Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18La vulnérabilitéII. Rapports thématiquesLa vulnérabilité des migrants

La vulnérabilité
II. Rapports thématiques

La vulnérabilité des migrants

Catherine-Amélie Chassin, Alexandra Korsakoff et Laurence Mauger-Vielpeau
p. 55-63

Résumés

La migration est intrinsèquement vecteur de vulnérabilité. Cette vulnérabilité est protéiforme : elle touche tout à la fois l’État lorsqu’il est confronté à un phénomène d’ampleur, et l’individu, que la migration place dans une situation de rupture. Cette vulnérabilité de l’individu migrant sera renforcée, aggravée, lorsqu’elle se conjugue avec d’autres facteurs comme l’existence d’une persécution ou l’appartenance de genre.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2021.

Plan

I. La vulnérabilité induite par la migration
A. La vulnérabilité de l’État face à la migration
1. La migration, conséquence d’un conflit
2. La migration, cause de conflits
B. La migration et la vulnérabilité du migrant
1. La rupture sociale du migrant : les diasporas
2. La rupture juridique du migrant
II. La reconnaissance du statut de réfugié aux femmes persécutées
A. La problématique de l’auteur des persécutions
1. La remise en cause des persécutions étatiques
2. Le défi de l’asile interne
B. La problématique des motifs de persécution
1. La faible mobilisation des motifs « traditionnels »
2. Le recours au motif de l’appartenance à un certain groupe social

Aperçu du texte

Dans le vocabulaire courant, le terme « migrant » signifie « qui participe à une migration, spécialement travailleur originaire d’une région peu développée, s’expatriant pour trouver du travail, ou un travail mieux rémunéré (émigrant, immigrant) ». Le nom « migration » renvoie notamment au « déplacement de populations qui passent d’un pays dans un autre pour s’y établir (émigration, immigration, exode, invasion) » et au « déplacement de populations d’un endroit à un autre (migrant) ». La première partie abordera la vulnérabilité des migrants du point de vue de l’État et s’interrogera sur la vulnérabilité du migrant, quels que soient son âge et son identité sexuelle, confronté à toutes sortes de ruptures mais aussi sur la migration comme facteur de vulnérabilité de l’État lui-même. La seconde partie mettra en lumière des victimes particulières que sont les femmes persécutées dans leur pays d’origine et qui cherchent protection auprès de la France en réclamant le statut de réfugié, le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine-Amélie Chassin, Alexandra Korsakoff et Laurence Mauger-Vielpeau, « La vulnérabilité des migrants »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 18 | 2020, 55-63.

Référence électronique

Catherine-Amélie Chassin, Alexandra Korsakoff et Laurence Mauger-Vielpeau, « La vulnérabilité des migrants »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 19 novembre 2021, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crdf/6432 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crdf.6432

Haut de page

Auteurs

Catherine-Amélie Chassin

Maître de conférences (HDR) en droit public à l’université de Caen Normandie
Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED, EA 2132)

Maître de conférences HDR en droit public à l’université de Caen Normandie, elle est membre du Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED, EA 2132). Spécialiste des droits fondamentaux de la personne humaine, elle codirige le master « Droit des libertés » et le diplôme universitaire « Laïcité, religions et République » de la faculté de droit de Caen Normandie.

Articles du même auteur

Alexandra Korsakoff

Docteure en droit public de l’université de Caen Normandie
Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED, EA 2132)

Docteure en droit public de l’université de Caen Normandie, elle est membre associée du Centre de recherche sur les droits fondamentaux et les évolutions du droit (CRDFED, EA 2132). Sa thèse de doctorat Vers une définition genrée du réfugié. Étude de droit français, a été soutenue le 26 novembre 2018. Ses travaux s’articulent autour de la figure de l’administré vulnérable, où l’étranger figure en bonne place.

Articles du même auteur

Laurence Mauger-Vielpeau

Professeure de droit privé à l’université de Caen Normandie
Institut Demolombe (EA 967)

Professeure de droit privé, membre de l’Institut Demolombe (EA 967) et de l’Institut de protection des majeurs vulnérables et des familles, à l’université de Caen Normandie, elle est spécialiste en droit des personnes et de la famille. Elle est coresponsable du master 2 Notariat de la faculté de droit de Caen Normandie.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search