection avec G. Koubi et L. Cluzel-Métayer, Issy-les-Moulineaux, LGDJ, 2018 ; ainsi que plusieurs articles et conférences, notamment : « Afrique – Europe : regards croisés sur la laïcité », 1re conférence de l’IRMMA, université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, 18 janvier 2018 ; « La place de la religion dans la nouvelle Constitution tunisienne : prolégomènes à une sécularisation ? » (Actes du colloque international de l’université de Chypre, « Religions et États en Méditerranée orientale : influences ottomanes et héritage colonial », 31 mars et 1er avril 2017), in Laïcité, musulmans et chrétiens en Méditerranée. Une mise en perspective, Paris, FNLP, 2017, p. 85-95.

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • Logo CRDF
  • OpenEdition Journals