Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Pandémies et épidémiesLes conflits armés d’aujourd’hui ...

Pandémies et épidémies

Les conflits armés d’aujourd’hui sont essentiellement des guerres menées contre la santé publique

Contemporary Armed Conflicts Are Mainly Wars Waged against Public Health
Patrick Zylberman
p. 13-19

Résumés

La souveraineté de l’État a déserté de nos jours le périmètre strict de l’ordre westphalien. L’État doit désormais protéger non seulement les intérêts, mais encore l’existence de sa population. Or le droit suffit-il pour assurer cette sécurité et cette tranquillité des individus ? La puissance publique n’est-elle pas parfois à la source de la violence de masse ? Cet article se propose d’en examiner un exemple en se penchant sur la réintroduction de la poliomyélite en Syrie par nul autre que le pouvoir lui-même. Et, dès lors, faut-il élargir le périmètre de la violence de masse et du meurtre collectif aux maladies infectieuses, à la famine et aux mauvais traitements ? Le stress post-traumatique résultant de l’expérience d’une épidémie de grande ampleur ne doit pas être oublié. Or, si les maladies infectieuses collectivisent l’histoire, le traumatisme l’individualise. Car nous voulons connaître le nom et le prénom des victimes et des bourreaux. L’histoire est dès lors un jeu d’échelles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Howard, « Military History and the History of War », in The Past as Prologue. The Importance of (...)
  • 2 D. Kagan, The Peloponnesian War, Londres, Penguin Books, 2004, p. 78-80 ; V. D. Hanson, La guerre d (...)

1S’il faut en croire Michael Howard, au XXe siècle – cet « âge de la guerre totale » – « la guerre est devenue une dimension de l’histoire humaine qu’aucun historien ne peut négliger »1. L’actuelle fabrique de l’histoire a rendu cette remarque de plus en plus palpable. Dans The Peloponnesian War, par exemple, Donald Kagan donne à la « peste » d’Athènes trois pages ; tandis que, dans A War Like No Other, sa propre version de la guerre du Péloponnèse, Victor D. Hanson lui consacre trente-cinq pages et un chapitre spécial intitulé « La maladie »2. La guerre est devenue l’une des dimensions de l’histoire de la santé et de la maladie.

  • 3 T. G. Weiss, What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It, Cambridge, Polity Press, 2009, (...)

2Le droit international tire dans le même sens. De nos jours, en effet, la souveraineté des États a déserté le périmètre strict de l’ordre westphalien. Dans certaines régions du monde, en tout cas. En 2001, la Commission internationale des Nations unies sur l’intervention et la souveraineté des États s’est attachée à définir la « responsabilité de protéger » qui s’impose désormais aux gouvernements. Aux quatre dimensions de la souveraineté définies en 1934 par la Convention de Montevideo sur les droits et devoirs des États (territoire, autorité, population et indépendance), la Commission ajoutait une cinquième (le respect des droits humains). Tout État qui ne respecterait pas les droits fondamentaux de sa population ne pourrait être tenu pour un État souverain. La souveraineté des États ne signifiait plus seulement que ceux-ci devaient se prémunir contre toute immixtion étrangère dans leurs affaires intérieures ; elle posait en principe que ceux-ci devraient protéger non seulement les intérêts mais encore l’existence de leurs populations3.

  • 4 J.-W. Müller, La peur ou la liberté. Quelle politique face au populisme ?, Paris, Premier parallèle (...)
  • 5 R. Gori, Et si l’effondrement avait déjà eu lieu. L’étrange défaite de nos croyances, Paris, Les li (...)

3Si la population, dans son intégrité même, est maintenant le critère de la liberté d’un peuple, on comprend que l’on craigne les sociétés dévorées par la peur. Une peur systématique interdit la liberté, et rien n’avive autant cette peur que l’anticipation d’une cruauté institutionnalisée4. La négligence ouverte des autorités quant à la bonne marche du système de soins d’un pays, par exemple, l’utilisation de produits dangereux non réglementés, pire, l’usage non surveillé de substances nocives peuvent être comptés au nombre de ces atteintes à la sécurité et à la tranquillité de la population, quand ils ne relèvent pas tout bonnement, nous allons le voir, de crimes dont les auteurs se trouvent au sommet de l’État. Or le droit suffit-il pour assurer cette sécurité et cette tranquillité des individus de ce fait potentiellement en butte aux menaces de la puissance publique ? Certains en doutent5. La puissance publique, justement, n’est-elle pas souvent à la source de la violence de masse, comme nous allons le voir à travers l’exemple de la réintroduction de la poliomyélite en Syrie par nul autre que le pouvoir lui-même ? La morale humaniste (celle d’un Camus, par exemple, auteur de La peste) ne suffit peut-être pas à donner une base solide à la lutte contre la cruauté et contre toutes les conséquences juridiques et politiques des crises systémiques : tremblements de terre, catastrophes naturelles, guerres civiles, épidémies de grande ampleur ; et le droit ne semble pas procurer de fondation plus ferme.

4On s’expliquera d’abord sur le terme de cruauté, avant d’illustrer ce terme par divers exemples.

I. Le cas Eichmann selon Hannah Arendt

  • 6 H. Arendt, Eichmann in Jerusalem. A Report on the Banality of Evil, New York, Viking Press, 1963, p (...)

5Lorsqu’elle aborde le cas Eichmann, Hannah Arendt est d’abord soucieuse d’éviter la confusion faite par le Tribunal militaire international de Nuremberg entre « actes inhumains » (ou atrocités) et « crime contre l’humanité ». Le crime contre l’humanité est « nouveau », dit-elle, « sans précédent »6, autrement dit exceptionnel, il n’entre dans aucun cadre normal, si l’on peut dire. Réintroduire la polio parmi la population des régions du pays résistant à son emprise est, de la part de l’État syrien, sans précédent. Ayant rejeté avec dédain le but et la fonction du souverain, soit, nous l’avons dit, la protection des intérêts et de l’existence même de sa population, l’État, alors, n’est plus l’État. Le bombardement systématique des hôpitaux, le refus de laisser la population se faire vacciner, la répression contre les médecins qui font leur métier de médecin (et nomment choléra ce qui est du choléra) n’a pas grand-chose à voir avec la guerre. Tout cela n’est pas la guerre, car la guerre n’est rien d’autre qu’un exemple parmi d’autres dans tout un contexte normal dont les atrocités forment le lot ordinaire depuis des temps immémoriaux.

  • 7 Ibid.
  • 8 R. Hilberg, The Destruction of the European Jews [1961], New York, Holmes & Meier, 1985 ; traductio (...)
  • 9 H. Arendt, Eichmann in Jerusalem…, p. 276.

6Mais si le crime contre l’humanité est exceptionnel, peut-on parler de « banalité » du mal ? Arendt répond qu’elle parle de banalité du mal « au niveau de faits »7. L’Holocauste a pu être mis en œuvre grâce à un énorme travail administratif : collection de statistiques, réglage minutieux des horaires de chemin de fer, évaluation du coût des transports, etc. Soit toute cette matière bureaucratique que Raul Hilberg avait si minutieusement étudiée quelques années avant qu’Arendt ne publie Eichmann à Jérusalem8. Là était la banalité du mal dans son essence. Ce qu’elle avait fait était alors de transférer cette banalité du bureau au bureaucrate. Le bureaucrate, voilà où étaient à la fois la banalité et l’exception. Eichmann, nous dit-elle, n’était « ni pervers ni sadique », il était plutôt « terriblement et épouvantablement normal »9. Il n’est pas très difficile d’ajuster tout cela à la santé publique et à l’épidémiologie d’un État criminel, cet autre empire de la bureaucratie. Mais toujours au niveau de l’organisation matérielle, bien entendu.

  • 10 M. Burleigh, « What if Nazi Germany Had Defeated the Soviet Union », in Virtual History. Alternativ (...)

7Comme Arendt tentait de réconcilier la banalité du mal (qu’elle avait trouvée dans le livre fondateur de Raul Hilberg) avec le caractère « exceptionnel » du crime contre l’humanité (justifiant le caractère lui aussi exceptionnel du tribunal qui jugerait ce crime), une rhétorique de l’oxymore et du paradoxe informe son rapport sur le procès de Jérusalem. Ces discours et arguments allaient bientôt devenir la pierre angulaire des études sur la Shoa, au moins jusqu’aux années 1990. Du reste, cette rhétorique de l’oxymore serait bientôt dotée d’une visée plus large. En 1997, Michael Burleigh, un très talentueux historien lui aussi amoureux du paradoxe, l’étendrait, par exemple, en tant que scénario contrefactuel permettant d’apprécier l’incidence de la guerre sur la santé publique et à l’inverse l’incidence d’une santé publique volontairement dégradée sur la résistance des populations. Burleigh imagine ainsi les Nazis mettant en place lors de l’invasion de l’URSS des politiques de santé publique conçues comme des armes de destruction massive. Les sages-femmes sont (dé)formées pour devenir des avorteuses, les pédiatres délibérément sous-éduqués, la stérilisation volontaire des femmes soviétiques encouragée, les moyens sanitaires destinés à réduire la mortalité infantile supprimés. Hygiène et santé sont oubliées du jour au lendemain10.

  • 11 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes [Fall (...)

8L’analyse est percutante. Or il se trouve que cette analyse établie par Burleigh sur un plan contrefactuel pourrait aujourd’hui être développée sur un plan factuel – c’est ce que nous tenterons de faire avec l’exemple de la réintroduction de la polio en Syrie par le régime de Bachar el-Assad – moyennant la considération préalable des changements de l’image de la guerre découlant de la prise de conscience de la « brutalisation » des sociétés contemporaines depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale, notion que l’on doit à George L. Mosse, qui va devenir centrale dans l’enseignement de l’histoire du XXe siècle11.

II. Une nouvelle image de la guerre (1925-2008)

  • 12 P. Zylberman, compte rendu de J. L. Barona, Health Policies in Interwar Europe. A Transnational Per (...)

Dans tous les États européens, dans l’entre-deux-guerres, la fonction protectrice de l’État a pris de l’ampleur. Semblable développement allait être encore plus spectaculaire durant la guerre contre le nazisme. L’État beveridgien s’engageait non seulement à traiter la maladie mais encore à promouvoir la santé. L’État social (welfare state) était ainsi basé sur un État pour la guerre (warfare state). Telle est la signification concrète de la biopolitique sur laquelle l’État libéral a assis son contrôle à la fin du XIXe siècle12.

  • 13 M. Delmas-Marty, Aux quatre vents du monde : petit guide de navigation sur l'océan de la mondialisa (...)

9Mais, à côté de cette représentation de l’État pour la santé s’est développée récemment une image beaucoup plus inquiétante qui voit « basculer [la santé publique de] l’État de droit vers un État de la peur »13.

  • 14 R. Smith, The Utility of Force. The Art of War in the Modern World, Londres, Penguin, 2006, titre d (...)
  • 15 L. Wirth, « La place de la Première Guerre mondiale dans les programmes scolaires », 14-18 Mission (...)

10L’image de la guerre elle-même a connu tout récemment de grands bouleversements. La quantité croissante de violences de masse contre des civils dans les conflits armés du XXe siècle – Arménie (1915), Mandchourie (1931), Éthiopie (1935), Espagne (1936-1939), Allemagne et Europe orientale (1942-1946), Bosnie (1992-1995), Rwanda (1994), et pour finir la « guerre au milieu du peuple »14 en Irak, Syrie et Gaza – n’a pas manqué d’avoir un impact notable sur les programmes d’histoire du lycée. Entre 1925 et 2008, la présentation de la Première Guerre mondiale a été profondément modifiée. Dans les années 1980, le cours d’histoire mettait encore en exergue les principaux événements diplomatiques et militaires et leurs conséquences sur l’ordre international : la paix, les traités, la création de la Société des Nations. Puis, soulignant le caractère global de la Grande Guerre vue désormais comme une « guerre totale », épreuves et privations subies par les civils comprises, le programme de 1995 ouvrait la porte à un changement significatif de l’image du conflit mondial. L’accent porterait maintenant sur la « violence de masse ». Les tranchées et le génocide des Arméniens sont deux des principaux exemples de cette violence de masse15. La notion de « brutalisation » des sociétés européennes par la guerre que l’on doit à George Mosse serait également centrale dans l’enseignement de l’histoire du XXe siècle.

  • 16 M. Van Creveld, The Transformation of War, New York, The Free Press, 1991, p. 80.
  • 17 S. Freud, « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort » [Zeitgemässes über Krieg und To (...)

11Loin d’être négligeable et sans intérêt pour la conduite de la guerre, note Martin Van Creveld, la séparation entre combattants et non-combattants définit la réalité même de la guerre16. Et, cependant, dans ses « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort » (1915), Freud insiste sur la vague de violence submergeant les civils. La Première Guerre mondiale « n’a pas séparé combattants et non-combattants ». Quoi d’étonnant si, plus sanglante que d’autres, cette guerre « est aussi cruelle, amère, sans merci »17 ? Cela dit, dès qu’il s’agit de la guerre, les distinctions au niveau des concepts sont choses assez délicates. Les non-combattants, les femmes, en particulier, ont toujours été la cible des guerriers, avec leur habituel goût du viol, aujourd’hui (voyez la fin de la Seconde Guerre mondiale) comme hier (voyez l’Iliade).

  • 18 K. Lowe, Savage Continent. Europe in the Aftermath of World War II, Londres, Viking, 2012, emplacem (...)

12Maintenant, si la Première Guerre mondiale a enjambé la ligne de démarcation entre combattants et non-combattants, c’est bien la Seconde qui a donné le coup de grâce à cette distinction, mettant un terme à l’ère de la guerre « civilisée ». La Seconde Guerre mondiale a été une guerre des races, une guerre idéologique, une guerre entre des États hostiles au milieu d’une douzaine de guerres civiles locales, de foules haineuses, courant sus au carnage, de massacres de masse, de pogroms et de génocide18. Nul doute que cet abaissement de la barrière entre civils et militaires, cette disparition de la guerre civilisée aient ouvert toute grande la porte à la destruction programmée des infrastructures médicales aux fins d’engendrer la terreur dans les populations civiles. Nous l’avions noté plus haut, comme la distinction entre combattants et non-combattants, l’État pour la santé n’est pas à l’abri d’une transformation brutale en un État pour la peur, un État pour la peur dont la Syrie d’el-Assad va nous donner un exemple.

III. Une autre banalité du mal : la réintroduction de la polio en Syrie

  • 19 A. Sparrow, « Syria : The Other Threat », The New York Review of Books, 12 août 2014, p. 1. Ne cons (...)
  • 20 V. Delarze, S. Corpet, « La guerre civile syrienne, 15 mars 2011-aujourd’hui », Humanium, 17 mai 20 (...)

13La guerre civile a éclaté en Syrie en mars 2011, multipliant chaque mois par cent les cas de maladies infectieuses traditionnellement attachées à la guerre : rougeole, typhoïde, dysenterie, tuberculose, diphtérie et autres19. La situation ressemble plus ou moins au paysage infectieux à la frontière russo-polonaise en 1919, lorsque les Alliés lançaient la Commission (temporaire) des épidémies de la Société des Nations dont l’action allait s’étendre à la Pologne, à la Russie, à l’Ukraine, à la Lettonie et à la Grèce de mai 1920 à décembre 1923. Hormis le fait, bien sûr, qu’en 2012-2013 le gouvernement de Damas se sentait libre de bombarder écoles, maisons de retraite et centres de santé. Selon un décompte de l’UNICEF (Fonds des Nations unies pour l’enfance) arrêté au mois de mars 2014, 60 à 70 % des hôpitaux et dispensaires syriens avaient été détruits ou endommagés depuis le début de la guerre civile20.

  • 21 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic : The Suppressed Truth », The New York Review of Books, 20 fév (...)

14Dès le début de 2013 jusqu’à l’été 2014, plus de 90 cas de polio (la souche sauvage) ont été signalés dans le gouvernorat de Deir Ezzor (Deir al-Zour), cette partie de la Syrie contrôlée par l’opposition au régime (mais pas un seul cas signalé sur le territoire aux mains du régime). Au moins 30 de ces cas ont été confirmés par les Centers for Disease Control (CDC, Atlanta) en octobre21. La plupart des victimes sont des nourrissons. Pour chaque petit paralysé jusqu’à 1 000 personnes peuvent être infectées. Ce sont donc environ 90 000 personnes qui peuvent répandre l’infection sans le savoir.

  • 22 B. Aylward, A. Alwan, « Polio in Syria », The Lancet, vol. 383, nº 9916, 8 février 2014, p. 489-491

15Le Bureau régional de la Méditerranée orientale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) donnait, lui, 23 cas confirmés signalés par Damas en 2013 et 13 cas additionnels détectés par les gouvernorats aux mains de l’opposition. Soit une épidémie très inférieure en gravité à celles ayant récemment sévi en Somalie, République démocratique du Congo ou encore Tajikistan22. On a rattaché la souche circulant en Syrie à des souches circulant au Pakistan (ce qui a permis à Damas de prétendre que la polio avait été importée par un terroriste pakistanais), mais aussi à d’autres souches détectées au Caire ou en Israël. Ayant nié l’existence de toute épidémie de polio et donc négligé toute surveillance, la Syrie n’avait pas détecté les premiers cas au printemps 2013.

16L’OMS et l’UNICEF avaient contribué à l’organisation de cinq campagnes de vaccination entre mars 2011 et fin 2012. Fin 2012, néanmoins, la présence du virus (originaire du Pakistan) était détectée au Caire. Une vaccination de masse était mise en œuvre immédiatement et la région tout entière mise en alerte. Un million et demi d’enfants étaient vaccinés, y compris des petits originaires du gouvernorat de Deir Ezzor situé à l’est du pays à la frontière avec l’Irak, alors aux mains de l’opposition, où la guerre et l’insécurité suscitaient de graves difficultés pour l’organisation des campagnes.

17Ces campagnes d’immunisation n’empêcheraient pas l’augmentation du niveau de risque. Le premier petit paralysé était signalé en Syrie à la fin de l’année 2013. Une alerte internationale était lancée le 19 octobre 2013. La campagne de vaccination massive (vaccin oral) visait cette fois 2 millions de petits Syriens, y compris 600 000 enfants échappant au contrôle de Damas. Néanmoins, nombre de localités assiégées étaient privées de vaccins, et la couverture vaccinale ne dépasserait pas 85 %, voire 75 % dans les régions contrôlées par l’opposition.

  • 23 Ibid., p. 490.
  • 24 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 3.

18Pendant toute l’année 2013, les relations entre l’OMS et le gouvernement syrien n’avaient cessé de se dégrader23. Damas n’hésitait pas à interdire à Genève les prélèvements fécaux, la recherche des cas contacts, l’identification des sources, la surveillance des enfants à risque, ou encore d’effectuer la décontamination des eaux de boisson et de traiter les enfants24. Genève réaffirmait son impartialité et se défendait contre certaines allégations prétendant que l’OMS aurait bloqué la campagne d’immunisation et se serait opposée aux prélèvements et au dépistage – soit des infractions très graves aux droits fondamentaux des populations.

19De son côté l’Assistance Coordination Unit (ACU) liée à l’Armée syrienne libre (ASL) avait mis en place une surveillance en juillet 2013 et détecté début octobre un cluster dans le gouvernorat de Deir Ezzor. Damas devait revoir complètement sa position à la mi-octobre, après la confirmation par les CDC que tous les échantillons reçus par Atlanta avaient été testés positifs pour la polio.

  • 25 En 2015, l’OMS a enregistré 135 attaques et autres violences exercées à l’encontre du personnel san (...)
  • 26 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 2.

20La ré-émergence de la poliomyélite dans un pays déclaré zéro polio en 1995 est le résultat d’attaques délibérées prenant pour cibles médecins et infrastructures médicales et sanitaires (eau potable), ou encore du refus de fournir vaccinations et vaccins dans les territoires du pays tombés aux mains de l’opposition au régime. Sur les 1 919 centres de santé que comptait le pays, 652 avaient été détruits (en 2013) ou fermés pour cause de manque d’électricité ou de problèmes de sécurité, pour la plupart dans les régions du pays contrôlées par l’opposition25. Plus de la moitié des enfants nés depuis le début de la guerre n’ont sans doute jamais reçu le moindre vaccin. Le gouvernement de Damas persiste à nier l’existence de problèmes sanitaires au nord du pays contrôlé par les diverses tendances de l’opposition. En 2009, déjà, des médecins avaient été jetés en prison pour avoir appelé « choléra » ce qui était une épidémie de choléra26.

  • 27 « WHO’s first international alert » (B. Aylward, A. Alwan, « Polio in Syria », p. 490).
  • 28 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 7.

21Après des mois d’atermoiements, l’OMS déclarait en mai 2014 une « situation d’urgence sanitaire de portée internationale »27. Or, le règlement de l’organisation laisse au pays concerné le soin de traiter le problème. Pour l’OMS, le progrès enregistré grâce à la réforme du Règlement sanitaire international de 2005 (les États ne peuvent plus mettre leur veto sur la recherche de données et d’informations en dehors des administrations officielles) est apparemment très limité en pratique en raison de la souveraineté intacte de l’État lorsqu’il s’agit pour l’OMS d’adopter une décision. Refuser aux enfants des conditions de vie correctes sur le plan sanitaire (eau potable et nourriture) ne fait que les rendre plus vulnérables. Le manque de vaccination poussant les populations à émigrer, elles répandent alors l’infection dans la région tout entière et mettent les habitants des pays voisins en danger28. Une fois de plus la situation rappelle le gonflement des flux migratoires à la fin de la guerre de 1914 depuis la Russie et l’Ukraine vers l’Europe occidentale à travers la Pologne, flux migratoires de très grande ampleur qui avaient poussé les pays Baltes et la Roumanie à demander avec insistance aux Alliés de mettre rapidement en place un « cordon sanitaire » le long de la frontière russe afin de contenir ces populations infectées.

  • 29 A. Sparrow, « Syria : The Other Threat », p. 2.

22À partir de la mi-juin 2014, les choses ne feront qu’empirer, l’État islamique en Irak et en Syrie (ISIS) n’hésitant pas à assassiner médecins et infirmiers de temps à autre et à capturer des convois d’aide humanitaire. Fin juin 2014, plus aucun service de traumatologie, de chirurgie ou des urgences ne fonctionnera dans le gouvernorat de Deir Ezzor29.

IV. Un périmètre de la violence de masse élargi aux maladies infectieuses ?

  • 30 P. Perrin, « The Risks of Military Participation », in Humanitarian Crises. The Medical and Public (...)

23Nous venons de voir en Syrie la santé publique – son absence, plutôt – devenir létale pour la population. Et, dès lors, allons-nous inclure les dommages causés à la santé des populations dans la sphère de la violence de masse ? La Syrie nous commande de répondre par l’affirmative. « Les conflits armés d’aujourd’hui ne sont-ils pas essentiellement des guerres menées contre la santé publique ? »30. De même que la frontière séparant combattants et non-combattants a été, nous l’avons vu, abaissée aux alentours de la Première Guerre mondiale, les guerres d’aujourd’hui ont plus généralement rompu avec les formes du passé.

  • 31 Juste Lipse, De constantia, 1584 ; cité par J. Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souverainet (...)
  • 32 J. Cornette, Le roi de guerre…, p. 345-346.
  • 33 P. Zylberman, « A Holocaust in a Holocaust. The Great War and the 1918 “Spanish” Influenza Epidemic (...)

24Comme la faim, la guerre ou la tyrannie, les grandes épidémies sont traditionnellement rangées parmi les grands fléaux de l’humanité31. Du reste, dans les guerres du passé, les maladies tuaient plus d’hommes que le feu lui-même. Le nombre de soldats morts de leurs blessures était trois fois plus élevé que celui de ceux tués au combat. Les hommes mouraient six fois plus de maladie que des fureurs de la bataille32. La Grande Guerre a causé une certaine surprise concernant les relations entre la guerre et les maladies infectieuses, du moins sur le front occidental. La typhoïde, la variole, la méningite, la dysenterie et même le tétanos ont été éradiqués des forces armées françaises. Pas un seul cas de choléra dans l’armée française entre 1914 et 1919 (en ne considérant encore une fois que le front occidental)33. Une première dans l’histoire des conflits armés.

  • 34 Voir E. Kalipeni, J. Oppong, « The Refugee Crisis in Africa and Implications for Health and Disease (...)

25Le tableau est bien différent aujourd’hui. Les populations civiles sont en effet les premières victimes des conflits armées. Depuis les guerres en Abyssinie et en Espagne dans les années 1930, 80 % des 20 millions de tués et des 60 millions de blessés dans les différents conflits ont été des civils ; trois sur cinq, des enfants. Dans les années 1970-1990, la zone d’Afrique la plus intensément ravagée par la guerre se trouvait au cœur du continent, soit à l’épicentre des maladies émergentes (Ebola) et des épidémies (VIH / sida). Les civils n’étaient pas frappés seulement par les dommages causés directement par les guerres, car celles-ci provoquaient également des migrations en masse et des disettes. Entre 1982 et 1986, les combats détruiraient plus de 40 % des centres de santé au Mozambique. En interrompant les activités de routine, notamment la santé de la mère et de l’enfant, la guerre aggrave le niveau de la mortalité et augmente le nombre des naissances prématurées. Elle réduit la couverture vaccinale, sans parler de ses effets à long terme comme les épidémies de paludisme quand les populations cherchent refuge dans des zones infestées. Selon une estimation de l’UNICEF datant de 199634, disettes et absence de services médicaux dus à la guerre ajoutent au stress de la fuite hors des zones de combat et sont responsables de vingt fois plus de morts que les combats eux-mêmes. La fin de la Grande Guerre en témoigne déjà.

  • 35 M. Walzer, Guerres justes et injustes : argumentation morale avec exemples historiques [Just and Un (...)

Des études statistiques menées après la guerre montrent qu’un demi-million de morts parmi les civils, attribuables directement à des maladies comme la grippe ou le typhus, résultèrent en fait des privations imposées par le blocus anglais35.

26Dans les années 1970-1990, les médecins humanitaires rêvaient de domestiquer la guerre ; le rêve s’est évanoui : la guerre et les armées ont repris la haute main.

  • 36 P. Weindling, Epidemics and Genocide in Eastern Europe, 1890-1945, Oxford, Oxford University Press, (...)

27Mais il y a plus. Si le premier conflit mondial a modifié pour les armées leur dépendance à l’égard des maladies infectieuses, la Seconde Guerre mondiale a, elle, innové en militarisant certaines maladies. Depuis les années 1920, notamment à travers une recherche menée en commun sur le paludisme et le typhus dans le Caucase, Allemands et Soviétiques travaillaient d’arrache-pied sur de nouvelles armes biologiques. De son côté, Moscou avait lancé en 1928 un programme secret de recherche sur les armements biologiques conduit par le Commissariat à la Santé, sous l’égide du Commissariat à la Défense36.

  • 37 C. R. Browning, « Genocide and Public Health : German Doctors and Polish Jews, 1939-1941 », in The (...)
  • 38 S. H. Harris, Factories of Death : Japanese Biological Warfare, 1932-1945, and the American Cover-U (...)
  • 39 Voir aussi P. Weindling, Epidemics and Genocide…, p. 271-273.
  • 40 F. R. Dickinson, « Biohazard : Unit 731 in Postwar Japanese Politics of National “Forgetfulness” », (...)
  • 41 N. Cigar, Genocide in Bosnia. The Policy of « Ethnic Cleansing », College Station, Texas A&M Univer (...)
  • 42 T. Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline [Bloodlands. Europe between Hitler and (...)
  • 43 D. Stola, « Un tournant spatial », Le débat, nº 172, novembre-décembre 2012, p. 182.

28La militarisation des germes est étroitement liée à la guerre des races. Christopher R. Browning, dans « Genocide and Public Health : German Doctors and Polish Jews, 1939-1941 » publié en 199237 et Sheldon H. Harris, dans Factories of Death paru en 199538, ont l’un et l’autre fortement souligné cette militarisation de la médecine par les Japonais et les Nazis. Le premier décrit la clôture du ghetto de Varsovie en septembre 1940 par les Nazis pour des raisons soi-disant médicales. L’incidence du typhus était en hausse après l’invasion de la Pologne. Les Juifs étaient dénoncés comme porteurs du typhus et responsables de sa dissémination. Le typhus devenait la pierre angulaire de l’idéologie raciste dans les territoires d’Europe de l’Est occupés par les Nazis39. Le second rapporte les expérimentations humaines menées par des scientifiques japonais sur des prisonniers de guerre. Il décrit la dissémination délibérée par ces mêmes scientifiques japonais de la peste, du cholera, du typhus, de la tuberculose, de l’anthrax (charbon pulmonaire), de la fièvre typhoïde, de la diphtérie, de la variole, etc., dans la population chinoise. Tenues secrètes après la guerre avec la complicité des autorités américaines, ces atrocités n’ont été révélées qu’en 1982. Le côté obscur et contraire à l’éthique de certaines pratiques médicales (dark medicine) ne doit pas non plus être oublié40. Pour citer un dernier exemple, dans son livre de 1995 sur la politique de nettoyage ethnique en Bosnie, Norman Cigar observe que les Serbes « ont employé non seulement des moyens conventionnels pour parvenir à leurs fins, mais aussi la disette et les maladies qu’ils ont répandues dans les villes assiégées. Ces armes leur paraissaient tout aussi efficaces que les moyens plus traditionnels pour atteindre leurs objectifs »41, entre autres réduire le déséquilibre démographique. Et, dès lors, ne donnerons-nous pas raison à Dariusz Stola qui, à la différence de Timothy Snyder42, élargit volontiers le périmètre de la violence de masse et du meurtre collectif aux maladies infectieuses, à la famine et aux mauvais traitements43 ?

V. Sauver chaque histoire personnelle

29Un dernier point. Le stress post-traumatique qui résulte de l’expérience d’une épidémie de grande ampleur est rarement pris en compte par les historiens. L’individu semble perdu de vue dans la marée de la violence collective. Les maladies infectieuses collectivisent l’histoire, le traumatisme l’individualise. De même, les épidémies de grande ampleur délocalisent les individus, le trauma les inscrit dans un lieu, un paysage bien définis. Toute expérience des épidémies puise à ces deux dimensions.

  • 44 Hélène Dumas insiste sur la nécessité de prendre en compte le lieu où les faits se sont produits (H (...)
  • 45 S. Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs (1914-1933) [Geschichte eines Deutschen, 2000], B. Hé (...)

30De nouvelles méthodes émergent. La micro-histoire, par exemple, considère la violence de masse à l’échelle de l’individu. La définition du stress post-traumatique met l’accent sur la capacité de l’individu à résister à la pression d’une situation exceptionnelle. À cette problématique obéit le flot récent d’études de la violence entre populations voisines, ce que Hélène Dumas, prenant l’exemple du génocide perpétré au Rwanda contre les Tutsi, a nommé un « génocide de proximité »44. La fin de la Seconde Guerre mondiale a connu tout un tas d’incidents atroces de ce type, Polonais contre Juifs, Ukrainiens contre Polonais, Slovaques contre Magyars et inversement. Sans oublier la Bosnie et le massacre de Srebrenica, cinquante ans plus tard. Mais l’expérience de l’épidémie n’est pas la seule réalité à avoir été bouleversée. La vérité de l’événement historique a elle aussi changé de terrain. Elle ne se situe plus sur le terrain massif de l’épidémie mais sur celui, plus vulnérable, de la personne. Dans Histoire d’un Allemand, Sebastian Haffner a noté l’insécurité nouvelle de la sphère intime : « Avant, les événements passaient et nous dépassaient ; la sphère la plus intime restait intacte »45. Depuis l’effraction des grands totalitarismes du milieu du XXe siècle, cette sécurité de la sphère intime a été fracturée. L’intimité est désormais à ciel ouvert.

  • 46 H. Dumas, Le génocide au village…, emplacement 567 de l’édition Kindle.

31Ce rétrécissement de la focale46 paraît nécessaire si du moins l’historien entend sauvegarder la mémoire des victimes. L’histoire de l’expérience personnelle d’une épidémie, d’un tremblement de terre, de quelque catastrophe que ce soit, exige semblable changement d’échelle. Celui-ci permet de satisfaire aux exigences éthiques et émotionnelles pesant sur le récit historique. L’histoire d’un traumatisme est toujours écrite à la première personne. Raison pour laquelle nous avons besoin en tant que lecteurs de connaître le nom et le prénom de l’individu frappé par la catastrophe. C’est le seul moyen pour nous d’adhérer au récit du traumatisme rapporté par l’historien. Tout en mettant sa narration en accord avec toute la variété et la complexité des comportements individuels et des contextes sociaux où explose la violence de masse, celui-ci doit donc, autant qu’il est possible, sauvegarder l’identité de chacune des personnes concernées par la catastrophe, protéger de la destruction l’archive de chaque histoire personnelle.

  • 47 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, p. 114-115.
  • 48 « Séisme du Sichuan et enquête citoyenne », in Ai Weiwei, H. W. Holzwarth (dir.), Cologne, Taschen, (...)

32Les mémoriaux créés après la Première Guerre mondiale faisaient déjà figurer le nom et le prénom de chacun des hommes tombés au front, contrairement à la coutume ancienne qui n’inscrivait sur le monument célébrant une bataille que les noms des officiers ou des généraux. George Mosse parle ici tout logiquement de démocratisation s’agissant d’armées levées par conscription47. Le processus nous paraît mieux résumé, toutefois, par la perspective mémorielle adoptée par Ai Weiwei au moment du séisme qui a détruit le 12 mai 2008 la province de Sichuan, frappée par un séisme de 7,8 sur l’échelle de Richter ; plus de 10 000 personnes, dont 900 écoliers, disparaissaient. Dès le 1er juin, Ai Weiwei et son groupe engagent la bataille pour obtenir des autorités la liste des noms de toutes les personnes disparues au cours du séisme. Malgré l’insignifiance statistique de l’individu réduit à lui-même, en effet, avoir un nom, c’est exister. Par le fait, avoir un nom a une portée immense, c’est le plus fondamental des droits humains dans toutes les sociétés humaines48. La mémoire des victimes ne peut donc être que la mémoire du nom de chacune d’entre elles considérées individuellement. De nos jours, cette dimension individuelle est au reste largement prise en compte par les divers mémoriaux.

33Comme toutes les catastrophes systémiques, les épidémies obéissent à présent au même régime de commémoration. Les guerres ont leurs monuments aux morts ; désormais, les épidémies, les tsunamis, les tremblements de terre, aussi. Toutes ces catastrophes appellent donc un service mémoriel. Mais ce service doit être assorti d’une garantie que les faits historiques rendant compte de ces catastrophes ne seront pas modifiés, cachés ou déformés par les autorités. Les circonstances du malheur devront être précisément décrites à l’échelle microscopique de chacune des victimes. Le service de la mémoire est censé garantir le respect de l’intégrité des droits des victimes. Dès lors, la narration mémorielle devra prendre en compte chaque personne décédée dans sa particularité. La vérité des circonstances de l’événement – le désastre est dû à des causes naturelles et non à des malversations des autorités – suppose que les autorités soient capables d’épargner aux victimes une mort aussi anonyme que leur vie.

34Et quoi d’étonnant si, après l’Allemagne nazie et l’Union soviétique, la Chine post-maoïste voit à son tour surgir chez elle semblable problématique ?

35Citons, pour finir, les mots que Timothy Snyder a prononcés à l’Institut historique allemand de Paris en mai 2012 :

  • 49 T. Snyder, « Comment écrire l’histoire de l’Europe des massacres », Le débat, nº 172, novembre-déce (...)

Ce que nous héritons d’Hitler, de Staline, ce que nous héritons de cette période de l’histoire sont des nombres énormes, écrasants, des nombres accablants. […] ces nombres ne sont pas seulement quantitatifs mais aussi qualitatifs […] les nombres élevés sont faits de petits nombres. […] tous les nombres élevés sont faits d’unités […] et toutes ces unités sont chaque fois une personne différente. C’est cette individualité dont nous avons à nous souvenir, c’est elle qui doit compter49.

Haut de page

Notes

1 M. Howard, « Military History and the History of War », in The Past as Prologue. The Importance of History to the Military Profession, W. Murray, R. Hart Sinnreich (dir.), Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 16 (ma traduction).

2 D. Kagan, The Peloponnesian War, Londres, Penguin Books, 2004, p. 78-80 ; V. D. Hanson, La guerre du Péloponnèse [A War Like No Other, 2005], J.-P. Ricard (trad.), Paris, Flammarion (Champs histoire), 2010, p. 116-151.

3 T. G. Weiss, What’s Wrong with the United Nations and How to Fix It, Cambridge, Polity Press, 2009, p. 138-143. Voir aussi R. Gori, F. Pierru, « C’est le manque d’honnêteté qui a rendu le virus mortel ! », ReSPUBLICA, 6 novembre 2020.

4 J.-W. Müller, La peur ou la liberté. Quelle politique face au populisme ?, Paris, Premier parallèle, 2019, p. 215-216.

5 R. Gori, Et si l’effondrement avait déjà eu lieu. L’étrange défaite de nos croyances, Paris, Les liens qui libèrent, 2020, p. 20.

6 H. Arendt, Eichmann in Jerusalem. A Report on the Banality of Evil, New York, Viking Press, 1963, p. 276 (ma traduction).

7 Ibid.

8 R. Hilberg, The Destruction of the European Jews [1961], New York, Holmes & Meier, 1985 ; traduction française : La destruction des Juifs d’Europe, M.-F. de Paloméra, A. Charpentier (trad.), Paris, Fayard, 1988.

9 H. Arendt, Eichmann in Jerusalem…, p. 276.

10 M. Burleigh, « What if Nazi Germany Had Defeated the Soviet Union », in Virtual History. Alternatives and Counterfactuals, N. Ferguson (dir.), Londres – New York, Papermac, 1997, p. 321-347.

11 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes [Fallen Soldiers : Reshaping the Memory of the World Wars, 1990], É. Magyar (trad.), Paris, Hachette littératures, 1999, p. 181 sq.

12 P. Zylberman, compte rendu de J. L. Barona, Health Policies in Interwar Europe. A Transnational Perspective (Londres – New York, Routledge, 2019), Theoria, vol. 35, nº 2, 2020, p. 246.

13 M. Delmas-Marty, Aux quatre vents du monde : petit guide de navigation sur l'océan de la mondialisation, Paris, Seuil, 2016 ; cité dans G. Aurenche, Droits humains : n’oublions pas notre idéal commun, Paris, Temps présent, 2018, p. 87.

14 R. Smith, The Utility of Force. The Art of War in the Modern World, Londres, Penguin, 2006, titre de la troisième partie de l’ouvrage : « War Amongst the People ».

15 L. Wirth, « La place de la Première Guerre mondiale dans les programmes scolaires », 14-18 Mission centenaire, 1er mars 2013, en ligne : https://www.centenaire.org/fr/enseignement/la-place-de-la-premiere-guerre-mondiale-dans-les-programmes-scolaires.

16 M. Van Creveld, The Transformation of War, New York, The Free Press, 1991, p. 80.

17 S. Freud, « Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort » [Zeitgemässes über Krieg und Tod, 1915], 1, « La guerre et ses déceptions », in Essais de psychanalyse, Genève, Payot, 1971, p. 239-240.

18 K. Lowe, Savage Continent. Europe in the Aftermath of World War II, Londres, Viking, 2012, emplacements 5108 et 6790 de l’édition Kindle.

19 A. Sparrow, « Syria : The Other Threat », The New York Review of Books, 12 août 2014, p. 1. Ne considérant que les zones où l’Assistance Coordination Unit (ACU) était active, l’article d’Annie Sparrow demeurait par force incomplet. Au moment de sa publication, les enlèvements de personnels humanitaires (Médecins sans frontières) commençaient à susciter beaucoup d’inquiétude. L’ACU, liée à l’Armée syrienne libre (ASL), a été créée au Maroc fin 2012 par les Amis du peuple syrien pour répondre au besoin d’une organisation humanitaire coordonnant l’assistance des pays donateurs à l’intérieur de la Syrie. Son titre officiel, the Syrian ACU, lui a été décerné fin septembre 2013. L’ASL est un rassemblement de groupes rebelles formé le 29 juillet 2011 au début de la guerre civile syrienne. Elle était au début du conflit la principale force armée opposée au régime de Bachar el-Assad, avant d’être supplantée dans certaines régions par des factions islamistes ou djihadistes (« Armée syrienne libre », Wikipédia, https://fr.wikipedia.org/wiki/Arm%C3%A9e_syrienne_libre).

20 V. Delarze, S. Corpet, « La guerre civile syrienne, 15 mars 2011-aujourd’hui », Humanium, 17 mai 2015, en ligne : https://www.humanium.org/fr/syrie/la-guerre-civile-syrienne.

21 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic : The Suppressed Truth », The New York Review of Books, 20 février 2014, p. 5.

22 B. Aylward, A. Alwan, « Polio in Syria », The Lancet, vol. 383, nº 9916, 8 février 2014, p. 489-491.

23 Ibid., p. 490.

24 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 3.

25 En 2015, l’OMS a enregistré 135 attaques et autres violences exercées à l’encontre du personnel sanitaire ou d’infrastructures médicales (« Syrie : le pays le plus dangereux au monde pour les travailleurs sanitaires », RFI, 27 mai 2016, en ligne : https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20160527-syrie-humanitaire-oms-personnel-sanitaire-dangereux-hopitaux-attaques).

26 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 2.

27 « WHO’s first international alert » (B. Aylward, A. Alwan, « Polio in Syria », p. 490).

28 A. Sparrow, « Syria’s Polio Epidemic… », p. 7.

29 A. Sparrow, « Syria : The Other Threat », p. 2.

30 P. Perrin, « The Risks of Military Participation », in Humanitarian Crises. The Medical and Public Health Response, J. Leaning, S. M. Briggs, L. C. Chen (dir.), Cambridge, Harvard University Press, 1999, p. 311 (ma traduction).

31 Juste Lipse, De constantia, 1584 ; cité par J. Cornette, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 2010, p. 59.

32 J. Cornette, Le roi de guerre…, p. 345-346.

33 P. Zylberman, « A Holocaust in a Holocaust. The Great War and the 1918 “Spanish” Influenza Epidemic in France », in The Spanish Influenza Pandemic of 1918-19. New Perspectives, H. Phillips, D. Killingray (dir.), Londres, Routledge, 2003, p. 191.

34 Voir E. Kalipeni, J. Oppong, « The Refugee Crisis in Africa and Implications for Health and Disease : A Political Ecology Approach », Social Science & Medicine, vol. 46, nº 12, 1998, p. 1646.

35 M. Walzer, Guerres justes et injustes : argumentation morale avec exemples historiques [Just and Unjust Wars, 1977], S. Chambon, A. Wicke (trad.), Paris, Gallimard, 2006, p. 323.

36 P. Weindling, Epidemics and Genocide in Eastern Europe, 1890-1945, Oxford, Oxford University Press, 2000 ; J. B. Tucker, R. A. Zilinskas, « Introduction », in The 1971 Smallpox Epidemic in Aralsk, Kazakhstan, and the Soviet Biological Warfare Program, J. B. Tucker, R. A. Zilinskas (dir.), Center for Nonproliferation Studies (Institute of International Studies), Occasional Paper nº 9, juillet 2002, p. 5-7.

37 C. R. Browning, « Genocide and Public Health : German Doctors and Polish Jews, 1939-1941 », in The Path to Genocide. Essays on Launching the Final Solution, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 145-168.

38 S. H. Harris, Factories of Death : Japanese Biological Warfare, 1932-1945, and the American Cover-Up, Londres, Routledge, 1995.

39 Voir aussi P. Weindling, Epidemics and Genocide…, p. 271-273.

40 F. R. Dickinson, « Biohazard : Unit 731 in Postwar Japanese Politics of National “Forgetfulness” », in Dark Medicine : Rationalizing Unethical Medical Research, W. R. LaFleur, G. Böhme, S. Shimazono (dir.), Bloomington, Indiana University Press, 2008, p. 85-104.

41 N. Cigar, Genocide in Bosnia. The Policy of « Ethnic Cleansing », College Station, Texas A&M University Press, 1995, p. 56 (ma traduction).

42 T. Snyder, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline [Bloodlands. Europe between Hitler and Stalin, 2010], P.-E. Dauzat (trad.), Paris, Gallimard, 2012.

43 D. Stola, « Un tournant spatial », Le débat, nº 172, novembre-décembre 2012, p. 182.

44 Hélène Dumas insiste sur la nécessité de prendre en compte le lieu où les faits se sont produits (H. Dumas, Le génocide au village. Le massacre des Tutsi au Rwanda, Paris, Seuil, 2014, emplacement 557 de l’édition Kindle).

45 S. Haffner, Histoire d’un Allemand. Souvenirs (1914-1933) [Geschichte eines Deutschen, 2000], B. Hébert (trad.), Arles, Actes Sud, 2004, p. 19.

46 H. Dumas, Le génocide au village…, emplacement 567 de l’édition Kindle.

47 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme…, p. 114-115.

48 « Séisme du Sichuan et enquête citoyenne », in Ai Weiwei, H. W. Holzwarth (dir.), Cologne, Taschen, 2020, p. 367-375.

49 T. Snyder, « Comment écrire l’histoire de l’Europe des massacres », Le débat, nº 172, novembre-décembre 2012, p. 164.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Zylberman, « Les conflits armés d’aujourd’hui sont essentiellement des guerres menées contre la santé publique »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 19 | 2021, 13-19.

Référence électronique

Patrick Zylberman, « Les conflits armés d’aujourd’hui sont essentiellement des guerres menées contre la santé publique »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/crdf/8093 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crdf.8093

Haut de page

Auteur

Patrick Zylberman

Professeur émérite d’histoire de la santé à l’École des hautes études en santé publique (EHESP)

Professeur émérite d’histoire de la santé à l’École des hautes études en santé publique (EHESP, université Sorbonne-Paris-Cité), il est l’un des organisateurs du séminaire annuel du Val-de-Grâce sur les maladies infectieuses émergentes, qu’il a cofondé en 2011. Il a publié, avec L. Murard, L’hygiène dans la République. La santé publique en France ou l’utopie contrariée, 1870-1918, Paris, Fayard, 1996 ; codirigé, avec A. Flahault, Des épidémies et des hommes, Paris, La Martinière, 2008 ; et, avec S. Gross Solomon et L. Murard, Shifting Boundaries of Public Health : Europe in the Twentieth Century, Rochester, University of Rochester Press, 2008. En mars 2013, est paru chez Gallimard Tempêtes microbiennes, essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique ; La guerre des vaccins, chez O. Jacob en juin 2020 ; et Oublier Wuhan. Essais sur l’histoire contemporaine des crises sanitaires, en 2021 aux Éditions de La Fabrique. Il a été membre du Haut Conseil de la santé publique de 2009 à 2017 ainsi que du Comité d’orientation du débat citoyen sur la vaccination (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search