Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Pandémies et épidémiesCoronavirus : un virus d’État ? L...

Pandémies et épidémies

Coronavirus : un virus d’État ? La gestion de la Covid-19 entre démocratie technique et dictature sanitaire

Frédérick Lemarchand
p. 21-30

Résumés

Partant d’une série d’hypothèses formulées à chaud au début du premier confinement, l’auteur questionne d’une part la nature du nouveau pouvoir politique mû par une expertise (contrôlée) purement technique des risques globaux liés à la crise que nous traversons au détriment d’une réflexion portée sur la question des libertés fondamentales, et, d’autre part, les enjeux de ce nouveau rapport à la nature qui s’instaure dans la crise écologique qui caractérise notre époque. L’impératif de « gestion des risques » l’emportera-t-il sur la démocratie ? Quel débat et quelle science participative mettre en œuvre pour contrer la dictature des experts ? Ces questions ne peuvent faire l’économie d’une déconstruction des mesures sanitaires et plus largement de la politique d’urgence mise en place par les États, quelle que soit leur organisation politique.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2022.

Plan

I. Préambule. Journal d’un homme en colère
A. Une expérience inédite
B. Une pause
C. Qui parle de « ce qui arrive » aujourd’hui ?
D. Quelles justifications ?
E. Une prise de contrôle de la population
F. Quelle sortie de crise ?
II. Autopsie et analyse de la crise. Aux origines du virus
III. Confinement et « mesures barrières »
A. Confinement et droits humains
B. En temps de guerre on ne discute pas
C. Le virus et la mort
D. Une panique organisée ?
IV. Contre-mesures, entre efficacité pratique et normes sociales
A. Distanciation « sociale » ou spatiale ?
B. Le masque : ne nous voilons pas la face
C. L’application StopCovid et le tracking
D. La science remise en question
Pour conclure… Vers une mise en démocratie des enjeux de la Covid ?

Aperçu du texte

La crise planétaire qui sévit depuis le début de l’année 2020 constitue à coup sûr une expérience inédite de la catastrophe telle qu’il s’en produit deux ou trois par siècle. Par son ampleur, sa temporalité et ses effets sur toutes les dimensions de la vie sociale, économique, politique, mais aussi par ses enjeux plus profondément anthropologiques, qu’il s’agisse de notre rapport à la mort, à la nature, à la technique, la Covid-19 constitue tout à la fois un fait social total tel que défini par le sociologue Marcel Mauss et une catastrophe telle que nous la définirons plus loin. S’il est toujours délicat d’écrire « à chaud » sur un événement ou une situation dont nous ne sommes pas sortis et dont nous ne tirerons les véritables enseignements que dans plusieurs années, voire plusieurs décennies, il est aussi de notre devoir intellectuel et « scientifique » de tenter de le penser malgré tout avec les moyens théoriques dont nous disposons. La question des droits humains occupera une pl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédérick Lemarchand, « Coronavirus : un virus d’État ? La gestion de la Covid-19 entre démocratie technique et dictature sanitaire »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux, 19 | 2021, 21-30.

Référence électronique

Frédérick Lemarchand, « Coronavirus : un virus d’État ? La gestion de la Covid-19 entre démocratie technique et dictature sanitaire »Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux [En ligne], 19 | 2021, mis en ligne le 09 septembre 2022, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/crdf/8098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crdf.8098

Haut de page

Auteur

Frédérick Lemarchand

Professeur de sociologie à l’université de Caen Normandie
Centre de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERREV, EA 3918)
Pôle Risques (Maison de la recherche en sciences humaines – université de Caen Normandie et CNRS)

Professeur de sociologie à l’université de Caen Normandie, il est directeur du Centre de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERREV, EA 3918) et du Pôle Risques (Maison de la recherche en sciences humaines – université de Caen Normandie et CNRS). Il est responsable du master « Gouvernance des risques et de l’environnement » (GREEN) et professeur associé à Sciences Po Rennes (Institut d’études politiques de Rennes) et à l’université du Québec à Montréal. Il est l’auteur notamment de La vie contaminée, éléments pour une socio-anthropologie des sociétés épidémiques, Paris, L’Harmattan, 2003 ; coauteur du Dictionnaire des risques (en collaboration avec Y. Dupont, G. Grandazzi, D. Le Gall, C. Herbert, P. Vassort), Paris, A. Colin, 2007 ; et auteur d’une cinquantaine d’articles sur les risques techniques et environnementaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Cahiers de la recherche sur les droits fondamentaux

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search